Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 08:55
Les dirigeants de Paul Boyé Technologies confirment le rachat imminent de l'entreprise par Nexter Systems

 

13/02/2014 Marie Vivent — ObjectifNews.com

 

Paul Boyé Technologies, entreprise spécialisée dans les vêtements de protection et de sécurité pour la Défense et la Sécurité civile, sera bel et bien rachetée dans le courant de l’année 2014 par le groupe Nexter Systems. Les dirigeants de l'entreprise familiale basée au Vernet (31) l'ont confirmé ce jeudi 13 février. Jacques et Philippe Boyé ont également dressé leur bilan 2013 et exposé leurs perspectives pour 2014.

 

Le groupe Nexter Systems, fournisseur de systèmes et de munitions pour les armées, avait annoncé, dans un communiqué en décembre dernier, être "en négociations pour l’acquisition de Paul Boyé SA, dans le cadre du développement de son pôle Équipements". L’objectif : "constituer un leader européen du NRBC (nucléaire, radiologique, bactériologique et chimique)". "C’est notre activité NRBC qui les intéresse, confirme Jacques Boyé ce jeudi 13 février. Nous concevons des tenues, des accessoires et des équipements de protection nucléaire, biologique et chimique. Ces produits s’adressent aux armées, aux forces spéciales, à la sécurité civile ou encore à la médecine d’urgence." Pour les dirigeants, il fallait saisir cet intérêt de Nexter Systems, car "nous sommes une société familiale. Nous sommes la 3e génération mais il n’y a pas de 4e génération qui peut reprendre le flambeau."

"Les discussions sont en cours avec Nexter Systems", affirme Jacques Boyé. "Le contrat de cession devrait être signé cette année", ajoute son frère Philippe, sans donner de date précise. Ce dernier souligne qu’il s’agit "juste d’un changement de propriétaire. Jacques et moi ne partirons pas. Et cela n’aura pas d’incidence sur nos salariés (240 au total, NDLR)."

Un nouvel ensemble pour "s’imposer sur le marché international"
De son côté, dans son communiqué, Nexter Systems espère qu’un accord définitif entre les deux sociétés sera signé "au début de l’année 2014 après l’obtention des accords des instances et autorités concernées". Toujours selon ce communiqué, "le nouvel ensemble serait en capacité de s’imposer sur le marché international. Il permettrait d’initier de nouveaux programmes R&D, de générer de nombreuses synergies et d’améliorer l’offre et la compétitivité de sa gamme élargie de systèmes et de produits, tant dans le domaine de la défense que dans celui de la protection civile."

Outre cette annonce à la presse ce jeudi 13 février, les dirigeants de Paul Boyé Technologies ont également dressé le bilan de l’année qui vient de s’écouler. En 2013, le chiffre d’affaires s’établit à 61,8 M€, soit 30 % de plus qu’en 2012. Le plus gros marché de l’entreprise est celui de la gendarmerie nationale (30 % du CA). "Paul Boyé Technologies fournit les tenues des 120.000 gendarmes nationaux, détaille Jacques Boyé. Nous traitons les commandes individuelles et les expédions directement dans les gendarmeries de France et d’Outre-mer. En 2013, à la demande de la gendarmerie nationale, nous avons augmenté notre capacité de traitement logistique pour intégrer la gestion des effets d’habillement des corps spécialisés : motocyclistes, maintien de l’ordre, montagne, hélicoptère et maritime." Au total, 6 M€ ont été investis par les dirigeants dans cette activité.

 

Le site de Labarthe-sur-Lèze s’agrandit en 2014
Toutefois, Paul Boyé Technologies pourrait perdre ce marché cette année. "Nous avons signé un contrat de 3 ans en 2011, renouvelable une fois, rappelle Philippe Boyé. Or, en 2014, la gendarmerie a décidé de repasser un appel d’offres, ce qui nous inquiète car nous sommes soumis à la concurrence." "Nous sommes en face de 4 concurrents, complète Jacques Boyer. Ce sont des gros groupes, comme Ineo Suez." La gendarmerie nationale devrait rendre sa décision au mois de mars.

Malgré cette incertitude, les dirigeants de Paul Boyé Technologies misent sur un chiffre d’affaires de 83,5 M€ pour 2014. Cette année, ils prévoient également de regrouper toutes les activités de l’entreprise sur le site de Labarthe-sur-Lèze, de 13.000 m2, qui héberge le centre logistique d'où sont expédiées les tenues des gendarmes (le siège et l’activité R&D se situent actuellement au Vernet). "Nous pouvons encore construire des bâtiments et agrandir notre site de 5.000 à 6.000 m2", conclut Jacques Boyé.

Partager cet article
Repost0
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 19:30
La destruction des armes chimiques en Syrie prend trop de retard, selon Paris

 

 

04 février 2014 Par RFI

 

La France a décidé de hausser le ton dans le dossier des armes chimiques détenues par la Syrie. Dans un entretien accordé ce mardi 4 février aux médias français, Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères a reproché à Damas de « freiner» sur la destruction de ces armes, alors même que le gouvernement syrien doit se conformer à l'accord conclu en septembre dernier. Selon des chiffres révélés par la France et par les Etats-Unis, seuls 5% des armes chimiques syriennes ont quitté le territoire à ce jour.

 

Après Washington, qui était montée au créneau vendredi dernier, c'est Paris qui a décidé de mettre la pression sur le gouvernement syrien. Damas aurait dû aller plus vite pour évacuer les éléments chimiques en sa possession. Laurent Fabius, le chef de la diplomatie française, a réaffirmé sur la radio France Info que le régime syrien doit respecter ses engagements : « Le gouvernement freine sur la destruction des armes chimiques. Dans les notes que j'ai vues hier, c'est seulement 5% des armes chimiques qui sont en train de sortir de Syrie alors qu'au 1er février, on devait être à 100%. Donc il y a nécessité que le gouvernement de Bachar el-Assad respecte les engagements qu'il a pris sur la destruction des armes chimiques ».

 

Des sanctions pour Damas ?

 

Pour l'heure, Washington et Paris refusent de préciser si des sanctions pourraient être prises à l'encontre de Damas. Il faut dire que d'éventuelles sanctions ne pourraient être décidées qu'avec l'aval de la Chine et de la Russie. Or, Moscou n'a cessé ces derniers jours de justifier les retards pris par le régime syrien. Pour la Russie, ces retards sont dus à des problèmes de sécurité et de logistique, et il serait donc inutile, voire contre-productif d'exercer une pression politique à l'égard de la Syrie dans ce dossier.

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 18:30
La Syrie sans doute capable de produire des armes biologiques

 

29 janvier 2014 Romandie.com (AFP)

 

WASHINGTON - Le régime syrien, dont le stock d'armes chimiques est en cours de démantèlement, est sans doute capable de mener une production limitée d'armes biologiques, a déclaré mercredi le directeur du renseignement américain (DNI) James Clapper.

 

Nous pensons que des éléments du programme d'armes biologiques syriennes ont passé le stade de la recherche et du développement, et que la Syrie est sans doute capable de mener une production limitée, a estimé M. Clapper dans son témoignage écrit aux sénateurs de la commission du Renseignement.

 

C'est la première fois qu'un haut responsable américain évoque ouvertement la menace potentielle posée par les armes biologiques du régime de Bachar al-Assad.

 

La communauté internationale s'est à ce stade cantonnée à faire pression sur le régime pour qu'il se débarrasse de son stock d'armes chimiques. Ces armes, utilisées à plusieurs reprises depuis le début du conflit, doivent être détruites d'ici le 30 juin.

 

Les 16 agences de renseignement américaines, que chapeaute le DNI, considèrent que Damas n'a pas réussi à militariser des agents biologiques, c'est-à-dire à les stocker dans des bombes ou des missiles qui assureraient leur dispersion en explosant.

 

Mais la Syrie possèdent des armes conventionnelles qui pourraient être modifiées pour répandre des agents biologiques, a mis en garde M. Clapper, qui n'a pas précisé la quantité d'armes biologiques ou le type d'agents que Damas est soupçonné de posséder.

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 17:30
14 firmes privées (dont 2 de France) sur les rangs pour détruire 500 t de produits chimiques syriens


20.01.2014 par Philippe Chapleau – Lignes de Défense


L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) avait lancé un appel aux entreprises privées susceptibles de détruire le stock de produits chimiques de la Syrie. Cliquer ici pour lire mon post du 28 novembre dernier.

L'OIAC a diffusé ce lundi la liste de 14 entreprises qui ont répondu à cet appel d'offres. Voici cette liste telle que transmise par l'OIAC:
1 Airbus Defense & Space France
2 Augean PLC UK
3 China National Chemical Corporation China
4 Vector – N LLC Russia
5 Dottikon AG Switzerland
6 EkoKem OY AB Finland
7 InnoSepra USA
8 Pan Gulf Industrial Systems Saudi Arabia
9 Paragon Waste Solutions USA
10 Séché-Environment Group France
11 SITA Iberica Spain
12 TM Deer Park Services USA
13 Veolia Environmental Services USA
14 (Temporary Association) Verein,Veolia, Remondis, and Indaver UK, Germany, Belgium

Deux entreprises françaises donc : Séché Environnement et Airbus Defense & Space (qui regroupe Airbus Military, Astrium et Cassidian). Et deux filiales étrangères de Veolia.

Le résultat de l'appel d'offres sera communiqué au début du mois de février.

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 12:30
Veolia va détruire des produits chimiques syriens

16.01.2014 JDD
 

L'info. Ce sera un groupe français. Veolia Environnement a été retenu par le gouvernement britannique pour détruire 150 tonnes de produits chimiques dans un incinérateur au Royaume-Uni, a annoncé jeudi le groupe français.

 

Des produits chimiques industriels. Le géant de la gestion des déchets et de l'eau précise dans un communiqué qu'il ne s'agit pas directement d'armes chimiques mais de "précurseurs B", des produits chimiques industriels. Ceux-ci ne peuvent servir à des armes neurotoxiques qu'après avoir été mélangés à d'autres produits, des "précurseurs A". Le Royaume-Uni s'était engagé le 20 décembre dernier à détruire 150 tonnes de produits ainsi qu'à dépêcher un navire pour contribuer au désarmement chimique de la Syrie.

 

Produits chimiques couramment utilisés. "Le lot de produits chimiques "précurseurs B" sera traité, dans le respect des règles de sécurité en vigueur, à l'usine d'incinération Veolia de Ellesmere Port", près de Liverpool dans le nord-ouest de l'Angleterre, écrit le groupe. "Les "précurseurs B" sont des produits chimiques couramment utilisés dans l'industrie pharmaceutique, notamment au Royaume-Uni, et sont de même nature que les matériaux industriels standards traités en toute sécurité et de manière régulière à Ellesmere Port", souligne Veolia. Malgré son objet hautement symbolique et diplomatique, le contrat ne devrait pas être d'un montant économiquement significatif, dans cette usine qui incinère 100.000 tonnes de déchets par an.

"Les produits chimiques seront traités en conformité avec les exigences rigoureuses du permis environnemental strict de l'usine", assure Veolia. Ce contrat entre dans le cadre de la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU prévoyant le désarmement chimique de la Syrie. Les armes chimiques syriennes elles-mêmes doivent être détruites à bord du MV Cape Ray, un navire américain spécialement équipé pour leur destruction. L'Italie a choisi jeudi le port de Gioia Tauro, en Calabre, pour assurer le transfert de l'arsenal chimique syrien.

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2014 4 16 /01 /janvier /2014 18:50
Syrie: les armes chimiques transbordées dans un port italien (ministre)

 

 

ROME, 16 janvier - RIA Novosti

 

Les armes chimiques syriennes seront acheminées vers le port italien de Gioia Tauro, en Calabre, pour être transbordées sur le navire américain Cape Ray en vue de leur destruction, a déclaré jeudi le ministre italien des Transports Maurizio Lupi lors d'un discours devant un groupe de députés et de sénateurs.

 

Le transbordement sera effectué dans le strict respect des mesures de sécurité et prendra 48 heures tout au plus.  Selon le ministre, les conteneurs renfermant les substances chimiques "ne toucheront pas le sol italien". L'opération est prévue fin janvier ou début février lorsque le Cap Ray entrera en Méditerranée.

 

Le directeur général de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), Ahmet Uzumcu, a déclaré jeudi lors d'une conférence de presse à Rome que les arsenaux chimiques syriens ne seraient pas détruits avant juin en raison de problèmes sécuritaires et logistiques.

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2014 4 16 /01 /janvier /2014 17:50
photo 2e RD

photo 2e RD


16/01/2014 L. Picard  - DICoD

 

Depuis le 1er janvier 2014 et pour une durée d'un an, la France est à tête de la composante terrestre de la Nato Response Force (NRF), la Force de réaction rapide de l'OTAN. Parmi les unités qui composent cette force de réaction rapide, le bataillon de défense NRBC (Nucléaire, radiologique, biologique et chimique) est placé directement sous le commandement du Joint Force Headquarters, le quartier général de la Force interalliés de l'OTAN. Réunissant près de 600 hommes issus de cinq nations, le bataillon est placé cette année sous la direction française du 2e régiment de Dragons. Il peut être amené à intervenir sur préavis de 5 à 30 jours sur différentes situations : la reconnaissance en milieu NBC, des opérations de décontamination, ainsi que des missions d'évaluations, de détection et de surveillance. Au-delà de ses missions opérationnelles, le bataillon NRBC est également force de conseils auprès du commandement des forces.

 

En novembre dernier, une grande partie des unités appelées pour la prise d'alerte NRF 2014 se sont réunies en Pologne, sur le camp militaire de Drawsko-Pomorskie, à l'occasion de l'exercice interalliés "Steadfast Jazz". Exercice de grande ampleur réunissant une vingtaine de nationalités, il visait à certifier et valider le degré de préparation des forces désignées pour la prise d'alerte NRF 2014. L'occasion pour le bataillon NRBC d'entreprendre des manœuvres de grande ampleur.

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2014 3 15 /01 /janvier /2014 12:30
La Russie active dans le processus d'élimination des produits chimiques de Syrie

 

 

2014-01-14 xinhua

 

Les navires de guerre russes participent activement à l'élimination des armes chimiques de Syrie, a rapporté mardi le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou.

 

"Actuellement, la Russie, en collaboration avec la communauté internationale, mène une phase d'embarquement et de transport naval sécuritaires des armes chimiques syriennes", a indiqué M. Choïgou lors d'une téléconférence au Centre de situation du ministère de la Défense.

 

Les navires de la marine russe déployés en mer Méditerranée, incluant le croiseur porte-missiles Pierre le Grand, assurent la sécurité des navires norvégiens et danois transportant des composantes d'armes vers leur site de destruction, à partir du port syrien de Latakia.

 

Le premier lot de matériel a été expédié le 7 décembre, entamant une phase cruciale d'un programme de désarmement soutenu par la communauté internationale.

 

Plus tôt en décembre, la Russie a offert à Damas 75 véhicules et autre équipement pour aider au transport et à l'élimination des armes chimiques.

 

Selon un échéancier approuvé par l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques, les substances chimiques les plus toxiques doivent être sorties du pays avant le 30 juin.

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 08:50
L’Allemagne se joint aux efforts de destruction de l'armement chimique syrien

 

09.01.2014 Le Monde.fr (AFP)

 

Deux jours après l'évacuation tardive du premier chargement d'armes chimiques syriennes par un navire danois, l'Allemagne a annoncé jeudi 9 novembre que des résidus allaient être détruit sur son territoire. C'est « à la demande de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques [OIAC] » que le gouvernement fédéral a pris sa décision, estimant « que l'Allemagne était prête à contribuer de manière substantielle », ont affirmé les ministères allemands des affaires étrangères et de la défense, dans un communiqué commun.

 

« L'Allemagne dispose d'une technologie sûre et d'une longue expérience dans le domaine de la destruction de résidus d'armes chimiques. Il est judicieux que nous mettions ce savoir-faire à la disposition de la communauté internationale et qu'ainsi nous puissions contribuer de manière significative au processus de paix [en Syrie] », a expliqué la ministre de la défense, Ursula von der Leyen, citée dans le communiqué.

 

La mise en œuvre pratique de cette destruction sera prise en charge par la Société fédérale pour le traitement des armes et résidus d'armement chimiques (GEKA), sise à Munster, dans le nord de l'Allemagne, précise le document.

 

UN PROCESSUS DE DÉSARMEMENT COMPLEXE

 

Le processus de déconstruction de l'arsenal chimique syrien résulte d'un accord russo-américain, approuvé par l'ONU, qui a permis d'éviter des frappes militaires américaines en Syrie. Washington tient en effet le régime de Bachar Al-Assad pour responsable des attaques chimiques du 21 août.

 

Jusqu'ici l'accord prévoyait que deux cargos, escortés par les navires militaires norvégien et danois, chargent les agents chimiques au port syrien de Lattaquié, les acheminant ensuite vers un port italien. La destruction des agents chimiques les plus dangereux devaient être réalisée dans les eaux internationales sur un navire spécialisé de la marine américaine, le MV Cape-Ray. Des sociétés privées devaient se charger des agents chimiques moins dangereux, la totalité de l'arsenal chimique syrien devant être détruite d'ici le 30 juin.

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 08:30
Syrie: les rebelles attaquent des stocks d'armes chimiques

 

MOSCOU, 9 janvier - RIA Novosti

 

Le gouvernement syrien a informé le Comité exécutif de l'OIAC de deux attaques lancées par des rebelles contre des entrepôts refermant des composants d'armes chimiques, a annoncé jeudi la chaîne de télévision iranienne Al-Alam, citant une source au sein des milieux diplomatiques européens.

 

Selon la chaîne, lors d'une réunion tenue mercredi à La Haye, le représentant syrien à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), Bassam al-Sabah, a fait état des attaques perpétrées contre des entrepôts dans la région de Homs et en banlieue de Damas. Cependant, a-t-il ajouté, les autorités syriennes ont repoussé les assaillants. M. al-Sabah n'a fourni aucune précision quant à la date des attaques et à l'identité de leurs auteurs.

 

Selon l'interlocuteur de la chaîne de télévision, "si les terroristes avaient réalisé leur projet, cela aurait été une catastrophe".

 

Fin 2013, le ministère syrien des Affaires étrangères a annoncé que le 21 décembre, un entrepôt renfermant des composants d'armes chimiques avait été attaqué par des terroristes et que cette attaque avait été repoussée par les troupes gouvernementales syriennes. Le ministère a également fait savoir qu'une autre attaque avait été perpétrée en banlieue de Damas par des combattants du Front al-Nosra. Les terroristes ont tenté de pénétrer sur le territoire du site à bord de véhicules blindés chargés d'une quantité importante d'explosifs. Les militaires ont réussi à faire exploser l'un de ces véhicules près des portes de l'entrepôt. La détonation a fait quatre morts et 28 blessés.

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 13:30
Syrie : les premiers containers de produits chimiques ont quitté Lattaquié

 

08.01.2014 Par Olivier Berger, grand reporter à La Voix du Nord – Défense Globale

 

Un vaisseau danois, le Ark Futura, a quitté mardi 7 janvier le port de Lattaquié en Syrie. A son bord, une douzaine de containers de produits chimiques considérés par la mission de l'OIAC (Organisation pour l'interdiction des armes chimiques)-Nations Unies comme prioritaires car les plus toxiques.

 

C'est le premier chargement dans le démantèlement de l'arsenal chimique syrien... Il est à destination d'un navire américain spécialement équipé (photo US Navy) pour détruire les produits en mer.

 

Quatre navires (danois et norvégiens) doivent transporter progressivement les 290 tonnes d'armes chimiques et les plus de 1 000 tonnes d'agents chimiques déclarés par le régime de Damas (oui, la sensation est étrange de devoir se fier à Bachar Al-Assad mais il faut bien commencer).

 

Pour ce premier " voyage ", les produits chimiques de " priority one " ont été prélevés de deux sites (sur 23), transporté par des camions blindés russes et chargé à bord du vaisseau danois dans le port de Lattaquié. Les Etats-Unis ont livré au port syrien du matériel de transport et de décontamination. La Chine a fourni dix ambulances et des caméras de surveillance et la Finlande une équipe de réaction rapide en cas d'accident. « C'est une étape importante de commencer le transport de ces matières dans le cadre du plan », a déclaré le directeur général de l'OIAC, Mehmet Üzümcü.

 

Tout a été minutieusement préparé et même mis en scène en concordance avec la résolution 2 118 du Conseil de sécurité et les décisions du conseil de l'OIAC qui stipule que tout le programme d'armemement chimique doit être détruit d'ici le 30 juin 2014.

 

Le premier chargement, escorté par des navires russes, chinois, norvégien et danois, doit être transféré sur un bateau américain. Le roulier MV Cape Ray a été spécialement équipé (structures de destruction par hydrolise), dans son port de Norfolk en Virginie, pour détruire des armes chimiques en mer. Il doit appareiller d'Italie pour détruire les armes dans les eaux internationales.

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 18:30
L'arsenal chimique détenu par Damas - Service Infographie du Figaro

L'arsenal chimique détenu par Damas - Service Infographie du Figaro

07.01.2014 Romandie.com (ats)

 

Le premier chargement de matériel chimique a été évacué de Syrie conformément à l'accord sur la destruction de l'arsenal chimique de Damas, a affirmé mardi la mission chargée de cette tâche. La sécurité du transport est assurée par des navires donnés par la Chine, le Danemark, la Norvège et la Russie.

 

"Une première quantité de matériel chimique de première importance a été retirée de deux sites, transportée au port de Lattaquié pour vérification puis chargée aujourd'hui sur un navire commercial danois", a souligné dans un communiqué la mission conjointe ONU - Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

 

Le texte indique que le navire s'est rendu vers les eaux internationales et devrait y rester "dans l'attente de l'arrivée dans le port d'autres agents chimiques importants".

 

"Ce mouvement initie le processus de transfert d'agents chimiques de la République arabe syrienne à des endroits hors de son territoire en vue de leur destruction", poursuit la mission.

 

Détruites en mer

 

La coordinatrice de la mission, Sigrid Kaag, devrait informer mercredi le Conseil de sécurité de l'ONU sur les derniers progrès de l'opération.

 

Conformément au plan de démantèlement de l'arsenal chimique syrien approuvé par le Conseil de sécurité en septembre, la totalité de l'arsenal chimique syrien doit être détruite avant le 30 juin.

 

Les composants chimiques doivent être rassemblés dans le port syrien de Lattaquié puis transportés jusqu'en Italie. Là, ils doivent être transférés à bord d'un navire de la marine américaine spécialement équipé pour les détruire en mer.

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 13:30
La Chine salue l'assistance de Chypre dans la mission de transport des armes chimiques syriennes

 

 

06/01/2014 Dai Ying(Xinhua)

 

La Chine a salué chaleureusement l'assistance accordée par Chypre à la frégate chinoise chargée d'escorter les navires transportant les armes chimiques syriennes, a déclaré mardi une porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

 

La frégate Yancheng est arrivée le 4 janvier au port de Limassol dans le sud de Chypre et a été accueillie par l'ambassadeur de Chine à Chypre Liu Xinsheng, le ministre chypriote de la Défense Fotis Fotiou et des ressortissants chinois.

 

"La partie chypriote a fourni une assistance, les installations nécessaires et un soutien logistique à la frégate chinoise", a précisé la porte-parole chinoise Hua Chunying lors d'un point de presse.

 

"La Chine salue cette assistance qui témoigne non seulement de l'amitié entre la Chine et Chypre, mais aussi du soutien de Chypre à cette mission de sécurité internationale", a déclaré Mme Hua.

 

"Nous sommes convaincus que le transport et le retrait des armes chimiques syriennes se dérouleront en douceur et en toute sécurité grâce aux efforts conjoints de la communauté internationale", a-t-elle conclu.

 

Des navires chinois, russes, danois et norvégiens vont escorter les navires transportant les armes chimiques syriennes.

 

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 08:40
Syrie/armes chimiques: la Russie fournira du matériel à l'OIAC

 

MOSCOU, 18 décembre - RIA Novosti

 

D'ici la fin de l'année, la Russie fournira à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) la majeure partie du matériel dont cette dernière a besoin pour détruire les arsenaux chimiques de la Syrie, a annoncé mercredi à RIA Novosti une source au sein du ministère russe des Affaires étrangères.

 

"D'ici la fin de l'année, le gros du matériel russe sera acheminé en Syrie. D'ici quelques jours, nous livrerons des camions Kamaz et Oural", a déclaré l'interlocuteur de l'agence.

 

Selon lui, le transport d'armes chimiques hors des frontières syriennes pourrait demander plus de temps que prévu. Aux termes du plan élaboré par l'OIAC, les substances chimiques les plus dangereuses doivent être évacuées à titre prioritaire avant le 31 décembre 2013.

 

"D'après le plan de destruction, les composantes les plus dangereuses des armes chimiques - 500 à 600 tonnes de substances de catégorie 1 - doivent être retirées du territoire syrien, mais le fait est que cet échéancier est impossible à respecter. Un retard technique est possible. La situation en Syrie sortant de l'ordinaire, le délai initialement prévu s'est avéré irréaliste", a souligné la source diplomatique.

 

Selon elle, il faudra parcourir au total 500 km pour gagner le port de Lattaquié où les substances chimiques doivent être chargées à bord de navires qui les achemineront vers leur lieu de destruction.

 

"Une partie des routes sont contrôlées par des rebelles islamistes", a précisé l'interlocuteur de l'agence.

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 19:56
Nexter annonce l’acquisition prochaine de Paul Boyé Technologies.

 

18 décembre, 2013 Frédéric Lert (FOB)

 

Le spécialiste du véhicule blindé annonce aujourd’hui être entré en négociations exclusives avec l’entreprise Paul Boyé Technologies, spécialiste français de l’uniforme et de la protection de l’homme en conditions extrêmes. Pour Nexter, il s’agit d’étoffer son pôle équipements qui comprend déjà la filiale NBC-Sys. Avec cette acquisition, Nexter affiche l’ambition de constituer un groupe de dimension européenne dans le domaine des protections individuelles du combattant, notamment vis à vis des menaces NRBC, en jouant sur la complémentarité des deux sociétés : NBC-Sys est spécialisée dans les équipements de détection, de protection et de décontamination NRBC. La société Paul Boyé technologies installée en Haute Garonne est quant à elle implantée sur le marché des équipements textile et des effets de combat. Les deux entités réunies devraient atteindre 250 employés (210 pour Paul Boyé Technologies et une quarantaine pour NBC-Sys) et 100 M€ de chiffre d’affaires.

 

Pour Paul Boyé Technologies, ce rachat devrait permettre de résoudre la question de la succession de ses actuels dirigeants, les frères Philippe et Jacques Boyé. Leur société se retrouverait ainsi adossé à un groupe au capital étatique, jouant qui plus est un rôle pivot dans le programme Scorpion. Malgré une percée récente sur le marché américain pour la fourniture d’équipement NRBC et la réussite de son gilet pare-balles Tigre, vendu à plus de 10.000 exemplaires et utilisé au combat en Afghanistan et au Mali, la société Paul Boyé avait souffert ces dernières années de la baisse des commandes militaires et de la perte du marché d’équipement Félin.

 

Nexter annonce sa volonté de finaliser très rapidement les discussions en cours, ce qui ne devrait pas poser de problème, le capital de Paul Boyé Technologies étant familial. Pour Nexter, il s’agira de la deuxième acquisition menée à bien en l’espace de quelques semaines, après celle de SNPE/Eurenco en début de mois, avec à la clef l’ajout de quelque 500 personnes à l’effectif du groupe. Une preuve de plus de la politique dynamique de développement et de diversification menée par Nexter dans le secteur de la défense terrestre.

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 17:30
Syrie/armes chimiques: le Danemark et la Norvège mettent des navires à disposition

 

BRUXELLES, 18 décembre - RIA Novosti

 

Le Danemark et la Norvège mettront à disposition des navires pour transporter les armes chimiques syriennes vers un bâtiment américain chargé de les détruire en haute mer, a annoncé mercredi le directeur général de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) Ahmet Uzumcu.

 

"Le Danemark et la Norvège fourniront des navires et un soutien militaire pour le transport maritime des substances chimiques syriennes", a fait savoir M.Uzumcu dans un communiqué de presse.

 

Selon l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), les substances chimiques les plus dangereuses doivent quitter la Syrie avant le 31 décembre. Cette cargaison devrait être acheminée dans le port syrien de Lattaquié avant d'être chargée à bord du navire américain Cape Ray, chargé de la détruire en haute mer.

 

Les sites liés aux arsenaux chimiques syriens seront quant à eux progressivement détruits entre le 15 décembre 2013 et le 15 mars 2014

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 17:30
Syrie/armes chimiques: des camions blindés fournis par Moscou (journal)

 

MOSCOU, 18 décembre - RIA Novosti

 

Des camions blindés russes serviront à transporter les substances chimiques syriennes les plus toxiques au port de Lattaquié, a annoncé mercredi le journal britannique Guardian.

 

"La Fédération de Russie fournira des camions blindés, des citernes et d'autres matériels. La Russie a aussi promis d'accorder une autre aide financière et matérielle et de participer aux efforts visant à garantir la sécurité de la procédure de transfert sur le territoire et dans les eaux territoriales syriennes [des substances chimiques]", a indiqué le journal se référant au directeur général de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) Ahmet Uzumcu.

 

Prévue pour 2013, l'opération de transfert de 500 t de substances nécessaires pour la fabrication de gaz sarin et de conteneurs avec du gaz moutarde de 12 régions syriennes vers le port de Lattaquié durera 15 jours. Des navires norvégiens et danois transporteront ces substances chimiques dans un port italien. Le navire américain Cape Ray détruira ces armes chimiques dans les eaux neutres de la Méditerranée. Les navires norvégiens et danois rentreront ensuite en Syrie pour emporter des substances chimiques moins toxiques qui seront remises à des sociétés privées pour être détruites.

 

Des problèmes de sécurité et une mauvaise météo pourraient faire repousser la date limite de retrait des armes chimiques les plus nocives de Syrie, initialement fixée au 31 décembre 2013, a ajouté M.Uzumcu.

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 13:30
Le plan international pour sortir les agents chimiques de Syrie prend forme

 

18 décembre 2013 Romandie.com (AFP)

 

LA HAYE - Les agents chimiques syriens seront transportés hors du pays par convois suivis par des GPS américains, notamment dans des camions blindés russes sous la surveillance de caméra chinoises, a annoncé l'organisation chargée de superviser la mise en place de ce plan de destruction international.

 

Les détails du plan de destruction, premier en son genre, présentés par le directeur général de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) à la réunion du Conseil exécutif de l'organisation, ont été publiés mercredi.

 

Plusieurs pays avaient déjà rendu publiques leurs propositions d'aide, notamment les Etats-Unis, qui ont ainsi accepté de se charger d'une partie de la destruction des armes chimiques syriennes, de Catégorie Un, dont des agents chimiques nécessaires à la production de sarin ou de gaz moutarde.

 

La destruction des agents chimiques sera réalisée dans les eaux internationales sur un navire de la marine américaine, le MV Cape Ray.

 

Des navires danois et norvégien sont stationnés en Chypre, attendant de pouvoir escorter deux cargos, qui doivent récolter les agents chimiques au port de Lattaquié, sur la côte syrienne.

 

Les agents chimiques les plus dangereux devraient avoir quitté le territoire syrien le 31 décembre, mais des sources proches du dossier ont déclaré à l'AFP que ces objectifs ne seraient probablement pas respectés.

 

Les agents chimiques sont encore sur 12 sites disséminés sur le territoire syrien.

 

Ces cargos transporteront ensuite les agents chimiques vers un port italien, où ils seront embarqués sur le navire américain, avant de retourner à Lattaquié pour prendre en charge les derniers agents chimiques, moins dangereux, qui doivent être détruits par des sociétés.

 

La Finlande fournira des experts en décontamination et la Russie fournira des navires afin d'assurer la sécurité des opérations navales à Lattaquié et dans les eaux territoriales syriennes.

 

Les Etats-Unis fourniront également 3.000 conteneurs afin de transporter plus de 1.000 tonnes d'agents chimiques et de précurseurs, selon le directeur exécutif de l'OIAC, Ahmet Uzumcu.

 

En plus des caméras de surveillance nécessaires à la vérification du transport qui est sous la responsabilité du régime syrien, la Chine fournira 10 ambulances.

 

Le fonds mis en place pour soutenir ce plan ambitieux dispose actuellement de 9,8 millions d'euros, alors que le Japon a promis 15 millions de dollars supplémentaires.

 

Le rythme très serré de la mise en place du programme de destruction a ralenti récemment, notamment à cause d'une grève des douanes libanaises, de la météo ou des conditions de sécurité, a reconnu M. Uzumcu, mais même si des retards ne peuvent être exclus, l'organisation n'a pas encore décidé de changer les dates fixées.

 

L'ensemble de l'arsenal syrien doit être détruit pour le 30 juin.

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2013 2 17 /12 /décembre /2013 17:30
Syrie/armes chimiques: l'Italie met un port à disposition

 

MOSCOU, 16 décembre - RIA Novosti

 

L'Italie a accepté de mettre à disposition un de ses ports pour un transbordement d'armes chimiques syriennes à bord d'un navire américain chargé de les détruire en haute mer, annonce lundi la diplomatie italienne citée par les médias occidentaux.

Selon l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), les substances chimiques les plus dangereuses doivent quitter la Syrie avant le 31 décembre. Cette cargaison devrait être acheminée dans le port syrien de Lattaquié avant d'être chargée à bord du navire américain Cape Ray, chargé de la détruire en haute mer.

Un porte-parole de la diplomatie italienne s'est abstenu de dire de quel port il s'agissait.

Auparavant, l'Onu a annoncé qu'un plan détaillé de destruction d'armes chimiques syriennes à l'extérieur de la Syrie serait rendu public le 17 décembre.

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 08:30
L'ONU confirme l'utilisation d'armes chimiques en Syrie

 

13.12.2013 Romandie.com (ats)

 

Des armes chimiques ont été utilisées en Syrie, de manière probable ou certaine, dans cinq des sept attaques sur lesquelles ont enquêté les experts des Nations unies. Leur rapport a été rendu public jeudi soir.

 

Du gaz sarin a sans doute été utilisé dans quatre de ces bombardements, dont une fois en grande quantité, précisent les experts. Dans plusieurs cas, des membres des forces gouvernementales et des civils figurent parmi les victimes, mais il n'a pas toujours été possible d'établir des liens entre les attaques, les victimes et les sites.

 

Le document cite des "preuves" ou des "informations crédibles". Celles-ci tendent à prouver l'utilisation d'armes chimiques notamment dans la Ghouta près de Damas, et à Khan al-Assal (prés d'Alep, nord).

 

"La mission des Nations unies conclut que des armes chimiques ont été utilisées dans le conflit en cours (...) en République arabe syrienne", écrivent les auteurs de ce document. Celui-ci a été remis par Ake Sellstrom, chef de la mission.

 

L'enquête ne portait que sur le type d'armes utilisées, pas sur les auteurs des bombardements. Damas et la rébellion s'accusent mutuellement d'avoir eu recours à des armes chimiques.

 

Dépôts militaires

 

Selon les Nations unies, les rebelles se sont emparés de toutes sortes d'armes dans les dépôts militaires tombés entre leurs mains. Les puissances occidentales assurent en revanche qu'ils ne disposent d'aucune arme chimique.

 

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon doit informer l'Assemblée générale de ses conclusions vendredi. Il les exposera lundi au Conseil de sécurité.

 

"Affront à l'humanité"

 

"L'usage d'armes chimiques constitue une grave violation du droit international et un affront à l'humanité. Nous devons rester vigilants pour assurer l'élimination de ces armes odieuses, pas seulement en Syrie mais partout", a-t-il déclaré jeudi.

 

Au total, 16 cas évoquant l'utilisation d'armes chimiques dans le conflit syrien ont été signalés à l'ONU, notamment par la Syrie, la France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis. La commission, formée d'experts de l'organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), s'est donc penchée sur sept de ces cas.

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 17:30
Syrie: le plan de destruction des armes chimiques présenté le 17 décembre

 

 

NEW YORK (Nations unies), 12 décembre - RIA Novosti

 

Le programme de destruction des armes chimiques de Damas hors de la Syrie sera dévoilé le 17 décembre, a annoncé aux journalistes à Washington le porte-parole de l'Onu Martin Nesirky.

 

"A l'heure actuelle, les détails pratiques sont en cours de discussion", a déclaré le porte-parole.

 

Selon lui, les substances toxiques se trouvant en Syrie ne sont pas chargées dans des obus et, dans leur condition actuelle, ne peuvent être employées à des fins militaires.

 

"Néanmoins, en tous cas, il faut les détruire", a ajouté M.Nesirky.

 

La destruction des armes chimiques syrienne sera réalisée par une mission conjointe des Nations unies et l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OAIC) avec le concours des pays membres de l'Onu.

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 08:30
L'arsenal chimique détenu par Damas 15309.2013 Service Infographie du Figaro

L'arsenal chimique détenu par Damas 15309.2013 Service Infographie du Figaro

 

BRUXELLES, 10 décembre - RIA Novosti

 

L'Union européenne continuera à aider l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) à contrôler la destruction des arsenaux chimiques syriens, a déclaré mardi la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton à l'occasion de la remise du prix Nobel de la paix 2013 à l'OIAC.

 

"L'UE continuera à aider l'OIAC dans sa tâche difficile qui consiste à vérifier la destruction d'armes chimiques, en particulier dans le contexte syrien. L'Organisation apporte une contribution importante au renforcement de la sécurité et de la stabilité dans le monde entier", lit-on dans la déclaration de Mme Ashton.

 

Le diplôme et la médaille de lauréat du prix Nobel de la paix ont été remis mardi au directeur général de l'OIAC Ahmet Uzumcu à Oslo.

 

"Ce prix traduit la reconnaissance de la contribution importante apportée par l'OIAC à l'édification d'un monde libre d'armes chimiques", a souligné la chef de la diplomatie européenne.

 

M. Uzumcu dirige l'Organisation internationale pour l'interdiction des armes chimiques depuis juillet 2010. A l'heure actuelle, l'OIAC regroupe près de 190 Etats. La semaine dernière, le diplomate turc a été réélu à la tête de cette organisation.

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 13:30
Syrie: début possible de la destruction des armes chimiques avant fin janvier

 

10 décembre 2013 Romandie.com (AFP)

 

OSLO - Le directeur de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), Ahmet Uzumcu, a dit espérer mardi que les opérations de destruction de l'arsenal chimique syrien débuteraient avant la fin janvier.

 

Nous espérons que d'ici à la fin janvier, la destruction pourra commencer sur le navire américain spécialement aménagé à cet effet, a déclaré M. Uzumcu lors d'un entretien avec l'AFP à Oslo en marge de la cérémonie de remise du prix Nobel de la paix attribué cette année à son organisation.

 

Selon la feuille de route de l'OIAC, les agents les plus dangereux de l'arsenal chimique syrien doivent être transportés hors du pays avant le 31 décembre pour ensuite être neutralisés par hydrolyse à bord d'un roulier de la Marine américaine, que celle-ci est en train de munir des équipements adéquats.

 

En raison de la violence des combats en Syrie, qui complique l'acheminement des armes chimiques vers le port de Lattaquié, cette échéance pourrait être légèrement dépassée, sans toutefois que l'objectif d'une destruction complète de l'arsenal chimique syrien avant la fin juin soit remis en cause, a dit M. Uzumcu.

 

Beaucoup de choses dépendront de la situation sécuritaire sur le terrain et malheureusement, la situation sécuritaire s'est détériorée ces dernières semaines, a-t-il expliqué.

 

Nous espérons que la situation nous permettra de boucler l'opération à temps. Il pourrait y avoir quelques retards mais ces retards ne m'inquiètent pas. Ce qui est important pour moi, c'est que l'opération ait lieu de la manière la plus sûre possible, a-t-il ajouté.

 

M. Uzumcu a aussi dit espérer que la destruction des autres agents chimiques dits de catégorie 2, moins dangereux, devrait commencer courant février sous la maîtrise d'oeuvre d'entreprises commerciales privées. Quarante-deux sociétés ont manifesté leur intérêt pour y prendre part, avait-il précisé lundi.

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 08:30
La destruction des armes chimiques syriennes de déroulera sur le MV Cape Ray.

La destruction des armes chimiques syriennes de déroulera sur le MV Cape Ray.

 

07.12.2013 24heures.ch

 

Les Etats-Unis ont dévoilé leur feuille de route pour la destruction de l'arsenal chimique syrien. Les opérations se dérouleront en mer, sur le MV Cape Ray, un cargo de 200 mètres, et prendront «entre 45 et 90 jours».

 

Un navire, deux usines portables, 45 à 90 jours pour traiter des «centaines de tonnes» d'agents chimiques: le Pentagone a dévoilé sa feuille de route pour la destruction des armes chimiques syriennes considérées comme les plus dangereuses.

 

Après le refus de l'Albanie de détruire sur son sol les agents chimiques dits de «priorité 1», considérés comme les plus dangereux et qui doivent avoir quitté la Syrie avant le 31 décembre, l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) a décidé de confier leur neutralisation aux Etats-Unis.

 

Les Américains mèneront ces opérations en mer à bord d'un navire. Le Pentagone est en train de préparer sur sa base de Norfolk (Virginie, est) le MV Cape Ray, un cargo de 200 mètres appartenant à la flotte de réserve, avec les équipements nécessaires pour mener cette mission qui n'attend plus qu'un feu vert définitif de l'OIAC.

 

150 conteneurs

 

Les agents chimiques considérés comme les plus dangereux, qui doivent être détruits d'ici avril 2014, sont de l'ordre de plusieurs «centaines de tonnes», soit environ «150 conteneurs», selon un haut responsable américain de la Défense, s'exprimant sous couvert de l'anonymat. Damas a déclaré un total de 1290 tonnes d'armes chimiques, de précurseurs ou d'ingrédients.

 

Les conteneurs doivent être convoyés par l'armée syrienne vers le port de Lattaquié, d'après l'OIAC. Ils seront ensuite transportés par des navires vers le port d'un pays tiers, qui reste à déterminer. La Norvège et le Danemark se sont engagés à fournir tout ou partie de ces navires.

 

Une fois dans ce port, les conteneurs seront transbordés dans un délai de 48 heures à bord du Cape Ray, qui mènera vraisemblablement ses opérations de neutralisation dans les eaux internationales.

 

Neutralisation à bord

 

Le département américain de la Défense installe actuellement dans les entrailles du Cape Ray deux systèmes d'hydrolyse déployable (FDHS). Ces sortes d'usines portables sont capables de «neutraliser» les agents chimiques syriens les plus dangereux, ceux qui entrent dans la composition du gaz moutarde, du sarin et du VX.

 

Mis au point en début d'année par le Pentagone, ils sont installés dans les cales du navire sous une tente dotée d'un système de filtration. Ils seront opérés par une soixantaine d'employés civils de la défense américaine, pour un équipage total d'environ 100 personnes à bord.

 

Ce système d'hydrolyse mixe les agents, stockés séparément sous forme liquide «en vrac», avec beaucoup d'eau et de lessive, et aboutit à un «produit inerte avec un faible degré de toxicité» très commun dans l'industrie, selon le haut responsable américain. Les opérations de neutralisation prendront «entre 45 et 90 jours».

 

«Décennies d'expérience»

 

«C'est une technologie éprouvée. Les agents chimiques et leur réaction sont bien connus, c'est sûr et respectueux de l'environnement», estime le responsable, assurant qu'il n'y aura «absolument rien» de rejeté en mer.

 

«Le département de la Défense a des décennies d'expérience dans la démilitarisation des armes chimiques», a-t-il plaidé. Les Etats-Unis sont toujours en train de détruire leur arsenal issu de la guerre froide et ont aidé la Russie, l'Albanie et la Libye à se débarrasser des leurs.

 

Une fois équipé, le navire procédera à des essais en mer puis sera «prêt à appareiller en début d'année prochaine (pour sa mission). C'est une question de semaines», selon lui.

 

Appel d'offres

 

Le Pentagone, pour qui il s'agit d'une opération à «faible risque», n'a pas donné de précisions sur la bulle de sécurité qui sera vraisemblablement instaurée autour du Cape Ray lors des opérations de neutralisation.

 

Les produits inertes issus de l'hydrolyse seront ensuite confiés à des sociétés de traitement spécialisées dans les déchets industriels. Tout comme les autres agents chimiques syriens, pour lesquels l'OIAC a lancé un appel d'offre au secteur privé. Quelque 35 sociétés ont exprimé leur intérêt, selon l'un des porte-parole de l'OIAC, Christian Chartier.

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2013 7 08 /12 /décembre /2013 12:30
Syrie: le roulier "MV Cape Ray" équipé pour détruire les armes chimiques du régime

 

07.12.2013 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense

 

Les États-Unis ont commencé à modifier un de leurs navires afin d'être en mesure de détruire 500 des 1200 tonnes d'armes chimiques, y compris des gaz innervants, qui composent l'arsenal syrien.

Il s'agit du MV Cape Ray, un navire roulier de 198 mètres, de la flotte de réserve (Marad), qui se trouve actuellement à la base navale de Norfolk, en Virginie.

Pour effectuer sa mission, le Cape Ray aura un équipage de 23 personnes, ainsi qu'un complément de 36 spécialistes qui mettront en œuvre les deux unités de destruction par hydrolyse (deux Field Deployable Hydrolysis Systems) qui sont en cours d'installation sur le pont principal (main trailer deck), là où seront stockés 127 conteneurs de gaz moutarde et autres agents toxiques.

Les autres ponts serviront de stockage pour les réserves d'eau, pour les résidus et les autres produits à détruire.

Une fois les aménagements réalisés, le navire pourrait quitter Norfolk le 4 janvier pour gagner la Méditerranée où les produits toxiques seront transférés d'un autre roulier qui, lui, les aura embarqués dans un port syrien. Durée estimée de l'opération: de 45 à 60 jours.

Sur ce sujet, on pourra l'analyse éclairante de l'expert JP. Zanders en cliquant ici.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories