Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 février 2015 5 06 /02 /février /2015 08:45
U.N. Mali mission struggling in desert north with no peace to keep

 

05 February 2015 by defenceWeb (Reuters)

 

After U.N. helicopters strafed separatist rebels in northern Mali last month, residents of the region's largest town Gao took to the streets to celebrate the long-awaited burst of action by the peacekeeping mission. Just days later, a U.N. base in Gao was attacked by crowds hurling stones and petrol bombs, furious at rumours the peacekeepers had signed a secret deal with the rebels. At least three people were killed after U.N. troops opened fire, forcing U.N. Secretary General Ban Ki-moon to order an enquiry. The abrupt reversal highlights the daunting task facing the U.N. mission in a country where there is still no peace to keep, two years after French forces wrested control of Mali's desert north from separatist rebels and al Qaeda-linked militants. In part, the difficulties experienced by the U.N. mission in Mali (MINUSMA) stem from a mandate that has left it open to attack from all sides. Peacekeepers in Mali are supposed to help the state impose its authority on the north, while also acting as a broker for stalled peace talks between the warring factions - a role that requires the U.N. mission to win the trust of rebels. "MINUSMA's position (was already) delicate due to the complex mandate," said Jean-Herve Jezequel, Sahel analyst at International Crisis Group. "The events in Gao have just complicated an already very tricky task." While France's focus has shifted to regional counter-terrorism, the 10,000-strong U.N. mission that deployed in the wake of the swift French offensive in Mali inherited the trickier task of rebuilding a broken state. U.N. peacekeepers face challenges ranging from Malians' expectations that they would bring separatists to heel, a leadership vacuum within the mission itself, and the harsh reality of operating in a zone awash with rebels, Islamists and organised criminal gangs. "MINUSMA's relationship with the government and the (rebel) groups was already strained by the lack of trust," Jezequel said. "The Malian population doesn't understand the role of the mission. This is not a lack of explanation but a fundamental problem."

 

WINNING HEARTS

Having seen French firepower defeat Qaeda-linked forces advancing south two years ago, many Malians want peacekeepers take a robust approach to the remaining rebels, especially those led by Tuaregs demanding a separate homeland. Yet until Dutch Apache attack helicopters destroyed a rebel vehicle in the town of Tabankort in January, they mostly saw U.N. troops standing guard on sandy urban streets. "MINUSMA had won over our hearts when they appeared to launch the assault against the rebels," said Mountaga Toure, a Malian political analyst. "But then they wasted this enormous feeling of goodwill with a bogus agreement," he said, referring to a proposed buffer zone to separate warring factions, which was seen as favouring Tuareg separatists over pro-government militia. The idea, which peacekeepers say was a working document, has since been scrapped. However, it highlights an atmosphere of mistrust and the mission's failure to communicate effectively with Malians. Yvan Guichaoua, a Mali expert at the University of East Anglia, said the mission had not received due credit for behind-the-scenes work in talking sides down from conflict. Tiebile Drame, leader of the opposition PARENA political party, agreed. He said much was done by U.N. peacekeepers that few knew about: "They send their planes, helicopters to take soldiers and wounded out of the field to the hospitals." But Drame argues Mali's President Ibrahim Boubacar Keita was partly responsible for strained ties with the U.N. mission due to his reluctance to fully back talks with rebels. The negotiations are unpopular in the southern capital. Keita came to power promising to restore order to the north, where Tuaregs have repeatedly taken up arms. However, a failed attempt to seize their stronghold, Kidal, last year left the army as weak as ever. Keita has publicly told Malians to see peacekeepers as allies not enemies. But tension runs deep through the relationship. "Our message to him - and in fact to all parties - is to make the compromises needed to get a deal," said a senior U.N. official working on Mali. "But even after the events in Kidal last May, there are apparently some who still want to avoid this."

 

PAYING FOR ERRORS

 

Peacekeepers say they fired on separatists in Tabankort to protect civilians and U.N. troops being shot at there during clashes between pro- and anti-government militia - the latest in a string of violations of a ceasefire signed last year. ICG's Jezequel said MINUSMA should have come out sooner against violations. "The mission is paying for the errors it made but also the lack of will on the warring factions to stick to the ceasefire." The departure in October of Bert Koenders, the U.N. mission chief who left to become Dutch foreign minister, has hamstrung the operation, several diplomats said. In a bid to save talks, the government and armed groups have been convened for meetings in Algeria this week. However, U.N. diplomats must forge peace in an environment where both the government and the separatists have an interest in prolonging fighting, hoping to win more ground. Violence also suits criminal gangs battling over smuggling routes across the Sahara, and Islamists who profit from lawlessness. With U.N. patrols and bases increasingly coming under Islamist attack, the mission has already lost more than 30 dead and nearly 100 injured since mid-2013. For many, the priority is just to keep blue helmets safe. "There are clearly a lot of actors who are not on board. The extremist groups and the traffickers are profiting from this," the U.N. official said.

Repost 0
5 février 2015 4 05 /02 /février /2015 13:45
Barkhane : point de situation du 5 février 2015

 

05/02/2015 Sources : État-major des armées

 

Cette semaine, la force Barkhane a poursuivi quotidiennement les opérations conduites dans les deux fuseaux de la zone d’opérations, aux côtés de ses partenaires du G5 Sahel et de la MINUSMA. Parallèlement, elle a achevé la relève du groupement tactique Est.

 

Le dimanche 1er février 2015, le GTD-Est Bruno, majoritairement armé par le 3ème RPIMa, a été relevé par le GTD-Est Altor, majoritairement armé par le 2ème REP. Le colonel Jean-Michel Meunier succède au lieutenant-colonel Jean-Côme Journé à sa tête.

 

Au cours de son mandat, le GTD-E Bruno a notamment largement participé à la montée en puissance de la base avancée temporaire (BAT) de Madama, au Nord Niger. Ses opérations de contrôle de zone réalisées en appui des forces armées nigériennes dans la région de Madama et sa participation à l’implantation de la BAT ont contribué à renforcer la sécurisation de cette zone frontalière riche en flux commerciaux, notamment à cause de la présence, à Madama, des premiers puits nigériens depuis la frontière libyenne.

 

Du 26 au 28 janvier 2015, la force Barkhane a effectué des fouilles de caches découvertes lors d’opérations menées au mois de décembre dans une zone située au Nord d’Almoustarat, dans la région de Tabenkort. Ces fouilles s’inscrivent dans la continuité des actions menées lors des opérations Beauchene depuis le 12 décembre 2014. Cette semaine, le GTD-Ouest a effectué la fouille de huit caches aboutissant à la découverte de quelques roquettes de 122 mm et d’un trépied pour arme collective. Cette opération de fouilles permet de maintenir la pression sur les groupes armés terroristes et les empêchent de reconstituer leurs sanctuaires. Du 20 au 25 janvier, ce sont une dizaine d’obus de 122 mm et près de 120 fusées qui avaient été découvertes dans d’autres caches.

 

Enfin, dans la nuit du 30 au 31 janvier 2015 au cours d’une opération conduite au nord du Mali suite à un renseignement d’opportunité, la force Barkhane a décelé et neutralisé un groupe armé terroriste dans la zone est de l'Adrar des Ifoghas. Au cours de cet accrochage, une douzaine de terroristes a été mis hors de combat.

 

L’action des forces françaises dans la bande sahélo-saharienne est guidée par leur partenariat avec les principaux pays de la région, formant depuis le mois de février 2014 le « G5 Sahel ». Depuis quelques mois, deux de ces pays partenaires sont directement menacés à leur frontière par le groupe terroriste Boko Haram. La force Barkhane a donc mis en place une cellule de coordination visant à aider ces deux partenaires à prendre en compte cette menace avec les pays de la région. Il s’agit d’une cellule de coordination et de liaison (CCL) dans laquelle les pays du Lac Tchad peuvent partager leur renseignement et coordonner la réponse qu’ils souhaitent apporter à ce fléau. Dans le même cadre, un détachement de liaison et de contact, avec une capacité de soutien autonome, a été mis en place à Diffa, au sud du Niger, auprès des forces nigériennes.

 

L’opération Barkhane regroupe 3 000 militaires dont la mission, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes dans la bande sahélo-saharienne.

Barkhane : point de situation du 5 février 2015Barkhane : point de situation du 5 février 2015
Barkhane : point de situation du 5 février 2015
Repost 0
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 21:45
Gao : les casques bleus ouvrent le feu

 

27.01.2015 par BBC Afrique

 

Au moins trois personnes ont été tuées à Gao au Mali lors d'une manifestation contre la Mission de l'Onu dans le pays.

 

Les casques bleus ont ouvert le feu sur une foule qui vociférait contre la Minusma, accusée de tenter d'affaiblir des groupes armés soutenant le gouvernement malien contre les rebelles. Selon le correspondant de la BBC à Bamako qui s'appuie sur des sources militaires, les manifestants sont des jeunes pour la plupart. Selon les explications officielles de la Minusma, l'incident est survenu quand les manifestants ont assiégé les policiers onusiens.

 

Suite de l'article

Repost 0
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 20:45
UN base in Mali's Gao city hit by deadly clashes

 

27 January 2015 BBC Africa

 

At least two people have been killed after UN forces tried to end a siege of their military base in the northern Malian city of Gao, government and hospital sources said.

 

Protesters attacked to show their opposition to reports of a UN plan to create a buffer zone in the region. Northern Mali has been hit by conflict between government forces, Tuareg separatists and militant Islamists. The UN has a 9,000-strong force in Mali to bolster the weak government. The protesters claimed that a buffer zone in Gao region's Tabankort district would favour Tuareg separatists. The area is presently controlled by pro-government militiamen who have clashed in recent weeks with separatist Tuareg rebels.

 

Read more

Repost 0
21 janvier 2015 3 21 /01 /janvier /2015 17:45
Dutch Apaches strike Mali rebels

 

21 January 2015 by defenceWeb (Reuters)

 

Dutch AH-64 Apache attack helicopters with the United Nations carried out air strikes on Tuareg rebel forces in northern Mali on Tuesday, the first such engagement by Dutch forces serving in the UN mission in Mali.

 

The U.N. mission, known as MINUSMA, said it was responding to heavy weapons fire directed at its peacekeepers in the town of Tabankort. It said the helicopters only destroyed a rebel vehicle after firing warning shots that were ignored.

 

A spokesman for the MNLA Tuareg separatist rebels, who are involved in peace talks with the Malian government in Algeria, denied warning shots had been fired and said five fighters had been killed and several others wounded.

 

U.N. peacekeepers have deployed across northern Mali to help the weak Bamako government secure desert zones that were occupied by a mix of rebels and al Qaeda-linked Islamists in 2012 until a French military intervention two years ago.

 

The incident highlights how Mali's north is still awash with various armed groups and is likely to complicate the last round of U.N.-backed peace talks due to take place next month between the government and the rebel factions that are involved.

 

The U.N. mission had been for days seeking to end a standoff over Tabankort, a desert town that the MNLA had surrounded and where there are rival pro-government militia fighters, as well as a contingent of U.N. peacekeepers protecting civilians.

 

"These actions were taken in line with our mandate which authorizes MINUSMA to use force to protect civilians, its personnel and its positions from attack or imminent danger," the mission said in a statement.

 

The U.N. mission did not give a toll and it said clashes were still taking place on Tuesday evening.

 

Some 450 Special Forces troops, intelligence operatives and four Apache helicopter gunships from the Netherlands have been deployed in northern Mali as part of a force of up to 12,000 men.

 

U.N. troops mostly help Mali's army occupy key towns while French soldiers hunt down resurgent Islamist militants. However, the Dutch contingent is tasked with intelligence gathering and has the force's only attack helicopters.

 

MNLA spokesman Moussa Ag Acharatoumane said cooperation with U.N. peacekeepers would be suspended as a result of the clash.

 

"There was no negotiation. There was no warning," he told Reuters. "That was an error, and bombing our positions was also a very serious political error."

 

A resident in the town of Kidal, an MNLA stronghold, said the bodies of five rebels had arrived and were being buried on Tuesday evening.

 

The Dutch contingent in Mali is mainly involved in conducting reconnaissance and gathering intelligence, serving, as it were, as the 'eyes and ears' of the mission. The Dutch contribution chiefly consists of, Special Operations Forces; intelligence personnel; Apache attack helicopters; Chinook transport helicopters (from October 2014); and police trainers. The first two Apaches arrived in Mali in May last year.

 

Troops from the Dutch Commando Corps and the Marine Corps, working in three teams, make up the operational core in the field. They have various types of vehicles at their disposal, including lightly armoured Bushmasters; Mercedes Benz tactical wheeled vehicles; Fennek tactical wheeled reconnaissance vehicles; and quad bikes.

 

The main task of the three Chinook helicopters is medical evacuation. The Dutch Chinooks have been fully deployed since October 2014. Until the arrival of the Chinooks, Dutch units only operated at distance from their base in Gao on condition that the French Operation Serval was able to guarantee medical evacuation.

Repost 0
21 janvier 2015 3 21 /01 /janvier /2015 07:45
photo Defensie.nl

photo Defensie.nl

 

21-01-2015 Par RFI

 

Les forces de l'ONU au Mali ont détruit mardi 20 janvier un véhicule des rebelles lors d'une frappe aérienne dans le nord du pays. La coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) assure avoir été visée par un hélicoptère de la Minusma. Sept personnes ont été tuées.

 

Lire l’article

Repost 0
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 07:45
Mali: des groupes armés rivaux s’affrontent dans le nord

 

18 janvier 2015 par Nicolas Laffont - 45eNord.ca

 

Des groupes armés rivaux dans le nord du Mali se sont affrontés samedi à Tabankort, dans la région de Gao, où la tension était vive depuis quelques jours, selon des responsables des belligérants et une source onusienne, sans faire état de mort ou blessé.

 

Les affrontements de Tabankort (plus de 190 km au nord de Gao) ont impliqué des combattants de groupes touareg et arabes formant la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) à des hommes du Groupe autodéfense touareg Imghad et alliés (Gatia) appuyés d’une branche du Mouvement arabe de l’Azawad (MAA), ont indiqué à l’AFP des dirigeants de la CMA et du MAA proche de Gatia ainsi qu’une source militaire africaine au sein de la Mission de l’ONU au Mali (MINUSMA) basée dans le Nord.

 

Suite de l'article

Repost 0
17 janvier 2015 6 17 /01 /janvier /2015 21:45
Mali: nouvelle attaque contre le camp de l’ONU à Kidal, un Casque bleu tchadien tué

Des Casques bleus près de Ber, au nord-est de Tombouctou, au Mali (Marco Dormino/MINUSMA)

 

17 janvier 2015 45eNord.ca (AFP)

 

Le camp de la Mission de l’ONU au Mali (Minusma) à Kidal, dans l’extrême nord-est du pays, a été samedi la cible d’une nouvelle attaque au cours de laquelle un Casque bleu tchadien a été tué, a indiqué à l’AFP une source à la Minusma.

 

Tôt samedi matin à Kidal, le camp de la Minusma a été attaqué par les terroristes. Ils ont d’abord lancé un camion piégé vers une entrée du camp. Ensuite, ils ont attaqué. Les soldats de la Minusma ont riposté. Malheureusement, un soldat tchadien de la Minusma a été tué, un autre blessé, a déclaré cette source, travaillant à la Minusma dans cette ville à plus de 1.500 km au nord-est de Bamako.

 

C’est la première fois que les forces de la Minusma interviennent aussi énergiquement pour faire repousser une attaque, a-t-elle souligné. Plus de dix obus, selon cette source, ont été tirés contre le camp lors de l’assaut.

 

Un habitant de Kidal joint par l’AFP a affirmé avoir entendu samedi matin des coups de feu nourris vers le camp de la Minusma, avec des tirs et des +contre-tirs+, sans être en mesure d’en identifier les sources. Ces échanges de tirs poussaient les résidents à rester calfeutrés chez eux.

 

La Minusma, qui a pris en juillet 2013 le relais d’une force panafricaine pour contribuer à la stabilisation du Mali, a perdu ces derniers mois plusieurs Casques bleus dans les attaques, qui ont également causé de nombreux blessés dans ses rangs.

 

Le 9 janvier, sept Casques bleus sénégalais avaient été blessés lorsque leur véhicule a sauté sur un engin explosif à Kidal, selon la Minusma, qui avait dénoncé une attaque terroriste contre ses forces.

 

Le 4 janvier, six soldats nigériens de l’ONU avaient aussi été blessés par un engin explosif entre les localités de Ménaka et Ansongo, dans la région de Gao, au sud de Kidal.

 

Les violences, qui étaient généralement localisées dans les trois régions administratives formant le Nord, sont également été enregistrées depuis début janvier dans des régions du centre du pays.

 

Vendredi, des jihadistes ont attaqué la ville de Ténenkou, dans la région de Mopti, où l’armée malienne a riposté. Au moins deux militaires maliens y ont été tués, selon une autorité locale et une source au sein de la Minusma.

 

La semaine dernière, des combattants islamistes avaient tenté sans succès d’attaquer Ténenkou mais avaient réussi à frapper d’autres localités de la région voisine de Ségou: une garnison à Nampala, le 5 janvier, la mairie de Dioura dans la nuit du 6 au 7 janvier. Au moins onze soldats maliens ont péri à Nampala, et un civil a été tué près de Dioura, d’après des sources concordantes.

 

L’attaque contre la garnison de Nampala avait été revendiquée par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), dans des déclarations à l’agence privée mauritanienne Al-Akhbar.

 

Le centre du Mali se situe à la frontière d’une zone où opèrent les groupes armés, dans le vaste Nord ayant été contrôlé pendant près de dix mois – entre 2012 et début 2013 – par divers mouvements dont certains liés à Al-Qaïda.

 

Les groupes jihadistes ont été chassés en grande partie de ces régions par une intervention militaire internationale lancée en janvier 2013 à l’initiative de la France à travers l’opération Serval, ensuite rejointe par des troupes de plusieurs pays.

 

Des islamistes restent cependant actifs dans ces zones, où opèrent également diverses bandes armées qui se sont également affrontées entre elles dernièrement.

 

Serval a cédé la place en août 2014 à Barkhane, dont le rayon d’action s’étend à l’ensemble de la zone sahélo-saharienne.

Repost 0
12 décembre 2014 5 12 /12 /décembre /2014 08:45
EFS : formation tactique au Togo

 

11/12/2014 Sources : État-major des armées

 

Du 10 au 28 octobre 2014, un détachement de l’unité de coopération régionale des éléments français au Sénégal (EFS) s’est rendu au Togo pour réaliser quinze jours de formation tactique au profit des cadres des sections d’infanterie du régiment parachutiste commando (RPC).

 

Après avoir été accueillis par les autorités du régiment, les stagiaires ont débuté leur ’instruction avec les fondamentaux techniques que sont le TIOR (technique d’intervention opérationnelle rapprochée), et le secourisme au combat. Une fois ces fondamentaux acquis, l’instruction s’est portée sur l’entraînement tactique sur le terrain, où les stagiaires ont été mis en situation avec le renfort d’une troupe de manœuvre et de plastrons. Lors de cette phase dynamique, riche en enseignements, les cadres du RPC se sont entraînés à la mettre en œuvre un check point, préparer et conduire une patrouille, réagir face à une embuscade ou un engin explosif improvisé (IED - improvised explosive device), et, enfin, à gérer et évacuer un blessé ou encore escorter un convoi.

 

Toutes ces missions ont été réalisées dans le cadre du combat de contre insurrection et de contrôle de zone, principale mission de ce régiment, avec des procédures spécifiques à respecter concernant l’ouverture du feu, la gestion de foule et la conduite à tenir face à la population ou encore l’identification des combattants.

 

Les stagiaires togolais ont témoigné un réel intérêt pour cette instruction, conscient de bénéficier d’une expertise unique détenue par le RCP. Cette formation contribue, par ailleurs, à la préparation opérationnelle des contingents pouvant être projeté dans des opérations de maintien de la paix. Actuellement, le Togo arme un bataillon d’infanterie et une unité de force de police (Force police unit – FPU) de la MINUSMA, en partie formés par les EFS. Depuis 2011, les EFS constituent un « pôle opérationnel de coopération à vocation régionale » en Afrique de l’Ouest. A ce titre, ils conduisent des actions bilatérales et régionales de coopération militaire opérationnelle visant à accompagner les États africains dans le renforcement de leur sécurité collective. Majoritairement tournés vers la coopération militaire opérationnelle en Afrique de l’Ouest, les EFS ont par ailleurs la capacité d’accueillir, de soutenir et de commander une force projetée, comme cela a été le cas lors du lancement de l’opération Serval en janvier 2013.

EFS : formation tactique au Togo
Repost 0
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 13:45
Barkhane : Visite du général de Lapresle au Nord-Mali

 

02/12/2014 Sources : État-major des armées

 

Du 26 au 28 novembre 2014, le général François de Lapresle, représentant de la force Barkhane au Mali (RBM), s’est rendu sur les emprises de la force au Nord du Mali.

 

L’objectif de cette visite était de rencontrer les autorités politiques et militaires locales, et d’étudier les futures actions de développement à mener. Il s’est ainsi rendu à Gao, Kidal, Tessalit et Tombouctou, en compagnie de représentants du service de coopération et d’action culturelle (SCAC) et de l’agence française de développement (AFD), travaillant au sein de l’ambassade de France à Bamako.

 

Cette visite a aussi permis de faire le point sur les actions qui ont déjà été entreprises, aussi bien par la force Barkhane que par l’ambassade de France. Le RBM a pu s’appuyer sur le travail de coopération effectué par les détachements de liaison et d’appui opérationnels (DLAO) auprès des forces partenaires et des autorités locales, pour rencontrer leurs représentants ainsi que la population.

 

Présent de façon permanente à Bamako, le général de Lapresle a pour mission d’être un relais et un coordinateur du COMANFOR en maintenant des relations étroites avec l’ambassade de France à Bamako et avec les autorités maliennes et de la MINUSMA.

 

L’opération Barkhane regroupe 3 000 militaires dont la mission, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes dans la bande sahélo-saharienne.

Barkhane : Visite du général de Lapresle au Nord-Mali
Repost 0
17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 08:45
Patrouille Mixte à Tombouctou - Novembre 2014

 

11 nov. 2014 MINUSMA

 

Les 5 et 6 Novembre 2014, une patrouille mixte de grande envergure MINUSMA - Barkhane et FAMa a sillonné la région de Tombouctou. Découvrez la coordination des 3 Forces dans cette vidéo!

Repost 0
15 novembre 2014 6 15 /11 /novembre /2014 12:45
Déploiement d’un contingent suédois ISR à Tombouctou

 

14 November 2014 MINUSMA

 

La Suède s’apprête à déployer 250 soldats dans le Nord du Mali, à Tombouctou. Ces militaires seront intégrés à la MINUSMA

 

La durée de la mission de ce contingent suédois sera de six mois minimum et son travail principal consistera à collecter toutes sortes d’informations pouvant faciliter la mise en œuvre du mandat de la Mission de l’ONU au Mali.

 

« C’est une décision du parlement suédois et une expression de la volonté du gouvernement de soutenir les efforts des Nations Unies au Mali en faveur de la stabilisation et de la paix », a déclaré le Lieutenant-Colonel Carl-Axel Blomdahl, commandant chargé de la construction du camp suédois. 

 

Dénommée « Force d’Intelligence, de surveillance et de reconnaissance » (ISR), cette composante militaire évoluera sous le Commandement du chef de l’Unité de Fusion de toutes les Sources d’Information (ASIFU). Cette dernière est « une nouvelle structure implémentée pour la première fois dans une mission de maintien de paix des Nations Unies et a été mise sur pied en vue de permettre aux forces d’avoir une meilleure idée de la situation sur le terrain », a expliqué le Commandant du Secteur Ouest, le Colonel Peter Oberg.  

 

En vue de préparer l’arrivée de la force ISR, une première équipe d’au moins 60 soldats dont 7 femmes, a été déployée à Tombouctou ces derniers jours. « Nous sommes installés ici provisoirement en vue de construire le camp du contingent suédois qui doit arriver au début de février 2015. D’ici la fin de novembre, nous serons renforcés par 60 autres éléments de la compagnie d’ingénierie militaire suédoise », a fait savoir le Lieutenant-Colonel Blomdahl.

 

Cette première composante militaire suédoise déployée dans le cadre de la Mission Multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), disposera d’un important lot de véhicules militaires et d’équipements de communication sophistiqués.

Repost 0
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 07:45
Barkhane : Opération tripartite dans les régions du Gourma et d’Ansongo

 

22/10/2014 Sources : État-major des Armées

 

Du 12 au 19 octobre 2014, la force Barkhane a participé, en appui des forces de défense et de sécurité maliennes (FDSM) et de la MINUSMA, à une opération de contrôle de zone dans les régions du Gourma et d’Ansongo, au Mali.

 

Cette opération avait pour but d’appuyer les FDSM dans leur lutte contre les groupes armés terroristes. Elle démontre leur volonté de maintenir la pression sur ces groupes, ainsi que leur capacité à coordonner leurs actions sur plusieurs secteurs.

 

L’opération s’est déroulée sur deux secteurs. A l’ouest de Gao, principal lieu de stationnement des troupes françaises au Mali, deux pelotons de l’escadron d’aide à l’engagement (EAE), une section d’infanterie, deux groupes génie, un poste de commandement tactique (PCTAC) du fuseau Ouest, soutenus par des éléments logistiques, ont contrôlé la région du Gourma en appui d’une compagnie de la garde nationale malienne de Gossi. Au Sud de Gao, sur l’axe qui mène à la frontière nigérienne, un détachement de liaison et d’appui (DLAO), une compagnie des forces armées maliennes (FAMa) et une section du bataillon nigérien de la MINUSMA étaient déployés dans la région d’Ansongo.

 

Dans chaque secteur, les forces partenaires sont allées contrôler des zones pouvant potentiellement abriter des éléments terroristes, des plots logistiques ou des caches d’armes. L’opération était conduite depuis un PC tripartite, sous commandement malien, installé à la caserne du groupement tactique interarmes 1 (GTIA 1) des FAMa, à Gao. Au sein de ce PC tripartite se trouvait notamment une cellule de coordination aérienne, pour gérer les appuis aériens : Tétrasmaliens, drones et chasseurs français. Au total, cette opération a engagé 200 soldats français de l’opération Barkhane, 200 Maliens et une trentaine de Nigériens.

 

L’opération Barkhane regroupe 3 000 militaires dont la mission, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes dans la bande sahélo-saharienne.

Barkhane : Opération tripartite dans les régions du Gourma et d’AnsongoBarkhane : Opération tripartite dans les régions du Gourma et d’Ansongo
Repost 0
16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 12:45
Barkhane : Le DLAO en appui de la MINUSMA à Aguelhok

 

16/10/2014 Sources : Etat-major des Armées

 

Du 4 au 11 octobre 2014, le détachement de liaison et d’appui opérationnel (DLAO) de Tessalit était à Aguelhok pour appuyer le bataillon tchadien de la MINUSMA.

 

Lors de cette mission à Aguelhok, l’une des villes majeures de sa zone de responsabilité, la plus au nord du Mali, le DLAO a été accueilli par le bataillon tchadien de la MINUSMA avec lequel il a effectué quatre patrouilles conjointes, en véhicules et à pieds. Ces patrouilles ont été l’occasion d’appuyer la MINUSMA et de manifester la présence française dans le Nord Mali, zone de refuge des groupes armés terroristes.

 

Au cours de sa présence à Aguelhok, le DLAO a mené des séances d’instruction au profit du bataillon tchadien, dans les domaines de la lutte contre-IED et du secourisme au combat. Le 7 octobre, le DLAO a été ravitaillé en eau et en carburant grâce à un largage par air (LPA). L’avion en provenance de Niamey a ainsi permis de parachuter 3,5 tonnes de fret.

 

Composé d’une trentaine de soldats, le DLAO de Tessalit est principalement armé par le commando parachutiste de l’air n°30 (CPA 30). Il coordonne et assure des missions aux côtés des forces partenaires, en leur apportant des appuis spécialisés : guidage aérien, lutte contre-IED et santé notamment.

 

L’opération Barkhane regroupe 3 000 militaires dont la mission, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes pouvant agir dans la bande sahélo-saharienne.

Barkhane : Le DLAO en appui de la MINUSMA à AguelhokBarkhane : Le DLAO en appui de la MINUSMA à Aguelhok
Repost 0
10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 17:45
Barkhane : les forces françaises ont détruit un convoi de véhicules armés d’AQMI au nord du Niger

 

10 Octobre 2014 Elysee

 

Les groupes armés terroristes qui tentent de déstabiliser les Etats du Sahel et le Mali en particulier ont conduit récemment des attaques meurtrières contre les unités de la mission des Nations Unies au nord du Mali. Au moment où, à Alger, les négociations pour un accord de paix au Mali et une réconciliation durable dans ce pays vont reprendre, ils menacent la paix et la sécurité de l’ensemble de la région.

 

C’est pourquoi le Président de la République a demandé aux forces françaises de l’opération Barkhane, déployées pour appuyer les forces de sécurité des Etats du Sahel et la mission des Nations Unies au Mali, de poursuivre la traque des groupes armés terroristes responsables de ces attaques.

 

Dans ce cadre, et en coopération avec les autorités nigériennes, les forces armées françaises ont de nouveau intercepté et détruit la nuit dernière au nord du Niger un convoi de véhicules armés d’AQMI qui transportait des armes de la Libye vers le Mali. L’intervention a permis de saisir une importante quantité d’armes et de neutraliser les convoyeurs dont une partie a été capturée.

 

Le Président de la République réaffirme la détermination de la France à assumer toutes ses responsabilités dans la lutte contre les groupes armés terroristes qui menacent la paix et la sécurité, en Afrique comme au Moyen-Orient.

Repost 0
9 octobre 2014 4 09 /10 /octobre /2014 14:45
Barkhane : point de situation du 9 octobre

 

09/10/2014 Sources : État-major des Armées

 

La situation sécuritaire est restée calme ces derniers jours dans la bande sahélo-saharienne (BSS), sauf au Nord du Mali où les groupes armés terroristes poursuivent leurs actions de harcèlement contre les forces internationales.

 

Cette semaine les relèves de la force se sont poursuivies.

 

Le 3 octobre, à Gao, le lieutenant-colonel Christophe Vincent a succédé au lieutenant-colonel Jérôme Thiebaut à la tête du sous-groupement aéromobile (SGAM) de la plateforme opérationnelle désert (PfOD).

 

Le lendemain, c’est le colonel Vincent Buttolo, chef de corps du 516èmerégiment du train (516eRT), qui a succédé au colonel Olivier Vialade à la tête du bataillon logistique (BATLOG). Le BATLOG Alsace Lorraine armé par le 516èmeRT relève donc le BATLOG Salamandre constitué d’éléments du 4èmerégiment du matériel.

 

En parallèle, les opérations se poursuivent dans la bande sahélo-saharienne (BSS).

 

Après leur relève fin septembre, les détachements de liaison et d’appui opérationnel (DLAO) ont déjà effectué une vingtaine de patrouilles au Mali en appui des forces armées maliennes et de l’ONU. Le DLAO 5 basé à Tessalit a rejoint Aguelhok le 4 octobre pour appuyer le bataillon tchadien de la MINUSMA.

 

Du 4 au 7 octobre, dans la région de Gao au Mali, une opération de reconnaissance de zone a permis aux unités récemment arrivées sur le théâtre de reconnaître les principaux axes de la région et d’appréhender les contraintes du terrain. Conduite conjointement avec les forces armées Maliennes (FAMa), cette opération a également permis à la force d’établir le contact avec la population locale.

Repost 0
8 octobre 2014 3 08 /10 /octobre /2014 05:50
Le chef des forces de l'ONU annonce un durcissement du dispositif au Mali

Le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous. Photo ONU Paulo Filgueiras

 

07 octobre 2014 Romandie.com (AFP)

 

Bamako - Le chef des opérations de maintien de la paix de l'ONU, Hervé Ladsous, a annoncé mardi que les Casques bleus au Mali allaient durcir leur dispositif, après une série d'attaques, dont la dernière, le jour même, a coûté la vie à un militaire sénégalais.

 

M. Ladsous avait assisté mardi dans la matinée à Bamako à un hommage à neuf membres du contingent nigérien de la Mission de l'ONU au Mali (Minusma) tués le 3 octobre dans la région de Gao (nord-est du pays) dans une attaque dont les auteurs, a-t-il affirmé, seront châtiés, seront poursuivis, payeront l'ignominie des actes qu'ils ont commis.

 

Ça n'est plus un contexte de maintien de la paix. Ça nous impose évidemment de prendre toute une série de mesures qui sont déjà décidées, qui sont en train d'être appliquées pour durcir nos bases, durcir nos protections, a-t-il indiqué lors d'une conférence de presse dans la soirée.

 

Nous sommes en train de déployer davantage d'engins contre les mines, contre les explosifs, de faire venir davantage de véhicules blindés, a-t-il ajouté, assurant avoir fourni au Tchad, qui menaçait de retirer ses troupes après avoir perdu 10 soldats en septembre, les assurances qu'il souhaitait, notamment sur les rotations des troupes.

 

J'ai déjà également commencé à prendre les dispositions pour déployer au-dessus du ciel malien des drones de surveillance aérienne de longue portée, a précisé M. Ladsous, souhaitant un renforcement de la coopération avec les militaires français de l'opération Barkhane.

 

Au même moment, un Casque bleu sénégalais était tué par des tirs de roquette contre le camp de la Minusma à Kidal (extrême nord-est), a indiqué à l'AFP un responsable de la force de l'ONU dans la région, faisant état aussi 'un blessé léger.

 

Six à sept explosions ont été entendues, mais cinq roquettes tirées sur le camp, selon la même source.

 

Selon des sources militaires et diplomatiques, ces dernières violences avaient été précédées de menaces d'un chef jihadiste malien, Iyad Ag Ghali, fondateur d'Ansar Dine, un des groupes liés à Al-Qaïda ayant contrôlé pendant près d'un an le nord du Mali, avant d'être dispersés par une intervention militaire lancée à l'initiative de la France en janvier 2013.

 

L'attaque contre le convoi du contingent nigérien dans la région de Gao, au sud de Kidal, avait été revendiquée par un autre jihadiste malien, proche du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), un des groupes qui composaient cette coalition islamiste.

 

- Neuf soldats décorés à titre posthume -

 

Les neuf soldats nigériens tués ont été décorés à titre posthume lors d'un hommage en présence des autorités maliennes, dont les ministres de la Défense Ba Ndao et des Affaires étrangères Abdoulaye Diop, mais aussi des responsables de la Minusma et de l'opération Barkhane.

 

Je voudrais vous dire à quel point nous avons vécu, depuis New York, l'intensité de cette tragédie, une tragédie qui vient après de nombreuses autres. Ce ne sont pas moins de 30 Casques bleus qui ont fait le sacrifice de leur vie depuis le début de la Minusma, déployée en juillet 2013, a rappelé M. Ladsous.

 

En même temps, il faut que tous les groupes armés qui se trouvent dans le nord du pays se tiennent à leur parole, se conforment aux engagements qu'ils ont pris (...) pour faire en sorte que le nord du Mali retrouve la paix civile, a-t-il ajouté.

 

Le gouvernement malien et six mouvements armés du Nord - notamment les groupes armés touareg - ont signé en juillet à Alger une feuille de route des négociations pour ramener la paix et sont engagés depuis septembre dans un deuxième round de discussions, qui n'ont cependant permis pour l'heure aucune avancée notable.

 

A la fin de la cérémonie, les cercueils ont été transportés dans un véhicule de l'ONU vers l'aéroport de Bamako pour être acheminés à Niamey.

Repost 0
8 octobre 2014 3 08 /10 /octobre /2014 05:45
photo Minusma

photo Minusma

 

7-10-2014 Par RFI

 

La Minusma a rendu hommage ce mardi 7 octobre aux neuf casques bleus nigériens tués vendredi dans le nord du Mali. Ils ont péri dans une attaque revendiquée par un jihadiste. C'est l’attaque la plus meurtrière contre la mission de l'ONU dans ce pays depuis le début de son déploiement en juillet 2013. Le secrétaire général adjoint de l'ONU Hervé Ladsous a assisté à la cérémonie. Une cérémonie remplie d’émotion.

 

Lire l’article

Repost 0
8 octobre 2014 3 08 /10 /octobre /2014 04:45
Mali: l'ONU condamne l'attaque contre la Minusma à Kidal

 

08 octobre 2014 Romandie.com (AFP)

 

Nations unies (Etats-Unis) - Le Conseil de sécurité de l'ONU a condamné mardi soir l'attaque contre la mission de l'ONU au Mali (Minusma) qui a tué un Casque bleu sénégalais à Kidal (nord), rappelant que de telles attaques peuvent constituer des crimes de guerre.

 

Dans une déclaration unanime, les 15 pays membres réitèrent leur plein soutien à la Minusma et aux forces françaises qui l'appuient.

 

Ils demandent au gouvernement malien de mener rapidement une enquête sur cette attaque et de poursuivre ses auteurs en justice.

 

Ils rappellent aux groupes armés qui opèrent dans le nord du Mali leur engagement de coopérer avec les Nations unies pour éviter des attaques contre les Casques bleus, conformément à la déclaration qu'ils ont signée le 16 septembre 2014 à Alger.

 

Un Casque bleu sénégalais été tué mardi soir par des tirs de roquette contre le camp de la Mission de l'ONU au Mali (Minusma) à Kidal, dans le nord-est de ce pays.

 

Le chef des opérations de maintien de la paix de l'ONU, Hervé Ladsous, a annoncé mardi que les Casques bleus au Mali allaient durcir leur dispositif, après une série d'attaques.

 

M. Ladsous avait assisté mardi matin à Bamako à un hommage à neuf membres du contingent nigérien de la Minusma tués le 3 octobre dans la région de Gao (nord-est du pays).

 

Dans un communiqué publié mardi soir, le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon se déclare outré par l'attaque de Kidal, précisant que des agresseurs non-identifiés ont lancé environ six explosifs vers le camp de la mission.

 

Il s'agit, souligne l'ONU, de la deuxième attaque en cinq jours contre la Minusma et elle porte à 31 Casques bleus tués et 91 blessés le bilan des victimes d'actes hostiles depuis le 1er juillet 2013.

 

M. Ban rappelle à toutes les parties leur responsabilité de prévenir les attaques contre les Casques bleus. Il souligne qu'une solution politique est la seule voie vers une paix et une stabilité durables au Mali.

 

Le Conseil de sécurité doit examiner mercredi la situation au Mali, au cours d'une séance qui était prévue de longue date et où M. Ladsous doit s'adresser au Conseil depuis Bamako par vidéo-conférence.

Repost 0
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 19:45
Mali PM - France, U.N. must step up fight against Islamists in Mali

 

 

07 October 2014 defenceWeb (Reuters)

 

Mali's prime minister said on Monday Islamist militants had been given an opportunity to return to the north of the country after France redeployed troops across the region and urged French and U.N. forces to go on the attack to stop their resurgence.

 

Nine U.N. peacekeepers from Niger were killed on Friday when gunmen on motorbikes ambushed their convoy on Friday, the deadliest attack yet on them in the west African nation.

 

The attack highlighted a spike in strikes on foreign troops based in Mali's northern desert region - particularly since Paris turned its Mali operation into a regional counter-militancy force this year after driving out Islamists from northern Mali in early 2013.

 

"The French forces are less concentrated and spread out across the Sahel-Sahara and so it's appeared like an opportunity for the groups to come and set up," Moussa Mara told Reuters in an interview on the sidelines of an OECD forum on Africa.

 

Since the Islamists were scattered by French forces, elections have been held and rebels who distanced themselves from militant groups have begun talks with the Bamako government.

 

But the peace process is moving slowly and Malian troops abandoned most positions in the north earlier this year after clashes with the rebels, leaving a vacuum for insurgents in a zone awash with drugs and weapons smugglers and rebels groups.

 

Mara called on the U.N. peacekeeping mission to deploy more of its mandated force of 12,000 men in the north, and for it to use the helicopters and special forces it had to hunt down the Islamists, who, with separatists, took advantage of the disarray created by a coup in 2012 to seize the northern regions.

 

"HAND TO HAND COMBAT"

 

One of the challenges for the U.N. force in Mali has been the sheer size of the former French colony of 16 million people, at twice the size of France.

 

"The area of Kidal (in the north) does not have the Malian army and international forces are in barracks or don't have sufficient territorial reach," he said. "MINUSMA (U.N. force) should stop doing patrols ... it needs to be in an offensive posture to identify unsafe havens and eliminate them," he said.

 

Under Paris' regional plan, about 3,000 French troops are now operating out of Mali, Burkina Faso, Niger and Chad -- countries straddling the vast arid Sahel band -- with the aim of stamping out Islamist fighters across the region. It has significantly reduced its forces operating in northern Mali.

 

"The first thing that needs to be done is for the French army .... to intensify (its efforts) and even send special forces on the ground. It practically needs to be hand to hand combat to clean up these areas," Mara said.

 

French officials last week said the military was setting up a base in northern Niger as part of the operation to stop al Qaeda-linked militants from crossing the Sahel-Sahara region especially from southern Libya, where militants have regrouped.

 

Mara, whose government is negotiating a peace settlement with rebel groups, including Tuareg separatists, under the auspices of the Algerian government, said he was optimistic of a deal, but warned that these groups were still ambiguous.

 

"These armed groups must stop being vague by in the morning saying they are against these terrorists and then in the evening going off with them," he said. "Sometimes we get the impression they are playing for the MINUSMA's departure."

 

Under the terms of an initial June 2013 deal to end the uprising, the separatist groups agreed to sever all ties with the Islamist rebels as a precursor to talks and the Malian government agreed to cease hostilities in the region.

 

"Today, every time we have armed clashes in the north, we think they are fighting more to secure drug trafficking routes than fighting terrorists. The armed groups must stop this."

Repost 0
4 octobre 2014 6 04 /10 /octobre /2014 21:45
Mali: recherches en cours des auteurs de l'attaque contre la Minusma

 

04 octobre 2014 Romandie.com (AFP)

 

Bamako - L'armée malienne et la Mission de l'ONU au Mali (Minusma) poursuivaient samedi leurs recherches pour retrouver les auteurs d'une attaque ayant fait la veille au moins neuf morts parmi des Casques bleus nigériens, a indiqué à l'AFP à Bamako un haut responsable militaire malien.

 

Suite à l'attaque du convoi nigérien, les forces armées maliennes ont renforcé leur dispositif de lutte contre le terrorisme sur le terrain. Nos partenaires de la Minusma ont également envoyé des patrouilles sur le terrain, a déclaré ce haut responsable joint par téléphone.

 

L'attaque a ciblé un convoi du contingent nigérien de la Minusma vendredi matin alors qu'il se déplaçait vers Indelimane, sur l'axe Ménaka-Ansongo, dans la région de Gao (nord-est), selon la Minusma.

 

Un bilan provisoire fait état de 9 morts, avait-elle indiqué vendredi, soulignant qu'il s'agit de l'attaque la plus meurtrière perpétrée contre des Casques bleus depuis le début du déploiement de la mission en juillet 2013. Elle n'avait fourni aucune indication sur les assaillants.

 

Le responsable militaire malien joint samedi par l'AFP a parlé de deux motocyclistes ayant participé à l'attaque et qui étaient en fuite.

 

Nous continuons à (les) rechercher. (...) Les jihadistes utilisent des motos pour contourner les dispositifs en place. Ils s'infiltrent aussi par le canal des groupes armés en présence dans la zone, a ajouté le même responsable, sans citer de nom.

 

Jusqu'à samedi soir, aucune source n'avait pu être au sein de la Minusma.

 

Vendredi, une source militaire nigérienne jointe à Niamey avait indiqué que l'attaque a visé une patrouille de ravitaillement d'un contingent de l'armée nigérienne et a été lancée par des hommes circulant à moto.

 

D'après un officier nigérien de la Minusma, il s'agissait d'une embuscade tendue par les islamistes du Mujao (Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest).

 

Le Mujao, lié à Al-Qaïda, fait partie des groupes jihadistes qui ont contrôlé le nord du Mali pendant près d'un an, entre 2012 et 2013. Ils en ont ensuite été chassés, pour la plupart, par une intervention militaire internationale lancée en janvier 2013 à l'initiative de la France et toujours en cours.

 

Dans un communiqué reçu samedi par l'AFP, le gouvernement malien a dénoncé l'attaque contre la Minusma, parlant d'une embuscade lâche et criminelle.

 

Le gouvernement du Mali reste déterminé à oeuvrer avec ses partenaires dans la lutte contre le terrorisme. Il prendra toutes les mesures en rapport avec les partenaires pour poursuivre et traduire en justice les auteurs et les complices de ces crimes ignobles, a-t-il affirmé dans ce texte daté de vendredi.

 

De même source, en plus des neuf Casques bleus tués, l'attaque a également fait plusieurs blessés dans les rangs du contingent nigérien.

 

Vendredi, le président nigérien Mahamadou Issoufou avait assuré qu'en dépit de l'attaque, les forces de sécurité de son pays n'allaient pas reculer au Mali dans le combat contre le terrorisme.

 

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon s'en était déclaré scandalisé par ces évènements, les qualifiant de grave violation des lois internationales tandis que le Conseil de sécurité avait évoqué un crime de guerre au regard des lois internationales.

 

La semaine dernière, l'ONU s'était inquiétée de la résurgence incontestable des jihadistes dans le nord du Mali, où plusieurs Casques bleus ont été tués - au moins 30 - depuis juillet 2013, dont dix Tchadiens dans une série d'attaques en septembre.

Repost 0
4 octobre 2014 6 04 /10 /octobre /2014 20:45
More than 9,000 UN troops are currently deployed in Mali

More than 9,000 UN troops are currently deployed in Mali

 

3 October 2014 BBC Africa

 

Nine UN peacekeepers from Niger have been killed when their convoy was ambushed in north-east Mali.

 

The UN said it was the deadliest attack on its mission in Mali.

French and African troops intervened in Mali in January 2013 to stop the southern advance of Islamist militants on the capital, Bamako.

The insurgents were expelled from the northern towns they controlled but attacks have continued against the UN force deployed to help bring stability.

The 9,000-strong UN force, known as Minusma, took over peacekeeping operations in July 2013.

 

Read more

Repost 0
4 octobre 2014 6 04 /10 /octobre /2014 11:45
Bataillon nigérien à Gao photo TGD

Bataillon nigérien à Gao photo TGD

 

04.10.2014 BBC Afrique

 

Le président nigérien Mahamadou Issoufou assure qu'en dépit de l'attaque de la minusma qui a tué au moins 9 casques bleus nigériens, les forces de sécurité de son pays ne vont pas reculer au Mali dans le combat contre le terrorisme.

 

Suite de l’article

Repost 0
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 12:45
Barkhane : patrouille conjointe avec la MINUSMA

 

01/10/2014 Sources : Etat-major des Armées

 

Le 25 septembre 2014, le détachement de liaison et d’appui opérationnel (DLAO) de Tombouctou a effectué une patrouille conjointe avec le bataillon burkinabais de la MINUSMA dans le village d’Elaket, à l’Est de Tombouctou au Mali.

 

Cette patrouille de contrôle de zone fait partie des missions habituelles des DLAO. Elle vise à assurer une présence dissuasive et à vérifier l’absence d’activité ou d’indice d’activité des groupes armés terroristes dans la région, en appui de la MINUSMA.

 

Les 32 soldats français du DLAO et les 25 soldats de la section burkinabaise sont allés à la rencontre des habitants pour recueillir leur sentiment sur la situation sécuritaire et mieux connaître leurs préoccupations.

 

Cette patrouille témoigne de l’excellent degré d’entente et de coopération entre les soldats français et leurs partenaires burkinabais.

 

Au cours de cette mission, les soldats de la MIMUSMA et du DLAO ont également appuyé une opération de fouille des forces armées maliennes qui contrôlaient le trafic sur la route entre le camp français et Tombouctou, confirmant ainsi le très bon degré de coordination et de confiance qui existe entre les différentes forces.

 

Composés d’une trentaine de soldats chacun, les DLAO sont placés au plus près des forces maliennes et de la MINUSMA, à Tombouctou, Tessalit, Kidal et Ansongo. Ils ont pour mission :

    de coordonner et d’assurer des missions aux côtés des forces partenaires dans leur zone ;

    d’apporter aux forces partenaires des appuis spécialisés dans les domaines du guidage aérien, de la lutte contre-IED et du soutien santé notamment ;

    d’accompagner et de conseiller les forces armées maliennes dans l’exécution de leurs missions.

 

L’opération Barkhane regroupe 3 000 militaires dont la mission, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes dans la bande sahélo-saharienne.

Barkhane : patrouille conjointe avec la MINUSMA
Repost 0
29 septembre 2014 1 29 /09 /septembre /2014 05:45
Mali: une opération antimoto lancée autour de Kidal

 

29-09-2014 Par RFI

 

Le patron des opérations de maintien de la paix de l'ONU, Hervé Ladsous, s'est inquiété samedi de la résurgence des jihadistes dans le nord du Mali, où plusieurs soldats de l'ONU ont été tués ces dernières semaines. Après ces attaques contre des convois de la Minusma, une grande opération antimoto a été lancée à Kidal et au nord de la ville.

 

Lire l’article

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories