Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 janvier 2015 6 17 /01 /janvier /2015 12:50
Opérations militaires en 2014 (Belgique)

 

23/12/2014 Liesbeth Bardyn - MIL.be

 

En 2014, la Défense a participé à une dizaine d'opérations. Le Mali, le Congo ou l'Afghanistan ne sont que quelques pays où nos militaires ont été actifs. Certaines opérations comme BELUFIL au Liban prennent fin, d'autres comme Desert Falcon en Irak commencent. Aperçu audiovisuel des opérations les plus importantes de cette année 2014.

Repost 0
17 janvier 2015 6 17 /01 /janvier /2015 08:55
Les flottilles 21F et 23F reçoivent la croix de la valeur militaire pour leurs actions à Serval

Le contre- amiral Bruno Thouvenin, commandant la force de l’aéronautique navale a remis la croix de la valeur militaire avec palme aux flottilles 21F et 23F

 

16/01/2015 Sources :  Marine nationale

 

Jeudi 15 janvier 2015, le contre- amiral Bruno Thouvenin, commandant la force de l’aéronautique navale a remis la croix de la valeur militaire avec palme aux flottilles 21F et 23F, pour leur engagement au cours de l’opération Serval au Mali.

 

Lors de la cérémonie, le contre-amiral Thouvenin a rappelé le professionnalisme, la réactivité et la détermination du personnel volant et technicien, ayant permis au plus fort de l’opération le déploiement  sur le continent africain de  5 aéronefs et de plus de 200 personnels de la composante patrouille maritime.

 

Dès les premières heures de l’opération en  janvier 2013, les équipages des 2 flottilles sœurs se sont relayés sans relâche au-dessus du territoire malien, totalisant ainsi plus de 3000 heures de vol en 509 jours d’opération. Les 306 missions opérationnelles ont permis le guidage de plusieurs dizaines d’avions de chasse et hélicoptères de combat, ainsi que pour la première fois dans l’histoire de la patrouille maritime, la délivrance par l’Atlantique 2 de  bombes guidées laser.

 

Les fanions des flottilles 21 et 23F arborent désormais leur deuxième croix de la valeur militaire, ces 2 unités ayant déjà été décorées pour leurs faits d’arme lors de l’opération Harmattan, en Libye.

Repost 0
17 janvier 2015 6 17 /01 /janvier /2015 08:45
Entretien avec le nouveau représentant spécial du secrétaire général des Nations unies au Mali

 

16/01/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 16 janvier 2015, le général d’armée Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées (CEMA), a reçu monsieur Mongi Hamdi en France en tant que représentant spécial du secrétaire général des Nations unies (RSSGNU) au Mali.

 

En réservant son premier déplacement à la France et en rendant visite au CEMA, Monsieur Hamdi, précédemment ministre des affaires étrangères de la Tunisie, a tenu à marquer le lien étroit entre l’action conduite par nos forces et celle de l’ONU dans le cadre de la lutte contre les groupes armés terroriste (GAT) au Mali et au Sahel.

 

Cette rencontre a été l’occasion d’évoquer plus spécifiquement la situation au Mali, où les forces françaises sont engagées en soutien et en appui de la mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA). Ils ont évoqué les actions de terrain engagées avec les forces armées maliennes. Cette rencontre a également permis de faire le point sur la situation opérationnelle dans la bande sahélo-saharienne (BSS), où la force Barkhane agit en soutien aux pays de la région dans le cadre de la coopération régionale pour lutter contre les GAT.

 

Le CEMA et le RSSGNU se sont félicités de la bonne coordination établie sur le terrain par les forces françaises et celles de l’ONU. Ils ont toutefois rappelé que pour relever le défi sécuritaire dans cette région, l’action militaire seule ne suffisait pas et qu’elle devait être complétée par les piliers politiques, juridiques et économiques. A ce titre, ils ont évoqué les négociations d’Alger dont la prochaine réunion planifiée en février 2015.

Entretien avec le nouveau représentant spécial du secrétaire général des Nations unies au Mali
Repost 0
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 15:45
Barkhane : point de situation du 15 janvier 2015

 

15/01/2015 Sources : État-major des armées

 

Cette semaine a été marquée par la poursuite des mouvements de relève dans la bande sahélo-saharienne, ainsi que par la poursuite des opérations sur les fuseaux Ouest et Est de la zone d’action.

 

Le 9 janvier 2015, à Gao, le colonel Bruno Helluy, chef de corps du 1errégiment de chasseurs parachutistes (1erRCP), a succédé au colonel Ivan Martin à la tête du GTD-Ouest, bras armé de la force Barkhane sur le fuseau Ouest. Le groupement As de Trèfle, armé par le 35erégiment d’infanterie (35eRI), a ainsi laissé place au groupement Rapace, armé par le1erRCP. Depuis le mois de septembre, le GTD-Ouest a conduit des opérations quotidiennes sur une vaste zone allant de la frontière nigérienne à la frontière algérienne, jusqu’au lac Faguibine, à l’ouest de Tombouctou. Ce mandat a été particulièrement marqué, durant le mois de décembre, par des opérations de fouilles au nord de Gao qui ont permis la découverte, la saisie et la destruction de plusieurs tonnes d’armes, de munitions, d’explosifs, aboutissant au démantèlement d’un plot logistique et de deux ateliers de fabrication d’engins explosifs improvisés.

 

 Parallèlement à ces mouvements de relève, les opérations se poursuivent dans l’ensemble de la bande sahélo-sahérienne.

 

 Dans le fuseau Ouest, la force a fourni un appui renseignement aux forces armées maliennes (FAMA) suite à l’attaque de Nampala, qui a causé la mort de plusieurs soldats maliens. Des vols de Show of presence ont ainsi été réalisés les 5 et 8 janvier.

 

Du 12 au 14 janvier, en vallée de l’Amettetaï, quatre actions aériennes ont permis la destruction de caches et de sites de stationnement des groupes armés terroristes. Ces actions, conduites grâce au renseignement acquis dans la durée, s’inscrivent dans la continuité des opérations récentes menées dans le massif du Tigharghar visant à priver les groupes armés terroristes de leurs capacités logistiques.

Barkhane : point de situation du 15 janvier 2015Barkhane : point de situation du 15 janvier 2015
Repost 0
5 janvier 2015 1 05 /01 /janvier /2015 08:45
Le ministre de la Défense visite le cœur de l’opération Barkhane pour la fin d’année


03/01/2015 Sources EMA

 

C’est le 31 décembre dernier que Jean-Yves le Drian, ministre de la Défense, est arrivé au Tchad. Il s’est entretenu dans un premier temps avec le président Tchadien Idriss Déby.

Il s’est ensuite rendu sur le camp Kosseï à N'Djamena au Tchad, au centre de commandement de l'opération Barkhane où le commandant de l’opération, le général Palasset, lui a présenté un point de situation.

Le ministre a ensuite effectué plusieurs visites dont la Cellule de coordination et de liaison (CCL) Boko Haram et le Centre opérationnel interarmées (COIA). Pour clore cette première journée, il a réveillonné avec les militaires français de l’opération Barkhane, sans oublier de rendre visite aux militaires français retenus par le service.

 

Le lendemain, le ministre de la Défense s’est rendu dans l’extrême nord du Niger à la frontière libyenne sur la base avancée « temporaire » de Madama d’où il a appelé la communauté internationale à se mobiliser pour endiguer le développement du terrorisme en Libye.

Jean-Yves Le Drian s’est envolé le 2 janvier pour Niamey au Niger où il a rencontré le Président de la République du Niger Mahamadou Issoufou au palais présidentiel puis il a rendu visite aux éléments français sur place.

Jean-Yves Le Drian s’est ensuite rendu à Gao au Mali pour y rencontrer les forces françaises et visiter notamment le nouveau centre des opérations. A cette occasion, il s’est entretenu avec des officiers du commandement des Forces Maliennes et de la Minusma (Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation au Mali). Il a ensuite présidé une cérémonie de recueillement aux morts de l’opération Serval.

C’est à Bamako, le 3 janvier, que le ministre a conclu son séjour en rencontrant le président Malien Ibrahim Boubacar Keïta.

 

Lancée le 1er août, 2014, Barkhane est une opération conduite par les armées françaises. Elle repose sur une approche stratégique fondée sur une logique de partenariat avec les principaux pays de la bande sahélo-saharienne (BSS) : Mauritanie, Mali, Niger, Tchad et Burkina-Faso. Les missions de la force Barkhane consistent à appuyer les forces armées des pays partenaires de la BSS dans leurs actions de lutte contre les groupes armés terroristes et à contribuer à empêcher la reconstitution de sanctuaires terroristes dans la région. L’opération Barkhane regroupe 3000 militaires, une vingtaine d’hélicoptères, 200 véhicules de logistique, 200 blindés, 6 avions de chasse, 3 drones et une dizaine d’avions de transport.

 

Plus d’informations sur l’opération :  http://www.defense.gouv.fr/operations/sahel/dossier-de-presentation-de-l-operation-barkhane/operation-barkhane

Repost 0
29 décembre 2014 1 29 /12 /décembre /2014 17:45
Stabiliser le Sahel: Paris propose un "Appui à la coopération transfrontalière" au profit du Mali, du Niger et du Burkina


29.12.2014 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

Le Liptako Gourma? Jusqu'à ce que le doigt de l'amiral Marin Gillier, le patron de la Direction de la coopération de sécurité et de défense, ne se pose sur la carte de l'Afrique, je ne connaissais pas. Il s'agit de la région dite des trois frontières, 370 000 km2 quand même, à cheval sur les frontières du Burkina Faso, du Mali et du Niger. Et c'est là que va être lancé un projet, plutôt innovant, qui allie sécurité et développement et qui a été baptisé ACTS (pour "Appui à la coopération transfrontalière au Sahel").

ACTS part du principe que quand les financements se tarissent, il faut éviter les doublons et mutualiser efforts et capacités.

 

Projet dual. ACTS, c'est d'une part un volet sécuritaire qui vise le développement de capacités de renseignement (via les populations locales) "sur ce qui se passe, et sur ceux qui passent, dans cette zone", de capacités d'intervention et de capacités de traitement judiciaire pour renforcer l'Etat de droit.

ACTS, c'est d'autre part, un volet développement associant la population ("les communautés" dirait l'amiral), proposant des alternatives aux trafics qui génèrent des revenus, accroissant la sécurité humaine (santé, éducation, alimentation) et permettant de développer des réseaux

L'idée développée par la DCSD, c'est de travailler à 3 niveaux:
- au niveau local, en mettant en synergie les différentes administrations nationales (police, douanes, santé, éducation etc) et en faisant remonter des informations vers les trois capitales concernées
- au niveau régional en multipliant les échanges bi/tri latéraux (pour éviter des doublons et mieux utiliser les ressources financières),
- au niveau international dans le cadre d'un projet collaboratif.

 

Mutualiser les soutiens. L'originalité de ce projet tient aussi dans la coordination des projet existants ou à venir. Si, pour l'heure, la réponse de Bruxelles est en cours d'élaboration, d'autres institutions internationales ont déjà chaleureusement accueilli l'idée; c'est la cas du PNUD, de l'UNDC et de la Banque mondiale (qui mène des produits pastoraux dans cette zone). L'UNCTED (contre-terrorisme) et le Département des opérations de maintien de la paix de l'Onu soutiennent aussi l'ACTS.

Des pays comme le Japon, la Canada, les USA, le Danemark, les Pays-Bas et bien sûr la France vont être associés, tout comme des ONG (on parle du Danish Demining Group) et des fondations (EDF pourrait être associé).

 

Le tempo d'ACTS. Le premier temps fort doit avoir lieu en février à paris, avec un séminaire de lancement.

Puis suivra un trimestre d'audits pour confirmer les besoins, percevoir le ressenti des populations etc. Trois autres mois permettront aux autorités des trois pays frontaliers de juger des priorités et de dresser la liste des projets à lancer dans la zone d'expérimentation initiale (voir la carte ci-dessus). Fin 2015, des microprojets seront mis en œuvre, avant le démarrage des chantiers plus lourds en 2016.

Repost 0
19 décembre 2014 5 19 /12 /décembre /2014 16:45
Barkhane : au cœur de la coopération - 2e partie (Jdef)


19 déc. 2014 Ministère de la Défense

 

Pour ce numéro spécial « Opération Barkhane : au cœur de la coopération», le Journal de la Défense (#Jdef) nous emmène en plein désert africain. Trois mille hommes, dirigés par un poste de commandement unique, sont répartis sur cinq états (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad). L'opération Barkhane, lancée le 1er août 2014, marque un nouveau départ pour les forces françaises dans la région du Sahel.

Dans la seconde partie, nous suivrons, sur le sol malien, l’opération Piana, symbole de la coopération avec les forces armées maliennes. Dans la chaleur et la poussière, nous partagerons le quotidien des militaires sur le terrain.

Repost 0
18 décembre 2014 4 18 /12 /décembre /2014 16:45
Barkhane : point de situation du 18 décembre 2014

 

18/12/2014 Sources : État-major des armées  

 

Point de situation sur les opérations de la force Barkhane, engagée dans la bande sahélo-saharienne (BSS), du 11 au 18 décembre 2014.

 

Cette semaine, la force Barkhane a conduit plusieurs opérations au Nord Mali, avec une combinaison d’actions terrestres, aériennes et héliportées destinées à reconnaître des points d’intérêt et fouiller des caches possibles.

 

Ces opérations ont engagé des unités du groupement tactique désert Ouest, des hélicoptères de manœuvre et des moyens d’appui aérien et ISR au Nord de Bourem, à environ 180km au Nord de Gao.

 

Elles ont permis la découverte de nombreuses caches abritant un important stock d’armement, de munitions par milliers, d’outillage logistique et d’explosifs, ainsi que différents ateliers de fabrication d’IED.

 

Cette opération s’inscrit dans la continuité des précédentes actions de la force Barkhane, qui alterne en permanence opérations planifiées, d’opportunité et transfrontalières, avec parallèlement des actions dans la troisième dimension, qu’il s’agisse de frappes ou de renseignement.

 

L’opération Barkhane regroupe 3 000 militaires dont la mission, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes dans la bande sahélo-saharienne.

Barkhane : point de situation du 18 décembre 2014Barkhane : point de situation du 18 décembre 2014
Barkhane : point de situation du 18 décembre 2014Barkhane : point de situation du 18 décembre 2014
Repost 0
15 décembre 2014 1 15 /12 /décembre /2014 12:55
« Parfois détruire, souvent construire, toujours servir »


13/12/2014 Armée de Terre

 

Depuis deux mois, les sapeurs de la 973e compagnie d’appui au déploiement opérationnel du 6e régiment du génie (6e RG) mettent en œuvre leurs talents de bâtisseurs dans le camp militaire de Meucon, à Vannes, en construisant un parcours d’obstacles original : le parcours élémentaire réduit pour le franchissement et l’organisation des reconnaissances en zone urbaine (PERFOR).

 

L’intérêt est double : le 6e RG développe et entretient les techniques de construction qu’il pourra mettre en œuvre lors de ses engagements opérationnels et, dans le même temps, crée un espace d’entraînement adapté aux besoins actuels des unités des forces terrestres.

Héritier des architectes militaires, le sergent Marc se distingue par ses connaissances en construction. Il a beaucoup appris au Mali et durant ses études. Aujourd’hui, il met ses qualités de bâtisseur combattant au service du génie.

Repost 0
12 décembre 2014 5 12 /12 /décembre /2014 09:45
[1ere partie] « Opération Barkhane : au cœur de la coopération » (#Jdef)


12 déc. 2014 Journal de la Défense (#Jdef)

 

Pour ce numéro spécial « Opération Barkhane : au cœur de la coopération», le Journal de la Défense (#Jdef) nous emmène en plein désert africain. Trois mille hommes, dirigés par un poste de commandement unique, sont répartis sur cinq états (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad). L'opération Barkhane, lancée le 1er août 2014, marque un nouveau départ pour les forces françaises dans la région du Sahel.

Dans la première partie, nous irons à N’Djamena où sont planifiées toutes les actions. Nous verrons l’importance de la logistique et des transmissions pour accomplir les nombreuses missions confiées aux forces de Barkhane. Parmi elles, le détachement « air » de la base de Kossei, avec son escadron Rafale. Nous nous envolerons ensuite au Niger, découvrir les drones, indispensables aux forces pour gérer une zone d’opération aussi étendue.

Repost 0
12 décembre 2014 5 12 /12 /décembre /2014 08:55
Opération Barkhane : neutralisation de terroristes

 

11/12/2014 Sources : État-major des armées

 

Dans la nuit du 10 au 11 décembre, au Nord du Mali, dans la région de Gao, les forces françaises ont neutralisé plusieurs membres d’un groupe armé terroristes.

 

Cette opération, effectuée suite à un renseignement d’opportunité, a été conduite en coordination avec les autorités maliennes. Elle a permis la neutralisation d’une dizaine de membres d’un groupe armé terroriste.

 

Parmi ces personnes figure Ahmed El Tilemsi, membre fondateur du Mujao et émir d’Al Mourabitoune au Mali, ainsi que des proches combattants de ce chef terroriste.

 

Depuis plusieurs semaines les groupes armés terroristes organisent des attaques contre les forces de la MINUSMA et la population pour tenter de déstabiliser le Nord Mali. Connus pour disséminer des engins explosifs, ces terroristes préparaient de nouvelles attaques suicides.

 

Cette opération porte un coup dur aux activités d’Al Mourabitoune et aux terroristes qui agissent dans la BSS.

 

Elle s’inscrit dans le cadre des opérations que mène en permanence la force Barkhaneet dans la continuité des coups sévères qui ont été portés aux groupes terroristes depuis le lancement de cette opération, le 1eraoût 2014.

 

Pour mémoire, depuis cette date, c’est une cinquantaine de terroristes qui ont été neutralisés et plusieurs tonnes d’armements détruits.

 

Cette action vient rappeler que les forces françaises exercent une pression permanente sur leurs adversaires dans l’ensemble de la bande sahélo-saharienne.

 

L’opération Barkhane regroupe 3 000 militaires dont la mission, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes dans la bande sahélo-saharienne.

Repost 0
11 décembre 2014 4 11 /12 /décembre /2014 15:45
photo EMA

photo EMA


11.12.2014 par RFI
 

Moins de 48 heures après la libération de Serge Lazarevic, l'armée française, via l'opération Barkhane, intensifie ses actions dans le nord du Mali. L’état-major a annoncé, ce jeudi matin, avoir éliminé l'un des chefs du groupe jihadiste al-Mourabitoune.

 

 

Lire l'article

 

Repost 0
11 décembre 2014 4 11 /12 /décembre /2014 08:45
photo Sedeyn Ritchie - MIL.be

photo Sedeyn Ritchie - MIL.be

 

8 décembre 2014 maliactu.net

 

Pour renforcer la capacité vestimentaire des Forces armées du Mali (FAMa), la République populaire de Chine a offert un important lot de tenues militaires à la République du Mali. C’était vendredi dernier lors de la cérémonie de signature d’acte de « remise-réception«   entre Guo Xue Li, chargé des affaires de l’ambassade de Chine au Mali, et Bah N’Daw, ministre de la Défense et Anciens combattants  du Mali, en présence du chef d’état-major général des armées.

 

Lire l’article

Repost 0
5 décembre 2014 5 05 /12 /décembre /2014 10:43
Opération Barkhane : au cœur de la coopération (Jdef)


5 déc. 2014 JDEF

 

Pour ce numéro spécial « Opération Barkhane : au cœur de la coopération », le Journal de la Défense (#Jdef) nous emmène en plein désert africain. Trois mille hommes, dirigés par un poste de commandement unique, sont répartis sur cinq états (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad). L'opération Barkhane, lancée le 1er août 2014, marque un nouveau départ pour les forces françaises dans la région du Sahel.

Repost 0
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 13:45
Barkhane : Visite du général de Lapresle au Nord-Mali

 

02/12/2014 Sources : État-major des armées

 

Du 26 au 28 novembre 2014, le général François de Lapresle, représentant de la force Barkhane au Mali (RBM), s’est rendu sur les emprises de la force au Nord du Mali.

 

L’objectif de cette visite était de rencontrer les autorités politiques et militaires locales, et d’étudier les futures actions de développement à mener. Il s’est ainsi rendu à Gao, Kidal, Tessalit et Tombouctou, en compagnie de représentants du service de coopération et d’action culturelle (SCAC) et de l’agence française de développement (AFD), travaillant au sein de l’ambassade de France à Bamako.

 

Cette visite a aussi permis de faire le point sur les actions qui ont déjà été entreprises, aussi bien par la force Barkhane que par l’ambassade de France. Le RBM a pu s’appuyer sur le travail de coopération effectué par les détachements de liaison et d’appui opérationnels (DLAO) auprès des forces partenaires et des autorités locales, pour rencontrer leurs représentants ainsi que la population.

 

Présent de façon permanente à Bamako, le général de Lapresle a pour mission d’être un relais et un coordinateur du COMANFOR en maintenant des relations étroites avec l’ambassade de France à Bamako et avec les autorités maliennes et de la MINUSMA.

 

L’opération Barkhane regroupe 3 000 militaires dont la mission, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes dans la bande sahélo-saharienne.

Barkhane : Visite du général de Lapresle au Nord-Mali
Repost 0
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 08:45
photo Thomas Goisque

photo Thomas Goisque

 

Source Thomas Goisque

 

A Gao au nord du Mali, le Groupement Aéromobile de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre a reçu début novembre deux nouveaux hélicoptères : les premiers Caïmans NH-90 déployés en opération. D’une capacité d’emport de 19 commandos, il peut aller plus vite et plus loin en volant plus longtemps : c’est une arme redoutable pour les raids nocturnes dans l’Adrar des Ifoghas.

 

Reportage photos sur le site de Thomas Goisque

Repost 0
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 07:45
photo Thomas Goisque

photo Thomas Goisque

 

source Thomas Goisque

 

A Gao au nord du Mali, le Groupement Aéromobile de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre a reçu début novembre deux nouveaux hélicoptères : les premiers Caïmans NH-90 déployés en opération. D’une capacité d’emport de 19 commandos, il peut aller plus vite et plus loin en volant plus longtemps : c’est une arme redoutable pour les raids nocturnes dans l’Adrar des Ifoghas.

 

Reportage photos

Repost 0
21 novembre 2014 5 21 /11 /novembre /2014 06:45
Frontière Niger- Mali : zone de moins en moins sûre

 

20 novembre 2014 BBC Afrique

 

Plusieurs hommes armés non identifiés, à bord de motos et d'un véhicule tout terrain ont attaqué dans la nuit de mercredi, la localité de Banibangou, située à environ 160 km au nord de Niamey proche de la frontière du Mali.

 

Le bilan fait état d'un mort et 3 blessés parmi les forces nigériennes de défense et de sécurité.

 

Selon des témoins joints par la BBC, après deux heures de tirs nourris, les forces armées nigériennes sont parvenues à repousser les assaillants.

 

L’attaque n’a pas encore été revendiquée.

 

Le calme est revenu mais des patrouilles sillonnent les alentours du département de Banibangou.

 

Il y a deux semaines, 9 membres des forces de sécurité nigériennes ont été tués dans plusieurs attaques simultanées « d'éléments terroristes » dans la région de Tillabéri (ouest), proche du Mali.

 

Les attaques avaient visé le poste de sécurité du camp de réfugiés maliens de Mangaïzé, la prison de Ouallam ainsi qu'une patrouille militaire.

 

Depuis les événements au Mali et en dépit des patrouilles militaires, des bandits armés écument régulièrement les zones frontalières de ces 2 pays.

 

L'attaque de Banibangou survient vingt-quatre heures après la tenue d'une réunion des chefs d'Etat-major des pays de la sous-région (Mali , Burkina Faso, Mauritanie , Niger et Tchad) pour débattre des stratégies à mettre œuvre pour face au banditisme armé et au terrorisme transfrontalier dans le Sahel.

Repost 0
20 novembre 2014 4 20 /11 /novembre /2014 17:45
Pour la deuxième fois, le G5 Sahel se réunit au format CEMA.

 

20/11/2014 Sources : Etat-major des armées

 

A l’invitation des cinq chefs d’états-majors de la bande sahélo-saharienne composant le G5 Sahel, le général d’armée Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées (CEMA), s’est rendu à Niamey le 19 novembre dernier afin de participer à la seconde réunion organisée dans le cadre de ce partenariat.

 

Créé à l’initiative des chefs d’Etat de la région sahélo-saharienne (BSS) le 16 février 2014, le G5 Sahel regroupe cinq pays : le Burkina-Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad. Il constitue un cadre institutionnel destiné à coordonner les politiques de développement et de sécurité de ses membres.

 

Le 19 novembre, un peu plus de six mois après le premier G5 Sahel (9 avril 2014 Lien Brève), les chefs d’état-major des pays membres, ou leur représentant, se sont une nouvelle fois réunis à Niamey, en présence du CEMA français, pour confirmer leur volonté de répondre ensemble aux défis sécuritaires liés à la menace constituée par les groupes armés terroristes dans la BSS.

 

Après avoir rendu hommage aux soldats tombés au Mali et au Niger, les chefs d’état-major africains et le CEMA ont exposé leur évaluation de la situation sécuritaire dans la BSS et ont fait le point sur la coopération engagée avec la France pour lutter contre la menace terroriste. A cette occasion, les CEMA du G5 Sahel ont confirmé leur volonté d’appréhender conjointement cette menace en renforçant leurs coopérations transfrontalières. Ils ont ainsi réaffirmé leur détermination à agir collectivement et en lien avec la France, avec qui ils partagent l’approche globale mise en œuvre dans le cadre de l’opération Barkhane. A ce titre, les chefs militaires africaines se sont accordés pour développer leurs partenariats stratégiques bilatéraux et multilatéraux.

 

Cette réunion s’est achevée par la signature d’un communiqué institutionnalisant la réunion du G5 Sahel selon un rythme semestriel, organisée à tour de rôle par chaque pays membre. La prochaine rencontre aura ainsi lieu au Tchad au printemps prochain.

Repost 0
17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 17:45
Cérémonie de fin de formation du Cours des futurs commandants d’unité

 

15 novembre 2014 par mhq pao – EUTM Mali

 

La cérémonie de fin de formation du Cours des futurs commandants d’unité a eu lieu le 13 novembre 2014 à Koulikoro.

 

Après avoir commencé il y a 11 semaines, la formation des officiers maliens s’est déroulée de telle sorte que ce projet – pilote pour l’EUTM  Mali peut être considéré comme pleinement réussi. Tous les stagiaires ont été jugés aptes à commander une unité. La formation et l’évaluation ont été effectuées par les instructeurs européens, secondés par une douzaine d’instructeurs maliens. Tous, formateurs et stagiaires, ont été félicités pour leur très bon état d’esprit, leur assiduité et leur comportement.

 

Pendant la cérémonie, les officiers maliens ont reçu un diplôme qui sanctionne les compétences acquises.

Cérémonie de fin de formation du Cours des futurs commandants d’unitéCérémonie de fin de formation du Cours des futurs commandants d’unité
Repost 0
17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 13:50
Discours du commandant de la Training Task Force

Discours du commandant de la Training Task Force

 

Nov. 15, 2014 by mhq pao – EUTM Mali

 

The final ceremony of the Coy Commanders Course took place on November 13, 2014 at Koulikoro.

 

After 11 weeks of training, this pilot project for EUTM Mali can be considered a success. All trainees were deemed able to command theirs units. Training and evaluation were conducted by European instructors, assisted by a dozen of Malian instructors. At the end, all trainers and trainees were praised for their engagement, diligence and behavior.

 

During the ceremony, the Malian graduating officers received theirs diplomas.

Repost 0
17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 08:45
Patrouille Mixte à Tombouctou - Novembre 2014

 

11 nov. 2014 MINUSMA

 

Les 5 et 6 Novembre 2014, une patrouille mixte de grande envergure MINUSMA - Barkhane et FAMa a sillonné la région de Tombouctou. Découvrez la coordination des 3 Forces dans cette vidéo!

Repost 0
15 novembre 2014 6 15 /11 /novembre /2014 12:45
Déploiement d’un contingent suédois ISR à Tombouctou

 

14 November 2014 MINUSMA

 

La Suède s’apprête à déployer 250 soldats dans le Nord du Mali, à Tombouctou. Ces militaires seront intégrés à la MINUSMA

 

La durée de la mission de ce contingent suédois sera de six mois minimum et son travail principal consistera à collecter toutes sortes d’informations pouvant faciliter la mise en œuvre du mandat de la Mission de l’ONU au Mali.

 

« C’est une décision du parlement suédois et une expression de la volonté du gouvernement de soutenir les efforts des Nations Unies au Mali en faveur de la stabilisation et de la paix », a déclaré le Lieutenant-Colonel Carl-Axel Blomdahl, commandant chargé de la construction du camp suédois. 

 

Dénommée « Force d’Intelligence, de surveillance et de reconnaissance » (ISR), cette composante militaire évoluera sous le Commandement du chef de l’Unité de Fusion de toutes les Sources d’Information (ASIFU). Cette dernière est « une nouvelle structure implémentée pour la première fois dans une mission de maintien de paix des Nations Unies et a été mise sur pied en vue de permettre aux forces d’avoir une meilleure idée de la situation sur le terrain », a expliqué le Commandant du Secteur Ouest, le Colonel Peter Oberg.  

 

En vue de préparer l’arrivée de la force ISR, une première équipe d’au moins 60 soldats dont 7 femmes, a été déployée à Tombouctou ces derniers jours. « Nous sommes installés ici provisoirement en vue de construire le camp du contingent suédois qui doit arriver au début de février 2015. D’ici la fin de novembre, nous serons renforcés par 60 autres éléments de la compagnie d’ingénierie militaire suédoise », a fait savoir le Lieutenant-Colonel Blomdahl.

 

Cette première composante militaire suédoise déployée dans le cadre de la Mission Multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), disposera d’un important lot de véhicules militaires et d’équipements de communication sophistiqués.

Repost 0
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 13:45
Le Caïman face à son destin…

Pour son premier déploiement opérationnel, le Caïman fait face à des conditions d’emploi particulièrement difficiles. - photo EMA

 

13 novembre, 2014 Frédéric Lert (FOB)

 

Dix-neuf ans moins quelques jours après son premier vol, le NH90 arrive donc sur un théâtre d’opération sous les couleurs françaises. Après quatre journées de convoyage, deux Caïman du 1er RHC ont rallié de façon autonome Gao (Mali) en partant de leur base de Phalsbourg. Au Mali, les deux appareils et leurs équipages s’intègrent dans un sous groupement aéromobile (SGAM) fort d’une dizaine d’appareils.

 

Ce déploiement constitue une épreuve de vérité pour le NH90, qui va devoir faire la preuve de ses capacités à durer dans un environnement très hostile. L’Alat a beaucoup sacrifié pour cet appareil, pour en porter le développement et en commander pour l’instant 68 exemplaires. Le Caïman part avec de solides atouts sur le théâtre malien, avec en premier lieu une puissance qui lui permettra d’affronter plus sereinement les fortes chaleurs. Dans le monde de l’hélicoptère plus qu’ailleurs, puissance égale sécurité. Autre facteur de sécurité, son avionique perfectionnée sur laquelle les équipages pourront s’appuyer pour évoluer en conditions marginales (nuit noire, mauvaise visibilité due au sable etc). Le Caïman est aussi un hélicoptère doté d’une solide autonomie. A la masse maximale de onze tonnes, avec trois réservoirs supplémentaires en soute, l’appareil affiche une autonomie de cinq heures. Bluffant ! Bien évidemment, libérer de la charge utile impose d’enlever des réservoirs en soute, mais le Caïman garde tout de même les pattes très longues au contraire de l’animal dont il tire le nom. L’hélicoptère est aussi rapide, avec une vitesse de croisière d’environ 250 km/h. Vitesse et autonomie en font un partenaire idéal du Tigre qui affiche les mêmes caractéristiques. Entre Tessalit et Gao, une Gazelle ou un Puma un peu chargé doit stopper à Kidal pour faire le plein.  Le Tigre et le NH90 peuvent quant à eux filer droit d’un seul coup d’aile. Pour le SGAM, la mise en œuvre conjointe de Tigre et de Caïman sera l’occasion de repenser en profondeur le déroulement de ses missions et l’emploi de ses appareils.

 

Tout ne va pas être facile pour autant. Les Caïman devront en premier lieu faire face à un ennemi omniprésent, le sable. Sa granulosité très fine et son très fort pouvoir abrasif causent des ravages dans les mécaniques et les éléments tournants. Aucun filtre parfait n’existe face à cette poussière qui parvient à s’infiltrer partout. Seule solution : un entretien régulier des appareils, au besoin en passant l’aspirateur dans ses équipements les plus sensibles. Cette question du sable se conjugue avec celle des fortes chaleurs. Tous les équipements électroniques (calculateurs, écrans etc.) du Caïman  fonctionnent avec des batteries de micro ventilateurs. Les semaines à venir diront leur sensibilité réelle aux conditions extrêmes rencontrées au Mali. Les expérimentations « temps chaud » conduites à Djibouti sont une chose, l’emploi d’un appareil sur le terrain plusieurs mois d’affilée en sont une autre…

Repost 0
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 12:45
Barkhane : point de situation du 13 novembre 2014

 

13/11/2014 Sources : État-major des armées

 

Point de situation sur les opérations de la force Barkhane, engagée dans la bande sahélo-saharienne (BSS), du 6 au 13 novembre 2014.

 

Dans la BSS la situation a été calme cette semaine malgré des actions de harcèlement des groupes armés terroristes dans le Nord du Mali.

 

Les opérations se poursuivent quotidiennement dans les deux fuseaux.

 

Le 6 novembre, le général de division Palasset, commandant l’opération Barkhane, a reçu le général d’armée américain David Rodriguez, commandant en chef d’AFRICOM. Cette rencontre souligne les excellentes relations entretenues avec nos alliés américains qui apportent une aide aux opérations françaises dans le Sahel, notamment en terme de transport aérien.

 

Dans le Nord du Mali, la force Barkhane a mené du 28 octobre au 6 novembre l’opération Tudelle de lutte contre les terroristes. Cette opération a mobilisé plus de 400 militaires dans des actions de contrôle de zone et de fouilles de caches terroristes. Au bilan, elle a permis la neutralisation de 26 terroristes, dont deux se sont rendus et ont été transférés aux autorités maliennes. Lors de cette opération, six véhicules, des dizaines de roquettes RPG7 et leurs lance-roquette, des dizaines de grenades à main et fusils, ainsi qu’un dépôt logistique ont été découverts.

 

L’opération Barkhane regroupe 3 000 militaires dont la mission, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes dans la bande sahélo-saharienne.

Barkhane : point de situation du 13 novembre 2014
Barkhane : point de situation du 13 novembre 2014
Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories