Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 juin 2015 3 24 /06 /juin /2015 16:50
photo Nato

photo Nato

 

22 juin 2015 Romandie.com (AFP)

 

Bruxelles - L'Otan va décider cette semaine de renforcer sa force de réaction rapide en portant sa capacité à 30.000 à 40.000 hommes, soit plus du double de sa taille actuelle, a annoncé lundi le secrétaire général de l'Alliance, Jens Stoltenberg.

 

Les ministres de la Défense de l'Otan vont prendre la décision de renforcer la puissance et les capacités de la Force de réaction rapide de l'Otan jusqu'à 30.000 à 40.000 hommes, plus du double de sa taille actuelle, a déclaré M. Stoltenberg, alors que les ministres doivent se retrouver mercredi et jeudi au siège de l'Alliance à Bruxelles.

 

L'alliance, dominée par les Etats-Unis, avait créé en 2002 cette force de réaction rapide, dotée de quelque 13.000 hommes avec la capacité de se déployer beaucoup plus rapidement que les forces principales.

 

Mais la crise en Ukraine et l'intervention de Moscou pour soutenir les séparatistes pro-russes ont démontré que cette force pourrait ne pas être suffisamment rapide, dans un contexte sécuritaire qui a largement évolué, a souligné M. Stoltenberg.

 

En septembre, les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Otan ont donc approuvé une structure plus légère et encore plus rapide, la force fer de lance, composée de 5.000 hommes et capable de se déployer dans un délai se comptant en jours et non en mois.

 

M. Stoltenberg a estimé que le renforcement de cette force très rapide progressait à bon rythme.

 

Il a ajouté que l'Otan allait accélérer son processus décisionnel pour faire face aux nouveaux défis, avec notamment la création au sein de sa structure de commandement d'un nouveau quartier général pour coordonner les questions de logistique.

 

En conséquence, le commandant suprême de l'Otan aura plus de responsabilités en matière de déploiement, afin que l'alliance de 28 Etats membres puisse répondre plus rapidement, a-t-il expliqué. Ceci ne remet toutefois pas en cause le contrôle des politiques sur les militaires, a souligné M. Stoltenberg.

 

Il s'agit de décisions importantes, qui font partie de l'adaptation de l'Otan à un nouvel environnement sécuritaire, a estimé le secrétaire général, en soulignant l'importance pour les pays membres de se conformer à leur engagement de septembre dernier d'augmenter leurs dépenses militaires pour qu'elles atteignent 2% de leur Produit intérieur brut (PIB).

Partager cet article

Repost0
24 juin 2015 3 24 /06 /juin /2015 07:50
Drame d’Albacete : cérémonie d’hommage

 

23/06/2015 Armée de l'air

 

Le 26 janvier 2015, un F-16 grec s’est écrasé au décollage sur le parking avions de la base aérienne d’Albacete en Espagne, faisant 11 morts dont 9 aviateurs français. Jeudi 18 juin 2015, les familles des victimes ont pu se rendre sur les lieux du drame pour une cérémonie de commémoration.

 

Les familles des victimes ont été accueillies par le général de corps aérien (GCA) Serge Soulet, commandant les forces aériennes (CFA), représentant le chef d’état major de l’armée de l’air (CEMAA).

Venues depuis Nancy par avion militaire spécialement affrété, les familles ont été conduites sur le parking avions, lieu où s’est produit l’accident, pour un moment de recueillement.

Une cérémonie d’hommage s’est tenue en présence de M. Pedro Morenés, ministre de la défense espagnol, M. Jérôme Bonnafond, ambassadeur de France en Espagne, ainsi que de représentants de toutes les nations associées au programme d’entraînement de l’OTAN (Tactical Leadership Program - TLP), auquel les victimes participaient. Le ministre a également remis des décorations à des aviateurs espagnols, américains et italiens pour leurs actions héroïques et de solidarité lors du drame.

 

Après la cérémonie, tous les aviateurs se sont retrouvés pour l’inauguration d’un mémorial, représenté par un obélisque, symbole ancestral du souvenir, sur lequel les noms des neuf victimes françaises ont été inscrits. Orné de trois ondes représentant l’Honneur, la Mémoire et la Paix, il symbolise le fait que « ceux qui ont sacrifié leur vie reposent avec Honneur, qu’ils reposent affectueusement dans notre Mémoire, et qu’ils reposent pour toujours en Paix ». La place du mémorial a été baptisée Place du Commandant Tison, dont la plaque fut dévoilée par le ministre et par l’épouse du défunt.

 

Enfin, le général Soulet a transmis les remerciements du CEMAA et de toute l’armée de l’air au commandant de la base d’Albacete, au chef du TLP et à tout leur personnel.

Drame d’Albacete : cérémonie d’hommage
Drame d’Albacete : cérémonie d’hommage

Partager cet article

Repost0
22 juin 2015 1 22 /06 /juin /2015 16:50
The Gurkhas: 200 Years of Service


18 juin 2015 by NATO

 

For 200 years, the Gurkhas have served with the British Army. Their numbers currently stand at around three and a half thousand.

While the UK has recently hosted ceremonies to mark the anniversary, soldiers from the 2nd Battalion Royal Gurkha Rifles have been in Latvia taking part in Exercise Saber Strike, which involves 6000 military personnel from 13 nations.

Partager cet article

Repost0
22 juin 2015 1 22 /06 /juin /2015 15:50
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

22/06/2015 Sources : Marine nationale

 

Du 4 au 20 juin 2015, le bâtiment de commandement et de ravitaillement (BCR) Somme a intégré le dispositif naval des manœuvres OTAN Baltops aux côtés des 50 bâtiments, dont le chasseur de mines tripartite (CMT) Éridan.

 

L’exercice, articulé autour d’un scénario de crise visant à sécuriser et stabiliser la zone, a permis aux 15 nations alliées de contribuer à la mission d’assurance OTAN en mer Baltique. Les opérations menées par la Task Force TF 162, placée sous le commandement du vice-amiral américain James Fogo, avaient pour but d’assurer la liberté de navigation, la fluidité du trafic maritime et de lutter contre le trafic d’armes, en conduisant des exercices conjoints de lutte anti-mines, de lutte anti-sous marine, et de défense aérienne. L’occasion pour les alliés de démontrer leur interopérabilité, toujours plus poussée, à la mer. 

 

Seul ravitailleur de la force, et constitué en Task Group logistique autonome, la Sommea intégré la Task Force TF 162. Pivot d’une composante navale imposante déployée à la mer sur plusieurs semaines, la Somme a démontré l’importance stratégique du soutien pétrolier hauturier en opérations. Elle a ravitaillé onze bâtiments étrangers au cours de ravitaillements à la mer (RAM) doubles, leur délivrant plus de 4 600 m3 de F76 et 100 m3 de F44.

 

Au total, ce sont 15 ravitaillements opérationnels à la mer qui ont été réalisés, soit autant de RAM conduits par la Sommesur les 8 derniers mois. Un beau record pour l’équipage, qui a fait preuve de résilience, de concentration et de professionnalisme de manière continue en enchaînant parfois jusqu’à 17 heures de manœuvres ininterrompues. Ces nombreuses interactions ont permis de consolider l’interopérabilité du ravitailleur avec les marines étrangères, mais aussi de mécaniser et qualifier toujours plus les actions du personnel sur des manœuvres techniques complexes donc dangereuses.

 

 

photo Marine Nationalephoto Marine Nationale
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

Baltops constitue le deuxième volet opérationnel de la mission Beluga 2015 de la Somme. Ce déploiement de deux mois en mer du Nord et en Baltique a débuté pour le BCR en avril dernier avec l’exercice Dynamic Mangoose aux côtés de la frégate anti-sous-marine (FASM) Latouche-Tréville, où il assurait déjà le ravitaillement opérationnel des unités alliées à la mer. Sur deux mois, la Somme aura ainsi réalisé 35 ravitaillements à la mer et délivré 6 811 m3 de F76.

 

En escale à Kiel du 19 au 24 juin dans le cadre de la clôture de l’exercice, la Somme sera le premier bâtiment de commandement et de ravitaillement français à transiter par le canal de Kiel reliant la Baltique à la Manche, pour rejoindre Brest, où elle accostera le 27 juin.

 

Le vice Amiral James FOGO monte à bord

photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

Le mercredi 10 juin au soir, le vice-amiral américain James Foggo, commandant de la sixième flotte américaine et commandant de la force de frappe de l’OTAN a embarqué à bord de la Somme pour assister au ravitaillement à la mer de nuit avec l’USS San Antonio .Francophile et francophone, il s’est adressé à l’équipage à la diffusion générale et lui a transmis ses félicitations pour le soutien pétrolier et logistique intense apporté lors de l’exercice Baltops. L’occasion pour le vice-amiral Foggo de rappeler qu’au même moment, l’Hermione, copie de la célèbre frégate du Général Lafayette, faisait escale aux États-Unis. Un clin d’œil sur la longue coopération militaire unissant la France aux États-Unis,  nécessaire à la défense de valeurs communes aux deux côtés de l’Atlantique.

Depuis l’aileron jusqu’au PC Cargaison, l’amiral s’est montré très impressionné par le professionnalisme de l’équipage et la fluidité avec laquelle les manœuvres de ravitaillement à la mer ont été conduites.

Partager cet article

Repost0
22 juin 2015 1 22 /06 /juin /2015 12:50
BALTOPS 2015: A Show of Force in the Baltic Sea


20 juin 2015 by NATO

 

Ships, planes, and hundreds of Marines attacked a beachfront off the Baltic Sea this week. This impressive show of force is part of BALTOPS 2015 - an annual US-led NATO exercise designed to enhance flexibility and interoperability, and demonstrate the resolve of allied and partner forces to defend the Baltic region.

Thousands of military personnel take part in this multinational exercise involving 49 ships, 61 aircraft, 1 submarine, and a combined landing force of 700 troops. 17 NATO Allies and partner nations participated in BALTOPS 2015, which took place in Poland, Sweden, Germany, and throughout the Baltic Sea.

Partager cet article

Repost0
18 juin 2015 4 18 /06 /juin /2015 09:50
OTAN et PSDC : vers un rapprochement des processus capacitaires


17/06/2015  par Notes de Recherche Stratégique

 

Numéro 20 - 2015 (pdf - 661 ko)
OTAN et PSDC : vers un rapprochement des processus capacitaires
Auteur : Général de division (2S) Maurice de LANGLOIS
Tout État ou organisation s’interroge sur la manière de préparer l’avenir et de faire face aux futurs risques et menaces qu’il aura à affronter. Ainsi l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN) et l’Union européenne, à travers la Politique de sécurité et de défense commune (PSDC), se sont attachées à développer une démarche visant à se doter des moyens capacitaires capables de répondre aux nouveaux enjeux.

 

Numéro 19 - 2015 (pdf - 661 ko)
Le rapprochement de la Russie avec la Chine : le triomphe de la stratégie sur la tactique ?
Auteur : Céline MARANGÉ
Au lendemain de l'annexion de la Crimée, nombreux étaient les responsables politiques russes à plaider en faveur d'une "réorientation stratégique" des intérêts de la Russie en Asie...

 

Numéro 18 - 2015 (pdf - 661 ko)
La menace stratégique des États faibles : quand les faits relativisent la théorie
Auteur : Sonia LE GOURIELLEC
Les recherches qui se concentrent sur l’échec de l’État à remplir ses fonctions régaliennes rencontrent un franc succès depuis la fin de la guerre froide et après le 11 septembre 2001. L’une des principales hypothèses est que les États dits faibles ou pire faillis seraient générateurs de conflits : « Most of the security problems of Africa largely hang on the failure of the postcolonial state ».

 

Numéro 17 - 2015 (pdf - 1,9 Mo)
Politiques contre les violences sexuelles dans les armées : le cas des États-Unis
Auteur : LCL Arnaud PLANIOL
Représentant un enjeu pour de nombreuses démocraties occidentales, les questions de harcèlement et violences à caractère sexuel sont prises très au sérieux par le Department of Defense (DoD), qui lutte déjà depuis plusieurs années contre ces comportements déviants, suite notamment à plusieurs affaires emblématiques qui avaient secoué les académies militaires américaines au début des années 2000.

 

Numéro 16 - 2015 (pdf - 1,6 Mo)
La présence de l’histoire dans les relations stratégiques : influence inconsciente ou ressource rhétorique ?
Auteur : Eric SANGAR
La crise en Ukraine semble témoigner d’une réapparition de l’histoire sous plusieurs formes. En effet, dans les tentatives de compréhension des origines de la crise, de nombreux analystes occidentaux se focalisent sur le rôle de l’histoire en parlant d’un « retour » aux conceptions politiques d’expansion territoriale du 19e siècle. Des analogies sont notamment tracées avec les accords de Munich de 1938, ou bien en interprétant la politique russe comme une stratégie de « réparation » de l’humiliation causée par la chute de l’Union soviétique.

 

Numéro 15 - 2015 (pdf - 1,3 Mo)
Oman : future pièce maîtresse de la stratégie américaine dans le Golfe et l’océan Indien
Auteur : Pierre RAZOUX
Si à court terme, l’avenir du sultanat d’Oman est empreint d’incertitudes liées à la crise de succession qu’engendrerait la disparition du sultan Qaboos (malade et sans héritier), la valeur géostratégique d’Oman est indubitablement en forte hausse à moyen et long termes, justifiant une plus grande attention des milieux de la recherche stratégique.

Partager cet article

Repost0
18 juin 2015 4 18 /06 /juin /2015 07:50
RAF in Estonia for Baltic Air Policing Mission


17 juin 2015 by Royal Air Force

 

Four RAF Typhoons are currently deployed to Amari airbase in Estonia as part of NATO’s Baltic Air Policing mission to assure and secure the airspace of the Baltic countries of Latvia, Lithuania and Estonia. “People are what make a mission for the Royal Air Force”, says the commander of 121 Expeditionary Air Wing, Wing Commander Stu Smiley; “We have the equipment and the aircraft which execute the mission with the pilots in, but it is everybody behind that that makes it possible.”

Partager cet article

Repost0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 16:50
BALTOPS amphibious landing exercise in Sweden


13 juin 2015 by NATO TV video/Released

 

RAVLUNDA, Sweden (June 13, 2015) A combined landing force from Finnish, Swedish, United Kingdom and United States Marines disembark from Polish, UK and U.S. amphibious ships to conduct an amphibious landing rehearsal during BALTOPS 2015, June 13. Vice Adm. James G. Foggo III, commander of U.S. 6th Fleet, provides comments about the exercise at the end of the video.

Partager cet article

Repost0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 16:50
NATINAMDS : Plus fort ensemble

 

15/06/2015 Armée de l'Air

 

La France est au cœur des opérations actuelles menées par l’Otan. Avec le système NATINAMDS, l’armée de l’air participe aux transformations dans le domaine de la défense aérienne et antimissile e l’Alliance.

 

« Un pour tous, tous pour un ! » Le célèbre adage d’Alexandre Dumas illustre bien l’esprit de solidarité animant l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (Otan). Depuis la création de l’Alliance en 1949, les nations membres s’engagent à se protéger mutuellement, autour d’un principe de « défense collective ».

Membres de l’Otan depuis plus d’une décennie, les pays baltes se sont montrés particulièrement préoccupés par les troubles secouant l’Ukraine depuis la fin 2013. À la demande de l’Alliance, et avec l’accord du gouvernement polonais, des avions de chasse français ont ainsi été déployés sur la base polonaise de Malbork, le 28 avril 2014. En application de mesures dites de « réassurance », les aviateurs français ont assuré une permanence opérationnelle au-dessus des espaces aériens lituanien, letton et estonien, c’est-à-dire la capacité d’intercepter un aéronef intrus sous faible préavis, 24 heures/24 et 7 jours/7. En quatre mois de mission, les avions de chasse français ont cumulé 500 heures de vol, en 424 sorties aériennes, interceptant quatre aéronefs.

Cette mission de police du ciel (NATO Air Policing) fait partie du système de défense aérienne et antimissile de l’Otan, appelé NATINAMDS (NATO Air and Missile Defence System). Ce dispositif comprend­ un réseau de systèmes interconnectés permettant la surveillance et la détection des aéronefs, ainsi que leur interception par des systèmes d’armes aériens ou de surface.

Les travaux portant sur le NATINAMDS ont débuté dans les années 1970, avec la mise en place d’une structure intégrée, combinant les moyens nationaux à ceux de l’Otan. L’Alliance­ a ainsi développé un système de commandement et conduite (C2) dédié aux opérations aériennes. Appelé système de commandement et de conduite aérien (Air Command and Control System - ACCS), ce dernier doit prochainement entrer en service dans l’armée de l’air et interviendra no­tamment dans la planification, l’exécution et la coordination des opérations aériennes.

En plus de la police du ciel, NATINAMDS comprend le développement d’une capacité de défense antimissile balistique. D’ici 2020, l’Alliance s’engage à mettre en place une couverture de l’ensemble des pays européens membres de l’Otan. Officiellement lancée lors du sommet de Lisbonne en 2010, cette capacité a atteint un seuil intérimaire en 2012.

Pour la France, l’intégration au NATINAMDS s’accompagne de problématiques techniques et procédurales. L’équation consiste à rejoindre ce dispositif intégré, tout en préservant notre souveraineté nationale en matière de défense aérienne, ainsi que l’efficacité et la réactivité de notre chaîne de commandement et de conduite.

Le corpus réglementaire nécessaire à l’exécution de la mission d’Air Policing doit prochainement être adopté. Dans le cadre du NATINAMDS, il est précisé que le commandement opérationnel des moyens de défense aérienne est conservé au niveau national. Le contrôle opérationnel est, quant à lui, accordé au cas par cas à l’Otan par un transfert d’autorité des moyens d’interception, sous le contrôle du centre national des opérations aériennes (CNOA). La possibilité de refuser et d’annuler ce transfert est conservée en toutes circonstances. Par ailleurs, le rôle central du CNOA est conforté, garantissant la maîtrise par la France de toute interception réalisée au-dessus du territoire national au nom de l’Otan.

Une série d’exercices, appelés Ratest, organisés en mars et en juin 2015 ont permis de tester l’application de ces mesures, ainsi que la coordination interministérielle et interalliée. Une évaluation réelle de grande ampleur est programmée au cours du 2e trimestre.

 

Retrouvez "L'armée de l'air en opérations" dans le hors-série 2015 ; disponible également en anglais.  

Partager cet article

Repost0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 05:20
Un char américain Abrams débarque dans le port de Riga, en Lettonie, le 9 mars 2015. (photo US DoD)

Un char américain Abrams débarque dans le port de Riga, en Lettonie, le 9 mars 2015. (photo US DoD)

 

15 juin 2015 45eNord.ca (AFP)

 

Les États-Unis sont en passe d’entreposer des armes lourdes, y compris des chars, et jusqu’à 5.000 hommes, dans plusieurs pays baltes et d’Europe de l’Est pour contrer une éventuelle agression russe, affirme ce week-end le New York Times.

 

Si la proposition du Pentagone est acceptée par l’exécutif américain, les États-Unis entreposeront pour la première fois des armes lourdes dans ces pays qui ont récemment adhéré à l’OTAN et qui, avant la chute du mur de Berlin, appartenaient à la sphère d’influence de l’Union soviétique, affirme le quotidien qui cite des sources américaines et alliées anonymes.

 

Il s’agit de rassurer les pays baltes et d’autres pays d’Europe de l’Est qui sont très inquiets depuis l’annexion de la Crimée et les combats en Ukraine, où des séparatistes pro-russes contestent l’autorité de Kiev dans l’est du pays.

 

Kiev et les Occidentaux accusent la Russie d’armer les séparatistes et d’avoir déployé des troupes régulières pour les aider.

 

Selon le New York Times, la proposition doit encore recevoir l’aval du secrétaire américain à la Défense, Ashton Carter, et de la Maison Blanche. Le quotidien souligne que certains alliés de l’OTAN s’inquiètent de la réaction de la Russie.

 

Un porte-parole du Pentagone cité par le quotidien souligne qu’aucune décision n’a encore été prise.

 

Les responsables qui ont parlé au quotidien estiment que le Pentagone devrait avoir le feu vert avant une réunion des ministres de la Défense de l’OTAN, ce mois-ci à Bruxelles.

 

En l’état actuel des plans du Pentagone, de l’équipement pour quelque 150 hommes (une compagnie dans l’armée américaine) serait stocké dans chacun des trois pays baltes.

 

De l’équipement pour une compagnie ou un bataillon (750 militaires environ) serait entreposé en Pologne, Roumanie, Bulgarie et peut-être en Hongrie, ont précisé ces sources.

Partager cet article

Repost0
11 juin 2015 4 11 /06 /juin /2015 19:50
photo Jorn Urbain - MIL.be

photo Jorn Urbain - MIL.be

 

10/06/2015 Hubert Rubbens – MIL.be

 

Les 9 et 10 Juin, l'OTAN organisait à Ostende une conférence au sommet portant sur la chasse aux mines. Cette conférence s'est déroulée sous les auspices du vice-amiral Bruno Paulmier, de la marine française, qui officie également en tant qu'adjoint du Commander Maritime Command de l'OTAN. Elle a eu lieu à EGUERMIN (Centre d'excellence pour la chasse aux mines) dont le centre fête son 50e anniversaire cette année.

 

La conférence visait l'échange d'informations sur les dernières techniques utilisées dans la chasse aux mines. En outre, il est très important pour les 28 partenaires de l'OTAN d'accorder leurs systèmes et méthodes de travail. L'évolution mondiale du terrorisme exige de l'OTAN un investissement plus important dans une communication de pointe, tendon d'Achille lors d'opérations militaires. Outre l'échange de connaissances, l'accent a également été mis sur la formation commune ainsi que sur les investissements dans de nouveaux systèmes tels que les AUV (Autonomous Underwater Vehicle). Le message est la concertation ! Finalement, l'OTAN demeure l'ultime alliance afin de maintenir la paix dans ce monde explosif ! La journée s'est achevée par une photo de groupe.

photo Jorn Urbain - MIL.bephoto Jorn Urbain - MIL.be

photo Jorn Urbain - MIL.be

Partager cet article

Repost0
11 juin 2015 4 11 /06 /juin /2015 10:55
Free French Foreign Legionnaires leap up from the desert to rush an enemy strong point, Bir Hakeim, June 1942

Free French Foreign Legionnaires leap up from the desert to rush an enemy strong point, Bir Hakeim, June 1942


11.06.2015 par SHD
 

11 juin 1430 : bataille d’Anthon. Les Bourguignons (4000 soldats) alliés au duc de Savoie Amédée VIII s’infiltrent en Dauphiné pour l’arracher au royaume de France. Le gouverneur Raoul de Gaucourt, renseigné sur la progression et le nombre de l’ennemi sait qu’il permettra la survie de ses 1600 hommes s’il attaque par surprise et de manière non conventionnelle. Les Bourguignons marchant sur le château de Colombier doivent traverser le Bois des Franchises sur un axe étroit ne permettant aucun déploiement de leurs cavaliers : c’est là que Gaucourt dispose en embuscade ses archers et bombardes (venues de Crémieux). Insuffisamment renseignés et trop sûr de leurs forces, les Bourguignons négligent de reconnaître l’axe de progression. Ils tombent dans une série d’embuscades tout le long du chemin et se font décimer. Les troupes dauphinoises accentuent la panique des Bourguignons en faisant croire à une supériorité numérique écrasante (hurlements dans les bois). Le Dauphiné reste au Royaume de France.

 

11 juin 1837 : inauguration de la galerie des batailles (Château de Versailles). Le roi Louis-Philippe inaugure la galerie qui regroupe parmi les plus belles toiles représentant les grandes batailles françaises, de Tolbiac  (496)  à Wagram (1809).

 

11 juin 1885 : mort de l’amiral Courbet (à bord du Bayard au large de l’actuelle Taiwan). Polytechnicien et amiral commandant l’escadre d’Extrême-Orient.

 

Né à Abbeville le 26 juin 1827, le futur amiral Courbet entra dans la Marine à sa sortie de Polytechnique en 1849, après avoir été secrétaire d'Annand Marrast pendant la Révolution de 1848. Aspirant sur la Capricieuse, il fit campagne dans les mers de Chine, l'océan Indien et dans le Pacifique. Enseigne de vaisseau en décembre 1852, il fut remarqué par l'amiral Jacquinot et promu lieutenant de vaisseau en novembre 1856. ll leva le plan de la rade de Biarritz où Napoléon III songeait à créer un grand port. Embarqué en 1858 sur le Suffren puis en 1860 sur le Montebello, il fut instructeur à l'école de canonnage et s'attacha à perfectionner les matériels d'artillerie et les méthodes de tir. Capitaine de frégate en août 1866, chef d'état-major de la division cuirassée de la Manche, il commanda en 1870 le Talisman aux Antilles et donna la chasse aux navires ennemis. Revenu en France, il fut chargé de rédiger un cours de tactique navale. Capitaine de vaisseau en août 1873, il commanda en 1874 l'école des torpilles de Boyardville dans l'Ile d'Oléron et se passionna pour cette arme nouvelle. Membre du Conseil des travaux, chef d'état-major de l'escadre de Méditerranée, il fut nommé en juin 1880 gouverneur de la Nouvelle-Calédonie et en septembre contre-amiral. Son passage à Nouméa fut marqué par une oeuvre administrative importante; il s'efforça de développer l'agriculture en luttant contre la spéculation foncière ; il lutta aussi contre la spéculation minière en obligeant les concessionnaires à exploiter leurs découvertes au lieu de les revendre avec profit.

Commandant, à son retour en France, une division navale d'essais constituée à Cherbourg, il fut nommé en 1883 à la tête de l'escadre des mers de Chine, renforcée à la suite de la mort de Francis Garnier. Il allait, dans ce poste, donner la mesure de son énergie et de son audace. En août 1883, il bloqua Hué et emporta d'assaut la citadelle, obligeant l'empereur d'Annam à la paix (Traité de Hué, août 1883) .Commandant en chef interarmées, il battit les Pavillons Noirs et occupa Son-Tay et une partie du delta du Tonkin. Promu vice-amiral en mars 1884, il dirigea les opérations décidées contre la Chine à la suite de l'affaire de Langson, attaqua les forts de Fou-Tchéou, força les passes de la rivière Min et fit détruire par ses torpilleurs une partie de la flotte chinoise (février 1885), puis débarqua à Formose et s'empara de Kelung, de Makung et en mai des îles Pescadores. Épuisé physiquement, et sans doute aussi moralement, par une campagne dont il n'avait pas tenu à lui qu'elle fut plus intelligemment menée et qu'elle aboutit à de meilleurs résultats,  mourut à bord de son navire-amiral, le Bayard, en rade de Makung, le 11 juin 1885.

Le sabre de l'amiral Courbet fut déposé dans la chapelle "Marine" de la basilique du Sacré-Coeur de Montmartre. Dans son testament, il léguait " ses économies en espèces et ses valeurs mobilières" à la Société de sauvetage en mer en baie de Somme.

 

11 juin 1931 : Pierre Benoit, immortel. L’auteur de Koenigsmark, l’Atlantide, la châtelaine du Liban, …, la sainte Vehme, est élu à l’Académie française.  Le général Maxime Weygand est lui aussi élu le même jour.

 

11 juin 1942 : sortie de vive force de Bir Hakeim (Libye). Du 27 mai au 10 juin, la brigade du général Koenig (3600 hommes) résiste aux assauts et aux bombardements de Rommel et permet ainsi aux Britanniques de la 8ème armée d'achever leur repli et de se reconditionner en Egypte. En s'obstinant à prendre Bir Hakeim qui n'a pourtant pas de caractère stratégique particulier, Rommel perd un temps précieux et surtout commet l'erreur de mettre en évidence la valeur au combat des Français libres. Dans la nuit du 10 au 11 juin, la brigade française démine un couloir de 40 mètres de large dans le périmètre défensif et commence son évacuation du camp retranché. Les Allemands détectent très vite la sortie et déclenchent un déluge de feu qui ne parvient cependant pas à arrêter la sortie. La bataille donne lieu à d’innombrables actes de courage. 2100 soldats gagnent les lignes britanniques distantes de 7 km. Le retentissement de ce fait d'armes est international et salué par toutes les radios alliées qui focalisent depuis deux semaines sur la résistance française inattendue à Bir Hakeim. Le général de Gaulle envoie immédiatement un message de félicitations à Koenig.

 

11 juin 1948 : résolution Vandenberg (Etats-Unis – Washington). Le sénat américain en votant cette résolution permet aux Etats-Unis d’intégrer l’alliance des Etats signataires du Traité de Bruxelles et donne un coup d’accélérateur décisif à la future OTAN. Le traité de l’Atlantique Nord sera signé moins d’un an plus tard (4 avril 1949).

Partager cet article

Repost0
10 juin 2015 3 10 /06 /juin /2015 16:50
photo Armée de Terre

photo Armée de Terre

 

08/06/2015 Armée de Terre

 

Le Corps de réaction rapide-France (CRR-Fr) a organisé un VIP Seminar au cœur de la Citadelle de Lille le 22 mai 2015, dans le but de débattre sur le thème « Quel commandement et contrôle (C2) pour les opérations actuelles et futures ».

 

Organisé dans le cadre du passage du CRR-Fr au format Joint Task Force (groupe de forces interarmées) et à l’occasion de son dixième anniversaire, le débat a réuni une cinquantaine d’officiers généraux et d’officiers d’états-majors français, alliés et de la communauté de l’OTAN. Ils ont pu échanger et réfléchir afin d’apporter des solutions concrètes et des hypothèses de travail pour le C2 des troupes déployées en opération.

 

Le quartier général du corps de réaction rapide-France est un état-major qui a la capacité d’entrer en premier sur un théâtre d’opérations et de conduire des engagements opérationnels allant de la basse à la haute intensité. Il peut être engagé dans un environnement interarmées et multinational dans le cadre d’un mandat de l’OTAN, de l’Union Européenne ou d’un mandat national si les circonstances l’exigent.

Partager cet article

Repost0
10 juin 2015 3 10 /06 /juin /2015 16:40
RAF Typhoon of 6 Squadron from 121 Expeditionary Air Wing deployed in Estonia intercepts Russian Il-20 Coot A electronic surveillance aircraft - photo RAF.jpg

RAF Typhoon of 6 Squadron from 121 Expeditionary Air Wing deployed in Estonia intercepts Russian Il-20 Coot A electronic surveillance aircraft - photo RAF.jpg


10 June 2015 by Royal Air Force
 

RAF Typhoons made a “two-in-one” interception, launching to find and identify Russian aircraft in two different places over the Baltic Sea as part of the NATO Baltic Air Policing mission for Estonia, Latvia and Lithuania.

 

A pair of Typhoons were scrambled this morning from Ämari Air base in Estonia to intercept an unknown aircraft tracking the Baltic airspace without having filed a flight plan. Having identified it as an Il-20M Coot A surveillance aircraft, they were then re-tasked whilst still airborne to check out another aircraft. It was seen to be an An-26 Curl transport aircraft going north from Kaliningrad.

These two intercepts resulted from close teamwork between the Estonian Air Force and the RAF Air Surveillance and Control System (ASACS) detachment at Ämari. ASACS detachment commander, Flight Lieutenant Paul “Griff” Griffin explained: “The Estonian controllers will have seen it on their radar picture. They evaluate speed, heading, height and whether it has a flight plan. They give it an appropriate ID coloured according to their assessment of its intent. We saw this one show up in a sea of green.”

He continued: “My job as the 121 EAW representative is to provide input to NATO’s Combined Air Operations Centre at Uedem in Germany. It’s almost like a bidding process. Every unit identifies what they can do. In this case the Typhoons were given a ‘Yes’ and one of the Estonians hit the ‘Scramble’ button. As our aircraft get in the air, it’s my job to vector them on. Steering them left, right, faster, slower to get them behind the unknown aircraft.”

Sgt Chris Ashcroft, in the ASACS detachment takes-up the story: “My part is to generate the air picture – so it can be seen in the cockpit to increase the situational awareness of the Typhoon pilots. It takes a bit of training to ensure they have the right footprint visible”.

Interception of two aircraft on the same sortie demonstrates the flexible capability of the RAF Typhoons in policing Baltic airspace and making it safer for civilian air traffic. Detachment Commander, Wing Commander Stu Smiley said: “As we enter our second month of policing the Baltic airspace, this is the fourth intercept tasking we have had. It’s much as expected. Today’s double intercept easily demonstrates the capability we bring to the mission”.

Flt Lt Griffin simply summed it up: “ It’s a bit like waiting for a bus. You wait so long and then two turn up at once. But we are trained to do that.”

An-26 Curl transport aircraft - photo RAF.jpg

An-26 Curl transport aircraft - photo RAF.jpg

Partager cet article

Repost0
8 juin 2015 1 08 /06 /juin /2015 16:50
photo MIL.be

photo MIL.be

 

04/06/2015 par MIL.be

 

La nouvelle vision de lutte contre les mines sera dévoilée le 9 juin au cours de la conférence annuelle sur la lutte contre les mines de l'OTAN au Naval Mine Warfare Centre of Excellence (EGUERMIN).

 

À cette occasion, le commandant adjoint du Commandement maritime de l'OTAN (COMAR), le vice-amiral Paulmier  ainsi que plus de 20 dignitaires de différents pays de l'OTAN et un grand nombre de commandants étrangers des services de luttes contre les mines se rendront à Ostende.

 

Parallèlement à la conférence, se tiendra également l’exercice belgo-néerlandais SNOW MASTER. Cet exercice vise à former les organisations en charge du trafic maritime aux procédures de l'OTAN pour la surveillance et la protection des navires marchands. En plus de la Belgique et des Pays-Bas, l’Allemagne, la Turquie, le Danemark et la Croatie participeront également à l'exercice.

Partager cet article

Repost0
6 juin 2015 6 06 /06 /juin /2015 07:50
L'OTAN a commandé cinq Global Hawk. photo Northrop Grumman

L'OTAN a commandé cinq Global Hawk. photo Northrop Grumman

 

05/06/2015 par Emmanuel Huberdeau – Air & Cosmos

 

Northrop Grumman a présenté le 4 juin 2015 le premier drone HALE (Haute Altitude Longue Endurance) Global Hawk destiné à l'OTAN, baptisé "NATO Alliance Ground Surveillance (AGS) aircraft".

 

La commande du Global Hawk avait été décidée en 2012 lors du sommet de l'OTAN. A Chicago, les pays de l'alliance avaient alors signé le contrat d'acquisition de cinq drones  "stratégiques” RQ-4 Global Hawk Block 40.

 

Northrop Grumman annonce que le système a été développé en collaboration avec des industriels européens dont Airbus Defence and Space, Selex ES et Kongsberg. Au total, les industriels de 15 pays (Sur les 28 de l'OTAN) ont été impliqués dans le programme AGS. Les 28 pays de l'alliance participeront ensuite au soutien du système sur le long terme. L'achat des drones et des équipements associés, ainsi que la formation du personnel, représentent un coût de plus d'un milliard d'euros, selon l'Otan. Les coûts de fonctionnement de l'AGS au cours des vingt prochaines années seront supérieurs à 2 md€. La France ne participe pas au programme d'acquisition.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
5 juin 2015 5 05 /06 /juin /2015 07:50
UK MOD contributes to deficit reduction

 

,

 

As part of the government’s commitment to reducing the deficit, the Chancellor announced today that Whitehall departments have found a further £3 billion savings in this financial year. The MOD will contribute to this cross-government effort to tackle the public finances by making £500 million of further savings and efficiencies.

This will not impact on our commitment to spend 2% of GDP of defence and meet our NATO pledge. Nor will this mean any further cuts to our Armed Forces or impact on our current operations.

Since 2010, the MOD has a strong track record of delivering efficiency savings. Tough choices were made, but by cancelling out of control procurement programmes, becoming a more intelligent customer, and using our assets in the best possible way, we were able to bring the Defence budget under control.

 

An MOD Spokesperson said:

“You would expect MOD to play a part in the Government’s ongoing commitment to reduce the deficit.
“As part of the Chancellor’s announcement, we have agreed to make a further £500M of savings and adjustments in this financial year. This amounts to 1.5% of the overall defence budget.
“This agreement will not impact on the baseline defence budget, manpower numbers or current operations. The UK will continue to spend 2% of GDP on Defence in this financial year.”

Partager cet article

Repost0
5 juin 2015 5 05 /06 /juin /2015 07:50
Poland increases military spending in response to Russia's belligerence

 

31 May 2015 By Matthew Day, Warsaw - TheTelegraph

 

The defence budget will increase by 18 per cent meaning that it will achieve Nato target of spending two per cent of GDP income on defence

 

Poland has responded to Russia's belligerence by raising its defence budget by 18 per cent, achieving the biggest increase in military spending of any country in Europe. Haunted by memories of Soviet invasion, Poland is set to join the handful of Nato members who meet the alliance's target of investing at least two per cent of national income in defence.

 

Read more

Partager cet article

Repost0
4 juin 2015 4 04 /06 /juin /2015 19:50
photo NATO

photo NATO

 

19 May 2015 by NATO

 

NATO will continue the process of testing and refinement of the Very High Readiness Joint Task Force (VJTF) during part two of Exercise NOBLE JUMP, from 9 to 19 June 2015 in Zagan, Poland.  A media day will be held on 18 June 2015, which will include a tactical firepower demonstration, media availabilities with senior NATO / Allied political and military leaders, as well as opportunities to interact with soldiers participating on the exercise.

 

The VJTF is being established as a part of an overall enhancement to the NATO Response Force in order to address new security challenges on NATO’s southern and eastern peripheries.  Exercise NOBLE JUMP represents the first time that high-readiness units will deploy and conduct tactical manoeuvers under the new VJTF framework.  As such, this event represents a learning process that will allow NATO military staff to identify both successes and shortfalls during the early stages of the development process.  Increasingly complex exercises, trials, and evaluations will be conducted throughout 2015 and 2016 in order to develop, refine and implement the VJTF concept into the framework of the NATO Response Force. 

 

This event is one of a wider series of training events occurring in June 2015 referred to as the ALLIED SHIELD series of exercises.  The ALLIED SHIELD series includes Exercise NOBLE JUMP in Poland; exercise TRIDENT JOUST, a NRF command and control exercise in Romania; and two other exercises that will be announced shortly.   In total, approximately 15,000 troops from 19 different Allies and 3 partner nations will participate in this series of training events taking place across the Alliance in June 2015.  All of these exercises are defensive and are a part of NATO’s assurance measures in response to challenges on NATO’s southern and eastern periphery. The activity will focus on enhancing interoperability, readiness and responsiveness among Allied and partner nations.  ALLIED SHIELD demonstrates that NATO members are united in their commitment to collective defence.

Partager cet article

Repost0
4 juin 2015 4 04 /06 /juin /2015 16:50
26 Regiment Gunners Prepare For New NATO Role



3 juin 2015 by Forces TV

 

In just over eighteen months Britain will lead a rapidly deployable multinational formation intended to deter any Russian threat to NATO territory in the wake of the Ukraine conflict.

The Very High Readiness Joint Task Force is also known as the Spearhead and the Royal Artillery will provide much of the firepower.

The Gunners of 26 Regiment have already started preparing for a new role which will be a big change after years of operations in Afghanistan.

Partager cet article

Repost0
4 juin 2015 4 04 /06 /juin /2015 11:50
Brigadier-général Jean-Robert Bernier, médecin général et commandant du Groupe des Services de santé des Forces canadiennes (MDN)

Brigadier-général Jean-Robert Bernier, médecin général et commandant du Groupe des Services de santé des Forces canadiennes (MDN)

 

2 juin 2015 45eNord.ca

 

Le général Tom Lawson, chef-d’état major de la Défense, a annoncé que le brigadier général Jean-Robert Bernier a été élu unanimement comme président du Comité des chefs des services de santé militaires au sein de l’OTAN (CoMeds).

 

Cette nomination, qui entrera en vigueur en novembre 2015, constituera la première fois où un pays de l’extérieur de l’Europe continentale préside ce comité. Cela reflète la confiance de l’OTAN à l’égard de la direction du Canada et constitue une importante occasion pour le Canada de soutenir l’Alliance et d’avoir une influence positive sur l’état de préparation médicale à l’échelle internationale.

 

Le Comité des chefs des services de santé militaire au sein de l’OTAN (CoMeds) est formé de médecins généraux des pays de l’OTAN, de nombreux pays partenaire à l’intérieur et à l’extérieur de l’Europe et des autorités médicales principales des commandements stratégiques de l’OTAN et de l’effectif militaire international. Il relève du Comité militaire de l’OTAN et est soutenu par de nombreux groupes d’experts et groupes de travail internationaux spécialisés qui s’occupent de tous les secteurs de la santé et des opérations pertinents pour l’Alliance.

 

Le CoMeds est l’autorité de coordination et de consultation la plus élevée pour toutes les questions de santé militaires affectant l’OTAN. Il vise à optimiser la coordination, la normalisation, l’interopérabilité et l’état de préparation des services de santé de ses membres, à améliorer la communication de renseignements pertinents et à formuler des conseils au Comité militaire et à d’autres organes de l’OTAN sur les questions de santé militaire pertinentes pour l’Alliance.

 

Les responsabilités du président consistent à coordonner le travail du Comité, à traiter les capacités médicales stratégiques de l’Alliance et les questions de santé et à représenter le consensus du Comité.

 

Tout pays de l’OTAN peut proposer un candidat, lequel doit être médecin général en poste ou récemment retraité. Les médecins généraux de l’OTAN éliront alors collectivement le président.

 

Le brigadier-général Jean-Robert Bernier a été nommé médecin général, chef du Service de santé royal canadien, commandant du Groupe des Services de santé des Forces canadiennes et médecin honoraire de Sa Majesté la reine en 2012. Il sera transféré à la Première réserve en juin 2015 et promu au grade de major-général afin d’exercer ses fonctions de président pendant un terme de trois ans.

 

L’honorable Jason Kenney, Ministre de la Défense nationale a déclaré : «La nomination de notre médecin général actuel à titre de président du Comité des chefs des services de santé militaires de l’OTAN constitue un honneur et une reconnaissance du Canada à titre de chef de file des services de santé. Cette reconnaissance est directement attribuable à l’excellent travail et au dévouement de notre personnel médical militaire.»

 

Le Général Tom Lawson, Chef d’état-major de la Défense a déclaré :  «Je tiens à exprimer mes sincères félicitations au brigadier-général Bernier pour sa nomination bien méritée à la direction du Comité des chefs des services de santé militaires au sein de l’OTAN. Son expertise et son leadership médical stratégique lui seront utiles pendant qu’il représentera le Canada et les Forces armées canadiennes à titre de dirigeant mondial des services de santé.»

Partager cet article

Repost0
4 juin 2015 4 04 /06 /juin /2015 07:55
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

03/06/2015 Armée de l'air

 

Les 21 et 22 mai s’est tenue, à Hyères, la troisième édition du séminaire Ops Talk. Au programme, des rencontres entre professionnels de la formation à l’anglais aéronautique, et grands noms de l’aviation française et européenne.

 

Cet événement a réuni pour la première fois des acteurs de la formation à différents échelons (ministériels, interministériels, publics et privés) et des participants representants l’Otan et plusieurs pays européens. L’accent a été mis sur l’intérêt à porter aux compétences de chacun en anglais, le but étant de savoir les identifier, les développer et les valoriser.

 

Aux cours des deux journées de rencontre, les différents acteurs ont échangé sur leurs expériences passées et ont poussé la réflexion lors de débats thématiques. Les retours de l’EATC (European Air Transport Command - commandement du transport aérien européen), de l’Otan, du CASPOA (centre d’analyse et de simulation pour la préparation des opérations aériennes)  ont permis d’identifier les besoins linguistiques liés à l’environnement aéronautique. L’anglais étant une compétence professionnelle et opérationnelle à part entière, ils ont mis en exergue l’importance de la maîtrise de la langue.

 

Ce séminaire permet, à terme, d’établir des partenariats fructueux aux différentes échelles. Des engagements qui viennent consolider l’expertise de l’armée de l’air dans le domaine de la formation linguistique.

Partager cet article

Repost0
4 juin 2015 4 04 /06 /juin /2015 07:50
Information Warfare: NATO Is Lost In Cyberspace

 

May 30, 2015: Strategy Page

 

Tiny Estonia (population 1.3 million) has formed a Cyber War militia because Russia keeps threatening another major Cyber War offensive. Despite its small size Estonia is the most technically advanced (on a per-capita basis) nation in East Europe and was able to recruit several hundred skilled volunteers who are hard at work pooling their knowledge and skills to better handle more Cyber War aggression from Russia.

 

Estonia borders Russia and is a member of NATO. That last bit makes Russia reluctant to come in with tanks to take over like they did twice in the 1940s. Russia made a major effort to crush Estonia via major Internet based attacks in 2007. Estonia survived that “invasion” but admitted that this sort of Russian aggression caused great financial harm to Estonia. In the wake of these Russian Cyber War attacks Estonia demanded that the UN and NATO declare this sort of thing terrorism and dealt with accordingly. NATO tried to be helpful, but that wasn’t enough. The UN was even less helpful as the UN has a hard time getting anything done when Russia is involved because Russia is one of the handful of founding members that has a veto.

 

NATO did make an effort and in 2008 established a Cyber Defense Center in Estonia. This was the most tangible NATO response to Estonian calls for NATO to declare Cyber War on Russia. NATO agreed to discuss the issue but never took any action against Russia. The Cyber Defense Center was a consolation prize and studies Cyber War techniques and incidents and attempts to coordinate efforts by other NATO members to create Cyber War defenses and offensive weapons. NATO say that this appears to have deterred Russia from making another Cyber War attack. The Estonians are not so sure as Russia went ahead and invaded Georgia (a nation of four million in the Caucasus) in 2008 and Ukraine in 2014 and still makes very public threats against Estonia.

 

  Cyber Wars have actually been going on since the late 1990s and they are getting worse. It started in the 1990s as individuals attacked the web sites in other nations because of diplomatic disputes. This was usually stirred up by some international incident. India and Pakistan went at it several times, and Arabs and Israelis have been trashing each other’s web sites for years. The Arabs backed off at first, mainly because the Israeli hackers are much more effective. But in the last few years the Arabs have acquired more skills and are back at it. Chinese and Taiwanese hackers go at each other periodically, and in 2001, Chinese and American hackers clashed because of a collision off the Chinese coast between an American reconnaissance aircraft and a Chinese fighter. That was just the beginning for China, which now regularly makes major hacking attacks on the U.S. and other NATO members.

 

Since 2005 these Cyber Wars have escalated from web site defacing and shutting down sites with massive amounts of junk traffic (DDOS attacks), to elaborate espionage efforts against American military networks. The attackers are believed to be Chinese, and some American military commanders are calling for a more active defense (namely, a counterattack) to deal with the matter.

 

The Russian attacks against Estonia were the result of Estonia moving a statue, honoring Russian World War II soldiers, from the center of the capital, to a military cemetery in the countryside. The Estonians always saw the statue as a reminder of half a century of Russian occupation and oppression. Russia saw the statue move as an insult to the efforts of Russian soldiers to liberate Estonia and enable the Russians to occupy the place for half a century. The basic problem here is that most Russians don't see their Soviet era ancestors as evil people, despite the millions of Russians and non-Russians killed by the Soviet secret police. The Russians are very proud of their defeat of Nazi Germany in World War II, ignoring the fact that the Soviet government was just biding its time before it launched its own invasion of Germany and Europe in general.

 

While many Russians would have backed a military attack on Estonia to retaliate for the insult by an ungrateful neighbor, this approach was seen as imprudent. Estonia is part of NATO and an attack on one NATO member is considered an attack on all. It's because of this Russian threat that Estonia was so eager to get into NATO. The Russians, however, believe that massive Cyber War attacks will not trigger a NATO response. They were so sure of this, that some of the early DDOS attacks were easily traced back to computers owned by the Russian government. When that got out, the attacks stopped for a few days, and then resumed from what appear to be illegal botnets. Maybe some legal botnets as well. Russian language message boards were full of useful information on how to join the holy war against evil Estonia. There's no indication that any Russians are afraid of a visit from the Russian cyber-police for any damage they might do to Estonia. And the damage has been significant, amounting to millions of dollars. While no one has been injured, Estonia is insisting that this attack, by Russia, should trigger the mutual defense provisions of the NATO treaty. It didn't, but it was a reminder to all that Cyber War is very real except when it comes time to fight back.

Partager cet article

Repost0
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 16:50
NATO Luftraumüberwachung: Im AWACS ins Baltikum


28 mai 2015 Quelle: Redaktion der Bundesdwehr 05/2015  15E15401

 

Das große kreisrunde Radar auf dem Dach ist das Markenzeichen das AWACS. Wir waren bei einer Mission des NATO - Überwachungsflugzeugs mit an Bord und zeigen, wie das Innenleben des mit Elektronik vollgepackten Jets.


Das Missionsziel: der östliche NATO Raum.

Musik: Into Battle, B. Bradley, T. Balmforth, Universal

 

Partager cet article

Repost0
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 16:50
Cyber conflict - the enemy online


1 juin 2015 by NATO

 

Who should be most worried about cyber attacks? The man on the street, who wants to protect his wallet? Or the military commander, who wants to protect his country?

We travel to Tallinn in Estonia for CyCon – The NATO Cooperative Cyber Defence Centre of Excellence’s International Conference on Cyber Conflict. In 2007 Estonia was momentarily crippled by a cyber attack on parliament, banks and the media – an attack that changed the way military organisations around the world viewed their responses to network security, and led to the start of the Centre of Excellence. Now, eight years later, NATOChannel asks some of the world’s leading experts in cybercrime how it has developed? How sizable is the threat? And what’s being done to combat it?

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories