Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 février 2016 1 08 /02 /février /2016 08:30
Départ en mission de Rafale Marine par mauvais temps

 

7 févr. 2016 Ministère de la Défense

 

Départ en mission d'une patrouille de Rafale Marine du porte-avions Charles de Gaulle par mauvais temps.

Repost 1
1 février 2016 1 01 /02 /février /2016 11:55
Le prototype du bateau commandé par le centre de lutte antipollution de la Marine nationale. Photo Cleansails

Le prototype du bateau commandé par le centre de lutte antipollution de la Marine nationale. Photo Cleansails

 

29 janvier 2016 par Flora Chauveau – Ouest-France

 

Une entreprise en fort développement

L'entreprise Cleansails n'a pas encore ses propres locaux et, pourtant, elle a décroché un appel d'offres prometteur. La société brévinoise va concevoir et construire six navires antipollution pour le Centre d'expertises pratiques de lutte antipollution (Ceppol) de la Marine nationale. Des bateaux de travail de type landing-craft, en aluminium, mesurant 7,50 m.

Basée à Saint-Brevin-les-Pins, en Loire-Atlantique, Cleansails regroupe une dizaine de personnes, salariés ou travailleurs indépendants. Chacun apporte ses compétences : architecture, ingénierie, chaudronnerie... pour créer du matériel de lutte contre la pollution en mer. « Jusqu'ici, nous concevions nos bateaux et nous les faisions fabriquer par des chantiers partenaires, explique Pierre Briallart, dirigeant de Cleansails. Ces six bateaux sont les premiers que nous construisons nous-mêmes. » L'équipe travaillera dans des locaux tout neufs, actuellement en construction dans la zone d'activité de la Guerche, à Saint-Brevin.

Suite de l’article

Repost 0
30 janvier 2016 6 30 /01 /janvier /2016 17:55
Quand le terrain est le premier ennemi (JDef, 2/2)


28/01/2016 JDEF -  DICOD

 

Les légionnaires avec qui nous avions vécu au cœur de la forêt amazonienne, au Brésil, sont aujourd’hui spécialistes du combat en jungle. Quant aux unités de l’armée de Terre que nous avions suivie en Picardie, elles peuvent désormais, à tout moment, intervenir en zone urbaine. Dans cette seconde partie du journal de la Défense (#JDef), nous vous emmenons en Afrique où les forces françaises sont formées aux opérations dans le désert, milieu de tous les extrêmes. Puis retour en France où les nageurs de combat s’entraînent à mener des missions sous-marines. Ils font du monde du silence leur théâtre d’opérations.

Situé dans la Corne de l’Afrique, Djibouti est 3 fois plus petit que la France. Pays de tous les extrêmes, on y trouve  montagne culminant à plus de 2 000 mètres, des déserts de sable et de roches mais aussi le lac Assal, point le plus bas du continent africain.
Avec moins de 20 jours de pluie par an et une température avoisinant 50 degrés, Djibouti est un pays désertique et aride, naturellement hostile à l’homme. Sa géographie ressemble à  celle de la bande sahélo-saharienne. C’est un terrain d’entraînement propice aux forces françaises et étrangères.

Repost 0
30 janvier 2016 6 30 /01 /janvier /2016 13:30
Chammal : 18 frappes et 34 objectifs de Daech détruits en Irak cette semaine

 

28/01/2016 Sources : Etat-major des armées

 

Du 20 au 26 janvier 2016, les équipages français ont réalisé 54 sorties aériennes au-dessus des zones contrôlées par Daech en Irak et en Syrie, dont 45 de bombardement en appui des troupes irakiennes au sol, et 4 de recueil de renseignement.

 

18  frappes ont détruit 34 objectifs de Daech.

 

17 frappes d’appui au sol ont été réalisées au cours de la semaine.

 

La force Chammal a concentré ses efforts sur les missions d’appui au sol dans la région de Mossoul où les combattants de Daech sont en posture défensive.

 

Elle a également appuyé les forces irakiennes dans le secteur de Ramadi, où ces dernières poursuivent leurs opérations de contrôle de la ville.

 

1 raid planifié a été mené en Irak par les aéronefs de Chammal.

 

Le 25 janvier, des Mirage 2000 et des Rafale ont délivré leur armement sur un site occupé par Daech situé au nord de Mossoul servant de dépôt de munitions et de lieu de stockage d’armement et de centre de commandement.

Repost 0
26 janvier 2016 2 26 /01 /janvier /2016 16:45
photo EMA / IHEDN / Armée de Terre

photo EMA / IHEDN / Armée de Terre

 

26/01/2016 Sources : Etat-major des armées

 

Du 15 au 19 janvier 2016, les Forces françaises stationnées à Djibouti (FFDj) ont accueilli le voyage d’étude de la 68esession d’auditeurs de l’Institut des hautes études de Défense nationale (IHEDN).

 

La visite était articulée en deux volets : l’un à Djibouti-ville et l’autre en zone de manœuvre. La délégation a ainsi bénéficié d’une série de conférences d’autorités civiles ou militaires, françaises et alliées, exposant les enjeux stratégiques de la Corne de l’Afrique et les aspects géopolitiques de cette région.

 

photo EMA / IHEDN / Armée de Terrephoto EMA / IHEDN / Armée de Terre
photo EMA / IHEDN / Armée de Terre

photo EMA / IHEDN / Armée de Terre

Après une visite des emprises des FFDj, les 96 auditeurs et 16 cadres se sont rendus sur le terrain, du 17 janvier matin au 18 janvier midi. Ils ont d’abord rejoint le désert du Qaïd à environ cinquante kilomètres à l’ouest de Djibouti. Le 5e régiment interarmes d’outre-mer y a présenté la mise en œuvre d’une batterie de mortiers de 120 mm héliportée par les Puma du Détachement de l’aviation légère de l’armée de Terre (DETALAT). Plus tard, depuis l’observatoire d’Ali Odé, les auditeurs ont assisté à une manœuvre aéroterrestre d’un sous groupement tactique appuyé par des Mirage 2000 de l’escadron de chasse 3.11 Corse, le C160Transall de l’escadron de transport 88 Larzac, et des hélicoptères Gazelle et Puma du DETALAT. Les engins blindés de reconnaissance feu AMX-10 RC, mis en œuvre par un peloton du 3eescadron, armé par le 1er régiment étranger de cavalerie, venaient tout juste d’arriver sur le territoire.

photo EMA / IHEDN / Armée de Terrephoto EMA / IHEDN / Armée de Terrephoto EMA / IHEDN / Armée de Terre
photo EMA / IHEDN / Armée de Terre

photo EMA / IHEDN / Armée de Terre

Après un déplacement dans le désert du Grand Bara, les auditeurs ont observé l’entraînement des moyens aériens des FFDj qui réalisaient l’interception d’un C160 Transall par des Mirage 2000 puis un posé d’assaut avec débarquement d’un groupe motorisé des forces spéciales, show of force et appui-feu des avions de chasse, débarquement et récupération de commandos par hélicoptères de manœuvre. À l’issue, les auditeurs ont rejoint un bivouac dans le désert du Qaïd où ils ont échangé avec les militaires de l’ensemble des unités des FFDj. Dès le lendemain matin, les convois se sont déplacés sur Arta Plage pour observer un largage de parachutistes en mer suivie d’une action vers la terre exécutée par les commandos Marine appuyés par les moyens du DETALAT, de la base aérienne 188 et de la base navale.

 

photo EMA / IHEDN / Armée de Terre

photo EMA / IHEDN / Armée de Terre

En conformité avec le traité de coopération de défense signé en 2011 avec la République de Djibouti, les FFDj constituent une base opérationnelle avancée en Afrique de l’Est. À ce titre, elles participent au dispositif militaire français prépositionné permettant de disposer d’un réservoir de forces pouvant être projetées rapidement en cas de crise. De plus, les forces françaises stationnées à Djibouti soutiennent l’armée Djiboutienne dans ses efforts pour renforcer ces capacités militaires en général, dont en particulier la capacité à participer aux opérations de maintien de la paix. Plusieurs fois par an, les FFDj contribuent ainsi à la formation de militaires africains dont les pays ont des accords bilatéraux avec la France.

Repost 0
25 janvier 2016 1 25 /01 /janvier /2016 17:55
photo Marine nationale

photo Marine nationale

 

25/01/2016 Sources : État-major des armées

 

Le 18 janvier 2016, la Frégate légère furtive (FLF) Courbet a quitté l’opération Chammal pour mettre le cap sur Toulon, son port de base qu’elle avait quitté le 30 septembre 2015, pour un déploiement en Méditerranée de presque quatre mois.

 

Durant les sept premières semaines, le Courbet a participé avec une dizaine d’autres bâtiments européens à l’opération européenne EUNAVFOR MED Sophia, qui vise à lutter contre le trafic de migrants en mer Méditerranée. La frégate a été engagée dès le lancement de la seconde phase de cette opération, laquelle, après une première phase consacrée au recueil de renseignement, vise à intercepter les trafiquants qui profitent des flux migratoires. Au plus près des routes empruntées par les migrants, l’action du Courbet a permis, grâce à de nombreuses investigations de navires et enquêtes de pavillon, d’améliorer la compréhension de ce modèle économique.

 

Par la suite, du 22 novembre 2015 au 18 janvier 2016, le Courbet a été engagé dans l’opération Chammal en Méditerranée orientale. Après avoir escorté le porte-avions Charles de Gaulle pendant cinq jours, le Courbet a consacré l’essentiel de son activité à suivre les évolutions de la situation au Levant pour compléter le dispositif ISR de la coalition et permettre à la France de conserver son autonomie d’appréciation dans cette région. En outre, plusieurs exercices avec les marines riveraines ont été conduits pour améliorer notre connaissance mutuelle et montrer tout l’intérêt que la France porte à cette région.

 

Le 18 janvier 2016, le Courbet et la FLF Surcouf se sont retrouvés au Nord de la Crète, le Surcouf reprenant le flambeau au large de la côte proche-orientale.

 

Lancée le 19 septembre 2014, l’opération Chammal mobilise actuellement 3 500 militaires. Aux côtés de la coalition, elle combat le groupe terroriste Daech en Irak et en Syrie, en frappant l’organisation terroriste avec ses moyens aériens. Le dispositif de la force Chammal comprend également des militaires projetés à Bagdad et Erbil pour assurer la formation et le conseil des militaires irakiens. Les moyens aériens sont composés de 38 chasseurs (armée de l’Air et Marine nationale), ainsi que de capacités de renseignement, de commandement, de contrôle (C2) et de ravitaillement. Depuis le 23 novembre 2015, le groupe aéronaval (GAN) est intégré à la force Chammal. Il est composé du porte-avions Charles de Gaulle, de la frégate de défense aérienne (FDA) Chevalier Paul, de la frégate multi-mission (FREMM) Provence, de la FREMM Aquitaine, du bâtiment de commandement et de ravitaillement (BCR) Marne, de la frégate allemande Augsburg. Le 18 janvier 2016, la frégate légère furtive (FLF) Surcouf a également rejoint le dispositif Chammal en Méditerranée orientale. Si nécessaire, le dispositif peut être soutenu par des moyens complémentaires de ravitaillement (C135-FR) et de contrôle aérien (E3F).

Repost 0
25 janvier 2016 1 25 /01 /janvier /2016 13:56
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

25.01.2015 par Frédéric Lert - Aerobuzz.fr

 

L’aéronavale commence à faire appel à une « réserve volante » pour épauler ses propres instructeurs Rafale. Une première en France…

 

La fin du Super Etendard Modernisé (SEM) en 2016 avec le passage à une flotte 100% Rafale, la participation à l’opération Chammal et l’engagement soutenu du porte-avions, mais aussi la fin de contrat ou la mutation de nombreux pilotes confirmés : toute ces raisons font que l’Aéronavale se retrouve aujourd’hui face à une situation difficile en matière de formation.

« Le manque de pilotes qualifiés et d’instructeurs disponibles rend particulièrement compliqué la régénération des forces sur les bases quand le groupe aérien est embarqué » explique-t-on à l’état-major de l’aviation navale. « La transformation à venir de la flottille 17F sur Rafale vient en outre alourdir le flux normal des formations dans les flottilles ». Le passage du SEM vers le Rafale pourrait ne concerner qu’une quinzaine de pilotes, mais à l’échelle de l’aéronavale, petite boutique, ce nombre est suffisant pour créer un engorgement. D’autant que l’aéronavale aurait d’ores et déjà du mal à fournir son contingent d’instructeurs à l’Escadron de Transformation Rafale de Saint Dizier. Pour toutes ces raisons, l’institution a décidé de faire appel à des instructeurs réservistes sur Rafale.

On parle aujourd’hui de seulement cinq pilotes très expérimentés (Chefs de patrouille, avec au moins 2.500 heures de vol dont 500 de Rafale), dont deux seraient déjà à pied d’œuvre à Landivisiau. C’est peu mais cela n’en demeure pas moins une innovation pour la marine et même pour l’institution militaire française dans son ensemble. Les pilotes réservistes de l’armée de l’Air sont pour l’heure cantonnés au pilotage d’avions légers, mais rien ne dit que cela ne changera pas, dans le sillage des marins.

Une partie de l’activité de ces instructeurs se fera en simulateur pour former les jeunes, mais la nouveauté n’est pas là, puisque on peut déjà croiser un réserviste ou deux dans les couloirs du Centre d’Expertise (CENTEX) de Landivisiau qui abrite les deux simus de la base. Placer un pilote rendu à la vie civile dans le cockpit d’un Rafale, après un rapide processus de remise en jambe, constituera en revanche une petite révolution.

L’aéronavale est pour l’instant allée chercher ses volontaires dans les rangs de la Sécurité Civile. On y trouve quelques jeunes « anciens » du Rafale ayant quitté les forces assez récemment pour être requalifiés facilement. Autre avantage, l’activité très saisonnière de la Sécurité Civile (activité en été, relâche en hiver avec de bonnes plages d’inactivité) complète bien celle de l’Aéronavale. Certains pilotes de ligne travaillant sous contrat la moitié de l’année, par exemple en haute saison de mai à octobre, pourraient eux aussi convenir aux besoins de la marine. Pour l’institution, l’emploi d’instructeurs réservistes a vocation à durer et l’indisponibilité programmée du Charles de Gaulle pour entretien programmée (à priori pour 2017…) ne devrait pas fondamentalement changer la donne.

 

 

Repost 0
25 janvier 2016 1 25 /01 /janvier /2016 12:55
L’Hexagone Balard, la Défense du XXIe siècle

 

Olivier Berger - La Voix du nord

 

Les états-majors et les principales directions du ministère de la Défense ont progressivement migré depuis un an à l’Hexagone Balard, le Pentagone à la française. Ce colossal édifice du sud parisien, qui regroupe plus de 9 000 personnels, a été conçu pour piloter les armées françaises à l’horizon 2040.

 

Depuis le périphérique ou le ciel, le nouveau ministère de la Défense fait penser au bombardier stratégique américain B2 Spirit de Northrop avec ses plaques sombres, mates et ses angles improbables qui garantissent sa furtivité. Un paradoxe pour un projet hors-norme, au sud du XVe arrondissement, de 13,5 hectares, 128 000 m2 de bureaux, 89 façades et 5 600 m2 de panneaux photovoltaïques qui en font le bâtiment le plus écologique de Paris. Une gageure pour le cabinet d’architectes parisien ANMA (Agence Nicolas Michelin & associés).

Passé la porte monumentale du boulevard du Général-Martial-Valin et l’inévitable sas de sécurité, on se retrouve dans une discrète fourmilière de 9 300 personnes, regroupant l’état-major, ceux des trois armées (terre, air, marine nationale pour les étourdis), des directions imposantes comme le secrétariat général pour l’administration (SGA) et la direction générale de l’armement (DGA).

Suite de l'article

Repost 0
25 janvier 2016 1 25 /01 /janvier /2016 12:30
photo Marine nationale

photo Marine nationale

Repost 0
22 janvier 2016 5 22 /01 /janvier /2016 11:30
photo EMA Armée de l'Air

photo EMA Armée de l'Air

 

21.01.2016 État-major des armées

 

Au Levant, la situation est marquée par le recul de Daech.

 

Situation tactique : Irak

En Irak, Daech reste sur la défensive, en dépit de  tentatives de contre-attaques locales (Haditha / Baiji) ou d’actions ponctuelles dans la profondeur (attentats dans la zone du « grand Bagdad »). L’usage de la barbarie, dont la population est la première victime,  reste une constante de l’action de ce groupe terroriste. Dans Ramadi, les combats sont toujours en cours, avec des opérations conduites contre des poches de résistance. Les opérations de contrôle de zone et de sécurisation prendront du temps .

Action de la coalition

Au sein et avec la coalition, la force Chammal a maintenu un rythme soutenu de missions d’appui au sol (close air support) au profit des troupes irakiennes, avec un effort dans les zones de Ramadi et de Mossoul. Au cours des deux dernières semaines, les frappes planifiées de la coalition ont visé prioritairement des centres de commandements et de télécommunications dans la zone de Mossoul.

 

Situation tactique : Syrie

En Syrie, l’action de la coalition se poursuit à travers des frappes planifiées qui visent en priorité les structures de commandement et financières de Daech.

 

Chammal : bilan de l’engagement français

La force Chammal est présente sur les deux volets d’effort de la coalition : campagne aérienne et formation de l’armée irakienne.

Près de la moitié des stagiaires incorporés au sein de l’ICTS depuis mars 2015 ont été formés par les armées françaises.

Depuis le début de la phase d’intensification des frappes aériennes (15 novembre 2015), la France a multiplié par 2 le nombre de ses sorties aériennes (moyenne hebdomadaires de 63 sorties). Hors activité aériennes américaines, cet engagement représente 44% des sorties de tout le reste de  la coalition. Le nombre de frappes a été multiplié par près de 2,5. 140 frappes ont ainsi été effectuées en 2 mois.

 

Focus : 15 jours d’opérations au Levant

Au cours de ces deux dernières semaines, (du 06 au 19 janvier 2016), les équipages français ont réalisé 160 sorties et 30 frappes, détruisant ainsi 57 objectifs de l’organisation terroriste. Cette activité aérienne s’est traduite par 24 sorties dédiées aux vols de renseignement, 8 ravitaillements en vol effectués par les C135, 12 sorties de command and control  et 116 sorties de bombardement.

Deux frappes planifiées sur des centres de commandement et de télécommunication exploités par les combattants terroristes ont été conduites dans Mossoul. La première mission a été réalisée par des Mirage 2000 qui ont décollé de la base aérienne projetée en Jordanie; la seconde, dans la nuit du 16 au 17 janvier 2016, a été réalisée par des Rafale équipés de missiles SCALP, catapultés depuis le porte-avions Charles de Gaulle.

Repost 0
22 janvier 2016 5 22 /01 /janvier /2016 08:55
photo Florent Le Bihan Marine nationale

photo Florent Le Bihan Marine nationale


21/01/2016 par Marine nationale

 

Dès qu’un coup de vent est annoncé à plus de 25 nœuds, le Remorqueur d’Intervention, d’Assistance et de Sauvetage (RIAS) Abeille Bourbon appareille de Brest et se rapproche du rail d’Ouessant pour soutenir plus rapidement d’éventuels navires en difficulté. Suivant l’orientation et la force du vent, le remorqueur rejoint ses zones de mouillage temporaires situées à quelques encablures de la vigie du Stiff à Ouessant, en baie de Camaret ou à l’ouvert du goulet de Brest dans l’anse de Bertheaume.
365 jours par an, 24h sur 24, l’Abeille Bourbon est prête à agir en moins de quarante minutes.
En 2015, trois bâtiments de commerce en avarie de propulsion ont été pris en remorque par l’Abeille Bourbon au large de la Bretagne et quatre autres ont été escortés suite à des inquiétudes sur leur capacité à naviguer en toute sécurité.

 

L’Abeille Bourbon
L’Abeille Bourbon appartient à la société «Les Abeilles International», filiale de Bourbon. Elle est affrétée par la Marine Nationale. Sa mission est de prévenir les échouements, assister et sauver les navires en détresse, combattre les risques de pollution dans des zones maritimes à fort trafic.

Repost 0
21 janvier 2016 4 21 /01 /janvier /2016 21:30
Raid aérien des Rafale armés de missiles SCALP du Charles de Gaulle (nuit du 16 au 17 janvier)


21 janv. 2016 Ministère de la Défense

 

Dans la nuit du samedi 16 au dimanche 17 janvier 2016, les forces françaises ont mené un raid contre Daech en Irak. Les chasseurs de la force Chammal ont détruit un centre de commandement et de télécommunications utilisé par le groupe terroriste au nord de la ville de Mossoul.

Ce raid a été conduit par des avions Rafale, armés de missiles SCALP, et d’un E-2C Hawkeye catapultés depuis le porte-avions Charles de Gaulle.

Au sein de la coalition, la force Chammal mène actuellement des attaques planifiées ciblant spécifiquement des sites de commandement, des centres d’entraînement ainsi que les infrastructures pétrolières de Daech.
La même semaine, des Mirage 2000 qui ont décollé de la base aérienne projetée (BAP) en Jordanie, avaient ainsi déjà détruit un centre de commandement et de télécommunications de Daech à Mossoul.

Repost 0
21 janvier 2016 4 21 /01 /janvier /2016 21:30
A French Dassault Rafale flies above the Charles de Gaulle aircraft carrier. photo Marine nationale.jpg

A French Dassault Rafale flies above the Charles de Gaulle aircraft carrier. photo Marine nationale.jpg

 

21.01.2016 by

 

On Thursday, French President Francois Holland declared that the US-led coalition against ISIS would intensify air strikes on ISIS targets.

"The pace of the interventions will be accelerated and France will play its role in this," Hollande said in a speech to ambassadors, the AFP reports.

On Wednesday, France's Defense Minister, Jean-Yves Le Drian, co-hosted a meeting with US Secretary of Defense Ash Carter where seven nations renewed their pledge to continue fighting ISIS and explore new ways to "degrade and destroy" the terror group.

Specifically, Le Drian mentioned that the coalition would be targeting ISIS' de facto capitals of Raqqa in Syria, and Mosul in Iraq, eventually planning to reclaim the territory.

Read more

Repost 0
21 janvier 2016 4 21 /01 /janvier /2016 17:55
photo Marine nationale

photo Marine nationale


21/01/2016 Sources : Marine nationale

 

Le 28 janvier 2016, un exercice national  de sécurité nucléaire se déroulera sur le port militaire de Cherbourg et dans la commune de Cherbourg-en-Cotentin. Le scénario, tenu secret, vise à tester le fonctionnement de l’ensemble de la chaine de décision des pouvoirs publics et de l’exploitant face à un événement à caractère radiologique, afin d’assurer la protection des personnes, des biens et de l’environnement. Il permettra également d’entrainer les équipes d’intervention amenées à intervenir sur un incident de ce type sur la base navale de Cherbourg. 34 établissements scolaires publics et privés, de la maternelle à l’IUT, seront sensibilisés et impliqués le 28 janvier. 

Plus généralement, cet exercice à dominante sécurité civile a pour objectif d’informer et de sensibiliser la population sur les mesures réflexes de. Dans ce cadre, une réunion publique d’information et d’échanges, présidée par le directeur de cabinet de la préfecture de la Manche et par l’adjoint territorial du commandant de la Marine à Cherbourg, s’est déroulée lundi 18 janvier dans la salle des fêtes de Cherbourg.

Au total, plus de 70 personnes (directeurs d’établissements scolaires ou d’entreprises, riverains ...) se sont déplacées pour s’informer et poser leurs questions aux autorités présentes. Jeudi 28 janvier, dès le retentissement de l’alarme spécifique du plan particulier d’intervention (PPI)(3 coups de sirène d’1 minute 41 secondes chacune entrecoupées d’une pause de 5 secondes), la population de Cherbourg-en-Cotentin sera invitée à jouer le jeu en se mettant à l’abri puis en écoutant les informations délivrées par la préfecture de la Manchesur les radios France Bleu Cotentin et Tendance Ouest. 

Repost 0
21 janvier 2016 4 21 /01 /janvier /2016 16:55
[Teaser] Quand le terrain est le premier ennemi (2/2)


21 janv. 2016 par JDEF

 

Les légionnaires avec qui nous avions vécu au cœur de la forêt amazonienne, au Brésil, sont aujourd’hui spécialistes du combat en jungle. Quant aux unités de l’armée de Terre que nous avions suivie en Picardie, elles peuvent désormais, à tout moment, intervenir en zone urbaine.

Dans cette seconde partie du Journal de la Défense (#JDef), nous vous emmenons en Afrique où les forces françaises sont formées aux opérations dans le désert, milieu de tous les extrêmes. Puis retour en France où les nageurs de combat s’entraînent à mener des missions sous-marines. Ils font du monde du silence leur théâtre d’opérations.

Repost 0
21 janvier 2016 4 21 /01 /janvier /2016 13:55
photo DGA Marine nationale

photo DGA Marine nationale


21 janv. 2016 Marine nationale

 

Le 13 janvier 2015, la DGA et la Marine ont réalisé avec succès le premier aérolargage d’une ECUME (Embarcation commando à usage multiple et embarquable) au large de Brest. Cette première s’inscrit dans le cadre du processus de validation du largage à la mer de l’ECUME. Cette opération a mobilisé au total environ 80 personnes, dans les airs et sur le plan d’eau dont environ 50 membres de la FORFUSCO, principalement de l’état-major et du commando Ponchardier, avec une quinzaine d’embarcations sur l’eau, du personnel de CECLANT et de la base navale de Brest et, évidemment, du personnel de la DGA, qui pilote la qualification aérolargage de l’ECUME, un BSAD (batiment de soutien, d’assistance et de dépollution), et un C130 de l’armée de l’air

Repost 0
20 janvier 2016 3 20 /01 /janvier /2016 17:45
photo Marine nationale

photo Marine nationale

 

19/01/2016 Sources : État-major des armées

 

Après avoir assuré le commandement du Task Group 451.04 pendant près de quatre mois, le Bâtiment de projection et de commandement (BPC) Mistral a quitté l’opération Corymbe et donc le Golfe de Guinée afin de regagner Toulon, son port base. Lors d’une escale commune à Dakar, le Mistral et le Commandant Birot ont réalisé les derniers échanges en vue du transfert d’autorité. Ce fut l’occasion pour le capitaine de vaisseau Benoit de Guibert, commandant le Mistral, de transmettre le flambeau de la mission Corymbe au capitaine de corvette Loïc Boyer, commandant du Commandant Birot.

 

Après une dernière escorte au large de Dakar et un exercice de contrôle en mer de bâtiment (VISITEX) réalisé sur le BPC Mistral, le Commandant Birot a mis le cap vers le Sud et a repris sa patrouille dans le Golfe de Guinée.

 

Depuis le 11 décembre 2015, le Commandant Birot participe à la mission Corymbe 131. Ce déploiement participe notamment à la mission « connaissance et anticipation » définie dans le livre blanc de la défense. La présence permanente de moyens de la Marine nationale dans le Golfe de Guinée permet d’entretenir la connaissance du théâtre d’opération et des activités humaines qui s’y déroulent : activités économiques et activités illicites, telles que la pêche illégale, le trafic de stupéfiants, la piraterie et le brigandage.

 

La mission Corymbe est une mission de présence quasi-permanente depuis 1990 des forces armées françaises dans le Golfe de Guinée. Elle vise deux objectifs majeurs : participer à la protection des intérêts français dans la zone et participer à la diminution de l’insécurité maritime, en aidant les marines riveraines à renforcer leurs capacités d’action dans les domaines de la sécurité et de la surveillance maritime.

photo Marine nationale

photo Marine nationale

Repost 0
20 janvier 2016 3 20 /01 /janvier /2016 17:20
Le CEMM remet la médaille d’officier de l’ordre national du mérite au VAE Mark I. Fox (US Navy)

 

20 Janvier 2016 Marine Nationale

 

L’Amiral Bernard Rogel, chef d’état-major de la marine, a remis la médaille d’officier de l’ordre national du mérite au vice-amiral d’escadre Mark I. Fox en présence de l’ambassadrice des Etats-Unis à Paris.

 

Cette distinction, remise au nom du Président de la République, témoigne de la qualité des relations historiques entre les marines américaine et française. Elle vise à saluer le vice-amiral d’escadre Fox pour son action personnelle et son haut niveau d’engagement dans la construction du partenariat entre nos deux marines.

 

La marine a atteint avec l’US Navy un niveau de confiance particulièrement élevé. Cette confiance permet aujourd’hui à l’amiral commandant le groupe aéronaval d’assurer également le commandement de la Task Force 50, normalement attribuée à un Américain. C’est une première dans l’histoire des relations entre nos deux marines.

 

En tant qu’adjoint au commandant des forces armées américaines dans la zone Proche et Moyen-Orient (CENTCOM), l’Amiral Fox œuvre depuis l’intervention en Afghanistan pour le renforcement de notre collaboration maritime bilatérale dans le golfe arabo-persique et dans le nord de l’océan Indien.

 

Institution républicaine créée en 1963 par le Général de Gaulle, l’ordre national du Mérite est le second ordre national après la Légion d’honneur. Il a pour vocation de récompenser les « mérites distingués » et d’encourager les forces vives du pays.

Repost 0
20 janvier 2016 3 20 /01 /janvier /2016 15:55
L’Écume, la nouvelle monture des commandos marine, pèse sept tonnes en ordre de marche, dont trois de charge utile. (Photo : ministère de la Défense)

L’Écume, la nouvelle monture des commandos marine, pèse sept tonnes en ordre de marche, dont trois de charge utile. (Photo : ministère de la Défense)

 

19/01/2016 LeMarin.fr

 

C'était le mercredi 13 janvier, au large de Brest : la Marine, la Direction générale de l’armement et l'armée de l'air ont réalisé un aérolargage complexe d'une écume, la nouvelle monture des commandos marine. Cette embarcation réalisée par Zodiac Milpro pèse sept tonnes en ordre de marche, dont trois de charge utile.

Suite de l’article

Repost 0
18 janvier 2016 1 18 /01 /janvier /2016 17:30
photo Marine nationale

photo Marine nationale

 

15 janvier 2016 par FREMM Aquitaine – Marine nationale

 

Après avoir passé dans le sens est-ouest le détroit d’Ormuz début janvier 2016, la FREMM “Aquitaine” a fait escale à Abu Dhabi aux Emirats Arabes Unis du 7 au 10 janvier afin d’effectuer la relève opérationnelle de  la FASM “Lamotte Picquet”, déployée depuis déjà plusieurs semaines dans le golfe arabo-persique.

 

Après cette escale à Abu Dhabi, ville incroyable où se côtoient les gratte-ciel les plus extravagants, la FREMM “Aquitaine” a immédiatement repris la mer, cap à l’est, en direction du détroit d’Ormuz afin de participer à GASWEX 2016.

 

GASWEX 2016 est l’acronyme de Gulf Anti Submarine Warfare Exercise, exercice international qui se déroule dans le Golfe d’Oman et qui rassemble des bâtiments de surface et des aéronefs français, britanniques et américains. L’objectif est de renforcer notre interopérabilité dans la détection et la lutte anti-sous-marine dans une zone où l’environnement est très particulier, bien différent de l’Atlantique, qui est notre zone d’entraînement habituelle.

 

Entraînement à la détection et à l’attaque de sous-marins, protection de convoi en transit face à une menace sous-marine … : tous les thèmes tactiques ont montré que les bâtiments et les aéronefs, quelle que soit leur nationalité, savent travailler ensemble et parviennent rapidement à constituer une force internationale de lutte anti-sous-marine.

 

Pour couvrir l’évènement, l'”Aquitaine” a embarqué deux journalistes de l’émission “Thalassa”.

 

L'”Aquitaine” quitte désormais le golfe d’Oman afin de rejoindre les bâtiments de la Task Force 50 déployés dans le golfe arabo-persique et de prendre part directement à l’opération “Arromanches 2″.

 

Sous le commandement du contre-amiral Français René-Jean Crignola, la Task Force 50 comprend le porte-avions “Charles de Gaulle” et ses avions “Rafale” et “Super Etendard Modernisés”, la frégate de défense aérienne “Chevalier Paul”, les FREMM “Aquitaine” et “Provence”, le bâtiment de commandement et de ravitaillement “Marne”, la frégate belge “Léopold Ier”, la frégate allemande “Augsburg”, les destroyers britanniques “HMS Defender” et “Saint Alban”. Tous sont en première ligne de la lutte contre l’organisation terroriste “Daesch” en Irak et en Syrie.

photo Marine nationale

photo Marine nationale

Repost 0
18 janvier 2016 1 18 /01 /janvier /2016 16:57
La Marine va tester le remplaçant du “logiciel fou” Louvois

 

18.01.2016 Acteurspublics.com

 

Le nouveau calculateur de la solde des militaires, Source Solde, élaboré après le fiasco du logiciel Louvois sera réellement mis en service au deuxième semestre 2017 pour la Marine, après une phase de test. Suivront l’armée de terre en 2018 et l’armée de l’air en 2019.

 

Un optimisme teinté de prudence.

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a affiché une sérénité contenue en présentant, le 15 janvier, sur le site parisien de Balard, un point d’étape sur le projet Source Solde, destiné à remplacer le calculateur de la solde des militaires Louvois, qui a engendré d’innombrables dysfonctionnements. Un logiciel fou comme l’appelle le ministre, dont il avait lui-même acté l’abandon en 2013. « D’ici la fin du premier trimestre, un système apte à calculer une solde sera présenté à la qualification, soit moins d’un an après la notification du marché [à la société Soprasteria, ndlr] », a promis Jean-Yves Le Drian, en référence au nouveau logiciel Source Solde, choisi en avril 2015 à l’issue d’un appel d’offres lancé par la direction générale de l’armement.

S’en suivra une phase dite de « solde à blanc » qui durera sept mois à partir de l’été et au  cours de laquelle le système calculera des soldes sur de vrais dossiers. Avant d’être branché au reste de l’écosystème de solde et en particulier au système d’information RH de la Marine, première armèe concernée. Débutera alors une phase de soldes en double, en parallèle de Louvois. Concrètement, la mise en service pour la Marine devrait intervenir au deuxième semestre 2017, en 2018 pour l’armée de terre et en 2019 pour l’armée de l’air. Un calendrier extrêmement ambitieux mais réaliste, a souligné le ministre.

 

Failles multiples

« La solde semble devenir particulièrement visible » a-t-il prudemment jugé. L’enjeu des ressources humaines pour le ministère est considérable: retisser un lien humain et de confiance avec ses soldats grâce à un dialogue de gestion de qualité. Mais d’ici là, il faut compter avec Louvois, générateur de beaucoup de dégâts. En arrivant à la tête du ministère en 2012, Jean-Yves Le Drian avait dû prendre en main la gestion de ce scandale, dont on commençait à peine à déceler l’ampleur. A l’époque, des épouses de militaires s’étaient même affichées sur Internet avec des inscriptions au feutre dans le dos pour dénoncer l’incapacité de la Défense à régler le problème.

« C’est bien l’ensemble d’une chaîne qui révélait ses failles, depuis les systèmes d’information de ressources humaines, les SIRH, jusqu’au calculateur Louvois lui-même, en passant par une organisation qui avait décidé trop vite la transformation » a analysé rétrospectivement le ministre. Cette affaire a notamment révélé un manque de vision ministérielle dans l’approche du sujet. Depuis, la direction des ressources humaines du ministère est dotée d’une autorité transversale et fonctionnelle sur les trois armées. La gouvernance de la fonction solde a également été renforcée avec un comité stratégique mensuel présidé personnellement par le directeur de cabinet du ministre, Cédric Lewandowski.

Depuis trois ans, une véritable politique de gestion de court terme a dû se mettre en place pour faire face au désordre généré par Louvois : un plan d’urgence (52 millions d’euros) destiné à rétablir les droits des militaires les plus lésés sous la forme d’avances, et l’instauration d’une mission d’assistance fiscale pour les militaires désorientés.

 

180 000 lettres pour recouvrer les trop-perçus

La cellule Solde assistance mise en place pour l’occasion a quant à elle vu le nombre d’appels passer de près de 500 par jour en 2012, au plus fort de la crise, à 50 par jour aujourd’hui. « Bien entendu, nous ne serons pleinement satisfaits que le jour où plus aucune difficulté ne sera rencontrée mais nous constatons aujourd’hui que les appels portent principalement sur des demandes de certificats administratifs rectifiant le montant des revenus imposables » s’est félicité le locataire de l’hôtel de Brienne.

Mais Louvois n’a pas généré que des retards ou des sous-versements. Le logiciel a aussi été à l’origine de trop-versés sur lesquels il est toujours très difficile de rependre socialement le dessus. 180 000 lettres ont été envoyées pour recouvrer des créances. Le ministère a par ailleurs tenté d’améliorer la gestion technique de court terme.

« Au plus fort de la crise, fin 2012, début 2013, 20 000 procédures de contournement devaient être effectuées en sortie de Louvois, et malgré cela, malgré ce travail important, c’étaient près de 20 % des soldes qui étaient erronées, a rappelé Jean-Yves Le Drian. Nous en sommes aujourd’hui à moins de 20 % de soldes erronées. Mais au prix d’un nombre toujours élevé de contournements, soit près de 10 000 mensuels, ce qui traduit l’instabilité de ce logiciel. » On comprend mieux la prudence du ministre. Chat échaudé craignant l’eau froide.

Repost 0
16 janvier 2016 6 16 /01 /janvier /2016 17:45
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale


15/01/2016 Sources : État-major des armées

 

Déployé depuis le 7 octobre dans le Golfe de Guinée pour l’opération Corymbe, le BPC Mistral est désormais sur le chemin du retour vers son port-base, à Toulon avec le sentiment du devoir accompli après une mission dans le golfe de Guinée dense et riche. Le transfert d’autorité (TOA) de l’opération s’est fait à Dakar, à bord du PHM Commandant Birot où le CV de Guibert a symboliquement remis au CC Boyer, le « témoin » de l’opération Corymbe.

 

Renforcer la coopération régionale pour permettre aux pays riverains du Golfe de Guinée de sécuriser leur espace maritime tout en assurant la protection des intérêts français. Tels étaient les principaux objectifs de l’opération.

Quelques jours après le départ, le patrouilleur espagnol Centinela a assuré la protection rapprochée du Mistral en l’escortant au large de Dakar au Sénégal. Cette interaction s’est faite dans le cadre de l’initiative quadripartite (Portugal, Espagne, Danemark, France) qui vient renforcer la coopération maritime dans la région et les échanges entre les quatre pays alliés.

 

Exercice NEMO 15.4 : 8 nations riveraines du Golfe de Guinée et 3 pays européens réunis

Fin octobre, le BPC est entré dans le vif du sujet avec l’exercice NEMO 15.4. Cet entraînement multinational a connu un succès inédit puisqu'il a vu, durant neuf jours, la participation de huit nations riveraines du golfe de Guinée (Côte d’Ivoire, Ghana, Togo, Bénin, Nigéria, Cameroun, Gabon, Congo) et trois pays européens (France, Espagne et Royaume-Uni). Ce ne sont pas moins de quinze bâtiments et plusieurs centres opérationnels à terre qui ont ainsi pris part aux différents exercices dédiés à la sécurisation des espaces maritimes, mettant en évidence une réelle prise en compte de cette problématique par les pays de la région et une consolidation du processus de Yaoundé.

 

Exercice NEMO 15.4

Périodes d’instructions opérationnelles : 160 marins africains de 7 nationalités différentes ont bénéficié d’une instruction

Chaque relâche opérationnelle a été aussi l’occasion pour l’équipage du Mistral de former leurs homologues du golfe de Guinée. Lors de périodes d’instructions opérationnelles (PIO) au profit des marines riveraines, ce sont plus de 160 marins africains de 7 nationalités différentes qui ont bénéficié d’une instruction dans des domaines aussi variés que la protection-défense, la sécurité, la plongée, l’interrogation et la communication maritime ou encore les techniques de base pour effectuer une visite dans le cadre du contrôle des pêches, de la lutte contre le narcotrafic ou la piraterie. Le point d’orgue des ces instructions a été l’embarquement de 72 élèves de 13 nationalités différentes de l’Ecole Nationale à Vocation Régionale (ENVR) de Bata (Guinée Equatoriale). Les quelques jours passés à bord du BPC Mistral ont permis aux élèves venus de tout le continent de découvrir la vie embarquée, mais aussi de mettre en pratique la théorie apprise lors de leur scolarité à terre.

 

Instructions au profit de la Marine ghanéenne par l’équipage du BPC Mistral

Interactions : Mise en œuvre de la polyvalence et du caractère interarmées du BPC Mistral

Des interactions avec les Forces Françaises en Côte d’Ivoire (FFCI) et les Éléments Français au Gabon ont également mis en exergue la polyvalence et le caractère interarmées du BPC. A Libreville, c’est un hélicoptère de l’ Armée de l'air qui a pu s’entrainer à l’appontage et échanger savoir-faire et informations avec le détachement 22S présent à bord. Au large d’Abidjan et San Pedro, c’est un grand exercice amphibie qui a réuni les FFCI et les Forces Républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI). Au total, ce sont 260 militaires et 60 véhicules qui ont embarqué puis réalisé un débarquement amphibie complet sur une plage préalablement vérifiée et sécurisée.

 

Grand exercice amphibie Mistral d'Ivoire 2015

Consolider la coopération maritime régionale : Plus d’une quarantaine d’ambassadeurs français et étrangers, plusieurs ministres et autorités des pays riverains sur le BPC Mistral

Enfin, cette opération extérieure a été aussi l’occasion de renforcer les liens forts qui existent entre la France et les pays riverains du golfe de Guinée. Le Mistral a ainsi accueilli plus d’une quarantaine d’ambassadeurs français et étrangers, plusieurs ministres et autorités des pays riverains, leurs chefs d’état major des armées ou de la marine ainsi que de nombreux industriels présents dans l’économie locale. Cette proximité, essentielle pour consolider la coopération maritime régionale, est rendue possible par la présence des différents bâtiments de la Marine Nationale déployés dans cette mission quasi-permanente depuis 1990.

13 000 nautiques parcourus, l’équivalent de 21 000 km

Les 13 000 nautiques passés à sillonner le Golfe de Guinée ont donc été pleinement mis à profit par le Mistral pour atteindre l’ensemble des objectifs qui lui étaient assignés. C’est avec le sentiment du devoir accompli que l’équipage navigue désormais vers Lisbonne, dernière étape du déploiement avant son retour à Toulon.

Repost 0
16 janvier 2016 6 16 /01 /janvier /2016 12:55
Claire Pothier en 2009, alors pacha du "Commandant Lherminier". (Photo Marine nationale)

Claire Pothier en 2009, alors pacha du "Commandant Lherminier". (Photo Marine nationale)

 

15/01/2016 LeMarin.fr

 

Il n'y a que quinze frégates de premier rang dans la Marine nationale. Pour la première fois, l'une d'elles, la FLF Guépratte, vient d'être confiée à une femme, le capitaine de frégate Claire Pothier. Elle avait déjà commandé un patrouilleur de haute mer, le Commandant L'Herminier, en 2007-2009.

La cérémonie de prise de commandement du Guépratte s'est déroulée dans la matinée du vendredi 15 janvier à Toulon. Le vice-amiral d'escadre Denis Béraud, commandant la force d'action navale, a fait reconnaître Claire Pothier comme nouveau commandant de ce bâtiment de combat.

Suite de l’article

Repost 0
15 janvier 2016 5 15 /01 /janvier /2016 12:30
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

13/01/2016 Sources : État-major des armées

 

Le 6 janvier 2016, aux commandes d’un avion C-2A Greyhound, un équipage américain a réalisé une série d’appontages sur le porte-avions Charles de Gaulle.

 

Les neuf appontages et les séries de touch-and-go (ou manœuvres de poser-décoller) effectuées ont permis à trois pilotes américains de s’entraîner à se poser sur le porte-avions français.

 

Les porte-avions américain Harry S. Truman et français Charles de Gaulle présentent de légères différences : la disposition du pont, l’emplacement du miroir, les brins d’arrêt ne sont pas les mêmes. Pour être parfaitement à l’aise en mission opérationnelle, les pilotes doivent connaître l’environnement de travail du pont d’envol. En effet, lorsqu’un pilote qualifié à l'appontage change de type de porte-avions, il doit effectuer une carrier qualification ou adaptation. Elle consiste en une passe avec remise de gaz, des touch-and-go sur le pont et un appontage. Le pilote est ainsi parfaitement à l’aise pour effectuer des missions opérationnelles.

 

La présence de marins américains à bord du porte-avions français a également participé à la réussite de cette requalification, notamment celle d’un Landing Signal Officer (officier d’appontage) du porte-avions Harry S. Truman. L’officier d’appontage américain a livré son expertise aux officiers d’appontage français sur le guidage final du type d’appareil. Les équipes « pont d’envol hélicoptère » françaises se sont ainsi  re-familiarisées aux mouvements et aux caractéristiques particulières d’emploi du C-2 sur le pont d’envol dans un environnement dédié à l’entraînement.

 

Les C-2A Greyhound sont des avions de transport « cousin » de l’avion de guet aérien E-2C Hawkeye. Aéronefs à vocation maritime, ils assurent des missions de soutien logistique entre la terre et les porte-avions. Equipés de deux turbopropulseurs de 5 000 chevaux chacun et d’un porte-cargo à l’arrière, ils peuvent embarquer jusqu’à 15 passagers et quatre tonnes de fret.

 

Lancée le 19 septembre 2014, l’opération Chammal mobilise actuellement 3 500 militaires. Aux côtés de la coalition, elle combat le groupe terroriste Daech en Irak et en Syrie, en frappant l’organisation terroriste avec ses moyens aériens. Le dispositif de la force Chammal comprend également des militaires projetés à Bagdad et Erbil pour assurer la formation et le conseil des militaires irakiens. Les moyens aériens sont composés de 38 chasseurs (armée de l’Air et Marine nationale), ainsi que de capacités de renseignement, de commandement, de contrôle (C2) et de ravitaillement. Depuis le 23 novembre 2015, le groupe aéronaval (GAN) est intégré à la force Chammal. Il est composé du porte-avions Charles de Gaulle, de la frégate de défense aérienne (FDA) Chevalier Paul, de la frégate multi-mission (FREMM) Provence, de la FREMM Aquitaine, du bâtiment de commandement et de ravitaillement (BCR) Marne, de la frégate allemande Augsburg. Le 26 novembre 2015, la frégate légère furtive (FLF) Courbet a également rejoint le dispositif Chammal en Méditerranée orientale. Si nécessaire, le dispositif peut être soutenu par des moyens complémentaires de ravitaillement (C135-FR) et de contrôle aérien (E3F).

photo Marine Nationalephoto Marine Nationale
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

Repost 0
15 janvier 2016 5 15 /01 /janvier /2016 12:30
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

12/01/2016 Sources : Etat-major des armées

 

Le 11 janvier 2016, le commandant de laTask-Force 53 a assisté aux ravitaillements à la mer par le Bâtiment de commandement et de ravitaillement (BCR) Marne du porte-avions Charles de Gaulle, de la frégate de défense anti-aérienne Chevalier Paul, puis de la frégate allemande Augsburg.

 

Les 10 et 11 janvier 2016, la Marne a reçu le Commodore Kaiser, officier supérieur de l’US Navy. Bâtiment logistique du déploiement Arromanches 2, le BCR Marne est placé, depuis le franchissement du canal de Suez, sous le commandement tactique du Commodore Kaiser, commandant des moyens logistiques de la 5e flotte des États-Unis et responsable du soutien des forces navales alliées dans l’océan Indien. Son état-major est situé dans la base américaine Mina Salman de Manama au Bahrein.

 

Le 11 janvier, pendant cinq heures, la Marne a délivré plus de 1 500 m3 de carburant et les marins du bâtiment ont échangé 200 palettes. Munitions, vivres, matériel et courrier ont ainsi transités depuis la Marne vers les ravitaillés, le ravitailleur récupérant en retour les déchets et les dépêches au départ.

 

Pendant que le Groupe aéronaval (GAN) reprenait ses opérations au-dessus de la Syrie et de l’Irak, la Marneest repartie faire son plein pour effectuer les prochains ravitaillements à la mer prévus la semaine suivante.

 

Depuis son entrée dans la zone le 7 décembre 2015, la Marne est intégrée à la Task force 53, force logistique essentiellement américaine composée de 11 bâtiments de soutien et de ravitaillement. Répondant d’abord aux besoins de son principal client, le porte-avions Charles de Gaulle, et par conséquent à ceux des escorteurs du GAN, le BCR répond également aux besoin des alliés de la France déployés dans la zone.

 

C’est ainsi que le 28 décembre 2015, la Marne a bénéficié d’un ravitaillement en carburant aéronautique de la part de l’USNS John Lenthall. Le 11 janvier 2016, c’était au tour de la frégate britannique HMS Defender, intégrée à la Task Force 58, de bénéficier du soutien du ravitailleur français.

 

Au cours des prochaines semaines, de nombreuses manœuvres logistiques sont programmées dans le golfe Arabo-persique au départ d’Abu Dhabi, Djebel Ali ou de Bahrein. Avec déjà 40 ravitaillements à son actif depuis le début de la mission Arromanches 2, le BCR Marne poursuivra les rotations et les ravitaillements à la mer au service de l’opération Chammal ou des besoins alliés.

 

Lancée le 19 septembre 2014, l’opération Chammal mobilise actuellement 3 500 militaires. Aux côtés de la coalition, elle combat le groupe terroriste Daech en Irak et en Syrie, en frappant l’organisation terroriste avec ses moyens aériens. Le dispositif de la force Chammal comprend également des militaires projetés à Bagdad et Erbil pour assurer la formation et le conseil des militaires irakiens. Les moyens aériens sont composés de 38 chasseurs (armée de l’Air et Marine nationale), ainsi que de capacités de renseignement, de commandement, de contrôle (C2) et de ravitaillement. Depuis le 23 novembre 2015, le groupe aéronaval (GAN) est intégré à la force Chammal. Il est composé du porte-avions Charles de Gaulle, de la frégate de défense aérienne (FDA) Chevalier Paul, de la frégate multi-mission (FREMM) Provence, de la FREMM Aquitaine, du bâtiment de commandement et de ravitaillement (BCR) Marne, de la frégate allemande Augsburg. Le 26 novembre 2015, la frégate légère furtive (FLF) Courbet a également rejoint le dispositif Chammal en Méditerranée orientale. Si nécessaire, le dispositif peut être soutenu par des moyens complémentaires de ravitaillement (C135-FR) et de contrôle aérien (E3F).

photo Marine Nationalephoto Marine Nationale
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories