Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 décembre 2015 1 21 /12 /décembre /2015 17:45
photo USAF

photo USAF

 

21 December 2015 Ministry of Defence and The Rt Hon Michael Fallon MP

 

Defence Secretary Michael Fallon has announced a major uplift to UK support to the Nigerian armed forces to help combat Boko Haram.

 

The new commitment, announced during a visit to see President Buhari and senior government officials, includes:

  • An intention to more than double the number of British personnel deployed on training tasks in Nigeria in the coming year, with up to 300 expected to provide support during 2016.
  • The deployment of a specialist team to provide assistance in countering improvised explosive devices, as well as medical training and advice;
  • A new RAF training team to improve the knowledge and skills of the Nigerian Air Force in airfield defence and counter insurgency.

Defence Secretary Michael Fallon said:

Boko Haram is a brutal organisation that has murdered and kidnapped innocent civilians. We stand united with Nigeria in its efforts to defeat them.

Stepping up our training efforts will help support the Armed Forces of Nigeria (AFN) for crucial counter-insurgency operations.

During his visit, Mr Fallon discussed Nigeria’s security challenges and the status of the bilateral UK-Nigeria Defence relationship with President Buhari and Defence Minister Dan Ali.

The deployment of the new teams and expanding package of UK assistance builds on the programme of Short Term Training Teams (STTT), many from the 2nd Battalion the Royal Anglian Regiment, providing assist to our Nigerian partners throughout 2015.

Overall, around 130 UK military personnel deployed to Nigeria on a wide range of training tasks in 2015. These have included, training in infantry skills, civil-military affairs, media operations, command and leadership, IED-awareness, and support to Nigerian military training schools and establishments.

Almost one thousand Nigerian military personnel benefited from training to prepare them for counter-insurgency operations in north east Nigeria.

The training uplift announced by Mr Fallon supports work already carried out by the UK’s resident British Military Advisory and Training Team (BMATT). BMATT has also grown in size since the government announced last year that the UK would increase its training and capacity building in Nigeria.

Together with our continued support to a Nigerian intelligence and analysis cell focussed on the north east and based in Abuja, almost 30 UK military personnel are now deployed in Nigeria on an enduring basis in training and advisory roles.

Repost 0
18 novembre 2015 3 18 /11 /novembre /2015 13:45
Nigeria: la lutte contre Boko Haram minée par la corruption dans l'armée

 

18 novembre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Abuja - La lutte contre les islamistes de Boko Haram a été minée par la corruption au sein même de l'armée nigériane, a regretté le président nigérian Muhammadu Buhari après avoir reçu un rapport d'une commission spéciale sur ce sujet.

 

Le rapport révèle plusieurs transactions financières illicites et frauduleuses, mettant notamment en cause le Bureau du conseiller à la Sécurité nationale, dont l'ancien titulaire est déjà inculpé de blanchiment d'argent, affirme un communiqué de la présidence nigériane publié dans la soirée de mardi.

 

Le président Buhari a donné l'ordre que tous ceux impliqués dans des contrats frauduleux d'achats d'armes et d'équipement, qui représentent plusieurs milliards de dollars, rendent des comptes, ajoute le communiqué.

 

Les révélations du rapport sont extrêmement inquiétantes compte tenu que ces malversations ont eu lieu à un moment où l'armée combattant l'insurrection dans le nord-est avait un besoin désespéré d'équipements et de munitions, a jugé le président Buhari.

 

Si les fonds siphonnés par ces entreprises douteuses avaient réellement été utilisés dans le but auquel ils étaient destinés, des milliers de vies innocentes de Nigérians auraient été épargnées, a-t-il assuré.

 

Général à la retraite et déjà président du Nigeria de décembre 1983 à août 1985, Muhammadu Buhari a pris ses fonctions en mai et s'est fixé comme priorité de mettre un terme d'ici la fin de l'année à l'insurrection de Boko Haram qui a fait quelque 17.000 morts depuis 2009.

 

Il avait institué au printemps une commission spéciale de 13 membres chargée d'enquêter sur les contrats d'achats militaires de 2007 à 2015, dont le rapport n'a pas été rendu public.

 

Selon le communiqué de la présidence, les malversations concernent particulièrement le Bureau du conseiller à la sécurité nationale, dont l'ancien titulaire, Sambo Dasuki, 60 ans, a déjà été inculpé de détention d'armes et blanchiment d'argent.

 

Homme-clé du régime de l'ex-président Goodluck Jonathan battu par M. Buhari lors de la présidentielle fin mars, Sambo Dasuki avait servi comme conseiller à la sécurité de juin 2012 jusqu'à son limogeage mi-juillet par le président Buhari.

 

Selon le rapport de la commission cité par le communiqué présidentiel, quelque 5,3 milliards de dollars avaient été alloués au Bureau du conseiller à la sécurité nationale et aux états-majors de la Défense, des armées de terre et de l'air et à celui de la marine.

 

Il apparaît que malgré cet énorme effort financier, très peu a été dépensé pour soutenir les approvisionnements militaires, note le communiqué.

 

Des 513 contrats étudiés, 53 se sont révélés frauduleux et Sambo Dasuki, selon la présidence, a conclu des contrats fictifs et fantômes pour un total de 2 milliards de dollars pour l'acquisition de quatre chasseurs Alpha Jet, douze hélicoptères et des explosifs et munitions, selon la présidence.

 

Les contrats n'ont pas été exécutés, les équipements ne sont jamais parvenus à l'armée de l'air nigériane et ne figurent pas à son inventaire, poursuit-elle.

 

Selon la présidence, le rapport note que Sambo Dasuki avait également demandé à la Banque centrale du Nigeria de transférer 132 millions de dollars et près de 10 millions d'euros sur des comptes ouverts en Afrique de l'Ouest, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis à des fins indéterminées, sans document d'explication sur les transactions.

 

Sambo Dasuki a pour sa part indiqué mercredi dans un communiqué qu'il était surpris et embarrassé par ces accusations alors qu'il n'a jamais été invité à se présenter devant la commission.

 

En défendant le bilan de son action, qui a coïncidé avec une vague de succès militaires contre Boko Haram depuis le début de l'année 2015, il a ajouté qu'il laisse les Nigérians juger.

Repost 0
13 novembre 2015 5 13 /11 /novembre /2015 08:45
L'armée nigériane dit avoir libéré 61 captifs de Boko Haram

 

13.11.2015 Romandie.com (ats)

 

Les forces armées nigérianes ont tué quatre personnes soupçonnées d'être des membres de Boko Haram et délivré 61 captifs, principalement des femmes et des enfants. Les prisonniers étaient retenus par les islamistes dans l'Etat de Borno, dans le nord-est du Nigeria. L'armée a mené, avec un soutien aérien, une opération dans les camps de Boko Haram situés entre les localités de Bitta et de Damboa. Elle a "secouru 61 personnes enlevées et retenues en captivité par les terroristes de Boko Haram", selon le communiqué. "Les personnes secourues sont principalement des femmes et des enfants et ont été depuis lors évacuées. Les soldats ont également (...) tué quatre terroristes et en ont arrêté un", a ajouté l'armée. Le 28 octobre, l'armée avait annoncé avoir délivré 338 personnes retenues en captivité par Boko Haram, dont 192 enfants et 138 femmes, lors d'une opération menée en bordure de la forêt de Sambisa, un repaire des rebelles islamistes situé dans l'Etat de Borno.

 

Des succès militaires

Aucune indication ne permet de supposer que l'une des quelque 200 lycéennes enlevées par Boko Haram en avril 2014 à Chibok, dans l'Etat de Borno, figure parmi les femmes libérées jusqu'à présent par l'armée. L'armée nigériane a revendiqué ces derniers mois une série de succès dans sa lutte contre l'insurrection. Début août, elle avait annoncé avoir délivré 178 personnes dont plus d'une centaine d'enfants près de la ville de Aulari, à quelque 70 km au sud de Maiduguri, capitale de l'Etat de Borno. L'insurrection menée par Boko Haram a fait au moins 17'000 morts et plus de 2,5 millions de déplacés depuis 2009.

Repost 0
8 novembre 2015 7 08 /11 /novembre /2015 13:45
Ngouboua Tchad - credits BBC

Ngouboua Tchad - credits BBC

 

08 novembre 2015 Romandie.com (AFP)

 

N'Djamena - Deux personnes ont été tuées et 14 blessées dimanche matin dans la localité tchadienne de Ngouboua dans la région du lac Tchad lorsque deux femmes kamikaze du groupe Boko Haram se sont faites exploser, a-t-on appris de source sécuritaire à N'Djamena.

 

Les deux femmes kamikaze et deux civils ont trouvé la mort au cours de cette explosion, a indiqué à l'AFP sous couvert d'anonymat cette source, ajoutant que 14 autres personnes ont été blessés dans cette localité déjà ciblée à plusieurs reprises par des islamistes nigérians de Boko Haram.

 

Le 1er novembre, onze civils avaient été blessés dans cette même région dans un attentant suciide attribué par le gouvernement au groupe Boko Haram qui a rallié l'organisation de l'Etat islamique (EI).

 

L'attaque la plus meurtrière sur les rives tchadiennes du lac s'est produite le 10 octobre. Un triple attentat à l'explosif commis par des kamikazes à Baga Sola, s'était soldé par 41 morts et 48 blessés, selon le gouvernement tchadien.

 

Plusieurs dizaines de milliers de réfugiés nigérians et de déplacés tchadiens ont trouvé refuge dans cette ville, fuyant ces derniers mois les exactions de Boko Haram sur les îles du lac ou au Nigeria voisin.

 

Si elle a contenu l'expansion territoriale de Boko Haram dans le nord-est du Nigeria, la coalition régionale militaire des pays riverains du lac Tchad (Nigeria, Tchad, Cameroun, Niger) ainsi que le Bénin n'arrive pas à réduire significativement les activités des islamistes nigérians qui poursuivent régulièrement leurs attaques, notamment les attentats-suicides dont sont essentiellement victimes les civils, musulmans comme chrétiens.

Repost 0
8 novembre 2015 7 08 /11 /novembre /2015 08:45
photo tchadinfos

photo tchadinfos

 

N’DJAMENA, 7 novembre (Xinhua)

 

Les Forces armées tchadiennes d’intervention au Cameroun (FATIC), de retour de leur expédition contre la secte terroriste Boko Haram, ont été accueillis en héros samedi matin dans la capitale, a constaté un journaliste de Xinhua sur place.

 

Sur un parcours long de plusieurs kilomètres, allant de la frontière du Cameroun à la Place de la Nation, en face du Palais présidentiel, les N’Djaménois se sont massés de bonne heure pour ces héros juchés sur leurs chars et véhicules Toyota tout-terrain.

Selon le général Bénaïndo Tatola, ministre délégué à la Présidence chargé de la Défense nationale, ce retour du contingent tchadien se justifie par “la prise en compte de sa zone de responsabilité par la force mixte multinationale de la Commission du bassin du lac Tchad et le Bénin qui se chargera de mener désormais les opérations contre le groupe terroriste Boko Haram dans cet espace”.

 

Le 14 janvier 2015, l’Assemblée nationale du Tchad avait autorisé le gouvernement à envoyer les troupes aider les armées camerounaises, nigériennes et nigérianes qui faisaient face à l’expansion de la secte islamiste.

 

Quatre mois plus tard, comme l’exige la Constitution, les députés tchadiens ont voté une loi portant prolongation de la présence de leurs forces armées engagées dans le cadre de la lutte conjointe régionale contre Boko Haram.

 

Le bilan de cette intervention, fourni par l’Etat-major tchadien après les quatre premiers mois, reste lourd: 71 morts soldats tués et 416 autres blessés.

Repost 0
3 novembre 2015 2 03 /11 /novembre /2015 12:45
source BBC Afrique

source BBC Afrique

 

03.11.2015 BBC Afrique

 

Le groupe Etat islamique en Afrique de l'ouest ex-Boko Haram a publié des photos qui montrent apparemment une usine de rocket dans le nord-est du Nigeria.

 

Le groupe a utilisé des rockets et des grenades dans le passé. Ce qui a suscité beaucoup d'interrogations sur la provenance de ces engins. Les photos semblent indiquer que les membres du groupe ont la technologie et le savoir-faire pour fabriquer des armes. Les photos ont probablement été prises dans une école de l’Etat du Borno.

Suite de l’article

Repost 0
28 octobre 2015 3 28 /10 /octobre /2015 17:45
Nigeria: l'armée annonce avoir libéré plus de 300 otages de Boko Haram

 

28-10-2015 Par RFI

 

338 personnes retenues en captivité dans plusieurs localités du nord Nigéria ont été libérées par l'armée nigériane au terme d'une opération des forces terrestres, contre des bases du groupe djihadiste Boko Haram, c'est ce qu'annonce le service de presse de l'armée nigériane qui affirme avoir tué en outre une trentaine de d'insurgés de Boko Haram.

Lire l’article

Repost 0
13 octobre 2015 2 13 /10 /octobre /2015 16:50
Rheinmetall KZO UAV - ILA 2010

Rheinmetall KZO UAV - ILA 2010

 

13 October 2015 by defenceWeb

 

Tunisia, Mali, Nigeria, Jordan and Iraq have been identified as potential recipients of up to €100 million in funding from Germany aimed at helping partner countries improve their security situations.

 

Defense News last week reported that the German government has set up a €100 million fund to help partner countries in Africa and the Middle East. The fund will become operational in the 2016 financial year.

 

Katrin Suder, state secretary of the German Ministry of Defense, said in Berlin last week that the initiative is designed to help partner countries prevent crises and stabilize their overall security environment. The money will be used to procure equipment and services for tasks like border protection, small arms controls or the clearing of minefields.

 

The secondary purpose of the fund is to support the German defence industry, as the money will be used primarily to buy equipment and services in Germany. The fund will be jointly managed by the German Ministry of Defence and Ministry of Foreign Affairs. However, the fund is still awaiting final approval as part of next year’s budget by parliament, with approval possibly being granted in the next few weeks.

 

Wolfgang Hellmich, chairman of the defence committee of the German Bundestag, expects delivery of German surveillance unmanned aerial vehicles Tunisia, Defense News reports.

Repost 0
13 octobre 2015 2 13 /10 /octobre /2015 16:45
Info RFI: des bombes françaises refont surface aux mains de Boko Haram

Photo publiée par l’armée nigériane montrant une sous-munition de type GR-66 récupérée dans une cache attribuée à Boko Haram. Une arme achetée à la France par le Nigeria dans les années 1980.

 

13-10-2015 Par Nicolas Champeaux, Olivier Fourt - RFI

 

Un double attentat-suicide a fait au moins neuf morts, dimanche matin, dans la région de Mora, dans l'Extrême-Nord du Cameroun, en proie aux attaques des islamistes nigérians de Boko Haram. Selon une source sécuritaire et un responsable local, ce sont deux femmes kamikazes qui étaient porteuses des charges. Des explosifs qui, depuis quelque temps, attirent l'attention des services de sécurité camerounais et nigérians. En effet, à plusieurs reprises déjà, ce sont des grenades issues de bombes à sous-munitions françaises « Beluga » qui ont été retrouvées sur les candidats aux opérations suicides.

 

Lire l’article

Repost 0
12 octobre 2015 1 12 /10 /octobre /2015 16:45
photo UK MoD

photo UK MoD

 

12 October 2015 Ministry of Defence

 

Chief of the Defence Staff General Sir Nicholas Houghton has visited Nigeria to see UK military personnel training the Nigeria Armed Forces.

 

General Sir Nicholas Houghton also met with senior Nigerian government officials to discuss how the UK might optimise the training support it can offer.

 

The UK has a resident British Military Advisory and Training Team (BMATT) in the African nation, which has grown in size since former Foreign Secretary William Hague announced last summer that the UK would increase its training and capacity building support to the Nigerian military to help it counter the violent extremist organisation known as Boko Haram.

 

Supported by the deployment of a growing number of short-term training teams (STTT), the BMATT is helping to deliver an expanding training programme to all three services of the Nigerian Armed Forces.

 

More than 100 UK military personnel have deployed to Nigeria already this year on training tasks ranging from one to eight weeks in length, providing training and advice in a number of niche areas such as countering improved explosive devices, infantry patrolling skills, civil-military cooperation and command and leadership. This number will grow as the UK continues to expand its offer of assistance.

 

UK personnel currently deployed in Nigeria are helping to train Nigerian troops who will deploy on operations against Boko Haram in the north-east.

 

General Sir Nicholas Houghton visited them to see their work after holding routine meetings, with President Muhammadu Buhari, and senior Nigerian military officials, in which he praised the ‘remarkable progress’ of the Nigerian Armed Forces in the last two months, and offered to intensify UK help and support.

 

Whilst the UK is helping to deliver pre-deployment training for counter-insurgency operations, our package of support is not all about Boko Haram and the BMATT is working closely with Nigerian military training schools and academies, helping to build longer term capacity as part of our enduring Defence relationship.

 

Chief of the Defence Staff General Sir Nicholas Houghton said:

    I was extremely pleased to visit our military training team in Nigeria and see, first-hand, the excellent work being carried out by our troops with Nigerian forces.

    The visit has also provided an opportunity to discuss the security challenges that Nigeria faces with senior members of the Nigerian Administration and Military. We are committed to strengthening our long-standing Defence relationship with Nigeria, and I hope we can increase our support in the future.

Repost 0
5 octobre 2015 1 05 /10 /octobre /2015 16:45
Niger: l'armée déjoue de nouveaux attentats-suicides

 

05 octobre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Niamey - Des kamikazes de Boko Haram sont morts dimanche soir, après s'être faits exploser avec leurs ceintures d'explosifs à Bosso, dans le sud-est du Niger, mais sans faire de victime, a indiqué lundi à l'AFP le maire de cette ville frontalière du Nigeria.

 

Quatre kamikazes de Boko Haram qui portaient des ceintures d'explosifs sont morts après (les) avoir fait exploser dimanche soir vers 21H00 locales (20H00 GMT) mais sans faire de victimes civile ou militaire, a affirmé à l'AFP le maire de Bosso, Bako Mamadou.

 

Les insurgés n'ont heureusement atteint aucun centre névralgique militaire ou civil de la ville, a assuré le maire.

 

Les assaillants, qui sont venus à pied du Nigeria voisin, ont activé leurs charges d'explosifs lorsque que les militaires ont commencé à tirer dans leur direction à trois différents endroits de la ville, a-t-il expliqué. Ce matin, nous avons retrouvé les corps des trois kamikazes déchiquetés.

 

Le quatrième, qui portait encore sa ceinture d'explosifs et dont le corps est presque intact a été abattu par les forces de l'ordre, a souligné M. Mamadou.

 

Les forces de l'ordre ont renforcé la sécurité autour de Bosso et procédaient à des fouilles intenses en ville, a déclaré à l'AFP une source humanitaire.

 

Bosso, située près du lac Tchad, a été désertée par un grand nombre de ses habitants depuis une attaque des islamistes le 6 février, la première sur le sol nigérien.

 

Les éléments de Boko Haram ne sont toujours pas loin: ils sont juste de l'autre côté de la rivière Komadougou Yobé, qui sert de frontière naturelle entre le Niger et le Nigeria, a confié à l'AFP une autre source humanitaire.

 

En mars et avril, les armées du Niger et du Tchad ont chassé les insurgés islamistes de Bosso, faisant de la ville une importante base pour lutter contre le groupe armé nigérian.

 

Mais depuis, les combattants de Boko Haram se sont réinstallés dans leurs anciens bastions, selon la source humanitaire.

 

Les deux armées se sont récemment retirées de ces localités, y compris celle de Malam Fatori (proche de Bosso) au Nigeria, pour des raisons stratégiques a justifié à l'AFP une source sécuritaire.

 

En dépit de l'Etat d'urgence en vigueur, le sud-est du Niger subit depuis deux semaines une recrudescence des raids et des attentats-suicides de Boko Haram.

 

Six personnes, dont un gendarme et cinq civils ont ainsi été tuées dimanche matin dans des attentats-suicides perpétrés par des kamikazes de Boko Haram au coeur de la ville de Diffa, la capitale provinciale de cette région, selon la télévision d'Etat.

 

L'insurrection de Boko Haram et sa répression par l'armée ont fait au moins 17.000 morts au Nigeria depuis 2009, essentiellement dans le nord-est du pays.

Repost 0
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 10:45
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

 

11 septembre 2015 Par Pierre Boisselet - jeuneafrique.com

 

Paris, qui s’apprête à accueillir le président nigérian Muhammadu Buhari en visite officielle, du 14 au 16 septembre, coopère de plus en plus étroitement avec Abuja dans la lutte contre Boko Haram. Malgré les précédents démentis de l'armée française, ses chasseurs sont désormais bien autorisés à survoler le territoire du Nigeria.

 

Jusque-là, officiellement, les avions français s’arrêtaient aux frontières du Nigeria. À partir de leur base de N’Djamena, au Tchad, ils pouvaient certes apercevoir des combattants des islamistes de Boko Haram en survolant les pays frontaliers. Et lorsque, le 3 février, François Hollande avait déclaré que les avions français décollaient « pour surveiller le Sahel, la République centrafricaine ou le Nigeria […] en ce moment », des sources du ministère de la Défense avait démenti, affirmant que les chasseurs ne pénétraient pas dans l’espace aérien nigérian. En réalité, cela fait plusieurs semaines que cette version est dépassée. Des avions français de reconnaissance survolent bien le nord du pays, pour recueillir des informations sur les terroriste de Boko Haram, alias l’État islamique en Afrique de l’ouest. « Il arrive même que les Nigérians nous demandent de survoler certaines zones spécifiques pour obtenir des renseignement», explique un diplomate français haut placé. Les silences et les démentis servaient, sans doute, à éviter d’écorner l’image d’une armée alliée malmenée par ses défaites face à au groupe jihadiste.

 

Suite de l’article

Repost 0
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 07:55
Le président nigérian attendu lundi à Paris pour resserrer les liens face à Boko Haram

 

13.09.2015 Romandie.com (AFP)

 

Abuja - Le président nigérian Muhammadu Buhari se rendra lundi à Paris pour resserrer ses liens avec la France, notamment en matière de sécurité, alors qu'Abuja et les pays voisins luttent contre le groupe islamiste Boko Haram, a annoncé dimanche la présidence.

 

M. Buhari passera trois jours à Paris à l'invitation du président français François Hollande, a fait savoir le porte-parole de la présidence, Femi Adesina, dans un communiqué.

 

Le président nigérian sera accompagné par le conseiller à la Sécurité nationale, Babagana Monguno, ainsi que par de hauts fonctionnaires de la Défense, des Finances et des Affaires étrangères.

 

M. Buhari rencontrera M. Hollande lundi soir, et s'entretiendra avec le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius et d'autres hauts responsables du gouvernement, a précisé le porte-parole.

 

Le voyage mettra l'accent sur le renforcement et la consolidation de la coopération bilatérale en cours entre le Nigeria et la France en matière de défense, de sécurité, du commerce et des investissements, a ajouté M. Adesina.

 

Une rencontre avec les ambassadeurs africains à Paris est également au programme du chef d'Etat, ainsi que des réunions avec les patrons du géant pétrolier Total et du cimentier Lafarge, présents au Nigeria. Une des tâches prioritaires du président Buhari consiste en effet à revitaliser l'économie nigériane, dépendante du pétrole, après une baisse des recettes provoquée par la chute des prix du brut.

 

Pour ce qui est des questions sécuritaires, fin août, François Hollande avait déjà annoncé qu'il proposerait aux pays impliqués dans la lutte contre Boko Haram de se réunir à Paris pour envisager des actions communes. Tous les pays de la région sont concernés, le Nigeria, le Cameroun, le Tchad, le Niger, avait-il souligné. Nous leur devons une solidarité sans faille, parce que ce sont des pays amis, et parce qu'il en va aussi de l'équilibre de toute l'Afrique de l'Ouest.

 

Depuis son arrivée au pouvoir le 29 mai, M. Buhari a érigé en priorité la lutte contre Boko Haram, tenu pour responsable de la mort de plus de 15.000 personnes en six ans, essentiellement dans le nord-est du Nigeria.

 

Une Force d'intervention conjointe multinationale (MNJTF), composée de troupes du Nigeria, du Tchad, du Cameroun, du Niger et du Bénin, doit être déployée incessamment dans le nord-est du Nigeria.

 

Pour le Nigeria anglophone, un rapprochement avec ses voisins francophones pourrait être crucial pour vaincre les insurgés islamistes.

 

La France a une forte présence militaire dans la capitale du Tchad, N'Djamena, pour effectuer des opérations contre les jihadistes dans la région du Sahel.

Repost 0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 16:45
Nigeria: The New Guy Turns On The Lights

 

September 7, 2015:  Strategy Page

 

The military continues to chase down remaining Boko Haram groups in the northeast, especially northern Borno State and its huge Sambisa Forest. The northeast in general is a thinly populated area with many places to hide. Aerial reconnaissance has proved to be a key tool in finding Boko Haram, along with tips from civilians (often local self-defense groups). For example air force bombers recently hit a Boko Haram camp that was using solar panels (seen from the air) for electricity. Boko Haram is at a disadvantage here because they need electricity to keep their communications working. Batteries alone will not get it done and any electricity producing device (generators, solar panels) are easy to spot (especially when using heat sensors) from the air. The military prefers air strikes because getting ground troops to a remote site can take hours and the element of surprise is lost. Moreover the Islamic terrorists are using more landmines and booby traps around their camps, even the temporary ones. These kill troops every week and will be a long term problem in these remote areas as civilians hunt and forage in these areas. 

 

Several large (often over a hundred gunmen) Boko Haram groups have become, in effect, nomads. They are constantly on the move, staying in one place a few days and moving on. They live by raiding and looting and the army keeps chasing after them, occasionally catching up. That results in a brief battle as the Islamic terrorists flee, scattering if need be. These groups still try to occupy towns and use the place as a base but that is getting more difficult because the military regularly patrols remote towns and villages to make sure the Islamic terrorists have not shown up and taken over.

 

Since 2009 Boko Haram violence has left nearly 20,000 dead mainly in three majority Moslem states in the northeast. A thousand of those deaths have occurred in the hundred days since president Buhari (who said he would crush Boko Haram) took power. Accompanying those deaths have been at least 75,000 new refugees forced to flee their homes. Over two million Nigerians have been driven from their homes by the violence so far and over 50,000 have fled to neighboring countries. Boko Haram has tried using neighboring countries for more secure bases but Boko Haram violence there has caused over 100,000 people in Niger, Chad and Cameroon to flee their homes and that triggered a very violent and largely effective counter-terrorism effort. 

 

President Buhari, being a retired army officer, ordered a number of military reforms as soon as he took office four months ago. One of these involved the punishment given out to thousands of soldiers who “mutinied” in 2014 in response to the corruption and incompetence of many officers. Buhari ordered the review of 5,000 trials (courts martial) of soldiers in late 2014 and early 2015 that resulted in the accused being dismissed from the military. As suspected some 60 percent of these prosecutions involved soldiers protesting bad leadership. These soldiers had their convictions reversed and were offered the jobs back. Most appear of have accepted and rejoined the army.

 

In the south the navy has been ordered to respond more quickly to complaints of oil pollution caused by gangs that steal and refine oi. For decades gangs have punched holes into pipelines and gathered oil for use in crude illegal refineries that produce low grade kerosene. This has become more popular and the process causes a lot of pollution for people living in the Niger River Delta. The hole punched in the pipeline to take oil ends up letting more oil into the water. The refining process puts more pollutants into the waterways. In response to the order from the new president the navy has increased the use of air patrols and quick reaction teams. When a crude (and portable) refinery is spotted the nearest quick reaction force is alerted, given the GPS coordinates and speeds to the refinery (via thousands of kilometers of waterways in the Delta) before it can be moved. Oil companies believe over 100,000 barrels of oil a day are being stolen by thieves who tap into oil pipelines. That’s several billion dollars a year in lost oil revenue. In the past much of what the government did receive from oil production was stolen by politicians and civil servants. While many people in the Delta only get benefit from all the oil via oil thieves (who hire locals and spend a lot of the cash locally), far more Delta residents suffer from the pollution and generally lawless behavior of all those gangs.

 

The impact of some new anti-corruption measures are still unclear. Such is the case with the traditional influence of senior state officials in the appointment of the federal cabinet ministers. In the past this was how a new president developed widespread support at the state level. Buhari, as promised, is doing it differently and apparently ignoring the candidates favored by state officials. While this will produce less corrupt federal officials it will also antagonize elected officials and political party leaders in the states. This could get ugly, even though most states have considerable popular support for eliminating corruption.

 

Buhari still remains very popular, in large part because he has quickly produced some results that everyone can experience. Since taking office a hundred days ago electricity production has nearly doubled. Buhari did this by quickly eliminating corrupt practices (and officials) who were crippling efforts to eliminate chronic and growing electricity shortages (which provided many lucrative opportunities for corrupt officials and businesses). Keeping it up will prove more difficult as the corruption is extensive and a lot of very powerful people are determined to preserve their illegal privileges. As far as the corrupt crowd are concerned Buhari has won a few battles at the beginning of a long war.

 

September 4, 2015: In the northeast (Borno) a Boko Haram suicide bomber attacked a rural market and killed thirty people. This happened in Gwoza, a town the army had recently chased Boko Haram out of.

 

September 1, 2015: In the northeast (Borno State) Boko Haram attacked two villages and left at least 26 dead. The Islamic terrorists were seeking supplies and this is how they go about it. Across the Borno State border in Cameroon two Boko Haram suicide bombers (apparently female) attacked a crowded market and killed at least twenty people. Meanwhile Cameroon has forced some 12,000 Nigerian refugees to return home. This is a process begun in July. In part this is because Boko Haram has supporters (not all of them voluntary) among the refugees and these refugees assist Boko Haram in carrying out terror attacks in Cameroon.

 

August 31, 2015: In the northeast (Borno) a group of Boko Haram gunmen on horseback killed about 80 civilians over the weekend while raiding three villages.

 

August 29, 2015: In the northeast (Borno) troops found and seized a Boko Haram bomb making workshop. Also taken were two well-known and wanted Boko Haram leaders. In neighboring Chad ten Boko Haram men were executed by firing squad a day after they were convicted of carrying out an attack that killed 38 people in the Chad capital. This is to send a warning to Boko Haram that operating in Chad is very dangerous. Many Boko Haram appear to have figured that out already and fewer of these Islamic terrorists are being encountered inside Chad.

 

August 26, 2015: In the northeast (Borno) two Boko Haram suicide bombers attacked a checkpoint outside the state capital (Maiduguri). One soldier died, along with the two suicide bombers. Further north in Borno two Boko Haram suicide bombers attacked an army camp just across the border in Chad. The attack failed to harm any of the soldiers. Chad has been working hard to shot down Boko Haram operations along the Nigeria border and to prevent Boko Haram from getting any further into Chad.

 

August 25, 2015: In the northeast (Borno) a Boko Haram group killed 28 people while raiding two villages. Elsewhere in the northeast (the Yobe State capital Damaturu) a Boko Haram suicide bomber (a 14 year old girl) was stopped at a check point where she detonated her explosives and killed six people. 

 

August 24, 2015: A part of the new anti-corruption campaign the president (a retired general) has ordered all military weapons purchases since 2007 to be reviewed and prosecutions started if any were found to be corrupt. Some certainly were because officers and soldiers have long complained about not being able to get needed weapons or ammo of finding the stuff they were given defective. The previous president was unhappy with the American refusal to provide high tech weapons because of the corruption in the Nigerian military. The new president wants to eliminate that problem and prosecuting past misbehavior will discourage more such bad behavior.

 

August 23, 2015: In the northeast (Borno) Boko Haram ambushed an army convoy that included the army chief-of-staff. One soldier was killed along with ten Islamic terrorists. Another five Boko Haram gunmen were captured.

 

August 22, 2015: Senior military officers from Nigeria, Cameroon, Chad, Niger and Benin met in Chad and made the final arrangements for the new force of 8,700 troops that is being assembled for another major international operation against Boko Haram. The neighboring countries want to end the Islamic terrorist threat coming out of Nigeria and this coalition force has been expanded (with 800 troops from Benin) since it first went into action earlier in the year. The new force is supposed to go into action by the end of September.

 

August 21, 2015: President Buhari suspended the head of the immigration department after it was discovered that a wanted (by Lebanon) Sunni Islamic terrorist cleric (Ahmad al Assir) had been issued a Nigerian visa. This was discovered when the cleric was arrested in Lebanon on the 15th while trying to fly to Nigeria on a fake Palestinian passport containing a valid Nigerian visa. It is suspected that some corrupt immigration officials have been selling a lot of visas to criminals.

 

August 19, 2015: Nigeria arrested another 22 suspected Boko Haram members among the 12,000 Nigerian refugees being sent back by Cameroon. It was not disclosed how many Boko Haram members have been found so far among these refugees.

Repost 0
1 septembre 2015 2 01 /09 /septembre /2015 17:45
Barkhane : Visite officielle du commandant en chef de la FMM

 

31/08/2015 Sources : État-major des armées  

 

Le 28 août 2015, le commandant la Force multinationale mixte (FMM), le Major Général nigérian Abbah, accompagné d’une délégation de l’état-major de la FMM, a rencontré le général de division Brethous, commandant la force Barkhane.

 

La FMM, dont l’état-major est en cours d’installation à N’Djamena, regroupera des forces de sécurité du Tchad, du Niger, du Cameroun et du Nigéria dans le cadre de leur lutte commune contre la secte Boko Haram, sévissant dans la région. C’est en tant que commandant de la FMM que le général Abbah a été invité à visiter l’état-major de la force Barkhane basé à N’Djamena, et plus particulièrement sa Cellule de coordination et de liaison (CCL). Mise en place en décembre 2014 à l’initiative de la France, cette structure vise à favoriser l’échange de renseignements et d’information entre les pays partenaires de la Commission du bassin du lac Tchad (CBLT) afin de leur permettre de conjuguer au mieux leurs efforts pour garantir leur propre sécurité.

 

Suite de l’article

Repost 0
30 juillet 2015 4 30 /07 /juillet /2015 11:45
Le général nigérian Iliya Abbah désigné chef de la force multinationale contre Boko Haram

 

30 juillet 2015 Romandie.com (AFP)

 

Abuja - Le Nigeria a désigné le général Iliya Abbah pour diriger la force militaire régionale chargée de combattre les insurgés islamistes de Boko Haram, a annoncé l'armée nigériane jeudi.

 

M. Abbah, musulman originaire du nord du Nigeria, a été responsable des opérations dans le delta du Niger, une région pétrolifère stratégique dans le sud du Nigeria, a expliqué le porte-parole de l'armée nigériane, Chris Olukolade.

 

Avant d'y être envoyé, il avait dirigé la deuxième brigade de l'armée nigérianne basée dans la grande ville de Kano (nord).

 

Cet officier d'infanterie a également appartenu au contingent nigérian dépêché au Darfour dans le cadre des opérations de maintien de la paix, a confié à l'AFP un de ses proches.

 

Jusqu'à sa nouvelle affectation, Iliyah Abbah occupait le poste de secrétariat militaire de l'armée, à qui il incombe de gérer les affectations, les promotions et les retraites au sein de l'institution.

 

La Force d'intervention conjointe multinationale (MNJTF), à laquelle doivent participer le Nigeria, le Niger, le Tchad, le Cameroun et le Bénin, doit compter 8.700 hommes au total et a son siège à N'Djamena, au Tchad. Elle remplace la coalition formée par le Nigeria, le Tchad, le Niger et le Cameroun, qui a remporté une série de succès contre Boko Haram depuis février sans toutefois parvenir à neutraliser les islamistes.

 

La MNJTF devrait entrer en action rapidement, a indiqué M. Olukolade, mais peu de détails ont été communiqués sur la nature spécifique de la nouvelle force régionale, faisant craindre des délais quant à son déploiement.

 

Elle est toutefois annoncée comme étant plus efficace que la coalition précédente, parfois mal coordonnée dans ses actions sur le terrain.

 

L'insurrection de Boko Haram et sa répression parfois aveugle par l'armée ont fait plus de 15.000 morts au Nigeria depuis 2009, essentiellement dans le Nord majoritairement musulman.

 

Le groupe armé a intensifié ses attaques depuis l'entrée en fonction fin mai du nouveau président nigérian Muhammadu Buhari, faisant plus de 800 morts en deux mois.

 

Le président Buhari se trouve actuellement au Cameroun pour des discussions sur les meilleurs moyens de contrer la menace régionale croissante de Boko Haram, dont il a fait une priorité de son mandat.

 

La présidence nigériane a expliqué que les entretiens de M. Buhari avec son homologue camerounais Paul Biya s'inscrivaient dans le cadre de l'action en cours pour construire une coalition régionale plus efficace contre Boko Haram.

 

Le président nigérian a déjà visité le Tchad et le Niger voisins, qui comme le Cameroun ont subi de sanglantes attaques des islamistes sur leurs territoires.

 

M. Buhari est attendu samedi au Bénin, dernier membre de la force régionale.

Repost 0
29 juin 2015 1 29 /06 /juin /2015 15:45
photo EMA

photo EMA

 

29.06.2015 BBC Afrique

 

Le ministre de la sécurité publique du Tchad a déclaré que le cerveau présumé de Boko Haram dans le nord du Cameroun et au Tchad a été arrêté dimanche.

 

Ces déclarations d’Abderahim Birémé Hamid font suite à la mort lundi dans une explosion de 5 policiers et de 6 membres de la secte nigériane.

Ils ont été tués au cours d'une opération menée par les forces de sécurité dans une concession où une fabrique d'explosifs artisanaux a été retrouvée.

De nombreux explosifs ont été découverts sur les lieux et certains ont été actionnes par les djihadistes présumés.

De sources officielles, l'armée avait appris qu'une autre attaque de Boko Haram à N'Djamena était en cours de préparation.

Le parquet de N'Djamena a annoncé dimanche le démantèlement d’une cellule active d’un réseau terroriste et l'arrestation d'une soixantaine de personnes" dans le cadre de l'enquête.

Le 15 juin, deux attaques simultanées contre le commissariat central et l'école de police de N'Djamena avaient fait au moins 38 morts et une centaine de blessés.

L'armée tchadienne est en première ligne dans la lutte contre Boko Haram.

Une opération militaire régionale a été lancée conjointement par le Nigeria, le Tchad, le Niger et le Cameroun depuis le début de l'année contre le groupe radical islamiste.

Repost 0
18 juin 2015 4 18 /06 /juin /2015 16:45
photo EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

 

17/06/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 30 mai 2015, une fois l’exercice NEMO avec les marines du golfe de Guinée terminé, l’aviso Commandant l’Herminier accostait à Abidjan pour une escale de 4 jours, avant d’entamer une nouvelle patrouille opérationnelle au large des côtes nigérianes.

 

Au cours de cette escale, l’équipage de l’aviso a de nouveau délivré de nombreuses instructions aux marins ivoiriens. Les mécaniciens d’armes du patrouilleur ivoirien l’Emergence se virent dispenser une formation pratique au fonctionnement et au maniement des canons de 20mm et des mitrailleuses de 12.7mm, tandis que les commandos marine de la base navale d’Abidjan étaient instruits par le chef de l’équipe de visite de l’aviso aux techniques de TIOR (combat rapproché), avant d’apprendre la progression sécurisée dans l’environnement confiné typique d’un bateau. Des mises en situation concrètes permirent aux commandos de peaufiner leurs techniques de fouille et de gestion d’un équipage de navire potentiellement récalcitrant.

 

Cette relâche opérationnelle à Abidjan donna également la possibilité de mettre sur pied un exercice conjoint entre le DIL (Détachement Interarmes Lagunaire de l’armée de Terre ivoirienne) et la BP (brigade de protection) de l’aviso.

 

Avant le début de l’entraînement, les « terriens » du DIL vinrent à la rencontre des marins et purent ainsi leur faire découvrir leurs embarcations rapides durant le trajet nautique les séparant des locaux du DIL. Une présentation réciproque des hommes, des moyens et des missions précéda le briefing de l’exercice, ce qui fut pour chacun l’opportunité d’échanger et d’appréhender les méthodes de débarquement et de sécurisation de plages utilisées par les deux unités.

 

Puis les vedettes du DIL mirent le cap sur le point de dépose de la BP. Après débarquement et sécurisation de la plage, les marins utilisèrent les 4 km de trajet les séparant du point d’extraction pour travailler la progression tactique et la topographie dans un environnement aux conditions géographique et climatique particulières. La pluie torrentielle, les cocoteraies équatoriales, la lagune sauvage et l’obscurité tombante ont constitué un décor exceptionnel dans lequel les marins bretons ont pu travailler. L’extraction de nuit effectuée, le retour au DIL fut l’occasion d’un débriefing et d’un dernier échange chaleureux avant le retour à bord.

 

Ces interactions bilatérales interarmées, qui avaient déjà constituées un axe central de la précédente escale ivoirienne du Commandant l’Herminier, ont permis d’en apprendre davantage sur les spécificités des opérations en milieu tropical et lagunaire ainsi que de découvrir les méthodes de travail propres à chaque armée.

photo EMA / Marine Nationalephoto EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

Repost 0
11 juin 2015 4 11 /06 /juin /2015 07:45
Mort de trois femmes kamikazes dans le nord-est du Nigeria

 

10 juin 2015 Romandie.com (AFP)

 

Maiduguri (Nigeria) - Trois femmes kamikazes ont péri dans le nord-est du Nigeria lors de l'explosion de la charge qu'elles portaient sur elles, a annoncé mercredi la police, ajoutant qu'il n'y avait pas eu de victime.

 

Le chef de la police de l'État de Borno, Aderemi Opadokun, a indiqué que les kamikazes étaient mortes alors qu'elles se rendaient dans la capitale régionale Maiduguri, frappée de nombreuses fois dans le passé par le groupe islamiste Boko Haram.

 

Les trois kamikazes sont décédées et il n'y pas eu d'autres morts, a-t-il déclaré.

 

On ignorait mercredi si les trois femmes avaient été envoyées par Boko Haram mais le groupe islamiste nigérian a eu recours à plusieurs reprises à des femmes kamikazes pour frapper des endroits très fréquentés, des marchés notamment.

 

Cet incident intervient à la veille d'un sommet des chefs d'États de la région consacré à la lutte contre Boko Haram, érigée en priorité par le nouveau président nigérian Muhammadu Buhari.

 

Les présidents du Niger, du Tchad, du Cameroun et du Bénin doivent retrouver M. Buhari jeudi à Abuja. Ils discuteront notamment de la mise en place effective d'une Force d'intervention conjointe multinationale basée à N'Djamena et qui doit compter 8.700 militaires.

 

Le groupe islamiste, qui a enregistré d'importants revers ces derniers mois, a récemment démontré que sa capacité de nuisance demeurait élevée: depuis l'investiture de M. Buhari le 29 mai, Boko Haram a multiplié ses attaques dans le nord-est du pays, faisant au moins 109 victimes.

Repost 0
9 juin 2015 2 09 /06 /juin /2015 19:45
Maiduguri, nouveau centre de commandement

 

8 juin 2015 BBC Afrique

 

Au Nigeria, le centre de commandement militaire pour la lutte contre Boko Haram a été transféré à Maiduguri (Nord-Est), l’épicentre de l’insurrection.

 

Selon un communiqué du Colonel Sani Usman, porte-parole de l’armée nigeriane, tous les officiers vont être redéployés dans la zone.

“Désormais, la lutte contre le terrorisme et l’insurrection va être coordonnée, suivie et contrôlée depuis ce centre”, indique le communiqué.

L’équipe, dirigée par deux généraux, a déjà commencé à travailler”, a indiqué le Colonel.

Le nouveau président avait promis de déplacer le centre de commandement militaire à Maiduguri, la grande ville du nord-est.

Buhari avait déclaré que "la victoire ne peut pas être atteinte depuis un centre de commandement à Abuja", dans le centre du pays.

Repost 0
4 juin 2015 4 04 /06 /juin /2015 12:45
Boko Haram: le centre des opérations transféré à Maiduguri

 

04-06-2015 Par RFI

 

Le président nigérian est en visite chez ses voisins impliqués dans la lutte contre Boko Haram. Après le Niger, mercredi, Muhammadu Buhari est attendu ce jeudi au Tchad. Avec le Cameroun, ces deux pays sont engagés militairement contre le groupe islamiste.

 

Lire l’article

Repost 0
4 juin 2015 4 04 /06 /juin /2015 07:45
U.S. ready to send military trainers to Nigeria in Boko Haram fight

 

01 June 2015 defenceWeb (Reuters)

 

The United States is prepared to send military trainers to Nigeria to help new President Muhammadu Buhari's armed forces improve their intelligence gathering and logistics, a senior State Department official said on Friday.

 

Strains between U.S. military advisers and the Nigerian army over human rights abuses and corruption under Buhari's predecessor Goodluck Jonathan undermined cooperation in efforts to counter the six-year-old Boko Haram insurgency.

 

The State Department official said Buhari and U.S. Secretary of State John Kerry would discuss future security assistance and expanded economic ties in a meeting on the sidelines of the new president's inauguration on Friday.

 

The official, speaking on condition of anonymity ahead of Kerry's visit to Abuja, said initial talks with Buhari indicated he wanted a "close relationship" with the United States.

 

"We have every indication that we'll be able to start a new chapter. We continue to have advisers there ... what I'm talking about would be new advisers in areas where we would expand."

 

Nigerian security forces have scored some successes against Boko Haram this year. The jihadists held an area of northeast Nigeria roughly the size of Belgium at the start of 2015 but have since been beaten back by counter-attacking government forces backed by those of neighbouring Chad, Niger and Cameroon.

 

The State Department official said Washington was willing to help train Nigeria's security forces in intelligence and logistics as well as military justice.

 

"We want to make sure and prioritize based on what President-elect Buhari and his top military team needs," the official said, acknowledging that training of a newly created army battalion last year "ran into some difficulties.

 

"(But) we think we can pretty quickly get back on track."

 

Boko Haram launched its insurgency in 2009, attacking towns and villages and killing thousands of people in pursuit of a state adhering to strict sharia law. The militants' abduction of 200 schoolgirls in April 2014 provoked outrage across the world.

 

The State Department official said that during his discussions with Buhari, Kerry would also express U.S. interest in more economic cooperation with Nigeria, Africa's biggest energy producer and most populous country.

 

American firms were especially interested in investing in Nigeria's oil and gas sector and in manufacturing

Repost 0
2 avril 2015 4 02 /04 /avril /2015 07:45
Nigeria: Violent accrochage entre Boko Haram et coalition régionale après la reprise d’une localité stratégique

 

1 avril 2015 45eNord.ca (AFP)

 

Un violent accrochage s’est produit mercredi matin entre les islamistes de Boko Haram et les armées du Tchad et du Niger après la reprise par la coalition régionale de Malam Fatori, une localité stratégique du nord-est du Nigeria, a-t-on appris mercredi de source militaire nigérienne.

 

Le violent accrochage s’est produit entre Malam Fatori et la ville nigérienne frontalière de Bosso, a indiqué un haut gradé nigérien, sans plus de précision.

L’armée nigérienne devrait publier prochainement un communiqué du bilan des combats, a-t-il ajouté.

Une source humanitaire a fait état de nombreux blessés côté tchadien et nigérien, des ambulances faisant depuis 12H00 locales (11H00 GMT) la liaison vers l’hôpital de Diffa, la capitale du sud-est nigérien.

Des morts et des arrestations sont à attendre parmi les combattants de Boko Haram, a-t-elle poursuivi.

Un responsable civil de Diffa a indiqué à l’AFP avoir vu des blessés civils et militaires dans une ambulance, sans autres précisions.

Les armées du Tchad et du Niger ont repris mardi Malam Fatori aux insurgés islamistes de Boko Haram.

Malam Fatori est tombée depuis hier (mardi) soir, a déclaré à l’AFP le porte-parole de l’armée nigérienne, Moustapha Ledru.

La ville est sous notre contrôle. On est en train de faire du ratissage, s’est félicité un gradé nigérien. Les éléments de Boko Haram ont fui, il n’y a pas eu de résistance hormis quelques accrochages avec des éléments isolés, finalement neutralisés, faisant une dizaine de morts parmi les islamistes, a-t-il poursuivi.

Les combattants en fuite de Boko Haram se sont dirigés une partie vers le lac Tchad (voisin), une partie vers le sud, a-t-il dit.

La prise de Malam Fatori est importante pour la coalition régionale, qui poursuit son offensive contre le groupe armé nigérian. Cette ville frontalière du Niger avait été identifiée comme le principal lieu de repli des combattants de Boko Haram après plusieurs défaites.

L’armée nigériane, qui a repris depuis quelques semaines une offensive contre Boko Haram, affirme à l’inverse que Malam Fatori est sous son contrôle.

Depuis leur entrée le 8 mars dans le nord-est du Nigeria, les troupes tchadiennes et nigériennes avaient fait de Malam Fatori un objectif majeur.

Après la capture rapide de la ville nigériane de Damasak, les militaires de la coalition sont allées d’ouest en est, sur un axe qui longe la frontière nigérienne, reprenant les localités de Gachagar, Talagam, Abadam, puis Malam Fatori.

Des milliers de soldats nigériens et tchadiens sont impliqués dans l’offensive au nord-est du Nigeria. Le Tchad, qui intervient de part et d’autre du lac Tchad, est également actif sur un second front plus au sud, en territoires camerounais et nigérian

Repost 0
28 mars 2015 6 28 /03 /mars /2015 07:45
Boko Haram (Mar 2015) - credits BBC

Boko Haram (Mar 2015) - credits BBC

 

26 mars 2015 Romandie.com (AFP)

 

Niamey - Les armées du Tchad et du Niger poursuivent leur offensive contre Boko Haram dans le nord-est du Nigeria, fief des insurgés islamistes, où elles ont repris la ville de Gachagar, a indiqué jeudi à l'AFP le ministre de la Défense nigérien.

 

Nous avons pris Gachagar, une ville nigériane proche de la frontière avec le Niger, a déclaré le ministre Mahamadou Karidjo, qui a évoqué des bombardements aériens et terrestres menés ces derniers jours dans le nord-est du Nigeria par les armées tchadienne et nigérienne.

 

Nous nous dirigeons vers Malam Fatori, une autre ville nigériane frontalière avec le Niger, a poursuivi le ministre, qui a fait état de quelques accrochages avec les insurgés, sans évoquer d'éventuelles pertes humaines.

 

Selon l'armée nigérienne, des combattants de Boko Haram se sont repliés au sud de Malam Fatori, après plusieurs défaites successives au cours des dernières semaines. L'armée nigériane affirme à l'inverse que Malam Fatori est sous son contrôle.

 

Tchad et Niger mènent depuis le 8 mars une offensive terrestre et aérienne contre Boko Haram dans le nord-est du Nigeria, à partir du sud-est du Niger voisin.

 

Ils ont notamment repris Damasak. Située à une trentaine de kilomètres de la ville nigérienne de Diffa, la localité de Damasak avait été conquise par les islamistes nigérians fin novembre 2014.

 

Des bombardements aériens ciblés sont en cours depuis quelques jours contre des positions de Boko Haram en territoire nigérian, a déclaré jeudi à l'AFP un cadre de la municipalité de Diffa, capitale du sud-est du Niger, frontalière avec le Nigeria.

 

Selon un journaliste local, ces frappes sont menées depuis le début de la semaine sur les zones encore tenues par Boko Haram.

 

Ce (jeudi) matin, nous avons aperçu des avions militaires se diriger vers le Nigeria pour de probables bombardements, a-t-il affirmé.

 

Une source humanitaire a de son côté mentionné des mouvements de troupes nigéro-tchadiennes jeudi matin et des combats avec des combattants de Boko Haram.

 

Le groupe islamiste avait multiplié les conquêtes territoriales dans le nord-est du Nigeria courant 2014 mais a été mis à mal dans son fief par l'opération lancée début février par le Nigeria avec l'appui décisif des pays voisins, Tchad en tête.

Repost 0
27 mars 2015 5 27 /03 /mars /2015 08:45
Nigerian Air Force Alpha Jets flying with Alenia G-222 (C-27 Spartan) photo Kenneth Iwelumo

Nigerian Air Force Alpha Jets flying with Alenia G-222 (C-27 Spartan) photo Kenneth Iwelumo

 

26 March 2015 by defenceWeb

 

The Nigerian Air Force has acquired at least two second hand Dassault/Dornier Alpha Jet trainer and light attack aircraft as it continues to expand its aerial fleet.

 

One of the jets was seen passing through the United Kingdom on 25 March, having travelled from the United States via Iceland. It then continued to Palma de Mallorca, Spain, on its way to Nigeria, reports Air Forces Daily.

 

It was flown by Air USA Inc, which specialises in military air combat readiness training and flies Hawks, Alpha Jets, MiG-29s and L-59 Super Albatroses. The Alpha Jet seen transiting the UK was cancelled from the United States register on 19 March together with a second Alpha Jet, both originally flown by the Luftwaffe before operating in the States.

 

The delivery status of the second aircraft is unclear. It is also not clear if the two Alpha Jets are attrition replacements or part of a larger batch being acquired by the Nigerian Air Force (NAF).

 

Air USA Alpha Jets were converted for night vision goggle (NVG) operations, according to the company, and flight certified for operational use of TER, IMER and SUU-20 bomb racks.

 

Nigerian Alpha Jets have been used in the ground attack role to strike Boko Haram targets and a couple have been lost on operations: one crashed in Niger, killing two pilots, in May 2013 while another went down in September last year.

 

The NAF has recently reactivated a number of its Alpha Jets. A total of 24 were acquired in the 1980s but several have been lost in crashes. Apparently 11 have been made flyable again.

 

In addition to refurbishing some of its existing aircraft such as the Alpha Jets, L-39s, Super Pumas and C-130s, the NAF is also acquiring additional platforms. For instance, it recently inducted Gazelle helicopters, which are believed to have entered service in February this year.

 

Three Beechcraft King Air 350i light transport aircraft were delivered in August last year, together with two AgustaWestland AW101 VIP transport helicopters. The NAF is also acquiring six Mi-35M attack helicopters and 12 armed Mi-171Sh helicopters, which were ordered in August 2014.

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories