Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 11:30
Elbit offers cockpit upgrade for aged Hercules

10 Jun 2013 By Arie Egozi - FG

 

Tel Aviv - Elbit Systems has developed a cockpit upgrade package for the Lockheed Martin C-130H, describing its C-Suite Tactical design as enabling customers to meet demanding conditions in low-altitude operating environments.

 

By integrating aircraft sensors and systems, pilots are able to see real-time flight information projected on a head-up, head-down or helmet-mounted display, resulting in greater situational awareness and enhanced safety, Elbit says.

 

Key elements of the full upgrade package include a Northrop Grumman APN-241 terrain following/terrain avoidance system; a terrain awareness and warning system; and enhanced and synthetic vision systems (SVS). This combination, along with real-time reference to a digital terrain elevation database, enables accurate low-level flight in any condition and regardless of terrain or the presence of man-made obstacles, says Gil Russo, a senior director at Elbit's aerospace division.

 

The SVS, meanwhile, shows a 3-D synthetic image of the external environment on a flight display.

 

Elbit was recently awarded a contract by the Israeli defence ministry to upgrade the Israeli air force's C-130H transports. The modernisation project will extend the operational life of the aircraft and significantly improve their operational capability, particularly during precision flying, low-level night flight and operations in adverse weather conditions.

 

The effort will replace obsolete analogue cockpit systems, which have become unreliable and costly to maintain after four decades of intensive service.

Partager cet article
Repost0
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 07:30
Liban : inspection du chef conduite du CPCO

12/06/2013 Sources : EMA

 

Les 10 et 11 juin 2013, une délégation du centre de planification et de conduite des opérations (CPCO) s’est rendue au Liban pour inspecter les militaires français engagés au sein de la Force intérimaire des Nations-Unies au Liban (FINUL).

 

Le général Bréthous, chef conduite au CPCO, a été accueilli à Naqurah par le général Hugues Delort-Laval. Il a rencontré les militaires français insérés au sein de l’état-major de la FINUL. Il a ensuite rendu visite à la Force Commander Reserve (FCR) située à Dayr Kifa, au cœur de la zone des opérations.

 

Accompagné du colonel Christophe Baudouin, chef de corps du mandat DAMAN XIX et du général Delort-Laval, le général Bréthous a assisté à un point de situation sur l’organisation de la FCR. A cette occasion, il lui a été présenté l’ensemble des moyens dont dispose le contingent français pour remplir ses missions.

Liban : inspection du chef conduite du CPCO

La visite s’est achevée par un déplacement le long de la « Blue Line » qui matérialise la ligne de retrait israélien, zone particulièrement surveillée par les soldats de la FINUL en coopération avec les Forces armées libanaises (FAL), conformément à la résolution 1701 du conseil de sécurité des Nations-Unies.

 

Les visites d’inspections effectuées par le CPCO au Liban comme sur tous les autres théâtres d’opération permettent au commandement de toujours mieux appréhender les réalités opérationnelles sur zone.

Liban : inspection du chef conduite du CPCO

Dans le cadre de la résolution 1701, la Force Commander Reserve (FCR) participe à la montée en puissance des Forces Armées Libanaises (FAL), au cours d’exercices, de patrouilles et d’entraînements communs réguliers.

 

Placée directement sous les ordres du général commandant la FINUL, la FCR est susceptible d’appuyer les autres contingents, pour éviter toute escalade de la violence. La FCR est le principal moyen de dissuasion, de réaction et de coercition de la FINUL. Robuste, souple, réactive, elle constitue une véritable force au service de la paix au Sud Liban.

Partager cet article
Repost0
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 07:30
Ecoutes FBI et NSA. Experts israéliens au coeur du scandale Prism ?

Jun 11 IsraelValley Desk | Défense

 

La révélation de l’accès du FBI et de l’Agence nationale de sécurité américaine (NSA) aux infrastructures de neuf géants américains d’Internet est troublante. Le programme Prism, révélé par le Washington Post, serait un outil permettant aux services de renseignement américain d’accéder aux données des personnes situées à l’étranger, qui ne sont pas protégées par la loi américaine contre les consultations sans ordonnance.

 

Samuel Guedj (article publié par Le Monde Juif) : "Potentiellement, ce sont les données de l’ensemble des utilisateurs mondiaux d’AOL, Apple, Facebook, Google (et YouTube), Microsoft (et Skype), PalTank et Yahoo qui sont concernées. Deux d’entre eux (Facebook et Google) ont démenti avoir des « portes dérobées » dans leurs services, qu’ils ont aussi refusé d’installer au Royaume-Uni fin avril. Apple affirme ne pas connaître ce programme.

 

La NSA aurait embauché deux sociétés israéliennes secrètes au cœur des écoutes électroniques du réseau de télécommunications américain. X (nom publié dans la presse américaine) et Y (nom publié dans la presse américaine), deux noms au cœur du scandale FBI-NSA qui fait trembler l’Amérique.

 

Les firmes israéliennes ont été fondées en Israël dans les années 1990. Les deux sociétés offrent des capacités de contrôle des informations pour les fournisseurs de services et les organismes gouvernementaux. Ces sociétés israéliennes peuvent donc accéder et conserver de grandes quantités d’informations sur un grand nombre de cibles. Ces deux sociétés sont dirigées par d’anciens officiers militaires israéliens de la très mystérieuse Unité 8200".

Partager cet article
Repost0
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 07:30
ELM-2022A Airborne Maritime Surveillance Radar

ELM-2022A Airborne Maritime Surveillance Radar

10 Jun 2013 By Arie Egozi - FG

 

Tel Aviv - Israel's Elta Systems has received contracts worth a combined $32 million to supply airborne maritime patrol radars to two foreign customers.

 

The Israel Aerospace Industries subsidiary says it has so far received orders to produce 250 ELM-2022 radars to customers in over 25 countries. The sensor is currently operated on platforms including the Airbus Military C295 and CN235, Bombardier Dash 8, Dornier 228 and Lockheed P-3 maritime patrol aircraft, Eurocopter AS365 Panther helicopter and a maritime surveillance-optimised version of IAI's Heron 1 unmanned air vehicle.

 

In its latest ELM-2022A(V)3 version, the radar can provide 360˚ tracking from an under-fuselage-, nose- or tail-mounted antenna. It can detect, track, classify and identify maritime and airborne targets in high sea states and high-density environments.

 

Elta says a synthetic aperture radar (SAR) mode provides high-resolution ground images for detailed examination of coastal structures such as piers, harbours, industrial installations or airfields. It also has an inverse SAR function for the identification of maritime targets.

 

Through a partnership with Exelis, the ELM-2022 has also been designated as the APY-11 for installation on the US Coast Guard's Lockheed Martin HC-130J long-range surveillance aircraft. Exelis was recently awarded a $6.5 million contract for additional sensors.

 

"As missions worldwide continue to grow, and become more demanding, we'll continue to adapt our radar to evolving operational requirements," says Elta president Nissim Hadas. The company is adding new modes, such as basic pollution detection and iceberg monitoring, as well as the advanced classification of threats.

 

Meanwhile, Elta has unveiled an integrated electronic support measures/electronic intelligence capability for its ELM-2060 all-weather synthetic aperture radar reconnaissance pod. The integration of the new equipment was achieved through advances in hardware miniaturisation, the company says.

 

The ELI-2060E pod can deliver radar imagery with an ELINT target overlay, allowing an operator to collect multi-intelligence data during a single flight.

Partager cet article
Repost0
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 07:30
vedettes de type Dvora photo Tsahal

vedettes de type Dvora photo Tsahal

9/6/2013 IsraelDefense

 

A wide-scale naval exercise was carried out by vessels from the Israeli Navy Squadron 916, simulating scenarios involving fishing boats loaded with explosives

 

Several days ago, a large-scale exercise was carried out by Dvora-class fast patrol boats from the Israeli Navy's Squadron 916, simulating a scenario of "suicide vessels" where fishing ships loaded with explosives attempt to destroy naval vessels.

 

This squadron is responsible, among other things, for ongoing security patrols in the Gaza Strip's naval area, which is laden with fishing boats. The exercise, conducted on an annual basis and in cooperation with the Snapir port security unit, is part of a wider exercise with the involvement of special forces, missile boats and helicopters.

 

During the exercise, three fishing boats sail at high speed towards a Dvora in an effort to damage it, as crewmembers run to the deck wearing protective vests and man weapon posts. The Dvora accelerates to top speed and calls of 'fire' are repeated until the three small vessels halt.

 

Training of this scope is carried out once a year, but the vessels undergo similar but smaller exercises roughly once a month. During the exercise, a drill was also carried out for establishing contact with a helicopter flying above the vessel and guiding it to an attack target, as well as naval refueling of a Dvora vessel with a missile boat, while maintaining safe distance between the vessels.

Partager cet article
Repost0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 21:30
Début du retrait de Casques bleus autrichiens du Golan

 

12 juin 2013 Romandie.com (AFP)

 

QOUNEITRA (Syrie) - Un premier groupe de 67 Casques bleus autrichiens a commencé mercredi à quitter le Golan syrien en majeure partie occupé par Israël, après la décision de Vienne de retirer son contingent de la force de l'ONU déployée sur ce plateau.

 

Les soldats en uniforme, arrivés à bord de jeeps et accompagnés par des véhicules blindés, ont franchi dans la matinée le point de passage de Qouneitra, sur la ligne de cessez-le-feu entre la Syrie et Israël.

 

Il était déjà prévu que nous effectuerions une rotation et elle était programmée pour ce jour, a déclaré aux journalistes un officier autrichien, Erwin Klem.

 

Nous nous trouvions dans une zone de guerre et nous nous protégions en conséquence, avec des véhicules blindés et des équipements de protection, a-t-il ajouté.

 

Après une brève halte dans une base de la Force de l'ONU pour l'observation du désengagement (FNUOD) du côté sous contrôle israélien, les Autrichiens sont partis en convoi pour l'aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv.

 

Ce premier contingent autrichien est arrivé en début de soirée en Autriche. Les Casques bleus ont été accueillis à leur arrivée à l'aéroport de Schwechat, près de Vienne, par le chancelier Werner Faymann et le ministre de la Défense Gerald Klug.

 

L'Autriche avait annoncé le 6 juin, à la suite de combats entre l'armée syrienne et les rebelles pour le point de passage de Qouneitra, tombé pendant quelques heures aux mains des insurgés, son intention de retirer son contingent de la FNUOD, invoquant la sécurité de (ses) soldates et soldats.

 

Ces combats, au cours desquels deux Casques bleus, un Philippin et un Indien, avaient été légèrement blessés, ont précipité la décision de Vienne qui avait déjà menacé de retirer son contingent en mai en cas de levée par l'Union européenne (UE) de son embargo sur les livraisons d'armes à la rébellion, finalement décidée le 31 mai.

 

Le retrait total du contingent autrichien (378 hommes) prendra entre deux et quatre semaines, selon le ministre autrichien de la Défense.

 

L'Autriche est présente sur le Golan depuis la création en 1974 de la FNUOD, déployée pour faire respecter le cessez-le-feu à la suite de la guerre israélo-arabe d'octobre 1973.

 

Cette force comprend 900 Casques bleus équipés uniquement d'armes de poing défensives. Elle se compose de contingents de trois pays: l'Autriche, les Philippines et l'Inde, après le récent retrait du Canada, du Japon et de la Croatie.

 

En mars et en mai, 21 puis quatre soldats philippins de la FNUOD avaient été enlevés par les rebelles syriens sur le Golan, et relâchés au bout de quelques jours.

 

L'ONU, qui tente de remplacer le contingent autrichien par une contribution d'autres pays et une augmentation des effectifs philippins et indiens, a annoncé le 7 juin envisager de modifier le mandat de la Force. Le Conseil de sécurité doit renouveler bientôt ce mandat, qui arrive à échéance le 26 juin.

 

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a recommandé de renforcer les capacités d'autodéfense des Casques bleus déployés sur le Golan, dans un rapport adressé mercredi au Conseil de sécurité.

 

M. Ban recommande aussi de porter l'effectif de la FNUOD à 1.250 hommes, soit le maximum autorisé par les résolutions du Conseil.

 

L'ONU continue de solliciter des pays susceptibles de fournir des troupes à sa mission sur le Golan après le retrait autrichien.

 

Selon des diplomates, Fidji a fait part de son intention de fournir 500 soldats environ. D'ici fin juin, 170 soldats fidjiens vont ainsi être déployés pour remplacer les contingents croate et japonais.

 

Moscou a également proposé d'envoyer des soldats russes mais en principe l'accord de désengagement du Golan de 1974 entre Israël et la Syrie ne le permet pas.

 

Israël occupe depuis 1967 quelque 1.200 km2 du Golan, région du sud-ouest de la Syrie, qu'il a annexés, une décision jamais reconnue par la communauté internationale, environ 510 km2 restant sous contrôle syrien.

Partager cet article
Repost0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 16:30
Liban: raid aérien syrien sur un village pro-rebelles (médias)

MOSCOU, 12 juin - RIA Novosti

 

Des hélicoptères syriens ont attaqué une localité libanaise frontalière de la Syrie où pourraient se cacher des rebelles combattant le régime de Damas, rapportent mercredi les médias européens citant les services de sécurité locaux.

 

Selon une source sur place, un hélicoptère syrien a lancé trois bombes sur Aarsal, dont l'une s'est abattue sur la place de la localité, faisant des blessés. Les environs d'Aarsal ont déjà été touchés par des tirs de l'aviation syrienne, mais il s'agit de la première attaque lancée contre le centre de la localité.

 

Le conflit syrien fait monter la tension à l'intérieur du Liban. Le pays est profondément divisé entre les partisans du régime syrien  et un camp farouchement hostile à Damas et appuyant la rébellion. Selon les médias, plusieurs combattants anti-Assad ont trouvé refuge chez leurs sympathisants sur le territoire libanais.

Partager cet article
Repost0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 16:30
F16 Block 52 photo aeronautique.ma

F16 Block 52 photo aeronautique.ma

12.06.2013 Par Mohammed Jaabouk - yabiladi.com

 

Lundi, le quotidien Haaretz annonce que les exportations militaires d’Israël ont enregistré, en 2012, un bond de 20%, atteignant sept milliards de dollars. Le lendemain, la même publication donne une liste des pays arabes, dont le Maroc, clients de l’industrie d'armement de Tel Aviv. La normalisation est en marche. Que fera Soufiani & Co?

 

Des armes israéliennes pour les pays arabes. Mardi le quotidien israélien Haaretz, citant un rapport du Department for Business, Innovation and Skills du gouvernement britannique, a publié un article sur la vente, depuis 2008, de matériel militaire au Maroc, Algérie, Emirats et Egypte ainsi que le Pakistan. Il s’agit d’équipements de haute technologie fabriqués sous licence britannique.

 

Des composants des F16 fabriqués en Israël

 

Harretz souligne que l’industrie de l’armement en Israël a exporté, en 2010, au Maroc des systèmes électroniques et d’écrans pour cockpit qui auraient servi à équiper les F16 que le royaume avait commandé en 2007 aux Etats-Unis. En 2009, Tel Aviv avait sollicité une nouvelle autorisation du Department for Business, Innovation and Skills en vue de fournir à Rabat des HUD (head up display), des casques qui fournissent aux pilotes des informations sur les conditions de pilotage et les modes d’attaque.  Là aussi, ces gadgets étaient pour les F16.

 

L’Algérie aussi

 

Contrairement à une idée réputée et surtout alimentée par la presse algérienne, le voisin de l’Est est un bon client de l’industrie israélienne d’armement. Harretz affirme qu’Israël avait sollicité, en 2009, de l’agence britannique une autorisation pour la livraison à l’Algérie de systèmes radar, de communication, de navigation, des composants de drones et des équipements de vision nocturne destinés aux hélicoptères.

 

L’Egypte est également logée à la même enseigne que le Maroc et l’Algérie. Le pays du panarabisme a acheté du matériel électronique made in Israël. Hier, un porte-parole du ministère de la Défense égyptien a démenti les informations publiées par Harretz. Contrairement au Pakistan, Maroc, Algérie ou les Emirats, le Caire entretient des relations diplomatiques avec Tel Aviv.

 

L’arrivée des Frères musulmans au pouvoir n’a rien changé au climat d’entente qui prévaut entre les deux capitales, et ce, depuis les accords de Camp David signés le 7 septembre 1978 par le président égyptien Anouar Essadate et le premier ministre israélien Menahem Begin.

 

Une société israélienne pour livrer aux arabes des armes américaines

 

Il n’y a pas que la Grande Bretagne qui autorise Israël à fabriquer du matériel militaire destiné aux pays arabes, le Pentagone aussi. Fin mai, ce ministère de la Défense a signé avec la compagnie israélienne Elbit Systemes un contrat, qui s’étend jusqu’en 2015, pour la fabrication de composants des F16 dédiés à des pays du Moyen Orient (Egypte, Turquie, Egypte, Jordanie, Emirats, Bahreïn et Irak). La valeur du contrat est estimée à plus de 31 milliards de dollars.

 

Une recherche sur le web, nous a appris que la société Elbit Systemes est spécialisée dans les équipements électroniques à usage militaire et civil.  Elle est classée à la 30ième place  parmi les cent plus importantes firmes mondiales productrices d’armement.

Partager cet article
Repost0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 16:30
photo ECPAD

photo ECPAD

12 juin 2013 Romandie.com (AFP)

 

BEYROUTH (Liban) - L'armée libanaise a lancé mercredi une rare mise en garde envers la Syrie, affirmant qu'elle riposterait immédiatement à toute nouvelle violation quelques heures après un raid syrien sur une localité de l'est du Liban.

 

Les unités de l'armée déployées dans la région (touchée mercredi) ont pris les mesures défensives nécessaires pour riposter immédiatement à toute violation similaire, a indiqué l'armée dans un communiqué, après un raid syrien sur la localité d'Aarsal.

 

Un hélicoptère militaire provenant du côté syrien a violé l'espace aérien libanais dans la région d'Arsal et lancé deux bombes (...) en direction de la place de la localité, blessant un civil et provoquant des dégâts matériels, a précisé l'armée.

 

Il s'agit d'un avertissement très rare dans l'histoire récente du Liban et de la Syrie, ancienne puissance de tutelle politico-militaire de son petit voisin.

 

L'armée libanaise, faiblement équipée, entretient une étroite coopération avec l'armée de la Syrie, dévastée par un conflit entre troupes du régime et rebelles.

 

Aarsal est une localité sunnite appuyant la rébellion et servant de point de passage entre les deux pays pour les réfugiés, les armes et les rebelles, selon des sources de sécurité. Elle a déjà été visée par des raids, mais c'est la première fois que son centre est touché.

 

Récemment, elle a reçu des dizaines de blessés, notamment des insurgés, après la chute de Qousseir, bastion rebelle du centre-ouest de la Syrie conquis par l'armée avec l'aide déterminante du Hezbollah chiite libanais.

 

Cette implication du puissant mouvement armé en Syrie a porté la tension à son comble au Liban, où les incidents se multiplient notamment dans les régions frontalières.

Partager cet article
Repost0
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 17:30
Elisra to unveil UAS self-protection suite

Jun. 11, 2013 by Arie Egozi – FG

 

Tel Aviv - Elisra is to unveil a new self-protection suite for unmanned air systems during the 17-23 June Paris air show.

 

The Elbit Systems company says it has developed the SPS-65V5 system using experience gained by producing a wide range of electronic warfare and signals intelligence equipment for manned fighters, utility aircraft and helicopters operated by numerous nations.

 

Elisra general manager Edgar Maimon says the increased global use of UAS is accompanied by a growing demand to provide such assets with survivability capabilities to protect their mission, the platform and its valuable sensors.

Elbit Hermes 900 UAV – photo Elbit Systems

Elbit Hermes 900 UAV – photo Elbit Systems

The self-protection equipment could be used with types including the Hermes 900 tactical UAS

 

Described as being capable of protecting unmanned aircraft against "a great variety of threats" in a hostile area, the new self-protection system is suitable for integration with a variety of types, ranging in size from tactical to high-altitude, long-endurance UAS, the company says.

 

The specific capabilities of the SPS-65V5 are classified, it adds.

Partager cet article
Repost0
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 12:30
source nanojv

source nanojv

June 10, 2013: Strategy Page

 

Israeli media are reporting recent U.S. tests of its 14 ton deep penetrator bomb (the MOP or Massive Ordnance Penetrator, AKA the GBU-57) against an accurate replica of the main Iranian nuclear weapons development facility at Fordo. Apparently the results of this test were distributed to American allies with the intention of sending a message to Iran. There is no confirmation of such a test.

 

It was only two years ago that the first eight GBU-57s were ordered and about twenty have been obtained so far. Earlier this year the U.S. Air Force announced unspecified improvements to the GBU-57. Seven of the first eight production model bombs were used for tests, which resulted in a classified list of tweaks to the existing design and these upgrades have been added regularly over the last year. All this apparently paid off in the recent test against the Fordo replica.

 

The GBU-57 contains 2.4 tons of explosives and cost $3.5 million each. In the last few years several B-2 bombers have been equipped to carry these weapons (two bombs per B-2). This was apparently meant to send a message to Iran and North Korea. There were no known targets for such a weapon anywhere else, but there are plenty of such targets in Iran and North Korea. Moreover, even if there were deep bunkers in Somalia or Afghanistan you don't need a stealth bomber to deliver an MOP. The enemy in those countries have no way of detecting a high flying B-52, much less a stealthy B-2. But Iran and North Korea do have radars, and a B-2 could slip past those radars and take out the air defense system command bunkers, or any other targets buried deep.

 

The 6.2 meter (20.5 foot) long MOP has a thick steel cap, which was originally designed to penetrate up to 7.9-61 meters (26-200 feet) of concrete (depending on degree of hardness) or up to 61 meters of rocky earth before exploding. This was the original spec, which is now supposed to be improved. A new Iranian nuclear facility (Fordo) is supposed to be buried beneath 90 meters of earth and rock.

 

The U.S. has not (officially) sold any GBU-57s to Israel, so any use of this bomb would have to be by American aircraft.

Partager cet article
Repost0
1 juin 2013 6 01 /06 /juin /2013 16:30
Des roquettes tirées de Syrie s'écrasent au Liban

 

01 juin 2013 Romandie.com (AFP)

 

BEYROUTH - Six roquettes tirées de Syrie se sont abattues samedi dans l'est du Liban voisin, sans faire de victime, a déclaré une source de sécurité.

 

Six roquettes se sont écrasées dans le secteur entre Saraain al-Fawqa et Saraain al-Tahta près de l'aéroport de Rayaq, dans la région de la Békaa, a indiqué à l'AFP cette source.

 

Elles ont été tirées depuis le territoire syrien et il n'y a pas eu de victime, a ajouté cette source qui avait fait état auparavant de quatre roquettes.

 

Des roquettes tirées depuis la Syrie s'abattent régulièrement en territoire libanais, visant soit des zones sunnites, une communauté qui soutient en majorité les rebelles syriens, soit les fiefs du mouvement chiite Hezbollah, allié du régime de Bachar al-Assad.

 

La semaine dernière, une femme a été tuée lorsque trois obus de mortier tirés depuis la Syrie sont tombés près de la ville de Hermel, un bastion du Hezbollah.

 

Si officiellement le Liban affiche une position de neutralité sur le conflit qui fait rage chez son voisin, il est cependant profondément divisé entre pro et anti-Assad. Des affrontements meurtriers ont notamment lieu régulièrement à Tripoli, la grande ville du nord, entre partisans des deux camps.

 

De plus, le puissant mouvement Hezbollah combat aux côtés de l'armée syrienne et des sunnites libanais sont par ailleurs allés renforcer les rangs de la rébellion.

 

Toujours dans l'est du Liban, des inconnus ont ouvert le feu à l'aube sur le mausolée de sayyda Khawla, un lieu de pèlerinage pour les chiites, à l'entrée sud de la ville de Baalbeck, a rapporté l'agence nationale libanaise ANI.

 

Plusieurs balles ont touché le mausolée ainsi qu'une jeep stationnée, selon l'agence.

 

Vendredi, le Parlement libanais a prolongé son mandat et reporté les élections prévues en juin en raison de l'incapacité des partis politiques à s'accorder sur une loi électorale mais surtout des profondes divisions suscitées par la guerre en Syrie voisine

Partager cet article
Repost0
26 avril 2013 5 26 /04 /avril /2013 07:30
Bachar al-Assad a utilisé des armes chimiques «à petite échelle»

 

25/04/2013 par Gaëtan Barralon – 45eNord

 

«Avec un certain degré de certitude», Washington a assuré, ce jeudi, que le régime de Bachar al-Assad a utilisé des armes chimiques «à petite échelle» face à la rébellion syrienne. Si les autorités américaines prônent, pour l’heure, la prudence, ces nouvelles déclarations confirmeraient le franchissement de la «ligne rouge» érigée par le président Barack Obama.

 

La Maison Blanche a ainsi envoyé une lettre à plusieurs membres du Congrès américain, assurant que «la communauté des renseignements américains a conclu, avec un certain degré de certitude, que le régime syrien a utilisé des armes chimiques à petite échelle», comme l’a évoqué le secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel, présent, ce jeudi, à Abou Dhabi.

Une information également apportée du côté de Londres. «Nous avons des informations limitées mais convaincantes de plusieurs sources montrant l’utilisation d’armes chimiques en Syrie, y compris du gaz sarin», a ainsi déclaré le porte-parole de la diplomatie britannique.

«L’utilisation d’armes chimiques est un crime de guerre. Nous avons rendu compte de cette information à nos alliés, nos partenaires et aux Nations unies et nous travaillons activement pour obtenir davantage et de meilleures informations», a-t-il ajouté.

 

 

Deux jours après avoir déclaré n’être pas parvenu «à la conclusion que [des armes chimiques] ont été utilisées» en Syrie, Washington a donc décidé de faire état de ses informations aux yeux de la communauté internationale. Pour autant, ses certitudes s’avèrent fragiles, comme l’a rappelé la porte-parole du Conseil de sécurité nationale (NSC), Caitlin Hayden.

«Par exemple, la chaîne de transmission [des échantillons] n’est pas claire, donc nous ne pouvons pas confirmer comment l’exposition [au sarin] a eu lieu», a-t-elle déclaré, ajoutant que l’évaluation du renseignement américain est «fondée en partie sur des prélèvements» sur des personnes.

«Étant donné les enjeux, et ce que nous avons appris de notre propre expérience, les évaluations du renseignement ne sont pas suffisantes à elles seules. Seuls des faits dignes de foi et recoupés qui nous apporteront un certain degré de confiance guideront notre processus de prise de décision, et renforceront notre influence à la tête de la communauté internationale», a-t-elle précisé, mettant ainsi en garde contre toutes conclusions hâtives.

«Il est évident qu’une ligne rouge a été franchie» pour John McCain

Mais plusieurs sénateurs américains sont d’ores et déjà montés au créneau pour appeler à un engagement plus important des États-Unis dans le conflit syrien. Rappelant les déclarations du président Obama, le mois dernier, sur le franchissement d’une «ligne rouge» en cas d’utilisation d’armes chimiques par le régime syrien, le républicain John McCain a déclaré «qu’il est évident qu’une ligne rouge a été franchie». «Ces stocks d’armes chimiques, dont certains se trouvent dans des zones de combat, doivent être sécurisées, et nous devons donner à l’opposition la capacité de battre Bachar al-Assad une bonne fois pour toute», a-t-il martelé.

Même son de cloche du côté de la présidente démocrate de la commission du Renseignement du Sénat, Dianne Feinstein. Cette dernière a en effet déclaré que «des actions doivent être engagées pour empêcher une utilisation à plus grande échelle», se disant «très inquiète qu’avec cette admission publique, le président Assad ne calcule qu’il n’a plus rien à perdre».

Assurant que «toutes les options sont sur la table» pour offrir une réaction américaine à ces révélations, un haut responsable américain, cité sous couvert de l’anonymat, a déclaré que l’administration Obama allait «consulter de près [ses] amis et alliés, de façon plus large la communauté internationale ainsi que l’opposition syrienne pour déterminer quelle serait la meilleure façon d’agir».

«Cela pourrait couvrir une large gamme d’activités […] qui comprennent déjà des initiatives diplomatiques, une assistance à l’opposition, mais à la demande du président [Obama], il existe d’autres possibilités pour lesquelles nous nous préparons, et que nous devons prendre en considération au moment où nous déterminons si des armes chimiques ont été utilisées», a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse téléphonique.

«Nous avons l’obligation d’enquêter scrupuleusement»

Si Washington exclut, pour l’heure, toute intervention directe en Syrie, la Maison Blanche a rappelé sa volonté de voir une enquête des Nations Unies voir le jour pour évaluer les preuves actuelles. «Précisément parce que le président [Obama] prend cette question très au sérieux, nous avons l’obligation d’enquêter scrupuleusement sur tous les indices de l’utilisation d’armes chimiques en Syrie», a conclu Caitlin Hayden.

Après avoir déposé, le 20 mars dernier, une requête pour obtenir une enquête pour éclaircir les accusations mutuelles d’utilisation d’armes chimiques entre le régime et l’opposition, Damas a, par la suite, refusé l’accès à ses territoires à la mission d’experts, conduite par le Suédois Ake Sellstrom. Un refus qui n’a cessé d’alimenter les craintes et accusations de la communauté internationale à l’égard du régime de Bachar al-Assad.

Pour le porte-parole de la diplomatie britannique, Bachar al-Assad «doit coopérer avec la communauté internationale et prouver que son régime n’a pas commis ce crime horrible, en permettant un accès illimité à l’ONU et à l’OIAC [l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques] pour qu’une enquête soit menée sur le terrain en Syrie».

Tant bien que mal, les dirigeants occidentaux ne semblent donc pas résigner à obtenir l’accès aux territoires syriens. Mais les récentes révélations, si elles s’avèrent vérifiées et vérifiables, pourraient bien bouleverser l’ordre diplomatique actuel du conflit frappant le pays depuis plus de deux ans.

Partager cet article
Repost0
26 avril 2013 5 26 /04 /avril /2013 07:30
Armes chimiques en Syrie: toutes les options sur la table

 

25 avril 2013 Romandie.com (AFP)

 

WASHINGTON - Un haut responsable américain a affirmé jeudi que toutes les options étaient sur la table dans le dossier syrien, après que la Maison Blanche eut évoqué pour la première fois le probable recours à des armes chimiques par le régime de Bachar al-Assad.

 

Ce responsable, s'exprimant sous couvert de l'anonymat, a toutefois rappelé que l'exécutif américain tenait à être absolument sûr que de telles armes avaient été utilisées avant de conclure que la ligne rouge tracée par le président Barack Obama avait été franchie par Damas.

 

Nous allons consulter de près nos amis et alliés, de façon plus large la communauté internationale ainsi que l'opposition syrienne pour déterminer quelle serait la meilleure façon d'agir, a-t-il expliqué lors d'une conférence de presse téléphonique.

 

Je ne veux pas me lancer dans des hypothèses à l'heure actuelle, mais il est évident que toutes les options sont sur la table en terme de réaction, a ajouté ce responsable.

 

Cela pourrait couvrir une large gamme d'activités (...) qui comprennent déjà des initiatives diplomatiques, une assistance à l'opposition, mais à la demande du président (Obama), il existe d'autres possibilités pour lesquelles nous nous préparons, et que nous devons prendre en considération au moment où nous déterminons si des armes chimiques ont été utilisées, a-t-il remarqué.

 

M. Obama avait mis en garde à de nombreuses reprises le régime Assad contre le recours à ses stocks d'armes chimiques, affirmant notamment le 20 mars en Israël qu'il s'agirait d'une grave et tragique erreur, et qu'un tel développement change(rait) la règle du jeu. Il avait aussi parlé de lignes rouges à ne pas franchir pour Damas.

Partager cet article
Repost0
25 avril 2013 4 25 /04 /avril /2013 15:48
Un drone venant du Liban abattu dans le nord d'Israël

 

25 avril 2013 Romandie.com (AFP)

 

JERUSALEM - Un drone entré dans l'espace aérien israélien en provenance du Liban a été abattu au large du nord d'Israël, a annoncé jeudi l'armée israélienne, soulignant qu'il s'agissait de la deuxième fois depuis l'envoi d'un drone en octobre par le Hezbollah chiite libanais.

 

Un avion sans pilote repéré alors qu'il approchait de la côte israélienne a été intercepté par l'aviation israélienne à cinq milles nautiques au large de Haïfa, affirme un communiqué militaire qui précise que l'appareil a été abattu vers 14H00 (11H00 GMT).

 

C'est la deuxième fois qu'un avion sans pilote est intercepté dans l'espace aérien israélien en sept mois, selon le texte.

 

Je considère avec une extrême gravité cette tentative de violer notre frontière. Nous continuerons à faire tout le nécessaire pour protéger la sécurité des citoyens israéliens, a réagi le Premier ministre Benjamin Netanyahu dans un bref communiqué.

 

M. Netanyahu se rendait vers le nord pour assister à une cérémonie au moment où le drone a été repéré et son hélicoptère s'est posé jusqu'à l'interception sur ordre des services de sécurité, a rapporté la radio publique.

 

Le 6 octobre, un drone envoyé par le Hezbollah avait survolé la Méditerranée avant d'entrer dans le ciel israélien à proximité de la bande de Gaza, pour être finalement abattu par un avion de combat israélien au-dessus du désert du Néguev, où se trouvent les installations nucléaires israéliennes.

 

Le drone se déplaçant du nord au sud le long de la côte libanaise a été repéré peu après 13H00 (10H00 GMT), a précisé dans un briefing téléphonique le porte-parole de l'armée israélienne, le lieutenant-colonel Peter Lerner.

 

Nous ne savons pas d'où venait l'appareil ni où il allait, a-t-il indiqué, faisant état d'une enquête et de recherches en cours des débris.

Partager cet article
Repost0
25 avril 2013 4 25 /04 /avril /2013 15:30
Un drone venant du Liban abattu dans le nord d'Israël

 

25 avril 2013 Romandie.com (AFP)

 

JERUSALEM - Un drone entré dans l'espace aérien israélien en provenance du Liban a été abattu au large des côtes du nord d'Israël, a annoncé jeudi l'armée israélienne.

 

Un avion sans pilote repéré alors qu'il approchait de la côte israélienne a été intercepté par l'aviation israélienne à cinq milles nautiques au large de Haïfa, selon un communiqué militaire qui précise que l'interception a eu lieu vers 14H00 (11H00 GMT).

 

Partager cet article
Repost0
25 avril 2013 4 25 /04 /avril /2013 07:30
Hagel Urges Caution On Syria Chemical Weapons Claims

 

Apr. 24, 2013 Defense News (AFP)

 

CAIRO — US Defense Secretary Chuck Hagel urged caution Wednesday over an Israeli claim Syria’s regime used chemical weapons, saying it was “serious business” and any evidence had to be weighed carefully.

 

Warning against a possible rush to judgment, Hagel indicated he had been caught off guard by allegations from an Israeli general this week that Syria had fired chemical agents against rebels in recent months.

 

“When I was in Israel they did not give me that assessment. I guess it wasn’t complete,” Hagel told reporters in Cairo on a tour of the Middle East hat included a three-day visit to Israel.

 

The United States has warned any use or transfer of chemical weapons would cross a “red line” and possibly trigger military action.

 

Britain and France also suspect Syria has used chemical weapons but Hagel said US intelligence agencies were still evaluating information and were not yet convinced.

 

“Suspicions are one thing, evidence is another,” he said.

 

The Pentagon chief added that “this is serious business and you want to be as sure as you can be on these kind of things”.

 

Asked if US credibility could be at risk as it has repeatedly referred to a “red line,” Hagel said: “I don’t think there’s any danger.”

 

The United States cooperates with other spy services but ultimately had to rely “on its own intelligence,” he said before departing for Abu Dhabi.

 

Hagel’s comments marked his first public reaction since the Israeli military’s assessment came to light.

 

While Hagel was wrapping up his visit to Israel on Tuesday morning, Israeli Brig. Gen. Itai Brun, head of the research and analysis division of military intelligence, grabbed headlines when he alleged Syrian President Bashar al-Assad’s regime had used chemical agents — mostly likely sarin gas— more than once.

 

“To the best of our professional understanding, the (Assad) regime has made use of deadly chemical weapons against the rebels in a number of incidents in the last few months,” Brun told a security conference in Tel Aviv.

Partager cet article
Repost0
25 avril 2013 4 25 /04 /avril /2013 07:30
Gilat to Equip IDF with SatTrooper-1000 Military Manpack

Apr 25, 2013 (SPX)

 

Petah Tikva, Israel - The SatTrooper-1000 will provide Israeli soldiers with dependable data, video and telephony at broadband speeds.

 

Gilat Satellite Networks reports that the Israel Defense Forces (IDF) has selected its SatTrooper-1000 military Manpack terminal for advanced tactical field communications.

 

The Manpack was tailor made to address the unique field requirements of the IDF ground forces.

 

The SatTrooper-1000 will provide Israeli soldiers with dependable data, video and telephony at broadband speeds. Weighing only 13 kilos, the compact and easy-to-carry terminal is highly efficient and can be set up in minutes by a single warfighter.

 

The rugged design of the auto pointing antenna enables rapid connectivity even in the harshest environmental conditions.

 

"Net centric warfare has increased the importance of quick-deploy satellite based communication solutions in today's battle field," said Res. Gen. Moshe (Chico) Tamir, Gilat's Vice President of Defense and Homeland Security.

 

"Intelligence superiority is a critical necessity on the battle field wherever and whenever required. Our SatTrooper Manpack was built taking into account the harshest and most demanding battle conditions, adhering to the stringent communication requirements of the IDF."

Partager cet article
Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 19:30
L'armée s'empare d'une localité stratégique près de Damas

24 avril 2013 Romandie.com (AFP)

 

BEYROUTH - L'armée syrienne a réussi mercredi à prendre le contrôle d'une localité stratégique à l'est de Damas après des semaines de combats acharnés avec les rebelles, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

 

Les forces du régime se sont emparées de la localité d'Otaybé après des semaines de violents combats durant lesquelles elles ont utilisé des chasseurs-bombardiers, des chars, de l'artillerie et des lance-missiles, a affirmé son directeur Rami Abdel Rahmane.

 

Après avoir essayé des dizaines de fois de rentrer dans la localité, les rebelles s'en sont retirés à l'aube après une résistance féroce. Il s'agit d'une localité très stratégique car elle ouvre la porte au régime vers la Ghouta orientale, banlieue agricole devenue fief de la rébellion dans la périphérie de Damas, a-t-il précisé.

 

C'est aussi un verrou pour la transmission d'armes et de munitions aux rebelles.

 

Toujours dans la province de Damas, à Jaramana, banlieue habitée par des chrétiens et des druzes et considérée comme pro-régime, au moins sept civils ont été tués et 30 blessés, dont six grièvement, lorsque deux obus de mortier se sont abattus près de la municipalité et de deux écoles, selon l'OSDH.

 

L'agence officielle Sana a avancé le même bilan.

 

Dans le nord du pays, de violents combats ont éclaté pour la première fois à l'aube à l'intérieur de l'aéroport militaire de Mennegh dans la région d'Alep, un des principaux bastions de l'armée dans le Nord, a rapporté l'OSDH.

 

Les rebelles, qui assiègent l'aéroport depuis des mois, y sont entrés pour la première fois à l'aube, a déclaré à l'AFP M. Abdel Rahmane, ajoutant que des combats acharnés se poursuivaient dans l'enceinte de l'aéroport où les rebelles ont pris le contrôle de bâtiments.

 

Mardi, les rebelles avaient pris une importante position militaire à l'extérieur de l'aéroport, leur permettant de s'infiltrer dans son enceinte. En outre, neuf membres des comités de défense (supplétifs de l'armée) qui venaient en renfort d'un village proche avaient été tués par des combattants kurdes.

 

Une source militaire a, elle, affirmé que les rebelles étaient parvenus à effectuer mardi soir une incursion à l'intérieur de l'aéroport mais avaient été repoussés.

 

Les insurgés ont tenté à plusieurs reprises de prendre d'assaut l'aéroport de Mennegh au cours de violents combats qui ont fait des dizaines de morts.

 

En début d'année, les rebelles se sont lancés dans la bataille des aéroports d'Alep pour priver le régime de son principal atout, visant l'aéroport international, ceux militaires de Jarrah et de Kouweiris à l'est, celui de Mennegh au nord et de Nairab au sud. Ils ont pris pour le moment le contrôle de Jarrah.

Partager cet article
Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 18:30
MIM 104 Patriot System der Bundeswehr photo Darkhone

MIM 104 Patriot System der Bundeswehr photo Darkhone

MOSCOU, 24 avril - RIA Novosti

 

Les batteries de missiles anti-aériens Patriot déployées dans le sud-est de la Turquie en vue de protéger le pays contre d'éventuelles attaques depuis le territoire syrien ne remplissent pas leur mission, rapporte le journal syrien Watan citant des experts en la matière.

D'après l'analyste du think-tank turc EDAM Aaron Stein, le rayon d'action des missiles implantés en Turquie ne couvre pas une importante partie du sud-ouest de la Turquie et ne permet pas de protéger la province du Hatay, limitrophe de la Syrie.

Selon M.Stein, les batteries de Patriot ne peuvent protéger que les villes où elles sont stationnées, ainsi que leurs alentours immédiats.

"Le Hatay, qui accueille des réfugiés syriens et a été à plusieurs reprises visé par les forces du régime syrien, en dépit de sa position dangereuse, n'est pas protégé contre les missiles chargés d'agents chimiques, qui peuvent être tirés depuis la Syrie", a indiqué l'expert.

Pour sa part, l'expert américain Michael Vice, qui s'est rendu dans la région la semaine dernière, a indiqué au quotidien que l'Allemagne et les Pays-Bas avaient été "réticents" à envoyer leurs militaires à la frontière syro-turque, et que la seule mission de ces derniers consistait à protéger les infrastructures de l'Otan dans la base aérienne d'Incirlik.

En février dernier, les forces de l'Otan ont achevé le déploiement de missiles Patriot acheminés des Etats-Unis, des Pays-Bas et d'Allemagne sur le territoire turc. L'Alliance a installé les missiles sur demande d'Ankara qui avait exprimé son inquiétude face à une éventuelle frappe balistique en provenance de Syrie.

Partager cet article
Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 12:30
German Firm Arms Qatar with Tanks

April 24th, 2013 By German Radio - defencetalk.com

 

German arms manufacturer Kraus-Maffei Wegmann (KMW) has just closed a billion dollar deal with Qatar that was five years in the making. On Thursday (18.04.2013), the Munich-based company announced that it signed a contract to deliver 62 Leopard 2 tanks and 24 self-propelled howitzers to the emirate. The price for the arms: roughly 1.9 billion euros ($2.48 billion).

 

Before the deal, Qatar owned old tanks and artillery from France and South Africa, according to KMW. Now the country wants to scrap the old weapons and modernize its 8,500-man army with the German manufacturer’s new weapon systems. As reported vaguely by news agencies, armament experts say Qatar wants to be prepared for a possible conflict with Iran. That sounds convincing to political scientist and Middle East expert Werner Ruf.

 

“One reason is definitely that Qatar is among the nations in the Gulf who consider Iran a real threat, and who want to arm themselves against that threat,” he told DW.

 

What is the armament for?

 

But one of the most important factors in such large weapons deals is money, Ruf said.

 

“Weapons are the goods that elicit the highest sums of bribery,” he said. “That makes for great earnings on the side for the person in charge of choosing the weapons.”

 

Qatar expert and political scientist Hamadi El-Aouni from the University of Berlin said he thinks the Gulf state wants the tanks to support friendly groups in other countries.

 

“It’s not impossible that that these weapons will be shipped off somewhere,” he told DW. “I assume toward Syria, via Turkey. Or possibly Lebanon.”

 

El-Aouni said he not believe Qatar is purchasing the weapons to protect itself from Iran. Home to a large US Air Force base, he said the United States would protect Qatar if it came to a confrontation with Iran.

 

Limited rights

 

The opposition parties in Germany heavily criticize the arms deal with Qatar. They point to the country’s autocratic government and lack of respect for human rights. Ruf and El-Aouni agreed with this assessment. The Arab news channel Al Jazeera in Qatar once stood for independent reporting and free access to news, but today its broadcasts are mostly filled with foreign propaganda, Ruf added.

 

There is also no opposition allowed in Qatar, El-Aouni said: “With very few exceptions, there is no freedom of expression. The emir and his family, as well as Qatar’s government, remain off-limits.” Qatar might not be a visible police state, but there are always secret observers watching you, El-Aouni added.

 

The fact that Qatar supported the rebels during many of the Arab Spring conflicts doesn’t mean that the country whole-heartedly supports democracy. They saw their own interests at stake, according to El-Aouni.

 

“Qatar hasn’t support the young people’s revolution so that democracies could rise in countries like Tunisia, Libya and Egypt. Qatar just assumed that the revolution would eventually lead to Islamist states and an Islamist community,” he said, adding that the country only held up a smoke screen of democracy.

 

That pseudo-democracy became visible in Qatar’s approach to foreign policy, Ruf said.

 

“The way they reacted to the uprising in Bahrain definitely gave them away,” he said. “While Al Jazeera praised the Arab Spring movement, the government sent tanks to Bahrain to support Saudi Arabia’s course of action: smothering the Bahrain uprising in blood.”

 

The West looks the other way

 

Ruf said political and strategic reasons were behind the West’s decision not to criticize the situation in Qatar more openly.

 

“I believe that there’s a trend toward a new international order behind all this,” he said. “The US can’t do everything they want anymore. They are moving their military power to the Pacific and are putting together a new security power in the Gulf region.”

 

Saudi Arabia and Qatar, members of the Gulf Cooperation Council, are the new powers, according to Ruf.These countries in turn work to secure their power by trying to make Arab nations, specifically those of the Arab Spring, more Islamist.

 

“You can see this in Egypt, and also in Tunisia, where huge amounts of money are spent to help the Islamists, and where this money is used to recruit thousands of fighters for the conflicts in Syria and Mali,” Ruf said, adding that human rights and democracy don’t have roles to play.

 

He added that Germany’s behavior is hypocritical, too: when Islamists march into Mali, everyone condemns it. “But at the root of all that, where human rights are abused systematically, every day, such as in Qatar and Saudi Arabia above all, the West just looks the other way.”

 

Ruf quoted German Foreign Minister Guido Westerwelle as proof for legitimization of authoritarian Gulf states. He said Westerwelle said that Saudi Arabia was an anchor of stability and that Qatar helped hold that anchor down.

Partager cet article
Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 07:30
photo Nato

photo Nato

BRUXELLES, 23 avril - RIA Novosti

 

L'Otan a élaboré des plans pour assurer une protection efficace de la Turquie en cas d'attaques de la part de la Syrie, a déclaré mardi le secrétaire général de l'Alliance Anders Fogh Rasmussen lors d'une réunion du Conseil de l'Otan au niveau des ministres des Affaires étrangères à Bruxelles.

 

"Nous ne commentons jamais notre planning spécial, mais je peux vous assurer que nous sommes prêts à défendre, à protéger nos alliés, en l'occurrence la Turquie. Tous nos plans sont en place pour assurer une protection efficace de la Turquie", a indiqué M.Rasmussen devant les journalistes.

 

Le secrétaire général a toutefois tenu à souligner qu'un règlement politique était la seule bonne voie pour désamorcer la crise en Syrie.

 

Le conflit en Syrie a fait plus de 70.000 morts et des centaines de milliers de réfugiés depuis mars 2011, selon l'Onu. Les rebelles syriens bénéficient d'un soutien étranger. Damas affirme que des milliers de mercenaires étrangers, y compris des commandos de groupes terroristes, combattent dans les rangs de l'opposition armée. L'Occident ne cesse d'insister sur le départ du président Bachar el-Assad.

 

En février dernier, les forces de l'Otan ont achevé le déploiement de missiles Patriot acheminés des Etats-Unis, des Pays-Bas et d'Allemagne sur le territoire turc. L'Alliance a installé les missiles sur demande d'Ankara qui avait exprimé son inquiétude face à une éventuelle frappe balistique en provenance de Syrie, pays voisin.

Partager cet article
Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 07:30
Umtas Long Range Antitank Missile

Umtas Long Range Antitank Missile

Apr. 22, 2013 - By BURAK EGE BEKDIL – Defense news

 

Development of 'National Systems' Moves at Full Speed

 

ANKARA — Hardly a day passes without a Turkish defense company proudly announcing that it has designed, developed and produced a weapon system the country would normally buy off-the-shelf from a foreign supplier. The most recent indigenously developed Turkish weapon is an anti-tank missile, the UMTAS.

 

Turkish military officials are anxiously awaiting the first serial production and delivery of the UMTAS.

 

“After years of going from one foreign supplier to another, we are happy to have our companies providing us with national solutions,” a senior Army official said.

 

Procurement officials said the UMTAS has recently undergone several successful field tests.

 

“This system can quickly find foreign buyers and mark an impressive transformation [of Turkey] from an import-dependent country into an exporting one,” one procurement official said. “It is relatively low-cost and reliable.”

 

State-owned missile maker Roketsan initiated the long-range anti-tank UMTAS missile project in efforts, first, to meet local demand from the Turkish Armed Forces, and later to export it, especially to countries in the region.

 

The UMTAS, with its infrared imaging and laser-seeker options, is an anti-tank missile with a range of 8 kilometers to be used in air-to-ground and ground-to-ground operations.

 

Roketsan officials said the system is going through further tests for technical properties and compatibility with environmental conditions. Thus far, the system has completed ballistic-missile tests and controlled-missile tests, and its sub-system design has been finished, they said.

 

The UMTAS is considered the official anti-tank system for the T-129, the helicopter gunship Turkish Aerospace Industries (TAI) is co-producing with Italian-British AgustaWestland in a US $3.2 billion project. It also can be integrated into the Anka, Turkey’s first locally developed unmanned aircraft. Other potential platforms to be outfitted with the UMTAS are armored land vehicles and naval vessels.

 

Roketsan officials said they plan to develop the L-UMTAS, the same anti-tank missile with laser seeker warheads and missiles using high-explosive particles.

 

In February, Roketsan said it won a contract from the United Arab Emirates to sell its laser-guided rocket system, known as the Cirit, under a contract worth $196.2 million. The deal comes as Turkey seeks to boost arms exports to Arabian Gulf countries. The Emirati Army is the first foreign customer for the Cirit system.

 

The Cirit is one of several programs launched by Turkey to equip the Army’s T-129, AH-1P Cobra and AH-1W Super Cobra attack helicopters with low-cost precision strike capabilities. The 70 mm rocket has a range of 8 kilometers.

 

French-German company Eurocopter selected the Cirit for a test and integration program to equip the Eurocopter EC635. Roketsan is also producing canisters for Lockheed Martin’s Patriot Advanced Capability-3 missile.

 

Analysts say the commercial development of the Anka boosted Turkish defense manufacturing.

 

“The Anka is the first aerial platform totally designed, developed and manufactured by Turkish engineering. It has a symbolic importance,” said Ceyhun Ozguven, an Ankara-based analyst.

 

The Anka has a 56-foot wingspan, a top speed of 75 knots and a maximum altitude of 30,000 feet. It completed military testing in late January and is set for serial production. Turkey aims to export the drone around the region, with the Egyptian government reportedly considering an order.

 

With the Anka headed for serial production, TAI has already begun developing an armed version of the drone called the Anka +A that will be outfitted with Cirit missiles .

 

On March 6, Turkey’s President Abdullah Gul showed the Anka to Jordan’s King Abdullah, along with other military products, such as the T-129 and the Hurkus, a basic trainer aircraft TAI is developing. In 2012, Turkey exported about $1.2 billion worth of defense equipment, a 35.7 percent rise over 2011. The main export destinations were the US, UAE and Saudi Arabia. The industry is aiming for $2 billion in exports by 2016.

 

Turkey’s procurement office, the Undersecretariat for Defense Industries (SSM), has a regional office in Riyadh, Saudi Arabia, for overseeing and coordinating export activities in the region.

 

Other Turkish weapons include the Altay tank, a $400 million project developed and produced by privately owned armored vehicles maker Otokar. South Korea’s Hyundai Rotem and Turkey’s Roketsan and Aselsan, a state-owned military communications and electronics company, are among the project’s sub-contractors. Also, last month Aselsan said it successfully developed the country’s first indigenous identification friend or foe (IFF) system and delivered the first prototypes to the Turkish military

Partager cet article
Repost0
23 avril 2013 2 23 /04 /avril /2013 19:30
Jordan refutes report of opening airspace to Israeli armed drones to spy on Syria

April 22, 2013 RT.com

 

A Jordanian military official has refuted the reports that Jordan has opened two air corridors for Israeli drones to monitor the Syrian conflict. The official told RT Arabic that an earlier report by Le Figaro was “inaccurate and groundless.”

 

Citing a Western military source, the French daily said the decision to open Jordanian airspace to the Israelis had been reached in March following a visit by President Barack Obama to the country.

 

"The Syrians have Russian air defense assets, but Israeli aircraft are difficult to detect and therefore virtually immune to anti-aircraft measures," said the unnamed source to Le Figaro. The military craft will fly at night to minimize the risk of detection and are capable of striking a target “anywhere in Syria.”

 

The report follows an alleged Israeli strike at targets inside the Syrian border in acts branded as a violation of the UN charter. The new aerial corridors through Jordan will allow Israeli aircraft to avoid flying over southern Lebanon and inciting a possible aggressive response from Hezbollah.

 

Israel has repeatedly voiced its concern over stockpiles of chemical weapons in Syria and the possibility they may fall into the wrong hands. In late January the Israeli government issued a number of warnings to Syria before reports of an air strike on what Damascus claimed was a “scientific research center" emerged. Israel did not take direct responsibility for the strike, but Defense Minister Ehud Barak implied Israeli involvement.

 

“I keep telling you frankly that ... when we say something we mean it. We say that we don’t think [Hezbollah should be allowed] to bring advanced weapons systems into Lebanon,” he told journalists in Germany a week after the attacks.

 

The US got behind Israel, stating that Washington had been informed prior to the strike on what was also said to be a weapons convoy heading to Lebanon.

 

The attack on a Syrian target drew widespread condemnation internationally, with Lebanon decrying the strike as “barbaric aggression,” while Russia said it was deeply concerned by the move that was in breach of the UN charter.

 

Israel has taken steps to beef up its military defenses along its borders with Syria and Lebanon. Iron Dome missile defense components were deployed along Israel’s northern borders along with a US-made Patriot missile unit in February, security sources told Reuters. The anonymous military spokesperson maintained that the deployment was purely routine.

 

Jordan has been dramatically affected by the escalating violence in neighboring Syria. Hundreds of thousands of refugees have flooded into Jordan since the conflict began over two years ago, leading to the creation of vast camps to house them. On Sunday the Jordanian authorities detained eight Syrians in a camp along the border for inciting riots, fueling fears the conflict could spark violence in Jordan.

 

Jordanian King Abdullah reportedly met with embattled Syrian President Bashar Assad in secret in March with a view to curb the influx of Syrian into Jordan. Assad, for his part, issued a warning to the Jordanian government last week, stating that thousands of fighters had crossed into Jordan to fight government forces.

 

"The fire will not stop at our border and everybody knows that Jordan is exposed as Syria is," Assad said in an interview broadcast on Al-Ikhbariya television.

 

The Syrian conflict has been raging for over two years and has shown no signs of abating. Opposition support group, the so-called Friends of Syria, met over the weekend to discuss monetary aid to rebel forces attempting to oust President Assad. The group granted $123 million in ‘non-lethal’ aid to the Syrian opposition.

Partager cet article
Repost0
23 avril 2013 2 23 /04 /avril /2013 17:30
Israël conservera sa supériorité militaire au Proche-Orient (chef du Pentagone)

TEL-AVIV, 22 avril – RIA Novosti

 

Le secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel, en visite en Israël, a promis lundi d'assurer le maintien de la supériorité militaire d'Israël au Proche-Orient.

 

"La livraison d'avions de combat et de missiles à l'Etat hébreu contribuera à assurer la supériorité d'Israël dans le ciel et permettra à ses forces aériennes d'agir sur de grandes distances", a dit le chef du Pentagone lors d'une conférence de presse avec son homologue israélien Moshe Yaalon.

 

Il s'agit d'un important contrat de vente à Israël de missiles de défense anti-aérienne, de nouveaux radars pour des avions de combat, d’avions de ravitaillement en vol KC-135 et, pour la première fois, d’appareils de transport V-22 Osprey, des engins mi-avion mi-hélicoptère.

 

Après Israël, Chuck Hagel se rendra en Egypte, en Jordanie, en Arabie saoudite et aux Emirats arabes unis. Ces derniers devraient acquérir des chasseurs F-16 et l’Arabie saoudite les derniers modèles de missiles américains.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories