Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 janvier 2015 6 17 /01 /janvier /2015 23:57
RP Defense 4th birthday !
Repost 0
17 janvier 2015 6 17 /01 /janvier /2015 23:55
RP Défense fête ses 4 ans d'existence.
Repost 0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 08:25
BATRAL Dumont d’Urville Crédits S. Ghesquière  Marine Nationale

BATRAL Dumont d’Urville Crédits S. Ghesquière Marine Nationale

 

13 Janvier 2015 Source : Marine nationale

 

Le 16 décembre 2014, dans le cadre de son arrêt technique majeur (ATM), le bâtiment de transport léger (BATRAL) Dumont d’Urville est entré au bassin de Radoub de Fort-de-France. Ce mouvement, toujours délicat pour un équipage, voit le bâtiment se poser sur une ligne de tins dans le bassin pour être mis au sec.

 

Au préalable, pendant une semaine, l’ensemble du bord s’était attelé à préparer le bâtiment pour cet événement important et en avait profité pour commencer immédiatement les premiers travaux ne nécessitant pas d’être au sec.

 

Cet arrêt technique majeur avec passage au bassin permet d'assurer le maintien en condition opérationnelle du bâtiment. L’occasion notamment d’effectuer les visites des deux moteurs de propulsion et de leur redonner du potentiel. Un décapage de la coque et des extérieurs par jet d’eau à très haute pression, des travaux de tôlerie correctifs, puis une mise en peinture sont également prévus pour entretenir les œuvres-vives et les œuvres-mortes du bâtiment. D’autres interventions encore sont prévues.  Au total, ce sont plus de 600 lignes travaux qui vont être effectuées par le bord, par les ateliers militaires de la base navale sous la houlette du service de soutien de la Flotte ou encore par l’industriel maître d’œuvre et ses sous-traitants locaux.

 

Cet arrêt technique majeur du BATRAL est le dernier programmé avant le retrait du service actif du bâtiment prévu en 2017 avec l’arrivée du bâtiment multi-missions. Il devrait s’achever au printemps 2015. Après sa sortie du bassin, le Dumont d’Urville et son équipage réaliseront des essais à quai et à la mer afin de valider la fin de l’arrêt technique avec la base navale. Ils entameront ensuite une période d’entraînements à la mer pour permettre à l’équipage de reprendre ses marques et d’être prêt à remplir parfaitement toutes les missions qui leurs seront ordonnées.

 

À voir: Diaporama

Repost 0
12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 12:35
China Downplays Capabilities of New Type-055 Guided Missile Destroyer

 

January 12th, 2015 defencetalk.com

 

The U.S. media recently reported that the new type-055 guided missile destroyer of the Navy of the Chinese People’s Liberation Army (PLAN) and the U.S. Aegis warship are on a par with each other in terms of power and strength and that the type-055 destroyer is one of the five weapons China might use to change rules of the game in the future.

 

However, Yin Zhuo, a Chinese military expert, said in an interview that the so-called type-055 destroyer is not the world’s largest guided missile destroyer and speculation that it will change the rules of the game is just an exaggeration.

 

Previously, U.S. media reported that the PLAN’s type-055 destroyer has a displacement of 10,000 tons and can carry 128 anti-ship cruise missiles, anti-aircraft missiles and ship-to-ground attack cruise missiles. It can be even equipped with electromagnetic guns and laser weapons. The type-055 destroyer is able to carry out in-depth strikes through cruise missiles and also protect its taskforce through the control of airspace.

 

The U.S. media even believed that judging from its huge volume, strong arm system and advanced sensing equipment, the type-055 destroyer will meet or exceed the capability of “Aegis” destroyer which is current deployed by the U.S. and its allies in the Pacific.

 

Yin Zhuo said that the type-055 destroyer is not the world’s largest destroyer. In terms of tonnage, although the type-055 has a lot of advantages over the type-052C and the type-052D, it is certainly not the largest destroyer in the world.

 

Currently, the displacement of Russia’s Modern-class destroyer and Udaloy-class destroyer has reached 8,000 to 9,000 tons. The displacement of Japan’s Atago-class destroyer is over 9,000 tons and the U.S. DDG-1000 destroyer has a displacement of 12,000 tons.

 

The Type 055 destroyer can in no way change the rules of the game in the future.

 

Yin argued that “the interpretation of the type-055 new missile destroyer by Western media was excessive. Since the World War II, the emergence of nuclear weapons transformed conventional war into nuclear war; the emergence of the aircraft carrier has shifted the leading role in water battle from fleet to aviation personnel. These two forms of weapons have changed the war significantly. At present, relying solely on the destroyer could not change the rules of war. Even the DDG-1000 destroyer of the U.S. cannot change that.”

 

Some Western media reported that the type-055 destroyer might have some new operational capabilities and it has the ability to attack air, land and other ships. These are important to improving the capability of the PLAN.

 

Yin Zhuo believed that the type-055 destroyer is equivalent to the U.S. Arleigh Burke-class destroyer or Japan’s Atago-class destroyer. The type-055 destroyer is equipped with digital phased radar, similar to the U.S. and Japanese destroyers at the technical level. Meanwhile, the type-055 destroyer has large tonnage and thus can carry more weapons. If the Western media is correct, its payload will be about one hundred pieces.

 

Yin Zhuo also expressed that the type-055 destroyer might welcome a new power system. If the warship is equipped with new-concept weapons, a whole dynamic electric power system commanded by computers will be introduced. Because launching new-concept weapons including laser weapons and electromagnetic guns requires enormous energy within a short period of time. Using digital all-electric propulsion will be a revolutionary change for the PLAN.

Repost 0
12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 08:20
US Navy Christening Fifth Joint High Speed Vessel

 

January 12th, 2015 By US Navy - defencetalk.com

 

The Navy will christen the future USNS Trenton (JHSV 5) Jan. 10 during a 10 a.m. CDT ceremony in Mobile, Alabama.

Secretary of the Navy Ray Mabus will deliver the ceremony’s principal address. Virginia Kamsky, chair and chief executive of Kamsky Associates, Inc., will serve as the ship’s sponsor.

“This ship represents the hard-working men and women of New Jersey and the importance of the American cities along the Delaware River. It represents American shipyard, factory, and assembly line workers who have been the backbone of the Arsenal of Democracy since President Franklin Roosevelt coined the phrase more than seven decades ago. It represents the American spirit of hard work, patriotism and perseverance,” said Mabus. “The USNS Trenton will carry these values and this spirit around the world. It is tailor-made for our 21st century operations and maritime security missions, from the wide expanses of the Pacific to the littorals of Africa.”

JHSV 5 will be the fourth naval vessel to bear the name Trenton. The first ship was built following the Civil War and was named to honor George Washington’s Revolutionary War victory on the banks of the Delaware River. Since then, a ship bearing the name Trenton has served during every vital Navy mission until 2007 when the last ship was decommissioned.

The 338 foot-long aluminum catamaran is under construction at the Austal USA shipyard in Mobile, Alabama. JHSVs are ideal for fast, intra-theater transportation of troops, military vehicles, supplies and equipment. These ships are capable of transporting 600 short tons 1,200 nautical miles at an average speed of 35 knots with berthing space for up to 104 personnel and airline-style seating for up to 312.

JHSVs have a 20,000 square foot open mission deck and a flight deck to support day and night launch and recovery operations, providing U.S. forces added mobility and flexibility. They can operate in a variety of roles to include supporting overseas contingency operations, conducting humanitarian assistance and disaster relief, supporting special operations forces and supporting emerging joint sea-basing concepts.

Upon delivery to the U.S. Navy’s Military Sealift Command, Trenton will be designated as a United States Naval ship, and will have a core crew of 22 civilian mariners with military mission personnel embarking as necessary.

Repost 0
9 janvier 2015 5 09 /01 /janvier /2015 17:40
B-237 diesel-electric submarine Rostov-on-Don Photo Admiralty Shipyards

B-237 diesel-electric submarine Rostov-on-Don Photo Admiralty Shipyards

 

9 janvier 2015. Portail des Sous-Marins

 

Un nouveau sous-marin classique russe, surnommé le “trou noir” par l’OTAN pour sa capacité à rester indétectable, a commencé les préparatifs en vue d’essais en eau profonde. Mais auparavant, il doit d’abord effectuer un voyage de 4.630 km pour rejoindre la mer de Barents.

 

« L’équipage du sous-marin Rostov-sur-le-Don, qui a été remis à la marine russe par les chantiers de l’Amirauté, a commencé les préparatifs pour le voyage de la mer Baltique vers la mer de Barents, » a annoncé le capitaine Igor Dygalo du ministère de a défense.

 

Avant que le sous-marin ne commence ses essais, il doit d’abord parcourir environ 2.500 nautiques entre St. Pétersbourg vers la mer de Barents. Après les avoir terminés, le sous-marin devra transiter vers son lieu d’affectation définitif, le port de Novorossiysk, en mer Noire. Il sera le 2è sous-marin sur les 6 qui doivent être basés en mer Noire d’ici la fin 2016.

 

Le Rostov on Don est le premier exemplaire de série de la 3è génération de sous-marins de la classe Varshavyanka (Projet 636, code OTAN : Kilo improved). Ce type de sous-marin serait le plus silencieux au monde. Il dispose d’un rayon d’action accru. Sa taille relativement petite lui permet de manœuvrer dans des eaux peu profondes.

 

Le sous-marin est équipé de torpilles d’un diamètre de 533 mm et de 8 missiles anti-aériens, ainsi que du missile de croisière d’attaque contre la terre Caliber. Il déplace 4.000 t. Sa vitesse en plongée atteint 20 nœuds et il pleut plonger jusqu’à 300 m. Son équipage est composé de 52 marins et son autonomie est de 45 jours.

 

Référence : RussiaToday

Repost 0
9 janvier 2015 5 09 /01 /janvier /2015 12:25
La DGA commande deux patrouilleurs pour la zone Antilles-Guyane

 

08/01/2015 DGA

 

La direction générale de l’armement (DGA) a notifié le 19 décembre 2014 à la société Socarenam un marché pour la réalisation de deux patrouilleurs légers guyanais (PLG) destinés à la marine nationale.

 

Ces navires sont dédiés aux missions de souveraineté et de protection des intérêts français dans la zone maritime Antilles-Guyane, en particulier le Centre Spatial Guyanais. Il s’agit plus particulièrement de lutte contre les trafics illicites (police des pêches, narcotrafics), de sauvegarde des personnes et des biens en mer et de lutte contre la pollution.

 

Les PLG pourront embarquer un renfort de 14 personnes en plus de leur équipage de 24 membres. D’une longueur de 60 m et d’une largeur de 9,50 m, leur tirant d’eau inférieur à 3,2 mètres leur permettra de manœuvrer par petits fonds. Ils pourront atteindre la vitesse de 21 nœuds et possèderont une autonomie supérieure à 12 jours à 12 nœuds.

 

Les deux patrouilleurs seront équipés d’un armement léger (20 mm téléopéré). Leurs équipes d'intervention seront projetées à l'aide de deux embarcations rapides et pourront mener des opérations de contrôle ou de coercition de jour comme de nuit, y compris par mauvaise mer.

 

Pour la conception et les études de définition des PLG, Socarenam travaillera en collaboration avec le Bureau d’études MAURIC, spécialisé en architecture et ingénierie navale et établi à Nantes et Marseille. Les coques et superstructures seront réalisées par le chantier naval Socarenam de Saint-Malo, tandis que l’armement du navire sera effectué par celui de Boulogne-sur-Mer. La société CNN MCO, établie à Guipavas (Finistère), assurera les travaux de maintien en condition opérationnelle des deux patrouilleurs pendant leurs six premières années de service.

 

La livraison des PLG interviendra fin 2016 pour le premier et à l’été 2017 pour le second.

Repost 0
8 janvier 2015 4 08 /01 /janvier /2015 12:25
EXPONAVAL 2014 - by SITTA


05/01/2015 SITTA

 

La 9ème édition du salon EXPONAVAL s’est tenue sur le site de la base aéronavale de Vina del Mar du 2 au 5 décembre 2014. Près de 140 industriels étaient présents à cette occasion. Parmi les industriels ayant fait le déplacement, les entreprises allemandes (TKMS, Atlas, Fassmer, Exide Technologies, etc.) et françaises (DCNS, SAFRAN, AIRBUS, etc.) étaient présentes en nombre aux côtés des entreprises anglo-saxonnes et locales. La présidente chilienne, Mme Bachelet, a officiellement inauguré le salon le 03 décembre.

Parmi les matériels présentés, l’équipe du SITTA s’est notamment attardée sur les équipements suivants :

 

Patrouilleur trimaran de 78 mètres

 Poly Technologies

Pour leur première participation à EXPONAVAL, les représentants de la firme chinoise Poly Technologies ont présenté un nouveau projet de patrouilleur à coque trimaran. Déplaçant 650 tonnes pour 78 mètres de long, ce patrouilleur est présenté comme une plateforme destinée prioritairement aux missions de sauvetage (Search And Rescue – SAR). Premier bâtiment à coque trimaran développé par la Chine, le bâtiment est équipé d’une plateforme hélicoptère pour un aéronef léger, ainsi que de moyens de levage pour la mise à l’eau d’embarcations de type RHIB. Sa propulsion par hydrojets lui confère une vitesse maximale de 30 nœuds (pour une autonomie maximale de 600 nautiques) et sa coque trimaran assure une bonne stabilité à la mer. Deux unités similaires sont actuellement en service en Chine. Poly Technologiesprésentait également à nouveau son projet de corvette lance-missiles de 95 mètres (Type 056), déjà retenu dans sa version OPV par le Nigéria et dans sa version combat par le Bangladesh.

 

Batteries pour sous-marins 

Avec une force sous-marine comptabilisant quatre unités (deux sous-marins type U-209 et deux Scorpène), le Chili cristallise naturellement les intérêts des équipementiers internationaux spécialisés dans le domaine sous-marin. Illustration de cet intérêt, plusieurs constructeurs de batteries pour sous-marins étaient présents à Exponaval, dont la société grecque Sunlight. Avec près de 30 années d’expérience dans le domaine, Sunlight est aujourd’hui l’une des trois principales sociétés spécialisées dans le domaine au niveau mondial. Basées sur la technologie Plomb/Acide, les batteries Sunlight équipent aujourd’hui une large gamme de sous-marins classiques à travers le monde : occidentaux, avec les unités de type U-206/209/212/214/U209PN/Scorpèneou encore Walrus ou Sauro, mais aussi de conception russe ou chinoise avec des batteries développées spécifiquement pour les sous-marins de type Kilo, Foxtrot ou Romeo. Disposant d’une expérience éprouvée, Sunlight propose des batteries aux performances accrues : limitation des rejets d’hydrogène, performances optimales (aussi bien pour les vitesses de patrouille que pour les missions de chasse opérées par le sous-marin), durée de vie étendue, etc. En complément, des matériels auxiliaires : système de gestion des batteries (Battery Monitoring System - BMS), système d’élimination d’hydrogène (Hydrogen Eliminators) ainsi qu’une gamme de batteries pour torpilles (notamment de type DM2A3/A4) étaient présentés.

Sunlight

 

Torpille Black Scorpion et mini sous-marin Sea Whisper 

La société italienne Wass,filiale de Finmeccanica, présentait deux nouveautés sur son stand :

-        la torpille Black Scorpion : d’un diamètre de 125 millimètres, la Black Scorpion est une mini torpille destinée à être mise en œuvre via les lanceurs de contre-mesures (ou de bouées acoustiques) équipant les bâtiments de surface, les sous-marins, ainsi que les aéronefs. Conçue spécifiquement pour lutter contre la menace des sous-marins de poche (Migdet Submarines) opérant par faibles fonds en milieu côtier, la Black Scorpion a également été développée afin d’être mise en œuvre en eaux chaudes ou la détection acoustique s’avère souvent problématique (conditions de propagation des ondes acoustiques difficiles, multiplication des fausses cibles, etc.). Conçues pour opérer entre 30 et 200 mètres maximum, la Black Scorpion atteint la vitesse maximale de 15 nœuds. Une version exercice de la Black Scorpion est également proposée par l’industriel ;

-        le projet de mini sous-marin Sea Whisper : parmi les nombreux matériels proposés par Wass, le projet de mini sous-marin Sea Whispera retenu l’attention du SITTA. Présenté uniquement sur plaquette technique (pas de maquette présentée), le Sea Whisperest un mini sous-marin (Midget Submarine) de 150 tonnes pour 23,5 mètres de long. En dépit de dimensions très modestes, le Sea Whisper est proposé avec une suite armement conséquente : deux à  trois tubes lance-torpilles de 533 millimètres, une suite sonar conséquente (antenne sonar passive, antennes de flanc, sonar d’évitement de mines) et peut embarquer jusqu’à six nageurs de combat. Les missions principales dévolues à cette plateforme sont l’infiltration ou l’exfiltration de nageurs de combat, les missions de renseignement, de minage et de lutte antinavire.

 

Sonars Orionet Firefly

A l’occasion d’Exponaval, L3 présentait deux nouveaux systèmes sonars :

-           le sonar à immersion variable (VDS) Orion : dédié aux plateformes de surface de faible ou très faible déplacements (patrouilleurs, vedettes, et même RHIB), l’Orion est destiné à la détection des sous-marins de poche opérant en zone côtière (immersion de détection de 20 à 100 mètres). Sonar Passif (100 à 3 200 Hz)/actif (300 Hz), le VDS Orion offre un encombrement et un poids réduits (1,3 mètres de long, 227 kilogrammes) ;

-        le sonar trempé Firefly : destiné à être opéré depuis les hélicoptères ou les drones de surface (USV), le Fireflyest présenté par L3 comme un « aboutissement » après plusieurs décennies d’utilisation des sonars AN/AQS-13, AN/AQS-18 et HELRAS. De taille réduite et léger (180 kilogrammes), le Firefly a été optimisé pour une utilisation sur hélicoptère de moyen tonnage (type AW-159 par exemple).

En dépit d’un accueil cordial, le personnel du stand L3 n’a pas souhaité accorder d’interview à  l’équipe du SITTA, ce que nous déplorons. Espérons qu’il en sera autrement lors d’un prochain salon !

 

L3

 

Système d’identification portatif ACE-ID 

Spécialisée dans la sécurité aéroportuaire et les matériels de détection, la société chilienne Aerotech présentait sur son stand le nouvel identificateur portatif ACE-ID (produit par Smith Detection). Utilisant l’identification par laser spectroscopique (afin d’éviter les contacts et les risques d’explosion avec des matières dangereuses),  l’ACE-ID est en mesure d’identifier les matières solides, liquides, gélifiées ainsi que les poudres : explosifs et précurseurs, ou narcotiques. Le système fonctionne également au travers de parois translucides ou semi-translucides (plastiques ou verre) et par des températures de -20 à +50°C. De taille réduite (12,7 x 8,9 x 5,6 cm) et léger (450 grammes), l’ACE-ID est facilement transportable sur le terrain et rapide à mettre en œuvre. Fourni avec une bibliothèque de base de 500 substances, le système peut être agrémenté ultérieurement par l’utilisateur. Aerotech a suscité le plus vif intérêt et la visite des hautes autorités militaires chiliennes. L’équipe du SITTA remercie vivement l’équipe d’Aerotech pour son accueil chaleureux sur son stand.

Aerotech

Repost 0
24 décembre 2014 3 24 /12 /décembre /2014 12:40
Porte-hélicoptères Russie photo Alexei Filippov RIA Novosti

Porte-hélicoptères Russie photo Alexei Filippov RIA Novosti

 

MOSCOU, 24 décembre – RIA Novosti

 

La suspension de la livraison des porte-hélicoptères Mistral à la Russie ne constitue pas un cas de force majeure, susceptible d'éviter à Paris de verser des compensations, estime le vice-premier ministre russe Dmitri Rogozine.

"Les explications selon lesquelles certaines conditions ne seraient pas réunies pour nous remettre ces navires, personne ne compte les accepter de notre côté, nous ne les considérons pas comme un cas de force majeure prévu par le contrat. C'est simplement, si vous voulez, la démonstration de la faiblesse géopolitique de la France", a fait savoir M. Rogozine dans une interview accordée à la chaîne Rossia-24.

Selon lui, la France "se soumet à la pression de ses collègues de l'Otan, dont elle a récemment réintégré [le commandement militaire], voilà la conséquence directe de telles dépendances".

M. Rogozine a ajouté que des délais prévus par contrat arriveraient à échéance "prochainement", notamment concernant des compensations.

La livraison du premier des deux Mistral, le Vladivostok, aurait dû avoir lieu cet automne, mais elle a été suspendue par le président français François Hollande sine die au motif que les conditions "n'étaient pas réunies" en raison de la crise ukrainienne. Moscou a déclaré pour sa part attendre soit les navires, soit le remboursement de l'argent versé.

Début décembre, le premier ministre français Manuel Valls a déclaré qu'il était encore prématuré de parler de l'échec de la vente des Mistral.

Le contrat de 1,2 milliard d'euros prévoyant la construction de deux navires de classe Mistral a été signé entre la Russie et la France en en 2011. Il s'agit du contrat technico-militaire le plus important qui ait jamais été signé entre les deux pays, l'entente ayant suscité l'hostilité des Etats-Unis et de l'Otan.

Repost 0
21 décembre 2014 7 21 /12 /décembre /2014 08:40
Mistral: la Russie acceptera n'importe quel scénario (Défense)


20.12.2014 Ria Novisti
 

Moscou acceptera n'importe quel scénario d'évolution des événements liés à la livraison des bâtiments de guerre de type Mistral commandés et payés par la Russie, a annoncé samedi le vice-ministre russe de la Défense Iouri Borissov.

"Nous accepterons n'importe quel scénario concernant la livraison des Mistral. Peu importe que ce soit le 31 décembre 2014 ou le 1er janvier 2015. Nous attendrons la décision de la France", a déclaré M. Borissov aux journalistes.

La livraison du premier des deux Mistral, le Vladivostok, aurait dû avoir lieu cet automne, mais elle a été suspendue par le président français François Hollande sine die au motif que les conditions permettant de le faire "n'étaient pas réunies". Moscou a déclaré pour sa part attendre soit les navires, soit le retour de l'argent versé.

Début décembre, le premier ministre français Manuel Valls a déclaré qu'il serait encore prématuré de parler de l'échec du contrat sur les Mistral.

Il n'en reste pas moins que les 400 marins russes arrivés au port français de Saint-Nazaire le 30 juin dernier pour se former au maniement des porte-hélicoptères Mistral et amener le premier d'entre eux au port de Saint-Pétersbourg ont définitivement quitté la France.

 

Repost 0
19 décembre 2014 5 19 /12 /décembre /2014 08:35
L' INS Vikramaditya, vaisseau amiral de la marine indienne

 

19.12.2014 par Olga Ivachina - La Voix de la Russie

 

La Marine indienne s’est procuré en 2014 une puissante unité de combat, le porte-avions INS Vikramaditya construit par le chantier naval russe Sevmash.

 

Pendant la cérémonie de mise en service de ce plus grand bâtiment de guerre indien au printemps 2014, l’INS Vikramaditya a été proclamé vaisseau amiral de la Marine indienne.

 

Les experts ont noté que l’INS Vikramaditya était devenu l’un des navires les plus puissants et les plus modernes de la flotte de guerre indienne.

 

Après la remise de l’INS Vikramaditya à l’Inde, la Russie a proposé son aide en matière de maintenance de ce porte-avions moderne. Une représentation du chantier naval russe Sevmash s’est ouverte en novembre dans la base navale indienne de Karwar, a raconté le premier vice-président de l’Académie des problèmes géopolitiques, Konstantin Sivkov.

 

« C’est une nouvelle étape de coopération entre la Russie et l’Inde. Ce n’était pas le cas auparavant. La représentation du chantier naval Sevmash assurera la maintenance du porte-avions INS Vikramaditya. Le groupe électrogène principal du navire, son système de conduite du tir, son système de défense antiaérienne et d’autres types de matériel électronique sont de fabrication russe. C’est un matériel très sophistiqué et coûteux, un matériel qui a besoin d’un entretien permanent, tant pour le maintenir en bon état que pour le moderniser ensuite par étapes ».

 

Dans sa représentation en Inde, Sevmash rendra des services de consultation et mènera des travaux préventifs et si nécessaire des travaux d’entretien. En outre, les spécialistes russes aideront à adapter le matériel de bord aux nouvelles exigences de la Marine indienne, à moderniser le logiciel pour l’armement et le système de conduite du tir, etc. Comme l’a annoncé l’agence de presse russe TASS, Sevmash se chargera de la maintenance pendant toute la durée de service de l’INS Vikramaditya qui se monte à 20 ans mais qui pourrait être prolongée.

 

Les analystes militaires constatent qu’après la mise en service de l’INS Vikramaditya, l’Inde est devenue le seul pays du bassin de l’océan Indien à disposer de deux porte-avions. Le porte-avions INS Viraat est quant à lui opérationnel depuis 55 ans mais il sera finalement remplacé par le porte-avions moderne INS Vikrant, en voie de construction dans un chantier naval indien. Les essais à la mer de ce navire sont prévus pour 2017 et sa mise en service pour la fin de 2018.

Repost 0
19 décembre 2014 5 19 /12 /décembre /2014 07:40
BPC Vladivostok photo RP Defense

BPC Vladivostok photo RP Defense

 

19.01.2014 par RFI
 

Les 400 marins russes formés en France au maniement des navires de guerre Mistral sont repartis jeudi 18 décembre. Ils ont finalement embarqué dans le navire école dans lequel ils étaient venus pour rentrer en Russie. Ils s’en vont sans leurs Mistral puisque la France refuse toujours de livrer ces navires tant que la situation en Ukraine ne se sera pas améliorée.

 

Cela faisait presque un mois et demi qu'ils n'avaient plus rien à faire. Au total, deux équipages complets destinés au Sébastopol et au Vladivostok ont été formés à Saint-Nazaire, ainsi qu'une soixantaine d'instructeurs russes. A l'origine, ils devaient rentrer chez eux en prenant possession du premier Mistral, mais le navire est bloqué jusqu'à nouvel ordre. Les marins russes ont donc réembarqué dans le navire à bord duquel ils étaient venus et dans lequel ils vivaient depuis six mois, le navire-école Smolny, pour rejoindre la Russie avant Noël.

A ce jour, le constructeur DCNS n'est pas en mesure de dire quand les marins reviendront pour récupérer leur premier Mistral. Depuis quelques temps, on parle du mois de février mais rien n'est confirmé officiellement. Les Russes jouent l'apaisement. « Nous ferons preuve de compréhension quelle que soit la manière dont la situation évoluera, mais nous espérons que la Russie sera remboursée si la France ne livre pas les bateaux », avait affirmé Vladimir Poutine au début du mois après sa rencontre avec François Hollande.

Le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian avait pour sa part laissé entendre que la France pourrait ne jamais livrer les Mistral. Cette hypothèse est hautement improbable tant la France perdrait de l'argent dans cette affaire. Ce serait surtout un très mauvais signal envoyé aux futurs clients de la France en matière d'exportation d'armement.

Repost 0
18 décembre 2014 4 18 /12 /décembre /2014 18:55
La DGA notifie la réalisation d’une vingtaine de vedettes de liaison

 

18/12/2014 DGA

 

La direction générale de l’armement (DGA) a notifié le 10 décembre 2014 à la société Socarenam un marché pour la réalisation d’une vingtaine de vedettes de liaison (VLI).

 

Ces vedettes seront destinées à des liaisons trans-rades* dans les ports militaires (Brest, Toulon, Cherbourg et outremer). Elles auront une longueur de 16 m, une largeur de 4,50 m, et une capacité d’emport de 36 passagers avec leurs bagages. Elles pourront atteindre la vitesse de 15 nœuds, et posséderont une autonomie de 300 nautiques.

 

La conception des vedettes est assurée par le bureau d’architecture navale Pierre Delion situé à Puteaux. Ces embarcations seront construites dans le nouveau site du chantier, Socarenam Côte d’Opale, à Etaples-sur-Mer. La livraison de dix premières vedettes est prévue pour 2016.

 

*Exemple de liaison trans-rades : Brest – Ile Longue

Repost 0
18 décembre 2014 4 18 /12 /décembre /2014 08:40
BPC Vladivostok - photo Franck Dubray Ouest-France

BPC Vladivostok - photo Franck Dubray Ouest-France

 

Dec. 17, 2014 – Defense News

 

PARIS — About 400 Russian sailors are returning home, French shipbuilder DCNS said Wednesday, as Paris weighs whether to deliver the Mistral-class warship to Russia amid the Ukraine crisis.

“I can confirm that the Russian sailors will return (to Russia) before the end of year,” said a DCNS spokesman.

The spokesman did not give a date of departure and could not say whether they would return for more training on the high-tech vessel.

According to the Ouest-France local paper, the sailors’ departure is “definitive” and sources said they could leave as early as Thursday morning.

Last month, French President Francois Hollande pushed back “until further notice” the delivery of the first of two Mistral-class warships Russia has ordered from France.

The first of the two assault ships — which can carry 16 helicopters, four landing crafts, 13 tanks, 450 troops and a hospital — was supposed to be delivered in November, according to the original deal signed in 2011.

But amid the Ukraine conflict and the rapid decline in the West’s relations with Russia, France has come under intense pressure from its allies, particularly the United States, and in September postponed the delivery.

Paris faces a serious dilemma over the Mistrals.

It could be liable for hefty fines if it breaches the €1.2 billion ($1.5-billion) contract.

But it would also risk the wrath of its allies around the world if it were to deliver the hot-button technology to Russia at a time when Moscow is in the diplomatic deep-freeze over the Ukraine unrest.

Repost 0
17 décembre 2014 3 17 /12 /décembre /2014 18:40
Mistral : les marins russes quittent le navire

La vente du Porte-hélicoptères Vladivostok à Moscou a été suspendue en raison de la crise ukrainienne. photo Alexei Filippov - RIA Novosti

 

17/12/2014 Le Point

 

Les 400 matelots russes vont partir de Saint-Nazaire avant les fêtes de fin d'année après la suspension de la vente du navire français à la Russie.

 

DCNS a confirmé mercredi le départ "avant les fêtes de fin d'année" et pour une durée indéterminée, des 400 marins russes, qui étaient en formation depuis plusieurs mois au port de Saint-Nazaire sur le premier navire militaire Mistral en attente de livraison. "Je peux confirmer que les marins russes vont rentrer avant les fêtes de fin d'année", a déclaré à l'AFP un porte-parole du groupe confirmant partiellement des informations publiées dans le journal Ouest-France. Il s'est refusé à indiquer une date précise et n'était pas en mesure de donner une date de retour éventuel. Selon Ouest-France, "ce départ est définitif". Le départ des marins pourrait intervenir dès jeudi matin, ont indiqué de leur côté des sources concordantes.

 

Le premier Mistral, le Vladivostok, devait initialement être remis à Moscou à la mi-novembre, dans le cadre d'un contrat de 1,2 milliard d'euros signé en juin 2011 entre la Russie et le constructeur naval DCNS sous l'ancien président de droite Nicolas Sarkozy. Mais cette livraison a été suspendue sine die en raison de la situation en Ukraine. Le président François Hollande a lié, le 4 septembre, l'exportation du premier navire à un règlement politique dans ce pays. Les marins russes étaient, eux, arrivés fin juin pour être formés sur ce bâtiment. Ils repartiront à bord du Smolny, leur navire-école qui les hébergeait à Saint-Nazaire. "Aucune date de livraison du Vladivostok ne peut être confirmée à ce stade", a ajouté le porte-parole de DCNS, soulignant que la réalisation du second bâtiment, le Sébastopol, se poursuivait normalement. Celui-ci doit théoriquement être livré à la Russie en octobre 2015. Les Mistral sont des navires polyvalents, pouvant transporter des hélicoptères et des chars, ou accueillir un état-major embarqué.

Repost 0
17 décembre 2014 3 17 /12 /décembre /2014 17:55
photo ensta-bretagne

photo ensta-bretagne

 

17/12/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Hervé Guillou a souhaité renouveler son équipe de direction. Un nouveau directeur général adjoint et une nouvelle directrice générale déléguée devrait monter à bord de DCNS.

 

Pour Hervé Guillou, arrivée en juillet à la tête de DCNS, la réorganisation faisait partie des objectifs de court terme. Cinq mois après sa prise de fonction, le PDG de DCNS, aidé notamment sur le volet international par une ancienne d'EADS (devenu Airbus Group), Laurence Dors (cabinet Anthenor Partners), va annoncer vendredi sa nouvelle organisation en détail lors d'un conseil d'administration. En clair, des hommes et des femmes vont faire leur entrée dans le groupe naval à la suite de l'arrivée en octobre de Jean-Yves Battesti (Thales) au poste de secrétaire général de DCNS. Des décisions qui ont été actées mardi soir lors d'un comité stratégique de DCNS.

Selon nos informations, le directeur du contrôle financier, de la comptabilité et de la gestion des risques chez MBDA, Franck le Rebeller serait nommé en tant que directeur général adjoint, et la directrice générale adjointe de Bull, Marie-Pierre de Bailliencourt, prendrait les fonctions de directeur général délégué. Des arrivées qui scellent les départs du directeur général délégué de DCNS Bernard Planchais, et du directeur général adjoint, Bernard Huet, qui pourrait faire valoir ses droits à la retraite. En outre, Antoine Sajous, actuellement patron des ventes Asie-Pacifique du groupe naval, prendrait la barre de la toute nouvelle direction marketing.

Enfin, Hervé Guillou annoncera également la nomination d'un patron industriel, qui aura à sa tête les anciennes divisions Systèmes Navals de Surface et Sous-marins.

Repost 0
17 décembre 2014 3 17 /12 /décembre /2014 12:40
"Do svidaniya" (au revoir et à la prochaine) disent les marins russes de Saint-Nazaire

 

17.12.2014 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense

 

Les 400 marins russes, qui étaient arrivés au port de Saint-Nazaire le 30 juin dernier, passeront les fêtes de Noël et de fin d'année en famille. Ils vont bientôt repartir à bord de leur navire-école, le Smolniy. Selon les informations de mes confrères de la rédaction nazairienne d'Ouest-France, ce départ est définitif.

La formation de ces militaires, venus en France pour se former au maniement des porte-hélicoptères commandés par la Russie à la France et construits par STX à Saint-Nazaire, est en effet terminée. La livraison du premier des deux BPC, le Vladivostok, aurait du avoir lieu le 14 novembre, mais en raison de la situation politique en Ukraine, elle a été suspendue.

"On imagine le soulagement de ces militaires que les Nazairiens voyaient, depuis des semaines, tuer le temps à se promener dans le centre-ville et à faire du sport sur les quais, face à leur navire-école... Au fil du temps, depuis la date supposée de livraison et donc celle de la fin de leur formation, leur présence à Saint-Nazaire, suspendue à un statu quo politique international, perdait de son sens. Ce dénouement contraindra la Russie à faire revenir un équipage sur place, en cas de livraison du Vladivostok. Les militaires ne disent peut-être pas adieu au navire qu'ils ont appris à manier", écrit ce matin ma consoeur Claire Robin dans les pages de nos éditions de Loire-Atlantique.

Repost 0
16 décembre 2014 2 16 /12 /décembre /2014 17:20
Lockheed Martin Selected To Continue Building MK 41 Vertical Launching Systems For U.S. Navy
 

Baltimore, Md., Dec. 15, 2014 – Lockheed Martin

 

The U.S. Navy awarded Lockheed Martin a $235 million contract to continue building MK 41 Vertical Launching Systems (VLS) with options that, if exercised, would increase the value to $356 million.

The VLS fires a wide range of missiles, primarily off of U.S. Navy cruisers and destroyers. Since the first launcher rolled off of the Lockheed Martin production line in 1984, the systems have been combat proven with more than 3,800 successful firings worldwide, deployment by the U.S. and 12 allied navies on nearly 200 ships representing 21 ship classes.

“We are proud to continue building these launchers and bring this significant capability to the U.S. Navy for its critical missions as we have for 32 years,” said Joe North, vice president of Littoral Ships and Systems at Lockheed Martin. “The fact that the VLS can launch any type of missile from any cell brings unparalleled flexibility in addressing threats from land, air and sea.”

Under this contract which extends through 2022, Lockheed Martin will produce the launch control units, various electrical boxes and the mechanical structure, and perform final assembly and test. The company is also under contract to conduct repairs, distribute, store and manage spare parts for the MK 41 system for the U.S. Navy.

Work will be performed primarily in Baltimore, Md.

MK 41 VLS is the only launching system that can simultaneously accommodate the weapon control system and the missiles of every warfighting mission area—anti-aircraft, anti-surface, antisubmarine and land attack. The system is designed to accept any missile into any cell.

About Lockheed Martin
Headquartered in Bethesda, Maryland, Lockheed Martin is a global security and aerospace company that employs approximately 113,000 people worldwide and is principally engaged in the research, design, development, manufacture, integration and sustainment of advanced technology systems, products and services. The Corporation’s net sales for 2013 were $45.4 billion.

Repost 0
15 décembre 2014 1 15 /12 /décembre /2014 13:50
Understanding our past: Naval life in the 1600's

 

12 déc. 2014 Saab


On the 10 August 1628 the Vasa warship capsized and sank into the depths of the archipelago off the island of Beckholmen at the entrance to Stockholm. There it remained until 24 April 1961, when the ship was fully returned to the surface, in preserved form, thanks to the mud down below. Now, 383 years after sinking, a replica of one of Vasa's cannons has been test-fired for the first time.

Repost 0
15 décembre 2014 1 15 /12 /décembre /2014 08:40
À défaut de BPC, des porte-hélicoptères «Made in Russia» sur le modèle des navires de classe Rotterdam

Le porte-hélicoptères néerlandais Johan de Witt de classe Rotterdam, un concurrent du Mistral français que Paris refuse de livrer à la Russie, liant la livraison à l’évolution de la situation en Ukraine, où Moscou est accusé par Kiev et les Occidentaux de soutenir les forces rebelles (Archives/WikiC)

 

14 décembre 2014 par Jacques N. Godbout - 45eNord.ca

 

Avec Paris qui refuse toujours de lui livrer le premier navire de classe Mistral promis et déjà payé dans le cadre du contrat d’1,2 milliards d’euros signé en juin 2011 entre Moscou et le constructeur naval DCNS sous l’ancien président Nicolas Sarkozy, la Russie dit envisager maintenant construire un jour ses propres porte-hélicoptères sur le modèle des navires de classe Rotterdam conçu par l’Espagne et les Pays-Bas.

 

La Marine russe aurait dû recevoir le 14 novembre dernier le premier des deux bâtiments de projection et de commandement (BPC) de classe Mistral, le Vladivostok.

Le second Mistral vendu à la Russie, le Sébastopol, doit quant à lui être livré à la Russie en octobre 2015. Mis à flots dans la nuit de jeudi à vendredi, ce bâtiment est encore en cours de construction.

Mais, considérant «que la situation actuelle dans l’est de l’Ukraine ne permet toujours pas» la livraison du premier navire, le président français François Hollande avait confirmé le 25 novembre le report «jusqu’à nouvel ordre» de la livraison du premier Mistral commandé par Moscou, accusé par les Occidentaux d’aider les rebelles armés prorusses qui tiennent une partie de l’est de l’Ukraine.

Le 5 décembre dernier, le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, avait haussé le ton et sommé Paris de respecter ses obligations pour la livraison du navire de guerre dont la livraison est suspendue à l’évolution de la crise ukrainienne, alors que le ministre français de la Défense allait jusqu’à déclarer que Paris pourrait bien «ne jamais livrer» les navires.

 

Moscou envisage la construction de ses propres porte-hélicoptères

La conception et la construction de porte-hélicoptères russes figurent dans le programme à long terme de la construction navale nationale d’ici 2050, déclare maintenant «une source haut placée au sein du complexe militaro-industriel» à l’agence publique russe ITAR-TASS, déclaration reprise aussi par l’agence officielle Ria Novosti.

L’agence officielle russe est le reflet des positions officielles de Moscou et cette déclaration peut être vue au minimum comme un message de la Russie à la France soumise à de fortes pressions de ses alliés pour qu’elle ne livre pas les bâtiments de classe Mistral aux Russes.

Outre un coût financier très élevé, l’annulation de la livraison des navires placerait la France dans la difficile position du partenaire qui n’honore pas ses contrats. «Paris se met dans l’impasse et porte préjudice à sa réputation en tant que partenaire fiable sur le marché moderne des armes», avait déclaré à ce propos début décembre le vice-président de la commission pour la défense à la Douma, Igor Barinov.

Aujourd’hui, c’est un nouveau message est clair. On peut bien se passer de vous, déclare les Russes à la France, et il ne s’agit peut-être pas de vaines menaces.

Non seulement, si la France ne livre pas, les Russes pourraient-il exiger, outre le remboursement des 1,2 milliards d’euros et une amende «conformément au contrat», comme l’en menaçait ce mois-ci le vice-ministre russe de la Défense Youri Borissov, mais Moscou déclare clairement pouvoir très probablement se passer de ce partenaire peu fiable écartelé entre le respect d’un contrat qui a permis de sauver des centaines d’emplois et les pressions de ses alliés.

«La construction de nos propres bâtiments de débarquement est inscrite dans le programme à long terme de la construction navale d’ici 2050 et est approuvée par le ministère de la Défense. Ce projet prévoit des navires de ce type en grand nombre», a déclaré la source citée par ITAR-TASS.

 

Des porte-hélicoptères «Made in Russia» sur le modèle des navires de classe Rotterdam

Toujours selon cette source, la marine russe a besoin de navires de débarquement universels similaires aux BPC Mistral ou «un peu plus réduits en termes de tirant d’eau et de gabarits», «capables de remplir bien plus de missions que les grands navires de débarquement du projet 11711 de classe Ivan Gren [actuellement] en construction».

Alors, selon la source citée par l’agence russe, «les bureaux d’études Nevskoe et Severnoe [spécialisés dans la conception de navires, ndlr], qui ont considérablement avancés dans le développement d’un bâtiment de débarquement universel, seront chargés de concevoir le porte-hélicoptères russe».

L’industrie russe a acquis une expérience utile en construisant les parties arrières des Mistrals commandés à la France, soulignent les Russes et «Les chantiers navals de la Baltique ont tout appris, ils ont fait un travail de grande qualité. Les spécialistes qui contrôlaient minutieusement le déroulement de la construction ont été pleinement satisfaits», explique la source de l’agence publique russe.

Le nouveau porte-hélicoptères russe pourrait ressembler par son architecture, indique de son côté l’agence officielle Ria Novosti, aux navires néerlandais de classe Rotterdam, considérés comme des concurrents du Mistral. En été 2009, le porte-hélicoptères Johan de Witt de classe Rotterdam étaient présenté au salon naval international de Saint-Pétersbourg.

Les navires de classe Rotterdam sont des «Landing Platform Dock» dotés d’un large pont d’envol et d’un radier et conçus pour déployer des forces terrestres sur des rives ennemies. On retrouve à bord de ces navires un escadron de 6 hélicoptères qui ont comme mission le transport de troupes et de l’équipement ainsi que des embarcations de débarquement de type.

Qui a encore besoin du Mistral, semblent maintenant dire les Russes…

Repost 0
11 décembre 2014 4 11 /12 /décembre /2014 08:40
Un sous-marin nucléaire remis à la Marine russe

 

SEVERODVINSK, 10 décembre - RIA Novosti

 

Le troisième sous-marin nucléaire russe du projet 955 Boreï, le Vladimir Monomakh, a été remis à la Marine, a annoncé mercredi à RIA Novosti un représentant du complexe militaro-industriel, désireux de garder l'anonymat.

"La remise du sous-marin nucléaire Vladimir Monomakh à la Marine russe a eu lieu aujourd'hui. Tous les documents ad hoc ont été signés par les responsables des chantiers navals Sevmach et des officiers de la Marine", a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

Les deux premiers SNLE de classe Boreï - Iouri Dolgorouki et Alexandre Nevski - sont déjà en service dans la Marine russe. Le quatrième sous-marin de cette classe, le Kniaz Vladimir (Prince Vladimir), est en chantier et le cinquième SNLE de classe Boreï, baptisé Kniaz Oleg (Prince Oleg), sera mis en chantier le 19 juillet prochain à l'usine Sevmach de Severodvinsk.

Au total, la Russie compte se doter de huit sous-marins nucléaires du projet 955 Boreï d'ici 2020.
Les SNLE de 4e génération du projet 955 Boreï ont un déplacement de 14.700/24.000 tonnes et peuvent plonger à 450 mètres de profondeur. Leur vitesse est de 15 nœuds en surface et de 29 nœuds en plongée. Chaque SNLE du projet Boreï sera doté de 16 missiles balistiques intercontinentaux R-30 Boulava-30 à dix têtes à trajectoires indépendantes.

Les sous-marins du projet 955 Boreï constitueront la base des Forces navales stratégiques russes après la mise au rebut des sous-marins des projets 941 Akoula (Typhoon selon le code de l'OTAN), 667 BDR Kalmar et 667 BDRM Delfin (Delta-3 et Delta-4 selon l'OTAN) en 2018.

Repost 0
11 décembre 2014 4 11 /12 /décembre /2014 08:40
Porte-hélicoptères Vladivostok photo Alexei Filippov - RIA Novosti

Porte-hélicoptères Vladivostok photo Alexei Filippov - RIA Novosti

 

09/12 Claude Fouquet - LesEchos.fr

 

Pour équiper sa flotte, Moscou construirait désormais ses propres navires de guerre. Une suite de l'affaire des Mistral français et de leur non livraison pour cause de crise ukrainienne.

 

Echaudés par l'affaires des porte-hélicoptères Mistral à la France et de leur très hypothétique livraison , les Russes semblent désormais décidés à se débrouiller eux même à l'avenir. C'est tout du moins ce qu'affirme le vice-premier ministre Dimitri Rogozine sur Twitter, reprenant des propos qu'il a tenu à l'agence russe Tass.

"Nous construirons désormais notre flotte nous-mêmes et uniquement en Russie" a-t-il en effet affirmé, ajoutant une nouvelle péripétie au feuilleton de la livraison des deux porte-hélicoptères de classe Mistral que Moscou a acheté mais que Paris refuse de livrer à cause de la crise en Ukraine.


Suite de l'article

 

 

Repost 0
9 décembre 2014 2 09 /12 /décembre /2014 20:40
Le BPC Vladivostok destiné à la Marine russe sur les chantiers navals de Saint-Nazaire. Crédit  Grigori Syssoev RIA Novosti

Le BPC Vladivostok destiné à la Marine russe sur les chantiers navals de Saint-Nazaire. Crédit Grigori Syssoev RIA Novosti

 

08/12/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

L'étape surprise de François Hollande en Russie, à son retour de son voyage au Kazakhstan, a permis au chef de l’État d'évoquer avec son homologue russe Vladimir Poutine le brûlant dossier ukrainien. Officiellement, le sujet de la livraison des deux navires Mistral à la Russie n'a pas été au programme... Car la question est cœur de la réputation internationale de la France comme exportateur d'armes.

Dans le sud de la France, on a coutume de dire que le Mistral, ce vent froid et violent qui balaie en hiver le pourtour méditerranéen, rend dingue... C'est également le cas pour les deux bâtiments de projection et de commandement (BPC), de la classe Mistral, que la France s'est engagée - un contrat a été dûment signé - à livrer à la Russie, le Vladivostok et le Sébastopol. Dans ce dossier très délicat, la France n'a finalement que des faux-amis, qui en règle générale ne sont pas avares de "très bons conseils" : des Américains aux Russes, en passant par nos "meilleurs ennemis" des siècles durant, les Britanniques. Tous, au nom de la morale, demandent à la France de renoncer à la livraison de ces deux navires de guerre. Pour des bonnes, mais surtout, des mauvaises raisons (business)...

 

Business ou morale ?

Car, au-delà de la morale, dans ce dossier, tout est bon pour les Américains, les Britanniques mais aussi les Russes pour décrédibiliser les Français très actifs sur les marchés export en général, et, en particulier, sur les ventes d'armement où la parole donnée est sacralisée. En Inde, "tous les interlocuteurs russes des Indiens disent de nous que nous ne sommes pas fiables. Les Anglais également", expliquait récemment encore aux sénateurs un des plus hauts responsables du ministère de la Défense, le délégué général pour l'armement, Laurent Collet-Billon. Clairement, si demain l'Inde entrait en guerre contre le Pakistan ou la Chine, la France livrera-t-elle les Rafale ? Voilà la question à laquelle les Indiens ont envie d'avoir des réponses claires de Paris... Et ce qui vaut pour l'Inde, vaut pour tous les autres pays. Car un avion de combat, un navire militaire, etc., peuvent bien sûr servir à faire la guerre.

Faut-il rappeler que, depuis que l'Inde est entrée en janvier 2012 en négociations exclusives avec Dassault Aviation pour doter son armée de 126 avions Rafale pour un contrat estimé à 18 milliards d'euros, armements et soutien compris, tous ces pays, notamment la Grande-Bretagne, n'ont eu de cesse de torpiller ce deal... Une opération qui doit donner, malgré un vaste transfert de technologies, du travail à toute la filière aéronautique militaire. Environ 500 PME travaillent pour le Rafale.  Et l'Inde n'est qu'un exemple dans la guerre économique que se livrent souvent en coulisse les pays exportateurs d'armes.

 

La très mauvaise analyse des États-Unis en Ukraine

Pourquoi en est-on arrivé à cette situation dramatique en Ukraine ? En grande partie, la faute de l'administration Bush, puis Obama. Parce que, une fois encore, les États-Unis, à l'image de ce qui se passe aujourd'hui en Irak, ont eu une très, très mauvaise analyse de la situation géopolitique en Ukraine, et ont notamment sous-estimé la réaction de Moscou. Proposer à Kiev d'entrer dans l'OTAN était comme agiter un chiffon rouge devant Vladimir Poutine, qui faut-il encore le rappeler, a redonné une fierté au peuple russe. Depuis le Moyen Âge, l'Ukraine et la Russie poursuivent une histoire commune, mais pas sans divergences. Kiev, capitale de l'Ukraine moderne, est considérée comme le berceau de la civilisation slave orientale.

George Bush est parvenu à obtenir, lors du sommet de Bucarest de 2008, l'ouverture prochaine de l'Otan à la Géorgie et à l'Ukraine, désormais bénéficiaires du Membership Action Plan. Le sujet est chaud, très chaud, entre la Russie et les États-Unis. Mais la ligne politique américaine ne change pas avec l'arrivée de l'administration Obama qui entend soutenir un nouvel élargissement. Et Washington a négligé les signaux forts envoyés par Moscou. Notamment en février 2010, la doctrine militaire que Moscou a adoptée, inclut l'Otan et différents aspects de la politique américaine dans la liste des « dangers militaires » qui pèsent sur la Russie. Moscou ne pouvait pas, sur le plan stratégique, se faire encercler. Et la Russie veut que ceux qu'elle qualifie d'acteurs « extra-régionaux » - États-Unis, Otan, UE... - reconnaissent sans ambiguïté qu'elle y a des intérêts propres et majeurs.

 

La Russie veut-elle vraiment ses deux Mistral?

La livraison du Vladivostok et du Sébastopol ne peut réussir que si Moscou tient vraiment intrinsèquement à ces deux navires et non à l'utilisation géopolitique qu'elle pourrait en faire. Car, depuis l'origine des négociations pour la vente de ces deux BPC, une grande partie du complexe militaro-industriel russe a toujours tenté de faire échouer cette opération pour des raisons idéologiques. La Russie n'a pas besoin d'armements étrangers. Et le tweet du vice-Premier ministre russe Dmitri Rogozine, qui révélait au monde entier l'invitation de DCNS pour la livraison du Vladivostok le 14 novembre, n'a pas vraiment aidé la France dans cette affaire. C'est le moins qu'on puisse dire.

Aussi peut-on se demander si Moscou tient vraiment à ces deux navires? C'est déjà une réponse à tous ceux qui craignent que la Russie les utilise lors d'un conflit en Europe... Avec ou sans eux, elle envahira un pays si elle décide de le faire. Et le Vladivostok et le Sébastopol, aussi modernes soient-ils, ne sont qu'une goutte d'eau dans l'arsenal russe.

Que veut vraiment Vladimir Poutine, lui qui souffle le chaud et le froid ? La France a fait l'objet d'un rappel à l'ordre par la Russie avant la visite surprise de François Hollande à Moscou : Paris doit "remplir toutes ses obligations" et livrer à la Russie les navires de guerre Mistral qu'elle lui a vendus, faute de quoi sa "réputation" sera en jeu. Et de dire à l'issue de son entretien avec le chef d'État français : "Nous ferons preuve de compréhension, quelle que soit la manière dont la situation évoluera."

 

Livrer ou ne pas livrer ?

Alors, livrer ou ne pas livrer ? Dans les deux cas de figure, la France n'a que des coups à prendre. A elle de choisir ceux qui seront les moins douloureux pour les Français et sa crédibilité à l'international. Pour les finances, ce qui est sûr, c'est qu'un refus de livrer pourrait coûter jusqu'à 3 milliards d'euros, dont 1,2 milliard pour le remboursement des deux navires, si la Russie gagnait son arbitrage devant une cour internationale, selon le ministère de la Défense. Au final, que la France n'écoute pas les "conseilleurs" dans cette affaire, ils sont déjà tous prêts à lui planter un couteau dans le dos...

Repost 0
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 12:20
USS New Orleans Leaves BAE Shipyards

 

Dec 8, 2014 ASDNews Source : US Navy

 

Amphibious transport dock ship USS New Orleans (LPD 18) departed BAE Systems Shipyard for Naval Base San Diego after a five-month planned maintenance availability (PMA), Dec. 3.

The "Big Easy" spent the summer and fall undergoing an extensive maintenance period, receiving more than $16 million in repairs and upgrades to equipment and systems throughout the ship.

 

Read more

Repost 0
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 08:35
Nguyen Tan Dung rend visite à la Compagnie générale Ba Son

Le PM Nguyen Tan Dung rend visite à la Compagnie générale Ba Son. Source: VNA

 

07/12/2014 Vietnam+

 

Le Premier ministre Nguyen Tan Dung a rendu visite samedi à la Compagnie générale Ba Son relevant du ministère de la Défense, l'un des chantiers navals de l'armée qui a achevé la construction de deux corvettes russes Molniya 1241.8, et en construit quatre autres actuellement.

 

Le succès de la construction de ces corvettes Molniya a marqué un jalon important de l'histoire du secteur de la construction navale militaire et, plus généralement, de l'industrie de la défense du Vietnam, a estimé M. Nguyen Tan Dung. Cela prouve que le Vietnam peut maîtriser totalement les technologies et techniques modernes en ce domaine, a-t-il souligné.

 

Nguyen Tan Dung rend visite à la Compagnie générale Ba Son

Il a également annoncé que le Parti, l'Etat, le gouvernement et le ministère de la Défense préconisent de développer l'industrie nationale de la défense afin d'élever la combatitivité de l'armée, notamment des armées navale et aérienne, et ce, au service de l'édification d'une armée révolutionnaire régulière, bien exercée et de plus en plus moderne.

 

Afin de maintenir la paix et la stabilité, nous devons nous affermir sur le plan politique, de l'économie et de la défense en développant une industrie de la défense et en maîtrisant progressivement les technologies militaires modernes, a-t-il souligné. -VNA

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories