Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 22:35
State Of Play: Three Years Since India Chose Rafale

 

January 31, 2015 by Livefist

 

There are few things like defence procurement that make the passage of time seem nothing. So it shouldn't shake anyone up that its been three years today that the Indian government chose the Dassault Aviation Rafale in the final downselect of the medium multirole combat aircraft (M-MRCA) competition. The M-MRCA competition has acquired mythological status now. It has its own folklore, its own (sometimes apocryphal) anecdotes of the twists and turns. The years have almost completely transformed the programme and how it is perceived. The wisdom of years usually provides insight. The galling thing about the M-MRCA is that it has lost none of its capacity to enthral, mystify, perplex. I've already told you what currently stalls negotiations between India and, well, France. So, as we head into air show month and mark three years since the M-MRCA downselect, here's 5 developments that, in their own way, tell you where things are:
 

  1. Three Rafales return to Aero India 2015 this year. Dassault clearly hopes this is the last time they'll need to fly them in and show them off. Thing is: that was the sentiment right before the last show two years ago too.

  2. The public statement from India's new defence minister Manohar Parrikar earlier this month on upgraded (and additional) Su-30 MKIs could be a viable alternative to 126+ Rafales only confirmed what I'd reported here -- that the negotiations stall was bad enough for high-level messages from the political leadership to begin flying. Incidentally, the message was loud and clear.

  3. Delegations outside the contract negotiations committee (CNC) have been formed to meet and hammer out final hurdles. No specific results reported just yet but they're expected given that the French delegation is empowered to make decisions.

  4. Indian PM Narendra Modi travels to France (and Germany) in April this year. Every effort is currently being made by the French government to facilitate at least a preliminary announcement, or at the very least a positive message, on the deal when PM Modi is in Paris. The PM himself hasn't made known his view, if any, on the programme. The French government on its part made it a point to underscore the inherent 'Make in India' component of the M-MRCA, even if it is facets of precisely this that has a deal hanging fire.

  5. The empirical dynamics of the IAF's requirements have shifted per force -- they're shifting even as we speak with a fresh cloud over the IAF's upgraded MiG-27 that populates a handful of squadrons. The bean count of squadron strength (approximately 32 squadrons currently) set off against sanctioned fleet strength (42) has shifted too. On average, the IAF manages to lose a squadron's worth of fighter planes every two years. Force accretion won't, in any combination, make up for the numbers required to meet sanctioned figures. In fact, it could be just the opposite.

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2015 2 13 /01 /janvier /2015 16:56
Rafale : délégation indienne de haut rang à Paris

Dassault Aviation ne veut pas prendre l’entière responsabilité de la fabrication par HAL de 108 des 126 exemplaires de l’avion de combat qui seraient produits sur place par celui-ci.

 

13/01 Alain Ruello – LesEchos.fr

 

Radha Krishna Mathur, le secrétaire à la défense, va rencontrer Jean-Yves Le Drian ce mardi. La négociation bloque sur la responsabilité industrielle des 108 Rafale qui seraient construits en Inde.

 

Une délégation indienne de haut rang est en ce moment à Paris pour tenter de rapprocher les positions des deux parties dans la négociation portant sur la vente par Dassault de 126 Rafale. Arrivée lundi pour deux jours, cette délégation est composée du secrétaire à la défense, Radha Krishna Mathur, un personnage très puissant au sein du ministère éponyme et qui supervise le dossier. Il est accompagné d’un haut responsable de HAL, l’industriel indien étatique, partenaire désigné de Dassault pour la construction des avions.

La venue de cette délégation est conforme aux déclarations faites en décembre par le ministre de la défense, Manohar Parrikar, à l’issue d’une rencontre avec son homologue Jean-Yves Le Drian. Les deux hommes s’étaient mis d’accord pour accélérer le processus qui court depuis début 2012 , quand Dassault est sorti vainqueur de l’appel d’offres baptisé MMRCA (pour « medium multi-role combat aircraft »). Dans l’entourage du ministre français, on laissait même entendre alors que la négociation était « sur le point d’aboutir », même si François Hollande avait aussitôt appelé à la prudence.

 

Qui garantit quoi et à quel prix

 

Sur les 126 avions en jeu, l’appel d’offres a imposé que les 18 premiers soient fabriqués en France, et les 108 suivants en Inde par HAL. Et c’est là que çà coince car New Delhi insiste pour que Dassault prenne la responsabilité de la fabrication de ces 108 exemplaires, ce que l’avionneur français a du mal à accepter, n’ayant pas l’assurance que son partenaire local ait toutes les compétences pour réaliser le travail en temps et en heure. « On ne peut pas accepter d’être responsable du calendrier de livraison d’une entreprise publique contrôlée par l’Etat client, sauf à ce qu’un certain nombre de conditions soient remplies », expliquait aux « Echos » récemment une source proche du dossier.

« Les termes de l’appel d’offres doivent être respectés (...) ils ne peuvent pas être amoindris », a déclaré Manohar Parrikar à une télévision locale, tout en écartant la possibilité pour l’un des prétendants éliminés de pouvoir revenir dans la course. « Comment un autre avion pourrait-il être pris en compte quand celui qui est sorti le moins cher a été désigné ?»,a t-t-il ajouté.

 

Campagne d’hiver de Soukhoï

 

Exit donc les chances de l’Eurofighter, arrivé second dans l’appel d’offres, d’être rattrapé sur le tapis vert. Sentant le bon coup, les Russes ont lancé une campagne d’hiver à coup de fuites dans la presse. C’est de bonne guerre car si la négociation avec Dassault échoue, le seul « plan B » pour l’armée de l’air indienne serait de commander des Soukhoï 30 supplémentaires, même si l’appareil ne lui donne pas entière satisfaction.

Selon le « Times of India », New Delhi veut trancher le sort du projet MMRCA d’ici à avril, période de la visite en France du premier ministre Narendra Modi

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 20:35
Rafale: l'Inde demande à la France de définir sa position d'ici avril

 

Moscou, 12 Janvier 2015 - Ria Novisti

 

Le ministre indien de la Défense Manohar Parrikar a demandé au gouvernement français de préciser sa position concernant la livraison de chasseurs Rafale à l'Inde, a annoncé lundi une source ministérielle à la radio Sputnik.

Les autorités militaires de l'Inde ont demandé à leurs homologues français de régler cette question avant la visite du premier ministre Narendra Modi à Paris. Cette visite doit avoir lieu en avril prochain.

La source a également confirmé que les militaires indiens pourraient accorder leur préférence aux chasseurs russes Su-30MKI.

"Le ministère de la Défense n'a pas encore pris de décision définitive à ce sujet. Cependant, en cas d'échec de la transaction [avec la France], New Delhi pourrait opter en faveur des Su-30", a souligné l'interlocuteur de Sputnik.

 

Le quotidien indien The New Economic Times a auparavant annoncé que le ministère indien de la Défense pourrait renoncer à acheter les Rafale au profit des Su-30MKI. Parmi les raisons susceptibles de motiver cette décision, le journal cite le coût trop élevé du contrat, ainsi que le refus de Paris de livrer les technologies à la partie indienne.

La décision de la France de suspendre la livraison des porte-hélicoptères de classe Mistral à la Russie pourrait constituer pour l'Inde une raison de plus pour renoncer à l'achat des Rafale.

Le premier de ces bâtiments de guerre devait être remis à la Russie le 14 novembre, mais le président François Hollande a gelé sa livraison sine die en raison de la position de Moscou sur la crise en Ukraine.

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 12:35
photo Livefist

photo Livefist

 

07.01.2015 by Claude Arpi - claudearpi.blogspot.in

 

Very few in India know the meaning of the French word ‘Rafale’, which is now associated with the supply of 126 Medium Multi-Role Combat Aircraft (MMRCA) to the Indian Air Force (IAF); ‘rafale' means a 'gust of wind'.
When the 'rafales' prevailed in the MMRCA competition, many thought that the Big Deal would soon be signed; three years later, it is still going through tough procedural ‘gusts of wind’. The reasons are not the qualities of the combat aircraft, but other complications.

 

Read full article

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2014 5 05 /12 /décembre /2014 12:35
Le Rafale dans les médias indiens

 

05.12.2014 Par Pierre Memheld * - affaires-strategiques.info

 

Dassault Aviation est entré en discussion exclusive avec le ministère de la Défense indien pour conclure la vente de Rafales en janvier 2012. Depuis, les négociations se poursuivent pas à pas vers la conclusion d’un contrat définitif, désormais annoncé par les médias pour mars 2015 - sans tenir compte d’un éventuel report de la décision, cette date ayant déjà été plusieurs fois décalée [1] . Les médias indiens suivent de près cette affaire car il s’agit d’un contrat clé, non seulement pour l’avionneur français, mais également pour la Défense indienne dans son ensemble.

 

 Le gouvernement indien doit en effet résoudre la difficile équation de réussir à moderniser ses équipements militaires, tout en développant son industrie de défense et en maitrisant son budget [2]. Les partenariats industriels, signés avec certains fournisseurs, permettent non seulement de transférer des savoirs faire et des technologies mais également de créer des liens diplomatiques au vu des enjeux géopolitiques auxquels l’Inde doit faire face. L’acquisition d’avions de chasse multi-rôles, de sous-marins diesels ou de canons d’artillerie est aujourd’hui une nécessité.
 

Si l’objectif de l’Inde est en partie de rationaliser ses équipements, et de développer son économie, son but ultime est bien de devenir indépendante de ses principaux fournisseurs (Russie, Etats-Unis, Israël, France). De leur côté, ces pays cherchent à trouver des débouchés pour leurs produits et à faire de l’Inde un relais de leur diplomatie dans l’Océan indien. Mais le gouvernement de Narendra Modi, et son nouveau ministre de la défense Manohar Parrikar [3], ont clairement précisé leurs objectifs.Il s’agit de développer des industries de défense « indigènes », publiques ou privées, et de « contenir » la Chine en se rapprochant de pays comme l’Australie, le Vietnam ou Singapour. Sans que cela ne concerne directement le contrat Rafale, les contraintes budgétaires indiennes expliquent le report voire l’annulation de plusieurs appels d’offres ou de contrats d’armement. L’Inde, enfin, fait jouer la concurrence entre ses différents fournisseurs pour obtenir les meilleures conditions contractuelles et « politiques ».
 

Dans un tel environnement concurrentiel, il est intéressant de constater que le Rafale, Dassault ou même la France, sont critiqués voire attaqués dans la presse indienne au gré des aléas de l’appel d’offre « MMRCA » [4], et d’autant plus depuis le début des négociations exclusives. Si la presse indienne est aux premières loges des luttes d’influence des concurrents du Rafale, continuant à croire en leurs chances, d’autres médias se font l’écho de « difficultés » à conclure ce contrat symbolique.
 

Pour les uns, le Rafale serait « une grosse erreur » pour l’armée de l’Air indienne [5] -alors même qu’elle a mené de multiples études et tests pour confirmer ce choix-. Pour les autres, les contraintes budgétaires, ainsi que la priorité donnée aux réformes sociales par le gouvernement Modi pourraient reporter le contrat, d’autant que son coût « a augmenté de 10 à 20 milliards de dollars » [6]. Enfin, relayé par des médias spécialisés, l’ambassadeur russe à Delhi a déclaré que les « Sukhoi-27 construits en Chine écraseraient les Rafales comme des moustiques » [7].
 

Si l’on peut rattacher cette déclaration à la problématique actuelle des bâtiments de projection et de commandement Mistral, il n’en reste pas moins que ces tentatives d’influence au niveau médiatique sont l’expression d’une concurrence féroce entre les principaux fournisseurs. D’autres arguments, évoquant le coût d’exploitation du Rafale, ou la difficulté pour le partenaire de Dassault (Hindustan Aeronautics) à assurer la production des 108 appareils, sont également avancés. Enfin, le Rafale est « opposé » à des appareils de « 5ème génération », comme le F-35 américain, considérés comme plus « modernes ».
 

Ces questions sont le plus souvent décrites comme des informations obtenues par les journalistes auprès d’officiers supérieurs ou de décideurs politiques « proches du dossier ». Là où les déclarations officielles du ministère de la Défense ou de l’Etat-major de l’armée de l’Air indien mettent en avant l’avancée constante des négociations, ces « fuites » sont présentées comme validant les arguments contre le Rafale et notamment le risque de choisir un constructeur étranger lourdement dépendant de ce seul contrat [8].
 

Il faut également se rappeler que ce contrat est en discussion depuis plus d’une dizaine d’années. Or, durant cette période, l’Inde a connu plusieurs gouvernements du « Indian National Congress » (INC) et désormais un gouvernement du « Indian People’s Party » (BJP) [9]. Sans parler de leurs idées politiques spécifiques, ces deux grands partis s’affrontent à coups de révélations sur les implications des uns et des autres avec tel ou tel industriel ou puissance étrangère. Cette opposition politique interne pourrait impacter le contrat du Rafale.
 

Si les négociations n’ont pas été remises en question à la suite du retour du BJP au pouvoir, un des membres du parti a clairement sous-entendu que le contrat avait été signé lors de « conversations privées » entre Sonia Gandhi, président de l’INC, et Nicolas Sarkozy, par l’intermédiaire de leurs liens familiaux respectifs en Italie[10]. Cette évocation des connexions de Sonia Gandhi rappelle le fait qu’elle a déjà été impliquée dans un contrat d’armement, annulé pour des soupçons de corruption.
 

On peut ainsi voir, à la lecture de quelques articles de presse seulement, que ce contrat est au centre de l’attention des médias indiens ou russes et à la croisée d’intérêts économiques et diplomatiques russes et américains. Certains articles évoquent des aspects discrets des négociations, d’autres attaquent frontalement le Rafale, Dassault ou la France en évoquant de loin le lien entre ce contrat et sa crédibilité en tant que pays exportateur d’armements alors même que les contextes indiens et russes ne peuvent pas être comparés.
 

Tout comme l’Inde cherche une profondeur stratégique dans l’Océan éponyme, il ne serait pas inutile que la France réaffirme sa présence militaire, et ses intérêts économique, dans cette zone stratégique pour plusieurs pays. De plus, en offrant à l’Inde les équipements et le soutien dont elle a besoin pour réaffirmer sa position de puissance régionale, la France ne pourra que renforcer le lien existant -depuis bien plus longtemps que ce seul contrat, tant du point de vue économique qu’historique.
 

(1) Ainsi : "MMRCA deal : Rafale negotiations expected to be wrapped up in 3 months", Rajat Pandit, The Times of India, 3 Juin 2014
(2) "L’Inde : puissance militaire ?", Pierre Memheld, Revue Défense Nationale N°774 Novembre 2014
(3) Narendra Modi a assuré le poste de ministre de la défense, en plus de celui de Premier ministre, depuis son élection en Mai 2014 jusqu’en Novembre 2014 et la nomination de l’ancien « chief minister » de Goa, Manohar Parrikar.
(4) Medium Multi-Role Combat Aircraft
(5) "Why Rafale is a Big Mistake", Bharat Karnad, The New Indian Express, 14 Août 2014
(6) "No Softlanding in sight for $20-bn Rafale deal", Huma Siddiqui, The Financial Express, 26 Octobre 2014
(7) "Why India needs to rethink the Rafale deal", Rakesh Krishnan Simha, Russia & India Report, 26 Octobre 2014
(8) "MMRCA : a do or die contract for Dassault’s military business", Huma Siddiqui, the Indian Express, 12 Mai 2013
(9) Bharatiya Janata Party = Indian People’s Party
(10) "The Rafale deal should be scrapped and renegotiated", interview de Subramanian Swamy, Pranay Sharma, Outlook, 18 Août 2014

 

* Pierre Memheld est consultant en stratégie des marchés internationaux, enseignant en IE à l’Institut de Traducteurs, d’Interprètes et de Relations Internationales

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 15:35
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

Dec 02, 2014 Spacewar.com

 

New Delhi - The French and Indian defence ministers agreed to press ahead with negotiations on the sale of 126 Rafale fighter jets to India, both sides said Tuesday, after slow progress cast doubt on the estimated $12 billion deal.

 

Successive deadlines to complete one of the world's biggest airline contracts have slipped by, leading to reports that Britain's Eurofighter could try to re-enter the race.

 

French Defence Minister Jean-Yves Le Drian said negotiations were "proceeding well" after he met his newly appointed Indian counterpart Manohar Parrikar in New Delhi on Monday.

 

"For a project of this scale and such complexity... the pace is comparable to that of other negotiations," he said in an interview with Indian daily The Pioneer Tuesday.

 

"Both our governments share the will to conclude it (Rafale deal) and this is, of course, essential."

 

The pair discussed "all issues including Rafale", an Indian defence ministry spokesman told AFP.

 

"It was decided that whatever differences still existed would be resolved in a fast-track manner."

 

French company Dassault Aviation won the right in 2012 to enter exclusive negotiations with India to supply 126 fighters after lodging a lower bid than rival firm Eurofighter.

 

The deal would see Dassault supply 18 Rafales -- twin-engine multi-role fighters -- by 2015.

 

India, the world's top weapons importer, is in the midst of a $100-billion defence upgrade programme and experts say it urgently needs the jet fighters to maintain a combat edge over nuclear rival Pakistan.

 

The remaining 108 would be made by state-run Hindustan Aeronautics Ltd under technology transfer agreements with India, which is keen to boost homemade defence manufacturing.

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2014 2 02 /12 /décembre /2014 08:35
La France et l'Inde veulent boucler "rapidement" les négociations sur le Rafale

02 décembre 2014 Par  -

 

En visite en Inde, le ministre de la Défense Jean-Yves le Drian a rencontré son homologue Manohar Parrikar pour évoquer la vente d'avions de chasse Rafale. Les discussions "se déroulent bien", a assuré le ministre français, et devraient même s'accélérer, ajoute une source indienne.

 

Pas de friture sur la ligne entre la France et l'Inde sur le dossier Rafale. Les discussions, entamées il y a plusieurs années, se poursuivent et "se déroulent bien" a assuré Jean-Yves le Drian à un quotidien indien lors de sa visite dans le pays le 3 décembre. Il a rencontré son nouvel homologue indien Manohar Parrikar entré en fonctions au mois de novembre.

"Les négociations se déroulent bien. Pour un projet de cette taille et de cette complexité, qui implique le transfert de nombreux savoir-faire à des partenaires industriels en Inde, le rythme est comparable à celui d'autres négociations", a déclaré le ministre français au quotidien Pioneer. "Les deux gouvernements partagent la volonté de les conclure et ceci est bien sûr, essentiel", a-t-il ajouté. "Plus vite le contrat sera finalisé et signé, plus vite les avions pourront sortir des lignes des sites de production en Inde".

les désaccords seront résolus de manière accélérée, annonce l'inde

Les discussions achopperaient, selon l'AFP qui cite la presse indienne, sur la question des responsabilités (délais, dommages..) pour les appareils produits en Inde (sur les 126 appareils vendus, 18 seraient produits en France, le reste serait fabriqué sous licence en Inde par l'entreprise publique indienne Hindustan Aeronautics Limited).

Mais la France comme l'Inde seraient prêts à accélérer les négociations et tenter de lever les derniers points de blocage. "Il a été décidé que tout désaccord serait résolu de manière accélérée", a dit un porte-parole du ministère indien de la Défense à l'AFP.

un autre contrat en attente

Jean-Yves le Drian a par ailleurs profité de sa visite pour évoquer un autre contrat possible, portant sur les missiles sol-air (SRSAM) de MBDA.  "Le contrat est prêt pour la signature depuis mars 2012", a-t-il rappelé. Ces missiles "seront fabriqués entièrement en Inde, de façon autonome" ; ils sont co-développés et produits avec l'indien Bharat Dynamics Ltd (BDL). La France espère là aussi un déblocage rapide.

 

Dossier sur la vente des Rafale à l'Inde
Partager cet article
Repost0
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 08:35
Garuda 5 - photo Livefist

Garuda 5 - photo Livefist

 

November 29, 2014 Livefist

 

So, as I mentioned in my earlier post, sticking points in negotiations between Dassault Aviation and HAL remain the chief reason why a draft contract hasn't reached finality. There have been a few reports that point to general difficulties in negotiations between HAL and Dassault on liability for the 108 aircraft that the former will license build in Bangalore. What you probably haven't heard about are the specific stumbling blocks. There are basically three:
 

 

  1. Responsibility for the 108 aircraft in terms of liability, damages and attendant clauses on access, inspection and post-manufacture testing. Dassault's concern is that HAL hasn't built up any of the fixed assets which the company feels would be the minimum requirement to begin discussing the modalities of the kind of liability HAL wants Dassault to take on for the jets built in India. With the last 60 aircraft to be as much as 90% 'Made in India',   

  2. The ball is apparently in HAL's court, with Dassault telling the Cost Negotiation Committee (CNC) that it still awaits figures from HAL on the financial specifics of the liability it is seeking to transfer to Dassault. Dassault has asked HAL to clarify the specifics of any similar liability parameters in comparable deals like HAL's Su-30 MKI production line on license from Russia.

  3. Modalities of licensee/licensor and the manner in which the final agreement sets down their roles. Things are actually more contentious than most believe/report. Dassault has even flagged up issues with access to HAL's facilities.

Done and dusted clauses of the exhaustive contract cover pretty much all other aspects. The company's aversion for HAL manifested itself two years ago when it was revealed that Dassault wanted to built some of its aircraft with Reliance Industries' new defence business. With an irritated HAL putting its foot down and asserting itself as the principal production partner, the relationship between the two has been, well, uncertain at best. Both sides will be looking to new leadership at the MoD to get things moving.

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 07:35
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

November 29, 2014 Livefist

 

An exhausted French government is probably seeing it as fortuitous that new Indian defence minister Manohar Parrikar's first foreign guest will be French defence minister Jean-Yves Le Drian, who arrives tomorrow in Delhi on a two-day visit. He meets Parrikar on Monday late in the morning. This will be Le Drian's third visit as his country's defence minister to India.

 

In January, the Indian MoD and Dassault Aviation will mark three years since the Rafale won the final downselect in 2012. A contract for 126 Rafale fighters remains in final negotiations, heaving and jerking across over 24 months. As the French minister arrives for what Paris hopes will be the last political push required to see the deal through, here's a quick round-up of six key developments that set out the state of play:
 

 

  1. On November 28 in Parliament, defence minister Parrikar made his most direct comment on the MMRCA negotiations, on which he is reported to have said, "Where defence acquisitions have almost come to end stage, we will stick to RFP (request for proposal)." In other words, while the new government focus would be on procurement routes that were reserved for Indian-made equipment or foreign equipment license-built in India, deals like the MMRCA would not be tinkered with. The MMRCA

  2. IAF chief Air Chief Marshal Arup Raha has met defence minister Parrikar three times since the latter took office (the first was a courtesy call, and they didn't talk shop). At both of the other two meetings, the IAF chief stressed the 'No Plan-B' message initiated by his predecessor.

  3. While negotiations are largely complete, the issue of OEM liability for the 108 aircraft that HAL will build in Bangalore hasn't been ironed out just yet. Reports on this issue have only touched the surface. It's a far greater sticking point than its being reported to be (my next goes into specifics). This could take a while to fix. The French defence minister's team will almost definitely have something to add on this. We'll know Monday.

  4. As negotiations plod through the so-called final stretch, the political establishment is looking for a way to peg the Rafale deal as a shining package for Prime Minister Modi's 'Make in India' campaign (he wants to do this with the navy's P75I too). Apart from certain voices on the inside, the deal isn't politically contentious given that negotiations took place largely under the previous government. In that light, I hear the present administration may be looking to own the deal better if it needs to.

  5. It's been nine months since then defence minister A.K. Antony threw his hands up in Feb this year and said the Rafale deal had to be pushed back because of a funds crunch. His successor Arun Jaitley, who doubled usefully as Finance Minister for the six months he spent at the MoD, didn't quite clarify on budgetary flexibility except to say that funds for all priority acquisitions would be made available. That's saying a lot without saying anything at all. Like most things in the MMRCA so far.

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2014 7 16 /11 /novembre /2014 20:45
photo EMA (Serval 2013)

photo EMA (Serval 2013)

 

16/11/2014 - JDD

 

L'état-major français recevra prochainement des journalistes indiens à N'Djamena, QG de l'opération Barkhane en vue de promouvoir les performances du Rafale. Les autorités indiennes pourraient acheter prochainement 126 exemplaires de l'avion de chasse français.

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 17:35
photo Livefist

photo Livefist

 

30 octobre 2014, Par Julien Bonnet - Usinenouvelle.com

 

D'après le quotidien "Deccan Chronicle", le projet d'accord encadrant l'achat par l'Inde de 126 Rafale à la France est sur le point d'être finalisé. Le contrat de plusieurs milliards de dollars (et le premier à l'export pour l'avion de combat multirôles français) entre le gouvernement indien et Dassault Aviation pourrait être signé avant la fin de l'année ou début 2015 au plus tard.

 

Lire l’article

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2014 2 09 /09 /septembre /2014 09:50
Eurofighter photo Bundeswehr Bicker

Eurofighter photo Bundeswehr Bicker

 

MOSCOW, September 8 (RIA Novosti)

 

India may acquire 126 Eurofighter Typhoon combat aircraft from Germany, Deutsche Presse-Agentur reported Monday.

 

Indian and German officials are once again negotiating a multibillion-dollar deal for the delivery of 126 German-made fighter jets to India, the agency reported, citing German Foreign Minister Frank-Walter Steinmeier.

 

India and Germany previously discussed a similar deal, but India decided against the Eurofighter jets in 2012 and chose to acquire French-produced Dassault Rafale combat aircraft instead. However, an agreement has not been reached so far.

 

The value of the possible contract is estimated at 7.6 billion euro (about $9.8 billion), according to the agency. Eurofighters are produced by the Bavaria-based Eurofighter GmbH company.

 

Steinmeier is currently in India, where he has been in talks with Indian Prime Minister Narendra Modi and External Affairs Minister Sushma Swaraj. The topics under discussion were trade, investment, high tech cooperation and renewable energy collaboration, according to the Indian Ministry of External Affairs.

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 11:56
Inde : le contrat sur le Rafale serait proche d'être conclu

"Il ne serait pas opportun de modifier quoique ce soit dans le processus de décision" affirme le chef de l'armée de l'Air indienne. - photo Livefist

 

03/09 Claude Fouquet - LesEchos.fr

 

Le chef de l'Armée de l'air indienne monte en première ligne pour que New Delhi finalise le contrat d'achat de 126 chasseurs Rafale. La signature "va intervenir bientôt", affirme le militaire dans la presse indienne.

 

C'est devenu l'Arlésienne, mais l'acquisition de 126 avions de combat Rafale par l'Inde , qui a connu plusieurs retards depuis 2012, va bientôt être conclu, selon le chef de l'armée de l'Air indienne. Dans un entretien accordé ce mercredi au quotidien Hindustan Times, le militaire indien estime tout à la fois que le processus est allé trop loin pour que l'on change tout et surtout que l'armée de l'Air ne peut pas se permettre de retarder encore la conclusion de cet accord, en phase finale de négociations depuis janvier 2012.

"Il ne serait pas opportun de modifier quoique ce soit dans le processus de décision" explique le général Arup Raha en précisant que "les choses avancent assez rapidement" et que la conclusion de l'accord "va intervenir bientôt". Mais le chef de l'Armée de l'air indienne se garde bien de donner une date probable de conclusion.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
14 août 2014 4 14 /08 /août /2014 07:35
photo S. Fort

photo S. Fort

 

13 août 2014, Par Elodie Vallerey –Usine Nouvelle

 

Le 12 août, le nouveau ministre indien de la Défense Arun Jaitley a assuré aux 245 membres de la Chambre haute du Parlement local, que les négociations entre le gouvernement et Dassault Aviation autour du contrat pour l'achat de 126 avions de combat Rafale "se poursuivaient".

 

Plus de deux ans et demi après la victoire de Dassault Aviation dans la compétition MMRCA pour le renouvellement de la flotte indienne d'avions de combat, les négociations n'en finissent pas... mais avancent.

 

"Au vu de la complexité de cette acquisition, le processus de négociation avec Dassault Aviation sur différents aspects de la proposition commerciale et sur les dispositions du contrat est toujours en cours", a assuré Arun Jaitley, le ministre indien de la Défense, lors de son audition le 12 août devant le Rajya Sabha, la chambre haute du Parlement en Inde, selon le blog spécialisé LiveFist.

 

Si l'avionneur français a remporté l'appel d'offres début 2012, le comité indien responsable de l'étude des coûts et du contrat MMRCA doit encore finaliser son rapport sur l'accord.

 

"Nous sommes très mobilisés en Inde et nous nous efforçons, avec nos partenaires français et indiens, de concrétiser le contrat de 126 Rafale dans les meilleurs délais", avait assuré le PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier, lors des résultats semestriels du groupe fin juillet.

 

Arun Jaitley a été nommé ministre indien des Finances et de la Défense fin mai lors de l'accession au pouvoir de Narendra Modi.

Partager cet article
Repost0
13 août 2014 3 13 /08 /août /2014 21:51
photo Armée de l'air Alban Battestini

photo Armée de l'air Alban Battestini

 

Aug. 13, 2014 – Defense News (AFP)

 

NEW DELHI — India’s talks to buy fighter jets from France’s Dassault Aviation in a 2012 deal worth $12 billion are still underway but are complex, Defence Minister Arun Jaitley has said.

 

India chose Dassault for “exclusive negotiations” for 126 Rafale jets, but successive deadlines to complete one of the world’s biggest airline contracts have slipped by.

 

“Given the complexity of the procurement case, the process of negotiations with Dassault Aviation on various aspects of the commercial proposal and provisions of draft contract is on,” Jaitley told parliament late Tuesday.

 

The cost of the deal was pegged at $12 billion but media reports have recently put it at around $15 billion.

 

Jaitley, named defense minister when the new right-wing government took power in May, was replying to a question in parliament about progress on the purchase.

 

India is in the midst of a $100-billion defense upgrade program.

 

Military experts say India urgently needs the twin-engine multi-role fighters to maintain a combat edge against nuclear rival Pakistan, with which it has fought three wars.

 

The Rafale, which would replace India’s Russian-made fleet of MiG-21 and MiG-27 planes, beat out rivals such as Boeing and Lockheed Martin.

 

Jaitley told parliament that the United States has overtaken Russia as the largest arms supplier to India in the last three years, followed by France and Israel.

 

The new government has raised the foreign investment cap on India’s defense industries to speed up modernization of the military.

 

The production-sharing deal agreed by the previous Congress government would see Dassault supply 18 Rafales by 2015 in a “ready to fly” state.

 

The remaining 108 would be made by state-run Hindustan Aeronautics Ltd under technology transfer agreements with India, which is keen to boost homemade defense manufacturing.

 

In a boost for Dassault, the government last month said the deal complied fully with technology transfer requirements spelled out in the plane tender offer.

Partager cet article
Repost0
9 août 2014 6 09 /08 /août /2014 18:35
photo Livefist

photo Livefist

 

08-August, 2014 Indian Press Information Bureau

 

As per the Request for Proposal (RFP) for procurement of 126 Medium Multi Role Combat Aircraft (MMRCA), 18 aircraft are sought to be procured in fly away condition and 108 aircraft are to be license manufactured in India. The process of negotiations with the L1 vendor, M/s Dassault Aviation of France for procurement of MMRCA is on.

 

Out of the six proposals received in response to the RFP for procurement of the MMRCA, the proposals of M/s Dassault Aviation for Rafale and M/s EADS, Germany for Eurofighter Typhoon were found compliant to the technical requirements. The proposal of M/s Dassault Aviation had the lowest cost.

 

The 18 direct fly away aircraft are expected to be delivered in three to four years from the signing of the contract. The remaining 108 license manufactured aircraft in India are expected to be delivered during the following seven years.

 

This information was given by Defence Minister Shri Arun Jaitley in a written reply to Shri Ram Charitra and Shri Y.V. Subba Reddy in Lok Sabha today.

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2014 4 17 /07 /juillet /2014 12:35
Rafale photo Livefist

Rafale photo Livefist

 

16.07.2014 (Boursier.com)

 

L'Inde aurait entamé les négociations finales avec Dassault Aviation concernant le contrat d'acquisition de 126 'Rafale', pour moderniser son armée de l'air. Le pays "poursuit avec sérénité les négociations finales pour l'acquisition de 126 chasseurs français Rafale, dans un projet de 20 milliards de dollars", écrit le 'Times of India'. Des sources obtenues au ministère de la défense local par le quotidien laissent entendre qu'une nouvelle réunion est prévue cette semaine entre les autorités, Dassault Aviation et son partenaire Hindustan Aeronautics (HAL).

 

Les négociations, complexes, "auraient finalement atteint un point qui pourrait permettre de les finaliser sous trois mois", ajoute le journal, qui estime que plus de 50% du contrat final et des accords intergouvernementaux sont acquis. "Après ça, le politique entrera en jeu", a indiqué la source au 'Times of India', avec le processus d'approbation de la commission gouvernementale pour la sécurité, puis la signature effective.

 

Combats d'arrière-garde

 

Le projet actuel prévoit que les forces indiennes reçoivent leurs 18 premiers jets de combat, produits en France, sous 36 à 48 mois. Les 108 autres seraient fabriqués sur les sept années suivantes en Inde par HAL, dans le cadre d'un transfert de technologie par Dassault. Le quotidien croit savoir malgré tout que les rivaux écartés du processus continuent à chercher à torpiller l'accord. Le Royaume-Uni et l'Allemagne auraient par exemple récemment tenté de rappeler l'Eurofighter Typhoon au bon souvenir du gouvernement indien, tandis que les Etats-Unis prépareraient le terrain pour relancer le F/A18 Super Hornet ou le F-16 Super Viper avant la visite officielle du premier ministre indien à Washington en septembre. Le 'Times of India' croit lui savoir que "l'establishment" n'a aucune intention de revenir en arrière...

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2014 2 08 /07 /juillet /2014 16:35
Garuda 5 - photo Livefist

Garuda 5 - photo Livefist

 

06th Jul 2014 By N C Bipindra - newindianexpress.com

 

NEW DELHI: India’s most awaited defence deal for 126 combat planes, expected to be worth nearly `1 lakh crore, may take longer than expected to materialize.

 

Just over a month after the Modi government got into the saddle, it has now emerged that the Medium Multi Role Combat Aircraft (MMRCA) tender for which India selected the French Rafale aircraft from the Dassault Aviation stable is still in the works and would take at least another six months to be ready.

 

Read full article

Partager cet article
Repost0
26 juin 2014 4 26 /06 /juin /2014 16:35
photo Livefist

photo Livefist

 

June 26, 2014 defenseworld.net/

 

India’s $20 billion deal to buy Rafale fighter jets may not conclude this financial year as negotiations are still to be completed without which budgetary provision cannot be made.

The Indian budget for fiscal 2014-15 is scheduled for July during which a higher allocation for defence as compared to last year could be made. However provision for the Rafale MMRCA purchase seems unlikely as the Indian MoD is yet to conclude negotiations with Dassault. A huge capital expenditure of this type is budgeted over several year as per the schedule of payments agreed upon.

 

 

Read more

 

Partager cet article
Repost0
11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 12:56
Les équipages de Rafale à l’heure indienne

 

11/06/2014 Ltn Christelle Hingant - Armée de l'air

 

Depuis le 2 juin 2014, quatre Rafale de l’escadron de chasse 3/30 «Lorraine» sont déployés sur la base aérienne de Jodhpur, en Inde, pour participer à l’exercice «Garuda». Cette cinquième édition de l’exercice franco-indien prendra fin le 13 juin.

 

«De forts liens d’amitié». C’est ainsi que le général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’air, a défini les relations entre l’armée de l’air française et l’Indian Air Force (IAF) à l’occasion de sa visite à Jodhpur le 9 juin dernier. « J’ai été impressionné de constater une telle collaboration après cette première semaine d’exercice, poursuit-il. Nous souhaitions mixer les équipages pour faciliter les échanges et je suis heureux de souligner le succès de cette coopération bilatérale. » Les équipages français se sont donc frottés aux Sukhoi 30, Mig 21 et autres Mig 27. Douze avions de chasse indiens sont engagés dans l’exercice. «L’IAF a déployé de nombreux moyens, qu’elle utilise à pleine capacité, ce qui prouve l’importance qu’elle accorde à Garuda», confie le lieutenant-colonel Nicolas Lyautey, directeur français de l’exercice et commandant du 3/30 «Lorraine».

 

Après une première semaine de vols de familiarisation, avec du combat à vue, du un contre un, deux contre un ou deux contre deux, les missions combinées de type LFE (Large Force Employement) ont débuté. Défense aérienne, escorte, attaque au sol, Air Interdiction… Les nombreux scénarios amènent les équipages français et indiens à préparer ensemble leurs missions et employer leurs aéronefs respectifs dans des situations tactiques complexes réalistes. Un entraînement qui renforce l’interopérabilité entre les deux armées de l’air, dans un environnement non régi par les standards Otan qui permet aux aviateurs d’ajouter une corde à leur arc.

 

Les équipages de Rafale à l’heure indienneLes équipages de Rafale à l’heure indienne
Partager cet article
Repost0
6 mai 2014 2 06 /05 /mai /2014 13:35
photo Livefist

photo Livefist

 

06 mai 2014 techniques-ingenieur.fr (AFP)

 

Narendra Modi, candidat du parti nationaliste hindou au poste de Premier ministre en Inde, promet d'améliorer l'approvisionnement en matériel militaire de l'Inde et de favoriser la fabrication d'armes sur le sol national, dans un entretien publié mardi.

 

L'Inde, premier importateur mondial d'équipement militaire conventionnel, a retardé ou annulé depuis une vingtaine d'années plusieurs grands contrats militaires pour des soupçons de corruption ou en raison d'une bureaucratie trop lourde.

 

Dassault est en négociations exclusives avec New Delhi depuis janvier 2012 pour vendre 126 avions de combat Rafale. L'Inde a par ailleurs annulé en janvier l'achat de 12 hélicoptères à l'italien AgustaWestland en raison de soupçons de versement de pots-de-vin.

 

"Les 10 dernières années ont vu un affaiblissement de nos capacités militaires en raison de procédures d'approvisionnement freinées par d'importants retards qui ont conduit à un manque d'armes et d'équipement", déclare le leader du Bharatiya Janata Party (BJP) au Times of India.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 07:35
Rafael targets Indian Rafale opportunity

 

Apr.7, 2014 By Arie Egozi – FG

 

Tel Aviv - Israeli guided weapons manufacturer Rafael is offering its Python 5 and Derby air-to-air missiles for integration with some of the Dassault Rafales expected to enter service with the Indian air force.

 

India in January 2012 selected the Rafale for its 126-unit medium multi-role combat aircraft deal, with the first 18 examples to be completed by Dassault with a full complement of integrated weapons. The type is flown by the French air force and navy with air-to-air and air-to-surface weapons produced by MBDA and Sagem.

 

An earlier request for proposals also required airframers to “integrate additional weapons of the Indian air force’s choice, as required”.

 

Joseph Horowitz, director of business development and marketing for Rafael's air superiority directorate, confirms that the Israeli company is in the competition to arm later Indian air force aircraft. Russian industry is also pursuing potential opportunities, with the air force still evaluating its options.

Partager cet article
Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 18:35
Rafale deal: Antony refuses govt guarantee to France

French company Dassault has been shortlisted for supplying the multi-role medium combat Rafale aircraft.

 

Mar 30, 2014, The Times of India (PTI)

 

NEW DELHI: With the UPA-II's tenure coming to an end, France had wanted India to sign a pact to provide government guarantee for completion of negotiation for 126 fighter aircraft with Dassault company but defence minister A K Antony has refused to do so.

 

France, whose company Dassault has been shortlisted for supplying the multi-role medium combat Rafale aircraft, had proposed the signing of the agreement apparently to ensure that negotiations for the multi-billion dollar deal do not get affected if a different party comes to power after the Lok Sabha elections.

 

"The French side wanted government guarantee to the negotiations," sources said.

 

Antony, however, refused to sign such an agreement, arguing that governmental guarantee cannot be provided as negotiations were still underway, they said.

 

The defence ministry is still negotiating the price and terms and conditions of the contract with the French firm Dassault Aviation, whose Rafale combat aircraft was selected as the lowest bidder two years ago for supplying 126 warplanes.

 

Antony had recently ordered that the process to arrive at the lowest bidder in the multi-vendor tender be reviewed after completion of the whole procedure involved in the procurement as questions had been raised over it.

 

The two sides are trying to tackle the issue of life cycle costs (LCC) relating to Rafale.

 

"There are complaints about the procedure of calculating the life cycle cost and that issue is not yet settled. Before bringing the deal to the Cabinet Committee on Security for final approval, we would like to get clear on that aspect," he had said.

 

As per the Indian defence procedure, the firms offering lowest prices and meeting the requirements of the respective services are given the contract and in this deal to procure 126 combat aircraft, LCC has been taken into view to determine the lowest bidder.

 

Senior BJP leader and former finance minister Yashwant Sinha has written to Antony raising a number of questions over the "conceptual shift" in the defence procurement policy and expressed fears that LCC concept may bring in corruption.

Partager cet article
Repost0
13 mars 2014 4 13 /03 /mars /2014 20:55
Dassault franchit une étape décisive en Inde

 

13/03/2014 Par Véronique Guillermard – leFigaro.fr

 

L'avionneur français et l'indien HAL ont trouvé un accord sur l'organisation industrielle de l'assemblage du Rafale.

 

À trois semaines du coup d'envoi des élections législatives en Inde (du 7 avril au 12 mai), Dassault Aviation* a franchi une étape décisive dans la perspective de la signature du contrat d'acquisition de 126 Rafale par l'armée de l'air indienne. «Oui, nous avons un accord avec HAL. Oui, nous avons un “work share” (répartition du travail, NDLR) avec la partie indienne», a déclaré Éric Trappier, PDG de l'avionneur, jeudi 13 mars, lors de la présentation des résultats annuels. Il confirme ainsi une information de la chaîne de télévision locale NDTV. «C'est une belle étape de franchie», a-t-il apprécié.

Cet accord est crucial car il est au cœur de la vente du Rafale en Inde. En janvier 2012, New Delhi avait choisi le chasseur français pour moderniser sa flotte d'avions de combat. L'Inde était entrée en négociations exclusives avec Paris afin de transposer en termes contractuels les différents volets de l'offre française. Il est prévu que les 18 premiers Rafale soient fabriqués en France et les 108 suivants assemblés en Inde, dans le cadre d'un transfert de technologie inédit.

 

Partage des responsabilités

Le géant indien de l'aéronautique HAL sera «leader de la fabrication du Rafale en Inde», a rappelé Éric Trappier. «HAL a défini sa supply chain puis les partenaires français et indiens ont trouvé un accord pour travailler ensemble dans le cadre d'une organisation industrielle clairement définie», a-t-il poursuivi. Le partage des responsabilités a également été acté. «Nous avons un partage du travail et un partage des responsabilités. HAL est responsable du travail qu'il fait», souligne le PDG de l'avionneur. Dès lors s'engage la dernière phase des négociations. Éric Trappier espère signer le contrat cette année. Le résultat des élections législatives pourrait-il avoir un impact? «L'Inde a des besoins opérationnels et industriels. Ces besoins restent, quel que soit le résultat des élections», souligne le PDG de Dassault Aviation.

Outre l'Inde, le groupe travaille sur quatre autres marchés où le Rafale a ses chances: le Canada, qui pourrait remettre en cause l'achat de l'avion de combat américain F-35, la Malaisie, le Qatar ainsi que les Émirats arabes unis.

Sur le front de l'aviation d'affaires qui a représenté 69% des ventes consolidées (4,59 milliards d'euros) en 2013, le marché est encore convalescent. Cela, en l'absence d'une reprise franche aux États-Unis, le plus important marché pour l'aviation d'affaires. Le groupe a livré 77 Falcon en 2013 (contre 66 en 2012) et prévoit 70 livraisons cette année. Sur le terrain commercial, l'avionneur a engrangé 64 commandes en 2013 (58 contrats en 2012). Pour cette année, le groupe espère «un “book-to-bill” (ratio entre les prises de commandes et les livraisons, NDLR) supérieur à 1 grâce au Falcon 5X», son nouveau jet présenté cet automne au salon de Las Vegas. «Nous avons pris beaucoup de commandes pour un début de programme. Nous sommes satisfaits de l'accueil réservé au 5X par le marché», a souligné Éric Trappier. L'avionneur qui vient d'enrichir sa gamme, va encore la renforcer en présentant un nouvel appareil - nom de code M1000 - au salon européen de l'aviation d'affaires qui se tient à Genève en mai.

*Le Groupe Dassault est propriétaire du «Figaro»


Les profits partagés entre salariés, actionnaires et investissements

À 334 millions d'euros, le résultat net ajusté (hors Thales) de Dassault Aviation a baissé par rapport aux 366 millions de 2012. Cela tient au recul du résultat opérationnel, qui a été obéré par une augmentation de la R & D autofinancée à 482 millions (387 millions en 2012). Elle est surtout «destinée à financer la montée en puissance du Falcon 5X. Cela continuera dans les deux ans à venir», a précisé Éric Trappier, PDG du groupe. Compte tenu de la nécessité de poursuivre cet effort et des incertitudes du marché, le dividende proposé aux actionnaires au titre de 2013 est de 90 millions d'euros (94 millions en 2012). De leur côté, les 8000 salariés de Dassault Aviation (hors filiales) se partageront 109 millions sous forme d'intéressement et de participation. Le solde sera réinvesti. Le groupe continue à appliquer la règle des «trois tiers» en matière de partage des bénéfices. «Les bénéfices ne reviennent pas de façon massive chez les actionnaires. Serge Dassault et sa famille continuent à soutenir la société et à préparer son avenir», a insisté Éric Trappier.

Partager cet article
Repost0
13 mars 2014 4 13 /03 /mars /2014 14:55
Dassault et HAL ont arrêté l'organisation industrielle du Rafale en Inde

"Nous avons effectivement un accord avec HAL", le conglomérat public indien, qui doit assurer l'assemblage des appareils qui seront fabriqués en Inde. (DR)

 

13/03/2014 latribune.fr 

 

Dassault Aviation et le groupe aéronautique indien Hindustan Aeronautics (HAL) ont réussi à s'entendre sur l'organisation de la production du Rafale en Inde.


 

A quand un accord définitif avec l'Inde sur l'achat du Rafale de Dassault Aviation ? L'avionneur a confirmé un pas supplémentaire dans cette direction jeudi, en indiquant être parvenu à s'entendre avec les industriels indiens sur l'organisation de la production de l'avion de combat dans ce pays (workshare). Ce qui n'a pas été simple d'autant qu'avec cet accord les deux industriels ont défini les responsabilités de chacun.

"Oui, je confirme que nous avons franchi une étape" dans la finalisation du contrat, a indiqué Eric Trappier, PDG de Dassault Aviation lors de la présentation des résultats de Dassault Aviation rencontre avec la presse. "Nous avons maintenant un +work share+" (une répartition des tâches) avec la partie indienne". Selon le responsable, "les parties française et indienne se sont entendues pour travailler ensemble selon une organisation clairement définie".

 

Lenteur de la prise de décision

"Nous avons effectivement un accord avec HAL", le conglomérat public indien, qui doit assurer l'assemblage des appareils qui seront fabriqués en Inde, a-t-il encore dit lors de la présentation des résultats annuels de l'entreprise. "C'est une belle étape de franchie", s'est-il félicité.

Les négociations avec l'Inde, souvent critiquée pour sa bureaucratie et sa lenteur de prise de décision, sont complexes. Et elles ne sont pas encore terminées. Il reste le contrat à négocier.

 

Accord à l'horizon 2015

En novembre, La Tribune révélait que les industriels du Team Rafale (Dassault Aviation, Thales et Safran) ne tablaient pas sur la signature d'un contrat pour la fourniture de 126 Rafale à l'armée de l'air indienne avant 2015. "Il reste entre 12 et 18 mois de travail" pour signer un contrat en bonne et due forme, expliquait alors un bon connaisseur du dossier.

>> Lire : Rafale en Inde : les industriels visent un contrat signé... en 2015

HAL (Hindustan Aeronautics Limited) fabrique sous licence des avions d'entraînement britanniques Hawk, des chasseurs-bombardiers russes SU-30, des hélicoptères européens et développe un avion furtif avec la Russie. C'était déjà le partenaire de Dassault Aviation lors de la modernisation des Mirage-2000 de l'armée de l'air indienne.

 

126 avions de combat

L'Inde avait choisi d'entrer en négociations exclusives avec Dassault Aviation en janvier 2012 pour l'achat de 126 avions de combat Rafale, dont 108 à assembler sur place. Le montant du contrat est estimé à environ 12 milliards de dollars.

En février dernier, le ministre de la Défense indien avait indiqué que "les grands contrats d'équipement militaire devront attendre le prochain exercice qui commence en avril". La masse incroyable de détails qui ont été négociés et qui restent encore à négocier, est à l'origine de la difficulté de conclure rapidement un contrat hors norme baptisé "Mother of all deals" (la mère de tous les contrats).

 

>> Lire : Pourquoi l'Inde fait patienter le Rafale sur la piste d'envol

 

Quatre contrats à l'export

Dassault Aviation est en lice pour au moins quatre contrats à l'export pour le Rafale, en plus de celui espéré en Inde. L'avionneur français, qui n'a pas encore exporté le Rafale, compte sur un contrat potentiel d'une soixantaine d'avions au Canada, répond aux demandes d'informations de la Malaisie pour 18 avions et estime avoir ses chances au Qatar sur la base des liens historiques du pays avec la France et Dassault Aviation, a-t-il expliqué à des journalistes.

Eric Trappier a précisé continuer à travailler avec les Emirats arabes unis, avec lesquels les discussions avaient connu un accroc majeur fin 2010, laissant une occasion de revenir dans la course à l'Eurofighter (coentreprise entre BAE Systems , Airbus Group et Finmeccanica ), qui est depuis hors course.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories