Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 septembre 2015 3 09 /09 /septembre /2015 17:45
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

09/09/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 25 au 29 août 2015, le 134e escadron de reconnaissance malien (134e ERM) de Gao et le Détachement de liaison et d’appui opérationnel (DLAO) d’Ansongo de la force Barkhane ont mené ensemble l’opération Orba à l’Ouest de Gao.

 

Cette opération visait à réduire la capacité d’action des terroristes, à sécuriser une zone où la population est régulièrement victime de banditisme et à améliorer les relations entre les forces armées et la population locale. Les cellules d’action civilo-militaire de la plateforme française de Gao et des forces maliennes ont distribué des vivres de première nécessité (riz, sucre, huile…) dans trois villages particulièrement pauvres de la région avec une forte densité de population : Dorey, Doro et Ntihilit. Les habitants de Dorey et Doro ont également pu profiter d’une aide médicale organisée et conduite conjointement par les médecins des forces maliennes et françaises. Une cinquantaine de patients ont ainsi bénéficié de soins adaptés dans un dispensaire mis sur pied avec la collaboration des chefs de village. De nombreux médicaments ont été distribués, dont une partie venait d’organisations non gouvernementales.

 

Suite de l’article

photo EMA / Armée de Terre
photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre
photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Repost 0
9 septembre 2015 3 09 /09 /septembre /2015 07:45
Les nouveaux formateurs de l’EUTM Mali prêt à démarrer

 

28 August 2015 by dpao – EUTM Mali

 

Lors des dernières semaines d’Août, les nouveaux formateurs de l’EUTM Mali participent à des leçons afin d’identifier les particularités de la formation des Forces Armées Maliennes (FAMa). Pendant ces cours, quelques leçons théoriques et la plupart pratiques. Ils sont initiés dans l’utilisation des interprètes et les singularités de la culture et des coutumes différentes.

 

Avant de commencer l’enseignement aux Forces Armées Maliennes, chaque formateur européen assiste à un cours au Centre de formation de Koulikoro (KTC, Koulikoro Training Center), dans lequel il sera éduqué dans les techniques d’enseignement adaptées aux singularités du peuple malien, en tenant compte de leurs coutumes et de leur culture.

 

Suite de l’article

Repost 0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 16:45
Algeria: The Quiet Revolution Gets Louder

 

September 5, 2015: Strategy Page

 

A power struggle in the government has finally gone public with the August 27 arrest of Abdelkader Ait Ouarab. This is a big deal because this is the guy who led the counter-terror campaign in the 1990s that defeated the Islamic terrorists. Ouarab continued serving until he retired (apparently under pressure) in late 2013. All this internal strife has been going on, quietly, for over a decade. Things heated up in early 2013 when president Abdelaziz Bouteflika had a stroke and was disabled. Pro-reform members of the senior leadership pushed for Bouteflika to resign followed by free elections The Bouteflika family and corrupt officials who had benefitted from Bouteflika rule got organized and resisted. No one wanted a civil war, but the two sides were sharply divided and compromise was not possible. By late 2013 it was clear that most Algerians wanted the government to clean up the rampant corruption and that there was support for that on the inside led by several senior Intelligence officers. Most of the corrupt officials and their civilian allies belong to the extended family of the elderly (nearly 80) president Bouteflika. Then there were the clans of several other families that led the country after freedom was achieved in the 1960s and have dominated government and the economy ever since. The Bouteflikas were apparently slow to realize that their most dangerous political enemies were the senior people in the intelligence and security agencies who were keen on cleaning up the corruption. There were also a lot of military officers who favored anti-corruption reforms. Fortunately for Bouteflika many senior military commanders were corrupt, some because they felt refusing the economic perks offered when they achieved high rank would be seen as disloyal. Bouteflika always believed the loyalty of the military was essential to keeping his corrupt crew in power. Yet by late 2013 many Bouteflika loyalists noted the split within the military and began moving more of their assets out of the country, just in case. That’s because if there’s another large-scale uprising and the military refuses to suppress it (or, worse, splits or falls apart because of disagreements among officers) the current government is done. Bouteflika also realizes that most of the troops are keen on anti-corruption efforts. In short, it’s a dangerous time in Algeria and now it’s out in the open.

 

There have been hints of trouble recently. In late July local media revealed that the government had unexpectedly replaced three of the most powerful generals in the military (the heads of counter-intelligence, the Republican Guard and presidential security). This was immediately linked with two other odd events. First there was the large number of troops showing up at the presidential residence on July 16th. Whatever was going on there was never made public. Finally there is the fact that president Bouteflika has not spoken or appeared in public for months and many Algerians believe he is dying or at the very least not getting any better.

 

Since early 2014 the government has denied that there was a feud raging between the intelligence services and the corrupt senior politicians. For over a year there have been rumors of senior people in the intelligence and security agencies who are keen on cleaning up the corruption and pressuring the government to support this effort. There were also a lot of military officers who favor the anti-corruption drive and the government responded by accusing the reformers of being disloyal and plotting a coup. That’s a possibility now, despite efforts to persuade the Bouteflika clan to do the right thing and let the people decide. Right now Algerians are finding out that the key men in the counter-terror forces are being forced out. Not just the older ones who are eligible for retirement but younger ones who are not. This provides leaders for any future rebellion against the corrupt government and the Bouteflikas are running out of options.

 

Meanwhile the fight against Islamic terrorists continues with over 60 of them killed so far this year compared to about a hundred in all of 2014. Many Algerians fear that dismissing many key counter-terrorism leaders will eventually reduce the effectiveness of operations against Islamic terrorists. The national leadership seems more concerned about maintaining their power and ability to plunder the national wealth for personal benefit. The government also appears incapable of dealing with the financial crises. Oil and gas income has fallen by nearly half since 2011. That’s about $30 billion less each year. Oil and gas are nearly all (97 percent) of the country's export revenues, and 40 percent of GDP. The 2015 budget keeps spending levels largely the same and to do that over $30 billion has to come out of the reserves. This cannot continue for long as Algeria only has $158 billion in reserves and not much in the way of credit for big loans to cover budget deficits. These shortages make the corruption more of an issue. For example, corrupt officials enable over $40 billion in untaxed goods to be smuggled in each year. While the army and police concentrate on the small operators bringing goods in overland in the south or from Morocco, the big money is in bribed officials allowing shiploads to come in untaxed. The government is going through the motions of cracking down but most Algerians believe this is all for show. 

 

August 31, 2015: In Jijel Province (365 kilometers east of the capital) soldiers have lately been capturing more smugglers with weapons, lots of ammo and even rifle cartridge reloading equipment. Many of these smugglers are bringing in people in addition to the usual cheap fuel and food. In the west, on the Moroccan border, soldiers shot a smuggler crossing the border illegally.

 

August 28, 2015: West of the capital soldiers ambushed Islamic terrorists and killed one. Weapons and documents were seized.

 

August 27, 2015: The government arrested former (until late 2013) counter-terrorism chief Abdelkader Ait Ouarab. Also known as “General Hassan” he ran the DRS (main intelligence agency). Ouarab was charged with possessing illegal firearms, withholding information and insubordination. East of the capital troops found an Islamic terrorist hideout that was used to store and build bombs. Several bombs were seized along with weapons and ammo. This was part of a week-long operation that has so far left five Islamic terrorists dead and large quantities of weapons, ammo and equipment seized.

 

August 25, 2015: In the last three days troops on the Mali and Niger borders have killed or arrested over 120 smugglers and seized large quantities of weapons, ammunition and other goods.

 

August 23, 2015: Tunisian border guards were ambushed by Islamic terrorists near the Algerian border. One border guard was killed and three wounded. This appears to be part of an effort by one of the major Islamic terror groups in Tunisia to get the security forces to back off. That has not been working so far and the Islamic terrorists have suffered heavy losses recently.

 

August 22, 2015: In the northeast (Skikda province, 500 kilometers east of the capital) troops clashed with a group of Islamic terrorists and killed two of them. The army has a major search operation going on in the province because of reports that a group of armed Islamic terrorists (as many as 30) were in the area.

 

August 18, 2015:  In the east, across the border in Tunisia, Islamic terrorist landmines killed two Tunisian soldiers.

 

August 14, 2015: In the northeast (Skikda province) Islamic terrorists ambushed an army patrol and killed two soldiers.

Repost 0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 16:45
Cérémonie d'hommage au capral Baptiste Truffaux

 

07/09/2015 Armée de Terre

 

Le vendredi 4 septembre 2015, les honneurs funèbres militaires ont été rendus au caporal Baptiste Truffaux du 21e régiment d’infanterie de marine, dans l’enceinte du camp Lecocq à Fréjus.

 

Le marsouin de 1re classe Truffaux est décédé le 27 août 2015 dans l’accomplissement de sa mission au service de la France alors qu’il participait à la protection de son unité dans le cadre de l’opération BARKHANE, au Mali.

 

Au cours de cette cérémonie, le 1re classe Truffaux a été élevé au grade de caporal et décoré de la médaille de la défense nationale échelon or, à titre posthume.

Repost 0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 15:45
EDA supports EUTM Mali to enhance medical facilities

 

Brussels - 08 September, 2015 European Defence Agency

 

The European Defence Agency (EDA) provided technical, contractual and administrative support to the EU Training Mission (EUTM) Mali regarding the procurement of a biomedical incinerator to be installed in Koulikoro.

 

The requirement for the new equipment, to meet European standards in case of an EBOLA outbreak, was identified by the operation. EDA´s support was requested in May 2015 and the award decision was signed by the former Operation Commander, Brigadier General Alfonso García-Vaquero Pradal in July 2015. The contract, with a budget of 59.000€, includes transportation and on-site maintenance. The incinerator should be operational by mid-September.

This is the first case conducted under the EDA-Athena cooperation arrangement signed on 27 February 2015 which aims at facilitating direct procurement support to CSDP military operations.

EDA supports CSDP operations and missions to meet their operational needs. Based on the combination of industry knowledge, in-house technical expertise and experience in procurement, the Agency helps operations to optimize procurement procedures in order to save resources.

 

More information:

Repost 0
28 août 2015 5 28 /08 /août /2015 16:45
 1re classe Baptiste TRUFFAUX 21RIMa Barkhane . Crédit Armée de Terre

1re classe Baptiste TRUFFAUX 21RIMa Barkhane . Crédit Armée de Terre

 

28/08/2015 Armée de Terre

 

Alors qu’il participait à la protection de son unité dans le cadre de l’opération BARKHANE au Mali, le soldat de 1re Classe Baptiste TRUFFAUX appartenant au 21e régiment d’infanterie de marine (21eRIMa) de Fréjus, est décédé le 27 août 2015 dans l’après-midi, à Gao au Mali, à la suite d’un tir accidentel déclenché par un soldat français.

 

Cet accident s’est déroulé dans l’enceinte du camp de la force BARKHANE. Après avoir reçu les premiers soins sur le lieu de l’accident, il a immédiatement été transporté vers l’antenne chirurgicale de l’emprise militaire française de GAO. Il y est décédé des suites de ses blessures.

 

Né le 9 août 1992 à Angers, le marsouin de 1re Classe  Baptiste TRUFFAUX aura servi la France durant plus de deux ans.

 

Le 4 juin 2013, il souscrit un contrat d’engagé volontaire de l’armée de Terre au titre du 21e régiment d’infanterie de Marine pour une durée de 5 ans. 

 

Au sein de la 2e section de la 3e compagnie, il suit la formation initiale des  jeunes marsouins où il s’illustre par son engagement personnel, sa rigueur et son enthousiasme. Il rejoint les « Panthères » de la 3e compagnie de combat le 1er décembre 2013.

 

Parfaitement intégré au sein de son unité, très dynamique et particulièrement efficace, il se distingue par son sens de la camaraderie. Il occupe initialement la fonction de pilote VAB (véhicule de l’avant blindé) puis en juillet 2014 obtient la qualification de tireur missile ERYX.

 

 Son excellente manière de servir lors de la préparation opérationnelle de son unité le désigne tout naturellement d’être projeté au sein de sa compagnie pour la mission du groupement terrestre désert Ouest - MISTRAL (GTD-O MISTRAL) au Mali en mai 2015.

 

Le marsouin de 1re classe TRUFFAUX était titulaire de la médaille outre-mer « Sahel » et de la médaille de bronze de la Défense nationale.

 

Âgé de 23 ans, il était célibataire. Il a été tué dans l’accomplissement de sa mission au service de la France.

 

Les pensées de l’armée de Terre et de ses camarades vont à la famille et aux proches de Baptiste TRUFFAUX ; ils leur présentent leurs condoléances et les assurent de leur soutien.

Repost 0
26 août 2015 3 26 /08 /août /2015 16:45
photo ECPAD

photo ECPAD

 

18/08/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Du  4 au 13 août 2015, la force Barkhane a mené une opération au nord-ouest du Mali dans la région de Tombouctou. Cette opération tripartite baptisée « Aneto » fut conduite en coopération avec les forces armées maliennes (FAMa) et en collaboration avec la mission multidimensionnelle intégrée des Nations-Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA).

 

En liaison avec les militaires maliens, les soldats de Barkhane ont effectué des contrôles de zone et des reconnaissances de villages au cours desquels ils ont pris contact avec les chefs locaux. Ceux-ci ont pu renseigner les soldats sur la situation sécuritaire notamment sur la présence de groupes armés terroristes dans la région. En plus de marquer la présence des forces de sécurité dans cette région, ANETO a été l’occasion de prendre contact et effectuer des aides médicales auprès de la population locale (AMP). C’est ainsi que, en parfaite coordination, les médecins maliens et français ont ausculté et soigné plus de 400 personnes, adultes et enfants. 

Suite de l’article

Repost 0
25 août 2015 2 25 /08 /août /2015 16:45
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

05/08/2015 Sources : État-major des armées

 

Le bataillon logistique de la force Barkhane, baptisé BATLOG Charente, conduit en cette saison des pluies de réelles performances afin de mener ses missions à bien : ravitailler les différents sites de la force française au Mali pour leur permettre d’être opérationnels.

 

En atteignant la plateforme désert relais (PfDR) de Kidal le 29 juillet 2015 au soir après 4 jours de piste, les hommes du capitaine Arnaud ont réalisé un véritable exploit logistique. Initialement partis le 24 juillet 2015 afin de ravitailler en carburant le détachement de Kidal, les véhicules du BATLOG Charente ont été immobilisés peu après leur départ au Nord de Gao. Les sables gorgés d’eau et des lacs naturels formés à la suite de pluies diluviennes, bloquaient en effet toute progression. Le convoi a alors été contraint de faire marche arrière et de regagner la plateforme opérationnelle désert (PfOD) de Gao le 25 juillet.

 

Suite de l’article

photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Repost 0
30 juillet 2015 4 30 /07 /juillet /2015 19:45
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

30/07/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Du 21 au 25 juillet 2015, le Détachement de liaison et d’assistance opérationnelle (DLAO) de la force Barkhane basé à Tombouctou a effectué une opération de reconnaissance et de contrôle de zone avec les Forces armées maliennes (FAMa) et la MINUSMA dans la région Ouest de Tombouctou.

 

Cette opération de quelques jours s’intègre dans les missions majeures du DLAO. En effet, il s’agissait pour le DLAO 4 de coordonner et d’assurer des missions aux côtés des forces partenaires dans leur zone ; mais aussi de leur apporter des appuis spécialisés dans des domaines très spécifiques.

 

Suite de l’article

photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre
photo EMA / Armée de Terre
photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Repost 0
25 juillet 2015 6 25 /07 /juillet /2015 11:45
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

20/07/2015 Sources : État-major des armées

 

Au nombre de quatre, les détachements de liaison et appui opérationnel (DLAO) sont déployés dans le Nord du Mali au sein de bases avancées appelées plateformes désert relais (PFDR). Composés chacun d’une trentaine de soldats, les DLAO déployés dans le cadre de l’opération Barkhane sont placés au plus près des forces partenaires maliennes et internationales. Leurs missions : accompagner et conseiller les forces armées partenaires dans l’exécution de leurs missions, mais également leur apporter des appuis spécialisés dans les domaines du guidage aérien, de la lutte contre les engins explosifs improvisés (contre-IED) et du soutien santé notamment.

 

Lire l’article

photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Repost 0
16 juillet 2015 4 16 /07 /juillet /2015 09:45
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

15/07/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Du 29 juin au 10 juillet, le Groupement Tactique Désert Ouest (GTD-O) Mistral et le détachement de liaison et d’appui opérationnel (DLAO) de Tessalit étaient engagés dans une opération de contrôle de zone au nord-est du Mali.

 

L’objectif était d’effectuer des actions de fouilles sur des points d’intérêts signalés sur la base de renseignements. La mission s’est déroulée sur deux zones distinctes, nord et sud, afin de pouvoir étendre le périmètre de l’opération et ainsi accroître son efficacité. Les militaires du 21ème régiment d’infanterie de marine (21ème Rima) couvraient la première zone au nord, tandis que les commandos parachutistes de l’air (CPA 30), renforcés par les légionnaires du 1er régiment étranger de cavalerie (1er REC), avaient en charge la zone sud de l’opération.

 

Durant plus d’une semaine ils ont fouillé le désert à la recherche de traces, de caches d’arme et de plots logistique, qui serviraient aux groupes armés terroristes. Malgré la difficulté de se mouvoir dans le désert et les conditions climatiques parfois difficiles - fortes chaleurs et tempête de sable - la mission a permis la découverte et la destruction de plusieurs plots logistiques. Les militaires de Barkhane ont également mis à jour des caches d’armes et des zones de ravitaillement logistique.

 

Du matériel servant à la fabrication d’engins explosifs improvisés a pu également être mis hors de nuire. Les démineurs de la force Barkhane ont détruit au cours de l’opération Dordogne 20 kilogrammes d’explosifs artisanaux.

 

L’opération Barkhane regroupe 3 000 militaires dont la mission, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes pouvant agir dans la bande sahélo-saharienne.

photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre
photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Repost 0
7 juillet 2015 2 07 /07 /juillet /2015 16:45
Sahel : Trois terroristes mis hors de combat.

 

07/07/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le 5 juillet 2015 en fin d’après-midi, les forces spéciales françaises ont conduit une opération dans la région nord de Kidal au Mali.

 

Au cours des combats, deux terroristes ont été capturés et un troisième, Ali Ag Wadossene, a été tué. Il s’agit d’un des responsables opérationnels d’AQMI dans la zone.

 

Deux militaires français des forces spéciales ont été blessés. Leur pronostic vital n’est pas engagé. Ils bénéficieront d’une évacuation stratégique vers la France très prochainement.

 

Cette opération, qui déstabilise la chaîne de commandement d’une katibat d’AQMI, porte à nouveau un coup dur aux groupes armés terroristes au Sahel

Repost 0
7 juillet 2015 2 07 /07 /juillet /2015 12:45
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

06/07/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Du 5 au 25 juin 2015, le groupement tactique désert Ouest (GTD-O) à mené une opération majeure dans la région de Ménaka, à la frontière entre le Mali et le Niger. Cette mission avait pour objectif de conduire des reconnaissances et des patrouilles dans une zone peu habituée à la présence de la force Barkhane.

 

300 militaires et une centaine de véhicules ont ainsi été déployés pendant plus de trois semaines en autonomie totale dans le désert malien. L’opération s’est déroulée sur deux axes, l’un à l’Est du pays (proche de la ville de Ménaka) où le Détachement de Liaison et d’Assistance Opérationnelle d’Assongo (DLAO 3) était déployé, et un autre à l’Ouest, à proximité de la ville d’Assongo, tenu par le GTD-O, armé essentiellement par l’escadron du 1er Régiment Étranger de Cavalerie.

 

Accompagnés par des soldats maliens qui facilitaient notamment la prise de contact avec la population, les militaires de la force Barkhane ont également coopéré avec les forces armées nigériennes dans la zone frontalière. Cette opération conjointe a permis de sécuriser la zone d’intervention. Des caches d’armes ont en effet été découvertes et deux personnes désarmées. L’opération Marne fut aussi et surtout une occasion de conduire des actions d’aide à la population, au cours desquelles les soldats de Barkhane ont notamment permis à un village de la région d’accéder à l’eau en installant  une motopompe, et offert des aides médicales à la population rencontrée.

 

L’opération Barkhane regroupe 3 000 militaires dont la mission, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes pouvant agir dans la bande sahélo-saharienne.

photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Repost 0
6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 12:45
photo François Rihouay

photo François Rihouay


02.07.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

Du 6 au 25 juin 2015, une opération de contrôle de zone a été effectuée à l’est du Mali, dans la région d’Ansongo (au sud-est de Gao). Selon l'EMA, suite à un renseignement d’opportunité, la mission de reconnaissance a été poussée au-delà des frontières nigériennes, jusqu’au sud-ouest d’Akabar. Baptisée "Marne", cette opération a rassemblé des légionnaires du 1er REC et des marsouins du 21e RIMa. 300 soldats au total, avec 70 véhicules blindés (VAB, VBL, PVP) et 23 poids lourds.

Une partie de ces hommes participe actuellement à l'opération "Dordogne".

 

Suite de l'article et reportage photos

Repost 0
2 juillet 2015 4 02 /07 /juillet /2015 19:45
Déclaration du Porte-Parole SEAE suite à l'attaque contre la MINUSMA au Mali

 

02/07/2015 SEAE - EEAS 150702_03_en

 

L'attaque terroriste ciblant la MINUSMA au Nord Mali aujourd'hui a emporté cinq casques bleus originaires du Burkina Faso et blessé neuf autres qui agissaient dans le cadre de leur mandat pour maintenir la stabilité et sécurité de la région.

 

L'UE exprime ses sincères condoléances aux familles des victimes et au gouvernement du Burkina Faso.

 

Cette opération de maintien de la paix, dont le mandat vient d'être renouvelé, est l'une des plus coûteuse en vies humaines. L'UE réitère son plein soutien aux efforts des casques bleus opérant courageusement dans des conditions difficiles au nom de la communauté internationale.

 

Nous rappellons également que, dans sa résolution 2227, le Conseil de Sécurité des Nations Unies a confirmé que des sanctions seront prises contre tous ceux qui s'opposent à la paix au Mali et rompent le cessez le feu.

 

L'UE reste déterminée à mobiliser tous les moyens possibles pour le succès de la mise en œuvre de l'accord de paix signé par toutes les parties à Bamako le 20 juin dernier.

Repost 0
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 16:45
9e BIMa: le général Labuze prend le commandement et s'envole pour Bamako

 

01.07.2015 par Philippe Chapleau – Lignes de Défense

 

La 9e BIMa est depuis ce matin aux ordres du général de brigade François Labuze.

 

Saint-cyrien de la promotion "Cadets de la France libre" (1985-1988), le général Labuze est de l’arme des Troupes de Marine. Il a commandé le Régiment d’Infanterie Chars de Marine (RICM) basé à Poitiers entre 2008 et 2010. Au cours de sa carrière, il a notamment occupé la fonction d’aide de camp du Président de la République entre 2003 et 2007. Il a effectué plusieurs missions à l’étranger, à Djibouti, en Somalie, en Ex-Yougoslavie, en République Centrafricaine, en République de Côte d’Ivoire.

 

Il partira très prochainement comme représentant du commandant de la force Barkhane au Mali, à Bamako. Le colonel Jean-Michel Luccitti assurera le commandement de la brigade en son absence. C'est donc sur lui que reposera la montée en puissance des contingents qui gagneront la BSS en fin d'année.

 

Autre changement à l'état-major de la brigade: le colonel Bruno Heluin quitte Poitiers pour Paris (et l'Ecole de Guerre) et sera remplacé par le colonel Despouys qui arrive de Djibouti où il commandait le 5e RIAOM.

Repost 0
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 11:45
Archives LdDef

Archives LdDef

 

30 juin 2015 45eNord.ca (AFP)

 

Des renforts ont été envoyés dans le nord de la Côte d’Ivoire après l’attaque perpétrée par des jihadistes dimanche au Mali, à 20 km de la frontière ivoirienne, a annoncé lundi à l’AFP le porte-parole du gouvernement ivoirien.

 

Il y a des renforts, a déclaré le porte-parole Bruno Koné, par ailleurs ministre de la Communication, qui n’a pas souhaité donner de détails quant à leur nombre ni à leur corps d’appartenance (police, gendarmerie, armée) pour des raisons de sécurité.

Nous nous organisons pour éviter d’être touchés par la menace jihadiste, a-t-il ajouté, se refusant à plus de précision.

Des jihadistes ont brièvement pris le contrôle dimanche de la ville malienne de Fakola, située à 20 km de la frontière ivoirienne, brûlant de nombreux bâtiments administratifs avant d’en être chassés par l’armée malienne.

Un drapeau noir portant l’inscription Ansardine-Sud a été retrouvé à la mairie de la ville, a indiqué à l’AFP un habitant.

Ansar Dine fait partie des groupes islamistes qui ont contrôlé le nord du Mali en 2012, avant d’en être chassés en grande partie à partir de janvier 2013 par une intervention militaire internationale à l’initiative de la France, qui se poursuit actuellement.

 Les jihadistes sont à nos portes. C’est préoccupant, cela fait peur. C’est une menace réelle sur la Côte d’Ivoire, un pays laïque, a affirmé à l’AFP le député Pierre Gaho Oulatta, président de la Commission de sécurité et de défense de l’Assemblée nationale.Une telle nouvelle met les populations dans la peur, la terreur, au vu de l’énorme porosité de la frontière terrestre ivoiro-malienne, a observé cet ancien colonel.

Les autorités doivent prendre des mesures conservatoires et faire en sorte que cela ne vienne pas faire monter en épingle une tension, à quelques mois des élections présidentielle et législatives d’octobre, a lancé le député Oulatta.

Le problème des ex-combattants ivoiriens de la crise politico-militaire de 2002-2011, dont la majorité est de confession musulmane, doit être définitivement réglé car ces hommes, qui constituent une proie facile pour les recruteurs jihadistes, sont susceptibles d’être instrumentalisés, a-t-il affirmé.

La semaine dernière, le gouvernement ivoirien s’est félicité d’avoir réinséré 55.000 ex-combattants sur 64.000, soit un taux concluant de 85% à la fin de l’opération de désarmement des ex-combattants de la crise postélectorale de 2010-2011.

La population ivoirienne, qui se remet progressivement de cette décennie de violences, compte environ 40% de chrétiens, 40% de musulmans et 20% d’animistes.

Selon les autorités, le péril jihadiste est pour l’instant très faible à l’intérieur de la Côte d’Ivoire.

La ville de Misséni, près des frontières ivoirienne et burkinabè, avait également été attaquée le 10 juin par des islamistes qui avaient tué un militaire et en avaient blessé deux autres, selon le ministère malien de la Défense.

Repost 0
27 juin 2015 6 27 /06 /juin /2015 11:45
Mention spéciale Prix Erwan Bergot, le général Barrera à l’honneur

 

26/06/2015 SCH Beltran - Armée de Terre

 

Le général de division Barrera, chef de l’opération Serval en 2013, a reçu la mention spéciale du prix littéraire de l’armée de Terre Erwan Bergot pour son livre Opération Serval, notes de guerre.

 

Déployé en urgence au Mali avec 5 000 hommes, le général Bernard Barrera prend la tête des forces terrestres pour libérer le pays du joug des terroristes. Fasciné par la capacité de ses hommes à s’adapter aux conditions difficiles et à cet environnement hostile, il décide de leur rendre hommage au travers l’écriture d’un livre. Celui-ci prend la forme d’un carnet de notes détaillant avec précision la préparation de l’opération et son déroulement. Un témoignage poignant dans lequel les soldats de la force Sangaris se reconnaitront.

 

A l’occasion du 20 anniversaire de la création du prix littéraire de l’armée de Terre, le jury a décidé de lui décerner la mention spéciale. Il sera récompensé le 29 juin par le général d’armée Jean-Pierre Bosser, chef d’état-major de l’armée de Terre, lors de la soirée de gala.

 

Confidences de l’auteur en images.

Repost 0
26 juin 2015 5 26 /06 /juin /2015 16:50
Le lieutenant général Ramirez reçoit le fanion du commandement par l’entremise du général allemand chef de la Défense Wieker - photo Eurocorps

Le lieutenant général Ramirez reçoit le fanion du commandement par l’entremise du général allemand chef de la Défense Wieker - photo Eurocorps

La Défense européenne en marche Photos : Eurocorps

 

26/06/2015 Virginie Flawinne – MIL.be

 

L'Eurocorps faisait l'objet d'une cérémonie hautement symbolique ce jeudi 25 juin à Strasbourg. Le lieutenant général belge Guy Buchsenschmidt transmettait le commandement de ce corps d'armée au lieutenant général espagnol Alfredo Ramirez. Cette passation coïncide avec l'engagement de l'Eurocorps dans des missions de l'Union européenne.

 

Le lieutenant général Buchsenschmidt a remis le fanion du commandement à son homologue espagnol après avoir précisé combien il était satisfait du travail de son équipe dans sa préparation à l'engagement opérationnel européen. « Nous vivons dans un monde tourmenté et l'Europe doit garantir sa propre sécurité. L'Eurocorps est une structure éprouvée dont la légitimité est basée sur sa multinationalité. »

 

photo Eurocorpsphoto Eurocorps
photo Eurocorps
photo Eurocorpsphoto Eurocorpsphoto Eurocorps

photo Eurocorps

Son successeur, le lieutenant général Alfredo Ramirez, abonde dans son sens : « Nous commencerons par envoyer un détachement de 57 hommes à l'EUTM (Mission d'entraînement des forces maliennes de l'Union européenne) en juillet, puis marquerons un grand coup avec le groupement tactique européen (EUBG). Tout ceci est, je l'espère, le germe de quelque chose de plus grand vers une Europe et sa défense commune. »

 

La parade militaire a vu les généraux quitter leur place et leurs remplaçants se mettre en position devant leurs détachements respectifs. Parmi eux, le général de brigade Herman Ruys. Il a pris la tête de la direction appui de l'Eurocorps. Il sera également le plus haut gradé belge sur place et défendra ainsi tant les intérêts belges qu'européens.

 

L'Eurocorps, qui effectuait exclusivement des missions OTAN, se présente dès à présent comme un acteur de la cohérence européenne en rejoignant ainsi sa vocation première.

 

Vidéo : Clint Soete

Repost 0
26 juin 2015 5 26 /06 /juin /2015 16:45
Le ministre de la Défense à Gao (22 Juin)

 

24/06/2015  DICOD

 

Le 22 juin 2015, Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, s’est rendu à Gao, au Mali, pour rencontrer les soldats de la force Barkhane. Visite toute symbolique deux jours après la signature des accords d’Alger et presque un an après le lancement de l’opération Barkhane.

 

Après s’être posé à Mopti dans la matinée du lundi 22 juin, Jean-Yves Le Drian s’est rendu sur la base française de Gao, au Nord Mali, pour s’adresser aux soldats français de la force Barkhane, qui œuvre aux côtés de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma), la mission des Nations unies et de l’EUTM, la mission européenne.

Pour le ministre de la Défense, cette visite est intervenue « à un moment charnière de l’engagement résolu de la France aux côtés de ses partenaires africains […], quelques jours seulement après la signature définitive des accords d’Alger », accords de paix historiques avec les principaux groupes rebelles touaregs du nord Mali. Jean-Yves Le Drian, entouré du général Wade, commandant l’état-major de secteur de la  Minusma à Gao, du colonel Haidara, commandant le PC Maliba des forces armées maliennes à Gao et du général Palasset, commandant la force Barkhane, a félicité et salué les soldats français pour les opérations de sécurisation menées depuis janvier 2013. Il a ajouté que « ce retour à la souveraineté malienne, et à la sécurité du pays, est également le fruit des efforts de nombreux partenaires internationaux du Mali  à travers la Minusma et l’Europe ».

Avant de rencontrer le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, lors d’un dîner officiel, le ministre de la défense a tiré un premier bilan positif de l’opération Barkhane, lancée il y a un an, le 1er août 2014. Cependant, il a souligné que « ces succès ne doivent pas nous faire baisser la garde. […] Alors que notre pays est confronté à des menaces directes, sur son territoire même, vous êtes ici l’un des premiers remparts contre ces menaces ».

Repost 0
26 juin 2015 5 26 /06 /juin /2015 13:45
photo EMA / ECPAD

photo EMA / ECPAD

 

26/06/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Engagé du 12 au 20 juin 2015 dans l’opération Tchera, le groupement tactique désert Est (GTD-E) Chimère a ainsi mené ses premières actions de lutte contre les groupes armés terroristes (GAT) dans le Nord-Niger depuis son arrivée à la tête du fuseau Est de l’opération Barkhane, le 3 juin dernier.

 

L’opération Tchera avait pour objectif de perturber les flux logistiques et financiers des GAT transitant dans la région de la passe de Salvador.

 

Menée en partenariat avec les forces armées nigériennes (FAN), Tchera a mobilisé près de 170 hommes dont deux sections d’infanterie du 8eRPIMa (régiment de parachutiste d’infanterie de marine), un peloton blindé du 3eRH (régiment des hussards), des sapeurs du 17eRGP (régiment du génie parachutiste). L’ensemble étant appuyé par des hélicoptères de manœuvre et des éléments de soutien logistique et sanitaire.

 

Après une phase de reconnaissance motorisée depuis la base avancée temporaire (BAT) de Madama, les hommes du GTD-E Chimère ont poursuivi leur effort par une action de contrôle de zone dans la région de la passe de Salvador. Dans ce vaste espace de transit entre la Libye et le Nord du Sahel, la force Barkhane a découvert puis détruit 3 plots logistiques de GAT. Elle a également appuyé la saisie par les forces armées nigériennes d’un véhicule contenant armement et munitions. Ce sont ainsi près de 1 500 cartouches de petit calibre, une trentaine d’obus de mortier, des roquettes et une mitrailleuse qui ont été interceptées.

 

Cette opération, par son bilan, porte un nouveau coup à l’activité des GAT agissant dans ce vaste espace entre la Libye et le Nord du Sahel.

 

L’opération Barkhane regroupe 3 000 militaires dont la mission, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes pouvant agir dans la bande sahélo-saharienne.

photo EMA / ECPAD

photo EMA / ECPAD

Repost 0
26 juin 2015 5 26 /06 /juin /2015 07:45
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

25/06/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Ces deux dernières semaines, deux opérations ont été menées par la force Barkhane, au Mali et au Niger.

 

Du 6 au 25 juin 2015, une opération de contrôle de zone a été effectuée à l’Est du Mali, dans la région d’Ansongo (Sud-Est de Gao). Suite à un renseignement d’opportunité, la mission de reconnaissance a été poussée au-delà des frontières nigériennes, jusqu’au Sud-Ouest d’Akabar. Deux positions ont été fouillées, résultant notamment sur la découverte d’un pick-up et de deux motos. Cette action transfrontalière a pu être menée grâce à la coordination très rapide avec les autorités nigériennes.

 

Dans le même temps, une opération a été conduite au Nord Niger avec les forces armées nigériennes, du 12 au 20 juin. 140 militaires français et une trentaine de militaires nigériens ont mené une mission de reconnaissance aboutissant sur la saisie d’un pick-up avec de nombreuses armes, munitions et moyens de transmission. Les militaires ont également découvert trois points de ravitaillement en eau et en carburant utilisés par les groupes armés terroristes en transit dans cette région.

 

L’opération Barkhane regroupe 3000 militaires dont la mission, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes dans la bande sahélo-saharienne.

photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Repost 0
23 juin 2015 2 23 /06 /juin /2015 11:45
Mali: la France accentue son soutien à la Minusma

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, ici avec Christophe Sivillon, chef du bureau Minusma à Gao. photo Minusma

 

22-06-2015 Par RFI

 

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian est arrivé, ce lundi 22 juin, au Mali, 48 heures après la signature de l'accord de paix et de réconciliation par les rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA). Lors de son discours, à Gao, le ministre français de la Défense a annoncé le renforcement du soutien de la France à la Mission des Nations unies au Mali (Minusma).

 

Lire l’article

Repost 0
19 juin 2015 5 19 /06 /juin /2015 09:45
photo Embraer

photo Embraer

 

18 juin 2015 source Aerobuzz.fr

 

Le constructeur brésilien Embraer a officialisé au salon du Bourget une commande de 6 A-29 Super Tucano émanant de la République du Mali. Le contrat inclut le support logistique pour les opérations ainsi que la formation des pilotes et des mécaniciens. Les Super Tucano seront déployés pour la formation avancée des pilotes des forces aériennes maliennes, la surveillance des frontières et des missions de sureté intérieure.

Repost 0
18 juin 2015 4 18 /06 /juin /2015 16:45
Brigadegeneral Franz Xaver Pfrengle (Quelle: Heer/Dana Kazda)

Brigadegeneral Franz Xaver Pfrengle (Quelle: Heer/Dana Kazda)


16.06.2015 consilium.europa.eu
 

Brigadier General Franz Xaver Pfrengle has been appointed as new Mission Commander for the EU Training Mission in Mali (EUTM Mali). General Pfrengle, from Germany, takes up his duties on 28 July  2015. He will succeed Brigadier General Alfonso García-Vaquero Pradal, who had been in the position since October 2014. 

EUTM Mali assists in the reconstruction of effective and accountable Malian Armed Forces so that they are capable of ensuring the long-term security of Mali and, under civilian authority, restoring of the country's territorial integrity. To this effect, EUTM Mali delivers training to units of the Malian Armed Forces and develops autonomous training capability. The mission also  provides advice to the Malian authorities in reforming the army. 

The decision was taken by the EU's Political and Security Committee. 

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories