Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 juillet 2015 5 31 /07 /juillet /2015 07:20
The Ikhana UAS - photo NASA

The Ikhana UAS - photo NASA

 

Jul 22, 2015 by Krishnan Haridasan for SatCom Frontier (SPX)

 

Bethesda MD - The use of unmanned aircraft systems (UAS) is rising rapidly worldwide. Long known only for their military applications, UAS are increasingly being deployed by civilian governments for use in scientific research, climate change research, and humanitarian relief operations.

 

As detailed in a recent article from Northern Sky Research, the number of UAS dedicated to civilian applications is expected to triple by 2023. The U.S. leads the world in civilian government use of UAS. For example, NASA's Armstrong Flight Research Center operates a Northrop Grumman Global Hawk for high-altitude, long-duration Earth science missions. The Global Hawk has contributed greatly to NASA's study of climate change due to its unique ability to operate in the upper stratosphere.

 

NASA's Science Mission Directorate has teamed with the National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) and the Department of Energy to use the Global Hawk for Earth observation research. Initial operational capability for Global Hawk science missions began in 2010.

 

A portable ground control station is functioning and has supported operations originating outside the continental United States. A permanent ground control station located at NASA's Wallops Flight Facility in Wallops Island, Virginia, was used to support the Hurricane and Severe Storm Sentinel multi-year study from 2012 - 2014 over the Atlantic Ocean. Future hurricane studies in partnership with NOAA are planned in both the Atlantic and Pacific oceans using the Global Hawk.

 

As detailed in Fast Company magazine, NASA also uses a General Atomics Predator UAS christened Ikhana, to track forest fires and also to test tracking technology that will eventually allow UAS to share the skies with conventional aircraft.

 

The ability of UAS to autonomously fly long distances, remain aloft for extended periods of time, and carry large payloads brings a new capability to the science community. The unmanned vehicles are effective for measuring, monitoring and observing remote locations of Earth not feasible or practical with piloted aircraft, most other robotic or remotely operated aircraft, or space satellites. The use of UAS to facilitate communications to underserved regions around the world is also anticipated to be a strong growth area.

 

According to NSR: "The use of UAS for communication relay is well understood, and architectural studies have been conducted for integrating stratospheric UAS with LEO and GEO communication satellites for localized high quality service. Despite none of these studies leading to implementation, the announcements and investment by Internet companies such as Facebook and Google in High Altitude Long Endurance (HALE) UAS for data connectivity globally has generated renewed interest in this concept."

 

Clearly UAS are incredibly versatile machines that deliver benefits far beyond their use in national defense. As their civilian government and commercial use continues to expand, they will improve the lives of millions of people around the globe.

Repost 0
29 juillet 2015 3 29 /07 /juillet /2015 12:20
F-35 Gen III Helmet Mounted Display System (HMDS) - Rockwell Collins

F-35 Gen III Helmet Mounted Display System (HMDS) - Rockwell Collins

 

29 juil 2015 par Morgan - ubergizmo.com

 

Quand on achète un casque de moto plusieurs centaines d'euros, on est en droit d'attendre une certaine qualité, et surtout un bon niveau de sécurité. Et quand on achète un casque à 400 000$ ? On pourrait s'attendre à pouvoir voir à travers les murs, non ? Précisément !

 

Ce casque à 400 000$ (360 000€) minimum, c’est le F-35 Gen III Helmet Mounted Display System (HMDS), conçu tout spécialement pour fonctionner avec l’avion de chasse F-35 Lightning II. C’est Rockwell Collins qui fut chargé de la conception de ce casque. Équipé, comme son nom l’indique, d’un système d’affichage tête haute permettant au pilote d’avoir des informations critiques – altitude, vitesse du vent, cible, avertissements divers, etc – toujours à portée de vue, il permet aussi de voir à l’extérieur comme s’il n’y avait pas la carlingue…

 

Suite de l’article

Repost 0
29 juillet 2015 3 29 /07 /juillet /2015 11:20
ELM-2084 MMR Radar - photo IAI

ELM-2084 MMR Radar - photo IAI

 

Jul 28, 2015 source IAI

 

Rheinmetall-Canada and ELTA Systems, an IAI subsidiary and group, have been awarded the significant Medium Range Radar (MRR) program by the Canadian Department of National Defense (DND). The radar to be supplied for the multi-mission role is the ELTA ELM-2084 MMR "Iron Dome" radar which includes C-RAM (Counter Rockets, Artillery and Mortars) and air-surveillance capabilities, and will be produced locally in cooperation with Rheinmetall-Canada.

 

Following an extensive competition process and demanding demonstrations which also included live fire testing, the ELM-2084 MMR radar was selected due to its superior performance and outstanding capabilities.

 

The ELM-2084 MMR is an advanced three-dimensional, S-Band radar, incorporating modular and scalable architecture, and is the world-leading multi-mission system. The solid-state, electronically-steered active array system incorporates Gallium Nitride (GaN) technology and offers exceptional detection and accuracy performance. The MMR is a highly mobile system, designed for fast deployment with a minimal crew.

 

Designed to simultaneously perform hostile weapon locating, friendly-fire ranging and air surveillance, the ELM-2084 MMR radar is able to detect rockets, artillery and mortars at long ranges, and can simultaneously engage a large number of targets. Deployed in a C-RAM role, the MMR can provide fire control when integrated with a weapons system.

Because of its superior tracking capabilities MMR delivers a reliable and improved air situation picture as well as reliable, uninterrupted tracking of any manoeuvring aircraft. Furthermore, it can detect and track low radar cross-section (RCS) targets.

Advanced signal processing enables effective operation even in conditions of heavy clutter as well as in noisy and dense environments, with assured classification and identification of targets and superior low-altitude operation. The radar system also includes advanced Electronic Counter-Counter Measure (ECCM) capabilities.

 

The two companies will implement a technology transfer program in full conformity with the intent of Canada's recently announced Defence Procurement Strategy to create local jobs and capabilities and help spur economic growth.

 

"This partnership with ELTA Systems is of strategic importance to Rheinmetall Canada," said Rheinmetall Canada's President and CEO, Dr. Andreas Knackstedt. "ELTA was considered the partner of choice due to the program's demanding requirements. The award of the MRR contract to the Rheinmetall/ELTA team is a testimony of Elta's leading-edge technology and know-how for which it is recognized worldwide."

 

"We are honoured to have been selected by the Canadian Army," said Mr. Nissim Hadas, IAI Executive VP & ELTA President. "Together, with our partners in Rheinmetall-Canada, we will provide the most sophisticated C-RAM,air-surveillance and radar available, with a significant portion of the production to be performed locally in Canada."

Repost 0
29 juillet 2015 3 29 /07 /juillet /2015 07:20
photo US DoD

photo US DoD

 

July 28, 2015: by Strategy Page

 

The U.S. Army ordered its last HMMWV (humvee or "hummer") vehicles in 2011. But foreign customers are still avid customers. In June 2014 Afghanistan, Iraq, Kenya, Lebanon, Ukraine and Tunisia together ordered over 2,000 HMMWVs. Many of these will be paid for by the United States as part of military aid. While the American military is looking beyond HMMWV many other countries see the HMMMWV as a battle-tested, mature and very useful vehicle that works just fine.

 

For the U.S. Army it's the ending of the HMMWV era. About half the annual sales of HMMWV vehicles have been to the U.S. Army, with the rest going to other branches of the American military, and foreign customers. Over 200,000 hummers have been produced so far, in dozens of variants and versions. The army will continue to use the hummer into the early 2020s, but the unique vehicle design is now fading away.

 

The next generation of U.S. battlefield truck will be the seven ton JLTV (Joint Light Tactical Vehicle), which replaces the 2.4 ton HMMWV. The hummer had itself replaced the 1.1 ton jeep and 3 ton M37 "3/4 ton" truck 25 years ago. The JLTV marks a notable design direction for tactical vehicles. The JLTV is designed to absorb combat damage, and be quickly equipped with two different armor kits. In effect, the World War II concept of the unarmored light vehicle for moving men and material around the battlefield has been radically changed.

 

This began in Iraq, where it was demonstrated that you can fight your way through a hostile population on a regular basis and defeat a guerilla force constantly attacking your tactical and logistical vehicles. This has never worked before, and worked this time, in part, because U.S. troops promptly armored their hummers and trucks, and quickly developed "road warrior" tactics that defeated roadside and suicide bombs. Even though these bombs created a lot of American casualties, the overall American casualty rate was a third of what it was in Vietnam and World War II. Mainly because of the armored hummers and trucks. Few people outside the military noted this event, a watershed moment in military history. But it was recognized within the military, and produced this sharp shift in design philosophy for tactical trucks, and the result is the JLTV.

 

The U.S. Army began replacing the World War II era vehicles with the HMMWV n 1985. This was the first new unarmored combat vehicle design since World War II (when the jeep and ¾ ton truck was introduced), and was expected to last for three decades or more. But that plan changed once Iraq was invaded. As expected, hummers wore out a lot more quickly (in five years) in combat, than during peacetime use (14 years). So the army and marines began developing, ahead of schedule, a new vehicle to supplement the hummer in combat zones. Three designs have been selected for development, and soon one of them will be chosen before the end of 2015 as the final design and put into production. The army will buy at least 38,000 of the JLTV (Joint Light Tactical Vehicle), while the marines will buy about 14,000.

 

In addition to being built to better survive mines and roadside bombs, the JLTV will be able to generate 30 KW of electricity (for operating all the new electronic gear, and recharging batteries), have an automatic fire extinguishing system and jam-resistant doors. Like the hummer, JLTV will be easy to reconfigure, for everything from a four seat, armed scout vehicle, to an ambulance, command vehicle or cargo or troop transport.

 

The hummer will continue to be used outside of the combat zone, where most troops spend most of their time. But the JLTV will be built to better handle the beating vehicles take in the combat zone, including a design that enables troops to quickly slide in armor and Kevlar panels to make the vehicles bullet and blast proof.

Repost 0
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 16:20
Réunion à Québec des directeurs politiques de la coalition contre l’État islamique


28 juillet 2015 par Jacques N. Godbout – 45eNord.ca
 

Le ministre canadien des Affaires étrangères, Rob Nicholson, a annoncé aujourd’hui qu’il se rendra à Québec pour participer le 30 juillet 2015 à une réunion des directeurs politiques du groupe restreint de la coalition mondiale contre le groupe armé État islamique.

 

Le 30 juillet 2015, le Canada, les États-Unis et l’Irak coprésideront à Québec une réunion des directeurs politiques de la coalition contre l’EI qui permettra de faire le point sur les efforts déployés par la coalition jusqu’à maintenant.

Sera notamment présent à Québec pour cette réunion le général à la retraite John Allen, désigné en septembre 2014 par le président américain Barack Obama pour diriger la coalition.

Le sommet tenu à huis clos réunira les représentants des représentants de coalition formée en 2014 qui compte une vingtaine de pays membres. Outre le Canada et les États-Unis, la plupart des pays européens et plusieurs pays arabes en font également partie.

Ce sommet de Québec mettra l’accent tant sur les aspects politiques que militaires de la lutte contre l’EI.

Le 30 mars 2015, le Parlement du Canada a adopté une motion visant à prolonger de 12 mois la mission de lutte contre l’EI du Canada et à en élargir la portée pour inclure des frappes aériennes en Syrie.

Les membres de la coalition dirigée par les États-unis qui mènent des frappes aériennes contre l’EI en Irak sont aujourd’hui, outre le Canada et les États-Unis, l’Australie, le Danemark, la France, la Jordanie,les Pays-Bas et Royaume-Uni. En Syrie, outre les Canadiens et les Américains, les pays qui mènent des frappes aériennes sur les positions djihadistes sont le Bahreïn, la Jordanie, l’Arabie saoudite et Émirats arabes unis.

De plus, depuis la semaine dernière, la Turquie s’est elle aussi, après avoir longtemps hésité, engagée résolument aux côtés de la coalition et, outre mener elle même des frappes sur les positions djihadistes à sa frontière au nord de la Syrie, elle a dorénavant autorisé les avions de la coalition à utiliser plusieurs de ses bases, dont Incirlik.

Mais les frappes aériennes effectuées par les avions de la coalition en Irak et en Syrie ne suffisent pas à vaincre le groupe d’extrémistes et, plus tôt ce mois-ci, le général Allen a notamment souligné l’importance d’endiguer e flot de combattants étrangers qui parviennent à se joindre au combattants de l’EI.

«Le Canada», rappelle le communiqué du ministère canadien des Affaires étrangères sur cette réunion, «prend des mesures pour faire échec aux activités barbares et aux ambitions expansionnistes de l’EI en participant aux frappes aériennes de la coalition et en collaborant avec ses partenaires afin d’endiguer le flot de combattants étrangers, de couper les sources de financement de l’EI et de réfuter la propagande terroriste».

«L’EI représente toujours une grave menace pour la sécurité régionale et mondiale, et une menace directe pour les citoyens canadiens au Canada et à l’étranger. Il a commis des actes de violence abominables au nom d’une idéologie extrémiste qui préconise la conversion forcée, la réduction à l’esclavage ou l’élimination de tous les non-croyants. Les groupes minoritaires ainsi que les femmes et les filles ciblés par l’EI ne sont pas les victimes accessoires d’un régime de terreur, mais ils sont délibérément désignés par l’EI et servent même d’appâts pour recruter, encourager et récompenser ses combattants», déclare le chef de la diplomatie canadienne.

C’est pourquoi le Canada et ses partenaires n’entendent pas négliger l’aspect humanitaire de ce conflit.

 

L’aspect humanitaire

Le Canada appuie activement les initiatives de secours humanitaire visant à répondre aux besoins des civils touchés par le conflit et demeure fermement engagé à l’égard de ces initiatives internationales, souligne également Ottawa.

Le Canada a pris l’engagement de financer toute une gamme de programmes d’aide humanitaire, de développement, de stabilisation et de sécurité afin d’appuyer les pays dans la région. L’aide financière du Canada contribue à répondre aux besoins urgents en matière de protection, d’alimentation, d’abris, de santé et d’éducation de milliers de civils touchés.

Une des priorités du Canada dans ce conflit, souligne le ministère des Affaires étrangères canadien dans le communiqué sur la réunion de Québec, est d’appuyer les femmes et les filles victimes de violence sexuelle en fournissant une aide financière aux organisations non gouvernementales locales ainsi qu’aux organisations internationales.

Rob Nicholson aura d’ailleurs une rencontre bilatérale à ce sujet mercredi 29 juillet avec la représentante spéciale de l’ONU sur la violence sexuelle dans les conflits, Zainab Hawa Bangura.

Le Canada, souligne également Ottawa, appuie aussi la documentation des crimes internationaux commis dans les régions touchées par les conflits et les enquêtes menées à cet égard, ainsi que la poursuite en justice des auteurs de ces crimes afin de veiller à ce qu’ils en soient tenus responsables.

Repost 0
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 06:20
500 millions $ en contrats à Rheinmetall Canada


27 juil. 2015 par 45e Nord.ca

 

Annonce de contrats pour l'équipement intégré du soldat et le radar moyenne portée.

Repost 0
24 juillet 2015 5 24 /07 /juillet /2015 07:20
S-97 Raider - photo Sikorsky

S-97 Raider - photo Sikorsky

 

20.07.2015 par Bruno Trevidic - LesEchos.fr
 

Le numéro un américain de l’armement, Lockheed Martin, va racheter le premier fabricant d’hélicoptères de combat Sikorsky pour 9 milliards de dollars.

 

Un mois à peine après la d écision d’UTC de se séparer de sa filiale Sikorsky , le fabricant d’hélicoptères américain a déjà trouvé preneur. Le géant de l’armement américain Lockheed Martin a annoncé ce lundi le rachat de Sikorsky, pour un montant de 9 milliards de dollars. Sous réserve du feu vert des autorités américaines, l’opération pourrait être bouclée dès la fin de l’année, indique Lockheed Martin, qui déboursera 7,1 milliards de dollars, compte tenu des réductions fiscales permises par ce rachat.

 

Le fabricant du Black Hawk racheté par celui du F-35

L’industrie militaire américaine n’avait pas connu de fusion aussi importante depuis les années 90. Lockheed Martin est le premier fournisseur d’avions de combat de l’armée américaine, avec le F-16, le F-22 et le F-35, tandis que Sikorsky est le principal fournisseur du Pentagone en hélicoptères de combat. Sikorsky lui vend notamment le célèbre Black Hawk, entré en service dans les années 1970 et est également le concepteur de Marine One, l’hélicoptère présidentiel américain. En 2014, Sikorsky a généré 6,6 milliards de dollars de chiffre d’affaires et 700 millions de bénéfices.

De quoi renforcer encore la place de Lockheed Martin, numéro un mondial de l’armement et de la sécurité, avec un chiffre d’affaires de 45,6 milliards, dont 84% aux Etats-Unis. D’autres groupes avaient également regardé le dossier, dont son principal concurrent Boeing , Textron et même Airbus. Mais Lockheed Martin faisait figure de grand favori, compte tenu de son statut de fournisseur privilégié du Pentagone et des complémentarités possibles avec Sikorsky. Lockheed Martin fournit notamment une partie des équipements électronique de ces hélicoptères

 

Suite de l'article

Repost 0
23 juillet 2015 4 23 /07 /juillet /2015 16:20
Boeing’s first KC-46 tanker test aircraft takes off from Paine Field, Washington, on its inaugural flight in Dec. 28, 2014.(Photo Paul Gordon/Boeing)

Boeing’s first KC-46 tanker test aircraft takes off from Paine Field, Washington, on its inaugural flight in Dec. 28, 2014.(Photo Paul Gordon/Boeing)

 

22.07.2015 LaTribune.fr

 

Boeing a enregistré une charge 536 millions de dollars lié à des problèmes de test du KC-46 et vu ses profits chuter de 33% au deuxième trimestre. Mais le groupe connait un chiffre d'affaire en hausse de 11%, sa plus forte croissance en deux ans grâce ses ventes d'avions de ligne.

 

Boeing a annoncé mercredi 22 juillet un bénéfice en baisse pour le deuxième trimestre, affecté par une lourde charge sur un projet d'avion ravitailleur militaire. Il est ainsi ressorti en baisse de 33% à 1,11 milliard de dollars (1,02 milliard d'euros), soit 1,59 dollar par action, au deuxième trimestre, contre 1,65 milliard, soit 2,24 dollars par action, un an auparavant.

Les profits réalisés sont toutefois meilleurs que prévu grâce à une demande toujours aussi forte pour les avions de ligne. Les livraisons d'avions de ligne du groupe américain d'aéronautique et de défense ont augmenté de 9% pour atteindre 197 appareils et son chiffre d'affaires a progressé de 11%, soit la plus forte hausse en deux ans, à 24,54 milliards de dollars.

 

Les charges s'accumulent pour le K-46

Les profits de Boeing ont été affectés par une charge après impôt de 536 millions de dollars sur ses comptes du deuxième trimestre, liée à des problèmes ayant émergé pendant les tests du circuit carburant de son avion de ravitaillement en vol KC-46 destiné à l'U.S. Air Force.

C'est la deuxième charge passée sur cet avion qui est l'un de ses plus gros projets dans l'aéronautique militaire, ce qui porte les charges totales après impôt sur ce projet à un peu plus de 800 millions de dollars et à près de 1,3 milliard avant impôts.

 

 

Suite de l'article

Repost 0
20 juillet 2015 1 20 /07 /juillet /2015 17:20
Les trois versions différentes du F-35 - photo  Lockheed Martin

Les trois versions différentes du F-35 - photo Lockheed Martin

 

17 juillet 2015 –Tristan Geoffroy

 

Le successeur du F-16 Fighting Falcon semble se diriger tout droit vers un mur. Est-il trop tard pour éviter de s’embourber dans ce gouffre financier?

 

Depuis ma tendre enfance, j’ai toujours affectionné les avions, avec comme rêve secret, de pouvoir un jour les piloter. Aujourd’hui, c’est toujours les yeux pleins d’émerveillement que je regarde les derniers modèles de chasseurs évoluer dans le ciel dans des manœuvres qui étaient jusqu’à présent impossibles à réaliser.

Malheureusement, une ombre gigantesque est en train d’obscurcir ce beau tableau, celui d’un projet gargantuesque qui aura peut-être raison de certaines compagnies américaines, voire même de notre budget, le F-35.

Depuis les premières évolutions aériennes du Lockheed Martin F-35 Lightning II, les problèmes n’ont cessé de s’accumuler à un rythme alarmant. On pourrait comparer l’évolution du programme F-35 à l’œuvre de plusieurs docteurs Frankenstein qui ne se seraient jamais consultés, en travaillant cependant sur le même corps.

 

Suite de l’article

Repost 0
19 juillet 2015 7 19 /07 /juillet /2015 12:20
photo Renault Trucks Defense

photo Renault Trucks Defense


17.07.2015 ccfa.fr (ECHOS 17/7/15)
 

Renault Trucks a décroché un contrat historique auprès de l’armée canadienne. Le constructeur, qui fait partie du groupe Volvo, a été retenu pour la fourniture de plus de 1 500 camions, 300 remorques et 150 cabines blindées (de quoi équiper une force expéditionnaire), le tout assorti d’une prestation de maintenance de cinq ans. Valeur totale des contrats : 725 millions de dollars canadiens, soit plus d’un demi-milliard d’euros.

 

Si ce contrat est remarquable, c’est d’abord par le nombre de véhicules, sans doute un record pour Renault Trucks Defense. C’est ensuite parce que le marché des camions militaires - de l’armement terrestre dans son ensemble - est très concurrentiel. Face à Renault-Volvo, l’appel d’offres canadien opposait les allemands Mercedes et Rheinmetall, ou encore l’américain Oshkosh. Qui plus est, c’est sans doute la première fois depuis très longtemps, voire la toute première, que du matériel roulant français va équiper une armée nord-américaine : le contrat a été signé par Mack, la marque de Volvo, mais les camions - des Kerax en version 8 × 8 qui peuvent peser jusqu’à 35 tonnes - seront bien fabriqués à Bourg-en-Bresse, près de Lyon.

Pour cette usine, qui avait été frappée par un plan social en 2014, la commande est plus que bienvenue – d’autant que le contrat prévoirait une option de 650 exemplaires supplémentaires - même si la production se fait à effectif constant. Le contrat intervient aussi à un moment particulier pour Renault Trucks. En avril, le constructeur a annoncé un plan de suppression de 591 postes sur ses sites de Lyon, qui a soulevé des interrogations sur son ancrage français. En 2014, Renault Trucks Defense n’a produit que 26 500 camions dans l’Hexagone, dont les trois quarts dans son usine de Bourg-en-Bresse. Avant la crise, en 2008, il en avait assemblé plus du double (55 400). Quant aux effectifs, ils sont passés de près de 10 000 salariés en 2008 à 8 350 à fin mars 2015, soit une chute de 16,5 % en six ans.

Une fois construits à Bourg-en-Bresse, les Kerax prendront le bateau en direction du Québec pour être équipés de leurs grues, cabines et autres postes radio. La livraison doit démarrer mi-2017 et s’étaler sur un an et demi.

Repost 0
16 juillet 2015 4 16 /07 /juillet /2015 10:20
MH-60R photo Royal Australian Navy

MH-60R photo Royal Australian Navy

 

7 juillet 2015 MONTRÉAL, CANADA-(Marketwired)

 

- Dispositifs d'entraînement à la maintenance et de l'équipage arrière MH-60R pour la Royal Australian Navy

- Deux dispositifs d'entraînement au vol UH-72A Lakota pour l'armée américaine

- Deux simulateurs de missions pour un client dont l'identité demeure confidentielle

 

CAE a annoncé aujourd'hui qu'elle a remporté des contrats militaires d'une valeur de plus de 150 millions $CA pour fournir des produits de simulation et des services de formation à des clients militaires du monde entier.

Les principaux contrats comprennent la fourniture de dispositifs de formation MH-60R additionnels pour la Royal Australian Navy, des dispositifs de formation au vol UH-72A Lakota additionnels pour l'armée américaine, et deux simulateurs de missions pour un client dont l'identité demeure confidentielle dans la région de l'Europe/Moyen-Orient/Afrique.

Les contrats annoncés aujourd'hui sont inclus dans les prises de commandes du groupe Défense et sécurité de CAE au premier trimestre. De plus, la valeur de cette annonce inclut une commande de deux dispositifs d'entraînement au vol opérationnel P-8A pour la marine américaine. Cette annonce avait été communiquée à la presse spécialisée le 29 juin dernier.

« Notre engagement à agir en tant qu'intégrateur de systèmes de formation nous a permis de faire de bons progrès au niveau de la mise en œuvre de notre stratégie au premier trimestre, ce qui inclut le contrat concurrentiel que nous avons remporté pour fournir des services de formation à long terme sur appareils à voilure fixe à l'armée américaine », a déclaré Gene Colabatistto, président de groupe, Défense et sécurité à CAE. « Les contrats additionnels que nous annonçons aujourd'hui sont tous liés à l'utilisation accrue de la formation fondée sur la simulation dans le cadre de ces programmes, ce qui démontre encore plus que les forces armées du monde entier adoptent de plus en plus la formation synthétique pour répondre davantage à leurs besoins en matière de formation. »

 

Marine américaine/Royal Australian Navy

CAE a remporté un contrat portant sur le développement d'un simulateur de maintenance mixte (CMT) MH-60R ainsi que la fourniture d'un dispositif d'entraînement de l'équipage arrière (RCT) MH-60R pour la Royal Australian Navy (RAN) en vertu du programme américain de vente de matériel militaire à l'étranger.

CAE USA sera le maître d'œuvre responsable de la conception et du développement du dispositif CMT MH-60R qui sera livré en 2017 à la base HMAS Albatross, située près de Nowra en Nouvelle-Galles-du-Sud. CAE USA fournira également un RCT MH-60R disponible sur le marché à partir de systèmes de simulation virtuelle australiens et sera responsable de le livrer et de l'installer à la base HMAS Albatross. CAE a déjà livré un dispositif d'entraînement au vol tactique et opérationnel (TOFT) MH-60R ainsi qu'un dispositif d'entraînement à la maintenance de l'avionique et au chargement des armes MH-60R à la RAN, et livrera un deuxième TOFT MH-60R en 2016.

Le CMT MH-60R sera un hélicoptère MH-60R modifié spécialement conçu pour fournir la formation sur les systèmes mécaniques, électriques et hydrauliques au personnel de maintenance de l'hélicoptère MH-60R de la RAN. Le CMT MH-60R inclura une série de défaillances contrôlées par l'instructeur, ce qui facilitera la formation en localisation des pannes et en retrait/remplacement des composants d'aéronef.

Le RCT MH-60R sera une reproduction modifiée de l'hélicoptère équipée d'un module pour la formation aux opérations de chargement à l'aide de treuils ainsi que deux modules d'armement pour la formation aux opérations de tir au canon sur le MH-60R.

 

UH-72A Lakota de l'armée américaine

CAE a remporté un contrat octroyé par Airbus Airbus Defense and Space, Inc. pour construire deux dispositifs d'entraînement au vol (FTD) UH-72A Lakota additionnels. Ces FTD UH-72A, les septième et huitième que CAE produit pour l'armée américaine, seront livrés à Fort Rucker, en Alabama, au printemps 2016. Ces dispositifs d'entraînement, qui peuvent être qualifiés au niveau 6 par la Federal Aviation Administration (FAA)et qui sont dotés d'un poste de pilotage propre à l'hélicoptère avec la fidélité et la performance d'un simulateur de vol sans le système de mouvement, appuieront l'entraînement des pilotes sur appareils à voilure tournante à l'Aviation Center of Excellence (USAACE) de l'armée américaine.

Le FTD UH-72A, construit par CAE, est doté d'une plateforme vibrante et d'un système d'affichage avec un champ de vision de 200 degrés sur 70 degrés alimenté par le générateur d'images CAE Medallion-6000 de la prochaine génération, qui plonge les pilotes dans un environnement d'entraînement synthétique haute fidélité. Le FTD UH-72A de l'armée américaine a aussi été mis en service avec la base de données commune (CDB) développée par CAE, qui permet à l'armée américaine de tirer parti des bases de données existantes appartenant au gouvernement américain, afin de répondre aux exigences d'entraînement de leurs pilotes d'hélicoptères.

 

Client dont l'identité demeure confidentielle

CAE a remporté un contrat visant à fournir deux simulateurs de missions à un client dont l'identité demeure confidentielle dans la région de l'Europe/Moyen-Orient/Afrique.

 

À propos de CAE

CAE est un chef de file mondial en prestation de formation dans les domaines de l'aviation civile, de la défense et sécurité, et des soins de santé. Nous concevons et intégrons les solutions de formation les plus complètes de l'industrie, grâce aux connaissances et au savoir-faire de nos 8 000 employés, de nos technologies de simulation de renommée mondiale et de notre réputation en matière de service et d'innovation technologique s'échelonnant sur sept décennies. Notre présence mondiale est la plus vaste de l'industrie, avec 160 établissements et centres de formation situés dans 35 pays, y compris les activités de nos coentreprises, et le plus important parc de simulateurs de vol au monde. Chaque année, nous formons plus de 120 000 membres d'équipage civils et militaires, ainsi que des milliers de professionnels de la santé. www.cae.com

Suivez-nous sur Twitter @CAE_Inc et @CAE_Defence

 

Repost 0
6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 16:20
Palantir - photo PEO IEW&S

Palantir - photo PEO IEW&S

 

June 25, 2015: Strategy Page

 

The U.S. Army intelligence bureaucracy is again in trouble with SOCOM (Special Operations Command) over a long-term dispute about computer software. Troops in combat zones and especially SOCOM prefer to use an intelligence database management system called Palantir. But many senior people in the army intelligence and computer tech insist on using another system (DCGS). To further complicate matters it wasn’t even the army who initially created the mess. It all began when the U.S. Air Force developed a data mining and analysis system that, when adapted for army use (as DCGS), turned out to be more expensive and less effective than commercial products (like Palantir). A 2012 government investigation reported the problems in great detail. But senior army commanders and Department of Defense procurement bureaucrats continued to block the use of commercial products the troops preferred. For nearly a year now SOCOM (Special Operations Command) troops have been complaining that a superior system (Palantir) they have been using since 2009 is becoming more difficult to obtain because of more aggressive interference from the procurement bureaucracy and contractor lobbyists. SOCOM was ordered back into Iraq during 2014 and one of their assignments was to collect intelligence on what was going on there. SOCOM preferred Palantir but many procurement officials interfered with doing that.

 

The basic problem was that the army system (DCGS or Distributed Common Ground System) was cobbled together on the fly, in the midst of a war and has not aged well. Several investigations, in response to growing complaints from the troops, found that the army refused to recognize the problems with DCGS or get them fixed, or allow cheaper and more capable commercial software (like Palantir) to be used instead of DCGS. After 2010 complaints from users and maintainers of DCGS got louder (as in more politicians receiving emails about it). Some of the troops asked for specific commercial systems that were more robust, powerful, and easier to use commercial data mining and predictive analysis software. The army complained that these commercial systems were expensive and required a lot of effort and money to integrate into DCGS. The troops insisted that this was not so and that commercial products like Palantir would save lives. Army bean counters insisted that it was probably only a few dozen lives at most and the additional money needed has to be taken from somewhere else, which might also cost lives in combat. But SOCOM and other organizations point out that they have been able to sneak Palantir into service in some areas and have lots of proof that Palantir outperformed DCGS in combat conditions. But now even SOCOM is being blocked from getting Palantir even though Palantir is officially approved for army use and SOCOM is supposed to be able to buy whatever they need, even if it is not on the “approved” list.

 

The DCGS controversy also involves professional pride, as the army techs and managers have spent years building DCGS and are confident they can match any commercial products and do it cheaper. But that is rarely the case, as the army simply can't hire the best software engineers and project managers. When it comes to complex software systems, things go better if you keep an eye on the commercial side. If there is something there that does what you need done and does it faster, better, and more reliably it's worth paying the commercial price.

Repost 0
6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 11:20
photo USAF

photo USAF

 

June 27, 2015: Strategy Page

 

The U.S. Air Force recently ordered another few hundred Griffin missiles for use in its AC-130 gunships and UAVs. Entering service in 2010 the AGM-176 Griffin, which weighs 15 KG (33 pounds, or 20.5 kg/45 pounds with the launch tube) and has a 5.9 kg (13 pound) warhead, was first used in Afghanistan. Griffin has a greater range (20 kilometers from aircraft for the B and C versions) than Hellfire because of pop-out wings that allow it to glide after launch. The latest version (Griffin C) uses laser, GPS, inertial guidance and two way communications. The Hellfire II missile has been around a lot longer, weigh 48.2 kg (106 pounds), carries a 9 kg (20 pound) warhead, and have a range of 8,000 meters. But for precision work, as gunships and UAVs are often called on to do, smaller warheads and cheaper missiles are preferred.

 

The U.S. Army also tested the Griffin B missile as a replacement for the more expensive Javelin ATGM (Anti-Tank Guided Missile). In Afghanistan troops at remote outposts use the Javelin as their own artillery, which is especially useful if they are out of range of American 155mm guns and so far from air bases that bombers or helicopter gunships would take a while to arrive. Javelin gets the job done but it is expensive ($75,000 per missile). Griffin is smaller, simpler, and dispenses with the expensive armor-piercing warhead. This is a much cheaper alternative to Javelin. The Griffin B is being tested in a six missile launcher that can be swiveled towards the target and missiles can be quickly fired at nearby threats. Budget reductions put this project on hold although the U.S. Navy also considered using a similar system on ships to take care of Iranian suicide boats.

 

The air force and marines find Griffin excellent for use from gunships, enabling (in addition to the larger Hellfire) gunships to operate in daytime. Previous to the introduction of these precision missiles the gunships had to be low enough to use 20mm and 40mm autocannon. But that brought them within range of similar weapons on the ground plus heavy machine-guns and portable missiles. With Griffin and Hellfire the gunships can fly high enough to be safe from ground fire.

Repost 0
3 juillet 2015 5 03 /07 /juillet /2015 11:20
Un F-16 en vol avec un F-35. (Archives/Lockheed Martin)

Un F-16 en vol avec un F-35. (Archives/Lockheed Martin)

 

par - 45eNord.ca

 

Un rapport d’un pilote de F-35 de Lockheed Martin qui a fuité sur Internet démontrerait que l’avion de cinquième génération serait dépassé… par l’avion qu’il est supposé remplacé!

 

Le rapport est basé sur une mission de vol qui a eu lieu le 14 janvier dernier à la base d’Edwards, en Californie.

La première observation dans le rapport est que «la caractéristique la plus notable du F-35A (le modèle que souhaite acheter le Canada) dans un engagement visuel, était son manque d’énergie lors de manœuvres. Le pilote note également que le F-35A dispose d’une aile plus petite que le F-15E, un poids semblable, mais 15.000 livres de moins en poussée.

Le F-35 a une limite d’angle d’attaque plus élevé que le F-16, ce qui devrait normalement être un avantage, mais une combinaison de facteurs, incluant un taux de tangage et une énergie lors de manœuvres inférieurs, ce qui le rend moins utile. Il a fallu également trop de temps pour que le F-35 atteigne un angle élevé d’attaque.

Dans ce rapport (voir à la fin de l’article), l’énergie lors de manœuvres est inférieure, le taux de tangage est limité et la qualité de vol n’est «pas intuitive ou favorable» dans une partie importante du combat aérien, ce qui a permis au F-16 de prendre l’avantage tactique. Un autre inconvénient est que le grand casque et la conception de la canopée de l’appareil limitent la vue arrière du pilote.

Dans un cas, tant la logique anti-patinage et le taux tangage lent signifient que le F-35 ne pouvait pas échapper à une attaque armée par le F-16. «Aucune défense armé n’a été possible», indique le rapport. Lors d’une manœuvre d’évasion standard, l’appareil s’est enlisé par la vitesse de tangage, de sorte que «le résultat était une manœuvre qui était facile à suivre».

 

 

Dans les faits, aucun des 17 engagements du F-35A contre sa cible du jour n’aura été concluant et le pilote n’aura pu à aucun moment se mettre en position d’avantage pour engager ses munitions.

Visiblement piqués au vif, Lockheed Martin et le Bureau du programme JSF confirment que le document est authentique, mais disent que «l’interprétation des résultats des scénarios pourrait être trompeuse». Selon le major-général Jeffrey Harrigian, directeur du bureau de l’intégration du F-35 de l’US Air Force, il est «trop tôt» pour juger de la manœuvrabilité du F-35. Plusieurs observateurs s’étonnent cependant que, pour un appareil en développement depuis 1996, la manœuvrabilité ne soit pas déjà un problème réglé!

Bien que le F-35 est conçu principalement pour des attaques de type air-sol plutôt que air-air, les pilotes de Lockheed Martin et de l’US Air Force indiquent qu’il y a encore une certaine marge de manœuvre pour une maniabilité supplémentaire.

Dans un communiqué, Lockheed Martin précise que le F-35 ayant réalisé les essais n’était pas encore équipé de toutes les technologies qui lui auraient permis de prendre le dessus sur son adversaire. Il n’était pas équipé de tous les senseurs, ni de son revêtement spécial qui, en condition opérationnelle l’aurait rendu virtuellement invisible aux radars, ni encore des munitions et du viseur de casque qui aurait permis au pilote de désigner et de tirer sur sa cible sans manœuvrer l’avion.

Ne parlons même pas de la soute du F-35 qui ne permet d’emporter que quatre missiles air-air – deux s’il s’agit de missiles air-sol.

Pour Lockheed cependant, «il y a eu de nombreuses occasions où une formation de quatre F-35 ont engagé une formation de quatre F-16 dans des scénarios de combat simulés et les F-35 ont remporté chacune de ces rencontres en raison de leurs capteurs, des armes et de la technologie furtive».

Si c’est juste une question de capteurs, d’armes et de revêtement spécial…

Repost 0
2 juillet 2015 4 02 /07 /juillet /2015 17:20
Le nouveau chasseur américain F-35 est-il vraiment mauvais?

 

02-07-2015 Par Vincent Lamigeon - Challenges

 

L'avion de combat de Lockheed Martin n’a pas réussi à battre un vieux F-16 lors d’un exercice de l’US Air Force. Un nouveau coup dur après ses énormes retards et surcoûts de développement.

 

Le chasseur F-35, programme d’armement le plus cher du monde avec 400 milliards de dollars investis, sera-t-il aussi le plus catastrophique? Une fuite sur le site spécialisé War is Boring vient en tout cas jeter le doute sur les performances du futur appareil de l’US Air Force, de l’US Navy, des Marines et d’une dizaine d’autres pays clients (Royaume-Uni, Pays-Bas, Italie, Australie, Japon, Israël…). Selon le compte-rendu d’un pilote de F-35 après un exercice de combat rapproché contre un F-16 en janvier en Californie, dévoilé par le site,  l’appareil s’est montré incapable de dominer son adversaire, manquant constamment "d'énergie" pour réaliser les manœuvres nécessaires.

 

Manque d'"énergie"

Le combat s’annonçait pourtant inégal. Le F-35 en question, un F-35A monoplace, était opposé à un F-16D Block 40 biplace, soit une version datant de la fin des années 80. Mieux, le F-35 volait sans armement ni réservoirs de carburant, à l’inverse du F-16, chargé de deux réservoirs, et non handicapé du point de vue aérodynamique. Pourtant, le F-16 a fait mieux que résister, raconte le pilote. "Même avec la configuration limitée du F-16, le F-35A a gardé un désavantage d’énergie sur tous les engagements", écrit-il selon War is Boring.

En gros, le F-35 a fait montre d’inquiétantes faiblesses aérodynamiques. Il s’est avéré trop lent pour toucher le F-16 au canon de 25 mm. Il s’est même montré incapable de manœuvrer assez rapidement pour éviter les tirs de son adversaire. Pire, selon le pilote, le casque de vision à 360 degrés de l’appareil ne permet pas de voir tout ce qu'il se passe autour de soi. "Le casque était trop grand par rapport à l'espace disponible pour voir derrière l'avion", écrit le pilote. Fâcheux quand l’avion est en situation de "dogfight", même si ces duels aériens façon Top Gun sont devenus rarissimes.

 

"Moins bon que le F-15"

Le pilote affirme même que le F-35 est "substantiellement inférieur" au vieux F-15 qu’il pilotait il y a quelques années. Conclusion impitoyable de l’auteur de l’article, David Axe : "Pendant quelques décennies, les Américains et les aviateurs alliés vont combattre dans un chasseur inférieur, qui pourrait les envoyer à la mort… et coûter aux Etats-Unis le contrôle de l’espace aérien."

Chez Lockheed Martin et au Pentagone, on sort les parapluies. Un communiqué du constructeur américain assurait le 1er juillet que "l’article ne raconte pas toute l’histoire", soulignant que le F-35 impliqué (l’AF-2) est destiné aux "tests scientifiques" et aux tests de "qualités en vol" de l’avion. "Il n’est pas équipé de nombre de fonctions intégrées aux F-35 produits actuellement, appareils de 5ème génération", indique Lockheed Martin.  

 

159 millions de dollars pièce

Même l’US Air Force s’est fendue d’un communiqué, jurant qu’"il y a eu de nombreuses occasions ou des groupes de F-35 ont engagé des groupes de F-16 en simulation de combat, et les F-35 ont gagné chacune de ces rencontres, grâce à leurs capteurs, leurs armements et leur technologie furtive". Mais l’industriel et les militaires américains se sont bien gardés de démentir les conclusions du pilote cité par War is Boring.

Pour eux, l’appareil n’est clairement pas destiné au dogfight : le F-35 "est destiné à engager, viser et abattre l'ennemi depuis de longues distances, pas nécessairement en situation de combat visuel", souligne l'US Air Force. Une faiblesse quand même fâcheuse pour un avion à 159 millions de dollars pièce, selon les derniers chiffres du GAO, l’équivalent américain de la Cour des comptes

Repost 0
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 16:20
Quand l'USAF externalise pour 5 milliards de dollars de prestations


26.06.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense



L'AFCAP (pour Air Force Contract Augmentation Program) numéro IV (ce programme date de 1997 et l'appel d'offres pour le programme IV a été lancé en mars 2014. Voir ici) a été attribué hier aux sociétés suivantes:
- CH2MHILL, 
- Fluor-Amec II, 
- Exelis Systems Corp.,
- KBR,
- RMS, 
- PAE-Perini, 
- URS,
- DynCorp International

C'est un contrat de six ans, d'une valeur maximale de 5 milliards de dollars (lire ci-dessous). L'AFCAP III avait une valeur maximale de 10 milliards de dollars mais il avait été lancé alors que les opérations battaient leur plein en Afghanistan.

 

CH2MHILL, Englewood, Colorado, (FA8051-15-D-0001); Fluor-Amec II, Greenville, South Carolina (FA8051-15-D-0002); Exelis Systems Corp., Colorado Springs, Colorado (FA8051-15-D-0003); KBR, Houston, Texas (FA8051-15-D-0004); RMS, Panama City, Florida (FA8051-15-D-0005); PAE-Perini, Arlington, Virginia (FA8051-15-D-0006); URS, Cleveland, Ohio (FA8051-15-D-0007); and DynCorp International, Fort Worth, Texas (FA8051-15-D-0008), have been awarded a combined not-to-exceed $5,000,000,000 indefinite-delivery/indefinite-quantity contract under the Air Force Contract Augmentation Program (AFCAP IV). The contractors will provide a full range of base life and operating support and logistical support on an as-required basis to support all programs with disciplines consistent with the AFCAP description of services. Requirements shall focus on contingency skills and resources to support the Air Force, any Department of Defense component, or any U.S. federal government entity operating in support of missions which could include National Command Authority, joint or combined U.S. military forces acting as part of or in concert with the North Atlantic Treaty Organization, or multinational forces utilizing U.S. government appropriations. Work will be performed at locations worldwide determined by individual needs effective Oct. 1, 2015, and is expected to be complete by Sept. 30, 2021. This award is the result of a competitive acquisition with 10 offers received. Funds will be obligated on individual task orders. The 772nd Enterprise Sourcing Squadron, Air Force Installation Contracting Agency, Tyndall Air Force Base, Florida, is the contracting activity.

 

L'AFCAP, comme le LOGCAP de l'armée de terre US et comme le Construction Capabilities (CONCAP)de la Navy et le programme d'affrètements de navires civils du Military Sealift Command, est un "multiplicateur de forces" qui permet de faire appel aux capacités logistiques du secteur privé au profit des Forces en cas de contingency operations.

Les prestations demandées sont variées et nombreuses, ainsi qu'en témoigne cet extrait du Performance Work Statement:

"disaster response (man-made or natural), Global War, Irregular Warfare, Major Theater War(s), Small Scale Contingencies, Full Spectrum Threat Response, Deliberate Planning or Joint Chief of Staff Sponsored Military Exercises, Base Operating Support, humanitarian response/relief [including response due to man-made causes, (e.g. political unrest, nation building, peacekeeping, anti-piracy, counter narcotics, etc.], world-wide recovery operations, or political considerations, Foreign assistance support (developmental assistance, humanitarian assistance and security assistance (includes Foreign Military Sales)), deliberate planning exercises, infrastructure/facility demolition and base denial if required."

 

Comme le LOGCAP, l'AFCAP a été critiqué à cause du manque de suivi et de contrôle par l'USAF du travail des contractors. On lira ainsi un rapport du 28 janvier 2015 de l'Inspector General de la Défense intitulé "Controls Over the Air Force Contract Augmentation Program Payment Process Need Improvement".

Repost 0
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 16:20
Déplacement de Jean-Yves Le Drian aux USA

 

01/07/2015 Ministère de la Défense

 

Du 3 au 6 juillet 2015, Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, se rendra aux États-Unis d’Amérique pour une visite au cours de laquelle il rencontrera notamment son homologue américain Ashton Carter.

 

Du 3 au 4 juillet, le ministre sera à New-York pour marquer le passage de l’Hermione à l’occasion de la fête de l’Indépendance américaine. Dans ce cadre, le ministre présidera une cérémonie de remise des insignes de la Légion d’honneur à des vétérans américains s’étant distingués lors de la Libération de la France pendant la seconde guerre mondiale.

 

Le 6 juillet, le ministre poursuivra son déplacement à Washington pour rencontrer son homologue, Ashton Carter, secrétaire à la Défense des États-Unis d’Amérique. Ils reviendront notamment à cette occasion sur les partenariats stratégiques entre les deux pays alliés engagés, tous deux, dans la lutte contre le terrorisme. Le ministre rencontrera également Susan Rice, conseillère à la sécurité nationale des États-Unis d’Amérique. Il participera enfin à une table-ronde au German Marshall Fund pour évoquer le futur de la coopération franco-américaine sur la défense et la sécurité.

Repost 0
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 15:20
photo Balavoine Olivier - BZH-Network

photo Balavoine Olivier - BZH-Network

 

01.07.2015 source presse.rivacom.fr

 

Deux jours et demi après avoir quitté Philadelphie, après la descente de la Delaware et une navigation le long des côtes du New-Jersey, L’Hermione a fait ce mercredi son entrée dans la baie de New-York. Sous un ciel un peu voilé, la réplique de la frégate de La Fayette a progressé lentement vers Manhattan et son ponton d’accueil de South Street Seaport Museum. Après l’amarrage, la musique du  bagad de Lann Bihoué a salué officiellement l’arrivée de Yann Cariou et de ses hommes et femmes d’équipage au cœur de Big Apple et le début de quatre jours de festivités d’ici au 4 juillet.

C’est dans un silence presque religieux que l’équipage de l’Hermione a vécu l’approche de l’arrivée à New York, l’une des étapes les plus symboliques de son voyage américain. A bord, l’émotion de l’équipage, habillé en costumes historiques pour l’occasion, était palpable. Pas ou peu de mots, des étoiles plein les yeux, tout juste quelques clichés pour immortaliser le moment… pour tous cette arrivée à New-York a pris des allures de rêve éveillé. Circulant Au milieu du trafic maritime habituel de la baie de New York , la frégate de la Liberté a tour à tour salué le pont Verrazano, la Statut de la Liberté puis Manhattan, arrachant quelques regards humides à certains gabiers, avant de s’amarrer au Pier 15 de South Street Seaport Museum.

L’Hermione restera à quai jusqu’à samedi 4 juillet, jour de la fête nationale des Etats-Unis commémorant la Déclaration d'indépendance du 4 juillet 1776, à l’occasion duquel elle sera l’invitée d’honneur d’une grande parade navale sur l’Hudson River. Elle retrouvera ensuite son ponton, avant son départ pour Greenport, le 5 juillet. D’ici là, les rendez-vous et les sollicitations médiatiques seront nombreux pour Yann Cariou et l’ensemble de l’équipage.

 

Rappel du programme de L’Hermione à New-York

Repost 0
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 11:20
photo DARPA

photo DARPA

 

Jun. 30, 2015 Jeremy Bender - uk.businessinsider.com

 

The US Navy is currently testing a robotic ship that would be able to autonomously hunt enemy diesel submarines. Originally conceived as a DARPA project, the Anti-Submarine Warfare Continuous Trail Unmanned Vessel (ACTUV) is designed to hunt the next generation of nearly silent enemy diesel submarines.

 

Read more

Repost 0
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 07:20
L'US Army met au niveau EMARSS FVM 13 de ses avions-espions


28.06.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

Quand il est temps de mettre un peu de cohérence dans les moyens ISR et les programmes.

Dans un post du 5 septembre dernier, j'avais fait part du projet de l'US Army de moderniser 14 de ses plate-formes ISR (lire ici) et de donner un peu de cohérence à trois programmes distincts.

L3 Communications a été retenu pour cette opération qui permettra de porter des appareils au standard EMARSS-FVM (Enhanced Medium Altitude Reconnaissance and Surveillance System Follow-On Variant Modifications).

En mars, L3C avait déjà été retenu pour effectuer la rénovation d'un appareil du programme Liberty Project:
 

"L3 Communications Corp., Mission Integration Division, Greenville, Texas, was awarded a $31,831,162 fixed-price-incentive contract forthe modification of one government-owned Quick Reaction Capability Liberty Project aircraft to an Enhanced Medium Altitude Reconnaissance and Surveillance System - Multi-Intelligence (EMARSS-M) aircraft. Work will be performed in Grenville, Texas, with an estimated completion date of Sept. 30, 2016. One bid was solicited with one received. Fiscal 2014 other procurement funds in the amount of $7,650,257 are being obligated at the time of the award. Army Contracting Command Redstone Arsenal, Alabama, is the contracting activity (W58RGZ-15-C-0038)."

L'US Army a retenu la même société pour poursuivre les travaux sur 13 autres avions de type King Air 350. Voir l'avis ici.

Les 13 avions concernés dépendent de trois programmes ISR distincts (mais quasiment à la même finalité) pour traquer et identifier des cibles (comme des poseurs d'IED):
- Liberty Project (LPA)
- Constant Hawk-Afghanistan (CH-A)
- Tactical Operations-Light Detection and Ranging (TACOP-LiDAR)

Les King Air du Liberty Project deviendront des avions EMARSS-M (pour Multi Intelligence) et ceux des deux autres programmes seront des EMARRS-G (pour Geo Intelligence). Les travaux auront lieu en 3 phases portant sur 7 puis 4 et 2 avions.

Repost 0
29 juin 2015 1 29 /06 /juin /2015 16:30
Comment fabrique-t-on un djihadiste 2.0 ?


02.06.2015 par Soukaïna Brahma (85ème session Querqueville, 2014) et Steven Bassez (80ème session Limoges, 2013) - Membre du comité Moyen-Orient de l’ANAJ-IHEDN
 

À l’heure où le Moyen-Orient fait face à l’ascension fulgurante de Daech en Syrie et en Irak, les pays occidentaux, loin d’être épargnés par la menace du terrorisme islamiste, constatent que nombre de leurs ressortissants combattent à l’étranger mais sont également prêts à passer à l’action sur leur territoire, comme le démontre les récentes attaques en Australie, au Canada, aux Etats-Unis mais aussi en France.

Comment des Européens qui ont grandi dans des démocraties peuvent-t-ils renier les principes démocratiques et du vivre-ensemble, au profit d’une idéologie théocratique, expansionniste et ouvertement meurtrière ? Quels sont les vecteurs d’influence de cette idéologie ?

Jadis, le romantisme révolutionnaire des années de guerre froide qui planait sur l’Europe a débouché sur la création de groupes armés[1]. Répondant à l’inspiration d’une partie de la jeunesse, ces groupes n’hésitaient pas à utiliser l’action armée, que ce soit contre des policiers ou contre des civils. Le djihad[2] est en quelque sorte le successeur de cette mouvance, même s’il n’y a pas de lien direct. Présenté comme une mission messianique (cette dimension n’était pas présente concernant l’euroterrorisme), les protagonistes sont les élus[3]. Cette idéologie répond ainsi à un besoin spirituel et politique[4].

Force est de constater que l’appartenance à des cultures étrangères n’est aucunement un critère de recrutement pour les terroristes – au contraire. Le djihad séduit aussi bien des individus issus d’une culture musulmane que des candidats issus du monde judéo-chrétien, voire de familles totalement athées[5]. Il ressort également que les personnes prises pour cibles par les recruteurs ne le sont pas par hasard et qu’une emprise psychologique est développée de façon assez similaire aux techniques constatées lors de dérives sectaires déjà bien connues des autorités publiques.

Contrairement aux idées reçues, les prisons ne constituent pas une voie privilégiée de conversion à l’idéologie islamiste en France. Seulement 16% des conversions au salafisme[6] sont liées à un séjour en prison. Pour ces prisonniers convertis, la religion offre un cadre balisé et la possibilité de se créer des repères. L’UCLAT[7] travaille actuellement sur le renforcement du statut d’aumônier musulman pour endiguer les méthodes d’endoctrinement de cellules salafistes clandestines. L’Etat envisage également une séparation des détenus au sein même des maisons d’arrêts[8].

Ces mesures destinées aux prisons ne peuvent se transposer au cyberespace. Ainsi, Internet apparaît dorénavant comme un outil privilégié par les recruteurs djihadistes. Formidable espace de communication, l’Internet permet une diffusion anonyme et rapide, à la fois générale et ciblée, de l’idéologie djihadiste.

 

La prison n’est pas le principal terreau de l’islam radical

80% des conversions se font via des canaux autres que le passage en prison[9]. Internet est devenu l’arme de prédilection de la nébuleuse islamiste pour toucher et sensibiliser de nouvelles recrues. Internet permet non seulement de multiplier les cibles des recruteurs, essentiellement des adolescents et des jeunes adultes, mais également de conserver un certain niveau d’anonymat. Cet outil offre également l’avantage de supprimer la contrainte liée à la distance. Dorénavant, toute personne disposant d’un appareil connecté peut consulter et diffuser des contenus prosélytes.

Hors Darknet[10], les cyber-terroristes réussissent tout de même à communiquer via des applications d’appels gratuits comme Skype. La surveillance des services de police spécialisés étant en partie axée sur l’échange de courriers électroniques, les correspondants se laissent des messages dans le dossier « brouillons » d’une messagerie classique.

Il est difficile de fournir des statistiques précises en termes de recrutement, faute d’études accessibles au public. Certains individus se radicalisent seuls à travers la consultation de forums et de sites web affiliés à la nébuleuse islamiste, d’autres au contraire sont approchés prudemment par des recruteurs. Quel que soit le cas de figure, les réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter ou d’autres plates-formes d’échanges jouent un rôle important.

Calqué sur les modèles du e-marketing classique, l’intérêt du prosélytisme sur Facebook, Youtube, Instagram et Twitter se justifie par l’accès ouvert à quantité de profils sur ces plates-formes de partage. Facebook présente de nombreux avantages pour repérer et amorcer le contact entre recruteur et cible, avec un risque maîtrisé. En effet, l’algorithme du réseau social suggère des publications et des profils selon le type de pages « likées ». Il suffit simplement d’avoir des amis d’obédience salafiste et d’avoir « aimé » des pages pro-Etat Islamique pour recevoir de nombreuses suggestions en lien avec ce courant. L’immersion dans la peau d’un aspirant djihadiste 2.0 par un journaliste de Rue89[11] met en évidence une faille plus importante : l’incapacité des développeurs à isoler et éliminer les contributeurs de pages islamistes.

 

L’implantation de la dawa[12] virtuelle

Partant de ce constat, il faut distinguer deux types de profils de cyber-endoctrinés : « l’auto-entrepreneur » et la victime « non consentante » au départ.

« L’auto-entrepreneur » cherche le contact avec un groupe radical de sa propre initiative. Dans ce cas de figure, les vidéos estampillées « théorie du complot », distillées avec des extraits du Coran sortis de leur contexte, comptent parmi les facteurs de sa radicalisation. Majoritairement non arabophones, de culture musulmane ou non, les cibles ne disposent pas de compétences pour vérifier la véracité des cyber-prêches. Pourtant certains hadiths[13] que l’on retrouve dans le discours salafiste sont contestés par des écoles de l’islam sunnite. Manquant d’outils de comparaison théologique, les candidats francophones se spécialisent dans la diffusion de l’idéologie extrémiste sans réelle connaissance de l’islam, comme le montre l’exemple du cyber-djihadiste français Romain Letellier[14] : après avoir été rebaptisé Abou Siyad Al Normandy, le jeune converti passe progressivement du statut d’amateur à celui de cyber-prédicateur sous franchise Al Qaïda, allant jusqu’à devenir l’un des traducteurs d’Inspire, la revue anglophone d’Al Qaïda.

La première étape de l’endoctrinement des cibles « non consentantes » est similaire aux méthodes des sectes dites classiques. Le témoignage de Léa[15], une jeune Française de 15 ans lève le voile sur les méthodes agressives des recruteurs. L’adolescente s’est vue harcelée en permanence via sa messagerie Facebook par des inconnus suite à un post public où elle confiait un certain mal-être. La facilité de transmission de l’information et les paramètres de confidentialité mal maîtrisés permettent aux recruteurs de cibler les personnes les plus fragiles et de diffuser instantanément toutes informations susceptibles de relayer le message djihadiste.

Une fois les cibles repérées, les membres des cellules opérant sur les réseaux sociaux les sollicitent de façon régulière à travers des messages de soutien, avant de les éloigner de leurs repères habituels à travers des prêches hostiles au système occidental, induisant l’idée que l’état dépressif de ces personnes en est le résultat. Les supports vidéos utilisés par les recruteurs présentent le mode de vie occidental comme déviant : alcool, drogues, inégalités, rapports sexuels hors mariage, libertinage, consumérisme. A contrario, le salafisme est présenté comme vecteur d’une existence saine avec la promesse d’une place au paradis[16] pour les « fidèles ».

Ces méthodes de recrutement reviennent dans la majorité des témoignages de repentis et de personnes interpellées au moment de rejoindre les zones de combats. Les cibles sont souvent des personnes en rupture sociale, familiale et parfois scolaire. Les images de guerre mettant en scène le régime de Bashar al-Assad vis-à-vis de la communauté sunnite syrienne, associées aux images de détresse de la communauté palestinienne, sont autant d’éléments permettant de légitimer le recours à la violence.

Il s’agit de préparer la cible à accepter sa propre déconstruction psychologique en vue de se créer une autre identité avec de nouveaux repères. On assiste à une mutation décrite par les endoctrinés comme une renaissance. Ce processus d’endoctrinement s’ancre dans la durée, avec l’insertion du sujet dans une communauté se présentant comme une nouvelle famille[17].

 

Finalité de l’embrigadement et plan de lutte contre le Djihadisme 2.0

Les finalités poursuivies par les groupes extrémistes lorsqu’ils recrutent sont soit la hijrah[18] pour les zones de combat, soit la perpétration d’actes violents sur le sol du recruté.

Ces finalités diffèrent cependant légèrement selon les groupes. Le Jahbat al-Nusra[19], qui s’ancre dans une logique locale, privilégie par exemple la hijrah. Il est donc beaucoup plus difficile pour les ressortissants français d’y entrer car ils sont considérés comme peu éduqués sur le plan religieux, à la différence des Anglo-Saxons ou des combattants étrangers arabes[20]. Ce groupe maîtrise en revanche moins bien l’outil Internet que Daech d’où une visibilité moindre sur la toile – ce qui ne veut pas dire qu’ils ne communiquent pas du tout par Internet : bon nombre de comptes Twitter diffusent ainsi les victoires du Jahbat al-Nusra. Mais la communication est laissée, pour la plus grande part, à la maison mère Al-Qaïda qui, elle, encourage vivement les actions violentes sur les territoires occidentaux, par l’intermédiaire de sa revue Inspire. Daech est sans doute le groupe qui maîtrise le mieux sa communication et l’outil Internet, ce qui explique certainement sa forte attractivité auprès des combattants occidentaux, contrairement au Jahbat al-Nusra[21]. Daech encourage, selon ses besoins, la hijrah ou l’action violente, notamment au travers de sa revue Dabiq et de son dérivé français Dar al-Islam.

Concernant la hijrah, l’émigration vers la Syrie principalement, les autorités françaises ont pris plusieurs mesures. L’article 1er[22] du dispositif de lutte contre le terrorisme voté par l’Assemblée nationale en 2014 porte sur l’interdiction de sortie du territoire d’individus soupçonnés de vouloir rejoindre le Djihad en Syrie. Un numéro vert est également à la disposition de toutes personnes soupçonnant la radicalisation et l’intention d’un proche, notamment mineur, de se rendre en Syrie.

La deuxième finalité de l’embrigadement est celle qui préoccupe le plus les services de renseignement : c’est celle du « loup solitaire » qui se radicalise seul à l’aide d’Internet et qui choisit d’opérer sur son propre territoire. Les revues telles qu’Inspire ou Dabiq appellent au meurtre des « infidèles », le plus souvent représentés en « costume cravate ». La création d’un délit d’entreprise terroriste individuelle était donc une nécessité afin de pallier les problèmes juridiques que posait le délit d’association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste.

Face à la source de l’endoctrinement, la propagande, il est difficile pour les autorités de réagir, notamment sur Internet. Facebook, Twitter et les autres médias ayant un contrôle exclusif de leurs plates-formes, la modération des messages à caractères haineux et la surveillance des communications privées, approche privilégiée des recruteurs, ne peut se faire sans la coopération des opérateurs du numérique. Bien que l’apologie du terrorisme et l’appel à la perpétration d’actes terroristes soient désormais prévus par le code pénal, il est difficile d’imaginer poursuivre Facebook directement en justice. En revanche, la nouvelle loi sur le renseignement pourrait faciliter la détection d’éventuels « loups solitaires » et l’identification des individus promouvant ces groupes extrémistes sur Internet, afin de les poursuivre – pour peu qu’ils soient sur le sol français…

Une cellule de contre-propagande a bien été mise en place par le ministère français de la Défense mais il est trop tôt pour mesurer son efficacité. Elle fait l’objet de fortes critiques et ses détracteurs jugent son contenu éloigné des réalités du terrain. Certains critères censés détecter un comportement suspect seraient plus proches de la caricature que révélateurs d’une rupture pouvant faire basculer vers le fondamentalisme violent. Les individus radicalisés sont avant tout nourris par des vidéos complotistes qui réduisent à néant la parole des appareils étatiques. C’est ce qui nous amène à penser que la déconstruction du discours extrémiste devrait également impliquer des acteurs de la société civile.

Même si la bataille semble difficile, des outils visant à réduire l’embrigadement et l’auto-radicalisation se sont progressivement mis en place[23]. En la matière, il faut cependant avoir une guerre d’avance, et non une guerre de retard : alors que le Parlement semble prendre les mesures qui s’imposent, les djihadistes ne basculent-ils pas déjà dans une nouvelle version?

 

 

Comment fabrique-t-on un djihadiste 2.0 ?

Télécharger le fichier

______

[1] Période de l’euroterrorisme qui vit les violences de la fraction armée rouge et action directe entre autre.
[2] Il faut ici comprendre le mot djihad au sens où l’entendent les « djihadistes » de Daesh, c’est-à-dire une vision réductrice du djihad mineur (extérieur), lui-même distinct du djihad majeur (intérieur).
[3] Entretien avec Asma Guenifi, psychologue clinicienne et auteur du livre “Je ne pardonne pas aux assassins de mon frère”.
[4] Désamorcer l’islam radical : Ces dérives sectaires qui défigurent l’islam, Editions de l’Atelier, 2014 et Comment sortir de l’emprise « djihadiste » ?, Editions de l’Atelier, 2015.
[5] http://www.france24.com/fr/20141118-profil-jihadistes-francais-jeunes-depressifs-athees-classe-moyenne-etude-islam-derives-sectaires-syrie-internet-ei/
[6] Le salafisme ne mène pas forcément au djihadisme. Il existe un courant quiétiste.
[7] Unité de Coordination de la lutte antiterroriste.
[8] Séparation visant les détenus prosélytes.
[9] Pierre Conesa, ancien haut fonctionnaire du ministère de la Défense.
[10] Réseau privé virtuel qui permet un haut niveau d’anonymat sur le web.
[11] http://rue89.nouvelobs.com/2014/10/21/comment-facebook-mis-voie-djihad-255616
[12] L’appel aux non musulmans à rejoindre la communauté islamique.
[13] Principes de gouvernances islamiques transmis par le prophète Mohamed à ses compagnons.
[14] http://www.afvt.org/le-premier-proces-dun-cyber-djihadiste/
[15] http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20141001.OBS0739/exclusif-lea-15-ans-ils-nous-demandent-de-faire-des-attentats-en-france.html
[16] Les prédicateurs jouent sur le terrain de l’apocalypse et font constamment le lien avec d’autres civilisations aujourd’hui éteintes : la Rome et la Grèce antiques. Cependant, il y est fait plus souvent références à Sumer et Babylone. Ces civilisations sont présentées comme synonyme de décadence. Leur extinction serait due à un châtiment divin, car on y pratiquait l’usure, l’inceste, la sodomie et la vénération des idoles, principalement Baal, nom générique utilisé pour qualifier Satan dans la liturgie monothéiste.
[17] La oumma telle que défini par les mouvements extrémistes.
[18] Emigration en terre musulmane.
[19] Groupe djihadiste implanté en Syrie rattaché à Al-Qaïda.
[20] Jordaniens, saoudiens etc…
[21] Rappelons que ces deux groupes ne sont pas alliés et se livrent une guerre impitoyable sur le territoire syrien en raison des différences historiques et religieuses qui les opposent.
[22] http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000029754374&categorieLien=id
[23] Création du centre de prévention contre les dérives sectaires liées à l’islam.

Repost 0
26 juin 2015 5 26 /06 /juin /2015 16:20
photo US Navy

photo US Navy

 

June 26, 2015: Strategy Page

 

In May 2015 the U.S. Navy ordered its new SM-6 (Standard Missile 6) anti-aircraft missile into full production. Over 200 have already been built or ordered for development or as initial (low quantity) production. In late 2014 there were successful several live fire tests in which SM-6 shot down aircraft, anti-ship missiles and cruise missiles under a variety of different conditions. This included the longest surface-to-air engagement (missiles shooting down target) in naval history. The distance achieved was not released, but the max range of the SM-6 is given as 240 kilometers. The new version of the Aegis fire control software was also successfully tested under realistic combat conditions.

 

It was only in 2013, two years after receiving the first production models, that the SM-6 successfully hit an aircraft (a BQM-74 target UAV) over the horizon. The SM-6 is basically the existing SM-2 anti-aircraft missile with the more capable guidance system of the AMRAAM air-to-air missile, as well as general improvements in the electronics and other components. The SM-6 is a 1.5 ton, 6.55 meter (21.5 foot) long, 533mm (21 inch) diameter missile. It has a max altitude of 33 kilometers (110,000 feet).

 

The older SM-2 is 1.35 ton, 8 meter (26.2 foot) long missile with a max range of 190 kilometers and max altitude of 24.4 kilometers (80,200 feet). The main change for the SM-6 is the guidance system which is self-contained and will seek out any target it comes within range of. The SM-2 uses a "semi-active" guidance system, which requires that a special targeting radar "light up" the target with a radar beam, which the SM-2 guidance system detects and homes in on. The "active" guidance system of the SM-6 is thus harder to jam and can home in on targets beyond the range of targeting radars. The SM-6 can attack anti-ship missiles as well.

 

The SM-6 took 9 years to develop and has been in limited production since 2011, with plans to obtain 1,200 missiles at a cost of $4.3 million each. SM-6 will replace many of the SM-2 missiles currently carried by American and Australian warships.

 

Meanwhile, the navy has been continuing years of improvements in the Aegis radar and fire control system that controls SM-2, SM-6, and the smaller SM-3 anti-missile version. The SM-3 can destroy ballistic missiles and low orbit satellites. Aegis equipped ships began getting version 4.0 of the Aegis anti-missile software in 2013 and the next major upgrade (5.0) makes the anti-missile capabilities a standard feature of Aegis software. New destroyers are having anti-missile Aegis software installed as standard equipment. Much of the anti-missile capability of the original Aegis anti-aircraft system came from upgrades to the Aegis software.

 

The Aegis anti-missile system has had a success rate of over 80 percent in knocking down incoming ballistic missile warheads during test firings. To achieve this, two similar models of the U.S. Navy Standard anti-aircraft missile are in service, in addition to a modified (to track incoming ballistic missiles version) version of the Aegis radar system.

 

The RIM-161A, also known as the Standard Missile 3 (or SM-3), has a range of over 500 kilometers and max altitude of over 160 kilometers. The Standard 3 is based on the anti-missile version of the Standard 2 (SM-2 Block IV). This SM-3 missile has a shorter range than the SM-2, which can destroy a warhead that is more than 200 kilometers up. The SM-3 is optimized for anti-missile work, while the SM-2 Block IV was designed to be used against both ballistic missiles and aircraft. The SM-2 Block IV also costs less than half of what an SM-3 costs. So going after aircraft with SM-3s is discouraged unless absolutely necessary.

Repost 0
25 juin 2015 4 25 /06 /juin /2015 11:20
L’A-10 en statique au salon du Bourget – photo Frédéric Lert (Aerobuzz.fr)

L’A-10 en statique au salon du Bourget – photo Frédéric Lert (Aerobuzz.fr)

 

22 juin 2015 par Frédéric Lert – Aerobuzz.fr

 

L’US Air Force a de nouveau amené un A-10 à Paris. Sans doute la dernière fois que l’avion y sera vu sous les couleurs américaines. En attendant une vente à l’export ?

 

Inutile de présenter le A-10, tout le monde le connaît. L’avion est venu pour la première fois au salon du Bourget en juin 1977. Il n’en était pas reparti, ayant été détruit (et son pilote tué) dans un accident au cours de sa présentation en vol. Trente-huit plus tard, l’avion était encore là la semaine dernière, venu dans les fourgons de l’US Air Force aux côtés des inoxydables F-15 et F-16…

Au cours des 38 années écoulées, le A-10 a monté la garde devant le rideau de Fer avant d’aller semer vigoureusement ses obus de 30mm à l’uranium appauvri dans les sables irakiens et la rocaille afghane. Aucun doute là-dessus, le A-10 a la générosité des fromages du terroir qu’on nous montre à la télé. Malgré son aura de vétéran, l’avion est aujourd’hui au centre d’un vigoureux débat entre l’US Air Force et le Congrès américain.

 

Suite de l’article

Repost 0
24 juin 2015 3 24 /06 /juin /2015 16:20
photo Lockheed Martin

photo Lockheed Martin

 

24 Jun 2015 By: Beth Stevenson – FG

 

The UK and USA have carried out the first short take-off test of the Lockheed Martin F-35B Lightning II during a ground-based test at Patuxent River Naval Air Station in Maryland, USA on 19 June.

 

This marks the start of the first phase of testing to certify the UK’s short take-off and vertical landing F-35B as capable of take off and landing from an aircraft carrier. The work is being controlled by the F-35 Pax River Integrated Test Force (ITF), assigned to the Air Test and Evaluation Sqn 23.

 

Test aircraft BF-04 took off on a ski-jump, demonstrating the F-35B’s ability to integrate into the UK’s future operations. The UK has selected the ski-jump approach as opposed to the catapult and arresting gear approach favoured by the USA in its carrier operations.

 

The UK’s new carriers – HMS Queen Elizabeth and HMS Prince of Wales – are shorter and contain an upward slope ramp at the bow, curved to allow for the F-35B to launch upward and forward at the same time. This allows the aircraft to take off with more weight and at a lower speed than a horizontal launch permits, the UK Ministry of Defence says.

 

"Friday’s F-35B ski-jump was a great success for the joint ski-jump team,” says Peter Wilson, BAE Systems test pilot and ski-jump project lead.

 

“As expected, aircraft BF-04 performed well and I can’t wait until we’re conducting F35 ski-jumps from the deck of the Queen Elizabeth carrier. Until then, the de-risking that we’re able to achieve now during phase I of our ski jump testing will equip us with valuable data we’ll use to fuel our phase II efforts.”

 

This follows a test on 12 June during which Royal Air Force test pilot Sqn Ldr Andy Edgell released two inert Raytheon Paveway IV precision-guided bombs from F-35B test aircraft BF-03.

 

The 500lb dual mode weapons were dropped over the Atlantic Test Ranges at Pax River, marking the first weapons separation test of the Paveway by the ITF. The passive bombs safely separated from an internal weapons bay within the F-35B, Lockheed Martin says, and maintained the stealth characteristics of the aircraft throughout

Repost 0
23 juin 2015 2 23 /06 /juin /2015 11:20
Le DoD a diffusé son "Law of War Manuel"


16.06.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

C'est une première pour le ministère américain de la Défense (le doD): il vient de publier son "manuel de droit de la guerre" (1204 pages à télécharger ici).

 

Comme le dit son préfacier, ce manuel a des prédécesseurs (aussi bien américains qu'étrangers, comme le Manual of the Law of Armed Conflict du Ministry of Defence britannique de 2004) mais l'effort est inédit puisque cet ouvrage reflète la position du DoD et non plus d'une armée spécifique (du genre de l'Army Field Manuel 217-10).

 

Dans son chapitre IV, ce manuel dresse la liste des "acteurs" et y inclut les mercenaires, les journalistes, les ONG, les équipages civils des navires affrêtés, les personnels (armés on non) des ESSD etc.

 

On notera aussi le chapitre XVI sur les cyber-operations.

 

Bien sûr, ce n'est pas un livre de chevet (sauf pour les juristes qui ont des insomnies) mais c'est sacrément intéressant pour cerner la posture intellectuelle US quant au droit de la guerre.

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories