Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 08:20
USS Maryland (SSBN 738)

USS Maryland (SSBN 738)

 

Mar 9, 2015 ASDNews Source : US Navy

 

Norfolk Naval Shipyard (NNSY) successfully undocked USS Maryland (SSBN 738) Feb 21. SSBN 738 is now pier-side to finish its Engineered Refueling Overhaul (ERO), a complex, major shipyard availability at the submarine's mid-life point that enables the submarine to operate for its entire design service life. Maryland has been at NNSY since Dec. 2012.

 

Read more

Repost 0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 19:35
China's first aircraft carrier, the Liaoning, was commissioned in 2012.

China's first aircraft carrier, the Liaoning, was commissioned in 2012.

 

2015-03-09 wantchinatimes.com

 

A People's Liberation Army Navy official has confirmed for the first time that China is building its second aircraft carrier, reports Duowei News, a US-based Chinese political news outlet.

 

Ding Haichun, a deputy political commissar of the PLA Navy, acknowledged during an interview with Hong Kong media on March 8 that China's second aircraft carrier is currently under construction and will be more advanced than the country's first carrier, the Liaoning, which was retrofitted from the Soviet-era carrier Varyag and commissioned in September 2012.

 

Once the industrial manufacturing department has completed construction, the carrier will be handed over to the PLA Navy to commence training, Ding said.

 

Naval power and electrical engineering specialist Ma Weiming added that China's catapult launch technology has absolutely no problems and can compete with that of the United States.

 

When questioned by reporters, former PLA Navy political commissar Liu Xiaojiang refused to confirm media speculation that the second aircraft carrier would commcence sea trials as early as this year, noting that the manufacturing process and schedule is highly complex.

 

Liu admitted he is uncertain just how many aircraft carriers the country intends to build. While some have claimed as many as six carriers are needed to safeguard China's territorial sovereignty and interests abroad, Liu said the answer will ultimately lie in how much research and development funding is available.

Repost 0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 17:35
photo CNIM Group

photo CNIM Group

 

source CNIM Group

 

CNIM sera présent du 17 au 21 mars à LIMA’15, un salon sur l’Aéronautique et la Défense ayant lieu à Langkawi en Malaisie, et qui constitue un événement majeur dans le domaine de la Défense pour la zone Asie-Pacifique.

CNIM exposera le L-CAT®, son navire amphibie rapide et innovant, compatible avec tous les radiers de l’OTAN. Grâce à sa grande autonomie et à sa conception RoRo, le L-CAT® est le navire idéal pour mener les opérations amphibies modernes.
 

Pour plus d’information sur CNIM à LIMA, consultez le catalogue du Pavillon France.

Repost 0
9 mars 2015 1 09 /03 /mars /2015 19:50
Rolls Hones Pitch for Italian Ships' Engines

Rolls-Royce's MT30 engine powers the aircraft carrier Queen Elizabeth, above, and Type 26 frigate of the British Royal Navy and the US Navy's Freedom-class littoral combat ship and DDG-1000.(Photo: Royal Navy)

 

March 2, 2015 By Tom Kington – Defense News

 

ROME — UK-based Rolls-Royce has confirmed it will compete to supply propulsion for Italy's new €5.4 billion (US $6.13 billion) naval shipbuilding program, and has opened the bidding by promising to beat US rival General Electric on life-cycle costs.

 

In a briefing in Rome, David Kemp, Rolls-Royce vice president for naval sales, said the company was committed to winning contracts on the program, which he called "arguably the most important naval program in the world today."

 

As a large number of vessels reach obsolescence, the Italian Navy has secured the funding to build a new logistics ship, a landing helicopter dock (LHD) and at least six multifunctional ships, known by their Italian acronym PPA, which have been designed in-house by the Navy to handle civil and naval missions.

 

GE has offered its LM2500, or a variant thereof, for the PPA vessels, and managers have said they will seek to offer synergies since Italy's FREMM frigates and other vessels use the engine. Choosing GE, the managers have said, will benefit maintenance centers the firm already operates in Italy.

 

Taking a different approach, Rolls-Royce argues that if Italy selects its MT30, it will need to think a lot less about maintenance.

 

"The MT30 will need no major overhaul in 30 years," said Rolls-Royce's Italy CEO , Giuseppe Ciongoli. "I don't think anyone else has this capability. GE has facilities and has to defend jobs. We want to introduce a new concept which will diminish the need for maintenance for the benefit of the Navy."

 

Ciongoli said Rolls would look to offer jobs to Italy on the production of "packaging" for the engines — meaning the connections linking them to the ship. He said Rolls-Royce was forging a partnership with an Italian company to work on packaging for Italian vessels as well as for the British Navy Type 26 frigates that use the MT30.

 

Rolls will also offer MTU 8000 diesels to power the PPAs at lower speeds. MTU, which Rolls-Royce purchased in 2014, turns over €73 million a year through its activity in Italy.

 

The firm will offer its mission bay handling system for the PPAs, as used on the Type 26 vessels, to assist in the moving of the ship's containers and ribs. For the logistic ship it will offer a new refueling system, funded in development by the UK Ministry of Defence, which does away with hydraulic fluids, relying on electric power.

 

The MT30 — which is used by the US Navy's Freedom-class littoral combat ships, the US DDG-1000s, the new UK carriers and Type 26 frigates — is rated up to 40 MW at 38 degrees Celsius, which would qualify it for use on the Italian LHD as well as the PPAs, said Ciongoli.

 

GE is set to offer its LM6000 for the LHD.

 

"We are the only supplier that can offer the same solution for the PPA and LHD," Ciongoli said.

 

If the MT30 offered power in abundance on the PPAs, it would "allow the ship to grow," he said.

 

Ciongoli said things had changed since Rolls-Royce was beaten in a close race by GE to supply propulsion to the Italo-French FREMM frigates a decade ago.

 

"Maybe our weak point was that the MT30 was not in service — it was certified but not operational. We were also less present in Italy. Now we order products worth £300 million a year from Italy and have a turnover of €140 million here," he said.

 

While the Italian program may be the biggest around right now, the number of PPA vessels that will be purchased is still unclear. Members of parliament have talked of the number rising from six to 10, but a naval source said it was likely to stay closer to six.

 

The reason for the uncertainty is a switch in the way the program is to be funded. Originally, the €5.4 billion funding package was to be released over a number of years and be used to pay back bank loans worth €3.829 billion obtained up front to build the vessels, as well as just under €1.6 billion to cover the interest on the loans.

 

That changed when parliament decided the funds were available now and loans were unnecessary, meaning the €1.6 billion in interest was suddenly freed up to buy more ships.

 

But a naval source said that if the money became available, planners were now thinking more about upgrades and stretching logistic support deals to 10 years on existing ships, albeit adding one option for an extra PPA.

 

Planners originally thought of ordering five "light"-version PPAs and one full combat version. If more funds were available, the source said, the light versions would all get 76mm cannons to accompany their 127mm cannons, just like the full combat version, and some would get a SAAM extended self-defense missile defense system like the full combat version.

 

The light versions would still lack the full undersea warfare and electronic warfare suites offered by the full combat vessel, but thanks to the modular approach used in the design, all light-version ships could easily be upgraded to full combat version if required, the source said.

 

All plans for upgrades are still conditional on ministerial funding decrees that have yet to be signed. "For this reason, contracts have not yet been signed," he added.

Repost 0
9 mars 2015 1 09 /03 /mars /2015 14:25
Le porte-avions São Paulo (ex-Foch) a été mis en service en 1963 - photo Rob Schleiffert

Le porte-avions São Paulo (ex-Foch) a été mis en service en 1963 - photo Rob Schleiffert

 

09/03/2015 Michel Cabirol – Latribune.fr

 

DCNS pourrait moderniser le porte-avions brésilien, le São Paulo. Une opération estimée à au moins 250 millions d'euros.

 

Le Brésil va-t-il moderniser son vieux porte-avions le São Paulo, l'ex-Foch, acheté en 2000 à la France pour 12 millions de dollars ? C'est fort possible compte tenu de la contrainte budgétaire qui contraint Brasília à reporter ses rêves de grandeur à plus tard avec l'achat de deux nouveaux porte-avions. Selon des sources concordantes, cette opération pourrait coûter au minimum 250 millions d'euros à la marine brésilienne avec l'objectif de le faire voguer encore au moins une dizaine d'années supplémentaires.

Le groupe naval DCNS est bien sûr intéressé par ce projet. Et son PDG Hervé Guillou était au Brésil la semaine dernière pour faire avancer ce dossier entre autre, selon des sources concordantes. "Le dossier avance bien et les entretiens se sont bien passés", explique-t-on à "La Tribune". Une décision du Brésil est attendue à la fin de 2015 à l'issue des études préliminaires réalisées à l'automne en vue de déterminer les travaux à réaliser. C'est actuellement l'un des dossiers prioritaires de DCNS.

 

Quelle modernisation?

Mis en service en 1963, le São Paulo, un jeune "quinqua", a toutefois besoin d'une nouvelle modernisation urgente. Car le porte-avions brésilien a été victime ces dernières années de plusieurs avaries plus ou moins importantes, qui suscitent régulièrement l'inquiétude des marins et de la presse brésilienne. Que voudra faire la marine en fonction de la corrosion du bâtiment ? En dehors d'un grand carénage nécessaire, il pourrait être doté d'une nouvelle propulsion électrique, l'actuelle datant des années 60. Et la marine brésilienne devra aussi décider si elle modernise le système d'armes du São Paulo. Ce qui ferait logiquement monter la facture.

Repost 0
9 mars 2015 1 09 /03 /mars /2015 13:55
BPC Sébastopol (photo F. Dubray)

BPC Sébastopol (photo F. Dubray)

 

09.03.2015 sputniknews.com

 

Les essais en mer du second navire de classe Mistral (baptisé Sébastopol, ndlr) construit par la France pour la Russie débuteront la semaine prochaine en l’absence de marins russes, a annoncé un porte-parole des chantiers navals DCNS.

 

"Les premiers essais en mer sont prévus pour la semaine prochaine entre le 16 et le 20 mars. La date exacte de départ du navire des docks dépend des conditions météo", a indiqué le porte-parole cité par les médias.

 

Selon lui, aucun représentant du ministère russe de la Défense ne prendra part aux essais en mer.

 

Le premier des deux porte-hélicoptères commandés par la Russie devait être livré en novembre 2014. Cependant, les autorités françaises ont reporté sa livraison pour une durée indéterminée en réponse à la position de Moscou sur les hostilités dans le sud-est de l'Ukraine.

 

Début octobre 2014, le premier navire de classe Mistral, baptisé Vladivostok a terminé ses essais en mer avec un équipage russe à bord.

 

Près de 400 marins russes étaient arrivés à Saint-Nazaire fin juin 2014 à bord du navire russe Smolny. Pendant deux mois, ils ont suivi des cours de formation. Les marins étaient logés à bord de leur navire et étaient autorisés, s'ils n'étaient pas de service, à visiter la ville et à prendre part à des visites organisées.

Repost 0
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 19:40
Les BPC russes à Saint Nazaire - photo F. Dubray - Ouest-France

Les BPC russes à Saint Nazaire - photo F. Dubray - Ouest-France

 

3 Mars 2015 rusnavyintelligence.com

 

Tandis que la livraison du premier BPC russe, le Vladivostok, reste suspendue à une amélioration sensible de la situation en Ukraine orientale, le second BPC en cours de construction au chantier naval STX de Saint-Nazaire, le Sébastopol, se prépare pour ses premiers essais en mer.

 

Le BPC Sébastopol devrait réaliser son premier cycle d'essais en mer entre le 16 et le 22 mars prochain, avec un objectif de livraison fixé à octobre 2015. Le 12 février dernier - jour de la signature de l'accord de Minsk 2 par les chefs d'Etat et Premiers ministre du "format Normandie" - le Sébastopol, qui est achevé à 96%, a été immatriculé pour la première fois sur le système d'identification automatique AIS comme un navire battant pavillon français.

 

L'équipage russe du Vladivostok est, pour sa part, revenu à Cronstadt le 2 mars après des congés. Les marins russes avaient en effet été formés à manœuvrer le BPC en France, entre juin et décembre 2014, avant de rentrer à Saint-Pétersbourg à bord du navire école Smolny. Le second équipage, celui du Sébastopol, reste pour le moment à la base navale de Vladivostok.

 

Rappelons que la construction des infrastructures destinées à accueillir les BPC se poursuit à Bolchoï Kamen, près de Vladivostok. Selon différentes sources, l'immobilisation du premier BPC coûterait entre €2,5 millions est €5 millions par mois en frais de port, de gardiennage, de maintenance et de carburant, une somme déboursée par DCNS ou par l'Etat. Enfin, il convient de rappeler que dans l'hypothèse d'une livraison des Mistrals, ces derniers passeraient entre un an et un an et demi à Saint-Pétersbourg où ils devraient recevoir leur armement, puis effectuer de nouveaux essais, avant d'entrer dans le cycle opérationnel.

 

Sources : flotprom, lenta, flot.com.

Repost 0
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 17:30
FREMM Normandie photo Marine Nationale

FREMM Normandie photo Marine Nationale

 

3 mars 2015 par ActuNautique.com

 

La vente par DCNS d’une frégate multimission à l’Egypte vient d’être officialisée, et du fait des délais très courts, c'est la frégate Normandie, commandée par la Marine Nationale qui sera finalement livrée !

 

Sur le plan pratique, la vente de la Fremm Normandie à l’Egypte aura un fort impact sur la Marine Nationale.

 

Elle nécessite une réorganisation complète de l’activité des équipages d’armement des actuelles Fremm Normandie et Provence, toutes deux en train de finaliser leurs périodes d’essai.

 

Concrètement,  l’équipage actuel de la Normandie va être transféré sur la Provence.

 

Le port base de la Provence sera Brest afin d’assurer la remontée en puissance des capacités de lutte anti-sous-marine sur la façade Atlantique comme initialement prévu. L’actuel équipage de conduite de la Provence sera pour sa part réaffecté sur la Languedoc actuellement en fin de construction, afin d'en terminer l’armement.

 

Du fait de la cession de la Normandie, l'arrivée des Fremm au sein de la flotte sera retardée de plusieurs mois.

 

Dans ce contexte, les FASM Montcalm et Jean de Vienne resteront en service plus longtemps que prévu : leurs dates de Retrait du Service Actif (RSA) sont de fait repoussées respectivement à 2017 et à 2018.

 

Des prolongations qui permettront à la Marine de continuer à assurer la tenue du contrat opérationnel sur tous les océans, 24/24 heures et 365 jours par an.

Repost 0
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 08:20
Future USS Gabrielle Giffords (LCS 10) Launches

 

Mar 2, 2015 ASDNews Source : US Navy

 

The future USS Gabrielle Giffords (LCS 10), launched from the Austal USA shipyard Feb. 25, marking an important production milestone for the Littoral Combat Ship (LCS) program.

 

"This third Independence variant ship of the block buy is the first ship constructed fully utilizing Austal's LCS Modular Manufacturing Facility and is launching at the highest level of production completion to-date," said Capt. Tom Anderson, Littoral Combat Ship program manager, "a sign that facility investments are now paying off in schedule and cost performance."

 

Read more

Repost 0
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 17:55
CPV 105 photo Piriou

CPV 105 photo Piriou

 

3 mars 2015 par Henri Weill - Ainsi va le monde !

 

Le groupe Piriou (1200 salariés) va construire dans ses chantiers de Concarneau (Finistère) deux patrouilleurs CPV 105. Des navires de 32 m destinés à des missions de contrôle des zones côtières. Particularité : ils seront financés sur fonds propres sans commande préalable et serviront donc de vitrine à l’entreprise bretonne. Entreprise dont la dernière commande de la marine française, concerne trois bâtiments multimissions (B2M, 65m) avec une option pour un quatrième.

Repost 0
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 16:50
FREMM Frigate Carlo Margottini

FREMM Frigate Carlo Margottini

 

Feb. 27, 2015 By Richard Tomkins (UPI)

 

Italian shipbuilder Fincantieri has begun the construction of an eighth FREMM frigate for the Italian Navy.

 

TRIESTE, Italy, -- The first steel sheeting for a new Italian Navy FREMM frigate has been conducted at a shipyard of Fincantieri near Genoa, the company reports. The cutting marks the build phase of the multi-mission vessel, the eighth being constructed in the multinational FREMM program. A total of 10 FREMM frigates are being built in Italy, with Orizzonte Sistemi Navali as the prime contractor.

 

Read more

Repost 0
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 18:50
Update on the Type 26 Global Combat Ship programme


2 mars 2015 BAE Systems

 

BAE Systems has been awarded an £859 million demonstration phase contract for the Type 26 Global Combat Ship.
Find out what this means for our business, supply chain partners and employees as Prime Minister David Cameron confirmed the UK Government’s continued commitment to sustaining national sovereign capability to deliver complex warships to the Royal Navy.

Repost 0
28 février 2015 6 28 /02 /février /2015 17:55
Jean-Yves Le Drian, chez Piriou, suggère la prochaine commande d'un quatrième B2M

Devant la maquette d'un B2M (bâtiment multi-missions), Jean-Yves Le Drian et Pascal Piriou (à sa gauche). photo T. Creux


27.02.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

A Concarneau, lors de sa visite aux chantiers Piriou, le ministre de la Défense a annoncé qu'il devait trouver "4 noms" pour les B2M, ce qui laisse penser que dans la LPM bientôt révisée pourrait être inclus le 4e exemplaire.

 

 

Jean-Yves Le Drian, chez Piriou, suggère la prochaine commande d'un quatrième B2M

A aussi eu lieu, ce midi, la pose symbolique de la première tôle du CPV 105 (coastal patrol vessel), un patrouilleur de 32,50m (photo ci-dessus). Deux exemplaires de ce type de bâtiment vont être construits sur fonds propres par le chantier Piriou.

 

A lire aussi dans Ouest-France du 28 Février

Repost 0
28 février 2015 6 28 /02 /février /2015 14:55
Le BPC Mistral et le BPC Tonnerre en mer Méditerranée - photo Marine Nationale

Le BPC Mistral et le BPC Tonnerre en mer Méditerranée - photo Marine Nationale


27.02.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

DCNS et STX France ont annoncé avoir remporté "auprès du Service de Soutien de la Flotte le contrat pour le maintien en condition opérationnelle des trois Bâtiments de Projection et de Commandement (BPC) et d’un Transport de Chalands de Débarquement (TCD), basés à Toulon".

Après les frégates de surveillance en 2012 (voir mon post ici), le duo va se charger de 4 autres navires militaires.

Les deux entreprises se sont réunies en groupement momentané d'entreprises (GME) pour assurer le maintien en condition opérationnelle des BPC Mistral, Tonnerre et Dixmude pour une durée de sept ans ainsi que le TCD Siroco jusqu’à ce qu’il soit retiré du service actif. DCNS est mandataire et maître d'oeuvre. STX France est co-traitant.

Le contrat inclut l’entretien courant, cinq arrêts techniques majeurs et dix arrêts techniques intermédiaires.

1 lot pour CNN. Il s'agit du lot numéro 2 d'un appel d'offres plus large lancé l'an dernier et qui portait sur "le maintien en condition opérationnelle (mco) des navires de la Marine Nationale de type PR (Pétrolier Ravitailleur), BCR (Bâtiment de Commandement et de Ravitaillement), TCD (Transport de Chalands de Débarquement) et BPC (Bâtiment de Projection et de Commandement) basés à Toulon et Brest."

Selon l'avis du 25 février, il s'agit du "lot no 2 du marché M13TBS18002 attribué à la société DCNS 40-42 Rue du Docteur Finlay 75732 Paris Cedex 15 - Siret : 441 133 808 00135 - Montant : 218 400 000 euros (T.T.C.)".

Le lot numéro 1 a été attribué à CNN MCO en novembre dernier (avis du 3 décembre), pour une valeur de 102,7 millions d'euros. Voir ici l'avis d'attribution.

Repost 0
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 16:55
photo DCNS

photo DCNS

 

25 février 2015 par Déborah Paquet – actu-environnement.com

 

Claire Allanche quitte Airbus pour rejoindre le groupe DCNS, leader du naval de défense et "innovateur dans l'énergie" au poste de directrice de la communication.

 

Suite de l’article

Repost 0
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 12:55
La priorité de la Marine nationale est de disposer de quatre frégates Fremm en 2016. (Photo : DCNS)

La priorité de la Marine nationale est de disposer de quatre frégates Fremm en 2016. (Photo : DCNS)

 

25/02/2015 LeMarin.fr

 

Alors qu'il doit prochainement recevoir une centaine de marins égyptiens afin d'assurer la prise en main de l'ex-Normandie dont la livraison à l'Égypte est espérée cet été, le site DCNS de Lorient s'attend à un pic de charge sur les parties coques dans les prochains mois.

 

En effet, le lancement de l'usinage courant avril de la corvette Gowind destinée à l'Égypte va de pair avec le recadencement du programme Fremm qui prévoit, d'ici la fin de l'année 2015, la livraison de la Provence à la Marine nationale, l'achèvement des essais en mer de la Languedoc et la mise à l'eau de l'Auvergne.

 

Piloté depuis décembre par Pierre Salmon, ancien directeur industriel de DCNS Indret, le site lorientais compte s'appuyer sur le renfort de salariés en provenance de Brest et de Cherbourg ainsi que de la sous-traitance par Piriou d'environ 20 % des éléments de coque de la corvette.

 

L'amiral Rogel, chef d'état-major de la Marine, a fait savoir que sa priorité était de disposer de quatre frégates Fremm en 2016 et de six en 2018.

Repost 0
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 12:55
La FREMM Aquitaine (PHOTO DCNS)

La FREMM Aquitaine (PHOTO DCNS)

 

18 février 2015 Le Fauteuil de Colbert

 

L'entreprise DCNS aurait besoin d'ajouter une nouvelle corde à son arc car sa gamme ne serait pas complète sans une Frégate de Taille Intermédiaire (FTI) plus simple, notamment dans sa mise en oeuvre (sans les défis imposés par un équipage si réduit). Le besoin de l'entreprise prend le pas sur les besoins opérationnels de la Marine. La manoeuvre, maintes fois prêtées à Dassault Aviation, ne provoque aucune réaction épidermique. Le projet devrait, à bien des égards, être critiqué. Surtout, il ne semble pas judicieux de prendre sur le maigre budget équipements de la Royale à destination de la flotte de surface. En particulier s'il s'agit de lancer un navire "moins complexe" que la classe Aquitaine.

 

Suite de l’article

Repost 0
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 17:55
Les corvettes Gowind de DCNS ont eu beaucoup de succès en 2014

Les corvettes Gowind de DCNS ont eu beaucoup de succès en 2014

 

24/02/2015 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

DCNS veut rapidement être, dès 2015, à nouveau profitable pour tourner la page des très mauvais comptes de 2014. Le groupe naval a enregistré ses premières pertes depuis 2001 (336 millions d'euros).
 

Pour le PDG de DCNS, le plus dur commence. Après avoir passé, dès son arrivée à la tête du groupe naval, à la paille de fer les comptes 2014 plombés par certains programmes mal maîtrisés - réacteur expérimental Jules Horowitz et sous-marins Barracuda notamment -, Hervé Guillou veut maintenant "tourner la page", comme il l'explique dans une interview accordée à La Tribune. Car les comptes 2014 sont très mauvais, conformément aux prévisions de DCNS, avec une perte nette de 336,1 millions d'euros (contre un résultat net de 114,7 millions en 2013) en raison d'un montant de provisions non communiquées. La première perte depuis la période 1997-2001, quand la Direction des Constructions Navales (devenu DCNS) était régulièrement dans le rouge. Le chiffre d'affaires est aussi en baisse à 3,06 milliards (contre 3,3 milliards en 2013).

Comment tourner la page? Pour gagner le pari de retrouver rapidement de la profitabilité dès 2015, le PDG de DCNS a recruté "du sang neuf" - Marie-Pierre de Bailliencourt (directeur général adjoint), Frank Le Rebeller (directeur général adjoint en charge des finances et du juridique) et Olivier de la Bourdonnaye (direction industrielle), sans précise-t-il, avoir lancé "une chasse aux sorcières" afin de garder "les compétences techniques des anciens". Hervé Guillou veut notamment "poursuivre la transformation industrielle de DCNS", qu'il considère comme une pépite technologique. Avec notamment la volonté "d'améliorer la maîtrise des programmes" sous l'impulsion de Pierre Legros, directeur de la nouvelle direction des programmes, et d'Olivier de la Bourdonnaye, ancien patron du programme Ariane 6.

Le PDG de DCNS compte également poursuivre des investissements dans le domaine du CMS (Combat Management Systems), un "secteur fondamental" pour le groupe et pour la France. "C'est un devoir sacré" en vue de "préserver la base industrielle et technologique de défense (BITD) française", explique-t-il. Un point de friction avec son actionnaire privé Thales (35%), qui entretient lui-aussi des compétences aux Pays-Bas à Hengelo (Thales Nederland), sur certains marchés à l'export, à l'image du contrat de six corvettes Gowind gagné en Malaisie. "Ma porte est ouverte s'il y en Europe des acteurs, qui veulent discuter de consolidation avec DCNS", souligne-t-il.

 

"Trois hubs" industriels à l'international

Hervé Guillou croit beaucoup à l'internationalisation de DCNS, dont 33% des prises de commandes ont été réalisées à l'export en 2014 (3,6 milliards contre 2,2 milliards en 2013, soit une hausse de 59%).  Notamment grâce au très beau contrat réalisé en Egypte (quatre corvettes de type Gowind vendues pour 1 milliard d'euros). DCNS a réalisé 32,7 % de son chiffre d'affaires à l'international. Mais, a-t-il constaté, le groupe "a pris sa place à l'export mais n'en a jamais profité jusqu'ici", car DCNS n'est "pas assez déployé industriellement". Une stratégie qui permettra de rivaliser face à ses trois concurrents européens, qui ont une base export plus élargie : l'allemand ThyssenKrupp Marine Systems (15 clients), le néerlandais Damen (25) et l'italien Fincantieri (20).

Le PDG de DCNS souhaite donc créer "trois hubs" industriels à l'international - Malaisie, Brésil et Arabie Saoudite (spécialisé dans le maintien en condition opérationnelle - à partir desquels DCNS pourrait exporter et profiter de la croissance de ces trois régions : Asie du Sud-Est, Amérique latine et Moyen-Orient. Trois pays où le groupe naval a déjà réussi de très jolis coups commerciaux : sous-marins Scorpène et corvettes Gowind en Malaisie et au Brésil et frégates en Arabie Saoudite. Il souhaite donc profiter des partenariats déjà mis en place avec des partenaires locaux pour mieux structurer une organisation industrielle.

Enfin, s'agissant d'une éventuelle consolidation en Europe, Hervé Guillou rappelle que "sa est ouverte". Mais pour le coup, l'une s'est refermée plutôt brutalement, le constructeur de sous-marins suédois Kockums, propriété de Saab, après avoir divorcé de TKMS, s'est récemment rapproché de Damen. "Je m'interroge effectivement", regrette-t-il. Il estime par ailleurs que les Allemands ne sont "pas encore prêts" à discuter de rapprochements.

 

Vers un tri dans les énergies marines renouvelables

En 2014, DCNS a réussi sa percée dans les énergies marine renouvelables. Notamment dans le domaine des hydroliennes où DCNS a obtenu plusieurs succès significatifs. EDF a passé commande de deux nouvelles hydroliennes de 16 mètres pour équiper la ferme expérimentale de Paimpol-Bréhat (Côtes d'Armor) et a été sélectionné par l'Ademe pour l'installation d'une ferme pré-commerciale de sept hydroliennes dans le Raz Blanchard.

En outre, le groupe a été choisi par le ministère de l'Energie de Nouvelle-Ecosse (Canada) pour une ferme expérimentale de 4 MW dans la baie de Fundy. Ce qui fait dire à Hervé Guillou, "favorablement impressionné par OpenHydro", la filiale irlandaise de DCNS, qu'il y a une "vraie route industrielle" pour "un des leaders mondiaux" dans ce domaine. "Nous sommes au stade de la production", souligne-t-il. Il estime que le groupe devra investir une centaine de millions d'euros après en avoir investi une centaine.

Sur les éoliennes en mer, Hervé Guillou rappelle que DCNS, qui apporte ses compétences sur la maîtrise de l'élément marin (flotteur, stabilité en mer...), restera derrière Alstom avec qui il a signé un partenariat. Les deux industriels ont d'ailleurs un accord avec la région Bretagne pour faire avancer le projet de site pilote éolien flottant de Groix.

DCNS poursuit également son aventure dans l'énergie thermique des mers (ETM), une technologie moins mature où des verrous technologiques restent encore à lever. Mais le groupe en partenariat avec Akua Energy porte un projet en Martinique dans le cadre d'un financement de 70 millions d'euros environ du fonds européen NER 300.

Enfin, DCNS et Enel Green Power ont été retenus pour mettre en place au Chili un centre de recherche et d'innovations sur l'énergie marine, notamment sur l'hydrolien et l'énergie des vagues.

Repost 0
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 12:55
DCNS : retour prévu aux bénéfices à partir de 2015

L'exportation contribue au tiers du chiffre d'affaires de DCNS. Ici, la signature par le PDG de DCNS, Hervé Guillou, du contrat pour la fourniture d'une frégate Fremm à l'Égypte. (Photo : ministère de la Défense)


24.02.2015 LeMarin.fr
 

336 millions de pertes pour un chiffre d'affaires de 3,1 milliards d'euros. DCNS a confirmé officiellement, ce mardi 24 février, de lourdes pertes au titre de son exercice 2014. On note aussi une baisse du chiffre d'affaires de 7 % par rapport à 2013. Mais le premier constructeur européen de navires militaires affiche sa confiance dans l'avenir en prévoyant un retour progressif aux bénéfices à partir de 2015.

Dans le nucléaire civil, DCNS pâtit des difficultés de réalisation du réacteur de recherches Jules Horowitz pour le compte du Commissariat à l'énergie atomique, à Cadarache, avec des coûts et des délais qui ont fortement dérapé. Dans les programmes navals de défense, les audits demandés par Hervé Guillou, le nouveau PDG, ont mis en évidence une « augmentation des coûts à terminaison », tout particulièrement en ce qui concerne le programme Barracuda. D'où des charges et provisions complémentaires inscrites au bilan 2014.

« DCNS s'est totalement mobilisé pour renouer progressivement avec la profitabilité à partir de 2015 et a mis en œuvre un plan d'actions à cet effet », annonce Hervé Guillou. Dans un premier temps, un plan d'économies a pour objectif un gain de 100 millions d'euros en 2015. Il entraîne un gel des salaires pour les salariés du groupe cette année. Des efforts sont demandés aux fournisseurs pour diminuer leurs prix.

Tri dans le portefeuille d'activités

Un plan de progrès, annoncé avant l'été, va redéfinir la stratégie du groupe. Il devrait entraîner des choix dans le portefeuille d'activités, notamment pour celles ayant trait aux énergies marines renouvelables. Enfin, DCNS annonce la mise en place d'une « surveillance particulière » de certains programmes.

Tout n'a pas été noir pour autant en 2014. Les prises de commandes ont atteint 3,6 milliards d'euros. Elles sont en augmentation de 59 % par rapport à une année 2013 très décevante de ce point de vue. « La prise de commande de quatre corvettes Gowind pour l'Égypte en juillet a permis à DCNS de dépasser ses prévisions », note Hervé Guillou. Ce contrat se monte à 1 milliard d'euros. L'Égypte est un pays où DCNS peut nourrir de solides espoirs, puisque le groupe a conclu la vente d'une frégate Fremm courant février.

Outre le contrat des corvettes égyptiennes, les principaux marchés conclus en 2014 en matière de construction neuve ont été le choix du design Gowind par la Malaisie pour la réalisation en transfert de technologie de six corvettes ; la commande du quatrième SNA du programme Barracuda ; le contrat en collaboration avec Piriou pour la fourniture et la maintenance de trois bâtiments multimissions.

Le carnet de commandes s'établit à 13,2 milliards d'euros fin 2014. Il est donc en hausse de 59 % par rapport à la fin 2013, sans toutefois retrouver le niveau qui était le sien fin 2012, où il atteignait 13,8 milliards d'euros.

Les ventes à l'étranger ont représenté le tiers du chiffre d'affaires en 2014. Les grands programmes nationaux, principalement Fremm et Barracuda, contribuent aussi pour un tiers au chiffre d'affaires du groupe. Enfin, DCNS note la « bonne tenue des activités de services », qui représentent le tiers du chiffre d'affaires.

Repost 0
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 08:55
En direct des BPC


6 Février 2015 Marine Nationale

Permettant des missions de basse et haute intensité, dans les airs, en surface et à terre, les bâtiments de projection et de commandement sont des outils d’excellence pour les armées. L’ouvrage de Luc-Christophe Guillerm propose une plongée encyclopédique et photographique de près d’une décennie dans cet univers. Un livre pour embarquer !

› Mistral, Tonnerre, Dixmude – Les BPC de la Marine nationale de Luc-Christophe Guillerm. Préface de l’Amiral (2S) Édouard Guillaud. 223 pages - 39 € (éditions SPE Barthélémy)

Repost 0
19 février 2015 4 19 /02 /février /2015 12:55
La Banque FREMM ?

 

15.02.2015 Le Fauteuil de Colbert
 

La vente de la frégate Normandie - dont la signature du contrat doit très certainement intervenir le lundi 16 février - est soit un cadeau empoisonné, soit le prix à payer pour déverouiller les chances de succès du Rafale pour les marchés à l'exportation. Tout du moins, la Marine nationale se sépare de la frégate qui devait accueillir cette année le tir de qualification du Missile de Croisière Naval à bord d'un navire de surface, une première en Europe. Surtout, quid de l'avenir de la flotte de surface française alors que l'Etat ne se prononce - toujours - pas sur la situation ? Tentons d'apercevoir la situation.

 

2019 : 1 FREMM en moins

 

Dans un premier temps, rappelons qu'en 1997 l'état-major de la Marine ambitionnait de disposer de 26 frégates. Chiffre à replacer dans son contexte. Il était question de 12 frégates de premier rang, soit 4 unités de défense aérienne et huit unités anti-sous-marine. En 2007, la révision des programmes d'armement a tranché pour 11 FREMM, dont deux à vocation anti-aérienne (les FREDA). En 2019, la Marine nationale devrait percevoir 6 FREMM qui s'ajouteront aux 5 frégates La Fayette et aux 2 Horizon et frégates F70 de défense aérienne. Ces 2 dernières devant être remplacés dans la LPM suivante par les deux FREDA.

 

A la différence de la vente d'une FREMM au Maroc, celle réalisée au profit de l'Egypte se fait au détriement de la Marine nationale qui perd - c'est imparable - une des six FREMM qu'elle devait percevoir. Le chef d'état-major de la Marine semble avoir tranché pour prolonger deux frégates ASM F70 pour combler le vide capacitaire. Les Jean de Vienne et Montcalm - puisqu'il s'agit de celles-ci - accumulent chacune 31 et 33 ans de service à la mer.

 

Rappelons aussi que la première FREMM, l'Aquitaine, n'est toujours pas admis au service actif en 2015 alors qu'elle a été livrée depuis 2012. La Provence, unité suivante de ce programme, ne sera reçue que fin 2015 (la Provence).

 

Projetons-nous en avant : en 2016, le ministère de la Défense doit se prononcer sur la commande - ou non - des trois dernières FREMM (les 9, 10 et 11). Les frégates F70 auront toutes quitté le service actif d'ici à 2019. De plus, le remplacement des FLF s'ouvre théoriquement à partir de 2022.

Ce qui nous ramène au postulat de 1997 où la Marine nationale demandait, pour ses besoins opérationnels, un minimum de 4 frégates de défense aérienne ainsi que 8 unités anti-sous-marine, le tout, soutenu par 14 frégates de second rang, aptes à un minimum de missions opérationnelles touchant à la lutte sous ou au-dessus de la mer.

 

Deux objets financiers : les ressources exceptionnelles et les 40 Rafale pour l'exportation

 

Gageons que nous sommes actuellement dans un contexte très évolutif où tous les paramètres peuvent être terriblement bouleversés du jour au lendemain. La très probable vente du Rafale à l'Egypte - le contrat pourrait être signé lundi - modifie l'économie de la loi de programmation militaire. Celle-ci repose sur les ressources exceptionnelles à percevoir pour les années 2015 et 2016 (2,2 milliards d'euros de vente de fréquences, d'immobiliers, etc.) et sur la vente de 40 Rafale à l'exportation (afin de respecter l'exécution du contrat Rafale qui suppose la commande de 11 unités chaque année). Enfin, tout ceci repose également sur le respect de la loi de programmation militaire par l'Exécutif, le Législatif et Bercy.

 

Le contexte financier constitue la seule variable pouvant étendre ou restreindre la manoeuvre capacitaire. Plusieurs éléments ne peuvent qu'être pris en compte. Premièrement, il est plus probable que les ressources exceptionnelles soient remplacé par les sociétés de projet que ces premières soient perçu en temps et en heure. Deuxièmement, il n'est pas à exclure une certaine embellie pour le Rafale sur les marchés de l'exportation, tout comme pour la vente de frégates FREMM.

 

Concentrons-nous sur la situation du Rafale dans sa relation à la loi de programmation militaire. Sur les 66 machines que la DGA doit commander, seules 26 le seront par l'Etat, le reliquat doit être vendu à l'exportation. Sachant qu'un Rafale est facturé au budget 100 millions d'euros pièce, il est aisé de calculer comment la LPM s'effondre à chaque fois que l'Etat devra compenser l'échec des ventes à l'exportation.

 

Une embellie pourrait tout aussi bien se produire. La vente de Rafale au Qatar serait, une fois encore, imminente et concernerait 24 machines. L'Inde et la France semble convenir qu'une décision, quelque soit celle-ci, doit être prise à l'orée des mois d'avril et de mai 2015. L'armée de l'air indienne soutient très fortement la signature de ce contrat. Si nous devions imaginer de tels succès - sans même évoquer la Malaisie - alors la LPM tablerait sur 66 Rafales vendus à l'exportation (deux fois 24 machines pour l'Egypte et le Qatar, 18 construites en France pour l'Inde). La LPM bénéficierait d'un potentiel de 26 Rafale pouvant ne pas être commandés par l'Etat. Ceci, sous réserve que l'Armée de l'air puisse se séparer d'autant de machines, nonobstant ses besoins opérationnels.

 

Pallier aux ressources exceptionnelles, ce serait donc s'engager dans les sociétés de projet. Il est bien difficile de savoir à quoi peuvent ressembler ces financements innovants. Première chose, il ne s'agirait pas d'un Partenariat Public-Privé mais bien d'un prêt. En ce sens que les sociétés de projets acheterait des matériels déjà acquis par les Armées (les A400M et FREMM sont les plus souvent cités) et avanceraient la somme à l'Etat qui pourra la redéployer sur d'autres besoins, à hauteur des 2,2 milliards de ressources exceptionnelles nécessaires. Louant son matériel, l'Etat le rachète en versant des mensualités.

 

Qui ou quoi va abonder les sociétés de projets ? Trois directions semblent se dessiner. D'un côté, il s'agirait de les abonder via la cession de participations de l'Etat dans des entreprises publiques ou privées. Du côté antagoniste, des entreprises privées viendraient abonder ces sociétés, trouvant là un bon placement financier. Au milieu, nous trouvons une solution hybride aux logiques contradictoires.

 

Que faire pour le programme FREMM dans ce cadre ? Avant de poursuivre, il nous semble que la Marine nationale fonde son Horizon 2025 sur 11 frégates FREMM. Au regard de toutes les commentaires intervenus depuis 2008, il ne semble pas souhaitable d'arrêter le programme FREMM à 8 unités et de combler les lacunes capacitaires par des frégates de second rang. DCNS n'a jamais réussi à placer sa FM400 à l'export. Les 2000 tonnes de différence entre une FREMM et une frégate de 4000 tonnes ne justifie pas une baisse signifcative de coûts si, in fine, les deux frégates recourt aux mêmes équipements. En outre, la Frégate de Taille Intermédiaire ne semble pas définie à l'heure actuelle. La priorité pour moderniser les frégates de premier rang semble aller pleinement à un format à 11 FREMM.
 

La Banque du programme FREMM ?

 

Considérons une autre utilisation des sociétés de projets. Celles-ci pourraient être abondées uniquement par des fonds publics (vente de participations de l'Etat dans des entreprises, etc.). C'est-à-dire que l'Etat se fait sa propre banque. Dans cette optique, pourquoi ne pas imaginer une telle utilisation d'une société de projet FREMM afin d'avancer la somme nécessaire à la construction des 11 frégates ?

 

La DGA recevrait les fonds pour commander les frégates. Elles seraient remboursés par l'Etat à l'Etat par le versement d'un loyer sur une durée à déterminée (10, 15 ou 20 ans). Dans pareil situation, l'Etat n'a pas intérêt à bénéficier financièrement de la situation au détriment de l'Etat - contrairement à la logique de la présence d'intérêts privés dans l'opération.

 

Cela permettrait à l'Etat de négocier avec les entreprises la meilleure situation industrielle pour que l'Etat n'ait pas à prêter un volume financier trop important à l'Etat : revenir à une cadence de production d'un navire lancé tous les 7 mois et non pas 11 mois, voire 14 comme certains l'espèrent.

Accélération du tempo industriel qui permettrait à l'Etat de gager que ce temps gagner dans la modernisation de sa flotte de surface fera diminuer ses besoins de fonctionnement via le retrait de navires âgés (plus de 30 ans, surcoûts en MCO) et la diminution du besoin de main d'oeure (passage d'équipages de 250 à 108 marins). L'Etat ne pourrait qu'aprécier ces économies de fonctionnement qui sécuriseront la capacité de remboursement de l'Etat.

 

L'Etat proposerait alors à l'Etat de laisser ouvert la chaîne de production des FREMM pour remplacer une plus grande partie de la flotte, à savoir les frégates La Fayette. Nouveau cercle vertueux qui éviterait d'avoir à concevoir une nouvelle classe de frégates mais plutôt à améliorer l'existente. L'Etat apprécierait cette vision de long terme qui ferait montre d'une certaine maîtrise des finances.

 

Une telle banque permettrait de réaliser les objectifs financiers du programme FREMM : trouver une économie de programme réduisant les coûts de fonctionnement grâce à une forte homogénéisation des matériels, donc bénéficiant de coûts d'acquisition réduits.

Repost 0
16 février 2015 1 16 /02 /février /2015 17:55
Illustration SIMDAV Solution

Illustration SIMDAV Solution

 

10.02.2015 DCNS

 

DCNS a remporté en décembre 2014, après une mise en concurrence, le contrat pour la modernisation et le maintien en condition opérationnelle de simulateurs de défense à vue (SIMDAV). Ce contrat vient d’être notifié par la Direction générale de l’armement (DGA).

 

D’une durée de cinq ans, le contrat SIMDAV porte sur la modernisation et le maintien en condition opérationnelle des simulateurs MILDAV (site à terre d’ALFAN[1] Toulon) et CESART (site à terre d’ALFAN Brest).

 

Les infrastructures existantes seront démantelées, puis réaménagées pour abriter les nouveaux simulateurs. Ces derniers permettront de former et d’entraîner les équipes de défense à vue de l’ensemble des unités de la Force d’Action Navale. Grâce à ces simulateurs, les équipes seront plongées dans un milieu immersif réaliste, permettant plus particulièrement l’entraînement et la formation à l’autodéfense, face à tous types de menaces « air » et « surface » et à la lutte contre la menace asymétrique[2].

 

Les simulateurs permettront aussi d’entraîner à la préparation et à la mise en œuvre complète des armes de petits calibres. Il sera également possible d’évaluer précisément l’efficacité de la chaîne de commandement et la rapidité de mise en œuvre des armes dans un environnement simulant les navires de la Force d’Action Navale.

 

Au total, trois sites de DCNS seront impliqués dans les opérations de modernisation des simulateurs. Les sites de Toulon et de Ruelle seront en charge de la réalisation. L’installation, elle, aura lieu à Toulon et Brest.

 

DCNS, mandataire du contrat, travaillera de concert avec des partenaires tels que GAVAP (un leader européen dans le domaine de la simulation de systèmes d’armes légères) qui traitera les opérations propres à la simulation des armes et Antycip Simulation, chargée de la solution de projection très haute résolution.

 

Pour répondre aux besoins de ses clients et de ses partenaires industriels et les accompagner dans l’acquisition et le maintien de compétences, DCNS développe et adapte une offre de services de formation et simulation sur l’ensemble de ses métiers.

 

Disposant d’une offre simulateurs qui couvre l’ensemble des besoins opérationnels des marines, le Groupe a livré en 2014 le simulateur Saturne NG, simulateur tactique des sous-marins nucléaires d’attaque de classe Rubis. Le Groupe a également poursuivi les développements de simulateurs de nouvelle génération sur les programmes Barracuda, Brésil (acceptation du système de mobilité du simulateur de conduite) et Espadon Nouvelle Génération, totalisant ainsi plus d’une dizaine de référence de tout type. En 2014, le Groupe a réalisé des formations d’envergure pour les programmes Gowind Malaisie, P75 Inde, Scorpène Brésil, etc.

 

 

 

[1] Amiral commandant la Force d’Action Navale

[2] Les menaces asymétriques, par opposition aux « menaces prévisibles », concernent les nouveaux types de menaces tels que le terrorisme et les trafics illicites. Elles émanent d’entités non-étatiques qui ne disposent pas de moyens militaires traditionnels

Repost 0
16 février 2015 1 16 /02 /février /2015 16:55
Nouveau succès en Egypte pour DCNS

 

Paris, le 16 février 2015 DCNS

 

DCNS a signé lundi 16 février avec le Ministère de la défense de la République Arabe d'Egypte un contrat portant sur la fourniture d’une frégate multimissions FREMM. Cet accord renforce les relations stratégiques qu’avait initiées DCNS en juillet dernier avec la signature d’un contrat pour la fourniture de quatre corvettes Gowind® 2500.

 

Hervé Guillou, Président Directeur Général de DCNS, déclare : « Je remercie les autorités égyptiennes de la confiance qu’elles nous accordent une nouvelle fois pour participer à la modernisation de leur outil de défense. DCNS aura à cœur de démontrer que cette confiance est justifiée. Le Groupe mettra tout en œuvre pour mener à bien ce programme. »

Cette frégate, l’actuelle Normandie, sera livrée mi-2015 après quelques travaux d’aménagement, et la première phase du programme de formation. Les prestations logistiques et le soutien à la marine égyptienne s’étaleront ensuite sur plusieurs années.

Pour Hervé Guillou : « Avec cet accord historique, DCNS s’inscrit dans une logique de partenariat à long terme avec la Marine égyptienne et ses chantiers avec qui nous comptons investir dans la durée pour le développement des compétences et de l’outil industriel. De plus, le renforcement de nos relations nous offre de nouvelles perspectives de vente de navires. »

La FREMM livrée à la Marine égyptienne sera prélevée sur la série en cours de réalisation pour la Marine nationale. Pour permettre à cette dernière de ne pas obérer ses capacités opérationnelles, DCNS accélérera la cadence de production des bâtiments suivants.

« Je tiens à souligner que ce succès n’aurait pas été possible sans une équipe de France soudée et un soutien sans faille des services étatiques français, et en particulier la Direction générale de l’armement et la Marine nationale qui a accepté le report de la livraison de sa deuxième frégate. »

 

Caractéristiques techniques des FREMM

Les frégates multimissions sont des navires polyvalents répondant à tous types de menaces aériennes, marines, sous-marines ou terrestres. Navires à la pointe de la technologie, les frégates FREMM sont parfaitement adaptées pour permettre aux marines clientes de faire face aux menaces actuelles et aux besoins croissants de sécurité maritime.

 

  • Longueur hors tout : 142 mètres
  • Largeur : 20 mètres
  • Déplacement : 6 000 tonnes
  • Vitesse maximale : 27 nœuds
  • Mise en œuvre : 108 personnes (détachement hélicoptère inclus)
  • Capacité de logement : 145 hommes et femmes
  • Autonomie : 6 000 nautiques à 15 nœuds

 

A propos de DCNS

DCNS est un leader mondial du naval de défense et un innovateur dans l’énergie. Entreprise de haute technologie et d’envergure internationale, DCNS répond aux besoins de ses clients grâce à ses savoir-faire exceptionnels et ses moyens industriels uniques. Le Groupe conçoit, réalise et maintient en service des sous-marins et des navires de surface. Il fournit également des services pour les chantiers et bases navals. Enfin, DCNS propose un large panel de solutions dans l'énergie nucléaire civile et les énergies marines renouvelables. Attentif aux enjeux de responsabilité sociale d’entreprise, le groupe DCNS est l’un des premiers acteurs de son secteur à avoir été certifié ISO 14001. Le Groupe réalise un chiffre d’affaires de 3,4 milliards d’euros et compte 13 600 collaborateurs (données 2013). www.dcnsgroup.com

 

Repost 0
14 février 2015 6 14 /02 /février /2015 12:40
Les BPC russes à Saint Nazaire - photo F. Dubray - Ouest-France

Les BPC russes à Saint Nazaire - photo F. Dubray - Ouest-France


13.02.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

Mon excellent camarade Jean-Dominique Merchet écrivait hier (lire ici) que la non livraison des deux BPC destinés à la Russie "couterait 5 millions d'euros par mois, uniquement en frais de gardiennage et de maintenance des deux bateaux qui devraient rester en France. Une somme considérable, soit près de 60 millions par an à la charge de DCNS ou de l'Etat."

Ces frais sont bien réels, mais ils ne concernent que le BPC livrable (le Vladivostok) puisque son frère jumeau (le Sébastopol) est toujours en construction; l'avancée des travaux sur ce second BPC serait conforme au calendrier.

Ces coûts portent sur les frais de port (qui ne seraient pas trop élevés, du fait d'accord entre STX et le port autonome de Nantes-Saint Nazaire), les frais d'entretien (peinture par exemple) et de carburant (pour tester la propulsion); mais ce sont surtout les frais liés à la main-d'œuvre qui sont les plus élevés.

 

Quant à la livraison des BPC, hier après la signature de l'accord de Minsk (qui laisse perplexes bien des gens), une source diplomatique russe citée par Interfax a déclaré que "l'ordre de livrer le Mistral viendra de l'Elysée visiblement au début de semaine prochaine. Dans la première quinzaine de mars, le navire sera complètement prêt à être transmis à la partie russe" (lire ici). A méditer avec prudence, surtout après les propos de François Hollande, hier soir: "Les conditions ne sont toujours pas réunies. Elles le seront je l'espère un jour".

Repost 0
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 08:35
Minsk a Kiev class aviation cruiser

Minsk a Kiev class aviation cruiser

 

13 February 2015 by Pacific Sentinel

 

China's ability to modify its two decommissioned Soviet era Kiev-class aircraft carriers which now serve as hotel-theme parks in Tianjian and Shenzhen has been discussed in a recent article on Beijing-based website Sina Military Network on Feb. 10.

 

The Kiev and the Minsk were the first two vessels of four Kiev-class aircraft carriers built for the Soviet navy back in the 1970s. Also known as aviation cruisers, the 45,000-ton vessels can be equipped with 80 to 200 surface-to-air missiles, two dual-purpose guns, eight close-in weapons systems and 10 torpedo tubes. The ships have a speed of 32 knots and are capable of carrying between 12 and 13 Yak-38 fighters with vertical take-off and landing capability. The ships can also carry 14 to 17 Ka-25 or Ka-27/29 helicopters.

 

Read the full story at Want China Times

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories