Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 08:45
Protea is demo platform for Camcopter

Protea is demo platform for Camcopter

 

28 October 2015 by defenceWeb

 

Last week saw Austrian company Schiebel successfully undertake trials with its Camcopter S-100 unmanned air system (UAS) using the SA Navy hydrographic vessel, SAS Protea, in False Bay.

 

In a statement the Austrian manufacturer, which also produces a range of defence and humanitarian products, said: “The maritime environment hold unique demands for both situational awareness and timely communications. The Camcopter S-100 is an asset that meets these requirements, specifically with its ability to persistently extend the electronic ears and eyes of maritime commanders to operational ranges well beyond those on sensors on board.

 

“The SA Navy as well as representatives of other South African government authorities had the opportunity to see these capabilities for themselves at sea offshore Naval Base Simon’s town.

 

The S-100 conducted all flights from the aft deck of the SAS Protea, a Hecla class deep-ocean hydrographic survey vessel. Turbulent head and crosswinds beyond 25 knots, limited deck size as well as lack of NATO landing grid represented exceptional challenges during the trials.

 

The unmanned helicopter effortlessly conducted automatic take-offs and landings and all other required manoeuvres, thanks to its integrated GPS-independent positioning system, enabling pinpoint precision at a high dynamic range.

 

During the trials the payload chosen and demonstrated was the Selex ES SAGE Electronic Support Measure (ESM) system, allowing the Camcopter S-100 to detect, identify and geo-locate radio frequency sources while routinely operating out to 200 km or remaining on-station for periods of more than six hours.

 

“This system provides the right support for maritime surveillance missions or anti-piracy operations in which the SA Navy is interested,” the Vienna headquartered company said.

 

Camcopter is a rotary-winged vertical take-off and landing (VTOL) UAS that needs no specially prepared area or supporting launch or recovery equipment. It can operate 24/7 with a beyond line-of-sight capability out to 300km, on land and at sea.

 

The S-100 navigates via pre-programmed GPS waypoints or is operated with a pilot control unit. Missions are planned and controlled via a point-and-click graphic user interface. High-definition payload imagery is transmitted to the control station in real time. Using "fly-by-wire" technology controlled by a triple-redundant flight computer, the UAS can complete its mission automatically. Its carbon fibre and titanium fuselage provides capacity for a wide range of payload/endurance combinations up to a service ceiling of 18,000 foot. In its standard configuration, the Camcopter S-100 carries a 34 kg payload up to 10 hours and is powered by either Avgas or heavy fuel.

Repost 0
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 08:35
SA Navy to attend India's International Fleet Review

 

27 October 2015 by Dean Wingrin - defenceWeb

 

The South African Navy (SA Navy) has accepted an invitation from the Indian Navy to participate in the Indian International Fleet Review next year.

 

Over 100 warships and submarines from 60 countries are expected to take part in the naval event which will be held at Visakhapatnam in the Indian state of Andhra Pradesh on February 6, 2016. This city, on the Indian east coast, is headquarters of the Eastern Naval Command of the Indian Navy.

 

The South African and Indian navies have a close relationship, with both services being members of the Indian Ocean Naval Symposium (IONS) as well as being partners, together with Brazil, in the IBSAMAR series of biennial naval exercises that takes place along the South African coast.

 

The International Fleet Review is being hosted by India to build better relationships with other nations. This will be the first time India will host an International Fleet Review, with all previous reviews having the status of Presidential Fleet Review.

 

An Indian Ministry of Defence spokesperson said “a Naval Fleet Review is a long-standing tradition of navies world-over. The Review was conceived as a show of naval might and readiness for battle. In India, thus far, 10 Reviews have been held, with the first in 1953 and the latest in 2011. The Review aims at assuring the country of the Indian Navy’s preparedness, high moral and discipline.”

 

Whilst the SAN has still to confirm the actual vessel that will make the 9,000 km (4,900 nm) voyage to the Indian sub-continent, it is likely the honour will fall to the frigate SAS Spioenkop (F147). Spioenkop is no stranger to Asia, having conducted a three month, six-country visit to the Far East, including China, during 2008.

 

Expected to depart Naval Base Simon’s Town on January 16, the frigate will transit to India via Mauritius and will participate in naval exercises with the Indian Navy. The two to three month expedition will return to South Africa via Sri Lanka and Tanzania (Dar es Salaam).

 

Other planned activities surrounding the Review at Visakhapatnam include an International Maritime Conference and an Exhibition on Naval Systems. It has not yet been confirmed if the Chief of the SA Navy, Vice Admiral Mosuwa Hlongwane, will join the other Navy Chiefs attending the review.

Repost 0
28 octobre 2015 3 28 /10 /octobre /2015 17:35
HMNZS TE MANA - F111 (ANZAC class frigate) - photo RNZN

HMNZS TE MANA - F111 (ANZAC class frigate) - photo RNZN

 

October 26, 2015 By Lockheed Martin - defencetalk.com

 

Lockheed Martin Canada marked an important milestone toward modernizing the Royal New Zealand Navy’s two ANZAC Class ships. The company announced that the ANZAC frigate systems upgrade project has successfully completed the combat system critical design review on schedule and to New Zealand’s satisfaction. The government-mandated review proves a contractor’s progress and planning for all elements of a program. It covered in detail all of Lockheed Martin Canada’s plans for shipboard systems and designs. With the successful review, Lockheed Martin Canada can begin implementing detailed designs and plans for the system’s key components, which will in turn lead to ship installation. The milestone is the latest achievement for Lockheed Martin Canada’s ANZAC team in the 16 months since contract award.

 

Read more

Repost 0
28 octobre 2015 3 28 /10 /octobre /2015 08:35
Austal has launched a high speed support ship it is building for Oman. Austal photo.

Austal has launched a high speed support ship it is building for Oman. Austal photo.

 

Oct. 26, 2015 By Richard Tomkins (UPI)

 

HENDERSON, Australia-- Austal, the Australian shipbuilder, has launched a high speed support vessel being built and outfitted for the Royal Navy of Oman. The vessel is 236.2 feet in length and was launched Saturday from the company's facility in Henderson, South Australia, after 13 months of construction work. The future RNOV Al Mubshir will complete final fitting before sea trials. It will be delivered next year.

Read more

Repost 0
28 octobre 2015 3 28 /10 /octobre /2015 08:30
The amphibious assault ship USS Kearsarge (LHD-3) will participate in Egemen 2015. U.S. Navy photo by Mate 3rd Class Jose E. Ponce.

The amphibious assault ship USS Kearsarge (LHD-3) will participate in Egemen 2015. U.S. Navy photo by Mate 3rd Class Jose E. Ponce.

 

Oct. 26, 2015 By Ryan Maass (UPI)

 

WASHINGTON, -- Amphibious forces from the U.S. Navy and Turkey began participating in Egemen 2015, a naval training exercise, on Saturday. The exercises will be planned by a combined Turkish-U.S. staff, and will include tactical level training ashore in addition to amphibious landing, and other elements of amphibious warfare. The U.S. will commit the USS Kearsarge and part of the 26th Marine Expeditionary Unit to the exercise.

Read more

Repost 0
27 octobre 2015 2 27 /10 /octobre /2015 17:50
Le F930 Léopold I rejoint le porte-avions italien ITS Cavour, navire état-major de la flotte européenne dans la Méditerranée

Le F930 Léopold I rejoint le porte-avions italien ITS Cavour, navire état-major de la flotte européenne dans la Méditerranée

 

27/10/2015 Texte & photos : F930 Leopold I

 

Après une période de préparation réussie, le F930 Léopold I a rejoint le porte-avions italien ITS Cavour, navire état-major de la flotte européenne dans la Méditerranée. Il s’est rendu ensuite vers les zones de l’opération Sophia afin d’y mener ses premières patrouilles.

 

Depuis une semaine, le Léopold I fait donc partie de l’escadre EUNAVFOR MED, patrouillant dans les eaux internationales au large de la Lybie. Le navire dispose d’atouts bien particuliers pour l’exécution d’une telle mission. L’hélicoptère, les radars à longue portée et autres senseurs performants sont des outils indispensables à la surveillance d’une zone d’opération d’une telle ampleur et à la détection de potentiels passeurs de migrants. Ces moyens, partagés à l’échelle de l’escadre, permettent à la flotte de se faire une idée de la situation en mer.

 

Le capitaine de frégate Luc De Maesshalck et le personnel clé du Léopold I ont été invités à bord du Cavour pour un briefing de coordination. Les plans et les aspects de la mission y ont été présentés, couvrant différents domaines d’importance. Après une visite du commandant de l’escadre à bord de la frégate, le personnel du Léopold I a pu déjà faire montre de professionnalisme, coordonnant hélicoptère et équipes d’abordage lors d’une simulation d’interception d’un navire de passeurs.

 

Dès son arrivée effective dans la zone, le Léopold I a effectué un exercice de sauvetage de migrants en compagnie du patrouilleur britannique HMS Enterprise. Ceci, pour familiariser l’équipage aux procédures de recensement, de fouille, d’interrogatoire, d’aides médicale et psychologique, tout en profitant de l’expérience du patrouilleur.

 

Le ravitailleur allemand, FGS Berlin, contribue régulièrement à l’ininterruption des activités de toute l’escadre sur la zone d’opération par des réapprovisionnements en carburant. Discipline et concentration sont exigées afin de mener ces manœuvres délicates dans une mer pouvant être houleuse.

 

La flexibilité du Léopold I exige, en effet, un maintien du niveau opérationnel dans tous ces domaines en vue d’effectuer n’importe quelle mission. Ses heures de patrouille sont ponctuées par des exercices quotidiens allant des manœuvres de récupération d’hommes à la mer, en passant par la lutte contre les incendies et le contrôle des dommages lors de combats, aux exercices de tir au canon ou à l’arme légère.

 

Dans les prochains jours, la frégate fera escale afin que le personnel puisse se reposer et se réapprovisionner. Cette première période aura permis à l'équipage de se familiariser avec la zone d’opération, l’escadre et ses procédures. En y réaffirmant sa présence, le Léopold I restera en alerte, pouvant intervenir dès que nécessaire.

Simulation d’interception d’un navire de passeurs par le Léopold I, coordonnant hélicoptère et équipes d’abordage

Simulation d’interception d’un navire de passeurs par le Léopold I, coordonnant hélicoptère et équipes d’abordage

Repost 0
27 octobre 2015 2 27 /10 /octobre /2015 17:45
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

23 Octobre 2015 Source : Marine nationale

 

Du 30 septembre au 15 octobre 2015, l’Aconit a participé à la 21e édition de l’exercice franco-marocain Chébec 2015. Cet exercice est devenu au fil des années un rendez-vous incontournable pour les deux marines.

 

L’Aconit a participé pour la deuxième année consécutive à cet exercice avec une frégate moderne de la marine royale marocaine, le Sultan Moulay Ismaïl, mise en service en 2012, et qui avait déjà participé à cette activité de coopération opérationnelle en 2013. Dans les airs, un hélicoptère de la flottille 22S a rejoint l’Aconit le 7 octobre, tandis qu’un Panther accompagnait la frégate marocaine.

 

L’entraînement est allé crescendo jusqu’à l’appareillage le 7 octobre. A ce stade, le capitaine de frégate (CF) Jean-Pierre Helluy, commandant l’Aconit a pris la tête du Task Group Chébec. Les deux bâtiments ont alors entamé un entraînement dense et progressif : aviation (crossdecks), sécurité (ASSISTANEX), déploiement de commandos par corde lisse, visites de bâtiments...

 

Après quatre jours de mer et d’entraînement intensif, le CF Helluy a transmis au capitaine de vaisseau Noureddine El Hafdi le commandement tactique des deux bâtiments. Une nouvelle phase s’est alors engagée. Une équipe d’animation franco-marocaine basée à Casablanca a envoyé des éléments sur un scénario que les équipages ont progressivement découvert. Ils ont notamment simulé une opération de lutte contre le trafic de drogue. Les navires suspects ont vite été arraisonnés et déroutés.

 

L’édition 2015 s’est achevée par un exercice de recherche et de sauvetage en mer mené en coopération par les deux bâtiments et leurs hélicoptères embarqués. Cette édition a prouvé la capacité des deux marines à coopérer en situation de crise et à faire progresser les échanges bilatéraux.

 

Cet exercice a également été l’occasion d’un VIP Day où l’Inspecteur de la marine royale marocaine a reçu le vice-amiral d’escadre Yves Joly, commandant de la zone maritime Méditerranée, à Casablanca confirmant ainsi les excellentes relations entre la marine française et la marine royale marocaine.

photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

Repost 0
27 octobre 2015 2 27 /10 /octobre /2015 17:45
Oxide 2015 - photo South African Navy

Oxide 2015 - photo South African Navy

 

26-10-2015 Noël Ndong - adiac-congo.com

 

La France et l’Afrique du Sud vont signer très prochainement un accord inter-gouvernemental qui prévoit des patrouilles maritimes communes dans le sud de l’océan Indien.

 

Il s’agit  de lutter contre la pêche illégale dans leurs Zones économiques exclusives (ZEE) respectives. Les moyens maritimes de l’Afrique du Sud consacrés à la surveillance de la pêche dans la ZEE sont insuffisants. Ce qui ne permet pas la surveillance de la pêche dans les ZEE, notamment celles voisines avec la France. Les deux pays partagent un intérêt commun pour la protection des ressources halieutiques.

 

L’accord devrait être signé d’ici la fin de l’année. Il sera similaire à celui conclu entre la France et l’Australie en 2011. Il permet des patrouilles communes qui font respecter les lois dans les ZEE et mers territoriales des deux pays. Il permet l’échange de personnel nécessaire pour faire appliquer les lois. Pour qu’un bâtiment de la marine nationale puisse faire respecter les lois sud-africaines dans la ZEE de ce pays, il embarquera un officier sud-africain, et vice versa.

 

Les bâtiments d’un pays pourront poursuivre, visiter et saisir les navires en infraction, sous couvert de l’officier de l’autre pays. Depuis que l’accord franco-australien est en place, la surveillance des ZEE des deux pays s’est accrue. Aucun navire n’a été surpris en action de pêche illégale. Les scientifiques ont constaté que la population de poissons augmentait.

Repost 0
27 octobre 2015 2 27 /10 /octobre /2015 17:45
photo EUNAVFOR

photo EUNAVFOR

 

October 26, 2015 EUNAVFOR

 

On Friday 23 October 2015 the five warships that are currently deployed with Operation Atalanta off the coast of Somalia met at sea in the Gulf of Aden.

 

Operation Atalanta’s flagship, ITS Carabiniere, was joined by Spanish warships, ESPS Victoria and ESPS Meteoro, Dutch warship HNLMS Groningen, and German warship, FGS Erfurt. The ships came together in a close-formation and practiced close-quarter manoeuvres.

 

The Force Commander, Rear Admiral Barbieri, took the opportunity to visit HNLMS Groningen and ESPS Meteoro for the first time since taking command of the force at sea at the start of October.

 

Rear Admiral Barbieri addressed both ships saying: “This is an important time for Operation Atalanta; the improving weather in the region means pirates may find it easier to get out to sea, therefore we have to remain vigilant.  There is a lot of hard work ahead, but during my visit today you have shown me that you are ready for the challenges that the coming months will bring.”

Repost 0
27 octobre 2015 2 27 /10 /octobre /2015 17:30
LCS (photo Lockheed Martin)

LCS (photo Lockheed Martin)

 

25/10/2015 Par Michel Cabirol  - LaTribune.fr

 

Les Etats-Unis vont vendre quatre frégates de type LCS (Lockheed Martin) à l'Arabie Saoudite pour un montant de 11,25 milliards de dollars.

 

Entre la France et les Etats-Unis, il n'y a pas photo en Arabie Saoudite. Quand Paris se bat depuis des mois et des mois pour vendre une trentaine de patrouilleurs pour 600 millions de dollars, Washington vise quant à lui des contrats de plus de 10 milliards de dollars. Car Ryad est prêt à acheter aux Etats-Unis quatre frégates dérivées du programme Littoral Combat Ship (LCS), des bâtiments de combat multi-missions (Multimission Surface Combatant), qui sont fabriqués par Lockheed Martin, ainsi que l'armement associé, pour un montant total de 11,25 milliards de dollars, dont 4,3 milliards pour le support. Et dire que les deux pays sont brouillés en raison de la politique arabe de Washington...

D'ailleurs le ministère de la Défense américain (DoD) est déterminé à approuver cette  vente FMS (Foreign Miliary Sales), une procédure de vente d'Etat à Etat. Cette vente va "améliorer la sécurité d'un partenaire régional stratégique, qui a été et reste une force importante de stabilité politique et de progrès économique au Proche-Orient", a précisé  l'Agence de défense, de sécurité et de coopération (DSCA). En guerre contre le Yémen soutenu par Téhéran, Ryad souhaite moderniser sa flotte au moment où les tensions s'accroissent très fortement dans la région, notamment dans le Golfe persique où les navires saoudiens sont confrontés aux bateaux iraniens à l'est du royaume.

 

De nombreux missiles à bord

La commande entre les deux alliés "brouillés" concernerait 532 missiles tactiques anti-aériens RIM-162 ESSM (Evolved Sea Sparrow Missiles) de Raytheon, dont 128 installés sur les quatre navires de guerre. En outre, les Multimission Surface Combatant (MMSC) seront dotés de 48 missiles anti-navires de type RGM-84 Harpoon Block II Missiles, de Boeing dont 32 installés et 16 destinés à des entraînements. Soit deux lanceurs par navire.

Repost 0
27 octobre 2015 2 27 /10 /octobre /2015 12:30
Photo DCNS

Photo DCNS

 

26.10.2015 Par François d'Orcival – Valeurs Actuelles

 

Diplomatie. Les Américains ont commis une erreur stratégique en condamnant l’arrivée au pouvoir du maréchal Sissi. Ils en paient le prix…

 

L’Élysée a donné l’information, Matignon le prix, le ministère de la Défense le calendrier : les deux BPC (bâtiments de projection et de commandement) que nous appelons Mistral et que les Russes avaient baptisés Sébastopol et Vladivostok vont donc être livrés à l’Égypte, en mars prochain, après entraînement de 400 marins égyptiens. Montant de la transaction : 950 millions d’euros (le dédommagement dû aux Russes pour la non-livraison des deux navires en raison de l’embargo aurait pu nous coûter 500 millions de plus). Mais qui va financer la commande égyptienne ? L’Arabie Saoudite ? Et si la vérité était bien plus percutante…

 

Lire la suite

Repost 0
27 octobre 2015 2 27 /10 /octobre /2015 08:35
USS Lassen (DDG-82) - photo US Navy

USS Lassen (DDG-82) - photo US Navy

 

27 octobre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Pékin - La Chine a vivement condamné mardi la présence d'un navire de guerre américain à moins de 12 milles d'îles artificielles que Pékin construit en mer de Chine méridionale, en dénonçant une menace pour (sa) souveraineté.

 

Le navire lance-missiles USS Lassen a navigué mardi matin (heure locale) dans les eaux entourant au moins une de ces îles revendiquées par la Chine dans l'archipel disputé des Spratleys, avait indiqué à l'AFP un responsable américain de la Défense.

 

Des manoeuvres confirmées peu après par les autorités chinoises, qui ont exprimé leur ferme opposition.

 

Ce navire est entré illégalement et sans permission de la Chine dans les eaux entourant ces îlots disputés, a déclaré Lu Kang, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, dans un communiqué publié sur l'internet.

 

Cela constitue une menace pour la souveraineté de la Chine et pour ses intérêts sécuritaires, a-t-il poursuivi, rappelant que le pays possédait une souveraineté indiscutable sur l'archipel et sur les eaux environnantes.

 

Pékin s'oppose absolument à ce qu'un pays tiers utilise la liberté de navigation et de survol comme un prétexte pour porter atteinte à la souveraineté nationale de la Chine ou à ses intérêts sécuritaires, a insisté M. Lu, ajoutant que le gouvernement chinois répondrait de façon résolue à toute action provocatrice.

 

De son côté, l'agence étatique Chine nouvelle, dans un commentaire au ton acerbe, a jugé que le passage du navire américain représentait une provocation ostensible (...) et une démonstration de force sous couvert de tester la liberté de navigation dans la région.

 

La Chine considère comme des eaux territoriales la zone des 12 milles autour de ces îles, construites sur des îlots qui affleurent parfois à peine.

 

Mais les Etats-Unis rejettent cette revendication, estimant que la Chine ne peut se construire ainsi une souveraineté sur ces eaux stratégiques.

 

La Chine revendique des droits sur la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale et y mène d'énormes opérations de remblaiement, accélérant depuis un an la transformation de récifs coralliens en ports, pistes et infrastructures diverses.

 

Les Etats-Unis et des pays d'Asie du Sud-Est redoutent un coup de force du géant chinois qui lui donnerait le contrôle sur l'une des routes maritimes les plus stratégiques du globe.

 

Les Spratleys, qui comprennent une centaine d'îlots et de récifs inhabités, sont revendiqués par le Vietnam, les Philippines, la Malaisie et Brunei.

Repost 0
27 octobre 2015 2 27 /10 /octobre /2015 08:35
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

26/10/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Partie de Nouméa le 21 septembre 2015, la frégate de surveillance Vendémiaire poursuit son déploiement dans le Pacifique. Cette campagne qui a lieu chaque semestre, s’inscrit dans le cadre de la mission de présence des Forces armées en Nouvelle-Calédonie (FANC) dans la zone Asie-Pacifique.

 

Elle vise principalement à entretenir notre connaissance de cette zone, à animer la coopération régionale avec les pays riverains et à parfaire l’entraînement opérationnel de l’équipage, tout en réaffirmant l’attachement de la France à la libre circulation en mer.

En eaux libres, les exercices étaient multiples : tirs, lutte contre les menaces asymétriques et contre les sinistres industriels, mise en œuvre de l’équipe de visite.

Pour sa première relâche opérationnelle, le Vendémiaire a fait escale à Madang en Papouasie Nouvelle Guinée. La présence du bateau a été l’occasion de fortifier la coopération mise en œuvre entre nos deux pays dans le domaine de la défense, coopération qui s’articule essentiellement autour de l’apprentissage de la langue française. À l’issue de cette escale, le bâtiment a mis le cap au Nord en direction des îles Mariannes.

Suite de l’article

Repost 0
26 octobre 2015 1 26 /10 /octobre /2015 11:55
Le porte-avions Charles de Gaulle est qualifié

 

16/10/2015 Sources : Marine nationale

 

Du 6 au 16 octobre, le porte-avions Charles de Gaulle a poursuivi sa remontée en puissance en effectuant une phase de remise à niveau opérationnelle (RANO) à la mer.

 

Cette étape vise à éprouver le bâtiment et ses marins dans tous les domaines de lutte.  Une quinzaine d’entraîneurs de la force d’Action navale est ainsi chargée d’organiser, de jour comme de nuit, une série d’exercices pour vérifier la bonne réaction de l’équipage, dont le tiers a été renouvelé cet été. Le Groupe Aérien Embarqué (GAé) était également associé à cet entraînement pour une phase importante de qualification des pilotes.  Douze avions Rafale et deux Super Etendard Modernisé ainsi que le personnel des flottilles ont pris part à cet entraînement, les exercices se sont succédés avec un niveau de difficulté croissant : intervention incendie, ravitaillement à la mer, lutte contre des menaces asymétrique, crash aéronef, détection et lutte contre menaces surface, sous-marines ou aériennes…  Les scénarii variés ont permis de tester l’équipage dans tous les domaines, de la navigation à la mise en œuvre des avions en passant par la sécurité, les opérations ou encore les systèmes de combat ou d’informations. A cette occasion,  le Charles de Gaulle a procédé au tir d’une salve de 4 missiles Aster 15, démontrant ainsi sa capacité à faire face à des menaces simultanées provenant de différentes directions. Les menaces étaient simulées par des cibles mises en œuvre depuis le centre d’essais missiles de l’île du Levant.

 

Une phase d’entraînement a également été dédiée à l’aéronautique navale afin que le porte-avions et ses aéronefs soient aptes à conduire, au sein du groupe aéronaval,  l’ensemble des missions opérationnelles qui  leur seraient confiées.

 

L'équipage du Charles de Gaulle a fait preuve tout au long de sa RANO d'un très grand professionnalisme. Au terme de deux semaines particulièrement denses, la qualification opérationnelle du bâtiment et de son équipage a été confirmée ainsi que la capacité du porte-avions à mettre en œuvre les aéronefs de la Marine nationale dans d'excellentes conditions.

 

 La prochaine étape de cette remontée en puissance sera une nouvelle période d’entraînement dédiée cette fois à l’aéronautique navale, sous l’autorité de la force maritime de l'aéronautique navale.

Repost 0
26 octobre 2015 1 26 /10 /octobre /2015 11:55
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

21/10/2015 Sources : Marine nationale

 

Vendredi 16 octobre, le contre-amiral Damlaincourt, adjoint à Brest de l’amiral commandant la force d’Action navale, a fait reconnaître le capitaine de corvette Bariller comme commandant de l’équipage A du bâtiment multi-missions D’Entrecasteaux. Cette cérémonie marquait également la première levée des couleurs sur cette unité. Construit à Concarneau par les chantiers Piriou, le D’Entrecasteaux ainsi que ses trois prochains sister ships ont vocation à assurer les missions de souveraineté outre-mer. Le bâtiment, armé par 2 équipages composés chacun de 23 marins, doit rejoindre Brest d’ici la fin de l’année pour y effectuer une période d’essais. Le bâtiment regagnera enfin, courant 2016, Nouméa, son port d’attache.

 

Les B2M sont dotés de deux équipages de 23 membres  qui  se relaieront à bord tous les 4 mois. Le second se consacrera à des tâches organiques, des phases d’entraînement à quai ou de permission. Il pourra également servir de renfort au premier équipage lors de maintenance et sera stationné dans le port d’attache du B2M.

 

Le Bougainville doit, quant à lui, arriver à Papeete au 4ème trimestre 2016, le Champlain à La Réunion au 1er trimestre 2017 et le 4èmeB2M –dont le nom n’est pas encore défini- aux Antilles à l’été 2017.

 

Bâtiments modernes et polyvalents,  les 4 B2M ont vocation à assurer des missions de souveraineté outre-mer (protection ZEE, projection, soutien logistique, sauvegarde et assistance), en remplaçant partiellement les bâtiments de transport léger (BATRAL).

Repost 0
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 16:20
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

16 octobre 2015. Portail des Sous-Marins

 

Pendant des millénaires, les navigateurs ont utilisé les étoiles pour se repérer en mer, une technique remplacée au cours des dernières décennies par la technologie spatiale.

 

Pourtant, l’US Navy vient de réinstaurer l’apprentissage de la navigation astronomique pour toutes les recrues, leur apprenant l’utilisation du sextant. La décision a été prise en raison de la crainte grandissante que les ordinateurs utilisés pour la navigation puissent être hackés.

 

« Nous avions abandonné la navigation astronomique parce que les ordinateurs sont plus faciles à utiliser, » explique le Lt. Cmdr. Ryan Rogers, vice-président du département de navigation à l’Académie Navale. « Le problème est qu’il n’y a pas de secours en cas de panne. »

 

L’époque de la navigation astronomique s’est terminé dans les années 90, avec le début de l’utilisation massive du GPS (Global Positioning System). Alors que, avec les étoiles, la précision était d’environ 1,5 nautique, en 1995, le GPS atteignait déjà une précision de quelques mètres.

 

Les ventes de sextants ont plongé après la démocratisation du GPS. On n’en vent plus que quelques milliers par an aux Etats-Unis.

 

« Le GPS est beaucoup plus précis, » explique le Lt. Cmdr. Ryan Rogers. Mais ajoute-t-il, « nous savons qu’il existe des cyber-menaces. »

 

C’est pourquoi, pour la première fois depuis 2006, les nouvelles recrues entrées cet automne à l’Académie Navale étudieront à nouveau la navigation astronomique et les étoiles. Cet apprentissage avait été rétabli pour les navigateurs en 2011, mais pas pour les autres formations.

 

« La connaissance de la navigation astronomique à l’époque du GPS fournit une forme de navigation de secours dans l’hypothèse où le GPS ne serait plus fiable, peu importe la raison, » explique le Captain Timothy Tisch, de l’Académie de la marine marchande, qui n’a jamais abandonné la navigation astronomique.

 

« C’est aussi une bonne pratique professionnelle d’utiliser un système de navigation pour contrôler l’exactitude de l’autre. »

 

Référence : Daily Telegraph (Grande-Bretagne)

Repost 0
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 11:55
Remise en condition opérationnelle pour le Jean Bart

 

14/10/2015 Sources : Marine nationale

 

Le 27 septembre 2015 et après environ 6 mois d’arrêt technique, le Jean Bart a quitté Toulon pour trois semaines de mise en condition opérationnelle (MECO) dans une zone d’exercice dédiée (ZONEX).

 

Au cours de cette période, l’ensemble de l’équipage est mobilisé pour effectuer à un rythme soutenu de nombreux exercices. Le programme de ces entraînements illustre la polyvalence de l’équipage qui doit être en mesure de mener de nombreux types d’opérations. Parmi ces opérations : défense aérienne, force protection, lutte anti navire, lutte anti sous-marine, protection de porte-avions, lutte contre les trafics illicites, évacuation de ressortissants, lutte contre diverses avaries et sinistres, maîtrise des capacités opérationnelles (MACOPEX), homme à la mer, cyberdéfense, ravitaillements à la mer, remorquages, manœuvres aviation etc…

 

Ce stage est un rendez-vous phare pour pousser le personnel et le matériel dans leurs retranchements mais aussi pour tester le bon fonctionnement des équipements après un long arrêt technique.

 

Au cours du week-end du 9 au 12 octobre, le bâtiment a effectué une relâche opérationnelle dans la ville espagnole de Palma avant d’attaquer la dernière semaine de MECO pendant laquelle les exercices sont de plus en plus soutenus.

 

D’ici son retour à Toulon fin octobre, le Jean Bart sera de nouveau entièrement disponible et paré au combat, à son niveau le plus « Mighty* ». Ce label américain lui avait été décerné en février 2015 par le groupe aéronaval du porte-avions USS Carl Vinson, après avoir assuré sa protection pendant plusieurs mois dans le golfePpersique, au cours de l’opération Chammal – Inherent Resolve.

 

*Mighty : puissant et qui force le respect.

Repost 0
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 11:20
3-D model of NASSCO's Expeditionary Base Mobile ship. Image courtesy of NASSCO

3-D model of NASSCO's Expeditionary Base Mobile ship. Image courtesy of NASSCO

 

SAN DIEGO, Oct. 15 By Ryan Maass (UPI)

 

General Dynamics NASSCO has begun construction of the second Expeditionary Base Mobile ship for the U.S. Navy. When completed, the ship will be 784 feet long, with a 52,000 square-foot flight deck. The ship will be equipped with fuel and equipment storage, repair spaces, mission planning spaces, and magazines. It will be able to accommodate up to 250 personnel, and support MH-60 and MH-53 helicopters, with an upgrade to support MV-22 tilt rotor aircraft.

Read more

Repost 0
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 06:35
photo US Navy

photo US Navy

 

CHENNAI, India, Oct. 14 (UPI)

 

Navies from the U.S., India, and Japan will participate in naval military exercise Malabar 2015 beginning on Wednesday. Malabar is a complex military exercise that has traditionally been held by the U.S. and India with Japanese forces sitting in as observers. Japan will now be a permanent participant as the country embraces more activist military policies, according to Defense News. The exercises test high-end warfighting and promote maritime cooperation between the participants. Participants will practice both land and at-sea skills, including carrier strike group operations, maritime patrol, reconnaissance operations, medical operations, and a number of others. The sea portion of the exercise will take place off the coast of India.

Read more

Repost 0
15 octobre 2015 4 15 /10 /octobre /2015 16:55
photo Ecole Navale - Marine Nationale

photo Ecole Navale - Marine Nationale


15/10/2015 Sources : Marine nationale

 

Le 10 octobre 2015, l’amiral Bernard Rogel, chef d’état-major de la Marine, a présidé la cérémonie de présentation aux drapeaux des promotions 2015 de l’École navale et de l’École Militaire de la Flotte, en présence du vice-amiral d’escadre Emmanuel de Oliveira, préfet maritime de l’Atlantique et commandant de la zone maritime Atlantique et du contre-amiral Benoît Lugan.

 

Cette cérémonie symbolise l’entrée officielle des Fistots (surnom donné aux élèves de 1ère année) dans la Marine nationale, et les présente aux autorités, à leurs pairs et à leurs familles en tant que « bordaches », nom hérité de l’époque où l’École navale était embarquée sur le Borda en rade de Brest. Six enseignes de vaisseau de la promotion École navale 2013 ont ainsi confié la garde du drapeau de l’École navale aux aspirants de la promotion École navale 2014, qui auront l’honneur et le privilège de le porter et de le protéger pendant une année.

Six aspirants des cours Officiers sous contrat promotion 2015 ont présenté le drapeau de l’École Militaire de la Flotte aux promotions d’officiers sous contrat long du corps des officiers de Marine et du corps des officiers spécialisés de la Marine ainsi qu’aux élèves administrateurs des Affaires Maritimes.

Désormais, les promotions 2015 de l’École navale et de l’École Militaire de la Flotte, devront se montrer dignes de leurs drapeaux et s’approprier la devise de la Marine datée du XIXè siècle, inscrite en lettres d’or sur ses bâtiments : «Honneur, Patrie, Valeur, Discipline». Comme l’a souligné l’amiral Rogel dans son allocution, "Cette devise évoque l’esprit d’équipage, la combativité, la grandeur d’âme, l’abnégation, la camaraderie mais aussi l’humilité. Ces valeurs sont forgées par le milieu dans lequel nous évoluons, la mer. Elles ont guidé les générations de marins qui nous ont précédés, comme elles doivent nous guider aujourd’hui".

À l’issue de la cérémonie clôturée par un défilé aérien suivi d’un défilé des troupes, les familles et invités, venus en nombre, ont pu visiter l’école (simulateur de navigation, espace traditions, locaux de vie) et assister à une présentation en amphithéâtre de la formation délivrée.

 

voir Reportage photos

photo Ecole Navale - Marine Nationalephoto Ecole Navale - Marine Nationale

photo Ecole Navale - Marine Nationale

Repost 0
15 octobre 2015 4 15 /10 /octobre /2015 07:45
photo MARCOM

photo MARCOM

 

12.10.2015 by MARCOM

 

ALGER, Algeria – The Standing NATO Mine Countermeasures Group 2 will visit Alger from October 12 to 14, 2015, as part of their annual program of activities, to strengthen the friendship and understanding between Algeria and NATO.

In this context, the Chief of Staff of the Allied Maritime Command, Rear Admiral Giorgio Lazio will meet with the Major General Mohamed Larbi Haouli, Commander Algerian National Navy. This interview will give them the opportunity to highlight the quality of the cooperation between Algeria and NATO, in particular in the maritime domain and recall their commitment to the importance of strengthening the already existing contacts and those to come.

The visit of the SNMCMG2 in Alger will contribute to reinforce and fortify relations with the Algerian civil and military authorities. This is an excellent opportunity for the military dialogue, to improve mutual understanding and promote cooperation. NATO and Algerian forces will practice together, improving their interoperability through active participation in some military exercises. Indeed, the Algerian naval units will perform an exercise with this NATO group with Algerian officers to embark on board SNMCMG2 units.

The group Commander is Captain Ramazan KESGIN, Turkish Navy, aboard the flagship, TCG SOKULLU MEHMET PAŞA. The force consists of a flagship and three mine hunters from Germany, Spain and Turkey.

The SNMCMG2 units calling in Alger are:

- TCG SOKULU MEHMET PAŞA, flagship, Turkish Navy

- TCG AKCAKOCA, mine hunter, Turkish Navy

- FGS WEILHEIM, mine hunter, German Navy

- SPS SELLA, mine hunter, Spanish Navy

The members of the NATO’s Mediterranean Dialogue's Programme are Algeria, Egypt, Israel, Jordan, Mauritania, Morocco and Tunisia. Algeria is member since 2000.

This program was launched in 1994 in order to contribute to the regional security and stability, to achieve better mutual understanding about NATO among Mediterranean Dialogue’s countries. The program was improved at the NATO Summit in Prague (2002) when creating a more ambitious structure and expanded through a closer practical cooperation. It includes the strengthening of the existing political dialogue, interoperability, elaboration of a defence reform and contributing against terrorism.

SNMCMG2 is a high readiness force, which can be deployed where the alliance requires, consisting of naval units from several allied countries. They train and work together throughout the year and participate in exercises conducted by the Alliance and other member nations.

SNMCMG2 main task is to defend the maritime passages from the threat of mines. Moreover, as NATO force, this group can show the cohesion of the Alliance under the NATO flag during port calls, improving the relations with the visited countries. In addition, the group is responsible for historic ordnance disposal operations contributing to make allied and partners nation waters safe and improving maritime security.

Click for the French Version

Repost 0
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 16:50
VADM C. JOHNSTONE (New COM MARCOM) recieving the MARCOM flag- 13 OCT 2015 - Photo by WO ARTIGUES (HQ MARCOM)

VADM C. JOHNSTONE (New COM MARCOM) recieving the MARCOM flag- 13 OCT 2015 - Photo by WO ARTIGUES (HQ MARCOM)

 

13.10.2015 by NATO MARCOM

 

NORTHWOOD, UK – In a brief ceremony this morning at Northwood Headquarters outside London, Vice Admiral Peter Hudson CB CBE handed over command of NATO’s Allied Maritime Command MARCOM to Vice Admiral Clive Johnstone CB CBE.  Numerous NATO and UK national defence leaders were in attendance, including NATO’s Supreme Allied Commander Europe (SACEUR), General Philip Breedlove. 

Vice Admiral Hudson has held command of MARCOM since February 14, 2013, leading the newly consolidated command forward as the Alliance’s Single Service Command for the maritime with command of a range of NATO maritime assets (maritime patrol aircraft, ships and submarines) from its initial operating capability to full operational capability, culminating with the certification exercise TRIDENT JEWEL 2015 in March. 

As Commander MARCOM, Vice Admiral Hudson commanded two live operations: NATO’s counter-piracy Operation OCEAN SHIELD and NATO’s counter-terrorism Operation ACTIVE ENDEAVOUR, and held overall command of four Standing Naval Forces: Standing NATO Maritime Groups ONE and TWO and Standing NATO Mine Counter-Measures Groups ONE and TWO. 

During his tour, Vice Admiral Hudson met with key leaders of numerous Allied and partner nation navies, and led two major maritime commanders meetings, titled Sea Sense, that brought together naval leaders from around the world to discuss issues of shared concern, interoperability, and partnership opportunities in various aspects of maritime security.

"Under the command of Vice Admiral Peter Hudson, Allied Maritime Command has kept their fingers on the pulse of all threats and risks to maritime security, wherever they occurred,” said General Breedlove.  “His extraordinary strategic vision, insight and leadership took this command to new operational levels under challenging and emerging security threats.  I am grateful for his wise counsel over the past two years and it has been my honor and privilege to serve with him."

Vice Admiral Johnstone takes command of MARCOM following his previous assignment as Assistant Chief of Naval Staff, the First Sea Lord's agent in the UK MoD, Whitehall and London.  His afloat commands include HMS IRON DUKE (a Type 23 Frigate), and HMS BULWARK (an amphibious assault ship and the Fleet’s Amphibious Flagship); where he undertook operations in the Northern Gulf, Horn of Africa and off Lebanon. He was awarded a CBE for an extended Gulf Deployment and the evacuation of British Nationals out of Beirut. 

As Commander Allied Maritime Command, he will continue the work begun by Vice Admiral Hudson in support of NATO’s transition to a more ready and capable Alliance, developing maritime aspects of the Readiness Action Plan and the Very High Readiness Joint Task Force. 

"To Vice Admiral Clive Johnstone, you are taking command of a competent and profession force, you will undoubtedly be tested over the course of your command, but make no mistake about it, you are the right man to lead this force,” said General Breedlove.  “I look forward to your candid guidance and insight in support of our Alliance."

Repost 0
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 16:20
Photo : Cplc Marc-Andre Gaudreault, Caméra de combat des Forces canadiennes (2012)- DND-MDN Canada

Photo : Cplc Marc-Andre Gaudreault, Caméra de combat des Forces canadiennes (2012)- DND-MDN Canada

 

October 11, 2015 by David Pugliese, Ottawa Citizen

 

Canada and the U.S. will hold Exercise FRONTIER SENTINEL on Oct. 15 and 16th off the coast of Nova Scotia.

 

The exercise, led by Joint Task Force Atlantic, will involve a ferry, Princess of Acadia, acting as “a vessel of interest.” The frigate, HMCS St. John’s, is scheduled to participate. The Frontier Sentinel Exercises series was initiated in 2006 and is a joint/combined interagency exercise involving Joint Task Force Atlantic, the U.S. Coast Guard and the U.S. Navy Fleet Forces as well as numerous other government departments and agencies from both Canada. The primary focus of the exercise is to practice, evaluate, and make recommendations for enhancing capabilities in response to threats to North American maritime security, Canadian Forces spokesman Maj. Martell Thompson told Defence Watch.

Read more

Repost 0
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 12:35
Type 094 Jin Class Nuclear-Powered Submarine

Type 094 Jin Class Nuclear-Powered Submarine

 

12 octobre 2015. Portail des Sous-Marins

 

Au cours des 20 dernières années, la République Populaire de Chine a accompli de grands progrès dans ses capacités militaires. Elle accuse cependant un important retard en ce qui concerne le développement de sous-marins à propulsion nucléaire. Les Chinois ne disposent pas des technologies nécessaires dans les domaines de la discrétion et de la propulsion nucléaire pour construire quelque chose qui serait comparable, même de loin, aux sous-marins nucléaires américains ou russes.

 

Même les sous-marins les plus récents, le SNLE Jin et le SNA Shang, sont plus bruyants que les sous-marins soviétiques des années 70 : SNA Victor III et SNLE Delta III, selon l’Office of Naval Intelligence de l’US Navy.

 

Et même le prochain sous-marin chinois Type 95 sera plus bruyant que les sous-marins soviétiques de la classe Shchuka-B (Projet 971), Akula I. Et il est probable qu’il en sera de même pour le SNLE Type 96. Bien évidement, les choses sont entièrement différentes en ce qui concerne les sous-marins classiques chinois.

 

Pourquoi les Chinois n’accomplissent-ils pas autant de progrès dans la construction de sous-marins qu’ils y parviennent dans d’autres domaines ?

 

Pour Bryan Clark, associé du Center for Strategic and Budgetary Assessments, ancien conseiller spécial du chef d’état-major de l’US Navy et officier de sous-marins, la réponse est assez simple : « Les sous-marins nucléaires ne sont pas une priorité pour la Chine, puisque les avantages qu’ils offrent par rapport aux sous-marins classiques (avec ou sans propulsion anaérobie) — autonomie, vitesse et capacité —, ne sont pas d’une grande importance pour les missions que la marine chinoise fixe à ses sous-marins : surveillance et défense côtière contre les bâtiments de surface ennemis. »

 

« Les sous-marins classiques chinois actuels ne sont pas aussi avancés que leurs équivalents européens, mais ils sont efficaces dans la mission qui leur est attribuée. Les Kilo chinois sont équipés du missile de croisière anti-navire SS-N-27. Le plus récent sous-marin à propulsion anaérobie, le Yuan, aurait des systèmes de combat modernes, pourrait utiliser des missiles, des torpilles et des mines. L’attention récente portée par la Chine aux sous-marins nucléaires s’explique par sa volonté de jouer un plus grand rôle sur la scène géopolitique. »

 

« Aujourd’hui, ils développent un SNLE et une nouvelle classe de SNA, dans le cadre de leur volonté de disposer d’une marine de “haute-mer” et d’une capacité de riposte nucléaire, à l’égal des autres grandes puissances. »

 

Référence : War is boring (Etats-Unis)

Repost 0
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 12:35
Le premier SNLE indien va effectuer un essai de lancement de missile

 

12 octobre 2015. Portail Sous-Marins

 

Le premier sous-marin nucléaire lanceur d’engins indien, qui poursuit ses essais à la mer, effectuera ce mois-ci son premier essai de lancement de missile, indique de hauts responsables de la défense indienne.

 

L’objectif est de livrer l’INS Arihant à la marine indienne à l’occasion de la revue navale internationale prévue en février prochain à Vishakapatnam.

 

« Les essais effectués jusqu’à présent ont été réussis. Ce mois-ci, nous allons lancer un missile Nirbhay depuis le sous-marin. Ce lancement sera suivi par le lancement d’un autre type de missile, » indiquent les sources.

 

Nirbhay cruise missile launch photo Livefist

Nirbhay cruise missile launch photo Livefist

 

Le Nirbhay est un missile de croisière d’une portée de 1.000 km. Le 2è missile pourrait un missile balistique d’une portée d’environ 700 km.

 

Référence : Economic Times (Inde)

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories