Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 17:45
Boko Haram (Mar 2015) - credits BBC

Boko Haram (Mar 2015) - credits BBC

 

12 March 2015 defenceWeb (Reuters)

 

The United States supports the creation of a West African force of up to 10,000 troops to fight Nigerian Islamist group Boko Haram, a U.S. defence official said on Wednesday.

 

The 54-nation African Union has approved the force and has asked the United Nations to endorse it urgently, after attacks by the group in northeastern Nigeria and neighbouring Chad, Niger and Cameroon as it seeks to carve out an Islamic state.

 

U.S. Deputy Assistant Secretary of Defence for African Affairs Amanda J. Dory said on a visit to Cameroon that Washington, one of five veto-holding members of the U.N. Security Council, would back a U.N. resolution.

 

"The U.S. is providing diplomatic support in terms of engagement in the U.N. Security Council for the awaited resolution authorising the deployment of a Multinational Joint Task Force by the African Union against Boko Haram," she told state radio.

 

If approved, the new force would receive U.N. funding and would be likely to result in a bigger and better resourced operation than the offensive currently being mounted against the militants by Nigeria and its neighbours.

 

Boko Haram has killed thousands of people in northeastern Nigeria in its six-year insurgency and last week pledged allegiance to the Islamic State which has created a self-declared caliphate in parts of Iraq and Syria.

 

However, a perception that Nigeria was failing to deal with the militants alone, and a growing number of cross-border attacks, prompted Nigeria, Chad, Niger, Cameroon to launch their existing operation to try to contain the militants.

 

Nigeria government spokesman Mike Omeri said on Wednesday that Nigeria and its allies had recovered a total of 36 towns from Boko Haram.

 

Diplomats said the African Union Peace and Security Council was due to discuss on Thursday the text of a possible resolution that could then be circulated to the 15 U.N. Security Council members.

 

Chad's U.N. Ambassador Mahamat Cherif has said he hoped the council could vote on a resolution by end-March.

 

France, which holds the rotating presidency of the Security Council, has been seeking to rally support for the resolution in time for a vote by early April, diplomats said.

 

The United States has already helped Cameroon's army security equipment to fight Boko Haram and France is increasing its own West African counter-insurgency force to support regional troops fighting Boko Haram.

Partager cet article

Repost0
12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 08:45
Nigeria: 36 localités reprises à Boko Haram, selon Abuja

 

11 mars 2015 Romandie.com (AFP)

 

Abuja - Trente-six localités ont été reprises à Boko Haram dans le nord-est du Nigeria depuis le début de l'offensive régionale en février, a affirmé mercredi le gouvernement nigérian qui dit attendre une défaite complète des insurgés islamistes.

 

Mike Omeri, porte-parole du gouvernement nigérian chargé des questions de sécurité, a précisé à la presse que quatre localités étaient tombées depuis le 6 mars, dont Buni Yadi, dans l'Etat de Yobe. Plus de 40 étudiants y avaient été massacrés en février 2014 par les extrémistes qui s'étaient ensuite emparés de la ville en août.

 

Trois autres localités ont été reprises en moins d'une semaine dans l'Etat de Borno, voisin du Yobe, et bastion historique de Boko Haram, qui s'était emparé au cours de l'année 2014 de pans entiers du nord-est du Nigeria.

 

Le porte-parole nigérian a expliqué que ces succès contre Boko Haram, qui vient d'annoncer son allégeance à l'organisation Etat islamique (EI), étaient dus aux coopérations et alliances avec les Etats voisins, Cameroun, Tchad et Niger. Il les a remerciés de couper les lignes de ravitaillement des terroristes.

 

On espère que la coopération régionale en cours va précipiter la défaite et l'extermination de Boko Haram au Nigeria et dans la région, a dit M. Omeri.

 

S'exprimant devant l'Atlantic Council, un centre de réflexion basé à Washington, le chef des services de renseignements nigérians, Ayodele Oke, a dit croire qu'en l'espace de quelques semaines les combattants islamistes ne contrôleraient plus aucun territoire, même si le gouvernement reconnaît que les attentats et les attaques devraient continuer.

 

Depuis que l'offensive régionale a été lancée le mois dernier, le Nigeria se targue de diriger les opérations.

 

Mais selon des témoins, des experts et les déclarations des autres forces armées, ce sont les troupes tchadiennes qui ont apporté une contribution décisive à l'opération. Ces dernières ont pénétré sur le territoire nigérian et chassé les islamistes de certaines régions de l'Etat de Borno.

 

Pour le gouvernement nigérian, l'offensive anti-Boko Haram doit permettre la tenue le 28 mars des élections présidentielle et législatives, déjà repoussées de six semaines, officiellement à cause des violences.

 

Mercredi, les Etats-Unis ont annoncé chercher à relancer un programme de formation de soldats nigérians, qui avait été arrêté en 2014 après une querelle sur la fourniture d'armes.

 

Les relations s'étaient tendues entre les deux pays après que l'ambassadeur du Nigeria à Washington avait affirmé que son gouvernement jugeait insuffisante l'aide américaine.

 

Des responsables américains et nigérians en sont au stade des discussions sur un éventuel nouveau programme, a précisé devant la presse l'ambassadeur américain au Nigeria, James Entwistle.

 

Les succès remportés par l'armée nigériane sur le terrain, qui n'ont pas pu tous êtres vérifiés, pourraient permettre à davantage de personnes de voter dans le nord-est du pays, région considérée comme favorable à l'opposition, aux prochaines élections.

 

Le Congrès progressiste (APC), principale formation de l'opposition, donnée au coude-à-coude pour la présidentielle avec le chef de l'Etat sortant Goodluck Jonathan, a menacé de contester la validité de l'élection si un nombre important d'habitants du nord-est ne peuvent pas voter.

 

Le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, a promis d'empêcher la tenue du scrutin par la violence, faisant craindre que les élections, très disputées et parfois sources de violences à motifs politiques, ne tournent au désastre.

 

Depuis 2009, l'insurrection islamiste et sa répression ont fait plus de 13.000 morts et 1,5 million de déplacés au Nigeria. Mais, pour M. Omeri, les derniers succès sur le terrain ont permis à certains d'entre eux de revenir chez eux pour reprendre leur vie normale.

 

Il n'y cependant eu aucune confirmation par des sources indépendantes de ces retours de déplacés.

 

Le Comité international de la Croix-Rouge s'est inquiété mardi d'une crise humanitaire généralisée dans la région du lac Tchad, où des centaines de milliers de déplacés ont fui.

Partager cet article

Repost0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 17:45
The closing ceremony of Exercise Flintlock 2015 - photo US Africom

The closing ceremony of Exercise Flintlock 2015 - photo US Africom

 

10 March 2015 by Africom - defenseWeb

 

The annual Flintlock exercise wrapped up on Monday in N’Djamena with a closing ceremony that brought together senior leaders from over 20 participating countries.

 

The Chadian exercise director, Brig. Gen. Zakaria Ngobongue, when bidding farewell to the guests and participants from different African and Western partner nations, who trained tirelessly in Chad, Niger, Nigeria, Cameroon and Tunisia, thanked the troops for their professionalism. “I am pleased to note that the progress made during this exercise was tangible and these results were reached thanks to willing participants.”

 

Ngonbongue thanked partner nations for the quality medical and humanitarian assistance that benefited citizens in locations near Mao, Faya and Moussoro. Similar medical activities were also conducted in Agadez, Niger.

 

The closing ceremony of the Flintlock exercise was also attended by the Commanding General of U.S. Africa Command (AFRICOM), Gen. David Rodriguez, who thanked Chad for being a great host to this year’s Flintlock despite the security challenges the country faces.

 

“It is important to recognize that exercise Flintlock 2015 was successfully conducted by Chad and other African partners while actively engaged in combat operations against Boko Haram. The capacity to execute real world operations while simultaneously training to increase capacity and capability, demonstrates a level of proficiency exhibited only by an extremely professional, capable, and disciplined military,” said Rodriguez during the closing ceremony.

 

This year’s exercise was the largest Flintlock to date and has continued to build on the success of previous exercises. The three-week Chad hosted event included the implementation of a collaborative Command and Control and information sharing systems, which will remain in place for African partners to share operational information and intelligence with each other, as well as international partners.

 

Over 1,000 personnel from over 20 countries participated in Flintlock ‘15, with locations in Niger, Nigeria, Cameroon and Tunisia. Ten flight crews from Belgium, the United States, Canada, Spain, Denmark, Germany, Sweden, The Netherlands, Italy, and the United Kingdom moved most of the troops and 500,000 pounds of cargo with 113 flights. In all the locations, each soldier received 150 hours of training.

 

They also conducted four community activities, met with key leaders, and treated 1,800 people in several medical assistance clinics. Chadian and U.S. military, as well as U.S. Embassy personnel, also conducted outreach to an orphanage in N’Djamena, supporting victims of war, HIV, and poverty. With the support of non-governmental organization Spirit of America, $4,500 of educational supplies, hygiene tools, and basic items like blankets, sheets, towels, and mosquito nets were given to 59 orphans.

 

The tactical portion of Flintlock 2015 consisted of small-unit combined training and activities involving partner nation counter-terrorism units and military humanitarian relief operations to help improve the basic medical, dental and veterinary access for some communities in Chad and Niger.

 

As an enduring exercise, Flintlock is not focused on any specific security situation, but instead on developing security capacity, building professionalism, and strengthening bonds among exercise participants. Flintlock exercises began in 2005 and are conducted by the Special Operations Command Forward – West Africa (SOCFWD-WA) and sponsored by Africa Command’s Special Operations component to develop the capacity of and collaboration among African security forces to protect civilian populations across the Sahel region of Africa.

 

Flintlock exercises strengthen security institutions, promote multilateral sharing of information, and develop interoperability among the partner nations of the Trans-Sahara Counter Terrorism Partnership (TSCTP). Through exercises such as Flintlock, the United States Special Operations Command provides military training opportunities to foster relationships of peace, security, and cooperation among all Trans-Saharan nations through the TSCTP program.

Partager cet article

Repost0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 13:45
Reportage - Aux avant-postes de l’opération Barkhane

Fort de Madama, Nord Niger - photo Thomas Goisque

 

10 Mars 2015 Par Frédéric Pons – V.A.

 

Terrain. En première ligne face aux djihadistes, les soldats français combattent sur un territoire immense, jusqu’aux frontières de la Libye et de l’Algérie. Une guerre sans répit, bourrée de pièges.

 

Le ciel est d’une pureté absolue, la luminosité intense. Un vent sec et froid pique la peau et gerce les lèvres. « Le pays du vent qui rend fou », disent les Africains. Sur cet immense plateau de sable parsemé de falaises de grès, rien n’arrête l’harmattan. Même pas le minuscule fort de Madama, qui émerge des dunes, au milieu de nulle part, à plus de trois heures d’avion au nord-est de Niamey, la capitale du Niger. L’amplitude thermique sera une nouvelle fois énorme : elle est parfois de près de 40 degrés entre le jour et la nuit.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
9 mars 2015 1 09 /03 /mars /2015 17:45
Nigeria: soldats nigériens et tchadiens reprennent Damasak à Boko Haram

 

9 mars 2015 45eNord.ca (AFP)

 

Les armées nigérienne et tchadienne, qui mènent depuis dimanche une offensive d’envergure dans le nord-est du Nigeria contre Boko Haram, ont repris la ville de Damasak, que les islamistes nigérians tenaient depuis novembre, a indiqué lundi une source sécuritaire tchadienne.

 

« L’offensive a permis de prendre le contrôle de Damasak », ville nigériane située à une centaine de kilomètres de la rive ouest du lac Tchad, a déclaré cette source.

Selon elle, quelque 200 combattants du groupe extrémiste ont été tués dimanche, pour 10 tués et 20 blessés parmi les soldats tchadiens.

« Damasak est reprise par la coalition après de violents combats », a confirmé un officiel nigérien à Diffa, capitale du Sud-Est nigérien située à une trentaine de kilomètres de Damasak.

Un haut responsable civil de Diffa a de son côté fait état de pertes humaines très élevées dans les rangs de Boko Haram.

Ni le gouvernement ni l’armée du Niger n’ont pour l’instant fait de déclarations sur cette prise importante.

Boko Haram s’était emparé de Damasak le 24 novembre dernier, tuant une cinquantaine de personnes et en poussant 3.000 autres à fuir, selon le Haut commissariat aux réfugiés de l’ONU.

Les combattants islamistes avaient infiltré la ville en se déguisant en marchands et en dissimulant leurs armes dans des cartons de marchandises. Les soldats nigérians s’étaient alors enfuis au Niger voisin avec une partie de la population, avait raconté un parlementaire nigérian à l’époque.

Les armées du Niger et du Tchad mènent depuis dimanche une vaste offensive terrestre et aérienne contre Boko Haram dans le nord-est du Nigeria, à partir du sud-est du Niger voisin.

La radio privée nigérienne Anfani, basée à Diffa, a dénombré « plus de 200 véhicules » militaires partis en convoi vers le Nigeria: « des tout-terrains équipés de mitrailleuses, des chars, des ambulances, des citernes d’eau et des camions de transport de logistique ».

Des milliers de soldats nigériens et tchadiens étaient positionnés depuis plus d’un mois en posture défensive dans la province nigérienne de Diffa, sous le feu de Boko Haram.

Partager cet article

Repost0
9 mars 2015 1 09 /03 /mars /2015 08:45
Boko Haram : offensive d’envergure lancée par le Niger et le Tchad

 

08-03-2015 Par RFI

 

Les armées du Tchad et du Niger ont lancé dimanche une offensive aérienne et terrestre d'envergure au Nigeria contre Boko Haram, au lendemain de l'annonce par le groupe islamiste de son « allégeance » au groupe Etat islamique.  Une offensive lancée ce dimanche depuis le sud-est du Niger.

 

Lire l’article

Partager cet article

Repost0
6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 21:45
L'Union africaine entérine la création d'une force régionale contre Boko Haram

 

06 mars 2015 Romandie.com (AFP)

 

Addis Abeba - L'Union africaine a annoncé vendredi avoir entériné la création d'une force régionale de lutte contre le groupe islamiste nigérian Boko Haram, qui comprendra jusqu'à 10.000 hommes et sera basée à N'Djamena.

 

Cette force, dont le principe avait été adopté le 29 janvier lors d'un sommet des chefs d'Etat de l'UA, a pour mandat d'empêcher l'expansion des activités de Boko Haram et d'autres groupes terroristes et d'éradiquer leur présence.

 

Des pays membres de la Commission du Bassin du Lac Tchad (CBLT) --Tchad, Nigeria, Cameroun, Niger-- ainsi que le Bénin se sont engagés à fournir jusqu'à 8.700 soldats, mais l'UA a porté les effectifs de cette force jusqu'à 10.000 hommes, selon des conclusions du Conseil de paix et de sécurité de l'organisation panafricaine.

 

Cette force sous commandement africain aura la possibilité d'opérer librement dans une zone déterminée pour y mener des opérations militaires et des patrouilles, selon le communiqué de l'UA, qui ne précise pas le périmètre de cette zone.

 

Un diplomate de l'UA a toutefois affirmé à l'AFP que cette zone d'opération autour du bassin du lac Tchad ne comprend pas le territoire du Nigeria. Le Nigeria a un problème d'image de puissance régionale à entretenir et accepte très mal que des troupes étrangères puissent venir sur son sol, a-t-il expliqué. Des troupes tchadiennes combattent le groupe armé en territoire nigérian.

 

Aucune confirmation à ce sujet n'a pu être obtenue auprès de l'UA.

 

Sans la possibilité d'intervenir au Nigeria, dont le nord-est est le fief des insurgés, cette force africaine ne pourrait que compter sur l'armée nigériane pour la traque des combattants islamistes en territoire nigérian.

 

Pour financer cette force, l'UA compte sur le soutien de l'ONU et demande au Conseil de sécurité d'adopter de toute urgence une résolution qui entérine (son) déploiement. La présidente de la Commission de l'UA, Nkosazana Dlamini-Zuma, a demandé la création d'un fonds spécial de l'ONU pour soutenir cette force.

 

Le Nigeria et ses voisins, le Tchad, le Niger et le Cameroun, tous frappés par les attaques meurtrières des insurgés islamistes, ont déjà engagé depuis février une campagne militaire conjointe sans précédent contre Boko Haram.

Partager cet article

Repost0
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 11:45
photo Armée de Terre

photo Armée de Terre

 

05/03/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 17 au 27 février, dans le cadre de l’opération Barkhane, les forces armées nigériennes (FAN) et les forces armées françaises ont mené une opération bipartite à l’extrême nord du Niger.

 

L’objectif de la mission était, dans le cadre du partenariat élargi entre le Niger et la force Barkhane, la reconnaissance de la passe de Salvador, carrefour de transit et de trafic pour les groupes terroristes, située à la frontière de la Libye, du Niger et de l’Algérie.

 

Les deux forces armées ont entamé un raid de dix jours à Madama, emmenées par les forces nigériennes et le Détachement de liaison et d’appui opérationnel (DLAO) de Dirkou, et le convoi de blindés composé de la 1ère compagnie du 2e Régiment Etranger Parachutiste, commandé par le poste commandement tactique du GTD-Est « ALTOR ».

Dans des conditions climatiques difficiles, les éléments ont gagné la région de la passe de Salvador, avant d’être ravitaillés par un largage par air. Un contrôle de zone a été réalisé dans un rayon de plusieurs dizaines de kilomètres, permettant entre autres, la découverte et la destruction de deux plots logistiques.

 

Cette opération aura permis d’affirmer la présence de l’armée nigérienne dans une zone instable, tout en renforçant l’interopérabilité des deux forces ainsi que la connaissance de la zone. C’était aussi la première opération menée dans cette zone par le groupement tactique désert « ALTOR » depuis son arrivée début février.

 

L’opération Barkhane regroupe 3 000 militaires dont la mission, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armées terroristes pouvant agir dans la bande sahélo-saharienne.

photos Armée de Terre
photos Armée de Terre

photos Armée de Terre

Partager cet article

Repost0
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 15:45
Boko Haram: Can regional force beat Nigeria's militant Islamists?

 

3 March 2015 Thomas Fessy BBC News

 

At last, Nigeria and its neighbours - Chad, Niger, Cameroon and Benin - seem to have a plan for their Multi-National Joint Task Force (MNJTF) to fight Boko Haram's Islamist militants. This plan should be approved by the African Union through a vote on Tuesday.

 

Read full article

Partager cet article

Repost0
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 11:45
Niger: Boko Haram attaque des villages sur des îles du lac Tchad

 

03-03-2015 Par RFI

 

Le Niger a subi une nouvelle attaque de Boko Haram, dimanche soir. Cette fois, la secte islamiste s'en est pris à des villages insulaires sur le lac Tchad. Le bilan est encore provisoire, mais selon des témoignages d'habitants sur place, au moins 19 personnes auraient péri.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 19:45
Les forces spéciales canadiennes au Niger hors de portée de Boko Haram

Un membre du Régiment d'opérations spéciales du Canada enseigne à un sergent comment utiliser correctement un inclinomètre pour déterminer la vitesse du vent, à Agadez, au Niger, le 21 février 2014. (Archives/Spc. Timothy Clegg/US Army)

 

25 février 2015 par Jacques N. Godbout -  45eNord.ca

 

Les forces spéciales canadiennes, en mission de formation à la lutte contre le terrorisme au Niger, ont été contraintes de quitter la zone frontalière et déménager dans une autre partie du pays pour s’éloigner des combats entre les extrémistes de Boko Haram et les troupes gouvernementales.

 

Lors d’une de leurs missions de formation en février, après avoir essuyé le feu des djihadistes de l’État islamique sur la ligne de front en Irak, nos Forces spéciales canadiennes se sont aussi retrouvés dangereusement près des combattants du redoutable groupe islamiste Boko Haram en Afrique, alors qu’ils s’entraînaient  à la périphérie de la ville de Diffa avec les troupes du Niger en préparation «à l’exercice FLINTLOCK 15, un exercice financé par les États-Unis et dirigé par le Tchad.

Les troupes canadiennes n’ont pas été impliqués dans les combats dans la ville de Diffa, qui se trouve sur la frontière avec le Nigeria, mais elles risquaient à tout moment d’être plongées en pleine tourmente alors que le groupe djihadiste multipliaient les attaques contre la ville.

Les soldats du Régiment d’opérations spéciales ou ROSC étaient autorisés à se défendre mais pas à prendre part au combat.

Alors qu’il devenait  de plus en plus difficile de mener la mission de formation  et que la situation sécuritaire ne cessait de se détériorer, les  officiers canadiens des forces spéciales ont alors  pris la décision  de plutôt poursuivre la mission dans d’autres parties du pays.

Mais les Forces armées canadiennes affirment qu’elles sont prêtes à renforcer leur rôle au Niger si Ottawa décide d’envoyer de l’aide à ce pays.

Et, entre temps, les forces spéciales canadiennes continuent, comme en Irak, l’entraînement de leurs homologues locaux, cette fois, dans le cas du Niger, la formation au tir, aux communications et à la planification de mission – des compétences qu’ils pourront utiliser dans leur combat contre Boko Haram.

Boko Haram, qui contrôle les régions frontalières du Nigeria, dispose de 4.000 à 6.000 des hommes armés aguerris. Le groupe, qui a tué des milliers de personnes au cours des ans et cherche maintenant, à l’instar du groupe État islamique en Irak et en Syrie, à établir un émirat islamique, multiplie les raids sur les pays voisins, dont le Niger.

En outre, le Niger, le Nigeria, le Tchad, le Bénin et le Cameroun font partie d’une alliance régionale lutte contre Boko Haram.

Partager cet article

Repost0
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 20:45
Regional force: Proposed numbers:Nigeria 3,500 - Chad 3,500 - Cameroon 750 - Niger 750 - Benin 250

Regional force: Proposed numbers:Nigeria 3,500 - Chad 3,500 - Cameroon 750 - Niger 750 - Benin 250

 

25 February 2015 By Tomi Oladipo BBC Africa security correspondent

 

Military chiefs from Nigeria, Chad, Cameroon, Benin and Niger are finalising their strategy for a 8,750-strong regional force to tackle the militant Islamist group Boko Haram.

 

In the last few weeks, the Multinational Joint Task Force has retaken several towns captured by the militants in north-eastern Nigeria. Now, the regional chiefs are preparing for a major ground and air offensive due to start next month - and are meeting in Chad this week to set out the command structure. The force will be led by a Nigerian commander, after which the position will rotate among the members.

 

Read more

Partager cet article

Repost0
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 18:45
Aide aux élèves du Niger par les Hussards

 

23/02/2015 SCH Beltran - Armée de Terre

 

Projetés dans le cadre de l’opération Barkhane, 15 hussards du 3e RH (3e régiment de hussards) participent à un détachement de liaison et d’assistance opérationnel (DLAO) au Niger.

 

Leur mission consiste à coordonner et assurer des missions au côté des forces partenaires en leur apportant des appuis spécialisés, notamment dans les domaines du guidage aérien, de la lutte contre les IED et la santé. Dans ce cadre, les hussards ont escorté puis participé à une distribution de fournitures scolaires dans l’école d’un village voisin. La joie des enfants, perceptible sur leur regard, a rempli de satisfaction tous les soldats présents.

 

Lancée le 1er août 2014, Barkhane est une opération conduite par les armées françaises. Elle repose sur une approche stratégique fondée sur une logique de partenariat avec les principaux pays de la bande sahélo-saharienne (BSS) : Mauritanie, Mali, Niger, Tchad et Burkina-Faso. Elle est commandée par le général de division Jean-Pierre Palasset.

Partager cet article

Repost0
23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 08:45
Opération GAMOUNAN : Le partenariat en marche

 

19/02/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 8 au 18 février, L’opération quadripartite GAMOUNAN a vu pendant plusieurs semaines les forces armées du Mali, du Niger et du Burkina Faso opérer conjointement, avec le soutien de Barkhane, sur la zone de rencontre de leurs territoires. Si leur premier objectif était la recherche et la neutralisation des groupes armés terroristes qui pourraient évoluer dans cette zone en se jouant des frontières, les forces impliquées ont mené également des actions civilo-militaires afin de réaffirmer la présence de l’Etat dans ces régions périphériques.

 

L’opération Gamounan constitue la 6ème opération conjointe transfrontalière planifiée et conduite par les Etats du G5 Sahel en lien avec la France dans le cadre du « partenariat élargi » mis en œuvre par l’opération Barkhane.

 

A l’occasion de cette opération, le poste de commandement quadripartite, établi dans le camp des Forces armées maliennes à Gao a accueilli deux visites d’importance, avec d’abord les ambassadeurs du Comité politique et de sécurité de l’UE (COPS) et du Comité paix et sécurité de l’UA (CPS) jeudi 12 février, puis les responsables à Bamako de la Délégation de l’UE, des missions européennes de formation EUCAP et EUTM, et de la Mission de l’Union africaine pour le Mali et le Sahel (MISAHEL) le 15 février.

 

Le 15 février, accompagné du Chef d’état-major de l’armée malienne, le général de division Touré, Les chefs des missions européennes et africaines à Bamako ont pu s’envoler vers le cœur de la zone d’opérations, situé dans la région des « trois frontières » (Mali, Niger et Burkina Faso). Sur le terrain, ils ont pu constater le professionnalisme des militaires engagés, mais plus encore leur enthousiasme à agir ensemble dans un même but, au-delà de leurs frontières respectives. Ils ont unanimement souligné les bénéfices de la coopération militaire entre eux et avec la France, insistant notamment sur l’avantage que représente la communauté de langue et de formation.

 

Le partenariat élargi représente l’action de l’opération Barkhane, visant à soutenir la lutte anti-terroriste menée par les Etats du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad) en favorisant le développement d’actions conjointes dans les zones frontalières stratégiques.

Opération GAMOUNAN : Le partenariat en marcheOpération GAMOUNAN : Le partenariat en marche
Opération GAMOUNAN : Le partenariat en marcheOpération GAMOUNAN : Le partenariat en marcheOpération GAMOUNAN : Le partenariat en marche
Opération GAMOUNAN : Le partenariat en marcheOpération GAMOUNAN : Le partenariat en marche

Partager cet article

Repost0
17 février 2015 2 17 /02 /février /2015 12:45
Barkhane : Le 19e RG à pied d’œuvre sur le DETAIR de Niamey

 

16/02/2015 Sources : État-major des armées

 

Depuis le mois de septembre 2014, dans le cadre de l’opération Barkhane,  des sapeurs du 19e régiment du génie (RG) sont déployés sur la base du Détachement air (DETAIR) de Niamey, au Niger.

 

Leur mission principale est de mettre en place une route de contournement reliant les zones vies et zones opérationnelles françaises, toutes deux dispersées autour de la base aérienne nigérienne, permettant ainsi aux éléments français de circuler entre les deux plateformes.

 

Poursuivant la réhabilitation des zones avec d’importants travaux de terrassements (pistes et plateformes en latérite prochainement recouvertes d’enrobée), les sapeurs du 19e RG ont réalisé des travaux de valorisation de site visant à améliorer le degré de protection du détachement (Merlons, fossés anti Pick-up, Bastions Wall…).

 

Engagé sur tous les théâtres d’opérations, le 19e RG participe au combat de contact à l’appui à la mobilité (ouverture et rétablissement d’itinéraires, franchissement, déminage), à l’appui à la contre mobilité (minage et destruction par explosifs pour entraver la manœuvre adverse) ainsi qu’à l’aide au déploiement (travaux de protection, création de bases, dépôts, plates-formes de stationnement, production d’énergie, rétablissement de l’infrastructure).

 

L’opération Barkhane regroupe 3 000 militaires, dont la mission, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes pouvant agir dans la bande sahélo-saharienne.

Barkhane : Le 19e RG à pied d’œuvre sur le DETAIR de NiameyBarkhane : Le 19e RG à pied d’œuvre sur le DETAIR de Niamey
Barkhane : Le 19e RG à pied d’œuvre sur le DETAIR de NiameyBarkhane : Le 19e RG à pied d’œuvre sur le DETAIR de Niamey

Partager cet article

Repost0
17 février 2015 2 17 /02 /février /2015 12:45
Barkhane : Entrainement au tir du DETPRO de Niamey

 

16/02/2015 Sources : État-major des armées

 

Le mercredi 11 février, dans le cadre de son maintien en condition opérationnelle, une section du détachement de protection (DETPRO) s’est rendue sur un champ de tir nigérien en périphérie de Niamey au Niger, pour effectuer une séance de tir.

 

L’objectif de cet exercice était la réalisation d’une séance de tir d’entraînement, obligatoire pour chaque commando. L’ensemble du groupe avait effectué en amont deux semaines de stage de validation avant projection, sur la base aérienne 126 de Solenzara.

 

Après avoir effectué des tirs de réglage, les fusiliers commandos ont procédé à des tirs statiques et dynamiques avec leurs armes de dotation, le FAMAS et le PAMAS G1. Le tireur d’élite du groupe a quant à lui effectué un tir au fusil de précision FRF2.

 

Le détachement de protection du Détachement air (DETAIR) de Niamey, assure la sécurité des installations contre toute action qui pourrait mettre en péril l’activité opérationnelle de la base.

 

L’opération Barkhane regroupe 3 000 militaires dont la mission, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes dans la bande sahélo-saharienne.

Barkhane : Entrainement au tir du DETPRO de Niamey

Partager cet article

Repost0
15 février 2015 7 15 /02 /février /2015 12:45
Barkhane : Renforcement du Groupement tactique désert-Est

 

13/02/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 1er février, le groupement tactique désert Est (GTD-E) a connu son deuxième transfert de commandement (TOA) depuis le lancement de l’opération Barkhane au Sahel, en août dernier.

 

Le 2e régiment étranger parachutiste (REP) a succédé au 3e régiment parachutiste infanterie marine (RPIMa), dans la conduite des opérations qui auront lieu sur l’ensemble de la zone Est de la bande sahélo-saharienne.

 

À ce titre, il arme l’état-major tactique stationné au camp Kossei, à N’Djaména au Tchad. C’est depuis ce poste qu’il commande les sous-groupements du REP et du 1er régiment hussards parachutistes (RHP), ainsi que les détachements d’Abéché, de Faya, de Dirkou et de Madama. Ce dispositif est renforcé par une section d’appui mortier du 35e régiment d’artillerie parachutiste (RAP), un détachement de liaison et d’appui aux opérations du 3e régiment hussard (RH), ainsi qu’un détachement d’hélicoptères de l’armée de l’Air.

 

Emmené par le 2e REP, le groupement tactique désert Est a pour mission de poursuivre les principales opérations de montée en puissance de la base avancée de Madama (Nord Niger), de contrôle de zones bipartites, ainsi que les opérations de ravitaillement logistique intra-théâtre.

 

L’opération Barkhane regroupe 3000 militaires dont la mission, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes pouvant agir dans la bande sahélo-saharienne.

Barkhane : Renforcement du Groupement tactique désert-Est

Partager cet article

Repost0
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 12:45
Diffa: le futur tremplin franco-nigérien pour lutter contre Boko Haram?


13.02.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

L'aéroport nigérien de Diffa (1800 m de long et 45 de large), avec sa piste en dur, deviendra-t-il un futur point d'appui temporaire français si Paris décide de s'impliquer un peu plus dans la lutte contre Boko Haram.

Pour l'heure, comme l'a rappelé le président Hollande début février, le soutien français aux pays de la région du lac Tchad se résume à un soutien "logistique et opérationnel": fourniture de carburant et de munitions à l'armée tchadienne, survol des frontières du Nigeria pour "faire du renseignement", participation à la cellule de coordination mise en place à N'Djamena, au Tchad...

A Diffa même, actuellement, la présence française se limite, selon l'EMA, à une quinzaine de membres de la cellule de liaison et de contact. Cette cellule a toutefois été renforcée par des "éléments de protection" dont ni le volume ni la provenance n'ont été précisés.

La détérioration de la situation locale (attentats et raids de Boko Haram contre Diffa, fuite de milliers de civils, incapacité du Nigeria à régler le problème) risque de forcer Paris à s'engager davantage. Des forces spéciales de Sabre (au Burkina) pourraient ainsi être amenées à jouer un rôle accru à Diffa, siège de la 5e Région militaire.

 

A lire ici une analyse de Marc-Antoine Pérouse de Montclos parue, le 11 février, sur le site de la Fondation Jean-Jaurès. Elle s'intitule Boko Haram. Les enjeux régionaux de l'insurrection.

Partager cet article

Repost0
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 19:45
Après le feu des djihadistes en Irak, les Forces spéciales canadiennes près de Boko Haram en Afrique

Un membre du Régiment d'opérations spéciales du Canada enseigne à un sergent comment utiliser correctement un inclinomètre pour déterminer la vitesse du vent, à Agadez, au Niger, le 21 février 2014. (Archives/Spc. Timothy Clegg/US Army)

 

11 février 2015 par Jacques N. Godbout – 45eNord.ca

 

Après avoir essuyé le feu des djihadistes de l’EI sur la ligne de front en Irak, voilà que les Forces spéciales canadiennes se retrouvent maintenant dangereusement près des combattants du redoutable groupe islamiste Boko Haram en Afrique.

 

«Oui, je peux confirmer que le CSOR (le Régiment d’opérations spéciales du Canada) est ‘teamé‘ [fait équipe, ndlr] cette année avec des forces du Niger, mais ne ne lutte pas contre Boko Haram dans la ville de Diffa», a bien confirmé à 45eNord.ca le Commandement des Forces d’opérations spéciales du Canada (COMFOSCAN).

Le Niger a été récemment le théâtre de violents combats entre les troupes gouvernementales et les extrémistes islamistes du groupe sanguinaire Boko Haram dans la ville de Diffa, qui se trouve sur la frontière avec le Nigeria.

Les forces spéciales canadiennes, pendant ce temps, s’entraînent avec les troupes du Niger à la périphérie de la ville en préparation «à l’exercice FLINTLOCK 15, […], un exercice financé par les États-Unis et dirigé par une nation africaine», précise le COMFOSCAN.

Les membres du groupe Boko Haram, eux, ont pris d’assaut une prison à Diffa le week-end dernier et ont pu se frayer un chemin dans une partie de la ville de 50.000 personnes lundi. Une voiture piégée a également explosé dans la ville, tuant cinq personnes et en blessant grièvement cinq autres.

L’armée du Niger a certes repoussé les insurgés de la ville, mais c’était tout de même la troisième attaque de Diffa en quatre jours.

Diffa est à environ cinq kilomètres de la frontière nigériane. Boko Haram, qui contrôle des régions frontalières au du Nigeria et dispose de 4.000 à 6.000 des hommes armés aguerris.

Le groupe a tué des milliers de personnes au cours des ans et cherche maintenant, à l’instar du groupe État islamique en Irak et en Syrie, à établir un émirat islamique dans le nord du Nigeria. Boko Haram a également mené des raids sur les pays voisins et a aussi choqué l’opinion internationale en 2014 avec l’enlèvement, non encore résolu, de 276 écolières à Chibok, au Nigeria.

La menace est réelle. Des milliers de personnes ont déjà fui la ville de Diffa et le gouvernement du Niger a conseillé à ceux qui restent de rester dans leurs maisons pendant les combats.

Les Forces spéciales canadiennes se trouvent donc, par le plus malheureux des hasards, encore une fois au mauvais endroit au plus mauvais moment… Vont-ils, après avoir essuyé les tirs des djihadistes en Irak alors qu’ils accompagnaient les forces irakiennes sur la ligne de front, se retrouver dans une situation semblable en Afrique, et, qui plus est, à l’occasion d’un exercice?

 

FLINTLOCK 15

FLINTLOCK est un exercice organisé et sponsorisé par le United States Africa Command (AFRICOM) depuis 2005 dans le nord et l’Afrique de l’Ouest pour «améliorer la capacité de sécurité des forces militaires régionales». Environ 1.000 militaires de plusieurs nations y prennent part chaque année. En 2015, l’exercice est organisé et hébergé par le Tchad.

FLINTLOCK 15 se déroulera du 16 février au 9 mars 2015.

La seule unité de forces spéciales canadiennes qui va y participer est le Régiment d’opérations spéciales du Canada (ROSC).

Selon le Commandement des opérations spéciales du Canada, les raisons de prendre part aux exercices FLINTLOCK sont simples: c’est une «excellente occasion pour le ROSC de se former dans un environnement austère, tout en continuant à construire l’interopérabilité et les relations avec les alliés, et en soutenant le gouvernement des initiatives du Canada dans la région du Sahel».

Plus de 1.200 personnels seront impliquées dans l’exercice Flintlock 15 au Tchad, avec des antennes au Niger, au Nigeria, au Cameroun et en Tunisie.

Les participants sont du Burkina Faso, du Danemark, du Canada, de France, d’Allemagne, d’Italie, de Mauritanie, des Pays-Bas, de Belgique, de Suède, de Norvège, du Sénégal, d’Espagne, du Royaume-Uni, du Mali, de République tchèque, d’Estonie, de Lituanie et des États-Unis.

 

La situation dans la région

Pendant ce temps, la guerre contre Boko Haram devrait s’accélérer dans les prochaines semaines. Le Nigeria a reporté son élection présidentielle jusqu’au 28 mars et se prépare maintenant à attaquer Boko Haram et à détruire ses bases.

En outre, le Tchad, le Bénin, le Cameroun, le Niger et le Nigeria ont convenu d’établir une force multinationale de 8.700 hommes pour venir à bout de Boko Haram.

Les soldats du Tchad, eux, ont déjà engagé la lutte contre Boko Haram dans le nord du Nigeria.

Dans le passé, la mission d’entraînement FLINTLOCK a déjà dû être annulé en raison d’un conflit dans la région où elle devait se dérouler. En 2012, FLINTLOCK, qui devait avoir lieu au Mali, a été annulée en raison de la poursuite des combats dans ce pays. Mais il semble, cette fois, qu’il n’est pas question d’annulation.

Partager cet article

Repost0
11 février 2015 3 11 /02 /février /2015 12:45
Séminaire sur la coopération transfrontalière au Sahel

 

11/02/2015 Ministère de la Défense

 

Le 13 février 2015 un séminaire consacré au lancement du projet ACTS, « Appui à la Coopération Transfrontalière au Sahel »,  se tiendra à Paris, dans les salons de l’Hôtel des Invalides. Objectif de cet événement : mettre en avant une stratégie globale de gestion des espaces frontaliers que partagent trois pays du Sahel : le Burkina Faso, le Mali et le Niger.

 

L’Hôtel des Invalides accueillera ce vendredi 13 février un séminaire consacré au lancement du projet ACTS, « Appui à la Coopération Transfrontalière au Sahel ». Initié par la Direction de la coopération de sécurité et de défense (DCSD) et la Direction générale de la Mondialisation (DGM), le projet ACTS a pour objectif de soutenir l'élaboration d’outils de sécurité légitimes et efficaces, et d’accompagner le développement des zones frontalières que partagent le Burkina Faso, le Mali et le Niger et ce, dans un souci d’approche globale.

 

Ce projet pilote de coopération sera engagé dans la région commune à ces trois pays, le Liptako-Gourma. A ce titre, 140 invités dont les ministres de la sécurité des trois pays africains concernés et de très hauts représentants des Nations Unies et de l’Union Européenne participeront à ce séminaire.

Partager cet article

Repost0
11 février 2015 3 11 /02 /février /2015 08:45
Barkhane : relève de trois Mirage 2000D sur le DETAIR de Niamey

 

10/02/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 1er février 2015, 3 Mirage 2000D ont quitté la base aérienne 133 de Nancy pour rejoindre la plateforme aéronautique du Détachement ait (DETAIR) de Niamey.

 

Accompagnés par un avion ravitailleur C135 FR du groupe de ravitaillement en vol 02.091 « Bretagne » en provenance de la base aérienne 125 d’Istres, les 3 Mirage 2000D ont effectué un vol d’environ 6 heures pour se rendre à Dakar au Sénégal pour une escale d’une journée. Durant cette première phase de convoyage, les trois avions ont effectué trois ravitaillements chacun. Le lendemain, ils ont rejoint le Niger après deux heures de vol et un ravitaillement.

 

Ces trois avions de chasse appartiennent à la 3e escadre de la base aérienne 133 de Nancy et remplacent les trois précédents aéronefs arrivés sur le théâtre au mois de septembre dernier.

 

Dans quelques jours, après une très rapide mise en condition opérationnelle, ils participeront à la lutte contre le terrorisme dans l’opération Barkhane. Ils effectueront notamment des missions d’appui aérien au profit des troupes engagées sur le terrain et de bombardement d’objectifs préétablis ou d’opportunités.

 

L’opération Barkhane regroupe 3 000 militaires dont la mission, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes pouvant agir dans la bande sahélo-saharienne.

Barkhane : relève de trois Mirage 2000D sur le DETAIR de Niamey
Barkhane : relève de trois Mirage 2000D sur le DETAIR de Niamey

Partager cet article

Repost0
11 février 2015 3 11 /02 /février /2015 07:45
credits BBC

credits BBC

 

11.02.2015 BBC Afrique

 

Le gouvernement nigérien a proclamé mardi l'état d'urgence dans la région de Diffa (sud-est), où les populations fuient par crainte d'une nouvelle attaque des islamistes nigérians de Boko Haram.

 

Diffa, capitale provinciale située à quelques kilomètres du Nigeria où sévissent depuis des années les militants de Boko Haram, a été attaquée vendredi à sa périphérie, puis dans son centre-ville dimanche et encore à deux reprises lundi. Par cette décision, le gouvernement nigérien accorde des pouvoirs supplémentaires aux forces de sécurité, dont celui d'ordonner des perquisitions à domicile de jour et de nuit. D'après les experts, Boko Haram dispose de cellules dormantes au Niger pour perpétrer des attaques.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 12:45
Barkhane : action civilo-militaire au profit de la population nigérienne

 

09/02/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Du 5 novembre 2014 au 26 janvier 2015, une équipe de l’action civilo-militaire de la force Barkhane a travaillé dans plusieurs villes du nord du Niger, pour y restaurer des pompes et permettre aux populations de reprendre une activité agricole.

 

Quatre pompes ont ainsi été réparées dans les villes de Dirkou et de Chemidour, principaux foyers de peuplement entre la ville de Bilma et la frontière libyenne où vivent près de 14 000 personnes. Les militaires de Barkhaneont par ailleurs servi d’intermédiaire pour acheminer du matériel scolaire et médical destiné à la population : 50 tables-bancs ont été réparties entre deux écoles, tandis que le dispensaire de Dirkou a reçu trois tables de consultation et dix matelas en mousse. En outre, des kits scolaires ont été distribués dans les principales villes de la région.

 

Dialogue avec la population

 

Des militaires nigériens ont assisté la force française durant toute la durée des opérations, matérialisant le partenariat noué entre les deux armées. Des contacts ont été pris, puis développés avec les chefs coutumiers et religieux de la région afin de maintenir à long terme le dialogue avec la population.

 

Deux autres projets au profit d’écoles devraient être réalisés dans les semaines à venir. Un projet d’appui aux cultivateurs et deux projets portant sur le domaine de l’accès à l’eau sont également à l’étude, s’inscrivant dans la lignée des projets d’aide à la population entamés dans les domaines de l’éducation et de la santé.

 

L’opération Barkhane regroupe 3 000 militaires dont la mission, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes dans la bande sahélo-saharienne.

Partager cet article

Repost0
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 07:45
Niger : Le parlement vote l'envoi de troupes au Nigeria

 

10.02.2015 par BBC Afrique

 

Le Parlement nigérien a approuvé lundi soir l'envoi de troupes au Nigeria dans le cadre de la force régionale pour lutter contre le groupe islamiste armé nigérian Boko Haram. La résolution a été votée de façon unanime par les 102 députés présents.

Le président du Parlement, Amadou Salifou, a souligné dans l'après-midi, lors de l'ouverture du débat parlementaire, que le vote se déroulait alors que "les bombes tombent sur Diffa", dans le sud-est du pays, à la frontière avec le Nigeria.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 13:45
Niger forces kill 109 Boko Haram militants in battle

 

09 February 2015 defenceWeb (Reuters)

 

Niger's forces killed 109 fighters from the Islamist militant group Boko Haram on Friday as they repulsed attacks on Bosso and Diffa, two southeastern towns near the Nigerian border, Niger state television said.

 

Four Niger soldiers were killed, 13 were wounded and two are missing after the fighting in Bosso against Boko Haram, whose five-year insurgency is spreading from Nigeria to neighbouring states. Four Niger soldiers were wounded in Diffa.

 

"At around 9 a.m. elements of the Boko Haram terrorist group launched two simultaneous attacks at Bosso and Diffa. At Bosso, Niger's defence forces helped by Chadian troops neutralised the assailants," said the statement by Defence Minister Karidio Mahamadou on state television.

 

Chad deployed war planes to repulse the attack, military officials in Niger said earlier.

 

There was no independent confirmation of the numbers killed.

 

General Yaya Doud, commander of Chadian forces deployed north of Lake Chad, was shot in the stomach in Bosso, a Chadian security source said. He has been evacuated to hospital in N'Djamena for treatment.

 

"The Boko Haram attack from Malam Fatori (in Nigeria) against the town of Bosso and the bridge at Doutchi in the Diffa region has been repulsed. We have Chadian planes bombarding the locality," said a Niger military source.

 

Boko Haram has seized territory in northeastern Nigeria as part of a five-year insurgency for an Islamist state. Around 10,000 people were killed last year and the militants increasingly stage cross border attacks.

 

The insurgency is the worst threat to Nigeria's security as the nation, Africa's top oil producer and biggest economy, heads to a presidential election on Feb. 14.

 

The militants are also increasingly threatening neighbouring Chad, Niger and Cameroon, prompting regional leaders to come up with a joint plan to defeat them.

 

Chad has deployed some 2,500 soldiers to neighbouring Cameroon and Niger as part of this effort. Niger's parliament is due to vote on Monday on a proposal by the government to send its troops into Nigeria to fight Boko Haram.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories