Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 janvier 2016 4 21 /01 /janvier /2016 11:55
 Le général Soubelet publie un livre en mars

 

20.01.2016 source lessor.org

 

Le 24 mars, le général de corps d’armée Bertrand Soubelet publiera, chez Plon, un ouvrage intitulé "Tout ce qu’il ne faut pas dire". Si le titre annonce la couleur, le sous-titre est encore plus clair: "Insécurité, justice, un général de Gendarmerie ose la vérité".

Nous n’avons pu prendre connaissance du contenu de ce livre, mais il doit être sensible, surtout si l’on se rappelle que le franc-parler du général lui avait valu, le 1er septembre 2014, de perdre sa place de Directeur des opérations et de l’emploi, c’est à dire de numéro 3 de la Gendarmerie.

D'autant qu'il est extrêmement rare, en France, de voir des généraux en activité s'exprimer sur des sujets d'actualité.

Cette publication aurait dû rester secrète jusqu’au dernier moment. Mais, suite à une maladresse de la société de distribution de Plon, la parution a brièvement été annoncée en ligne. Vite retirée, l’information n’a pourtant pas échappé à la veille du ministère de l’Intérieur et de la Direction générale de la Gendarmerie, où les esprits sont désormais en ébullition en attendant de savoir ce qu’a pu écrire le "général Courage", comme il avait été surnommé lors de son éviction.

suite de l'article

Repost 0
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 11:55
Bouclier de protectin de la BRI, après l'assaut. 27 impacts - crédits inconnu

Bouclier de protectin de la BRI, après l'assaut. 27 impacts - crédits inconnu

 

17.11.2015 Par Simon Piel - LE MONDE

 

Juste avant l’assaut, alors que les policiers étaient dans le bâtiment, l’un des terroristes du Bataclan a transmis un numéro de téléphone portable aux hommes de la brigade de recherche et d’intervention (BRI), l’unité d’intervention de la police judiciaire. Le numéro a aussitôt été transmis au négociateur — celui qui avait parlé avec Amedy Coulibaly lors de la prise d’otages de l’Hyper Cacher. Mais de négociations il n’y a jamais eu.

Les hommes en armes du Bataclan, qui avaient déjà tué à la kalachnikov des dizaines de personnes venues assister au concert du groupe Eagles of Death Metal, ne l’ont jamais envisagé. Cinq coups de fil ont été échangés avec la police. A chaque fois, ils ont demandé aux policiers de partir, sans quoi ils allaient continuer à tuer.

Vers 22 heures, au début de l’attaque, un policier d’une brigade anticriminalité pénètre dans l’enceinte du Bataclan : il est le premier à constater l’étendue de l’horreur. Au rez-de-chaussée, il tombe nez à nez avec l’un des assaillants. Selon des sources policières et judiciaires, il tire sur le terroriste et la ceinture d’explosifs se déclenche. Est-ce l’assaillant qui a mis lui-même en route l’explosion de la ceinture ou est-ce le tir du policier, voire la chute, qui l’a déclenchée ? L’enquête le déterminera dans les jours qui viennent.

Suite de l’article

Repost 0
30 octobre 2015 5 30 /10 /octobre /2015 16:55
photo GIGN

photo GIGN


30.10.2015 par GIGN

 

Au cours de cette semaine, un séminaire d'entraînement en boxe anglaise s'est déroulé à l'unité.

 

Ce séminaire d'une durée de trois jours était dédié à perfectionner les gendarmes du GIGN en matière de boxe anglaise. Dans ce cadre, le major Joël Carraz, conseiller technique militaire en boxe anglaise, basé à Lyon, qui est ancien champion de France en boxe anglaise, est venu encadré cette session d'entraînement au sein de l'unité. Ce type d'échange se déroule régulièrement depuis dix ans avec le GIGN.

Les gendarmes de l'unité pratiquent les sports de combat de manière hebdomadaire. Ils s'entraînent à pratiquer des techniques de percussions et de préhension qui sont basées notamment sur des bases de boxe pieds-poings, de ju-jitsu brésilien et de Mixed Martial Arts (MMA) et qui sont ensuite adaptées aux besoins opérationnels propres à l'unité.

Repost 0
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 15:55
Ministere de l Interieur photo DICOM Jean-Luc ZIEGLER

Ministere de l Interieur photo DICOM Jean-Luc ZIEGLER

 

07/10/2015 Par Christophe Cornevin – LeFigaro.fr

 

Une douzaine d'experts chevronnés dispose d'un fichier de 11.400 personnes radicalisées, dont 16% de mineurs.

 

L'affaire Yassin Salhi, chauffeur-livreur de 35 ans qui a décapité le 26 juin son ex-patron à Saint-Quentin-Fallavier (Isère), a provoqué un électrochoc Place Beauvau. Le terroriste présumé qui avait fait l'objet d'une fiche S, pour «Sûreté du territoire», était en effet sorti des écrans radars du renseignement en raison d'une vie a priori rangée. Avant de passer à l'acte dans ce que les psychiatres ont appelé une «explosivité émotionnelle», l'homme s'était donc littéralement fondu dans le paysage sans qu'aucune unité ne suive plus sa trace. Fût-ce à distance.

 

Suite de l'article

Repost 0
20 septembre 2015 7 20 /09 /septembre /2015 11:55
Exercice de sauvetage en mer avec le Super Puma - photo Armée de l'Air

Exercice de sauvetage en mer avec le Super Puma - photo Armée de l'Air

 

19/09/2015 Armée de l'air

 

Le 10 septembre 2015, l’escadron d’hélicoptères (EH) 1/44 «Solenzara» a soutenu le bataillon de marins-pompiers de Marseille lors d’un exercice.

 

En réponse à une demande de concours pour un soutien héliporté, un Super Puma de la base aérienne 126 de Ventiseri-Solenzara et son équipage ont héliporté un groupe d’intervention de douze pompiers en tenue de feu sur le bâtiment du centre d'entraînement aux techniques d'incendie et de survie (CETIS).

 

Le ministre de l’Intérieur ainsi que de hautes autorités locales ont pu assister à cette démonstration d’intervention sur un incendie de navire, illustrant parfaitement la complémentarité des moyens étatiques dans le cadre des missions de service public.

Repost 0
11 septembre 2015 5 11 /09 /septembre /2015 16:55
photo BMPM / Marine Nationale

photo BMPM / Marine Nationale

 

10/09/2015 Sources : BMPM / Marine Nationale

 

M. Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, a assisté ce jeudi 10 septembre 2015, à une démonstration de mise en œuvre du module du BMPM, unique en France, lors d'un sinistre à bord d'un navire.

 

Cette démonstration consistait à reproduire, sur le simulateur Feu de navire du centre d’entraînement du BMPM, un sinistre d’ampleur (explosion puis propagation d’un incendie à bord d’un ferry contenant plusieurs centaines de passagers et de véhicules), faisant plusieurs victimes et nécessitant la projection du module de renfort du Bataillon. Via un hélicoptère de l’armée de l’air, une première partie du module, composée de 12 marins-pompiers et médecins urgentistes du BMPM est aérocordée (descente sur corde lisse depuis l’hélicoptère). Les marins-pompiers mettent en œuvre les premières mesures de lutte contre l’incendie et entament en parallèle l’installation du poste médical avancé et la prise en charge des victimes.

 

Ce module est composé d'un pool de 40 marins-pompiers aérocordables ou hélitreuillables, mobilisables en 2h, et projetables sur toutes les façades maritimes françaises métropolitaines via les moyens de la sécurité civile ou de l'armée. Pivot de la capacité nationale de réponse aux sinistres à bord des navires et répondant aux objectifs du contrat territorial de réponse aux risques et aux effets de la menace du ministère de l'Intérieur, ce module peut être rapidement complété par plusieurs centaines de marins-pompiers selon la nature et l'ampleur du sinistre.

 

Leur ADN de marins et l'expérience terrain des opérations de secours, font des marins-pompiers de Marseille, des experts de l'intervention à bord des navires, en mer, en rade, ou à quai.

Référent national feu de navire, le BMPM dispose d'une capacité de projection de marins-pompiers experts en sinistres à bord des navires, en commandement des opérations de secours, en dépollution, en risques technologiques, ainsi que de médecins urgentistes, capables de traiter plusieurs dizaines de victimes en totale autonomie pendant 24h.

Repost 0
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 12:56
photo Aqui.fr

photo Aqui.fr


25.06.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense

Le ministère de l'Intérieur vient de lancer un appel d'offres pour la "fournitures de micro-drones au profit de la Gendarmerie Nationale, maintien en condition opérationnelle des micro-drones acquis et formation pour la fonction de télé-pilote". Cet appel d'offres est à consulter ici.

L'avis précise que "chaque micro-drone est un système d'aéronef sans pilote de type quadri-rotor à décollage vertical, de taille réduite et compacte, facilement transportable et très discret. Chaque système est équipé d'un vecteur aérien, d'une station de réception et de visualisation sol et d'un moyen de transport et de stockage. Les spécificités techniques propre à chaque lot sont précisées au cahier des charges techniques particulières (Cctp)."

Combien de drones:
- 4 (max: 6) micro-drones haut de gamme (vitesse, autonomie) ou durci de type VTOL, avec zoom d'au moins X10, pour le lot 1
- 19 (jusqu'à 30) micro-drones grand public pour le lot 2.

Repost 0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 11:25
photo EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

 

16/06/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Dans la nuit du 7 au 8 juin 2015, à près de 300 milles nautiques au Nord-Est de la Martinique, la frégate de surveillance Ventôse des forces armées aux Antilles (FAA) a intercepté un voilier qui s’apprêtait à traverser l’océan Atlantique en direction de la France. Lors de sa fouille, 86 kg de cocaïne ont été découverts, d’une valeur estimée à 2,7 millions d’euros sur le marché européen.

 

Alors qu’elle faisait route vers Fort-de-France pour y faire détruire par l’antenne Caraïbes de l’office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (OCRTIS) les 524 kg de Marijuana interceptés le 4 juin 2015, le Ventôse a été dérouté vers le voilier Relambi, battant pavillon de Gibraltar, lui aussi suspecté de trafic de drogues par l’OCRTIS. Une fois le voilier localisé et stoppé par l’hélicoptère embarqué Panther, l’équipe de visite du Ventôsey est intervenue en pleine nuit. Les marins ont découvert à son bord un présumé narcotrafiquant de nationalité française et de nombreux colis contenant de la cocaïne.

 

Le 9 juin, de retour à la base navale de Fort-de-France, l’équipage du Ventôse a remis à l’OCRTIS le suspect, le voilier et la drogue. Cette interception en haute mer a été le déclencheur d’une vaste opération d’interpellations en Italie et en France aboutissant à l’arrestation de 18 personnes dont 15 ont été écrouées. C’est le résultat d’une longue enquête menée depuis un an par les différents services de la direction centrale de la police judiciaire.

 

Agissant dans le cadre de l’Action de l’État en mer, les forces armées aux Antilles opèrent régulièrement de manière coordonnée avec les autres administrations françaises ainsi que ses partenaires étrangers de la Caraïbe, pour réprimer les trafics de drogue en haute mer. Ces opérations sont placées sous l’autorité du préfet de la Martinique, délégué du gouvernement pour l’action de l’État en mer aux Antilles et conduites depuis le centre opérationnel interarmées implanté à Fort-de-France par le commandant supérieur des forces armées aux Antilles et commandant de la zone maritime Antilles. Elles sont menées en parfaite collaboration avec l'autorité judiciaire (JIRS de Fort de France).

 

Ces opérations illustrent la détermination et l'efficacité de l'action interministérielle menée par la France pour lutter contre le trafic de produits stupéfiants en zone maritime Antilles.

 

Ces opérations portent le bilan de cette année 2015 à plus de 5,9 tonnes de drogue interceptées en mer par l’action conjointe des services français dans la zone maritime Antilles.

photo EMA / Marine Nationalephoto EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

Repost 0
20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 08:55
Les 70 ans des démineurs de la sécurité civile

 

19 mars 2015 par Henri Weill - Ainsi va le monde !

 

Le 21 février 1945, le général de Gaulle signait l'ordonnance de création de la direction du déminage, qui était placée sous la tutelle du ministre de l'urbanisme et de la reconstruction. C'est Raymond Aubrac, qui venait de passer six mois à Marseille comme commissaire de la République, qui en en fut le premier directeur. Celui-ci parlait toujours avec émotion de cette mission. Il fut chargé de mettre sur pied cette nouvelle force d'intervention qui, en cette période d'après-guerre, neutralisa 13 millions de mines et 16 millions d'obus et engins divers, dans des conditions techniques précaires.

 

Rattachés depuis 1964 au ministère de l'intérieur, les démineurs sont chargés de la détection, l'enlèvement, la destruction des objets suspects. En 2014, 2 141 ont ainsi été neutralisés. Le service participe également à la sécurisation des voyages officiels. Chaque année les démineurs transportent et détruisent également 600 tonnes de munitions des deux grandes guerres mondiales. Depuis 1945, 620 démineurs sont décédés en service.

 

Note RP DefenseHistorique du Service du Déminage

Repost 0
16 mars 2015 1 16 /03 /mars /2015 18:55
Cinq sites internet bloqués pour apologie du terrorisme, une première en France

 

16 mars 2015  Romandie.com (AFP)

 

Paris - L'accès à cinq sites internet accusés de faire l'apologie du terrorisme est bloqué depuis la fin de la semaine dernière en France, une première dans ce pays, a-t-on appris lundi auprès du ministère de l'Intérieur.

 

Parmi ces sites internet figurent celui d'al Hayat Media Center, une branche du groupe Etat islamique chargée de sa communication, et islamic-news.info, selon cette source.

 

L'ordre de blocage a été émis par l'Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l'information et de la communication. Les fournisseurs d'accès, auparavant identifiés par les services de renseignement, ont ensuite eu 24 heures pour appliquer la décision.

 

Cette possibilité de blocage des sites internet soupçonnés d'apologie du terrorisme est l'une des mesures phares de la loi antiterroriste votée en novembre.

 

Elle avait été critiquée par la commission consultative des droits de l'Homme, qui estimait l'intervention d'un juge nécessaire pour ordonner et contrôler le retrait d'un contenu illicite et le blocage d'un site internet

 

Parmi les autres mesures de cette loi antiterroriste figure l'interdiction administrative de sortie du territoire des candidats au jihad.

 

Six Français âgés de 23 à 28 ans qui s'apprêtaient à partir en Syrie ont ainsi vu leur passeport confisqué mi-février pour une durée de six mois renouvelable pendant deux ans.

 

Repost 0
8 mars 2015 7 08 /03 /mars /2015 14:55
photo CNEFG

photo CNEFG

 

08/03/2015 Jean-Pierre Beuve correspondant à Caen - Le Point.fr

 

La journée internationale des droits des femmes 2015 trouve aussi des échos dans la gendarmerie mobile, des unités de maintien de l'ordre très masculines.

 

Encore un bastion masculin qui tombe en cette journée internationale des droits de la femme ! Spécialisée dans le maintien de l'ordre et la sécurisation du territoire, la gendarmerie mobile (114 escadrons, 13 800 militaires) va accueillir ses tout premiers éléments féminins. Formées à l'école de gendarmerie de Châteaulin (Finistère), qui accueille chaque année entre 800 et 1 200 élèves, cinq jeunes femmes âgées de 21 à 26 ans vont être affectées fin mars dans les escadrons de Lyon, Versailles-Satory et Mont-de-Marsan. Cette féminisation de la "mobile" a été décidée en septembre par la direction générale de la gendarmerie nationale.

 

Suite de l’article

Repost 0
23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 06:55
photo Armée de Terre

photo Armée de Terre

 

17/02/2015 Armée de Terre

 

Déployées dans le cadre de l’opération SENTINELLE, à Rouen, deux patrouilles du 12e régiment de cuirassiers ont appuyé les forces de l’ordre dans l’arrestation de 4 individus qui avaient commis un vol à main armée, le 09 février 2015.

 

19h10, un message tombe à la radio (ACROPOL) : « braquage à main armée d'un bar tabac par 4 individus qui ont pris la fuite en scooter ». Deux patrouilles véhiculées du 12e RC, qui sillonnent au même moment l’agglomération de Rouen, repèrent deux suspects sur un scooter correspondant à la description.

 

Au côté de la police qui les rejoint aussitôt, les cuirassiers sécurisent alors les lieux et mettent en place un cordon de sécurité, tandis que la police procède à l’arrestation des suspects.

Repost 0
11 février 2015 3 11 /02 /février /2015 08:55
photo Ministère de l'Intérieur

photo Ministère de l'Intérieur

 

10/02/2015 Par Lucie Ronfaut – LeFigaro.fr

 

Le nombre de signalements adressés à la plateforme gouvernementale Pharos a bondi le mois dernier, à la suite des attentats à Paris.

 

La plateforme de signalement Pharos a enregistré un pic d'activité le mois dernier, à la suite des attentats contre la rédaction de Charlie Hebdo et contre l'Hyper Cacher de Vincennes. Elle a reçu en janvier pas moins de 35.000 alertes concernant des messages faisant l'apologie du terrorisme, dont 29.000 la seule semaine qui a suivi les attentats, selon des chiffres communiqués mardi. En comparaison, les policiers et les gendarmes avaient reçu 1500 signalements pour apologie du terrorisme pour toute l'année 2014.

 

Suite de l’article

Repost 0
8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 21:55
Coup de filet anti-djihadiste à Albi et Toulouse

 

08/02/2015 Le Point.fr

 

Cinq personnes ont été interpellées à Albi, une sixième vers Toulouse. Elles sont soupçonnées d'avoir recruté des candidats au djihad.

 

Six personnes soupçonnées d'appartenir à une filière djihadiste ont été interpellées tôt dimanche matin dans les régions de Toulouse et d'Albi. L'opération avait été ordonnée par des magistrats du pôle antiterroriste de Paris, saisis d'une information judiciaire ouverte pour "association de malfaiteurs terroriste et financement du terrorisme". Elle a été menée par les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

Cinq personnes ont été interpellées à Albi et ses environs, la sixième dans la région toulousaine. Elles sont soupçonnées de transferts de fonds douteux et d'avoir recruté des candidats au djihad. Les enquêteurs cherchent également à vérifier si certaines d'entre elles se sont rendues en Syrie.

 

Proches de Merah

Dans un autre dossier, dit de la filière d'Artigat, du nom d'un village de l'Ariège supposé être la base de repli de candidats au djihad, plusieurs interpellations avaient été effectuées l'an passé, notamment à Toulouse et Albi où gravitent d'anciens proches de Mohamed Merah, qui avait assassiné sept personnes, dont trois enfants dans une école juive en 2012.

 

Mises en examen

Le 19 janvier, le procureur de Paris, François Molins, avait annoncé que 1 280 personnes au total étaient "soit sur le départ, soit sur place, soit sur le retour, soit déjà revenues sur le territoire français". Plus de 100 enquêtes et informations judiciaires sont ouvertes à Paris en lien avec ces départs en Syrie. Il avait indiqué que 125 suspects avaient été mis en examen dans ces dossiers, des chiffres susceptibles d'avoir évolué à la hausse depuis.

"Ce nouveau coup de filet intervient cinq jours après l'interpellation pour des motifs similaires de huit personnes dans les régions parisienne et lyonnaise, dont cinq ont été mises en examen samedi, et quatre écrouées", a rappelé dimanche Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur.

Repost 0
7 février 2015 6 07 /02 /février /2015 21:55
photo Armée de Terre

photo Armée de Terre

 

07 février 2015 Romandie.com (AFP)

 

Paris - L'agresseur présumé de trois militaires français en faction devant un centre communautaire juif mardi à Nice (sud-est), un mois après les attentats jihadistes à Paris, a été inculpé samedi pour tentatives d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste et placé en détention provisoire, a appris l'AFP de source judiciaire.

 

Un soldat avait été blessé au couteau à une joue, et un autre au bras, alors que le troisième avait maîtrisé l'assaillant, Moussa Coulibaly, 30 ans, une personne connue des services de renseignement après avoir donné des signes de radicalisation, selon l'expression du ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.

 

Durant sa garde à vue, il a rompu le silence mercredi pour évoquer sa haine de la France, de la police, des militaires et des juifs, selon une source proche de l'enquête.

 

Les enquêteurs cherchent dorénavant à déterminer le parcours et les motivations de Moussa Coulibaly, entre autres de déterminer s'il savait que les militaires surveillaient l'accès à un centre communautaire abritant discrètement, dans une cour en retrait de la rue, le Consistoire israélite de Nice, Radio Shalom et une association juive.

 

Après les premières 48 heures de garde à vue, il a fait savoir jeudi qu'il ne souhaitait plus être assisté d'un avocat, a indiqué vendredi à l'AFP son avocate commise d'office pour les premiers interrogatoires, Me Caroline Laskar.

 

Cette attaque à Nice a été la première qualifiée de terroriste depuis les attentats perpétrés par trois jihadistes français à Paris du 7 au 9 janvier contre la rédaction de l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, des policiers et un supermarché casher, qui ont fait 17 morts. Les trois auteurs avaient été abattus par les forces de l'ordre.

 

Moussa Coulibaly n'a a priori aucun lien avec Amédy Coulibaly, l'un des trois auteurs des attentats de Paris, selon plusieurs sources proches de l'enquête. Amédy Coulibaly avait abattu une policière dans la banlieue sud de Paris le 8 janvier avant de tuer le lendemain un employé et trois clients juifs lors d'une prise d'otages sanglante dans un supermarché casher.

 

Dans l'hôtel proche de la gare de Nice où Moussa Coulibaly séjournait depuis le 29 janvier, les policiers ont trouvé un texte écrit de sa main adressé à Allah, mais où il ne mentionne aucun projet d'attentat, selon une source proche de l'enquête.

 

Il était déjà venu à Nice les 25 et 26 janvier, puis était parti en Corse où il s'était fait repérer par la police aux frontières en cherchant à acheter un aller simple au départ de Nice pour la Turquie, étape sur la route du jihad en Syrie.

 

La Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), alertée par la police aux frontières, avait demandé aux autorités turques de le refouler, ce qu'elles ont fait le 29 janvier. A son retour en France, il avait été placé sous surveillance policière.

 

Moussa Coulibaly est connu pour des faits de droit commun à Mulhouse (est) où il a résidé entre avril 2006 et novembre 2009: vol à l'étalage, violences, usage de stupéfiants, outrage à agents de la force publique.

 

Quelque 10.500 militaires ont été déployés en renfort en France depuis les attentats pour protéger les sites sensibles, notamment ceux de la communauté juive.

Repost 0
3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 19:55
Agression à l'arme blanche d'un militaire du 54e Régiment d'Artillerie

 

3 février 2015 Communiqué de presse de M. Bernard Cazeneuve

 

Aujourd’hui, peu après 14 heures, un individu a violemment agressé à l’arme blanche un militaire du 54ème Régiment d’Artillerie, en faction devant un centre communautaire juif à Nice, le blessant au visage.

 

Deux autres militaires du même régiment, également présents dans le cadre de la mission VIGIPIRATE, sont immédiatement intervenus aux côtés du soldat attaqué pour maîtriser l’agresseur. Un deuxième soldat était à son tour blessé au bras, avant que l’agresseur soit interpellé par les forces de police arrivées en renfort.

 

Les militaires blessés ont été évacués vers le service des urgences de l’hôpital Saint-Roch. Leur pronostic vital n’est heureusement pas engagé.

 

L’auteur des faits âgé d’une trentaine d’années et originaire de la région parisienne, est très défavorablement connu des services de police.

 

Jean Yves le Drian, ministre de la Défense et Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur condamnent avec la plus grande fermeté cette attaque commise contre les forces armées.

 

Les ministres adressent leurs vœux de rétablissement aux soldats lâchement blessés et réitèrent leur détermination à assurer la protection de notre territoire et de nos compatriotes.

 

L’enquête conduite sous l’autorité de la section antiterroriste du parquet de Paris permettra d’établir les motivations et les circonstances de cet acte criminel.

Repost 0
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 08:56
photo MI SG Dicom

photo MI SG Dicom

 

23.01.2015 Par Frédéric Pons, Louis de Raguenel – V.A.

 

GIGN-Raid. La France dispose de quelques-unes des meilleures unités contre-terroristes du monde. En imaginant le pire, elles n’ont cessé de s’adapter à l’évolution de la menace. Ces années de “durcissement” viennent de payer.

 

« Assaut ! Assaut à Dammartin ! » Vendredi 9 janvier, 16h53. Les frères Kouachi viennent de tenter une sortie en force de l’usine de Dammartin-en-Goële. Ils montent à l’assaut des gendarmes en vidant leurs chargeurs de kalachnikov. La riposte est instantanée. Elle dure moins d’une minute. Les deux terroristes sont stoppés net, foudroyés par les tireurs d’élite du GIGN.

À 50 kilomètres de là, une autre opération est déclenchée simultanément : la neutralisation par le Raid d’Amedy Coulibaly, retranché dans l’Hyper Cacher de la porte de Vincennes. S’il apprend la mort de ses deux complices, il peut se venger sur ses otages. Il en a déjà tué quatre. Sa tentative de sortie en mitraillant les policiers du Raid en dit long sur sa détermination meurtrière.

Les clés du succès du GIGN (Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale), du Raid (Recherche, assistance, intervention, dissuasion, de la Police nationale) et de la BRI (Brigade de recherche et d’intervention, de la police judiciaire), ce vendredi 9 janvier, sont là : excellence des commandos engagés, vitesse d’exécution, détermination totale dans l’action, efficacité des procédures et des armes, et surtout coordination totale. Cette réussite ne doit rien à l’improvisation, malgré la simultanéité et la brutalité des attaques. Elle s’explique par l’énorme travail d’adaptation de ces forces contre-terroristes et par leur coopération, malgré la rivalité traditionnelle entre elles.

 

Suite de l’article

Repost 0
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 08:55
Interdiction de sortie du territoire des ressortissants français projetant de participer à des activités terroristes à l'étranger

 

 

Extrait du compte-rendu du Conseil des Ministres du 14 janvier 2015, relatif à la publication du décret concernant l’interdiction de sortie du territoire des ressortissants français projetant de participer à des activités terroristes, et l’interdiction administrative du territoire qui vise des ressortissants étrangers.


Le Ministre de l’Intérieur a présenté ce matin, en conseil des ministres, un décret relatif à l’interdiction de sortie du territoire des ressortissants français projetant de participer à des activités terroristes à l’étranger.

Le décret permet une mise en œuvre effective de deux mesures : l’interdiction de sortie du territoire qui vise des ressortissants français, et l’interdiction administrative du territoire qui vise des ressortissants étrangers.

Le décret définit les caractéristiques du récépissé remis à la personne qui fait l’objet d’une mesure d’interdiction de sortie du territoire national, celle-ci étant privée de son passeport et de sa carte nationale d’identité pendant la durée de l’interdiction. Cette mesure est prise par le Ministre de l’Intérieur lorsqu'il existe des raisons sérieuses de penser qu’une personne projette des déplacements à l'étranger pour participer à des activités terroristes ou vers un théâtre d'opérations où agissent des groupements terroristes.

Le décret permet également au Ministre de l’Intérieur de définir le pays de renvoi d’une personne qui fait l’objet d’une interdiction administrative du territoire. Il s’agit d’empêcher une personne d’entrer sur le territoire national lorsque sa présence en France constituerait une menace réelle, actuelle et suffisamment grave pour l'ordre ou la sécurité publique et de pouvoir procéder à son renvoi immédiat si elle y parvenait.

L’interdiction de sortie du territoire pour certains ressortissants français et l’interdiction administrative du territoire pour certains ressortissants étrangers dont la présence en France menacerait l’ordre public sont soumises au contrôle du juge administratif, qui peut être saisi en référé.

Ces deux mesures constituent de nouveaux outils de lutte antiterroriste introduits par l a loi n° 2014-1353 du 13 novembre 2014 renforçant les dispositions relatives à la lutte contre le terrorisme external link .

Repost 0
16 janvier 2015 5 16 /01 /janvier /2015 17:55
Repost 0
13 janvier 2015 2 13 /01 /janvier /2015 16:55
Terrorisme: Manuel Valls annonce des "mesures exceptionnelles"

 

13/01/2015 Par LeFigaro.fr avec AFP

 

Manuel Valls a estimé cet après-midi dans un discours devant l'Assemblée Nationale qu'il fallait, face au terrorisme, des "mesures exceptionnelles", mais "jamais des mesures d'exception".

 

Le premier ministre a aussi appellé à la sérenité, et à ne "pas céder à la précipitation", affirmant que "le blasphème ne sera jamais dans notre droit", et parlant d'un "esprit du 11 janvier 2015", avant d'égrener une liste de mesures qui allaient être adoptées dans l'année.

 

Manuel Valls a notamment demandé au ministre de l'Interieur, Bernard Cazeneuve, des propositions "dans les huit jours" concernant le contrôle d'internet.

 

La création de "quartiers spécifiques" dans les prisons d'ici la fin de l'année fait aussi partie des mesures annoncées par le premier ministre cet après-midi. Elle intervient dans un contexte de polémique autour de l'endoctrinement en prison. Le chef du gouvernement a fait référence à "l'expérience menée depuis cet automne à la prison de Fresnes" (Val-de-Marne), où la garde des Sceaux Christiane Taubira devait se rendre mardi après-midi.

 

Un quartier de cet établissement regroupe actuellement 23 détenus, contre une quinzaine au début de l'expérience, début novembre 2014.

 

Autre sujet sensible, le système européen sur les échanges de données des passagers européens (PNR), actuellement gelé à Bruxelles. Manuel Valls a promis que le dispositf français en vue de sa mise en place sera prêt en septembre.

 

Le premier ministre a en outre affirmé la nécessité de "régulièrement renforcer" les "services en charge du renseignement intérieur et la juridiction antiterroriste". "Tirer des leçons" des attentats de la semaine dernière, "c'est d'abord prendre conscience que la situation change en permanence et que les services en charge du renseignement intérieur et la juridiction anti-terroriste doivent être régulièrement renforcés", a affirmé le Premier ministre devant les députés.

 

La protection et les moyens sur les terrains d'actions extérieurs ont aussi été abordés lors de ce discours. "La solidarité de l'Europe doit aussi être dans le budget" contre le terrorisme dans le Sahel, a affirmé Manuel Valls.

Repost 0
13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 23:55
Du nouveau pour le plan Vigipirate

 

13/02/2014 gouvernement.fr

 

Le Premier ministre, avec les ministres de l’Intérieur, de la Défense et des Transports, a présenté un nouveau plan Vigipirate. Rénové pour mieux anticiper et répondre à la complexité croissante de la menace terroriste, il associe plus largement tous les acteurs impliqués dans sa mise en œuvre.

 

Le nouveau dispositif

 

Il faut souligner deux changements importants. Tout d’abord, le code d’alerte est simplifié et le code couleur abandonné au profit de deux niveaux de mobilisation : un niveau de vigilance (qui peut ponctuellement être renforcé par des mesures plus contraignantes) et un niveau d’alerte face à un risque imminent d’attentat. Ce dernier permet la mise en œuvre de mesures exceptionnelles et temporaires lorsque des projets d’attentats terroristes sont détectés ou lorsqu’un acte terroriste a été commis sur le territoire national. Ce nouveau code est à la fois plus simple et plus explicite, rendant Vigipirate plus flexible.

Deuxième nouveauté, le plan Vigipirate se dote d’une signalétique : un logo rouge en forme de triangle, portant la mention Vigipirate connue de tous les Français1, sera désormais visible dans l’espace public. Il permettra d’identifier plus rapidement l’application de mesures Vigipirate, là où un appel à la vigilance s’impose et là où les contraintes sont temporairement imposées, afin d’en expliquer le sens.

En cas d’alerte attentat, un logo spécifique "Alerte attentat" sera mis en place sur les lieux concernés.

 

Quel est l’objectif du plan Vigipirate ?

 

 

L’objectif de Vigipirate est triple. Il vise à la fois à protéger la population, les infrastructures et les institutions et à préparer les réponses en cas d’attaque. Il s'attache également à diffuser une culture de vigilance de l’ensemble des acteurs du plan : l’Etat, les opérateurs d’infrastructures et de réseaux vitaux, les collectivités territoriales, les opérateurs économiques mais aussi les citoyens. Enfin, il permet une réaction rapide et coordonnée en cas de menace ou d’action terroriste, afin de renforcer la protection, de faciliter l’intervention, et d’assurer la continuité des activités d’importance vitale.

 

 

Vigipirate, l’affaire de tous

De simples réflexes préventifs doivent être adoptés au quotidien : ne pas laisser de bagages abandonnés, signaler les objets ou comportements suspects, respecter les consignes de sécurité, se soumettre aux contrôles, faciliter l’intervention des secours ou des forces de l’ordre. Toutes les informations utiles sur le plan Vigipirate sont disponibles et téléchargeables sur le site risques.gouv.fr.


  1. D’après les résultats d’un sondage de l’Ifop pour le Service d’information du Gouvernement, 94 % des Français connaissent le plan Vigipirate. 

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories