Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 octobre 2015 2 13 /10 /octobre /2015 16:50
Buk M1 Missiles

Buk M1 Missiles

 

13.10.2015 45eNord.ca (AFP)
 

L’enquête internationale menée par les Pays-Bas a conclu que le vol MH17 avait été abattu par un missile sol-air de type BUK tiré depuis une zone de l’est de l’Ukraine contrôlée par des rebelles prorusses, une version contestée depuis Moscou.

 

Ces conclusions pourraient exacerber les tensions entre l’Occident et Moscou, déjà délétères en raison du conflit dans l’est de l’Ukraine et sur fond de désaccord sur l’implication de la Russie en Syrie.

«C’était un missile BUK qui a touché la partie supérieure gauche du cockpit avec des milliers de fragments», a déclaré Robby Oehlers, un des proches des 298 victimes, après une réunion à La Haye (ouest) lors de laquelle les familles ont été informées, à huis clos, des résultats de l’enquête.

«Ils nous ont montré les fragments qui étaient à l’intérieur de l’avion», a-t-il ajouté, en amont de la présentation officielle à la presse, qui a débuté à partir de 13 h 15 (7 h 15, heure de Montréal) à la base aérienne de Gilze-Rijen.

Quelques heures avant la publication officielle du rapport sur les causes de l’écrasement par le Bureau d’enquête néerlandais pour la sécurité (OVV), le quotidien néerlandais Volkskrant avait lui aussi rapporté la conclusion sur l’utilisation du missile de fabrication russe.

Citant trois sources «ayant contribué à la finalisation du rapport», le Volkskrant assure que ce dernier contient des cartes montrant plusieurs endroits d’où le missile a pu être tiré, tous situés dans une zone contrôlée par les rebelles.

Le Boeing 777 de la Malaysia Airlines avait été abattu le 17 juillet 2014 dans l’est de l’Ukraine alors qu’il reliait Amsterdam à Kuala Lumpur.

«Ils nous ont dit qu’il y avait 0 % de chances que les gens se trouvant à l’intérieur aient eu conscience de ce qui se passait», a précisé M. Oehlers.

«On voyait de la tristesse dans la salle», a-t-il ajouté au sujet de la réaction des proches : «il n’y avait pas un bruit».

 

«Par erreur»

Le rapport doit déterminer les causes de l’écrasement, mais pas qui a «appuyé sur la gâchette», un élément qui relève de l’enquête pénale.

Pourtant, deux des sources citées par le Volkskrant estiment que les éléments contenus dans le rapport vont dans le sens d’une implication russe. «Je soupçonne une aide de la part de militaires russes», a déclaré l’une d’elles.

«Le BUK a de toute façon été développé et produit en Russie, et on peut partir du principe que les rebelles ne savent pas utiliser eux-mêmes un tel appareil», a ajouté la même source.

L’Ukraine et les États-Unis affirment que l’appareil a été abattu par les séparatistes prorusses grâce à un missile sol-air de type BUK fourni par la Russie.

Selon les analystes, les séparatistes auraient abattu le Boeing 777 «par erreur», pensant avoir pris pour cible un avion militaire ukrainien.

Moscou rejette ces accusations et pointe du doigt les forces ukrainiennes.

 

«Choses étranges»

À Moscou, le fabricant des missiles BUK a rejeté, lors d’une conférence de presse mardi, les conclusions de l’OVV, et ce après avoir réalisé «une expérience» consistant à abattre un vieil avion.

Une «expérience en conditions réelles démentait complètement la version des Néerlandais à propos du type de missile utilisé et de l’endroit depuis lequel il a été tiré», a annoncé lors d’une conférence de presse Ian Novikov, le PDG de Almaz-Anteï.

«C’est assez remarquable qu’ils disent ne pas être d’accord avec un rapport qui n’a pas encore été présenté publiquement», a de son côté commenté le directeur de l’OVV Tjibbe Joustra après avoir présenté le rapport, à huis clos donc, aux familles des victimes.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov avait déjà affirmé lundi qu’il existait de «nombreuses choses étranges» au sujet de l’enquête, dont le fait qu’elle n’ait pas été menée par l’Organisation de l’aviation civile internationale.

Outre les causes de l’écrasement, le rapport abordera également la longue attente des familles avant de recevoir une confirmation du décès de leurs proches et le survol de zones de conflit par les lignes commerciales.

Les familles des victimes espèrent que le rapport permettra de maintenir la pression pour arrêter et juger les responsables. Lors de la présentation du rapport devant la presse, elles ont pu également examiner la reconstruction partielle de l’avant de l’appareil.

Partager cet article

Repost0
11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 11:40
MH17 : l’hypothèse d’un tir de missile implicitement confirmée

La dernière position du 777 du vol MH17 donnée par le FDR - Localisation des débris groupée par éléments de l’avion. Photo Dutch Safety Board

 

10 septembre 2014 par Pierre Sparaco - Aerobuzz.fr

 

Avec d’infinies précautions, Duch Safety Board met en évidence, dans son rapport d’étape sur la destruction du 777 de Malaysia Airlines (vol MH17), la présence de nombreuses perforations à l’extérieur du fuselage. Selon les enquêteurs hollandais, l’éparpillement des débris indique que l’avion s’est désintégré en vol.

 

Publié avec un retard de plusieurs semaines, le rapport d’étape hollandais consacré à la catastrophe du 17 juillet du vol MH 17 de Malaysia Airlines se veut factuel, au point de laisser les experts sur leur faim. Il est vrai que ce n’est pas un accident « ordinaire », le Boeing 777-200 immatriculé 9M-MRD ayant été abattu en plein vol au-dessus de l’Ukraine. Désormais, le doute n’est plus permis mais la lumière n’est pas entièrement faite pour autant. L’enquête a été confiée à l’Onderzoeksraad voor Veilingheid, Duch Safety Board en anglais, dont le siège est établi à La Haye.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
10 septembre 2014 3 10 /09 /septembre /2014 11:40
BUK M1 missiles

BUK M1 missiles

 

September 9, 2014: Strategy Page

 

It turns out that very detailed, and workable, “how to” instructions on how to operate a Russian Buk anti-aircraft missile system are available on the Internet. This discovery came about because on July 17th pro-Russian rebels shot down a Malaysian airliner that was passing over Ukraine. The official Russian line was that the destruction of the Malaysian airliner was all a CIA plot to discredit Russia and justify NATO expansion and that the rebels did not have people competent to operate the Buk. But satellite photos showed a BUK vehicle hastily moving towards the Russian border after the 17th, with two of its four missiles missing. Ukraine also captured radio traffic featuring rebels talking about shooting down a Ukrainian transport on the 17th.

 

There was no evidence that Russia ordered the airliner shot down. The rebels who fired the missiles appear to have believed they were firing at another Ukrainian military aircraft. One of those (an An-26) had been shot down in June by the rebels using Buk. Ukraine did later record some rebel radio chatter of the “oops” variety when the rebels realized that an airliner carrying 298 people had been brought down rather than another An-26. That was obvious when the wreckage, which fell into a rebel controlled area of Donbas, was examined by rebel gunmen.  

 

Russia claimed a Ukrainian fighter shot down the airliner, which may be why the rebels kept international investigators away from the crash site for so long. Russian aviation experts knew that when the wreckage was carefully examined parts of the missile that brought down the airliner would be found and identified. Photos of the wreckage soon appeared showing damage characteristic of what a 9&<052;38 BUK missile warhead would inflict. The 9&<052;38 has 1 70 kg (154 kg) warhead and a proximity fuze that detonates the warhead close to the target and sprays the target with a unique form of metal fragments

 

Western intelligence services believe the Buk M1 anti-aircraft vehicle that fired the two missiles was one of the 60 BUK self-propelled systems Ukraine was known to own. It was believed that some of these were captured by the rebels in Donbas and put to use with the help of Russian experts. Later it was found that instructions could be downloaded from the Internet. The catch here was that while these instructions allowed anyone with access to the equipment, and willing to spend a few hours learning the drill (what buttons to push and when) could actually use the radar and fire control system to fire the missile so that it would bring down an aircraft within range. Normally it takes over two months of formal training for a Buk operator. But the formal course also teaches useful things like how to tell a civilian airliner from a military transport. Faster isn’t always cheaper.

Partager cet article

Repost0
6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 07:40
Les recherches s'intensifient sur le crash du MH17... entre les combats

 

03/08/2014 latribune.fr

 

70 spécialistes des polices néerlandaise et australienne sont à l'oeuvre depuis vendredi. Ils ont pu retrouver des restes des victimes. Ils doivent être rejoints dans les jours qui viennent par leurs collègues malaisiens et intensifier leurs recherches.

 

Les experts internationaux doivent reprendre ce dimanche leurs recherches concernant les restes des victimes du crash du vol MH17. Environ 70 spécialistes des polices néerlandaise et australienne, dont la mission a été reprise puis repoussé à de nombreuses reprises, sont à l'oeuvre depuis vendredi en zone rebelle. Vendredi et samedi, ils ont pu retrouver des restes humains des victimes et des effets leur appartenant. Ceux-ci doivent être rapportés ensuite à Kharkiv, en territoire contrôlé par Kiev plus au nord, avant d'être rapatriés aux Pays-Bas en vue d'être identifiés. Plus de 200 cercueils ont déjà été rapatriés dans les jours suivant la catastrophe, comme les boîtes noires.

Le travail minutieux, entrepris avec l'aide de chiens renifleurs dans la campagne ukrainienne sous la surveillance d'insurgés armés, s'annonce complexe, plus de deux semaines après la catastrophe du 17 juillet qui a conduit à une flambée des tensions internationales. Kiev accuse les insurgés pro-russes d'avoir abattu le Boeing de la Malaysia Airlines, qui transportait 298 passagers dont 193 Néerlandais, avec un missile fourni par Moscou.

 

Tirs à proximité de la zone

L'état-major ukrainien a indiqué que ses positions avaient subi plusieurs attaques dans la nuit de samedi à dimanche aux lance-roquettes Grad, une arme imprécise qui frappe de vastes zones. Elles ont aussi été visées, selon la même source, par de nouveaux tirs d'artillerie tirés depuis le territoire de la Russie.

A Lougansk, trois civils sont morts dans les combats en vingt-quatre heures, affirme ce dimanche la mairie, qui avait la veille averti d'une situation "au bord d'une catastrophe humanitaire". Dans cette ville de 500.000 habitants avant les hostilités, l'eau et l'électricité sont coupées, les communications sont très perturbées et les approvisionnements extérieurs en nourriture et carburants quasi-impossibles.

L'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE) a fait état samedi soir, sur la foi de témoignages de réfugiés ayant quitté la ville, "de bombardements à l'artillerie lourde". "La plupart des magasins sont fermés et les gens commencent à manquer de nourriture", a-t-elle rapporté. Selon l'organisation, les bombardements s'intensifient en outre aux abords de Donetsk, la plus grande ville de cette région industrielle et principal fief des rebelles qui y ont proclamé une "République populaire".

Autour du site du crash, forces ukrainiennes et rebelles se sont engagées à un cessez-le-feu. Mais on entend régulièrement des explosions. Si les principales recherches engagées par les experts ont pu se poursuivre samedi, une petite équipe, qui s'était rendue dans une autre partie du site à la recherche d'une partie du fuselage du Boeing, a préféré rebrousser chemin, les tirs à l'arme lourde semblant se rapprocher. Les enquêteurs néerlandais et australiens doivent être rejoints dans les jours qui viennent par leurs collègues malaisiens afin d'intensifier les recherches, qui prendront plusieurs semaines.

 

Les Occidentaux maintiennent la pression

Les Européens, jusque là divisés et réticents à frapper un important partenaire commercial comme la Russie, ont adopté, à l'image des Etats-Unis, des sanctions sans précédent depuis la Guerre froide. Elles réduisent notamment l'accès des marchés financiers européens aux principales banques publiques russes, au risque de réduire leur capacité à financer une économie au bord de la récession.

A Washington, Barack Obama a dénoncé lors d'un entretien téléphonique vendredi avec Vladimir Poutine un soutien encore accru de Moscou aux séparatistes. Le Premier ministre britannique David Cameron a de son côté estimé samedi que l'Otan devait repenser sa relation à long terme avec la Russie et renforcer sa capacité à réagir rapidement à toute menace.

Selon des experts russes, le Kremlin peut difficilement reculer dans la crise ukrainienne face à une opinion galvanisée depuis le rattachement de la péninsule de  Crimée en mars, moins d'un mois après l'arrivée au pouvoir d'un gouvernement pro-occidental à Kiev.

Partager cet article

Repost0
20 juillet 2014 7 20 /07 /juillet /2014 11:40
Buk, ce redoutable missile accusé d'avoir abattu le Boeing de Malaysia

 

18-07-2014 Par Vincent Lamigeon

 

Même si le conditionnel s'impose encore, il est probable que des séparatistes ukrainiens détenant ce missile russe de défense antiaérienne soient à l'origine de la catastrophe du vol MH17.

 

C’est désormais une quasi-certitude : le vol MH17 de Malaysia Airlines a bien été abattu par un missile sol-air de conception russe. Selon le Wall Street Journal, les services de renseignement américains ont également confirmé, grâce à des analyses satellites, un tir de missile dans cette zone ultra-surveillée par les forces de l’OTAN. Les satellites peuvent identifier le tir d’un engin grâce à un détecteur infrarouge, et les suivre ensuite grâce à un système radar. L’étendue de la zone de débris cadre bien également avec un appareil détruit en plein vol.

Quel missile a pu détruire l’avion ? Une chose est sûre : l’appareil n’a pas pu être atteint par un système de type manpads (Man-portable air-defense systems), comme les fameux Stinger utilisés par les moudjahidines en Afghanistan contre les hélicoptères soviétiques, avec un succès certain. "Ces armements ne peuvent atteindre des cibles au-delà de 4.000 mètres d’altitude", explique un industriel des missiles à Challenges. Le 777-200 n’a donc pu être touché que par un système sol-air de défense antiaérienne sophistiqué. Le SA-17, de conception russe, apparaît comme le principal suspect aux yeux des spécialistes.

 

Une portée de 45 kilomètres

Aussi appelé Buk M2, le SA-17 est une arme redoutable. D’une portée de 45km, il peut atteindre une cible à 25.000 mètres d’altitude, ce qui lui permet de toucher aisément un appareil civil en altitude de croisière (33.000 pieds pour le MH17, soit 10.000 mètres). Sa vitesse -plus de Mach 3- ne laisse aucune chance à un avion civil. "Un chasseur pourrait détecter et tenter d’éviter le missile, grâce à des contremesures et des manœuvres d’évitement, explique un expert. Un avion civil ne peut pas savoir qu’il est verrouillé, et n’a pas les capacités de s’échapper." L’équipage d’un avion civil ciblé par un tel système n’aurait même probablement pas le temps de voir le missile, qui arrive par-dessous ou par derrière.

Dans le détail, à l’image des autres armements sol-air (l’Aster de MBDA, ou le Patriot de l’américain Raytheon) le système SA-17 consiste en trois équipements distincts: un radar, d’une portée de 120km, qui détecte la cible; un centre de commandement, qui réceptionne l’information et prend la décision d’engager la cible; et une batterie de quatre missiles, montée sur un châssis chenillé, d’où une grande mobilité du système. "Après détection de la cible, un radar de poursuite permet de calculer sa trajectoire, et le missile se guide en phase finale grâce à son autodirecteur électromagnétique", explique un industriel des missiles. La fiabilité est estimée à 90%, chiffre sujet à caution vu le flou qui entoure traditionnellement les performances des missiles.

 

Le scénario de la confusion ne tient pas

Plusieurs informations publiées sur Twitter, non vérifiées, font état de système SA-17 récupérés par les séparatistes pro-russes, certaines photos les montrant même dans un environnement urbain. Mais ces combattants ont-ils les compétences techniques pour utiliser cet armement sophistiqué ? "La manipulation d’un Buk n’est pas à la portée du premier pied nickelé venu, souligne un spécialiste. Il faut des opérateurs formés par une armée régulière." Les tireurs pourraient ainsi être des anciens de l’armée ukrainienne passés du côté des séparatistes, ou des pro-russes formés par l’armée russe elle-même. Il convient tout de même d’être extrêmement prudent en l’absence de sources fiables.

L’avion de Malaysia Airlines a-t-il pu être confondu avec un appareil militaire? Un spécialiste du secteur interrogé par Challenges n’y croit pas une seconde, assurant que le tir est "très probablement volontaire". "Un 777 n’a pas la signature radar d’un Antonov", assure-t-il. D’autre part, les avions sont équipés de transpondeurs qui permettent de les identifier. Même le grand public peut savoir quel type d’avion passe au-dessus de lui, grâce à des sites comme FlightRadar24, qui ont suivi le MH17 jusqu’au crash.

 

Autre hypothèse possible

Certains spécialistes évoquent un tir qui aurait pu être décidé par les seuls opérateurs de la rampe de lancement. "Dans un engagement normal, les trois équipements du système [radar, centre de commandement, rampes de lancement] opèrent ensemble, comme un système d’armes intégré, et l’équipage du centre de commandement a une bonne vision de l’activité aérienne du secteur, écrit Doug Richardson, spécialiste chez IHS Jane's Missiles&Rockets. Cependant, un lanceur Buk peut aussi opérer en solitaire, et engager une cible présente dans son champ radar."

Le système a alors une capacité d’identification limitée. "Bien qu’il ait son propre système d’identification «ami ou ennemi», celui-ci est seulement capable d’établir si la cible est un appareil allié, explique Doug Richardson. C’est l’équivalent électronique d’une sentinelle qui demande: «Qui va là ?». Faute de réponse, tout ce que vous savez est que la cible n’est pas un de vos avions de combat. Le système ne vous avertit pas que vous ciblez un avion de ligne."

Partager cet article

Repost0
18 juillet 2014 5 18 /07 /juillet /2014 16:40
Malaysia Airlines: le Conseil de Sécurité de l'ONU réclame une enquête &quot;indépendante&quot;


18.07.2014 LaTribune.fr
 

Le Boeing de Malaysia Airlines qui s'est écrasé jeudi 17 juillet en Ukraine avec 298 personnes à bord fait l'objet d'intenses échanges diplomatiques. Et pour cause: probablement abattu par un missile sol-air, l'avion survolait une zone de conflit à l'Est du pays. Les autorités de Kiev et les séparatistes pro-russes s'accusent l'un et l'autre d'être à l'origine du tir supposé qui aurait causé le crash. Voici, au fil de la journée, les principales annonces et commentaires concernant cette catastrophe.

 

  • L'ONU souhaite une enquête internationale "indépendante"

Le Conseil de sécurité des Nations unies a réclamé vendredi une enquête internationale "exhaustive, minutieuse et indépendante" sur la destruction du Boeing de la Malaysia Airlines. Dans une déclaration adoptée par consensus, il demande à toutes les parties de garantir aux enquêteurs un accès libre au site de l'accident et exige que les responsabilités soient établies.

Le court texte a été rédigé dès jeudi par la Grande-Bretagne, en vue d'une adoption dans la foulée, mais la Russie a requis du temps pour l'examiner avant de l'accepter.

 

  • L'avion "fonctionnait normalement" selon Malaysia Airlines

La compagnie aérienne malaisienne a déclaré lors d'une conférence de presse à l'aéroport d'Amsterdam-Schipholque que le Boeing 777 n'avait rencontré aucun problème et "fonctionnait normalement" au moment où le contact a été perdu.

 "La dernière vérification technique avait été effectuée le 11 juillet et cet avion, qui a un carnet d'entretien en ordre, a volé pendant 17 ans." 

 

  • Très atteints, les Pays-Bas envoient des enquêteurs 

Le MH17 de Malaysia Airlines a, "sur la base d'informations nos services, probablement été abattu", a déclaré le ministre néerlandais de la Justice Ivon Opstelten lors d'une conférence de presse tenue à la Haye.

Particulièrement touchés par cette tragédie (sur les 298 personnes à bord de l'avion, 189 étaient de nationalité néerlandaise), le Pays-Bas ont annoncé l'envoi d'une équipe sur place pour participer à l'enquête, "aussi vite que possible".

Les Pays-Bas sont soutenus dans cette démarche par l'Espagne. Le chef du gouvernement Mariano Rajoy s'est en effet prononcé en faveur "d'une enquête indépendante" pour déterminer les auteurs de "la monstruosité" perpétrée contre l'avion de la Malaysian Airlines. 

 

  • Moscou menace de répliquer en cas de tirs ukrainiens sur son territoire

La Russie répliquera en cas de tirs ukrainiens délibérés sur son territoire, a déclaré vendredi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

"Nous avons déjà averti que si cela continuait, nous prendrions les mesures qui s'imposent. Au minimum, s'il est clair que cela a été fait de manière délibérée, je suis convaincu qu'il nous faut détruire le point à l'origine du tir", a indiqué Sergueï Lavrov qui s'exprimait à la télévision Rossia 24.

 

  • Angela Merkel pointe Moscou du doigt et appelle à une solution politique

Selon la chef du gouvernement allemand, il y a de bonnes raisons de penser que le Boeing 777, qui faisait la liaison entre Amsterdam et Kuala Lumpur, a été abattu, auquel cas les responsables devront être jugés.

"Nous devons entamer une enquête indépendante aussi vite que possible. Pour cela, un cessez-le-feu est indispensable et il est important que les responsables soient traduits en justice", a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse à Berlin.

"Ces événements ont une nouvelle fois prouvé que ce qu'il faut, c'est une solution politique et que, par-dessus tout, la Russie est aussi responsable de ce qui se passe en Ukraine en ce moment", a ajouté Angela Merkel.

Elle a précisé qu'elle lançait "un appel très clair au président et au gouvernement russes pour qu'ils aident à trouver une solution politique".

 

  • Le système de missiles ukrainiens était actif le jour du crash selon Moscou

Le système de missiles ukrainiens était actif jeudi, le jour du crash de l'avion malaisien, qui transportait près de 300 personnes, dans l'est de l'Ukraine, a indiqué vendredi le service de presse du ministère russe de la Défense.

"Les moyens de détection radio russes ont enregistré le 17 juillet une activité au niveau de la station radar Koupol, travaillant en liaison avec les systèmes de missiles Bouk-M1", a indiqué le ministère, cité par les agences russes, ajoutant que cette station radar se situait non loin du lieu du crash.

 

  • Les pro-russes avaient bien des missiles Buk selon Itar-Tass

Les forces pro-russes ont affirmé ne pas avoir de missiles Buk, le modèle qui a été tiré sur l'avion de Malaysian Airlines. Pourtant, le 29 juin dernier, l'agence Itar-Tass avait rapporté la prise de contrôle de systèmes de défenses par missiles Buk par les forces d'auto-défense de la République Populaire de Donetsk. L'agence tenait cette information du service de presse de la République Populaire de Donetsk.

 

  • "Les Russes sont allés trop loin" pour le Premier ministre ukrainien

Les responsables du tir contre l'avion malaisien abattu jeudi dans l'Est de l'Ukraine doivent être jugés devant la Cour pénale internationale de La Haye, a déclaré vendredi le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk en accusant les Russes de ce "crime international".

"Les Russes sont allés trop loin. C'est un crime international dont les responsables doivent être jugés à La Haye", a-t-il déclaré, selon l'agence Interfax-Ukraine.

 

  • Poutine souhaite une "enquête impartiale"

Après Barack Obama, c'est le président russe, Vladimir Poutine qui a téléphoné au Premier ministre néerlandais Mark Rutte. Il a dit souhaiter une enquête "minutieuse et impartiale" sur le crash de cet avion qui partait d'Amsterdam. Dans un communiqué publié par le Kremlin à la suite de cet appel, le président russe 

"a souligné que cette tragédie mettait en lumière une nouvelle fois le besoin de trouver le plus vite possible un règlement pacifique à la grave crise en Ukraine."

 

  • Canberra critique le Kremlin

De son côté, le Premier ministre australien, Tony Abbott, juge "profondément insatisfaisante" la réponse de la Russie à cette crise. Selon lui, la première réaction côté russe a consisté à blâmer Kiev. Il a affirmé:

"L'idée que la Russie puisse d'une manière ou d'une autre dire que tout cela n'a rien à voir avec eux parce que cela s'est produit dans l'espace aérien ukrainien ne résiste franchement pas à un examen sérieux."

Le chef du gouvernement australien a par ailleurs jugé qu'il ne s'agissait "pas d'un accident mais d'un crime" avant d'appeler au lancement d'une enquête internationale impartiale. 

Vingt-sept ressortissants australiens feraient partie des disparus selon des propos de la ministre australienne des Affaires étrangères, Julie Bishop, rapportés par la presse du pays. 

 

  • Kiev ferme l'espace aérien à l'Est

Le ministère ukrainien des Infrastructures interdit les vols au-dessus des régions de Donetsk et de Louhansk. L'espace est partiellement fermé au dessus de la région de Kharkov. 

Dès jeudi soir, le secrétaire d'Etat français aux Transports, Frédéric Cuvillier, a prié officiellement les compagnies françaises d'éviter le survol de la zone. 

Le couloir aérien avait été déclaré sûr avant cette catastrophe par l'Association internationale du transport aérien qui dépend de l'ONU. Toutefois, une note de  la Federal Aviation Administration (FAA) américaine datant du 23 avril, mettait en garde les compagnies à propos du survol de Simféropol en Crimée. 

 

  • Une boîte noire retrouvée?

Un boîtier aurait été retrouvé ce vendredi matin dans les décombres de l'avion, selon l'AFP qui cite des secouristes. Mais les informations qu'il contient risquent de ne pas fournir de renseignements sur l'origine du missile supposé qui aurait abattu l'avion. 

 

  • Paris attend la liste des passagers

"On n'a pas encore la liste complète des passagers. En principe, la compagnie aérienne doit fournir la liste complète, ce qui n'est pas le cas", a indiqué la députée socialiste Elisabeth Guigou ce vendredi matin sur RMC. Selon un dernier décompte fourni par Malaysia Airlines vendredi matin, l'avion transportait 154 Néerlandais, 43 Malaisiens (dont 15 membres d'équipage), 27 Australiens, 12 Indonésiens, 9 Britanniques, 4 Allemands, 5 Belges, 3 Philippins, un Canadien.

La présence de passagers français à bord du Boeing 777 reste possible mais n'est toujours pas confirmée, a déclaré vendredi le ministre français des Transports, Frédéric Cuvillier, qui a ajouté:

"Trente-quatre passagers sont toujours sans nationalité confirmée. Donc il est possible que parmi ces personnes il puisse y avoir des Français"

Frédéric Cuvillier a par ailleurs estimé que les éléments semblaient converger vers le scénario selon lequel un missile sol-air aurait abattu cet avion qui reliait Amsterdam à Kuala Lumpur.

 

  • Les séparatistes promettent de laisser le passage

Les séparatistes ukrainiens ont accepté de coopérer à l'enquête sur la destruction de l'avion de Malaysia Airlines et de garantir la libre circulation et la sécurité des experts qui en seront chargés, a annoncé l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) après une téléconférence avec leurs représentants et des responsables russes et ukrainiens. 

 

  • Obama appelle au cessez-le feu

Washington est prêt à fournir "de l'aide immédiate en faveur d'une enquête internationale rapide, complète, crédible et sans entraves" en Ukraine, a assuré le Président américain. Pour cela, les Etats-Unis appellent "toutes les parties concernées - la Russie, les séparatistes prorusses et l'Ukraine - à un cessez-le-feu immédiat", a fait savoir la Maison Blanche ce vendredi. 

>>  "Toutes les preuves doivent rester sur le lieu du crash" exige Obama 

Jeudi soir, l'aviation civile américaine a interdit aux compagnies des Etats-Unis de survoler l'est de l'Ukraine. 

 

  • Onu: le Conseil de sécurité se réunit

Le Conseil de sécurité de l'Onu se réunira vendredi pour une séance extraordinaire sur la situation en Ukraine qui devrait donner lieu à l'adoption d'une déclaration réclamant "une enquête internationale exhaustive et indépendante" sur la destruction du Boeing de Malaysia Airlines.

 

  • Malaysia dévisse en Bourse

 L'action de la compagnie aérienne Malaysia Airlines a plongé de plus de 15% vendredi à l'ouverture de la Bourse de Kuala Lumpur. Elle est descendue jusqu'à 0,185 ringgit en matinée, soit une chute de 17,8% par rapport à la clôture de la veille, avant de se redresser pour perdre 13% en milieu de matinée. 

"Dans l'histoire de l'aviation, il n'y a jamais eu une compagnie qui traverse deux catastrophes en l'espace de quatre mois. On ne peut donc pas s'appuyer sur le passé pour imaginer qu'elle puisse s'en sortir", a déclaré Mohshin Aziz, analyste chez Maybank Investment Bank, à l'agence Dow Jones Newswires.

Partager cet article

Repost0
18 juillet 2014 5 18 /07 /juillet /2014 16:40
L'Ukraine demande l'aide militaire internationale

 

KIEV, 18 juillet - RIA Novosti

 

Le président de la Rada suprême (parlement) d'Ukraine Alexandre Tourtchinov a appelé vendredi la communauté internationale à accorder une aide militaire à l'armée ukrainienne qui mène une opération spéciale dans l'est du pays.

 

"Il est temps de mettre fin à l'agression. Il est temps que le monde civilisé aide l'Ukraine à détruire les terroristes où qu'ils se trouvent en lui livrant des armes et matériels de guerre modernes", a indiqué M.Tourchinov cité par son service de presse.

 

Les dispositifs modernes de détection des cibles militaires et des armes de haute précision "auraient pu prévenir la chute du Boeing et de sauver les vies de nombreux Ukrainiens", a ajouté le président du parlement ukrainien.

 

Un Boeing 777 de Malaysia Airlines effectuant un vol d'Amsterdam à Kuala Lumpur (Malaisie) s'est écrasé jeudi dans la région de Donetsk. Les 298 personnes qui se trouvaient à bord de l'avion dont 85 enfants ont trouvé la mort dans le crash.

 

Les autorités de Kiev ont immédiatement accusé les forces d'autodéfense populaire des régions de Donetsk et Lougansk d'être à l'origine du crash, mais les insurgés ont déclaré en réponse qu'ils ne disposaient pas de systèmes capables d'abattre un avion qui volait à 10 km d'altitude.

Partager cet article

Repost0
18 juillet 2014 5 18 /07 /juillet /2014 16:40
Crash en Ukraine: les avions-radars de l'Otan n'ont pas fixé la chute

 

BRUXELLES, 18 juillet - RIA Novosti

 

Les avions-radars Awacs de l'Otan se trouvaient loin des lieux de la chute du Boeing 777 malaisien, si bien qu'il est peu probable qu'ils aient fixé le crash, a annoncé vendredi à RIA Novosti un représentant de l'Alliance.

 

"Deux avions-radars Awacs de l'Otan patrouillaient le ciel de la Pologne et de la Roumanie au moment où l'incident s'est produit. Toutefois, compte tenu de la distance séparant leur trajet de la zone de la chute de l'appareil de Malaysian Airlines, nous ne nous attendons pas à ce que le crash ait été capté par nos appareils", a expliqué l'interlocuteur de l'agence.

 

Le Boeing 777 de Malaysia Airlines reliant Amsterdam à Kuala Lumpur avec 283 passagers et 15 membres d'équipage s'est écrasé jeudi à Snejnoïe, dans la région de Donetsk, théâtre d'intenses combats entre troupes gouvernementales ukrainiennes et forces d'autodéfense. Il n'y a pas de survivants.

 

Les autorités de Kiev ont immédiatement accusé les forces d'autodéfense d'être à l'origine du crash, mais les insurgés ont déclaré en réponse qu'ils ne disposaient pas de systèmes capables d'abattre un avion à cette altitude.

Partager cet article

Repost0
18 juillet 2014 5 18 /07 /juillet /2014 16:12
Batterie de Bouk-M1

Batterie de Bouk-M1

 

18.07.2014 Ria Novisti
 

Le ministère russe de la Défense a enregistré le fonctionnement d'un radar ukrainien le jour du crash du Boeing malaisien et déterminé les localités ukrainiennes depuis lesquelles l'avion de ligne aurait pu être abattu, a annoncé vendredi le ministère dans un communiqué.

"Le 17 juillet, les systèmes de radiodétection russes ont enregistré le fonctionnement du radar Koupol d'une batterie de Bouk-M1 déployée près du village de Styla (30 km au sud de Donetsk)", lit-on dans le communiqué.

"Les caractéristiques techniques des Bouk-M1 permettent de procéder à un échange d'informations sur les cibles aériennes entre toutes les batteries d'une même division. Cela signifie que le missile aurait pu être tiré par chacune des batteries déployées à Avdeïevka (8 km au nord de Donetsk) ou à Grouzsko-Zorianskoïe (25 km à l'est de Donetsk)", précise le ministère russe de la Défense.

Un Boeing 777 de Malaysia Airlines reliant Amsterdam à Kuala Lumpur avec 283 passagers et 15 membres d'équipage s'est écrasé jeudi à Snejnoïe, dans la région de Donetsk, théâtre d'intenses combats entre troupes gouvernementales ukrainiennes et forces d'autodéfense. Il n'y a pas de survivants.

L'avion volait à 10.000 mètres d'altitude. Les autorités de Kiev ont immédiatement accusé les forces d'autodéfense d'être à l'origine du crash, mais les insurgés ont déclaré en réponse qu'ils ne disposaient pas de systèmes capables d'abattre un avion à cette altitude.

Partager cet article

Repost0
18 juillet 2014 5 18 /07 /juillet /2014 16:05
Le système de missiles ukrainiens était actif le jour du crash de l'avion malaisien

 

18 juillet 2014 Romandie.com (AFP)

 

Moscou - Le système de missiles ukrainiens était actif jeudi, le jour du crash de l'avion malaisien, qui transportait près de 300 personnes, dans l'est de l'Ukraine, a indiqué vendredi le service de presse du ministère de la Défense.

Les moyens de détection radio russes ont enregistré le 17 juillet une activité au niveau de la station radar Koupol, travaillant en liaison avec les systèmes de missiles Bouk-M1, a indiqué le ministère, cité par les agences russes.

Selon le ministère, cette station radar se trouvait à une trentaine de kilomètres de Donetsk, grande ville de l'est ukrainien, située non loin du lieu du crash, dans une zone où des combats opposent les forces loyalistes aux rebelles prorusses.

Par ailleurs, les particularités techniques du Bouk-M1 lui permettent d'échanger des informations sur les objectifs aériens avec les autres éléments d'un même système, ajoute cette même source.

Dès lors, des tirs de missiles peuvent être effectués de plusieurs endroits.

Le ministère ne précise cependant pas si des tirs ont concrètement eu lieu.

Après le drame, les autorités de Kiev et les rebelles se sont aussitôt accusés réciproquement d'être à l'origine d'un éventuel tir de missile, sans qu'aucun élément matériel ne permette d'en attribuer solidement la responsabilité à l'une parties en conflit.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories