Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 17:00

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/3/3e/DRDO-logo.png

 

June 02, 2011 by Shiv Aroor  LIVEFIST – Source DRDO

 

India's DRDO holds its annual awards ceremony tomorrow for technology excellence. The organisation released the following feature today, listing its achievements. Here it is in full:

DRDO has made many significant achievements during the recent past, including the last year. Many important systems were inducted/accepted by the services. The production value of systems based on technologies developed by DRDO (inducted/accepted/orders placed) during the past one decade is well over Rs.1,10,000 crores.

Agni-III, the 3500 km range ballistic missile was successfully launched with user’s participation. Training flights were held by the users for various missiles that are already inducted. These included two flight tests each of Agni–I, Agni–II and Dhanush (from naval ships) and five flights of Prithvi II (P– II). Orders worth over Rs. 25,000 crores for surface-to-air missile AKASH have been placed by the users. These include 8 squadron for IAF and 2 regiments for the Army. Successful flight tests of endo-atmospheric interceptor for 2,000-km class target were carried out. Each flight led to a direct target hit and disintegration of the target. Capabilities of NAG, the third generation anti-tank missile, which is a vehicle mounted system was demonstrated in a series of user trials. Advanced versions of BrahMos supersonic cruise missile, the only one of its kind in the world, were developed and flight-tested. Thus, BrahMos block II with target discrimination precision strike capabilities was test-fired. Similarly, BrahMos block III with capability for steep diving from high altitudes and high maneuvers at multiple points during supersonic flight. Development of advanced missile systems is a continuous effort and requires systematic development of more and more advanced technologies. RLG based Inertial Navigation System was developed, qualified and tested. Active Radar Seeker for advanced missions was developed. A fibre optics gyro was successfully developed and tested on board.

In the area of aeronautics, Tejas, the Light Combat Aircraft (LCA) concluded its extensive flight tests including weapon trials, dropping of bombs, jettisoning drop tanks and night flights; leading to its Initial Operational Clearance (IOC) on 10th January, 2011. Over 1,640 flights covering a period of over 969 hours have been completed by Tejas Mk.1. The first prototype of LCA Navy was rolled out and its induction tests were concluded. In tune with changing war of scenario, major thrust has been given to develop unmanned aerial vehicles (UAV). Successful flight trials of RUSTOM-1, a UAV with endurance of 14 hours and altitude ceiling of 8,000 meters demonstrated the capabilities for automated/remotely piloted landing/ take-off and associated technologies. NISHANT, another UAV developed by DRDO was ready for induction by the Army. A medium sized aerostat based platform was developed for surveillance applications. A novel method was developed and flight-tested for an in-flight structural monitoring of the manned as well as unmanned aircraft structures. The scheme was flight tested on a NISHANT UAV. Besides, over 100 test flights of a 3,000 gram Micro Aerial Vehicle (MAV) designed and developed by DRDO were carried out. A laser seeker kit SUDARSHAN for 1,000-pound bombs was developed and initial demand for significant number of seekers kits has been received from the users. Major milestones in the indigenous development of fighter aircraft engine was achieved with the completion of “Official Altitude Testing” (OAT) of Kaveri Gas Turbine Engine for simulated operating conditions. Subsequently, the flights of Kaveri engine were successfully carried out on a Flying Test Bed (FTB) proving the technological capability and maturity of the indigenous efforts. This is the first time that an indigenously developed gas turbine engine for fighter aircraft has been flown on a FTB board. DRDO has developed expertise in the field of testing and certification for various components sub-systems and systems as well as complete airborne platforms. Thus, Initial Operational Clearance of LCA and Advanced Light Helicopter Mk.3 were major activities in this area.

Advanced Active-cum-Passive integrated sonar system HUMSA NG was designed, developed and installed on various ships of Indian Navy. Autonomous Underwater Vehicle (AUV) capable of navigation was demonstrated at sea. A carbon dioxide curtailment System for submarines was designed and developed. The system has been accepted by the user. SANJEEVANI Mk.2, a device designed and developed to locate victims trapped under the debris was handed over to National Disaster Management Authority (NDMA) and Kerala Govt. Fire Services.

An advanced facility was created to undertake full scale processing of large rocket motors. The facility was commissioned and the casting of various motors commenced. Development of PINAKA – multi barrel rocket launcher system was achieved with the successful transfer of technology to production agencies, two regiments of PINAKA (worth Rs 1300 crores) have been raised by Army which is likely to place orders for another two regiments. The transfer of Technology (ToT) for multimode grenade was completed, for which Army has placed an order for 10 lakh grenades. Under Barrel Grenade Launcher (UBGL) for INSAS and AK-47 rifle was introduced into service with order for 10,000 Launchers. The state-of-the-art microcontroller based system Instant Fire Detection & Suppression System (IFDSS) BMP-2/2K developed for providing protection against fire to the troops & engine compartment, was accepted by the Army. Production order worth Rs. 168 crores has been received.

MBT Arjun Mk.1 was successfully inducted in the Army and two regiments of Arjun Main Battle Tank have been raised. A Carrier Command Post Tracked (CCPT) vehicle was accepted by the Army for induction. A modified Armoured Amphibious Dozer (AAD) completed its user trials. User trials of remotely operated vehicle (ROV DAKSH) were successfully carried out and LSP order for 20 numbers is being executed. Design of Snow Gallery for protection of personnel and equipment from avalanches and design of Instrumented Composite Tower for studies on avalanches were completed.

In the field of electronics and electro-optics, many systems were inducted/accepted by the services. 3D medium range surveillance radar - ROHINI and its naval variant REVATHI were inducted. 3D low-level light weight radar - Aslesha (for IAF) as well as Bharani (for Army) was accepted by the user. The engineered version of upgraded Weapon Locating Radar (WLR – Swathi) developed by DRDO was realized by the production agency. The electronic warfare system SAMYUKTA (naval variant) and SUJAV were inducted. Orders have been received for the Combat Net Radio (CNR) with anti-jamming features. A holographic sight for rifles/carbines was developed for aiming in closed quarter battle role and was accepted by the users.

Even with the most advanced weapon systems, the man behind machine is the most crucial factor in winning the war. The Life Sciences laboratories of DRDO continued to develop technology to maximize the operational efficiency of our soldiers and provide them with adequate support and protection. Some of the major achievements are highlighted. Three mobile laboratories for nuclear, biological and chemical defence were handed over to the user and rigorous training was imparted to them. An upgraded first-aid kit for protection against chemical and biological agents as well as the nuclear radiation were accepted by the services. Technology for producing DRDO developed kits for detection of swine flu was transferred to the production agency. The Combat Free Fall (CFF) protection system to meet the requirements of high altitude paratrooper’s mission requirements was designed developed and is under limited series production. A Submarine Escape Set (SES) for escape from an abandoned submarine from depths of 100m was designed and developed. Navy has projected a requirement of over 400 suits. Greenhouses were established at power plant locations such as Siachen Base camp, Chushul, Battalik etc and an average of 1400 kg vegetables of high nutritive values were produced in each greenhouse by standardizing the practices and procedures. About 5000 MT of vegetables are locally grown for meeting Army’s requirements A Computerized Pilot Selection System (CPSS) was designed, developed and accepted by the Air Force. Series production of systems for deployment at all the Air Force Selection Boards of the IAF is underway. Yoga Training Modules have been developed for toning up cardio-respiratory, respiratory, endocrine and nervous systems to maintain optimum physical fitness and mental health of troops deployed at high altitude extreme climates. Yoga training was provided to over 2000 personnel who were to be deployed at Siachen Glacier. MoU has been signed with Indian Railways for joint development of Biotoilets to be installed in rail coaches. Biotoilets have been installed in Lakshadweep Islands and NE region of India for safe disposal of human waste and MoUs signed with Indian Railways & Min. of Urban Development for installation in rail coaches & homes. MoU with Ministry of Urban Development is under process for joint development of biotoilets and their installation under mass civilian program.

Advanced materials have been always at the core of weapon systems and military hardware. Significant milestones were achieved in this critical area. A low-alloy steel “DMR-1700” with ultrahigh strength and high fracture toughness was developed as a cost effective replacement of 250 grade maraging steel. The alloy was successfully proven by successful demonstration in the intended application. A 500 ton per annum capacity titanium sponge plant based on DRDO technology was set up at Kerala Minerals and Metals Limited (KMML). The Plant was inaugurated by the Defence Minister on 27 Feb 2011. Light-weight composite armour for Mi-17-IV helicopter of IAF has successfully undergone integration and flight-trials. Technology developed for vacuum investment casting of gas turbine blades for Kaveri engine was extended for making high pressure turbine blades for land-based gas turbine for power generation. The runways at strategic locations often require rapid repairs. Many of these locations are in extreme

cold regions where the normal concrete does not set in easily. Technology for rapid repair of runways in cold regions was developed and successfully demonstrated at sub zero temperature.

A dedicated team of DRDO engineers executed highly specialized nature of Civil works at some of the most difficult and hazardous area within the stipulated time frame. Agreements for co-operation / co-development in frontline areas of science, technology and engineering were signed with several countries.

LIST OF AWARDS:

1. Silicon Trophy 2010:
Research Centre Imarat (Programme AD), Hyderabad in recognition of the outstanding achievements of the laboratory in developing a Ballistic Missile Defence System.

2. Titanium Trophy 2010: DL, Jodhpur in recognition of its contribution in the area of camouflage and low observable technologies for the Armed Forces and critical defence equipment.

3. Life Time Achievement award for 2010 has been conferred on Air Cmde R Gopalaswami (Retd), Defence Research & Development Laboratory (DRDL) Hyderabad for the development of liquid rocket engines for missiles and multi-fold array of technology and management initiatives.

4. Technology Leadership Awards for:

Dr. V Bhujanga Rao, Distinguished Scientist & Director, Naval Science and Technology Laboratory (NSTL), Vishakhapatnam for outstanding contributions in the design, development and induction of indigenous underwater weapons, naval stealth products, underwater mines, fire control systems and autonomous underwater vehicles.

S Sundaresh, Distinguished Scientist and Chief Controller Research & Development. Shri S Sundaresh pioneered the development of complex, multi-disciplinary, technology intensive Integrated Fire Control System (IFCS) for the MBT Arjun through successful system integration, weapon system trials and user acceptance.

Dr G Malakondaiah, Distinguished Scientist and Director, Defence Metallurgical Research Laboratory (DMRL), Hyderabad. Dr. G Malakondaiah has made valuable contributions in the development of speciality low-alloy steel DMR-1700 as a cost-effective replacement of maraging steels. AB class naval steels were indigenized under the leadership of Dr G Malakondaiah and are being used in the construction of the very first indigenously built aircraft carrier at the Cochin Shipyard.

Partager cet article
Repost0
27 mai 2011 5 27 /05 /mai /2011 11:35
L’irrésistible ascension de la marine de guerre chinoise

 

26 mai par Edouard Pflimlin, chercheur associé à l’IRIS - affaires-strategiques.info

 

Le 2 mai dernier, le quotidien chinois China Daily (1) rapportait une information largement passée inaperçue dans les médias occidentaux et pourtant très significative : l’agence de Surveillance maritime chinoise, l’équivalent des gardes-côtes, annonçait par la voix de son directeur Sun Shuxian le renforcement rapide de ses moyens, avec notamment l’acquisition de 36 bâtiments d’inspection supplémentaires au cours des cinq prochaines années, venant s’ajouter aux 300 déjà existants. Cette annonce est loin d’être neutre. En effet, cet organisme, créé le 19 octobre 1998, est une agence paramilitaire qui doit assurer l’application de la loi dans les eaux territoriales, les zones économiques exclusives et le littoral. Comme son alter ego japonais, certains navires sont importants, 30 ont plus de 1 000 tonnes de déplacement et le plus rapide a un rayon d’action de 5 000 milles nautiques. Ce renforcement traduit la volonté de « mener des patrouilles régulières plus fréquemment afin de renforcer l’application de la loi dans les eaux dépendant de la Chine pour sauvegarder les droits maritimes du pays en 2011  », indique Sun Shuxian. En clair, il s’agit de réaffirmer avec plus de moyens les droits mais aussi les ambitions de la République populaire en mer de Chine.

 

Cette annonce survient en effet 8 mois après un grave incident naval entre la Chine et le Japon autour des îles disputées de Diaoyu (en chinois) ou Senkaku (en japonais) en mer de Chine orientale. Elle est une nouvelle marque de l’expansion militaire navale chinoise.

Celle-ci n’est cependant pas récente même si elle s’est accélérée depuis quelques années.

 

Pendant longtemps, la marine de guerre (appelée marine de l’armée populaire de libération) a été reléguée au second plan. Certes, comme le rappelle Olivier Zajec (2), on « tend à oublier que la Chine a toujours été active dans la région. Dans les années 1950, la marine chinoise a repris la plupart des petites îles côtières contrôlées par les nationalistes de Tchang-Kai-Tchek. En 1974, elle a pris l’avantage à la faveur de la défaite du Sud-Vietnam pour occuper les îles Paracels, et en 1988 elle a pris le récif Fiery Cross près de l’Archipel des îles Spratly aux Vietnamiens…  ».

 

Cependant, de l’établissement de la République populaire de Chine en 1949 jusqu’aux années 1980, «  Pékin était surtout intéressé par la protection de ses côtes d’une invasion : sa stratégie navale durant ces quelque trente années était connue sous le nom appropriée de « défense près des côtes  »(3). La Chine ne possédait que des petits navires aux capacités limitées… Cette stratégie mettait l’accent sur la protection des eaux jusqu’à environ 12 milles de la côte de la Chine, en partie parce que durant les années 1950 il s’agissait de faire face aux forces du Kuomintang. Dans les années 1960 il s’agissait d’appuyer les opérations terrestres en cas de guerre entre la Chine et l’Union soviétique.

Après les réformes économiques et la politique d’ouverture du leader chinois Deng Xiaoping à partir de 1978, les régions côtières ont monté en importance ; ce qui signifiait que la marine chinoise devait orienter sa stratégie dans une nouvelle direction. L’amiral Liu Huaqing, qui est généralement crédité pour avoir conduit ou initié les efforts de modernisation de la marine, qu’il a commandée de 1982 à 1988, a permis la transition vers une doctrine de « défense active des mers proches ». Elle impliquait pour la marine de couvrir une aire beaucoup plus grande qu’auparavant, englobant les eaux à l’intérieur et autour de la « première chaîne d’îles », du Japon aux îles Ryukyu, de Taïwan aux Philippines jusqu’à Bornéo. La marine était donc en charge de la Mer jaune, la Mer de Chine orientale et la mer de Chine Méridionale notamment.

Cette nouvelle doctrine stratégique impliquait de nouvelles missions : au lieu de simplement soutenir les opérations de l’armée de terre, la marine devait se concentrer sur la réunification avec Taïwan, sur les différends maritimes territoriaux, sur la protection des lignes de communication maritimes et sur la dissuasion ou la défense contre une attaque ennemie par la mer. Après la crise du détroit de Taïwan en 1995-1996, la marine se concentra principalement sur les scénarios concernant l’île revendiquée par Pékin, comme un blocus, une invasion de l’île ou l’opposition à une intervention américaine.

Cependant la stratégie ne couvrait pas des opérations indépendantes dans des régions plus lointaines. Avec la montée en puissance de l’économie chinoise et le poids croissant de Pékin dans le monde, la marine évolue vers une stratégie nouvelle d’ « opérations dans les mers lointaines » avec des responsabilités qui s’étendent au-delà de la « seconde chaîne d’îles », partant du Nord du Japon jusqu’au Nord des îles Mariannes et Guam.

Ses nouvelles responsabilités font suite à l’énonciation par le président chinois Hu Jintao en 2004 des « Nouvelles missions historiques » de l’armée chinoise et du concept de « tâches militaires diversifiées ». La modernisation de la marine signifie que Pékin pourrait appeler celle-ci à défendre ses intérêts maritimes régionaux, protéger ses voies de communication, évacuer des ressortissants chinois en cas de crise à l’étranger, participer à des opérations d’aide humanitaire ou encore de lutte contre la piraterie. Mais la priorité reste encore maintenant aux opérations à l’intérieur des « premières et deuxièmes chaînes d’îles » et au conflit potentiel autour de Taïwan. Le Livre Blanc de 2006, le 5e du genre, a fourni ensuite un cadre pour le développement accéléré de la marine, en transférant aussi la priorité à l’armée de l’air, au « détriment » de l’armée de terre. Les 3 flottes (Celle la Mer de l’Est, dont le QG est à Shanghaï, la flotte du Sud basée à Zhanjiang et la flotte du Nord à Qingdao) ont été modernisées, chacune ayant par ailleurs leurs propres bases navales équipées de bombardiers et d’avions de chasse.

La modernisation des concepts stratégiques s’est accompagnée d’un développement impressionnant de la flotte de guerre. En 2010 (4), la marine comptait 225 000 hommes, dont 40 000 sont des conscrits. Au niveau de l’équipement, le nombre de sous-marins était estimé à au moins 58 dont six nucléaires, plus de 50 frégates et au moins 27 destroyers, plus de 180 navires amphibies ou encore 81 navires de guerre des mines. C’est devant le Japon la première force en Asie, si l’on exclut la marine américaine. Et en tonnage, elle était la troisième du monde.

Cette marine va aussi se doter prochainement de son propre porte-avions que la plupart des experts attendent pour 2015 ; elle a déjà acquis un ancien porte-avions ukrainien, le Varyag, en 1992.

 

Quelles sont les menaces que fait peser cette marine de guerre ?

 

Selon le dernier Livre Blanc sur la défense chinois (5), publié le 31 mars dernier, la marine chinoise a développé ses capacités de « conduire des opérations dans des mers lointaines » et a « amélioré ses capacités de dissuasion stratégique et de contre-attaque ». « De nouveaux types de sous-marins, de frégates, d’avions (de l’aéronavale) et de navires de soutien logistique ont été déployés comme prévu ». Les Etats-Unis, qui sont un acteur clef du Pacifique sur le plan militaire, avec notamment leur VIIe flotte et leurs bases militaires au Japon, s’inquiètent(6) de cette montée en puissance de la Chine populaire. La marine chinoise « développe les capacités pour attaquer les navires de surface ennemis jusqu’à 1 000 milles nautiques (1 853 kms) du continent grâce notamment à des missiles de croisière anti-navires à longue portée tirés à partir de sous-marins ou de destroyers lance-missiles. », sans compter les missiles qui peuvent être tirés de bombardiers stratégiques. « La plus grande menace pour la survie des porte-avions américains en mer est le nouveau missile balistique DF – 21 D antinavire qui a une portée supérieure à 930 milles. Il aurait atteint la capacité opérationnelle en 2010. » Les experts s’interrogent encore sur l’ampleur de la menace mais elle ne saurait être négligée.

Le déclin américain est toutefois relatif comme le rappelle la revue DSI (7). « Simplement, en nombre de navires de combat, la marine américaine a également le niveau de deux puissances vis-à-vis des flottes chinoise et russe, soit 203 bateaux par rapport à leurs 205 ». « Si l’on considère plutôt le tonnage cumulé, la marine américaine a le niveau de 13 puissances, avec un avantage de 2,63 contre 1 vis-à-vis des flottes russe et chinoise combinée… Ses 11 porte-avions et ses 10 porte-aéronefs représentent le niveau de neuf puissances et ils opèrent 980 avions, deux fois plus que ceux transportés sur les 16 porte-avions des neuf pays suivants… ». « Leur flotte de 56 sous-marins nucléaires peut paraître démesurée par rapport au reste de la flotte mondiale de 220 SSN et SSK d’autant plus que les avantages qualitatifs de la force des sous-marins américains sont énormes »…

Par ailleurs, les Etats-Unis redéploient une partie de leurs moyens militaires sur l’île de Guam(8), qui « devrait abriter des bombardiers à long rayon d’action et des sous-marins équipés de missiles de croisière ».

 

Alors pourquoi la marine chinoise fait-elle peur ?

 

C’est parce que la Chine a d’importants différends territoriaux maritimes avec ses voisins. Et aussi parce qu’elle est devenue le deuxième importateur mondial de pétrole derrière les Etats-Unis, qui provient essentiellement par voie marine, ce qui ne fait qu’accentuer les tensions.

L’épisode récent qui a mis aux prises des patrouilleurs japonais à un navire de pêche chinois datant de septembre 2010 autour des îles Senkaku, en mer de Chine orientale, a conduit à de vives tensions entre Pékin et Tokyo alors même que les pays sont devenus depuis peu les principaux partenaires commerciaux respectifs. Il faut dire que l’enjeu n’est pas que ces îlots inhabités, dont la plus grande fait 3,5 km2, bien loin de la capitale japonaise, mais revendiqués par les deux pays. Les eaux abriteraient d’importantes réserves d’hydrocarbures…

Mais Pékin entretient aussi un différend maritime avec Séoul en mer jaune. Et il faut aussi aller beaucoup plus au sud, en mer de Chine Méridionale, pour trouver un autre espace de confrontation. On l’a dit les îles Paracels ont été occupées en janvier 1974 par l’armée chinoise. Un conflit terrestre a eu lieu entre la Chine et le Vietnam en février 1979. En 1996, le Vietnam a réaffirmé ses prétentions sur cet archipel. L’archipel des Spratly (Nansha en chinois) est, lui, situé dans la partie sud de la mer de Chine Méridionale, «  il est constitué d’îlots, de récifs et de hauts-fonds découvrants… Six pays (le Vietnam, les Philippines, la Malaisie, Brunei, la Chine et Taïwan) se disputent la souveraineté de l’archipel(9) ». « La présence de la Chine qui revendique l’ensemble de l’archipel et occupe des îlots dispersés complique la situation ». Pékin a commencé à débarquer des troupes sur des îles et récifs à partir de 1988, «  ce qui avait donné lieu à des affrontements meurtriers entre les marines chinoise et vietnamienne à proximité du récif Johnson (78 soldats vietnamiens auraient péri)  ».

Là encore des ressources en hydrocarbures compliquent la donne. Par ailleurs, la zone a aussi un intérêt pour les forces nucléaires chinoises. De nombreux experts estiment que la «  Chine essaie d’établir un « bastion » ou un sanctuaire pour ses sous-marins nucléaires lance-missiles, qui pourraient déclencher une attaque balistique nucléaire contre les Etats-Unis. La Chine a récemment construit une base sous-marine souterraine sur l’île de Hainan, qui fait face à la mer de Chine Méridionale »(10).

 

Mais la marine chinoise va bien au-delà de la Mer de Chine Méridionale. En effet, pour assurer la sécurité des voies de communication par lesquelles passent les supertankers transportant le pétrole brut pour alimenter la consommation chinoise, « Pékin construit « un collier de perles » de bases chinoises permanentes le long des côtes de l’Océan Indien et des routes maritimes jusqu’au détroit de Malacca : Marao aux Maldives, Coco Island en Birmanie, Chittagong au Bangladesh et Gwadar au Pakistan…

 

Et elle intervient loin de ses bases pour participer à la lutte contre la piraterie au large de la Somalie. Récemment, elle a même déployé un navire en Méditerranée, une première, pour évacuer des ressortissants victimes de la crise libyenne.

 

Montée en puissance de la marine chinoise, revendications territoriales, réseau de bases ou de facilités navales, opérations loin des frontières… suscitent appréhension et réactions.

Le Japon a ainsi marqué ses craintes par rapport à la montée en puissance chinoise. Comme le souligne Céline Pajon(11) : « Les nouvelles orientations (de la politique de défense japonaise) de décembre 2010 notent ainsi que « le manque de transparence de la stratégie militaire chinoise constitue un objet d’inquiétude pour la communauté internationale et asiatique ». De fait, la réorganisation de la posture de défense japonaise semble d’abord répondre à la montée en puissance militaire chinoise. Elle rejoint la posture américaine qui, dans la Quadriennal defense review et un rapport du département de la Défense datant du mois d’août 2010, relève l’expansion de ma force navale chinoise et sa capacité de déni d’accès ». Les incursions répétées de sous-marins chinois dans ses eaux territoriales en novembre 2004 et septembre 2008, les exercices d’une ampleur sans précédent en mars et avril 2010 dans le détroit de Miyako, au sud de l’archipel d’Okinawa ont inquiété Tokyo avant même l’incident des Senkaku. Face à cette menace perçue, le Japon a décidé de restructurer ses forces : « L’accent est porté sur la protection des îles lointaines du Japon et la sécurité des routes maritimes. Afin de répondre au nouveau contexte sécuritaire, 2000 soldats japonais seront déployés sur les îles du Sud-Ouest (Nasei) face aux forces chinoises », souligne Céline Pajon. L’accent est aussi mis sur les sous-marins où le Japon excelle. Alors qu’en 1976 un plafond avait été fixé de 16 sous-marins opérationnels, les dernières National Defense Program Guidelines, rendues publiques le 17 décembre 2010, portent le plafond à 22 unités, face à la menace chinoise. L’expert Joseph Henrotin souligne (12) que « ces dernières années, il n’est plus tant question de prolifération sous-marine que d’une véritable course aux armements. Outre les développements observés en Chine, le Vietnam a commandé six unités, et l’Australie a affiché ses ambitions (six unités de plus, soit un total de douze) comme la Thaïlande (deux unités) et le Bangladesh (une unité). Singapour restera à quatre unités, la Malaisie à deux et les prévisions sont de dix-huit unités pour la Corée du Sud. En fait, seuls les Etats-Unis et la Russie – en raison de leurs positionnements – sont les seuls Etats « asiatiques » à voir une diminution de leurs flottes, et encore reste-t-elle à relativiser ».

 

Cette course aux armements qui ne concerne pas que les sous-marins illustre bien les inquiétudes des voisins de la Chine.

Signe que les temps changent, en août 2010, le porte-avions américain USS George Washington a visité la cité de Da Nang au Vietnam (qui fut notamment une importante base navale américaine). Or Da Nang n’est qu’à 300 kilomètres de l’île chinoise d’Hainan !

En réalité, un réseau de nations émerge dans la région qui essaie de contrebalancer la puissance chinoise avec pour pivot les Etats-Unis. Ceux-ci ont réaffirmé leur soutien à leur principal allié dans la région, le Japon. La secrétaire d’Etat Hillary Clinton a fait une déclaration importante en octobre 2010, concernant les Senkaku indiquant que ces îles entraient dans le champ de l’article 5 du traité de sécurité américano-japonais. Ce qui voulait dire que les Etats-Unis estiment qu’ils ont l’obligation d’aider le Japon à défendre ces îles, si elles étaient attaquées. En juillet 2010, la même Hillary Clinton soulignait au Forum régional de l’Asean (Association des nations du Sud Est Asiatique) que les «  Etats-Unis soutiennent un processus diplomatique collaboratif pour résoudre les différends territoriaux et s’opposent à l’utilisation ou la menace de la force  ». Or les différends en Mer de Chine Méridionale mettent en jeu des membres de l’Asean et la Chine. Là encore, les Etats-Unis signifient qu’ils ne resteront pas les bras croisés en cas de crise.

 

En conclusion, « la simple observation des croissances économiques et des parts du PIB affectées à la défense montrent que des pays comme le Japon, la Corée du Sud, l’Inde et surtout la Chine, sont encore loin d’atteindre leur plafond de développement naval  », indique l’expert Philippe Langloit (13). La Chine est loin d’affecter au naval ce que, comparativement, les Etats-Unis lui adressent. La marine chinoise pourrait donc connaître encore un développement massif et plus rapide. Deuxième constat de l’expert, « les marines sont toujours d’un point de vue historique, les instruments de l’expansion coloniale  ». La question est donc de savoir ce que la Chine fera de sa puissance navale.

Enfin, «  le développement des marines de guerre est historiquement associé à l’émergence les logiques de flux économiques, culturels, de savoir et autre, qui ont constitué les premières « briques » du processus de mondialisation ». Les marines asiatiques et notamment celle de la Chine populaire maîtrisent ce paramètre comme le montrent les déploiements chinois dans l’Océan Indien.

La marine chinoise va donc poursuivre son ascension dans le Pacifique et au-delà, même si les Etats-Unis devraient maintenir leur rang de numéro un mondial naval, en dépit d’une baisse de leurs moyens navals qui sera inévitable à l’horizon 2020. Il reste que les Etats-Unis peuvent s’appuyer sur des alliés. Sur les vingt flottes mondiales suivantes celle des Etats-Unis, pour ce qui est du tonnage cumulé, pas moins de dix-huit sont soit des alliées formelles des Etats-Unis, soit ont des liens d’amitié à leur égard. Celles de l’OTAN atteignent déjà des niveaux de coopération élevés avec la marine de guerre américaine. La dernière et nouvelle stratégie maritime, A cooperative strategy for the 21st century seapower, est expressément conçue pour étendre encore plus de tels niveaux de coopération (14).

 

La puissance maritime chinoise mettra donc encore des années si elle souhaite un jour s’imposer dans le Pacifique Ouest et au-delà.

 

(1) "Maritime surveillance forces will expand", Wang Qian, China Daily, 2 mai 2011

(2) « Les ambitions navales de la Chine », Le Monde diplomatique, septembre 2008

(3) Michael S. Chase, China’s Growing Naval Power, December 2010. Progressive Policy Institute

(4) Chiffres de la revue DSI. Hors série n°15. Chine. Le géant militaire du 21e siècle ? . Décembre 2010 – Janvier 2011

(5) « Chinese navy improves combat capability : white paper », Xinhua, Beijing, 31 mars 2011

(6) Milan Vego, « China’s naval challenge ». April 2011, US Naval Institute. Lire aussi : Ronald O’Rourke, « China Naval Modernization : implications for U.S. Navy Capabilities – Background and issues for Congress », CRS Report for Confress, 19 novembre 2008

(7) « Marines en Asie. Un équilibre en mutation ». in Guerre navale de surface, DSI, Hors série n°14 octobre – Novembre 2010

(8) Jen Alic, « Rising chinese navy challenges US power in Asia-Pacific, cementing military role for Guam », 22 février 2011, Guam Buildup News

(9) Didier Ortolland, Jean-Pierre Pirat, Atlas Géopolitique des espaces maritimes, Editions Technip, 2008.

(10) Yoichi Kato, “China’s naval expansion in the Western Pacific”, 29 janvier 2011, Asahi Shimbun

(11) Céline Pajon, « Le réarmement contrôlé du Japon », Politique étrangère 1 :2011, IFRI

(12) Joseph Henrotin, « L’accroissement de la flotte sous-marine japonaise. Quel niveau de forces en 2020 ? », DSI, mars 2011.

(13) Philippe Langloit, « Distribution de la puissance navale. Trois constats et leurs conséquences », in DSI. Hors série n°15. Chine. Le géant militaire du 21e siècle ? Décembre 2010 – Janvier 2011.

(14) Geoffrey Till, « Marines en Asie. Un équilibre en mutation », in Guerre navale de surface, DSI, Hors série n°14. Octobre – Novembre 2010

Partager cet article
Repost0
24 mai 2011 2 24 /05 /mai /2011 17:00
NATO Defends Airstrikes on Libyan Navy Vessels

May 24th, 2011 By German Radio DEFENCE TALK

 

NATO has defended its decision to bomb eight docked Libyan warships following fears over Gadhafi's increasing reliance on the navy. NATO asserted that its ongoing airstrikes have successfully weakened Gadhafi's regime.

 

NATO has defended its airstrikes on eight docked warships belonging to Libyan leader Moammar Gadhafi's navy after the vessels were bombed in the night to Friday.

 

In a statement released Friday, NATO said the bombings were part of a series of coordinated precision airstrikes against pro-Gadhafi regime forces in the ports of Tripoli, Al-Khums and Sirte. This included strikes against eight warships stationed in these ports.

 

NATO also reported that it had intercepted an oil tanker that the alliance had reason to believe was delivering fuel to Gadhafi's military forces.

 

Defending the action, military spokesman Mike Bracken told reporters in Brussels that NATO's command in the western port of Misrata had intercepted boats laying land mines and found an inflatable boat carrying a ton of explosives, capable of sinking another ship.

 

"Should we have waited until somebody else had been killed or should we have taken action? I suggest we took action to enable us to stop and reduce that risk to the civilian population," Bracken said.

 

"Our aim was not to destroy those ships, but to remove their ability to turn their military weapons on the civilian population, humanitarian assistance or NATO vessels," he added.

 

NATO had 'no choice'

 

Rear-Admiral Russell Harding, deputy commander of the NATO-led air offensive, also asserted the importance of the ongoing airstrikes.

 

"Given the escalating use of naval assets, NATO had no choice but to take decisive action to protect the civilian population of Libya and NATO forces at sea," he said.

 

Harding insisted that all the vessels hit were legitimate military targets with "no civilian utility," but the Libyan government disputed this, with spokesman Mussa Ibrahim suggesting NATO was trying to scare international shipping firms into avoiding ports held by Gadhafi's forces. "Whatever the ship that has been hit, it is clearly a message sent by NATO to the international maritime companies not to send any more vessels to Libya," Ibrahim said.

 

Libyan officials also took selected journalists to the port in Tripoli where they said six boats - five belonging to the coastguard and a larger naval vessel - had been struck by NATO aircraft. The general manager of the port, Mohammad Ahmad Rashed, said all the vessels had been undergoing maintenance and had been out of commission since the conflict began.

 

Inevitable collapse of Libyan regime

 

Western governments say their bombardment of Libyan military targets is beginning to tip the balance in favor of the rebels in the conflict.

 

"We have significantly degraded Gadhafi's war machine. And now we see results, the opposition has gained ground," NATO Secretary-General Anders Fogh Rasmussen told a news conference in Bratislava on Thursday.

 

"I am confident that a combination of strong military pressure and increased political pressure and support for the opposition will eventually lead to the collapse of the regime."

 

Meanwhile, speaking in a major address about the Middle East on Thursday, US President Barack Obama said it was inevitable that Gadhafi would be forced from power.

 

"Time is working against Gadhafi. He does not have control over his country. The opposition has organized a legitimate and credible Interim Council," Obama said in Washington.

 

"When Gadhafi inevitably leaves or is forced from power, decades of provocation will come to an end and the transition to a democratic Libya can proceed," he added.

 

But Libyan government spokesman Ibrahim refuted Obama's claims. "He believes the lies that his own government and media spread around the world," he said.

 

"It's not Obama who decides whether Moammar Gadhafi leaves Libya or not. It's the Libyan people."

Partager cet article
Repost0
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 18:00

http://4.bp.blogspot.com/-Qy5z49qsrYc/TcUC2yW9vCI/AAAAAAAAJN8/_ek4UHT9XKw/s400/636_Navalshow.jpg

 

Kilo 636 submarine (photo :Navalshow)

 

07 May, 2011 DEFENSE STUDIES

 

Commentary Han Hoa Military Magazine in April, a leading source of military technology expert reputation in Moscow (Russia) said that under a bilateral agreement signed between Russia and Vietnam, in 2013, Vietnam will receive the first Kilo submarines, a year later as the second and the last one will be delivered in 2017.Compared with 636-MK submarines that use by the Chinese Navy, Kilo 636-MV submarines that Russia sold to Vietnam has many differences, of which the largest is about armament.

 

First, Vietnam's Kilo submarines will be fitted with land attack cruise missile 3M-14E latest type, with a range of 290 km. Missiles are not Russia's Defense Ministry approved the export to China. Apart from Vietnam, two other countries are exporting Russian 3M-14E missiles is India and Algeria.

 

Besides that, Kilo 636-MV submarine is equipped with radar-guided complex multi-effects post GE2-01 type. This has not been removed for export to China, the biggest advantage is minimizing the noise in the environment and help diversify measures directions.

 

Sonar system, Kilo 636-MK China submarines is equipped with sonar systems MGK 400E basic types. Meanwhile, the Kilo 636-MV submarines are installing sonar systems MGK 400E type improvements. Two sonar system has the same sounding range, but the sonar system type MGK 400E is equipped with improved signal processing speed and performance more digitized higher level.

 

http://4.bp.blogspot.com/-vtyRHkdc1os/TcUGCQuLoGI/AAAAAAAAJOU/hz7wbllm9tw/s400/3M14E.jpg

 

Novator 3M-14E Club S missile type of land attack cruise missile, max range 290km (photo : Elforo)

 

On the periscope, both Kilo 636-MK submarine and Kilo 636-MV submarines are equipped with sounding optical system, but the periscope used for tasks Kilo 636-MV attack submarines are installation of additional equipment measuring distance from IR ray and TV monitoring systems, Meanwhile, Kilo 636MK submarines primarily use optical aiming device and no distance measurement beam from. That means fighting capability at night and the attack accuracy of the Kilo 636-MV submarine will be higher than Kilo 636-MK submarine.

 

Final difference is the air conditioning system that Kilo 636-MV submarines using more appropriate to the climate, tropical terrain.

 

Besides these differences, Kilo submarines that Russia sold to China and the Russian Kilo submarine exports to Vietnam have some similarities, such as the missile is equipped with 3M-54E anti-ship, and used batteries 476 E type of improvement, long life and meet the requirements of the water temperature in the Pacific Ocean.

 

Sources said that the production time of two submarines on each other for over 5 years, the technology equipped for Kilo 636-MV submarines is granted with more advanced than Kilo 636-MK. Considering the differences above, according to the magazine, although both are Kilo 636 M submarines, but the gap in technology between the Kilo 636-MV submarine and Kilo 636-MK submarine at least 10 years.

 

http://3.bp.blogspot.com/-2aPWeNYPZDA/TcUC3REScUI/AAAAAAAAJOM/byZ4TVlAXlY/s400/3M54E.jpg

 

Novator 3M-54E Club S type of anti ship cruise missile, max range 220km (photo : Elforo)

 

About 6 Kilo submarines sold by Russia to Vietnam, long have information that Vietnam can use them to build two fleets. However, according to sources, six submarines of the Kilo 636-MV Vietnam will be arranged uniformly, forming a Russian fleet and the construction will be in charge of all media repository missiles at seaports and oxygen supply stations as part of the contents of bilateral agreements signed with Vietnam.

 

Related to the purchase price of Kilo 636-MVsubmarine, formerly reported that Vietnam Navy may have to buy Kilo 636-MV submarines with high prices. But according to sources, the price of Kilo 636-MV submarines that Russia sold to Vietnam is completely true and current prices Russia has started to manufacture first Kilo 636 submarines for Vietnam.

 

(Nghien Cuu Bien Dong)

Partager cet article
Repost0
4 mai 2011 3 04 /05 /mai /2011 12:30

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/media/02/02/383196041.jpg

 

04.05.2011 par P. CHAPLEAU Lignes de Défense

 

Le BPC Dixmude a pris la mer la semaine dernière. Une première sortie sans tambours ni trompettes. Contrairement à la Fremm Aquitaine qui avait eu droit à un papier sur le site internet de la DGA (en date du 19 avril, alors que la sortie datait du 18), le Dixmude n'a eu droit qu'à un silence presque total.

 

La direction des chantiers STX s'est borné à indiquer que les essais s'étaient « déroulés de manière satisfaisante » et dans les temps impartis. Les tests portaient en particulier sur « la propulsion, les manoeuvres habilitées, la vitesse, la navigation ». Autre petite indication, quant au bilan de ces opérations qui constituent une étape importante dans la naissance d'un navire: « Aucune nouvelle sortie n'est prévue. »

 

Pour sa part, DCNS a brièvement révélé, sur son propre site, que le Dixmude et l'Aquitaine s'étaient croisé en mer, le 28 avril, quelque part au large de Belle-Ile-en-Mer (voir la photo ci-dessus). Il aura fallu un papier dans l'édition de Saint-Nazaire d'Ouest-France pour que l'on apprenne que le navire était bien rentré.

 

Le point sur le 3e BPC. Parti mardi dernier en mer pour la toute première fois, le bâtiment de projection et de commandement (BPC) Dixmude a regagné, samedi les chantiers STX de Saint-Nazaire où il est en construction pour le compte de la Marine nationale. Les tests de résistance se sont enchaînés au cours des cinq jours. Une partie de l'équipage ainsi que des équipes STX étaient à bord pour cette campagne d'essais en mer. Le bâtiment de guerre doit quitter Saint-Nazaire en juillet. Il mettra le cap sur Toulon, où les équipes de DCNS installeront son système de combat.

Après le Mistral et le Tonnerre, livrés respectivement en 2006 et 2007, le Dixmude est le troisième BPC réalisés par les chantiers nazairiens et DCNS. La commande a été passée dans le cadre du plan de relance économique gouvernemental. Ce bâtiment de 199 mètres de long, pour un déplacement de 21 000 tonnes, prévu pour une vitesse de dix-neuf noeuds, peut embarquer 450 hommes de troupe, seize hélicoptères lourds et quatre barges de débarquement. Il dispose d'un hôpital embarqué et de 160 hommes d'équipage.

Partager cet article
Repost0
4 mai 2011 3 04 /05 /mai /2011 08:00

ands

http://www.meretmarine.com/objets/500/32635.jpg

Le Holland a réalisé sa première sortie avant que l'I-Mast ne soit installé

crédits : MARINE NEERLANDAISE

 

04/05/2011 MER et MARINE

 

Le Holland, premier des quatre Ocean Going Patrol Vessels (OGPV) commandés aux chantiers Damen Schelde Naval Shipbuilding, a réalisé en avril ses premiers essais au large des côtes néerlandaises. Cette sortie en mer du Nord a porté sur la manoeuvrabilité et la propulsion, avec notamment une navigation de 4 heures à pleine puissance pour tester les équipements et la consommation en carburant. Pour ces premiers essais, le Holland n'était pas encore doté de son I-Mast IM-400, un mât intégré conçu par Thales et rassemblant la quasi-totalité des senseurs embarqués (radars, systèmes de détection, conduite de tir, télécommunications...) Cette structure, réalisée indépendamment du navire, sera montée une fois achevée sur le patrouilleur. Une fois en place, le bâtiment pourra débuter les essais de son système de combat et de son système d'armes, en vue d'une livraison à la marine néerlandaise en fin d'année. En tout, quatre navires de ce type ont été commandés (Holland, Friesland, Zeeland et Groningen) mais, en raison des restrictions budgétaires, les Pays-Bas ne devraient en conserver que deux, les autres étant proposés à l'export. Longs de 108.4 mètres pour une largeur de 16 mètres, les OGPV afficheront un déplacement en charge de 3745 tonnes. Répondant aux nouveaux enjeux en matière de menaces asymétriques et conçus pour lutter efficacement contre la piraterie ou le narcotrafic, les Holland auront un système de mise à l'eau pour deux embarcations rapides. Ils disposeront, en outre, d'un hangar et d'une plateforme pour un hélicoptère de type NH90. L'armement comprendra une tourelle de 76mm, un canon de 27mm télé-opéré, ainsi que de l'artillerie légère. L'équipage sera limité à 50 marins mais les bâtiments auront une capacité d'hébergement de 90 personnes. En cas de besoin, une centaine de naufragés pourra même être accueillie sur une courte durée. La propulsion, assurée par deux moteurs diesels de 5400 kW, permettra aux patrouilleurs néerlandais d'atteindre la vitesse de 21.5 noeuds et de franchir 5000 nautiques à 15 noeuds.

Partager cet article
Repost0
20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 19:00

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/7b/HMCS_Victoria_SSK-876_near_Bangor.jpg

 

20 avril 2011 Par Rédacteur en chef. PORTAIL DES SOUS-MARINS

 

Après 5 années de travaux, le seul sous-marin canadien basé sur la côte Pacifique, sur la base d’Esquimalt, a repris la mer au cours du week-end. Dimanche soir, le HMCS Victoria est sorti de bassin pour être mis à quai dans le chantier naval du port d’Esquimalt. Il s’agit d’un moment important pour le programme canadien de sous-marins, puisque le HMCS Victoria est seulement le 2ème sous-marin à pouvoir prendre la mer, malgré le maintien de certaines restrictions [d’emploi]. L’autre sous-marin, le HMCS Corner Brook, est attendu à l’été à la base navale de Victoria en provenance d’Halifax (côte Atlantique) pour effectuer des patrouilles. Le HMCS Victoria faisait l’objet ; depuis 5ans — la moitié de sa « vie » sous pavillon canadien — de travaux importants d’entretien, de réparation et de modernisation. « Le Victoria est le premier sous-marin de sa classe sur lequel nous avons effectué des maintenances d’un niveau aussi complexe », a déclaré le Cmdr. Christopher Earl, l’autorité technique de la marine canadienne pour les sous-marins, lors d’un interview en février dernier. Il a ajouté qu’il ne pouvait donner d’estimation des coûts de réparation et de modernisation, parce les travaux se poursuivaient sur le HMCS Victoria. A l’issue des essais en mer, ce sous-marin sera le tout premier complètement opérationnel et capable de lancer des armes. A terme, l’objectif de la marine canadienne est de disposer, simultanément, de 3 sous-marins opérationnels, le 4ème étant alors en période d’entretien aux chantiers navals de Victoria, a indiqué Earl. « Tous les 6 à 8 ans, tout système embarqué doit être réparé ou entretenu, » a-t-il expliqué. « Notre programme n’est pas foncièrement différent de celui des autres forces sous-marines. »

 

L'analyse de la rédaction :

Pour mémoire, la durée d’un “grand carénage” de sous-marin nucléaire français, comme celui que subit actuellement le Vigilant, est d’environ 2 ans, 2 ans et demi. Et encore, cette durée comprend la modification du système d’armes liée au passage au missile M-51. Les travaux réalisés lors d’un “grand carénage” de sous-marin nucléaire sont autrement plus complexes que ceux réalisés à bord d’un sous-marin classique, fût-il de la classe Victoria...

 

Référence : Saanich News (Canada)

Partager cet article
Repost0
19 avril 2011 2 19 /04 /avril /2011 17:30

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/e/e3/USS_Freedom.jpg/220px-USS_Freedom.jpg  http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/37/USS_Independence_LCS-2.jpg/220px-USS_Independence_LCS-2.jpg

LCS 1                                                                LCS 2

 

April 19, 2011: STRATEGY PAGE

 

Now that the U.S. Navy has decided to put its new "Littoral Combat Ship" (LCS) into mass production, it faces years of uncertainty and experimentation as this radical new combat ship design seeks to find out what works, to what degree, and what doesn't. There is some nervousness about all this. The U.S. Navy has not introduced a radical new design for nearly a century. The last such new design was the aircraft carrier, which required two decades of experimentation, and a major war, to nail down what worked. Even the nuclear submarines of the late 1950s and early 60s were evolutionary compared to what the LCS is trying to do.

 

In the last five years, two different LCS designs were built, and put into service. Problems were encountered. The much smaller crew required some changes in how a crew ran a ship, and how many sailors and civilians were required back on land to support an LCS at sea. It was found that, so far, the interchangeable mission modules take far longer (2-3 days instead of 2-3 hours) to replace. The LCS has still not seen combat, and the navy wants the first violent encounter to be successful, or at least not disastrous. It is expected that there will be surprises, which is about all that can be guaranteed at this point.

 

The navy surprised everyone last year by choosing both designs, and requesting that the fifty or so LCS ships be split between the two very different looking ships. It was only recently, after over a decade of development, construction and delays, that both versions of the LCS entered service. Both were worked hard, to determine which model should become the standard design. Both ships delivered impressive performance. But the navy also believes that having two suppliers, even with different designs, will provide the kind of competition that will keep costs down and quality high. If one of the builders began to screw up, they would lose some, or all, of their orders. Such an incentive program has worked in the past. Current plans are to place an initial order for to 20 LCSs, to be built between 2011-15.

 

While both ships look quite different (one is a traditional monohull, while the other is a broader trimaran), they both share many common elements. One of the most important of these is the highly automated design, and smaller crew. Both ships have accommodations for only 75 personnel. Normally, a ship of this size would have a crew of about 200. The basic LCS crew is 40, with the other 35 berths occupied by operators of special equipment. But that is already being exceeded on one LCS, which has a detail of 15 sailors for handing special equipment and another 23 to take care of a helicopter. Another shortage encountered is time. Although sailors work a typical six hours on/twelve hours off routine, there are plenty of miscellaneous jobs that cut into off duty hours (taking on supplies and fuel while underway, standing fire/safety alert during aircraft or small boat operations and so on). At times, some sailors were only getting 5-6 hours sleep a day. Fortunately, the LCS uses a two crew system, with each crew being on the ship (at sea or in port) for 40 days, and then the other crew takes over. In addition to a second crew, there are more maintenance personnel available back at the LCS home port, to help with needed repairs and upgrades the crew would normally handle. But with the smaller crew, these chores will be taken care of in port, using additional personnel.

 

Built using "smartship" technologies, that actually do greatly reduce personnel requirements, the LCS was expected to get by with a crew of about 40-50 in basic configuration. The sea trials and three years of operations gave the militarized smartship features a workout. These sea trials were very important, because the LCS is over budget, behind schedule and, worst of all, an untried new concept. Many of the operations in the last two years have been of the sort LCS will encounter during its 30 year career. But the strain on the crew makes it clear that heavy combat operations might be more than current crew size can handle. An additional chore is the refueling at sea. The LCS was not built for long voyages, but these have to be undertaken to get the ships overseas, or moved to a different theater once there. Fuel replenishment ships must be available, and the crew has to be ready for a heavy workload.

 

The LCS crews are also modularized, so that specialized teams can be swapped in to operate specific modules. Thus about 40 percent of the ship is empty, with a large cargo hold into which the mission package gear is inserted (and then removed, along with the package crew, when it is no longer assigned to that ship.) Thus the LCS has two crews when underway, the "ship" crew and the mission package crew. The captain of the ship crew is in charge, and the officer commanding the mission package is simply the officer in charge of the largest equipment system on board. There are a variety of interchangeable modules (e.g., air defense, underwater warfare, special operations, surface attack, etc.), which allow the ships to be quickly reconfigured for various specialized missions. Crews will also be modularized, so that specialized teams can be swapped in to operate specific modules. The design and crew requirements for these module is still a work in progress, but also shows a need for more people, or more automation.

 

So far, the heavy workload has not hurt morale. The small crew means that everyone knows everyone, and it's standard for people to handle a number of different jobs. Even officers pitch in for any task that needs to be done. This kind of overworked enthusiasm is actually typical of smaller naval craft. These included World War II era PT boats, with crews of up to 17, and current minesweepers (with crews similar to an LCS) and larger patrol boats. There's also the "new" factor. In addition to being new ships, there is a new design and lots of new tech. This gets people pumped. But the experience of using the LCS has to be used to develop changes that will make these ships viable for the long haul.

 

The two different LCS designs are from Lockheed-Martin (monohull) and General Dynamics (trimaran). The first LCS, the monohull USS Freedom, completed its sea trials and acceptance inspections two years ago. The ship did very well, with far fewer (about 90 percent fewer) problems (or "material deficiencies") than is usual with the first warship in a class. USS Independence (LCS-2) was laid down by General Dynamics in late 2005 and commissioned in January 2010.

 

Both LCS designs were supposed to be for ships displacing 2,500 tons, with a full load draft of under 3.3 meters/ten feet (permitting access to very shallow "green" and even "brown" coastal and riverine waters, where most naval operations have taken place in the past generation). Top speed was expected was to be over 80 kilometers with a range of 2,700 kilometers. Basic endurance is 21 days, and final displacement was closer to 3,000 tons.

 

LCS is currently armed with a 57mm gun, four 12.7mm machine-guns, two 30mm autocannon and a 21 cell SeaRam system for aircraft and missile defense. The RAM (RIM-116 "Rolling Air Frame") missiles replace Phalanx autocannon. SeaRAM has a longer range (7.5 kilometers) than the Phalanx (two kilometers). Last year, the navy decided to equip LCS with a surface launched version of the Griffin air-to-surface missile. The Griffin is an alternative to the Hellfire II, which weighs 48.2 kg (106 pounds) and carries a 9 kg (20 pound) warhead and has a range of 8,000 meters. In contrast, the Griffin weighs only 16 kg (35 pounds), with a 5.9 kg (13 pound) warhead which is larger, in proportion to its size, than the one carried by the larger Hellfire missile. Griffin has a pop-out wings, allowing it to glide, and thus has a longer range (15 kilometers) than Hellfire. UAVs can carry more of the smaller missiles, typically two of them in place of one Hellfire. The surface-launched Griffin weighs about twice as much as the air launched version, because of the addition of a rocket to get it into the air, after which it can glide to the target.

 

Ultimately, the navy hoped to have between 50 and 60 LCSs by 2014-18, at a cost of $460 million (after the first five.) The USS Freedom ended up costing nearly $600 million, about twice what the first ship in the class was supposed to have cost. The navy believes it has the cost down to under $450 million each as mass production begins.

Partager cet article
Repost0
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 06:00

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/b/b9/Flag_of_Australia.svg/125px-Flag_of_Australia.svg.png

 

April 15, 2011 Australian Strategic Policy Institute - defense-aerospace.com

 

Funds must be allocated in the May budget for early design work on Australia's next submarine if a serious capability gap is to be avoided, Defence experts have said. Time is running out if new submarines are to be in operation by 2025 the date proposed in the latest Defence Capability Plan update. That plan and the 2009 Defence White Paper calls for the construction of 12 new submarines at a cost of at least $36 billion. They would replace the six Collins class submarines currently in service. Experts from the Australian Strategic Policy Institute have said that given this will be Australia's most expensive ever weapons program and a similar spend to the National Broadband Network pressure from the Government and voters for sound planning and effective delivery would be intense. Defence insiders have already said, off-the-record, the Navy is dreaming if it expects the Government to sign off on the 12-boat plan this year. Mark Thomson, the director of budget and maintenance at the Australian Strategic Policy Institute, said the Government needed to use the budget to get the project moving. A failure to do so would likely result in the existing boats reaching the end of their effective lives before their replacements were ready to put to sea. This had happened in the transition from the old Oberon class boats to the Collins class between 1992 and 2003. While Defence had started winding back the use of the outdated O-boats in the early 1990s, the Collins class boats were not fully operational until 2003. Andrew Davies, ASPI's operations and capability director, said this created a decade-long capability gap that had seen many experienced submariners lost to the fleet. The Collins class boats have been plagued by crew shortages ever since. Mr Thomson, who worked with Mr Davies on a discussion paper on the submarine replacement issue that was released late yesterday, said the Government was due to make a ''first pass decision on the shape and size of the next submarine fleet in the next two years''. Once that was done, the initial design work expected to cost between $500 million and $1 billion could begin. The problem is that at the moment Defence does not have the information it needs to make informed recommendations to Government he said. Mr Davies agrees. ''You need to understand the true costs and benefits if you are to do an informed cost benefit analysis,'' Mr Davies said. He said Defence had a history of playing down costs while playing up benefits. At this point, despite the White Paper recommendations, the only certainties surrounding the next generation of submarines is that they will be conventionally powered and they will be built in Adelaide. Political factors have at least partly driven those parameters. The size of the boats, the numbers to be built and the tasks they should be required to perform are yet to be determined, Mr Davies said. He described the White Paper recommendation as an ''ambit claim'' and questioned the need for the submarines to be able to deploy special forces units. Mr Davies said it was difficult to conceive of a circumstance under which the need to land a small group of men on a beach would justify placing a $3 billion submarine at risk. Meanwhile, others haven't given up the fight for the nuclear option. Graham Harris, the president of The Navy League, has called for nuclear power to remain under consideration.

 

Click here to download the related report “The once and future submarine: raising and sustaining Australia’s underwater capability” (7 pages in PDF format) from the ASPI website.

Partager cet article
Repost0
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 22:30
Treize ans après leur achat, les sous-marins canadiens ne peuvent toujours pas lancer de torpilles

 

13 avril 2011 Par Rédacteur en chef. PORTAIL DES SOUS-MARINS

 

Treize ans après avoir acheter 4 sous-marins peu utilisés par les Britanniques, le Canada n’est toujours pas parvenu à les remettre en état de combattre. Actuellement, un seul des 4 sous-marins de la classe Victoria est capable de prendre la mer. Aucun ne peut combattre tant que leurs tubes lance-torpilles n’auront pas été convertis pour lancer des torpilles Mk 48 américaines [1]. Les kits de conversion ont enfin été commandés et ils devraient être installés d’ici 2 ans, si le Congrès américain ne s’y oppose pas. De tous ces déboires, le Canada a appris que les sous-marins sont des bâtiments couteux à construire et à entretenir, même s’ils sont d’occasion.

 

Les anciens Upholder britanniques

 

Tout a commencé dans les années 90, lorsque le Canada a voulu remplacer ses sous-marins classiques datant des années 60. Cela ne semblait pas possible, parce que des sous-marins neufs auraient couté près de 500 millions $. Dans le même temps, la Grande-Bretagne a décidé de passer à une force sous-marine entièrement nucléaire et a désarmé 4 sous-marins de la classe Upholder, mis en service entre 1990 et 1993, peu utilisés donc. Elle les vendait pour 188 millions $ pièce. L’affaire a été conclue en 1998, la livraison devant commencer en 2000. Le Canada a désarmé ses sous-marins de la classe Oberon en 2000. C’est alors qu’il a découvert que les sous-marins britanniques avaient besoin de travaux de remise en état : réparer des fuites, installer du matériel canadien... plus que cela n’était prévu. Ce n’est qu’en 2004 que les sous-marins ont enfin été livrés. Mais l’un d’entre eux, pendant le trajet vers le Canada, a été endommagé gravement par un incendie. Ce sous-marin devait être remis en service l’année prochaine. D’ici la fin de cette année, 3 sous-marins devraient être de retour en service. Peut-être. Ne pas avoir de sous-marin opérationnel depuis près de 10 ans est devenu un problème majeur au Canada. Le problème est que, au départ, les sous-marins ont été achetés sans un examen complet. Ce n’est qu’ensuite qu’il a été découvert que les principaux systèmes avaient des problèmes qui devaient être réparés (pour un cout considérable). Par conséquent, ces sous-marins ont passé la majeure partie de leur temps, au cours de la dernière décennie, à subir des réparations ou des améliorations. La réparation finale sera de faire fonctionner les tubes lance-torpilles. Le seul sous-marin de la classe Victoria qui soit opérationnel est actuellement en patrouille dans le Pacifique, à la recherche d’activités douteuses que, s’il en trouve, il devra signaler aux autorités compétentes... sans pouvoir lui-même intervenir.

 

Notes :

[1] Les sous-marins ont été conçus pour lancer des torpilles britanniques, Tigerfish et Spearfish.

 

Référence : Strategy Page (Etats-Unis)

Partager cet article
Repost0
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 18:30
Navantia reçoit la pile à combustible du 1er sous-marin S-80

 

 

12 avril 2011 par Rédacteur en chef. PORTAIL DES SOUS-MARINS

 

Le chantier naval Navantia de Carthagène a reçu la pile à combustible du système de propulsion anaérobie (AIP Air Independent Propulsion). Elle équipera le premier sous-marin S-80 destiné à la marine espagnole. La pile à combustible a été construite par UTC, la même entreprise qui les fournit aussi à la NASA. Il s’agit du cœur du système de propulsion. Elle permet d’augmenter la durée pendant laquelle le sous-marin peut rester en plongée. La pile à combustible produit de l’électricité à partir d’un mélange gazeux composé d’hydrogène et d’oxygène purs. Navantia a retenu cette technologie parce qu’elle la considère comme la plus sûre technologiquement. Elle permet une production importante d’électricité, et peut fonctionner à basse température.

 

Référence : ABC (Espagne)

Partager cet article
Repost0
11 avril 2011 1 11 /04 /avril /2011 11:24
Le Pakistan renforce ses forces sous-marines pendant que l’Inde tergiverse

 

11 avril 2011 par Rédacteur en chef. PORTAIL DES SOUS-MARINS

 

Alors que l’Inde a beaucoup de difficultés à concrétiser son nouveau programme de sous-marins baptisé “Projet-75 India”, le Pakistan a conclu un accord avec la Chine pour acheter 6 sous-marins classiques équipés d’une propulsion anaérobie, considérée désormais comme un élément crucial de tout sous-marin classique. Les sous-marins classiques doivent faire surface ou hisser leur schnorchel au bout de quelques jours de plongée pour renouveler leur oxygène et recharger leurs batteries. Mais ceux qui sont équipés d’une propulsion anaérobie (AIP) peuvent rester en plongée pendant beaucoup plus longtemps, ce qui renforce de beaucoup leur efficacité à se cacher et à combattre. Cela les rapproche des sous-marins nucléaires qui, évidemment, peuvent rester en plongée pendant une période virtuellement illimitée. Alors que l’Inde se trouve encore à des années avant d’obtenir un sous-marin équipé d’un système AIP, le Pakistan en a déjà un, le PNS Hamza, un des 3 sous-marins Agosta-90B mis en service il y a moins de 10 ans. De plus, le travail est déjà lancé pour équiper les 2 autres sous-marins, le PNS Khalid et le PNS Saad, de ce même système. Les 6 sous-marins chinois de nouvelle génération, appartenant à la classe Yuan améliorée et équipés d’un système AIP de type Stirling, vont encore donner plus de force à la marine pakistanaise.

 

Au contraire, l’Inde a pour l’instant refusé d’envisager d’équiper les 6 sous-marins Scorpène en cours de construction du système AIP de DCNS, le Mesma. De plus, le programme a déjà pris 3 ans de retard. « Il y a eu une forte augmentation des couts. Installer un système AIP MESMA sur les 5è et 6è sous-marins augmenterait les couts de 100 millions $ environ », a déclaré un responsable du ministère indien de la défense. « De plus, la marine souhaite plutôt utiliser un système AIP à piles à combustible. Le DRDO [1] développe un tel système, qui a déjà été testé à terre. Si le développement est un succès, nous envisagerons de l’installer sur les Scorpène 5 et 6, » a-t-il ajouté. Pour encore compliquer la question, les progrès sur le P-75I sont extraordinairement lent. Ce programme prévoit la construction de 6 nouveaux sous-marins discrets, équipés à la fois de missiles pouvant attaquer des cibles terrestres et d’une propulsion AIP. L’appel à projet qui doit être envoyé à des fournisseurs étrangers comme Rosoboronexport (Russie), DCNS (France), HDW (Allemagne) et Navantia (Espagne), ne sera pas lancé avant la fin 2011 au plus tôt. « Si un chantier peut fournir l’AIP, il ne peut pas fournir les capacités de lancer des missiles contre des cibles à terre, et vice-versa. Donc le projet 75-I est très complexe... Il va falloir au moins 2 ans pour seulement le conclure, puis ensuite 6 à 7 ans pour que le 1er sous-marin soit terminé, » a-t-il indiqué. Jusqu’à présent, le projet prévoit d’importer directement 2 sous-marins construits par le chantier naval étranger retenu, 3 autres au chantier MDL de Mumbai, et le 6è à Hindustan Shipyard de Visakhapatnam, dans le cadre d’un transfert de technologies.

 

Notes : [1] L’équivalent indien de la DGA.

 

Référence : Times of India (Inde)

Partager cet article
Repost0
14 mars 2011 1 14 /03 /mars /2011 07:00
Underwater, Air-to-Air roles targeted for BrahMos Cruise Missile; Trials by 2011-end

2011-03-13 INDIA DEFENCE

 

The BrahMos cruise missile programme is a joint venture between the Indian DRDO and the Russian NPO Mashinostroeyenia who have together formed BrahMos Aerospace Private Limited. It is the world's fastest cruise missile in operation and is a supersonic cruise missile that can be launched from submarines, ships, aircraft or land. In recent interviews given to local media by BrahMos Aerospace chief A. Sivathanu Pillai, it was discovered that underwater and air-to-air capabilities are being sought for. "If we are able to reduce the weight of the missile below two tonnes, we can deploy it on the fifth generation fighter aircraft (FGFA) and we are looking to doing that in future. The trials of launching BrahMos cruise missile from air will begin in 2012 and there will be no delay in the programme due to this." "We will test-fire the underwater version by the end of this year after we get the pontoon." The test-firing missile would be done from a pontoon at the Integrated Test Range in Balasore on the Orissa coast from a DRDO facility.

Partager cet article
Repost0
13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 23:58
La décision de déplacer à St Pétersbourg l’état-major de la marine russe n’a pas encore été prise

 

11 mars 2011 Par Rédacteur en chef. LE PORTAIL DES SOUS-MARINS

 

La décision de transférer l’état-major de la marine russe de Moscou à St-pétersbourg n’a pas été prise pour l’instant. Les 2 possibilités sont à l’étude : soit l’état-major reste à Moscou, ou il est déplacé vers St-Pétersbourg, a indiqué une source de haut-niveau au ministère de la défense. Selon cette source, si l’état-major reste dans la capitale, cela serait bénéfique en terme d’efficacité opérationnelle ; s’il est déplacé vers St-Pétersbourg, il serait plus proche des installations scientifiques et de construction de la marine. Selon lui, les arguments pour ou contre sont actuellement étudiés, dans l’étape finale de la réforme des forces armées. "Néanmoins, aucun document définitif n’a encore été approuvé", a indiqué le responsable. Selon cette source, la nécessité d’un contrôle intégré sur les forces nucléaires stratégiques resterait à déterminer. "Par conséquent, le commandement de la marine, sous la forme de l’état-major de la marine, ou disons du ministère de la marine, est nécessaire pour une coordination uniforme entre la stratégie d’engagement de la marine et les nouveaux commandements régionaux", explique la source. Il a ajouté que la définition des commandements stratégiques "Ouest", "Est", "Sud", et "Centre" avait été terminée, bien qu’il n’y ait pas de répartition différente des fonctions de contrôle sur les forces d’usage général et les forces nucléaires stratégiques.

 

Référence : RusNavy (Russie)

Partager cet article
Repost0
6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 19:30
Partager cet article
Repost0
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 20:32

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/media/02/02/429947297.JPG

 

26.02.2011 par P. CHAPLEAU / Marine Nationale

 

Le BPC Mistral arrive à Brest

Partager cet article
Repost0
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 18:45

http://english.pravda.ru/images/article/4/7/7/43477.jpeg


24.02.2011 by pravda.ru


Russian warships will be equipped with foreign arms soon. Admiral Vysotky, the commander of the Russian navy, considers an opportunity to install artillery systems of foreign production on board Russian frigates, or anti-boat vessels. According to Vysotsky, it goes about the French-made 100-millimeter Creusot-Loire Compact artillery system and the Italian 127-millimeter OTO-Melara 127/64LW. Moreover, the admiral said that Russian vessels could be equipped with diesel engines and air conditioning systems - all made outside Russia. The surprising statement from the admiral coincided with the testing of Russian state-of-the-art anti-boat guns, particularly A-192M Armat artillery system. The tests were supposed to end in 2012. Needless to say that the performance of Russian systems is not worse than that of foreign complexes. Nikolai Novichkov, chief editor of ARMS-TASS news agency, told Pravda.Ru that Russia had started paying more attention to foreign defense technologies during the recent years. "At first they said that they would be willing to purchase unmanned aircraft from Israel. Then they said that Russia could launch the production of Italian armored vehicles. Some time later, they announced the intention to purchase Mistral helicopter carriers from France. It seems that the military have every reason to believe that the Russian defense industry has lost the technologies for making high-quality arms. The situation in the national military and industrial complex has been aggravating steadily for years already," the expert said.

Partager cet article
Repost0
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 02:02
Navantia propose à l’Australie un sous-marin "XXL"

 

 

Par Rédacteur en chef. le 15 février 2011

 

Navantia ne veut laisser passer aucune chance dans l’un des plus importants contrats de son histoire. Les chantiers navals espagnols ont inclus dans leur proposition à l’Australie un nouveau sous-marin, plus gros que le S-80. Selon des sources de l’entreprise espagnole, la réponse à l’appel d’offres que Navantia a déposée à la mi-janvier, comprend 3 propositions. Un sous-marin similaire au S-80 commandé par la marine espagnole, un S-80 adapté aux exigences australiennes, et un S-80 XXL, de dimensions plus importantes. Bien que l’appel d’offres n’en soit encore qu’à ses débuts, cette période est l’un des moments les plus délicats, parce que la marine australienne doit se décider pour un modèle de sous-marin. C’est pourquoi la prochaine visite en Espagne de responsables australiens pourrait permettre de préciser les détails. D’autres pays, comme l’Allemagne (avec HDW) et la France (avec DCNS), sont aussi candidats, et on n’attend pas avant 2015 ou 2016 la désignation du gagnant. Le premier sous-marin ne sera pas livré avant 2018. Actuellement, même le nombre de sous-marins n’est pas connu. Si l’Australie se décide pour un sous-marin de la taille du S-80, la marine australienne pourrait en commander jusqu’à 12. Par contre, si elle retient un sous-marin de grande taille, elle se contenterait de 6. "Dans les 2 cas, le contrat dépasserait les 5 milliards €", indiquent les mêmes sources.

 

Référence :Defensa (Espagne)

Partager cet article
Repost0
9 février 2011 3 09 /02 /février /2011 23:31
Partager cet article
Repost0
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 12:55

http://www.meretmarine.com/objets/500/4612.jpg

 

07.01.2011 Fauteuil de Colbert

 

" La marée noire du golfe du Mexique est due à des erreurs de gestion "systémiques" et pourrait se reproduire si des réformes ne sont pas entreprises, selon les conclusions d'un panel d'experts nommé par la présidence américaine et publiées jeudi. Ces conclusions figurent dans un extrait du rapport de la commission nationale chargée d'enquêter sur l'explosion, le 20 avril 2010, de la plate-forme Deepwater Horizon, exploitée par BP, et du puits Macondo qui se trouvait par 1.500 mètres de fond. La catastrophe a causé la mort de onze personnes et déversé en trois mois plus de quatre millions de barils de pétrole dans le golfe du Mexique. L'explosion est due à "plusieurs erreurs et omissions individuelles de la part de BP, Halliburton et Transocean, et les régulateurs du gouvernement n'avaient pas l'autorité, les ressources et l'expertise technique nécessaires pour les empêcher", selon cet extrait du rapport.

Le groupe de forage Transocean était propriétaire de la plate-forme. Le géant des services pétroliers Halliburton a reconnu en octobre qu'il n'avait pas effectué un test crucial sur le ciment du puits avant son explosion, mais a rejeté la faute sur BP, l'accusant de ne pas avoir effectué les vérifications nécessaires. Les causes fondamentales de l'explosion sont "systémiques et, en l'absence de réformes d'envergure à la fois dans les pratiques du secteur et dans la politique du gouvernement, pourraient bien se reproduire", selon le rapport, qui doit être publié dans son intégralité le 11 janvier. "Qu'elles aient été intentionnelles ou non, beaucoup des décisions prises par BP, Halliburton et Transocean qui ont accru le risque d'explosion (...) ont clairement permis à ces entreprises de gagner beaucoup de temps (et d'argent)", souligne encore le texte. "

 

AFP par le Point


La catastrophe du golf du Mexique n'est "que" la seconde du genre en moins d'un siècle. Une plateforme pétrolière avait déjà sombrée en 1976 entraînant un drame comparable. Nous avons tous assisté à la manière dont les Etats-Unis ont géré la crise et peut être aussi retenu qu'il y avait un manque de navires spécialisés dans la dépollution. Un manque de moyen donc dans un cadre géographique vaste ce qui implique la possibilité que ce genre de crise entraîne des conséquences internationales à l'image de la catastrophe du Prestige en 2002. Si les Antilles avaient été touché comment les européens auraient fait pour dépêcher le matériel sur place en urgence ?

 

Bien entendu la réponse existe, tout du moins, pour un futur plus ou moins lointain ! Il existe trois programmes pour la Marine Nationale visant à renouveller une grande partie des navires oeuvrant dans le cadre de la fonction garde-côtes. Le premier est le programme BATSIMAR qui doit permet de remplacer la majeure partie des patrouilleurs : P400, Floréal et autres. Bien entendu les Lafayette sont des frégates du premier rang dorénavant et elles attendront bien un programme pour les remplacer, pourquoi pas le programme de remplacement des avisos A69 ? Le BSAH est le nom du second programme qui nous intéresse qui doit fournir les remplaçant des BSR, RHM, RR et BSAD. Le troisième et dernier est le programme BIS qui vise à remplacer les BATRAL.

 

Le Fauteuil a un projet de longue date : fusionner les programmes BATSIMAR, BIS et BSAH !  La perle rare ne l'est pas vraiment et un navire existe qui aurait les capacités de remplacer P400 et Floréal (endurance, rusticité et plateforme/hangar pour voilure tournante) ainsi que les navires de remorquages et de dépollutions sans oublier des capacités amphibies sommaires mais salvatrices ! Ce navire c'est l'UT 527 (en illustration) de Rolls-Royce Marine :

 

" Les navires du type UT sont donc très polyvalents. « Ils sont robustes et très marins, pouvant naviguer dans de fortes mer et longtemps, grâce à une importante autonomie », souligne David Bricknell. Rolls-Royce met d'ailleurs en avant ces capacités auprès de la marine française, pour laquelle il propose le UT 527 dans le cadre du projet BSAH. Les réflexions se poursuivent, en effet, pour trouver un successeur aux Bâtiments de Soutien de Région (BSR), Remorqueurs de Haute Mer (RHM), Remorqueurs Ravitailleurs (RR) et renouveler le dispositif de Bâtiment de Soutien, d'Assistance et de Dépollution (BSAD), actuellement assuré sous le régime de l'affrètement."
Mer et Marine

 

" En mars 2006, le Service des Programmes Navals (SPN) lançait une étude technico-opérationnelle (ETO) pour le stade préparatoire du programme du bâtiment d'intervention et de souveraineté (BIS). Ce type de navire doit prendre la relève des Bâtiments de Transport Légers (BATRAL) et du patrouilleur austral Albatros, mis en service entre 1967 et 1987. Rolls-Royce s'est, immédiatement, intéressé au projet, et se positionne avec les UT Design, vendus dans le monde entier pour les services à l'offshore et le remorquage (comme l'Abeille Bourbon - UT 515). Pour assurer la relève des Batral et de l'Albatros, le groupe britannique propose une version « militarisée » de ces navires, le UT 527 : « Le Batral est une barge de débarquement. Or, le UT 527 présente une rampe arrière permettant la mise à l'eau d'embarcations. Ces navires sont, de plus, aptes à remplir des missions de remorquage, de sauvetage, de lutte contre les incendies, de lutte antipollution ou encore de transfert d'équipements », explique Stéphane Downes, directeur de Rolls-Royce Naval Marine pour la France, l'Italie, l'Espagne et l'Afrique. D'une longueur de 92.40 mètres pour une largeur de 18 mètres et un déplacement de 1800 tonnes, le UT 527 dispose d'une autonomie très importante. Le bâtiment peut, en effet, couvrir une distance de 20.000 nautiques à 16 noeuds, sa vitesse maximale étant donné à 20 noeuds (puissance propulsive de 10.600 kW). Le navire est également équipé de propulseurs d'étrave et azimutaux. "

[...]

Le UT 527, qui dispose d'un petit radier à la poupe, présente également une plateforme pour un hélicoptère lourd, mais pas de hangar. Pour le remorquage, sa traction au point fixe est de 130 tonnes, soit une capacité équivalente au Bâtiment de soutien, d'assistance et de dépollution (BSAD) Argonaute (UT 710) et légèrement moins importante que l'Abeille Flandres (160 tonnes). Très automatisé, le navire ne nécessite que 12 hommes d'équipage, dont trois en passerelle, mais dispose de logements importants, permettant d'accueillir 320 personnes. Basés prioritairement outremer, les BIS, qui pourraient être inscrits dans la prochaine loi de programmation militaire (2008 - 2013) devront, selon le ministère de la Défense, fournir « d'une part, les moyens de soutenir des opérations interarmées de logistique, de renseignements et de transport de troupes et de matériels, et d'autre part, les actions de souveraineté et de défense de l'Etat en mer, principalement outre-mer dans les approches maritimes et dans les zones économiques exclusives rattachées aux DOM-TOM. Ils devront également participer aux missions de soutien humanitaire de la France, notamment par le transport de matériels et de personnels ». La marine souhaite que les BIS soient capables d'accueillir, de transporter et de soutenir un sous-groupement tactique interarmées (SGTIA) ou un élément de gendarmerie équivalent à une compagnie de 120 hommes avec armement, munitions et véhicules (20 véhicules dont certains blindés). Les six unités prévues remplaceraient, entre 2013 et 2018, l'Albatros et les quatre Batral encore en service, le Champlain ayant été désarmé en 2004. Le BIS pourrait également être retenu pour remplacer les patrouilleurs du type P 400, dont le désarmement est prévu au début des années 2010.

Mer et Marine

 

 

L'UT527 est LE navire apte à remplir la majeure partie des missions des navires existants et devant être remplacés par les programmes BSAH, BATSIMAR et BIS. Une redéfiniton devra s'opérer pour tenir compte des manquement à l'appel de certaines capacités. Le choix de la polyvalence est heureux si les unités sont nombreuses, le conjoncture permet de l'assurer. La polyvalence c'est aussi être "bon en tout, excellent en rien", il faut en tenir compte.

De plus, une telle commande "massive" de ces navires assureraient une économie d'échelle fabuleuse que, proportionnellement, même le programme FREMM n'aurait pas pu réaliser. Une partie de ce programme unique se financerait avec les gains d'équipage et de maintenance. Cette dernière est un grand sujet puisque l'amiral Forissier a proposé de "décentraliser" la maintenance. Pour ce faire il propose de sélectionner les navires selon leur motorisation afin qu'elle soit en adéquation avec celle du motoriste régnant dans la future zone d'opération du navire ce qui permettrait de profiter des capacités locales de MCO et éviterait ainsi de faire déplacer le navire en métropole.

 

Il faut préciser une chose : une telle commande à des chantiers... britanniques nécessiterait des contreparties ! A moins que l'Etat se contente d'acheter le dessin du navire, bien que Rolls-Royce soit plus indiqué pour une constrution en série. En effet, le chantier anglais en a tout de même l'habitude... Par contre le constructeur de la navale britannique a certainement une qualité que DCNS a développé très vite depuis la privatisation de son statut : inclure des pénalités dans le contrat "au cas où" l'Etat ne remplirait pas ses engagements.

 

Qu'est-ce qui est proposé à la Royale ? Premièrement de respecter les principes colbertistes essentiels : une marine se construit sur des classes de navire standardisées selon les fonctions. Deuxièmement de fournir en quantité nombreuse un "navire couteau-suisse" apte à remplir toutes les missions de l'Etat en mer, ce qui n'est pas rien. Il serait intéressant de voir si ce projet voit juste. Il le sera peut être pour les BIS ce qui nécessiterait de constituer une "sous-classe" plus grande.

Enfin, cette flotte permettrait à la Royale d'avoir avec les navires de la fonction garde-côtes ce qu'elle ne peut avoir avec sa flotte de frégates : une présence mondiale de moyen d'intervention. Le patrouilleurs actuelle est l'équivalent de la "frégate" du XVIIIe siècle : c'est un navire de permenence navale dédié à la sécurisation des communications en vue de protéger les zones économiques exclusives afin d'en assurer le blocus de toutes présences étrangères non-autorisées.
Néanmoins cette possible future flotte nécessitera tout de même un réseau de surveillance adéquat !
La conséquence heureuse serait que les frégates de la Marine Nationale pourraient entièrement se consacrer aux missions d'une Marine de Guerre.

 

Je soumets à votre lecture un numéro de la chronique (Chronique de Stratégie et Tactique navale : fonction garde-côtes, marine côtière et forces de haute-mer) publié sur le Portail des sous-marins et décrivant ce que je considère être la possible intéraction entre la Marine Nationale et la fonction garde-côtes.

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 16:55
Daurade, un démonstrateur de drone sous-marin autonome (crédit : DGA/COMM)

Daurade, un démonstrateur de drone sous-marin autonome (crédit : DGA/COMM)

 

25/10/2010 Goulven Hamel – DGA.comm

 

Le programme de système de lutte anti-mines futur (SLaMF) de la direction générale de l’armement prépare le renouvellement de toutes les composantes en guerre des mines de la marine nationale.

 

Depuis le développement des PAP (poissons autopropulsés) dans les années 1960, la France est à la pointe de l’utilisation de la robotique dans la lutte contre les mines sous-marines. Avec le système de lutte anti-mines futur (SLAMF), opération majeure qui vise à renouveler les composantes de guerre des mines de la Marine nationale, la Direction générale de l’armement (DGA) poursuit cette tradition. « Il s’agitdu même concept fondateur :éloigner l’homme de la menace, résume Alain Hetet, manager SLAMF à l’Unité de management opérations d’armement navales (UM NAV). Dans deszones dangereuses, l’utilisationde la robotique nous permetde gagner en allonge touten s’approchant au plus près dela mine. »

 

Depuis juillet 2009, le programme d’étude amont (PEA) Espadon de la DGA permet d’étudier les concepts d’emploi de ces « drones mouillés »*. Il structure économiquement l’excellence française du domaine dans un groupement d’opportunité fédérant DCNS, Thales Underwater Systems (TUS) et ECA. « Depuis un bâtimentmère, nous déployonsvers le champ de mines un ensembled’USV taxi transportantd’autres drones permettant dedétecter et localiser la mine puisde l’identifier et la neutraliser, poursuit Alain Hetet. Mais cevéritable système de systèmesreste pour l’instant une simplearchitecture candidateavec de nombreux conceptsà valider. »

 

Ce concept a été proposé à l’Agence européenne de défense (AED) au sein du programme de « déminage maritime » (MMCM, maritimemine counter measures), une étude capacitaire et d’armement réunissant treize pays. Parallèlement, l’AED a lancé UMS (unmanned maritimesystems), large projet de R&T en robotique navale fédérant des études sur des applications navales multiples comme la chasse aux mines, le dragage de mines, mais aussi la protection portuaire et la lutte anti sous-marine. « Les opérationnels sont très fortement et quotidiennementimpliqués dansle programme SLAMF, qui entreraprogressivement en capacitéopérationnelle à partir de2018 », conclut Alain Hetet.

 

* Les drones mouillés regroupent les drones sous-marins UUV (unmanned underwatervehicle) et les drones navals de surface USV (unmanned surface vehicle).

Partager cet article
Repost0
7 mai 2008 3 07 /05 /mai /2008 16:55
Un nouveau commando marine nommé Kieffer

Le contre-amiral Marin Gillier, commandant la marine à Lorient et commandant de la force maritime des fusiliers marins et commandos. photo marine nationale

 

07 mai 2008 Jean-Laurent BRAS - Ouest-France

 

La nouvelle unité des forces spéciales dominera les nouvelles technologies du combat. Rencontre avec le contre-amiral Marin Gillier, patron des bérets verts de la Marine.

 

La Marine nationale avait envisagé d'ajouter une sixième unité aux cinq commandos marine qu'elle compte aujourd'hui (Jaubert, de Montfort, de Penfentenyo et Trepel, à Lorient ; Hubert, à Toulon).

 

Une sorte de sas d'aguerrissement des meilleurs fusiliers-marins avant l'incorporation dans les forces spéciales dont « il n'est pas question d'abaisser le niveau d'excellence », rappelle le contre-amiral Marin Gillier, commandant la Force des fusiliers marins et commandos (2 400 hommes au total dont plus de 500 commandos).

 

Basé à Lorient, ce sixième commando marine va bien voir le jour, mais sous une tout autre forme. Celle d'une unité spécialisée dans la mise en oeuvre des nouvelles technologies, capable d'agir en autonomie, d'apporter un soutien à d'autres unités ou d'armer des PC de forces spéciales.

 

Des spécialistes des nouvelles technologies

 

« Avec l'État-major, nous avons analysé des dizaines d'opérations menées sur tous les continents et dans toutes les situations par nos forces. Ce retour d'expérience a montré, y compris par comparaison avec d'autres nations alliées avec lesquelles nous sommes fréquemment engagés, que les forces spéciales françaises font preuve d'une totale maîtrise. Il y a cependant quelques domaines où nous devons encore gravir une marche pour rester au meilleur niveau mondial et prendre de l'avance face à l'évolution des menaces », note le contre-amiral Gillier, tout juste rentré de Somalie où il a dirigé l'opération de libération des otages du Ponant. Une mission pendant laquelle « toutes les techniques et tous les moyens, mis à part les avions de chasse, ont servi ! »

 

Ce sont précisément ces nouvelles techniques et technologies de combat que le sixième commando marine sera chargé de développer au sein des forces spéciales où, jusqu'à présent, « le système d'armes était d'abord l'homme ».

 

Issus pour moitié des rangs commandos marine et pour moitié des autres unités de la Royale, les trente-deux premiers membres du sixième commando seront électroniciens, informaticiens, spécialistes des télécommunications ou de la mise en oeuvre de drones. Ils seront capables de développer, si nécessaire dans un environnement hostile (radiologique, bactériologique ou chimique), leur savoir- faire en guerre électronique, contre-terrorisme, contre-minage... « Avant de prendre d'assaut une maison, il vaut mieux risquer un animal ou un drone que de risquer des hommes », rappelle Marin Gillier.

 

Un officier supérieur doublement heureux de compter, parmi les unités sous ses ordres, un commando au nom du fondateur des bérets verts de la Marine : Philippe Kieffer.

 

Le 6 juin 1944, ses 177 hommes furent les premiers à prendre pied sur la plage d'Ouistreham : « Pour former son groupe, le capitaine de corvette Philippe Kieffer avait aussi recruté dans toutes les spécialités de la Marine et il venait lui-même du Chiffre, les transmissions codées. Un retour aux sources en quelque sorte ! »

 

La remise du fanion aura lieu, jeudi, à Ouistreham, en présence du président de la République. La création officielle du commando Kieffer interviendra le 6 juin.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories