Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 décembre 2015 7 20 /12 /décembre /2015 08:50
Navantia termine l’allongement des 4 sous-marins espagnols de la classe S-80


18 décembre 2015. portail des Sous-Marins

 

La première étape permettant de garantir que les 4 sous-marins de la classe S-80 puissent flotter, est déjà terminée au chantier naval de Carthagène. Chaque sous-marin a été allongé de 10 m, afin de mieux répartir le poids du sous-marin et lui éviter de couler.

Un anneau de coque épaisse a été inséré dans la coque de chaque sous-marin. Il s’agit d’une étape nécessaire pour corriger les « écarts liés à l’équilibre des poids ».

Concrètement, la construction des sous-marins avait été suspendue au début 2013, lorsqu’il avait été constaté que le 1er sous-marin de la série, l’Isaac Peral, était trop lourd de 75 à 100 tonnes, compte-tenu de sa longueur.

Après avoir mis en pratique la solution proposée par des ingénieurs américains, Navantia va maintenant se concentrer sur les modifications à apporter aux autres parties du sous-marin.

Référence :La Verdad (Espagne)

Repost 0
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 17:35
Navantia delivers first batch of LCM-1E crafts to RAN

 

 

12 March 2014 naval-technology.com

 

Navantia has delivered the first four new medium-sized fast landing craft (LCM-1E) to the Royal Australian Navy (RAN).

 

The delivery is a part of a contract signed by Navantia in September 2011 to develop 12 new LCM-1E high-speed landing craft for RAN in support of two new Canberra-class landing helicopter dock (LHD) amphibious assault ships.

 

Being acquired under the joint project 2048 phase three from Navantia, the high-speed landing craft allow RAN to transport troops and equipment over shore where there are no fixed port facilities.

"Powered by two engines MAN of 806kW and two waterjet propellers, the LCM-1E craft feature radar navigation, global positioning system, gyro needle / magnetic and HF communications equipment, VHF and UHF."

 

The first four fast landing crafts have departed from Navantia facilities in Puerto Real, and are expected to arrive at their intended destinations around mid-April, while the remaining eight units are currently under construction and will be delivered to the Navy in groups of four during the next months.

 

Powered by two engines MAN of 806kW and two waterjet propellers, the LCM-1E craft feature radar navigation, global positioning system, gyro needle / magnetic and HF communications equipment, VHF and UHF.

 

Being built by Navantia in collaboration with BAE Systems, the 27,000t LHD have a range of 190nm, a length of 23.3m and can cruise at a speed of 22k.

 

The ships will be used to embark, transport and deploy forces, along with their equipment and aviation units as well as to perform out / support humanitarian missions.

 

The LHDs are armed with 6mm x 12.7mm machine guns, Nulka active missile decoy system, anti-torpedo towed defence system (Nixie) and four 20mm automated guns.

Repost 0
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 08:45
Armement : Le Maroc s’intéresserait à un sous-marin espagnol

 

18.12.2013  Par El Hadji Mamadou Gueye - yabiladi.com

 

La marine marocaine serait-elle intéressée par les nouveaux sous-marins espagnols? Tout semble en tout cas l’indiquer. Selon des sources espagnoles, le royaume aurait des vues sur le dernier sous-marin S-80 construits sur le chantier naval de Navantia à Carthagène.

 

Le vice-amiral Mohamed Laghmari, l'inspecteur général de la marine marocaine, a visité hier les installations de la marine espagnole à Carthagène. Il s’est également rendu au Centre des opérations et de surveillance de l'action maritime (COVAM) où des explications lui ont été fournies sur les fonctionnements, les missions et la capacité de cette structure.

 

Toutefois, selon la MAP, cette visite s’inscrit seulement dans le cadre de la mise en place d'un lien de coopération en matière de lutte contre les risques environnementaux et de la pollution marine.

Repost 0
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 12:45
Le Maroc s’intéresse au sous-marin espagnol S-80

 

18 décembre 2013, Portail des Sous-Marins

 

La marine marocaine s’intéresse aux nouveaux sous-marins S-80 construits au chantier naval espagnol de Carthagène par Navantia.

 

L’inspecteur général de la marine du royaume chérifien, le vice-amiral Mohamed Laghmari, a visité le 18 décembre les ateliers où le sous-marin est en construction, ainsi que les installations de la marine espagnole à Carthagène.

 

A son arrivée, le responsable marocain a été reçu par le chef de l’arsenal de Carthagène, le vice-amiral Fernando Zumalacárregui Luxán, accompagné par l’Amiral d’Action Maritime, le vice-amiral Salvador María Delgado Moreno, qui lui ont présenté le Centre d’Opérations et de Surveillance de l’Action Maritime.

 

Ensuite, ils se sont rendus à la base de la flottille des sous-marins, dans l’arsenal, où son commandant, le capitaine de vaisseau José Sierra Ménde, les a accueillis.

 

Référence : La Opinión de Murcia (Espagne)

Repost 0
3 décembre 2013 2 03 /12 /décembre /2013 17:50
Navantia a « camouflé » dans son rapport annuel les problèmes de sur-poids du sous-marin S-80

 

3 décembre 2013, Portail des Sous-Marins

 

Navantia a camouflé dans son rapport annuel 2012 les problèmes de sur-poids et d’erreur de conception de son nouveau sous-marin S-80. Alors que la compagnie espagnole avait déjà connaissance de la problématique compliquée de son nouveau joyau de la couronne, elle a caché ce contre-temps dans son rapport annuel et a évité de donner des données révélatrices.

 

Quand le document a été approuvé, les comptes ont été signés le 14 mars 2012, la compagnie connaissait déjà le problème. De fait, il a été dévoilé au public en mai. Le problème doit entrainer une modification du sous-marin et le retard de livraison du 1er exemplaire.

 

Provisions et impondérables

 

Mais Navantia a essayé de le cacher jusqu’au dernier moment. Dans son rapport annuel 2012, dans le paragraphe consacré aux provisions et impondérables, elle aborde le problème avec ce texte elliptique : « Fruit de ce suivi des travaux en cours, la compagnie estime que l’un de ces travaux souffre d’un dépassement prévisible et significatif des couts par rapport au budget initial. » Ce texte fait clairement référence aux problèmes du S-80 sans le citer expressément.

 

Plus loin, elle ajoute que le retard possible « a été porté à la connaissance du client (le ministère de la défense, mais elle ne le dit pas) à qui elle a demandé de revoir les aspects principaux du contrat, et celui-ci a accepté. »

 

Information classifiée

 

Interrogé sur cette présentation si ambigüe, un porte-parole officiel de Navantia justifie le contenu du rapport annuel en expliquant « qu’il s’agit d’informations classifiées et qu’on ne peut donner plus de détails dans un document public. » Le conseiller juridique de l’entreprise publique ajoute que cela se fait habituellement quand il s’agit d’un document aussi délicat.

 

Référence : El Economista (Espagne)

Repost 0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 08:50
Spain’s revolutionary new frigate, the F-110

 

11/21/2013 Richard de Silva - defenceiq.com

 

The Spanish Navy’s F-110 Frigate, being manufactured by Navantia, aims to replace the country’s six Santa Maria-class ships as they approach the end of their operational life from 2020.

 

With a full service date of 2025, the fleet will seek to provide a multi-purpose capability for at least forty years and will deliver a platform for unmanned surface, subsurface and aerial vehicles. The ships will work as an intermediate solution between the BAM (Buque de Acción Marítima) ships and Álvaro de Bazán class frigates, providing maritime security, mine countermeasures, escort duties and many other possibilities.

 

While official information on the development of the programme is limited, Captain Juan Gonzalez-Aller Lacalle, the Navy’s F110 Frigate Programme project officer, will be addressing the delegation at Surface Warships 2014 to explain the strategy behind the incoming fleet and the process involved in the Navy’s partnership with the industry in seeing this capability take to the waves. Before his presentation, he enlightened Defence IQ about the programme’s current status.

 

“The F-110 will be integrated within the Spanish Fleet in a new frigate squadron, under the Admiral of the Fleet Chain of Command,” he says. “The Admiral of the Fleet will be in charge of the readiness, training and certification process of the new units, to make them ready to be integrated in any naval, combined or joint force to undertake real operations. The squadron will then replace the FFG class squadron and, being an oceanic escort as well, the F-110 is expected to have enhanced capabilities to operate the littoral.

 

“In Spain, for every programme, the capability development process has four phases: Conceptual; Definition and Decision; Execution; and Service. The ‘Conceptual’ phase has already finished as of January 2013. This phase includes the development of two documents – the ‘Mission Need Document’ and the ‘Staff Target Document’.

 

“Right now, we are in the middle of the first stage of the ‘Definition and Decision’ phase, which is, in other words, the development of the ‘Staff Requirements’, which should be completed by June 2014. This stage is headed by the Navy Staff. Once this stage is complete, the Ministry of Defence and the Navy Logistic Command will take the reins of the following stages regarding the capability development and procurement processes.”

 

The programme’s core value in being a multipurpose and modular solution will of course promote a cost-effective solution. However, some of the installations will presumably need to be permanent, so we are curious as to the extent to which physical space on the ship will be limited for specific missions, or whether there is a risk that capability shortfalls will be unavoidable on certain occasions.

 

“Most of the F-110 capabilities will be permanent, what we call the ‘basic capabilities’ of the ship,” explains Lacalle. “In addition, the F-110 will have a flexible multi-mission space dedicated to allocate modular capabilities, non- permanent, that will increase the basic capabilities of the ship only for specific mission profiles. Every modular capability is composed of a mission module, which is the mission systems and support equipment, plus the personnel that is required to operate them at sea.

 

“A number of modular capabilities have been identified, and will be outlined in that Staff Requirement Document. These include naval special warfare, unmanned vehicles operations (UAV, USV, et cetera), medical support, a prison module, and others. In accordance with the mission profile, a different combination of mission modules will be embarked. We are now fully involved in deep studies to identify all the requirements with regard to the frigate, not only those directly related to the ship but also those related to doctrine, organization, infrastructure, facilities ashore, and so on. We have already identified the additional capabilities that the F-110 is going to provide through its modular capabilities (both the Mission Modules and the personnel responsible for maintaining and operating them). Meanwhile, it is expected to provide some Mine Warfare modular capabilities based on Autonomous Underwater Vehicles, Support to Divers, Remote Controlled Mine Sweeping System (SIRAMICOR), and so on.”

 

With modernisation in today’s climate, there also comes the inevitable issue of cutting back on crew sizes, shifting the task of efficiency to improved systems data fusion and other emerging initiatives.

 

“Yes, the F-110 is also following this trend and, at this stage, we are analyzing different ways that may allow us to reduce the ship complement, compared with our FFG and F-100 frigates. The overall concept of a reduced crew that the Navy is adopting for all the new units has a direct impact in the procurement cost, decreasing the cost of the life cycle, and also in the displacement (less accommodation areas on board); minimizing as well the probability of casualties in combat or accidents at sea.

 

“Besides, new technologies allow ship designs with a higher degree of automation and unmanned systems on board, capable of conducting some of the tasks that traditionally the crew would have to perform, and there are other designs involved that will at least not require the permanent attention of crewmembers.”

 

Of course, such ambitious projects are rarely undertaken without installing partnerships with the right people. Having this support structure in place and in constant motion defines the Navy’s strategy to ensuring a lack of conflict and a smooth production road over the next twelve years.

 

“From the very beginning, we have been working shoulder to shoulder with NAVANTIA,” says Lacalle. “A team of their engineers are supporting us and sharing information with the Spanish Navy Staff and Logistic Command to identify most of the F-110 technical requirements. NAVANTIA´s feedback on our operational requirements is therefore allowing us to correctly assess the viability or difficulties to get what we need.

 

“We are also working with INDRA and other industry partners in key aspects like sensors, weapons and the integrated mast, as an example. All of this work and communication with NAVANTIA and the industry provides real added value to the project as we progress.”

Repost 0
14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 17:50
F-105 Cristobal Colon

F-105 Cristobal Colon

 

14 novembre 2013 Par Rédacteur en chef.- Portail des Sous-Marins

 

Navantia a livré la frégate Cristobal Colón, la dernière de la série F-100, à la marine espagnole au cours d’une cérémonie organisée à l’arsenal de El Ferrol.

 

La cérémonie a été marquée par l’austérité en raison des restrictions budgétaires que connait l’Espagne et son ministère de la défense en particulier. Selon les estimations de la compagnie, il faudra attendre 5 ans avant de voir un autre bâtiment livré par Navantia à la marine espagnole.

 

La frégate Cristobal Colón avait été mise à disposition de la marine espagnole le 23 octobre 2012. Un an plus tard, elle était entièrement opérationnelle et prête à entrer en service.

 

La première mission qui lui a été attribuée est de participer à l’opération Ocean Shield de l’OTAN (lutte contre la piraterie en océan Indien). La frégate devrait être déployée en mars prochain en océan Indien, où elle remplacera la frégate Álvaro de Bazán au commandement de la force de l’OTAN.

 

Auparavant, elle devra participer participer à des entraînements spécifiques et obtenir la qualification opérationnelle internationale qui lui permettra d’effectuer sa tâche.

 

Référence : Info Defensa (Espagne)

Repost 0
2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 12:35
L’Inde veut des missiles BrahMos sur ses futurs sous-marins

2 octobre 2013. Portail des Sous-Marins

 

Les compétiteurs occidentaux pourraient devoir affronter une compétition plus acharnée de la part des Russes, dans l’appel d’offres qui sera lancé par l’Inde pour l’achat de 6 sous-marins classiques. Le ministère indien de la défense exige que les sous-marins proposés soient capables de lancer le missile de croisière BrahMos, de conception indo-russe.

 

La Defence Research and Development Organisation, qui fabrique le missile en commun avec la Russie, a persuadé le ministère d’insérer cette exigence dans l’appel d’offres, qui devrait être lancé vers la fin de l’année.

 

DCNS, Navantia et HDW vont proposer leurs sous-marins. De leur côté, les Russes ont déjà informé ce mois-ci la marine indienne que les sous-marins de la classe Amur pourraient lancer le missile BrahMos avec peu de modification.

 

Aucun responsable de DCNS, Navantia ou HDW n’a fait de commentaire sur la capacité de leurs modèles respectifs à lancer le missile.

 

Référence : Defense News (Etats-Unis)

Repost 0
2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 11:50
Navantia and US Navy Sign Service Contract for Four Destroyers

October 01, 2013 by Navantia - naval-technology.com

 

Navantia has signed a service contract with the US Navy for four destroyers, which will be deployed during 2014 and 2015 in the Naval Base of Rota, as part of the BMDl, according to the agreement reached between both governments in 2011 and signed in 2012. The contract includes the maintenance of these units in the periods of immobilization in Rota, and has a duration of one year, plus six optional years.

 

Navantia's experience in the design, construction and maintenance of the ships, as well as its excellent infrastructure and workforce skill capacity, have been decisive for the adjudication of this contract.

 

Likewise, the attainment of this contract with the US Navy, with the highest level of requirements, gives Navantia substantial international prestige, guaranteeing its leading position in naval military construction.

Repost 0
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 07:35
Navantia Sets the First Landing Craft for Australia Afloat

September 17, 2013 defense-aerospace.com

(Source: Navantia; issued September 16, 2013)

 

Navantia has set afloat, today at 12:00, the first of the series of twelve fast landing crafts that is building for the Royal Australian Navy. The design of these ships is based on the ones built by Navantia for the Spanish Navy and commissioned from 2006 to 2008.

 

The contract, signed in December 2011, includes the total construction in Navantia in the Bay of Cádiz, and means a workforce of 350,000 hours.

 

The landing crafts are destined to operate with the ALHD “Canberra” and ALHD “Adelaide”, strategic projection ships, similar to LHD ”Juan Carlos I”, also built by Navantia. Commissioning of the four first units is scheduled for April 2014.

 

The main characteristics of the ships are:

 

- Lenght overall: 23.30 m.

- Floatation lenght: 21.27 m.

- Width: 6.40 m.

- Depth: 2.80 m.

- Propulsion: two 809 kW diesel engines, two waterjets propellers

- Speed: more than 20 knots

- Autonomy: 190 miles at full load

- Loading capacity flexibility: Abrams vehicle, several Army vehicles, fusiliers’ company or 20 feet container truck.

 

Australia is a strategic country for Navantia, regarding the number of naval programs, where Navantia presents as a solid and safe option. Recently, Navantia has created Navantia Australia Pty, as a proof of our commitment in the country.

Repost 0
12 juillet 2013 5 12 /07 /juillet /2013 16:50
Spanish Navy Sub Begins Sea Trials After Refit

July 9, 2013 Source: Navantia

(Issued in Spanish; unofficial translation by defense-aerospace.com)

 

The Submarine S-73 "Mistral" Begins Its Sea Trials

 

Navantia has begun, on July 4, the sea trials of the submarine S-73 'Mistral', which marks the beginning of the final phase of the major refit work carried out at the Cartagena Shipyard.

 

A total of eight sailings are scheduled for this month (July) to complete all the tests. The goal is for the submarine to be delivered to the Spanish Navy in the month of September, ready to sail for another five years.

 

The 'Mistral' has remained on the premises of the Navantia-Cartagena facility for 18 months, and in the work tied to the fourth major refit of this submarine more than 200 people have been involved, including Navantia personnel and from subcontractors.

 

The submarine 'Mistral' is the third vessel in the series of four units of the Agosta class. It was launched on November 14, 1983 and was delivered to the Navy on June 5, 1985. It is the fourth time that a major refit is carried out on this submarine.

Repost 0
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 19:35
Coopération dans la défense entre le Vietnam et l'Espagne

13/06/2013 vietnamplus.vn

 

Le vice-ministre vietnamien de la Défense, le général de corps d'armée Nguyên Huu Duc, a reçu jeudi à Hanoi M. Alfonso Tena, ambassadeur d'Espagne au Vietnam, et les représentants du groupe espagnol Navantia.

 

Le diplomate espagnol a annoncé les résultats des négociations entre ce dernier groupe et le Département général de l'industrie de défense et plusieurs organismes relevant du ministre vietnamien de la Défense.

 

Les deux parties ont estimé que la coopération dans la défense entre les deux pays s'est approfondie dans divers domaines. Le groupe Navantia possède une riche expérience dans la construction navale et coopère avec plusieurs pays partenaires, dont le Vietnam.

Repost 0
27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 18:50
Spain’s New S-80 Sub Too Heavy to Surface

May 27, 2013 defense-aerospace.com

 

(Source: Daily Telegraph; published May 22, 2013)

 

£2 Billion Spanish Navy Submarine Will Sink to Bottom of Sea (excerpt)

 

A new submarine commissioned by the Spanish navy at a cost of 2.2 billion euros has been discovered to contain a serious design flaw – it is too heavy and will sink like a stone.

Miscalculations at the engineering stage have been blamed for a two-year delay in delivery of the first of four submarines commissioned from Spain's state-owned shipbuilder Navantia.

Last month it emerged that the Isaac Peral sub – part of the new S-80 series and named in honour of the Spanish man credited by some as the inventor of the underwater vessel – was at least 75 tons overweight, an excess that could compromise its ability to surface after submerging.

Navantia admitted the existence of "deviations related to the balance of weight" in the vessel and estimated it would take up to two years more to correct the problem.

The 233ft vessel may have to be lengthened to compensate for the excess weight, a redesign that comes with an estimated cost of 7.5 million euros per extra metre.

The shipbuilders based in Cartagena, southern Spain, are now seeking "technical experts from abroad" to advise in the redesign of what was billed as the "most modern conventional submarine". (end of excerpt)


Click here for the full story, on the Daily Telegraph website.

Repost 0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 16:50
Navantia s’appuyera sur une entreprise américaine pour évaluer les problèmes du sous-marin S-80

24 mai 2013 Par Rédacteur en chef. PORTAIL DES SOUS-MARINS

 

Navantia s’appuiera sur la collaboration de l’entreprise américaine Electric Boat pour évaluer les problèmes techniques apparus sur le sous-marin S-80 et effectuer une révision du programme.

 

L’annonce en a été faite par le secrétaire d’état à la défense, Pedro Argüelles, devant le Congrès des Députés.

 

Argüelles a ajouté que les problèmes rencontrés sur le système de propulsion et dans le poids du sous-marins, entraineront un retard de 1 à 2 ans, mais qu’il n’est envisagé pour le moment aucune autre modification, et que le plafond de dépense est maintenu à 2,135 milliards €.

 

« Ce programme est un projet à long terme, dans lequel notre pays a décidé d’affronter les risques technologiques qu’il implique, » a expliqué le secrétaire d’état. « L’objectif final, que nous ne devons pas perdre de vue, a-t-il ajouté, est de parvenir à l’autonomie et à l’avantage opérationnel pour nos forces armées, et de parvenir à ce que l’Espagne dispose dans ce domaine d’une capacité industrielle et technologique de pointe. »

 

Arguelles a ajouté que les forces sous-marines étaient « une priorité » pour les Forces armées, et que, par conséquent, le retard du programme S-80 obligeait à réaliser le grand carénage du sous-marin Tramontana dans le chantier naval de Navantia pour ne pas perdre de capacités.

 

Référence : Info Defensa (Espagne)

Navantia s’appuyera sur une entreprise américaine pour évaluer les problèmes du sous-marin S-80
Repost 0
19 avril 2013 5 19 /04 /avril /2013 07:50
photo navantia.es

photo navantia.es

 

CARTAGENA, Spain, April 18 (UPI)

 

Spanish shipbuilder Navantia has floated the Spanish navy's S-73 submarine, the Mistral, after finishing 80 percent of its dry dock overhaul.

 

Dry dock work on the vessel is being conducted at the company's shipyard in Cartagena and, when completed, will give the submarine another five years of service life.

 

The S-73 is a diesel-powered vessel with a surface speed of 12 knots and a submerged speed 10.5 knots. It entered service with the Spanish navy in 1977.

 

The dry dock overhaul involved dismantling the submarine, replacing components and equipment in poor condition and then reassembling the vessel. Navantia said more than 15,000 pieces of equipment were removed and inspected, as well as its hull.

 

Mistral is docked at the shipyard for the remainder of the overhaul, which includes completion of assembly and testing at port and at sea.

 

The vessel is scheduled to be returned to the Spanish Navy in September, Navantia said.

Repost 0
30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 13:50

Scorpene source DCNS

 

30/01/2013, Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

La Norvège souhaite renouveler sa flotte de sous-marins. les groupes allemand TKMS, français DCNS et espagnol Navantia devraient être les favoris de cette future compétition, qui aura des conséquences sur une éventuelle consolidation industrielle.

 

Ce sera l'une des compétitions clé pour l'industrie navale dans le domaine des sous-marins. Elle pourrait effectivement donner un avantage dans le cadre d'une éventuelle future consolidation des chantiers navals en Europe... attendue depruis une dizaine d'années. Une bagarre qui aura pour cadre les eaux glacées de la Norvège, qui a lancé à la fin de l'année dernière une demande d'information (RFI) pour le renouvellement de sa flotte de sous-marins allemands construits par le groupe TKMS au début des années 80. Objectif, acquérir à terme entre quatre et six sous-marins pour remplacer ceux de la classe ULA. En attendant le lancement d'un appel d'offre international vraisemblablement en 2014, trois groupes favoris se détachent : l'allemand TKMS, avec son partenaire suédois Kockums, le français DCNS et l'espagnol Navantia. TKMS devrait proposer l'U214, voire l'A26 de sa filiale suédoise. DCNS devrait concourrir avec le Scorpène tandis que Navantia proposera le S80 avec son système de combat de l'américain Lockheed martin.

 

TKMS, DCNS et Navantia ont des références en Norvège

 

"Les trois groupes ont de références en Norvège mais TKMS joue pratiquement à domicile avec sa flotte de sous-marins en service dans la Marine royale norvégienne", explique un bon connaisseur des affaires de la défense. TKMS a une longueur d'avance puisque non seulement il a vendu les sous-marins de la classe ULA mais il les entretient. D'où une certaine proximité avec l'état-major de la marine norvégienne. Mais DCNS et Navantia ont leurs cartes à jouer. Le groupe naval tricolore a pleinement réussi son premier test avec la marine norvégienne. Il a livré en novembre dernier à la Marine royale norvégienne le cinquième patrouilleur rapide P965-Gnist. Le programme Skjold est piloté par le consortium du même nom (Skjold), regroupant DCNS qui intervient en qualité de co-fournisseur et d'autorité de conception du système de combat, et deux contractants locaux, le chantier naval UMOE Mandal et la société Kongsberg Defence & Aerospace. Le groupe tricolore aspire à passer à la vitesse supérieure. Pour sa part, Navantia a mené à bien le programme des cinq frégates norvégiennes du type F310, notifié en 2000.

 

Le système d'armes, juge de paix

 

L'une des clés de cette future compétition sera le système d'armes. Si DCNS dispose d'un bon missile anti-navire l'Exocet SM39, il pourrait proposer le Scalp naval à condition d'effectuer de (couteux ?) travaux d'intégration sur le Scorpène. TKMS et Navantia proposeront le missile anti-navire américain Harpoon. Mais Oslo pourrait demander d'intégrer dans les offres le missile anti-navire local Naval Strike Missile (NSM) d'une portée de 200 km en vue de favoriser son industriel Kongsberg, qui a développé ce missile en partenariat avec EADS. "L'intégration du missile sera l'un des fils d'Ariane de cette compétition", estime-t-on.

Repost 0
20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 07:40

submarines-S304-Uthaug-and-S305-photo-Petr--merkl-Wikipedi.JPG

submarines S304 Uthaug and S305

photo Petr Šmerkl, Wikipedia

 

20/06/2012 MER et MARINE

 

La marine norvégienne a, semble-t-il, émis une demande d'informations dans le cadre du programme de modernisation de sa force sous-marine. Oslo prépare, en effet, le remplacement de ses six bâtiments de la classe Ula (type 210 allemand), qui vont être modernisés pour rester en service jusqu'en 2020.

 

Dans cette perspective, plusieurs groupes européens devraient proposer leurs produits. On pense au Français DCNS, déjà présent en Norvège, où il achève, au travers d'un consortium avec le chantier Umoe Mandal et le groupe Kongsberg Defence & Aerospace le programme des patrouilleurs à effet de surface du type Skjold. Les Allemands sont également bien positionnés puisqu'ils ont non seulement réalisé les Ula, entre 1989 et 1992, mais HDW a également décroché l'an dernier un contrat de soutien pour les sous-marins de cette classe.

 

L'Espagnol Navantia, qui cherche un premier contrat export pour son S-80, devrait également proposer ses services.

 

Longs de 59.4 mètres pour un déplacement de 1150 tonnes en plongée, les Ula sont armés par 21 marins et peuvent mettre en oeuvre 14 torpilles. Ils devaient initialement être remplacés entre 2010 et 2015 par de nouvelles unités étudiées en commun avec la Suède et le Danemark. Mais la Norvège s'est finalement retirée en 2002 de ce projet, baptisé Viking, et a décidé, en attendant qu'une décision soit prise quant à leur succession, de prolonger la durée de vie de ses sous-marins.

Repost 0
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 16:55
Navantia prévoit que la crise espagnole affectera la livraison des sous-marins S-80

 

 

16 juin 2012 Par Rédacteur en chef. PORTAIL DES SOUS-MARINS

 

Le programme de sous-marins espagnols S-80 souffrira à nouveau des conséquences de la crise économique qui touche actuellement l’Espagne. Le directeur du chantier naval Navantia a confirmé que la conjoncture actuelle touchera de nouveau le développement de ce projet.

 

Le directeur du chantier, Manuel Filgueira, a reconnu que la construction des 4 sous-marins pour la marine espagnole souffrait à nouveau des conséquences de la crise économique.

 

« Je ne peux dire aujourd’hui quelles seront les conséquences concrètes de la crise économique sur le programme S-80, mais nous sommes conscients que, d’une manière ou d’une autre, nous les remarquerons, » a expliqué Filgueira.

 

Le programme S-80 a déjà connu plusieurs retards. Au départ, le 1er sous-marin devait être livré en 2012. Cette date a ensuite été repoussée à la fin 2013. Actuellement, Navantia prévoit que le 1er sous-marin ne sera livré qu’en mars 2015. La mise à l’eau et le début des essais sont programmés pour mai 2013.

 

Référence : Info Defensa (Espagne)

Repost 0
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 11:45
Navantia propose son sous-marin S-80 à la Norvège

 

16 juin 2012 Par Rédacteur en chef. PORTAIL DES SOUS-MARINS

 

Le royaume scandinave s’intéresse au sous-marin espagnol dans le cadre d’une étude préliminaire sur ses besoins futurs.

 

La Norvège rejoint la liste des pays qui s’intéressent au sous-marin espagnol S-80 de Navantia. Celle-ci remettra prochainement des informations techniques demandées par la marine norvégienne. Cette demande d’informations intervient dans le cadre d’une étude préliminaire destinée à définir ses besoins en sous-marins pour le futur.

 

Selon certaines sources, la Norvège pourrait prendre une décision en 2015 ou 2016. Plusieurs possibilités sont envisagées, entre la prolongation de la vie opérationnel de ses sous-marins actuels jusqu’à leur remplacement — complet ou partiel — par de nouveaux sous-marins. Outre les S-80 espagnols, les norvégiens sont aussi intéressés par des sous-marins suédois, allemands et français.

 

Référence : La Verdad (Espagne)

Repost 0
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 07:15
Training for Spanish S-80 Programme is Started

 

May 10, 2012 defpro.com

 

The Spanish Navy has started the first phase of training for S-80 submarines program. It will last 122 days and it is scheduled to last until the end of October.

 

This phase focusses on the platform simulator, including the description of the facilities, operational procedures, training, maintenance and operation.

 

It is to highlight the straight collaboration between Navantia and the Submarine Naval Base, optimizing sinergies and developing the adequate communication channels.

Repost 0
5 mars 2012 1 05 /03 /mars /2012 08:50
El almirante Verma, en primer término, en el simulador de los submarinos S-80. ARMADA

El almirante Verma, en primer término, en el simulador de los submarinos S-80. ARMADA

 

 

4 mars 2012 Par Rédacteur en chef. PORTAIL DES SOUS-MARINS

 

L’amiral Nirmal Verma, chef d’état-major de la marine indienne, a visité vendredi la base sous-marine espagnole de Carthagène.

 

L’amiral Verma a ainsi visité l’école des sous-marins, où sont formés les futurs sous-mariniers et où les équipages s’entraînent sur des simulateurs.

 

Nirmal Verma a aussi visité le chantier naval de Navantia, où sont construits les sous-marins de la classe S-80. La marine indienne est cliente de l’entreprise espagnole qui construit dans un chantier naval local, avec DCNS, 6 sous-marins de la classe Scorpène. De plus, Navantia lui propose de construire 6 autres de la classe S-80.

 

Référence : La Verdad (Espagne)

Repost 0
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 08:10
La marine espagnole attribue les noms des sous-marins du type S-80

 

 

13/02/2012 MER et MARINE

 

L'Armada a révélé les noms qu'elle comptait donner à ses quatre futurs sous-marins du type S-80. Les bâtiments seront baptisés en hommage à des personnalités historiques de la sous-marinade espagnole. Le premier s'appellera Isaac Peral (1851 - 1895), marin espagnol précurseur dans la construction de submersibles, alors que le second et le troisième S-80 rendront hommage à deux ingénieurs, Narcís Monturiol (1819 - 1885) et Cosme García (1818 - 1874). Le quatrième de la série prendra, quant à lui, le nom de Mateo García de los Reyes (1872 - 1936), ancien amiral des forces sous-marines espagnoles.

 

Développés par Navantia, les quatre S-80 ont été commandés en 2004 par la marine espagnole. Mis sur cale fin 2007 aux chantiers de Carthagène, le S 81, tête de série de ce programme, devrait être livré en 2015. Ses sisterships doivent, ensuite, être achevés au rythme d'un sous-marin tous les ans. Conçu comme un bâtiment océanique, le S-80 est le plus gros sous-marin conventionnel développé en Europe. Long de 71.05 mètres, il affichera un déplacement de 2200 tonnes en surface et 2426 tonnes en plongée. Capable d'atteindre 19 noeuds, il sera équipé de trois moteurs diesels de 1200 kW et un moteur électrique de propulsion. A cela s'ajoutera un nouveau système de propulsion anaérobie spécialement conçu pour ce programme par Navantia, Hamilton Sundstrand et Hyndergreen. D'une puissance de 300 kW, cet AIP fonctionnera au bioéthanol. Le carburant sera transformé en hydrogène et en oxygène liquide dans un réservoir cryogénique fourni par Air Liquide. Permettant de s'affranchir momentanément d'une navigation au schnorchel pour recharger les batteries, ce système augmentera significativement l'autonomie du sous-marin en plongée. Celle-ci devrait être d'au moins 15 jours à la vitesse de 4 noeuds. Selon les sources, le sous-marin pourrait rester jusqu'à 20 à 30 jours immergé.

 

Produit espagnol, le S-80 a été conçu dans le pur « esprit OTAN ». Il s'appuie notamment, au niveau de l'électronique et de l'armement, sur des équipements américains. Ainsi, le système de combat SUBICS est développé en partenariat avec Lockheed-Martin. Le sous-marin sera, en outre, doté de deux mâts optroniques et d'une suite sonar complète (EDO, Socilsub et Solarsub). Très automatisé, son équipage ne comprendra que 31 hommes. Pendant les périodes de transit, seul trois opérateurs, utilisant des consoles multifonctions, seront nécessaires à la conduite du bâtiment. En matière d'armement, le S-80 disposera de six tubes de 533mm, répartis en deux rangées superposées (4+2). Fournis par le Britannique Babcock, le système de lancement d'armes permettra de tirer des torpilles lourdes DM 2-A, des missiles antinavire Harpoon et, le cas échéant, des missiles de croisière Tomahawk. Si ce type d'armement est acquis auprès des Etats-Unis, l'Espagne deviendra la seconde nation d'Europe, après la Grande-Bretagne (et avant la France à partir de 2017), à pouvoir lancer des missiles de croisière depuis ses sous-marins. On notera que le S-80 sera aussi capable de mouiller des mines.

 

Enfin, des logements supplémentaires sont prévus pour 8 commandos, permettant au bâtiment de servir aux opérations spéciales.

 

En dehors de la marine espagnole, qui prévoit de disposer à terme de 6 sous-marins pour remplacer ses 4 Daphné déjà désarmés et ses 4 Agosta encore en service, Navantia espère, avec le S-80, remporter des succès à l'export. Ce produit a déjà été proposé à plusieurs pays mais le constructeur espagnol sera sans doute mieux placé pour le vendre une fois achevés les essais et la mise au point de la tête de série.

Repost 0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 08:25
Le ministre espagnol de la défense « vend » le sous-marin S-80 à l’Australie

 

 

6 février 2012 Par Rédacteur en chef. PORTAIL DES SOUS-MARINS

 

Navantia construit déjà 2 bâtiments de projection stratégique pour l’Australie, et lui a vendu les plans d’une frégate basée sur la frégate F-100 espagnole.

 

Le ministre espagnol de la défense, Pedro Morenés, a profité de son premier sommet de l’OTAN pour militer auprès de l’Australie pour la vente du sous-marin S-80. Lors d’une de ses rencontres bilatérales, Morenés a rencontré son homologue australien, Stephen Smith, avec lequel il a évoqué une telle possibilité. Navantia construit déjà 2 bâtiments de projection stratégique — type “Juan Carlos I” —, et lui a vendu les plans d’une frégate basée sur la frégate F-100 espagnole.

 

L’Australie prévoit de rénover sa flotte de sous-marins par l’achat de 12 sous-marins d’ici 2025. Navantia construit actuellement les 4 premiers sous-marins S-80 pour la marine espagnole au chantier naval de Carthagène. Selon Navantia, le gouvernement australien se serait intéressé en décembre dernier au S-80.

 

Référence : ABC (Espagne)

Repost 0
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 13:50
La marine espagnole maintient le calendrier de ses sous-marins S-80

 

Vue du futur S80, réalisé pour la marine espagnole - crédits Navantia

10 janvier 2012 Par Rédacteur en chef. PORTAIL DES SOUS-MARINS

« La construction et la livraison des sous-marins se poursuit comme elle était prévue ». L’amiral d’Action Maritime (Almart), Javier Franco Suanzes, a rassuré le chantier naval Navantia de Cartagena, compte-tenu des réductions budgétaires actuelles.

L’amiral Franco Suanzes a indiqué que le 1er des 4 sous-marins S-80 serait lancé en mai 2013, et qu’il serait livré à la marine espagnole en mars 2015. Ensuite, 20 mois plus tard, la marine recevra le 2è sous-marin, le 3è 17 mois plus tard et le dernier 14 mois après.

L’amiral a ajouté que le simulateur est déjà opérationnel à la base sous-marine de Carthagène. Le premier cours de formation aura lieu en mai prochain.

« La formation officielle du 1er équipage aura lieu en juillet, et le 2è en décembre. Par conséquent, la marine n’envisage pas de modifier le calendrier prévu », a assuré l’amiral Franco Suanzes.

Référence : La Verdad (Espagne)

Repost 0
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 12:15

http://fotos00.laopiniondemurcia.es/fotos/noticias/646x260/2011-10-04_IMG_2011-10-04_22:53:05_xca009car001.jpg

photo laopiniondemurcia.es

 

5 octobre 2011 Par Rédacteur en chef. PORTAIL DES SOUS-MARINS

 

Les équipages des futurs sous-marins espagnols de la classe S-80 pourront bientôt commencer à s’entraîner. La base sous-marine de Carthagène a reçu le simulateur de navigation qui permettra d’entraîner l’équipage à la maitrise de ce sous-marin dans toutes les situations et conditions de navigation.

 

Le simulateur permet de simuler des avaries et défaillances des différents équipements et systèmes du sous-marin, ainsi que des situations d’urgence qui exigent une réaction immédiate de l’équipage.

 

Les nouveaux sous-marins S-80 seront équipés d’un système de contrôle de la plateforme et d’un système de barres, qui intègrent les dernières avancées technologiques. Le sous-marin pourra ainsi naviguer avec un équipage réduit.

 

L’équipage devra parvenir à un niveau d’entraînement exceptionnel. Ce niveau ne pourra être atteint qu’au travers d’exercices sur le simulateur, où se reproduisent de la façon la plus proche de la réalité, le fonctionnement du sous-marin et les incidents qui peuvent survenir pendant sa navigation.

 

Référence : La Opinión de Murcia (Espagne)

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories