Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 16:55
La connaissance de l'environnement spatial et la simulation de ses effets

 

07.10.2015 par ONERA

 

Préparer les satellites à une vie d’agressions

Avant la conception d’un satellite (ou de tout autre système spatial), il est impératif de prédire les phénomènes qu’il pourra subir en vol. Les radiations solaires et cosmiques, les particules chargées (protons, électrons, ions) sont en effet un réel danger pour les matériaux de surface et surtout les électroniques, très vulnérables dans l’espace. L’ONERA possède l‘expertise qui lui permet de spécifier les tests à faire au sol en fonction de chaque mission spatiale, et dispose de tout un ensemble de moyens expérimentaux et numériques pour les mettre en oeuvre. Il s’agit de caractériser globalement les effets de l’environnement qui menaceraient l’intégrité du satellite, afin d’en tenir compte en conception. L’expertise de l’ONERA pour l’évaluation de la charge électrostatique des satellites et pour la prédiction des évènements singuliers dans les électroniques est reconnue au plus haut niveau mondial. Les agences spatiales (ESA, CNES, NASA, JAXA…), les industriels du satellite et de nombreux concepteurs de composants lui font confiance.

 

Salammbô, modèle physique des ceintures de radiation

Les ceintures de radiation ou ceintures de Van Allen sont des zones toroïdales situées autour de la Terre. Elles contiennent une très grande quantité de particules énergétiques, issues du vent solaire et du rayonnement cosmique, piégées par le champ magnétique terrestre. Il est capital de préparer les satellites à affronter cet environnement potentiellement très agressif, d’autant plus que le nouveau mode de propulsion – électrique – augmentera les temps de transit. Le modèle physique Salammbô, que l’ONERA enrichit depuis plus de 20 ans, permet de modéliser tous les phénomènes mis en jeu dans la magnétosphère lors des orages géomagnétiques. C’est un outil de météorologie spatiale. Salammbô s’appuie sur une base
de mesures en vol unique au monde. Sa notoriété est mondiale.

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 07:55
Interactions humaines avec des systèmes de plus en plus automatisés

 

06.10.2015 par ONERA

 

Et l’humain dans tout ça ?

Depuis l’avènement des commandes électriques sur les avions de ligne (fin des années 80), la place de l’humain a changé dans les cockpits. Le pilote n’agit plus stricto sensu sur les commandes de vol, il est devenu un véritable superviseur qui gère un système de plus en plus automatisé et complexe, dont il assume néanmoins la responsabilité en liaison avec les autres acteurs de l’espace aérien. La conception des systèmes interactifs est maintenant centrée sur l’utilisateur et les usages. Elle se nourrit du retour d’expérience, thème sur lequel l’ONERA et la NASA travaillent avec des compagnies aériennes. Des évaluations en situation permettent aux chercheurs de développer des algorithmes et des moyens de mesure afin de caractériser des types de comportement, d’analyser les interactions avec le système et de détecter les difficultés rencontrées et les défauts d’attention. Objectifs principaux : améliorer la performance des systèmes mais surtout en augmenter la sécurité… en veillant à ce que l’humain puisse bien jouer son rôle là où il est attendu.

 

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0
31 juillet 2015 5 31 /07 /juillet /2015 07:20
The Ikhana UAS - photo NASA

The Ikhana UAS - photo NASA

 

Jul 22, 2015 by Krishnan Haridasan for SatCom Frontier (SPX)

 

Bethesda MD - The use of unmanned aircraft systems (UAS) is rising rapidly worldwide. Long known only for their military applications, UAS are increasingly being deployed by civilian governments for use in scientific research, climate change research, and humanitarian relief operations.

 

As detailed in a recent article from Northern Sky Research, the number of UAS dedicated to civilian applications is expected to triple by 2023. The U.S. leads the world in civilian government use of UAS. For example, NASA's Armstrong Flight Research Center operates a Northrop Grumman Global Hawk for high-altitude, long-duration Earth science missions. The Global Hawk has contributed greatly to NASA's study of climate change due to its unique ability to operate in the upper stratosphere.

 

NASA's Science Mission Directorate has teamed with the National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) and the Department of Energy to use the Global Hawk for Earth observation research. Initial operational capability for Global Hawk science missions began in 2010.

 

A portable ground control station is functioning and has supported operations originating outside the continental United States. A permanent ground control station located at NASA's Wallops Flight Facility in Wallops Island, Virginia, was used to support the Hurricane and Severe Storm Sentinel multi-year study from 2012 - 2014 over the Atlantic Ocean. Future hurricane studies in partnership with NOAA are planned in both the Atlantic and Pacific oceans using the Global Hawk.

 

As detailed in Fast Company magazine, NASA also uses a General Atomics Predator UAS christened Ikhana, to track forest fires and also to test tracking technology that will eventually allow UAS to share the skies with conventional aircraft.

 

The ability of UAS to autonomously fly long distances, remain aloft for extended periods of time, and carry large payloads brings a new capability to the science community. The unmanned vehicles are effective for measuring, monitoring and observing remote locations of Earth not feasible or practical with piloted aircraft, most other robotic or remotely operated aircraft, or space satellites. The use of UAS to facilitate communications to underserved regions around the world is also anticipated to be a strong growth area.

 

According to NSR: "The use of UAS for communication relay is well understood, and architectural studies have been conducted for integrating stratospheric UAS with LEO and GEO communication satellites for localized high quality service. Despite none of these studies leading to implementation, the announcements and investment by Internet companies such as Facebook and Google in High Altitude Long Endurance (HALE) UAS for data connectivity globally has generated renewed interest in this concept."

 

Clearly UAS are incredibly versatile machines that deliver benefits far beyond their use in national defense. As their civilian government and commercial use continues to expand, they will improve the lives of millions of people around the globe.

Partager cet article

Repost0
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 12:20
Raytheon Recognized by NASA for Small Business Support

 

DULLES, Va., March 23, 2015 /PRNewswire/

 

NASA selected Raytheon Company (NYSE: RTN) as the Large Business Prime Contractor of the Year in its agency-level awards to recognize small business partnership. Raytheon was nominated for its support to the Goddard Space Flight Center in Greenbelt, Md., and was then advanced to recognition at the agency level for extensive efforts to help NASA meet its goals for small business inclusion.

In its announcement, NASA explained its Small Business Industry Awards program is designed to recognize outstanding contractors that help the agency meet its mission. For 2014, nominations were received from all 10 of NASA's centers.

The Raytheon team was nominated by the Goddard Space Flight Center for support through the Evolution and Development, or EED, program led by NASA's Earth Science and Data Information System Project Office. Raytheon has been NASA's partner on the program for more than 20 years.

"Raytheon's work in support of NASA's Goddard Space Flight Center underpins our nation's continued space exploration and scientific discovery," said Todd Probert, vice president of Mission Support and Modernization for Raytheon Intelligence, Information and Services. "We approach this work as a trusted partner to NASA and are committed to program innovation as we team with, and mentor, small businesses."

Raytheon program manager Tim Ortiz said Raytheon employees partner with small-businesses in direct support of NASA's Earth Science Climate Research at the Goddard Space Flight Center. The Raytheon team's integrated partnership means a 42-percent work share for small businesses, exceeding goals set by the Small Business Administration.

Raytheon Company has a history of more than 50 years of partnership with NASA through programs including manufacture of the Apollo flight computer, training astronauts, providing weather and other data analysis, and building space-based environmental sensing instruments for study of geophysical properties of Earth and other planets.

 

About Raytheon

Raytheon Company, with 2014 sales of $23 billion and 61,000 employees worldwide, is a technology and innovation leader specializing in defense, security and civil markets throughout the world. With a history of innovation spanning 93 years, Raytheon provides state-of-the-art electronics, mission systems integration and other capabilities in the areas of sensing; effects; and command, control, communications and intelligence systems, as well as cyber security and a broad range of mission support services. Raytheon is headquartered in Waltham, Mass. For more about Raytheon, visit us at www.raytheon.com and follow us on Twitter @raytheon.

Partager cet article

Repost0
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 12:20
US Army’s largest technical library collaborates to define its future

James Lackey, Redstone Scientific Information Center chairman and U.S. Army Aviation and Missile Research, Development and Engineering Center director, and board members reviewed near-term actions as well as far-term strategic plans during Board of Directors meeting held Mar. 11 at the U.S. Army Aviation and Missile Research, Development and Engineering Center.

 

March 20th, 2015 By Army News Service - defencetalk.com

 

The board of directors for the largest science and technology library in the Army met March 11 at the U.S. Army Aviation and Missile Research, Development and Engineering Center, or AMRDEC.

 

Redstone Scientific Information Center, or RSIC, is a unique, national asset containing a collection of specialized materials including technical reports, contractor reports, technical memorandums, informational briefs, special reports, and conference papers open to all government employees and contractors at Redstone Arsenal.

 

In addition to being the largest technical library, it is also the only joint Army/ NASA library.

 

The RSIC board of directors is composed of various Redstone organizations to include AMRDEC, NASA Marshall Space Flight Center, or MSFC, Missile and Space Intelligence Center, Space and Missile Defense Command and most recently, Missile Defense Agency as an emergent funding partner.

 

“RSIC is extremely important to NASA’s Marshall Space Flight Center as a resource for technical data on a wide variety of topics ranging from rocket propulsion to space physics, from systems design to vehicle operations,” said MSFC Center Chief Technologist and board member, Dr. Andrew Keys. “Marshall is committed to working with the ‘Team Redstone’ members to ensure RSIC has a future within our community.”

 

RSIC Board Chair and AMDREC Director James Lackey shared insight on future development for the center.

 

“One of the key challenges for RSIC is making a secure transition into a more digital future. The entire definition of what a library means is fundamentally changing,” Lackey said. “Just look at how eBooks are proliferating over traditional hardback products in your very own home. Brave new world concepts of ‘knowledge management’, ‘data mining’, and ‘cloud analytics’ prevail over traditional dusty phrases of ‘card catalog’, ‘bound periodicals’, and ‘microfiche’.”

 

Library customers can provide information on their topics of interest and the staff will set up a profile in several databases. Customers will then receive journal articles, conference papers, and report citations by email when something new is published on their subject. This service saves researchers time and keeps them informed about the latest publications in their field.

 

All registered users at RSIC also have desktop accessibility to the library’s online resources, which include access to the library’s online catalog, 20 electronic databases, the electronic books and journals, RSIC’s digital collection containing electronic documents produced by AMRDEC, MSFC, Redstone Test Center, and the Comanche Project Office.

 

Lackey said, “RSIC must keep pace with information technologies to remain viable and relevant for today’s and tomorrow’s technical workforce. This entails a variety of activities including converting existing collections into digital format, exploring use of information technology tool sets, and social media as well as potentially expanding partnerships of RSIC beyond the arsenal gates to include local academic institutions. All of this future greatness comes with a literal cost.”

 

The objective of RSIC board of directors, or BoD, was to review the current operational status of the RSIC and make decisions on near-term actions as well as far-term strategic plans, including how to secure a more stable funding future.

 

“While the answer to this question is complex and obviously depends on a variety of factors, BoD members remain committed to support the RSIC charter going forward in the best supportive manner under our current and projected budget constrained environment,” Lackey said.

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 08:55
Le général de brigade aérienne (2s) Jean-Loup Chrétien et ses « Rêves d’étoiles » au CIN de Brest

 

9 Janvier 2015 Marine nationale

 

Le mardi 16 décembre 2014, le capitaine de vaisseau Vincent le Coguiec, commandant le Centre d’instruction naval de Brest, a reçu le célèbre scientifique et spationaute Jean-Loup Chrétien. Le conférencier a partagé sa passion de l’espace devant un public issu de l’Ecole de maistrance, de l’Ecole des mousses et du Lycée naval, et des personnalités civiles et militaires de la région brestoise.

 

Général de brigade aérienne en deuxième section, Jean-Loup Chrétien a quitté la NASA en 2001. A de nombreuses reprises, il s’est distingué dans le domaine spatial. Il est notamment le 1er français à avoir contemplé la Terre depuis un scaphandre. Il a effectué trois missions spatiales et totalise 43 jours et demi dans l’espace. Toujours actif, il est membre de l’Académie de l’Air et de l’Espace, de l’Association des Explorateurs de l’Espace, de l’Association des Astronautes européens et de l’International Academy of Aeronautics.

 

L’exposé du spationaute s’est déroulé en trois temps. Le public a tout d’abord regardé un extrait de film intitulé « 40 ans de rêves, 50 minutes de rêves ». Aux travers d’images d’archives de l’armée de l’air française, des agences spatiales russes et américaines, l’auditoire a découvert l’essor de l’aéronautique et la marche vers les étoiles. Jean-Loup chrétien a ensuite présenté l’état actuel de l’aventure spatiale. Au cours de son exposé, il n’a pas manqué de rappeler aux jeunes apprentis marins l’importance du travail en équipe et la confiance mutuelle qui doit y régner afin de réussir dans un environnement difficile voire hostile. Enfin, il a s’est soumis au traditionnel exercice en répondant aux nombreuses questions d’un public fasciné par l’expérience du spationaute.

 

À l’issue de la conférence de jeunes élèves de l’École de maistrance ont poursuivi l’échange avec Jean-Loup Chrétien, cet explorateur « insatiable et infatigable », selon ses propres termes, ravi de les avoir fait rêver de la 3ème dimension.

Partager cet article

Repost0
2 décembre 2014 2 02 /12 /décembre /2014 07:20
L’ONERA, partenaire "givrage" et premier partenaire international aéronautique de la NASA

L'Onera et la Nasa ensemble dans la soufflerie F1 au Fauga-Mauzac, pour comprendre, faire face, éliminer le givre.

 

28.11.2014 - ONERA

 

L'ONERA vient de signer avec la NASA (Glenn) un accord de coopération sur le givrage des ailes en flèche. Il fait suite à un premier accord (2006-2012) dédié aux aspects simulation numérique du givrage des avions.

 

D’une durée de 3 ans et demi cette coopération "Swept-wing ice accretion characterization and aerodynamics research" s’est fixée pour objectif de comprendre et de modéliser la dégradation des performances aérodynamiques des avions par accumulation de glace sur les ailes. Le programme prévoit une étude paramétrique, des campagnes d'essais à Glenn (IRT) et à l'ONERA (F1), ainsi que des simulations. Cette étude est rattachée au projet de recherche ONERA SUNSET 2.

 

La signature de cet accord porte à six le nombre de projets en cours avec la NASA, ce qui fait de l'ONERA le premier partenaire international de la NASA en aéronautique

Partager cet article

Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 18:20
photo NASA - Carla Thomas

photo NASA - Carla Thomas

 

15/10/2014 Par Julien Bergounhoux

 

La Nasa travaille depuis une trentaine d'années avec l'US Air Force pour mettre au point un système automatique anticollisions avec le sol. Désormais au point et en cours de déploiement au sein de la flotte de F-16 de l'armée de l'air, ce système anticrash devrait être décliné par l'agence aéronautique et spatiale pour d'autres applications, notamment civiles et sur des drones.

La Nasa a développé un nouveau système automatique de prévention des crash pour aéronefs, baptisé Auto-GCAS (Automatic Ground-Collision Avoidance System). Celui-ci, conçu pour réduire le nombre d'accidents résultant de collisions avec le terrain, est actuellement en cours d'installation sur la flotte d'avions de chasse F-16 de l'armée de l'air américaine (US Air Force).

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
29 juin 2014 7 29 /06 /juin /2014 11:50
NanoSD conference in Avila, Spain (September 23-26, 2014)

 

source nanosdconf.com


NanoSD 2014 will provide an opportunity to discuss general issues and important impacts of nanotechnology in the development of security and defense. A broad range of defense and security technologies and applications, such as nanostructures, nanosensors, nano energy sources, and nanoelectronics which are influencing these days will be discussed.

It is evident that nanotechnology can bring many innovations into the defense world such as new innovate products, materials and power sources. Therefore, NanoSD 2014 will present current developments, research findings and relevant information on nanotechnology that will impact the security and defense.

 

KEYNOTE SPEAKERS

Paolo Bondavalli (THALES Research and Technology, France)

Jérôme Bourderionnet (Thales Research and Technology, France)

Fernando Briones (IMM-CSIC, Spain)

Elvira Fortunato (CENIMAT, Portugal)

Raquel Gonzalez-Arrabal (IFN-ETSII, Spain)

Antonio Hernando (IMA-UCM, Spain)

Margaret E. Kosal (Georgia Tech, USA)

Meyya Meyyappan (NASA, USA)

Fabrice Pardo (LPN/CNRS, France)

María Pilar Pina Iritia (INA, Spain)

Jean-Pierre Simonato (CEA-Grenoble, France)

Denis Spitzer (ISL-CNRS-UdS, France)

Nava Swersky Sofer (International Commercialisation Alliance, Israel)


More informations

Partager cet article

Repost0
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 13:20
La course à l'armement technologique passe par les vols hypersoniques

 

24/03/2014 Par Julien Bergounhoux - industrie-techno.com

 

 

L'éternelle course à l'armement technologique au niveau mondial est en train de prendre un nouveau tournant. Alors que les drones occupent le devant de la scène depuis plusieurs années, le facteur de la vitesse est de nouveau d'actualité. En atteignant des vitesses hypersoniques, supérieures à Mach 5, une armée pourrait frapper ses adversaires avant qu'ils n'aient le temps de réagir.

A l'heure où les systèmes de défense aérienne deviennent de plus en plus sophistiqués et performants, le Pentagone considère le vol hypersonique (c'est-à-dire supérieur à Mach 5, qui correspond à 6150 km/h) comme un élément essentiel du maintien de sa supériorité aérienne.

En effet, alors que la plupart des missiles de croisière actuels sont subsoniques, ce type de technologie pourrait s'avérer révolutionnaire s'il parvenait à être déployé dans un cadre opérationnel. Il permettrait de contrecarrer n'importe quel système de défense en volant simplement à une vitesse trop importante pour que celui-ci puisse intercepter la menace. Cela n'est pas sans rappeler le SR-71 "Blackbird" de Lockheed, avion de reconnaissance furtif américain mis en service en 1966 et dont la vitesse en vol de Mach 3, inégalée à l'époque, le rendait capable d'échapper aux missiles anti-aériens en accélérant.

 

CONCURRENCE INTERNATIONALE

Les systèmes de défense russe, chinois et syrien sont notamment identifiés comme étant très avancés, a révélé Al Shaffer, secrétaire adjoint de la Défense pour la recherche et l'ingénierie, dans des propos rapportés par DefenseTech. Les Etats-Unis voudraient donc se prémunir en cas d'affrontement avec ces puissances étrangères, qui font elles-mêmes beaucoup de progrès non seulement en matière de guerre électronique (la pierre angulaire de l'attaque et de la défense aérienne moderne), mais également de vitesse.

Ainsi, la Chine a testé un planeur hypersonique, le WU-14, en début d'année. Lancé par un missile ballistique intercontinental (ICBM) jusqu'à 100 km d'altitude, ce prototype se détache ensuite et manœuvre jusqu'à sa cible à des vitesses qui atteindraient Mach 10. Un essai que la Chine s'est empressée de déclarer comme ne visant personne, mais qui a été ressenti par certains Outre-Atlantique comme une démonstration de force. 

L'avancée technologique des Etats-Unis en est-elle menacée? Bien que la défense aérienne des Etats-Unis soit prévue pour intercepter des cibles hypersoniques (missiles intercontinentaux), elle ne peut les détecter et traquer correctement que lorsque leur trajectoire passe par l'espace, ce qui n'est pas le cas ici, rendant une interception beaucoup plus délicate. D'autant que la Russie prépare également de son côté des armes à propulsion hypersonique, et serait beaucoup plus avancée que la Chine dans leur développement.

 

PROPULSION PAR SUPERSTATORÉACTEUR

Pourtant, le département de la Défense américain n'est pas en reste. Il travaille à la conception d'un appareil hypersonique depuis 2004 au travers d'un programme qui réunit l'US Air Force, la Darpa, la Nasa, Boeing, et Pratt & Whitney Rocketdyne. Ce programme a donné lieu à 4 vols du démonstrateur X-51A (dit "Waverider" car il chevauche sa propre onde de choc) entre 2010 et 2013, et servira à l'élaboration du projet HSSW (High Speed Strike Weapon), un missile volant à plus de Mach 5 dont la mise en service est prévue dans le courant des années 2020.

Pour atteindre ces vitesses, le X-51A a lors de son dernier vol d'abord été amené à environ 15 000 m d'altitude par un Boeing B-52H, avant d'accélérer jusqu'à Mach 4,8 en 26 secondes à l'aide d'un moteur-fusée. Après s'en être séparé, il a utilisé un superstatoréacteur (scramjet) Pratt & Whitney SJY61 pour atteindre Mach 5,1, montant à plus de 18 000 m d'altitude. Un procédé similaire à celui de son prédécesseur civil, le X-43 de la Nasa (voir ci-contre une visualisation de sa mécanique des fluides numérique lors d'un vol à Mach 7), qui avait en 2004 atteint une vitesse record de 10 461 km/h, soit Mach 9,6. Evidemment, en plus de ces démonstrateurs, un certain nombres de projets militaires américains (le X-41 CAV, le X-37B) restent encore secrets.

Les statoréacteurs (à combustion supersonique ou non) sont des réacteurs qui n'utilisent pas de pièces mobiles et dont la poussée est produite par l'éjection de gaz résultant de la combustion du carburant. Leur principal désavantage est qu'ils ne peuvent propulser un aéronef qu'une fois qu'il a atteint une certaine vitesse, mais le fait qu'ils nécessitent moins de pièces permet aussi de réduire leur coût de fabrication, un avantage non négligeable lorsqu'ils n'ont pas vocation à être réutilisés (par exemple dans le cas de missiles).

Ci-dessous une simulation du vol du X-51A en vidéo :

Partager cet article

Repost0
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 11:20
Anomalies températures NCEP

Anomalies températures NCEP

MOSCOU, 25 juillet - RIA Novosti

 

La CIA cherche comment contrôler le climat de la planète. Et elle a déjà dépensé 630 000 dollars pour ça, écrit jeudi le quotidien Rossiïskaïa gazeta.

 

L’agence assure que le projet – intitulé "Géoingénierie du climat : évaluations techniques et discussions des impacts" – est inoffensif, mais les experts russes affirment que l'accès à l'arme offensive climatique est un rêve de longue date de Washington. L'étude des changements climatiques et des moyens de les contrôler prendra 21 mois aux chercheurs américains. C’est le délai imparti pour ce projet d'étude sur lequel travaillent, hormis la CIA, l'Académie nationale des sciences, l'agence responsable de l'étude de l'océan et de l'atmosphère NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration) et la Nasa. Les technologies développées avec le soutien actif de la CIA, même sous forme "limitée", paraissent très menaçantes. Il est notamment question de limiter le rayonnement solaire sur Terre grâce à la dispersion de particules spécifiques dans la stratosphère, de contrôler les radiations solaires et de déplacer des nuages.

 

Le porte-parole de la CIA a refusé de commenter le rôle du renseignement américain dans cette recherche sensible. Il a tout de même déclaré aux journalistes qu’au sujet des changements climatiques "la CIA travaillerait évidemment avec les chercheurs afin de mieux comprendre les phénomènes qui se produisent, pour assurer la sécurité nationale".

 

Pourtant, les rapports annuels du National Intelligence Council reflètent la vision qu’ont les renseignements américains des "phénomènes naturels". L'un des rapports indique que les changements climatiques et la politique visant à modifier le climat pourraient influer sur la stabilité intérieure dans certains pays-clés et avoir des conséquences géopolitiques importantes. Les fuites sont de plus en plus fréquentes dans la presse, concernant un mystérieux centre américain qui chercherait à "apprivoiser la météo".

 

Quoi qu'il en soit, les réunions de mai et juin des membres du "projet géo-ingénierique", selon la presse américaine, étaient complètement fermées au public. On promet pourtant de déclassifier le rapport des chercheurs américains en automne 2014.

 

Les experts russes des technologies militaires ne doutent pas du "double usage" de ce genre de travaux scientifiques. Igor Korotchenko, rédacteur en chef de la revue Défense nationale, a déclaré que la CIA n'était pas la seule à effectuer les recherches sur l'arme climatique. Selon lui, le Pentagone financerait également ces recherches avec un budget confidentiel.

 

"A l'heure actuelle, il n'existe pas d'arme climatique opérationnelle. Cependant, les USA mènent des recherches pour identifier les problèmes d’une telle arme et analyser les méthodes qui permettraient de les résoudre. Les Américains cherchent un moyen de générer des phénomènes naturels et de les contrôler grâce aux nouvelles technologies. Bien que la création d'une arme climatique soit longue – cela prendra entre 20 et 40 ans – le travail des USA dans ce sens prouve que Washington voit un sens pratique à ces recherches", explique Igor Korotchenko.

 

D'après l'expert, en cas de succès des travaux fondamentaux et pratiques pour la création de l'arme climatique, sa principale mission pourrait être de "déstabiliser économiquement certains pays" en y provoquant la sécheresse, des pluies de mousson ou des tornades. Ces catastrophes pourraient provoquer des manifestations antigouvernementales, voire des renversements de régime.

 

Rappelons que conformément à la résolution de l'Onu de 1977, il est interdit d'utiliser des technologies de changement climatique à des fins hostiles. Un traité international a été ratifié à cet effet par les USA en 1978. Mais selon l'expert, les accords en vigueur n'arrêteront pas Washington.

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2013 3 10 /07 /juillet /2013 16:20
Northrop Grumman Supports Propulsion System Rocket Engine Test

Jul 10, 2013 (SPX)

 

Herndon VA - Northrop Grumman recently supported the successful test of the Minuteman III Propulsion System Rocket Engine (PSRE) at NASA's White Sands Testing Facility in Las Cruces, N.M.

 

The PSRE is the liquid post-boost upper stage of the Minuteman III intercontinental ballistic missile (ICBM). This was a designated product quality assurance (PQA) test, which is a full mission duty ground static test conducted in NASA's altitude test cell.

 

The PQA test is performed to verify the quality of the PSRE after it is refurbished by the PSRE life-extension program (LEP).

 

This test represents the last of seven PQA static tests for the PSRE LEP program.

 

"The entire ICBM team, including our Aerojet and Boeing teammates and the Air Force, celebrate the success of this program as it comes to an end with this final accomplishment," said Tony Spehar, Northrop Grumman vice president and program manager for the ICBM Prime Integration Contract.

 

"These PSRE tests have ensured the reliability of the nation's deployed Minuteman fleet."

 

The PSRE LEP program, initiated in 2000, is managed under a joint partnership between Northrop Grumman and the U.S. Air Force.

 

The program is responsible for refurbishing the entire Minuteman III fleet of PSREs and extending its service life through 2030. Upon completion of the program last month, 558 PSREs will have been delivered to the Air Force.

Partager cet article

Repost0
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 16:20

 

7 June 2013 Liam Stoker - aerospace-technology.com

 

Developed as part of a collaborative effort involving Boeing Phantom Works and Nasa, the X-48C hopes to prove that blended wing body aircraft can deliver on fuel efficiency promises.

 

Having completed its flight testing campaign in late April, Boeing's X-48C experimental aircraft can only be considered a successful first foray into blended wing body (BWB) aircraft. Having been first conceptualised in the 1990s, the BWB finally looks like taking off.

 

Boeing acquired the concept as part of the company's merger with McDonnell Douglas in 1997, with the latter's Project Redwood certain of providing fuel efficiency advantages over traditionally designed aircraft. The concept relies on the aircraft designed as one entire part, combining the fuselage and wings into a more triangular design.

 

By reducing the number of parts that are pieced together and creating a design that is more streamlined, it is expected that the aircraft will provide greater fuel efficiency through being more aerodynamic.

 

In an age where airliners are increasingly at odds with spiralling fuel prices, any way in which fuel efficiency can be drastically boosted has to be considered worth persevering.

 

BWB goes into development

 

Having been developed through a collaboration involving Nasa's Langley Research Center and Boeing Phantom Works, the aircraft's initial entity - the X-48B - completed wind tunnel testing in May 2006, before progressing to taxi and ground testing.

 

Boeing X-48 chief engineer Norman Prince said: "Earlier wind-tunnel testing and the upcoming flight testing are focused on learning more about the BWB's low-speed flight-control characteristics, especially during takeoffs and landings. Knowing how accurately our models predict these characteristics is an important step in the further development of this concept."

 

The X-48B first flew in July 2007, reaching an altitude of 7,500ft during a 31 minute flight, before completing its initial flight testing phase in March 2010. Just over two years later the latest incarnation of the aircraft, the X-48C, commenced flight testing.

 

Featuring a new flight computer, new engines and a slight re-design, which saw the vertical stabilisers moved inboard, the aircraft completed 30 further test flights, finishing in April 2013.

 

The future for BWB aircraft

 

With two successful flight test regimes under its belt, the X-48 programme is edging ever closer towards proving the BWB concept as a manageable, fuel-efficient alternative to fuselage-and-wing aircraft.

 

Boeing and Nasa now intend to developer a larger BWB capable of transonic flight based upon the X-48C concept.

 

BWB aircraft are now also interesting the US Army and Air Force, with their improved fuel efficiency likely to be highly applicable for air-to-air refueling and cargo delivery missions.

 

Thought to be between 15 and 20 years away from development, blended wing body aircraft could become a cornerstone of not just civilian airliners, but non-combat military aircraft too.

Partager cet article

Repost0
1 juin 2013 6 01 /06 /juin /2013 07:20
RQ-4 Global Hawk photo USAF

RQ-4 Global Hawk photo USAF

SAN DIEGO, May 31 (UPI)

 

NASA will continue using Northrop Grumman Global Hawk unmanned aircraft for science missions and flight demonstrations.

 

Northrop Grumman, maker of the unmanned aerial system, said the renewed agreement with NASA's Dryden Flight Research Center for joint use and shared costs of the Global Hawks utilized is extended until 2018.

 

"In the last five years, the Global Hawk has flown over the eye of hurricanes, examined the effects of greenhouse gases and conducted cutting-edge autonomous aerial refueling trials," said George Guerra, vice president of the Global Hawk program for Northrop Grumman's Aerospace Systems sector.

 

"We are thrilled to continue our partnership with NASA and look forward to more scientific and technological breakthroughs in the next five years."

 

The initial Space Act Agreement between NASA and Northrop in 2008 returned two pre-production Global Hawk aircraft to flight status and a permanent ground control station was built at Dryden Flight Research Center at Edwards Air Force Base, Calif.

 

Northrop Grumman says the UAS, with its high-altitude and long-endurance capabilities, is ideal for use in scientific research.

Partager cet article

Repost0
5 août 2012 7 05 /08 /août /2012 12:00

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/air/actualites/images-2012/images-juillet-2012/officiers-nasa/1882393-1-fre-FR/officiers-nasa.jpg

 

26/07/2012 Actus Air

 

Le lieutenant-colonel Thierry David commandant le centre militaire d’observation par satellites et le commandant Marc d’Oria du commandement interarmées de l’espace ont participé, en tant que conférenciers, à la session 2012 de l'université d'été de l'International Space University (ISU). Ce rendez-vous annuel s’est tenu en Floride au sein du Florida Institute of Technology de Melbourne et du Kennedy Space Center à Cap Canaveral, du 11 au 14 juin 2012.

 

Les deux officiers de l’armée de l’air avaient déjà participé à la session d’été 2009 de l’ISU en tant que stagiaires. Désormais conférenciers, ils ont ainsi eu l’occasion de partager les perspectives de la Défense en matière d’observation par satellite et de surveillance de l’espace auprès d’un large public international. Rassemblant plus de 35 nations, l'université d'été de l'ISU a pour objectif de promouvoir le milieu spatial sous divers aspects (technique, juridique, commercial ou géopolitique). Elle offre à ses participants l'occasion d'accéder à un large panel d'activités et de séminaires.

 

Comme chaque année, l’armée de l’air a par ailleurs désigné un officier, le capitaine Arnaud Cateau, de la division surveillance de l’espace du commandement de la défense aérienne et des opérations aériennes (CDAOA), pour intégrer les rangs de l’ISU en tant que stagiaire. Pendant deux mois, il a bénéficié de formations, de témoignages et autres retours d’expérience dans le domaine spatial civil et militaire.

 

En offrant l'opportunité à ses officiers de participer à ce genre de séminaire, l'armée de l'air démontre sa volonté de maintenir son vivier de compétences et son attachement au milieu spatial.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories