Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 novembre 2015 5 13 /11 /novembre /2015 08:20
Flight Ready: Atlantic Targets & Marine Operations


12 nov. 2015 NAVAIRSYSCOM

 

Preparing the fleet for the frontlines, that's the job of the Atlantic Target and Maritime Operations (ATMO) division, Norfolk detachment, based in Dam Neck, Va. Learn how this fleet training team executes simulated attacks on ships and aircraft and why these realistic threat drills are vital to a battle group's success at sea.

Repost 0
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 17:20
photo Lockheed Martin

photo Lockheed Martin

 

Nov 10, 2015 ASDNews Source : Lockheed Martin

 

LM Transitions to Digital Engineering in Program's 60th Year

 

The U.S. Navy conducted successful test flights Nov. 7 and 9 of two Trident II D5 Fleet Ballistic Missiles built by Lockheed Martin (NYSE: LMT). The world’s most reliable large ballistic missile, the D5 missile has achieved a total of 157 successful test flights since design completion in 1989. The D5 is the sixth in a series of missile generations deployed since the sea-based deterrent program began 60 years ago. The Navy launched the unarmed missiles in the Pacific Ocean from a submerged Ohio-class submarine. The missiles were converted into test configurations using kits produced by Lockheed Martin that contain range safety devices and flight telemetry instrumentation. The test flights were part of a demonstration and shakedown operation, which the Navy uses to certify a submarine for deployment following an overhaul.

Read more

Repost 0
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 13:55
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

12/11/2015 Sources : Marine nationale

 

Le 23 octobre 2015, les nouveaux embarqués du sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE) Le Terrible équipage rouge se sont vu remettre, au cours d’une cérémonie réunissant l’ensemble de l’équipage, la fourragère verte rayée de rouge. Au cours de cette cérémonie certains marins se sont vus remettre l’insigne du certificat supérieur de sous-marinier. Plusieurs marins ont également été récompensés par des citations individuelles sans croix pour leur dévouement continu au service de la force océanique stratégique.

 

Si les marins d’une vingtaine d’unités de la Marine portent une fourragère, ces cérémonies de remise restent relativement rares. La fourragère du Terrible, augmentée d’une olive rouge rayée de vert, rappelle les cinq citations à l’ordre de l’armée navale qui ont récompensé les actions héroïques du contre-torpilleur du même nom durant la Seconde guerre mondiale : appareillage et riposte énergique sous le feu des navires anglais à Mers-el-Kébir, tir contre les unités côtières allemandes au matin du 15 août 1944 au débarquement de Provence et attaque des convois ennemis en Méditerranée. Ses héritiers ont donc le privilège de porter la fourragère aux couleurs de la croix de guerre 1939-1945, marquant ainsi leur attachement à des valeurs qui les guident encore aujourd’hui dans le service des intérêts vitaux de la France depuis le monde des abysses.

 

Cette récompense met aussi à l’honneur toutes les actions moins visibles des SNLE, dont deux ont porté le nom « Terrible ». Le SNLE Le Terrible, le plus récent des sous-marins français, porteur du missile M 51, admis au service actif en 2010, a effectué douze patrouilles opérationnelles, contribuant ainsi à la permanence à la mer de la dissuasion nucléaire.

photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

Repost 0
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 13:50
MBDA a signé en 2015 un contrat en Egypte pour équiper les Rafale (Crédits : Dassault Aviation A. Pecchi)

MBDA a signé en 2015 un contrat en Egypte pour équiper les Rafale (Crédits : Dassault Aviation A. Pecchi)

 

12/11/2015 Par Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le missilier européen va à nouveau battre en 2015 son record de prises de commandes à l'export. Soit une estimation de l'ordre de 3,5 à 4 milliards d'euros. Au total, le montant des commandes pourrait approcher 5 milliards d'euros.

 

Pour la troisième année consécutive, le missilier MBDA va battre en 2015 son record de prises de commandes à l'export. Selon des sources concordantes, la filiale d'Airbus Group (37,5%), de BAE Systems (37,5%) et de l'italien Finmeccanica (25%) pourrait engranger entre 3,5 et 4 milliards d'euros de commandes cette année (contre 2,5 milliards en 2014 et 2,2 milliards en 2013) si le contrat Rafale au Qatar est mis en vigueur d'ici à la fin de cette année.

Ce très fort volume de commandes à l'export doit évidemment beaucoup à la vente du Rafale à l'Egypte et au Qatar. En Egypte, le missilier a engrangé un contrat estimé à 1,1 milliard d'euros avec l'armement des 24 Rafale et d'une frégate multimissions FREMM. Au Qatar, le pactole va s'élever à 2 milliards d'euros pour l'armement des 24 Rafale une fois le contrat mis en vigueur. MBDA a également signé cette année plusieurs contrats plus modestes à l'exportation.

 

Des commandes domestiques en demi-teinte

Au total, les commandes du missilier devraient largement dépasser en 2015 plus de 4 milliards d'euros (4,1 milliards en 2014, 4 milliards en 2013) avec les commandes des pays dits domestiques (Allemagne, France, Grande-Bretagne, Italie). MBDA a signé en septembre une commande de 300 millions de livres (412 millions d'euros) avec le ministère de la Défense britannique (MoD) pour la fourniture de missiles britanniques air-air de courte portée ASRAAM (Advanced Short-Range Air-to-Air Missile) à la Royal Air Force (RAF).

En France, le missilier attend toujours la commande portant sur le programme d'évolution de l'Aster 30 Block 1, l'Aster 30 Block 1 NT (autour de 300 millions d'euros). Ce programme prévoit un traitement des obsolescences des munitions combiné à une amélioration de performances face aux missiles balistiques de théâtre. Une décision pourrait être prise d'ici à la fin de l'année.

 

Un carnet de commandes regonflé

L'année 2015 va permettre à nouveau de gonfler le carnet de commandes de MBDA, qui avait 12,6 milliards d'euros fin 2014 (10,8 milliards en 2013 et 9,8 milliards en 2012) grâce à un book-to-bill (ratio entre prises de commande et chiffre d'affaires), qui sera encore supérieur à 1,5. Il était de 1,6 en moyenne en 2013 et 2014. Depuis 2009, le carnet de commandes déclinait. Il était même passé en 2012 pour la première fois depuis la création de MBDA en 2001 sous la barre symbolique des 10 milliards d'euros (9,8 milliards). En 2009, le carnet s'élevait à 12 milliards, déjà en net retrait par rapport à 2003 (14,8 milliards).

Dans ce contexte commercial très positif, le PDG du missilier européen, Antoine Bouvier, a lancé un vaste plan d'embauches en France et en Grande-Bretagne. Il a notamment annoncé le recrutement de 550 personnes sur les sites français d'ici à fin 2016.

 

Vers une très bonne année commerciale en 2016

 MBDA devrait encore réussir en 2016 une très belle année commerciale. Plusieurs campagnes majeures devraient arriver à maturité pour le missilier, dont celles du Rafale en Inde (36 appareils), aux Emirats Arabes Unis (60), voire en Malaisie (18). MBDA pourrait également signer l'an prochain des contrats pour l'armement du Typhoon au Koweït (28 avions de combat) et du Gripen NG au Brésil (36 appareils). En outre, le missilier a bon espoir de vendre à nouveau en 2016 le missile de croisière allemand Taurus. Il lorgne un marché d'une centaine d'unités pour les mettre sous les ailes des F-15 sud-coréens. Et à plus long terme, il proposera le Meteor pour les F-35 de Séoul.

Dans le naval, MBDA pourrait notamment signer l'armement des quatre corvettes en Egypte. Ces navires pourraient être armés de missiles surface-air VL Mica et mer-mer Exocet de MBDA. Le missilier européen a déjà signé un premier contrat portant sur les installations de tir avec l'armée égyptienne (50 millions d'euros environ) et devrait proposer un lot de missiles évalué autour de 300 millions d'euros. Le missilier pourrait également armer les deux Bâtiments de projection et de commandement (BPC) égyptiens, de la classe Mistral, avec des missiles anti-aérien léger Mistral de conception "tire et oublie".

 

2016, une année défense aérienne?

Plusieurs campagnes de longue haleine dans le domaine de la défense aérienne pourraient enfin déboucher en 2016. Notamment en Pologne (courte portée, projet Narew), en Turquie (MSAM, ex-programme T-Loramids) et en Suisse (BODLUV 2020). En Turquie, le consortium Eurosam (MBDA/Thales), qui propose le système SAMP/T, discute avec Ankara sur une commande d'un système de défense aérienne de longue portée (Air Defence) accompagné d'un transfert de technologies (3 à 4 milliards d'euros). En Pologne, MBDA mise sur le VL Mica. Enfin, en Suisse, le missilier européen (Camm-ER) est en compétition face à Diehl (missile Iris-T) pour les missiles (250 millions d'euros). Une commande est attendue fin 2016.

Sur le plan domestique, MBDA pourrait également signer une méga-commande (3 à 4 milliards d'euros pour 8 à 10 systèmes) en Allemagne, qui a choisi en juin le système de défense antiaérienne MEADS, que le missilier développe en coopération avec l'américain Lockheed Martin

Repost 0
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 08:30
Riyad achèterait pour 10 mds USD d'armes russes

 

11.11.2015 sputniknews.com

 

La Russie pourrait notamment livrer à l'Arabie saoudite des systèmes de missiles tactiques Iskander (code Otan: SS-26 Stone).

 

Plusieurs contrats pour la livraison d'armes russes à Riyad sont en cours de préparation en vue d'une possible visite du roi saoudien Salmane Ben Abdelaziz Al Saoud en Russie, rapporte le journal russe Vedomosti.

 

Auparavant, le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a annoncé aux journalistes que la visite du monarque saoudien en Russie était en train d'être préparée par des diplomates des deux pays.

 

Selon le quotidien Vedomosti, qui cite des sources au sein du holding russe de hautes technologies Rostec et de l'agence d'exportation d'armements Rosoboronexport, le roi pourrait se rendre en Russie fin novembre.

 

Par le passé, le directeur général du Rosoboronexport Anatoli Issaїkine a déclaré que son agence considérait les pays du golfe Persique en tant qu'éventuels partenaires dans le domaine de la coopération militaro-technique.

 

Iskander est un système russe de missiles balistiques courte portée ou moyenne portée de nouvelle génération. Pour le moment, les systèmes Iskander n'ont jamais été vendus à l'étranger.

Repost 0
11 novembre 2015 3 11 /11 /novembre /2015 17:50
First Storm Shadwow release from Eurofighter Typhoon


9 nov. 2015 BAE Systems

 

BAE Systems’ Chief Test Pilot Steve Formoso describes how ongoing work on the integration of the weapons as part of Phase 2 Enhancements and beyond further enhances the Eurofighter Typhoon’s potent multi-role and swing-role capabilities.

Repost 0
9 novembre 2015 1 09 /11 /novembre /2015 15:55
Cette fois, l’incident du tir de 2013 est clos, et la vie du missile M51 se poursuit. photo DGA

Cette fois, l’incident du tir de 2013 est clos, et la vie du missile M51 se poursuit. photo DGA

 

09/11/2015 Par Jean Guisnel - Le Point.fr

 

Le missile qui équipe plusieurs sous-marins nucléaires a explosé à cause d'un petit câble électrique posé par l'équipe industrielle d'Airbus Defence & Space.

 

Le 5 mai 2013, un missile M51 tiré d'un sous-marin en plongée au sud du Finistère terminait son vol au bout de quelques secondes par une explosion commandée. Ce grave échec touchant un programme essentiel de la force de dissuasion française a été provoqué par un microscopique détail, avons-nous appris de sources concordantes. Le long du fuselage de l'engin, un petit câble électrique "qu'il n'était pas possible de placer ailleurs", selon une personne informée, avait été posé par l'équipe industrielle d'Airbus Defence & Space, qui a hérité des décennies de culture industrielle française sur les missiles stratégiques. Pour être à l'abri des aléas extérieurs, ce câble avait été protégé par une "gouttière" métallique de petite dimension. On sait que les plus infimes aléas peuvent provoquer, sur un matériel volant, des effets désastreux. C'est ce qui s'est passé : la gouttière, apparemment mal fixée et en tout cas mal conçue, a provoqué des vibrations inattendues, pour lesquelles aucun dispositif de contre-vibration n'avait été prévu. Ces vibrations ont provoqué de tels problèmes sur le missile que la poursuite de son vol était devenue impossible…

 

Reprise en main

Au ministère de la Défense, où l'on n'a eu de cesse depuis le départ de minimiser la gravité de l'accident, on s'est aussi montré très mécontent. Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a demandé la mise sur pied d'une commission d'enquête. La conclusion rapidement tirée des premières investigations a conduit à accuser l'industriel. Le seul officiel qui s'est exprimé avec un peu de précision sur ce dossier, le délégué général pour l'armement Laurent Collet-Billon, a expliqué à l'Assemblée nationale en octobre 2014 s'être montré "assez dur avec l'industrie". "Aujourd'hui, la reprise en main est bonne. Nous avons vu revenir dans le dispositif industriel des personnes en lesquelles nous avons confiance, car elles ont fait leurs preuves dans le passé. Les choses se remettent progressivement en place." En avril 2015, le même Collet-Billon expliquait, toujours devant la commission de la Défense de l'Assemblée, qu'il avait "demandé aux services concernés d'Airbus Defence & Space des efforts accrus tant en matière d'ingénierie qu'en maîtrise de la qualité et de leurs sous-traitants." "Ces faiblesses, que nos propres services qualité ont constatées, doivent impérativement être corrigées."

 

L'incident est clos

De fait, l'entourage de Jean-Yves Le Drian se dit satisfait des conditions dans lesquelles Airbus Defence & Space a réagi. Notamment en chargeant une "forte personnalité à poigne", Jean-Pierre Clar, de motiver l'équipe des Mureaux (Yvelines), où se fabriquent les missiles stratégiques. Résultat : le 30 septembre dernier, la DGA (Direction générale de l'armement) a effectué un septième tir d'essai du missile M51, avec un plein succès. L'engin tiré depuis Biscarosse (Landes) a atteint sa cible à 6 000 km dans l'Atlantique. Le communiqué de la DGA précisait alors que "cet essai s'est déroulé comme prévu et a été effectué sans charge nucléaire. Le missile a été suivi tout au long de sa phase de vol par les moyens du centre d'essais de la DGA, dont le bâtiment d'essais et de mesures Monge (BEM). La zone de retombées se situe en Atlantique Nord, à plusieurs centaines de kilomètres de toute côte"

Cette fois, l'incident du tir de 2013 est clos, et la vie du M51 se poursuit. Aujourd'hui, le missile M51 équipe les sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE) Le Vigilant et Le Terrible. En janvier prochain, il équipera Le Triomphant, qui reprendra le service actif après une longue refonte. Le dernier sous-marin Le Téméraire sera lui aussi doté du M51 après sa refonte, avant la fin de la décennie.

Repost 0
7 novembre 2015 6 07 /11 /novembre /2015 18:30
GB: un avion de touristes allant à Charm el-Cheikh est passé près d'un missile en août

 

07 novembre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Londres - Un avion Thomson Airways transportant 189 touristes de Londres à la station balnéaire égyptienne de Charm el-Cheikh est passé, en août dernier, à moins de 300 mètres d'un missile peu avant son atterrissage, ont révélé samedi les médias britanniques.

 

Un porte-parole du gouvernement britannique a confirmé cet incident, affirmant, dans un communiqué, qu'il ne s'agissait pas d'une attaque ciblée mais qu'il était lié à un exercice de routine de l'armée égyptienne.

 

Nous avions enquêté sur l'incident à l'époque des faits et avions conclu qu'il ne s'agissait pas d'une attaque ciblée mais que c'était très probablement lié à des exercices de routine menés par l'armée égyptienne dans la région à l'époque, a indiqué ce porte-parole du gouvernement.

 

Selon une source citée par le Daily Mail, à l'origine de l'information, le copilote était aux commandes au moment des faits mais le pilote était dans le cockpit et a vu le missile venir en direction de l'avion.

 

Il a ordonné que l'avion tourne à gauche pour éviter le missile qui se trouvait à environ 1.000 pieds (300 mètres) de distance, ajoute cette source non identifiée.

 

La compagnie aérienne a également confirmé cet événement, ajoutant que l'enquête menée par le ministère britannique des Transports (DfT) avait à l'époque jugé sûr les vols à destination de la station balnéaire égyptienne.

 

Thomson Airways peut confirmer que l'équipage du vol TOM 476 a fait état d'un événement le 23 août, a indiqué un porte-parole de la compagnie.

 

Après avoir atterri à Charm el-Cheikh, une évaluation initiale a été menée et l'événement a été immédiatement signalé au ministère britannique des Transports (DfT) conformément au protocole établi, a-t-il ajouté.

 

Le DfT a mené une enquête complète en liaison avec d'autres experts du gouvernement britannique, selon la même source.

 

Après étude des détails de ce cas, l'enquête a conclu qu'il n'y avait pas de motif de préoccupation et qu'il était sûr de poursuivre les vols à destination de Charm el-Cheikh, conclut-il.

 

Les pilotes ont effectué des mesures d'évitement et sont parvenus à poser en toute sécurité l'avion, précise la presse britannique, ajoutant que les passagers n'ont pas été informés de l'incident.

 

Mercredi, Londres avait suspendu tous les vols au départ de Charm el-Cheikh et à destination du Royaume-Uni, le Premier ministre David Cameron mettant en avant des inquiétudes sur la sécurité de ces vols après des informations des services de renseignement faisant état de la probabilité qu'un engin explosif ait été à l'origine de l'accident.

Repost 0
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 13:50
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

06/11/2015 Sources : Marine nationale

 

Du 18 au 25 octobre 215, la frégate multimissions  Aquitaine et une dizaine d’autres frégates des pays membres du forum Maritime Theater Missile Defense (MTMD) ont démontré leur capacité à assurer la protection d'une force navale face à des menaces anti-navires et balistiques dans le cadre de At Sea Demonstration 2015 (ASD 2015).

 

Réunissant au large de l’Écosse des navires de guerre de neuf États (Canada, Espagne, États-Unis, France, Italie, Norvège, Pays-Bas, Royaume-Uni), cette force a opéré durant une semaine sous le commandement de l'amiral néerlandais Frank SIJTSMA.

 

Une coopération renforcée entre nations participantes

Décidée par le forum MTMD en 2012, ASD 2015 a nécessité trois ans de préparation et a permis aux nations participantes de démontrer leurs capacités dans le domaine de la défense anti-missile, mais surtout leur aptitude à interopérer au sein d'une coalition dédiée à la défense anti-missile.

ASD 2015 a en particulier permis aux unités présentes d'améliorer leur interopérabilité via des liaisons de données tactiques robustes (L16 radio et satellite). Ainsi, durant les différentes phases de la démonstration, les unités disposaient en temps réel d’une situation tactique les renseignant sur les détections, les poursuites, les engagements et les destructions effectuées au sein de la force à l'encontre des missiles anti-navires ou balistiques assaillants.

 

Une interception de missile balistique réussie

Événement majeur de ASD 2015, l'activité D15-2, a permis de démontrer la capacité de la force à intercepter un missile balistique (type SRBM) alors même que certaines unités engageaient des missiles anti-navires.

Le scénario a ainsi permis à certaines unités de la force de tester leur capacité à détecter et à poursuivre avec leur radar, puis de transmettre la cible balistique matérialisée par le missile Terrier-Orion, tiré depuis le centre d'essais des îles Hébrides au Nord de l’Ecosse. La piste détectée a ensuite été transmise au bâtiment américain USS Ross pour faciliter son acquisition en vue de son engagement par un missile anti-missile balistique Raytheon SM-3. Durant cette phase cruciale, l'Aquitaine assurait l'autodéfense élargie de l'USS Ross.

Le succès obtenu lors de cette activité est à relever puisqu’il s’agissait du premier tir de missile SM-3 effectué par les américains en-dehors de leur centre d’essais de l’archipel Hawaï. En outre, c’était également la première fois qu’un objet était envoyé dans l’espace (au-delà de 70 km d’altitude) depuis le territoire européen. En complément de cette activité majeure, la plupart des unités présentes ont eu la possibilité de mettre en œuvre leur système d’armes en engageant avec leurs missiles anti-aériens les cibles assaillantes constituées par des drones aériens de type Mirach. Une dizaine de cibles ont ainsi été mise en œuvre et engagées par des missiles (ESSM, SM2, ASTER30…).

 

L’Aquitaine a testé l’efficience de son radar multi-fonctions

L’Aquitaine a quant à elle a pu profiter d’un ultime tir de cible Terrier-Orion et se positionner de façon optimale par rapport à la phase finale de la trajectoire de cette cible. Les «équipes de l’industriel embarquées à bord pour l’occasion ont ainsi pu vérifier que les modifications de circonstances apportées au fonctionnement du radar multi-fonctions permettaient également à ce radar de détecter et poursuivre une telle cible animée d’une vitesse exceptionnelle. Les enregistrements techniques effectués par ces industriels sont cruciaux pour les développements techniques et pour garder un avantage sur les menaces émergentes (missiles hypervéloces, hypersoniques…).

En dépit des mauvaises conditions météo, la participation de l’Aquitaine à l’ « ASD 2015 » est donc un véritable succès. L’unité fait désormais route vers son port de base avec un  retour d’expérience opérationnel et technique extrêmement riche. Elle confirme également ses qualités de frégate multi-mission.

 

Nota : Créé en 1999, le forum MTMD, regroupe désormais dix pays ; la France l'ayant quant à elle rejoint en 2009. Son objectif est de développer les savoir-faire et technologies en matière de lutte contre les missiles conventionnels et balistiques. Les échanges entre experts des pays membres (militaires et ingénieurs) et ces essais à la mer doivent permettre in fine de développer de nouveaux radars et de nouveaux missiles aptes à faire face aux nouvelles menaces. Il s'agit également de définir une doctrine et une structure de commandement interalliée supportant la mise en œuvre de ces unités spécialisées dans la défense aérienne.

Member nations of the Maritime Theater Missile Defense (MTMD) Forum conducted At-Sea Demonstration (ASD) 2015 on the North Atlantic Ocean, exercising their cooperative anti-ballistic missile defense capabilities.

Repost 0
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 12:50
photo Italian Air Force

photo Italian Air Force

 

05/11/2015 par Guillaume Belan - Air & Cosmos

 

Rome pourrait bien devenir le second pays export à armer ses drones Reaper, après le Royaume-Unis. Ce 3 novembre, la Defense Security Co-operation Agency (DSCA) américaine a accepté d'exporter à l'Italie les kits d'intégration d'armements pour 6 de ses drones MQ-9 Reaper. Cette acceptation fait suite à une demande italienne pour l'achat de 156 missiles AGM-114R2 Hellfire II de Lockheed Martin, 30 bombes guidées laser GBU-12, 30 GBU-38 Joint Direct Attack Munitions (JDAMs), 30 GBU-49 guidées laser, 30 GBU-54 laser JDAM. Le contrat pourrait s'élever à 130 millions de dollars.

Suite de l’article

Repost 0
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 17:55
Le Tigre HAD lors de son expérimentation dans le désert djiboutien (Crédit: EMA / armée de Terre)

Le Tigre HAD lors de son expérimentation dans le désert djiboutien (Crédit: EMA / armée de Terre)

 

5 novembre, 2015 Nathan Gain (FOB)

 

L’ALAT devrait prochainement faire le plein de missile air-sol pour ses Tigre HAD. Le département d’État américain vient en effet, au travers de la « Defense Security Cooperation Agency » (DSCA), en charge des exportation de matériel militaire « Made in USA », de donner son feu vert pour la livraison de 200 missiles AGM-114K1A Hellfire II issus directement des stocks de l’US Army.

Une transaction évaluée à 30 millions de dollars US (donc 27,5 millions d’euros) qui devra encore être approuvée par le Congrès durant les 15 jours à venir. À priori une formalité, car les législateurs américains ne bloquent que très rarement des transactions qui sont soigneusement sélectionnées avant que le Congrès ne les notifie officiellement.

« Cet achat supportera directement les forces françaises activement engagées en opération au Mali et en Afrique du nord, leur fournissant la capacité d’engager des cibles avec un minimum de dommages collatéraux », précise la DSCA dans son communiqué officiel du 4 novembre 2015.

 

Un dernier lot de Hellfire avant de passer au Brimstone ?

L’idée est tentante, la France envisageant très sérieusement de changer de missile air-sol dans le cadre du programme de Standard 3 du Tigre. D’autant plus que le Brimstone (inspiré de…l’AGM-114), produit par MBDA, ne manque pas d’atouts. En effet, si la version K du Hellfire II est guidée par un laser semi-actif (ce qui signifie qu’il faut désigner la cible au laser jusqu’à l’impact), le Brimstone est quant à lui doté de la technologie « Tire & Oublie ». Non content d’assurer donc une souplesse d’utilisation non négligeable, le missile Brimstone est également équipé d’une technologie de guidage dédoublée, à savoir un laser semi actif ET un radar millimétrique. Et si les atouts du Brimstone ne suffisent pas, MBDA pourra toujours compter sur son futur « Multi-Role Combat Missile » (MRCM) pour convaincre les militaires français.

Les différentes OPEX dans lesquelles le Tigre HAD est activement engagé auront donc eu raison du premier lot de 250 missiles Hellfire II commandé en 2006. Ce nouveau lot de missiles air-sol devrait donc permettre aux pilotes de l’ALAT de continuer à contribuer à l’élimination de « Daech & Co. » en Afrique du Nord.

Repost 0
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 17:55
200 Hellfire pour les Tigre français, ça coûte 30 millions de dollars

EC665 Tigre HAD, équipé de 2 missiles Hellfire– photo André BOUR HelicoPassion

 

04.11.2015 par Philippe Chapleau – Lignes de Défense

 

Feu vert US à une vente de 200 missiles air-sol Hellfire pour équiper les Tigre de l'Alat. La Defense Security Cooperation Agency a annoncé ce soir [4 nov.] cette vente "probable". Ces missiles proviendront des stocks de l'US Army.

 

WASHINGTON, Nov 4, 2015 - The State Department has made a determination approving a possible Foreign Military Sale to the Government of France for Hellfire Missiles and associated equipment, parts and logistical support for an estimated cost of $30 million. The Defense Security Cooperation Agency delivered the required certification notifying Congress of this possible sale on November 3, 2015. The Government of France has requested a possible sale of two-hundred (200) AGM-114K1A Hellfire Missiles; Hellfire Missile conversion kits; blast fragmentation sleeves and installation kits; containers; and transportation. The estimated cost of MDE is $25 million. The total estimated cost is $30 million.

This proposed sale will contribute to the foreign policy and national security of the United States by improving the capability of a NATO ally. France is a major political and economic power in Europe and a key democratic partner of the United States in ensuring peace and stability around the world. It is vital to the U.S. national interest to assist France to develop and maintain a strong and ready self-defense capability. The additional missiles will meet France's operational requirements for a precisionguided tactical missile for its Tigre Attack Helicopter. The purchase will directly support French forces actively engaged in operations in Mali and Northern Africa, providing them the capability to successfully engage targets with minimal collateral damage. France will have no difficulty absorbing these missiles into its armed forces. The proposed sale of this equipment and support will not alter the basic military balance in the region. There is no principal contractor for this sale as the missiles are coming from U.S. Army stock. There are no known offset agreements in connection with this potential sale. Implementation of this proposed sale will not require any additional U.S. Government or contractor representatives in France. There will be no adverse impact on U.S. defense readiness as a result of this proposed sale. This notice of a potential sale is required by law and does not mean the sale has been concluded.

Repost 0
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 17:30
Marine Osprey tilt-rotor aircraft at the Guardian Center training facility on March 11, 2015 - photo USMC

Marine Osprey tilt-rotor aircraft at the Guardian Center training facility on March 11, 2015 - photo USMC

 

03.11.2015 Israël Valley (Source I24News)

 

Une nouvelle escadrille d’avions de chasse F-15, des ravitailleurs en vol ultra-sophistiqués, des hélicoptères, des appareils de transport hybrides avion/hélicoptères V-22, des armes de précision et une aide financière pour le programme de missiles Arrow 3, voilà une partie de la liste des demandes présentées par Israël aux responsables américains dans le cadre du programme d’aide sécuritaire qui devrait dépasser le montant annuel habituel de 3,1 milliards de dollars…

 

Cette liste a été finalisée lors d’une réunion en fin de semaine dernière à Washington entre le ministre israélien de la Défense Moshe (Boguy) Ya’alon et le secrétaire américain à la Défense Ashton Carter. Cette aide exceptionnelle a pour but de maintenir la “suprématie qualitative” d’Israël pour les prochaines années.

 

Elle a été présentée au président Obama avant la prochaine visite de Benyamin Netanyahou, la semaine prochaine, à la Maison Blanche.

 

Ashton Carter a indiqué qu’Israël sera le seul et unique pays du Moyen-Orient qui recevra l’avion du futur F-35, mais les responsables israéliens ont demandé en outre la livraison d’une escadrille de F-15 qui sont généralement considérés comme le “cheval de labeur” de l’armée de l’air de l’Etat hébreu.

 

Les appareils hybrides V-22 Osprey demandés par Israël peuvent voler comme des avions et décoller et atterrir comme des hélicoptères. Israël envisage de les utiliser pour les incursions de forces spéciales et des évacuations d’urgence à partir de terrains d’opération sensibles. L’Iran est dans le rayon de portée du V-22 Osprey.

 

Par contre, la livraison de bombes spéciales anti-bunker semble ne plus être d’actualité, malgré la suggestion conjointe de l’ambassadeur spécial pour le Moyen-Orient Dennis Ross et du général David Petraeus.

 

Ashton Carter a souligné que, durant sa réunion avec Ya’alon, ils ont tous deux “recherché des voies supplémentaires pour resserrer les liens, en particulier dans les domaines de la cybertechnologie et des armes sophistiquées de nouvelle génération”.

Repost 0
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 17:20
LM-Built Systems Successfully Destroy Multiple Targets in Test of BMDS

 

Nov 2, 2015 ASDNews Source : Lockheed Martin

 

Aegis, THAAD, C2BMC Integrated for Successful Test

 

Lockheed Martin (NYSE: LMT), U.S. Army, U.S. Navy, U.S. Air Force, and the Missile Defense Agency successfully conducted a multifaceted operational test of the ballistic missile defense system (BMDS) that resulted in the successful intercepts of multiple air and missile targets launched within moments of one another. In the test, the Terminal High-Altitude Area Defense (THAAD) Weapon System   and the Aegis Ballistic Missile Defense System aboard the USS John Paul Jones (DDG 53) received support from a sensor command-and-control architecture that included an AN/TPY-2 radar, and the Command, Control, Battle Management and Communications ( C2BMC ) suite.

Read more

Repost 0
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 17:20
Tigre HAD, équipé de 2 missiles Hellfire– photo André BOUR HelicoPassion

Tigre HAD, équipé de 2 missiles Hellfire– photo André BOUR HelicoPassion

 

Nov 4, 2015 ASDNews Source : Defense Security Cooperation Agency (DSCA)

 

The State Department has made a determination approving a possible Foreign Military Sale to the Government of France for Hellfire Missiles and associated equipment, parts and logistical support for an estimated cost of $30 million. The Defense Security Cooperation Agency delivered the required certification notifying Congress of this possible sale on November 3, 2015.

 

The Government of France has requested a possible sale of two-hundred (200) AGM-114K1A Hellfire Missiles; Hellfire Missile conversion kits; blast fragmentation sleeves and installation kits; containers; and transportation. The estimated cost of MDE is $25 million. The total estimated cost is $30 million.

 

This proposed sale will contribute to the foreign policy and national security of the United States by improving the capability of a NATO ally. France is a major political and economic power in Europe and a key democratic partner of the United States in ensuring peace and stability around the world. It is vital to the U.S. national interest to assist France to develop and maintain a strong and ready self-defense capability.

 

The additional missiles will meet France's operational requirements for a precisionguided tactical missile for its Tigre Attack Helicopter. The purchase will directly support French forces actively engaged in operations in Mali and Northern Africa, providing them the capability to successfully engage targets with minimal collateral damage. France will have no difficulty absorbing these missiles into its armed forces.

 

The proposed sale of this equipment and support will not alter the basic military balance in the region.

 

There is no principal contractor for this sale as the missiles are coming from U.S. Army stock. There are no known offset agreements in connection with this potential sale.

 

Implementation of this proposed sale will not require any additional U.S. Government or contractor representatives in France.

 

There will be no adverse impact on U.S. defense readiness as a result of this proposed sale.

 

This notice of a potential sale is required by law and does not mean the sale has been concluded.

Repost 0
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 17:20
Le destroyer américain USS Fitzgerald lance un missile à l’occasion de tests reliés au système de défense antimissile des États-Unis. (Archives/US Navy)

Le destroyer américain USS Fitzgerald lance un missile à l’occasion de tests reliés au système de défense antimissile des États-Unis. (Archives/US Navy)

 

04.11.2015 par Nicolas Laffont – 45eNord.ca

 

Le groupe de travail du Centre d’Études en Politiques internationales (CÉPI) sur la politique de sécurité internationale et de défense a rendu public mardi un rapport à l’intention du nouveau gouvernement.

 

Pour les experts du CÉPI, l’environnement international de sécurité et de défense est désormais entré dans une période de changement rapide et souvent imprévisible.

Malgré l’impossibilité de prédire avec exactitude les menaces auxquelles le Canada pourrait être confronté, le groupe de travail estime qu’il est possible de «prendre des mesures qui nous garantiront la capacité d’agir quand ces menaces se matérialiseront».

Le groupe d’experts fait ainsi 7 recommandations clés:

  1. Agir immédiatement pour rétablir le statut du Canada aux États-Unis et dans le système onusien.
  2. Mettre de l’avant une position crédible sur les changements climatiques au Sommet de Paris.
  3. Définir une stratégie de contre-terrorisme équilibrée et s’engager à l’appliquer, cette stratégie couvrant la fois la prévention du terrorisme et les menaces de terrorisme, depuis celles touchant le Moyen-Orient jusqu’à celles planant sur notre propre pays.
  4. Entamer avec la population canadienne un dialogue sur la politique étrangère et de défense, par l’entremise d’un « Livre blanc » à produire dans un délai de six mois. Il faudrait pour ce faire définir une politique et une stratégie exhaustives au sujet des relations Canada-États-Unis, notamment sur la défense continentale.
  5. Exposer une vision pour la dimension humanitaire de la politique étrangère canadienne et, à court terme, dresser un plan d’action pour les réfugiés syriens, contrer la menace posée par ISIS et renforcer les capacités régionales.
  6. S’engager à allouer des ressources suffisantes aux engagements de principe internationaux du Canada, et plus spécialement à revitaliser la présence et les capacités diplomatiques du Canada à l’appui des objectifs gouvernementaux de sécurité, de commerce et de développement, ainsi qu’à aligner les ressources de l’enveloppe de la défense avec les engagements du Canada en matière de sécurité.
  7. Organiser et équiper le centre du gouvernement de façon telle à soutenir adéquatement les responsabilités et les objectifs gouvernementaux de sécurité internationale et de défense.

Les auteurs du rapport estime aussi que «la décision prise par le gouvernement Martin de ne pas participer à la défense continentale antimissiles balistiques doit être revue».

Le gouvernement libéral de Paul Martin avait décidé en 2005 de ne pas participer au programme américain de défense antimissile balistique. Or, depuis 2014 le Canada étudiait la possibilité de finalement prendre part au programme américain, mais les Conservateurs de Stephen Harper ont été chassés du pouvoir, le 19 octobre dernier.

Lors d’une audition, lundi 2 juin, devant les sénateurs membres du comité permanent sur la sécurité nationale et la défense, le lieutenant-général Alain Parent (alors commandant-adjoint du NORAD) évoquait le fait que si une interception de missiles devait avoir lieu, il était obligé de «quitter la pièce», puisque le Canada n’est pas partenaire du programme de défense antimissiles.

Concrètement, le programme antimissile balistique américain n’implique pas la mise en place d’un «bouclier» contre lequel viendraient se heurter les missiles assaillants. Il s’agit du lancement d’un missile intercepteur qui, pour neutraliser le missile balistique ennemi, va déployer un «véhicule d’interception exoatmosphérique» qui entrera en collision avec le missile. La neutralisation résulte en réalité de la vitesse de la collision entre ces deux objets.

Le groupe d’experts du CÉPI souhaite donc que le Canada demande à se joindre officiellement au système de défense antimissiles balistiques des États-Unis. «Dans ses négociations avec Washington, le gouvernement canadien devrait demander de participer à l’établissement des protocoles opérationnels du système. Il devrait également devrait demander que le centre de commandement et de contrôle de la défense continentale antimissiles soit hébergé au sein de NORAD, de manière à consolider pour longtemps encore la place du commandement binational comme régime commun de défense aérospatiale de l’Amérique du Nord».

Repost 0
31 octobre 2015 6 31 /10 /octobre /2015 17:35
S-400 photo Russia MoD

S-400 photo Russia MoD

 

31.10.2015 sputniknews.com

 

Selon le quotidien The Economic Times, le projet d'achat des missiles est examiné rapidement suite à des "besoins opérationnels extrêmes", la Chine comptant se doter en 2017 de six systèmes S-400.

 

L'Inde souhaite acheter rapidement des systèmes de missiles sol-air russes S-400, a annoncé le quotidien The Economic Times se référant à ses sources au sein du ministère indien de la Défense.

 

Début octobre, le quotidien a rapporté que l'armée indienne voulait acheter une dizaine de systèmes S-400.

 

Selon le quotidien, le projet d'achat des missiles est examiné rapidement suite à des "besoins opérationnels extrêmes", la Chine comptant se doter en 2017 de six systèmes S-400. "Le Pakistan commence aussi à s'intéresser aux systèmes S-400", indique le quotidien.

 

Le ministre indien de la Défense Manohar Parrikar est parti vendredi pour Moscou afin de participer à une réunion de la commission intergouvernementale pour la coopération militaro-technique qui aura lieu le 2 novembre. Lors de sa visite, le ministre devrait évoquer l'achat par l'Inde des systèmes S-400.

 

Par ailleurs, les parties devraient évoquer le projet de production conjointe des hélicoptères Ka-226T, ainsi que le leasing d'un second sous-marin nucléaire de classe "Akula".

Repost 0
31 octobre 2015 6 31 /10 /octobre /2015 12:30
Turkey hopes to fly SOM-J in late 2016, targeting F-35 Block 4.2

 

26 October, 2015 By James Drew – FG

 

Washington DC  - Turkish missile maker Roketsan is hoping to fly its SOM-J cruise missile for the first time “possibly late next year” ahead of planned integration with the F-16 Block 40 by 2018 and the Lockheed Martin F-35 sometime later.

 

SOM-J is essentially a scaled-down version of Roketsan’s SOM (stand off missile), and sized for internal carriage on the F-35. SOM is already integrated with Turkey’s F-16 Block 40 and F-4E fighter jets, whereas the semi-armour-piercing SOM-J will become the nation’s cruise missile of choice once Ankara introduces the low-observable F-35 into its combat force. One company official, who spoke to Flightglobal at a recent US Army conference in Washington but declined to be named, says most of the SOM subsystems including the multi-mode seeker have already been tested and qualified and the new development effort its mostly about adapting the missile for internal carriage on the F-35, such as changing the outer mould line. He says the first flight could happen as soon as late 2016, and Turkey has requested integration with the F-35 as part of the planned Block 4.2 modernisation package. “We rely on our experience and our qualification results we already have with the existing system,” he says. “This is based on the existing design.”

Read more

Repost 0
31 octobre 2015 6 31 /10 /octobre /2015 12:20
U.S. demos Standard Missile 3 in Europe

 

Oct. 28, 2015 By Richard Tomkins (UPI)

 

Spanish, Dutch, U.S. Navies cooperate on Stand Missile 3 firing at forum event in Scotland.

 

FASLANE, Scotland-- The U.S. Navy reports it has performed the first at sea ballistic missile defense firing of a Standard Missile 3 in Europe. The firing this month took place during three weeks of at sea demonstrations by allied navies at the Maritime Theater Missile Defense Forum in Faslane, Scotland. The MTMD Forum, started in 1999, is to facilitate and improve interoperability and enhance individual and collective maritime integrated air and missile defense capabilities.

Read more

Repost 0
30 octobre 2015 5 30 /10 /octobre /2015 17:20
Raytheon introduces new launcher for the TOW weapon system. Photo courtesy of Raytheon

Raytheon introduces new launcher for the TOW weapon system. Photo courtesy of Raytheon

 

Oct. 29, 2015 By Ryan Maass (UPI)

 

TUCSON -- Raytheon has introduced a next-generation TOW EagleFire launcher, the latest development in the TOW weapon family. The launcher is designed to fire both wire-guided and wireless radio frequency missiles. Raytheon officials say the EagleFire is a followup to the TOW 2 launcher, and features improved capabilities at a lower cost. These improvements include integrated day-and-night sight, range-finding capabilities, ergonomic handgrips, and an extensive built-in test capability. "We improved target acquisition and engagement found in the older TOW 2 launcher system," said Duane Gooden, vice president of Raytheon's Land Warfare Systems in a statement. "TOW EagleFire is simpler to maintain and more reliable, thanks to built-in test equipment and a significant reduction in system subassemblies."

Read more

Repost 0
30 octobre 2015 5 30 /10 /octobre /2015 08:50
photo WB Electronics S.A.

photo WB Electronics S.A.

 

October 28, 2015: Strategy Page

 

The British Army WH450 Watchkeeper UAV acquired weapons (Hellfire and smaller missiles) in 2015. Britain finally got Watchkeeper, its own locally made large UAV operational in late 2013 and since 2014 some have been seen in Afghanistan. This has been a long time coming because it was back in 2006 that the British began developing the Watchkeeper UAV and by 2010 got one airborne for the first time. The Watchkeeper 180 and the Watchkeeper 450 are both based on Israeli designs (the Hermes 180 and 450). The two Watchkeepers were supposed to be ready for service in 2010, but various problems delayed that until the end of 2013. The smaller 180 model was dropped and work continued on the Predator sized 450.

 

The Watchkeeper 450 is a 450 kg (992 pound) aircraft with a payload of 150 kg. It was always capable of carrying Hellfire missiles, as the Israeli Hermes 450 it is based upon is able to carry two Hellfire type missiles. Until 2015 Watchkeeper did not have a weapons capability but that changed as it became clear that armed UAVs were very useful battlefield weapons. The Watchkeeper is also designed to carry two extra fuel tanks under its wings as well as a radar in addition to the usual day/night vidcams. Each of these radar pods or fuel tanks weighs more than the 50 kg (110 pound) Hellfire missile.

 

The Watchkeeper 450 is 6.5 meters (20 feet) long and has an 11.3 meter (35 foot) wingspan. It can stay in the air for up to 20 hours per sortie and fly as high as 6,500 meters (20,000 feet). The Hermes 450 is the primary UAV for the Israeli armed forces, and twenty or more were in action each day during the 2006 war in Lebanon and even more during the 2008 and 2014 operations in Gaza. Thirty Watchkeeper 450s have already been delivered to the British Army, with a 24 more on order.

Repost 0
30 octobre 2015 5 30 /10 /octobre /2015 08:40
Surface Forces: Russian Cruise Missiles In Action

 

October 22, 2015: Adam Szczepanik – Strategy Page

 

Early in the morning on October 7th, the Russian Navy Caspian Sea Strike Group launched 26 cruise missiles against targets in Syria belonging to various rebel groups opposing the Syrian government, chiefly ISIL and Jabhat al-Nusra. The missiles, launched from three Buyan-M class corvettes and a Gepard class frigate traveled about 1500 kilometers over Iran and Iraq to reach eleven targets in Syria.

 

The strike was conducted with Kalibr 3M14T missiles (NATO designation SS-N-30A). These GPS and terminal sensor guidance systems have an accuracy of within three meters. Brought into service in 2012, the new variant of Kalibr is a close equivalent of the U.S. Navy's Tomahawk cruise missile. This was the first combat use of Russian cruise missiles they appeared to be about as reliable as their American counterparts.

 

The earlier versions of Kalibr can used either an anti-ship or anti-submarine warhead. The older 3M54 Klub missile, which Kalibr is an an improved model of, weighs two tons, is fired from a 533mm (21 inch) torpedo tube or special launch container, and has a 200 kg (440 pound) warhead. The anti-ship version has a range of 300 kilometers and speeds up to 3,000 kilometers an hour during its last minute or so of flight. There is also an air launched and ship launched version.

 

What makes these missiles particularly dangerous against ships is their final approach, which begins when the missile is about 15 kilometers from its target. Up to that point the missile travels at an altitude of about 32 meters (100 feet). This makes the missile more difficult to detect. The "high speed approach" (via the use of additional rockets) means that it covers that last fifteen kilometers in less than twenty seconds. This makes it difficult for current anti-missile weapons to take it down.

 

The land attack version does away with the high speed final approach feature, and thanks to the saved fuel has a 400 kg (880 pound) warhead and increased range of up to 2,500 kilometers. This is more than the 1,700 kilometer range of most modern non-nuclear Tomahawk, which is not surprising, as despite the same 533mm (21 inch) diameter, Russian torpedo tubes of the same diameter are longer, which allows the Kalibr to be longer than Tomahawk, and thanks to that it has more volume available to carry fuel.

 

Buyan-M is a 950 ton ship that is 74 meters (243 feet) long and has a crew of 36. Top speed is 45 kilometers an hour and endurance is ten days. Armament consists of a 100mm gun, two 14.5mm heavy machine-guns, two AK-630 multi-barrel 30mm autocannon for close range defense against missiles and aircraft. There are eight vertical launch tubes holding 3K14 Kaliber or older missiles of any variant (anti ship, land attack, anti submarine). There is also a short-range (5-6 kilometers) missile system (Gibkha 3M47) with eight missiles. There is an air/surface radar and optional sonar. The heavily armed Buyan-M provides you with a low-cost patrol vessel that can handle just about anything it runs into during coastal patrols and can even be useful in wartime. Russia has built eight Buyan-M class corvettes so far, and four additional ones are under construction.

 

The Gepards cost about $200 million each and have been in service for a decade. These ships are 102m (316 feet) long, have a crew of 98, and endurance of 15 days. Top speed is 50 kilometers an hour. These frigates are meant for coastal patrol. They were designed to carry eight anti-ship missiles (usually the 552 kg Kh-35 "Harpoonski", only one Gepard class vessel, Dagestan, carries 3K14 Kaliber missiles instead) and one SA-N-4 twin rail anti-aircraft missile launcher (with 20 missiles). There is a 76mm cannon, two six barreled 30mm anti-missile autocannon, four 533mm torpedo tubes (for anti-submarine operations), and a 12 barrel anti-submarine rocket launcher. The ship also carries up to 20 naval mines. Electronics include navigation and air defense radars as well as sonar. There is an option to provide a helicopter platform (but no hangar). Four Gepard class frigates were built, three used by Russia, one by Vietnam, and two more, intended for Vietnam, are under construction.

 

This missile attack, even though it might seem small in scale when compared to U.S. Tomahawk strikes in earlier wars that used hundreds of missiles over several days, will have major impact on the strategies and plans of many leaders. Firstly, it proves that Russia now possesses a modern, long range cruise missile, capable of accurately hitting targets in a theater different than the launching vessel is in, and above all, useable by warships much smaller than the usual platforms for such weapons, which will have consequences for NATO planning in Europe too.

 

Secondly, it shows that Russian military involvement in Syria is not going to be necessarily limited to the rather modest number of Russian aircraft and ground troops stationed there, which is bad news for all the rebel groups fighting Syrian government.

 

Thirdly, this event was also planned as a show for Russian internal politics too - it is notable that 7th October, the day of the attack, was also president Putin’s 63rd birthday.

 

This is no coincidence, as it shows the military’s support for the president, gives Russians a reason for national pride on this day because of the new, modern weapon that is being talked about by international media, and all that to assist the Russian intervention in Syria, which is positively viewed by majority of Russian population.

Repost 0
28 octobre 2015 3 28 /10 /octobre /2015 17:45
First A-Darter missiles to be delivered in February 2016

 

27 October 2015 by defenceWeb

 

The development of the A-Darter fifth generation short range air-to-air missile has reached the stage of industrialisation and subsequent production with first deliveries expected by February next year.

 

The 2014/15 Armscor annual report notes that “despite a total delay of approximately six months during the development phase, this ambitious development programme, co-funded by the Brazilian Air Force and the SA Air Force, is delivering good results.

 

“It will deliver an air-to-air missile that is functionally comparable with the most advanced missiles of this nature available in the world. Despite delays incurred during the development phase, the programme time scale has still been shorter than that of comparable missiles developed internationally.

 

“The programme encountered several difficulties on various aspects during this reporting period, but these difficulties were all successfully resolved without any significant further delays to the programme. During the past year, a number of test flight campaigns were conducted which culminated in the successful completion of the final development flight test campaign.

 

“These successful tests essentially signify the completion of the development phase of the project. The following reporting period will see the finalisation of the Critical Design Reviews of the complete missile and all its subsystems as a precursor to final qualification and attainment of the Product Baseline (PBL).

 

“Following the successful flight test campaigns conducted during the past year, and sufficient mitigation of most technical risks on the programme, a contract for the industrialisation and subsequent production of the operational missiles for the SAAF was placed with industry towards the latter part of the reporting period. First delivery of missiles is expected to be towards February 2017.”

 

During the year under review work was also done on integrating the A-Darter and a helmet mounted display capability (HMC) onto the SAAF’s Hawk Mk120 lead-in fighter trainers.

 

“A feasibility study was conducted to identify and reduce major integration risks, and it was concluded it is viable to integrate the missile and an HMC onto the Hawk aircraft with no major developmental risks associated with the programme.”

 

Armscor foresees a contract for the integration of the A-Darter missile onto the Hawk aircraft based at 85 Combat Flying School in Limpopo being concluded during the 2015/16 financial year.

Repost 0
28 octobre 2015 3 28 /10 /octobre /2015 17:40
Yars ICBM photo Vadim Savitskii - Sputnik

Yars ICBM photo Vadim Savitskii - Sputnik

 

28.10.2015 Sputnik

 

MOSCOW - Russia has successfully launched a Yars intercontinental ballistic missile equipped with independently targeted warheads from its Plesetsk Cosmodrome to a range on the Kamchatka Peninsula, the Russian Defense Ministry said Wednesday.

 

The Yars is a multiple independently targetable reentry vehicle (MIRV) that contains several warheads. Great Britain, France, Russia, the United States, and China are the only countries believed to have these types of ICBMs in their arsenal. “The military blocks arrived to the intended region at the Kura Range on the Kamchatka Peninsula. The set goals of the launch have been reached and the tasks have been completed in full,” Igor Egorov, a spokesman for the Defense Ministry’s  Strategic Missile Forces, said.

Repost 0
28 octobre 2015 3 28 /10 /octobre /2015 17:20
Lance ballistic missile - photo US Army

Lance ballistic missile - photo US Army

 

October 24, 2015 David Axe - War is boring

 

Military didn't know old Lance rockets were in storage igloos in Alabama

 

For 30 years starting in 1962, the U.S. Army deployed Lance ballistic missiles in Europe to deter Soviet attack. Twenty feet long and weighing a ton and a half, an atomic-tipped Lance could zoom 75 miles at Mach 3 and explode with a force of up to 100 kilotons of TNT. The Army retired its last Lances in 1992 … and ultimately lost track of 27 of them at Redstone Arsenal in Alabama, according to WAAY T.V.

Read more

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories