Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 18:50
NHI Delivers First NH90 Step B to Italian Navy

The Italian navy has taken delivery of its first NH90 Step B naval helicopter, which is the fully operational version of which it has ordered 46. Five earlier aircraft delivered in the interim Step A configuration will now be upgraded. (NHI photo)

 

Nov. 12, 2013 defense-aerospace.com

(Source: NH Industries; issued Nov. 8, 2013)

 

Delivery of the First NH90 Step B to Italian Navy

 

NHI is proud to announce that the first NH90 NFH Step B has been delivered today to the Italian Navy. This fully operational naval helicopter will be assigned to the 5th Helicopter Squadron of the Italian Navy at the Sarzana-Luni base. The Italian Navy has ordered 56 NH90s, 46 of which in the NFH variant.

 

“This NH90 Step B will allow its crews to fully take advantage of its tremendous mission system” explains Xavier Poupardin, Delegated Managing Director of NHIndustries. The Step B configuration features a range of significant advancements in mission capability including mission systems integration for both air-to-surface missiles such as the Marte MK/2S and torpedoes, advanced satellite and encrypted communications, radar and avionics capability enhancements. Next year the five previously delivered Italian Navy NH90NFH in Step A (MOC, Meaningful Operation Capability) standard, will begin to be retrofitted to bring them to the final configuration.

 

"The NH90 NFH is the most recent and versatile helicopter for naval warfare" it is designed according to precise NATO Staff Requirements. It is equipped with a state of the art weapon system combining on a modern platform several types of sensors with a complete weapon suite. The NH90 NFH is able to perform a wide range of missions such as Anti-Submarine Warfare, Anti-Surface Warfare, SAR, Transport, Special Ops support, Boarding, Medical Evacuation, Maritime reconnaissance and Anti-Piracy In any type of environment. It can safely operate from a ship even in rough weather.

 

The NH90 is the optimal choice for tactical transport, naval operations thanks to its large full composite airframe, its excellent power to weight ratio; and its wide range of rôle equipment. It features a redundant Fly-by-Wire flight control system for reduced Pilot’s workload and enhanced flight characteristics.

 

As of today, more than 164 helicopters have been delivered and are in service in Germany, France, Belgium, Italy, The Netherlands, Sweden, Finland, Norway, Greece, Oman, Australia and New Zealand.

 

The twin-engine, medium-size NH90 helicopter program is managed by the consortium NHIndustries, the Company owned by AgustaWestland SpA (32%), Eurocopter (62.5%), and Fokker Aerostructures (5.5%).

Repost 0
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 18:35
Indian Navy Launches INS Vikrant

 

Nov 8, 2013 ASDNews Source : GE Marine

 

    LM2500s to Power CountryaEUR(tm)s First Indigenous Aircraft Carrier

    Gas Turbine Modules Produced by HAL in India

 

GE Marine announces that four GE LM2500 gas turbines will soon power the Indian Navy’s INS Vikrant, providing 80 megawatts for the country’s first indigenous aircraft carrier.

 

Similar to the INS Vikrant itself, the ship’s propulsion plant -- four LM2500 gas turbine modules -- were manufactured in India by Hindustan Aeronautics Ltd.’s (HAL) Industrial & Marine Gas Turbine (IMGT) Division. Through its license with GE, HAL assembled, inspected and tested the LM2500 gas turbines and module enclosures for INS Vikrant. The IMGT Division’s Bangalore facility provides comprehensive support including inspection, spare parts, maintenance, equipment overhauls and assembly for industrial and marine gas turbines under license.

 

Read more

Repost 0
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 18:20
Newest Aircraft Carrier USS Gerald R. Ford Launched

USS Gerald R. Ford (CVN-78)

 

November 9, 2013 by Tamir Eshel

 

USS Gerald R. Ford (CVN-78), the first of class of the US Navy next generation aircraft carrier (formerly known as CVN-21) officially received its name today. USS Gerald R. Ford represents the first new design since the USS Nimitz (CVN 68), which was launched in 1972. The new aircraft carrier will be able to sustain higher operational tempo, while costing less to operate and maintain, saving the Navy a projected $4 billion over the ship’s 50-year lifespan. Capt. John F. Meier has already been named as the ship’s first commanding officer. He will be responsible for monitoring the final months of construction and likely be onboard when the Ford goes on its first sea trials.

 

Read more

Repost 0
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 12:40
Russie: le 3e SNLE du projet Boreï serait homologué en 2013

 

MOSCOU, 11 novembre - RIA Novosti

 

Le troisième sous-marin nucléaire russe du projet 955 Boreï, Vladimir Monomakh, devrait être homologué fin décembre, a annoncé lundi à Moscou Sergueï Soukhanov, chef de groupe au Bureau d'études Roubine en charge des sous-marins nucléaires.

 

"Le Vladimir Monomakh achève ses essais d'usine et doit entamer ses tests d'homologation en décembre. Nous avons assez de temps, puisqu'il s'agit d'un sous-marin produit en série dont le programme d'essai est moins chargé que celui d'un navire tête de classe (…). Nous faisons tout pour faire signer l'acte de réception du sous-marin avant 2014", a indiqué M.Soukhanov dans une interview à RIA Novosti.

 

"Dans le même temps, les tests du Vladimir Monomakh peuvent prendre fin en 2014, compte tenu des tirs d'essai supplémentaires" de missiles intercontinentaux Boulava décidés par le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou, selon lui.

 

Le sous-marin nucléaire lanceur d'engins (SNLE) Vladimir Monomakh (projet 995 Boreï) a un déplacement de 14.700/24.000 tonnes et peut plonger à 450 mètres de profondeur. Sa vitesse est de 15 nœuds en surface et de 29 nœuds en profondeur. Son équipage comprendra 107 sous-mariniers.

 

Le premier sous-marin de la série, Iouri Dolgorouki, a été remis à la Marine russe en janvier 2013. Mais le ministre Choïgou a décidé début septembre de suspendre la mise en dotation de deux autres sous-marins de la série, Alexandre Nevski et Vladimir Monomakh, après l'échec d'un tir de Boulava survenu lors des tests de l'Alexandre Nevski le 6 septembre. D'ailleurs, la décision du ministre ne concernait que les tirs d'essai des missiles Boulava.

 

Les tests des sous-marins se sont poursuivis selon le calendrier. L'Alexandre Nevski, qui a achevé la partie maritime des tests d'homologation le 28 octobre, sera livré à la Marine russe fin novembre ou début décembre prochain, d'après le Groupe unifié de construction navale russe (OSK).

 

Capables de tirer des missiles balistiques intercontinentaux Boulava, les sous-marins nucléaires du projet 955 Boreï constitueront la base des Forces navales stratégiques russes après la mise au rebut des sous-marins de classes Akoula (Typhoon selon le code de l'OTAN), Kalmar et Mourena (Delta-3 et Delta-4 selon l'OTAN) en 2018.

Repost 0
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 12:35
Le commandement de l’US Navy pourrait être décapité par une affaire de corruption

 

12/11 LesEchos.fr (AFP)

 

Au cœur de l’affaire, les prestations logistiques fournies à la marine américaine en Asie. Plusieurs officiers supérieurs sont inculpés, d’autres sont visés par l’enquête.

 

Prostituées et billets verts contre informations et surfacturations: la Marine américaine est confrontée à une affaire de corruption qui prend de l’ampleur et implique des officiers supérieurs, avec en toile de fond les énormes besoins logistiques de l’US Navy. L’enquête du NCIS, les limiers de la Marine, a débuté mi-2010 mais les premières inculpations remontent à ces dernières semaines et plusieurs responsables de la Navy prédisent de nouvelles arrestations.

 

Au centre de l’affaire, un homme d’affaires malaisien de 49 ans installé à Singapour: Leonard Francis, surnommé « Fat Leonard » pour son tour de taille généreux, arrêté en septembre en Californie et placé en détention provisoire depuis. L’homme dirige Glenn Defense Marine Asia (GDMA), un avitailleur pour les navires américains lorsqu’ils font escale dans les ports d’Asie du Sud-Est et du Pacifique. GDMA se charge notamment de les approvisionner en nourriture, eau et carburant, de fournir des remorqueurs ou encore de récupérer les eaux usées et les ordures.

 

Les sommes en jeu sont importantes: en juillet 2011, la société a remporté un contrat de cinq ans pour un montant de 200 millions de dollars. Leonard Francis et le numéro deux de GDMA Alex Wisidagama sont soupçonnés d’avoir corrompu plusieurs officiers, commandants de navires ou responsables logistiques et d’avoir surfacturé certaines de leurs prestations.

 

Parmi eux figurent le commandant Jose Luis Sanchez, chargé de la logistique auprès de la VIIe flotte, responsable du Pacifique. Il est soupçonné d’avoir perçu 100.000 dollars, et bénéficié des services de prostituées et de voyages payés par Leonard Francis, notamment contre des informations sur les mouvements de navires, dont certains sont classifiés.

 

« Tes souhaits ont été exaucés »

 

Dans un courriel du 20 octobre 2011, Leonard Francis demande par exemple au commandant Sanchez de s’arranger pour que l’USS Mustin, un destroyer qui s’apprêtait à faire escale dans un port thaïlandais, ne soit pas ravitaillé en carburant avec des cartes prépayées, à un tarif négocié à l’avance, mais que la mission soit confiée à GDMA. Pour un prix d’un million de dollars, soit le double de ce qui aurait été versé avec les cartes prépayées.

 

« Avant même que tu ne le demandes, tes souhaits ont été exaucés. On s’en est chargé ce matin », lui répond l’officier. Une autre série de courriels en octobre 2009 détaille les préparatifs d’un voyage de l’officier à Kuala Lumpur avec des amis aux frais de GDMA. « Je vais vous trouver un nid les gars et quelques oiseaux », lui promet l’homme d’affaires, en allusion aux prostituées.

 

Un ancien commandant de l’USS Mustin, Michael Vannak Khem Misiewicz, a lui aussi été inculpé pour corruption. Cet homme de 46 ans, qui avait fui le Cambodge des Khmers Rouges alors qu’il était enfant et été adopté aux Etats-Unis, était considéré comme une étoile montante de la Marine.

 

« Tailhook scandal »

 

En tant que responsable logistique, il est soupçonné d’avoir redirigé les navires vers certaines escales où GDMA pouvait surfacturer ses prestations. Un troisième commandant, Daniel Dusek, est également inquiété et a été relevé de son commandement début octobre. Un officier du NCIS, John Bertrand Beliveau, a de son côté été inculpé pour avoir renseigné Leonard Francis sur les avancées de l’enquête.

 

Et vendredi, ce sont le vice-amiral Ted Branch, directeur du renseignement naval, et le contre-amiral Bruce Loveless, directeur des opérations de renseignement, qui ont été inquiétés. Leur rôle n’a pas été précisé mais la Navy a annoncé la suspension de leur accès aux informations classifiées le temps de l’enquête.

 

Un haut responsable de la Marine a confié à l’AFP craindre que cette affaire n’atteigne une ampleur comparable à celle du « Tailhook scandal » en 1991. Une centaine d’aviateurs de la Marine avaient alors été impliqués dans une affaire d’agressions sexuelles perpétrés à l’occasion d’une convention de leur association à Las Vegas, qui avait longtemps ébranlé la Navy.

Repost 0
6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 18:45
FREMM  Mohammed VI  photo DCNS

FREMM Mohammed VI photo DCNS

 

 4 novembre 2013 medias24.com

 

La direction de DCNS, le chantier naval français qui a construit la frégate Mohammed VI, a indiqué dans une déclaration à Médias 24 que le bâtiment sera livré fin novembre à la marine royale.

 

Le navire est déjà en mer depuis plusieurs mois. Depuis le printemps, des essais et des formations ont lieu afin que la marine royale puisse en prendre les commandes. Des essais concernant les performances de combat ont également eu lieu.

 

La frégate multi-mission (Fremm) est un programme de 12 unités : 11 pour le marine française et une pour la marine marocaine. Les premières livraisons ont commencé fin 2012. Longue de 142 mètres et pouvant accueillir jusqu’à 145 personnes, la Fremm peut recevoir un hélicoptère NH90 et être armées.

 

Les Fremm peuvent être équipées de missiles de défense anti-aérienne de type Aster, de missiles de croisière navals permettant d’atteindre des cibles terrestres et de torpilles. Les Fremm sont équipées d'un canon de 76 mm.

Repost 0
6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 18:40
Patrouilleur russe Smetlivy

Patrouilleur russe Smetlivy

 

MOSCOU, 6 novembre - RIA Novosti

 

Des exercices navals russo-italiens Ioniex-2013 se déroulent en mer Ionienne, au large de l'Italie, du 4 au 9 novembre, a annoncé à Moscou Viatcheslav Troukhatchev, porte-parole de la flotte russe de la mer Noire.

 

"L'exercice naval russo-italien Ioniex-2013 se tiendra en mer Ionique du 4 au 9 novembre. La Marine russe y a dépêché le patrouilleur Smetlivy de la flotte russe de la mer Noire", a indiqué le porte-parole.

 

Les deux pays ont élaboré le scénario des exercices lors d'une conférence russo-italienne tenue début novembre sur la base navale italienne de Tarente. Selon le scénario, les marins russes et italiens s'entraîneront conjointement à la base de Tarente du 4 au 6 novembre avant de procéder aux manœuvres en mer.

 

Les exercices navals russo-italiens Ioniex se tiennent tous les ans depuis 2004 dans le cadre de la coopération militaire entre Moscou et Rome.

Repost 0
6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 13:50
Comment la Pologne favorise l'achat de sous-marins allemands U212

 

 

04/11/2013 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le ministère de la Défense polonais est en train de modifier les exigences opérationnelles obligatoires de sa marine afin de faire concourir les sous-marins allemands U212 de ThyssenKrupp Marine. Sytems. Une fois ce travail achevé, les U212 seront les favoris du futur appel d'offre de Varsovie.

 

En dépit de tous ses efforts, DCNS a toujours un train de retard en Pologne pour la vente de trois sous-marins à Varsovie évaluée à plus de 1,5 milliard d'euros. Non pas que la proposition du groupe naval tricolore soit mauvaise, mais elle est plutôt largement ignorée par le ministère de la Défense et les marins polonais, qui lui préfèrent les U212A, des sous-marins allemands construits par ThyssenKrupp Marine Systems AG (TKMS).

 

Selon nos informations, la Pologne pourrait relancer le processus d'acquisition dans le cadre d'une demande d'information (RFI ou Request for information) avant la fin de l'année. Un appel d'offre pourrait suivre en 2014. Varsovie a donc abandonné l'idée d'obtenir des sous-marins allemands dans le cadre d'un contrat de leasing. C'est ce qu'a annoncé fin octobre le ministère de la Défense polonais au Parlement.

 

Pourtant, en septembre, la Pologne pour faire face à des difficultés budgétaires avait été contraint de tailler dans le budget de la défense en réduisant les dépenses à hauteur de 3,5 milliards de zlotys (840 millions d'euros). Un effort qui avait contraint le ministère à prioriser trois grands programmes d'acquisition (hélicoptères, défense aérienne...), d'où étaient absents les sous-marins.

 

Pourquoi DCNS reste-t-il hors-jeu

 

En dépit de son obstination à concourir, DCNS, qui dans son offre propose le sauvetage des chantiers navals polonais contrairement à TKMS, devrait pourtant rester hors-jeu. Pourquoi ? Pour plusieurs raisons. Notamment, le ministère de la Défense polonais est en train de préparer un appel d'offre favorable à TKMS. Car après une étude, le ministère s'est rendu compte que les U212A ne satisfont pas à toutes les exigences obligatoires de la marine polonaise, dont le système de propulsion du sous-marin et le système de sauvetage.

 

C'est ce qu'a expliqué très clairement le ministère de la Défense polonais au Parlement sans aucun complexe. Du coup, le ministère a demandé à une équipe d'experts de modifier les exigences de la marine polonaise pour l'acquisition des sous-marins allemands. En clair, des "petits" arrangements entre amis. La marine polonaise estime que ces travaux seront achevés "au plus tard le 8 novembre". Une fois validée, cette étude permettra de lancer un appel d'offre en bonne et due forme faisant la part belle aux U212A. Bref, rien de bon pour DCNS.

 

Un accord en préparation entre Berlin et Varsovie

 

DCNS doit également affronter des vents contraires sur le plan diplomatique. L'Allemagne et la Pologne, qui ont déjà signé en mai dernier une lettre d'intention (LoI) consolidant leur partenariat stratégique dans le domaine naval, pourrait au début de l'année signer cette fois-ci un accord d'Etat à Etat. Dans les annexes de la Lol, les deux pays souhaitent établir une autorité opérationnelle commune pour les sous-marins allemands et polonais. Si un nouvel accord était signé en février, l'Allemagne pourrait mettre à disposition de la marine polonaise un ou deux sous-marins U212 pour l'entrainement et des exercices conjoints entre les deux marines.

 

Enfin, la Norvège, qui prévoit également d'acquérir de quatre à six sous-marins, est intéressée par une commande commune avec d'autres pays. Oslo aurait ainsi approché Varsovie ainsi que d'autres pays pour une acquisition commune. Une initiative encouragée par TKMS, qui consoliderait ainsi ses positions commerciales en Pologne et en Norvège, dont la marine est déjà équipée de sous-marins allemands de la classe Ula (type 210 allemand).

Repost 0
4 novembre 2013 1 04 /11 /novembre /2013 08:40
Russia Fires Two Missiles From Its Subs In An Unannounced Test

 

November 2, 2013. David Pugliese Defence Watch

 

Radio Free Europe has an item about the Russian military reportedly holding unannounced missile drills on Wednesday, which included the test-firing of missiles from the Delta IV-class ballistic missile submarine Bryansk in the northern Barents Sea, and the Delta III-class boat Svyatoy Georgiy Pobedonosets from the Sea of Okhotsk, in the country’s Far East.

 

Both missiles are said to have hit their targets in Northern Russia and on the Kamchatka Peninsula, respectively, according to the report.

 

The missiles were fired while the submarines were submerged, though reports did not indicate which type of missiles were fired.

Repost 0
1 novembre 2013 5 01 /11 /novembre /2013 12:30
New Warship Handed Over to Royal Navy of Oman

 

Oct 30, 2013 ASDNews Source : BAE Systems PLC

 

A new warship has been handed over to the Royal Navy of Oman amid colourful celebrations on HM Naval Base Portsmouth this morning.

 

AL RAHMANI is the second of three 99 metre corvettes designed, built and delivered for the Royal Navy of Oman as part of Project Khareef. Her Interim Acceptance, in which the ship’s title is transferred before sailing to Oman, marks an important milestone for the project.

 

Read more

Khareef Class corvette Al Shamikh during its sea trials on the summer of 2013. Photo BAE Systems

Khareef Class corvette Al Shamikh during its sea trials on the summer of 2013. Photo BAE Systems

Repost 0
30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 12:40
MiG-29K In Russian Navy Flight Tests

23/10/2013 by Paul Fiddian - Armed Forces International's Lead Reporter

 

Russian aircraft manufacturing group MiG has started to put its MiG-29K/KUB naval fighter through a new round of flight tests.

 

Destined to soon serve with the Russian Navy, the MiG-29K/KUB is an all weather-capable multirole carrier-launched fighter developed from the original 1970s-era MiG-29. Initially rejected by the Russian Navy but since ordered by and supplied to the Indian Navy, the MiG-29K will now become the Russian Navy's Sukhoi Su-33 replacement.

 

A 24 airframe MiG-29K/KUB contract was signed in February 2012, comprised of 20 single seat models (the -Ks) and four two-seat trainers (the -KUBs). All 24 MiGs are now slated for delivery between this year and 2015, with four expected by 2013's end.

 

Naval MiG-29s

 

Compared to land-based MiG-29 models, the naval MiG-29s have arrestor hooks and strengthened undercarriages, designed to take the impact of aircraft carrier landings at sea. They also boast upgraded engines, more advanced fly-by-wire systems, the capacity to carry more weapons and wings that can fold up - a feature that aids storage on ships.

 

The Sukhoi Su-33s are restricted to air defence but the multirole-capable MiG-29s can work within air defence, undertake air-to-ground sorties and much more besides.

 

In Russian Naval service, the 24 MiG-29Ks/KUBs will operate from the Northern Fleet's Admiral Kuznetsov - the only aircraft carrier presently in its service.

 

Russian MiG-29K Trials

 

So far, the Russian MiG-29K trials have involved 12 separate sorties, including night-time Admiral Kuznetsov launches and recoveries.

 

According to Sergei Korotkov, the director general of MiG: "The completion of the flight trials from the carrier's deck marks a milestone in the life-cycle...of the MiG-29K/29KUB program."

 

First launched in 1985, the Admiral Kuznestov entered service in 1990 and became fully operational five years later. It takes its name from Nikolai Gerasimovich Kuznetsov, formerly the Admiral of the Fleet of the Soviet Union. The MiG-29 made its first flight in 1977. Since then, it has spawned a huge number of variants, with some 1,600 examples built in all.

Repost 0
30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 12:35
China flexes muscles with show of submarine force

Oct 29, 2013 Spacewar.com (AFP)

 

Beijing - Beijing has put its nuclear-powered submarine fleet on public display, with state media Tuesday touting the move as unprecedented and necessary to show other countries China's strike capabilities as territorial tensions mount.

 

In an overt declaration of China's high-seas strength, several state-run papers ran front-page stories on the four-decade-old submarine fleet, while state broadcaster CCTV has devoted much airtime in recent days to its drills and exercises.

 

China's first nuclear-powered submarine was launched in 1970, the Global Times said, but had not been properly taken into account by others.

 

"China is powerful in possessing a credible second-strike nuclear capability," it said in an editorial Tuesday, adding: "Some countries haven't taken this into serious consideration when constituting their China policy, leading to a frivolous attitude toward China in public opinion."

 

"China needs to make it clear that the only choice is not to challenge China's core interest," said the paper, which often takes a nationalistic tone and is close to the ruling Communist party. "Developing marine-based nuclear power is part of such work."

 

 

In a nod to accusations that Beijing is becoming increasingly assertive over its territorial claims in the East and South China Seas, the editorial continued: "Perhaps it will give excuse to 'China Threat' speculation but the benefit will far eclipse the trouble created by external opinions."

 

The media reports have focused on China's older Xia-class submarines, rather than its newer Jin-class vessels.

 

But analysts said the footage could be intended as a reminder that the world's second-largest defence spender is growing in confidence and building an even more powerful fleet.

 

"What they're showing you, they're pretty much just stock scenes," said Richard Bitzinger, senior fellow at the S. Rajaratnam School of International Studies at Singapore's Nanyang Technological University, adding that it might constitute "very subtle sabre-rattling".

 

"They're kind of reinforcing the fact that China has a nuclear Navy," he said. "And if you want to start inferring things, they're just sort of telling you, 'We have nuclear-powered vessels, and most people know that we're getting newer ones, and these are an integrated part of the fleet.'"

 

China's display comes as relations with Japan become increasingly fraught, with a bitter dispute over the Tokyo-controlled Senkaku islands, claimed by Beijing as the Diaoyus.

 

In recent months China has also butted heads with southeast Asian neighbours, including the Philippines, over its claims to strategically important and potentially mineral-rich waters in the South China Sea.

 

The United States has also declared a so-called "pivot" towards Asia, and announced plans to step up its military presence in the region.

 

China's first nuclear-powered submarine was recently decommissioned after more than 40 years' service, the first of the vessels to be retired, the People's Liberation Army Daily reported Tuesday.

Repost 0
30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 08:35
S. Korea Envisions Light Aircraft Carrier

South Korea's Navy plans to build the second ship of the Dokdo class large-deck landing ships as a light carrier to fly vertical takeoff aircraft, with a long-term goal of building two aircraft carriers by 2036. (US Navy)

 

Oct. 26, 2013 - By JUNG SUNG-KI  - Defense News

 

SEOUL — The South Korean Navy believes it can deploy two light aircraft carriers by 2036 and expand its blue-water force to cope with the rapid naval buildups of China and Japan, according to a Navy source.

 

The service has been exploring ways of securing light aircraft carriers based on an interim feasibility study, the source said.

 

“It’s a hope,” the Navy source said on condition of anonymity. “There are no fixed requirements at the moment, but we’ve been studying ways of launching light aircraft carriers over the next two decades.”

 

Rep. Chung Hee-soo of the ruling Saenuri Party revealed the contents of a program in a feasibility report last week.

 

“To cope with potential maritime disputes with neighboring countries, we need to secure aircraft carriers as soon as possible,” Chung, a member of the National Assembly’s Defense Committee, said during a confirmation hearing Oct. 11 for Adm. Choi Yoon-hee, new chairman of the Joint Chiefs of Staff. “For more active international peacekeeping operations, our Navy should have carriers.”

 

According to Chung, the Navy envisions three phases:

 

■The first is to equip the second ship of the Dokdo-class landing platform helicopter ship (LPH) with a ski ramp to operate short-range or vertical take-off and landing (VTOL) aircraft.

 

The flight surface of the landing ship is already sprayed with urethane, which can withstand the heat created by the aircraft during operations.

 

Dokdo, with the addition of a ski ramp, could be deployed before 2019, according to the report, which suggests the Navy procure used VTOL jets from the US, UK and Spain if needed.

 

■Second, the Navy could build an amphibious assault ship, similar to the Spanish Navy’s Juan Carlos, before 2019.

 

■Finally, the service aims to build two 30,000-ton light aircraft carriers between 2028 and 2036, the report said. The carrier is to have specifications similar to the Italian aircraft carrier Cavour, which can support about 30 aircraft.

 

“We should have capabilities to deter North Korea, and at the same time, we need minimal capabilities to respond to potential threats from neighboring countries,” Choi replied to Chung, apparently referring to the naval buildups of China and Japan.

 

China commissioned its first aircraft carrier last year, with three more carriers planned. Japan, whose Navy is classed as a self-defense force, has controversially unveiled a 20,000-ton helicopter destroyer akin to a small aircraft carrier.

 

More Aegis Ships and Jets

 

During the National Assembly last week, the Navy unveiled mid- to long-term procurement plans to further strengthen its naval power.

 

The service plans to commission three more 7,600-ton KDX-III Aegis destroyers by 2023 to develop a strategic mobile fleet. The service has three KDX-III destroyers fitted with Lockheed Martin-built SPY-1D radar capable of tracking incoming ballistic missiles and enemy aircraft.

 

“The construction of new Aegis ships could be completed earlier than scheduled,” Adm. Hwang Gi-chul, chief of naval operations, testified. “And the new Aegis ships will have better stealth functions than those with the existing ships.”

 

The Navy will also launch six, 5,900-ton next-generation destroyers — dubbed KDDX — after 2023.

 

The development of an attack submarine is on track, according to the Navy. The service plans to commission six more 1,800-ton Type 214 submarines to bring the 214 fleet to nine subs by 2023. After that, it will deploy nine, 3,000-ton heavy attack submarines codenamed KSS-III. The KSS-III is to be equipped with a vertical launch tube to fire a 1,500-kilometer cruise missile that can hit key targets in North Korea.

 

Other procurement plans include the FFX program to build a dozen new frigates with advanced sensors and a wide variety of weaponry. The FFX program is intended to replace the aging fleet of existing Ulsan class frigates and Pohang class corvettes with multimission frigates.

 

The 2,300- to 3,000-ton FFX vessels are to be built in two batches with an objective of putting up to 24 ships into service by 2026.

 

The Navy also puts a priority on acquiring reconnaissance and surveillance aircraft. In particular, the service laid out plans to buy the Lockheed S-3 Vikings retired from front-fleet service aboard aircraft carriers by the US Navy in January 2009.

 

The service will purchase 18 S-3 jets and modify them into a new configuration meeting the Navy’s operational requirements. If adopted, it will be the first fixed-wing jet patrol aircraft operated by the South Korean Navy, which flies 16 P-3CK turboprop patrol aircraft.

 

“The S-3 introduction will offer a great opportunity for the ROK Navy to operate a carrier-based jet, as the service envisions deploying aircraft carriers in the future,” Kim Dae-young, a research member of the Korea Defense & Security Forum, a private defense think tank here. “From the operational perspective, the S-3 is expected to be used for various purposes, such as patrol, surface warfare and aerial refueling.”

 

In order to beef up its anti-submarine operation, the Navy will procure six more new naval helicopters by 2022.

 

In January, AgustaWestland won a $560 million contract to supply the South Korean Navy with six AW159 Lynx Wildcat helicopters equipped with an active dipping sonar for anti-submarine role.

Repost 0
29 octobre 2013 2 29 /10 /octobre /2013 08:30
OEF : l’Aconit poursuit ses missions d’« approach and assist »

28/10/2013 Sources : EMA

 

Le 5 octobre, la frégate Aconit, engagée au sein de la Task Force 150, force navale de l’opération de contre-terrorisme Enduring freedom, a réalisé des opérations d’« approach and assist» auprès de trois boutres dans le golfe arabo-persique.

 

L’équipe de visite de l’Aconit a mené une première opération de contrôle auprès d’un boutre battant pavillon des Emirats Arabes Unis. Une discussion a été engagée avec l’équipage, ces derniers étant parfaitement au courant des missions et des activités de la coalition dans la zone.

 

Peu de temps après, un nouveau boutre de commerce a été approché. L’équipage du bateau, de nationalité iranienne, a invité l’équipe de visite à son bord et s’est montré coopératif.

 

Enfin, un troisième boutre, iranien également, a fait l’objet, cette fois encore, d’une visite à bord par l’équipe de visite. Les marins de la frégate sont les premiers militaires rencontrés par ce boutre, positivement surpris de l’aide et du soutien apporté (proposition d’aide médicale, de renseignements météo…).

 

A l’issue de cette visite, l’Aconit a continué sa route poursuivant sa mission de surveillance et de protection dans la zone.

 

Une des missions de l’Aconit est de veiller à la sécurité de la zone maritime, lieu de commerce et de transit, en assurant la protection des bâtiments marchands, mais également en collectant des informations sur de possibles trafics.

 

L’Aconit est engagée dans l’opération Enduring Freedom de lutte antiterroriste depuis le 20 septembre 2013. Depuis 2001, la France participe à cette opération qui vise à suivre les mouvements maritimes dans une zone allant de la corne de l’Afrique au golfe arabo-persique, afin de lutter contre le terrorisme et ses réseaux de soutien.

 

Les bâtiments français engagés dans cette opération conduisent également des entraînements et des manœuvres avec nos partenaires et alliés présents dans la zone pour renforcer l’interopérabilité de nos forces.

OEF : l’Aconit poursuit ses missions d’« approach and assist »OEF : l’Aconit poursuit ses missions d’« approach and assist »
OEF : l’Aconit poursuit ses missions d’« approach and assist »
OEF : l’Aconit poursuit ses missions d’« approach and assist »OEF : l’Aconit poursuit ses missions d’« approach and assist »
Repost 0
28 octobre 2013 1 28 /10 /octobre /2013 12:40
Echec d'un tir d'essai du missile Boulava: les raisons établies (Défense)

MOSCOU, 24 octobre - RIA Novosti

 

Les raisons de l'échec d'un tir d'essai du missile balistique intercontinental Boulava survenu lors des tests du sous-marin nucléaire Alexandre Nevski sont identifiées, et les travaux de réparation sont en cours, a déclaré à RIA Novosti Oleg Botchkarev, vice-président de la Commission de l'industrie militaire de Russie.

 

"Aujourd'hui, nous travaillons sur la réparation des défauts constatés. L'essentiel, c'est que nous sommes conscients de la nature de la déficience commise et de ses conséquences", a indiqué le responsable lors du salon Interpolitex-2013.

 

M.Botchkarev s'est toutefois abstenu d'expliciter les détails de l'échec, se contentant d'indiquer que des problèmes techniques de ce genre étaient fréquents lors du développement d'armes modernes.

 

Evoquant le sous-marin nucléaire Alexandre Nevski, le responsable a précisé qu'un travail laborieux était en cours et que ce bâtiment serait adopté par la Marine comme prévu.

 

Le missile R30 3M30 Boulava-30 (code OTAN SS-NX-30, dénomination internationale RSM-56) doit devenir l'arme principale des forces stratégiques navales russes. Le Boulava est un missile à trois étages à propergol solide destiné à équiper les sous-marins. D'une portée de 8.000 km, il peut être équipé de dix ogives nucléaires hypersoniques de 100 à 150 kt et à trajectoire indépendante.

 

Capables de tirer des missiles balistiques intercontinentaux Boulava, les sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE) Alexandre Nevski et Vladimir Monomakh (projet 955 Boreï) constitueront la base des Forces navales stratégiques russes après la mise au rebut des sous-marins de classes Akoula (Typhoon selon le code de l'OTAN), Kalmar et Mourena (Delta-3 et Delta-4 selon l'OTAN) en 2018. Le premier sous-marin de la série, Iouri Dolgorouki, a été remis à la Marine russe en janvier dernier.

Repost 0
18 octobre 2013 5 18 /10 /octobre /2013 11:55
Audition de l’amiral B. Rogel, chef d’état-major de la marine, sur le projet de loi de programmation militaire et le projet de loi de finances pour 2014

17.10.2013 Assemblée nationale

 

Audition de l’amiral B. Rogel, chef d’état-major de la marine, sur le projet de loi de programmation militaire et le projet de loi de finances pour 2014

 

Compte rendu n° 8 - mercredi 9 octobre 2013 - séance de 9 heures

Repost 0
18 octobre 2013 5 18 /10 /octobre /2013 11:50
La France accueille la conférence annuelle des commandants de forces aéromaritimes de réaction rapide de l’OTAN

 

17/10/2013 Actu Marine

 

Une fois par an, les quatre nations contribuant à l’alerte NRF (Nato Response Force) et capables de prendre le commandement d’une opération navale de l’OTAN au travers de leurs forces aéromaritimes de réaction rapide respectives, se rencontrent afin d’échanger sur les différents sujets d’actualité et d’analyser les problèmes communs rencontrés. Cette année, c’est la Marine française, et plus précisément son état-major opérationnel « French Maritime Force » (FRMARFOR) qui détient cette alerte depuis le 1er janvier et se tient prêt à être déployé sous très faible préavis. C’est donc son commandant, le contre-amiral Eric Chaperon, qui a eu l’honneur de recevoir ses homologues britannique, espagnol et italien, le 17 octobre 2013, à bord d’une des principales plateformes de commandement, le BPC Mistral.

 

Cette conférence, à laquelle étaient également conviés l’adjoint à l’Amiral commandant l’état-major « STRIKFORNATO », basé à Lisbonne, et l’Amiral commandant l’état-major « MARCOM », basé à Northwood, a permis à ces officiers généraux  d’échanger sur de multiples sujets et de développer une compréhension commune des problématiques maritimes de l’Alliance et de chacune des nations, ainsi que de renforcer leur connaissance mutuelle.

 

A l’issue de cette journée riche en enseignements, les différents commandants sont repartis vers leurs états-majors respectifs afin de planifier et préparer les futurs déploiements de leurs forces. D’ici quelques semaines, l’état-major du FRMARFOR prendra pour plusieurs mois le commandement à la mer du groupe aéronaval, partant pour des entraînements multinationaux en océan Indien, ainsi que le commandement de la Task Force 465 de l’opération européenne de lutte contre la piraterie Atalante.

Repost 0
18 octobre 2013 5 18 /10 /octobre /2013 11:35
Polynésie française : Sea Power conference 2013

 

17/10/2013 Sources : EMA

 

Du 7 au 9 octobre 2013, le contre-amiral Anne Cullerre, commandant la zone maritime de l’océan Pacifique (ALPACI) et commandant supérieur des Forces armées en Polynésie Française (FAPF), a participé  à la Sea Power conference 2013 organisée par la Royal Australian Navy à Sydney.

 

Ce rendez-vous annuel rassemble les autorités militaires des Marines du Pacifiques, mais aussi de certain pays d’Europe et du Moyen-Orient, autour d’une thématique spécifique. Cette année, l’événement centré sur la « diplomatie navale et la projection de force maritime » coïncidait également avec le centenaire de la Marine australienne.

 

Cet événement a favorisé de nombreux échanges autour de la coopération de défense et les perspectives de coopération internationales et régionales entre les différents pays participants.

 

Au delà des conférences et des commémorations auxquelles ont participé une cinquantaine de bâtiments, ces trois jours ont surtout été l’occasion pour ALPACI de s’entretenir lors de réunions bilatérales avec certains des chefs d’état-major présents pour échanger sur les sujets d’intérêt dans la vaste zone relevant de son commandement.

 

Le contre-amiral Cullerre a ainsi pu rencontrer, notamment, le commandant de la flotte américaine dans le Pacifique, le chef d’état-major de la marine malaisienne, ainsi que des représentants des marines australienne, néo-zélandaise, chinoise et vietnamienne.

 

La conférence s’est conclue par la revue navale internationale et par un défilé des équipages dans les rues de Sydney, manifestations auxquelles participait l’équipage de la frégate de surveillance Vendémiaire, dont le port d’attache est Nouméa en Nouvelle-Calédonie.

 

Dans le cadre des missions qui lui sont confiées dans sa zone de responsabilité permanente (ZRP), le COMSUP FAPF participe aux activités de coopération régionale et entretient des relations privilégiées avec l’ensemble des nations présentes sur cette zone. A ce titre, il met en œuvre la coopération franco-australienne qui est encadrée par plusieurs accords multilatéraux : FRANZ (France, Australie et Nouvelle-Zélande) pour le secours aux populations insulaires victimes de catastrophes naturelles et QUAD (France, Australie, Nouvelle-Zélande et Etats-Unis) pour les questions sécuritaires.

Polynésie française : Sea Power conference 2013Polynésie française : Sea Power conference 2013
Repost 0
17 octobre 2013 4 17 /10 /octobre /2013 16:40
Le premier BPC Mistral russe mis à l'eau en France

 

MOSCOU, 17 octobre - RIA Novosti

 

Le Vladivostok, le premier bâtiment de projection et de commandement (BPC) Mistral russe a été mis à l'eau lors d'une cérémonie solennelle aux chantiers navals français de Saint-Nazaire, écrit jeudi le quotidien Rossiïskaïa gazeta.

La construction du Vladivostok a commencé le 1er février 2012 en France, pendant que la partie arrière du navire était construite aux chantiers navals de la Baltique, à Saint-Pétersbourg. Elle a été livrée en France fin juillet. Pour la construction d'un navire, il est fréquent de produire des segments à des différents endroits – les constructeurs choisissent des chantiers où il est possible d’obtenir une bonne qualité pour un faible coût. Ensuite la coque est assemblée comme un lego. Dans le cas du Vladivostok, la décision de construire la partie arrière du Mistral en Russie avait des raisons plus politiques qu'économiques: le projet devait être conjoint dans une certaine mesure et les chantiers russes OSK devaient en tirer un certain profit financier.

Les versions de base du Mistral sont capables de transporter jusqu'à 60 véhicules blindés de transport de troupes et jusqu'à 900 soldats, 13 chars ou 70 voitures. 16 hélicoptères d'attaque font partie du groupe d'aviation du bâtiment. Il est également doté de deux systèmes de défense antiaérienne Simbad, deux canons de 30 mm et quatre mitrailleuses de 12,7 mm.

Cette version du Mistral devrait embarquer des armements russes comme les hélicoptères d'attaque Ka-52, qui conviennent parfaitement aux dimensions du navire. A bord pourraient également être accueillis des blindés comme le Boomerang à roues amphibie et le Kourganets-25 à chenilles, ou encore le canon automoteur Sprout.

Les constructeurs navals russes peuvent proposer plusieurs types de moyens de débarquement, qui n'ont rien à envier aux performances de leurs analogues occidentaux.

L'armement de base du Mistral est relativement faible et il est possible que le Vladivostok soit doté de moyens plus puissants comme les missiles de croisière supersoniques Kalibr, les canons rotatifs à 6 tubes de 30 mm AK-630 ou d'autres systèmes balistiques et d'artillerie.

Le pont de commandement et le système de contrôle de combat sont le cerveau du bâtiment. On ignore encore les équipements qui seront installés sur le Vladivostok. Les USA ont formellement interdit à la France de transmettre à la Russie certaines technologies informatiques très précieuses pour l'Otan. Les spécialistes russes devront choisir entre les solutions proposées et régler le problème complexe de la compatibilité entre les différents systèmes.

S'il y a bien une chose qui ne changera pas, c'est le confort de vie à bord. Le Mistral est souvent comparé à un hôtel de luxe flottant - les Français sont notamment fiers des équipements de cuisine modernes installés dans la cambuse. Un centre de diagnostic moderne digne des meilleures cliniques se trouve également dans le compartiment médical du porte-hélicoptères.

La construction du Vladivostok sera terminée dans un bassin à flot. Le navire doit prendre le large à l’automne 2014.

Le premier BPC Mistral russe mis à l'eau en France
Repost 0
17 octobre 2013 4 17 /10 /octobre /2013 11:35
China’s PLA Marines: An Emerging Force

October 17, 2013 By Christopher P. Isajiw  - China Power

 

As part of its Pacific pivot, the United States has been making substantial increases in its Asia-based forces, including a bolstering of the U.S. Marine Corps amphibious combat capabilities. One hypothetical scenario that the Navy and Marine Corps train for would be a strike against Taiwan and a possible amphibious combined force invasion carried out by China’s People’s Liberation Army Navy (PLAN). A key spearhead of any such action would be the PLA Marines.

 

The PLA Marines are at present a relatively small amphibious assault force, numbering just two brigades with roughly 6,000 men each. Nevertheless, they are reinforced by naval and air power, amphibious artillery and armor. The PLA Marines are considered an elite special operations force, and theoretically therefore “punch above their weight class.” They are well trained and well equipped, using both the latest Chinese and Russian technology. They are trained for amphibious and airborne assault operations. While they were originally designed to be a much larger mass invasion force, they have quickly evolved into a rapid deployment invasion force specifically tasked for assault operations. Despite this, however, the PLA Marines are still very much a work in progress (as is arguably the PLA Navy in general), and currently lack the full necessary capabilities for a cross-Strait invasion of Taiwan. They are, however, rapidly developing this capability as part of overall Chinese military strategy.

 

Read more

Repost 0
17 octobre 2013 4 17 /10 /octobre /2013 07:55
EUROMARITIME 2015 les 3, 4 ET 5 Février
La deuxième édition d'Euromaritime, le salon européen de l'économie de la mer, se déroulera à Paris, les 3, 4 et 5 février 2015, au Parc des Expositions de la Porte de Versailles.
 
Rejoignez Euromaritime
Le salon européen de vos activités d'aujourd'hui et de demain.
 
Organisé par le marin - groupe Ouest France - et le GICAN, avec le soutien actif du Cluster Maritime Français et de partenaires représentatifs dans chaque segment d'activité, Euromaritime est le seul salon professionnel dédié à tous les acteurs de l'économie de la mer en Europe.

Ses ambitions :
• Réunir des entreprises et des organisations venues de tous les métiers du maritime,
• Exposer les savoir-faire,
• Echanger,
• Multiplier les passerelles…
… pour produire plus de croissance et plus de compétitivité.

250 exposants et près de 8000 visiteurs sont attendus pour cette 2e édition qui se tiendra sur 8 500 m² d'exposition, à Paris, Porte de Versailles.

100% d'exposants 2013 prêts à revenir.
100% des exposants 2013 ayant répondu à l'enquête de satisfaction ont fait part de leur volonté de participer à l'édition 2015. Ils ont également exprimé de nombreux satisfecit :
 
• qualité des contacts pris sur place (94%),
• quantité des contacts (88%),
• programme des conférences (100%),
• processus d'organisation (95%).

Nous sommes heureux de vous présenter dans la plaquette de présentation les grandes lignes de l'édition 2015, où nous nous réjouissons de vous revoir du 3 au 5 février.

Restez informé en vous abonnant à notre newsletter.

Retrouvez le bilan et les temps forts de l'édition 2013 et l'ensemble des informations sur www.euromaritime.fr

Pour réserver votre espace, contactez Sabrina Jonas.
Repost 0
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 15:55
Le porte-avions Charles de Gaulle appareille de Toulon

Apontage sur le Porte-Avions Charles de Gaulle

 

16/10/2013 Sources : Marine nationale

 

Le porte-avions Charles de Gaulle a appareillé le 16 octobre 2013 de Toulon avec à son bord les marins et aéronefs ( Rafale Marine, Super-Etendard Modernisé, Hawkeye, hélicoptère Dauphin ) du Groupe aérien embarqué (GAé). Cet entraînement se concentrera essentiellement sur la validation des aptitudes des pilotes du GAé lors de deux phases consécutives.

 

Une première phase, appelée communément « École de l’Aviation Embarquée » (EAE), permettra la qualification/transformation à l’appontage, de jour comme de nuit, des jeunes pilotes de l’aéronautique navale. Certains effectueront à cette occasion leur tout premier appontage sur le pont du Charles-de-Gaulle.

 

 

Le porte-avions Charles de Gaulle appareille de Toulon

La seconde phase consistera en l’entraînement des pilotes nouvellement qualifiés, et ceux plus expérimentés, à la conduite de missions opérationnelles depuis le porte-avions.

Repost 0
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 11:55
De retour sur l’eau

15.10.2013 Aspirant Nicolas Hoffmann EN 2012 – Ecole Navale

 

Pour leur première corvette de l’année, du 30 septembre au 4 octobre 2013, les aspirants de la promotion 2012 de l’École navale ont eu la chance de bénéficier de la bienveillance de Neptune ! A bord des bâtiments-école Chacal, Lion et Panthère et du BIN (Bâtiment d’Instruction à la Navigation) Églantine, ils ont goûté, pendant dix jours de formation, à un temps ensoleillé (malgré quelques passages dans la brume), à une légère brise d’Est et à la houle, traditionnelle mais modérée, du Golfe de Gascogne.

 

Suivant une habitude maintenant bien établie, des élèves de l’École de maistrance, entrés dans la Marine quelques semaines auparavant, étaient également embarqués et ont ainsi pu découvrir la vie en mer.

 

Sous la direction des instructeurs, les aspirants se sont confrontés aux différentes situations que peut rencontrer un officier chef du quart : homme à la mer, avarie de barre, manœuvres variées, navigation en visibilité réduite… Après une semaine à ce rythme intensif, dans une ambiance studieuse mais enthousiaste, l’escale de deux jours à Bayonne fut appréciée par tous !

 

Au bilan, au cours de ces deux semaines de corvette, les "bordaches" de cette première bordée ont pu travailler leur sens marin, la rigueur et le professionnalisme qu’exigent le métier mais aussi leurs qualités de chef. L’un d’entre eux à même été lâché chef de quart en titre.

 

Lorsqu’ils auront approfondi leurs connaissances à l’ École navale, ils seront fin prêts en juin pour la très attendue corvette « Gants Blancs », souvent première occasion d’escale à l’étranger.

Repost 0
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 11:55
FASM Primauguet

FASM Primauguet

 

15/10/2013 Sources : Marine nationale

 

Depuis le 30 septembre et jusqu’au 10 octobre 2013, la frégate anti-sous-marine (FASM) Primauguet a participé à deux entraînements majeurs durant lesquels l'équipage a poursuivi sa préparation opérationnelle et son aguerrissement au combat.

 

La FASM Primauguet a pris part à l’exercice Morskoul avec une quinzaine de bâtiments de la Force d’action navale à Brest. Entraînement au combat naval contre la FASM Latouche-Tréville, tirs de missile crotale et de leurres, transfert de charges lourdes avec le bâtiment de commandement et de ravitaillement (BCR) Somme, assistance à la lutte contre les sinistres à la mer avec l’aviso Lieutenant de vaisseau Lavallée, navigation en convoi sous menace mines avec le chasseur de mines tripartite (CMT) Aigle et assauts en mer … Par ces interactions multiples, le Primauguet et les bâtiments de la force d’action navale basés à Brest ont renforcé leur savoir faire opérationnel et leur capacité à conduire des actions communes dans le cadre d’un déploiement d’une force navale constituée.

 

Tir SIMBAD

Tir SIMBAD

Déployée au sein d’une force aéronavale composée de la FASM Latouche-Tréville, de l’aviso Commandant l’Herminier et de plusieurs avions de patrouille maritime Atlantique 2, le Primauguet et son hélicoptère Lynx embarqué ont mené pendant toute la semaine des entraînements supérieurs de lutte anti-sous-marine (entraînement Squale). Le sous-marin nucléaire d’attaque (SNA) Emeraude et le navire de soutien Partisan constituaient la force d’opposition. L’objectif de cet entraînement était notamment d’exercer la fonction d’ ASWC « anti submarine warfare commander », (direction d'une force aéronavale à la mer et coordination de l’action des différentes unités pour tenir en échec le sous-marin dans le cadre de plusieurs scénarii). Squale a ainsi permis de renforcer les savoir-faire opérationnels des frégates et des avisos dans la lutte anti-sous-marine à travers des exercices à difficulté croissante à la fois de temps de crise et de temps guerre. Détection, pistage, avertissement et attaque du sous-marin en ultime recours, navigation en convoi à des fins de protection d’un navire sous menace de torpillage par un sous-marin, autant de savoir faire mis en œuvre durant une semaine particulièrement dense et enrichissante par une météo particulièrement favorable à un entrainement de qualité.

RAM de nuit pour la FASM La Motte-Picquet

RAM de nuit pour la FASM La Motte-Picquet

Grâce à ces scénarii tactiques extrêmement réalistes, Squale a confirmé la qualification opérationnelle de la frégate comme ASWC. Elle participe notamment régulièrement à la mise en condition des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins basés à l’Ile Longue et contribue ainsi à la crédibilité de la dissuasion en leur assurant une préparation opérationnelle exigeante à la mer avant leur déploiement.

Repost 0
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 11:55
A French E-2C Hawkeye lands on the Charles de Gaule during final training exercise held on board the carrier yesterday. Phoro: EMA / Marine nationale

A French E-2C Hawkeye lands on the Charles de Gaule during final training exercise held on board the carrier yesterday. Phoro: EMA / Marine nationale

 

October 15, 2013 defense-update.com

 

The French Navy will improve its interoperability with the US Navy following upgrading of Identification Friend or Foe (IFF) systems on its fleet of three E-2C Hawkeye Airborne Early Warning & Control aircraft. The new system will improve commonality and interoperability with Northrop Grumman E-2D Advanced Hawkeye aircraft currently being fielded with the US Navy. The U.S. Navy awarded a $34.5 million contract to Northrop Grumman, to implement those modifications. The process will include the installation of the BAE Systems AN/APX-122A IFF Mode 5/Mode S Interrogators and AN/APX-123 IFF Mode 5/Mode S Transponders. These IFF systems enable warfighters to distinguish between friendly forces and enemies.

 

The French Navy has been operating the E-2C Hawkeye since 2000 when it stood up the first French E-2 Hawkeye squadron, the Flotille 4F, in Lorient. France is the only country other than the United States to operate its E-2 Hawkeyes from an aircraft carrier. This unique bond has led to multiple interoperability exercises where the two navies have operated Hawkeyes from each other’s carrier flight decks. The first of these took place in May 2001 when a U.S. Navy E-2 Hawkeye flew from the deck of the USS Enterprise to the deck of the French carrier Charles de Gaulle.

 

This shared operational experience has proved invaluable to ensuring that the multimission E-2 Hawkeye platform remains relevant to the warfighter, no matter where missions take them. Through collaborative efforts, each new generation of the Hawkeye has become more sophisticated, taking advantage of new technology developments to optimize the capability and reliability of the E-2 platform.

 

A French E-2C Hawkeye lands on the flight deck of aircraft carrier USS Dwight D. Eisenhower (CVN 69) during a coalition training exercise July 18, 2009, in the Atlantic Ocean. Photo: US Navy

A French E-2C Hawkeye lands on the flight deck of aircraft carrier USS Dwight D. Eisenhower (CVN 69) during a coalition training exercise July 18, 2009, in the Atlantic Ocean. Photo: US Navy

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories