Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 08:50
Transfer of Authority successful


9 March - by EATC

 

Since July last 2014, Spain is member of the EATC - although its fleet operated yet on national assets. This has now changed, because since 09 March 2015 the sixth EATC nations transferred 25 Air Transport assets via Transfer of Authority (ToA) to EATC OPCON (Operational Control).


The first Spanish aircraft to fly on EATC OPCON was a Lockheed C-130H “Hercules” from Air Transport Wing 31, stationed in Zaragoza. It departed this morning from Torrejon Airbase (near Madrid) via Algeria to Libreville.

 

The consequences of the Spanish ToA

The accession of Spain comprises a bigger fleet for the EATC nations and more types of aircraft. This entails more Air Transport Requests and therefore more cross-national possibilities. Besides this, Spain’s geographical situation and its regular routes provide interesting synergy opportunities to make the EATC’s Pooling and Sharing initiative more effective. In numbers this means 25 additional aircraft for EATC use, three extra Airbases and 30 EATC positions to be filled by Spain within EATC.

In total, the EATC assigned air fleet now consists of 189 aircraft.


By the use of the below links, find some overview of the newly assigned Spanish aircraft types as well as their Airbase locations.

 

New EATC assigned Spanish aircraft:
-    Lockheed C-130H and KC-130H  
-    CASA C-295             

-    Boeing B707/KC707  

 

Spanish Airbases

- Air Transport Wing 35, Getafe

- Air Transport Wing 31, Zaragoza

- Air Mixed Group 47, Torrejon   

Repost 0
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 08:30
US has 250 contractors in Iraq assisting with logistics, more may soon follow.(Photo US Air Force)

US has 250 contractors in Iraq assisting with logistics, more may soon follow.(Photo US Air Force)

 

March 9, 2015 By Paul McLeary – Defense News

 

Civilian advisers, contracted helicopters, on the Pentagon's shopping list to help in Iraq

 

WASHINGTON — The Department of Defense only has about 250 civilian contractors in Iraq supporting the 2,700 US troops deployed there; but a handful of new solicitations and potential contracts may soon add to that number, according to items posted to a federal contracting Web site.

 

For the past two decades, the resource-heavy American way of war has dictated that where US troops go, civilian contractors follow. It's a way of doing business that has become ingrained in the Pentagon's culture as end strength has slowly been whittled away while global commitments show no sign of slackening.

 

The wars in Iraq and Afghanistan have doubled down on the practice, with the number of contractors more than doubling the number of uniformed personnel on the ground at various points over the past decade.

 

And it's a trend that continues in Afghanistan, where the 10,000 US troops there are dwarfed by the 39,600 contractors supporting their training and advising mission, 14,200 of which are American citizens.

 

In Iraq, Pentagon spokesman Mark Wright said in an email, DoD contractors are tightly focused in their activities, "primarily performing translator/interpreter, communications, logistics, and maintenance functions."

 

Overall, there are about 5,000 mainly State Department contractors in Iraq which represents a relatively modest footprint as compared to previous years, where there were over 160,000 during the height of the fighting. There are also 54,000 civilian contractors working across the Middle East for US Central Command.

 

But more could be on their way to Iraq.

 

On March 3, the US Army issued a solicitation for Security Assistance Mentors & Advisors to support the Iraqi Ministry of Defense "with designing, implementing, and sustaining systems that increase its institutional capabilities."

 

Asked about the document, the Pentagon's Mark Wright explained that while the contract does not specify any particular number of advisers, "it is not anticipated to be greater than a half dozen ministry advisors. These persons are not required to be armed and are not intended to directly support combat operations, but to provide administrative assistance."

 

And its not only civilian personnel that are being tapped to support the uniformed personnel in Iraq. On Feb. 27, the US Transportation Command issued a Request for Information looking for a contractor to provide eight "heavy Rotary Wing aircraft."

 

While not an official solicitation just yet, the US government said that it is looking to identify contractors who can provide birds that can each ferry a minimum of 12 passengers and move a load of at least 5,000 pounds. The aircraft and their civilian crews would be positioned at the Baghdad Diplomatic Support Center, and "missions may involve destinations throughout Iraq" transporting troops, food and water, fuel, and ammunition.

 

The Diplomatic Support Center is a 350-acre facility run by the State Department next to the Baghdad International Airport, which is also thought to house the US Army Apache helicopters sent to Baghdad last year.

 

While their numbers are still relatively small in Iraq, the use of contractors in American military deployments in recent years has stirred plenty of controversy—particularly the use of security contractors. Critics have charged that the use of civilians to perform so many non-combat functions has served to downplay the true size of the American commitment.

 

There have also been plenty of issues revolving around poor contract oversight, human rights issues revolving around contractors from third-world countries, and plenty of waste, fraud, and abuse. In fact, the Commission on Wartime Contracting has reported that as much as $60 billion was lost to waste or fraud in Iraq, as contractors often subcontracted out to other contractors and the trail of money went wobbly.

Repost 0
7 mars 2015 6 07 /03 /mars /2015 08:45
photo R. Veron - FFDj

photo R. Veron - FFDj

 

06/03/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le 23 février 2015, les Forces Françaises stationnées à Djibouti (FFDj) ont apporté un soutien logistique significatif aux Forces armées djiboutiennes (FAD) en mettant à disposition un avion de transport tactique et son équipage pour transporter une partie de l’effectif du Bataillon Hiil 2 (BATHIIL 2) engagé au sein de la mission de l’Union Africaine en Somalie (AMISOM).

 

Dans le cadre du déploiement du contingent BATHIIL 2 vers Beledweyne en Somalie, au sein de mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM), les Forces françaises stationnées à Djibouti (FFDj) ont apporté un soutien de transport aérien militaire qui a permis à 80 soldats djiboutiens de rejoindre Beledweyne ainsi que le retour de mission de 9 autres.

 

Ces liaisons ont été assurées par un Transall C160 de la base aérienne 188 des FFDj. Les quatre vols de C160 réalisés dans la même journée ont été planifiés communément avec les FFDj et les FAD.

 

Cette action s’inscrit dans le cadre plus large de la coopération opérationnelle entre la France et Djibouti. Celle-ci se traduit notamment par des formations régulières réalisées pour parfaire la préparation opérationnelle des éléments djiboutiens avant leur projection au sein de l’AMISOM, au format BATHIIL.

 

En conformité avec le traité de coopération de défense signé en 2011 avec la République de Djibouti, les FFDj constituent une base opérationnelle avancée en Afrique de l’Est. Elles participent ainsi au dispositif militaire français prépositionné permettant de disposer d’un réservoir de force pouvant être projetées en cas de crise. Par ailleurs, les FFDj bénéficient d’une capacité d’entrainement permanente, avec comme principal « outil » le centre d’entraînement au combat et d’aguerrissement au désert de Djibouti (CECAD), qui accueille des unités permanentes ou en mission de courte durée des FFDj, des unités ou écoles de métropole, ainsi que les forces armées djiboutiennes et étrangères.

photo R. Veron - FFDj

photo R. Veron - FFDj

Repost 0
6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 17:35
Fly low: the Navy's hovercraft skim waves to deliver hardware ashore


6 mars 2015 US Navy

 

KIN BLUE, Japan (Feb. 12, 2015) Landing Craft Air Cushion transporting Marines and equipment from the USS Bonhomme Richard (LHD 6) to White Beach and Kin Blue, Okinawa, Japan. The LCACs are with Naval Beach Unit 7, USS Bonhomme Richard (LHD 6). The Marines are with the 31st Marine Expeditionary Unit and are currently conducting Spring Patrol 2015. (U.S Marine Corps video by Cpl. Abbey Perria/Released)

Repost 0
6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 08:50
Think Multinational – Train Together

 

12 February - LTC Ballinger- EATC

 

This week around 80 subject matter experts from the 11 nations participating in EATT 15 met at the EATC in Eindhoven to define the training objectives for the largest Air Transport exercise in Europe.

 

From 14 - 26 June 2015, the Air Transport community will meet in Beja (Portugal) to run its yearly European Air Transport Training.

 

Based on the training requirements and training objectives fixed by the participants, the experts from the EATC will build an exercise scenario including Intel, Air- and Ground threats, Aeromedical Evacuation, Personnel- and Material drop as well as Combined Air Terminal Operations.

 

The training will start with academics and basic Familiarization Flights but will rapidly evolve to more complex Multiship Missions and Combined Air Operations (COMAO).

 

Participation:

 

In total, aircraft and crews from 12 countries will take part in the training.

Participating nations are:

    Belgium (1x C-130H)

    Germany (1x C-160D)

    Finland (1x C-295)

    France (1x C-130H, 1x CN-235)

    Italy (1x C-130J)

    Lituania (1x C-27J)

    the Netherlands (1x C-130H)

    Portugal (1x C-130H, 1x C-295)

    Romania (1x C-27J)

    Sweden (2x C-130H)

    the United Kingdom (1x C-130J)

 

Organization:

EATT is an EDA initiative under the umbrella of the EATF and supported by the Host Nation, by EATC, AATTC, EAG and JAPCC

Repost 0
6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 08:50
EAATTC 15-1 in Plovdiv, Bulgaria (17 Mar-3 Apr)


 

5 March 2015 - EATC

 

The first European Advanced Airlift Tactics Training Course (EAATTC 15-1) will be held in Bulgaria from 17 March to 3 April 2015.


Aircraft and crews from six European countries are participating: Bulgaria (C-27J), Czech Republic (C-295), Germany (C160), France (C-130), Italy (C-130J) and the Netherlands (C-130). The programme of the training will include academic course and basic flying sorties during the first week, followed by more complex missions involving low-level flights, air-to-air as well as surface-to-air threats, and maximum effort landings during the second week.

Run by the EATC, EAATTC is conducted under the umbrella of the European Air Transport Fleet (EATF) whose main objective is to increase the European Union's airlift capabilities by addressing shortages and increasing interoperability.

For more information

Repost 0
6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 08:50
photo Cpl Goddard RAF

photo Cpl Goddard RAF


March 05, 2015 defense-aerospace.com

(Source: Royal Air Force; issued March 05, 2015)
 

The A400M Atlas, the Royal Air Force’s newest airlift aircraft, delivered a cargo of vital freight into Cyprus this week on its first operational mission as it prepares for initial operational capability later this year.

The aircraft, ‘City of Bristol’, flew into RAF Akrotiri delivering operational freight, making this training flight also Atlas’ first operational tasking. In the Captain’s seat on this historic flight was 24 Squadron pilot, Flight Lieutenant Jamie “JJ” Jackson. He said:

“This flight was incredibly significant for the RAF demonstrating the capability of the aircraft and that we are able to use it to support operations even before we are declared operational. Once we were airborne the aircraft performed well throughout all phases of flight and was great to fly.”

Destined to replace the C130 Hercules, the Atlas is a significantly larger aircraft that has been designed to project tactical air mobility capabilities at range, direct to the point of need. Wing Commander Simon Boyle, Officer Commanding 70 Squadron, said:

“This task illustrates how we are developing the use of the aircraft in this early period. We have been able to support defence operations whilst continuing to grow the experience of our Force’s aircrew instructors, before they begin to train the crews destined for 70 Squadron later this year.”

The aircraft’s load consisted of a variety of freight. Speaking at the Atlas’ UK base at RAF Brize Norton, Simon added:

“The delivery of operational freight is central to the mission of the Atlas Force. This is an important step towards the declaration of an initial strategic Air Transport capability on Atlas in RAF service, and bodes well for 70 Squadron becoming operational as the front-line Atlas squadron later this year.”

Also taking part in the aircraft’s first operational flight was 70 Squadron’s Senior Loadmaster, Master Aircrewman Ian Price. He said:

“Given Akrotiri’s pivotal role as a staging post for the RAF, this trip has provided a fantastic opportunity for us to work alongside the movements team here as we continue to develop our understanding of the impressive payload capabilities of our new aircraft.”

photo Cpl Goddard RAF

photo Cpl Goddard RAF

Repost 0
6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 08:20
Le CENTCOM veut déployer davantage de civils de la Défense en opex

Bob Perry (Civilian Expeditionary Workforce) and Capt. Christian Thompson assess the damage done to a high voltage electrical line while deployed in support of Operation Iraqi Freedom in July 2007.

 

05.03.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense

Le Centcom (Central Command) recherche des volontaires parmi les civils du DoD pour aller en Afghanistan, en Irak, au Koweït et au Qatar et pourvoir des postes "critiques" dans des bases des forces américaines ou otaniennes.

La liste des domaines est variée (santé, sécurité, administration, maintenance, logistique, comptabilité...) et longue, comme le précise un récent communiqué de presse: "Safety and occupational health management; fire protection and prevention; recreation specialist; equal employment opportunity; miscellaneous administration and program; miscellaneous clerk and assistant; program management; logistics management; accounting; auditing; general engineering; engineering technical; construction control technical; civil engineering; survey technical; environmental engineering; mechanical engineering; electrical engineering; general attorney; procurement clerical and technician; production control; housing management; operations research; facility operations services; general inspection; investigation, enforcement and compliance; general supply; transportation operations; carpentry; maintenance mechanic; and engineering equipment operating."

 

Des avantages? Une prime de 35% (après 42 jours de déploiement cependant), des primes de risques (35% aussi), des heures supplémentaires (10% de nuit, 25% le dimanche)... Exemple: pour un salaire CONUS (Continental US) de 4 704,80$, le salaire OCONUS (Outside continental US) serait de 11 197,08$, ainsi que le montrent les données publiées sur le site Civilian Deployment Experience (à consulter ici). Globalement, le taux horaire passe de 40,58$ à 78,76$.

Serait-ce une façon de moins compter sur les contractors du privé? En opex (contingency operation), les salaires des civils américains se valent; ce qui est plus cher, c'est ce que facture l'entreprise à son client fédéral.

Ou bien serait-ce un moyen de réduire les coupes dans les effectifs civils du DoD?

Repost 0
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 18:57
Le CEAM présente - Episode 02 - Expérimentation A400M Capacité opérationnelle sur longue distance

05.03.2015 CEAM

Repost 0
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 17:30
Navigating All the Way to Destination

 

05.03.2015 David Greenwald - Eden Sharon -IAF

 

An advanced GPS system, which allows accurate navigation of airdrop equipment to ground forces, will soon enter IAF service

 

The system consists of a parachute, GPS device and the airdrop equipment, can navigate supply in the weight of up to one 1 ton to a pre-set destination. The mission is pre-planned by a computer and the system can also be controlled by a remote control which allows piloting and tracking of the cargo.

 

With the system it will be possible to track the exact location of the cargo while in air, perform location adjustments or even set up a new destination point. The engineers of the IAF Flight Test Center are now conducting final inspections prior to the system's operational activation.

The testers examine the factors that can affect the ability of the cargo to reach the pre-determined destination: preferable altitudes for airdrop, weight limits and the effect of strong winds on performances.

 

"This system has an utmost operational value. It will allow airdropping equipment and food from much higher altitudes, an ability which will improve the stealth capabilities of the cargo plane and the accuracy of the parachuting", says Lieutenant Y, an engineer from the IAF Flight Test Center, in charge of the tests. "We expect a correlation between the defined waypoint and the results in the field without any particular difficulties".

Repost 0
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 17:45
photo FFCI

photo FFCI

 

04/03/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 2 mars 2015, 18 militaires des Forces française en Côte d’Ivoire (FFCI) escortés par la prévôté de la Gendarmerie Nationale française, ont été mobilisés pour accueillir, sécuriser, et décharger le navire roulier de la Maritime Nantaise « Calao ».

 

Le Calao a atteint le port d’Abidjan avec à son bord plus de 2 049 tonnes de matériel pour les FFCI et la force Barkhane. Les dix-sept  renforts du 519e Groupe de transit maritime de Toulon et les FFCI ont ainsi déchargé le fret  destiné à assurer les principales relèves matérielles et logistiques de nos forces déployées sur la façade Ouest de l’Afrique.

 

Ce chargement comprenait 311 containers et 45 véhicules, dont des engins du génie rapide de protection (EGRAP), véhicules blindés légers longs (VBLL), merlots, grues Liebherr, véhicules GBC180,  tracteurs TRM700. Les FFCI ont assuré le conditionnement de 40 containers qui transiteront prochainement d’Abidjan vers Niamey au Mali, où le convoi sera pris en compte par la force Barkhane.

 

Ces manœuvres permettent les relèves de véhicules, le transport de pièces mécaniques et le ravitaillement en munitions ou en vivres des forces armées françaises sur toute la façade Ouest de l’Afrique.

 

Les Forces Françaises en Côte d’Ivoire (FFCI), créées le 21 janvier, assurent la protection des ressortissants français et aident à entretenir la coopération militaire régionale, notamment bilatérale avec les Forces de la République de Côte d’Ivoire (FRCI). Elles sont en mesure d’appuyer les partenaires de la région, notamment l’ONUCI, conformément aux dispositions de nos résolutions du Conseil de Sécurité. Ces forces constituent le point d’appui principal de nos forces de présence sur la façade ouest-africaine, et sont un réservoir de force rapidement projetable en cas de crise dans la région.

photo FFCIphoto FFCI
photo FFCIphoto FFCI

photo FFCI

Repost 0
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 08:45
Opération Barkhane : l’appui au déploiement

 

03/03/2015 Sources : EMA

 

Le 25e régiment du génie de l’air (25e RGA), est présent depuis janvier 2013 à Niamey au Niger dans le cadre de l’opération Barkhane. Il est chargé de la réalisation et du maintien en condition des plateformes aéronautiques de protection du détachement air (DETAIR).

 

Sa mission est de réaliser les travaux de réfection du taxiway militaire, de remettre en état le parking avion de la base aérienne nigérienne, de créer un plot temporaire pour le Boeing C135, ainsi que quatre plots définitifs dédiés aux avions de transport tactiques (ATT).

 

Les unités d’appui au déploiement (UAD) produisent des capacités opérationnelles au profit du système de combat de l’armée de l’air : la base aérienne. Ainsi, le 25e RGA assure l’infrastructure horizontale (pistes et aires aéronautiques). Parmi les autres UAD, le groupement aérien d’appui aux opérations (GAAO) est en charge de l’infrastructure verticale (installations opérationnelles, eau, électricité…) et le groupement tactique des systèmes d’information et de communications aéronautiques (GTSICAéro) est garant de l’infrastructure SIC pour assurer les liaisons opérationnelles intrathéâtre et vers la métropole.

 

Pour en savoir plus sur ce sujet, ne manquez pas le numéro de mars 2015 d’Air actualités. Il vous propose un dossier complet sur les unités d’appui au déploiement.

Opération Barkhane : l’appui au déploiementOpération Barkhane : l’appui au déploiement
Repost 0
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 17:55
En piste avec le génie de l'air


3 mars 2015 Armée de l'Air

 

Pour toutes les opérations aériennes demandant une projection, le 25 Régiment de l'Air est sollicité. Cette unité de l'Armée de l'Air, composée de sapeurs de l'armée de terre, est spécialiste des plateformes aéronautiques. Topographes, géomètres, conducteurs d'engins préparent l'arrivée des aéronefs. Que ce soit pour construire, rénover ou expertiser une piste, ils amènent leurs compétences dans toutes les situations.

Repost 0
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 17:50
Britain invests in facilities for F-35 aircraft

 

LONDON, Feb. 23 (UPI)

 

Britain says it is building facilities for operation of its future F-35 Lightning II aircraft fleet at a Royal Air Force base in the east of the country.

 

Nearly $462 million is being invested in Eastern England for facilities to handle F-35 Lightning II aircraft, the Ministry of Defense reported. The funding will be directed at RAF Marham, with work planned to begin on infrastructure and facilities by the end of this year. The construction work will create 1000 new jobs directly in the construction phase of the project and an additional 700 jobs in the supply chain, the ministry said.

 

Read more

 

Repost 0
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 17:20
Automated weapons maintenance and tracking system highlighted

A RuBee tag placed on weapons and munitions can track their location. Photo : Visible Assets Inc.

 

Feb. 26, 2015 By Richard Tomkins (UPI)

 

An automated system that monitors the movement of weapons and munitions in an armory as well as their condition has been tested by the Navy in a pilot program.

 

DENVER, Feb. 26 -- A new weapons maintenance system that remotely manages, diagnoses and tracks weapons and munitions has been pilot program tested by the U.S. Navy. The system -- RuBee Weapon Shot Counter -- was developed by Lockheed Martin and Visible Assets Inc. It automates the weapons and munitions tracking process and holds the promise of saving the Navy millions of dollars.

 

Read more

Repost 0
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 08:55
photos Marine Nationale

photos Marine Nationale

 

2 Mars 2015 Source : Marine nationale

 

Le 25 février 2015 en rade de Brest, dans le cadre de l’entretien du savoir-faire au remorquage d’urgence, le remorqueur-côtier (RC) Buffle a pris en remorque le bâtiment hydrographique Laplace. Coup de projecteur, en images…

 

Travailleur de l’ombre rompu aux manœuvres portuaires du port militaire et du port de commerce de Brest, le Buffle est également capable de participer à une action de remorquage s’inscrivant dans la durée. Remorquer un bâtiment de fort tonnage tel celui d’un BPC du type Mistral ou tracter un barrage anti-pollution font partie de ses capacités.

 

 Deuxième d’une série de trois remorqueurs, le Buffle est pourvu d’une propulsion atypique cycloïdale et verticale dite «Voith Schneider», lui procurant une remarquable manœuvrabilité.

 

Sa force de traction de 26 tonnes, le professionnalisme de son équipage composé de douze marins et son unicité font du RC Buffle un élément précieux et apprécié des pilotes de la base navale de Brest dès que les conditions météorologiques se dégradent et compliquent les manœuvres portuaires.

photos Marine Nationalephotos Marine Nationale

photos Marine Nationale

Repost 0
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 08:45
EFS : Stage logistique ONU au Bénin

 

02/03/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 2 au 5 février 2015, les éléments français au Sénégal (EFS) ont conduit une formation logistique à Cotonou visant à appuyer la préparation opérationnelle des soldats béninois qui seront prochainement projetés au sein des missions de maintien de la paix, notamment celles réalisées dans le cadre de l’organisation des nations unies (ONU).

 

L’objectif de cette formation était d’instruire le personnel officier et sous-officier aux particularités de la logistique opérationnelle des bataillons engagés sous mandat de l’ONU. Au total huit officiers et onze sous-officiers des armées et de la gendarmerie béninoises ont suivi les cours dispensés par l’instructeur logistique des EFS.

 

 La qualité des stagiaires, tous affectés dans des postes traitant de la logistique dans des domaines très différents, a permis d’aborder toutes les dimensions de la logistique opérationnelle « onusienne ». A l’issue de cette formation, ils pourront ainsi réemployer les savoir-faire acquis dans un esprit d’interopérabilité renforcée avec les autres contingents de l’ONU. Parmi les missions auxquelles contribuent les forces armées béninoises figurent la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations-Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), l’opération des Nations-Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) et la Mission de l’organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC).

 

Depuis 2011, les EFS constituent un « pôle opérationnel de coopération à vocation commune régionale » en Afrique de l’Ouest. A ce titre, ils conduisent des actions bilatérales et régionales de coopération militaire opérationnelle visant à accompagner les Etats africains dans le renforcement de leur capacité de maintien de la paix. Les EFS ont par ailleurs la capacité d’accueillir, de soutenir, et de commander une force projetée, comme cela a été le cas lors du lancement de l’opération Serval en 2013.

Repost 0
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 19:45
Opération Barkhane : Le SLC de Niamey, le maitre d’œuvre du DETAIR

 

02/03/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 25e régiment du génie de l’air (25e RGA), est présent depuis janvier 2013 à Niamey au Niger dans le cadre de l’opération Barkhane. Il est chargé de la réalisation et du maintien en condition des plateformes aéronautiques de protection du Détachement air (DETAIR).

 

Sa mission est de réaliser les travaux de réfection du taxiway militaire, la remise en état du parking avion de la base aérienne nigérienne, la création d’un plot temporaire pour le Boeing C135, ainsi que la création des quatre plots définitifs dédiés aux avions de transport tactiques (ATT). Ces actions s’inscrivent dans le Service local constructeur (SLC) du détachement air de Niamey, qui conduit et réalise les opérations d’infrastructure au profit de du théâtre nigérien ainsi que sur d’autres détachements de l’opération Barkhane.

 

Le SLC dépend du Service d’infrastructure de la Défense (SID), un organisme interarmées qui est le référent ministériel dans les domaines de la construction, de la maintenance immobilière, de la gestion domaniale et de l’énergie aussi bien sur le sol national qu’à l’étranger. Sur le DETAIR de Niamey, l’équipe du SLC compte une dizaine de militaires, parmi lesquels on retrouve des conducteurs de travaux et des spécialistes infrastructure casernement qui s’occupent des réparations et des dépannages ainsi qu’un dessinateur de plans.

 

Depuis le début d’année 2015, d’importants projets ont été finalisés et livrés par le SLC, notamment la zone de détachement de transit interarmées aérien (DETIA), avec ses deux hangars et sa structure métallo-textile, qui permettent le transit du personnel et des matériels lors des périodes de relèves majeures. Le deuxième bâtiment «vie » pouvant accueillir une soixantaine de personnes, et inauguré le 2 janvier 2015 par le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, a également été livré au cours de ce mandat.

 

L’opération Barkhane regroupe 3 000 militaires dont la mission, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes pouvant agir dans la bande sahélo-saharienne.

Opération Barkhane : Le SLC de Niamey, le maitre d’œuvre du DETAIROpération Barkhane : Le SLC de Niamey, le maitre d’œuvre du DETAIR
Opération Barkhane : Le SLC de Niamey, le maitre d’œuvre du DETAIR
Repost 0
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 17:20
Holloman - Load Competition


2 mars 2015 Quelle: Redaktion der Bundeswehr 15E10505 02/2015

 

Wettkampf zwischen deutschen und amerikanischen Flugzeug-Warten auf der Holloman Air Force Base in New Mexico. Bei der sogenannten „Load Competition“ müssen Außenlasten an Kampfflugzeuge montiert werden. Bei dem Wettbewerb kommt es allerdings nicht nur auf Schnelligkeit an, die Arbeiten müssen auch gründlich ausgeführt sein.

 

Musik: Go For A Ride von Burger, Fellermeier (Universal)

 

Repost 0
1 mars 2015 7 01 /03 /mars /2015 12:55
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

27 Février 2015 Source : Marine nationale

 

La société Lloyd’s Register Quality Assurance (LRQA) a audité en février le système de management de la qualité de l’atelier militaire de soutien (AMS) de la base navale de Cherbourg.

 

Au-delà du renouvellement de la certification des activités de la division ateliers (certifiée depuis 1997), l’atelier militaire de soutien a obtenu avec succès le certificat d’approbation pour les activités du groupement comptabilité et prestations logistiques (approvisionnement, réception, magasinage, délivrance et expédition). C’était un objectif ambitieux, envisagé pour 2016 mais réussi dès 2015 grâce à la mobilisation de tous.

 

L’ensemble des activités de l’atelier militaire est donc certifié, ce qui vaut, dans le monde industriel du maintien en condition opérationnelle (MCO) d’aujourd’hui, l’assurance de l’application de règles de qualités portées par des processus éprouvés.

 

Tous les bâtiments basés à Cherbourg ou transitant à Cherbourg bénéficieront ainsi de cette rigueur reconnue de façon indépendante dans les différentes tâches de réparation navale qui incombent aujourd’hui à l’atelier militaire de soutien de la base navale.

Repost 0
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 08:55
Daher se réorganise pour devenir un acteur mondial

 

26/02/2015 Par Véronique Guillermard – LeFigaro.fr

 

Le groupe, présent dans l'aéronautique et le nucléaire, veut doubler de taille.

 

C'est à une révolution en douceur, mais à une révolution tout de même, que se soumet le groupe familial Daher. Pour la première fois de son histoire, commencée en 1863 dans le négoce et le transport maritime, le groupe, qui fait partie des grands équipementiers de l'aéronautique et du nucléaire, sera dirigé par un patron n'appartenant pas à la dynastie familiale. À 65 ans, le PDG, Patrick Daher, a décidé de faire évoluer la gouvernance afin de confier la direction opérationnelle de cette belle ETI française de 1 milliard d'euros à Didier Kayat, son bras droit et homme de confiance, entré dans le groupe en 2007. Celui-ci a été nommé directeur général délégué et «a vocation à devenir le directeur général de Daher avant la fin de 2017. Dans l'intervalle, il devra construire le budget 2016 et organiser son équipe», précise Patrick Daher, qui conservera le poste de président non exécutif. «Cette décision a été prise en accord avec le holding patrimonial de Daher et son actionnaire Bpifrance», précise le PDG.

Après plusieurs années à bâtir, consolider et tester la robustesse de son «business model», l'ETI veut accélérer. Signal visible de cette volonté, l'ensemble des sociétés du groupe adopte la marque de la maison mère, Daher, tout en conservant leurs marques commerciales. «Daher veut devenir un équipementier de premier rang qui soit un acteur majeur et un référent dans le monde aéronautique et les technologies avancées, dont le nucléaire», résume Didier Kayat. Il s'agit d'être à la pointe de ce que les économistes appellent la «3e révolution industrielle» ou le basculement de l'industrie dans l'ère du 3.0. Cela, grâce aux travaux déjà engagés par le groupe sur l'«usine intelligente» qui consacre la convergence de l'industrie et des services, la maîtrise des données (big data) au sein d'une usine déployée à l'échelle mondiale ainsi que la coopération entre l'employé humain et les robots collaboratifs ou «cobots».

 

Plan de transformation

L'entreprise s'appuiera sur son ADN: «Daher est une société de services qui a appris l'industrie puis a introduit les méthodes et process industriels dans les services», développe Patrick Daher. Cela, dans deux métiers complexes technologiquement et à cycle long. «Notre objectif est de passer du statut d'ETI à celui de grande entreprise. Nous voulons devenir un grand équipementier mondial», insiste Patrick Daher, qui devra mettre en œuvre un plan de transformation afin que le groupe double de taille entre 2017 et 2025, qu'il diversifie ses recrutements et qu'il s'internationalise, avec, en première intention, les États-Unis, où il est peu présent. Daher continuera à réaliser des acquisitions. Et «si une opération structurante qui transforme la société se présente, la famille regardera. Mais dans tous les cas, nous voulons garder le contrôle familial et opérationnel», précise Patrick Daher.

Repost 0
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 08:20
MHTK Miniature Hit-to-Kill deployment concept -Graphic Lockheed Martin

MHTK Miniature Hit-to-Kill deployment concept -Graphic Lockheed Martin

 

February 26, 2015 Saurabh Joshi – Stratpost.com

 

The MHTK is meant to intercept a variety of targets that include rockets, artillery, mortar (C-RAM or Counter Rockets, Artillery and Mortar), as well as, Unmanned Aerial Vehicles (UAVs).

 

US defense and aviation company Lockheed Martin presented its Miniature Hit-to-Kill (MHTK) interceptor concept, which is part of the US Army’s Extended Area Protection and Survivability (EAPS) program, for the defense of vital installations and positions from incoming aerial projectiles.

 

The MHTK is meant to intercept a variety of targets that include rockets, artillery, mortar (C-RAM or Counter Rockets, Artillery and Mortar), as well as, Unmanned Aerial Vehicles (UAVs). In battlefield and border environments, mortar fire can cause the highest number of casualties, being more common than other area weapons, like on the Line of Control (LoC) and the International Border (IB).

 

Christopher R. Jackson, Manager of International Business Development for the MHTK system for Lockheed Martin spoke to StratPost about it and according to him, while other systems rely on the explosive force of internally carried ordnance and proximity blasts to take out aerial threats, the MHTK carries no ordnance at all and relies only on the accuracy of its targeting system, the speed of the rocket motor and the mass of the interceptor.

 

He said that while other systems create two to three mJ (mega Joules) of energy the Mini Hit-to-Kill generates 200 to 300 mJ of kinetic energy through its sheer momentum.

 

The Miniature Hit-to-Kill in flight -Photo Lockheed Martin

The Miniature Hit-to-Kill in flight -Photo Lockheed Martin

With a length of 71 centimeters, diameter of less than 50 millimeters and a mass of less than 3 kilograms, each MHTK system can protect an area with a radius of 2-3 sq kilometers and a range of 3-4 kilometers. With an NLOS (Non Line of Sight) launcher with a capacity of 135 rounds, incoming projectiles are spotted and tracked by a ground-based Fire Control Sensor radar and then illuminated by a Target Acquisition Radar (TAR). Meanwhile the MHTK interceptors with semi-active seekers are vertically launched from the NLOS launcher and home in on the illumination reflected from the projectile and destroy it by force of impact.

 

Jackson said that while they’ve ‘done some test shots’ on ‘test bed radars’, Lockheed Martin is looking for international partners for the project and Jackson thinks the development of the MHTK could be a good fit for the Indian government’s ‘Make in India’ initiative, in addition to a solution for protection against mortars and other projectiles for Indian personnel.

Repost 0
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 17:55
Daher au coeur de la 3e révolution industrielle

 

26 février 2015, par Gilles Solard - strategieslogistique.com

 

L’industriel veut accélérer sa croissance dans les industries high tech et la logistique intégrée en faisant évoluer sa gouvernance et en incarnant cet élan par un nouveau logo.

 

Daher se porte bien et même très bien. Le groupe a réalisé un chiffre d’affaires proche du milliard d’euros (970 millions) en 2014, en hausse de 9% à périmètre constant. Sa qualité de service est en amélioration continue, au point que Patrick Daher, directeur général du groupe, se targue de 98% à 99% de taux de service. Un phénomène rare dans des industries (aéronautique, aérostructures, nucléaire et énergie) où les retards s’accumulent facilement. Un succès qui peut s’expliquer par le fait que l’équipementier dispose "d’un ADN de logistique intégrée". Originaire de la prestation logistique, ce groupe s’est tourné vers l’industrie au tournant des années 2000, mais n’a jamais renié ses origines. Les services, intitulés "logistique intégrée" et constitués par le support et la maintenance de ses activités industrielles, représentent toujours entre 40% à 60% de son activité. Le comité de direction dispose d’ailleurs, en la personne de Patrick Jeanroy, d’une direction "stratégie logistique".

 

Et ce sont bien les services associés à l’industrie, et la convergence de ses deux activités, qui donne des ailes à l’équipementier, 5e avionneur français, participant à la fabrication de pas moins de 14 000 aéronefs par an. Daher veut aujourd’hui doubler son chiffre d’affaires en tablant sur la 3e révolution industrielle, celle de l’informatique, en phase d’accélération brutale 30 ans après son démarrage, grâce à la gestion des données. "Nous voulons accélérer notre positionnement en prenant des risques mesurés pour devenir un grand équipementier français", explique Patrick Daher. La comparaison avec un Bill Boeing, fondateur du célèbre avionneur, qui a commencé en posant des mains courantes dans les avions, n’est pas à exclure.

 

Pour continuer de progresser, Daher mise aussi sur forte internationalisation et notamment une accélération de la présence du groupe aux Etats-Unis. Mais pour donner une visibilité de long terme, Daher fait évoluer sa gouvernance. Depuis le 1er janvier 2015, Didier Kayat, entré dans l’entreprise en 2007, a été nommé directeur général délégué et prendra la succession de Patrick Daher d’ici 2017 en tant que directeur général. L’équipementier a aussi décidé de se doter d’une nouvelle identité de marque. "C’est désormais une marque unique pour tous nos métiers, nos secteurs et nos activités", explique Didier Kayat. Et même si l’équipementier ne cesse de rappeler que "Daher est un industriel", l’un des premiers projets du groupe consiste à améliorer la supply chain aéronautique dans le cadre d’un programme de 20 millions d’euros pour aider les PME de ce secteur à améliorer les délais de livraison. La "logistique intégrée" de Daher est bien le socle sur lequel l’équipementier va bâtir sa croissance.

Repost 0
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 12:55
Daher: un étranger à la famille investi de la mission de doubler le chiffre d'affaires

 

25 février 2015 dhnet.be (AFP)

 

Pour la première fois de son histoire vieille de 150 ans, le groupe aéronautique Daher sera dirigé d'ici deux ans par un cadre extérieur à la famille fondatrice, dont la mission sera de doubler le chiffre d'affaires de l'entreprise.

 

Société non cotée, Daher présente la particularité d'être à la fois un groupe industriel et un groupe de services (logistique). Le groupe estime que ce positionnement original explique une partie de ses succès récents.

 

"L'année 2014 a été une très bonne année", a déclaré mercredi son PDG Patrick Daher, dans un entretien à l'AFP. "Nous voulons devenir un des leaders" du secteur dans les années qui viennent en misant sur le rapprochement entre industrie et services, a-t-il ajouté.

 

"Aujourd'hui, nous réalisons un peu moins d'un milliard d'euros de chiffre d'affaires. Nous voulons au minimum doubler le chiffre d'affaires tout en devenant beaucoup plus international", avec des investissements à l'étranger, a poursuivi M. Daher sans donner d'échéance précise.

 

Le groupe mettra en oeuvre à partir de 2017 et jusqu'en 2022 son prochain plan stratégique.

 

Selon lui, Daher évolue dans un contexte où deux tendances de fond se dessinent: "la convergence industrie-services et l'avènement de l'usine du futur, intelligente et connectée". Or le groupe se juge très bien placé dans ces deux domaines.

 

Daher, qui réalise la majeure partie de son activité dans l'aéronautique, mais est également dans le secteur nucléaire et la logistique, a vu son chiffre d'affaires progresser de 9% en 2014 à 970 millions d'euros.

 

Il dispose d'un carnet de commandes de 3,3 milliards d'euros.

 

Le groupe est un important équipementier aéronautique, mais c'est aussi un constructeur d'avions à turbopropulseur, avec sa gamme TBM.

 

Son dernier né, le TBM 900 a vu ses ventes augmenter de 28% l'an dernier, année de son lancement, et vise une progression de 10% encore cette année. L'appareil détient une part de marché supérieure à 20%.

 

Pour servir ses ambitions, Daher va faire évoluer sa gouvernance.

 

Patrick Daher quittera ainsi ses fonctions de directeur général d'ici 2017 mais continuera à assurer celles de président. Il sera remplacé dans la gestion opérationnelle de l'entreprise par Didier Kayat, directeur général délégué depuis le 1er janvier.

 

Le groupe, vieux de 150 ans, a toujours été dirigé par un membre de la famille. Il est détenu à 80% par le concert familial et à 20% par la banque publique Bpifrance.

 

"Nous sommes convaincus que demain s'écrit aujourd'hui", a de son côté déclaré Didier Kayat.

 

Pour lui, "Daher a tous les atouts pour devenir un des grands équipementiers de l'aéronautique et des technologies avancées".

 

Le groupe veut en particulier renforcer sa présence aux Etats-Unis et en Amérique du Nord, ce qui passera par de la croissance organique mais aussi externe. A ce titre, il regarde les opportunités d'acquisition mais n'a "pas de cible identifiée", selon M. Kayat.

 

"Nous voulons devenir un acteur aussi visible aux Etats-Unis que l'on est en Europe", où Daher travaille pour des constructeurs aéronautiques comme Airbus ou Dassault Aviation, a-t-il indiqué.

 

Daher est actuellement en discussions avec Boeing et celles-ci "avancent pas mal". Il est déjà devenu partenaire de rang 1 de l'américain Gulfstream (General Dynamics) pour ses deux nouveaux jets d'affaires, les G500 et G600.

 

Pour accompagner ces évolutions, Daher a dévoilé une nouvelle identité de marque, une nouvelle signature ("Shaping Industrial Intelligence", qui peut se traduire par "Façonner l'intelligence industrielle") et un nouveau logo destinés à accompagner cette mutation.

 

Daher emploie environ 8.300 personnes, avec des implantation principalement en France. Il possède également des usines au Maroc et au Mexique.

Repost 0
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 15:50
photo Airbus DS

photo Airbus DS


5 févr. 2015 Airbus DS

 

A400M Delivery to the point of need to support all kind of missions

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories