Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 octobre 2015 5 30 /10 /octobre /2015 19:45
Barkhane : Record d’endurance en vol battu par le drone Reaper

 

30/10/2015 Sources : État-major des armées

 

À la fin du mois d’octobre 2015, le drone Reaper a battu un nouveau record d’endurance en effectuant un vol de 25 heures et 6 minutes. Depuis janvier 2014, dans le cadre des opérations Serval puis Barkhane, ces drones opèrent au sein du détachement air de Niamey pour renforcer les capacités de surveillance et de renseignement de la force.

 

Afin de s’affranchir de la contrainte géographique liée à l’immensité du théâtre sahélo-saharien, la France a mis en place à Niamey des drones Reaper et Harfang. Leurs capacités « intelligence, surveillance et reconnaissance » s’inscrivent au cœur de la mission aérienne et viennent en appui et en complément des autres capteurs.

Le drone Reaper MALE (Moyenne altitude, longue endurance) a la particularité de pouvoir effectuer des vols de très longue durée qui permettent d’offrir une capacité de présence aérienne quasi-permanente. Depuis leur arrivée au Niger en janvier 2014, les missions opérationnelles des Reaper se succèdent à un rythme soutenu et permettent la transmission en temps réel des informations renseignement vers les postes de commandement et des forces terrestres déployées au sol.

« Fin octobre, dans le cadre d’une mission où le drone Reaper assure pour la force Barkhane une permanence de vol long sur une zone d’intérêt désignée, ce dernier a battu son record avec plus de 25 heures et 6 minutes de temps de vol - le précédent record, datant de décembre 2014 était de 24 heures et 30 minutes » annonce le lieutenant-colonel Richard qui a participé en tant que pilote à cette mission au profit de la force.

Les trois équipages issus de l’escadron de drones 01.33 Belfort de l’armée de l’air sont composés de personnel navigant, d'officiers renseignement et d'interprétateurs d'images. Très sollicités, ils se relaient aux commandes des trois Reaper qui assurent à tour de rôle la permanence des missions de surveillance aérienne pouvant s’échelonner sur cinq jours.

Dans le cadre de l’opération Barkhane, les drones Reaper ont effectué plus de 5 200 heures de vol. Leur vitesse de déplacement et la qualité des images prises par les capteurs sont devenues un atout indéniable dans la réalisation des missions d'appui renseignement aux opérations de lutte contre le terrorisme menées par Barkhane.

L’opération Barkhane regroupe 3 500 militaires dont la mission, avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes pouvant agir dans la bande sahélo-saharienne.

Barkhane : Record d’endurance en vol battu par le drone Reaper

Partager cet article

Repost0
11 octobre 2015 7 11 /10 /octobre /2015 11:20
Student sensor operators from the 6th Reconnaissance Squadron practice tactical operations during an MQ-1 Predator super sortie simulator mission. U.S. Air Force photo by Senior Airman BreeAnn Sachs.

Student sensor operators from the 6th Reconnaissance Squadron practice tactical operations during an MQ-1 Predator super sortie simulator mission. U.S. Air Force photo by Senior Airman BreeAnn Sachs.

 

HOLLOMAN AIR FORCE BASE, N.M., Oct. 8 (UPI)

 

The U.S. Air Force is expanding its training program for remotely piloted aircraft at the Holloman Air Force Base, including the MQ-1 Predator and the MQ-9 Reaper, officials announced Wednesday.

The announcement comes as the U.S. Air Force reports increased demand for its remotely piloted aircraft for surveillance, reconnaissance, and intelligence gathering operations. The Holloman Air Force Base is set to increase its rate of student production from 603 pilots and sensor operators in fiscal year 2015, to 818 students in fiscal 2016.

"By the time we are done with this expansion, Holloman will be the largest aircrew training base in the Air Force," said Maj. Christopher, the assistant director of operations for programmed flying training in a statement.

It will take a bout 18 months for the Air Force to train and expand the unit, taking into account training new instructors and expanding student facilities. Christopher added it takes about six months to train a new instructor. Air Force officials say the expansion will help fix manning and maintenance issues with the remotely piloted aircraft. Christopher says the solution is not a quick fix for the challenges students have had, however the easier workload will be better for the RPA community.

"This seems like leadership is truly focused on a long-term sustainable fix that is going to keep the RPA community healthy as a whole and keep us there," Christopher said. "It is going to hurt for a little while because we have got a lot of work to do, but the demand is still there and we need to do our best to meet that."

Partager cet article

Repost0
10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 11:20
Reaper Extended Range (Reaper ER) - photo General Atomics

Reaper Extended Range (Reaper ER) - photo General Atomics

 

October 8, 2015: Strategy Page

 

In September 2015 the U.S. Air Force received its first MQ-9 Reaper ER UAV. This occurred a year after the air force ordered 38 of them. Reaper ER is an upgrade of the original MQ-9 design that allows longer endurance (up to 35 hours) by carrying two fuel tanks (one under each wing) that use a new fuel management system that ensures fuel is taken from the main fuel tank and the two external tanks in such a way that the aircraft does not become unbalanced. The new version also has the engine modified so that it can generate more power on takeoff, enabling the MQ-9 to achieve heavier takeoff weight. The ER version is also getting 20 percent longer wings. Since the wings already carry fuel, this helps increase fuel and endurance to about 42 hours. The air force asked for the Reaper ER to be developed and delivered quickly which in this case was done. That was unusual in the military procurement world. Older MQ-9s can be upgraded to ER partially (by equipping a MQ-9 with the two fuel tanks and fuel management software) or completely (by installing the larger wings and new engine).

 

The original MQ-9 Reaper looked like the earlier 1.2 ton MQ-1 Predator but was larger. The 4.7 ton MQ-9 is an 11.6 meters (36 foot) long aircraft with a 21.3 meters (66 foot) wingspan. It has six hard points and can carry 682 kg (1,500 pounds) of weapons. These include Hellfire missiles (up to eight), two Sidewinder or two AMRAAM air-to-air missiles, two Maverick missiles, or two 227 kg (500 pound) smart bombs (laser or GPS guided). Max speed is 400 kilometers an hour, and max endurance was originally 15 hours. The Reaper is considered a combat aircraft, to replace F-16s or A-10s in many situations. Most of the nearly 150 Reapers built so far have been for the U.S. Air Force and since introduced in 2007 these Reapers have flown over two million hours.

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 07:50
A MQ-9 Reaper unmanned aerial vehicle prepares to land after a mission in support of Operation Enduring Freedom in Afghanistan. The Reaper has the ability to carry both precision-guided bombs and air-to-ground missiles. U.S. Air Force photo by Staff Sgt. Brian Ferguson

A MQ-9 Reaper unmanned aerial vehicle prepares to land after a mission in support of Operation Enduring Freedom in Afghanistan. The Reaper has the ability to carry both precision-guided bombs and air-to-ground missiles. U.S. Air Force photo by Staff Sgt. Brian Ferguson

 

WASHINGTON, Oct. 7 (UPI)

 

The U.S. State Department has approved the sale of MQ-9 Reaper unmanned aerial vehicles to Spain's military, the department announced on Wednesday.

The sale covers four MQ-9 Block 5 Remotely Piloted Aircraft, and an additional 20 Embedded Global Position System/Inertial Guidance Units, two Mobile Ground Control Stations, five Multi-Spectral Targeting Systems, and five Synthetic Aperture Radar units. The total sale has an estimated cost of $243 million. The MQ-9 Reaper was manufactured by General Atomics Aeronautical Systems, and is currently in service with the U.S. Air Force. The unmanned craft is typically armed with a combination of AGM-114 Hellfire missiles, GBU-12 Paveway II and GBU-38 Joint Direct Attack Munition (JDAM).

 

Read more

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 07:50
UK Reaper Training

October 03, 2015 by Think Defence

A couple of FOI requests that reveal the UK’s training regime for the Reaper.

US Training

UK Personnel stationed at Creech AFB

Partager cet article

Repost0
4 juillet 2015 6 04 /07 /juillet /2015 11:55
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

02.07.2015 par Jean Esparbès, étudiant à Sciences Po Lille et qui réalise actuellement un stage à La Voix du Nord et au blog Défense globale
 

Pour prolonger l'interview sur l'éthique du drone (lire ici), tentons d'aller un cran plus loin, au-delà de la doctrine actuelle de la France qui se refuse à armer ses trois drones MALE (moyenne altitude longue endurance). Jusqu'ici, l'usage intensif (5 000 heures de vol en un an et demi pour l'opération Barkhane) se cantonne aux missions de reconnaissance. L'efficacité opérationnelle ne commandera-t-elle pas rapidement d'armer les drones ?

La réflexion avance avec Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, chargé de mission « affaires transversales et sécurité » au Centre d’Analyse, de Prévision et de Stratégie (CAPS) du ministère des Affaires étrangères, notamment sur les drones armés. Il partage la position des nombreux opérationnels souhaitent en tirer pleinement parti, et donc de les armer. Il s’exprime ici en son nom : ses propos n’engagent aucunement le ministère des Affaires étrangères.

 

Un rapport de force en faveur de l’armement des drones

Dans son article « Quand la France armera ses drones », publié dans Les Cahiers de la Revue Défense Nationale, deux arguments prédominent. L'attrait opérationnel de l'armement des drones « serait un gain de ressources ». Aujourd’hui, toutes les frappes de Mirage 2000-D résultent d’une surveillance de drone. Le drone armé permettrait de libérer un avion de chasse pour une autre mission. Il serait un démultiplicateur de forces.

L’autre avantage est l'endurance, donc la permanence. Un Reaper peut assurer une présence pendant vingt-quatre heures au-dessus d’une zone, contrairement au chasseur qui ne fait que passer. Cette permanence offre le choix du moment pour frapper. On accroît ainsi la discrimination et diminue le risque de victimes civiles. Le dilemme s’est déjà présenté. « Quand la cible est mouvante, si elle est dans le désert ça va, si une heure plus tard elle est en ville, qu’est-ce que vous faites lorsque votre avion arrive ? »

 

Armement et souveraineté

Maintenant, avec quoi les armer ? Les missiles Hellfire des hélicoptères Tigre HAD sont une option. Reste que les drones MQ-9 Reaper de General Atomics sont une technologie américaine. Le renseignement américain (la NSA comme d’autres) emploie tous les leviers à sa disposition, ce qui augure des problèmes de souveraineté. Par ailleurs, ils ont été prélevés sur des exemplaires produits pour l’US Air Force. Le concours de General Atomics sera donc nécessaire pour les modifier.

Se pose ensuite la question de l’emploi. Qu’est-ce qui, vu du ciel, différencie un véhicule de djihadistes de celui de trafiquants ou de rebelles se jouant des frontières des Etats du Sahel ? Rien. La réalisation de « Signature Strikes » (frappes basées sur le comportement), comme le fit la CIA au Pakistan ou au Yémen, semble à exclure. La validation des cibles par du renseignement venant d’autres sources (troupes au sol, services de renseignement) est plus sage et conforme à la doctrine française.

Jean-Baptiste Jeangène Vilmer rappelle également qu'« il y a un débat sur l’efficacité : les frappes de drones réduisent-elles ou augmentent-elles la menace ? Un usage industriel des Signatures Strikes, par exemple, peut se retourner en formidable outil de recrutement, pour les proches des victimes qui crient vengeance et dans la propagande qui utilise abondamment ce genre de récits. Cela incite à la plus grande prudence et à un usage parcimonieux de cet outil ».

Il recommande plutôt une doctrine restrictive d’élimination ciblée. Celle-ci se concentrerait sur « des cibles de haute valeur, posant une menace imminente et démontrable à la sécurité nationale, lorsque l’État sur le territoire duquel elles se trouvent n’a pas la volonté ou la capacité de supprimer la menace ».

 

Des militaires divisés entre terriens et aviateurs

Une double résistance à l'armement des drones existe. L'opinion publique, informée par les ONG sur les abus américains, est sensible à une vision négative. Plus surprenant, l'armée française serait, elle aussi, divisée sur la question. Jean-Baptiste Jeangène Vilmer rappelle qu’une fraction des militaires est attachée à la conception selon laquelle le risque physique reste l’étalon de la valeur du soldat. Il ne faut pas sous-estimer « cette différence de culture entre les armées de l’air et de terre, entre ceux qui considèrent que faire la guerre à distance n’est pas un problème éthique, et ceux qui considèrent que c’en est un ». Le débat est ouvert.

Partager cet article

Repost0
2 juillet 2015 4 02 /07 /juillet /2015 16:55
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

June 16, 2015: Strategy Page

 

France recently received its third American RQ-9 Reaper UAV. The first two were ordered in 2013 and in service by early 2014. Pleased with Reaper performance France has ordered a dozen and expects all of them to be in service by 2019.

 

Back in 2013 France decided that its locally developed Harfang UAV was not sufficient and decided to try out the Reaper. As expected the Reaper performed as well as other NATO users had reported and soon the initial order was increased to twelve. In 2013 two Harfang UAVs were in Mali (operating from neighboring Niger) and some American RQ-9s are helping out as well. France wanted the RQ-9s as quickly as possible and apparently this sale was dependent on the U.S. being able to deliver the RQ-9s before the end of 2013. That was accomplished and the two French reapers were in service by January and were soon in Africa.

 

The MQ-9 Reaper is a 4.7 ton, 11.6 meter (36 foot) long aircraft, with a 21.3 meter (66 foot) wingspan that looks like the MQ-1 Predator. It has six hard points and can carry 682 kg (1,500 pounds) of weapons. These include Hellfire missiles (up to eight), two Sidewinder or two AMRAAM air-to-air missiles, two Maverick missiles, or two 227 kg (500 pound) smart bombs (laser or GPS guided). Max speed is 400 kilometers an hour and max endurance is 15 hours. The Reaper is considered a combat aircraft, to replace F-16s or A-10s in many situations.

 

The Harfang was based on the Israeli Heron Shoval UAV, which in turn is very similar to the MQ-1 and is selling well to foreign customers who cannot obtain the MQ-1. In addition to being one of the primary UAVs for many armed forces (Israel, India, Turkey, Russia, France, Brazil, El Salvador), the United States, Canada, and Australia have either bought, leased, or licensed manufacture of the Heron. France bought four Harfang ("Eagle") UAVs and used them in Afghanistan, Libya, and Mali since 2009.

 

The Shoval weighs about the same (1.2 tons) as the Predator and has similar endurance (40 hours). Shoval has a slightly higher ceiling (10 kilometers/30,000 feet, versus 8 kilometers) and software which allows it to automatically take off, carry out a mission, and land automatically. Not all American large UAVs can do this. Both Predator and Shoval cost about the same ($5 million), although the Israelis are willing to be more flexible on price. Shoval does have a larger wingspan (16.5 meters/51 feet) than the Predator (13.2 meters/41 feet) and a payload of about 137 kg (300 pounds). The French version costs about $25 million each (including sensors and development costs).

 

Israel also developed a larger version of the Heron, the 4.6 ton Heron TP. This is similar to the American RQ-9, but with a lot less combat experience and more expensive. Some Heron TP tech was incorporated into Harfang and France was going to buy some Heron TPs, even though MQ-9s were offered for more than 20 percent less. France analyzed the situation and decided to switch to the RQ-9 because they are seen as more reliable and capable as well as possessing lots of combat experience.

 

The Heron TP entered squadron service in the Israeli Air Force four years ago. The UAV's first combat service was three years ago, when it was used off the coast of Gaza, keeping an eye on ships seeking to run the blockade. For that kind of work the aircraft was well suited. But so are smaller and cheaper UAVs. Development of the Heron TP was largely completed in 2006, mainly for the export market, and the Israeli military was in no rush to buy it. There have been some export sales and the Israeli air force eventually realized that this was an ideal UAV for long range operations or for maritime patrol. But it turned out there were few missions like that. Equipped with a powerful (1,200 horsepower) turboprop engine, the Heron TP can operate at 14,500 meters (45,000 feet). That is above commercial air traffic and all the air-traffic-control regulations that discourage, and often forbid, UAVs fly at the same altitude as commercial aircraft. The Heron TP has a one ton payload, enabling it to carry sensors that can give a detailed view of what's on the ground, even from that high up. The endurance of 36 hours makes the Heron TP a competitor for the U.S. MQ-9. The big difference between the two is that the Reaper is designed to be a combat aircraft, operating at a lower altitude, with less endurance, and able to carry a ton of smart bombs or missiles. Heron TP is meant mainly for reconnaissance and surveillance, and Israel wants to keep a closer, and more persistent, eye on Syria and southern Lebanon. But the Heron TP has since been rigged to carry a wide variety of missiles and smart bombs.

Partager cet article

Repost0
18 juin 2015 4 18 /06 /juin /2015 11:20
L’épuisement des pilotes de drones américains force le Pentagone à ralentir le rythme

La société CAE de Montréal continuera à former les équipages des drones MQ-1 Predator/MQ-9 Reaper de l’USAF de l’Armée de l’air américaine. Ici, un Predator (Archives/CAE/USAF)

 

17 juin 2015 par Bastien Duhamel – 45eNord.ca

 

Victime de l’enthousiasme des autorités militaires vis à vis de l’utilisation des drones en théâtre d’opération, les pilotes de ces appareils sont sujets à un épuisement professionnel qui pousse le Pentagone à revoir à la baisse le nombre de leurs sorties aériennes.

 

A l’image de l’attaque de drone qui a conduit à l’élimination du haut responsable yéménite d’Al-Qaïda au Mahgreb  islamique le 5 juin dernier, Washington a eu abondamment recours à l’utilisation de drones lors de ces dernières années afin de mener à bien ses missions à travers le Moyen-Orient.

Le déploiement de ces plateformes aériennes pour accomplir des éliminations présentées comme « ciblées » présente toutefois son lot de controverses et détracteurs. Incarnation technologique d’une guerre asymétrique, nombreux sont ceux qui dénonce la lâcheté de ces méthodes et l’ampleur de leurs dégâts collatéraux passés sous silence.

Insistant sur les limites opérationnelles, un ancien responsable de la CIA estimait en juin dernier que le recours massif aux drones revenait «au mieux à tondre la pelouse», c’est-à-dire priver les organisations terroristes visées de chefs remplaçables sans les désorganiser durablement.

La tendance à la substitution des forces armées au sol par des drones armés dans la lutte contre les organisations terroristes atteindrait-t-elle donc ses limites ?

C’est en tout cas ce que semble indiquer un article du New York Times du mercredi 17 juin, selon lequel l’armée de l’air américaine aurait commencé à réduire le nombre quotidien de sorties de ces aéronefs sans personne à bord.

Le nombre de sorties quotidiennes des drones américains serait passé de 65 à 60 selon cette source.

En cause, un épuisement professionnel de plus en plus prégnant chez les pilotes de drones qui doivent faire face à de plus en plus de sollicitations sans avoir vu leurs effectifs augmenter en conséquences.

Le colonel James Cluff, responsable de la base de Creech dans le Nevada d’où opèrent les pilotes de drone était déjà revenu sur cette diminution en mai expliquant qu’il s’agissait de maintenir les équipes de pilotes «en bon état».

En réalité, les opérateurs de drones sont surtout victimes des succès et de l’enthousiasme militaires entourant les appareils qu’ils contrôlent à distance.

Une diminution conjoncturelle des sorties américaines qui ne doit pas manquer de nous faire prendre conscience de la tendance structurelle de l’utilisation exponentielle de ces aéronefs sans pilotes à des fins de surveillances, d’assistance des troupes au sol ou d’élimination «ciblées».

En effet, il semble que les Etats-majors américains tout comme israéliens, également champions en la matière, développent une véritable addiction à ces plateformes aériennes qui minimisent les risques pour les soldats déployés à l’étranger.

Le nombre de missions américaines «Combat Air Patrol»  a quasiment doublé entre 2008 et 2014. Selon les chiffres donnés par le quotidien new-yorkais, les Predator et Reaper ont effectué 3 300 sorties et tiré 875 missiles depuis le mois d’août.

 

Stress et pressions psychologiques exacerbés pour les opérateurs de drone

Dans un rapport paru en 2013, le Pentagone avait montré que les pilotes de drones subissaient les mêmes pressions psychologiques que les pilotes d’avions de guerre.

Il semble qu’une nouvelle enquête interne pointe du doigt le stress chez les pilotes de drones lié aux risques de dommages collatéraux.

Par ailleurs, le décalage profond entre le vie quotidienne de l’opérateur demeurant dans son pays et ses missions de combats se déroulant à des centaines de kilomètres s’avère également être un véritable facteurs de déstabilisation psychologique

Ajoutons à cela un possible sentiment de culpabilité de se tenir si loin du théâtre d’opération et éloigné de ses frères d’armes et nous avons a un bref aperçu des tensions psychologiques auxquelles sont confrontées les opérateurs de drones.

Partager cet article

Repost0
16 juin 2015 2 16 /06 /juin /2015 16:20
General Atomics et Cobham s'allient pour assurer le soutien des drones Reaper et Predator

 

16.06.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

Voici une alliance qui risque de peser lourd: le constructeur américain de drones General Atomics et l'équipementier et prestataire de services britannique Cobham viennent de signer un accord dans le domaine du soutien des drones de type Predator et Reaper. Le communiqué de presse précise que le groupement d'entreprises va offrir ses services au Royaume-Uni (lvoir ici le site Drone Wars UK) et en Australie où "de futures opportunités" sont prévisibles.

Ce groupement devrait tout naturellement surveiller ce que les autres utilisateurs européens de drones Reaper, dont la France, vont décider en matière de soutien de leurs matériels.

Le MQ-9 Users Group qui s'était réuni en janvier à l'initiative de Paris avait mis en place quatre groupes de travail portant sur la formation, la simulation, l’insertion dans l’espace aérien et le soutien. Sa prochaine réunion était planifiée pour le mois de juin 2015... L'arrivée du duo anglo-américain risque de changer la donne.

Partager cet article

Repost0
22 mai 2015 5 22 /05 /mai /2015 07:20
photo USAF

photo USAF

 

20.05.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

Depuis le 1er avril, l'US Air Force ne met plus en ligne que 60 CAP (combat air patrol) de MQ-1 Predator et de MQ-9 Reaper. Chaque CAP, c'est, en termes matériels, quatre drones, une station de contrôle, des paraboles et un réseau de communication satellitaire. En termes humains, ce sont des pilotes déportés, des analystes, des maintenanciers etc.

Dans un article paru sur le site DefenseOne, des porte-parole de l'USAF évoquent pêle-mêle des questions de sécurité, entraînement etc.

Le colonel James Cluff, qui commande la 432nd Wing et la 432nd Air Expeditionary Wing, est plus direct: "La réalité de la guerre que nous menons, c'est que 60 CAP, c'est insuffisant. Mais l'Air Force a du mal à faire mieux que 60". Et d'ajouter: "Nous n'avons pas assez de pilotes et d'opérateurs".

Effectivement, l'USAF dont le parc rassemble environ 300 drones Reaper et Predator, est sollicitée pour fournir davantage de vols mais les effectifs ne suivent pas.

Sur ce sujet et les solutions mises en œuvre, on lira le rapport du GAO de mai 2015; il est intitulé "Unmanned Aerial Systems. Actions Needed to Improve DOD Pilot Training" (à lire ici). Le GAO pointe des carences dans les effectifs (83% des besoins sont couverts en moyenne mais à Holloman AFB seuls 63% des besoins le sont), dans la formation (et surtout la formation continue) des pilotes

Partager cet article

Repost0
19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 10:45
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

18/05/2015 Armée de l'air

 

Dans le fuseau Est de l’opération Barkhane, le 7 mai 215, le détachement air de Niamey a reçu un troisième drone Reaper.

 

Ce troisième drone a été déclaré opérationnel après un vol d’essai de 40 minutes réalisé avec succès le 12 mai 2015.

 

L’armée de l’air dispose donc maintenant de deux Harfang et de trois Reaper pour mener ses opérations dans la bande sahélo-saharienne.

Partager cet article

Repost0
12 mai 2015 2 12 /05 /mai /2015 16:46
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

12/05/2015 Sources : EMA

 

Le 7 mai 2015, l’armée de l’air a reçu un troisième drone de type Reaper. Il a été directement projeté à Niamey, au Niger, auprès de la force Barkhane.

 

Ce Reaper vient compléter le dispositif déjà en place composé de 2 drones Harfang et de 2 drones Reaper, mis en œuvre par l’escadron de drones 1/33 Belfort de Cognac. Depuis leur arrivée sur le théâtre, les drones Reaper ont effectué plus de 4 000 heures de vol.

 

Ce dernier appareil devrait être opérationnel dans les jours à venir.

 

Les drones MQ-9 Reaper MALE - Moyenne altitude, longue endurance - sont arrivés sur le théâtre sahélo-saharien en décembre 2013. Indispensables sur un théâtre aussi vaste que l’Europe, les drones Reaper démontrent leur utilité et leur performance dans la réalisation de toutes les opérations et missions d'appui renseignement aux opérations de la force. Complémentaire aux autres moyens aériens, il permet notamment d’assurer, durant des périodes pouvant aller jusqu’à près de 24h, une présence aérienne permanente.

 

Alternant opérations planifiées et d’opportunité, les drones sont présents à chaque phase des opérations pour appuyer les actions des forces terrestres et aériennes. Les précieux renseignements qu’ils fournissent permettent aux unités d’appréhender l’environnement sur lequel ils vont évoluer ainsi que les menaces auxquelles ils devront faire face.

 

Plus d’informations sur le site de l’état-major des armées.

photo Armée de l'Airphoto Armée de l'Air
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

Partager cet article

Repost0
29 avril 2015 3 29 /04 /avril /2015 16:55
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

28/04/2015 par Emmanuel Huberdeau – Air & Cosmos

 

Le processus d'acquisition des neuf prochains drones Reaper français semble être en bonne voie. Le département de la défense américain a annoncé la commande de neuf tourelles multi spectrales de désignation type B de Raytheon dans le cadre d'un contrat FMS (foreign military sales) pour la France. Le coût annoncé du contrat est de 11,6M$. Ces systèmes seront à priori intégrés sur les neufs prochains drones MQ-9 Reaper que la France doit acquérir.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
17 avril 2015 5 17 /04 /avril /2015 11:45
Les drones Reaper passent le cap des 4 000 heures de vol

 

15/04/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Depuis janvier 2013, dans le cadre de l’opération Barkhane, l’escadron de drones 1/33 "Belfort" de Cognac est déployé avec deux drones Harfang au sein du détachement Air (DETAIR) de Niamey. Au mois de décembre 2013, deux drones MQ-9 Reaper ont rejoint le dispositif afin de renforcer les capacités de surveillance et de renseignement de Barkhane. Ces derniers viennent de franchir le cap des 4 000 heures de vol.

 

Dès son arrivée, le drone MQ-9 Reaper MALE (moyenne altitude, longue endurance) a démontré toute son utilité. Sa vitesse de déplacement et la qualité des images prises par son capteur principal sont devenues un atout indéniable dans la réalisation des missions d'appui renseignement aux opérations menées par Barkhane. Avec 4 000 heures de vol depuis son déploiement sur la bande sahélo-saharienne (BSS), il permet d’assurer un appui quotidien en matière de FMV (Full Motion Vidéo) et complète parfaitement l’action du Harfang. L’escadron de drones 1/33 "Belfort" a ainsi réalisé près de 14 400 heures de vol depuis le mois de janvier 2013.

 

Face à l’immensité du théâtre d’opérations, la capacité ISR (Intelligence, surveillance and reconnaissance) du drone s’inscrit au cœur de la mission aérienne et vient en appui et en complément des autres capteurs, comme ceux du Rafale équipé de la nacelle RECO NG. Le drone peut cibler des zones de danger ou de surveillance et mettre en œuvre dans la durée la précision de ses instruments de recueil d’images.

 

Un rôle déterminant qui s’appuie sur un équipage. Celui-ci est composé d’un pilote, d’un opérateur capteur, d’un opérateur image et d’un coordinateur tactique, également officier de renseignement. C’est en effet l’alliance de toutes ses fonctions qui constitue la force d’appui direct renseignement et de soutien aux forces engagées sur le terrain. Les « anges gardiens » de la BSS sont présents à chaque phase des opérations menées au sein de la force Barkhane.

Partager cet article

Repost0
19 mars 2015 4 19 /03 /mars /2015 08:20
Brimstone offer to USA a test case for Europe, says MBDA

 

17 Mar 2015 By: Craig Hoyle - FG

 

European guided weapons specialist MBDA is waiting on a decision from the US government on whether to acquire its Brimstone air-to-surface missile, with the company’s chief executive warning that a rejection of its offer will call into question the openness of Washington’s defence acquisition policy.

Speaking about the company’s inability so far to meet growth targets for its MBDA Inc unit in the USA, Antoine Bouvier says: “The most significant opportunity we could have short-term is the Brimstone, for some US customers.”

A UK-developed weapon capable of striking moving ground targets in all weather conditions from fixed-wing aircraft and unmanned air vehicles, the dual-mode seeker-equipped Brimstone early last year completed a bilateral firing campaign from a General Atomics Aeronautical Systems MQ-9 Reaper in the USA. A potential order for the missile has also been the subject of discussions between British Prime Minister David Cameron and US President Barack Obama, industry sources confirm.

 

Read more

Partager cet article

Repost0
18 mars 2015 3 18 /03 /mars /2015 12:45
Maroc/Etats-Unis : Des drones américains pour l'armée marocaine ?

 

17.03.2015 Par El Hadji Mamadou Gueye - yabiladi.com

 

Alors que les F-16 de l’armée marocaine participent actuellement aux combats menés contre Daesh, le royaume pourrait bénéficier de nouvelles armes américaines. Il figure en tout cas sur une liste très réduite de pays susceptibles d’être les premiers acheteurs de drones US types MQ-9 Reaper et Northrop Grumman RQ-4 Global Hawk.

 

L’armée marocaine a récemment déployé ses F-16 (de fabrication américaine) pour participer aux combats menés par un groupe de pays contre l’organisation "Etat Islamique" en Irak et en Syrie. Le Maroc et les Etats-Unis pourraient même franchir une nouveau cap dans leur coopération militaire puisque le Maroc est sur une liste très réduite de pays qui pourraient être les premiers bénéficiaires des drones américains.

En effet, selon le journal National Interest, le royaume serait parmi les cinq premiers pays au monde à recevoir des drones US types MQ-9 Reaper et le Northrop Grumman RQ-4 Global Hawk, fabriqués par General Atomics. Il figure dans cette liste avec l’Inde, le Brésil ou encore le Canada et Singapour.

 

Surveiller les groupes terroristes au Mali, Libye, Algérie

Ces drones, selon la même source, pourraient être utiles dans la surveillance des frontières maroco-algériennes, notamment dans les zones où s’activent des groupes extrémistes. National Interest explique que le royaume est situé dans une région qui est en proie à des mouvements fondamentalistes islamiques qui doivent être combattus, faisant ainsi référence au Mali, à la Libye et une partie de l’Algérie. 

Outre les Lockheed Martin F-16, l’armée marocaine exploite d’autres équipements américains tels que les drones non armés Predator XP et avait aussi acquis en 2014 de nouveaux lots de missiles pour les F-16. Mais si l’accord est conclu, il pourrait disposer de drones armés pour surveiller les mouvements de groupes terroristes.

En 2014, le Maroc avait également acheté trois drones au fabricant français Dassault. Il s'agit de drones Heron TP de fabrication israélienne (Israel Aerospace Industries), capables de « mener des missions de reconnaissance et de collecte d’informations à plus de 40 000 pieds, et dotés d'une autonomie de vol de 36 heures ». Compte tenu de sa taille, le Heron TP peut transporter différents équipements : radars, détecteurs, des caméras, missiles...

Partager cet article

Repost0
7 mars 2015 6 07 /03 /mars /2015 22:50
MQ-9 Reaper - photo Armée de l'Air

MQ-9 Reaper - photo Armée de l'Air

 

March 7, 2015: Strategy Page

 

Britain, France, Italy and the U.S. are forming an international MQ-9 Reaper users group to make it easier for all users (soon to expand to Netherlands and a few more countries) of the MQ-9 to quickly share information on maintenance, tactics and operations in general. This would allow new ideas that work to quickly become known to all MQ-9 users.

 

Training is a particular problem. For example, the MQ-9 is not yet cleared (by government aviation authorities) to operate in British air space. So the ten British Reapers recently withdrawn from Afghanistan are grounded until they can find some hospitable air space to operate in. The British Reapers might end up in a Middle Eastern base, for actual recon work as well as training for operator and maintenance crews.

 

While the Reaper manufacturer serves as a clearing house and common source for maintenance information (as is common with all aircraft) the different countries using the UAV develop local variations on the standards that are often an improvement on the standards. Eventually the manufacturer becomes aware of this and after some time lets other users know. The new user group spreads information like that immediately via a secure form of communication (like an encrypted version of the Internet the U.S. Department of Defense has been using for over a decade).

 

The RUG (Reapers Users Group) would work mainly because all the current users and the most likely future ones are NATO members. That means the RUG members already have arrangements for sharing classified information and technical data in general. The U.S. recently eased the export restrictions on where Reaper could be exported to so future Reaper users won’t automatically be invited to join. No problem there because many other complex American military systems that were widely exported have formal and/or informal users groups. With the Internet that was unavoidable. But with a formal users group you can freely exchange everything and when it comes to useful tip from those with combat experience, this can be a matter of life or death.

Partager cet article

Repost0
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 13:55
Drone Reaper : première réunion du groupe des utilisateurs

 

04/02/2015 Armée de l'air

 

Le 29 janvier 2015, des représentants des États-Unis, de la France, de l’Italie et du Royaume-Uni se sont rassemblés à Paris à l’occasion de la première réunion du MQ-9 Users Group (groupe d’utilisateurs du drone MQ-9 Reaper).

 

La mise en place de ce groupe de travail a pour but de promouvoir la coopération, l’optimisation des coûts et l’interopérabilité entre les membres pour une meilleure sécurité.

 

Les participants ont entamé un processus afin d’échanger les retours d’expérience, de développer des recommandations, de coordonner les initiatives d’entraînement commun et de fournir la situation opérationnelle et logistique intéressant l’ensemble des opérateurs du Reaper.

 

Quatre sujets placés au cœur des préoccupations du MQ-9 Users Group ont donné lieu à des groupes de travail : la formation, la simulation, l’insertion dans l’espace aérien et le soutien.

 

La prochaine réunion du groupe est planifiée pour le mois de juin 2015.

Partager cet article

Repost0
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 08:20
Fully armed MQ-9 takes off on a mission in Afghanistan. Photo US Air Force

Fully armed MQ-9 takes off on a mission in Afghanistan. Photo US Air Force

 

February 2, 2015 By Patrick Tucker - Defense One

 

With the terrorism fight spreading the military wants more drones to fight ISIS.

 

President Barack Obama today requested a healthy increase in the number of MQ-9 Reaper drones that the Pentagon will purchase next year, further reversing the brief trend in fewer drone purchases. The numbers show that the Reaper is becoming the military’s favorite weapon in its fight against ISIS. But some experts say that the modest bump won’t be enough to fix the military’s much bigger drone problem—a growing deficit of drone pilots.

The Reaper, as a machine, is very similar to the famous Predator drone, which the Air Force essentially stopped buying in fiscal 2015. Both the Predator and the Reaper are made by General Atomics and look a lot alike. The difference is a matter of size and, thus, carrying capacity.

The Reaper, with a wingspan of 66 feet and a length of 36 feet—compared to a 55 foot wingspan and a length of 28 feet for the Predator—can carry two 500-pound GBU-38 Joint Direct Attack Munitions, or JDAMs (bombs), and as many as four Hellfire missiles. The Predator can carry two missiles and no bombs. Like the Predator, the Reaper carries a lot of electronic targeting equipment such as the Raytheon AN/DAS-1 multi-spectral targeting system and various other cameras. It also has a variety of radar packages that the Predator doesn’t.

 

Read more

Partager cet article

Repost0
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 13:20
Pneumatic Actuated Single Carriage (lightweight) - photo Exelis

Pneumatic Actuated Single Carriage (lightweight) - photo Exelis

 

AMITYVILLE, N.Y., Jan. 21, 2015 Exelis

 

Exelis (NYSE: XLS) recently received a follow-on contract valued at more than $27 million from General Atomics Aeronautical Systems, Inc. to continue producing and supplying the BRU-71/A ejector rack for the Predator® B/MQ-9 Reaper® Remotely Piloted Aircraft (RPA) system.

Under the contract, Exelis will produce 619 BRU-71/A units for U.S. Government MQ-9s. The BRU-71/A is a pneumatic carriage and release system that uses compressed air rather than pyrotechnic cartridges to deploy payloads. The use of pneumatic technology reduces wear-and-tear and overall system maintenance and life-cycle costs.

“Unmanned and remotely piloted platforms are important to an increasingly wide range of missions,” said Pete Martin, vice president and general manager of the Exelis electronic attack and release systems business. “It is essential that the technologies they rely on, like our carriage and release systems, are designed to enhance their performance and endurance to support mission success into the future.”

Adaptable to a number of aircraft, the BRU-71/A delivers significant advanced benefits compared with previous-generation ejector racks. It is one-third the weight of existing racks in its class and offers ease of loading via independent, self-latching hooks. Additionally, it eliminates the use of pyrotechnic impulse cartridges and the resultant cleaning and maintenance actions and provides a high-reliability pneumatic in-flight lock.

This award is the third BRU-71/A follow-on production contract for Exelis. The first, for 208 units, was received in February 2011 and the second, for 520 units, was received in 2013. Deliveries of the latest batch will begin in October 2015 and will be completed in August 2016. Contract work is performed at the Exelis facility in Amityville, New York.

About Exelis
Exelis is a diversified, top-tier global aerospace, defense and information solutions company that leverages a 50-year legacy of deep customer knowledge and technical expertise to deliver affordable, mission-critical solutions for global customers. We are a leader in positioning and navigation, sensors, air traffic management solutions, image processing and distribution, communications and information systems, and focused on strategic growth in the areas of critical networks, ISR and analytics, electronic warfare and composite aerostructures. Headquartered in McLean, Va., Exelis employs approximately 10,000 people and generated 2013 sales of $4.8 billion. For more information, visit our website at www.exelisinc.com or connect with us on Facebook, Twitter, LinkedIn and YouTube.

Predator and Reaper are registered trademarks of General Atomics Aeronautical Systems, Inc.

 

Partager cet article

Repost0
21 janvier 2015 3 21 /01 /janvier /2015 12:20
Single Reaper passes flight hour milestone

 

14 Jan 2015 By Beth Stevenson - FG

 

A single US Air Force General Atomics Aeronautical Systems MQ-9 Reaper unmanned air vehicle has surpassed a record 20,000 flight hours to date, following a 17h combat sortie in support of the US military's operations in Afghanistan. This marked the highest number of flight hours amassed by any Predator B/Reaper UAV, and happened on 23 December while flying in support of Operation Enduring Freedom.

 

Read more

Partager cet article

Repost0
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 12:20
Pilotes de drone photo Chris Flahive - US Air Force

Pilotes de drone photo Chris Flahive - US Air Force

 

16 janvier 2015 Par Julien Bergounhoux - Usinenouvelle.com

 

L'US Air Force connaît une véritable pénurie de pilotes de drones. Une situation d'autant plus problématique qu'elle investit de plus en plus dans ces technologies et se repose sur elles pour un nombre sans croissant d'opérations.

 

L'US Air Force a annoncé lors d'un briefing jeudi 15 janvier que ses pilotes de drone allaient voir augmenter la prime spéciale dont ils bénéficient chaque mois. Elle passera de 600 dollars à 1500 dollars.

Le but de cette manoeuvre est d'endiguer le flot de départ parmi les pilotes d'aéronefs contrôlés à distance au sein de l'armée de l'air, qui se tournent de plus en plus vers le privé. Ils sont en effet moins bien rémunérés que les pilotes d'avions de chasse et ne bénéficient pas des mêmes avantages, malgré un nombre d'heures de vol trois fois supérieur à celui de leurs collègues.

 

Les équipes sont surmenées

Avec l'augmentation constante des demandes de renseignement, de surveillance et de support aérien, malgré le retrait des troupes américaines de l'Irak et de l'Afghanistan, les équipes sont surmenées. L'Air Force emploie actuellement 1000 pilotes de drones (principalement sur des MQ-1 Predator et des MQ-9 Reaper, en attendant le déploiement de l'Avenger), pour un besoin estimé supérieur à 1200 pilotes. Elle forme 180 nouveaux pilotes de drones chaque année, mais en aurait besoin de 300 et en perd 240.

 

Appel à des volontaires

Le département de la Défense américain prévoit par ailleurs d'investir 5 milliards de dollards dans les drones pour l'année fiscale 2015. Pour pallier la pénurie dans l'immédiat, l'armée a annoncé qu'elle va faire appel à la Garde Nationale, à ses réservistes, ainsi qu'à des volontaires.

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 06:50
Netherlands to host first European UAV training facility

 

12 Jan 2015 By: Beth Stevenson - FG

 

The Netherlands and aerospace services company Strat Aero have signed a letter of intent for the establishment of an unmanned air vehicle training facility focused on the General Atomics Aeronautical Systems MQ-1 Predator and MQ-9 Reaper.

The non-binding LoI was agreed between the company and Innovation Quarter – the economic development agency for the Dutch region of West Holland – Strat Aero announced on 12 January.

The parties involved hope to establish what they tout as northern Europe’s first UAV pilot training base; a location for which would be provided by the government.

 

Read more

Partager cet article

Repost0
20 novembre 2014 4 20 /11 /novembre /2014 08:55
Nouveaux drones Reaper : ce que va faire la France

Défense - La France ne peut plus se passer des drones américains Reaper - photo Thomas Goisque

 

18/11/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

La France s'apprête à acquérir un troisième drone Reaper aux États-Unis d'ici à la fin de l'année. Et veut s'offrir très rapidement trois autres drones MALE américains.

 

La France s'apprête à acquérir un troisième drone Reaper aux États-Unis d'ici à la fin de l'année. "Nous sommes sur le point d'acquérir le troisième véhicule aérien d'ici à la fin de l'année, a expliqué aux sénateurs le délégué général pour l'armement (DGA) Laurent Collet-Billon. Il compléterait les deux premiers". Paris attend actuellement la livraison du troisième vecteur, fabriqué par General Atomics et qui viendra compléter les deux premiers, pour une mise en service au cours du premier semestre 2015.

Et la France ne compte pas s'arrêter à l'achat d'un seul système MALE (Moyenne Altitude Longue Endurance) américain composé de trois vecteurs. Le ministère de la Défense veut s'offrir rapidement trois autres drones Reaper. "L'achat d'un deuxième jeu de trois drones est une priorité", avait indiqué mi-octobre le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian. Pour gagner du temps, le ministère a pris la décision d'abandonner la version Block 5, dont les délais de livraison étaient trop longs face à l'urgence du besoin opérationnel français et sur lequel pesaient des "incertitudes", selon Laurent Collet-Billon.

"Nous souhaiterions acquérir un système analogue à celui dont nous disposons aujourd'hui au Mali (...) et à accepter un matériel d'occasion qui a encore du potentiel, a précisé le délégué général pour l'armement. Les Américains étudient notre demande. Le soutien politique à cette initiative est assez fort, à la fois du côté français et du côté américain".

 

Des drones aux couleurs françaises en Irak ?

La livraison d'un deuxième système, de type block 5, prévue par la loi de programmation militaire (LPM) aurait dû avoir lieu en 2017. "Il semble toutefois que les Reaper Block 5 ne seront pas prêts avant fin 2016 et qu'il conviendra ensuite d'attendre une qualification par l'USAF devant être finalisée au plus tôt durant le premier semestre 2017, un retard étant d'ores et déjà prévisible", a expliqué le député PS de Meurthe-et-Moselle, Jean-Yves le Déaut dans son rapport sur le projet de loi de finances 2015. D'où l'abandon de cette option.

Selon Jean-Yves Le Déaut, le besoin français est urgent, "qu'il s'agisse de compléter le dispositif au Niger, ou d'installer le système au Koweït dans la perspective d'éventuelles opérations en Irak". Deux options étaient envisageables : "il pourrait être choisi la livraison fin 2016 d'un deuxième système Block 1 susceptible d'être mis à niveau dans un second temps. La livraison d'un système Block 1 dans des délais encore plus brefs serait à l'étude". Probablement, la France va choisir la deux options.

 

"Il se pourrait que ce deuxième système de drone MALE arrive chez nous très rapidement ce qui serait une bonne chose, compte tenu de l'usage qu'on en a", a affirmé Laurent Collet-Billon. Le ministre de la Défense a d'ores et déjà prévu de commander un deuxième système de Reaper dès 2015.

 

Et la francisation des drones ?

En achetant à nouveau des Reaper Block 1, la France fait l'impasse, contrairement aux promesses initiales du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, sur la francisation des drones américains, ou en tous cas, comme l'a souligné le délégué général pour l'armement devant les sénateurs : "nous souhaiterions acquérir un système analogue à celui dont nous disposons aujourd'hui au Mali, quitte à en différer la francisation".

Pourquoi un tel revirement ? "Le Reaper au Mali a fait franchir une marche très sensible dans la capacité opérationnelle", a assuré Laurent Collet-Billon. Les niveaux d'identification et la qualité d'image s'avèrent nettement supérieurs à ceux des Harfang. Ainsi, ce sont les Reaper qui ont permis la découverte de la zone de crash du vol Ouagadougou-Alger d'Air Algérie le 25 juillet 2014, au cœur d'une zone particulièrement difficile à identifier. Apte à voler jusqu'à 24 heures d'affilée, le Reaper est beaucoup plus rapide et assure une meilleure permanence sur zone. Enfin, la disponibilité du Reaper est "remarquable", a souligné Jean-Yves Le Déaut : "le système intégral, station sol et vecteurs, a un taux de disponibilité de 85 %, leur indisponibilité étant limitée aux périodes de maintenance, contre 55 % pour le système Harfang".

Pour le chef d'état-major des armées, le général Pierre de Villiers, également auditionné par les sénateurs, "le Reaper a changé considérablement l'appréhension des high value targets, les têtes de réseaux terroristes sur le terrain. Cette chasse a trois composantes : le renseignement, le suivi par drone 24 heures sur 24, et la neutralisation. Reaper renforce les trois dimensions, et garantit une opérabilité avec nos amis britanniques, italiens, américains, et j'espère bientôt allemands".

 

Des Reaper armés ?

Laurent Collet-Billon a posé la question la plus sensible en matière de drone. "Une question majeure demeure : le second système de drone MALE doit-il être armable ou non ? Et de refermer aussitôt le débat : "N'ouvrons surtout pas le débat. L'important est de les obtenir vite. On verra le reste après !" Le missilier européen MBDA a obtenu en mars dernier son brevet pour pouvoir tirer le missile Brimstone à partir du Reaper. Selon MBDA, le Brimstone, à bord du MQ-9 Reaper, a fait la preuve qu'il pouvait "réduire les risques de dommages collatéraux" et démontrer "la létalité avec un seul tir contre des cibles évoluant à grande vitesse sur terre, mer et dans un environnement complexe". Ce qui n'est pas toujours le cas avec le missile américain Hellfire de Lockheed Martin coupable régulièrement de dommages collatéraux.

Au-delà de l'armement des Reaper français, les capacités nouvelles apportées par les drones de General Atomics ont fait impression dans les armées françaises. Le "bilan opérationnel dépasse les attentes", a estimé Jean-Yves Le Déaut. Le chef d'état-major de l'armée de l'air, le général Denis Mercier, a qualifié sa mise en œuvre d'exemplaire. Au 8 septembre 2014, les Reaper ont effectué depuis leur mise en service 1.500 heures de vol correspondant à plus de 100 missions. Leur utilisation intensive a conduit l'armée de l'air à programmer 5.000 heures de vol annuelles au lieu des 2.000 prévues initialement, afin de faire face au besoin croissant d'observation nécessité par les opérations. En outre, le passage à un potentiel de 5.000 heures de vol annuelles n'augmentera pas le coût du soutien par heure de vol supplémentaire à due proportion car il sera dégressif.

 

Indépendance des missions françaises ?

Selon Jean-Yves Le Déaut, l'armée de l'air fait voler ses Reaper avec ses propres satellites et garde son indépendance lors des missions qu'elle conduit sans avoir à demander d'autorisation particulière pour les faire décoller et, dans le cadre contractuel prévu, n'a pas à fournir d'informations sur les lieux survolésMais, il y a un mais. "Si la France souhaitait les déployer sur une autre zone, elle devrait contractuellement solliciter l'autorisation des autorités américaines", a rappelé le député de Meurthe-et-Moselle. En outre, le soutien du Reaper est assuré par une équipe d'assistance américaine dont il est prévu de revoir le format à la baisse.

Enfin, le décollage et l'atterrissage des Reaper de l'armée de l'air sont actuellement effectués par du personnel américain car l'armée de l'air américaine. Pourquoi ? L'USAF délivre la formation spécifique indispensable à la prise en charge de ces phases particulièrement délicates qu'à l'issue d'une expérience d'environ 600 heures de vol, que les premiers pilotes français atteindront en 2015. Par ailleurs, "les capacités d'observation françaises étant insuffisantes et les moindres performances du Harfang ne permettant de l'utiliser pour les opérations particulièrement exigeantes des forces spéciales", il est régulièrement fait appel aux moyens américains en cas d'indisponibilité des vecteurs français. Il en résulte sur le terrain une collaboration accrue entre les deux armées. D'autant que l'armée américaine devrait prochainement ouvrir une nouvelle base de drones à Agadez dans le nord du Niger, susceptible de renforcer encore le soutien à l'opération menée par la France.

 

De nouvelles formations ?

Face à ce bilan opérationnel très positif et à un besoin de surveillance accru, l'armée de l'air ne dispose pourtant pas de moyens suffisants. Notamment en termes d'effectifs. Même si la formation des équipages français sur la base d'Holloman (Nouveau-Mexique) a donné "d'excellents résultats", a souligné Jean-Yves le Déaut. Car il s'agissait de pilotes de Harfang qui possédaient déjà une solide culture du drone, et la formation, couplée à la conception du Reaper, a permis "de mettre le système en service opérationnel quasiment dès le premier jour". Une discussion est en cours pour recourir à des formations supplémentaires dont celles dispensées par General Atomics.

Car l'USAF forme aujourd'hui davantage de pilotes de drone que de pilotes d'avion, et les formations connaissent un problème d'engorgement. "Parallèlement, l'armée de l'air doit pouvoir compter plus d'équipages français car les hommes formés sont trop peu nombreux et restent de ce fait trop longtemps en OPEX, jusqu'à neuf mois sur un an pour les pilotes formés en 2013, a regretté le député PS. Cette situation pose des problèmes d'usure des équipes auxquels l'état-major de l'armée de l'air se doit de porter la plus grande attention".

Aujourd'hui, seuls six équipages, composés d'un pilote et d'un opérateur de capteur, sont formés, deux sont en cours de formation et un équipage débutera sa formation en janvier 2015. Selon Jean-Yves Le Déaut, il conviendrait de pouvoir former encore quatre équipages au cours de l'année prochaine.

Partager cet article

Repost0
4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 07:20
USAF Releases Reaper UAV Accident Report

 

July 1, 2014 defense-unmanned.com

(Source: US Air Force; issued July 1, 2014)

 

MQ-9 Reaper Accident Report Released

 

LANGLEY AFB, Va. --- A series of system malfunctions led to the crash of an MQ-9 Reaper into Lake Ontario, New York, Nov. 12, 2013. The crash occurred approximately 35 miles southwest of Fort Drum, New York according to an Air Combat Command Accident Investigation Board report released today.

 

The mishap aircraft and mishap aircrew were assigned to the 17 4th Attack Wing, Hancock Field Air National Guard Base, New York. The aircraft, valued at $10.6 million, was destroyed on impact; there was no damage to private property.

 

After the MQ-9 departed Wheeler-Sack Army Airfield, New York, for the Oswego

Military Operating area to conduct a routine tra ining mission, control of the MQ-9 was turned over from the launch recovery element (LRE) aircrew to the mission control element aircrew (MCE) at Hancock Field. During the training mission, the MCE aircrew noticed a series of warnings indicating a partial failure in the MQ-9's onboard GPS and inertial navigation system.

 

In response, the MCE aircrew at Hancock Field initiated the appropriate emergency checklist and informed the LRE aircrew of the situation. While the MCE aircrew was in the process of returning the MQ-9 to Wheeler-Sack Army Airfield, the aircraft lost link with the MCE aircrew and began to fly its pre programmed contingency return-to-base flightpath on its own. This pre-programmed flightpath allows the aircraft to return to base via a series of waypoints designed to safely avoid populated areas and potential obstructions.

 

The MCE aircrew followed the checklist instructions and disabled their command link to the aircraft to enable the LRE aircrew to attempt to gain control. While the LRE aircrew was initiating the link through their ground data terminal transmitter, the MQ-9 suffered an additional failure in its GPS and inertial navigation system. A few seconds later, the aircraft began an autopilot turn to the right that inverted the aircraft and eventually led to an unrecoverable flat spin. Shortly thereafter, the MQ-9 impacted Lake Ontario and was destroyed.

 

The accident investigation board president found by clear and convincing evidence that the cause of the aircraft crash was multiple failures within the MQ-9's GPS and inertial guidance system, in conjunction with that system passing invalid flight control data to the aircraft's autopilot system.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories