Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 juillet 2014 5 18 /07 /juillet /2014 12:50
Storm Shadow on Italian Eurofighter Typhoon photo  L. Caliaro MBDA

Storm Shadow on Italian Eurofighter Typhoon photo L. Caliaro MBDA

 

17 July 2014 Ministry of Defence, Defence Equipment and Support and Philip Dunne MP

 

Storm Shadow missiles are to be fitted to RAF Typhoon fast jets following a £120 million agreement signed today.

 

Storm Shadow, which provides long-range air-to-surface capabilities, is one of the most advanced missiles of its kind. It is capable of defeating various targets, including bridges, airfields, harbours and parked aircraft.

The missiles, produced by MBDA, have previously been deployed on Tornado GR4 aircraft during operations over Iraq and Libya. These will now be fitted onto Typhoon tranche 2 and 3 aircraft ready to enter service with the RAF in 2018.

Welcoming today’s announcement, Minister for Defence Equipment, Support and Technology Philip Dunne said:

Storm Shadow has a deserved reputation for accuracy and reliability. The integration of Storm Shadow onto RAF Typhoons is another powerful sign of our commitment to the continued capability development of this world-class aircraft.

The ability to prosecute stand-off targeting while maintaining control of the airspace will provide Typhoon with unique battle-winning capability.

The agreement, made at the Farnborough International Air Show today, 17 July, was signed between the NATO Eurofighter and Tornado Management Agency, on behalf of the partner nations, and Eurofighter GmbH.

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2014 5 18 /07 /juillet /2014 07:50
Storm Shadow on Italian Eurofighter Typhoon

Storm Shadow on Italian Eurofighter Typhoon

 

FARNBOROUGH, UK, 17th July 2014:  eurofighter.com

 

Eurofighter Jagdflugzeug GmbH today (July 17th) confirmed that  NETMA, the NATO Eurofighter and Tornado Management Agency, has placed an order with it to integrate the Storm Shadow long range attack missile onto the Eurofighter Typhoon.

Representatives from NETMA, Eurofighter, and the four core nations of the Eurofighter Programme (the United Kingdom, Italy, Spain and Germany) convened for the Contract Signing Ceremony in the Eurofighter Pavilion at the Farnborough Air Show on Thursday.

Under the terms of what is known as a ‘Contract 4’ order from NETMA,  Eurofighter will work with the three Eurofighter Partner Companies (BAE Systems, Airbus Space & Defence, and Alenia Aermacchi) and their supply base – including MBDA, the makers of the Storm Shadow missile - to integrate the weapon on the aircraft. The Contract will form part of what is known as the P2E enhancement package. Flight trials with Storm Shadow on Typhoon have been progressing since late 2013 and, working with Eurofighter operators, we expect to deliver an operational capability in line with their requirements.

Storm Shadow is a long range, all-weather, high precision, stand-off weapon already in service on Royal Air Force Tornados. It has been proven in operations to great effect in Iraq and Libya neutralising hardened command bunkers and other high value targets. The stealthy weapon design allows it to penetrate layered air defences whilst the long range of Storm Shadow allows it to be launched outside those defences increasing the launch aircraft survivability.   

In the deep attack role Eurofighter Typhoon will carry two Storm Shadow missiles whilst maintaining the ability to carry 8 air-air missiles. This will enable Eurofighter Typhoon to fight its way in and out of the combat area. 

Graham Farnell, General Manager of NETMA said: “We are delighted to be able to place this Contract with Eurofighter and we look forward to still further enhancements as the Programme progresses.”

Alberto Gutierrez, Chief Executive Officer of Eurofighter, said: “This is yet further evidence of a solid roll-out of capability from Eurofighter and also demonstrates the value of forward investment by industry to ensure a progressive and pro-active approach to weapons systems enhancement.”
 

Background information:

Eurofighter Typhoon is the most advanced new generation multi-role/swing-role combat aircraft currently available on the world market. Seven nations (Germany, the United Kingdom, Italy, Spain, Austria, Saudi Arabia and Oman) have already ordered the Eurofighter Typhoon. Eurofighter Typhoon is currently the largest military procurement programme in Europe. 

Its high technology strengthens the position of European aerospace industry in the international market. The programme secures more than 100,000 jobs in 400 companies. Eurofighter Jagdflugzeug GmbH manages the programme on behalf of the Eurofighter Partner Companies Alenia Aermacchi, BAE Systems and Airbus Defence and Space in Germany and Spain, which are the most important aviation and aerospace companies in Europe.

Since delivery of the first Eurofighter Typhoon to the Royal Air Force in the United Kingdom end of 2003, a total of 412 aircraft have been delivered to six nations. The 100th Eurofighter was delivered to the Royal Air Force in September 2006. The 200th aircraft was handed over in November 2009 to the German Air Force. The 300th aircraft was delivered to the Spanish Air Force in November 2011 and the German Air Force received the 400th Eurofighter in December 2013.

In the past 10 years the Eurofighter fleet has demonstrated its high operational effectiveness in international missions and training exercises and has accumulated more than 250,000 flying hours.

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2014 3 16 /07 /juillet /2014 16:50
700 HP Speedboat Can't Outrun the Brimstone Missile

 

 

16.07.2014 by MBDAInc

 

A Royal Air Force (RAF) Tornado GR4 jet aircraft attacked a remotely-controlled 40ft Fast in-Shore Attack Craft (FIAC) powered by twin 350hp engines. Two successful shots were taken, one with a telemetry Dual Mode Brimstone missile (non-warhead, data-gathering missile), and one with an operational Dual Mode Brimstone missile. Both missiles were fitted with MBDA Inc's latest anti-FIAC software upgrades which optimized the missile for the unique challenges of maritime engagements.

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2014 3 16 /07 /juillet /2014 07:50
MBDA Presents STRATUS, Flexible Missile Effects for the Future Battlespace

 

14/07/2014 by MBDA

 

MBDA is unveiling CVW101 STRATUS, its latest Concept Visions project, at the Farnborough International Airshow 2014. STRATUS provides a transformational, innovative approach to Command & Control and Mission Control of Missile Systems across domains (land, air and naval) and platforms, maximising the use of the weapon resources available in the battlespace in order to optimise the delivery and timeliness of effects.

 

“Our approach to the future battlespace places the warfighter at the centre of the deployed weapon system resources with the ability to transparently use the best resources available through clear, simple presentation of information for decision making”, explains Sandro Petrizzelli, Head of MBDA’s Concept Visions 2014 international team. “Our aim was to deliver the concept of a distributed architecture which would optimise the operational efficiency of deployed missile systems. We are making all resources, sensors and effectors deployed in the theatre available to form part of the warfighter’s local weapon system, with direct and easy access.

 

This is why we say STRATUS creates a theatre-wide virtual weapon system, delivering tremendous efficiencies in terms of robustness, fire power, combination of effects, and reaction time.

 

To engage emerging types of threats, armed forces will not only need to have the kind of weapon systems we have showcased over the four previous years of Concept Visions, but they will also need to have access to many, varied weapon system assets at very short notice. For instance, immediate fire support may be needed from across the entire deployed set of weapon assets and not only from a locally deployed unit.

 

In twenty years from now,we expect that our Armed Forces will face a more complex, dynamic and uncertain battlespace. Connectivity will continue to improve not only for allies but also for their adversaries, allowing aggressors to better combine air, land and naval attacks with the aim of creating surprise effects and saturating defences.”

 

To deliver this, STRATUS brings together many key techniques: sharing weapon system resources, distributed coordination and use of a common, core interface for the command and control of all deployed and available weapon systems. The benefit lies in the enhancement of the collaboration between deployed weapon systems, providing higher levels of efficiency, flexibility and robustness at battlefield level. For a given level of capability, fewer assets will be needed, as they are shared in a more effective way across the battlefield.

 

Resources Sharing, C2 auto-coordination

 

At the heart of STRATUS is a principle of limitless sharing of weapon resources. Each deployed resource (launchers, control nodes and sensors) is no longer dedicated to a single weapon system, but becomes accessible, through in-built “plug and fight” functionality, to any equipped control node or dismounted infantry throughout the shared resource pool, leading to flexible, robust and efficient deployments.

 

This is combined with distributed architecture, where command and control nodes are able to auto-coordinate themselves. Taking advantage of their deep knowledge of available sensors and effectors, these nodes are able to propose to the user the most effective combination of available weapon resources for a given mission or task, allowing STRATUS to maximise effect capabilities in any situation.

 

Unified User Interface & Decision Support

 

By creating shared pools of weapon resources, users can have access to a wider variety of effects to exploit. While more options could bring more complexity, STRATUS cuts through to the critical information that a user needs, with task support and advanced decision aids delivered through a common core interface across weapon systems and personnel in the field.

 

When an effect is asked for, appropriate solutions are generated by STRATUS throughout the pool and returned to the user, reducing the amount of repetitive workload on the users while ensuring precise and rapid responses. Options are presented to the user with critical information to make a quick decision, with detail never more than a short step away through a layered user interface architecture.

 

MBDA Future Systems Director, Mark Slater says: “Following five years of Concept Visions and a continuing strategy to deliver increased modularity to our missile system solutions, we are able through STRATUS to deliver greater efficiency, effectiveness and a significant reduction in the need for dedicated training for the different missile systems deployed in the future battlespace.”

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2014 3 16 /07 /juillet /2014 05:55
UK and France Strengthen Defence Cooperation

 

15 July 2014 Royal Air Force

 

Defence cooperation between the UK and France has been strengthened following agreements signed at the Farnborough Air Show today.

 

Philip Hammond and Jean-Yves Le Drian agreed to bolster cooperation relating to the acquisition and support of military equipment for both the UK and French Armed Forces.

 

The agreement follows on from the communiqué that was signed by Prime Minister David Cameron and French President Francois Hollande at RAF Brize Norton in January, which set out plans for closer ties between the two countries.

 

As part of the deal signed today, the UK and France agreed a £120 million Feasibility Phase with six industry partners for the joint development of Unmanned Combat Air Vehicle concepts and technologies. They also signed a Memorandum of Understanding on the SCALP / Stormshadow missile programme with MBDA that continues our cooperation on this important cruise missile capability.

 

Foreign Secretary Philip Hammond said : “The UK and France are committed to delivering effective military capabilities underpinned by cutting edge technology, developed by strong and capable defence industries. This relationship is essential to how we will operate in the future, by ensuring we can deal with the global defence and security challenges we and our Allies may face.”

 

Minister of Defence Jean-Yves le Drian said: “The arrangement related to Future Combat Air System is an historical opportunity for France and the United Kingdom to shape and sustain in the long term a strong innovative and sovereign combat aircraft industry. With continuation of development of cruise missile SCALP/STORM SHADOW, after signature of the FASGW(H) / ANL contract previously this year, the two nations demonstrated their commitment to sustain the cross-frontier One Complex Weapons industry through inter-dependence for missile sub-systems and secure significant efficiencies on future programmes.

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2014 3 16 /07 /juillet /2014 05:50
MBDA présente la cuvée 2014 de son « Concept Visions »

Avec Stratus, l’opérateur dispose d’une présentation claire de tous les capteurs et armements sous son contrôle

 

15 juillet, 2014 Frédéric Lert (FOB)

 

C’est à présent une tradition : depuis cinq ans, MBDA présente chaque année son projet « concept visions ». Un exercice de style destiné à promouvoir des technologies, interroger les utilisateurs finaux sur des besoins futurs à une échéance relativement lointaine, 20 ans et plus. Concept Visions n’est pas un programme et ne donnera pas lieu à un développement : c’est une initiative devant permettre à une équipe multinationale et jeune du missilier de développer sa créativité. L’an dernier, l’étude portait sur un missile surface-sol à longue portée « Hoplite ». Cette année, le salon de Farnborough est l’occasion de mettre en lumière le système Stratus.

 

« Stratus est une approche pour faire communiquer les systèmes d’armes et permettre, in fine, d’accéder directement à leurs armements » explique Laurent de Moussac, le seul français de l’équipe Concept Visions 2014. Les cinq autres participants sont anglais, italiens et allemand. « Avec Stratus, nous allons jusqu’à l’engagement complet du système d’arme. L’opérateur devant sa console dispose d’une présentation claire et simple de tous les capteurs et armements sous son contrôle, aussi bien sur des plateformes terrestres, aériennes que maritimes. Et il a tout le loisir d’utiliser celui qui lui offre les meilleurs résultats pour un effet recherché. Le système permet de transférer l’autorité au plus près des systèmes d’armes pour une efficacité optimale, tout en respectant la chaîne de commandement existante…  ».

 

Concrètement, les six jeunes ingénieurs ont pu réfléchir à des éléments portant sur l’interface homme-machine, sur les besoins en formation de l’opérateur, du partage des sessions d’engagement, les besoins en bande passante pour faire communiquer l’ensemble des systèmes et obtenir au bout du compte un système d’arme unique et virtuel à l’échelle d’un théâtre d’opération.

 

« Nous avons travaillé pendant six mois sur cette idée » poursuit Laurent de Moussac. « Nous avons exploré les grands principes en matière de partage des ressources, coordination, interfaçage des systèmes de commandement et de contrôle (C2) qui ont ensuite été soumis à un panel d’experts qui a passé nos propositions au crible ».

 

A long terme, l’enjeu très concret pour MBDA est de savoir faire communiquer ses capteurs et missiles : que chaque système d’armes devienne accessible, via une fonctionnalité « plug and fight »  déjà intégrée, à tout centre C2 ou même à tout combattant débarqué. Pour que par exemple un chef de section au contact puisse commander le tir d’un missile depuis un navire, un avion ou une batterie terrestre. Pour chaque demande d’effet, Stratus génère des solutions adaptées en se basant sur l’ensemble des ressources disponible et les présente à l’utilisateur.

 

« Nous avons travaillé sur des principes que l’on pourrait implémenter progressivement dans les équipements MBDA pour les rendre aptes à cette fonctionnalité » précise enfin Laurent de Moussac. « Un peu comme l’apparition du Wifi qui a été précédée de l’équipement d’une large gamme d’appareils avec les bons moyens de communication, partagés par tous ».

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 14:50
Le missile de croisière Scalp sur Rafale (crédit Armée de l’air)

Le missile de croisière Scalp sur Rafale (crédit Armée de l’air)

 

11 juillet, 2014 Guillaume Belan (FOB)

 

Durant le salon britannique Farnborough, qui se tiendra la semaine prochaine en Angleterre, le Ministre français va signer deux accords : l’un sur les études du FCAS, le futur drone de combat européen, qui implique Dassault côté français et BAE Systems côté britannique, et l’autre sur le Scalp EG Storm Shadow, le missile de croisière réalisé par MBDA.

 

Car le Scalp fait l’objet d’une coopération industrielle entre la France et le Royaume-Uni depuis 1996. Et il est temps de lancer sa rénovation à mi-vie. Jean-Yves Le Drian signera ainsi l’accord permettant l’échange des résultats des études contractualisées par la France et le Royaume-Uni, afin de préparer en commun la rénovation des missiles Scalp-EG / Storm Shadow.

 

Véritable success story européenne, le missile de croisière donne aux armées qui en sont dotées, entière satisfaction. Le Scalp a été particulièrement utile et employé au combat en Irak par les Britanniques tandis qu’une centaine ont été tirés en Libye par aux moins trois pays : britanniques, italiens et français…

 

Le Scalp / Storm Shadow compte 6 pays utilisateurs: France, Italie, Royaume-Uni, Arabie Saoudite, Émirats Arabes Unis et Grèce.

 

Si l’accord de Farnborough est de portée réduite (il s’agit pour les français et les britanniques de mettre en commun leurs retours sur expériences), il est essentiel : poursuivre la coopération et préparer l’avenir.

 

Car les retours sur expérience vont conduire à des propositions d’amélioration qui vont êtres mis en commun, afin de préparer la rénovation des missiles et de pouvoir conserver les capacités de pénétration du missile des défenses adverses.

 

Le fait de poursuivre cette coopération signifie la poursuite de la convergence des besoins des deux armées et donc des doctrines d’emplois et exigences militaires, soit  préparer l’avenir ensemble sur ces capacités et se préparer à lancer le successeur du Scalp. Des pré-études ont déjà débutées pour élaborer en binational des familles de missiles modulaires : missiles de croisière et anti-navire.

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2014 4 10 /07 /juillet /2014 12:35
ASRAAM photo Livefist

ASRAAM photo Livefist

 

Jul. 10, 2014 by Atul Chandra - FG

 

Bangalore - India’s defence ministry has signed a £250 million ($428 million) contract with MBDA to equip its Sepecat/Hindustan Aeronautics Jaguar strike aircraft with the company’s ASRAAM short-range air-to-air missile. A company source has confirmed the signing, but declined to provide any further specifics.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2014 3 09 /07 /juillet /2014 16:35
ASRAAM - photo MBDA

ASRAAM - photo MBDA

 

09/07/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le missilier européen a obtenu un contrat estimé à 428 millions de dollars pour équiper les vieux Jaguar de l'armée de l'air indienne de missiles britanniques air-air de courte portée Asraam

 

C'est une belle promesse pour l'avenir pour MBDA en particulier, et pour les industriels de la défense français en général en Inde. Selon le ministre des Finances britannique, George Osborne, actuellement en visite à Bombay en compagnie du secrétaire d'État des affaires étrangères William Hague, le missilier européen a obtenu un contrat estimé à 428 millions de dollars (315 millions d'euros) pour équiper les vieux Jaguar de l'armée de l'air indienne de missiles britanniques air-air de courte portée Asraam. Ce contrat va créer "des centaines d'emplois" en Grande-Bretagne, a précisé George Osborne.

MBDA attendait depuis le début de l'année la mise en vigueur du contrat Asraam. Le contrat avait été validé par l'ancienne majorité en Inde, notamment par le CCS (Cabinet Committee on Security), qui est présidé par le Premier Ministre. Mais il n'avait pas été mis en vigueur, puis les élections législatives avaient gelé le processus. Toutefois, le missilier n'avait pas encore reçu le premier versement officialisant la mise en vigueur du contrat, selon nos informations. Outre le SR-SAM (Short Range Surface to Air Missile), un missile sol-air de nouvelle génération co-développé et coproduit en Inde avec Bharat Dynamics Limited, le missilier a plus d'une trentaine de campagnes en cours actuellement en Inde dont celles concernant MMRCA (Scalp, Meteor...).

 

Une promesse pour l'avenir

Pourquoi la signature de ce contrat est-elle une belle promesse pour l'avenir pour les industriels de la défense de la planète à commencer par Dassault Aviation, qui négocie la vente de 126 Rafale avec New Delhi ? Parce que le nouveau gouvernement de Narendra Modi semble vouloir aller plus vite comme le démontre ce contrat signé avec MBDA que le précédent. Le ministère de la Défense est critiqué pour sa lenteur, la signature des contrats prenant souvent des années avant d'aboutir. Les très nombreuses affaires de corruption ces dernières années ont paralysé la plupart des processus d'acquisition du gouvernement de Manmohan Singh, notamment ceux dans le domaine de la défense. En janvier, l'Inde a annulé un contrat d'achat de 12 hélicoptères au groupe italien AgustaWestland sur fonds de soupçons de versement de pots-de-vin. Aussi, plus aucun responsable ne souhaitait prendre de décision.

D'autant qu'en décembre, le Parlement indien avait approuvé une loi anti-corruption prévoyant la création d'un médiateur ayant le pouvoir d'enquêter sur les politiques et les fonctionnaires soupçonnés de corruption. En mai, le Premier ministre s'était engagé à ce que les achats d'armements et d'équipements militaires soient "plus transparents, lisses, efficaces et moins vulnérables aux pratiques contraires à l'éthique".

 
Pour Modi, l'Inde doit devenir un producteur d'armes

Issu du parti nationaliste hindou Bharatiya Janata (BJP), Narendra Modi entend développer les capacités militaires de l'Inde et transformer progressivement le premier importateur mondial d'armes en pays producteur d'armes. Un des moyens d'y parvenir pourrait être d'assouplir les règles encadrant la participation d'investissements étrangers dans ce secteur.

Le nouveau ministre indien de la Défense, Arun Jaitley, a récemment promis d'accélérer le processus d'achat d'équipement militaire. "Plusieurs décisions sont dans les tuyaux et il y a de bonnes raisons pour conduire ces processus à leur terme", a dit le ministre lors d'une rencontre avec l'Etat-major de la marine à New Delhi. C'était le cas du contrat Asraam de MBDA. "Le gouvernement va tout faire pour travailler dans cette direction", avait-il précisé, reconnaissant que "la lenteur du rythme des acquisitions" constituait un motif de préoccupation.

L'Inde est le premier importateur de matériel militaire conventionnel mais plusieurs grands contrats attendent d'être conclus depuis des années, créant d'importants lacunes dans l'équipement de l'armée indienne. Cette dernière a laissé percer son mécontentement devant ces problèmes d'approvisionnement, alors que la situation est tendue à la frontière avec le Pakistan et que la Chine déploie ses ambitions militaires.

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2014 1 07 /07 /juillet /2014 07:50
METEOR firing from Gripen photo Saab

METEOR firing from Gripen photo Saab

 

7 July 2014 Saab

 

Defence and security company Saab and FMV have concluded missile integration firings with Gripen and the MBDA Meteor BVRAAM (Beyond Visual-Range Air-to-Air Missile). These latest firings, conducted earlier this year, further verified missile integration with Gripen and validated seeker performance and missile range. This was the last major trials task required to clear the new missile for operational service on the Gripen C/D multi-role fighter. Full Meteor capability will be delivered as part of Gripen’s latest MS20 (Materiel System 20) combat systems update for the Swedish Air Force. Once MS20 has been cleared for service Sweden, and Gripen, will have the world’s first and only functional Meteor BVRAAM capability.

 

In March 2014 Gripen conducted two airborne launches with MBDA’s ramjet-powered, Meteor very long-range air-to-air missile. These were the final Meteor launches before the missile is cleared for operational service with Gripen. The shots were carried out over consecutive days, on 12 and 13 March, at FMV’s Vidsel Test Range in northern Sweden. Saab performed the trials in cooperation with its customer, the Swedish Defence Materiel Administration (FMV), along with the Meteor supplier team which includes the missile prime contractor MBDA (and Saab).

 

Two Meteors were fired at remotely-controlled targets. The tests demonstrated missile safe separation from the aircraft and datalink functions between the aircraft and missile. The tests also validated missile performance for the customer, FMV.

 

Saab’s previous successful Meteor trials in Sweden had already provided software verification of the Meteor system integration. The March 2014 trials completed the full integration programme for Gripen C/D and MS20. The March firings added significant additional data to Saab’s experience in using the missile with an operational combat aircraft, experience that is unrivalled after years of development and integration trials with the Meteor.

 

The March 2014 trials parameters included firings at both low and high altitude and at speed while the launch aircraft was manoeuvring, as well as demonstrating a long engagement range, engagement of manoeuvring targets, aircraft/missile datalink functionality and missile seeker performance.

 

Since March Saab has supported further Gripen/Meteor trials work in support of the final MS20 standard, including flight qualities testing and carefree handling validation. Delivery of the final MS20 to FMV, and subsequent operational test and evaluation, will be completed by the end of this year.

 

“For Saab Aeronautics it has been a privilege to work together with the Meteor team during the development programme. The integration of this capability for the Swedish Air Force is a first for this kind of BVR missile. Sweden now has a head start in developing strategies to use this capability in air combat”, says Tobias Andersson, Project Manager for the Meteor integration, Saab.

 

Sweden is working with France, Germany, Italy, Spain and the UK to develop and field the Meteor BVRAAM, with MBDA acting as the programme’s prime contractor. The Meteor is a highly advanced, long-range and agile air-to-air weapon that is uniquely designed to counter the most sophisticated airborne threats of the 21st century. Full Meteor integration will be delivered to the Swedish Air Force as part of the MS20 systems update. When MS20 enters service in 2015 Gripen will be the first platform with an operationally effective Meteor capability. At that point Meteor capability also becomes available for other Gripen users. Sweden has signed a contract for delivery of serially-produced Meteor missiles in addition to the integration missiles that were used during trials.

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 16:55
Inauguration de l'suine de démilitarisation à Bourges (crédits G Belan)

Inauguration de l'suine de démilitarisation à Bourges (crédits G Belan)

 

3 juillet, 2014 Guillaume Belan (FOB)

 

La cérémonie d’inauguration d’hier près de Bourges de la nouvelle usine de démilitarisation de MBDA revêt d’importants enjeux, pas seulement pour MBDA, mais pour la souveraineté nationale. Avec ces installations, la France se dote enfin d’une filière qu’elle ne possédait pas : pouvoir démanteler ses armements les plus sensibles, c’est à dire contenant des technologies protégés par le secret défense, un objectif par ailleurs fixé dans la LPM. C’était tout l’enjeu de la demande de la France, qui est passé par l’OTAN pour attribuer à MBDA ce contrat en 2011 :  la démilitarisation de 36 000 munitions complexes, permettant à MBDA de financer en partie ces nouvelles installations. L’industriel qui a gagné ce contrat a dû mettre de sa poche pour se doter de cette nouvelle compétence somme toute naturelle : au total les investissements ont représenté 12 millions d’euros, dont 75% financés par le missilier européen.  Il faut reconnaître que  pour MBDA l’occasion était trop belle pour ne pas s’y engouffrer : étendre son activité missile sur un domaine dans la continuité de ses compétences (fin de vie de ses missiles) et surtout très alléchant: le traitement des éléments pyrotechniques, et pas seulement défense. Que l’on pense à tous les équipements airbag, fusées de détresse, petites munitions diverses… Aujourd’hui MBDA s’offre des installations de retraitement efficaces et modernes pour pouvoir démanteler tous les équipements pyrotechniques. Tandis que la France et ses clients exports peuvent êtres sereins pour la fin de vie en toute sécurité de leurs armements les plus sensibles.

 

Bien que l’inauguration ait été faite hier, les usines fonctionnent déjà depuis un mois, et MBDA va avoir achevé le contrat attribué par la NSPA (Nato Support and Procurement Agency, ex-NAMSA) avant le terme de 2018, fixé par la convention d’Oslo pour le traitement des armes à sous-munitions.

 

Parmi ces 36 000 munitions, MBDA aura démilitarisé 1000 missiles AS30Laser, Super 530 et Magic 2, 14 000 obus Ogre, des petites munitions d’artillerie et 22 000 roquettes LMRS, bien que pour cette dernière, ce soit un sous-traitant italien, spécialisé dans les LMRS et moins cher, qui s’en charge. Contrat donc rempli pour MBDA qui doit impérativement décrocher de nouveaux contrats d’ici l’année prochaine pour faire tourner son usine : « des discussions sont en cours avec d’autres clients, pas seulement militaires » assurait confiant Antoine Bouvier, le PDG de MBDA hier.

 

 

démontage d'un missile (crédits G Belan)

démontage d'un missile (crédits G Belan)

 

Les étapes de la démilitarisation

 

Les installations de MBDA, proches de Bourges, sont toutes neuves et équipées pour assurer le maximum de sécurité, notamment pour l’environnement et sont en mesure de traiter 2500 tonnes par an. Bien que fonctionnant depuis juin, elles sont toujours en processus de qualification qui devrait être achevé à la rentrée estivale. L’usine doit pouvoir démilitariser tous les missiles de sa gamme. Ce processus devra fixer les limites et les cadences que pourront atteindre l’usine. La première étape est le démontage des missiles, soit sa décomposition en sous-ensembles de l’armement. 3 à 4 missiles peuvent être démontés par jour tandis que les éléments électroniques sensibles sont envoyés à un partenaire lyonnais pour être broyés. Ensuite le propulseur, élément le plus sensible du missile (la charge militaire n’est pas traitée par MBDA qui la confie à un partenaire norvégien) est découpé par un jet d’eau haute pression (eau plus abrasifs) en tronçons de 3 kg maximum. A titre d’exemple, un missile Magic est découpé ici en 45 minutes en une dizaine de tronçons. Ces éléments passent ensuite dans une chambre à combustion pour un traitement thermique. A 500° toutes les parties pyrotechniques s’enflamment dans un four sécurisé. Les gaz sont recueillis et traités par un processus chimiques dans un bâtiment réhabilité pour cette fonction. L’ensemble de ce processus est étroitement surveillé par des caméras et capteurs. Et si toutes les capacités ne sont aujourd’hui pas assurées par MBDA qui s’est entouré de partenaires, l’industriel ne s’interdit pas de développer sa nouvelle filière. Avec ces installations, MBDA devient un nouvel opérateur de référence parmi les grands de ce secteur, et surtout le seul en France.

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 17:57
Double tir simultané de missiles pour les frégates réunionnaises

 

1 Juillet 2014 Sources : Marine nationale 

 

Le 24 juin 2014, les frégates de surveillance Floréal et Nivôse, basées à la Réunion, ont réalisé un tir simultané de leurs missiles anti-navires «Mer-mer 38».

 

Ce tir d’entraînement sur cible fictive, effectué dans des conditions réelles, a permis d’entraîner les deux équipages à réaliser une frappe simultanée par saturation sur un même objectif, perpétuant ainsi un savoir-faire complexe.

 

Préalablement, les hélicoptères Panther du Floréal et du Nivôse avaient blanchi une large zone située au large de la Réunion, en prévenant et écartant les bâtiments naviguant à proximité.

 

Le tir a été réalisé tandis que la frégate de surveillance Floréal, revenait de deux mois de mission Atalante de lutte contre la piraterie maritime au large de la Somalie et d’une patrouille de surveillance des zones économiques exclusives des îles Australes françaises dans le canal du Mozambique.

 

Le MM38, d’une portée d’environ 40 km, est un missile fire-and-forget de la classe Exocet de la société MBDA.

 

Tir simultané du FLR et du NVS

Tir simultané du FLR et du NVS

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 16:50
La Pologne choisira entre Eurosam et Raytheon pour sa défense aérienne

Le système SAMP/T de MBDA proposé à la Pologne par le consortium Eurosam - photo MBDA

 

 01/07/2014 par Emmanuel Huberdeau – Air & Cosmos

 

Malgré un budget de la défense limité, la Pologne poursuit son effort de modernisation de ses capacités de défense. Le ministère de la défense a annoncé avoir retenu les offres de Raytheon et Eurosam pour la dernière phase de son programme d'acquisition d'un système de défense aérienne. Les offres de Lockheed Martin (Qui proposait le système Meads) et du gouvernement israélien sont donc rejetées.

Varsovie choisira entre le système Aster-30/SAMP/T du consortium Eurosam comprenant Thales et MBDA et le système Patriot proposé par Raytheon. Le vainqueur devrait être annoncé avant la fin de l'année.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
30 juin 2014 1 30 /06 /juin /2014 18:55
« Latouche-Tréville » et Super-Etendard : concentration des feux

 

30 Juin 2014 Source : Marine Nationale

 

La frégate anti-sous-marine Latouche-Tréville et un Super-Etendard Modernisé (SEM) ont réalisé un tir coordonné de deux missiles Exocet, un MM40 et un AM39, sur une cible CRABBE, le 28 juin 2014. Ce genre de cible possède une signature radar comparable à un bâtiment de surface.

 

Une phase de blanchiment a débuté avec le concours d’avions de patrouille maritime. La cible est mise à l’eau par le Latouche-Tréville.

 

A 14h00, le bâtiment est au poste de combat. Au même moment, le Super-Etendard porteur du SM39 et deux Rafale Marine décollent de Landivisiau pour rallier la zone.

 

A 15h00, la cible ayant été classifiée hostile, le Latouche-Tréville fait feu et le MM40 se dirige vers son objectif, immédiatement suivi du missile AM39 tiré par le SEM. Quelques minutes plus tard, les aéronefs survolent la position de la cible et rendent compte de sa destruction. Mission accomplie !

Partager cet article
Repost0
25 juin 2014 3 25 /06 /juin /2014 07:55
Le MPCV gagne une mission anti-char avec le missile MMP. Photo RP Defense

Le MPCV gagne une mission anti-char avec le missile MMP. Photo RP Defense

 

19 juin, 2014 Frédéric Lert (FOB)

 

Le MPCV (Multi Purpose Combat Vehicle) de MBDA est déjà en production dans sa version défense anti-aérienne (avec missiles Mistral et mitrailleuse de 12,7mm), les premières livraisons ayant eu lieu l’an passé. Depuis 2012, MBDA travaille également à l’étude d’une version anti-char du MPCV qui serait équipé de quatre MMP (Missile à Moyenne Portée), et c’est ce véhicule qui est présenté jusqu’à demain sur le salon Eurosatory. Les missiles sont emportés par paniers de deux munitions de part et d’autre de la tourelle téléopérée, une mitrailleuse lourde complétant la puissance de feu. MBDA travaille également à l’intégration du MMP sur la tourelle biplace T40M de Nexter Systems, dont l’armement principal est le canon de CT40 en calibre 40mm et à munition télescopée.

 

MMP - photo RP Defense

MMP - photo RP Defense


MBDA revient de loin avec le MMP, successeur désigné du Milan et dont le développement a été lancé sur fonds propres en se basant sur les spécifications de l’armée de Terre. En décembre dernier, la DGA donnait officiellement le coup d’envoi du programme avec à la clef un contrat pour le développement et la production de 2850 missiles et 400 postes de tir. Le missile, dit « de cinquième génération » avance avec de nombreux atouts en poche par rapport à la concurrence. A tel point que le MMP est décrit comme un missile « sympa » par les connaisseurs du dossier, MBDA regorgeant d’ailleurs de missiles sympas (la palme revenant en la matière à l’ASMP-A doté d’une tête nucléaire estimée à 300 kilotonnes). La grande qualité  annoncée du MMP est d’être suffisamment modulaire et numérisé pour ouvrir la voie à de nombreuses déclinaisons et applications possibles. Parmi les caractéristiques les plus remarquables de cette munition, on notera aussi l’emploi d’une voie infrarouge non refroidie (utilisation facilité, silence de fonctionnement…) associée à une caméra TV, d’un autodirecteur avec accrochage et ralliement automatique sur la visée du poste de tir, d’une centrale inertielle et d’un guidage par fibre optique avec homme dans la boucle permettant de faire varier la trajectoire. Citons enfin et surtout la capacité de tir en espace confiné, avec toujours une portée maximale d’environ 4000m.

Partager cet article
Repost0
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 17:55
La Mule ROBBOX sur le stand de Nexter à Eurosatory (Crédits G Belan)

La Mule ROBBOX sur le stand de Nexter à Eurosatory (Crédits G Belan)

 

24 juin, 2014 Guillaume Belan

 

Une des grandes tendances du salon Eurosatory 2014 et qui confirme les futurs axes du développement des forces est celle des robots terrestres. Tous les grands industriels du terrestre (ou presque..) s’y mettent, à l’instar d’Iveco (sur lequel nous reviendrons) ou de Nexter en France.

 

On connaît maintenant bien la gamme des Nerva chez l’industriel français : ce petit robot s’est développé en 2 ; 4 et maintenant 6 roues (pour franchir des escaliers, muni d’une chenille). Ce Nerva suscite l’intérêt et s’exporte : Italie, Japon, Hongrie, Espagne, Birmanie en ont acheté des exemplaires pour regarder, tester, réfléchir. Même s’il s’agit de petite quantité « pour voir », le marché est en train de s’éveiller.

 

la famille Nerva de Nexter Robotics (crédits: G Belan)

la famille Nerva de Nexter Robotics (crédits: G Belan)

 

L’autre tendance concerne les robots plus gros, style Mule, qui décharge le fantassin du lourd fardeau qui l’accompagne : armements, munitions, vivre, senseurs et autres systèmes de communication… Nexter ne s’y est pas trompé, et, à la demande d’une demande de l’État Major français, investit et explore le créneau. En partenariat avec la petite entreprise française Sera (aidée par un financement Rapid de la DGA), Nexter a présenté durant le salon Eurosatory sa solution Mule Robbox, un système robotisé de soutien logistique. Pour faire bref, Sera fournit le vehicule et Nexter l’intelligence robotique.

 

D’un poids de 800 kg, le Robbox offre une charge utile de 400 kg. Il est propulsé par deux moteurs (avant/arrière lui offrant une mobilité symétrique) à une vitesse de 45 km/h sur route (90 km/h max) et 30 km/h en tout chemin. Dotée de caméras, GPS, laser à balayage… la plateforme peut servir à différents usages et être déclinée en plusieurs versions : logistique mais aussi contre minage, air défense (présentée sur le stand de MBDA)…

 

En version logistique, deux modes sont d’ors et déjà prévus : décharge d’avion (aller et retour automatisés) et suivi d’un groupe de combat, en soutien. La Mule est là pour transporter le matériel d’une section et la soulager. La difficulté réside ici à ne pas gêner la manœuvre tout en étant proche. La DGA doit évaluer la mobilité du Robbox à la fin de l’année, tandis qu’une évaluation technico-opérationnelle est prévue en 2015.

Le Robbox en version défense aérienen, sur le stand de MBDA à Eurosatory (crédits: G Belan)

Le Robbox en version défense aérienen, sur le stand de MBDA à Eurosatory (crédits: G Belan)

Partager cet article
Repost0
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 11:50
Le démonstrateur MIC2 est optimisé pour deux opérateurs – photo MBDA

Le démonstrateur MIC2 est optimisé pour deux opérateurs – photo MBDA

 

18/06/2014 par Emmanuel Huberdeau – Air & Cosmos

 

En s’appuyant sur son expérience dans le domaine de la défense aérienne, MBDA a développé un démonstrateur d’interface permettant à deux opérateurs de gérer un système complexe de défense aérienne. Ce système baptisé MIC2 (MBDA innovative C2) a été présenté au salon Eurosatory.

 

Le MIC2 cherche à alléger la charge de travail de l’opérateur soumis à un flot toujours croissant d’informations issues d’un grand nombre de senseurs. Le démonstrateur répond également à la demande de différents clients pour des systèmes capables de contrôler plusieures couches de défense aérienne.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 18:30
Stand MBDA

Stand MBDA


22 juin 2014 ambafrance-kw.org

 

Une délégation koweïtienne du ministère de la Défense a assisté à l’ouverture du salon EUROSATORY, le plus grand salon international de la défense et de la sécurité terrestre et aéroterrestre qui s’est tenu à Paris du 16 au 20 juin 2014.

 

Au cours de cette cérémonie d’ouverture qui a eu lieu en présence du ministre français de la Défense, Jean Yves Le Drian, la délégation conduite par le vice chef d’état-major des armées koweïtiennes, le général de corps d’armée Mohamed Khaled El Koudor et composée de sept officiers a rencontré les industriels de l’armement français et étrangers.

 

Ceux-ci ont des entretiens avec les autorités militaires françaises.

 

Reportage photos

stand Nexter Systems

stand Nexter Systems

Partager cet article
Repost0
20 juin 2014 5 20 /06 /juin /2014 16:55
Eurosatory 2014 - JT n° 5 - Vendredi 20 juin

 

20.06.2014 Ministère de la Défense

 

Suivez en direct l'actualité du salon Eurosatory dès 14h, qui se tient à Parc des Expositions de Paris Nord du 16 au 20 juin 2014.

Partager cet article
Repost0
17 juin 2014 2 17 /06 /juin /2014 18:55
photo MBDA

photo MBDA

 

Salon Eurosatory, Paris-Nord Villepinte, Ie 17 juin 2014 Sagem (Safran)

 

Leader européen des systèmes de navigation embarqués, Sagem (Safran) vient de signer avec son partenaire MBDA un nouveau contrat portant sur la fourniture de centrales de navigation SIGMA 20 pour l’équipement des systèmes de combat MPCV(1) destinés au marché export.

Equipement de navigation et de pointage à haute précision, le navigateur SIGMA 20 fait appel à une technologie de rupture en matière de senseurs inertiels, le Gyroscope Résonnant Hémisphérique, ou GRH. Cette technologie brevetée Sagem permet d’offrir des solutions de navigation très compétitives et d’une grande fiabilité.

Se caractérisant par une intégration aisée aux plates-formes de combat, les centrales de navigation Sigma de Sagem sont insensibles au brouillage et permettent l’engagement d’un système d’armes en l’absence de signal GPS, y compris dans les environnements les plus sévères.

En production dans l’établissement de Sagem à Montluçon depuis 2013, la nouvelle centrale de navigation SIGMA 20 vient renforcer le catalogue Sagem de systèmes de navigation et de pointage pour l’artillerie sol-air.

Sur la base de cœurs inertiels à gyrolaser ou de GRH, les centrales de navigation Sigma équipent plus de 40 systèmes d’armes différents dans le monde.

Sagem maîtrise l’ensemble des technologies inertielles (mécanique, laser, fibre optique, vibrant), couvrant tout le spectre des applications de navigation terrestres. Seule société au monde à proposer une gamme complète de systèmes de navigation civils et militaires en France et à l’international, Sagem affiche plus de 60 ans d’expertise et de savoir-faire.

 

A Eurosatory 2014, la centrale Sigma 20 est intégrée aux postes de tir du système MPCV exposé sur le stand de MBDA et sur le stand de Sagem (Hall 2 - F80).

 

(1) Sous maîtrise d’œuvre MBDA, le MPCV ou Multipurpose Combat Vehicle est un système de combat armé de canon ou de missiles pouvant être décliné en version sol-air à courte portée lorsqu’il est équipé de missiles Mistral ou en version combat terrestre, lorsqu’il est équipé de missiles MMP.

****

Sagem, société de haute technologie de Safran, est un leader mondial de solutions et de services en optronique, avionique, électronique et logiciels critiques, pour les marchés civils et de défense. N°1 européen et n°3 mondial des systèmes de navigation inertielle pour les applications aéronautiques, marines et terrestres, Sagem est également n°1 mondial des commandes de vol pour hélicoptères et n°1 européen des systèmes optroniques et des systèmes de drones tactiques. Présents sur tous les continents via le réseau international de Safran, Sagem et ses filiales emploient 7 500 personnes en Europe, en Asie du Sud-est et Amérique du Nord. Sagem est le nom commercial de la société Sagem Défense Sécurité.
Pour plus d’informations : www.sagem.com

Partager cet article
Repost0
17 juin 2014 2 17 /06 /juin /2014 10:47
photo Isabelle-Chapuis  - MBDA

photo Isabelle-Chapuis - MBDA

 

Salon Eurosatory 2014, Paris-Nord Villepinte, le 17 juin 2014 - Sagem

 

Sagem (Safran) vient de signer plusieurs contrats avec son partenaire MBDA, dans le cadre du programme MMP, futur missile moyenne portée (1) destiné au remplacement des missiles anti-char Milan de l’armée de Terre.

Ces contrats portent sur le développement et la production de l’autodirecteur bi-mode du missile et du Boîtier Optronique de Commande (BOC) des postes de tir. Ils prévoient la production d’une première tranche de plus de 1500 autodirecteurs et de 225 boîtiers optroniques à livrer à partir de 2016.

L’autodirecteur du futur missile MMP, développé au sein d’un GIE regroupant Sagem et MBDA, permet l’acquisition et la poursuite des cibles à travers une voie infrarouge non refroidie ou une voie visible. Il intègre une unité de mesure inertielle de conception et de fabrication Sagem, dont les informations alimentent à la fois l’autodirecteur et le missile pour les fonctions de pilotage et navigation.

Le boitier optronique de commande dispose d’un capteur infrarouge bi-champs haute définition doté de traitements d’images évolués, d’une voie vidéo (jour), d’un GPS, d’un compas magnétique, et en option, d’un télémètre laser. A travers cet ensemble de visée, le tireur disposera des images obtenues par les caméras du poste de tir et celles issues de l’autodirecteur du missile.

L’expertise de Sagem en matière d’optronique et de guidage réunie dans le système MMP autorise un engagement à très faible préavis, de jour comme de nuit. Répondant aux nouvelles exigences des forces en opérations, ces équipements optroniques et de guidage contribuent à la flexibilité du MMP avec de nombreux modes d’utilisation possibles : tir et oubli, ré-assignement du missile durant le vol par le tireur en mode « homme dans la boucle », accrochage de l’autodirecteur après tir.

Les boitiers optroniques et l’autodirecteur du MMP seront produits dans l’établissement Sagem de Poitiers et les composants inertiels sur le site de Montluçon.

Ces contrats consolident le partenariat de longue date établi avec MBDA dans le domaine des systèmes d’armes et de missiles, Sagem valorisant l’offre de son partenaire avec des technologies critiques en matière de viseurs, de caméras thermiques, d’imagerie infrarouge, de stabilisation de plates-formes et de navigation inertielle à haute précision. Sagem développe et produit les autodirecteurs infrarouges des missiles de MBDA, parmi lesquels Magic, Mica IR, et Mistral.

A Eurosatory (16 - 20 juin 2014), Sagem est présent dans le Hall 6 - Stand F80.

(1) Le programme MMP (Missile moyenne portée) fait l’objet d’un contrat de développement et de production notifié le 3 décembre 2013 par la Direction générale de l’armement à MBDA. Au titre de la loi de programmation militaire 2014-2019, 175 postes de tir et 450 missiles seront livrés. Le programme prévoit un parc total de 400 postes de tirs terrestres et de 2850 missiles. Sources : Ministère de la défense.

****

Sagem, société de haute technologie de Safran, est un leader mondial de solutions et de services en optronique, avionique, électronique et logiciels critiques, pour les marchés civils et de défense. N°1 européen et n°3 mondial des systèmes de navigation inertielle pour les applications aéronautiques, marines et terrestres, Sagem est également n°1 mondial des commandes de vol pour hélicoptères et n°1 européen des systèmes optroniques et des systèmes de drones tactiques. Présents sur tous les continents via le réseau international de Safran, Sagem et ses filiales emploient 7 500 personnes en Europe, en Asie du Sud-est et Amérique du Nord. Sagem est le nom commercial de la société Sagem Défense Sécurité.
Pour plus d’informations : www.sagem.com

Partager cet article
Repost0
16 juin 2014 1 16 /06 /juin /2014 15:50
MOD Minister announces FASGW(L) contract for Thales

 

Eurosatory, 16th June 2014 - Thales

 

Philip Dunne MP, Minister of Defence Equipment, Support and Technology, today announced that Thales has been awarded a contract worth €56 million (£48 million) from the UK Ministry of Defence (MOD) for the demonstration and manufacture of the Future Anti Surface Guided Weapon (Light) system.

 

The contract covers the development, qualification and integration of the FASGW(L) system – which comprises a five barrel launcher and a laser guidance system – for the Agusta Westland AW159 Wildcat helicopter, and provision of deployable test equipment.

 

FASGW(L) is designed to use Thales’s Lightweight Multirole Missile (LMM). LMM is a precision strike missile that can be fired from a variety of land, sea and airborne tactical platforms. It will provide the Royal Navy with a versatile, rapidly-deployable and highly-effective capability to defeat the threat from small ships and inshore attack craft.

 

The Minister made the announcement during a visit to Thales’s Belfast facility, where both LMM and the FASGW equipment will be manufactured. This significant contract will sustain up to 60 jobs at the site and will provide additional opportunities for the supply chain partners in the UK and overseas.

 

Accompanied by Victor Chavez, CEO of Thales UK, and David Beatty, Vice President of Advanced Weapon Systems for Thales UK, the Minister was given a tour of the Belfast facility and a briefing on the technologies, products and capabilities at the site.

 

Victor Chavez said, “Some 450 of Thales’s 7,500 UK workforce are based at the Belfast site and we are proud that the company is an important source of high-technology and highly-skilled employment in the region. We are delighted with this award of the FASGW(L) contract as it will deliver a leading-edge weapons capability to the Royal Navy to defeat conventional and asymmetric threats.

“Thales’s LMM is the first lightweight missile in the world to be designed to integrate onto tactical air, land and naval platforms and there is much global interest in the capabilities it can deliver. This contract award will provide a great boost for our overseas prospects, as it shows the trust that MOD UK has placed in Thales to deliver this new advanced weapon system”.

“This contract is great news for Thales and Northern Ireland. The 60 jobs sustained represent experts in Advanced Weapons system design and manufacturing, and I am pleased that a similar number of jobs will be sustained throughout the programme’s supply chain.
I want to give the Armed Forces the battle-winning equipment they deserve, and this highly complex weapon system will provide Royal Navy Wildcat helicopters with unparalleled strike capabilities. I take great pride that these missiles are being made in the United Kingdom”

Philip Dunne, Minister of Defence Equipment, Support and Technology.

Partager cet article
Repost0
16 juin 2014 1 16 /06 /juin /2014 10:56
Salon Eurosatory 2014

 

16/06/2014 Ministère de la Défense

 

Eurosatory, le plus grand salon de la Terre, de la défense aérienne-terre et de la sécurité dans le monde, ouvre cette année ses portes du 16 au 20 juin 2014. Cet événement se déroule au Parc des Expositions de Paris Nord Villepinte.

Retrouvez sur cette page l’ensemble des informations concernant notre présence sur le salon et la description de l’ensemble de nos matériels présents sur le stand du ministère de la Défense. La visite virtuelle vous plonge dans l’ambiance du salon et découvrez l’espace Défense, pas à pas.

 

En direct d'Eurosatory

Retrouvez, jour après jour, les actualités et temps fort du salon Eurosatory avec des articles sur le stand du ministère de la Défense et les animations réalisées

Visite virtuelle du stand

Vivez le salon Eurosatory comme si vous y étiez et découvrez les matériels présentés sur le stand du ministère de la Défense en version 3D.

Les matériels présentés

Des moyens de renseignement, de protection ou d’appui de la force  aux dernières innovations de la Direction Générale de l’Armement (DGA), retrouvez l’ensemble de nos matériels.

Informations pratiques

Rejoignez-nous sur Eurosatory

Salon Eurosatory 2014Salon Eurosatory 2014Salon Eurosatory 2014
Salon Eurosatory 2014Salon Eurosatory 2014
Partager cet article
Repost0
13 juin 2014 5 13 /06 /juin /2014 16:50
Régime sec pour l'armement terrestre

 

12 juin 2014 Hassan Meddah - L'Usine Nouvelle n° 3381

 

Le salon Eurosatory, spécialisé sur la Défense terrestre, se déroule du 16 au 20 juin à Paris-Nord Villepinte dans un climat de rigueur budgétaire. Les crédits de la Défense française ont été maintenus de haute lutte par les industriels et les militaires, mais ils ne suffiront pas. Les grands groupes (Nexter, Renault Truck Defense, Airbus group…) et les centaines de sous-traitants et PME doivent de plus en plus aller gagner des marchés à l’export, là où les budgets consacrés à la Défense augmentent pour pouvoir garantir la charge des sites français.

 

Les grands acteurs de l’armement terrestre joueront gros lors du salon Eurosatory, à Villepinte (Seine-Saint-Denis) du 16 au 20 juin. Il leur faudra impérativement séduire les délégations étrangères pour compenser la chute des commandes de l’armée française. "Ailleurs qu’en Europe, certaines régions du monde comme l’Asie et l’Amérique du Sud continuent d’augmenter leurs dépenses militaires et de sécurité. Il y a des opportunités", souligne Christian Mons, le président du Groupement des industries françaises de défense terrestre et aéroterrestre (Gicat).

Une fenêtre de tir à ne pas manquer pour les poids lourds du secteur. Nexter disposera du plus grand stand du salon. Il y présentera son nouveau véhicule Titus, conçu pour l’exportation. De son côté, son rival Renault Trucks Défense (RTD) se prépare à recevoir des dizaines de délégations d’états-majors étrangers. Derrière ces deux puissants acteurs, c’est toute l’industrie française de l’armement terrestre qui se mettra en ordre de bataille, avec des PME spécialisées dans le blindage, les systèmes de ravitaillement mobiles, les rotules de suspension anti-explosifs…

 

L’industrie de défense terrestre
  • 20 700 emplois dont 15 000 dans des PME
  • 5 milliards d’euros de chiffre d’affaires
  • 40% des ventes réalisées à l’exportation
 

Une filière industrielle peu connue du grand public, mais qui emploie pas moins de 20 700 salariés pour un chiffre d’affaires de 5 milliards d’euros. Une filière qui a senti le vent du boulet. Le ministère des Finances avait imaginé récupérer quelques-uns des 190 milliards d’euros prévus par la loi de programmation militaire (LPM) pour la période 2014-2019. Suffisant pour que les patrons des groupes de défense (Airbus, Dassault Aviation, DCNS, MBDA, Nexter, Safran, Thales) montent au créneau, en même temps que les quatre chefs d’état-major des armées. "Chaque milliard d’euros de perdu dans la LPM, c’est à 12 000 à 18 000 emplois menacés. Quand les marchés diminuent, notre responsabilité d’industriel est d’adapter notre outil de production, nos effectifs, nos investissements", explique un industriel. Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a su habilement relayer cette mobilisation auprès de Manuel Valls. Avec de nouvelles coupes budgétaires, "(…) l’armée de terre serait sous-équipée et rapidement dans l’incapacité de satisfaire les nouveaux contrats opérationnels", lui a-t-il écrit dans un courrier daté du 9 mai.

Les industriels subissent le contrecoup de la baisse des dépenses militaires, quasi continue depuis la chute du Mur de Berlin, en 1989. Le programme Scorpion de modernisation de l’armée de terre se fait attendre. Les années qui viennent risquent d’être difficiles pour certaines usines. En première ligne, le centre de production de Nexter à Roanne (Loire), chargé d’assembler les blindés pour le groupe. L’usine livrera les derniers véhicules blindés de combat d’infanterie (VBCI) à la fin de l’année. Les commandes liées au programme Scorpion ne prendront le relais qu’en 2018 au plus tôt. "L’atelier de mécano-soudure n’a plus d’activité. Il est menacé", assure Jean-Pierre Brat, de la CGT. Une centaine de postes d’intérimaires sont dans la balance. À Roanne, on croise les doigts pour que les négociations en cours portant sur l’achat de blindés VBCI et de canons Caesar avec le Qatar, le Liban ou encore le Danemark aboutissent. Dans la filiale Panhard du groupe RTD, les conséquences de la sous-activité se font également ressentir. Les sites de Saint-Germain-Laval (Loire) et de Marolles-en-Hurepoix (Essonne) appliquent déjà des mesures de chômage partiel.

 

Se diversifier pour résister

Rares sont les sites disposant d’une visibilité sur leur plan de charge. La division munitions de Nexter a bénéficié l’an passé d’une commande de l’État pour la production de munitions de gros calibre à hauteur de 175 millions d’euros. De quoi sécuriser jusqu’à la fin de la décennie son usine de Bourges (Cher). Thales s’était vu notifier, en 2012, la première étape du contrat Contact, pour 1 milliard d’euros, afin d’équiper les armées de postes radio de nouvelle génération. 2 000 salariés en bénéficieront, notamment dans les sites franciliens du groupe ainsi que dans ceux de Cholet (Maine-et-Loire) et de Brive (Corrèze).

Mais ailleurs, l’inquiétude domine. Face aux baisses des commandes de l’État, le missilier MBDA a privilégié la charge de ses bureaux d’études plutôt que celle de ses usines. Résultat : quelque 200 personnes auront quitté le groupe d’ici à 2015, sans plan social toutefois. De son côté, Safran, fournisseur de l’équipement high-tech des fantassins baptisé Felin, n’équipera que 18 régiments, au lieu des 22 prévus à l’origine. "Pour les usines de Poitiers (Vienne) et de Fougères (Ille-et-Vilaine), cela peut représenter jusqu’à un tiers de la charge de l’activité", prévient une source syndicale.

Pour réduire la casse, les grands donneurs d’ordres peuvent transférer des commandes et du personnel entre leurs différents sites. Ils cherchent également à se développer dans les activités de maintenance pour le compte de l’armée française. Leurs fournisseurs de plus petite taille n’ont pas cette chance. "Les PME qui réalisent une part significative de leur activité dans la défense sont très fragilisées, car elles n’ont pas les mêmes leviers que les grands donneurs d’ordres pour amortir le choc", reconnaissait, inquiet, Marwan Lahoud, le numéro 2 d’Airbus Goup et président du Conseil des industries de défense françaises (Cidef).

 

Les sites sous pression

 

Régime sec pour l'armement terrestre

Nexter, Renault Trucks Défense et leurs sous-traitants directs sont fragilisés par l’achèvement des commandes de véhicules blindés de combat d’infanterie (VBCI ). Pour amortir le choc, ils peuvent transférer des charges industrielles vers d’autres sites aux activités complémentaires (munitions, maintien en condition opérationnelle). Thales et Sagem peuvent profiter de la dualité de leurs technologies pour cibler d’autres marchés.

 

Pourtant, certaines font preuve d’une résistance étonnante. Par exemple, la PME familiale Ressorts Masselin, installée à Rouen (Seine-Maritime), qui, comme son nom l’indique, est spécialisée dans la fabrication de ressorts techniques. "Aucun client ne pèse plus de 10% de nos ventes. En ce moment, nos activités ferroviaire et aéronautique tirent le groupe", se félicite Olivier Gouriou, le directeur commercial de cette entreprise qui emplois 160 personnes. Quand le fabricant de blindés américain General Dynamics a annulé une commande importante, elle a su absorber le choc.

La société Amefo, qui conçoit des carrosseries de véhicules blindés, à Chambilly (Saône-et-Loire), a aussi joué la carte de la diversification, avec désormais 20% de son chiffre d’affaires réalisés en dehors de la défense. "Pour être crédibles, nous avons passé une certification spécifique pour que nos équipements soient reconnus sur le marché ferroviaire. C’est un investissement de neuf mois", explique son directeur général, Didier Malpel.

 

Des succès liés à l’innovation

Pour éviter la guerre des prix, d’autres acteurs misent sur l’innovation. C’est le cas de Musthane (40 salariés, 7 millions d’euros de chiffre d’affaires), à Willems (Nord), qui fournit des réservoirs de carburant et d’eau aux armées françaises. "Nous sommes montés en valeur ajoutée pour ne pas subir la concurrence chinoise. Nous fournissons désormais le système complet de distribution de carburant, incluant le système de pompe et de filtration", explique Reza Rosier, le directeur général. L’an dernier, Musthane a décroché un contrat de 3 millions d’euros auprès d’un client en Afrique du Nord. Scoma, implanté à La Loupe (Eure-et-Loir), mise aussi sur l’exportation. Cette société, qui emploie 45 personnes, a séduit l’US Army et lui fournit des rotules de suspension pour ses véhicules blindés capables de résister aux explosifs. "Nous réalisons désormais 1 million de dollars par an de chiffre d’affaires sur le marché américain", se félicite Darius Czarnecki, son directeur général. Cette expertise lui a même permis d’être sélectionné pour équiper les 300 véhicules qui ont transporté les sportifs aux JO de Sotchi. À Eurosatory, la PME disposera cette année d’un stand de 21 mètres carrés, contre 9 mètres carrés lors de l’édition précédente, situé juste en face… du pavillon américain. "Avec un drapeau des États-Unis bien en évidence !", prévient Darius Czarnecki. Chacun sa technique de guerre !

 

"L’effet de taille est incontournable"

Régime sec pour l'armement terrestre

 

Jean-Patrick Baillet, directeur général délégué de Nexter Systems

 

Pourquoi avez-vous choisi de vous renforcer dans les munitions en faisant l’acquisition des sociétés Mecar et Simmel du groupe Chemring ?

Notre activité munitions, qui réalise environ 150 millions d’euros de chiffre d’affaires, était vouée à un repli progressif sur des niches, car nous aurions été incapables, vu notre taille et le cash-flow dégagé, de maintenir nos efforts de R & D, en matière de précision et de propreté des munitions notamment. Avec ces acquisitions, le pôle munitions affiche un chiffre d’affaires d’environ 350 millions d’euros et rejoint le groupe des trois grands munitionnaires européens BAE, Namo et Rheinmetall.

 

Êtes-vous favorable à une consolidation dans les blindés ?

Aujourd’hui, deux grands groupes internationaux, General Dynamics et BAE United Defense, dominent l’armement terrestre, avec un chiffre d’affaires supérieur à 3 milliards d’euros. Avec un chiffre d’affaires trois fois inférieur, Nexter ne pourra pas suivre indéfiniment. Soit nous décidons de nous replier pour devenir le champion de telle ou telle niche, soit nous restons un acteur global, et alors, l’effet de taille est incontournable.

 

Quels seraient les avantages d’un rapprochement ?

Il y a des synergies potentielles avec les industriels aux positionnements analogues aux nôtres, comme les allemands Rheinmetall et KraussMaffei ou l’italien Oto Melara. Ils ont le même métier que nous. Les économies d’échelle seraient évidentes. Nous mutualiserions les investissements et nous consoliderions les empreintes commerciales. ??

Partager cet article
Repost0
13 juin 2014 5 13 /06 /juin /2014 13:58
Eurosatory 2014 - Missile MISTRAL

 

13.06.2014 ministeredeladefense

 

Système d'arme sol-air adopté par 26 pays

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories