Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 mai 2014 1 19 /05 /mai /2014 12:55
La frégate Courbet réalise avec succès un tir missile au large de Toulon

 

16/05/2014 Marine nationale

 

La FLF Courbet actuellement en préparation opérationnelle au large de Toulon a effectué un tir mer mer 40 (MM40) sur cible fictive jeudi 15 mai. Le dernier tir réalisé par la frégate date de 2006. La préparation et l’exécution ont demandé toute l’expérience du service armes. Antérieurement au tir exécuté dans la matinée, le Courbet assisté d’un avion de patrouille maritime, a « blanchi » une large zone située au large de Toulon en prévenant et écartant les bâtiments naviguant à proximité. Puis, en association avec la frégate Dupleix, le Courbeta engagé une cible fictive au moyen d’un missile MM40 Block 2.

 

A son bord des ingénieurs de la société MBDA, travaillant sur le missile MM40 ont assisté avec intérêt à l’intégration du missile au système d’armes d’une frégate et à son utilisation réelle.

Partager cet article
Repost0
15 mai 2014 4 15 /05 /mai /2014 07:40
L'Ukraine conduit Varsovie à accélérer le choix de son missilier

 

14/05/14 lesechos.fr (Reuters)

 

WASHINGTON, 14 mai (Reuters) - La Pologne pourrait choisir dès le mois de juin ou de juillet celui qui lui fournira de nouveaux missiles dans le cadre d'un contrat de plusieurs milliards de dollars, Varsovie ayant décidé de précipiter les choses en raison de la crise en Ukraine.

 

A en croire les dires de Marty Coyne, directeur du développement des missiles de Lockheed Martin, il y a de "bonnes chances" pour que le vainqueur de l'appel d'offres soit désigné dès le début de l'été.

 

"Il y a clairement un sentiment d'urgence", a-t-il dit.

 

S'exprimant mardi auprès de Reuters, Marty Coyne a noté que les inquiétudes de la Pologne après l'annexion de la Crimée par la Russie et les tensions dans l'est de l'Ukraine étaient susceptibles d'accélérer le processus de décision à Varsovie.

 

Sept soldats ukrainiens ont été tués et sept autres blessés mardi dans l'est de l'Ukraine, ont annoncé les autorités, augurant mal du dialogue national soutenu par l'OSCE, la Russie et les diplomaties occidentales après les référendums sans appel de dimanche dans le Donbass.

 

Le gouvernement américain a diffusé mardi de nouvelles images satellite montrant que des forces russes étaient toujours stationnées ces derniers jours près de la frontière ukrainienne, malgré les assurances du Kremlin selon lesquelles ces troupes avaient été retirées.

 

En mars dernier, le vice-ministre de la Défense polonais Czeslaw Mroczek avait dit à Reuters que le pays voulait sélectionner son fournisseur de missiles d'ici la fin de l'année, ce qui représentait déjà une accélération du calendrier par rapport au projet initial d'acheter un nouveau système de missiles de défense en 2015.

 

Le président Barack Obama se rend en Pologne en juin, dans le cadre d'une tournée en Europe qui verra aussi le président américain assister à une réunion du G7 à Bruxelles et participer en France au soixante-dixième anniversaire du débarquement du 6 juin 1944.

 

Quatre candidats participent à l'appel d'offres missiles lancé par la Pologne : un consortium composé du français Thales , de l'européen MBDA et d'un groupe de défense polonais public, l'Etat israélien, Raytheon et le consortium MEADS emmené par Lockheed Martin.

 

MEADS a estimé l'appel d'offres à environ cinq milliards de dollars (3,6 milliards d'euros). Des experts ajoutent que tout le système de missiles de défense, y compris les coûts de maintenance, pouvait représenter 40 milliards de zlotys (9,6 milliards d'euros). (Andrea Shalal, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Partager cet article
Repost0
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 07:55
MBDA Demonstrates MMP Next Generation Land Combat Missile Firing From Confined Spaces

 

April 29, 2014 asiandefencenews.com

 

MBDA’s MMP (Missile Moyenne Portée) programme has passed a major phase in its development. MBDA has just demonstrated the firing capabilities of its MMP missile in an operational configuration. The launch tests were carried out in a confined space in the presence of the operator, using his firing post, and the team leader.

The success of these tests, carried out in MBDA’s test tunnel at its Bourges facility in central France, has confirmed the safety of use of the missile and its firing post. The launches were carried out under hot and cold climatic conditions in order to demonstrate optimal function in various temperature environments thus representing different operational theatres.In parallel, new warhead tests have confirmed the efficiency of MMP against targets representing latest generation Main Battle Tanks. Two rail firings were carried out at the beginning of the year at the French Direction Generale de l’Armement’s battlefield technology centre in Bourges.

The first firing validated the functioning of the lethality chain at maximum speed, a necessary step in order to replicate an impact under real conditions. A target equipped with a latest generation reactive module provided the principal challenge for the second firing. The explosive reactive armour was detonated during the test and the main armour behind was pierced, thereby confirming the superiority of MMP’s lethality chain.MMP is a new generation land combat missile based on the concept of ‘fire and forget’ with the facility for ‘man in the loop’ operation. This allows for the destruction of different ground targets with very high levels of precision at ranges of up to 4km while at the same time minimising the risk of collateral damage.

Partager cet article
Repost0
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 07:45
Luftwaffe conducts successful missile firing tests at Overberg

Luftwaffe conducts successful missile firing tests at Overberg

 

05 May 2014 defenceWeb

 

The technical support offered by the Denel Overberg Test Range (OTR) has again been put to good use this time by the Luftwaffe for testing of its Taurus air-to-ground missile.

 

Four Tornado fighters and 115 German Air Force personnel were involved in the recent exercise at the southern Cape range near Arniston.

 

The tests included live firings and missile quality assurance testing. Close air support and low flying manoeuvres were an integral part of the exercise.

 

“The testing campaign confirms the test range’s reputation as an internationally recognised centre for testing and evaluation. In recent years we have hosted tests for various clients in Europe and the Far East providing world-class and cost-effective facilities for test programmes,” said Abrie van der Walt, Denel OTR chief executive.

 

For the German exercise the Test Range deployed a wide spectrum of instrumentation systems for measurement. Command and control was set up to ensure operational evaluation criteria could be met during each mission. All the flight data were collected and displayed in real time at the Test Range’s control room.

 

Van der Walt said test support included capturing of trajectory and telemetry data during launches as well as provision of flying targets for pilots to practice aircraft gun employment.

 

With more than 43 000 hectares of terrain and almost 70 km of uninhabited coastline, the Test Range is a perfect arena for testing stand-off weapon systems. Topographic conditions over land allow for individual mission planning and evaluation of weapons systems.

 

The testing was preceded by an extensive logistical effort co-ordinated by Denel.

 

This saw more than 60 tons of technical equipment transported to AFB Overberg in an Antonov An-124 cargo aircraft; the rest of the equipment was shipped in 20 sea containers from Bremerhaven in Germany to Cape Town; the four Tornadoes flew in from Büchel Air Base in Germany with stop-overs at the Canary Islands and Ascension Island in the South Atlantic. A US Air Force KC-10 tanker aircraft accompanied the fighters to do in-flight refuelling along the 10 000 km journey.

 

Luftwaffe Lieutenant Colonel Samuel Mbassa was fulsome in his thanks to both Denel and the AFB Overberg for contributing to the success of the exercise. This was the eighth testing of the Taurus since 2000 and he said the Luftwaffe was looking forward to working with and at the Denel Overberg Test Range in the future.

Partager cet article
Repost0
6 mai 2014 2 06 /05 /mai /2014 16:55
photo Herakles (Safran)

photo Herakles (Safran)

 

Saint-Médard-en-Jalles, le 24 avril 2014. Herakles (Safran)

 

Stéphane Abrial, Directeur général délégué de Safran en charge du Secrétariat général, Philippe Schleicher, Président-directeur général d’Herakles (Safran), Bruno Sainjon, Directeur des Opérations à la Direction générale de l’armement (DGA) et Alain Rousset, Président du Conseil régional d’Aquitaine, ont inauguré ce jour la nouvelle unité de traitement biologique Herakles, baptisée LICORNE™ (Ligne Industrielle de Collecte des Objets pyrotechniques et de Réduction Naturelle des Effluents).

 

Cette nouvelle installation, pionnière en matière d’environnement, apporte la solution adaptée au traitement du perchlorate d’ammonium, constituant majeur du propergol destiné notamment à propulser lanceurs et missiles. LICORNE™ utilise en effet un procédé issu d’un brevet Herakles, qui emploie des bactéries transformant le perchlorate et l’ammonium en azote et en chlorure. Implantée sur le site de Saint-Médard, cette unité possède une capacité de traitement annuelle de 300 tonnes de perchlorate d’ammonium, ce qui couvre l’ensemble des besoins actuels.

 

Philippe Schleicher, PDG d’Herakles, souligne : « La mise en place d’une solution d’élimination du propergol respectueuse de l’environnement, s’appuyant sur des études menées avec le soutien de la DGA, est un enjeu majeur pour Herakles. L’unité LICORNE™ permet à notre société de s’engager dans une véritable démarche éco-responsable pour les générations actuelles et futures. »

 

Le site Herakles de Saint-Médard produit en effet du propergol, matériau hautement énergétique, dont les applications sont multiples : moteurs spatiaux d’Ariane 5, de Vega, propulsion des missiles stratégiques et tactiques, gonflement des coussins d’airbags… Bien que toujours conforme à la réglementation, le brûlage, moyen d’élimination traditionnel des déchets de propergol ou des propulseurs en fin de vie, génère encore des émissions atmosphériques.

 

Attachée à une exemplarité environnementale, la DGA a souhaité investir aux côtés d’Herakles dans le développement des technologies permettant de démarrer les activités de démantèlement de ses missiles et de détruire l’ensemble des déchets de propergol et de perchlorate d’ammonium présents dans ces propulseurs en fin de vie. La DGA et Herakles se sont ainsi engagés en décembre 2013 à assurer le traitement des déchets de production pour les 10 prochaines années, ainsi que le démantèlement du missile M45 en retour de dotation et le démarrage du démantèlement du missile M51. Le Conseil Régional d’Aquitaine a également apporté son soutien en co-finançant cette unité.

 

Fruit de travaux de R&D initiés il y a 20 ans, l’unité LICORNE™ permet ainsi à Herakles de maîtriser le cycle de vie complet de ses produits. Les investissements réalisés démontrent sa volonté d’anticiper et de prendre une longueur d’avance sur la réglementation relative au brûlage. Leader de la propulsion à propergol solide, notre société s’engage ainsi dans une démarche responsable sur le plan environnemental.

****

Herakles, filiale de Safran, conçoit, développe, produit et commercialise des moteurs à propergol solide, des matériaux et des matières premières énergétiques, des matériaux composites thermostructuraux et organiques, pour la défense, le spatial, l’aéronautique, la sécurité automobile et l’industrie. Herakles fournit des services, produits et équipements pour les missiles stratégiques et tactiques et les lanceurs spatiaux, pour l’aéronautique civile et militaire et la sécurité automobile, ainsi que des outillages pour l’industrie.

Partager cet article
Repost0
5 mai 2014 1 05 /05 /mai /2014 12:35
India's ASTRA BVRAAM Testfired From IAF Flanker

 

 

May 04, 2014 by Shiv Aroor - Livefist

 

DRDO STATEMENT: India's first indigenously developed Beyond Visual Range (BVR) Air-to-Air missile "ASTRA was successfully test fired by the Indian Air Force on May 04, 2014 from a Naval range in the western sector meeting all the mission objectives. The air-launch was captured by side and forward looking high speed cameras and the separation was exactly as per the simulation. ASTRA is India's first BVR Air-to-Air Missile indigenously designed and developed by DRDO, possessing  high Single Shot Kill Probability (SSKP) making it highly reliable. Astra is an all aspect, all weather missile with active Radar terminal guidance, excellent ECCM features, smokeless propulsion and process improved effectiveness in multi-target scenario making it a highly advanced, state-of the-art missile.

 

The Scientific Advisor to Raksha Mantri, Secretary Deptt of Defence R&D and DG, DRDO, Shri  Avinash Chander congratulating the team for their high competence and tenacity to make such an event happen seamlessly said "Astra's successful launch from the Su30 combat aircraft is a major step in missile aircraft integration. Extensive flight testing that has preceded today's air launch was indeed a joint effort of DRDO and IAF. This will be followed by launch against actual target shortly. Many more trials are planned and will be conducted to clear the launch envelope. Weapon integration with 'Tejas' Light Combat Aircraft will also be done in the near future."

 

Dr. V.G. Sekaran, Director General (MSS) who chaired the Flight Readiness Review Committee along with Shri. S Som, Director, DRDL, Shri. P Venugopalan, former Director, DRDL among others, said "This is one of the proud moments for DRDO and the entire country." Dr. K Tamilmani, Director General (Aeronautics) who has overlooked the entire flight safety in the program said that quality of integration and performance is of high standards and there was no doubt in the success of the launch. He further added that this is the beginning of the phase for demonstration of launch over a wide air-launch envelope. The Project Director Dr. S. Venugopal said that "the Air Launch of ASTRA was perfect in all respect and is a culmination of years of effort by a very dedicated and competent team of the Missile Complex, Hyderabad, CEMILAC and Indian Air Force. HAL carried out the modification in Su-30 along with IAF specialists, and many Indian industries have an important and enabling role in the production of reliable avionics, propulsion system, materials, airframe and software passing stringent airworthiness requirements for the missile." The missiles have undergone rigorous testing on Su30 in the captive mode for avionics integration and Seeker evaluation in 2013. The project has thus reached the final stage of testing and evaluation, and the Mk-II variant with higher range capability is also planned to be tested by the end of 2014.

Partager cet article
Repost0
5 mai 2014 1 05 /05 /mai /2014 07:20
photo Big Safari

photo Big Safari

2 mai 2014 MBDAInc·

 

In testing conducted at the US Naval Air Weapons Station in China Lake, CA from December 2013 - January 2014, a Brimstone-equipped MQ-9 Reaper Remotely Piloted Aircraft (RPA) scored nine direct hits against stationary and maneuvering targets traveling at speeds as fast as 70 MPH, while launching from up to 7 miles away at altitudes as high as 20,000 feet - realistic "middle of the envelope" shot profiles.

These tests demonstrate how Brimstone's dual mode Semi-Active Laser and Active mmW radar seekers work in tandem to ensure direct hits, even against high speed and maneuvering targets.

Partager cet article
Repost0
2 mai 2014 5 02 /05 /mai /2014 11:50
MOD invests £36 million in new Army air defence missile

Computer-generated image of MBDA's common anti-air modular missile

 

1 May 2014 Ministry of Defence and Defence Equipment and Support

 

The army is a step closer to receiving a new multi-million-pound air defence missile system thanks to an investment by MOD.

 

Missile company MBDA UK has been awarded a £36 million contract to explore what capabilities a land version of an air defence system could offer the UK armed forces.

The future local area air defence system (FLAADS) is a ground-based missile system whose missiles can travel at 1,000 metres per second and is able to simultaneously defend UK territories against a number of threats, including jets or cruise missiles travelling at supersonic speeds.

MBDA UK is already developing a similar system, known as Sea Ceptor, that will be used by the Royal Navy.

This assessment phase contract for the land version will sustain more than 90 highly-skilled jobs at MBDA’s sites in Stevenage and Bristol.

Minister for Defence Equipment, Support and Technology Philip Dunne said:

The future local area air defence system would give the army a new, British-built, world-leading defence capability to protect UK interests against current and future threats from the air. These missiles are designed to form a suite of battle-winning capabilities we are investing in.

This potential land system is the next stage development of a maritime system which highlights that the UK is a world leader in evolution of missile design and manufacturing.

 
MOD invests £36 million in new Army air defence missile
A future local area air defence system launcher prepares to launch a common anti-air modular missile during trials [Picture: MBDA]

MBDA UK Managing Director and Executive Group Director Technical Steve Wadey said:

The FLAADS land assessment phase is an important milestone that demonstrates how the MOD-MBDA portfolio management agreement works. It’s the opportunity to provide an affordable yet highly capable air defence system for both the army and Royal Navy.

By extending the FLAADS programme to land applications, the UK MOD is showing confidence in MBDA’s ability to maximise cost benefits for its customers through modularity and reuse of existing technologies.

The army’s current air defence system, Rapier, which was used to defend London during the 2012 Olympic Games, has been in service since 1996 and is coming to the end of its service life.

Over the next year, MBDA UK will use state-of-the-art computer technology to assess exactly how the missile system would work and could be used by the army.

Following the assessment phase, a decision on whether to buy FLAADS as a replacement for Rapier is expected to be made next year.

Partager cet article
Repost0
30 avril 2014 3 30 /04 /avril /2014 16:55
Missile ASMP-A sous un Rafale B des Forces aériennes stratégiques photo Cosmao

Missile ASMP-A sous un Rafale B des Forces aériennes stratégiques photo Cosmao

 
 

Poursuivant son cycle d'auditions consacrées à la dissuasion nucléaire française, la commission de la défense nationale et des forces armées de l'Assemblée nationale a entendu le 15 avril le général Denis Mercier, chef d'état-major de l'armée de l'Air (CEMAA), ainsi que le général Patrick Charaix, commandant les Forces aériennes stratégiques (FAS). Evoquant la modernisation de la composante aéroportée de la dissuasion, le CEMAA a rappelé que deux projets sont à l'étude pour remplacer l'actuel missile de croisière nucléaire ASMP-A, emporté par les Rafale et les Mirage 2000N : "l'un privilégiant la furtivité du missile, l'autre l'hypervélocité de celui-ci avec des perspectives à Mach 7 ou Mach 8", a-t-il souligné. "C'est cette seconde solution qui a ma faveur", a déclaré l'aviateur.


"La maîtrise de l'hypervélocité apparaît d'ores et déjà comme une donnée centrale", explique le général Mercier aux députés, ajoutant que de nombreux pays comme les Etats-Unis, la Russie, la Chine ou l'Inde conduisent déjà des expérimentations dans ce domaine. "J’imagine avec peine que la France, pays qui jouit d’une avance incontestable en matière de statoréacteur, reste en marge de ces développements", ajoute l'aviateur.

Cette évolution à long terme du missile air-sol français, dont le lancement éventuel pourrait être décidé à l'horizon 2016, nécessitera d'opérer une "rupture capacitaire" et d'engager "un véritable travail, avec le CEA et avec MBDA de recherche technologique, notamment sur la résistance des matériaux et les propulseurs", selon les termes du général Patrick Charaix.

Le CEMAA rapelle par ailleurs que "s’agissant du missile ASMP-A, une opération de traitement d’obsolescences et d’amélioration a minima de certaines performances pour les adapter aux missiles anti-missiles connus sera conduite et devrait durer environ dix ans". Ce chantier de rénovation à mi-vie, qui doit théoriquement être commandé cette année par la Direction générale de l'armement (DGA) au missilier MBDA et au CEA, permettra également "d’améliorer la probabilité de réussite des tirs", d'après le général Mercier.

Revenant sur la complémentarité de la composante aérienne par rapport aux sous-marins nucléaires lanceurs d'engins, le patron des FAS insiste sur la "très grande précision du missile ASMP-A", censée offrir "la possibilité de détruire des objectifs fortement résistants et d’exécuter des frappes aux effets adaptables et strictement conformes à ceux décidés par le président de la République". "Nous amenons la précision, et la composante océanique apporte un effet plus large", résume le général Mercier.

Partager cet article
Repost0
30 avril 2014 3 30 /04 /avril /2014 07:35
Une délégation Singapourienne en visite dans l’armée de l’air

 

24/04/2014 Armée de l'air

 

Mercredi 9 et jeudi 10 avril 2014, une délégation singapourienne s’est rendue sur la base aérienne (BA) 117 de Paris et sur la BA 702 d’Avord. Les représentants de l’armée de l’air française et de la Republic of Singapore Air Force (RSAF) se sont ainsi rencontrés pour définir leurs prochains axes de coopération.

 

Menée par le Brigadier General Lim Yeong Kiat, la délégation s’est tout d’abord rendue au sein de l’état-major de l’armée de l’air, le 9 avril 2014. Le général Antoine Creux, major général de l’armée de l’air, s’est ainsi entretenu avec son homologue. L’occasion de présenter les évolutions de chacune des armées, dont le projet Unis pour « faire face » lancé en 2013 par le général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’air (CEMAA).

 

Les échanges entre les deux armées se sont poursuivis dans l’après-midi au cours duquel les contours de la coopération franco-singapourienne ont été affinés avec le général Crochard, délégué aux relations extérieures. Jusqu’à présent, cette coopération était principalement centrée sur la formation des pilotes et des navigateurs singapouriens au sein du 150èmeescadron de la RSAF, implanté sur la base aérienne 120 de Cazaux depuis près de quinze ans.

 

Aujourd’hui, le domaine de la défense sol/air fait également l’objet de cette coopération bilatérale, les Singapouriens ayant acquis des missiles Aster 30 destinés au système sol/air moyenne portée SAMP. La délégation s’est donc rendue sur la BA 702 d’Avord, le 10 avril 2014, pour visiter le pôle de défense sol/air. Une autre synergie potentielle pourra être développée avec, à plus long terme, la possible acquisition du MRTT (Multi-Role Tanker Transport) par la RSAF.

 

Ces axes de coopérations avaient déjà été affirmés par le CEMAA au cours d’un voyage officiel à Singapour mi-mars.

Une délégation Singapourienne en visite dans l’armée de l’air
Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 11:35
Défense : mise à jour du système anti-aérien sud-coréen d’ici 2020

 

SEOUL, 28 avr. (Yonhap)

 

L’Administration du programme d’acquisition de défense (DAPA) a approuvé ce lundi la mise à niveau du système anti-aérien PAC-2 et l’acquisition de missiles PAC-3 d’ici 2020 pour mieux pouvoir répondre à la menace nord-coréenne.

 

La Corée du Sud possède actuellement 48 missiles PAC-2 importés d’Allemagne. Le système de commande de tir PAC-2 sera mis à jour entre 2014 et 2020 pour qu’il puisse tirer des missiles PAC-2 et PAC-3. L’entreprise américaine du domaine de la défense Raytheon devrait être chargée de la tâche.

 

La DAPA acquerra également des missiles PAC-3 fabriqués par Lockheed Martin entre 2016 et 2020. «Le système patriot est l’arme principale du KAMD (le système de défense anti-aérien et antibalistique sud-coréen) pour contrer les missiles balistiques de la Corée du Nord. Une fois la mise à jour effectuée, nous devrions pouvoir minimiser les dégâts causés par les missiles au sol», a déclaré le porte-parole de la DAPA Baek Young-hyeong lors d’un point de presse.

 

La DAPA lancera un appel d’offres pour la mise à jour de son système patriot en juin et compte signer un accord en novembre. Elle espère signer un accord pour l’achat des missiles PAC-3 dans l’année. La DAPA dispose d’un budget de 1,3 milliard de dollars pour ce projet.

Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 11:35
Inde-Pakistan : la course aux armements prend de l’ampleur

 

MOSCOU, 29 avril - RIA Novosti

 

L’Inde avance à grands pas dans la course aux armements : après l’essai du missile de moyenne portée Akash, capable d’intercepter des chasseurs et des missiles de croisière, l’armée de l’air a remporté un nouveau succès avec le missile d’interception Prithvi Defence Vehicle, qui a atteint sa cible dans l’espace extra-atmosphérique. Cette intensification des efforts pour la création d’un « potentiel de dissuasion » intervient à l’approche du duel électoral impliquant le leader de l’opposition et éventuel candidat au poste de premier ministre Narendra Modi, qui tient un discours austère vis-à-vis du Pakistan et de la Chine. La promesse par l’opposition de revoir la doctrine nucléaire de l’Inde si elle arrivait au pouvoir a également fait beaucoup de bruit, écrit mardi le quotidien Kommersant.

 

Le lancement du missile intercepteur Prithvi Defence Vehicle, d’une portée de 2 000 km, a eu lieu au polygone Integrated Test Range à Chandipur, dans le district de Balasore. Trois minutes plus tôt un navire indien se trouvant dans le golfe du Bengale avait lancé un « missile ennemi », qui avait été détecté par Prithvi Defence Vehicle et anéanti à plus de 100 km d’altitude. La cible a été identifiée grâce au réseau informatique, qui avait calculé avec précision la trajectoire du missile et ses coordonnées.

 

L’Inde avait déjà procédé à six essais d’intercepteurs pour abattre des « missiles ennemis » à une altitude comprise entre 30 et 80 km. Le lancement du Prithvi Defence Vehicle s’est tenu quelques jours après les essais du missile Akash de moyenne portée, capable d’éliminer des drones, des chasseurs et des missiles balistiques. Courant avril, le ministère indien de la Défense a même testé le missile de croisière supersonique BraMos d’une portée de 290 km, et le missile Prithvi 2 d’une portée de 350 km.L’Inde et le Pakistan, ennemis géopolitiques jurés, mènent en général leurs essais simultanément. Cette fois, Islamabad a seulement réagi par un essai du missile Hatf III Ghaznavi, d’une portée de 290 km et capable d’embarquer une ogive nucléaire.

 

Cette attention particulière accordée aux essais balistiques s’explique par l’approche des législatives en Inde, dont les résultats seront annoncés le 16 mai. Le favori de la course, le leader du parti Bharatiya Janata Party (BJP : Parti du peuple Indien) Narendra Modi, a toutes les chances de devenir le nouveau premier ministre. Il s’est déjà distingué avec certaines déclarations dures vis-à-vis du Pakistan et d’un autre adversaire régional de l’Inde – la Chine, qui dispose d’un arsenal balistique nucléaire plus conséquent. De plus, l’un des paragraphes du manifeste de campagne du BJP, intitulé « Le programme nucléaire de l’Inde », a fait beaucoup parler de lui. Ce document annonce que la doctrine nucléaire du pays doit être « revue et mise à jour pour répondre aux défis de l’époque ».

 

Certains interprètent cette déclaration comme une allusion au fait que si Narendra Modi arrivait au pouvoir, il renoncerait à l’approche actuelle de l’arme nucléaire, perçue comme défensive par New Delhi. Pour apaiser la tension, Modi a précisé dans une récente interview qu’il n’était pas question de renoncer au principe fondamental de la stratégie défensive du pays : l’arme nucléaire ne sera jamais utilisée pour commettre une première attaque. Cependant, les promesses d’apporter des modifications à la doctrine de défense pourraient entraîner le forçage des programmes de modernisation du potentiel nucléaire balistique. Selon les experts, une telle politique pourrait mener à une nouvelle course aux armements en Asie.

Partager cet article
Repost0
16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 11:35
UK soldiers man a Starstreak missile deployment system during an exercise. Photo UK MoD

UK soldiers man a Starstreak missile deployment system during an exercise. Photo UK MoD

 

April 16, 2014 Thales group

 

Defence Services Asia Exhibition and Conference, Kuala Lumpur - Global Komited Sdn Bhd, a wholly owned subsidiary of the Weststar Group of Companies, has been successfully appointed by Thales to develop, promote, market, and distribute a wide range of Ground-Based Air Defence systems to the Malaysian Armed Forces.

 

The signature ceremony, attended by The Malaysian Defence Minister, YB Datuk Seri Hishamuddin Tun Hussein, was held during the first day of the Defence Services Asia Exhibition and Conference in Kuala Lumpur today. The event marked the appointment of Global Komited Sdn Bhd as a key industrial partner agent for Thales in the region.

 

Established in 2003, Global Komited Sdn Bhd is a leader in the design and engineering of defence fabrication works. Over the years, it has increased its reach through strategic collaborations with renowned and trusted partners.

 

Tan Sri Syed Azman Syed Ibrahim, Weststar Group Managing Director, said: “The agreement signed today is a positive development for the country's defence industry and includes the transfer of technology and knowledge of Ground-Based Air Defence systems that will benefit both the Malaysian Armed Forces as well as other armed forces in the region in the long run.”

 

He also added that for this year’s DSA exhibition, WESTSTAR, under its subsidiary Global Komited, will be showcasing several vehicles that focus on different fields of application for the defence and security sectors.

 

GK-M1 photo Global Komited

GK-M1 photo Global Komited

Their flagship vehicle, the GK-M1, highlights a new application whereby a Lightweight Multiple Missile Launcher may be mounted onto the vehicle with Thales STARStreak missiles installed within the Missile Launcher.

 

STARStreak Missile technology represents the latest development from Thales’s Belfast- based activity in Ground Based Air Defence systems, and will enable the Malaysian Armed Forces, particularly the Royal Malaysian Air Force, to replace the previously commissioned Starburst Missile System.

 

With this new collaboration, Thales will facilitate Global Komited in further incorporating a more comprehensive range of allied defence systems, such as a Command and Control radar system to support and protect all important government and military assets.

 

About Global Komited Sdn Bhd

Global Komited Sdn Bhd is a specialised vehicle manufacturing and bodywork engineering company. Initiated in 2003 as a Ford dealership, in 2007 the company shifted its focus into the more specialised industry when it entered into agreements with several Original Equipments and Vehicles Manufacturers around the world to promote, develop and manufacture a wide range of commercial, specialised vehicles, including aircrafts, in Malaysia.

Having quickly established itself in its niche industry, Global Komited is on course towards achieving its aspiration of becoming a major supplier of automotive, aviation and electronic products and services in Malaysia, as well as in the region, for commercial and defence applications.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 11:40
L'armée russe a testé un missile balistique Iars

Missile intercontinental RS-24 Iars - photo Ministère russe de la Défense

 

MOSCOU, 14 avril - RIA Novosti

 

Les Troupes balistiques stratégiques russes (RVSN) ont testé avec succès un missile intercontinental RS-24 Iars depuis le polygone de Plessetsk, dans la région d'Arkhangelsk (nord), a annoncé lundi aux journalistes le porte-parole des RVSN, Igor Egorov.

 

"Le 14 avril, à 10h40 heure de Moscou (6h40 UTC), les Troupes balistiques stratégiques ont effectué un tir d'essai du missile intercontinental RS-24 Iars à propergol solide doté d'une ogive à têtes multiples", a indiqué la source. 

 

Tirée depuis le polygone de Plessetsk, l'ogive d'entraînement a atteint à l'heure prévue la cible conventionnelle sur le polygone de Koura, situé dans la presqu'île du Kamtchatka (Extrême-Orient russe), a encore ajouté M.Egorov. 

 

Le RS-24 Iars (code OTAN SS-X-29), missile à propergol solide et à trois étages, est une version modernisée du missile monobloc RS-12M2 Topol-M. Il est doté d'ogives multiples de 150 à 300 kt à guidage individuel et a une portée de 11.000 km. Le RS-24 constituera, avec le Topol-M monobloc (RS-12M2), le noyau des forces nucléaires russes.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 11:35
Le missile BrahMos : la meilleure dissuasion en cas de conflit indo-chinois

 

 

14.04.2014 Olga Ivascina - La Voix de la Russie

 

La nouvelle version du missile de croisière supersonique de fabrication russo-indienne BrahMos sera le meilleur facteur de dissuasion dans des conflits frontaliers en puissance entre l'Inde et la Chine.

 

Le missile testé avec succès le 7 avril a été développé spécialement pour des opérations en montagne. Sa charge a été conçue pour détruire les cibles terrestres bien protégées telles que des bunkers de béton, les centres de transmission et les postes de commandement souterrains. Un porte-parole de l'Organisation de la recherche-développement militaire de l'Inde a noté que lors des essais la tête « intelligente » du missile avait « frappé la cible après l’avoir reconnue entre plusieurs leurres ».

 

Les médias indiens supposent que la nouvelle version du BrahMos sera mise en service dans le régiment actuellement en formation qui fera partie d'un corps d'attaque de montagne. Cette nouvelle unité tactique de l'armée indienne sera déployée à la frontière entre l'Inde et la région autonome chinoise du Tibet.

 

L'Inde se propose d'achever définitivement la formation de ce nouveau corps de montagne dans 7 ans. Deux divisions d'infanterie de montagne, deux brigades d'infanterie de montagne et deux brigades blindées seront déployées au Ladakh, dans l'Urrarakhand et au Sikkim. Les effectifs du corps s'élèveront à 90 000 hommes de troupe.

 

Les soldats indiens seront confrontés à un groupe de l'armée chinoise dans la région autonome du Tibet fort de plus de 200 000 militaires. En plus l'infrastructure de transport développée permettra au commandement chinois de transférer, le cas échéant, dans les régions frontalières quelque 30 autres divisions.

 

Pour l'Inde il est trop onéreux d'avoir en permanence un groupe aussi nombreux dans les régions frontalières. Car la seule formation d'un corps nouveau qui jouera le rôle de force de réaction rapide demandera une somme avoisinant 650 milliards de roupies. Aussi le commandement militaire a-t-il opté pour une autre version : doter ce corps nouveau d’armes de haute précision les plus sophistiquées. D'autant plus que l'adversaire potentiel ne possède pas les moyens de neutraliser les missiles BrahMos.

 

Les missiles de croisière supersoniques BrahMos sont déjà opérationnels dans l'armée et la marine indiennes. En 2015, ils seront en service dans les forces aériennes. Ces missiles ont un rayon de 290 km. La masse de l'ogive atteint 300 kg. La vitesse est presque trois fois supérieure à celle du son : à l'heure actuelle c'est le missile le plus rapide du monde

Partager cet article
Repost0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 07:35
India's opposition rules out major change to nuke policy

 

New Delhi April 14, 2014 Spacewar.com (AFP)

 

The head of India's opposition Bharatiya Janata Party (BJP), tipped to win ongoing national elections, has ruled out any change in the country's "no-first-use" nuclear weapons policy.

 

The BJP sparked speculation about an end to the doctrine last week when its manifesto said that the party would "revise and update" India's policy.

 

"The no-first-use policy for nuclear weapons was a well thought out stand... We don't intend to reverse it," BJP President Rajnath Singh told the Hindustan Times newspaper in an interview published Monday.

 

The policy was adopted after a series of nuclear tests in 1998 during the last BJP-led coalition government which led to international condemnation and an embargo being placed on the country by Western powers.

 

The policy was intended to gain India greater acceptability as a nuclear power, despite it not being a signatory of the 1970 UN Nuclear Nonproliferation Treaty which aims to prevent the spread of nuclear weapons.

 

The BJP is predicted to clinch power under elections which began on April 7 and end with results on May 16.

 

Any BJP government under hardline prime ministerial candidate Narendra Modi, a proud nationalist promising strong leadership, is expected to have a more muscular foreign policy.

 

Any change in nuclear policy would be of most significance to India's rivals Pakistan and China.

 

Neither reacted to news of the possible review and analysts have pointed out that the "no-first-use" policy is a mere promise that could be ignored by New Delhi in a conflict situation.

 

China was the first country to adopt the "no-first-use" nuclear policy in 1964, but nuclear-rival Pakistan, with whom India has fought three wars, does not have a similar position.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 06:55
Rafale : l'avenir du missile AASM de Safran en question

 

April 14, 2014, Alain Ruello – LesEchos.fr

 

La production du missile AASM pourrait s'arrêter à la mi-2016. Pour maintenir les compétences, il faudrait qualifier cet armement sur le Mirage 2000.

 

Pour Safran, l’avenir de l’AASM, l’un des missiles du Rafale, se joue cette année. En 2005, lorsqu’il a fusionné avec Sagem, l’équipementier aéronautique a hérité de cet « armement air-sol modulaire » - prononcer « 2ASM » - conçu pour détruire par tout temps des cibles terrestres avec une très grande précision. Véritable bijou technologique, mais gouffre financier, l’AASM a fait ses preuves en Libye notamment. Mais depuis, le couperet de la loi de programmation militaire 2014-2019 est tombé et risque de faire perdre à la France une compétence technologique d’excellence, avertit l’industriel en sous-main.

Initialement, l’armée de l’air française avait prévu d’acheter 4.200 AASM. Pour des raisons budgétaires, la cible a été ramenée à 1.748 exemplaires, à plus de 170.000 euros pièce. Compte tenu de la cadence actuelle, un peu plus de 18 par mois, et de la quantité déjà produite, le dernier missile sortira de l’usine Sagem de Montluçon en Auvergne en mai 2016. Une centaine d’emplois sont concernés sur ce site et un peu plus en région parisienne.

Safran doit donc anticiper dès l’année prochaine d’éventuelles reconversions industrielles, d’autant que les perspectives d’exportation du Rafale en Inde et au Qatar n’apporteraient pas de gros volumes supplémentaires d’AASM. A moins qu’une solution soit trouvée pour augmenter ceux-ci. Sur le papier, c’est simple: il suffirait d’ouvrir d’autres débouchés au missile. Autrement dit, le qualifier sur d’autres avions de combat que le Rafale.

 

D’autres débouchés

C’est ce qui est en cours avec le F-16 de Lockheed Martin dans le cadre d’un programme Otan . Des essais sont prévus dans quelques semaines, mais le projet, mené très discrètement, n’avance pas très vite. L’autre débouché, le plus naturel, c’est le Mirage 2000, d’autant que des tests ont été conduits avec succès il y a cinq ans. Compte tenu du nombre de Mirage 2000 encore en service dans le monde ce serait une opportunité à l’exportation très intéressante pour l’AASM. Un pays au moins en a fait la demande selon nos informations, il s’agit du Pérou.

Le sujet est bien connu de la DGA, mais il se heurte à un problème de fonds: combien ? Selon l’adaptation souhaitée, la facture va de quelques dizaines de milliers à 100 ou 200 millions d’euros. Dans le cas des Mirage F1 marocains, c’est la version « light » qui a prévalue. Deuxième question épineuse : qui payerait ? Safran ? Le client export  ? L’Etat ? Sans doute un cocktail des trois.

Enfin, il reste à voir si Dassault verra cela d’un très bon œil. L’avionneur français s’est opposé à ce qu’un armement aussi sophistiqué puisse être porté sur un concurrent du Rafale à l’exportation comme le F-16. En serait-il de même avec le Mirage 2000 ?

Compte tenu de l’échéancier, une décision doit être prise cette année pour rendre la filière AASM pérenne au delà du Rafale. Si une solution est trouvée, alors on peut imaginer qu’à moyen terme, Safran transférera la maîtrise d’oeuvre du missile à MBDA, qui a vocation a concentrer tous les programmes de missiles en France.

 

Partager cet article
Repost0
14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 16:55
Tir d'essai d'un missile de croisière naval (MdCN) © DGA

Tir d'essai d'un missile de croisière naval (MdCN) © DGA

 

14/04/2014 par Guillaume Steuer - Air & Cosmos

 

Nouveau succès pour le missile de croisière naval (MdCN), développé par MBDA pour équiper la Marine nationale : la Direction générale de l'armement a annoncé le 10 avril avoir mené à bien le deuxième tir de qualification de l'engin, le 8 avril dernier, depuis son site de Biscarrosse. Cet essai, représentatif d'un tir depuis une frégate, visait à démontrer des capacités complémentaires par rapport au précédent tir de qualification qui avait eu lieu le 1er juillet 2013. En l'occurrence, il a permis de valider le bon comportement du missile dans une phase de "vol en haute altitude", d'après la DGA.

 

Attendue courant 2014, la qualification complète de cette nouvelle munition (anciennement connue sous l'appellation Scalp Naval) devrait encore nécessiter un tir supplémentaire. Celui-ci devrait être mené dans une configuration "sous-marine", puisque le MdCN est appelé à équiper non seulement les frégates Fremm, mais aussi les futurs sous-marins nucléaires d'attaque de classe "Barracuda".

 

Une première capacité opérationnelle est attendue dès la fin 2014 sur la Fremm "Normandie", deuxième bâtiment de ce type livré à la Marine nationale. La mise en service opérationnel sur sous-marin est désormais attendue "à l'horizon 2018", selon la DGA. Un premier lot de missiles en configuration "Fremm" devrait être réceptionné en juillet 2014, selon le ministère de la Défense.

 

Le programme MdCN n'a pas échappé aux coupes sombres décidées dans le cadre de la loi de programmation militaire 2014-2019 : au final, seuls 150 missiles seront commandés pour équiper les forces françaises, alors qu'il en était initialement prévu 250, puis 200. De quoi s'interroger sur la rentabilité globale d'un programme qui, à l'origine, tablait sur quelques perspectives à l'export, notamment en Arabie Saoudite et en Grèce, qui semblent désormais hors d'atteinte.

Partager cet article
Repost0
14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 11:55
Armée de l'air. Les militaires réalisent un exercice dans la Hague

 

11 Avril ouest-france.fr

 

Pendant quinze jours, l'Armée de l'air réalise un exercice dans la Hague. But de l'opération : tester le dernier système de défense, baptisé Mamba, autour des sites sensibles.

 

Pendant quinze jours, les militaires investissent les hauteurs de Vauville, dans la Hague. De là, ils ont une place de choix pour surveiller le chantier de l'EPR de Flamanville et l'usine Areva de retraitement des déchets nucléaires. L'Armée de l'air est venue ici pour tester son dernier système de défense sol-air, lancé en 2010 et baptisé Mamba.

 

Objectif de cette opération : s'assurer de la bonne protection des sites sensibles en cas d'intrusion, comme le prévoit le plan Ammonite. « L'idée, c'est d'être capable de faire face à un événement, comme par exemple l'attentat du 11 septembre 2001 à New York », résume Frédéric Hourdé, commandant de l'escadron sol-air Tursan, de la base aérienne de Mont-de-Marsan.

 

A tour de rôle, les équipes testent le matériel de radio, s'assurent que les communications sont bien transmises aux autres postes, regardent si les radars, d'une portée de 100 km, fonctionnent bien etc. Un exercice en conditions réelles, avec les vrais missiles en moins, qui permet aussi de vérifier que les moindres recoins du secteur n'échappent pas à la vigilance de l'armée de l'air.

Partager cet article
Repost0
11 avril 2014 5 11 /04 /avril /2014 16:35
Prithvi-II  - photo Livefist

Prithvi-II - photo Livefist

 

 

6/4/2014 IsraelDefense

 

The worldtribune reports that India and Israel have concluded an agreement to assemble a ballistic missile defense system after two years of discussions. The contract between Rafael, IAI and Indian companies should be signed by the end of the year. The system will be based on the Arrow system and the Indian Prithvi

 

India and Israel have reached an agreement for developing a ballistic missile defense system, according to the worldtribune website. Indian sources said Israel and India concluded more than two years of negotiations with an agreement in principle to build a BMD system for India (this confirms a report published two months ago on IsraelDefense).

The sources said the system would be designed to protect against nuclear warheads fired from China or Pakistan. “This system would integrate Indian and Israeli assets into a layered defense network,” a source said to worldtribune. The sources said the Indian Defense Ministry agreed to the project. But the two sides were preparing for contract negotiations that could extend into late 2014.

Israel has long offered a partnership in BMD development, particularly the Arrow system by Israel Aerospace Industries. The sources said New Dehli began to express strong interest only in 2013 when Israel proposed a program that would integrate and enhance Indian air defense assets.

"The Indians were looking for Israeli expertise and technology that would allow New Dehli to eventually work on its own in BMD,” the source said. “They were not interested in an off-the-shelf Arrow purchase." The initial agreement would partner IAI as well as Israel’s state-owned Rafael with India’s Defense Research and Development Organization, Bharat Dynamics and Bharat Electronics. All of the participants are state-owned entities, and Bharat Electronics has developed the Prithvi air defense system, scheduled for deployment in 2015. .

The attractiveness of the proposal is that India could contribute any asset deemed suitable for missile defense, including radars, interceptors and launchers,” the source said. “Because the network is meant to protect against a range of threats, no existing or future Indian system could be ruled out.”

Partager cet article
Repost0
11 avril 2014 5 11 /04 /avril /2014 07:40
Ukraine: le groupe de DCA russe Almaz-Anteï prêt à relocaliser sa production

 

MOSCOU, 10 avril - RIA Novosti

 

Le premier producteur de missiles sol-air russe Almaz-Anteï, qui a placé des commandes en Ukraine, est prêt à transférer sa production en Russie, a déclaré jeudi à Moscou Oleg Botchkarev, vice-président de la commission pour l'industrie de défense russe auprès du gouvernement.

 

Le consortium public russe "Almaz-Anteï pourra transférer sa production entièrement en Russie malgré certaines difficultés. Nous sommes prêts à le faire, si l'Ukraine arrête de produire certains éléments de nos produits", a indiqué M.Botchkarev devant les journalistes.

 

"L'essentiel sera alors de préserver les biens intellectuels de la Russie", a-t-il ajouté.

 

Fondé en 2002, le consortium public russe Almaz-Anteï conçoit, produit et modernise des armes de défense antiaérienne (missiles sol-air S-300, Anteï, Bouk, Tor et missiles mer-air), des radars militaires et civils, des systèmes de télécommunications, ainsi que des équipements pour le secteur énergétique et les transports.

Partager cet article
Repost0
10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 19:55
Deuxième tir de qualification du MDCN

Deuxième tir de qualification du MDCN

 

 

10/04/2014 DGA

 

La direction générale de l’armement (DGA) a réalisé avec succès le deuxième tir de qualification du missile de croisière naval (MdCN) le 8 avril 2014.

 

Ce tir, effectué sur le site de Biscarrosse (Landes) du centre DGA Essais de missiles, est représentatif d’un tir à partir d’une frégate. Il a notamment permis de démontrer les capacités de vol en haute altitude du missile.

 

Cette réussite, qui vient une nouvelle fois confirmer la très haute technicité de ce missile, est le fruit d’un travail intense et coordonné de nombreux acteurs étatiques (le service de la qualité et les centres d’expertise et d’essais de la DGA, et la Marine Nationale notamment) et industriels (MBDA France).

 

Le MdCN équipera à partir de fin 2014 les frégates multi-missions (FREMM) et les sous-marins Barracuda à l’horizon 2018.

 

Doté d’une portée de plusieurs centaines de kilomètres, le MdCN est destiné à frapper des objectifs situés dans la profondeur du territoire adverse. Il est complémentaire du missile de croisière aéroporté Scalp dont il est dérivé. Embarqué sur des bâtiments de combat positionnés, de façon prolongée, à distance de sécurité dans les eaux internationales, ostensiblement (frégates) ou discrètement (sous-marins), le MdCN est adapté à des missions de destruction d’infrastructures de haute valeur stratégique.

 

La DGA a notifié le marché MdCN à la société MBDA fin 2006.

Partager cet article
Repost0
10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 12:55
photos Armée de l'Air

photos Armée de l'Air

 

10/04/2014 CNE Karim DJEMAI - Armée de l'air

 

Du 31 mars au 10 avril 2014, l'élément "air" rattaché (EAR) 944 de Narbonne accueille plus d’une centaine de militaires français et italiens, dans le cadre d’un entraînement majeur placé sous le signe de la défense sol/air.

 

 

Durant près de deux semaines, les radars de haute altitude TRAC 2400 et TRS 22XX de l’emprise narbonnaise sont placés sous la protection de trois sections de défense sol-air moyenne portée (SAMP) Mamba italienne et françaises ; la frégate de défense aérienne Forbin, quant à elle, croise à quelques nautiques marins.

 

Après une première phase d’expérimentation tactique menée du 31 mars au 6 avril, l’exercice « grandeur réelle » sollicite du 7 au 9 avril la participation de nombreux moyens terrestres, maritimes et aériens.

 

«Pendant GBADEX, environ 200 militaires sont stationnés sur l’emprise narbonnaise, alors qu’en temps normal, ce chiffre n’excède pas 80 personnes, explique le capitaine Gérard Féraud, commandant l’EAR de Narbonne. Cela représente une importante charge de travail supplémentaire, notamment pour les volets hébergement et restauration.»

 

Jusqu’au jeudi 10 avril, date marquant la fin de l’exercice, le site narbonnais doit quotidiennement faire face à de nombreuses agressions simulées. Selon le scénario établi, Narbonne est la capitale d’un petit pays indépendant menacé par les velléités belliqueuses d’un puissant voisin localisé au nord. Suite au vote d’une résolution de l’Organisation des Nations unies, une coalition internationale se constitue dans le but de porter assistance à l’enclave narbonnaise.

 

Afin de rendre cet entraînement le plus réaliste possible, de nombreux moyens des composantes terrestres, maritimes et aériennes sont sollicités. En mer, la frégate de défense aérienne Forbin est ainsi mobilisée, tandis que des hélicoptères Gazelle du 3e régiment d’hélicoptères de combat d’Étain (Meuse), unité de l’aviation légère de l’armée de terre, ont également été déployés. L’armée de l’air apporte aussi une contribution importante en mobilisant de nombreux aéronefs : des avions de chasse (Rafale, Mirage F1, Mirage 2000 D, C, et N), un avion ravitailleur C135, un avion-radar E-3F et un hélicoptère Caracal.

 

Au sol, l’armée de l’air a aussi déployé à Narbonne deux sections sol-air moyenne portée (SAMP) Mamba, en provenance des escadrons de défense sol/air (EDSA) 4/950 «Servance» de Luxeuil et 1/950 «Crau» d’Istres. Parallèlement, une section de défense sol/air du 4erégiment d’artillerie antiaérienne de Mantoue (Italie), est également sollicitée afin de tester sa pleine interopérabilité avec les moyens de défense sol/air français et préparer sa participation à la prochaine campagne de tir commune sur le sol landais. En effet, cette unité italienne est équipée de sections Mamba, à l’instar de ses homologues françaises.

 

«Une telle concentration de moyens interarmées et interalliés permet de créer un environnement réaliste et actuel, propice à un entraînement de qualité, explique le commandant Sylvain Ryckebusch, commandant l’EDSA 4/950 «Servance». L’exercice GBADEX permet de développer nos compétences en matière de liaison de données tactiques L16, afin d’obtenir une parfaite intégration dans une chaîne de défense aérienne cohérente.»

 

 «Les forces armées françaises sont aujourd’hui équipées de systèmes très performants comme le Rafale, les frégates de nouvelle génération ou le Mamba, détaille le capitaine Jérémy Gueye, adjoint au chef des opérations de l’escadron «Servance». Grâce à des moyens de transmissions performants, tels que les liaisons de données, nous pouvons interconnecter ces systèmes. Cela offre d’énormes perspectives tactiques et opérationnelles.»

Le Mamba se déploie en pays cathare
Le Mamba se déploie en pays cathare
Partager cet article
Repost0
10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 11:20
L’US Air Force réceptionne ses premiers missiles JASSM nouvelle génération

 

09.04.2014 Helen Chachaty - journal-aviation.com

 

L’US Air Force a réceptionné le mois dernier un premier lot de missiles JASSM-ER (Joint Air to Surface Standoff Missile - Extended Range) de série. Les missiles air-sol de longue portée ont été livrés sur la base aérienne de Dyess, au Texas.

 

Parmi les améliorations apportées par Lockheed Martin, une portée accrue, le missile pouvant aller « plus de 2,5 fois » plus loin que son prédécesseur.

 

Le JASSM-ER est pour l’instant uniquement prévu pour le bombardier B-1B, mais des études sont en cours pour pouvoir éventuellement l’intégrer aux F-15E, F-16 et B-52.

Partager cet article
Repost0
10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 06:40
Destroyer USS Donald Cook - photo US Navy

Destroyer USS Donald Cook - photo US Navy

 

MOSCOU, 9 avril - RIA Novosti

 

L'entrée d'un destroyer américain en mer Noire risque de contraindre la Russie à déployer des bombardiers supersoniques Tu-22M3 en Crimée et à accélérer la construction de nouvelles frégates et de nouveaux sous-marins, a annoncé mercredi le rédacteur en chef du magazine Défense Nationale Igor Korotchenko.

 

"La Russie pourrait profiter de cette occasion pour renforcer ses infrastructures navales en mer Noire en déployant des systèmes supplémentaires Bastion dotés de missiles antinavires Iakhont", a déclaré M. Korotchenko à RIA Novosti.

 

Moscou pourrait en outre déployer en Crimée des bombardiers tactiques Su-34 et des bombardiers stratégiques Tu-22M3.

 

"La Russie doit suivre attentivement les activités des Etats-Unis dans la région de la mer Noire. A cet effet, il est indispensable de renforcer le système de contrôle et de reconnaissance assuré par l'aviation de patrouille maritime et l'aviation navale. La Russie possède de telles capacités et les utilise pour surveiller l'activité militaire dans différentes régions de l'Océan mondial", a indiqué l'expert.

 

D'après M. Korotchenko, il est nécessaire d'accélérer la mise en service, au sein de la Flotte de la mer Noire, de six nouvelles frégates et de six nouveaux sous-marins à propulsion diesel-électrique.

 

"Ces mesures permettraient de neutraliser aussi bien les menaces actuelles que celles qui pourraient surgir pour la Russie suite aux actions des Etats-Unis dans cette région, y compris suite à l'entrée en mer Noire de destroyers américains constituant un danger pour les forces stratégiques nucléaires russes", a conclu le rédacteur en chef du magazine Défense Nationale.

 

Le destroyer américain Donald Cook, qui entrera le 10 avril en mer Noire, possède un système d'alerte et de défense Aegis doté d'antimissiles et de missiles de croisière Tomahawk.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories