Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 avril 2015 5 03 /04 /avril /2015 11:40
Photo FB Цаплиенко

Photo FB Цаплиенко

 

April 1, 2015: Strategy page

 

 One of the many reasons NATO believes the Russians are actively involved in the fighting in eastern Ukraine (Donbas) is the presence of Russian electronic warfare equipment. Not just Cold War era stuff (which Ukraine inherited some of when the Soviet Union collapsed in 1991) but equipment NATO knows was developed in the 1990s or later. This Russian gear has greatly aided the rebels, who have neither captured any advanced Ukrainian electronic warfare equipment or possess the number of electronic warfare experts needed to operate the equipment needed to explain the amount of jamming and eavesdropping the rebels are being supported with. Thus the rebels can jam or eavesdrop on all manner of Ukrainian communications (cell phones, military communications and control equipment for UAVs and anything else operated remotely) and jam those communications as well.

 

Ukraine has asked NATO for electronic warfare support and there has been no publicity about the result. That could mean that some NATO nations responded, quietly, mainly for the opportunity to get a better understanding of the latest Russian electronic warfare gear under combat conditions. That is important because Russia exports a lot of this equipment. The Russians don’t mind making their electronic warfare tech more vulnerable to theft because Russian manufacturers need the money to stay in business. NATO would simply like to know more about the latest Russian gear, just in case.

Partager cet article

Repost0
2 avril 2015 4 02 /04 /avril /2015 16:50
Gilles de Kerchove, EU Counter-terrorism Coordinator

Gilles de Kerchove, EU Counter-terrorism Coordinator

 

01-04-2015 - by SEDE

 

On 30 March the AFET Committee and SEDE Subcommittee held an exchange of views with Jens Stoltenberg, NATO Secretary General. After this exchange of views AFET and SEDE MEPs had a debate with Gilles de Kerchove, EU Counter-Terrorism Coordinator.

 

Further information

Partager cet article

Repost0
1 avril 2015 3 01 /04 /avril /2015 11:50
Les priorités de la planification de défense au menu des entretiens des directeurs nationaux des armements

 

30 Mar. 2015 par NATO

 

Comment la coopération multinationale et une collaboration accrue avec l'industrie peuvent-elles contribuer à développer les capacités requises pour faire face aux défis de sécurité actuels ? Tel était le thème des discussions menées à la réunion semestrielle de la Conférence des directeurs nationaux des armements (CDNA), le 26 mars à Bruxelles (Belgique).

 

« La CDNA est le cadre idéal pour débattre des plans nationaux et parvenir à des résultats concrets en termes de projets d'armements multinationaux », a déclaré Patrick Auroy, secrétaire général adjoint pour l'investissement de défense et président permanent de la Conférence.

Les hauts responsables nationaux chargés des acquisitions d'équipements de défense dans les pays de l'OTAN ont été informés de l'état d'avancement des principaux programmes relevant des domaines de compétence de la CDNA :

  • renseignement, surveillance et reconnaissance interarmées ;
  • capacité alliée de surveillance terrestre ;
  • système aéroporté de détection lointaine et de contrôle de l'OTAN ;
  • futur système de surveillance et de contrôle de l'Alliance ;
  • défense antimissile balistique.

Les discussions ont également porté sur la volonté d'optimiser la contribution de la CDNA aux priorités actuelles de l’Alliance, en particulier par des initiatives de coopération multinationale. Plusieurs pays ont fait des exposés sur les activités menées au niveau national, notamment dans le cadre de la « défense intelligente », pour répondre aux besoins capacitaires de l'OTAN.

La CDNA a été informée des plans visant à accroître la réactivité de l'Alliance. Les participants ont décidé d'entreprendre des travaux de suivi pour identifier les contributions pouvant être apportées par la communauté des armements à certaines mesures décrites dans le plan d’action « réactivité ».

 

Collaborer plus tôt avec l'industrie

Les participants ont eu un échange de vues dynamique et fructueux sur les solutions qui permettraient à l'industrie de contribuer à mieux répondre aux besoins capacitaires de l'OTAN, et sur les mesures pouvant être prises pour faciliter la contribution de l'industrie. Les recommandations découlant de ce débat guideront les travaux en cours sur la mise en œuvre du cadre pour la collaboration OTAN-industrie.

« Nous identifierons des moyens pouvant permettre d'améliorer les relations de l'OTAN avec les fournisseurs suivant la philosophie qui consiste à “dépenser mieux” », a expliqué M. Auroy.

 

L’engagement en matière d'investissements de défense

La CDNA a salué l'engagement en matière d'investissements de défense pris par les dirigeants des pays de l’Alliance réunis au sommet du pays de Galles en septembre 2014.

En particulier, l'engagement pris de consacrer au moins 20 % des dépenses annuelles de défense à l'acquisition de nouveaux équipements majeurs, y compris la recherche et développement y afférente, a été vu comme une occasion de répondre aux insuffisances capacitaires et de prendre des décisions plus intelligentes en matière d'investissements de défense.

La prochaine réunion de la CDNA se tiendra à l'automne 2015.

Partager cet article

Repost0
1 avril 2015 3 01 /04 /avril /2015 07:50
Belgique : "La Défense doit faire moins mais mieux"

 

25/03/15 – 7sur7.be (Belga)

 

Il importe de se demander si la Défense doit continuer à exercer l'ensemble de ses missions actuelles, estime la présidente de l'Open Vld Gwendolyn Rutten. L'OTAN s'est livré à ce genre d'exercice et il faut donc en faire de même, a-t-elle dit en substance mercredi matin, interrogée par Radio 1 (VRT) dans l'émission "De Ochtend".

 

Mme Rutten a tenu ces propos dans le contexte du contrôle budgétaire et d'un assainissement de l'appareil de l'État qu'elle appelle de ses voeux.

 

Le ministre de la Défense, Steven Vandeput, présentera prochainement son plan stratégique. La présidente de l'Open Vld estime que c'est l'occasion de vérifier si l'armée doit continuer à s'en tenir à toutes ses composantes. Il y a une semaine, le secrétaire général adjoint de l'OTAN, Heinrich Brauss, aurait plaidé, au cours d'un entretien avec le ministre belge de la Défense, pour un renoncement aux frégates, au profit d'une force aérienne renforcée.

 

"Nous devons nous livrer nous-mêmes à cet exercice. Nous pourrions par exemple dire que nous faisons moins, mais mieux. Nous pourrions ensuite, comme le dit l'OTAN, mieux nous spécialiser dans certaines tâches et mieux collaborer dans le contexte du Benelux et de l'Europe", a jugé Gwendolyn Rutten, sans se prononcer sur l'une ou l'autre option.

Partager cet article

Repost0
1 avril 2015 3 01 /04 /avril /2015 07:50
SEDE/DNAT visit to the NATO Headquarters

 

27-03-2015 - by SEDE

 

On 26th March a delegation of several Members of SEDE and DNAT visited the NATO Headquarters. Members were informed on the follow-on of the Wales Summit, on New Forms of Warfare as well as on Russia and Ukraine followed by an exchange of views with Jamie Shea, Deputy Assistant Secretary General and NATO experts.

Partager cet article

Repost0
31 mars 2015 2 31 /03 /mars /2015 20:40
Photo Patrick Brion – MIL.be

Photo Patrick Brion – MIL.be

 

23/03/2015 Johan Van Herck –MIL.be

 

Du 16 au 21 mars 2015, la Fédération russe a effectué un vol d'observation au-dessus du territoire du Benelux et de l'Allemagne. Cela s'est déroulé dans le cadre du traité Open Skies.

 

Open Skies est un traité signé en 1992 par l'OTAN et les anciens États membres du pacte de Varsovie afin d'ouvrir l'espace aérien à leurs avions d'observation. En prenant des images des territoires de chacun, les participants tentaient de maintenir la paix et d'éviter les conflits.

 

Le lundi 16 mars à 16 heures, l'avion russe Antonov 30B atterrissait à la base de Melsbroek, l'unique terrain d'aviation belge à partir duquel les avions d'observation peuvent décoller. Mardi, les spécialistes de la Benelux Arms Control Agency (BACA) ont contrôlé le plan de vol prévu et l'ont coordonné avec les contrôleurs du trafic aérien belge, néerlandais et allemand. Mercredi, jeudi et vendredi, les vols d'observation ont eu lieu.

 

Un premier vol est parti de Melsbroek vers la base aérienne allemande d'Ingolstadt en passant par les Pays-Bas. Un deuxième depuis Ingolstadt vers Cologne-Bonn et un troisième et dernier depuis Cologne-Bonn pour revenir à Melsbroek.

 

Les collègues russes ont été dirigés par le personnel de la Benelux Arms Control Agency (BACA) et quelques collègues allemands.

 

Trois semaines avant le vol russe Open Skies, plusieurs membres de la BACA ont été préparés au cours d'un vol d'entraînement avec des militaires provenant des États-Unis et du Royaume-Uni.

 

Samedi 21 mars dernier, à 10 heures, l'avion d'observation russe quittait à nouveau le territoire belge.

 

Photo Patrick Brion – MIL.be
Photo Patrick Brion – MIL.be

Photo Patrick Brion – MIL.be

Partager cet article

Repost0
31 mars 2015 2 31 /03 /mars /2015 19:50
Le secrétaire général estime que l'OTAN et l'UE peuvent faire davantage si elles resserrent leur coopération

 

31 Mar. 2015 par NATO

 

Le secrétaire général de l'OTAN, M. Jens Stoltenberg, a déclaré lundi 30 mars 2015 qu'il était « un fervent partisan d'une collaboration plus étroite entre l'Union européenne et l'OTAN » et que celles-ci pouvaient faire davantage « si elles resserrent leur coopération ». Le secrétaire général s'exprimait à Bruxelles devant la commission des Affaires étrangères et la sous commission Sécurité et défense du Parlement européen.

 

M. Stoltenberg a indiqué que l'Union européenne et l'OTAN étaient « deux organisations distinctes avec des tâches et des responsabilités distinctes, mais nous avons aussi beaucoup de choses en commun. Nos deux organisations partagent les mêmes valeurs et le même environnement de sécurité, et elles sont confrontées aux mêmes défis et aux mêmes menaces. » 

 « Il a toujours été important que l'Union européenne et l'OTAN coopèrent, mais je crois qu'il est particulièrement important aujourd'hui que nous renforcions notre coopération, parce que nous connaissons actuellement une période où notre environnement de sécurité évolue de manière fondamentale. Nous voyons apparaître des menaces et des défis nouveaux, émanant de l'est, du fait du comportement d'une Russie plus assertive, à l'origine d'actions agressives en Ukraine, mais aussi du sud, à savoir du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord, du fait des troubles et des actes de violence barbare dans la région, et des activités terroristes de l'EIIL non loin de nos frontières », a déclaré le secrétaire général de l’OTAN.

M. Stoltenberg a cité trois domaines dans lesquels il entrevoit des perspectives importantes de coopération accrue entre l'OTAN et l'Union européenne. Premièrement, il s'agit de « développer notre résilience ensemble, en renforçant notre défense face aux menaces nouvelles telles que la guerre hybride ». Deuxièmement, il s'agit de « développer notre résilience avec nos pays voisins, à l'est et au sud ». Le troisième domaine est « l'investissement de défense ».

Partager cet article

Repost0
30 mars 2015 1 30 /03 /mars /2015 07:50
photo DCSSA

photo DCSSA

 

27/03/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 9 au 13 février 2015, deux officiers du service de santé des armées (SSA) ont participé à la session de formation semestrielle de l’OTAN visant à renforcer le partage de procédure conjointe dans le domaine de l’évaluation médicale (MEDEVAL Course).

 

Organisé au sein du NATO Centre of Excellence for Military Medicine à Budapest, en Hongrie, cette formation était destinée à une trentaine d’officiers des pays membres et partenaires de l’OTAN et se déroule chaque année à l’automne et au printemps.

 

Le SSA participe au MEDEVAL Course depuis 2010 à raison d’une équipe médicale composée d’un médecin (chirurgien) et de deux élèves-stagiaires (médecin-réanimateur et médecin issu des forces). Pour la session de février 2015, une évolution dans le profil des candidatures a été initiée avec la participation de deux cadres de santé, permettant ainsi une diversification déjà observée chez les partenaires.

 

Pendant ces quatre jours, les Français leurs homologues allemands, américains, anglais, belges, hongrois, luxembourgeois, néerlandais, norvégiens, polonais, suédois et tchèques se sont concentrés sur la sécurité et la stabilité des modules sanitaires engagés en opérations.

 

Cette formation, encadrée par l’OTAN, vise à acquérir des standards communs et certifiés dans le domaine de l’évaluation sanitaire en opération. Adossée au manuel d’évaluation des capacités médicales (MEM), elle fixe un socle de procédures et de pratiques partagé, afin de renforcer l’interopérabilité dans le cadre d’engagement conjoints interalliés.

 

Élément moteur à la mise en place de ce manuel et de cette certification, la France démontre sa volonté de partager les enseignements opérationnels et de mettre en œuvre des processus communs éprouvés. Axé sur l’ouverture, cet investissement s’inscrit dans l’esprit du modèle « SSA 2020 » et contribue à un soutien médical apporté aux armées toujours plus efficient.

 

photos DCSSAphotos DCSSA

photos DCSSA

Repère

Initialement rédigé en 2010 par la France puis amendé par l'ensemble des pays membres de l'OTAN, le MEM ne cesse d’évoluer. Il est aujourd’hui la référence sanitaire et médicale commune à tous les Etats membres de l’Alliance. Son élaboration permet de définir un cadre médical interallié qui rend possible une plus grande interopérabilité des forces et une meilleure efficacité des soins apportés.

Partager cet article

Repost0
25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 17:35
Kabul's Security Advisor


24 mars 2015 NATO

 

Around twelve thousand foreign troops will remain in Afghanistan this year to continue to support the Afghan forces. Kabul’s security advisor Col John Graham shows us what NATO’s new Afghan mission Resolute Support looks like in action.

Partager cet article

Repost0
25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 12:50
Le général Denis Mercier

Le général Denis Mercier

 

25/03/2015 Armée de l'air

 

Le porte-parole de l’organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) a confirmé lundi 23 mars 2015 la nomination du général Denis Mercier, actuel chef d’état-major de l’armée de l’air (CEMAA), au poste de Supreme Allied Commander Transformation (SACT), l’un des deux commandements militaires les plus élevés de l’Alliance.

 

Cette nomination est une nouvelle étape dans le parcours déjà très riche du général Mercier au sein de l’OTAN.

 

Pilote de chasse, il a en effet participé au cours des années 80 et 90 à de nombreux exercices organisés par l’Alliance ainsi qu’à l’opération Deny Flight (1993).

 

En 1997, il rejoint le bureau OTAN au sein de l’État-Major Interarmées (EMIA) à Creil. Officier projet de l’exercice Strong Resolve en 1998, il participe l’année suivante à la planification des opérations de l’OTAN au Kosovo.

 

Affecté de 1999 à 2002 au sein de l’état-major d’AFNORTH à Brunssum (Pays-Bas), il participe au développement du concept de Combined Joint Task Force (CJTF) et assure l’évaluation du poste de commandement du CJTF lors de l’exercice Strong Resolve en 2002.

 

Chef de cabinet du ministre de la Défense de 2010 à 2012, il participe à toutes les réunions ministérielles de l’OTAN ainsi qu’aux deux sommets de l’OTAN à Lisbonne (2010) et Chicago (2012). Il est enfin le conseiller du ministre de la Défense pour l’opération de l’OTAN (Unified Protector) au-dessus de la Libye.

 

Les aviateurs de l’armée de l’air sont une nouvelle fois mis à l’honneur avec cette nomination puisque le général Mercier, qui rejoindra Norfolk (Virginie, USA) au mois de septembre, succède à ce poste aux généraux Stéphane Abrial et Jean-Paul Palomeros.

 

Les généraux Jean-Paul Paloméros, Stéphane Abrial et Denis Mercier

Les généraux Jean-Paul Paloméros, Stéphane Abrial et Denis Mercier

Partager cet article

Repost0
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 13:35
[2e partie – l’intégrale] Afghanistan : des opérations de guerre au désengagement


24 mars 2015 JDEF - Ministère de la Défense

 

#Afghanistan - Après 13 ans d’opérations de sécurisation et de lutte contre le terrorisme au sein d’une coalition internationale, les militaires français ont quitté l’Afghanistan. Les forces afghanes sont aujourd’hui responsables de la sécurité de leur pays. Depuis le début de la participation française au conflit afghan, les missions n’ont cessé d’évoluer. Le dispositif militaire a été réorganisé à plusieurs reprises, s’adaptant au conflit jusqu’au dernier jour des opérations.

Partager cet article

Repost0
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 08:50
M921 Lobelia Photo Jürgen Braekevelt – MIL.be

M921 Lobelia Photo Jürgen Braekevelt – MIL.be

 

20/03/2015 Victoria Timmermans – MIL.be

 

Quelque 45 militaires belges embarqueront à bord du chasseur de mines Lobelia. Le navire sera engagé dans la Manche, au large des côtes françaises, du 23 au 31 mars, afin de participer à une opération internationale de déminage.

 

Le Lobelia contribuera à la détection de mines marines dans la baie de Seine et aux alentours de la ville de Dieppe, deux secteurs prioritairement concernés, ainsi que dans la partie orientale de la Manche et de la mer du Nord. Le second volet de la mission consistera à détruire ces éventuelles mines et autres engins explosifs issus des deux guerres mondiales.

 

Ce dispositif de grande envergure compte près de 400 membres d'équipage répartis sur dix navires spécialisés dans la neutralisation des mines. À bord du Lobelia, les 45 membres de l'équipage belge devront prendre en charge la conduite et le bon fonctionnement du navire ainsi que mettre en œuvre ses systèmes de détection.

 

Une telle opération est loin d'être exceptionnelle. En effet, depuis 1996, des opérations interalliées quasi annuelles, appelées HOD (Historical Ordnance Disposal – destruction de munitions historiques), sont effectuées dans ce secteur. La recherche et la neutralisation des dangers en mer relèvent d'un enjeu de sécurité maritime.

Partager cet article

Repost0
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 20:50
L'OTAN annonce la nomination du général Denis Mercier, de l’armée de l’air française, au poste de commandant suprême allié Transformation

 

23 Mar. 2015 NATO Communiqué de presse (2015) 056

 

Le Conseil de l'Atlantique Nord a approuvé ce jour, 23 mars 2015, la nomination du général Denis Mercier, de l'armée de l’air française, au poste de commandant suprême allié Transformation.

 

Le général Mercier est actuellement chef d’état-major de l’armée de l’air française. Il prendra la succession du général Jean-Paul Paloméros, de l'armée de l’air française, lors d'une cérémonie de passation de commandement qui se déroulera au quartier général du commandement suprême allié Transformation, à Norfolk (Virginie), en septembre 2015.

 

Au nom des gouvernements de tous les pays de l’Alliance, le Conseil de l'Atlantique Nord exprime au général Paloméros sa profonde et durable reconnaissance pour les remarquables services rendus dans l’exercice de ses fonctions de commandant suprême allié Transformation.

Partager cet article

Repost0
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 20:50
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

23 Mar. 2015 NATO Press Release (2015) 056

 

The North Atlantic Council today, 23 March 2015, approved the nomination of General Denis Mercier, French Air Force, to the post of Supreme Allied Commander Transformation.

 

General Mercier is currently serving as the French Air Force Chief of Staff. General Mercier will assume the appointment as successor to General Jean-Paul Paloméros, French Air Force, at a change of command ceremony at the Headquarters of Supreme Allied Command Transformation in Norfolk, Virginia in September 2015.

On behalf of all Allied governments, the North Atlantic Council expressed deep and lasting gratitude for the distinguished service rendered by General Paloméros as the Supreme Allied Command Transformation.

Partager cet article

Repost0
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 12:50
Millimeterarbeit - Luftbetankung eines Awacs Flugzeuges


23 mars 2015 Quelle: Redaktion der Bundeswehr 03/2015 15E15402

 

Rendezvous in 8.000 Metern Höhe: Ein AWACS (Airborne Warning & Control System) -Flugzeug der NATO nähert sich einem amerikanischem Tankflugzeug bis auf wenige Meter. Die Piloten müssen manuell genau Kurs halten, um den Tankrüssel richtig platzieren zu können. Danach fließen rund 20.000 Liter Kerosin in die AWACS-Maschine.



 

Partager cet article

Repost0
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 08:55
Une formation à la gestion des crises à l’international avec l'IHEDN


22.03.2015 par Philippe Chpleau - Lignes de Défense
 

L’IHEDN organise les 7 et 8 avril une formation à la gestion des crises à l’international "Acquérir des méthodologies, échanger des expériences".

"Fondées sur une approche résolument pratique, appuyées par des retours d’expériences, des exercices et des échanges avec des acteurs actuels ou passés de crises extérieures", les formations à la gestion des crises à l’international proposées par l’IHEDN ont été conçues pour fournir les clefs de compréhension de ces situations complexes.

Le programme du prochain stage et la présentation générale de ces formations se trouvent sur le site www.ihedn.fr . Voir ici la présentation des formations IHEDN "Gestion des crises à l'international".

Renseignements sur ces formations par mail à gci@ihedn.fr  

La date limite d’envoi des candidatures à cette adresse est fixée au lundi 30 mars 2015.

Partager cet article

Repost0
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 08:50
photo MDN

photo MDN

 

Le 22 mars 2015 nouvelles.gc.ca

 

CAMP ADAZI, LETTONIE – Des soldats du 3e bataillon, The Royal Canadian Regiment (3 RCR), basés à Petawawa, Ontario, ajoutent une force militaire à l'exercice SUMMER SHIELD, un exercice d'entraînement militaire de l'OTAN, tenu à Camp Adazi, en Lettonie. Une équipe formée d'environ 45 soldats participera à des exercices tactiques avec tirs réels, du 21 au 31 mars 2015. Les Canadiens, forts de leurs connaissances et de leur expérience, prendront part aux exercices d'entraînement conjoints avec les forces de la Lettonie, de la Lituanie, du Luxembourg, de l’Allemagne et des États-Unis. L'exercice d'entraînement vise à montrer que l'OTAN est résolue et unifiée face au président russe Vladimir Poutine. L'exercice se terminera par une journée de visiteurs distingués le 31 mars.

 

    L'exercice SUMMER SHIELD est un exercice multinational annuel tenu au Camp Adazi, près de Riga, en Lettonie. Cette année, plus de 1100 troupes de l'OTAN s'y entraîneront ensemble dans le cadre d'un scénario de tir réel.

    L'exercice constitue une occasion inestimable pour les Forces armées canadiennes de s'entraîner et d'améliorer leur interopérabilité militaire dans la région de la Baltique avec les forces de l'OTAN.

    Les Forces armées canadiennes se sont engagées à travailler avec les alliés de l'OTAN, et elles cherchent toujours des occasions de prendre part à des exercices d'entraînement collectifs en Europe, et plus récemment en Pologne, en Allemagne, en Lituanie et en Lettonie.

 

Citations

 

    « La participation du Canada à des exercices comme celui de SUMMER SHIELD illustre notre soutien vis-à vis de nos alliés de l'OTAN de l'Europe de l'Est face aux actes d’agression du régime de Vladimir Poutine. »

    L'Honorable Jason Kenney, ministre de la Défense nationale

 

    « Cet exercice constitue une occasion unique et stimulante pour les commandants et les soldats de prendre part à un scénario de brigade multinational de tir réel. Nous souhaitons aussi élargir cette expérience à nos unités et notre système d'entraînement et réaliser des gains à long terme dans le cadre de notre compréhension commune avec nos forces alliées. »

    Majeur Jonathan Hubble, commandant de la Force opérationnelle terrestre

Partager cet article

Repost0
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 17:35
Une flotte chinoise revient des eaux somaliennes suite à une mission d'escorte

 

20.03.2015 ( Source: Xinhua )

 

A l'issue d'un voyage en mer qui a duré sept mois et après avoir parcouru plus de 110.000 milles nautiques, une flotte chinoise a mis fin jeudi à sa mission d'escorte.

 

La 18e flotte d'escorte, qui avait été envoyée par la Marine de l'Armée populaire de Libération (APL), a accosté dans un port militaire à Zhanjiang, dans la province chinoise du Guangdong (sud).

 

La flotte, qui comprend un navire de débarquement, une frégate et un navire de ravitaillement, ainsi que trois hélicoptères et 800 membres d'équipage, a quitté la Chine le 1er août 2014 pour des missions d'escorte dans le golfe d'Aden dans la mer d'Arabie et dans les eaux somaliennes.

 

Selon la marine, la flotte a escorté avec succès 135 bateaux chinois et étrangers, dont le navire Yuanwang III chargé du suivi de la sonde lunaire chinoise.

 

La flotte a également procédé à des échanges avec l'Union européenne, l'OTAN et d'autres partenaires internationaux. Elle a organisé des exercices anti-piraterie et a effectué de l'aide humanitaire avec les marines des pays tels que les Etats-Unis, la France et la Grèce, ce qui a permis à la Marine de l'APL d'acquérir une expérience en haute mer et de renforcer sa capacité militaire.

 

La flotte s'est également rendue dans cinq pays, dont le Royaume-Uni, l'Allemagne et les Pays-Bas.

Partager cet article

Repost0
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 13:50
L'Otan qualifie de manoeuvre de diversion les menaces de l'EI

 

Bruxelles, 22 mars 2015 Marine & Océans (AFP)

 

Le commandant des troupes de l'Otan en Europe, Philip Breedlove, a estimé dimanche que la publication d'une liste de 100 militaires américains à abattre par un groupe se réclamant de l'Etat islamique (EI) était une tentative de diversion de la part d'un "califat mis sous pression" sur le champ de bataille.

 

"Sur l'affaire de la publication par l'Isis (l'une des appellations de l'organisation Etat islamique, ndlr) de ces informations, ma question est: pourquoi devrions-nous nous attendre à moins, ou à quelque chose de différent?", a déclaré le général américain lors d'un débat organisé à Bruxelles par l'institut américain German Marshall Fund.

 

"Il s'agit juste d'un moyen sensationnaliste de plus. Nous avons vu ces derniers mois que, chaque fois qu'ils enregistrent une défaite sur le champ de bataille, ou qu'ils sont mis sous pression sur le champ de bataille, ils sortent un gros truc pour faire sensation", a-t-il ajouté.

 

"Ce califat est, je pense, mis sous une grande pression et donc ils essaient d'éloigner l'attention de ce qui se passe sur le champ de bataille en ayant recours à l'un de ces gros trucs", a poursuivi le général Breedlove.

 

"Je pense que nous sommes tous inquiets de lire ces informations", a toutefois estimé, lors du même débat, l'ancienne sous-secrétaire à la politique de Défense américaine Michèle Flournoy.

 

"Je pense que cela montre quels types de tactiques ils utiliseront et que nous devons nous y préparer, tant en termes de protection de nos personnels, mais aussi en faisant le travail très important avec les communautés dans nos pays pour faire en sorte que le processus de radicalisation ait moins de chances de réussir", a ajouté l'ex-numéro 3 du Pentagone, qui dirige à présent un centre d'études, le "Center for a New American Security".

 

A Washington, le commandement des Marines américains a appelé dimanche ses personnels à la "vigilance" après la publication de cette liste comprenant les noms et adresses supposés ainsi que des photos de 100 militaires américains, selon le centre américain de surveillance des sites islamistes (SITE).

 

Le groupe à l'origine de cette publication se présente comme la "Division des hackers de l'Etat islamique" et affirme avoir piraté ces informations sur des serveurs, bases de données et emails du gouvernement. Selon le groupe, les 100 militaires ciblés ont participé à la guerre contre l'EI en Syrie, en Irak et au Yémen.

Partager cet article

Repost0
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 12:50
SNMG2 Completes Operations in the Black Sea

 

20 Mar. 2015 by NATO

 

NATO ships assigned to Standing NATO Maritime Group Two (SNMG2) completed their participation in joint NATO training exercises and maritime situational awareness operations in the Black Sea today.

 

Led by Rear Adm. Brad Williamson (USA N), SNMG2 is currently comprised of the flagship USS Vicksburg (CG 69), HMCS Fredericton (FFH 337), TCG Turgutreis (F 241), FGS Spessart (A 1442), and ITS Aliseo (F 574).

 

"The planning, coordination and execution of these exercises allowed the integration of SNMG2 and other maritime Alliance assets in a multi-threat environment," said Lt. Cmdr. Ruiz Rodriguez (ESP N), SNMG2 Staff Communications Officer.  "The training provided us with outstanding results and allowed us to showcase our integration for key leadership across the Alliance."

 

SNMG2 was deployed to the Black Sea to reassure allies in the region of the Alliance’s collective defence and resolve. Throughout the month of March, SNMG2 participated in three separate exercises designed to improve interoperability and enhance rapid integration of Alliance maritime assets.

 

"Working with our Allied navies helps us improve our teamwork and interoperability," said Ensign Andrew Hanna, Vicksburg’s 1st Lieutenant. "The experience that we gained from these exercises will help us become more proficient both as operators and as a unit."

 

The force trained on anti-air, anti-submarine and anti-surface warfare procedures during separate exercises with the Turkish, Bulgarian and Romanian navies. The ships also responded to simulated small boat attacks and maneuvers with the ships in close proximity to one another.

 

"I am truly proud of the performance of all SNMG2 Sailors over the last several weeks," said Williamson. "The hard work they put in during this period allowed for invaluable training with our Allies on the Black Sea. The rapid integration we were able to achieve with three different navies is a true testament to the strength of the Alliance."

 

While in the Black Sea, SNMG2 made port visits to Varna, Bulgaria and Constanta, Romania. During each visit, the Sailors and leadership of the group interacted with key decision-makers both professionally and personally. The crews from all ships were also afforded time to explore the region and experience the rich history and culture of the Alliance nations bordering the Black Sea.

 

Since Williamson assumed command of SNMG2 in July 2014, the group deployed to the North American coast where it participated in three high-tempo exercises with multiple Allied nations.

 

Upon completion of their North American deployment, the ships of SNMG2 returned to the Mediterranean and again engaged in complex multinational exercises with Allied nations, including one of NATO’s largest exercises and the naval response force certification event for 2014; exercise Noble Justification. SNMG2 also completed several surges in support of NATO’s anti-terrorism mission, Operation Active Endeavour.

 

The group will resume patrols in Mediterranean, contributing to maritime situational awareness in the region.

Partager cet article

Repost0
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 12:50
Exercise Ramstein Dust I 2015 is underway in Italy

Visiting Generals inside a DARS container where staff is monitoring aircraft movements in the south of Italy during exercise RAMSTEIN DUST I-15.- NATO photo by Cynthia Vernat, HQ AIRCOM Public Affairs

 

18 Mar 2015 aco.nato.int

 

RAMSTEIN, Germany - NATO is continuing to develop deployable air surveillance and tactical air mission control capabilities with the "DARS”. This is the Deployable Air Control Centre, Recognised Air Picture Production Centre and Sensor Fusion Post. This capability currently includes 100 NATO Airmen from 16 Allied nations ready to deploy with their equipment on short notice.

From 4 to 30 March 2015, the DARS is deployed for Exercise RAMSTEIN DUST I 2015 to exercise and validate these operational tasks. In the early hours of 9 March 2015, some 100 DARS Airmen embarked on a 750-km move from the home base at Poggio Renatico in the north east of Italy to Gioia del Colle Air Base on the country’s eastern coast.

 

Read more

Partager cet article

Repost0
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 07:40
Otan/Bouclier antimissile: un ambassadeur russe menace le Danemark

The Danish HDMS Hvidbjoernen (F 360), British HMS Chatam (F 87), and U.S. guided missile cruiser USS Cape St. George (CG 71) cruise in formation during the joint combined exercise BALTOPS 2002 - photo US Navy

 

Copenhague, 21 mars 2015 Marine & Océans (AFP)

 

L'ambassadeur russe au Danemark a averti samedi que la marine danoise serait visée si ce pays participait au système de bouclier antimissile de l'Otan, une déclaration jugée "inacceptable" par Copenhague.

 

"Je ne pense pas que les Danois comprennent parfaitement les conséquences de leur éventuel ralliement au système de défense promu par les Etats-Unis", a écrit l'ambassadeur Mikhail Vanin dans un article d'opinion paru dans le quotidien danois Jyllands-Posten.

 

"Si cela arrive, les navires de guerre danois deviendront les cibles des missiles nucléaires russes", a-t-il ajouté.

 

La Russie s'oppose au bouclier antimissile de l'Otan, lancé en 2010 et prévu pour être complètement opérationnel en 2025. Il vise à déployer des intercepteurs de missiles et de puissants radars en Méditerranée, Pologne et Roumanie.

 

Le Danemark a prévu de fournir une ou plusieurs frégates équipées de systèmes de radars antimissiles perfectionnés.

 

Le ministre des Affaires étrangères danois, Martin Lidegaard, a qualifié les propos de l'ambassadeur de "rhétorique inacceptable", "complètement hors de propos". "Personne ne devrait faire de menaces aussi sérieuses", a-t-il déclaré à l'agence de presse Ritzau.

 

Ces déclarations sont "très menaçantes et inutiles" puisque le bouclier antimissile est seulement une "alarme anti-intrusion", a commenté de son côté la présidente de la commission des Affaires étrangères au parlement danois, Mette Gjerskow.

 

"C'est une façon d'accentuer l'escalade verbale entre la Russie et l'Otan (...) mais ça ne change rien au fait que nous n'avons pas peur", a assuré à l'AFP Mme Gjerskow, estimant que les propos de l'ambassadeur s'adressaient aussi à l'opinion publique russe.

 

Les relations entre la Russie et les pays scandinaves se sont tendues ces dernières années avec la multiplication d'incursions de l'aviation militaire russe dans la région baltique.

 

Présenté comme une protection contre l'Iran ou la Corée du Nord, le projet de bouclier antimissile est depuis plusieurs années un grand sujet de discorde entre l'Otan et la Russie, qui le perçoit comme une menace pour sa sécurité.

Partager cet article

Repost0
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 17:40
Fin de l'opération d'envergure de l'armée russe

 

21.03.2015 Romandie.com (ats)

 

La Russie a mis fin samedi aux manoeuvres militaires d'une ampleur exceptionnelle qui ont mobilisé plus de 80'000 soldats. Ces mouvements de troupes ont constitué une démonstration de force, en plein bras de fer avec les Occidentaux dans le contexte ukrainien.

Le président Vladimir Poutine avait donné lundi l'ordre de mener ces exercices, de la mer Noire au Pacifique en passant par l'Arctique et comprenant le déploiement de bombardiers nucléaires en Crimée et des missiles balistiques à Kaliningrad, enclave russe au coeur de l'Europe.

Les manoeuvres russes, vivement critiquées par les pays européens voisins de la Russie, sont destinées selon les experts à montrer aux Occidentaux, notamment à l'OTAN, qu'elle est prête à tous les scénarios sur fond de crise ukrainienne.

 

Réplique occidentale

L'Alliance atlantique a renforcé ses capacités en Europe de l'Est pour rassurer les voisins de la Russie, accusée par Kiev et ses alliés d'envoyer troupes et armes pour soutenir les séparatistes prorusses de l'Est de l'Ukraine.

L'OTAN a ainsi déployé pour trois mois 3000 soldats américains dans les pays baltes, renforcé la défense de son flanc oriental avec la création d'une nouvelle force de 5000 hommes et décidé de créer un centre de commandement en Bulgarie.

Partager cet article

Repost0
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 08:55
Tropisme cyber-breton? Le comité de cyberdéfense de l’OTAN réuni à Rennes


20.03.2015  par Philippe Chapleau - Lignes de Défense


Une réunion du comité de cyberdéfense (CDC) de l’OTAN [s'est tenu les 19 et 20 mars] à Bruz, à DGA Maîtrise de l’information (près de Rennes).

La délégation du CDC (anciennement "Comité de la politique et des plans de défense - Cyberdéfense") était constituée d’une quarantaine de militaires et diplomates représentant 22 pays de l’OTAN. Elle était accompagnée par une dizaine de représentants du ministère de la Défense (EMA, DGA), du ministère des Affaires étrangères et du Développement international, ainsi que de la Région Bretagne (photo ci-dessous ZTNO prise jeudi soir à l'hôtel de Corbin, à Rennes).

Selon les sources, comme on dit: "autorisées", les échanges ont permis au ministère de la Défense de présenter :
- sa politique de cyberdéfense et la prise en compte de celle-ci dans les opérations militaires,
- ses dispositifs de soutien à l’innovation et à l’industrie en cyberdéfense,
- ses modules de formation, d’entraînement et ses exercices opérationnels en cyberdéfense (du style de l’exercice annuel interarmées DEFNET, du 16 au 27 mars, au sein de sept sites militaires métropolitains: Rennes, Douai, Toulon, Mont de Marsan et trois en région parisienne, et à bord de deux bâtiments de la Marine nationale),
- les capacités et la montée en puissance de DGA Maîtrise de l’information, expert technique référent du ministère de la Défense en matière de cybersécurité.

 

Par ailleurs, le Pôle d’excellence cyber, porté par le ministre de la Défense avec le soutien de la Région Bretagne, a fait l’objet de présentations spécifiques sur ses trois dimensions :
- la formation initiale, continue et supérieure ;
- la recherche ;
- le développement de produits et services.

Ces dimensions répondent prioritairement aux besoins du ministère de la Défense, mais aussi à ceux de l’ensemble de la communauté nationale cyber et potentiellement d’institutions européennes et internationales.

La base industrielle et technologique de cybersécurité (BITC) n'a pas été oubliée puisque deux PME régionales: Diateam et Secure-IC, ainsi que Sopra-Stéria (4 sites dans la région rennaise) ont pu présenter leurs offres techniques.

Partager cet article

Repost0
20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 18:55
Credits NATO

Credits NATO

 

20/03/2015 DGA.Comm

 

À l’initiative de la représentation permanente de la France auprès de l’OTAN (REPAN), de l’état-major des armées (EMA) et de la direction générale de l’armement (DGA), la France a accueilli jeudi 19 et vendredi 20 mars à Rennes et à Bruz (à DGA Maîtrise de l’information) une réunion du comité de cyberdéfense (CDC) de l’OTAN. Le CDC est l’instance chargée de la politique renforcée de cyberdéfense de l’Alliance, approuvée en 2014 par les ministres de la Défense et entérinée lors du sommet du pays de Galles.

 

Cette délégation internationale était constituée d’une quarantaine de militaires et diplomates représentant 22 pays de l’OTAN. Elle était accompagnée par une dizaine de représentants du ministère de la Défense, du ministère des Affaires étrangères et du Développement international ainsi que de la Région Bretagne.

 

En résonance avec la priorité nationale donnée par la France à la cyberdéfense (Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale ; Pacte défense cyber), les échanges ont permis au ministère de la Défense de présenter :

-         sa politique de cyberdéfense et la prise en compte de celle-ci dans les opérations militaires,

-         ses dispositifs de soutien à l’innovation et à l’industrie en cyberdéfense,

-         ses modules de formation, d’entraînement et ses exercices opérationnels en cyberdéfense,

-         les capacités et la montée en puissance de DGA Maîtrise de l’information, l’expert technique référent du ministère de la Défense en matière de cybersécurité.

 

Par ailleurs, le Pôle d’excellence cyber, porté par le ministère de la Défense avec le soutien de la Région Bretagne au titre du Pacte défense cyber et du Pacte d’avenir pour la Bretagne, a fait l’objet de présentations spécifiques sur ses trois dimensions : la formation initiale, continue et supérieure ; la recherche ; le développement de produits et services de confiance. Ces dimensions répondent prioritairement aux besoins du ministère de la Défense, mais aussi à ceux de l’ensemble de la communauté nationale cyber et potentiellement d’institutions européennes et internationales.

 

Représentatifs de la base industrielle et technologique de cybersécurité (BITC), deux PME régionales (Diateam et Secure-IC) ainsi qu’un maître d’œuvre bien implanté sur le bassin rennais (Sopra-Stéria) ont pu présenter leurs offres techniques à cette importante délégation de l’OTAN.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories