Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 juillet 2014 4 17 /07 /juillet /2014 16:35
Flotille 25F : 30 ans dans le Pacifique

 

17/07/2014 Marine nationale

 

Depuis trente ans, les avions Falcon 200 Gardian de l’aéronautique navale française survolent terres et mers de Polynésie et de Nouvelle-Calédonie. Le détachement de la flotille 25F en Nouvelle-Calédonie comporte deux Gardian, qui sont «les yeux» des bâtiments de combat français durant les missions de surveillance maritime ou de police des pêches. Depuis le 11 juillet 1984, date à laquelle il s’est posé pour la première fois sur le Caillou, cet avion et ses équipages contribuent également à des évacuations sanitaires, à la lutte contre le trafic de stupéfiants ainsi qu’à la recherche et au sauvetage en mer. Les Gardian peuvent en effet être équipés de matériel de sauvetage largable.

 

Afin de célébrer ces trente années de services dans le ciel du Pacifique, la flottille 25F de Tahiti et son détachement de Nouvelle-Calédonie ont organisé une cérémonie militaire le 26 juin 2014, sur le site de la base aérienne 186 - Paul Klein -  à La Tontouta. La prise d’armes s’est déroulée sous la présidence du général Luc de Revel, Commandant supérieur des Forces armées de la Nouvelle-Calédonie et en présence de tous les acteurs qui ont participé et participent encore aux missions de cet aéronef au-dessus de l’espace maritime calédonien.

Flotille 25F : 30 ans dans le Pacifique
Flotille 25F : 30 ans dans le Pacifique
Flotille 25F : 30 ans dans le Pacifique
Partager cet article
Repost0
22 juin 2014 7 22 /06 /juin /2014 11:35
Nouvelle-Calédonie : Exercice Narvik

 

20/06/2014 Sources : EMA

 

Du 11 au 12 juin 2014, les forces armées de la Nouvelle-Calédonie (FANC) ont organisé l’exercice « Narvik » à Nouméa, en Baie des Citrons.

 

Cet entraînement à dominante amphibie avait notamment pour objectif de tester l’interopérabilité et la coordination des éléments des trois armées. Le concept de « Narvik » était d’exploiter les capacités d’une frégate de surveillance à embarquer un centre de commandement, mais aussi à servir de plateforme pour assurer le débarquement des troupes, par voie aérienne ou maritime, tout en contrôlant et renforçant les systèmes d’information et de communication interarmées en situation opérationnelle.

 

Il a consisté en un débarquement de troupes du régiment d’infanterie de marine du Pacifique – Nouvelle-Calédonie (RIMaP - NC) depuis la frégate de surveillance « Vendémiaire » vers une zone d’exercice localisée dans l’enceinte de la base navale de Nouméa. A cette occasion, toutes les séquences d’un débarquement amphibie ont pu être jouées avec des moyens adaptés. Les plongeurs et l’hélicoptère Alouette III de la frégate ont effectué la reconnaissance des plages puis, un hélicoptère Puma de l’escadron de transport 52 a successivement déployé un détachement léger d’observation, un état-major amphibie et une force de réaction rapide tandis que deux chalands de débarquement et des embarcations semi-rigides assuraient la mise à terre des combattants. Un tir depuis la frégate en appui des sections du RIMaP et une évacuation sanitaire étaient également au programme.

 

 « Narvik » représentait également une nouvelle étape dans la préparation de l’exercice majeur des FANC « Croix du Sud » qui réunira, fin août 2014, plusieurs nations du Pacifique et au cours duquel la coordination jouera un rôle primordial.

 

Les forces armées de la Nouvelle-Calédonie (FANC), sont déployées sur le théâtre Pacifique, en coordination avec les forces armées de Polynésie Française (FAPF) dans le cadre de la réorganisation du dispositif militaire outre-mer. Les FANC constituent le principal point d’appui aéroterrestre du théâtre Pacifique.

Nouvelle-Calédonie : Exercice NarvikNouvelle-Calédonie : Exercice NarvikNouvelle-Calédonie : Exercice Narvik
Nouvelle-Calédonie : Exercice NarvikNouvelle-Calédonie : Exercice NarvikNouvelle-Calédonie : Exercice Narvik
Nouvelle-Calédonie : Exercice NarvikNouvelle-Calédonie : Exercice NarvikNouvelle-Calédonie : Exercice Narvik
Partager cet article
Repost0
11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 07:35
Nouvelle-Caledonie : Challenge de tir AASAM 2014

 

10/06/2014 Sources : EMA

 

Du 26 avril au 19 mai, les forces armées de la Nouvelle-Calédonie (FANC) ont représenté la France à l’Australian Army Skill At Arms Meeting (AASAM) 2014, challenge de tir international, dans la région de Melbourne, au sud de l’Australie.

 

L’équipe française interarmées et interministérielle comprend douze tireurs FAMAS, PA ainsi que MINIMI. Elle est emmenée par le maître de tir du régiment d’infanterie de marine du Pacifique (RIMaP). Elle a participé aux 31 matchs internationaux programmés lors de ce challenge sur le camp de Puckapunyal, à 100 km au nord de Melbourne.

 

Assez méconnues en France, ces compétitions de tir de combat en condition de stress sont une excellente opportunité, pour les nations participantes, de faire évoluer leurs techniques opérationnelles de tir en les confrontant à celles des armées des autres nations. Outre l’Australie, des challenges de ce type sont organisés également au Royaume-Uni,  au Canada et à Brunei. Les FANC participent tous les ans à l’AASAM et pour 2014, l’équipe en net progrès s’est hissée à la huitième place du classement.

 

Les FANC constituent le point d’appui central du « théâtre Pacifique» avec un dispositif interarmées centré sur un groupement tactique interarmes (GTIA) et les moyens de projection associés. Avec les Forces armées en Polynésie Française (FAPF), dispositif interarmées à dominante maritime, les FANC ont pour principale mission d’assurer la souveraineté de la France dans leur zone de responsabilité, d’animer la coopération régionale et d’entretenir des relations privilégiées avec l’ensemble des pays riverains de la zone pacifique. Dans le cadre de leur mission, les FANC engagent régulièrement leurs moyens pour des opérations d’aide aux populations, en appui des autres services de l’Etat

Partager cet article
Repost0
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 17:35
Nouvelle-Calédonie : Opération Tui Moana

 

 

05/06/2014 Sources : EMA

 

Du 14 au 23 mai 2014, les forces armées de la Nouvelle-Calédonie (FANC) ont participé à l’opération interalliée de police des pêches « Tui Moana » aux côtés des Samoa, des îles Cook, du royaume des Tonga, de l’Etat des Tuvalu, des Etats-Unis, de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande.

 

L’objectif de Tui Moana était de surveiller les zones de concentration de pêcheurs et de montrer la capacité des nations partenaires à partager et à exploiter les informations afin, si nécessaire, d’inspecter les pêcheurs suspects et de contrôler la légalité des prises.

 

Pour cette opération, les FANC étaient déployées dans trois zones du Pacifique Sud-Ouest. Tout d’abord, un Falcon 200 Gardian du détachement de la flottille 25 a été prépositionné à Wallis afin de conduire des missions de surveillance maritime en collaboration avec le patrouilleur « la Glorieuse » dans la zone économique exclusive (ZEE) du territoire français. L’avion a ensuite rejoint les Tonga pour exécuter des vols de surveillance en liaison avec un patrouilleur de ce royaume. A cette occasion, un officier tongien a pu embarquer à bord du Falcon français.

 

Un second Gardian était déployé à Port-Vila afin de réaliser des missions de surveillance notamment dans une poche de haute mer située entre le Vanuatu et Fidji. Là aussi, un observateur vanuatais a participé à l’un des vols.

 

De son côté, la frégate de surveillance « Vendémiaire » a pris la mer, afin de patrouiller dans le secteur Sud-Ouest de la ZEE calédonienne puis dans une poche de haute mer en limite des eaux australiennes. Deux officiers de l’Australian Fisheries Management Agency, équivalent australien des affaires maritimes, ont embarqué sur la frégate. Leur maîtrise des langues asiatiques, en particulier le Chinois et le Taïwanais, ont facilité le travail des marins français notamment lors des interrogations radio des pêcheurs ou à l’occasion des visites de bord. Au-delà de l’opération Tui Moana, ce premier embarquement d’agents australiens visait à renforcer la coopération bilatérale interministérielle en matière de police des pêches au sein de cette zone. Cette interaction s’inscrit dans le cadre de la coopération engagée par nos deux pays dans le domaine la surveillance maritime, visant à préserver la sécurité régionale.

 

Coordonnée par la « Forum Fisheries Agency », instance internationale regroupant 17 états du Pacifique Sud et ayant pour vocation la gestion et la préservation de la ressource halieutique, l’opération Tui Moana a permis de réaliser 232 contrôles (visuels et radio) de bateaux de pêche, 30 visites de bord avec une seule infraction relevée.

 

En plus de Tui Moana, Kuru-Kuru et Tautaï sont des opérations d’envergure de police des pêches auxquelles participe la France dans cette région du monde. Cet engagement illustre la capacité des pays impliqués à partager l’information, à coopérer de façon active pour renforcer leur interopérabilité et à agir dans des domaines stratégiques partagés, en l’occurrence la préservation de la ressource halieutique.

 

Les FANC constituent le point d’appui central du « théâtre Pacifique» avec un dispositif interarmées centré sur un groupement tactique interarmes (GTIA) et les moyens de projection associés. Avec les Forces armées en Polynésie Française (FAPF), dispositif interarmées à dominante maritime, les FANC ont pour principale mission d’assurer la souveraineté de la France dans leur zone de responsabilité, d’animer la coopération régionale et d’entretenir des relations privilégiées avec l’ensemble des pays riverains de la zone pacifique. Dans le cadre de leur mission, les FANC engagent régulièrement leurs moyens pour des opérations d’aide aux populations, en appui des autres services de l’Etat.

Nouvelle-Calédonie : Opération Tui MoanaNouvelle-Calédonie : Opération Tui Moana
Nouvelle-Calédonie : Opération Tui MoanaNouvelle-Calédonie : Opération Tui Moana
Partager cet article
Repost0
5 mars 2014 3 05 /03 /mars /2014 08:55
Nouvelle-Calédonie: campagne de tir au canon pour les Puma

 

04/03/2014 Armée de l'air

 

Des hélicoptères Puma de l’escadron de transport 52 (ET 52) de Nouvelle-Calédonie ont conduit une campagne de tir au canon de 20mm, du 24 au 26 février 2014.

 

Deux fois par an, les six mécaniciens navigants de l’escadron de transport 52 de la base aérienne 186 participent à une campagne de tir au canon afin de conserver leurs qualifications opérationnelles.

 

Mais l’exercice a également offert une occasion idéale aux pilotes d’hélicoptères de s’entraîner à réaliser des manœuvres aériennes particulières telles que le vol en semi-renversement ou le vol orbital. Il s’agit de techniques de vol qui permettent de prendre en compte la vulnérabilité de l’aéronef lors des phases de tir au canon. L’objectif est de frapper fort, vite, en se dévoilant au dernier moment, tout en conservant un effet de surprise et un maximum de discrétion.

 

Ce type de campagne de tir vise également à conserver une forte symbiose de l’ensemble de l’équipage, une capacité essentielle à bord d’un hélicoptère lors de ce type de phase.

Nouvelle-Calédonie: campagne de tir au canon pour les Puma
Partager cet article
Repost0
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 13:35
Nouvelle-Calédonie : QUAD PRINCIPALS

 

13/12/2013 Ministère de la Défense

 

Du 3 au 5décembre 2013, le général de brigade Luc de Revel – COMSUP FANC – a participé à la rencontre annuelle du « quadrilateraldefence coordinating group » (QUAD) de niveau « principals » (officiers généraux).Il était accompagné d’une délégation de l’état-major interarmées des forcesarmées de la Nouvelle-Calédonie (FANC) et d’un officier des forces armées enPolynésie française (FAPF).

 

Le QUAD est un forum de discussion réunissant l’Australie, la Nouvelle-Zélande, les Etats-Unis et la France. Son objectif vise à organiser la coordination des actions de coopération et de défense au profit des Etats insulaires du Pacifique. Cette session, qui se tenait à Canberra(Australie), a permis de consolider de manière pérenne la stratégie despartenaires, centrée sur la sécurité maritime dans le Pacifique Sud et en particulier sur la surveillance des pêches.

 

Le QUAD constitue un dispositif essentiel pour accompagner les Etats insulaires du Pacifique dans l’exercice de leur sécurité maritime, notamment pour la surveillance de leur zone économique exclusive.Pour la France, la participation à ces instances régionales estl’occasion de conforter sa position de contributeur de premier plan au maintien de la sécurité en zone Pacifique et de se positionner comme un partenaire important de la coopération régionale.

 

La réunion annuelle des « principals » se tient parallèlement à une session semestrielle de type « ateliers de travail opérationnels » (operational working group - OWG) dont le but est demettre en pratique la stratégie et les orientations déterminées par les officiers généraux. La prochaine session de niveau « OWG »aura lieu en mars 2014 à Honiara, sur l’île de Guadalcanal où est localisé le quartier général de la Forum Fisheries Agency.

 

La prochaine réunion du QUAD, niveau « Principals »,se tiendra à Wellington (Nouvelle-Zélande) du 3 au 5 décembre 2014.

 

Sur le« théâtre Pacifique », les FAPF et des FANC ont pour principales missions d’affirmer la souveraineté de la France, d’animer la coopération régionale et d’entretenir des relations privilégiées avec l’ensemble des pays riverains de la zone Pacifique. Les FANC constituent le point d’appui central du « théâtre Pacifique» avec un dispositif interarmées centré sur un groupement tactique interarmes (GTIA) et les moyens de projection associés. Les FAPF quant à elles constituent un dispositif interarmées à dominante maritime.

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2013 6 21 /09 /septembre /2013 11:35
Nouvelle-Calédonie : exercice Tafakula 2013 au royaume des Tonga

20/09/2013 Sources : EMA

 

Du 30 août au 14 septembre 2013, une section du régiment d’infanterie de marine du Pacifique (RIMaP) des forces armées de la Nouvelle-Calédonie (FANC) a participé à l’exercice tongien Tafakula.

 

La section du RIMaP a été engagée aux côtés d’une section locale des HMAF « His Majesty’s Armed Forces », et d’une section d’US marines, issue du contingent américain tournant stationné à Darwin, en Australie. Le détachement français était renforcé par une équipe du service de santé des FANC qui a assuré le soutien sanitaire de tous les participants de l’exercice et dispensé des soins au profit du personnel du camp militaire tongien de Taliai

 

La première semaine a été consacrée à l’entraînement, à l’instruction et au sport, afin d’approfondir la connaissance mutuelle, de partager les procédures et savoir-faire propres à chaque nation. Des échanges de groupes de combat entre les sections ont permis de renforcer la cohésion des participants. Cette phase de l’exercice s’est achevée par une séance de tir aux armes légères d’infanterie sur l’île de Motutapu, située à une heure de navigation de la capitale Nuku’Alofa. La section du RIMaP a pu, à cette occasion, utiliser l’armement des autres détachements et montrer ses méthodes de travail, notamment dans le domaine du tir de combat.

 

Le scenario de l’exercice, qui s’est déroulé lors de la deuxième semaine, simulait une opération d’assistance humanitaire faisant suite à une catastrophe naturelle. Après avoir évacué la population située sur une zone touchée par un tsunami, chaque section a mené des actions de sécurisation dans son secteur de responsabilité. L’exercice s’est achevé par une manœuvre de combat interalliée de niveau compagnie.

 

Ces deux semaines ont permis de renforcer les liens entre les militaires des trois nations ainsi que la coopération interalliée.

 

Les FANC constituent le point d’appui central du « théâtre Pacifique» avec un dispositif interarmées centré sur un groupement tactique interarmes (GTIA) et les moyens de projection associés. Avec les forces armées en Polynésie Française (FAPF), dispositif interarmées à dominante maritime, les FANC ont pour principale mission d’assurer la souveraineté de la France dans leur zone de responsabilité, d’animer la coopération régionale et d’entretenir des relations privilégiées avec l’ensemble des pays riverains de la zone pacifique. Dans le cadre de leur mission, les FANC engagent régulièrement leurs moyens pour des opérations d’aide aux populations, en appui des autres services de l’Etat.

Nouvelle-Calédonie : exercice Tafakula 2013 au royaume des TongaNouvelle-Calédonie : exercice Tafakula 2013 au royaume des Tonga
Nouvelle-Calédonie : exercice Tafakula 2013 au royaume des TongaNouvelle-Calédonie : exercice Tafakula 2013 au royaume des TongaNouvelle-Calédonie : exercice Tafakula 2013 au royaume des Tonga
Nouvelle-Calédonie : exercice Tafakula 2013 au royaume des TongaNouvelle-Calédonie : exercice Tafakula 2013 au royaume des Tonga
Partager cet article
Repost0
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 07:35
FANC : ravitaillement du plot carburant de Walpole

13/09/2013 Sources : EMA

 

Les 3 et 4 septembre 2013, la frégate de surveillance Le Vendémiaire a effectué une mission d’approvisionnement sur l'îlot Walpole.

 

L’îlot Walpole est un rocher inhabité situé à 200 kms au sud-est de la Nouvelle-Calédonie. Sur cet ilot où s’exerce la souveraineté française est positionné un plot de ravitaillement carburant, utile pour la réalisation des missions de surveillance maritime et de service public. Il sert également de point de ravitaillement pour augmenter le rayon d’action des aéronefs de l'armée de l'air basés à Tontouta et leur permettre d’opérer sur les iles de Matthew et Hunter, deux autres îlots français situés encore plus à l'est.

 

En tant que forces de souveraineté, les forces armées en Nouvelle-Calédonie ont pour mandat d’assurer des missions de de lutte contre les trafics illicites, de police des pêches, de lutte contre la pollution, de sauvetage en mer  et d’évacuation sanitaire. Dans ce cadre, elles ont la responsabilité d’assurer régulièrement le ravitaillement de ce type de plot.

 

La frégate Le Vendémiaire stationnée à Nouméa, a ainsi embarqué un hélicoptère Puma de l'armée de l'Air et un détachement du service des essences des armées pour se rendre à proximité de l’îlot. Compte tenu de la présence de falaises hautes et abruptes, de l’absence de route et d’infrastructure permettant l’accostage des navires, seul l’hélicoptère permet un accès rapide et efficace pour assurer les ravitaillements.

 

Les FANC constituent le point d’appui central du« théâtre Pacifique» avec un dispositif interarmées centré sur un groupement tactique interarmes (GTIA) et les moyens de projection associés. Avec les forces armées en Polynésie Française (FAPF), dispositif interarmées à dominante maritime, les FANC ont pour principale mission d’assurer la souveraineté de la France dans leur zone de responsabilité, d’animer la coopération régionale et d’entretenir des relations privilégiées avec l’ensemble des pays riverains de la zone pacifique. Dans le cadre de leur mission, les FANC engagent régulièrement leurs moyens pour des opérations d’aide aux populations, en appui des autres services de l’Etat.

FANC : ravitaillement du plot carburant de Walpole
FANC : ravitaillement du plot carburant de Walpole
FANC : ravitaillement du plot carburant de Walpole
Partager cet article
Repost0
4 septembre 2013 3 04 /09 /septembre /2013 06:35
Nouvelle-Calédonie: participation française à l’opération « Pacific Partnership »

03/09/2013 Sources : EMA

 

Du 25 juillet au 15 août, les forces armées de la Nouvelle-Calédonie (FANC) ont poursuivi leur participation à l’opération « Pacific Partnership 2013 » en engageant un hélicoptère de type Puma.

 

« Pacific Partnership » est une opération récurrente à vocation humanitaire destinée à venir en aide aux populations des pays du Pacifique Sud. Cette année, les missions de natures variées (soutien sanitaire et vétérinaire, déminage, formation et coopération régionale, rénovation d’infrastructures publiques, prévention contre les catastrophes naturelles) sont conduites  notamment au royaume des Tonga, en Papouasie-Nouvelle Guinée et sur les îles Marshall.

 

Nouvelle-Calédonie: participation française à l’opération « Pacific Partnership »

Un hélicoptère Puma de l’escadron de transport 52 « Tontouta » des FANC et un équipage renforcé ont embarqué le 25 juillet à Nouméa sur un bâtiment australien le « New Zeland Ship (HMNZS)* Canterbury » pour participer à l’opération « Pacific Partnership 2013 »  en Papouasie Nouvelle-Guinée. Cette opération consistait essentiellement à apporter un soutien médical aux populations et à procéder à des rénovations d’infrastructures civiles. Les FANC y ont donc contribué en fournissant un soutien logistique aérien aux détachements néo-zélandais, australiens et américains.

 

Après deux jours d’entraînement destinés à valider des procédures de travail entre le Puma et le « Canterbury », les missions de transport de personnel et de fret sous élingue se sont enchainées pendant près de deux semaines. Environ 65 tonnes de matériel ont ainsi été délivrées au cœur même des villages et près de 400 personnes ont été transportées pour permettre la rénovation des infrastructures. Près de 65 heures de vol ont été nécessaires pour mener à bien cette opération.

 

Les FANC constituent le point d’appui central du « théâtre Pacifique» avec un dispositif interarmées centré sur un groupement tactique interarmes (GTIA) et les moyens de projection associés. Avec les forces armées en Polynésie Française (FAPF), dispositif interarmées à dominante maritime, les FANC ont pour principale mission d’assurer la souveraineté de la France, d’animer la coopération régionale et d’entretenir les relations privilégiées avec l’ensemble des pays riverains de la zone pacifique. Conformément à leur mission, les FANC engagent régulièrement des moyens pour des opérations d’aide aux populations, en appui des services de secours civils. 

 

* HMNZS : Her Majesty New Zealand Ship

Nouvelle-Calédonie: participation française à l’opération « Pacific Partnership »
Nouvelle-Calédonie: participation française à l’opération « Pacific Partnership »
Nouvelle-Calédonie: participation française à l’opération « Pacific Partnership »
Nouvelle-Calédonie: participation française à l’opération « Pacific Partnership »
Nouvelle-Calédonie: participation française à l’opération « Pacific Partnership »
Partager cet article
Repost0
11 juillet 2013 4 11 /07 /juillet /2013 11:35
Le PPSD de Nouvelle-Calédonie : un poste atypique

11/07/2013 DPSD

 

Territoire morcelé et situé aux antipodes de la métropole, la Nouvelle-Calédonie représente de nombreux enjeux pour la France, seule nation européenne dans la région…

 

Eloignée de 18 000 km de la métropole, la Nouvelle-Calédonie est un territoire morcelé entre la Grande terre, les îles Loyauté (1), les îles Belep et l’île des Pins. La zone de responsabilité du poste PSD inclut également l’archipel de Wallis et Futuna. Dans cet espace, la souveraineté française s’étend jusqu’aux îlots Matthew et Hunter à environ 300 km de l’archipel. Ces îlots inhabités, d’une superficie inférieure à 1 km2, sont régulièrement revendiqués par le Vanuatu (2), source potentielle de discorde diplomatique.

 

La France est la seule nation européenne présente dans l’océan Pacifique sud face aux puissances régionales que sont l’Australie et la Nouvelle–Zélande. De plus, les nombreux petits États océaniens environnants sont instables politiquement et parfois peu sensibles au principe de bonne gouvernance.

 

Les États-Unis sont présents dans cette zone (3)  et des escales ont régulièrement lieu dans le cadre du Pacific partnership. La Chine, consciente des richesses potentielles en nickel (4) du « caillou », s’est rapprochée de la province Nord avec laquelle des accords économiques sont en cours de finalisation.

 

Dans les années 80, la Nouvelle-Calédonie a connu une succession de crises violentes et d'événements dramatiques qui ont ébranlé son fragile équilibre. Bien que les grandes puissances australienne et néo-zélandaise lui reconnaissent aujourd’hui une certaine stabilité politique, elles continuent d’observer attentivement l’évolution du processus politique engagé. Celui-ci pourrait déboucher, à partir de 2014, sur un référendum sur l’avenir du territoire avec une possible accession à la pleine souveraineté.

 

Dans ce cadre, le poste de Nouméa assure une veille permanente des éventuelles actions subversives externes. Le 14 juillet 2012 avait d’ailleurs été l’occasion pour certains de mettre en place une marche citoyenne en opposition au défilé républicain traditionnel.

Le PPSD de Nouvelle-Calédonie : un poste atypique

Dans le même esprit, des collectifs se constituent pour affirmer leur position. Par ailleurs, les sociétés locales disposent de capacités importantes de blocage pouvant impacter les FANC (5) notamment au niveau du soutien, étant donné l’éloignement géographique.

 

Dans ce contexte particulier, le poste apporte au général COMSUP son analyse sur les vulnérabilités pour lui permettre de prendre les mesures adéquates. En effet, les subversions externes peuvent rapidement impacter les capacités opérationnelles des forces et le moral des 3000 personnes qui composent la communauté de défense.

 

 

(1) Ouvéa, Lifou, Maré

(2) Ce dossier a trouvé un nouvel écho en 2010.

(3) 7ème flotte

(4) Aussi appelé « or vert »

(5) Forces armées de la Nouvelle-Calédonie

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories