Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 08:40
photo NATO

photo NATO

Le SNMG2 est composé du NCSM Fredericton, du navire-amiral américain, le USS Vicksburg (CG 69), du navire turc TCG Turgutreis (F 241), du pétrolier allemand FGS Spessart (A 1442), du navire italien ITS Aliseo (F 574) et du navire roumain ROS Regina Maria (F 222). (OTAN)

 

19 mars 2015 par Bastien Duhamel – 45eNord.ca

 

Le 2e Groupe de la Force navale permanente de réaction de l’OTAN (SNMG2) dont fait partie le navire canadien NCSM Fredericton a terminé ses manœuvres en mer Noire et va reprendre les patrouilles dans la méditerranée.

 

Rappelons que le SNMG2  est un groupe militaire multinational composé du NCSM Fredericton canadien, du navire-amiral américain, le USS Vicksburg (CG 69), du navire turc TCG Turgutreis (F 241), du pétrolier allemand FGS Spessart (A 1442), du navire italien ITS Aliseo (F 574) et du navire roumain ROS Regina Maria (F 222).

Déployé en mer noire dans la cadre de l’opération REASSURANCE pour soutenir les alliés de l’OTAN dans la région et améliorer leur interopérabilité,  le SNMG2 a pris part à des exercices complets incluant des entraînements de lutte anti-aérien, l’élaboration de tactiques de combats de surface ou encore des simulations de tirs d’artillerie entre autres manœuvres militaires.

C’est par un exercice mené conjointement avec la marine roumaine que le 2e Groupe de la Force navale permanente de la réaction de l’OTAN a terminé hier sa tournée militaire en mer Noire et s’apprête maintenant à retourner en Méditerranée.

Enthousiaste, le capitaine de corvette Matthew Hamm a déclaré que «cet exercice était une opportunité unique de travailler au côté de nos alliés roumains.», avant de rappeler «ces exercices nous donnent une chance de renforcer notre interopérabilité et de s’assurer que nous sommes capable d’assurer n’importe quelle mission que l’OTAN pourrait nous demander d’accomplir dans le futur.»

L’OTAN a accru sa présence en mer Noire depuis l’annexion russe de la Crimée en mars 2014 allant jusqu’à déployer neuf vaisseaux soutenus par des patrouilles aériennes dans la zone. Pour leur part, les autorités russes ne cessent de répéter que la présence militaire américaine en mer noire est contraire aux engagements américains  pour une résolution pacifique de la question ukrainienne.

L’entrée en mer Noire du Frederiction avait d’ailleurs fait l’objet d’une provocation de la part de la marine russe qui était venue à la rencontre du vaissaux canadien.

Partager cet article

Repost0
9 janvier 2015 5 09 /01 /janvier /2015 17:50
Le NCSM Fredericton relève le NCSM Toronto en Méditerranée

Le NCSM Fredericton, la première frégate modernisée, arrive à Lisbonne au Portugal pour remplacer le NCSM Toronto afin de joindre les Forces maritimes permanentes de l’OTAN dans le cadre de l’opération REASSURANCE, le 6 janvier 2015. (MDN)

 

7 janvier 2015 par Nicolas Laffont - 45eNord.ca

 

Marine royale canadienne,Méditerranée,NCSM Fredericton,NCSM Toronto,op REASSURANCE

La frégate NCSM Fredericton, est arrivé mardi 6 janvier à Lisbonne au Portugal pour joindre les Forces maritimes permanentes de l’OTAN dans le cadre de l’opération REASSURANCE.

 

Première frégate modernisée déployée, le NCSM Fredericton succède au NCSM Toronto, qui a participé à des opérations de sécurité maritime et des exercices d’entraînement interarmées dirigés par l’OTAN, au sein du 2e Groupe de la Force navale permanente de réaction de l’OTAN (SNMG 2), depuis août 2014.

Le NCSM Toronto a participé à divers exercices d’instruction interarmées de l’OTAN dans le cadre de l’opération REASSURANCE0, y compris les exercices Noble Justification, Mavi Balina et le déploiement historique à la mer Noire pour l’exercice Sea Breeze.

Pendant qu’il opérait dans la mer Noire, le NCSM Toronto a mené l’unité de tâche 02 (TU.02) du SNMG2, qui comprenait la frégate espagnole Almirante Juan de Borbón. La TU.02 a travaillé avec la frégate roumaine Regele Ferdinand, le destroyer américain USS Ross et des navires de la Bulgarie, de la Géorgie, de la Turquie et de l’Ukraine.

Prenant une pause bien méritée, l’équipage du NCSM Toronto sera de retour à Halifax, à la fin janvier.

«Une action soutenue, forte et coordonnée entre les pays partageant les mêmes idées est la meilleure façon de veiller à ce que nos actions aient un impact maximal sur le régime de Poutine», a déclaré Rob Nicholson, ministre de la Défense nationale.

«La performance qu’a livrée le NCSM Toronto au cours des sept derniers mois établit une norme élevée pour les futurs déploiements maritimes dans la région, alors que la compagnie du Navire a fourni un service exceptionnel constant au Canada et à ses alliés de l’OTAN à l’appui des mesures d’apaisement de l’OTAN, a dit pour sa part le lieutenant-général Jonathan Vance, commandant du Commandement des opérations interarmées du Canada. Le NCSM Fredericton poursuivra sur cette lancée, offrant au gouvernement du Canada et à l’OTAN une force maritime hautement polyvalente et robuste capable de répondre rapidement et efficacement aux demandes actuelles et futures de l’OTAN.»

Partager cet article

Repost0
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 08:20
Une étape importante franchie dans la modernisation des frégates canadiennes

Après de récents essais en mer, le NCSM Fredericton se prépare maintenant en vue d’un déploiement à niveau élevé en tant que première frégate modernisée au début de 2015 (MDN)

 

24 novembre 2014 par Jacques N. Godbout - 45eNord.ca

 

Le Canada investit 4,3 milliards $ dans la modernisation frégates de classe Halifax, passerelle vers la flotte future, et le ministre de la Défense nationale, Rob Nicholson, a annoncé ce lundi 24 novembre une étape importante dans la modernisation des quatre premières frégates de cette classe: la première d’entre elles, le NCSM Fredericton sera déployée début 2015 et les experts du ministère de la Défense assurent en outre que l’échéancier de l’ensemble du programme sera respecté.

 

Les navires de classe Halifax sont appelés à jouer un rôle d’autant plus important que le Canada se retrouve maintenant avec un seul destroyer et que la Marine Royale canadienne pourrait avoir de la difficulté à maintenir son état de préparation.

Le projet de modernisation des navires de classe Halifax et de prolongation de la vie de l’équipement des frégates (MCH/FELEX) est un programme de 4,3 milliards $ visant à moderniser et améliorer la flotte existante. Il demeure dans les limites du budget, et les travaux devraient être achevés d’ici 2018, a assuré  aujourd’hui le ministère de la Défense à la session d’information technique qui a suivi l’annonce.

En septembre dernier, on apprenait que quatre navires allaient être retirés du service actif, dont les destroyers NCSM Iroquois et NCSM Algonquin, ce qui laissait la Marine royale canadienne avec un seul destroyer, l’Athabaskan.

Les destroyers sont de navires commandement et de contrôle, mais ils étaient également les seuls navires de guerre canadiens dotés des systèmes de missiles de défense aérienne à longue portée.

C’est dire à quel point la modernisation  des frégates de la classe Halifax pour ajouter des systèmes de radar et de commandement et de contrôle, tout en améliorant les capacités radar et de missiles, est  d’une importance cruciale pour la Marine royale canadienne.

 

Passerelle vers la flotte future

L’annonce de la modernisation des quatre premières frégates tombe à pic, alors que le mois dernier l’évaluation des forces navales menée par le Chef – Service d’examen révélait que la Marine Royale canadienne, qui traverse actuellement la période de modernisation et de renouvellement la plus intense et la plus complète de son histoire en temps de paix, pourrait avoir des difficultés à maintenir son état de préparation.

Mis en service de 1992 à 1996, les navires de la classe Halifax font actuellement l’objet, comme prévu, d’une modernisation de mi-vie qui comprend un nouveau système de gestion de combat, de nouveaux radars, un nouveau système de guerre électronique, des systèmes de communication et de missiles améliorés ainsi qu’un nouveau Système intégré de plate-forme.

 

 

«La modernisation des frégates de la classe Halifax servira de passerelle vers la flotte future et, de concert avec les navires de défense côtière de la classe Kingston et les sous-marins de la classe Victoria, elle permettra à la Marine royale canadienne de continuer à réaliser sa principale mission selon les directives du gouvernement du Canada jusqu’à l’arrivée du nouveau navire de combat de surface canadien.», a déclaré à ce propos le Vice-amiral Mark Norman, commandant de la Marine royale canadienne des Forces armées canadiennes, qui n’avait pas caché à 45eNord.ca lors d’un entretien le printemps dernier que les problèmes avec les destroyers étaient survenus avant que les navires de classe Halifax puissent prendre la relève.

Mais, fort heureusement, après de récents essais en mer, la frégate, NCSM Fredericton se prépare maintenant en vue d’un déploiement à niveau élevé en tant que première frégate modernisée au début de 2015.

Les douze frégates de patrouille polyvalentes de la classe Halifax fabriquées au Canada formeront dorénavant le pivot central de la flotte, souligne aujourd’hui la Défense nationale.

Les quatre premiers navires qui seront modernisés dans le cadre du programme MCH/FELEX sont le NCSM Halifax, le NCSM Fredericton, le NCSM Calgary, et le NCSM Winnipeg.

Outre la modernisation des douze frégates de la classe Halifax, le Canada ajoutera aussi à sa flotte trois nouvelles classes de navires, notamment les navires de soutien interarmées (NSI), les navires de patrouille extracôtiers et de l’Arctique (NPEA) et les navires de combat de surface canadiens (NCSC), en plus de l’intégration d’un nouvel hélicoptère maritime au sein de la flotte.

 

L’échéancier devra être respecté

Mais, chat échaudé craignant l’eau froide ( sans jeu de mot ), les questions des journalistes à la session d’information technique ont presque toutes porté sur le respect de l’échéancier,

Le responsable du programme de modernisation, Jeffrey Simpson, s’est alors fait rassurant, affirmant que le programme était «on time, on budget and on schedule».

On devrait donc avoir complété le programme tel que prévu, en 2018 et nos frégates, refaites de fond en comble, ou de la cale au dernier pont, devrait-on dire, devraient alors voguer, inchangées, jusqu’à 2030, permettant à la Marine royale canadienne de remplir sa mission.

Si, bien sûr, la réalité s’avère à la hauteur de l’annonce….

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories