Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 octobre 2015 4 01 /10 /octobre /2015 07:50
Exploring hybrid threats

 

Brussels - 25 September, 2015 European Defence Agency

 

The European External Action Service (EEAS), in the framework of the Luxembourg Presidency and in cooperation with the European Military Staff and Crisis Management and Planning Directorate, organised a conference on Countering Hybrid Threats, held on 24 September 2015. Jorge Domecq, the European Defence Agency (EDA) Chief Executive was among the keynote speakers to present the EDA work and priorities regarding tackling hybrid threats. 

 

The opening remarks were delivered by HE Ambassador Stephan Müller, the Luxembourg Representative to the Political and Security Committee (PSC), whereas the keynote speeches were presented by Mr Maciej Popowski, the EEAS Deputy Secretary General, Jorge Domecq, the EDA Chief Executive, and a representative of the Space, Policy, Copernicus and Defence Diractorate of the European Commission.

“One thing is certain, hybrid warfare poses a significant challenge to the EU, its citizens and its interests, and time is of the essence to develop a joint approach to effectively tackle hybrid threats,” said Jorge Domecq and presented three main areas the EDA activities are currently focused on. In particular, Jorge Domecq indicated capability development, civil-military synergies and EU-NATO relations. The EDA Chief Executive announced the upcoming EDA-led war-gaming exercise in February 2016 that shall stress-test available defence capabilities against hybrid threats. “The aim is not to re-invent and come up with a set of new capabilities, instead, the exercise will allow us to see where extra attention is needed and how the capability that exists should be used,” he explained. Moreover, Jorge Domecq underlined the necessity of dual use within Research & Technology domain to avoid “spending twice”, thus to enhance civil-military synergy. Additionally, he emphasised the EU-NATO complementary approach in both directions regarding countering hybrid threats, claiming that this is “not an option, but an absolute need”.

Jorge Domecq’s speech, along with the two other keynote presentations, provided solid grounds for fruitful discussions continued in three panels, which were devoted to various aspects of facing hybrid threats. Among a number of topics raised, the conference participants dwelled upon identifying vulnerabilities hybrid warfare makes use of, shaping awareness of hybrid threats, resilience and deterrence against possible threats, aspects of information sharing  or EU-NATO cooperation. As a matter of fact, Roland van Reybroeck, the EDA Director Cooperation Planning and Support was a speaker of the third panel discussion and talked about building resilience.

Beyond achieving better understanding on hybrid threats, the discussions held at the conference will contribute to the ongoing works on the Joint Framework on Hybrid Warfare that shall be prepared by EEAS by the end of December, together with the Commission and EDA. “If Europe succeeds in offering a credible answer to hybrid treats, it will certainly enable us to make a very meaningful contribution to the security view, becoming a relevant partner and a security provider rather than a security consumer,” said Jorge Domecq, the EDA Chief Executive.

 

More information:

Partager cet article

Repost0
2 juillet 2015 4 02 /07 /juillet /2015 17:50
Déplacement de Jean-Marc Todeschini à Bruxelles

 

02/07/2015 Ministère de la Défense

 

Monsieur Jean-Marc Todeschini, secrétaire d'État auprès du ministre de la Défense chargé des Anciens combattants et de la Mémoire sera en déplacement en Belgique, à Bruxelles, le vendredi 3 juillet 2015. Au cours de ce déplacement il remettra les insignes de la Légion d’honneur à treize vétérans de la brigade Piron, unité belgo-luxembourgeoise qui participa à la Bataille de Normandie pendant la seconde guerre mondiale.

 

Déplacement de Jean-Marc Todeschini à Bruxelles

Partager cet article

Repost0
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 17:50
Photo Nicolas Deplanque MIL.be

Photo Nicolas Deplanque MIL.be

 

05/03/2015 Virginie Flawinne – MIL.be

 

Le ministre de la Défense Steven Vandeput, en visite à la Haye avec le gouvernement belge, signait ce mercredi 4 mars un traité sur la surveillance commune de l'espace aérien du Benelux.

 

L'armée luxembourgeoise ne disposant d'aucun avion de chasse, la Belgique s'occupait déjà de la protection du ciel grand-ducal. La signature par les gouvernements belge et néerlandais d'un traité instaurant une surveillance conjointe de l'espace aérien du Benelux est cependant une première. Cette démarche s'inscrit dans la tendance actuelle de fédération des ressources et de partage des responsabilités, illustrée par les opérations de police du ciel dans les pays baltes.

 

Le décollage d'alerte des chasseurs, l'identification et l'interception d'avions suspects ainsi que l'accompagnement d'avions civils en perdition seront donc réalisés sur l'ensemble du territoire du Benelux. L'accord trilatéral porte réellement sur l'aspect Renegade, qui vise les activités aériennes civiles, alors que le décollage d'alerte et les interceptions militaires d'urgence (QRA) sont régis par l'OTAN.

 

Le traité définit ainsi un contexte clair et efficace. Cette collaboration, déjà très forte dans le domaine de la Marine, prendra donc une nouvelle dimension d'ici mi-2017, lors de l'entrée en vigueur de cet accord avant-gardiste.

Composante Air

Partager cet article

Repost0
11 décembre 2014 4 11 /12 /décembre /2014 18:30
Photo Malek Azoug – MIL.be

Photo Malek Azoug – MIL.be

 

11/12/2014 Stijn Verboven – MIL.be

 

Le 10 décembre, le détachement belge retirait officiellement son drapeau au sud du Liban. Cela se passait au camp onusien français d’At-Tiri, en présence du ministre de la Défense, Steven Vandeput. Ce geste marque la fin de huit ans d’opérations belges de déminage au Liban par les Belgian-Luxembourg Forces in Lebanon (BELUFIL).

 

« Nous sommes peinés de devoir quitter ce pays, surtout lorsqu’on regarde le travail accompli ici », explique le lieutenant-colonel Eric Carette, commandant du contingent belge au Liban. « Nous avons parcouru un long chemin. »

 

Les chiffres le démontrent : en huit ans, l’armée belge a nettoyé une superficie de plus d’un kilomètre carré et demi. Le personnel a ainsi découvert et détruit 15 000 mines et autres explosifs. Cela représente près de 40% de l’ensemble du déminage effectué par l’UNIFIL, la force des Nations Unies au Liban.

 

Alors pourquoi stopper cette mission si fructueuse ? Selon le ministre Vandeput : « Notre mission est terminée à 99%. » Celle-ci visait à marquer la Blue Line, la ligne de démarcation entre Israël et le Liban, fixée par les Nations Unies. Cette frontière se trouvait dans une zone jonchée de mines et d’agglomérat de munitions.

 

« À peu près tous les blue points reconnus ou points marquants sur cette ligne sont enregistrés et les accès sont sécurisés », poursuit le ministre. « Les objectifs belges sont atteints et nos soldats peuvent rentrer chez eux. » Les membres de la commission de Défense se sont également déplacés vers le Liban pour constater les résultats de la mission.

 

Photos Malek Azoug – MIL.bePhotos Malek Azoug – MIL.be
Photos Malek Azoug – MIL.bePhotos Malek Azoug – MIL.be

Photos Malek Azoug – MIL.be

Déminer était la tâche principale des Belges au Liban, mais ils ont également effectué du travail humanitaire en construisant des ponts et en montant un hôpital de campagne. Après son démontage, la Défense investissait deux millions d’euros dans la rénovation d’un hôpital local à Tibnin. La Marine était également très active. En 2009, la frégate Leopold I menait une opération de patrouille pour le compte de l’ONU, au large de la côte libanaise.

 

Quatre militaires décédaient lors de cette opération ONU au Liban. Trois d’entre eux devaient perdre la vie dans un accident de la route lors d’une patrouille, un quatrième en essayant de neutraliser une sous-munition. Ils ont été commémorés par le ministre Vandeput au monument érigé à leur intention.

 

La majeure partie du détachement rentrera le 18 décembre. Le redéploiement devra être achevé pour le 22 décembre et les derniers militaires rejoindront alors la Belgique avec leur matériel.

 

Vidéo : Wim Cochet

Partager cet article

Repost0
2 décembre 2014 2 02 /12 /décembre /2014 16:50
L'Europe décide de construire une nouvelle fusée, Ariane 6

 

02.12.2014 LeFIgaro.fr

 

Les ministres européens de l'Espace sont parvenus aujourd'hui à Luxembourg à un accord "historique" pour construire Ariane 6, une nouvelle fusée plus compétitive qui devrait voler dès 2020, a annoncé la secrétaire d'Etat française à la Recherche Geneviève Fioraso.

L'Europe s'est engagée sur un budget global pour ses lanceurs de 8 milliards d'euros sur dix ans dont la moitié pour Ariane 6, une somme qui inclut la construction d'un nouveau pas de tir à Kourou (Guyane). L'objectif est de faire face à une concurrence accrue sur le marché des lancements de satellites.

Partager cet article

Repost0
2 décembre 2014 2 02 /12 /décembre /2014 08:50
Council at Ministerial Level for the European Space Agency (ESA) in Luxembourg on 2 December

 

27 November 2014 ESA - PR N° 43–2014

 

The next Council at Ministerial Level (C/M 14) for the European Space Agency (ESA) takes place in Luxembourg on 2 December. The main topics for decision are reflected in three Resolutions: the Resolution on Europe’s access to space, which recognises the strategic and socio-economic value for Europe to maintain an independent, reliable and affordable access to space for institutional and commercial European customers and underlines the new governance principles related to the exploitation of Europe’s next launcher, Ariane 6, and of the evolution of Vega, Vega-C; the Resolution on Europe’s space exploration strategy, addressing ESA’s three destinations (low-Earth orbit (LEO), Moon and Mars) and, for the LEO destination, in particular the International Space Station (ISS) Programme; and, finally, the Resolution on ESA evolution.

 

Europe's access to space

 

Space activities require independent access to space, so the decision to be taken on Europe’s next-generation launcher is of fundamental importance. Ariane 5, with its roots planted in the Ministerial meeting in 1985, is a remarkable European success story: it has now had more than 60 successful launches in a row, it has secured over 50% of the commercial market for launch services and has generated direct economic benefits in Europe exceeding 50 billion euros.

 

However, the world launch service market is changing rapidly, in both supply and demand.

 

On the supply side, new non-European launch service providers are now present in the commercial market at highly competitive prices, providing a challenge to the cost model of Ariane 5.

 

On the demand side, satellites are also changing. The commercial market, consisting mostly of telecommunication satellites, favours the introduction of electric propulsion, which could reverse the decades-long trend of higher and higher tonnages and will require new orbit injection strategies.

 

At the same time, there is an increasing number of European institutional payloads with the advent in particular of the Galileo and Copernicus constellations, providing a fairly stable market for recurrent launches of medium-sized satellites.

 

In response to these rapid changes, the ESA Executive and European launcher industry have defined a modular Ariane 6 in two configurations to serve the medium and heavy launch segments as from 2020, and a Vega upgraded launch system (Vega C) to serve the small launch segment. Ariane 6 will profit from the best re-use of Ariane 5 Midterm Evolution results and investments and from the common use of a solid rocket motor (P120C) as both first stage of Vega C and strap-on booster for Ariane 6.

 

In Luxembourg, Ministers will therefore be asked to take decisions on the development of Ariane 6 and Vega C which, through modularity and flexibility, will be able to satisfy the European institutional market requirements and to compete on the world-wide market.

 

These development decisions are associated with a new governance of the European launcher sector allocating increased responsibilities to industry and with a decision point by Participating States in 2016 on the continuation of Ariane 6 on the basis of a set of technical and financial criteria, including respective commitments for the exploitation phase.

 

The budget required from Member States for completion of Ariane 6 and Vega C development programme is 3.8 billion  Euro.

 

ISS exploitation and space exploration

 

Within the three destinations of exploration (LEO, Moon, Mars), the operation and utilisation of the International Space Station is an essential element.

 

In addition to the invaluable research activities which are conducted on board the ISS, the Station yields a wealth of experience for ESA and its international partners that will be crucial as we plan the next stages of human exploration.

 

The decisions to be taken in December by Ministers relate to supporting ESA’s ISS exploitation activities for the next three years (to the end of 2017), at a cost of €820 million, as well as supporting its research activities (ELIPS Programme) with additional funding.

 

As a contribution to the ISS common operation costs, ESA is developing NASA’s new Multi-Purpose Crew Vehicle Service Module, drawing upon the expertise gained with the ATV. Funding to complete the MPCV-ESM development is included in the €820 million to be funded at C/M14.

 

Regarding the “Moon destination”, ESA is proposing preparatory elements of a contribution to Russia’s Luna-Resource Lander (planned for launch in 2019) and Lunar Polar Sample Return (planned for launch in the early 2020s) missions; a full decision on this programme would be sought at the Ministerial in 2016.

 

Regarding the “Mars destination”, ESA’s ambitious ExoMars programme, involving two missions to Mars in 2016 and 2018, is also on the table for further subscription in order to ensure the implementation of the ExoMars programme. In addition, the Mars Robotic Exploration Preparation Programme (MREP-2) is proposed for further subscriptions, allowing for the adequate preparation of future exploration activities, leading to a broad Mars Sample Return mission in which Europe should be involved as a full partner.

 

ESA evolution

 

The third topic on the agenda for Ministers, the Evolution of ESA, focuses on the vision to enable ESA to maintain its role as one of the world-leading space institutions, addressing its key relationships with its partners and its efficiency.

 

The main partners of ESA are: its Member States, the scientific communities, industry, the European Union, European non-Member States and the non-European States. These relationships are intricately interrelated and driven by the common objectives of achieving a competitive European space sector and ensuring maximum return on public investment in space.

 

The previous Ministerial Council in 2012 decided to establish a High-Level Forum involving industry, the Member States and the ESA Executive. This has met twice and made a number of recommend-ations to the ESA Director General. The most important of these is to request that industry be given a greater degree of responsibility in ESA R&D programmes, with a commensurate change in risks and rewards sharing. The Forum also proposed that ESA increase its presence in the development of space services and be prepared to be an economic actor in the upstream space sector.

 

Since 2012, measures have been taken to strengthen ESA’s relationships with its Member States, seeking better coordination and cooperation of space programmes in Europe through the sharing of information on national space-related programmes. Ministers are invited to go further in this area to achieve mutual further benefits.

 

ESA’s relationship with the EU both in programmes and in setting the context in which the European space sector operates is vitally important for Europe. C/M 12 mandated the Director General to elaborate and assess scenarios together with the European Commission for responding to a series of objectives on how this relationship might develop.

 

After intense discussions among delegations of Member States, Ministers are invited to confirm the preference of Member States for a relationship between ESA and the European Union which keeps ESA as an independent, world-class intergovernmental space organisation and makes ESA the long-term partner of choice of the EU for jointly defining and implementing the European Space Policy together with their respective Member States.

 

Following the conclusion of the Ministerial Meeting, the adopted Resolutions will be made public on ESA’s web site.

Partager cet article

Repost0
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 21:50
Jean-Jacques Dordain, ESA Director General - photo ESA

Jean-Jacques Dordain, ESA Director General - photo ESA

 

01/12/2014  Alain Ruello - LesEchos.fr

 

Nommé en 2003, Jean-Jacques Dordain achèvera son troisième mandat l’année prochaine. Johann-Dietrich Wörner, le patron du DLR, le Cnes allemand, est sur les rangs.

Pour Jean-Jacques Dordain, la conférence ministérielle des Etats membres de l’Agence spatiale européenne, l’ESA, ces lundi et mardi à Luxembourg, sera la dernière d’une longue carrière au service de l’Espace. Nommé à la tête de l’Agence en 2003, le Français achèvera son troisième mandat l’année prochaine. On connaîtra le nom de son successeur le 18 décembre prochain.

A ce stade quatre candidats sont en lice. Trois sont de la maison : l’Allemand Volker Liebig, en charge des programmes d’observation ; le Belge Eric Morel de Westgaver, directeur en charge de l’Industrie, des achats des services juridiques ; et le Hollandais Gaele Winters, responsable des lanceurs et du siège de l’agence à Paris. Le dernier candidat est externe, il s’agit de Johann-Dietrich Wörner, le patron du DLR, l’équivalent du Cnes outre-Rhin.

Compte tenu du poids de Berlin dans le budget de l’ESA, la direction devrait logiquement échoir à Allemand après avoir été assurée pendant douze ans par un Français.

 

Article(s) associé(s)

Partager cet article

Repost0
27 novembre 2014 4 27 /11 /novembre /2014 06:55
« Macaronage » de pilotes de transport à Avord

 

26/11/2014 Armée de l'air

 

Lundi 17 novembre 2014, une cérémonie de remise de brevet de pilotes de transport s’est déroulée sur la base aérienne 702 d’Avord, en présence de nombreuses autorités civiles et militaires.

 

Le général Hervé Bertrand, commandant la brigade aérienne d’appui et projection du commandement des forces aériennes a présidé cette cérémonie. Vingt et un nouveaux élèves pilotes de transport de l’armée de l’air, de l’aéronavale et un pilote de l’armée luxembourgeoise ont été brevetés. Sous l’œil attentif de leur famille, du personnel de la base aérienne, des cadres et instructeurs de l’école de l’aviation de transport, ils ont reçu des mains de leur parrain leur insigne de spécialité.

 

De même, onze élèves-officiers de l’armée de l’air et quatre élèves-officiers de la marine nationale se sont vu remettre respectivement leur poignard d’aviateur et leur sabre de marin.

 

Une école ouverte à l’international

 

Depuis 2005, les pilotes d’avions multimoteurs de l’armée belge sont formés à l’école d’aviation d’Avord. Les pilotes luxembourgeois suivent également la formation, depuis 2012, pour se préparer à l'arrivée de l'A400M. En effet, le Luxembourg a acquis un exemplaire de l’A400M qui sera basé à Bruxelles, avec les appareils belges. Un militaire camerounais et un militaire nigérien ont également effectué leur formation de pilote de transport au sein de l’école de l’aviation de transport.

 

Cet événement solennel du « macaronage » correspond à la fin de la phase d’instruction des élèves pilotes. À l’issue, arborant leurs ailes sur leur poitrine, les jeunes brevetés rejoindront leurs unités respectives.

« Macaronage » de pilotes de transport à Avord
« Macaronage » de pilotes de transport à Avord

Partager cet article

Repost0
20 novembre 2014 4 20 /11 /novembre /2014 07:50
Étienne Schneider au Conseil "Affaires étrangères" en formation Défense à Bruxelles

En marge du Conseil "Affaires étrangères" Etienne Schneider a rencontré son nouvel homologue belge, le ministre de la Défense Steven Vandeput - photo Defensie - Malek Azoug

 

18.11.2014 Communiqué par le ministre de la Défense (LU)

 

En date du 18 novembre 2014, le Vice-Premier ministre, ministre de la Défense, Étienne Schneider, a participé à Bruxelles au Conseil "Affaires étrangères" (CAE) en formation des ministres de la Défense, présidé pour la première fois par la haute représentante de l’Union européenne (UE), Federica Mogherini.

 

En vue de la préparation de la Présidence luxembourgeoise de l’UE, le ministre Schneider a invité Federica Mogherini à se rendre au Luxembourg dans un avenir proche.

 

Lors de la session du comité directeur de l’Agence européenne de défense (AED), qui précède traditionnellement le CAE Défense, les ministres ont salué le travail de l’AED et ont procédé à un échange de vues sur la mise en œuvre des conclusions du Conseil européen de décembre 2013, le développement de mesures incitatives à la cooperation et sur l’importance de la coopération avec la Commission en matière de recherche.

 

Candidature luxembourgeoise pour le poste de directeur général de l’AED

 

Les ministres ont encouragé l’Agence à continuer son soutien aux États membres dans le cadre des quatre programmes-phare en matière de développement conjoint de capacités (ravitaillement en vol, systèmes d'aéronefs télépilotés, télécommunications gouvernementales par satellite et cyber-défense). Les ministres souhaitent que l’AED collabore davantage avec la Commission et continue ses efforts pour intensifier la coopération entre États membres en matière de défense. Une session restreinte a eu lieu pour aborder la succession de l’actuel directeur général, Marie-France Arnould, dont le mandat arrivera à échéance le 15 janvier 2015. Dans ce contexte, Étienne Schneider a annoncé une candidature luxembourgeoise pour le poste de directeur général de l’AED.

 

Lors du CAE Défense, les ministres ont procédé à un échange de vues sur les cinq opérations militaires en cours et sur la situation sécuritaire dans le voisinage de l’UE. Le secrétaire général de l’OTAN Jens Stoltenberg souhaite une coopération plus étroite avec l’UE en ce qui concerne les nombreux défis qui se posent aux frontières de l’UE et de l’OTAN. Les ministres ont évoqué la lutte contre l’État islamique en Irak et au Levant, la situation en Ukraine et le recours aux ressources militaires dans la lutte contre l’épidémie Ebola.

 

Révision de la Stratégie européenne de sécurité

 

Lors du déjeuner, les ministres ont eu un premier échange de vues sur la préparation du Conseil européen (CE) qui aura lieu en juin 2015 en matière de politique de sécurité et de défense commune (PSDC). À l’instar de nombreux autres États membres, le Luxembourg juge une révision de la Stratégie européenne de sécurité nécessaire afin de refléter les évolutions sécuritaires dans le monde et le rôle à jouer par l’UE. Le Luxembourg a également souligné l’importance pour l’UE de coopérer davantage avec l’OTAN.

 

Enfin, le Luxembourg a exprimé le souhait que les travaux sur le concept "Train and Equip" aboutissent lors du CE de juin 2015. Ce concept consiste à faciliter la fourniture d’équipements aux forces de sécurité des pays dans lesquels l’UE assure des formations dans le cadre de ses missions et opérations internationales.

 

En marge du Conseil "Affaires étrangères", Étienne Schneider a rencontré son nouvel homologue belge, le ministre de la Défense, Steven Vandeput. Les discussions ont permis d’aborder de nombreux aspects de la coopération belgo-luxembourgeoise en matière de Défense. Les deux ministres ont réaffirmé leur volonté de maintenir et de développer à l’avenir les intenses relations bilatérales entre les deux pays. Étienne Schneider a proposé la tenue d’une rencontre ministérielle au niveau BENELUX en vue de préparer la future Présidence luxembourgeoise de l’UE.

Partager cet article

Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 16:50
Le satellite pour l'OTAN lancé en 2017?

SES Astra s'est engagé à hauteur de 50% aux côtés de l'État luxembourgeois si le projet se concrétise.

 

18.09.2014 lessentiel.lu

 

LUXEMBOURG - Si le cofinancement d'un satellite militaire par l'État et SES Astra se concrétise, le lancement pourrait avoir lieu dans trois ans, a annoncé ce jeudi Étienne Schneider.

 

Le projet avait été annoncé en juillet dernier suite à une demande de l'OTAN, qui a sollicité ses pays membres pour cofinancer certains projets. Les dépenses militaires du Luxembourg pour l'OTAN se chiffrent actuellement à 0,4% du PIB et l'organisation prévoit un investissement financier égal à 2% du PIB par pays.

Le ministre de la Sécurité intérieure et de la Défense, Étienne Schneider, avait alors annoncé la participation aux investissements pour des satellites militaires, grâce à une coopération avec SES Astra, qui s'est engagé à hauteur de 50%.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
18 juin 2014 3 18 /06 /juin /2014 07:50
EATC Change of Command 03 July 2014

 

4 June - EATC Press Release

 

On Thursday 03 July 2014 at 11:00h the European Air Transport Command will conduct a Change of Command (CoC) ceremony at Eindhoven Airbase.

 

The EATC is the leading Air Transport Command of France, Germany, Belgium, Luxembourg, the Netherlands and – since 03 July 2014 – also of Spain: right before the ceremony, the respective Air Chiefs will confirm the accession of Spain as sixth EATC member-state.

 

The ceremony itself will take place in front of the EATC building in the presence of the respective Air Chiefs or their representatives, military as well as civilian authorities and guests. Lieutenant General Alexander Schnitger, the Commander of the Royal Netherlands Air Force - in his function as Chairman of the Military Air Transport Committee - will hand over the command from the acting French Commander Major General Pascal Valentin to German Major General Christian Badia.

 

An engagement with media / press offering the possibility for statements and interviews with both Generals and the respective Air Chiefs is foreseen.

Partager cet article

Repost0
14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 11:50
Foreign Affairs (Defence) Council meeting Luxembourg, 14 and 15 April 2014

 14.04.2014 COUNCIL OFTHE EUROPEAN UNION- Press Office

 

INDICATIVE PROGRAMME

All times are approximate and subject to change

Public items and events can be viewed live here

 

MONDAY, 14 APRIL

+/- 12.00 Doorstep by High Representative Catherine Ashton

+/- 12.30 Beginning of Foreign Affairs Council meeting

Adoption of the agenda (8765/14)

+/- 12.40 Adoption of legislative A Items (8768/14) (in public session)

Adoption of non-legislative A Items (8769/14)

 

Lunch: - Bosnia and Herzegovina - Syria

After lunch: Ukraine

 

+/- 18.00 Press conference(Foreign Affairs Council)

+/- 18.00 Signing ceremony EU -Tunisia

+/- 18.15 EU-Tunisia Association Council

+/- 19.30 Press conference (EU-Tunisia Association Council)

 

TUESDAY, 15 APRIL

+/- 9.30 European Defence Agency Steering Board meeting

+/- 10.30 Foreign Affairs Council - Meeting of Defence Ministers

Communication on Maritime Security

Central African Republic (EUFOR RCA)

Ukraine

+/- 11.25 Doorstep by A. F. Rasmussen, NATO Secretary General

+/- 14.00 Press conference (Foreign Affairs Council - Defence and EDA Steering Board)

Partager cet article

Repost0
13 mars 2014 4 13 /03 /mars /2014 07:50
Francine Closener, secrétaire d’État à la Défense, a rencontré Claude-France Arnould, Chief Executive de l’Agence européenne de défense

 

12.03.2014 gouvernement.lu

 

Francine Closener, secrétaire d’État à la Défense, a rencontré aujourd’hui Claude-France Arnould, Chief Executive de l’Agence européenne de défense (AED), en visite à Luxembourg le 12 mars 2014.

 

La secrétaire d’État a rappelé le soutien que le Luxembourg apporte au travail de l’Agence, dont l’expertise représente une plus-value pour tous les États participants.

 

Ont été explorées les opportunités pour le Luxembourg de s’insérer plus étroitement dans les domaines d’activité de l’Agence.

 

L’Agence européenne de défense, située à Bruxelles, vise à développer les capacités de défense dans le domaine de la gestion des crises, ainsi qu’à promouvoir et à renforcer la coopération européenne en matière d'armement. Elle a aussi pour but de renforcer la base industrielle et technologique européenne dans le domaine de la défense, d’agir dans le contexte d’un marché européen concurrentiel des équipements de défense, et de favoriser la recherche.

Partager cet article

Repost0
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 08:35
Le lieutenant-général Compernol visite les Belges en Afghanistan

 

17/12/13 Stephan Boonen – MIL.be

 

Du 12 au 13 décembre 2013, le lieutenant-général Marc Compernol a visité les militaires belges et luxembourgeois en Afghanistan. Le sous-chef d'état-major Opérations et Entraînement s'est rendu à Mazar-e-Sharif, Kaboul et Kandahar avec plein de cadeaux. La Défense veut, de cette manière, redonner courage aux militaires qui ne seront pas auprès de leur famille pendant les fêtes.

 

Photos Nicolas Deplanque >>

 

Le premier stop après environ sept heures de vol est Mazar-e-Sharif. Cinquante-trois Belges travaillent sur cette base allemande. Sous une grande tente, nous rencontrons entre autre le jeune sergent C. B. du 4e Bataillon Génie. Il est responsable de la protection de l'équipe EOD (Explosive Ordenance Disposal - en d'autres termes : les démineurs). Il explique : « En fait, nous protégeons les démineurs. Cela va de la détection des paquets suspects dans le camp au démantèlement d'instruments improvisés en dehors du camp. Nous sortons donc régulièrement. Pendant ma dernière mission au Liban nous étions moins libres. Nous devions travailler davantage en peloton. Actuellement, j'ai la chance d'être plus indépendant et de travailler avec de plus petites équipes. »

 

Il a reçu un cadeau des mains du lieutenant-général Compernol. Dans la belle petite boîte bleue, se trouve une montre qui peut également mesurer son rythme cardiaque lorsqu'il fait du sport. Le sergent B. commente : « Super cadeau. Je suis content car on se dit qu'on pense tout de même à nous. »

 

Avant de souhaiter une bonne santé et un équilibre harmonieux entre travail et famille, le lieutenant-général Marc Compernol a dressé le bilan de l'année écoulée : « 2013 était une bonne année pour la Défense. La mission au Mali où l'on a aidé les Français était un succès. Un samedi, j'ai reçu un coup de téléphone pour envoyer un C-130 et le mardi, il était déjà sur place. Le redéploiement de Kunduz est un exemple à citer. Et la formation des trois bataillons en République Démocratique du Congo a déjà porté ses fruits » a-t-il conclu.

 

Le matin suivant, la délégation s'est envolée vers Kaboul. Sur place, 24 militaires y travaillent. L'adjudant C. H. du Centre de Compétence de la Composante Terre - Département Manœuvre est l'un d'eux. Il a également un job particulier. « Ici, je travaille pour le counter IED Team. Cela signifie que je donne cours à des personnes sur l'ensemble du territoire afghan quant à l'explosion contrôlée des engins improvisés. Je forme également les instructeurs. Avec cette équipe mobile, je travaille dans toutes les provinces de l'Afghanistan. Je ne prends évidemment pas la route sans protection. Parfois ce sont les Américains qui effectuent la Force Protection, parfois ce sont les Italiens ou les Croates.

 

Il a également reçu un cadeau. « Il s'agit, cette fois, d'un vrai cadeau pour les militaires. Ce n'est pas quelque chose que l'on découvre pour ensuite le mettre de côté. Cela arrive à point nommé. Je suis content que la Défense offre ce genre de chose car elle pense aussi à la condition physique des militaires. Je suis très content et je m'excuse car je dois prendre mon avion. » Pendant cette visite de la délégation, l'adjudant H. est parti avec son équipe mobile vers Hérat pour donner cours à une unité afghane.

 

Le lieutenant-général Compernol a également donné une petite explication. « 2014 sera une année particulière. Il y a évidemment les élections qui approchent. Si la Belgique veut rester active en Afghanistan, le gouvernement devra confirmer la chose en 2014. Au Liban, les points de déminage sont presque achevés et il faudra également connaître nos tâches futures. La Marine participera avec une frégate à l'opération Atalanta le long des côtes somaliennes. L'année prochaine, elle reçoit aussi deux navires ready duty. Et du matériel sera encore acheté. C'est le cas pour les sniper-pods des F-16. La Composante Terre se dote également du système ROSS (Remotely Operated Self-defense System) sur 70 LMV. »

 

Tout le monde a embarqué dans un avion pour être accueilli deux heures plus tard à Kandahar par le personnel de l'OGF (Opération Guardian Falcon). Sur place, 127 militaires veillent en permanence à l'engagement de six F-16 dans l'appui aux troupes de l'OTAN. Le commandant T. F., pilote de F-16, voit clairement la différence entre les premières missions à Kandahar et la mission actuelle : « Nous venons juste de prester la 15 millième heure de vol et effectuerons, fin décembre, notre 5 millième mission en Afghanistan. Mais nous en ressentons également la fin. Les demandes pour une intervention en GCAS (ground close air support) sont en chute libre. Nous pouvons uniquement appuyer les troupes de l'OTAN, mais comme celles-ci sont progressivement remplacées par les Afghans, les missions deviennent moins fréquentes.

 

La Composante Médicale est également active à Kandahar. Le commandant J. D. y travaille en tant que medical planner. Une fonction unique dans le milieu médical. Elle oeuvre dans une équipe de 15 militaires dont certains sont Américains ou Australiens.

Elle se charge du planning médical à court et à moyen terme. Son équipe veille à ce que chaque soldat blessé soit amené dans l'heure dans un hôpital pour y recevoir les soins chirurgicaux nécessaires. « Dans la zone du Commandement Régional Sud, il y a trois tâches. La première est relative aux opérations et le planning. La deuxième concerne le PECC ou Patient Evacuation Coordination Cell. Elle veille à faire parvenir le bon matériel à la bonne personne le plus rapidement possible. De plus, il reste la tâche de Clinical Operations relative à la prévention et au développement.

 

Le lieutenant-général Compernol a ensuite distribué les cadeaux avant de clôturer sa visite. Il s'est exprimé une dernière fois : « 2013 était une très belle année pour les opérations. Il n'y a pas eu d'incidents majeurs et personne n'a été blessé. En 2014, les F-16 quitteront probablement Kandahar. Dans quelques jours, les avions de chasse américains quitteront Kandahar et les Britanniques suivront l'année prochaine. J'attends énormément du statut BDL (Berpekte Duur, Durée Limitée) dans les prochaines années. Nous allons recruter davantage de jeunes et rajeunir notre personnel. Pour 2014, et certainement 2015, de nombreuses incertitudes en rapport avec les prochaines élections demeurent. Pour l'an neuf, je vous souhaite bon nombre d'accomplissements personnels et professionnels. Veillez à rentrer sains et saufs à la maison. »

Partager cet article

Repost0
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 08:50
CEMA : 22ème comité commun du Corps européen

 

05/12/2013 Sources : EMA

 

Le 28 novembre 2013, l’amiral Guillaud, chef d’état-major des armées, a présidé le 22ème comité commun du Corps européen qui réunit chaque année les chefs d’état-major d’armées des nations-cadres du Corps européen ou leurs représentants, accompagnés par les directions des affaires politiques de leurs ministères des affaires étrangères respectifs.

 

A l’occasion de ce 22èmecomité, les partenaires français, allemands, belges, espagnols et luxembourgeois, composant le collège des nations-cadres, ont évoqué les perspectives opérationnelles du Corps européen, réaffirmant sa double vocation européenne et atlantique. Ils ont également fait un point budgétaire en précisant que les besoins du Corps européen seraient adaptés au contexte financier, mais préservés pour lui permettre de continuer à exercer ses missions. Dans la perspective de son accession au statut de nation-cadre le 1erjanvier 2016, la Pologne était pour la première fois présente en qualité d’observateur.

 

Le Corps européen est une structure multinationale unique. Créé sous impulsion franco-allemande en 1992, il peut être activé pour des opérations militaires, de gestion de crise, ou d’assistance humanitaire réalisées sous mandat de l’ONU, de l’UE, de l’OTAN ou encore de l’OSCE. Implanté à Strasbourg, il fait partie des sept états-majors de réaction rapide certifiés par l’OTAN. Il a successivement été déployé en Bosnie en 1998, au Kosovo en 2000 et en Afghanistan en 2004 où il a à nouveau été engagé en 2012.

CEMA : 22ème comité commun du Corps européen

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories