Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 janvier 2016 5 08 /01 /janvier /2016 13:30
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

 

08/01/2016 Sources : Etat-major des armées

 

Mis sous pression par les opérations coordonnées de la Coalition, Daech a perdu l’initiative sur le terrain et recule – en Irak comme en Syrie.  Bien qu’il faille conserver à l’esprit que le succès de ces opérations s’inscrira dans le temps long, la situation tactique témoigne d’une amélioration. Militairement, Daech est ainsi depuis quelques semaines sur la défensive et ne peut revendiquer de gains territoriaux d’importance.

 

Situation tactique en Syrie

 

Daech est mis en difficulté par les forces locales ainsi que par les frappes de la Coalition. Ces dernières visent en priorité les capacités de commandement , de financement et la logistique de ce groupe terroriste.

 

Focus : situation tactique en Irak

 

Appuyées par les raids aériens de la Coalition, les troupes irakiennes maintiennent leurs efforts et obtiennent des gains territoriaux. L’intensification des appuis aériens fournis par la Coalition depuis le mois de novembre ont ainsi rendu possible les offensives sur Baiji, Sinjar et Ramadi.

Depuis novembre 2015 à Baiji, les forces irakiennes consolident les positions reconquises à Daech et luttent contre des poches de résistances.

La Coalition maintient un effort sur les zones clés du terrain dans le nord du pays – plus particulièrement entre Sinjar et Mossoul. Il s’agit de contrôler l’axe reliant Mossoul à Raqqah, afin d’asphyxier les flux logistiques de l’organisation terroriste.

 

Opérations en cours : reprise progressive de Ramadi

A Ramadi, les forces irakiennes sont en train de reprendre progressivement le contrôle de la ville qui était tenue par Daech depuis le 18 mai 2015 . Après avoir pénétré dans les faubourgs , elles sont aujourd’hui en train de s’emparer du centre-ville. Cette opération prendra du temps, car Daech tient la ville depuis 6 mois.

De mai à décembre 2015, la force Chammal a réalisé 49 frappes au profit des troupes au sol engagées dans la conquête de Ramadi.

En complément de ces opérations aériennes, la Coalition et les forces françaises sont engagées dans la formation des forces irakiennes – en particulier celles de l’ICTS qui prennent part au combat en cours dans Ramadi.

 

2 500 militaires irakiens formés par les soldats français en 2015

En 2015, 2 500 militaires irakiens ont été formés par les forces françaises.

Cette formation est assurée à Bagdad et Erbil. Elle porte sur des instructions spécialisées et repose sur 2 piliers complémentaires.

- A Bagdad, pour l’ICTS, l’objectif visé est de former aux savoir-faire tactiques et techniques sur des domaines indispensables aux combats menés contre Daech : combat en zone urbaine, lutte contre les engins explosifs improvisés (IED), sauvetage au combat, combat d’infanterie.

- Pour l’état-major de la 6e division d’infanterie de l’armée irakienne, les forces françaises conseillent l’état-major sur la planification et la conduite des opérations et assurent la formation de formateurs irakiens.

 

Irak-Syrie : bilan des opérations aériennes de Chammal

Du 16 décembre 2015 au mardi 05 janvier 2016,  les équipages français ont réalisé 209 sorties aériennes au-dessus des zones contrôlées par Daech en Irak et en Syrie, dont  :

- 159 de bombardement en appui des troupes irakiennes au sol ou sur objectif planifié ;

- 25 de recueil de renseignement ;

- 18 opérations de ravitaillement en vol.

 

Au total, 52 frappes ont permis de détruire 96 objectifs de Daech. En 3 semaines, 48 frappes d’appui au sol ont été réalisées au profit des troupes irakiennes et 4 raids  ont été menés sur des objectifs planifiés en Irak et en Syrie :

    le 19 décembre 2015 en Syrie, les Mirage 2000 et les Rafale de l’armée de l’air ont frappé un site de production pétrolière dans la région de Raqqah ;

    le 22 décembre 2015, les Super-Etendard du GAN ont frappé en Irak un centre logistique situé entre Ramadi et Fallujah ;

    le 1er janvier, des Mirage 2000 ont frappé deux installations pétrolières dans le Sud de Raqqah en Syrie ;

    le 02 janvier, des Rafale ont détruit un centre de production et de stockage d’armement au Nord-Est d’Alep en Syrie avec des missiles SCALP.

 

Bilan depuis le début de l’engagement au Levant

Depuis le 19 septembre 2014 : 2839 sorties, 399 frappes, 730 objectifs neutralisés par les forces armées françaises de l’opération Chammal.

Repost 0
4 janvier 2016 1 04 /01 /janvier /2016 20:30
photo Composante Marine / Belgian Navy

photo Composante Marine / Belgian Navy

 

04/01/2016 Sources : État-major des armées

 

Le 03 janvier 2016, la frégate belge Leopold 1er a quitté le Groupe aéronaval (GAN) constitué autour du porte-protection aérienne et anti-sous-marine du GAN.avions Charles de Gaulle. Le Léopold 1er contribuait depuis le départ de Toulon le 18 novembre 2015 à la protection aérienne et anti-sous-marine du GAN.

 

Le 03 janvier 2016, la frégate belge Léopold 1er a appareillé du Royaume de Bahreïn pour poursuivre une mission nationale. Elle accompagnait le porte-avions Charles de Gaulle depuis le 18 novembre 2015, date à laquelle il avait quitté son port base de Toulon.

 

La frégate belge Léopold Ier a participé avec les frégates françaises La Motte-Picquet,  Chevalier Paul et Provence, la frégate allemande Augsburg et la frégate britannique HMS Defender, à l’escorte du porte-avions Charles de Gaulle. Les capacités multi-missions du Léopold Ier ont contribué à la protection aérienne et anti-sous-marine du GAN. La frégate Belge a démontré sa parfaite interopérabillité avec le GAN. L’Alouette III embarquée à bord du Léopold Ier a d’ailleurs été employée, pour la première fois puis à de nombreuses reprises, pour assurer la fonction de Pedro - hélicoptère qui est en vol lors des manœuvres aviation pour être en mesure de porter secours aux pilotes qui devraient s’éjecter.

 

Le Léopold Ier a été déployé en Méditerranée orientale entre le 23 novembre et le 06 décembre  2015 puis dans le Golfe Arabo Persique depuis le 20 décembre 2015 pour participer aux opérations de lutte contre le groupe terroriste Daech en Irak et en Syrie.

Le 30 novembre 2015, le contre-amiral René-Jean Crignola s’est rendu à bord de la frégate Léopold Ier.  Il s’est alors entretenu des aspects opérationnels de la mission en cours avec le capitaine de frégate breveté d’état-major Luc J.J. De Maesschalck, commandant la frégate belge. Il avait aussi félicité l’équipage pour la qualité remarquable de la contribution du Léopold 1er à l’action du Groupe Aéronaval au cours de ces premières frappes.

 

Un mois plus tard, le 30 décembre 2015 et plus de 13000 nautiques parcourus depuis le départ de Toulon, lors de l’escale de Bahreïn, le contre-amiral Crignola a présidé une cérémonie de remise de décorations au profit de l’équipage du Léopold 1er. Les marins belges se sont vus remettre la Médaille Outre-Mer avec agrafe Moyen-Orient pour leur participation au déploiement Arromanches 2 et l’excellence de leur performance. A cette occasion, le CTF a rappelé que le Léopold 1er avait été un élément incontournable de cette mission, contribuant à chaque instant à la protection du porte-avions Charles de Gaulle, et suscitant l’admiration de ses pairs par le professionnalisme et les compétences de très haut niveau de l’équipage.

 

La coopération militaire bilatérale avec la Belgique se traduit par un dialogue régulier entre états-majors et une convergence de vue sur les enjeux sécuritaires en Afrique et au Levant. En opération, les forces françaises et belges sont essentiellement déployées dans le cadre d’engagements multilatéraux au sein de l’Union européenne, de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord, de l’Organisation des Nations Unies, ou au titre de coalitions, comme c’est le cas pour les opérations menées en Méditerranée orientale et dans le Golfe Arabo Persique. La France et la Belgique se trouvaient ici, en première ligne de la lutte contre Daech.

Repost 0
4 janvier 2016 1 04 /01 /janvier /2016 06:45
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

02/01/2016 Sources : Etat-major des armées

 

Du 22 au 24 décembre, le patrouilleur de haute mer (PHM) Commandant Birot et le Bâtiment de Projection et de Commandement Mistral se sont retrouvés au large du Liberia dans le golfe de Guinée, pour deux jours d’exercices.

 

Après une séance de manœuvre aviation, au cours de laquelle l’Alouette 3 du Mistral a effectué plusieurs treuillages sur l’aviso, ce dernier s’est mué, en fin de matinée, en bâtiment suspecté de piraterie pour les besoins d’entraînement de l’équipe de visite du Mistral. Une fois repéré par le BPC, les informations récoltées ont été partagées avec le contrôleur opérationnel, qui a alors ordonné de faire stopper le bâtiment suspect pour mener une enquête de pavillon. Après une interrogation ferme et directe, l’équipe de visite est montée à bord du bâtiment suspect afin de réaliser une inspection des documents administratifs des membres d’équipage et de la cargaison. Devant les irrégularités constatées, une fouille complète du contrevenant a permis de découvrir des armes et de la drogue.

 

En fin de journée, le Commandant Birot a effectué plusieurs présentations au ravitaillement à la mer, de jour comme de nuit, se rapprochant à moins de 50 mètres sur le tribord du Mistral.

 

Le lendemain, les deux bâtiments se sont retrouvés pour un exercice de remorquage, le PHM jouant alors le rôle de remorqué. Pour la manœuvre, le poste de commandement du Mistral s’est déporté de la passerelle à la plage arrière tribord, grâce à un pupitre de manœuvre transportable. Cet exercice, inédit pour le BPC, s’est très bien déroulé, grâce notamment au travail des manœuvriers.

 

Ces deux jours bien remplis entre les deux bâtiments en opération Corymbe ont permis une interaction favorisant une meilleure connaissance mutuelle, ainsi que la validation d’exercices majeurs pour ces deux unités de la Marine nationale. Le Commandant Birot et le Mistral se retrouveront une nouvelle fois à Dakar, pour le transfert d’autorité de l’opération Corymbe.

photo Marine Nationalephoto Marine Nationale

photo Marine Nationale

Repost 0
1 janvier 2016 5 01 /01 /janvier /2016 17:30
photo EMA / Marine nationale

photo EMA / Marine nationale

 

01/01/2016 CNE Limousin  - DICOD

 

Le ministre de la Défense a passé son réveillon du Nouvel An à bord du porte-avions Charles de Gaulle, engagé dans les opérations contre Daech. L'occasion pour lui de revenir sur les actions de la France contre le groupe terroriste.

 

A l'aube de 2016, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, s'est rendu sur le porte-avions Charles de Gaulle, en escale à Manama, la capitale du Bahreïn. C'est la 3e fois que le ministre visite le porte-avions, actuellement engagé dans le golfe Persique contre Daech.

 

A cette occasion, le ministre a souligné que le groupe aéronaval constituait "le fer de lance de la plus importante de nos opérations dans le cadre de la lutte de la France contre Daech". Et d'ajouter que "c'est bien une guerre que nous menons contre Daech. C'est donc ici, et partout où la France lutte contre ce groupe terroriste qui la menace, qu'il convient que je sois à vos côtés".

 

Devant un parterre de militaires armant le groupe aéronaval, le ministre de la Défense a rappelé que "notre objectif, c'est la destruction pure et simple de cette organisation terroriste qui tente de s'approprier des territoires au Levant, qui soumet les populations, qui efface le patrimoine de l'humanité, qui menace notre liberté". Le ministre a précisé que la France, mais également l'ensemble de la coalition, a intensifié ses frappes depuis le 13 novembre 2015. Les forces engagées ciblent des centres de commandement, des camps d'entraînement, des bases logistiques, des dépôts de munitions, des sites pétroliers et d'innombrables positions de combat en Syrie et en Irak.

 

"Mais cet engagement a aussi un prix" a souligné Jean-Yves Le Drian. "Ce prix, c'est la sollicitation très forte dont les armées sont l'objet. Je connais votre rythme d'activité particulièrement intense". En effet, plus de 20 000 militaires ont passé les fêtes loin de chez eux, en mer, à l'étranger ou en métropole.

 

Le ministre de la Défense a par ailleurs révélé que la président de la République avait décidé, dès le printemps, de revoir à la hausse les budgets de défense prévus par la loi de programmation militaire. Pour mener la guerre contre Daech, les armées bénéficieront au total de plus de 3,8 milliards d'euros supplémentaires d'ici à 2019. Et dès cette année, le budget de la défense sera ainsi augmenté de plus de 700 millions d'euros.

 

Le 1er janvier, Jean-Yves Le Drian rendra visite aux militaires français stationnés en Jordanie et le lendemain à ceux déployés aux Emirats Arabes Unis.

photo EMA / Marine nationale

photo EMA / Marine nationale

Repost 0
30 décembre 2015 3 30 /12 /décembre /2015 12:30
Crédits : EMA

Crédits : EMA

 

30/12/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Depuis le 23 décembre 2015, les équipages français ont réalisé 83 sorties aériennes au-dessus des zones contrôlées par Daech en Irak et en Syrie, dont 60 de bombardement en appui des troupes irakiennes au sol ou sur un objectif planifié, et 13 de recueil de renseignement. 23 frappes ont détruit 34 objectifs de Daech.

 

21 frappes d’appui au sol ont été réalisées au cours de la semaine.

    En Irak, la force Chammal a concentré ses efforts sur les missions d’appui au sol dans la région de Mossoul, où les combattants de Daech occupent des positions et harcèlent les forces au sol.

    Elle a également appuyée les forces irakiennes dans leur action de reprise de la ville de Ramadi.

    Des frappes ont par ailleurs été réalisées dans les régions de Tall Afar, Sinjar et Falloujah.

 

2 raids ont été menés sur des objectifs planifiés au cours de la semaine.

    Le 24 décembre 2015, aux côtés des avions de la coalition, les Mirage 2000 ont frappé à 2 reprises des sites servant de base arrière aux éléments de Daech dans la région d’Al Assad.

Repost 0
30 décembre 2015 3 30 /12 /décembre /2015 12:30
Le « commandant prend la manœuvre » au pays de la perle

 

29.12.2015 par

 

Tous les bâtiments de la marine du Koweït sont à présent commandés par des officiers formés en France.

C’est la fierté du Chef d’Etat-Major de la marine koweïtienne qui pense bien qu’un jour prochain, l’un d’entre eux occupera sa place . C’est aussi la fierté de DCI même s’il faut encore un peu de temps pour le plus ancien des officiers issus du CENOE ,aujourd’hui jeune « colonel », « prenne la manœuvre » de la marine au pays de la Perle….

Ce succès revient à 20 ans de partenariat confiant et volontariste entre l’Ecole navale, la Marine nationale et DCI.

Suite de l'article

Repost 0
30 décembre 2015 3 30 /12 /décembre /2015 08:30
photo EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

 

29/12/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Après une courte escale à Djibouti du 17 au 20 décembre, la frégate multi-missions « Provence » a intégré le 23 décembre, la Task Force 58 (TF 58) constituée autour du porte-avions USS « Harry S. Truman ». La TF 58 a franchi le détroit d’Ormuz le 26 décembre et est entré dans le golfe arabo-persique.

 

La première intégration d’une FREMM au sein d’un groupe aéronaval US en zone de crise n’a posé aucune difficulté technique et témoigne de la remarquable interopérabilité des marines française et américaine.

 

Au cours de cette période, le Caïman Marine de la flottille 33F embarqué sur la « Provence » a pu apponter sur le porte-avions américain et les bâtiments ont échangé des officiers de liaison.

 

La « Provence » a maintenant quitté la TF58 pour intégrer l’escorte du porte-avions « Charles de Gaulle », actuellement engagé dans l’opération « Chammal » qu’elle a rejoint le 28 décembre.

 

photo EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

Repère

Lancée le 19 septembre 2014, l’opération Chammal mobilise actuellement 3 500 militaires.

Aux côtés de la coalition, elle combat le groupe terroriste Daechen Irak et en Syrie, en frappant l’organisation terroriste avec ses moyens aériens. Le dispositif de la force Chammal comprend également des militaires projetés à Bagdad et Erbil pour assurer la formation et le conseil des militaires irakiens.

Les moyens aériens sont composés de 38 chasseurs (armée de l’air et marine), ainsi que de capacités de renseignement, de commandement, de contrôle (C2) et de ravitaillement. Depuis le 23 novembre 2015, le groupe aéronaval (GAN) est intégré à la force Chammal. Il est composé du porte-avions Charles de Gaulle, de la frégate de défense aérienne (FDA) Chevalier Paul, de la frégate anti-sous-marine (FASM) La Motte Piquet, de la frégate multi-mission (FREMM) Provence, du bâtiment de commandement et de ravitaillement (BCR) Marne, de la frégate belge Léopold Ier, de la frégate allemande Augsburg et de la frégate britannique HMS Defender. Le 26 novembre 2015, la frégate légère furtive (FLF) Courbet a également rejoint le dispositif Chammal en Méditerranée orientale.

Si nécessaire, le dispositif Chammal peut être soutenu par des moyens complémentaires de ravitaillement (C135-FR) et de contrôle aérien (E3F).

photo EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

Repost 0
30 décembre 2015 3 30 /12 /décembre /2015 08:30
Chammal : point de situation au 29 décembre 2015

 

29/12/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Au Levant, les lignes de front restent stables. Mis sous pression par les opérations coordonnées de la Coalition, Daech est contraint d’adopter une posture défensive. Daech a cependant perdu l‘initiative sur le terrain et recule.

 

Appuyées par les raids des forces internationales, les troupes irakiennes maintiennent leurs efforts et obtiennent des résultats.

 

Dans Ramadi, les forces de Daech reculent devant les forces irakiennes. Elles sont en train de reprendre cette ville tenue par Daech depuis le 18 mai 2015. Les appuis aériens fournis par la Coalition ont permis cette offensive. Au total, la force Chammal a réalisé 49 frappes au profit des troupes au sol.

 

Les soldats engagés dans cette opération ont été formés par les forces françaises au sein de l’Iraki Counter Terrorism Service (ICTS), en particulier dans les domaines de l’instruction au combat en zones urbaines et de la lutte contre les engins explosifs improvisés. En 10 mois, les forces françaises ont formé 1 700 des 15 000 militaires irakiens formés par la coalition.

 

Irak-Syrie : bilan des opérations aériennes

Du 16 au 22 décembre 2015, les équipages français ont réalisé 71 sorties aériennes au-dessus des zones contrôlées par Daech en Irak et en Syrie, dont 57 de reconnaissances armées en appui des troupes irakiennes au sol ou sur un objectif planifié, et 6 de recueil de renseignement. 18 frappes ont détruit 43 objectifs de Daech.

 

16 frappes d’appui au sol ont été réalisées par la force Chammal qui a concentré ses efforts sur les régions de Mossoul, Tall Afar, Sinjar, Falloujah, et enfin Ramadi.

 

2 raids ont été menés sur des objectifs planifiés :

- le 19 décembre 2015, les Mirage 2000 et les Rafale de l’armée de l’air ont frappé dans la région de Raqqah un site de production pétrolier;

- le 22 décembre 2015, les Super-Etendard du GAN ont frappé un centre logistique situé entre Ramadi et Fallujah.

 

Bilan du 23 au 29 décembre 2015 : disponible à partir du 30 décembre au lien suivant http://www.defense.gouv.fr/operations/irak-syrie/actualites

Repost 0
29 décembre 2015 2 29 /12 /décembre /2015 17:55
photos Ministère de la Défense

photos Ministère de la Défense

 

29 décembre 2015 par Henri Weill Ainsi va le monde !

 

152 généraux de division, vice-amiraux et "personnels militaires de rang correspondant".  Un arrêté du ministre de la défense, publié aujourd’hui dans le Journal officiel, fixe le volume des effectifs des armées pour 2016. Il s’établit ainsi pour chacun des autres grades :

-  général de brigade, contre-amiral et personnel          200

- colonel, capitaine de vaisseau et personnel                1 785

- lieutenant-colonel, capitaine de frégate et personnel  5 058

- commandant, capitaine de corvette et personnel         4 499

- capitaine, lieutenant de vaisseau et personnel             10 540

- lieutenant, enseigne de vaisseau de 1ère classe et personnel    3 819

- sous-lieutenant, enseigne de vaisseau de 2ème classe et personnel 1 067

Repost 0
29 décembre 2015 2 29 /12 /décembre /2015 12:30
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

28/12/2015 LeMarin.fr

 

Pour la première fois depuis longtemps, c'est la Marine et l'armée de l'air qui vont se partager le ministre de la Défense pour le réveillon du 31 décembre. Jean-Yves Le Drian est attendu en Jordanie et aux Émirats arabes unis (EAU), du 31 décembre au 3 janvier.

Pour des raisons de sécurité, on ne connaît pas encore son programme officiel, mais on sait qu'il doit embarquer à bord du porte-avions alors qu'il sera ancré à la base navale des EAU. Des parlementaires et une poignée de journalistes doivent l'accompagner. Un duplex (au minimum) est prévu avec la métropole, lors d’un journal télévisé, sans doute le 31 décembre.

L'activité du groupe aéronaval sera donc interrompue avec les fêtes, puisque les avions ne peuvent pas être catapultés quand le navire est arrêté.

 

Le porte-avions a été plusieurs fois honoré de la présence de visiteurs, d'abord avec les vœux présidentiels, avant le départ dans le golfe, en janvier 2015, puis à nouveau début décembre, avant son départ de Méditerranée, après que ses avions eurent mené quelques frappes en Irak et Syrie. Les sénateurs de la commission des Affaires étrangères et des forces armées ont également séjourné à bord, à la rentrée.

 

Le chef d'état-major des armées, le général Pierre de Villliers, a pour sa part embarqué quelques heures sur la frégate Courbet, pour Noël. Le navire avait quitté Toulon le 30 septembre pour participer à la traque des passeurs de migrants au large de la Libye, avant d'être remissionnée, fin novembre, pour opérer en Medor (Méditerranée orientale), dans une mission de renseignement.

Repost 0
29 décembre 2015 2 29 /12 /décembre /2015 11:55
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

21/12/2015 Sources : Marine nationale

 

Jeudi 16 décembre 2015, le lieutenant de vaisseau Jocelyn Guy, dernier commandant du pétrolier ravitailleur Meuse, a réuni son équipage pour la dernière cérémonie des couleurs, 35 ans après l’admission au service actif du bâtiment.

 

Le vice-amiral d’escadre Denis Béraud, amiral commandant la Force d’Action Navale, qui présidait la cérémonie a souligné le nombre de missions opérationnelles réalisées par la Meuse, parmi lesquelles Agapanthe, Harmattan, Atalante, Active Endeavour, Ocean Shield, Bois-Belleau, Arromanches ou encore Chammal.

 

Le bâtiment  a réalisé plus de 3000 ravitaillements. Depuis la mise en réserve du bâtiment le 1er juin dernier, les 45 marins constituant le « noyau de désarmement » se sont mobilisés pour débarquer ou donner une seconde vie aux matériels qui pourront être utiles aux trois ravitailleurs Marne, Somme et Var.

 

Conformément aux procédures de désarmement en vigueur pour les vieilles coques de la Marine nationale, une cartographie de l’ensemble des locaux du navire est actuellement en cours de réalisation pour répertorier précisément, compartiment après compartiment, les matériaux potentiellement dangereux, en vue de la déconstruction de la coque. L’ex-Meuse est désormais confiée à la base navale de Toulon.

 

Ce désarmement s’inscrit dans le plan Horizon Marine 2025, et marque le renouvellement des unités de surface de la Marine nationale: alors que la Meuse n’est plus que « Q878 », s’esquissent bientôt les nouveaux ravitailleurs FLOTLOG (flotte logistique).

photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

Repost 0
28 décembre 2015 1 28 /12 /décembre /2015 17:25
TCD Siroco - photo Marine nationale

TCD Siroco - photo Marine nationale

 

December 25, 2015: Strategy Page

 

Brazil is buying a French Foudre class LPD amphibious ship for $85 million. The 12,000 ton Siroco has been in service for 17 years and could, with some refurbishment, serve another two decades or more. The Siroco will be renamed Bahia. The 168 meter (521 feet) long ship has a crew of 160 and carries up to 70 vehicles. The well deck contains eight landing craft and there is a hangar that carries up to four helicopters. There are accommodations for 450 troops (or double that for short voyages). The Siroco can also be used as a command ship. Siroco was decommissioned in July 2015 and is thus ready for service. Brazilian sailors are already being trained on how to operate the Siroco, using French training manuals that have been translated into Portuguese. .

 

Two of these Foudre class ships were built in the 1990s and the first one was sold to Chile in 2011. France has since introduced a new class of amphibious ships, the Mistrals, to replace the two Foudre class ships. Three Mistrals are in service and two more were sold to Egypt.

Repost 0
28 décembre 2015 1 28 /12 /décembre /2015 13:55
photo Jean-Pierre Delagarde – CMN

photo Jean-Pierre Delagarde – CMN

 

source patrimoine.blog.pelerin.info

 

Nouveau gestionnaire de l’Hôtel de la Marine à compter du 1er janvier 2016, le Centre des Monuments Nationaux (CMN) ouvre exceptionnellement le site au public les 2 et 3 janvier prochain. En attendant une ouverture normale à la visite en 2018…

 

Fort de sa tradition séculaire et de son expérience de l’exploitation de monuments historiques sur l’ensemble du territorial national, le Centre des monuments nationaux (CMN), établissement public sous tutelle du ministère de la Culture et de la Communication, a été désigné en qualité d’opérateur unique de l’Hôtel de la Marine à partir du 1er janvier 2016, après le départ de l’Etat-major de la Marine nationale.

Avant d’y conduire une importante campagne de travaux, le Centre des monuments nationaux propose au public de découvrir les salons d’apparat de l’Hôtel, ainsi qu’une vue imprenable sur Paris depuis la loggia, véritable balcon du pouvoir, au cours de ces deux journées d’ouverture gratuite.

De 10h à 17h, au fil du parcours, les visiteurs pourront s’imprégner de l’ambiance de l’édifice et de ses prestigieux intérieurs, qui ont été occupés par la Marine pendant plus de 200 ans. Le CMN offre ainsi un aperçu unique de ce haut-lieu de l’excellence à la française, avant de préparer son ouverture définitive à l’horizon 2018.

 

Informations pratiques

Entrée libre et gratuite pour tous (sans réservation)
Samedi 2 et dimanche 3 janvier 2016 de 10h à 17h – dernière entrée à 16h30.
Entrée par le 2 Place de la Concorde – 75008 Paris.

Plus d’informations sur www.hotel-de-la-marine.paris

 

L’Hôtel de la Marine

Situé sur la place de la Concorde à Paris, le monument connu sous le nom de l’Hôtel de la Marine a été conçu et réalisé entre 1757 et 1774 par Ange-Jacques Gabriel. Initialement Garde-Meuble de la Couronne (ancêtre du Mobilier national), il a été le théâtre d’événements historiques importants, telle l’abolition définitive de l’esclavage en France en 1848. Pillé en 1789, il devient à cette période le lieu d’installation du Secrétariat d’Etat à la Marine, qui lui a donné son nom. Il n’a cessé d’être le siège du commandement et de l’administration de la Marine jusqu’au 31 décembre 2015.

Le Centre des monuments nationaux ouvrira le monument à la visite en 2018.

Repost 0
28 décembre 2015 1 28 /12 /décembre /2015 12:30
photo EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

 

24/12/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le CEMA a entamé le 22 décembre 2015 une visite aux forces engagées en opérations. Après s'être rendu auprès de l’armée de Terre dans le cadre de l'opération Sentinelle, le général de Villiers a rejoint le Courbet au large de la Syrie.

 

Le CEMA  a poursuivi son déplacement au cœur des forces en embarquant quelques heures sur la frégate Courbet, engagée dans l'opération Chammal en Méditerranée orientale depuis le 26 novembre 2015.

 

C’est à leur côté qu’il a adressé toute la reconnaissance de la nation aux marins qui participent , loin de nos côtes, à la protection des Français. En 2015, 4 700 d’entre eux étaient en moyenne déployés quotidiennement à la mer ou en opérations. Sur le territoire national, ils sont 1 500 à participer à la protection directe de la population H24/7J dans le cadre de la sauvegarde des approches maritimes de la France.

 

 

Repère

Le Courbet a appareillé de Toulon le 30 septembre 2015. Il a intégré pendant sept semaines, d’octobre à fin novembre 2015 la force Sophia, l’opération européenne de lutte contre le trafic de migrants lancée le 22 juin 2015. Depuis le 26 novembre, son équipage a pour mission de suivre l’évolution de la situation au profit de la coalition dans la zone d’opération Chammal. Le Courbet et ses 160 membres d’équipage comptent parmi les 3436 marins et 12 bâtiments qui seront engagés directement aux opérations extérieures et intérieures de la France le soir de Noël.

photo EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

Repost 0
28 décembre 2015 1 28 /12 /décembre /2015 11:30
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

 

23/12/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Depuis le 16 décembre 2015, les équipages français ont réalisé 71 sorties aériennes au-dessus des zones contrôlées par Daech en Irak et en Syrie, dont 57 de bombardement en appui des troupes irakiennes au sol ou sur un objectif planifié, et 6 de recueil de renseignement. 18 frappes ont détruit 43 objectifs de Daech.

 

Appui au sol (close air support)

16 frappes d’appui au sol ont été réalisées au cours de la semaine.

    En Irak, la force Chammal a concentré ses efforts sur les missions d’appui au sol dans la région de Mossoul, où les combattants de Daech occupent des positions et harcèlent les forces au sol.

    Des frappes ont par ailleurs été réalisées dans les régions de Tall Afar, Sinjar, Falloujah, et Ramadi.

 

Frappe sur des objectifs planifiés (deliberate)

2 raids ont été menés sur des objectif planifiés au cours de la semaine.

    Le 19 décembre 2015, les Mirage 2000 et les Rafale de l’armée de l’air ont frappé dans la région de Raqqah un site de production pétrolier

    Le 22 décembre 2015, les Super-Etendard du GAN ont frappé un centre logistique situé entre Ramadi et Fallujah.

Repost 0
23 décembre 2015 3 23 /12 /décembre /2015 08:45
Barkhane : Engagement d’un Atlantique 2 en renfort dans l’opération Vignemale

 

22/12/2015 Sources : Ministère de la Défense

 

À partir de mi-octobre 2015, un avion de patrouille maritime Atlantique 2(ATL2) a renforcé pendant un mois le dispositif Barkhane dans le cadre de l’opération Vignemale. Son action est venue compléter les moyens ISR déployés à Niamey (Niger) et engagés dans le cadre d’une large opération couvrant le Nord de la Bande sahélo-saharienne (BSS).

 

Le détachement aérien de Niamey dispose habituellement de trois drones Reaper, deux drones Harfang et quatre Mirage 2000. Mi-octobre, un ATL2 de la Marine nationale a été déployé dans le cadre de l’opération Vignemale, en vue d’acquérir du renseignement sur les activités des groupes armés terroristes dans la BSS.

 

« La plus-value de l’ATL2, outre le fait de multiplier les missions et donc les informations récoltées, c’est sa capacité multi-capteurs » explique le capitaine de corvette Fabrice, chef du détachement ATL2 au Niger. En effet, l’ATL2 permet de collecter du renseignement avec différents capteurs au profit du Poste de commandement (PC) de l’opération à N’Djaména (Tchad), mais également directement au profit des troupes déployées. Ses capacités de détection 360° sur de grandes distances permettent de couvrir des zones d’action importantes et constituent un véritable atout, particulièrement sur un théâtre aussi vaste que la BSS.

 

La présence d’analystes à bord a permis de diffuser en temps réel vers le PC, le renseignement acquis et l’évaluation de la situation tactique. Autre capacité, le contrôleur aérien avancé embarqué dans l’ATL2 est capable de coordonner les vols de plusieurs avions, et de guider les avions de chasse de Barkhanesur des cibles identifiées ou d’opportunité. Enfin, les hélicoptères engagés dans l’opération ont bénéficié des moyens optroniques de l’ATL2, permettant de désigner des zones de poser.

 

Au total, 140 heures de vol ont été effectuées par cet ATL2 durant l’opération Vignemale.

 

L’opération Barkhane regroupe 3 500 militaires dont la mission, avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes pouvant agir dans la bande sahélo-saharienne.

Repost 0
21 décembre 2015 1 21 /12 /décembre /2015 17:55
La finalisation de l'opération (closing) pourrait être signée fin 2016, début 2017 - photo Marine Nationale

La finalisation de l'opération (closing) pourrait être signée fin 2016, début 2017 - photo Marine Nationale

 

21/12/2015 Par Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le ministère de la Défense voulait à tout prix sécuriser les activités militaires de souveraineté nationale d'Areva TA
 

Pour le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, il fallait sauver le soldat Areva TA. Cette réflexion, qui a démarré il y a deux ans, s'est en fait accélérée ces huit derniers mois avec le démantèlement annoncé en juillet d'Areva. Avant même de penser "nationaliser" cette activité, l'Hôtel de Brienne exigeait déjà une refonte de la gouvernance tout en resserrant ses liens avec Areva TA, une entreprise clé pour la souveraineté française (propulsion nucléaire des sous-marins et du porte-avions Charles-de-Gaulle). Ni plus, ni moins.

 

Une activité de souveraineté nationale

Pourquoi cette volonté de mieux contrôler Areva TA, qui conçoit et assure la maintenance des réacteurs nucléaires de propulsion navale? Parce que, juge-t-on dans l'entourage du ministre, Areva TA était mal pilotée en raison d'une gouvernance trop dispersée du fait d'une multiplicité de comités mis en place par Areva. Surtout, au ministère, on estimait que la difficile diversification d'Areva TA dans les réacteurs de recherche faisait "peser un risque sur une activité de souveraineté". Notamment la dérive financière du programme réacteur Jules Horowitz (RJH), dont la facture pourrait s'élever jusqu'à 1,2 milliard d'euros, voire 1,5 milliard au lieu de 600 millions initialement prévus.

Pour ces deux raisons, "il fallait que la défense reprenne pied" dans Areva TA, assure-t-on dans l'entourage de Jean-Yves Le Drian. Et l'hôtel de Brienne commence à partager cette réflexion avec d'autres ministères en estimant qu'il y a "un sujet". Puis ce dossier important devient au fil de 2015 avec la restructuration d'Areva et de la filière nucléaire un dossier urgent pour la défense.

 

Un groupe de travail interministériel

En mai, un groupe de travail est lancé par Jean-Yves Le Drian pour décider de l'avenir d'Areva TA. Il est présidé par le directeur de cabinet du ministre, Cédric Lewandowski, et comprend des membres de l'Élysée, de Matignon, des ministères de l'Économie et des Finances, de la Défense, de l'APE (Agence des participations de l'État), du Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) ainsi que des groupes concernés (Areva, EDF, DCNS). Enfin, le secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN) assure quant à lui la coordination du projet dans un cadre interministériel.

Tous les scénarios ont été étudiés par le groupe de travail : Areva TA reste dans la nouvelle Areva, ou rejoint DCNS ou le CEA ou EDF, ou, encore, devient une entité autonome. Au final, le groupe de travail décide en juillet de "nationaliser" Areva TA. L'État, qui veut le contrôle de cette entreprise va acquérir auprès d'Areva 50% plus 1 action ou 51%, selon les dernières hypothèses. DCNS monte quant à lui à 20% (au lieu de 6,7% actuellement) tandis et le CEA prend une participation de 20%. Enfin, EDF reste à 10% ou descend à 9%.

En outre, il est décidé de ne pas découper Areva TA entre les activités de défense (200 millions d'euros de chiffre d'affaires) et de recherche (150 millions d'euros). Sur les 1.500 salariés, environ 500 travaillent aussi bien dans le civil que dans le militaire. Soit une "trop grande imbrication" de ces deux activités pour faire un "détourage" satisfaisant, assure-t-on. Et puis, au ministère, on ne veut pas non plus créer "un arsenal dans la propulsion nucléaire. Notre intuition était que la diversification pouvait amener pour les salariés des parcours de carrière plus intéressants".

"Areva TA sera préservée en tant que telle. Elle ne fait pas partie de la redistribution en cours - je m'y suis opposé. La participation de l'État restera significative, ainsi que celle des autres partenaires concernés, dont le CEA et DCNS. Cela a été arbitré au plus haut niveau de l'État", avait expliqué en septembre à l'Assemblée nationale Jean-Yves Le Drian.

 

Une cession prévue fin 2016

Matignon validera cette décision "consensuelle" en décembre après un travail réalisé entre octobre et début décembre par le SGDSN portant sur la future gouvernance de la société. Areva TA aura douze administrateurs, dont la moitié représentera l'État (6), un tiers les salariés (4) et le reste DCNS et le CEA (un administrateur chacun). Le ministère de la Défense propose de maintenir à sa place l'actuelle PDG, Carolle Foissaud. Enfin, Bercy n'a pas encore terminé le travail de valorisation d'Areva TA, qui dépend des nouvelles pertes de RJH et de la trésorerie que laissera Areva. Bref, Areva TA vaut entre zéro et 500 millions d'euros.

Début janvier, Areva va officiellement lancer un processus d'information et consultation pour les salariés. La cession pourrait intervenir fin 2016 simultanément à l'opération Areva NP avec EDF. De son côté, l'État va travailler sur le modèle économique de la future Areva TA. La finalisation de l'opération (closing) pourrait être signée fin 2016, début 2017.

Repost 0
21 décembre 2015 1 21 /12 /décembre /2015 12:30
photo Marine nationale

photo Marine nationale

 

17.12.2015 Marine Nationale

 

Tout juste déclarée admise au service actif, la FREMM Aquitaine, tête de série des frégates de nouvelle génération, vient de quitter son port d’attache brestois pour débuter sa première mission opérationnelle. Les mois à venir s’annoncent denses : les 140 marins du bord seront déployés en océan Indien, pour assurer l’escorte du porte-avions Charles de Gaulle.

 

Reportage photos

Repost 0
20 décembre 2015 7 20 /12 /décembre /2015 18:30
"We are all one family in this fight" - Ashton Carter sur le Charles de Gaulle


20 déc. 2015 Ministère de la Défense

 

"We are all one family in this fight" - Ashton Carter, secrétaire américain à la Défense aux marins du porte-avions Charles de Gaulle.

Le 19 décembre, dans le Golfe arabo-persique, le secrétaire d’Etat aux anciens combattants et de la mémoire, monsieur Jean-Marc Todeschini a accueilli, au nom du ministre de la Défense, le secrétaire américain à la Défense, monsieur Ashton Carter, sur le porte-avions Charles de Gaulle.

Repost 0
20 décembre 2015 7 20 /12 /décembre /2015 08:55
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

15 Décembre 2015 Source : Marine nationale

 

 Du 7 au 11 décembre 2015, l’entraînement Morskoul a réuni une partie des unités brestoises en mer d’Iroise pour une succession d’activités. Huit unités de surface, un seul et même objectif : être prêt au combat.

 

Les entraînements Morskoul se déroulent environ deux fois par an et font partie du cycle de préparation permanente au combat des unités de la Marine à Brest. Les exercices qualifiants se succèdent durant une semaine : ADEX (exercice de lutte anti-aérienne) ; SURFEX (exercice de lutte anti surface) ; GUNEX (exercice de tir) ; et VISITEX (exercice de visite d’un bateau suspect). Les unités de la force d’action navale (FAN) qui y participent font ainsi progresser leur capacité à opérer en groupe.

 

Le chasseur de mines tripartite (CMT) Céphée enchaîne sans répit les exercices durant ces quelques jours : opération de visite, exercices sécurité, guidage d’un autre bâtiment, manœuvres diverses telles que la présentation au remorquage, ou encore exercices de contre-minage. Dès l’appareillage, le bâtiment doit faire face à une attaque asymétrique et se retrouve ainsi immédiatement plongé dans l’ambiance.

 

Même le mouillage en soirée dans la rade de Brest n’est pas forcément une activité de tout repos, puisqu’il peut être l’occasion de nouvelles attaques. « Embarcation en rapprochement rapide dans le 150 ! ». La passerelle du Céphée déborde alors soudainement d’animation tandis que les tireurs se préparent à réagir sur ordre face à la menace. L’embarcation pneumatique participant à cet exercice en tant que force hostile jouera ainsi le même scénario successivement avec trois chasseurs de mines ce soir-là.

 

Une telle semaine d’entraînement opérationnel représente un effort permanent de planification et de coordination entre les unités, notamment lorsque les conditions météorologiques imposent de multiples adaptations et d’incessantes reconfigurations. Mais le bénéfice est immense puisqu’il s’agit d’une occasion unique pour les bâtiments de la Marine de bénéficier de moyens mutualisés.

Repost 0
19 décembre 2015 6 19 /12 /décembre /2015 17:55
photo Simon Ghesquiere Marine nationale

photo Simon Ghesquiere Marine nationale

 

17 décembre 2015 par BPC Tonnerre – Marine nationale

 

Lancé en 2008, sous le patronage des chefs d’état-major de la marine et de l’armée de terre, ce jumelage entre les deux unités n’avait jusqu’alors pu voir le jour au regard de l’intensité des activités opérationnelles des deux unités.

 

Le mardi 15 décembre 2015 après-midi, le 2ème Régiment étranger d’infanterie (REI) et le bâtiment de projection et de commandement (BPC) Tonnerre ont concrétisé ce lien entre les deux unités, en présence du vice-amiral Frédéric Jubelin, chef d’état major de la force d’action navale, « Puisant ses racines dans l’histoire illustre de leurs aînés, ce partenariat privilégié vise à favoriser la connaissance mutuelle, la solidarité et l’amitié entre ces deux unités opérationnelles » a déclaré le colonel Valéry Putz, Chef de corps du 2ème REI.

 

Poignée de main entre le Colonel Putz et le Commandant Sudrat devant la plaque de baptême du hangar véhicules supérieur du nom du 2e REI.photo Simon Ghesquiere Marine nationale

Poignée de main entre le Colonel Putz et le Commandant Sudrat devant la plaque de baptême du hangar véhicules supérieur du nom du 2e REI.photo Simon Ghesquiere Marine nationale

Le capitaine de vaisseau Laurent Sudrat, commandant du Tonnerre et le colonel Valéry Putz ont d’abord salué légionnaires et marins rassemblés sur le pont d’envol du bâtiment, avant de baptiser le hangar véhicules supérieur du BPC du nom du régiment.

 

 « Le 2° REI est un membre de l’équipage, nos histoires comme nos destins sont désormais indissociablement liés, on ne combat bien qu’avec des camarades qu’on connaît et avec lesquels on développe des liens forts de confiance » a indiqué le commandant du BPC à cette occasion. Apposée dans le hangar où, en opérations, les engins blindés et les troupes attendent avec impatience d’être projetés, une plaque permettra aux marins du Tonnerre de se souvenir quotidiennement de ce jumelage.

 

En remettant au chef de corps du 2ème REI un bachi du Tonnerre, présent symbolique, le commandant Sudrat a rappelé « vous êtes ici chez vous », parole qui aura marqué les képis blancs.

 

« L’action conjuguée de marins et de légionnaires ne date pas d’hier » a mentionné le vice-amiral dans une allocution, rappelant les actions combinées sur les berges des fleuves indochinois, ou encore sur les littoraux norvégiens, et invitant chacun à entretenir les valeurs combatives qui animèrent marins et légionnaires. « La connaissance mutuelle, les échanges multiples et les entraînements » participent ainsi concrètement à la préparation au combat de ces deux unités amenées à opérer ensemble ; elles s’attacheront à développer ce lien d’amitié par de fructueux échanges et occasions d’entraînements aux opérations amphibie, compétence spécifique qui les rassemble.

 

Cérémonie de jumelage entre le BPC Tonnerre et le 2e REI - reportage photos Simon Ghesquiere / Marine nationale

Repost 0
19 décembre 2015 6 19 /12 /décembre /2015 13:30
photo EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

 

19 déc. 2015 État-major des armées

 

Le 19 décembre, dans le Golfe arabo-persique, le secrétaire d’Etat aux anciens combattants et de la mémoire, monsieur Jean-Marc Todeschini a accueilli, au nom du ministre de la Défense, le secrétaire américain à la Défense, monsieur Ashton Carter, sur le porte-avions Charles de Gaulle.

Cette visite intervient alors que le commandant de la Task Force 50 (TF50), force constituée autour d’un ou plusieurs porte-avions, est confié au contre-amiral Crignola, commandant le groupe aéronaval français. C’est la première fois qu’un amiral non américain est en charge de ce commandement qui travaille en étroite collaboration avec USNAVCENT, état-major régional américain assurant le contrôle opérationnel de la composante navale de la coalition contre Daech.

Après avoir franchi le détroit d’Ormuz dans la journée du 18 décembre, le porte-avions Charles de Gaulle fait désormais route vers sa zone de déploiement opérationnelle qu’il rejoindra dimanche 20 décembre. A cette date, les avions du groupe aérien embarqué seront en mesure de reprendre leurs frappes contre Daech en Irak et en Syrie

crédits EMA

crédits EMA

Repost 1
19 décembre 2015 6 19 /12 /décembre /2015 13:30
Ashton Carter, secrétaire à la Défense US sur le PA Charles de Gaulle - photo EMA / Marine nationale

Ashton Carter, secrétaire à la Défense US sur le PA Charles de Gaulle - photo EMA / Marine nationale

 

19 décembre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Paris - Le chef du Pentagone, Ashton Carter, s'est rendu samedi sur le porte-avions français Charles de Gaulle, une première pour un secrétaire américain à la Défense, a annoncé le ministère français de la Défense.

 

Ashton Carter, qui effectue une tournée au Moyen-Orient, a rejoint en hélicoptère le bâtiment, stationné depuis vendredi dans le Golfe pour participer aux opérations contre le groupe Etat islamique (EI) en Irak et en Syrie.

 

Cette visite hautement symbolique intervient alors que le groupe aéronaval (GAN) constitué autour du Charles de Gaulle vient de prendre le commandement de la composante navale de la coalition anti-EI emmenée par les Etats-Unis.

 

M. Carter a été accueilli sur le porte-avions par le secrétaire d'Etat français aux Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini.

 

Son homologue français, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, élu vendredi président de la région Bretagne, était retenu samedi par un séminaire gouvernemental à Paris, a-t-on précisé dans son entourage. Il s'est entretenu par téléphone avec M. Carter alors que celui-ci était à bord.

 

M. Le Drian doit se rendre dimanche et lundi à Moscou pour parler d'un renforcement de la coopération militaire avec la Russie dans la lutte contre l'EI.

 

Le Charles-de-Gaulle va rejoindre dimanche sa zone de déploiement opérationnel dans le Golfe, après une première phase d'opérations contre l'EI en novembre et décembre en Méditerranée orientale, a précisé le porte-parole de l'état-major français des armées, le colonel Gilles Jaron.

 

Les 26 chasseurs-bombardiers embarqués - dix-huit Rafale et huit Super Etendard - pourraient alors aussitôt reprendre leurs vols, au plus près du théâtre irakien, a-t-il ajouté.

 

Le contre-amiral français René-Jean Crignola, qui dirige le GAN, a pris le 7 décembre pour plusieurs semaines les fonctions de commandant de la coalition navale anti-EI, la Task Force 50 (TF 50), une première pour un non-Américain.

 

Il travaille en étroite collaboration avec l'état-major naval régional américain de la coalition, l'USNAVCENT, basé à Bahreïn, qui opère sur une zone très stratégique, de la mer Rouge au Golfe.

 

Concrètement, le contre-amiral Crignola gère les opérations au niveau tactique. Il assigne des zones, des positions et des missions aux bateaux de la coalition, en lien avec l'état-major américain.

 

Le Charles de Gaulle, parti le 18 novembre de Toulon (France), a d'abord été engagé deux semaines en Méditerranée pour intensifier la campagne française de frappes contre l'EI après les attentats de Paris.

 

Il a ensuite passé le 7 décembre le canal de Suez en direction du Golfe. Ses 26 appareils s'ajoutent aux six Rafale et six Mirage 2000 français basés respectivement aux Emirats arabes unis et en Jordanie.

 

Le GAN - soit 2.600 militaires - comprend un sous-marin nucléaire d'attaque, la frégate de défense aérienne Chevalier Paul, la frégate anti sous-marine La Motte-Picquet, le ravitailleur Marne, la frégate belge Léopold Ier et la frégate allemande Augsburg.

 

Cette escorte observe ce qui se passe autour du porte-avions, bien plus loin que ses propres radars, et lui donne ainsi une plus grande liberté de manoeuvre.

 

La coalition emmenée par les Etats-Unis (opération Inherent Resolve) a effectué 8.912 frappes contre l'EI depuis l'été 2014 dont 5.856 en Irak et 3.056 en Syrie, selon le département américain à la Défense.

 

La France représente, avec 347 frappes selon l'état-major français, environ 5% de ce total avec des pics à 20% lors de l'engagement du porte-avions.

Repost 0
19 décembre 2015 6 19 /12 /décembre /2015 12:55
L-CAT® - 2 ships in 1 -The High Speed Sea Connector for Amphibious Operations


18 déc. 2015 Groupe CNIM

 

Breveté par CNIM, le L-CAT® est un navire amphibie rapide totalement innovant basé sur l’intégration d’une plateforme de chargement mobile dans une coque de catamaran. Il permet de ne pas faire de compromis : il possède la vitesse du catamaran et le très faible tirant d’eau des barges de débarquement.

Le L-CAT® permet de débarquer une section d’infanterie, des blindés et du matériel en l’absence d’infrastructure portuaire et par eaux peu profondes. Doté de rampes à l’avant et à l’arrière, le L-CAT® est parfaitement adapté à des opérations de chargement / déchargement à partir de cales, de quais ou de plages à très faible gradient.
Grâce à son système de propulsion, il est manœuvrable à faible et haute vitesses. Ses bonnes performances de tenue à la mer permettent d’assurer une navigation en toute sécurité par des états de mer élevés.

Le L-CAT® a pour vocation d’être utilisé lors des applications « shore-to-shore » ou lors des opérations amphibies à partir de navires mères type BPC et TCD.

Mis en service depuis 2011 au sein de la Marine Nationale sous le nom d’EDA-R (Engin de Débarquement Amphibie Rapide), le L-CAT® participe régulièrement à des opérations militaires et civiles à travers le monde.

Repost 0
18 décembre 2015 5 18 /12 /décembre /2015 07:55
Les chalands multi-missions seront les premiers bâtiments à propulsion hybride avec batteries en service dans la marine. - H2X - cabinet Mauric

Les chalands multi-missions seront les premiers bâtiments à propulsion hybride avec batteries en service dans la marine. - H2X - cabinet Mauric

 

17/12/2015 DGA

 

La direction générale de l’armement (DGA) a notifié le 16 décembre 2015 aux sociétés H2X (La Ciotat) et Cegelec Défense et Naval Sud-Est (Toulon) une commande de six chalands multi-missions (CMM).

 

Ce seront les premiers bâtiments à propulsion hybride avec batteries en service dans la marine nationale : leur système de propulsion électrique pourra en effet être alimenté soit par des groupes électrogènes fonctionnant au gasoil (mode « classique »), soit par des batteries rechargeables à quai ou en mer (mode « zéro émission »).

 

Les CMM navigueront dans les rades ou à proximité des côtes des bases navales. Ils réaliseront des missions variées : travaux sous-marins, transport de matériel, lutte anti-pollution, formation des plongeurs. Leur profil d'emploi comprendra deux phases distinctes : une phase de transit à vitesse maximale en mode classique, et une phase d'exploitation à faible vitesse en mode « zéro émission ». Ce deuxième mode permettra d’éviter les émissions gazeuses (dont les gaz à effet de serre) à faibles vitesses, là où les moteurs thermiques sont les moins efficaces et les plus polluants. Il permettra aussi d’accroitre considérablement le confort des marins, en réduisant les nuisances sonores lors des longues périodes de travail, et en supprimant les gaz d’échappement.

 

D’une longueur de 24 m et d’une largeur de 8 m pour 53 tonnes de déplacement, les CMM disposeront d’une coque en aluminium et de superstructures en composite afin de limiter leur masse. Ils pourront atteindre la vitesse de 10 nœuds et embarquer jusqu’à 36 marins et/ou plongeurs. Conçus par le bureau d’étude Mauric en partenariat avec H2X et la société Alternatives Energies (AltEn) pour le système énergie-propulsion, les CMM seront construits par le chantier naval H2X à La Ciotat puis maintenus en condition opérationnelle par Cegelec Défense et Naval Sud-Est.

 

La réception du premier exemplaire est prévue fin 2017. À l’issue d’une période d’utilisation opérationnelle de 3 mois, le lancement de la série sera confirmé, en vue de livraisons en 2019 et 2020. Deux unités seront affectées à Toulon comme à Brest, une à Cherbourg et la sixième à Saint-Mandrier au Pôle écoles méditerranée (PEM). Le marché prévoit en option deux unités supplémentaires pour opérer outre-mer, aux Antilles et en Nouvelle-Calédonie.

Crédits: H2X - cabinet MauricCrédits: H2X - cabinet Mauric

Crédits: H2X - cabinet Mauric

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • News review for Industry - European Defence Agency
    source European Defence Agency If you want to subscribe to the News Review, or if you want to stop receiving the News review: News4Ind@eda.europa.eu News of the News EDA Study on the Impact of REACH & CLP European Chemical Regulations on the Defence Sector:...
  • Chronique culturelle - 13 Février 2017
    13 février 1960 explosion de la première bombe atomique française 13.02.2017 source JFP 13 février 1692 : massacre du clan Mac Donald dans la Glencoe (Ecosse).Le protestant Guillaume d’Orange ayant mis en fuite le catholique Jacques II, les chefs de clans...
  • Le PGHM et le GAM s’entraînent ensemble au secours en montagne
    Equipement de passage en neige - photo GAM Armée de Terre 07.02.2016 source 27e BIM Le lundi 13 février 2017 se déroulera un entraînement conjoint entre le peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) et le groupement d’aguerrissement montagne (GAM)...
  • ITW SDBR : général Vincent Desportes, Professeur des Universités associé à Sciences Po Paris, Ancien directeur de l’Ecole de Guerre
    23.01.2017 par Alain Establier - SECURITY DEFENSE Business Review N°164 SDBR : Quel regard portez-vous sur la Défense de la France ? Vincent Desportes* : A l'issue de cette mandature, nous voyons un empilement d'actions réactives, à vocations plus politiciennes...
  • Chronique culturelle 9 Janvier
    Hussards du régiment de Bercheny en 1776 09.01.2017 source JFP 9 janvier 1778 : mort du créateur des régiments de Hussards (Luzancy – près de Meaux). Emigré hongrois et excellent capitaine au service de la France, Ladislas Ignace de Bercheny , obtient...
  • Chronique culturelle 04 Jan.
    Insigne général des Troupes de Forteresse de la Ligne Maginot 04.01.2016 source JFP 4 janvier 1894 : signature de l’alliance franco-russe. Préparée par de nombreuses activités bilatérales dans les années précédentes, une convention militaire secrète est...
  • Chronique culturelle 03 Jan.
    Napoléon en Egypte par Jean-Léon Gérome 03.01.2017 source JFP 3 janvier : Sainte Geneviève, patronne de la gendarmerie. Issue de la noblesse gallo-romaine du IVe siècle, elle convainc les habitants de Lutèce de ne pas livrer leur ville à Attila, roi des...
  • Au Levant, contre Daech avec les Forces Spéciales
    photo Thomas Goisque www.thomasgoisque-photo.com Depuis plus de deux ans, les hommes du C.O.S (Commandement des Opérations Spéciales) sont déployés au Levant et mènent, en toute discrétion, des opérations contre l’Etat islamisque.Au nord de l’Irak, ils...
  • Les blessés en Opérations extérieures ne prennent pas de vacances !
    Source CTSA Pendant la période des fêtes de fin d'années, le nombre de donneurs diminue dangereusement. Le site de Clamart du Centre de transfusion sanguine des armées (CTSA) invite fortement les donneurs des communes proches à profiter des vacances de...
  • Interview SDBR de Gaël-Georges Moullec, Historien
    photo SDBR 20.12.2016 par Alain Establier - « SECURITY DEFENSE Business Review » n°162 SDBR: Comment va la Russie aujourd’hui? Gaël-Georges Moullec * : Il n’y a plus d’ascenseur social dans la Russie d’aujourd’hui, ce qui est un problème moins connu,...

Categories