Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 11:40
Biélorussie: les importations de missiles S-300 ne visent aucun pays (président)

MINSK, 26 avril - RIA Novosti

 

Les importations biélorusses de missiles sol-air russes S-300 ne visent aucun pays, a déclaré vendredi à Minsk le président biélorusse Alexandre Loukachenko à l'issue d'une rencontre avec le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou.

 

"La Russie nous livrera des missiles S-300. Les Russes ont des missiles qu'ils n'utilisent pas alors que nous en avons besoin. Ils ne visent personne, c'est une arme purement défensive", a indiqué M.Loukachenko.

 

Pendant la rencontre, M.Choïgou a annoncé que la Russie livrerait quatre divisions de missiles sol-air S-300 à la Biélorussie en 2014.

"Je suis très content que la Russie ait enfin fait un pas à notre encontre et qu'elle nous livrera ces missiles", a noté le président Loukachenko. Et de rappeler que l'armée biélorusse disposait déjà de missiles S-300.

 

La Russie renforce ainsi la puissante défense antiaérienne biélorusse qui "protège déjà non seulement la frontière biélorusse, mais aussi le territoire russe", a conclu M.Loukachenko.

 

Les missiles S-300 sont destinés à protéger les grands sites industriels et civils, les bases militaires et les postes de commandement contre une attaque aérospatiale. Les S-300 sont capables de détruire les missiles balistiques et de croisière, ainsi que d'abattre les avions à une distance de 150 km et à une altitude allant jusqu'à 27 km.

Partager cet article
Repost0
9 mai 2013 4 09 /05 /mai /2013 11:35
‘Pakistan cruise missiles pose key challenge to India’

May 8, 2013 SOURCE: IANS

 

With Pakistan arming itself with nuclear capable cruise missiles with stealth capabilities, a new dimension has been added to India’s maritime security challenges, says leading Indian defence expert retired Commodore C. Uday Bhaskar.

 

“Taking a leaf from China, Pakistan seems to be investing in cruise missiles,” he said, referring to Pakistan’s indigenously developed cruise missile Babur, which can carry both nuclear and conventional warheads.

 

“This has lowered the index of stability in the region,” Bhaskar said at an Asia-Pacific security seminar on India’s Maritime Security Challenges at the East-West Centre Tuesday.

 

But in dealing with issues ranging from low intensity conflict and piracy to major-power strategic contests, India’s key challenges were resource constraints, ship building capabilities, maritime infrastructure and the changing geo-political environment, he said.

 

The rapidly changing strategic environment in South Asia and emergence of an “extended global common” posed another challenge, said Bhaskar, currently a distinguished fellow with the Society for Policy Studies and a visiting fellow at the National Maritime Foundation in New Delhi.

 

Over the next decade, the US, China and India will form a critical strategic triangle and their individual relationships with the ASEAN, Iran and Pakistan will have significant regional and global implications, he said.

 

Given its distinctive geography and the recent shift of global maritime focus from the Atlantic-Pacific combine to the Indo-Pacific continuum, the importance of the Indian Ocean Region in India’s national security calculus has greatly increased in the post-Cold War/post 9-11 era, Bhaskar said.

 

Yet the Indian Navy mandated to address this wide spectrum security domain received about a sixth of an overall defence budget of less than $40 billion in fiscal 2012-13, he said.

 

He noted that within the Indian military matrix, the navy was referred to as the “Cinderella service”.

 

India’s ship building capabilities too were “not really flattering”, blighted as they were by time and cost overruns, Bhaskar said.

 

He listed the ability to build credibly fight capable ships as another key challenge.

 

The country’s maritime infrastructure too was “less than rudimentary”, he said. He added that that in terms of ports, India’s top port Mumbai was listed at the 30th spot in the world.

 

However, Bhaskar said there was a growing awareness at the national level that over the next two decades India’s future aspirations and anxieties will be increasingly shaped by its ability to address the challenges and opportunities of the maritime domain.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 16:50
HMS Montrose test fires Harpoon missile. Photo: courtesy of PO(AET) Danny Swain

HMS Montrose test fires Harpoon missile. Photo: courtesy of PO(AET) Danny Swain

8 May 2013 naval-technology.com

 

HMS Montrose (F236), the UK Royal Navy's Type 23 Duke-class frigate, has demonstrated its combat power by successfully test-firing the Boeing-built Harpoon anti-ship missile as part of a specialist training week off the coast of Scotland.

 

During the test, HMS Montrose launched the Harpoon missile at a speed of 800mph that hit a specially designed target barge located in the Scottish exercise areas within minutes, and validated its capability.

 

The firing is a part of Royal Navy's effort to put weapons through their paces to ensure their capabilities and test personnel on exercises and training series to enhance mission readiness.

"The intensity and stress of conducting complex warfare training increases tenfold when you know that there is almost a quarter of a tonne of warhead on the end of the live missile you are about to fire, but so is the satisfaction increased when you successfully achieve your goal."

 

Principal warfare officer lieutenant Ben Evans said: "The intensity and stress of conducting complex warfare training increases tenfold when you know that there is almost a quarter of a tonne of warhead on the end of the live missile you are about to fire, but so is the satisfaction increased when you successfully achieve your goal."

 

HMS Montrose participated in the Joint Warrior 2013 multinational exercise off the coast of Scotland.

 

Harpoon is a 15ft-long all-weather over-the-horizon missile system that features active radar guidance, warhead design, low-level cruise trajectory, and terminal mode sea-skim or pop-up manoeuvres for high survivability and effectiveness.

 

Capable of accommodating a crew of 185, the 133m-long Duke-class frigates have been designed to provide anti-submarine warfare (ASW) and anti-surface warfare (ASuW) capabilities.

 

In addition to vertical-launch Seawolf (GWS 26 Mod 1 VLS), the Duke-class frigates are armed with eight Harpoon surface-to-surface missiles in two four-cell launchers, as well as four 324mm torpedo tubes capable of carrying Stingray lightweight torpedoes.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 16:35
Musudan and the Rodong-B

Musudan and the Rodong-B

SEOUL, 8 mai - RIA Novosti

Plusieurs missiles balistiques de types Scud et Nodon restent déployés sur la côte est de la Corée du Nord en état d'alerte, rapporte mercredi le journal sud-coréen Chosun Ilbo citant une source au sein du ministère de la Défense.

"Le Nord aurait retiré les missiles Musudan des rampes de lancement, mais cela pourrait être une ruse: des missiles Scud et Nodon restent stationnés sur la côte orientale, et nous pouvons supposer qu'ils sont en état d'alerte maximal", a indiqué l'interlocuteur du quotidien.

Mardi 7 mai, le régime de Pyongyang a de nouveau brandi la menace d'une guerre nucléaire en réaction aux exercices conjoints américano-sud-coréens. Ainsi, le Commandement du front sud-ouest de la Corée du Nord a menacé d'une réplique immédiate "si un seul obus ennemi retombait dans ses eaux territoriales".

La péninsule coréenne connaît un net regain de tension ces dernières semaines. Début mars, Pyongyang, en signe de protestation contre les exercices conjoints entre la Corée du Sud et les Etats-Unis, a résilié tous les accords de non-agression et de dénucléarisation conclus avec Séoul et a annoncé l'annulation de l'armistice conclu à l'issue de la guerre de Corée (1950-1953).

Pyongyang a également promis qu'il se comporterait "selon les lois du temps de guerre" en cas de démarches hostiles, ce qui pourrait dégénérer en "guerre d'envergure", voire en "guerre nucléaire". De son côté, la Corée du Sud a annoncé la mise au point d'un plan de frappe préventive en cas de menace directe pour sa sécurité.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 16:35
The solid-fuelled Agni-5 missile

The solid-fuelled Agni-5 missile

May 8, 2013 Ajai Shukla – business-standard.com

 

New Delhi - Ending worldwide speculation about the futuristic Agni-6 missile, the Defence R&D Organisation (DRDO) has briefed Business Standard about the direction of India's ballistic missile development programme after the Agni-5 enters service, probably in 2015.

 

DRDO chief Dr VK Saraswat, and missile programme chief Dr Avinash Chander, say the Agni-6 project has not been formally sanctioned. However, the missile's specifications and capabilities have been decided and development is proceeding apace. Once the ongoing Agni-5 programme concludes flight-testing, the defence ministry (MoD) will formally okay the Agni-6 programme and allocate funding.

 

Chander says the Agni-6 will carry a massive three-tonne warhead, thrice the weight of the one-tonne warhead that Agni missiles have carried so far. This will allow each Agni-6 missile to launch several nuclear warheads -Multiple Independently Targetable Re-entry Warheads (MIRVs) - with each warhead striking a different target. Each warhead - called Maneuverable Reentry Vehicle (MARV) - performs evasive maneuvers while hurtling down towards its target, confusing enemy air defence missiles that are trying to destroy them mid-air.

 

The DRDO is at an advanced stage of developing these warhead technologies. But the difficult challenge is building a booster rocket that can propel a three-tonne payload to targets 5000 kilometres away. This weighs almost as much as the satellite payload carried by the Indian Space Research Organisation's much larger and heavier Global Satellite Launch Vehicle (GSLV).

 

"Our ballistic missiles must be compact and road mobile, even the Agni-6 with its heavy payload. We will do this by building the first stage with composites, fitting the Agni-6 with India's first composite 40-tonne rocket motor. This is a technical challenge but we have good capability in lightweight composites," says Chander.

 

The road mobile Agni-6 would also have stringent limits on its length. "It must be carried on a standard size trailer that can move from one part of the country to another, turn on our roads, cross our bridges and climb our heights. As the payload weight increases, we will require more advanced technologies to keep the missile's length constant," explains Chander.

 

Coaxing higher performance from smaller rockets becomes especially important in submarine launched ballistic missiles (SLBMs), which can be no longer than 13 metres so that they can fit into the cramped confines of a submarine. Even long-range SLBMs that can fly 14,000 kilometres, like the Chinese JL-2, are built no longer than 13 metres. The DRDO faces this challenge as it develops the K-4 SLBM for the country's Arihant-class nuclear-propelled ballistic missile submarines (SSBNs).

 

Eventually the Agni-6 will be no taller than the Agni-5, i.e. about 17 metres, says Chander. It will, however, be heavier and thicker - slightly over two metres - which will cater for the different shape of the MIRV payload.

 

"The timeframe for developing a new missile system is about five years and the DRDO has mostly achieved this in the Agni programme," says Chander. Calculating five years from April 2012, when the Agni-5 had its debut launch, the first test of the Agni-6 could happen in 2017.

 

The DRDO says the Agni-6 will have a longer range than the 5,000-kilometre Agni-5, but is not mentioning figures. "The MARVs and MIRVs will give us extended range. I will not be able to tell you how much because that is secret," Saraswat told Business Standard.

 

Ballistic calculations, however, suggest that at least some of the MIRV warheads on the Agni-6 would reach at least 6,000 kilometres. In a missile that travels 5,000 kilometres, the last MIRV warhead released flies an extra 1,000 kilometres.

 

Currently, the DRDO is readying for the second test next month of the Agni-5 Intermediate Range Ballistic Missile. This will be fired in the same configuration as its debut test a year ago, in order to establish the missile's reliability. A third test by end-2013 will see the missile fired from a canister.

 

"We will conduct at least five-six more Agni-5 tests before the missile enters operational service. After the repeat test this month or the next, we will conduct two test firings from a canister. Then the military units that will operate the Agni-5 will conduct two-three test firings as part of the induction process. Even after induction, the users conduct test firings as part of the Strategic Forces Command training plan," says Avinash Chander.

 

The Agni-5 is a three-stage, solid-fuel missile but its first stage consists of a metallic rocket motor, while the second and third stages have composite motors.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 12:35
Problem in Nirbhay cruise missile identified: Antony

May 08, 2013, zeenews.india.com

 

New Delhi: Scientists have identified the problem in Nirbhay cruise missile, which led to its malfunction during the first test flight last month, and corrective design is being implemented, Defence Minister AK Antony on Wednesday said.

 

In a written reply in Rajya Sabha, he said, "Scientists have identified that Inertial Navigation System has malfunctioned and corrective design/modification are being implemented."

 

On whether the missile achieved only partial success, Antony said, "Yes. Except for covering the full range by flying in all way points, all the objectives set for the cruise missile functionality have been met fully."

 

Maintaining that the missile had a perfect launch with the navigation systems correctly touching the "first way point", he said, "Deviation was observed while going to second way point. When the deviation extended the safety limit, mission abort command was issued from the ground and the destruction mechanism inside the missile was activated."

 

In reply to a separate question, the Minister said DRDO has proposed to set up a missile testing centre and a launch pad at Machilipatnam in Andhra Pradesh at an estimated cost of Rs 1200 crore.

 

"The proposal is at a very initial stage. So far, only proposal for requirement for land has been initiated with the Government of Andhra Pradesh."

Partager cet article
Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 07:55
photo Armee de l Air

photo Armee de l Air

07/05/2013 Par Alain Dulucq - SudOuest

 

L’escadron sol-air 12.950 Tursan de la base aérienne 118, ayant pour ville marraine Geaune, sera présenté au public demain avec tout le matériel dont il dispose pour effectuer ses missions de défense.

 

C’est donc sous le regard de la Tour des Augustins que le Mamba (Moyen anti-missiles balistiques) trouvera son site en ce 8 mai, à proximité de la salle des fêtes et des arènes, de 12 h 30 à 16 heures, après les cérémonies officielles de la matinée. Les concitoyens de Geaune et du Tursan pourront juger des efforts engagés dans des forces nouvelles pour garantir la liberté et la sécurité nationales.

 

Lanceurs sur camion

 

Attachée à la défense des points fixes tels que les infrastructures stratégiquement sensibles, la défense sol-air assure désormais la protection de zone de défense des forces projetées. Elle interviendra donc au profit d’une autre armée, sous commandement tactique du chef des opérations aériennes. La menace a évolué mais le but reste de frapper l’adversaire avant qu’il ne délivre son armement : il a donc fallu donner de l’allonge aux radars et aux munitions. Le Mamba (lanceur de missiles montés sur camion) répond à cette double attente.

 

Développé par le consortium franco-italien Eurosam, le Mamba permet de protéger une zone contre toute attaque aérienne, missiles balistiques tactiques compris. Le système est capable de détecter une cible dans un rayon de 3 à 80 kilomètres, voire 120 kilomètres s’il bénéficie d’informations délivrées par un Awacs via les liaisons de données tactiques. Il repose sur le missile Aster 30, dont la portée théorique est de 100 kilomètres pour une vitesse de mach 4,5, qu’il atteint 3 secondes et demie après avoir été lancé. Ce projectile détruit sa cible en explosant à proximité.

 

L’EDSA 12.950 a pour nom de baptême Tursan. Un nom qui évoque le terroir du Sud-Ouest. Et si les 50 ans de l’appellation du Tursan ont été fêtés en 2008, l’EDSA 12.950, avec plus de trente ans d’existence, reste une unité de combat jeune qu’il convient de faire vieillir pour en tirer toute la puissance et la dynamique que son nom lui confère.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 07:20
AIM-120 AMRAAM (right) fitted in a weapons bay of a F-22 Raptor photo USAF

AIM-120 AMRAAM (right) fitted in a weapons bay of a F-22 Raptor photo USAF

May. 7, 2013 By AARON MEHTA  - Defense News

 

WASHINGTON — The US Air Force has requested $841 million in the fiscal 2014 budget for tactical missiles, a jump of nearly $200 million from proposed 2013 levels.

 

The money would fund the purchase of 1,164 missiles, up from 991 in the 2013 proposed base budget. In total, the US Defense Department wants to spend $5.34 billion for “missiles, spacecraft, rockets and related equipment.”

 

The largest financial request is for 199 of Raytheon’s advanced medium-range air-to-air missiles (AMRAAMs), for which the service requested $340 million. The US Navy, which also uses AMRAAMs, has requested 54 missiles. The budget request also notes that foreign military sales of the AIM-120C7 model are projected at the rate of 200 per year.

 

The Air Force has also requested $291.1 million for 183 joint air-to-surface standoff missiles (JASSMs) designed by Lockheed Martin. An autonomous, air-to-ground precision weapon, the JASSM comes in two models: the baseline version and the extended-range (JASSM-ER) model, which improves the range by more than two and a half times. In the fiscal 2014 request, 80 of the missiles will be of the ER variety, but going forward, the service expects to phase out purchases of the baseline model by fiscal 2017.

 

Other tactical weapons the Air Force has requested include 225 Sidewinder missiles for $119.9 million, 144 small diameter bombs at $42.3 million, and 413 Hellfire missiles designed for use by Predator unmanned aircraft. The Hellfires will cost $48.5 million

Partager cet article
Repost0
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 17:35
Missiles montés sur des camions lors d'un défilé militaire nord-coréen (Photo: Archives/KCNA)

Missiles montés sur des camions lors d'un défilé militaire nord-coréen (Photo: Archives/KCNA)

07/05/2013 par Jacques N. Godbout – 45eNord.ca

 

Après des mois de menaces et d’invectives, comme si elle ne pouvait plus aller plus loin, la Corée du Nord a baissé son niveau d’alerte et retiré deux de ses missiles de leur site de lancement sur la côte est du pays, rapporte l’agence Yonhap.

Une source gouvernementale a déclaré ce mardi 7 mai, que «le Commandement suprême nord-coréen semble avoir levé autour du 30 avril son alerte de niveau 1 concernant ses troupes de missiles stratégiques et ses artilleries à longue portée, qui avait été déclenchée le 26 mars dernier».

La Corée du Nord aurait aussi procédé au retrait total des missiles balistiques Musudan de moyenne portée déployés dans la région est du Nord vers une autre région, ce déplacement intervenant dans le cadre de la levée de l’alerte au combat de niveau 1.

«Les deux missiles Musudan n’ont pas pu être identifiés dans la région où ils avaient été déployés. Il semble qu’ils ont été déplacés vers un autre lieu et les autorités chargées du renseignement de la Corée du Sud et des États-Unis cherchent actuellement à retrouver leurs traces», aurait expliqué une source gouvernementale à l’agence sud-coréenne.

Les missiles Musudan ont une portée de plus de 5 500 km, qui permettrait à la Corée du Nord d’atteindre le continent américain. Toutefois, Pyongyang ne les a jamais testés en conditions réelles.

Par contre, la Corée du Nord dispose de plusieurs centaines de missiles de moyenne portée, pouvant atteindre le Japon et la Corée du Sud.

Soulagement, mais trop tôt pour crier victoire

La chaîne d’information continue américaine CNN a elle aussi rapporté que, selon un responsable gouvernemental s’exprimant sous le couvert de l’anonymat, deux missiles Musudan auraient été retirés des plateformes d’où ils étaient prêts à être lancé pour être plutôt rangés dans des hangars.

Une fois les missiles ainsi «remisés» dans des hangars, les Nord-Coréens devraient refaire de nombreuses préparations s’ils voulaient procéder au lancement des missiles, ce qui, logiquement, diminuerait pour le moment l’imminence du danger.

Tout cela survient la veille de la visite mardi à la Maison-Blanche de la présidente sud-coréenne, Park Geun-hye, qui doit notamment s’entretenir avec le président Obama de la demande de Séoul pour le droit de recycler le combustible nucléaire et l’amélioration de l’alliance entre les deux pays.

Selon le porte-parole du Pentagone George Little, la «pause dans les provocations» de Pyongyang est un développement positif, mais Daniel Russel, chargé des affaires de l’Asie au Conseil national de sécurité des États-Unis, a affirmé pour sa part que la situation n’était pas encore résolue malgré l’accalmie des provocations nord-coréenne.

Russel a indiqué qu’il était trop tôt pour évaluer «le cycle de provocations nord-coréennes» et se féliciter.

Russel a aussi exprimé sa conviction que la rencontre de mardi de la présidente Park et du président Obama est reconfirmera la politique et la volonté commune de dissuasion envers la Corée du Nord.

À lire aussi:

Corée du Nord: deux lanceurs de missiles Scud déployés sur la côte orientale >>

La Corée du Nord positionne un missile capable de frapper le Japon ou la Corée du sud >>

Pyongyang met ses unités de fusées en état d’alerte >>

Partager cet article
Repost0
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 12:25
"Etranges Affaires" enquête sur les missiles Exocet dans la guerre des Malouines

07.05.2013 par P. CHAPLEAU Lignes de Défense

 

Le deuxième numéro de la série documentaires "Etranges Affaires" est en cours de post-production et sera diffusé sur France 3 en juillet. Il est consacré à l'affaire des Exocet français aux mains des Argentins, lors de la guerre des Malouines.

 

Le 4 mai 1982, un missile Exocet lancé par un Super Etendard de l’aéronavale argentine coule un destroyer de la Royal Navy venue reconquérir les îles Malouines. Le couple Super Etendard-Exocet, fabriqué par les Français, va être l'objet d'une guerre secrète entre Britanniques et Argentins.

 

Comme le précédent numéro de la série consacré à l'affaire des Vedettes de Cherbourg, le deuxième épisode d'"Etranges Affaires" est un documentaire hybride de 52 minutes qui associe archives, témoignages et animation. L'enquête est menée par Sasha Maréchal (interprétée par la comédienne Ina Mihalache) et Patrick Pesnot (dans son propre rôle). Les témoins clés en Argentine, au Royaume-Uni et en France décryptent le rôle des armes françaises pendant la guerre des Malouines. De l'attaque du destroyer Sheffield à l'opération Plum-Duff menée par les forces spéciales britanniques, le film propose un regard inédit sur cette affaire qui agita les relations entre Margaret Thatcher et François Mitterrand.

 

Ce deuxième opus d'"Etranges Affaires" est une coproduction Vivement Lundi !/Antoine Martin Productions avec la participation de l'unité documentaire de France 3, en association avec France 3 Nord-Ouest.

Partager cet article
Repost0
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 11:11
Le missile balistique intercontinental M51 qui s'est «auto-détruit» en vol a été tiré depuis le sous-marin nucléaire Le Vigilant, dimanche matin. - photo Marine Nationale

Le missile balistique intercontinental M51 qui s'est «auto-détruit» en vol a été tiré depuis le sous-marin nucléaire Le Vigilant, dimanche matin. - photo Marine Nationale

06/05/2013 Par Marc Mennessier – LeFigaro.fr

 

Capable d'envoyer des bombes nucléaires sur des sites distants de 8000 kilomètres, le M51 est un missile balistique intercontinental. La plupart des fusées civiles actuelles, comme Soyouz ou Ariane, descendent de cette catégorie d'armes dont peu de pays ont acquis la maîtrise.

 

Le missile balistique intercontinental M51, qui s'est «auto-détruit» en vol peu après avoir été tiré depuis le sous-marin nucléaire Le Vigilant, dimanche matin, au large d'Audierne (Finistère), est l'une des pièces maîtresses de la force de frappe française.

 

D'une hauteur de 12 mètres, pour un poids «maximal de 56 tonnes», le M51 est en fait une véritable fusée, composée de plusieurs étages de propulsion, capable de transporter six ogives ou têtes nucléaires à une distance d'environ 8000 kilomètres de son point de décollage. Pour cela, il suit une trajectoire en forme de parabole au cours de laquelle il pénètre dans l'espace avant que ses charges ne retombent vers leur cible. Pendant cette phase dite balistique, sa trajectoire n'est soumise qu'à la gravité et aux forces de frottement des hautes couches de l'atmosphère.

 

Ces technologies de pointe, que seul un petit nombre d'États, dont la France, maîtrise, font que le M51 n'a, hormis son nom, que peu de choses en commun avec les missiles conventionnels, de bien plus petit calibre, utilisés lors de conflits régionaux, au Proche-Orient notamment. Son prix de 120 millions d'euros, annoncé dimanche par certaines sources, n'a donc rien d'exorbitant, même si ce chiffre, classé «secret défense», reste au demeurant invérifiable.

 

Cinq tirs d'essais réussis

 

Il faut savoir que tous les lanceurs civils actuels, comme Soyouz ou Ariane, sont issus de missiles intercontinentaux développés au plus fort de la Guerre froide par les Américains et les Soviétiques. La fusée Mercury qui envoya Alan Shepard, le premier astronaute américain, dans l'espace, en 1961, descendait du missile Atlas, lui-même issu du V2 conçu par les Allemands pendant la Seconde guerre mondiale. De même la fusée Zemiorka, qui permit la mise en orbite de Spoutnik en 1957, était à l'origine un missile intercontinental soviétique. Enfin, les fusées Rockot utilisées par l'Agence spatiale européenne pour lancer certains de ses satellites d'observation de la Terre (Goce, Cryosat…) sont d'anciens missiles soviétiques SS 19 reconvertis.

 

Validé en 2010, après cinq tirs d'essais réussis (trois depuis des installations terrestres, deux depuis un autre sous-marin, Le Terrible), le M51 est fabriqué par Astrium, la division espace du groupe européen EADS. Il remplace le missile Mer-Sol M45, d'une portée moindre (6000 km).

 

Dimanche, son sixième tir d'expérimentation avait lieu, pour la première fois, depuis Le Vigilant. Selon le ministère de la Défense, le missile, sans charge nucléaire comme pour tout essai, est «sorti normalement» du sous-marin. C'est lors de «la première phase de vol qu'un incident s'est produit et a entraîné son autodestruction». Une commission d'enquête va être diligentée afin d'établir les causes de ce premier échec d'un missile intercontinental français «depuis 1996». Ses résultats ne devraient cependant pas être rendus publics, tout ce qui touche à la dissuasion nucléaire étant classé «secret défense».

 

Lundi après-midi, la Marine nationale était toujours à la recherche de débris dont certains gisent par cent mètres de fond au large des côtes finistériennes.

Partager cet article
Repost0
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 07:55
Pourquoi le missile qui s'est abîmé au large du Finistère coûte plus cher que ce qui a été annoncé

06/05/2013 Nabil Bourassi et Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Difficile de chiffrer le coût unitaire du missile balistique M51, un programme top secret lié à la dissuasion nucléaire. Aussi le montant de 120 millions d'euros évoqués par certains médias ne semble pas être le bon. Il est probable que le coût soit en réalité un peu plus élevé...

 

Combien coûte un missile balistique mer-sol M51, tel que celui qui s'est auto-détruit dimanche au large du Finistère après son décollage dans une zone interdite pour la circonstance à la navigation maritime et à la circulation aérienne dans le cadre d'un tir d'essai lancé ? Un essai nécessaire pour la qualification du missile sur "Le Vigilant", le sous-marin nucléaire lanceur d'engins (SNLE) qui l'a mis à feu dans la baie d'Audierne (Finistère). Plusieurs médias avancent un montant de 120 millions d'euros mais, selon une source proche du dossier, ce chiffre, qui fait couler beaucoup d'encre depuis l'annonce par la Marine nationale de l'explosion du missile dépourvu de sa charge nucléaire, n'est pas le bon.

 

Difficile à chiffrer

 

Il est vraisemblable que le coût unitaire d'un M51 soit plus élevé que celui annoncé par la presse. Le coût du M51 dans sa version opérationnelle pourrait se situer autour du coût d'un lanceur Ariane 5 (environ 150 millions d'euros), assure-t-on à La Tribune. En réalité, le coût d'un essai d'un missile M51, qui peut surprendre au moment où la France est contrainte à faire des économies, est difficile à établir en raison des trop nombreuses incertitudes qui pèsent sur ce programme top secret touchant intimement à la souveraineté nationale de la France. Un programme qui s'élève dans sa globalité à plus de 11 milliards d'euros, développement compris, selon le ministère de la Défense. Soit trois lots de 16 missiles M51, qui équipent les quatre SNLE tricolores auxquels il faut rajouter quelques missiles supplémentaires. Impossible d'en connaître avec certitude le nombre d'exemplaires qui seront produits au total.

 

En outre, il faut ajouter le développement de la composante embarquée du système d'armes de dissuasion M51 (CESAD M51) avec notamment le moyen d'essai Cétacé (caisson d'essai de tir), la construction puis l'exploitation des moyens d'essais, l'approvisionnement et la mise en place de cette CESAD M51 à bord des trois premiers SNLE NG (Le Triomphant, Le Téméraire, Le Vigilant), la fourniture de la logistique initiale à terre et, enfin, l'adaptation au M51 du centre d'entraînement des forces sous-marines. Le SNLE "Le Vigilant", qui a lancé le M51 dimanche, a ainsi été immobilisé plusieurs mois pour pouvoir accueillir ce nouveau missile. Les sous-marins, à l'exception du SNLE « Le Terrible », qui a été construit directement en version M51, doivent être adaptés à ce missile, qui est d'une plus grande taille et plus lourd que le missile M45.

 

Un programme stratégique

 

L'enjeu stratégique du M51, lancé en 1992 et piloté par la filiale spatiale d'EADS, Astrium, a été confirmé par le nouveau Livre blanc de la Défense et de la sécurité nationale, un document publié lundi dernier qui renouvelle la doctrine de la France en matière de défense. Le président François Hollande avait demandé aux auteurs du Livre blanc de sanctuariser la dissuasion nucléaire (aéroportée et maritime). D'où la nécessité pour la France de disposer d'équipements modernes. Résultat de cette ambition, le M51, dont le permier vol est intervenu en nobembre 2006, est un bijou de technologies militaires et présente des "différences significatives par rapport à son prédécesseur", écrit Astrium sur son site internet.

 

Il mesure 12 mètres de haut et pèse 50 tonnes sur la balance, soit 15 tonnes de plus que son prédécesseur, le M45. Il est également capable de se projeter sur un rayon de 8.000 km contre 6.000 km auparavant, et ce, à la vitesse de Mach 15, soit plus de 18.000 km/h. Enfin, le M51 peut transporter jusqu'à 10 têtes nucléaires contre 6 pour la génération précédente. Le M51 dispose d'une capacité d'emport supérieure et adaptable, d'une meilleure portée, et bénéficiera d'une plus grande aptitude à pénétrer les défenses adverses grâce à la furtivité des têtes et aux nouvelles aides à la pénétration associées. Le M51.2, une version modernisée du M51 opérationnelle à partir de 2015, emportera la tête nucléaire TNO (tête nucléaire océanique au lieu des têtes nucléaires TN75 actuelles). Son niveau de sûreté nucléaire est accru.

 

Une enquête top secrète

 

Pour toutes ces raisons, la Marine nationale a engagé des prospections dans la baie d'Audierne afin de récupérer les débris du missile, qui gisent par une centaine de mètres de fond. Des robots sous-marins ont même été envoyés pour sonder le fond de la baie et récupérer la moindre trace de ce missile. Le capitaine de Corvette, Lionel Delort, a admis que l'essai balistique était un "échec" et qu'une enquête allait être conduite afin d'en déterminer les raisons. La Marine nationale ou l'industriel ne communiqueront pas les conclusions de cette enquête qui sera classée secret défense.

 

L'enquête va suivre un processus bien huilé. La direction générale de l'armement (DGA), les industriels, notamment Astrium, et la Marine vont dans un premier temps récupérer toutes les données de l'essai raté, puis les analyser. "Cela peut prendre quelques jours, voire quelques mois, on part sans a priori mais c'est sans doute un phénomène complexe à analyser", explique-t-on à La Tribune. Et cette équipe d'ingénieurs va soit éliminer, soit confirmer une à une les causes de cet échec.

Partager cet article
Repost0
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 16:55
Tir de missile Mica EM depuis un Rafale Marine

Tir de missile Mica EM depuis un Rafale Marine

29/04/2013 Sources : Air et Cosmos

 

Tiré à 23 000 pieds d’altitude et à une vitesse Mach de 0.9, un missile MICA EM, accélérant à plus de Mach 3 au départ du Rafale, a atteint et détruit la cible « Mirach », manœuvrant quelques dizaines de nautiques au sud.

La photo a pu être réalisée grâce au photographe d’Air et Cosmos embarqué dans un Hunter de CATS Aviation.

La photo a pu être réalisée grâce au photographe d’Air et Cosmos embarqué dans un Hunter de CATS Aviation.

Partager cet article
Repost0
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 11:55
Un missile M51 détruit après son décollage

06/05/2013 Le Point.fr (AFP)

 

L'essai lancé dans le Finistère depuis un sous-marin est un échec, selon la préfecture maritime.

 

L'essai dimanche matin d'un tir de missile M51, sans charge nucléaire, qui s'est "autodétruit" peu après son décollage d'un sous-marin nucléaire dans le Finistère, est "un échec", a admis dimanche la préfecture maritime à Brest. Selon le ministre de la Défense, il s'agit du "premier échec" du genre "depuis 1996".

 

"C'est un échec dont une enquête devra déterminer les raisons", a déclaré lors d'un point de presse le capitaine de corvette Lionel Delort, officier de communication de la préfecture maritime de l'Atlantique. Le missile "s'est autodétruit dans la première phase de propulsion" du vol, "pour une raison inconnue", a précisé l'officier.

 

Premier échec depuis 1996

 

La sortie du missile depuis Le Vigilant, un sous-marin nucléaire lanceur d'engin (SNLE), s'était "déroulée normalement", a précisé le ministère de la Défense. "Il s'agit du premier échec depuis 1996", a ajouté le ministère.

 

Le tir a été effectué à 9 h 30. Après son autodestruction en vol, "il n'y a pas d'impact environnemental avéré sur ce tir ni d'impact sur la population puisque ce tir a eu lieu en mer et que la zone de retombée des débris se trouve dans une zone d'exclusion" qui avait été spécialement délimitée pour cet essai, a ajouté l'officier de communication. "Ces débris sont en train d'être récupérés par la préfecture maritime, par moyens nautiques et aériens que nous mettons en oeuvre actuellement", a-t-il précisé.

 

Missile intercontinental

 

Le M51 est un missile intercontinental destiné aux sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE) de nouvelle génération. D'une hauteur de 12 mètres et d'un poids maximal de 56 tonnes avec ses six têtes nucléaires, le M51 disposera, par rapport aux M45 actuels, d'une portée sensiblement accrue (de l'ordre de 8 000 km contre 6 000 km) et d'une précision améliorée.

 

Il s'agissait du 6e tir d'essai du M51, trois ayant été effectués depuis des installations terrestres, trois depuis un sous-marin, en comptant celui effectué ce dimanche.

Partager cet article
Repost0
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 10:55
photo EADS

photo EADS

 

06 mai 2013 Par Elodie Vallerey - Usinenouvelle.com

 

Le missile balistique stratégique M51 s'est échoué le 5 mai au large du Finistère après un tir du sous-marin nucléaire lanceur d'engins "Le Vigilant". Un tel échec représenterait un coût d'au moins 120 millions d'euros pour l'Armée.

 

Actualisation : le coût de 120 millions d'euros aurait été le même en cas de réussite, le missile étant détruit systématiquement à la fin du tir.

 

L'échec du tir d'essai du missile balistique stratégique M51 a été confirmé par la Direction générale de l'armement (DGA) et la Marine nationale dans un communiqué en fin de journée le 5 mai.

Le tir d'essai du missile, sans charge nucléaire, a été entrepris vers 9h30 à partir du sous-marin nucléaire lanceur d'engin (SNLE) "Le Vigilant", depuis la baie d'Audierne, dans le Finistère.

Comme l'annonce l'Armée, "le missile a été détruit peu après son décollage, au-dessus de l'océan, dans une zone interdite pour la circonstance à la navigation maritime et à la circulation aérienne".

Le missile M51, conçu pour remplacer à terme le M45, mesurant 12 mètres et pesant au maximum 56 tonnes, est doté de six têtes nucléaires. Il est développé par Astrium, la filiale spatiale du groupe européen EADS. Selon plusieurs médias, l'échec du tir de 5 mai a un coût non négligeable pour l'armée, chaque missile valant environ 120 millions d'euros, développement inclus.

Une enquête devra déterminer les raisons de cet échec, a commenté hier l'officier de la communication maritime Lionel Delort sur BFMTV.

Partager cet article
Repost0
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 07:55
French M51 ballistic missile self-destructs in failed test

 

May 6th, 2013 defencetalk.com (AFP)

 

A French test of an M51 submarine-launched ballistic missile failed on Sunday as it self-destructed off the coast of Brittany, officials said.

 

“It was a failure, the reasons will be determined by an investigation,” said Lieutenant Commander Lionel Delort, a spokesman for the Atlantic Naval Prefecture.

 

He said the missile “self-destructed during its first propulsion phase… for an unknown reason.”

 

The missile was test fired, without a nuclear warhead, from the Vigilant — a strategic nuclear submarine — from the Bay of Audierne at 0730 GMT and had been due to go down in the isolated north Atlantic.

 

The defence ministry said in a statement that it “was destroyed shortly after launch, over the ocean,” without providing further details.

 

Delort said the area had been cleared of vessels and aircraft prior to the launch and that debris from the missile — which fell about 25 kilometres (15 miles) from the coast — would be collected for analysis.

 

The M51, which has a range of 8,000 kilometres (5,000 miles), was put into operation in 2010 following five successful test launches.

 

Witnesses told AFP they heard a loud explosion and saw trails of smoke when the missile test failed.

 

“We saw flashes in the sky, I thought it was a plane exploding,” Claude Jean, a resident of Cap Sizun on the northern end of the bay, told AFP.

 

France is estimated to have a stockpile of about 300 nuclear warheads, the majority of them designed for launching from its four Triomphant-class submarines. The remainder are designed for delivery from both land- and carrier-based aircraft.

Partager cet article
Repost0
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 07:55
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

05/05/2013 20:12 DICoD

 

La Direction Générale de l’Armement (DGA) et la Marine nationale ont entrepris, le dimanche 5 mai 2013, un tir d’essai d’un missile balistique stratégique M51 à partir du sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE) Le Vigilant, depuis la baie d’Audierne (Finistère). Comme toujours, cet essai a été effectué sans charge nucléaire.

 

La sortie du missile à partir du sous-marin s’est déroulée normalement et en toute sécurité pour le sous-marin et son équipage.

 

Lors de la première phase du vol, un incident s’est produit et a entraîné l’autodestruction du missile. A ce stade d’analyse et d’observation, les débris sont tombés dans la zone interdite pour la circonstance à la navigation maritime et à la circulation aérienne.

 

La Marine nationale met en place les moyens nécessaires pour assurer la sécurité de la navigation. Les débris seront récupérés.

 

Il s’agissait du 6e tir du missile balistique stratégique M51.

 

Une commission d’enquête va être diligentée pour déterminer les causes de cet échec.

Partager cet article
Repost0
25 avril 2013 4 25 /04 /avril /2013 16:40
Missiles S-400: la Russie construit deux usines supplémentaires (Poutine)

 

MOSCOU, 25 avril - RIA Novosti

 

Les missiles sol-air russes S-400 sont si demandés sur le marché mondial que la Russie a lancé la construction de deux usines supplémentaires, a annoncé jeudi le président russe Vladimir Poutine lors de sa traditionnelle séance de questions-réponses en direct avec la population.

 

"Nous avons lancé la construction de deux nouvelles usines de production de missiles sol-air S-400. Ces missiles se vendent comme des petits pains auprès de nos clients dans le monde entier. Nous n'arrivons même pas à satisfaire cette demande", a indiqué le président.

 

Le S-400 Triumph (code Otan: SA-21 Growler) est un système de missiles sol-air de grande et moyenne portée destiné à abattre tout type de cible aérienne: avions, drones et missiles de croisière hypersoniques.

Partager cet article
Repost0
25 avril 2013 4 25 /04 /avril /2013 10:55

24 avril 2013   Air&Cosmos

 

Altitude 23 000 pieds, cap 180, vitesse Mach 0,9, ce missile air-air Mica EM (Fox 3) accélère quasi instantanément jusqu'à Mach 3 pour atteindre une cible « Mirach » quelques dizaines de nautiques plus au sud. Remerciements : Apache Aviation.

Bref moment figé par le photographe d'Air & Cosmos lors d'un tir d'entraînement de la flottille 12F de l'aéronautique navale au large de Biscarosse le 17 avril 2013. Cette photo Air & Cosmos n'aurait pu être réalisée sans l'aide de MBDA, de la Marine nationale et de Nikon.

Partager cet article
Repost0
25 avril 2013 4 25 /04 /avril /2013 07:35
Strategic Weapons : Chinese Carrier Killer Works

 

April 24, 2013: Strategy Page

 

The U.S. Navy believes that China has already begun deploying the DF-21D ballistic missile, which was designed for use against the U.S. Navy, particularly aircraft carriers. In response the Americans are developing defenses and countermeasures against the DF-21D. Details of this effort are, for obvious reasons, kept secret.

 

The basic DF-21 is a 15 ton, two stage, solid fuel missile that is 10.7 meters (35 feet) long and 140cm (4.6 feet) in diameter. Range varies (from 1,700-3,000 kilometers) depending on model. The DF-21D is believed to have a range of 1,500-2,000 kilometers. While the 500-2,000 kg (.5-2 ton) warhead usually contains a nuclear weapon, there are also several types of conventional warheads, including one designed for use against warships. Some of these conventional warheads are for use against targets in Taiwan. This is because the DF-21, as a longer range ballistic missile, comes down on the target faster than the 1,200 shorter range ballistic missiles aimed at Taiwan. That means that the DS-21 is too fast for the Pac-3 anti-missile missiles Taiwan is installing around crucial installations.

Strategic Weapons : Chinese Carrier Killer Works

Until recently there was no evidence that the complete DF-21D system had been tested. But recently satellite photos showed a 200 meter long white rectangle in the Gobi Desert (in Western China) with two large craters in it. This would appear to be a “target” for testing the DF-21D and two of the inert practice warheads appear to have hit the target. American carriers are over 300 meters long, although the smaller carriers (amphibious ships with helicopter decks) are closer to 200 meters long. It appears China is planning on the using the DF-21D against smaller warships, or perhaps they just wanted to see exactly how accurate the missile could be.

Over the last three years various components of the DF-21D were tested, but until these satellite photos showed up there was no evidence that there had been any tests of the complete system against a carrier size target. In the last two years there have been photos of DF-21Ds on TELs (transporter erector launcher vehicles), and announcements of the first units activated three years ago. Now we have the tests. What has not been tested, apparently is a “dress rehearsal” test against a large ship (an old tanker or container ship would do) at sea and moving. That might yet happen.

Meanwhile China has three "remote sensing" satellites in orbit, moving in formation at an altitude of 600 kilometers, across the Pacific. Equipped with either radar (SAR, or synthetic aperture radar) or digital cameras, these three birds can scan the ocean for ships, even though the Chinese say their purpose is purely scientific. A typical SAR can produce photo quality images at different resolutions. At medium resolution (3 meters) the radar covers an area 40x40 kilometers. Low resolution (20 meters) covers 100x100 kilometers. This three satellite Chinese posse looks suspiciously like a military ocean surveillance system. This is the missing link for the Chinese ballistic missile system designed to attack American aircraft carriers.

China has been developing the DF-21D for about a decade. Most of the development effort was devoted to targeting systems that would enable them to seek out and find aircraft carriers. On the DF-21D warhead itself sensors would use infrared (heat seeking) technology for their final approach. This sort of thing had been discussed for decades, but China appears to have put together tactics, sensors and missile systems that can make this all happen. The key was having multiple sensor systems which would include satellites, submarines or maritime patrol aircraft, that could find the general location of the carrier, before launching the ballistic missile. Those sensors appear to be operational, as is the DF-21D itself.

The Chinese Second Artillery Force (sometimes called Corps) operates all land based long range ballistic missiles. Its units operate over several provinces it has been expanding over the last few years. This includes adding two brigades armed with theDF-21D. This gives the Second Artillery Force ten DF-21 brigades, plus brigades with several other types of missiles. Each of the DF-21 missile brigade has six missile battalions (with two mobile launchers each), two maintenance and repair battalions, a site management battalion, a signal battalion and an electronic countermeasures (ECM) battalion. The other eight DF-21 brigades in the Second Artillery Corps are the older models.

Partager cet article
Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 18:30
MIM 104 Patriot System der Bundeswehr photo Darkhone

MIM 104 Patriot System der Bundeswehr photo Darkhone

MOSCOU, 24 avril - RIA Novosti

 

Les batteries de missiles anti-aériens Patriot déployées dans le sud-est de la Turquie en vue de protéger le pays contre d'éventuelles attaques depuis le territoire syrien ne remplissent pas leur mission, rapporte le journal syrien Watan citant des experts en la matière.

D'après l'analyste du think-tank turc EDAM Aaron Stein, le rayon d'action des missiles implantés en Turquie ne couvre pas une importante partie du sud-ouest de la Turquie et ne permet pas de protéger la province du Hatay, limitrophe de la Syrie.

Selon M.Stein, les batteries de Patriot ne peuvent protéger que les villes où elles sont stationnées, ainsi que leurs alentours immédiats.

"Le Hatay, qui accueille des réfugiés syriens et a été à plusieurs reprises visé par les forces du régime syrien, en dépit de sa position dangereuse, n'est pas protégé contre les missiles chargés d'agents chimiques, qui peuvent être tirés depuis la Syrie", a indiqué l'expert.

Pour sa part, l'expert américain Michael Vice, qui s'est rendu dans la région la semaine dernière, a indiqué au quotidien que l'Allemagne et les Pays-Bas avaient été "réticents" à envoyer leurs militaires à la frontière syro-turque, et que la seule mission de ces derniers consistait à protéger les infrastructures de l'Otan dans la base aérienne d'Incirlik.

En février dernier, les forces de l'Otan ont achevé le déploiement de missiles Patriot acheminés des Etats-Unis, des Pays-Bas et d'Allemagne sur le territoire turc. L'Alliance a installé les missiles sur demande d'Ankara qui avait exprimé son inquiétude face à une éventuelle frappe balistique en provenance de Syrie.

Partager cet article
Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 16:40
Missiles sur rail Photo Troupes balistiques stratégiques russes (RVSN)

Missiles sur rail Photo Troupes balistiques stratégiques russes (RVSN)

MOSCOU, 23 avril - RIA Novosti

 

L'Institut de technologie thermique (MIT) de Moscou a commencé les travaux de conception expérimentale de systèmes de lancement de missiles de combat installés sur une plateforme ferroviaire (BJRK), a annoncé mardi aux journalistes le vice-ministre russe de la Défense Iouri Borissov. 

 

"Les travaux de développement de BJRK ont commencé. Menés par l'Institut de technologie thermique, ils sont actuellement en phase de conception expérimentale", a indiqué le vice-ministre. 

 

Le MIT compte parmi ses conceptions les missiles balistiques intercontinentaux russes de type Iars, Topol et Boulava.

Le missile sur rail soviétique RT-23 Molodets Photo Troupes balistiques stratégiques russes (RVSN)

Le missile sur rail soviétique RT-23 Molodets Photo Troupes balistiques stratégiques russes (RVSN)

La fabrication des missiles sur rail soviétiques a été suspendue en 2005 en conformité avec le traité russo-américain de désarmement nucléaire START, signé en 1993 par les présidents russe et américain de l'époque, Boris Eltsine et Georges Bush. Le traité START 3 ne prohibe pas le développement de nouveaux systèmes de missiles, y compris des BJRK.

Partager cet article
Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 16:40
Moscou livrera quatre divisions de missiles S-300 à Minsk en 2014

MINSK, 23 avril - RIA Novosti

 

La Russie livrera quatre divisions de missiles sol-air S-300 à la Biélorussie en 2014, a annoncé mardi le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou lors d'une rencontre avec le président biélorusse Alexandre Loukachenko.

 

"En 2014, la Russie livrera quatre divisions de missiles S-300 destinés à protéger l'espace aérien biélorusse, conformément à votre entente avec le président russe Vladimir Poutine", a indiqué M.Choïgou pendant la rencontre.

 

La Russie envisage également d'étudier d'autres questions relatives à la protection du territoire biélorusse, selon lui. Les armées des deux pays ont des relations très étroites et réalisent plusieurs programmes conjoints, notamment celui de création d'un bouclier antimissile régional.

 

La Russie et la Biélorussie se préparent activement aux prochains exercices conjoints Zapad-2013 (Occident 2013). "Nous devons vérifier une nouvelle fois si nous pouvons réagir de concert face aux menaces actuelles et ce qu'il faut faire pour mieux garantir la sécurité de nos deux pays", a conclu le ministre russe.

 

Les exercices stratégiques d'état-major russo-biélorusses Zapad-2013 sont programmés pour septembre prochain.

Partager cet article
Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 07:30
U.S. seeks $220 million for Israel missile defense

Apr 23, 2013 Spacewar.com  (UPI)

 

Tel Aviv, Israel - The Pentagon has stepped up efforts to fund Israel's anti-missile shield with the Missile Defense Agency requesting $220 million in fiscal 2014 for Israel's air force to buy more Iron Dome batteries.

 

It's the first time the MDA has specifically sought funds for Iron Dome, developed and built by Haifa's Rafael Advanced Defense Systems, in its annual budget process.

 

That underlines the U.S. Defense Department's effort to maintain military aid for Israel despite major cutbacks in defense spending.

 

The agency is also expected to seek another $520 million to fund other Israeli anti-missile systems, including the David's Sling and the high-altitude Arrow 3, which is under development.

 

"The money, if approved, would be on top of the $486 million the White House and Congress have requested or added for Iron Dome in recent years after formal budgets were submitted," The Jerusalem Post reported.

 

The House of Representatives and the Senate indicated in 2012 "they wanted to approve spending as much as $680 million for Iron Dome through 2015."

 

Iron Dome, designed to shoot down short-range missiles and rockets and recently upgraded to counter longer-range weapons as well, became operational in early 2012. But the Israeli air force, which has responsibility for air defense, has only acquired five batteries, several of those with direct U.S. funding on top of the annual $3.1 billion in U.S. military aid Israel receives.

 

That allowed Israel to deploy all five batteries during an eight-day November clash with Palestinian militants in the Gaza Strip.

 

By official count, Iron Dome successfully intercepted 84.6 percent of the rockets it engaged, including several that for the first time targeted Tel Aviv and Jerusalem. Iron Dome's Tamir interceptors engage only those projectiles its computer calculates will hit populated areas and ignores the rest.

 

Several missile scientists and others have questioned the system's kill rate, with one saying it was closer to 5-10 percent of rockets engaged than the government's assessment of 84.6 percent.

 

The government rejected the criticisms and is moving ahead with creating a multilayered defense shield against a sustained bombardment it fears by Iran, Lebanon's Hezbollah on Israel's northern border and Palestinian militants in the south.

 

David's Sling, being developed by Rafael and the Raytheon Co. of the United States, is designed to counter medium-range missiles.

 

Arrow 3, being developed by state-owned Israel Aerospace Industries and the Boeing Co., is intended to intercept Iranian and Syrian ballistic missiles outside Earth's atmosphere. In its first flight test a few weeks ago Arrow 3 achieved an altitude of 70 miles and intercepted a simulated missile threat.

 

The Arrow 2 variant currently in service will backstop at lower altitudes against ballistic attacks.

 

The fiscal 2014 request by the MDA includes funding for further Arrow 3 testing and a second interception flight before preparations begin for initial production.

 

There is separate funding for an Arrow "Weapons Systems Improvement" program that integrates data links between Israeli missile forces and U.S. weapons systems in the Middle East, reinforcing protection for the Jewish state.

 

MDA's funding efforts underline that the U.S. administration is seeking to ensure that U.S. military aid to Israel won't be affected by the so-called sequestration of U.S. defense spending.

 

The Congressional Research Service figures show that U.S. aid to Israel has increased since 1949 by an average of 28 percent a year, leaping 11.4 percent from 2010-13.

 

The Israel lobby in Washington is pressing for exempting Israel from automatic spending cuts being introduced in virtually all other U.S. government programs.

 

The commitment of U.S. President Barack Obama's administration to maintaining aid flow to Israel was also underlined by the Pentagon announcement last week that Israel, along with Saudi Arabia and the United Arab Emirates, will be receiving advanced weapons systems worth $10 billion over the next few years.

 

U.S. Defense Secretary Chuck Hagel stressed during his visit to Israel this week that military aid won't be cut.

 

Antiwar.com, a U.S. website that's highly critical of the levels of U.S. military aid to Israel, recently cited a report on Israeli government expenditures that showed the Jewish state spends "a hugely disproportionate amount on its military, with roughly one-fifth of the overall national budget going straight into military spending."

Partager cet article
Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 07:30
Hagel in Riyadh as Saudi, US Plan Arms Deal

Apr. 23, 2013 Defense News

 

RIYADH — US Defense Secretary Chuck Hagel arrived in Riyadh on Tuesday to seal a major arms deal that will provide the Saudi kingdom with sophisticated missiles for its American-made fighter jets.

 

Hagel flew in from Jordan after a three-day visit to Israel in his first tour of the region since he took office two months ago.

 

He was scheduled to hold a working dinner Tuesday evening with Crown Prince and Defence Minister Prince Salman bin Abdulaziz. The talks will touch on the weapons agreement as well as the Syrian war and the disputed nuclear program of Saudi Arabia’s regional rival Iran, officials said.

 

Hagel had originally planned to meet former deputy defense minister Prince Khaled bin Sultan bin Abdulaziz, but the official was sacked by a royal decree Saturday. He was replaced by Prince Fahd bin Abdullah bin Mohammed, who has been commander of Saudi naval forces since 2002.

 

Prince Khaled commanded Arab and Muslim armies in a US-led coalition that evicted Iraqi occupation forces from Kuwait in the 1991 Gulf War. He had played a major role in sealing several arms deals with the United States, including a groundbreaking agreement in 2010 to sell Saudi Arabia 84 F-15 fighter jets, 70 Apache attack helicopters, 72 tactical Black Hawk helicopters and 36 light helicopters, as well as upgrades for 70 used F-15s.

 

The delivery of the weapons to the oil-rich kingdom, thought to be the largest ever single US arms sale, would be spread across 15 to 20 years. The long-term nature of that arms deal carried special symbolism for the US-Saudi relationship, as it ensures cooperation over years that will likely see a change in the kingdom’s aging leadership.

 

The two countries share a common concern over Iran’s role in the region and the threat posed by al-Qaida militants, officials say.

 

Hagel’s visit comes as the United States unveiled plans last week to sell $10 billion worth of advanced missiles and aircraft to Israel, the United Arab Emirates and Saudi Arabia in a bid to counter Iran.

 

Under the package, which is still being finalized, the US government will sell 26 F-16 fighter jets to the United Arab Emirates as well as sophisticated missiles for the warplanes, which officials would not specify.

 

The UAE part of the arms deal comes to nearly $5 billion, officials said.

 

Saudi Arabia would purchase the same advanced missiles provided to the UAE, allowing Saudi fighters to strike ground targets at a safe distance.

 

Hagel will next travel to Egypt and the United Arab Emirates.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories