Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 11:30
Admiral Bülent Bostanoğlu, making the first ceremonial welding - photo turkishnavy.net

Admiral Bülent Bostanoğlu, making the first ceremonial welding - photo turkishnavy.net

 

13 octobre 2015. Portail des Sous-Marins

 

Le chantier naval turc Gölcük Tersanesi Komutanl a débuté le 8 octobre la construction du sous-marin classique TCG Pirireis.

 

Le programme a connu de nombreux retards attribués à des raisons commerciales et techniques qui sont apparus après la signature en 2009 de l’accord entre la Turquie et ThyssenKrupp Marine Systems (TKMS).

 

Cet accord prévoyait la livraison de 6 ensembles de composants pour la construction en Turquie de 6 sous-marins U-214.

 

Référence : Info Defensa (Espagne)

Repost 0
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 07:50
Artist's impression of the Successor submarine. Image by BAE Systems

Artist's impression of the Successor submarine. Image by BAE Systems

 

LONDON, Oct. 12 By Richard Tomkins   (UPI)

 

BAE Systems starts renovation of naval shipyard for future Royal Navy nuclear submarines.

 

Groundwork has started on the renovation of a central shipyard complex that be used for outfitting future Royal Navy Successor submarines. British Forces News said BAE Systems had announced last year a $459 million modernization of the entire shipyard in Barrow-in-Furness, Cumbria, in anticipation of government approval of the nuclear deterrent submarines, which will replace Vanguard-class vessels. British Prime Minister David Cameron confirmed earlier this week that Britain will order four new Successor submarines. BAE Systems was given an additional Ministry of Defense contract for the final phase of design work on the ships, which will carry nuclear ballistic missiles. Renovation of the central yard complex is expected to be completed the end of 2017, the British military's news service said.

Read more

Repost 0
13 octobre 2015 2 13 /10 /octobre /2015 14:30
La France conclut 10 milliards d'euros d'accords avec l'Arabie saoudite

Manuel Valls a annoncé la conclusion de dix milliards d'euros d'accords entre la France et l'Arabie saoudite, et notamment la commande de 30 patrouilleurs rapides.  photo DCNS

 

13/10/2015 Par latribune.fr (AFP,Reuters)

 

Le Premier ministre Manuel Valls, en visite à Ryad, a annoncé la conclusion de 10 milliards d'euros d'accords, dans divers secteurs, avec l'Arabie saoudite. La France est déjà le troisième investisseur dans le royaume saoudien, avec lequel un "partenariat spécial" a été conclu lors du dernier sommet du Conseil de coopération du Golfe, le 5 mai dernier

 

[...]

La France mise sur le naval

 

Dans celui de l'armement, 30 patrouilleurs rapides français seront commandés d'ici la fin de l'année par Ryad, ont encore indiqué les services du Premier ministre, en faisant par ailleurs état de l'ouverture de négociations exclusives dans le domaine des satellites, de télécommunications et d'observation (plusieurs milliards d'euros).

Des annonces ont également été faites dans les infrastructures, pour la gestion du réseau d'eau de Ryad (3 milliards d'euros), pour son métro (1 milliard), la distribution de l'énergie dans la nouvelle cité économique de Jeddah (1 milliard).

[...]

 

Lire l'article

 

Lire Défense : les neuf dossiers en suspens entre la France et l'Arabie Saoudite

 

Repost 0
12 octobre 2015 1 12 /10 /octobre /2015 16:50
A26- photo Saab Kockums

A26- photo Saab Kockums

 

Boulogne-Billancourt, October 12th, 2015 - par Sagem

 

Sagem (Safran) has been selected by Swedish shipyard Saab Kockums, winning this major contract against an international field of competitors, to supply the optronic masts for four submarines to be deployed by the Swedish navy.

The contract provides for Sagem Series 30 optronic surveillance masts to outfit two future A26 class submarines and two Gotland class submarines, already in service, along with initial logistic services and options for additional systems.

Saab Kockums' selection of Sagem's optronic mast was based on its high-performance optronic sensors, easy integration in the ship's combat system, and a human-machine interface that allows for optimized operation of its high-definition imaging functions.

Using modern non-penetrating technology for the subs' pressure hulls, Sagem's optronic masts feature a compact design and highly integrated multi-sensor architecture. They meet the Swedish navy's most demanding stealthiness requirements.    

The optronic surveillance masts to be delivered to the Swedish navy are based on Sagem's Series 30 family, already produced for the Scorpène class submarines built by French shipyard DCNS for the international market, and the future Suffren class nuclear attack submarines for the French navy (Barracuda program). Sagem's optronic masts were ordered by the South Korean shipyard DSME in 2014 for its KSS-III ocean-going submarines.  

With this latest contract, Sagem confirms its position as the international benchmark in submarine optronic systems. The clear technology leader in this critical segment, Sagem develops and produces, in France, a complete family of attack periscopes, optronic masts and radar masts for submarines. Sagem develops its family of masts at its R&D center of Massy, assembles these masts at its plant in Dijon, and makes the infrared imagers in Poitiers.

Repost 0
12 octobre 2015 1 12 /10 /octobre /2015 15:30
Crédits DCNS - STX

Crédits DCNS - STX

 

Paris, le 10 octobre 2015 par DCNS Group

 

Le 10 octobre, DCNS a signé avec le Ministère de la défense de la République Arabe d'Egypte un contrat portant sur la fourniture de deux bâtiments de projection et de commandement (BPC) MISTRAL. Après la réalisation en cours de quatre corvettes GOWIND® 2500 la livraison d’une frégate FREMM, cet accord renforce les relations stratégiques initiées par le Groupe depuis 2014 avec la Marine égyptienne. D’ici 2020, la Marine égyptienne mettra en œuvre une flotte d’au moins sept navires de combat conçus et réalisés par DCNS.

Hervé Guillou, Président Directeur Général de DCNS, déclare : « Après les contrats portant sur la fourniture de quatre corvettes GOWIND® et d’une frégate FREMM, nous sommes fiers que la Marine égyptienne nous renouvelle sa confiance en signant ce jour un contrat pour la livraison de deux BPC MISTRAL. Avec déjà 7 navires de combat commandés à ce jour et une frégate de dernière génération déjà en service dans la Marine égyptienne, DCNS participe ainsi à la modernisation de son outil de défense.»

Les deux bâtiments de projection et de commandement (BPC) commandés à DCNS par la Marine égyptienne rejoindront leur port de base dès l’été 2016 après la formation des futurs équipages. Celle-ci interviendra principalement au 1er semestre 2016, à Saint-Nazaire.

Au titre de la batellerie associée aux BPC, DCNS fournit notamment quatre chalands de transport de matériel de nouvelle génération (CTM NG), conçus par le Groupe comme un système intégré à une force amphibie organisée autour des navires MISTRAL ainsi que deux engins de débarquement rapide (EDAR) conçus et réalisés par la société CNIM.

 

Un partenariat à long terme avec la Marine égyptienne

Alors que la première des quatre futures corvettes GOWIND® de la Marine égyptienne est déjà en cours de réalisation, que les trois autres corvettes seront assemblées en Egypte à Alexandrie et que la frégate FREMM Tahya Misr a été livrée à la Marine égyptienne le 23 juin 2015, la signature de ce nouveau contrat renforce encore le partenariat stratégique développé entre DCNS et la Marine égyptienne.

D’ici 2020, le Groupe aura fourni au moins sept navires à l’Egypte, participant ainsi à la modernisation de son outil de défense.

Ce solide partenariat entre la République arabe d’Egypte et la République française est renforcé par l’engagement de DCNS d’être à plus long terme aux côtés de la Marine égyptienne, grâce en particulier, à un soutien sans faille des équipes de services dédiées à la maintenance des principaux navires armés. Le Groupe inscrit également cette présence dans un projet plus large de coopération industrielle avec la partie égyptienne dans le domaine de la construction et de la maintenance d’unités majeures.

Une nouvelle fois, grâce à cet accord historique, DCNS s’inscrit dans une logique de partenariat avec la Marine égyptienne, mais aussi avec les chantiers navals égyptiens avec qui le Groupe compte bâtir une coopération pérenne. C’est ainsi que DCNS a décidé d’investir auprès de l’industrie égyptienne pour développer conjointement les compétences et les outils indispensables au soutien d’une Marine de premier plan.

 

Caractéristiques techniques des bâtiments de projection (BPC) MISTRAL

D’une longueur de 199 mètres, d’un déplacement de 23 000 tonnes et d’une vitesse supérieure à 18 nœuds, le BPC MISTRAL est caractérisé par sa grande capacité d’emport.

Destiné aux opérations de projection de force, de maintien de la paix comme de support humanitaire le BPC MISTRAL est doté d’un centre de commandement et de contrôle particulièrement modulaire et doté de moyens de communications performants s’adaptant à toutes les configurations d’état-major embarqué.

Bénéficiant d’un hôpital embarqué, il peut mener des missions humanitaires de grande ampleur. Son système de communication performant en fait un navire bien adapté au commandement d’une force navale.

 

A propos de DCNS

DCNS est un leader mondial du naval de défense et un innovateur dans l’énergie. Entreprise de haute technologie et d’envergure internationale, DCNS répond aux besoins de ses clients grâce à ses savoir-faire exceptionnels, ses moyens industriels uniques et sa capacité à monter des partenariats stratégiques innovants. Le Groupe conçoit, réalise et maintient en service des sous-marins et des navires de surface. Il fournit également des services pour les chantiers et bases navals. Enfin, le Groupe propose un large panel de solutions dans les énergies marines renouvelables. Attentif aux enjeux de responsabilité sociale d’entreprise, DCNS est adhérent au Pacte Mondial des Nations Unies. Le Groupe réalise un chiffre d’affaires de 3,1 milliards d’euros et compte 13130  collaborateurs (données 2014).

Repost 0
12 octobre 2015 1 12 /10 /octobre /2015 12:50
Series 30 SOM (Search Optronic Mast) - photo Sagem

Series 30 SOM (Search Optronic Mast) - photo Sagem

 

 

Boulogne Billancourt, le 12 octobre 2015 par Sagem

 

A l'issue d'un appel d'offres international, Sagem (Safran) vient de signer avec le chantier naval suédois Saab Kockums un important contrat portant sur l'acquisition des mâts optroniques destinés à quatre sous-marins de la marine suédoise.

 

Ce programme prévoit l'équipement de deux sous-marins de future génération de la classe A26 et de deux bâtiments de la classe Gotland déjà en service, chaque unité recevant un mât optronique de veille (MOV) de type Sagem Series 30. Ce contrat comprend également les fournitures logistiques initiales.

 

Le choix de Saab Kockums pour le mât optronique de veille de Sagem a été motivé par la très haute performance de ses capteurs optroniques, son intégration aisée au système de combat des bâtiments, et une interface homme-machine permettant d'exploiter de façon optimale ses fonctions d'imagerie de haute définition.

 

Les mâts optroniques de Sagem font appel à la technologie moderne des mâts de type « non pénétrant » dans la coque épaisse du sous-marin. Ils se caractérisent par leur compacité et une architecture multi-capteurs très intégrée, tout en répondant aux exigences les plus sévères de furtivité.   

 

Les mâts optroniques de veille destinés à la marine royale suédoise sont issus de la famille de mâts Série 30 que Sagem développe et produit pour les sous-marins Scorpène de DCNS et pour les futurs sous-marins nucléaires d'attaque de la classe Suffren de la Marine nationale (programme Barracuda). En 2014, les mâts optroniques de Sagem ont été sélectionnés et commandés par le chantier sud-coréen DSME pour les futurs sous-marins océaniques KSS-III.  

 

A travers ce nouveau succès, Sagem confirme sa position de référence nationale et internationale sur le marché de l'optronique sous-marine. Leader technologique de ce segment particulièrement pointu, Sagem développe et produit en France pour ses partenaires une famille complète de périscopes d'attaque, de mâts optroniques et de mâts radars pour sous-marins. Ils sont conçus par Sagem à Massy puis intégrés dans son établissement de Dijon, les caméras infrarouges étant produites dans celui de Poitiers.

Repost 0
11 octobre 2015 7 11 /10 /octobre /2015 11:35
INS Astradharini will be sued to carry out the technical trials of underwater weapons and systems. Photo Indian Navy.

INS Astradharini will be sued to carry out the technical trials of underwater weapons and systems. Photo Indian Navy.

 

9 October 2015 naval-technology.com

 

The Indian Navy has commissioned its first indigenously built torpedo launch and recovery vessel, INS Astradharini, at the Naval Base in Visakhapatnam, India.

 

Designed by NSTL, M/s Shoft Shipyard and IIT Kharagpur, the new vessel features a catamaran hull form that minimises power consumption.

 

The 50m-long vessel will be capable of operating at high-sea states, cruising at a maximum speed of up to 15k.

 

In addition, the vessel features a large deck area with torpedo launchers for deploying and recovering several of torpedoes during the trials.

 

During the ceremony, vice-admiral Satish Soni said the new vessel offers additional thrust to the nation's ongoing endeavours at indigenisation and achieving the nation's goal of self-reliance in underwater weapons development.

 

INS Astradharini also features modern power generation and distribution, navigation and communication systems.

 

The vessel will be deployed to carry out the technical trials of underwater weapons and systems developed by NSTL, a naval systems laboratory of DRDO.

 

In addition, the vessel replaces Astravahini, which was decommissioned in July this year.

 

Recently, the Indian Navy commissioned its indigenously-designed new warship, INS Kochi, at the Naval Dockyard in Mumbai.

 

Claimed to be the largest-ever warship to be built in the country, INS Kochi is the second ship of the Kolkata-class (Project 15A) guided missile destroyers.

Repost 0
10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 11:35
Yuan class submarine (photo : pixnet)

Yuan class submarine (photo : pixnet)


08.10.2015 Defense Studies

The Thai Navy will rework funding pattern for the purchase of three Chinese submarines and resubmit the proposal to the cabinet for approval.

The purchase proposal was on the cabinet agenda last week but withdrawn amid a report the Defence Ministry wanted the navy to spread payments for the submarines over 10 years rather than seven, Thai media reported.

Thai Defence Minister Prawit Wongsuwon on Tuesday denied reports that the navy's submarine procurement project was being suspended or stalled.

Gen Prawit said he had asked the navy, which plans to buy three Chinese submarines valued at 36 billion baht, to rework its funding plan. The proposal would be submitted to the cabinet for consideration "when the time is right".

There were reports last week that Thailand might prefer frigates in place of submarines. Newly appointed Royal Thai Navy Chief, Admiral Na Areenij had said that the navy would propose an ‘alternative’ if the submarine plan was stalled or cancelled. Local media interpreted this to mean that that the navy would propose the purchase of frigates.

(DefenseWorld)

Repost 0
10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 11:30
Turkish Navy Landing ship TCG Bayraktar (L-402) launched

 

Oct 8, 2015 By Dylan Vosman – defence-blog.com

 

TCG Bayraktar (L-402) is a Turkish Navy landing ship, which was built in Turkey and launched in October 2015 The contract for the construction of a new LST’s was signed between Ministry of Defence and ADIK_Furtrans shipyard on 11 May 2011. The value of the contract is 370 million Euros. It took almost two years for the shipyard to find the 370 million Euro credit to cover the project as required by the contract. The first steel was cut on 14 May 2014 at ADİK Shipyard. The first ship is called as TCG Bayraktar replacing the old TCG Bayraktar, a LST-511 class landing ship which is out of commission. The new landing ships will have a crew of 129 and will carry 350 soldiers. The ships will have a citadel to protect the crew from effects of nuclear, biological and chemical weapons. The closed parking area is 1100 square meters and the open deck parking area is 690 square meters sufficient for approximately 20 main battle tanks and between 24 – 60 vehicles. The armament consists of 2 single barreled 40mm Oto Melara guns, 2 Mk15 Phalanx CIWS, 2 machine guns on a stabilized remote-controlled chassis. The ships will have a Smart Mk2 3D air/surface search radar (which not common for an amphibious ship) 2 AselFLIR 300D EO director, torpedo counter measures systems, laser warning receiver and Link 16/22 system. All these sensors and weapons will be controlled by a 5 consoles of GENESIS CMS.

Repost 0
9 octobre 2015 5 09 /10 /octobre /2015 16:55
FREMM Languedoc photo DCNS

FREMM Languedoc photo DCNS

 

07.10.2015 par DCNS

 

Le 7 octobre, la FREMM Languedoc, troisième frégate de la série destinée à la Marine nationale, a effectué sa première sortie à la mer. Ce jalon industriel marque le démarrage des essais en mer du navire qui se dérouleront au large des côtes bretonnes. Avec trois frégates multimissions FREMM actuellement en cours de construction sur le site de Lorient, DCNS aura livré six FREMM avant mi-2019 à la Marine nationale, conformément à la loi de programmation militaire 2015-2019, ainsi que deux FREMM à l’export.

 

DCNS a réalisé ce jour, sur son site de Lorient, la première sortie à la mer de la FREMM Languedoc, troisième de la série commandée par l’OCCAR* au profit de la Direction générale de l’armement (DGA) pour la Marine nationale. Lors de cette première sortie à la mer, le principal objectif poursuivi est de tester les performances de la propulsion et du système de navigation du navire.

La FREMM Languedoc va bénéficier d’une réduction sensible de la durée de ses essais en mer par rapport aux FREMM précédentes : six semaines contre huit auparavant. Cette durée d’essais optimisée illustre le passage en « mode série » des frégates multimissions.

Les équipes de DCNS et de ses partenaires, fortes de l’expérience acquise sur les FREMM déjà livrées, ont ainsi pu procéder à l’intégration des senseurs et des armements du système de combat avant la première sortie mer de la FREMM Languedoc. Cette rationalisation du planning permet d’optimiser la durée et le nombre de sorties en mer de la frégate et donc in fine de réduire la durée totale des essais du navire.

«L’accélération du planning d’essai sur la FREMM Languedoc témoigne de la capacité de DCNS à assurer une production en série performante », explique Anne Bianchi, Directrice du Programme FREMM chez DCNS.

 

 

 

FREMM Languedoc photo DCNS

FREMM Languedoc photo DCNS

 

Huit FREMM réalisées sur le site DCNS de Lorient d’ici 2019

Pour DCNS, le programme FREMM représentera à terme la construction de dix frégates, dont huit pour la Marine nationale. Six d’entre elles seront livrées d’ici 2019 et deux frégates dotées de capacités anti-aériennes renforcées seront livrées avant 2022. Deux autres unités ont été vendues et livrées à des clients internationaux : la Marine Royale du Maroc et la Marine égyptienne.

  • La FREMM Aquitaine, tête de série, livrée en 2012.
  • La FREMM Mohammed VI, livrée à la Marine Royale du Maroc en 2014.
  • La FREMM Provence livrée en juin 2015.
  • La FREMM Tahya Misr, livrée à la Marine égyptienne en juin 2015.
  • La FREMM Languedoc qui réalise sa première sortie en mer.
  • La FREMM Auvergne, qui a été mise à flot le 2 septembre
  • La FREMM Bretagne, dont l’assemblage se poursuit.

 

Caractéristiques techniques des FREMM

Fortement armées, les frégates FREMM mettent en œuvre, sous maîtrise d’œuvre DCNS, les systèmes d’armes et équipements les plus performants, tels que le radar multifonction Herakles, le Missile de Croisière Naval MdCN, les missiles Aster et Exocet MM 40 ou encore les torpilles MU 90.

 

  • Longueur hors tout : 142 mètres
  • Largeur : 20 mètres
  • Déplacement : 6 000 tonnes
  • Vitesse maximale : 27 nœuds
  • Mise en œuvre : 108 personnes (détachement hélicoptère inclus)
  • Capacité de logement : 145 personnes
  • Autonomie : 6 000 nautiques à 15 nœuds

*OCCAR : Organisation Conjointe de Coopération en matière d’ARmement, , est une organisation internationale qui a pour cœur de métier la gestion des programmes d’équipements de défense en coopération qui lui sont confiés par les Etats membres. L’OCCAR assure, entre autres, la maitrise d’ouvrage des frégates multi-missions FREMM destinées à la France et à l’Italie.

Repost 0
9 octobre 2015 5 09 /10 /octobre /2015 15:30
photo P. Chapleau

photo P. Chapleau

* Note RP Defense : original tittle was ‘Russian amphibious ships’

 

October 8, 2015: Strategy Page

 

France has found a buyer for two Mistral-class amphibious assault ships that had been in limbo since the crisis in the Ukraine broke out and the sale to the original buyer (Russia) was cancelled by an arms embargo. In this case, Egypt has bailed the French out, with a fair bit of financial help from the Saudis.

 

 The Mistrals, which displace 21,300 tons, carry 16 helicopters, 13 tanks, four landing craft, and a battalion of troops, can reach speeds of 35 kilometers per hour. Three of these ships are in service with the French Navy. Russia had sought to purchase two, and had paid about $1.454 billion for them. The ships will set Egypt back $1.063 billion and France will absorb the difference in order to refund Russia what was paid. Russia has allowed some Russian equipment to stay with the ships (which were customized for operations in the arctic) and offered to sell Egypt the Russian helicopters that these Mistrals were modified to handle.

 

The Mistrals are similar in design to the U.S. LPD 17 (San Antonio) class. Both classes are about 200 meters (620 feet) long, but the LPD 17s displace 25,000 tons. The French ships are more highly automated, requiring a crew of only 180, versus 396 on the LPD 17. On long voyages on the open ocean, the Mistrals require as few as nine sailors and officers on duty ("standing watch") to keep the ship going.

 

The Mistrals carry 450 marines, compared to 700 on the LPD 17s. Both have about the same room for helicopters, landing craft, and vehicles (2,650 square meters for the Mistrals, room for nearly a hundred trucks or 60 armored vehicles). Both have hospitals on board, with the Mistrals being larger (69 beds). The American ships however have more sensors installed and larger engines (and thus higher speed). The LPD 17 can also handle vertical takeoff jets like the Harrier or F-35. The French believe that the smaller complement of marines, who are very capable troops, are sufficient for most missions. And the smaller number of people on the ship makes it possible to provide better living and working conditions. This is good for morale and readiness.

 

One thing American marines and sailors notice about the Mistral is the wider and higher corridors. This came about because the ship designers surveyed marines and asked what ship design improvements they could use. It was noted that in older amphibious ships, the standard size (narrow) corridors were a problem when fully equipped troops were moving out. That, plus the smaller crew size, makes the Mistrals appear kind of empty but very roomy. That, plus larger living accommodations (made possible by the smaller ship's crew and marine complement), make the Mistrals a lot more comfortable. The French ships can be rigged to accommodate up to 700 people for short periods, as when being used to evacuate civilians from a war zone.

 

When the crisis in the Ukraine went hot, France held off on delivering the two ships. Russia demanded either a refund or delivery of the vessels, and France ultimately refunded the money, but was left with the two ships sitting at the dock. Efforts to find a buyer followed. Among possible suitors were India, Singapore, Egypt, and Canada.

 

Egypt has won the bidding war for the two ships, the latest purchase from France, which sold Egypt two dozen Rafale multi-role fighters and a frigate earlier this year. Egypt is negotiating the possible purchase of a second frigate from France, which started building the first of four Gowind-class corvettes for Egypt in April. Egypt also bought Mirage 2000 and Mirage V fighters from France in the past, along with Gazelle scout helicopters and Alpha Jet training aircraft.

 

 The two Mistral-class ships will make Egypt a major naval player in the Eastern Mediterranean Sea. They also will help cement a growing relationship with France as a major supplier for the Egyptian military. Unmentioned is the fact that Egypt depends on Saudi Arabia for the money to pay for all these new French weapons. The way things work between Egypt and Saudi Arabia is that Egypt is now expected to come to the aid of Saudi Arabia in case of an emergency. The two Mistrals could quickly carry Egyptian troops to Saudi Arabia in the event of an emergency.

Repost 0
9 octobre 2015 5 09 /10 /octobre /2015 12:55
Sea trials set for new French frigate

The future French Navy FREMM frigate Languedoc is afloat and ready to begin sea trials off the coast of Brittany. photo DCNS

 

LORIENT, France, Oct. 8 (UPI)

 

French shipbuilder DCNS reports a FREMM frigate for the French Navy is about to undergo sea trials to test its propulsion and navigation systems.

The Languedoc will be the third FREMM multi-role frigate for France.

DCNS said the test period off the coast of Brittany will take place over a period of six weeks instead of the eight weeks of testing of previously built FREMMs.

ADVERTISING
 

"The acceleration of the trial scheduling for the FREMM Languedoc is a demonstration of DCNS capacity to ensure efficient serial production", said Anne Bianchi, director of the FREMM Program at DCNS.

The experience and lessons learned from the FREMMs already delivered enabled DCNS and its partners to proceed with the integration of the combat system's sensors and weapons prior to the FREMM Languedoc's first sea outing, leading to the decreased sea trials time, DCNS said.

DCNS has so far delivered two FREMM frigates to the French Navy and two for foreign customers -- Morocco and Egypt. It has been contracted to deliver eight of the ships to France, two of them with strengthened anti-aircraft capabilities.

Repost 0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 07:30
Iran unveils new super Hi-Tech torpedo

 

04/10/2015 azeridefence.com

 

The Iran for the first time displayed to the public its recently developed super torpedo, “Hout”, which enjoys the state-of-the-art technologies and is capable of hitting targets in and outside water. The torpedo was unveiled in an exhibition in Tehran on Saturday on the Islamic Revolution Guards Corps (IRGC) Navy’s latest achievements, said Fars news agency.

 

Read more

Repost 0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 07:20
Projet Resolve: «Astérix» le futur ravitailleur que doit fournir la Davie à la Marine est en route pour le Canada

Le projet Resolve de Chantier Davie prévoit une solution alternative pour palier le retard dans la livraison des navires ravitailleurs de la Marine royale canadienne: acheter un navire de type porte-conteneur qui, une fois démantelé, sera transformé en ravitailleur au chantier Davie, à Lévis, dans la circonscription du ministre canadien de la Sécurité publique, Steven Blaney. (Davieshipbuilding)

 

 

6 octobre 2015 par - 45eNord.ca

 

Astérix, le navire commercial acheté par le chantier maritime Davie de Lévis de la Rive-Sud de Québec dans le cadre du projet Resolve, est maintenant en route pour le Canada et les travail initial visant à en faire un navire de ravitaillement pour la Marine royale canadienne devrait commencer incessamment.

En juin dernier, devant le retard dans la livraison des ravitailleurs, le gouvernement canadien s’est entendu avec le chantier Davie sur le réaménagement d’un navire commercial à des fins militaires, d’ici à ce que les navires fabriqués par la Seaspan de Vancouver soient prêts, comme le lui avait proposé le chantier de Lévis quelques mois auparavant.

D’ici à ce que le chantier de Vancouver puisse livrer les ravitailleurs, en 2020 pour le premier et en 2021 pour le second, la marine royale canadienne pourra réaliser ses missions au courant des prochaines années grâce à ce ravitailleur « provisoire » que lui livrera la Davie.

D’ici là, des ententes ont été conclues avec l’Espagne et le Chili pour fournir aux membres de la MRC l’occasion de poursuivre leur instruction sur le ravitaillement en mer à bord de navires espagnols et chiliens en attendant l’arrivée des nouveaux navires de ravitaillement canadiens.

Chantier maritime Davis va maintenant rénover Astérix et le transformer en un véritable navire de ravitaillement pour ensuite le fournir à la Marine royale canadienne en vertu d’un contrat de location.

Les discussions sont toutefois toujours en cours sur les détails la proposition finale qui doit encore recevoir l’approbation du Conseil du Trésor, dans qu’on sache exactement quant les deux parties en arriveront à une entente finale. Le gouvernement canadien et la Davie devront, notamment, s’entendre sur la longueur ( 5 ou 7 ans) du bail de location du navire.

La Davie a cependant déjà reçu de l’argent du gouvernement canadien pour amorcer le projet.

Le navire arrivera incessamment au chantier Aecon de Pictou, en Nouvelle-Écosse, où les ingénieurs de projet Resolve, devraient commencer le travail initial. De là, le navire sera envoyé aux chantiers Davie avant l’hiver.

Le navire sera ensuite transféré plus tard sur la côte Ouest où seront installés les systèmes récupérés sur le NCSM Protecteur . Le système de ravitaillement en mer (RAS) n’avait en effet pas été endommagé par l’incendie de 2014 qui a mené au retrait au Protecteur.

Et, finalement,on passera aux essais en mer de l’Astérix qui se dérouleront eux aussi sur la côte Ouest.

En tout, l’ensemble du processus ne devrait prendre qu’environ 15 mois à compter de la date de signature du contrat, selon Chantier maritime Lévis.

Repost 0
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 16:45
First Chinese corvette for Algeria heads home

 

07 October 2015 by defenceWeb

 

The first of three C28A corvettes for the Algerian Navy is on its way home to North Africa, and is currently docked in Malaysia for rest and replenishment.

 

The corvette, named Adhafer (920) docked at the Boustead Cruise Centre (BCC) at Port Klang yesterday morning, according to the Royal Malaysian Navy. It will be docked there until Thursday to replenish supplies and rest before continuing on its way to Algeria.

 

The vessel is commanded by Lieutenant Colonel Ali Yahi. The Royal Malaysian Navy said that 20 contractors from China's Hudong-Zhonghua Shipbuilding Group are accompanying the vessel’s crew of 120. Malaysian naval officers were due to inspect the Adhafer but this is apparently no longer the case. The type had earlier this year been offered to the Royal Malaysian Navy.

 

The other two C28A corvettes are due for delivery to Algeria in 2016 and 2017. According to Want China Times, China and Algeria are discussing the possibility of supplying another three C28A corvettes.

 

Adhafer began sea trials in August this year - delivery to the Algerian Navy was originally scheduled for May. Algeria signed a contract for the three C28A corvettes in March 2012. The first vessel (920) was launched on August 16 last year and the second corvette (921) was launched in February this year.

 

The corvettes are armed with a 76 mm main gun, FM-90N launcher for HQ-7 surface-to-air missiles and YJ-82/C-802 anti-ship missiles. Once in Algeria the vessels will be fitted with Thales Smart-S Mk 2 radar and command, control, and communication systems. When the second vessel (921) was launched in February, it was fitted with two Type 730 series close-in weapon system (CIWS) turrets.

 

The C28A corvettes are around 120 metres long, 14.4 metres wide and have a draft of 3.87 metres. They displace about 2 880 tons fully loaded, and are powered by MTU diesel engines, giving a top speed of 27 knots. They feature some stealth in their design, including the placement of the exhausts towards their waterline to reduce infrared signature.

 

Algeria’s navy is set to expand significantly in the near future as it receives a number of new vessels, including two Meko A-200AN frigates by 2018 and two Project 636 Varshavyanka (Kilo class) diesel electric submarines from Admiralty Shipyards in Russia, also in 2018.

Repost 0
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 11:50
Offshore Patrol Vessel

Offshore Patrol Vessel

 

7 October 2015 Ministry of Defence and Philip Dunne MP

 

Construction of the final Royal Navy Offshore Patrol Vessel (OPV) took an important step forward today.

Construction of the final Royal Navy Offshore Patrol Vessel (OPV) took an important step forward today, as the Minister of State for Defence Procurement started a computer-guided laser to cut the first piece of hull.

During a visit to BAE Systems’ Govan yard in Glasgow, Defence Minister Philip Dunne saw progress on the build of the first and second OPVs and met members of the workforce on a programme that has protected more than 800 Scottish jobs.

HMS Trent is the third of three Offshore Patrol Vessels which will begin joining the fleet in 2017. Alongside HMS Forth and HMS Medway, HMS Trent will go on to take part in counter terrorism, combating piracy, halting smuggling and defending UK waters.

The vessels are being built at BAE Systems’ shipyards on the Clyde as part of a £348 million contract.

Defence Minister, Philip Dunne, said:

These new ships will provide an important capability to the Royal Navy and our Armed Forces‎. They will perform vital tasks in defending the nation’s interests around the world.

This investment forms part of over £160 billion in our 10 year Equipment Plan which is funded out of the newly protected Defence budget.

Manufacture of these ships sustains over 800 quality engineering jobs here in Scotland, ensuring that the shipyards on the Clyde continue to sit at the heart of a thriving naval shipbuilding capability. They are paving the way for work to begin on our new T26 frigates next year.

This third generation of River-class patrol ship is expected to displace approximately 1,800 tonnes, be about 90m long and 13m wide and have a range of over 5,000 nautical miles.

Director Ships Support at the MOD’s Defence, Equipment and Support organisation, Neal Lawson, said:

HMS Trent, along with HMS Forth and HMS Medway, will provide the Royal Navy with the flexibility to operate in a wide variety of roles in UK waters and overseas. More capable than the existing River class, they will have a flight deck to take the latest Merlin helicopters, fire fighting equipment, and increased storage capacity and accommodation.

But the importance of this programme is not only that the OPVs will have the latest technology in new ships, but also that the build programme acts as a stepping stone to work on our future multi-mission warship, the Type 26 Global Combat Ship.

Construction of the first two ships, HMS Forth and HMS Medway, is already well underway.

Repost 0
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 16:50
Artisan 3D fitting to HMS Queen Elizabeth


6 oct. 2015 by BAE Systems

 

Our cutting-edge 3D radar system, capable of detecting objects as small as a tennis ball and travelling at three times the speed of sound more than 25Km away, has been successfully installed to the Royal Navy’s future aircraft carrier, HMS Queen Elizabeth.

Repost 0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 16:20
A version of the French Navy's L-Cat landing craft is being offered to the US Army.(Photo: MC2 Tom Gagnier, US Navy)

A version of the French Navy's L-Cat landing craft is being offered to the US Army.(Photo: MC2 Tom Gagnier, US Navy)

 

October 3, 2015 By Pierre Tran - Defense News

 

PARIS — Constructions Industrielles de la Méditerranée (CNIM) will pitch a lightly modified version of its L-CAT landing catamaran in an expected US Army tender worth some $450 million for 37 new landing craft, said Philippe Neri, the French company's vice president for naval sales.

Minor modifications on the L-CAT are aimed to cut costs, meet requirements and pitch a “compliant and affordable” vessel in a competition likely to be launched toward the end of the year, he said.

The US Army is looking to buy a fleet of the Maneuver Support Vessel (light), or MSV (L), to replace the Vietnam-era “Mike boat,” or Landing Craft Mechanized 8 (LCM-8), Army acquisition officials said in August.

Speaking from the Toulon base, Adm. Denis Beraud, head of the French Naval Action Force, recalled an incident last winter when an L-CAT encountered some light fire from factions as it sailed from the Dixmude helicopter carrier to evacuate French nationals from Yemen.

“It was a little operation but it showed how useful it is to have ships widely deployed,” he said. In 2012, the Navy also drew on the L-CAT to evacuate foreign nationals from Lebanon.

The catamaran’s 30-knot high speed allows the Mistral, the mother ship, to stay off shore at a safe distance while being able to deliver a relatively heavy load of equipment to the beach, he said. “That saves a lot of time.”

France's Navy has four L-CATs as the government ordered that number for the Mistral projection and command warships and canceled options for two more. “I wish I had six,” Beraud said.

The Navy uses the L-CAT for Army training exercises, deploying troops along the Mediterranean coast. The vessel sails from Toulon to Corsica, runs beach reconnaissance and serves as a logistics platform by deploying six containers on the island, he said. Such exercises are part of the “shore-to-shore” approach.

The L-CAT, a variable shape ship with an adjustable deck  designed for the “ship-to-shore” landing craft mission, could meet the US Army’s requirements for the more autonomous shore-to-shore operation, Neri said. The vessels can be fitted for crew accommodation and sail loaded for 500 nautical miles.

CNIM hopes to sign a partnership agreement on the L-CAT with Fincantieri in the coming weeks, Neri said. The Italian shipbuilder would be prime contractor and CNIM subcontractor under the deal.

A US Army selection is expected an estimated two months after the request for proposals is launched. The services stand to lose budgets if they have not been committed by the summer.

The Army program is due to run for 10 years, with a three-year engineering, manufacturing and development phase producing a prototype, followed by low-rate initial production of four boats and full production after five years. The service is also expected to order medium and heavy versions of the boat, so the pick of the first model is seen as key amid lively competition.

CNIM sees Southeast Asia as a promising market as the L-CAT could serve as a vessel for disaster relief alongside its military mission. The Middle East is also viewed as a key region for sales.

The landing craft carries a civilian certification that allows the Navy to sail it up rivers as well as unload supplies in harbors, Beraud said.

In a separate deal, two L-CATs that were part of the canceled sale of the Mistral to Russia are now part of Egypt’s announced plan to buy the two helicopter carriers, said an industry executive, who confirmed a report in Challenges business magazine.

President François Hollande said he and his Egyptian counterpart have agreed that Egypt will acquire the two Mistrals from the canceled Russian deal. A contract with Cairo is due to be signed with prime contractor DCNS and delivery of the helicopter carriers is due in the first half of 2016, the executive said.

DCNS and CNIM are covered by Coface, the French export credit agency, for the cancellation of the Russian deal, according to a Sept. 29 report from the French Senate finance committee.

Repost 0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 11:55
photo Gardet & de Bezenac

photo Gardet & de Bezenac

 

1 octobre 2015 - Portail des Sous-Marins

 

Le chantier Gardet et de Bezenac du Havre peut envisager l’avenir avec sérénité. Il vient de décrocher le marché de la déconstruction de 18 navires de la marine nationale. Un tel volume représente quelque deux ans de travail pour ce chantier qui est l’un des seuls en France à disposer de l'agrément Installation classée pour la protection de l'environnement (ICPE).

 

Lire l’article

Repost 0
2 octobre 2015 5 02 /10 /octobre /2015 07:40
BPC Sebastopol photo Grigory Sysoev Sputnik

BPC Sebastopol photo Grigory Sysoev Sputnik

 

24 Sep 2015 by ROSTEC

 

KRET and UIMC have proposed solutions regarding the equipment of the helicopter carrier

 

Rostec Corporation holding companies, namely KRET and United Instrument Manufacturing Corporation (UIMC), have expressed their readiness to cooperate with the new buyers of the French Mistral helicopter carriers.

 

KRET is ready to equip the Mistral, previously intended for the Russian Navy, with electronic warfare defense systems.

 

Deputy Defense Minister Yuri Borisov announced that Russia is ready to supply avionics for the helicopter carrier to its future buyer, according to RIA Novosti. It has been reported that France is negotiating with Egypt for the sale of two Mistral ships that had previously been built for Russia.

 

KRET has proposed to outfit the Mistral ships with 5P28 Pobeditel electronic warfare defense systems, which can be installed on large ships such as aircraft carriers, helicopter carriers, and cruisers. The system greatly increases a ship’s survivability.

 

UIMC, another Rostec holding company, has developed communications and control systems for the Mistral and has agreed to adapt the Russian systems for Egypt.

 

According to UIMC representatives, the Russian equipment intended for the Mistral cannot be entirely sold to the new owner of the ships, as a number of elements and software programs must be removed from its communications and control systems first.

 

Registration for the re-export of this equipment is expected to take 1.5-2 months, and the adaptation of systems, components, and software for foreign customers may take another year and a half, as reported by RIA Novosti.

 

As noted by UIMC, upon their resale to a new customer, the ships themselves will need to be further developed, which will require cooperation with the Russian companies.

 

As a reminder, a contract worth 1.2 billion euros to supply Russia with two Mistral helicopter carriers was signed between the French company DCNS/STX and Rosoboronexport in 2011. France was supposed to transfer Vladivostok, the first ship, in November of last year, but did not do so because of the imposition of sanctions against Russia.

 

In early August, Moscow and Paris decided to terminate the contract for the construction and delivery of the Mistral ships. After returning all Russian equipment, France will be able to sell the helicopter carriers to another buyer.

Repost 0
1 octobre 2015 4 01 /10 /octobre /2015 16:30
Mise sur cale de la corvette GOWIND® 2500 pour la Marine égyptienne

 

30.09.2015 DNCS

 

Le premier bloc de la corvette GOWIND® 2500, première des quatre futures GOWIND® de la Marine égyptienne, a été mis sur cale le 30 septembre 2015 sur le site DCNS de Lorient. Cette opération se déroule cinq mois et demi seulement après le début d’usinage. DCNS s’est engagé à livrer ce navire en 2017.

 

Le premier bloc de la future corvette GOWIND® 2500 à destination de la Marine égyptienne, a été positionné sur la ligne de tins de la forme de construction du site DCNS de Lorient le 30 septembre 2015. Cette étape marque le démarrage de l’assemblage de la coque de la corvette. Sa livraison est prévue en 2017, soit moins de quatre ans après la signature du contrat en juin 2014. L’opération s’est parfaitement déroulée, en présence des officiers de la Marine égyptienne qui suivent l’avancement de la construction.

« Le franchissement de ce jalon industriel important, réalisé avec quelques jours d’avance, témoigne de la mobilisation sans faille de l’ensemble des équipes de DCNS et de ses sous-traitants, pour assurer le bon déroulement de ce programme ambitieux. », rappelle le directeur du programme GOWIND® Egypte chez DCNS. « Le bon déroulement de la construction de cette corvette souligne la capacité industrielle de DCNS à gérer et réaliser des programmes d’envergure en France. »

La construction de ce navire a démarré le 15 avril 2015 sur le site DCNS de Lorient, l’un des chantiers navals les plus modernes d’Europe. DCNS avait alors procédé à la découpe de la première tôle du navire en présence de hauts représentants de la Marine égyptienne. Le site DCNS de Lorient est spécialisé dans la conception et la construction des navires de surface de 1 000 à 8 000 tonnes. Actuellement, DCNS y construit simultanément trois frégates FREMM pour la Marine nationale et la corvette GOWIND® pour la Marine égyptienne. Les trois corvettes suivantes seront construites à Alexandrie en Egypte dans le cadre d’un transfert de technologie de construction.

DCNS s’inscrit dans une logique de partenariat à long terme avec la Marine et les industriels égyptiens. Le Groupe va faire bénéficier la Marine et l’industrie égyptienne de son savoir-faire pour construire trois navires de haute technologie et réaliser le maintien en condition opérationnelle d’une frégate FREMM tout aussi moderne. Une dizaine d’Egyptiens du chantier naval d’Alexandrie, ASY, sont d’ailleurs actuellement en formation sur le site DCNS de Lorient dans le cadre du transfert de technologie réalisé par DCNS. DCNS démontre ainsi l’attractivité de son offre commerciale de corvettes et frégates ainsi que son expérience en matière de transfert de technologie.

 

ZOOM SUR : la corvette GOWIND® 2500

Le contrat de fourniture de quatre corvettes GOWIND® 2500 pour la Marine égyptienne représente un nouveau succès à l’international pour le Groupe sur cette gamme.

La corvette GOWIND® 2500 de DCNS est un concentré des dernières avancées technologiques développées et maîtrisées par DCNS. Elle intègre le système de combat SETIS, également développé par DCNS pour les frégates FREMM, le « Panoramic Sensors and Intelligence Module (PSIM) » – ensemble regroupant la mâture intégrée avec ses équipements et le Centre Opérationnel ainsi que les locaux techniques associés – et le haut niveau d’intégration, d’automatisation et de convivialité des systèmes DCNS.

Dix corvettes GOWIND® 2500 sont d’ores et déjà commandées par les partenaires internationaux de DCNS : la Malaisie (6 unités) et l’Egypte (4 unités).

  • Longueur hors tout : 102 mètres
  • Largeur : 16 mètres
  • Déplacement : 2 600 tonnes
  • Vitesse maximale : 25 nœuds
  • Equipage : 65 personnes
  • Autonomie : 3 700 nautiques à 15 nœuds
Repost 0
30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 16:35
Indian Navy's New Destroyer 'Kochi' Revealed (Part I)

 

September 24, 2015 by Livefist

 

The Indian Navy's second Kolkata-class destroyer Kochi enters service on September 30 in Mumbai. Ahead of that day, here's the first official literature on the ship, made available exclusively to Livefist.

 

Read more

Repost 0
30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 07:56
Revente des BPC à l’Egypte: le Scud du Sénat


29.09.2015 par Vincent Lamigeon - Supersonique

Quand Sénat pas content, lui toujours faire ainsi. La commission des finances de la haute assemblée vient de jeter un sacré pavé dans la mare, en contestant les calculs du gouvernement sur la revente à l’Egypte des deux navires de type Mistral destinés à la Russie. Loin des assurances apportées par François Hollande et le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll, qui juraient que la France ne perdait rien dans l’affaire, le rapporteur Dominique de Legge estime, dans un avis au vitriol (PDF) que l’Etat sera bel et bien perdant dans cette affaire. « Il est faux de soutenir, comme le fait le Gouvernement, que la France et ses industriels ne subiront « aucune perte » du fait de ces accords grâce la revente des BPC à l’Égypte », assène-t-il.

 

Suite de l'article

Repost 0
30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 06:55
BPC Mistral : une perte de 200 à 250 millions pour l'Etat (rapport parlementaire)

Hors revente des BPC, l'État aurait dû supporter "une perte financière d'environ 1,1 milliard d'euros"

 

29/09/2015 Par Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

La commission des finances du Sénat évalue le coût du dossier des deux Bâtiments de projection et de commandement non livrés à la Russie, entre 200 et 250 millions d'euros pour l'État français.

 

La commission des finances du Sénat évalue le coût du dossier des deux Bâtiments de projection et de commandement (BPC), de type Mistral, non livrés à la Russie, entre 200 et 250 millions d'euros pour l'État français. "Si l'accord de principe trouvé avec l'Égypte se concrétise, le reversement au budget général d'une fraction du produit de la vente des BPC pourrait finalement ramener le coût pour l'État à un montant compris entre 200 millions d'euros et 250 millions d'euros", a estimé la commission des finances du Sénat.

Hors revente des BPC, l'État aurait dû supporter "une perte financière d'environ 1,1 milliard d'euros", qui aurait pu se traduire en 2015 "par un effet négatif sur le solde budgétaire de 556,7 millions d'euros", a précisé le rapport sur avis de Dominique de Legge (Les Républicains).

Le montant final de cette perte est amoindri par le refus du gouvernement d'indemniser les industriels pour l'intégralité du préjudice subi, manque à gagner compris, a expliqué le rapport parlementaire. "La perte subie par les industriels français, principalement DCNS, pourrait s'établir, selon les modalités d'indemnisation pour l'instant proposées par Coface, à environ 150 millions d'euros", a estimé Dominique de Legge. Pourtant comme l'a expliqué début septembre à l'Assemblée nationale le PDG de DCNS, Hervé Guillou, "le Premier ministre a arbitré, moyennant la souscription d'une prime complémentaire, au mois de mai, le principe d'une indemnisation à 100 % de tous les industriels ayant contribué" au contrat russe..

 

"Pas une opération blanche"

Le rapport parlementaire conteste les déclarations du gouvernement estimant que le dossier Mistral était une opération blanche. Pour Dominique de Legge, "il est faux de soutenir, comme le fait le gouvernement, que la France et ses industriels ne subiront aucune perte du fait de ces accords grâce la revente des BPC à l'Égypte". Dans ce cadre, la commission des finances n'a pas souhaité donner un avis favorable au projet de loi autorisant la cessation de l'accord du 25 janvier 2011 relatif à la coopération dans le domaine de la construction de BPC.

Si l'accord avec l'Égypte se concrétise, l'État récupérera via Coface une fraction du produit de la vente des BPC "dont on peut provisoirement estimer qu'elle se situera entre 850 millions d'euro et 900millions d'euros, le prix de la formation des marins et des quatre années de soutien prévues au contrat revenant à DCNS". La perte totale pour l'État pourrait donc être comprise entre 200 millions et 250 millions d'euros.

 

Une conclusion raisonnable

La résiliation de l'accord avec la Russie puis la revente des deux BPC à Égypte est une conclusion plutôt raisonnable pour l'État français et ses finances à partir du moment où la France a décidé de ne pas livrer les deux navires de guerre à la Russie. C'est ce que confirme Dominique de Legge dans son rapport : "l'accord trouvé cet été avec la Russie présente le grand mérite de mettre fin, dans des conditions acceptables pour les deux parties, à une affaire au coût diplomatique certain et qui présentait des risques financiers très importants".

En outre, il a estimé qu'il ne pouvait "que se réjouir de cette vente rapide (à l'Egypte, ndlr), qui s'effectue à un prix raisonnable". "Il y aurait eu de grands inconvénients à conserver durablement ces bateaux à quai, en raison de frais d'entretien estimé à deux millions d'euros par mois et de la perte de valeur marchande liée à l'obsolescence progressive des matériels", a-t-il précisé.

Repost 0
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 21:55
Ex-BPC russes - photo Philippe Chapleau

Ex-BPC russes - photo Philippe Chapleau

 

 

La commission des finances du Sénat, à majorité à droite, a chiffré entre 200 et 250 millions le coût pour l'État de l'annulation de la vente de deux navires de guerre Mistral à Moscou, a-t-elle annoncé le mardi 29 septembre.

Par ailleurs, la commission estime que le gouvernement a porté « atteinte aux droits du Parlement » en permettant l'entrée en vigueur de l'accord trouvé avec Moscou dès le jour de sa signature, ainsi qu'en décidant d'accepter la demande russe d'un paiement immédiat de l'indemnité convenue.

Le Parlement « se trouve placé devant le fait accompli alors que la Constitution prévoit qu'un accord engageant les finances de l'État lui soit soumis avant de pouvoir entrer en vigueur », souligne la commission qui a décidé, en conséquence, de ne pas se prononcer sur le projet de loi d'approbation de l'accord qui sera examiné mercredi par la Haute Assemblée.

En ce qui concerne l'annulation de la vente, « il est faux de soutenir, comme le fait le gouvernement, que la France et ses industriels ne subiront aucune perte du fait de ces accords grâce la revente des BPC (bâtiment de projection et de commandement) à l'Égypte », affirme la commission, dont le rapporteur est Dominique de Legge (Les Républicains, LR).

 

Perte de marge pour DCNS

 

Si l'accord de revente trouvé avec l'Égypte se concrétise effectivement, « le reversement au budget général d'une fraction du produit de la vente des BPC pourrait finalement ramener le coût pour l'État à un montant compris entre 200 millions d'euros et 250 millions d'euros », précise-t-elle.

« La perte subie par les industriels français, principalement DCNS, pourrait s'établir, selon les modalités d'indemnisation pour l'instant proposées par Coface, à environ 150 millions d'euros, correspondant à la perte de marge sur le contrat russe », poursuit la commission.

Mais hors revente des BPC, « l'État supportera une perte financière d'environ 1,1 milliard d'euros, qui se traduira en 2015 par un effet négatif sur le solde budgétaire de 556,7 millions d'euros », ajoute-t-elle.

En revanche, elle souligne que les accords trouvés entre la France et la Russie « ont le mérite de mettre fin à une affaire au coût diplomatique certain et qui présentait des risques financiers importants ».

L'Assemblée nationale, où la gauche est majoritaire, avait approuvé jeudi, avant l'annonce de la revente à l'Égypte, le projet de loi d'approbation de l'accord.

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories