Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 mai 2015 3 20 /05 /mai /2015 07:35
Northern Distribution Network credit Stratfor

Northern Distribution Network credit Stratfor

 

May 19, 2015 RT.com

 

Russian PM Dmitry Medvedev has revoked a decree that allowed delivery of NATO military equipment to Afghanistan through Russian territory.

 

According to the official document, signed by Medvedev and published on Monday, all previous decisions on NATO cargo transit to Afghanistan have now been revoked. This includes an act allowing delivery of military hardware and equipment via rail, motor vehicles, or through Russian airspace.

 

The Russian Foreign Ministry has been ordered to inform all the countries involved.

 

Transit of military cargo to Afghanistan through Russia was permitted after a 2001 UN Security Council resolution. The document established an International Security Assistance Force (ISAF) in Afghanistan, and called on all countries to support the NATO-led security mission. In 2008 Russia signed a decree allowing ISAF cargo to pass through its territory.

 

In 2014, Washington announced that the military operation in Afghanistan was over. The US-led coalition has pulled out most of its forces and the Afghan military has assumed full responsibility for national security. However, while the 2001 resolution has been terminated, some 13,000 ISAF troops will remain in Afghanistan until the end of 2016 to oversee local forces and provide training on counter-terror operations.

Repost 0
19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 11:45
photo FFCI / EMA

photo FFCI / EMA

 

18/05/2015 Sources EMA

 

Du 21 au 23 avril 2015, les forces françaises en Côte d’Ivoire (FFCI) ont effectué une mission d’escorte de convoi, depuis la frontière nord du pays jusqu’à Abidjan.

 

Le convoi consistait en un désengagement de matériels de Barkhane. L’objectif était de recueillir vingt camions porte-engins blindés transportant du matériel militaire et d’assurer la sécurité du convoi jusqu’au camp de Port Bouët, à Abidjan. Il aura fallu seulement trois jours aux hommes composant le peloton d’éclairage et d’investigation des FFCI et à ses huit véhicules blindés légers pour avaler les 800 kms de piste. Cette mission n’aurait sans doute pas été réalisée en si peu de temps sans le soutien logistique pourvu par les véhicules sanitaires, l’élément léger de maintenance et le camion-citerne qui accompagnaient le convoi. Elle a également été facilitée par la bonne connaissance du théâtre par le détachement blindé des FFCI ainsi que les contacts entretenus avec les autorités locales du pays.

 

Les FFCI, créées le 1er janvier 2015, assurent la protection des ressortissants français et entretiennent la coopération militaire régionale, notamment bilatérale avec les Forces de la République de Côte d’Ivoire. Elles sont également en mesure d’appuyer les partenaires de la région, notamment l’ONUCI. En tant que base opérationnelle avancée, elles constituent le point d’appui principal de nos forces de présence sur la façade ouest-africaine, et sont un réservoir de force rapidement projetable en cas de crise dans la région.

photo FFCI / EMAphoto FFCI / EMA
photo FFCI / EMA

photo FFCI / EMA

Repost 0
18 mai 2015 1 18 /05 /mai /2015 06:55
Découvrir le 519e GTM

 

16/05/2015 Armée de Terre

 

Le 519e groupe de transit maritime (519e GTM) a chargé un navire civil affrété (un bateau civil chargé de matériel militaire) dans le port de Toulon en mars dernier. Ce navire avait pour objectif de faire plusieurs escales dans l'Océan Indien, en passant par la mer Méditerranée et le canal de Suez.

 

Le 519e GTM, basé à Toulon, faire preuve de savoir-faire particuliers. Ce groupement est un organisme à vocation interarmées Terre (OVIA Terre). Il s'agit de l'unité d'appui à la projection et de soutien au ravitaillement par voie maritime des armées. Il a vocation à garantir la capacité d'entrée en premier par voie maritime, sur un théâtre d’opération pour les forces armées françaises.

Repost 0
14 mai 2015 4 14 /05 /mai /2015 11:55
[Webdocumentaire] Le parachute


13/05/2015 Cne Flora Cantin  - DICOD

 

Forces spéciales ou conventionnelles, les trois armées françaises possèdent une capacité aéroportée. En France ou à l’étranger, de jour comme de nuit, les parachutistes réalisent diverses missions : renseignement, reconnaissance, appui feu et appui aérien, contrôle de zone, ravitaillement et livraison par air, recherche et sauvetage au combat, sabotage, assistance aux populations… Projeté sur tous les théâtres d’opérations extérieures, ils représentent environ 5 % des effectifs militaires. Ces missions sont possibles grâce au parachute.

 

Prenez les commandes et dérivez dans l'univers du parachute au sein des armées

 

Repost 0
13 mai 2015 3 13 /05 /mai /2015 17:45
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

 

13/05/2015 Sources : État-major des armées

 

Dans le cadre de l’opération Barkhane, le lieutenant-colonel Marcel est chef du soutien opérationnel (CSO) du détachement air (DETAIR) de Niamey. Ancien navigateur sur Mirage IV et réserviste depuis quelques années, il apporte son expérience acquise dans le civil, avec une approche différente dans les missions qui lui sont confiées.

 

Entré à l’école des pupilles de l’air en 1976, le lieutenant-colonel Marcel est devenu sergent navigateur trois ans plus tard, avant d’intégrer l’école militaire de l’air pour accéder au corps des officiers. Sa « première carrière », comme il aime à l’appeler, qui s’est faite sur avion Mirage IV, lui a permis de participer à de nombreuses opérations et missions, aussi variées qu’enrichissantes. Parmi les plus marquantes, le colonel cite son passage dans le domaine de la formation en qualité d’instructeur, mais aussi la première mission opérationnelle du Mirage IV au-dessus d’un théâtre d’opération extérieure. Une « seconde carrière » l’a amené à Ramstein en Allemagne, où il assume la fonction d’officier de liaison au centre d’opération, avant de rejoindre la base de Metz comme CSO, puis la direction de la protection et de la sécurité de la défense en 2002. A son départ de l’armée d’active en 2008, il est devenu responsable de la sécurité d’un grand centre commercial à la frontière luxembourgeoise.

 

Par la suite, la réserve opérationnelle s’est imposée à lui comme une suite logique : « en tant que militaire, il m’a paru normal de me porter volontaire pour assurer les fonctions dans mon domaine de compétences n’importe où, n’importe quand ». Sans jamais avoir perdu le contact avec le monde opérationnel de l’aéronautique, il est ainsi venu renforcer les rangs de la base aérienne de Mont de Marsan pour, de façon ponctuelle, prendre tour à tour les fonctions de CSO, chef des opérations, directeur des vols, ou encore chef du champ de tir de Captieux, avant de rejoindre le Niger en mars 2015.

 

A Niamey, sous l’autorité du commandant du DETAIR, le chef des services opérationnels est principalement chargé d’assurer, en liaison avec le chef du soutien technique aéronautique (CSTA), le chef du soutien médical, ainsi que les commandants des unités navigantes, le suivi de la gestion de la plateforme aéronautique, pour assurer la mise en œuvre des aéronefs. « Ce poste me permet de voir tous les jours le résultat de notre travail. En effet, partir en opération extérieure (OPEX) a toujours été la finalité de notre métier de militaire, et cela l’est encore aujourd’hui pour moi. Je ne ressens pas de différence entre la mission de réserviste et celle d’active, je me considère avant tout militaire, prêt à renforcer les forces armées en effectuant la mission qui m’est confiée. J’espère cependant apporter un éclairage nouveau à travers ma double expérience dans les mondes militaire et civil. Cette dernière me permet en effet de prendre du recul et de me remettre en permanence en question, ce qui fait la force de notre métier selon moi. »

 

L’opération Barkhane regroupe 3 000 militaires dont la mission, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes dans la bande sahélo-saharienne.

photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

Repost 0
13 mai 2015 3 13 /05 /mai /2015 11:45
photo Owolabi, Olufemi A. SSgt - United States Africa Command

photo Owolabi, Olufemi A. SSgt - United States Africa Command


12.05.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

Le patron de l'Africom a révélé la semaine dernière à Stuggart que les forces rapides d'intervention US en Afrique peuvent compter sur  11 "cooperative security location" (CSL), des tremplins en quelque sorte pour des projections d'urgence.

Le général David Rodriguez n'a pas précisé la liste des pays d'accueil, liste que l'Africom refuse aussi de donner. Toutefois,  des CSL sont implantées au Sénégal, au Ghana, au Gabon, en Ouganda, au Burkina, au Maroc, au Kenya etc.

Selon Rodriguez, ces CSL sont "just an austere site. There’s nothing there but a couple of warehouses full of stuff". De simples entrepôts pleins d'équipements, du genre des stocks RECAMP d'autrefois.

En réalité, outre ces stocks, les CSL doivent disposer des facilités précises définies dans des textes comme l'ACI4300.04.

Ces sites doivent ainsi comprendre des entrepôts (1000 m2), des bureaux (325 m2), des pistes capables d'accueillir, nuit et jour, des C-17, des parkings pour 2 avions-cargos et un autre avion, des soutes pour le carburant (dont du JETA1 pour 3 jours), un accueil pour 200 militaires, des accès à des locations de véhicules. Pour les ports, il faut un quai capable d'accueillir un navire de 289m.

Ces CSL doivent être situées à moins de quatre heures de vol de tous les points chauds du continent.

Repost 0
12 mai 2015 2 12 /05 /mai /2015 21:50
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

12/05/2015 Sources : Marine nationale

 

Du 4 au 13 mai, le bâtiment de commandement et de ravitaillement (BCR) Somme  participe, aux côtés de la frégate anti sous-marine (FASM) Latouche-Tréville à l’entraînement interallié Dynamic Mangoose, en mer du Nord au large de la Norvège. Cet entraînement à la lutte anti sous-marine, rassemble dix marines alliées ainsi que la Suède, autour de composantes de surface, aériennes et sous-marines.

 

Rattaché aux « task group » TG 449.01, le BCR Somme s’est entraîné avec le pétrolier ravitailleur d’escadre allemand, le  Spessart. Ensemble, ils ont effectué le ravitaillement à la mer des différentes « task units » composées des frégates américaine, britannique, canadienne, turque, néerlandaise, espagnole, française et norvégienne.

 

En dépit des conditions météorologiques variables, de nombreux ravitaillements en carburant ont ainsi été conduits depuis le début de l’exercice, notamment avec les frégates espagnoles   Blas de Lezo et turque Goksu, les destroyers canadien Frederictonet néerlandais Tromp. L’occasion pour la Somme  et son équipage de parfaire son interopérabilité avec les marines alliées et d’exercer son cœur de métier : le ravitaillement opérationnel à la mer.

 

Le BCR Somme participe également aux entraînements de lutte anti sous-marine en tant que « unité précieuse », protégée des attaques sous-marines par les FASM, et prenant part à sa propre protection par une veille active et des vols de surveillance assurés par son Alouette III.

 

Détachée de l’exercice à compter du 13 mai, et après une escale à Stavanger, la Somme poursuivra son déploiement dans le nord de l’Atlantique au-delà du Cercle Polaire jusqu’à Narvik (Norvège) pour y célébrer les commémorations de la bataille du même nom, avant de redescendre vers la Baltique pour participer à l’exercice BALTOPS.

 

photo Marine Nationalephoto Marine Nationale

photo Marine Nationale

Repost 0
11 mai 2015 1 11 /05 /mai /2015 16:45
photo EMA / Armée de Terre / ECPAD

photo EMA / Armée de Terre / ECPAD

 

05/05/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 28 avril 2015, dans le cadre de l’opération Barkhane, s’est tenue la cérémonie de clôture du détachement d’instruction opérationnelle maintenance et logistique (DIO LOG) au camp Kosseï, à N'Djaména, en présence du général Seid Mahama, chef d'état-major de l'état-major général des armées tchadiennes, du colonel de Mesmay, attaché de défense français au Tchad, et du colonel Dumortier, commandant du Groupement de soutien opérationnel (GSO) de l’emprise française.

 

Ce sont une quarantaine d’officiers et de sous-officiers tchadiens qui ont bénéficié, du 31 mars au 30 avril 2015, de nombreuses séances d’instruction sur la maintenance, le soutien pétrolier, le soutien de l'homme, l’organisation du ravitaillement, le soutien munitions et le transport. Menée par le détachement logistique (DETLOG) du fuseau Est de l’opération Barkhane, cette formation consistait à faire partager les savoir-faire français en matière de logistique. Elle a également été l’occasion de nombreux échanges entre Français et Tchadiens sur les différentes procédures de leurs armées respectives. L'implication de toutes les parties prenantes a permis d'obtenir d'excellents résultats et a renforcé les liens qui unissent les deux forces armées.

 

Basé à N'Djaména, le DETLOG du GSO est commandé par le chef d'escadron Hugues du 121erégiment du train (RT). Armé par le 121e RT, le 8e régiment du matériel et un grand nombre d'autres unités logistiques, il a pour mission d'assurer le soutien logistique de toutes les unités qui se trouvent dans le fuseau Est de l'opération Barkhane.

 

L’opération Barkhane regroupe 3 000 militaires dont la mission, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes dans la bande sahélo-saharienne.

photo EMA / Armée de Terre / ECPADphoto EMA / Armée de Terre / ECPAD
photo EMA / Armée de Terre / ECPADphoto EMA / Armée de Terre / ECPAD
photo EMA / Armée de Terre / ECPADphoto EMA / Armée de Terre / ECPAD

photo EMA / Armée de Terre / ECPAD

Repost 0
11 mai 2015 1 11 /05 /mai /2015 12:45
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

06/05/2015 Sources : État-major des armées

 

Les 27 et 28 avril 2015, dans le cadre de l’opération Sangaris, le Groupement Tactique Interarmes (GTIA) Vercors a mené des patrouilles et des missions de contrôle de zone sur la Main Supply Road n°1 (MSR1), l’axe entre Bangui et Bogola, en direction de Boali.

 

Sur une distance de 60 km depuis Bangui, la compagnie du 7e bataillon de chasseurs alpins (7e BCA), appuyée par la compagnie de véhicules blindés de combat d’infanterie (VBCI) du 1er régiment de Tirailleurs, a conduit une opération de présence sur la MSR1 afin de contrôler toute cette zone en vue de déceler les réseaux de brigandage qui pourraient nuire à la sécurité de la population. Afin d’appliquer les lois centrafricaines lors de ces contrôles, un agent des forces de la sécurité intérieure (FSI) était intégré aux patrouilles.

 

Sur cet axe, les éléments du GTIA Vercors ont mené des patrouilles motorisées et à pieds, dans les différents villages traversés par cette route. Afin d’évaluer la situation sécuritaire, les soldats de la force Sangaris sont allés à la rencontre des chefs des villages, puis des directeurs d’écoles et des directeurs des centres de santé. « Grâce à votre présence et aux patrouilles menées sur la MSR, j’arrive à garder mon stock de médicaments en sécurité. Cela fait six mois que je n’ai pas été victime de vol », leur a indiqué Monsieur Lazar, chef du centre de santé du village de Bouboui.

 

Les forces de la MINUSCA assurent les mêmes opérations sur la partie supérieure de cet axe à partir de la ville de Boali. La MSR1 est un axe logistique principal reliant Bangui au Cameroun. La présence des forces de la communauté internationale permet de sécuriser les déplacements des convois logistiques et de favoriser la reprise des échanges commerciaux entre la Centrafrique et les pays voisins.

 

Environ 1 700 militaires français sont actuellement déployés dans l’opération Sangaris, aux côtés des 9 500 hommes de la MINUSCA. Lancée le 5 décembre 2013 par le Président de la République, l’opération Sangaris vise à rétablir un niveau de sécurité minimale en République centrafricaine et à appuyer la mission de l’ONU, désormais pleinement opérationnelle.

photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre
photo EMA / Armée de Terre
photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Repost 0
11 mai 2015 1 11 /05 /mai /2015 11:45
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

source EMA

29 avril 2015, à Bangui, en République Centrafricaine.


Chargement de PVP et de fret à bord d'un C17 de l'US AIR FORCE. Au total 23 tonnes ont été embarquées.

 

suite du reportage photos et ICI

Repost 0
11 mai 2015 1 11 /05 /mai /2015 07:55
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

 

11/05/2015 Le Point

 

Un A400M s'est écrasé avec six personnes à bord, samedi, à Séville. La France dispose de six de ces avions qui ont déjà cumulé 1 700 heures de vol.

 

Au lendemain du crash d'un A400M à Séville, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a précisé que seuls les vols "prioritaires en opérations" des avions de transport militaires A400M de l'armée française seraient autorisés, dans l'attente des résultats de l'enquête sur l'accident. "Nos A400 sont en opérations, seuls les vols extrêmement prioritaires en opérations seront autorisés (...) jusqu'à ce que nous ayons les éléments de l'enquête qui va être diligentée", a déclaré le ministre de la Défense à l'issue d'une rencontre à Lorient (Morbihan) avec ses homologues allemand, polonais et espagnol. "La France dispose aujourd'hui de six A400M qui ont cumulé plus de 1 700 heures de vol de manière extrêmement performante. C'est un appareil de très grande qualité", a insisté M. Le Drian à propos de cet avion construit par Airbus Defence and Space, filiale du constructeur aéronautique européen Airbus Group.

Un porte-parole de l'armée de l'air avait auparavant déclaré que la France continuerait à utiliser sa flotte d'avions Airbus A400M, jugeant ne "pas avoir d'éléments à ce stade" pour les immobiliser. L'Allemagne, la Grande-Bretagne et la Turquie ont quant à elles suspendu tous les vols de leurs A400M.

 

Un soutien à l'entreprise Airbus

M. Le Drian s'est associé à son homologue espagnol Pedro Morenés pour exprimer un "soutien à l'entreprise" européenne Airbus et demander "que tout soit clarifié le mieux possible, qu'on examine les causes, qu'on en décline les conséquences, que cela se fasse de la manière la plus transparente".

"On ne saurait bâcler une enquête d'une telle importance, elle prendra le temps qu'il faudra", a souligné M. Morenés.

Repost 0
4 mai 2015 1 04 /05 /mai /2015 16:30
Chammal : chargement de fret militaire à Aqaba en provenance du détachement chasse déployé en Jordanie

 

04/05/2015 Sources : État-major des armées

 

Dans la matinée du 25 avril 2015, dans le cadre de l’opération Chammal, 111 tonnes de fret militaire ont été chargées à bord du MN Tangara, sur le port militaire d’Aqaba, en Jordanie.

 

En amont de l’opération, des camions avaient été chargés sur la base aérienne accueillant le détachement chasse français, sous la direction du personnel du Centre de Coordination Interarmées des Transports, Transits et mouvements (CCITTM) œuvrant sur le théâtre d’opération, puis acheminés vers Aqaba. Rassemblé en convoi et escorté  par un détachement prévôtal ainsi que par la police militaire jordanienne, dans le cadre d’un accord de coopération entre la France et la Jordanie, l’ensemble des camions avait parcouru des centaines de kilomètres à travers le désert pour rejoindre le port d’Aqaba.

 

Après avoir accosté sur le quai de la base navale jordanienne, l’équipage a ballasté le Tangara, relevant ainsi l’arrière du navire, afin de rendre la rampe latérale accessible. Dès lors, grâce à la collaboration des militaires du CCITTM de l’opération Chammal, de l’officier responsable de l’affrété (un aviateur inséré au 519 e  Groupe de Transit Maritime de Toulon) et de l’équipage du navire, l’opération de chargement a pu être effectuée. Elle a nécessité des moyens externalisés de la base navale jordanienne et la grue de bord.

 

Le Tangara, navire de la marine marchande, a été affrété par le Ministère de la Défense via le Centre du Soutien aux Opérations et des Acheminements (CSOA). Sur sa route, il a fait escale dans les ports de Beyrouth, Aqaba, Djibouti, Abu Dhabi, Mayotte et la Réunion. Cet arrêt à Aqaba a eu lieu sur le trajet retour vers la France. Ce mouvement logistique est indispensable pour réinsérer dans la chaîne logistique des matériels dont la régénération technique est essentielle pour la poursuite des opérations.

 

Lancée depuis le 19 septembre 2014, l’opération Chammal mobilise 700 militaires. Elle vise, à la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliés de la France présents dans la région, à assurer un soutien aérien aux forces irakiennes dans la lutte contre le groupe terroriste autoproclamé Daech. Le dispositif complet est actuellement structuré autour de douze avions de chasse de l’armée de l’Air (six Rafale et six Mirage 2000D), d’un avion de contrôle aérien E3F et d’un avion de patrouille maritime Atlantique 2 de la Marine nationale.

Chammal : chargement de fret militaire à Aqaba en provenance du détachement chasse déployé en Jordanie
Chammal : chargement de fret militaire à Aqaba en provenance du détachement chasse déployé en Jordanie
Chammal : chargement de fret militaire à Aqaba en provenance du détachement chasse déployé en Jordanie
Chammal : chargement de fret militaire à Aqaba en provenance du détachement chasse déployé en Jordanie
Repost 0
4 mai 2015 1 04 /05 /mai /2015 11:50
Elephant Recovery: Bergeübung der Luftwaffe


29 avr. 2015 Quelle: Redaktion der Bundeswehr 04/2015 15e19301

 

Wenn Flugzeuge von der Landebahn abkommen oder abstürzen, kommen die Bergeteams der Luftwaffe zum Einsatz, ziehen die Havaristen aus dem sprichwörtlichen Dreck. Welches Bergematerial gibt es und wie wird es angewendet? Auf der Bergeübung "Elephant Recovery" optimieren die Soldaten ihre Bergetechniken.



 

Repost 0
3 mai 2015 7 03 /05 /mai /2015 11:55
Yamaha XTZ 660 TENERE photo Armée de Terre

Yamaha XTZ 660 TENERE photo Armée de Terre


30 avr. 2015 Armée de Terre

 

L’armée de Terre s’est vu dévoiler, au siège de Yamaha Motor France à Cergy-Pontoise, la toute dernière moto XTZ660 Ténéré qui équipera les régiments du train, le 13 avril 2015. Destinée à remplacer la Cagiva 350 cm3 qui date d’une vingtaine d’années, la XTZ660 Ténéré promet un meilleur confort et une plus grande autonomie à ses futurs utilisateurs militaires. Résolument moderne et polyvalente, cette nouvelle moto est adaptée aux besoins et exigences militaires. En tout, 150 motos sont attendues dans les régiments du train. Les premiers modèles seront livrés dans les unités de circulation d’ici mai 2015 et serviront en particulier pour le défilé du 14 juillet.

Repost 0
30 avril 2015 4 30 /04 /avril /2015 13:35
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

30/04/2015 Ministère de la Défense

 

Dans la soirée du 27 avril 2015, un A340 de l'escadron de transport 3/60 "Estérel" a décollé en direction du Népal, avec à son bord du fret humanitaire et des équipes de secouristes, suite au violent séisme qui a frappé le pays samedi dernier. Après une escale aux Émirats arabes unis, il a atterri ce matin à Katmandou.

 

Suite au tremblement de terre qui s’est produit au Népal le 25 avril 2015 et face à la situation de détresse humanitaire, la France a immédiatement décidé de déployer une aide d’urgence pour contribuer aux opérations de recherche et de dégagement des victimes. Le ministère des Affaires étrangères et du développement international, en liaison avec les autorités népalaises et le coordinateur des Nations unies, a décidé l’acheminement d’aide humanitaire, de fret fourni par des organisations non-gouvernementales et d’une équipe de secouriste.

 

Afin d’acheminer le plus rapidement possible cette aide, les armées ont été mobilisées pour planifier dans des délais très courts la mise à disposition d’un avion A340 de l’armée de l’air appartenant à l’escadron de transport 3/60 "Estérel". Dans la soirée du 27 avril, sur la base aérienne 110 de Creil, une équipe de l'escadron de transit et d'accueil aérien a donc procédé au conditionnement et à l’acheminement vers l’aéroport de Roissy des 17 tonnes de fret humanitaire d’urgence.

 

L’avion militaire a décollé à 23h00 de Roissy-Charles de Gaulle en direction de Katmandou avec à son bord du personnel de la sécurité civile et des membres d’organisations non gouvernementales. Faute d’autorisation d’atterrissage sur l’aéroport de Katmandou du fait de la situation d’engorgement, l’avion a stationné au Émirats arabes unis jusqu’au 29 avril. Il a pu atterrir ce matin à Katmandou pour débarquer les équipes de secours et le fret.

photo Armée de l'Airphoto Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

Repost 0
30 avril 2015 4 30 /04 /avril /2015 10:50
European air-to-air refuelling training delivers results

 

Eindhoven - 27 April, 2015 by European Defence Agency

 

The 2015 edition of the European Air-to-Air Refuelling Training (EART), which was hosted by the Netherlands from 13 to 24 April in Eindhoven airbase, has allowed tanker crews from four European nations to benefit from a dedicated training event in a realistic environment.

 

Initiated by the European Defence Agency and run by the European Air Transport Command (EATC), EART15 gathered air-to-air refuelling (AAR) aircraft from France, Germany, Italy and the Netherlands. Over the course of the event, 56 sorties were flown by the tankers which conducted over 240 contacts with receiver aircraft. These included F-16s, F/A-18s, F-15Cs and Eurofighters – all involved in the multinational fighter exercise “Frisian Flag” on the back of which EART15 had been set up.

This exercise is about increasing interoperability by working together”, Peter Round, EDA Capabilities, Armament and Technology Director, stressed during a Distinguished Visitors (DV) Day organised on 23 April in Eindhoven. “AAR is a critical enabler for all operations, and only through cooperation will we be able to increase European capabilities in this domain”, he added.

 

Fruitful cooperation

Brigadier General Pascal Chiffoleau, EATC Chief of Staff and Deputy Commander, also provided comments on the successful event: “EART15 is the result of a fruitful cooperation between EDA and EATC working together to develop common knowledge”, he said. “We must continue staging exercises such as this one to further develop AAR but also air transport capabilities in Europe”, he added.

Other activities are ongoing to increase European AAR capabilities, such as the Multinational MRTT Fleet (MMF) initiative led by the Netherlands and supported by the EDA and EATC. Late last year, the Netherlands, Poland and Norway agreed to enter negotiations with Airbus for the purchase of four A330 MRTT multirole tanker/transport aircraft which will be commonly owned, operated and supported. “This initiative will provide access to a cost-effective MRTT capability in support of EU, NATO and national operations”, Johan Van Soest, Eindhoven airbase commander and Chairman of the MMF Steering Group, explained during the DV Day. 

 

More information

Repost 0
29 avril 2015 3 29 /04 /avril /2015 16:45
Premier stage IATA sur le détachement air 181 de La Réunion

 

29/04/2015 Armée de l'air

 

Du 20 au 24 avril 2015, un instructeur du centre d’instruction du transit interarmées aérien 343 (CITIA) de la base aérienne 125 d’Istres s’est rendu sur le site du détachement air 181 de La Réunion. Il a ainsi dispensé une formation IATA (International air transport association) au profit du personnel de l’escale aérienne militaire 1D.181. Ce déplacement est une première sur un site ultramarin.

 

Cette formation a pour but de répondre au contrat opérationnel fixé par les Forces armées dans la zone sud de l’océan Indien (FAZSOI) et permettre le transport de matières dangereuses en toute sécurité, conformément à la règlementation internationale.

 

Manutention des engins de la classe des machines aéroportuaires, règles d’acceptation des marchandises dangereuses ou encore préparation d’un chargement d’un aéronef de type Airbus… Depuis 2011 et le regroupement des formation autrefois dispensées en escales aériennes, le CITIA accueille chaque année des centaines de stagiaires pour leur enseigner les fondamentaux du transit aérien.

Repost 0
29 avril 2015 3 29 /04 /avril /2015 11:55
Yamaha XTZ 660 TENERE photo Armée de Terre

Yamaha XTZ 660 TENERE photo Armée de Terre

 

29/04/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le 13 avril 2015, une délégation de la Section Technique de l’armée de Terre (STAT) s’est rendue à l’usine Yamaha de Saint-Ouen l’Aumône pour réceptionner 150 exemplaires de la nouvelle Yamaha XTZ 660 TENERE. Destinée à l’arme du Train, cette moto viendra aussi équiper le bataillon de commandement et de soutien (BCS) de la brigade franco-allemande (BFA). Elle remplacera la CAGIVA 350cm3, en service depuis 1990.

 

Concrètement, l’armée de Terre utilise ces motos pour mener à la fois des missions d’appui à la mobilité des blindés et de sécurisation des itinéraires ou des zones de déploiement. Si la nature de ces missions n’a que peu évolué avec les années, le besoin d’un nouveau matériel se faisait sentir : outre un soutien des CAGIVA qui allait inexorablement s’avérer plus difficile, il s’agissait pour le Train de se mettre au niveau des véhicules porte-chars modernes afin d’assurer au mieux leur escorte et leur appui. Légère, maniable et puissante, les performances de la XTZ 660 sur route comme en milieu accidenté lui permettent de répondre pleinement à ces attentes.

 

Fabriquée aux normes civiles à St-Quentin, dans l’Aisne, la XTZ 660 est adaptée aux normes militaires sur le site Yamaha de Cergy-Pontoise. Avec sa conception robuste qui s’inspire notamment des véhicules pilotés par les coureurs du Paris-Dakar, elle répond à une recherche d’efficacité opérationnelle, mais aussi de fiabilité et de durabilité. Plus puissante et disposant d’une plus grande autonomie que les CAGIVA, elle répond ainsi aux nouveaux besoins de l’armée de terre.

 

Par ailleurs, elle bénéficie de divers équipements complémentaires. Parmi eux, plusieurs protections assurant à la fois la sécurité du conducteur et de sa machine, comme un sabot-moteur protégeant des éclats et des projections. Des poignées chauffantes facilitent aussi la conduite en toutes circonstances,  et des coffres de rangement latéraux permettent l’emport d’une quantité raisonnable de matériel. Enfin, la réalisation de 30 remorques permettra bientôt son déploiement partout où le Train assure ses missions.

 

Modèle civil enrichi des options nécessaires au besoin militaire, la XTZ 660 répond au juste besoin des forces. Elle a ainsi l’avantage d’être un véhicule de grande série, par conséquent moins onéreux, tout en étant parfaitement adaptée aux missions qui lui seront dévolues.

 

Une acquisition simple, fiable et performante pour rester opérationnels, autrement.

Repost 0
28 avril 2015 2 28 /04 /avril /2015 11:20
photo US Navy

photo US Navy


23 avr. 2015 by US Navy

 

PATUXENT RIVER, Md. (April 22, 2015) The X-47B successfully conducted the first ever Autonomous Aerial Refueling (AAR) of an unmanned aircraft April 22, completing the final test objective under the Navy's Unmanned Combat Air System demonstration program. (U.S. Navy video/Released)

Repost 0
27 avril 2015 1 27 /04 /avril /2015 16:50
EART: le ravitaillement en vol à la mode européenne

 

24/04/2015 Sources : EATC

 

Grâce à l'European Air-to-Air Refuelling Training (EART), le ravitaillement en vol possède désormais son exercice européen de référence !

 

Du 13 au 24 avril, un C135 FR du groupe de ravitaillement en vol 2/91 (GRV) « Bretagne » participe à l’édition 2015 de cet exercice organisé par l’EATC (European Air Transport Command – commandement européen du transport aérien militaire). Des A310 MRTT allemand, KC-767 italien et KC-10 néerlandais complètent le plateau international d’EART stationné sur la base aérienne d’Eindhoven (Pays-Bas).

 

Opérant en soutien de l’exercice tactique Frisian Flag, le tanker français ravitaille en vol de nombreux appareils : F15, F16 et F18 originaires de Pologne, des États-Unis, d’Espagne, de Finlande et des Pays-Bas. Les zones de ravitaillement utilisées se trouvent principalement au-dessus de la mer du Nord, ainsi qu’aux Pays-Bas, au Danemark et au nord de l’Allemagne.

 

Créé en 2014, les exercices EART ont pour objectif principal d’entraîner les participants, en vol comme au sol, à opérer des avions-ravitailleurs depuis une base aérienne avancée (Deployed Operating Base - DOB). Les procédures sont ainsi répétées au quotidien dans un scénario tactique réaliste, conçu et conduit par l’EATC.

 

À l’instar de l’aviation de chasse développant depuis des décennies des entraînement internationaux majeurs, tels que le Tactical Leader Programme (TLP) ou les séries d’exercice baptisés Flags, EART a pour objectif de s’imposer comme un rendez-vous majeur du ravitaillement en vol. Suite à l’opération Unified Protector au-dessus de la Libye en 2011, le besoin d'un entraînement avancé entre nations européennes avait été détecté. D’importants travaux sont actuellement menés au sein de l’EATC, ainsi que par l’Otan, afin de trouver des pistes d’amélioration propres à l’emploi des appareils de ravitaillement en vol en Europe.

 

Plus d’informations sur le site de l’EATC

EART: le ravitaillement en vol à la mode européenne
EART: le ravitaillement en vol à la mode européenneEART: le ravitaillement en vol à la mode européenne
Repost 0
27 avril 2015 1 27 /04 /avril /2015 11:30
photo EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

 

17/04/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le 11 avril 2015, dans le cadre de l’opération Chammal, le pétrolier-ravitailleur Meuse a ravitaillé le porte-avions américains Carl Vinson.

 

Plusieurs heures avant le début du ravitaillement, alors que la Meuse approche du point de rendez-vous convenu, le Carl Vinson apparait au radar. Rapidement, la silhouette de l’imposant navire se dessine sur l’horizon. Ce soutien logistique est un défi technique de taille. En effet le navire américain, par sa taille et ses 93 000 tonnes, nécessite une adaptation inédite de la part de l’équipage de la Meuse. Le porte-avions Carl Vinson déplace une telle masse d’eau qu’il est impossible de trop s’en approcher sans risquer un effet d’aspiration et donc une colision.

 

Le ravitaillement s’est donc effectué à une distance de sécurité, quasiment aussi loin que le permettent les manches de transfert des carburéacteurs. La communication s’est faite en anglais, la tenue de poste du porte-avions américain a été parfaite, et la concentration des soldats français et américains a été totale. Sur chaque bord, la curiosité apparaissait sur les visages des marins.

 

Cette opération a été couronnée de succès, fruit d’une longue préparation commune avec l’état-major américain. Cette mission est emblématique de notre coopération franco-américaine en matière de ravitaillement et de soutien logistique. C’est aussi une illustration des capacités de la Marine française en matière de soutien logistique et d’interopérabilité avec nos alliés.

 

Lancée depuis le 19 septembre 2014, l’opération Chammal mobilise 3 200 militaires. Elle vise, à la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliées de la France présents dans la région, à assurer un soutien aérien aux forces irakiennes dans la lutte contre le groupe terroriste autoproclamé Daech. Le dispositif complet est actuellement structuré autour de douze avions de chasse de l’armée de l’Air (six Rafale et six Mirage 2000D), d’un avion de contrôle aérien E3F, d’un avion de patrouille maritime Atlantique 2, et du groupe aéronaval et de son groupe aérien embarqué (douze Rafale Marine, neuf Super Etendard modernisés et un Hawkeye).

photo EMA / Marine Nationalephoto EMA / Marine Nationalephoto EMA / Marine Nationale
photo EMA / Marine Nationalephoto EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

Repost 0
17 avril 2015 5 17 /04 /avril /2015 16:45
photo D. Geffroy - FFDj

photo D. Geffroy - FFDj

 

15/04/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 31 mars, dans le cadre de ses actions de coopération militaire bilatérale, la France a délivré gratuitement 20 tonnes de carburant de navigation au navire de débarquement La Dague de la Marine nationale djiboutienne.

 

Un détachement de liaison du service des essences des armées et la base navale des FFDJ a livré ce carburant, en liaison avec un coopérant de la Marine française inséré au sein de la Marine nationale djiboutienne.

 

En conformité avec le traité de coopération de défense signé en 2011 avec la République de Djibouti, les FFDj constituent une base opérationnelle avancée en Afrique de l’Est. A ce titre, elles participent au dispositif militaire français prépositionné permettant de disposer d’un réservoir de forces pouvant être projetées rapidement en cas de crise. Par ailleurs, dans le cadre de leurs activités de coopération opérationnelle, les Forces Françaises stationnées à Djibouti soutiennent leurs partenaires africains dans le renforcement de leurs capacités militaires et dans le maintien de leur aptitude à participer aux opérations de maintien de la paix. Plusieurs fois par an, les FFDj participent ainsi à la formation de militaires africains dont les pays ont des accords bilatéraux avec la France.

Repost 0
12 avril 2015 7 12 /04 /avril /2015 11:55
L'arme du Train a fêté ses 208 ans

 

08/04/2015 SCH Beltran - : armée de Terre

 

Le 26 mars 1807, Napoléon Ier créait l’arme du train des équipages militaires pour s’affranchir des ressources réquisitionnées aux entreprises privées.

 

Ce 31 mars 2015, le 503e régiment du train (503e RT) situé à Nîmes-Garons a commémoré le 208e anniversaire de l’évènement. Une prise d’armes était organisée pour l’occasion. 300 invités civils et militaires, parmi lesquels Didier Martin, préfet du Gard et Jean-Paul Fournier, sénateur-maire de Nîmes, ont assisté à la cérémonie. Cette manifestation, empreinte d’histoire et d’émotion a permis aux spectateurs de découvrir les uniformes de l’Empire, portés par la garde au drapeau.

 

Le 503e RT participe en France et à l’étranger au ravitaillement opérationnel et à l’appui mouvement des forces.

Repost 0
10 avril 2015 5 10 /04 /avril /2015 11:20
L’USNS « Rainier », vu depuis la « Meuse » - photo Marine Nationale

L’USNS « Rainier », vu depuis la « Meuse » - photo Marine Nationale

 

5 avril 2015 par PR Meuse

 

Jeudi dernier, les marines françaises et américaines ont démontré une nouvelle fois que l’interopérabilité était une des clés du succès des armées.

 

Pour remplir ses soutes de carburéacteur F44 (un combustible spécialement destiné aux avions de chasses tels que les Rafales et les Super-Étendards Modernisés du porte-avions « Charles de Gaulle »), la « Meuse » fait habituellement étape au gigantesque terminal pétrolier de Jebel Ali (Émirats Arabes Unis, voir l’article JAFZA by night sur le journal de bord en ligne).

 

Quelques heures seulement avant l’arrivée à Jebel Ali, de forts vents de terre ont réduit à néant nos espoirs de s’approvisionner à temps en F44. La visibilité quasi-nulle à cause de la poussière de sable et l’état de la mer rendant risquée toute tentative d’accostage. L’état-major du CTF 53 a trouvé une solution simple et pratique. Nous avons fait route vers le Nord-Ouest, afin de rejoindre l’USNS « Rainier », un pétrolier-ravitailleur américain dont les soutes sont pleines de F44.

 

C’est la conséquence utile de l’intégration de la « Meuse » à la Task Force 53 : pour assurer la continuité du soutien logistique, l’US Navy peut nous fournir directement du carburéacteur.

 

Réactivité, adaptabilité, interopérabilité : moins de 24 heures après la déconvenue météorologique, nous sommes prêts à nous présenter sur le travers bâbord de l’américain. L’exercice est délicat, car différent de celui que nous connaissons bien. Aujourd’hui, nous sommes le ravitaillé. Les conditions de mer sont acceptables mais exigent de faire attention. Notre présentation est prudente, le ravitaillement se passe bien.

L’américain, qui dispose de capacités de pompage supérieures aux nôtres, parvient à établir un débit de 800 m3/heure, soit plus de 220 litres par seconde ! Dès le début du transfert, il faut procéder aux contrôles de qualité qui permettront de garantir le produit délivré au porte-avions.

 

Pour une fois, c’est la « Meuse » qui appose sa marque sur le probe d’un ravitailleur

Pour une fois, c’est la « Meuse » qui appose sa marque sur le probe d’un ravitailleur

 

Quand vient l’heure de se séparer, les marins procèdent aux traditionnels échanges de casquettes et de porte-clés à l’effigie des bâtiments, ainsi qu’à l’incontournable pose de l’autocollant du ravitaillé sur le probe du ravitailleur.

 

Le bilan de la journée est excellent : en quelques heures, la « Meuse » s’est approvisionnée en carburéacteur, rattrapant ainsi le soutage annulé de Djebel Ali. La coopération avec la marine américaine a permis de pallier les déconvenues d’une tempête de sable. L’expérience est un succès, elle sera peut-être reconduite.

Repost 0
7 avril 2015 2 07 /04 /avril /2015 16:55
La Maison des blessés et des familles


7 avr. 2015 Ministère de la Défense

 

La Maison des blessés et des familles de l’Hôpital d’instruction des armées Percy offre un nouveau souffle aux militaires blessés en opération et à leurs proches.
Composée de 11 appartements, répondant tous aux normes handicapés, cette maison offre la garantie d’une meilleure prise en charge pour les soldats et leurs proches dans le chemin de la reconstruction.

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories