Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 12:35
India Developing Network of Coastal Radars

Indian PM Narendra Modi inspects the Guard of Honour, at the Ceremonial Reception, in Seychelles on March 11.(Photo M.Asokan -Indian Prime Minister's Office)

 

March 20, 2015 By Oscar Nkala – Defense News

 

GABORONE, Botswana — Indian Prime Minister Narendra Modi has activated the first of the Indian Navy's planned 32 coastal surveillance radar (CSR) stations in the Seychelles, marking the beginning of the rollout of an Indian-led maritime surveillance project set to have stations in the Seychelles, the Maldives, Mauritius and Sri Lanka.

 

Modi activated the radar system during his recent tour of the Seychelles as he visited key Indian Ocean region allies in a move some military strategists view as an effort to forge a strong alliance to counter aggressive expansion by the Chinese People's Liberation Army Navy (PLAN) in the region since October.

 

Addressing senior Indian Navy and Seychelles Coast Guard officers during the commissioning, Modi said India's plan includes setting up radar stations in the Seychelles, Mauritius and the Maldives. Negotiations to set up at least 10 more in Sri Lanka are ongoing.

 

He said the CSRs will improve the operational capabilities of the maritime security forces of partner nations and the overall security of the exclusive economic zones which make up the region's "blue economy."

 

"We regard Seychelles as a vital partner in our Indian Ocean neighborhood. Our relationship is unique and special. It is founded on a deep sense of mutual trust and confidence. Our security partnership is strong and has enabled us to fulfill our shared responsibility to advance maritime security in the region," he said.

 

"It is a privilege to be a partner of the Seychelles in the development of its security capabilities. We also hope that Seychelles will soon be a full partner in the maritime security cooperation between India, Maldives and Sri Lanka," Modi said.

 

Regional defense analysts say that once completed, the 32-station surveillance project will enable the Indian Navy, through its allies, to monitor the movements of all ships operating in the Indian Ocean.

 

Modi pledged to donate a second Dornier maritime surveillance aircraft to boost the intelligence, surveillance and reconnaissance capabilities of the Seychelles Coast Guard.

 

India donated the first Dornier (Do 228) aircraft and some naval vessels to the Seychelles in mid-2013. Seychelles President James Michel said the stations are proof of his country's exemplary defense and security relationship with India.

 

"Everybody recognizes India's footprints on many facets of our economic, social and cultural development. We have an exemplary partnership in the defense and security sectors.

 

"This is very much reflected in our fight against piracy and the joint patrolling of our oceans and also the training of our defense personnel. We are very encouraged by the willingness of the government and people of India to work with us in the context of the development of our blue economy,"

 

In addition to the newly commissioned CSR on the main island of Mahe, more will be installed on the smaller islands of Farqhuar, Astove and Assumption. All are expected to be commissioned into service between July and August.

 

In neighboring Mauritius, Modi signed an agreement to set up eight Indian-controlled CSR stations and pledged to continue strengthening the Mauritius Coast Guard with new aircraft, naval vessels and Indian training for its seamen.

 

The IOR surveillance project is widely seen as India's response to China's aggressive new operations in the region. In January, the Chinese Ministry of National Defense said it will step up the deployment of Navy vessels in the area to protect its security and economic interests while contributing to regional international anti-piracy operations.

 

The Indian move follows recent reports suggesting that China is pushing for the establishment of at least 18 deepwater ports with African and Asian littoral states to set up bases and maintenance yards for vessels.

Partager cet article

Repost0
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 11:35
Rafale Deal on Track, PM Modi to Take Final Call

 

February 25, 2015  by Sudhi Ranjan Sen

 

New Delhi:  French Defence Minister Jean-Yves Le Drain and his Indian counterpart Manohar Parrikar appear to have sorted out one of the key issues holding up the estimated $15 billion deal to buy 126 Rafale fighter jets for the Indian Air Force. A final decision is expected to be taken before Prime Minister Narendra Modi before his visit to France in April.

 

The deal, billed by some as one of biggest defence procurement by any country in a long time, has been on hold for almost a year over the issue of producing the planes here.

 

Of the 126 jets, 18 are to be purchased ready-made from France. The rest are to be manufactured by the Bengaluru-based Defence Public Sector Unit Hindustan Aeronautics Limited as part of the government's initiative for defence manufacturing in India.

 

The French defence manufacturing giant Dassault was hesitant to guarantee the quality of the jets produced in India, since it does not control the process. More importantly, Dassault estimates that the jets can be produced faster, with fewer man hours, than calculated by HAL, which can keep the cost down.

 

HAL has countered that Indian labour isn't as productive as in France and also, the level of automation here is less.

 

Senior Defence Ministry Officials told NDTV the first issue - that of guaranteeing the quality of aircraft produced in India - has been settled. India has given Dassault the option of physically inspecting the jets and guaranteeing the quality. Alternatively, Dassault is free to take a counter-guarantee from HAL on the process and quality of inputs.

 

The second issue - the man hours and the cost -- is now between the two companies to sort out. It will be reflected in the report of the crucial Cost Negotiating Committee, which will be submitted to the ministry shortly.

 

Mr Parrikar recently said he would not want to comment on the  progress of the deal since it could influence the report.

 

India had decided to buy the Medium Multi-Role Combat Aircraft in 2012 over rival offers from the United States, Europe and Russia. The deal was initially worth $12 billion but is now estimated to have jumped to around $15 billion.

 

Partager cet article

Repost0
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 14:35
Achat d'armes : l'Inde est-il un pays fiable ?

Armement - Le Premier ministre indien Narendra Modi va-t-il faire entrer l'Inde dans une ère moderne en matière d'acquisition d'armes?

 

09/02/2015 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Contrats cassés, négociations qui traînent, appels d'offre annulés, exigences extravagantes... L'Inde ne ne comporte vraiment pas en pays responsable en matière d'achats d'armements.

 

Industriels cardiaques s'abstenir... Pour se lancer dans un appel d'offre en Inde dans le domaine de l'armement, il faut d'abord s'armer de beaucoup, beaucoup de patience. Mais pas que... Car l'industriel qui a gagné après une longue, très longue procédure, peut encore tout perdre. En Inde, le jeu "Qui perd gagne" en matière d'achats d'armements est très en vogue. Les groupes français ont malheureusement beaucoup subi de décisions en leur défaveur ces dernières années. En dépit de nombreux déboires, ils ont courbé l'échine face aux enjeux colossaux d'équipements en matière militaire de l'Inde, considéré comme un eldorado par les industriels de l'armement du monde entier.

Peut-être François Hollande en touchera-t-il deux mot au Premier ministre indien Narendra Modi qui se rendra en avril en France pour son premier déplacement en Europe. Les deux hommes d'État devraient discuter du renforcement du partenariat stratégique entre les deux pays et de leur coopération économique. Cette visite de deux jours se déroulera pour partie en province, a précisé Laurent Fabius à quelques journalistes après un entretien avec le Premier ministre indien à New Delhi. En attendant cette visite, tous les industriels de la planète se donnent rendez-vous au salon aéronautique Aero India 2015 (18-22 février) à Bangalore.

 

La demande extravagante de New Delhi

Le méga-contrat pour la vente de 126 avions de combat Rafale à l'Inde, en discussion depuis janvier 2012, devrait figurer en bonne place dans les discussions. Trois ans que Dassault Aviation et ses partenaires et le ministère de la Défense indien sont en négociations exclusives. En décembre dernier, un porte-parole du ministère indien de la Défense avait expliqué que sur le Rafale, "il a été décidé que tout désaccord serait résolu de manière accélérée". La France pouvait être donc rassurée...

Sauf qu'aujourd'hui les négociations sont bel et bien bloquées. Les Indiens souhaitent que les industriels français, Dassault Aviation en tête, garantissent les Rafale qui sortent des usines de HAL (Hindustan Aeronautics Limited), l'industriel étatique indien (délais, dommages...). Et à juste titre, l'avionneur refuse cette demande extravagante. Un désaccord majeur qui pourrait faire le jeu des Russes et des Britanniques, qui n'ont eu de cesse de rappeler en outre à New Delhi combien les Français ne sont pas fiables en termes de livraison. Ils font expressément référence au deux porte-hélicoptères de la classe Mistral fabriqués par DCNS pour le compte de la marine russe. Deux bâtiments dont la livraisons est bloquée par Paris en raison du conflit ukrainien.

En Inde, "tous les interlocuteurs russes des Indiens disent de nous que nous ne sommes pas fiables. Les Anglais également", expliquait en 2014 aux sénateurs un des plus hauts responsables du ministère de la Défense, le délégué général pour l'armement, Laurent Collet-Billon.

 

Des hélicoptères Fennec au système de défense aérienne SR-SAM

Des déboires, l'industrie d'armement française en a connu un certain nombre en Inde. A commencer par Dassault Aviation. Charles Edelstenne, alors Le PDG, a gardé en travers de la gorge un appel d'offre lancé par New Delhi pour des avions d'entraînement sur lequel le groupe français, qui proposait ses Alpha Jet, avait négocié... pendant vingt-deux ans, avant de jeter l'éponge. Plus récemment, l'Inde a annulé en 2007 un appel d'offres pour l'achat de 197 hélicoptères qui avait été gagné avec son modèle Fennec par Airbus Helicopter (Airbus Group). Ce contrat de 400 millions d'euros pour 197 machines pouvait monter à 1,5 milliard avec l'achat au total de 600 machines.

En 2010, New Delhi a annulé une commande portant sur l'acquisition de six avions ravitailleurs MRTT (Multi-Role Tanker Transport) d'Airbus Group en raison de de son prix élevé, contre les recommandations de l'Indian Air Force (IAF). Mais trois ans plus tard, l'Inde a à nouveau sélectionné cet appareil. Le contrat reste encore à signer. Enfin, trois ans après terminé les négociations et signé en décembre 2011, MBDA attend toujours la mise en vigueur du programme du système de défense aérien, SR-SAM (Short Range Surface to Air Missile), qui est pourtant un programme en coopération.

 

Faut-il débrancher le SR-SAM?

Ce missile sol-air de nouvelle génération doit être co-développé avec la DRDO (Defence Research and Development Organisation) et coproduit en Inde avec Bharat Dynamics Limited, estimé à 4,5 milliards d'euros, dont 1,8 milliard d'euros pour MBDA), est sur la sellette, faute de financement. Pourtant, en février 2013 à l'issue de la visite de François Hollande en Inde, un communiqué de l'ancien Premier ministre indien, Dr Manmohan Singh's avait annoncé avoir conclu avec les industriels les négociations sur le missile SR-SAM.

New Delhi a promulgué en juin 2013 de nouvelles procédures de passation des marchés de défense en plus des 30 % d'offset que les Indiens exigent pour accorder des contrats aux industriels étrangers. Des exigences qui visent notamment à développer une industrie de défense indienne robuste. Clairement, New Delhi a donné une impulsion à "l'indigénisation" des achats d'armements en donnant une plus grande préférence aux entreprises indiennes.

Partager cet article

Repost0
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 18:35
Visite du secrétaire américain à la Défense en Inde

 

08-08-2014 Par LIANG Chen -  French.china.org.cn

 

Le secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel est arrivé à New Delhi jeudi pour une visite officielle de trois jours en Inde, a-t-on appris de sources officielles.

 

Selon les mêmes sources, pendant son séjour en Inde, M. Hagel doit rencontrer le premier ministre indien Narendra Modi, le ministre de la Défense Arun Jaitley, la ministre des Affaires étrangères Shushma Swaraj et le conseiller à la sécurité nationale Ajit Doval, ainsi que le chef de l'armée de l'air indienne Arup Raha.

 

M. Hagel doit s'entretenir avec des dirigeants indiens des questions relatives au renforcement des liens militaires entre les deux pays et à la vente à l'inde des équipements militaires américains , ont dit des observateurs sur place.

 

Cette visite intervient peu après celle du secrétaire d'Etat américain John Kerry à New Delhi la semaine dernière.

 

Le point central des discussions pourrait porter sur l'achat par l'Inde des hélicoptères d'attaque, des avions de transport et des avions anti-sous-marins, ont ajouté les mêmes sources.

 

Les médias locaux ont fait savoir que les Etats-Unis allaient faire une série de propositions destinées à renforcer les relations militaires, y compris les échanges en matière de renseignements entre les deux pays.

Partager cet article

Repost0
2 juillet 2014 3 02 /07 /juillet /2014 07:35
Rafale photo Livefist

Rafale photo Livefist

 

01.07.2014 JDD

 

Laurent Fabius s'est entretenue mardi avec Narendra Modi, le nouveau premier ministre indien. Pour vérifier les bonnes intentions de l'Inde sur de grands contrats prometteurs. 

 

"Tout est compliqué", c'est en trois mots le résumé du voyage du chef de la diplomatie française en Inde, le premier d'un ministre occidental auprès du nouveau gouvernement indien après les élections du printemps qui ont vu le BJP de Narendra Modi arriver au pouvoir.

Mais le premier constat positif de la délégation française est qu'au moins rien n'a été remis en cause. Et que tout espoir de finaliser ces contrats pour un montant pouvant dépasser les 25 milliards d'euros n'était pas perdu. Les nationalistes indiens qui ont succédé au Parti du Congrès n'entendent pas revoir ou redémarer à zéro les négociations sur les grands contrats en cours. Qu'il s'agisse de l'achat de plus d'une centaine d'avions Rafale, l'acquisition de deux centrales EPR ou l'achat d'hélicoptères de transport et de combat, un projet en attente depuis près de dix ans !

 

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 12:35
Arun Jaitley nommé aux Finances et à la Défense en Inde

 

27.05.2014 journal-aviation.com (Reuters)

 

Le Premier ministre indien Narendra Modi a nommé Arun Jaitley à la tête du ministère des Finances, où il sera notamment chargé de relancer une croissance qui a atteint son point le plus bas depuis dix ans.

 

Agé de 61 ans et membre comme lui du Parti nationaliste hindou (Bharatiya Janata Party, BJP), il occupera en outre les fonctions de ministre de la Défense, précise le gouvernement dans un communiqué.

 

L'efficacité des services publics et la lutte contre la corruption ont été deux des thèmes-phares de la campagne de Narendra Modi, qui a pris ses fonctions lundi.

 

Sa très large victoire aux législatives devrait lui permettre d'entreprendre des réformes restées lettres mortes sous le gouvernement de Manmohan Singh, issu du parti du Congrès, dont le mandat a été émaillé de scandales.

 

Avocat d'affaires parmi les plus réputés d'Inde, Arun Jaitley a été ministre du Commerce dans le précédent gouvernement formé par le BJP.

 

Le Premier ministre devait recevoir mardi son homologue pakistanais Nawaz Sharif, venu assister la veille à son investiture. Le BJP a longtemps prôné la fermeté à l'égard du Pakistan. (Sanjeev Miglani, Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Partager cet article

Repost0
6 mai 2014 2 06 /05 /mai /2014 13:35
photo Livefist

photo Livefist

 

06 mai 2014 techniques-ingenieur.fr (AFP)

 

Narendra Modi, candidat du parti nationaliste hindou au poste de Premier ministre en Inde, promet d'améliorer l'approvisionnement en matériel militaire de l'Inde et de favoriser la fabrication d'armes sur le sol national, dans un entretien publié mardi.

 

L'Inde, premier importateur mondial d'équipement militaire conventionnel, a retardé ou annulé depuis une vingtaine d'années plusieurs grands contrats militaires pour des soupçons de corruption ou en raison d'une bureaucratie trop lourde.

 

Dassault est en négociations exclusives avec New Delhi depuis janvier 2012 pour vendre 126 avions de combat Rafale. L'Inde a par ailleurs annulé en janvier l'achat de 12 hélicoptères à l'italien AgustaWestland en raison de soupçons de versement de pots-de-vin.

 

"Les 10 dernières années ont vu un affaiblissement de nos capacités militaires en raison de procédures d'approvisionnement freinées par d'importants retards qui ont conduit à un manque d'armes et d'équipement", déclare le leader du Bharatiya Janata Party (BJP) au Times of India.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories