Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 07:45
US Marines deployed at US embassy in Nairobi as regional terror threat persists

 

06 June 2014 by Oscar Nkala - defenceWeb

 

The US Marine Corps has re-deployed a number of marines to the US Embassy in the Kenyan capital Nairobi following US and regional intelligence reports suggesting that American interests may be attacked shortly by al Qaeda in Arabian Peninsula (AQAP) and al Shabaab.

 

According to the Marine Corps Times, the United Nations Monitoring Group on Somalia and Eritrea has confirmed reports which have been circulating in the past two months suggesting that al Shabaab has plans to attack US interests including the embassies in Nairobi and Addis Ababa in Ethiopia. Military installations at Manda Bay, Kenya and Camp Lemonnier in Djibouti are also listed among potential targets in East Africa.

 

The deployment follows a series of bomb and grenade blasts which have killed dozens of people and left more injured in Nairobi and the coastal city of Mombasa. The attacks, which have been blamed on al Shabaab, were followed up last week with a double-grenade attack which struck a cafe in Djibouti City, killing two people.

 

Eleven people, including naval servicemen from France, Spain and the Netherlands were injured in the attack. Addressing US citizens in Kenya at a meeting in Nairobi last week, US ambassador Robert Godec said the embassy is fully aware of the threat it faces from al Shabaab.

 

"We know that there is a threat, and we know it is serious," Ambassador Godec said. He added that as a precaution, the embassy is continually evaluating and updating its security based on threat-information analysis. He advised U.S. citizens to avoid congregating in large groups at bars or restaurants, especially when watching the upcoming soccer World Cup.

 

Godec said the embassy is also considering scaling back the number of US diplomatic personnel stationed in Kenya partly by reducing staff at, or moving the East African mission of its biggest aid agency, the United States Agency for International Development (USAID) from Kenya to another country.

 

The US embassy in Nairobi has been operating under the shadow of a terrorist threat since August 1998 when it was hit by a truck bomb which killed 200 people. A simultaneous blast also destroyed the US embassy in the Tanzanian capital. Both blasts were blamed on al Qaeda.

 

Nairobi embassy chief security officer Marion Cotter was quoted by Kenyan media saying the terror threat in Kenya has risen alarmingly since the first improvised explosive device (IED) attack in the country in August 2012.

 

In a related development, the Ethiopian National Intelligence and Security Service and the Police Joint Anti-Terrorism Task Force (JTF) yesterday announced that they had broken up two terrorist cells and arrested 25 individuals who were plotting terror attacks in the capital Addis Ababa.

 

All the detainees are suspected of having links to al Qaeda and al Shabaab. The Ethiopian security services said the cells were broken followed the arrest of man who was found preparing to carry out a bomb attack on an undisclosed target in Addis Ababa.

 

It came two days after simultaneous terror alerts which were issued on Tuesday by the US and Canadian embassies based on what government security officials in Toronto and Washington described as 'credible' reports warning of imminent terror attacks on Western interests in Ethiopia.

Repost 0
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 11:45
Westgate: interpol se déploie à Nairobi

27 septembre, 2013 – BBC Afrique

 

Interpol a déployé une équipe spéciale de son département de réponse aux incidents à Nairobi pour enquêter sur l'attaque de Wesgate Mall.

 

Cette équipe de spécialistes de l’organisation internationale est dirigée par Jean-Michel Louboutin, directeur exécutif des services de police d'Interpol.

 

Arrivée mercredi en fin de journée à Nairobi, elle a déjà commencé à prélever des données ADN et d'empreintes digitales sur le site au centre commercial de Westgate, théâtre de la prise d’otage spectaculaire de la semaine dernière qui a fait plus de 70 morts.

 

L’équipe des réponses aux incidents assurera la diffusion rapide de toutes les informations médico-légales, les photographies des terroristes présumés et d'autres détails sur les personnes arrêtées ainsi que tous les autres suspects dans le réseau des 190 pays membres d'Interpol.

 

Cela pour comparer les bases de données nationales et identifier de potentiels futurs clients au terrorisme international.

 

"Le rôle d'Interpol est d'aider à coordonner la réponse internationale avec l'appui des autorités kenyanes...", a déclaré Jean-Michel Louboutin.

 

En soutien à ce déploiement sur le terrain, l'équipe régionale d'Interpol à Nairobi et le centre de coordination et de commandement basé à Lyon en France resteront en veille 24 h/24.

 

Et un soutien supplémentaire à partir de son réseau mondial d'experts et d'analystes criminels pourrait être mobilisé pour travailler sur toutes les bases de données.

 

L’attaque du centre commercial, revendiquée par les islamistes Shebab de la Somalie, a fait plus de 70 morts, pour la plupart des civils et autant de disparus.

Repost 0
26 septembre 2013 4 26 /09 /septembre /2013 12:45
Le Burundi, menacé par les shebabs somaliens, renforce sa sécurité

26 septembre 2013 à 06:56 Par RFI

 

Les miliciens shebabs, qui ont mené l’attaque du Westgate Mall à Nairobi, menacent tous les pays qui ont envoyé ou soutenu les soldats de l’Amisom, la force africaine en Somalie. C'est le cas du Burundi qui a en effet déployé un important contingent, aux côtés de l’Ouganda pour lutter contre les shebabs. Jusqu'à présent, le Burundi, qui a été épargné par les attentats et les attaques terroristes, a mis en place des mesures de sécurités supplémentaires.

 

 

Les autorités burundaises avaient déjà déployé plus de policiers dans les rues, histoire de rassurer les Burundais. Hier, on a franchi une autre étape. Les habitants des quartiers à majorité musulmane, des quartiers dits swahili, se sont réveillés à l’aube, ceinturés par des milliers de policiers qui ont ensuite fouillé maison par maison, à la recherche de suspects éventuels ou d’objets prohibés.

 

Le porte-parole adjoint de la police, Pierre Nkurikiye a déclaré : « La police nationale a pris toute une série de mesures préventives et la tâche d’aujourd’hui fait partie de ces mesures qu’on ne peut pas décrire ici, pour des raisons de sécurité ».

 

Des centaines de sans-papiers ont été arrêtés et même si la police burundaise proteste de sa bonne foi, certains dans ces quartiers, ne décolèrent pas :

 

« Ils ont ciblé uniquement les quartiers musulmans, et cela nous fait peur car nous sommes avant tout des Burundais, et être musulman ne signifie pas qu’on est des shebabs. Pas du tout ! ».

 

Malgré les propos qui se veulent rassurants de la police du Burundi, dans les rues de Bujumbura, la capitale, on ne cache plus son inquiétude :

 

« Avant l’attaque au Kenya, il y a eu les attentats de Kampala. Les shebabs avaient dit qu’ils vont s’en prendre à tous les pays qui sont allés les combattre en Somalie, il ne reste donc que le Burundi. Même au Kenya il y a eu les attaques malgré la présence de policiers, et même ici ces attaques peuvent avoir lieu malgré la présence de tous ces policiers ». « On est très inquiets parce qu'après Nairobi, c’est Bujumbura, c’est sûr. Justement à cause de nos forces qui sont en train de les combattre à Mogadiscio ».

 

Ces voix réclament donc le retour de quelque 5.600 soldats burundais déployés en Somalie.

Repost 0
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 17:45
Gabon President urges international support for Africa’s fight against terrorism

25 September 2013 by Staff Writer/UN - defenceWeb

 

Citing the deadly terrorist attack at a mall in Nairobi, Kenya, President Ali Bongo of Gabon used the podium of the UN General Assembly to appeal for full global support for Africa in the battle against terrorism.

 

“Africa, which is becoming a target for terrorism, must benefit from the full support and solidarity of the international community in its effort to combat this threat,” he told the Assembly on the first day of its General Debate, noting that poverty nurtures extremism around the world and the battle against poverty must therefore remain at the centre of national policies.

 

Turning to the post-2015 development agenda, the theme of the 68th General Assembly, Bongo said attention must be paid to Africa’s priorities, such as energy, access to potable water and sustainable agriculture, as well as the realisation of those Millennium Development Goals (MDGs) not met by the target date of 2015.

 

The MDGs seek to slash extreme hunger and poverty, boost access to health care and education, achieve gender equality and environmental stability and reduce maternal and child mortality and the incidence of HIV/AIDS, all by the end of 2015, while Assembly President John Ashe says he hopes the focus on the post-2015 agenda will set the stage for sustainable development in the decades ahead.

 

Bongo underscored the need for predictable funding for development from public and private sources, the importance of combating climate change and the threat to wildlife and biodiversity and voiced his concern over conflicts in the DRC and the Central African Republic (CAR), praising the efforts of the UN peacekeeping mission in the former country.

 

He repeatedly appealed for international support. “Africa cannot face all these challenges to peace and security alone. Its efforts must receive greater support, because the destabilisation of Africa will have implications for other regions.”

Repost 0
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 18:09
Nairobi : fin du siège du Westgate

24/09/2013 à 19:00 Par Le Figaro.fr (AFP)

 

Le président kényan Uhuru Kenyatta a annoncé ce soir que le siège du centre commercial Westgate de Nairobi, occupé depuis samedi par un commando islamiste armé, était terminé.

 

«Nous avons humilié et vaincu nos assaillants», a déclaré le président, précisant que «cinq terroristes ont été tués par balles, et onze suspects sont en détention».

 

L'attaque du centre commercial a fait 67 morts, dont 61 civils et six membres des forces de l'ordre.

Repost 0
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 19:30
Prise d'otages de Westgate: l'appui des Israéliens aux autorités kényanes

23 septembre 2013 à 17:16 Par RFI

 

Moins de 24 heures après le début de la prise d'otages à l'intérieur du centre commercial Westgate, à Nairobi, on apprenait dimanche qu'entre autres soutiens étrangers, des forces spéciales israéliennes étaient en appui des forces de sécurité, dans l'assaut mené contre les terroristes.

 

→ À LIRE SUR RFI : l'évolution de la situation à Nairobi heure par heure

 

À ce stade, on parle de conseillers israéliens, ce qui n'a rien d'étonnant, car la coopération bilatérale est forte entre le Kenya et Israël. C'est vrai d'un point de vue commercial, et ça l'est aussi en ce qui concerne la Défense.

Pour l'instant, rien ne vient confirmer le déploiement à Nairobi d'éléments de la célèbre Sayéret Matkal, l'unité d'élite des forces spéciales israéliennes, qui avait notamment mené le raid sur Entebbe (Ouganda) en 1976, après la prise d'otages dans un avion d'Air France.

Visiblement, des experts israéliens assistent les forces armées kényanes, mais certainement au niveau de la planification de l'assaut. De là à dire que des soldats israéliens participent directement aux opérations au cœur même du Westgate... rien ne vient le confirmer à l'heure actuelle.

En tout état de cause, depuis 2011, Israël participe à l'équipement et à la formation des unités kényanes déployées au sud de la Somalie.

On rappellera enfin que les intérêts israéliens ont déjà été pris pour cible au Kenya. En 2002, l'attaque contre un hôtel de Monbasa - fréquenté par des touristes israéliens - et la tentative d'attentat au missile sol-air contre un charter israélien.

En 2009, le responsable présumé de cette attaque, le Kényan d'origine yéménite Saleh Ali Saleh Nabhan, avait été éliminé durant un raid étranger dans le sud de la Somalie.

Repost 0
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 11:45
Les Chebab, bras armé d'al-Qaida dans la Corne de l'Afrique

22/09/2013 Par Pierre Prier – LeFigaro.fr


 

De plus en plus radicalisés, les Chebab ont envoyé des combattants en Afghanistan et en Irak, où ils ont acquis de l'expérience avant de revenir au pays où ils ont basculé dans le terrorisme.

 

Avec l'attentat de Nairobi, les «Chebab» somaliens signent leur appartenance à al-Qaida, à laquelle ils ont officiellement fait allégeance par deux fois, en 2009 et en 2012. L'assaut de Nairobi porte toutes les marques de la nébuleuse islamique: terrorisme, prise d'otages, attaque contre des civils et des intérêts étrangers, et pas seulement kényans. Des capitaux israéliens ont été investis dans le centre commercial Westgate. Mais cette internationalisation du mouvement armé reste liée à la guerre en Somalie. «Pour eux, le Kenya, impliqué dans le soutien au gouvernement somalien, était la cible idéale, dit le chercheur Jean-Pierre Filiu, spécialiste d'al-Qaida. Ils ont perdu l'essentiel de leur pouvoir et de leurs territoires en Somalie. Il ne leur reste que la fuite en avant.»

Les Chebab visent pour l'instant les pays qui soutiennent le gouvernement fédéral somalien, le Kenya et l'Ouganda, où une double attaque suicide a tué 76 personnes dans la capitale, Kampala, en juillet 2010. La naissance du «Mouvement des jeunes combattants» (chebab désigne les jeunes de sexe masculin en arabe) est elle aussi due largement au contexte historique. Ces «jeunes» ont vu le jour en tant que force militaire de l'«Union des tribunaux islamiques», un groupe qui avait conquis la plus grande partie de la Somalie en 2006. Les «Tribunaux» soutenus par de nombreux hommes d'affaires lassés du chaos, avaient commencé à rétablir l'ordre. Avant d'être chassés en 2006 par l'armée éthiopienne, fidèle alliée des États-Unis dans la région.

De plus en plus radicalisés, les Chebab ont envoyé des combattants en Afghanistan et en Irak, où ils ont acquis de l'expérience avant de revenir au pays. Des combattants étrangers les ont suivis. Les Chebab ont alors importé la technique des attentats suicides, à partir de 2008. Craignant l'enlisement, l'Éthiopie s'est retirée de Somalie début 2009, après un accord avec le nouveau Gouvernement de transition, dirigé alors par… Charif Cheikh Ahmed, l'ancien dirigeant des Tribunaux islamiques, considéré un peu tard comme un modéré.

C'est la «période faste» des Chebab. Ils tiennent le sud de la Somalie et la plus grande partie de la capitale Mogadiscio, imposent une version rigoriste de loi islamique dans les régions qu'ils contrôlent ; des voleurs sont amputés, des femmes adultères lapidées, l'aide internationale lors d'une grande sécheresse refusée. Mais leur «succès» ne dure pas. En août 2011, les forces africaines, composées alors surtout de l'Ouganda et du Burundi, finissent par chasser les Chebab de Mogadiscio. Fin 2011, l'offensive africaine s'intensifie. Le Kenya, ulcéré par des enlèvements attribués aux Chebab près de sa frontière, entre par le sud - leur bastion -, pour y créer une zone tampon avec l'aide de milices locales. L'Éthiopie fait de même à l'Ouest.

Les Chebab sont alors réduits au terrorisme, en Somalie, puis maintenant chez l'ennemi extérieur. «Le nombre de combattants est passé de 15.000 à 5000, estime Jean-Pierre Filiu. Ils ont purgé les “tièdes”. Seuls les plus durs sont restés.»

Repost 0
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 11:45
La filière des djihadistes américains en Somalie

23/09/2013 Par Georges Malbrunot – LeFigaro.fr

 

Selon CNN, plusieurs Américains figureraient parmi les assaillants du centre commercial Westgate de Nairobi, confirmant ainsi la place importante que jouent les djihadistes américains au sein des Chebab somaliens.

Trois ressortissants américains figureraient parmi la quinzaine d'islamistes somaliens qui retiennent encore des otages dans le centre commercial Westgate de Nairobi, deux jours après l'avoir attaqué et tué au moins 68 clients de ce centre commercial très fréquenté de la capitale kenyane.

 

Interrogé, John Kerry, le secrétaire d'Etat, n'a cependant pas confirmé ces informations de CNN. Un homme présenté par la BBC comme un «commandant» des Chebab a également démenti lundi que des étrangers figuraient parmi les assaillants.

 

Une chose est sûre: les Chebab somaliens comptent plusieurs Américains parmi eux. Pas plus tard que la semaine dernière, l'un d'entre eux, Omar Shafik Hammami, alias Abou Mansour al-Amriki (Mansour l'Américain) a été tué dans un affrontement avec d'ex-compagnons d'armes avec lesquels il s'était brouillé.

 

Abou Mansour, né dans l'Alabama il y a 29 ans, était l'un des combattants étrangers de Somalie les plus connus. Le département d'Etat offrait cinq millions de dollars pour sa capture. Abou Mansour était en fait la vitrine occidentale des Chebab, celui qui devait attirer d'autres étrangers vers la rébellion islamiste somalienne.

 

Suite de l'article

Repost 0
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 07:45

22/09/2013 Par lefigaro.fr

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories