Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 octobre 2013 4 17 /10 /octobre /2013 12:30
Syrie: Sigrid Kaag à la tête de la mission ONU-OIAC

 

NEW YORK (Nations unies), 16 octobre - RIA Novosti

 

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a nommé mercredi la Néerlandaise Sigrid Kaag à la tête de la mission conjointe ONU-OIAC, chargée de démanteler l'arsenal chimique syrien, a annoncé mercredi à New York le porte-parole de l'ONU Martin Nesirky.

 

"Sigrid Kaag a été nommée coordinatrice spéciale de la Mission conjointe OIAC-ONU chargée de mettre fin au programme syrien d'armes chimiques", est-il indiqué dans le communiqué conjoint de l'ONU et de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

 

"Mme Kaag occupe actuellement le poste de sous-secrétaire générale du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). Elle a une grande expérience de coopération avec les organisations internationales (...) et dispose d'amples connaissances sur le Proche-Orient", a indiqué M.Nesirky.

 

L'ONU et l'OIAC ont créé leur Mission conjointe en Syrie suite à des consultations intenses entre le secrétaire général de l'ONU et le directeur général de l'OIAC et conformément à une décision prise le 27 septembre dernier par le conseil exécutif de l'OIAC et à la résolution 2118 du Conseil de sécurité de l'ONU.

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2013 4 17 /10 /octobre /2013 12:30
Syrie/armes chimiques: équipements de production détruits sur six sites

 

 

MOSCOU, 16 octobre - RIA Novosti

 

Les experts de l'OIAC ont vérifié jusqu'à aujourd'hui 11 sites de l'arsenal chimique syrien et attestent que les équipements de production ont été détruits sur six d'entre eux, rapporte l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques dans un communiqué. 

 

D'après la source, l'équipe de la mission de l'OIAC visitera prochainement plusieurs autres sites identifiés par Damas dans le but d'identifier et de détruire les équipements de production d'armes chimiques. 

 

Le 27 septembre, l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques a approuvé le plan de démantèlement des arsenaux chimiques en Syrie. Aux termes de ce plan, les inspections devaient débuter le 1er octobre au plus tard. Sous 30 jours à compter du 27 septembre, les experts devront achever l'inspection de tous les lieux indiqués par les autorités syriennes et visiter dans les plus brefs délais les autres sites qui pourraient être signalés par les pays membres de l'OIAC.  

 

Il est prévu de détruire avant fin novembre 2013 les équipements destinés à la production d'armes chimiques et de démanteler les armes proprement dites au cours du premier semestre de 2014. 

 

Le prix Nobel de la paix a été décerné le 12 octobre à OIAC, chargée de superviser le démantèlement de l'arsenal chimique syrien. L'initiative visant à placer les armes chimiques syriennes sous contrôle international a été formulée par la Russie, qui cherchait à éviter une opération occidentale en Syrie.

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 07:30
Nucléaire: les USA prêts à une rencontre bilatérale avec l'Iran

MOSCOU, 15 octobre - RIA Novosti

 

Les Etats-Unis saluent la perspective d'une rencontre bilatérale avec les représentants iraniens en marge des négociations entre Téhéran et les Six qui se déroulent en ce moment à Genève, rapportent mardi les médias internationaux en référence à un porte-parole du département d'Etat américain.

Auparavant, les représentants de la délégation de négociateurs iraniens sur le programme nucléaire de Téhéran ont déclaré leur intention de rencontrer des diplomates américains en marge des négociations qui se déroulent mardi et mercredi à Genève.

Les négociations actuelles entre l'Iran et les Six médiateurs internationaux sur son programme nucléaire (Russie, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Chine et Allemagne) sont les premières depuis l'arrivée au pouvoir à Téhéran de Hassan Rohani, un président perçu comme modéré. Elles se déroulent sur fond d'optimisme prudent après six mois d'interruption.

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 07:30
Nucléaire: présentation réussie du plan iranien (UE)

MOSCOU, 15 octobre - RIA Novosti

 

La présentation du plan de la délégation iranienne sur la question nucléaire lors de sa rencontre avec les Six à Genève s'est très bien passée, a estimé mardi Michael Mann, porte-parole de la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton.

"Ce matin, nous avons écouté le plan présenté par le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif. La présentation s'est très bien passée", a déclaré M.Mann.

Auparavant, le vice-ministre iranien des Affaires étrangères Seyed Abbas Araghchi a fait savoir que le plan de la délégation iranienne avait été présenté sous format PowerPoint et distribué à tous les participants aux négociations.

La présentation du plan intitulé "Désamorcer une crise inutile et ouvrir de nouveaux horizons" a été faite par les Iraniens en anglais et a duré presque une heure de temps.

Ces négociations entre l'Iran et les Six médiateurs internationaux sur son programme nucléaire (Russie, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Chine et Allemagne) sont les premières depuis l'arrivée au pouvoir à Téhéran de Hassan Rohani, un président perçu comme modéré. Elles se déroulent sur fond d'optimisme prudent après six mois d'interruption.

Depuis 2003, les Six œuvrent conjointement avec l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) pour amener Téhéran à suspendre ses travaux d'enrichissement d'uranium susceptibles de mettre en danger le régime de non-prolifération nucléaire. L'Iran reconnaît enrichir de l'uranium à 20%, mais affirme que ses activités nucléaires ont pour seul objectif de satisfaire les besoins du pays en électricité et radionucléides.

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 20:50
Un peu de Nobel pour la Défense Belge

15/10/13 MIL.be

 

Le laboratoire d'analyses chimiques de la Défense a été chaleureusement félicité par l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), ce vendredi 11 octobre 2013. L'OIAC, qui venait de recevoir officiellement le prix Nobel de la Paix, a tenu à remercier les laboratoires avec lesquels elle collabore.

 

Le travail de l'OIAC repose sur un réseau de laboratoires désignés. Celui de la Défense, situé à Peutie, en fait partie. « Vous avez toutes les raisons d'être fiers », a conclu Hugh Gregg, directeur du laboratoire de l'OIAC, après avoir remercié l'expertise et le professionnalisme de ses collaborateurs scientifiques.

 

L'OIAC est l'organisme chargé de faire respecter la convention sur l'interdiction des armes chimiques. Mettre fin à la fabrication d'armes chimiques et vérifier leur destruction sont dans ses attributions. Il a été mandaté par le conseil de sécurité de l'ONU pour démanteler l'arsenal syrien de ses armes de destruction massive.

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 07:30
Syrie/armes chimiques: vers la création d'une mission conjointe Onu/OIAC

NEW YORK (Nations unies), 11 octobre - RIA Novosti

 

Le Conseil de sécurité des Nations unies a donné son feu vert à la création d'une mission conjointe de l'Onu et de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), chargée d'éliminer l'arsenal chimique syrien, a appris vendredi à RIA Novosti une source diplomatique au sein de l'Onu.

 

"Dans sa lettre (au secrétaire général de l'Onu Ban Ki-moon, ndlr), le Conseil de sécurité annonce avoir examiné sa proposition et approuvé la mise en place de la mission", a déclaré l'interlocuteur de l'agence.

 

M.Ban avait recommandé lundi la création d'une mission conjointe Onu/OIAC, forte d'une centaine d'hommes. Basée à Damas avec une base arrière à Chypre, elle serait dirigée par un "coordinateur civil spécial". Cette mission sera chargée de détruire les armes chimiques syriennes d'ici le 30 juin 2014.

 

Pour gagner du temps, le Conseil de sécurité a décidé jeudi d'envoyer une lettre au secrétaire général au lieu d'adopter une résolution spéciale.

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 07:30
Syrie: des terroristes formés en Afghanistan (Moscou)

 

MOSCOU, 11 octobre - RIA Novosti

 

Des pays tiers entraînent illégalement en Afghanistan des commandos chargés de lutter contre le régime syrien, en leur apprenant notamment à manier des armes chimiques, a indiqué vendredi à Moscou le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

"On a appris dernièrement que des pays tiers ont illégalement utilisé le territoire afghan échappant au contrôle de Kaboul pour y entraîner des terroristes chargés de combattre le régime syrien, en leur apprenant notamment à manier des substances toxiques", a déclaré M.Lavrov lors d'une conférence de presse.

D'autre part, selon les informations de Moscou, la fameuse cellule islamiste Jabhat al-Nosra ("Front du soutien", ndlr) envisage de livrer sur le territoire irakien des substances toxiques et des spécialistes afin d'organiser des attentats en Irak.

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 11:30
Les démineurs belges se préparent pour la Syrie

 

10 octobre 2013 dhnet.be (Belga)

 

La Défense "anticipe" une éventuelle demande, a indiqué le ministre de la Défense Pieter De Crem.

 

Les démineurs belges suivent des préparations pour désamorcer des armes chimiques en Syrie au cas où une demande internationale en ce sens arriverait, rapportent jeudi Het Nieuwsblad et De Standaard.

 

Des dizaines de militaires, essentiellement du SeDEE, le service de déminage des engins explosifs, ont mis en règle ces derniers jours leurs documents de voyage dans l'hypothèse d'une mission en Syrie, selon des sources internes de la Défense.

 

La destruction de l'arsenal chimique syrien sous l'égide des inspecteurs de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) a débuté il y a quelques jours en Syrie. Une demande d'assistance émanant du conseil de sécurité de l'ONU est envisageable à court terme. Les militaires de Poelkapelle pourraient ainsi réagir dans les quinze jours.

 

La Défense "anticipe" une éventuelle demande, a indiqué le ministre de la Défense Pieter De Crem (CD&V). La décision ultime réside dans les mains du gouvernement.

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 07:30
Syrie: plus de 20 sites prochainement inspectés (OIAC)

 

MOSCOU, 9 octobre - RIA Novosti

 

Les experts de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) inspecteront prochainement plus de 20 sites de stockage et de production d'armes chimiques déclarés par Damas, a annoncé mercredi aux journalistes Ahmet Üzümcü, directeur général de l'organisation.  

 

"Dans les jours et les semaines qui viennent, nous inspecterons une vingtaine de sites", a indiqué le responsable lors d'une conférence de presse.

 

Le 27 septembre, l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques a approuvé le plan de démantèlement des arsenaux chimiques en Syrie.Aux termes de ce plan, les inspections devaient débuter le 1er octobre au plus tard. Dans les 30 jours à compter du 27 septembre, les experts devront achever l'inspection de tous les lieux indiqués par les autorités syriennes et visiter dans les plus brefs délais les autres sites qui pourraient être signalés par les pays membres de l'OIAC. Il est prévu de détruire avant fin novembre 2013 les équipements destinés à la production d'armes chimiques et de démanteler les stocks de ces armes au cours du premier semestre de 2014.

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 07:30
Armes chimiques: un nouveau groupe d'experts se rendra en Syrie (OIAC)

MOSCOU, 8 octobre - RIA Novosti

 

Le secrétariat technique de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) prépare un nouveau groupe d'experts chargés de participer au démantèlement des armes chimiques en Syrie, a annoncé l'OIAC sur son site internet.

 

"Le secrétariat technique de l'OIAC à La Haye déploiera un autre groupe d'inspecteurs dans le cadre de sa mission en Syrie, qui viendront compléter la première équipe de l'OIAC sur place depuis le 1er octobre", est-il indiqué dans un communiqué de l'organisation.

 

Le directeur général de l'OIAC Ahmet Üzümcü a noté mardi "le début constructif" du processus d'inspection amorcé en Syrie, lors de la 74e session du conseil exécutif de l'OIAC à La Haye. Toutefois, il a estimé que le démantèlement de l'arsenal chimique syrien serait "long et difficile", selon le communiqué.

 

La première équipe d'experts est arrivée en Syrie le 1er octobre pour vérifier l'exactitude de l'inventaire des stocks d'armes chimiques présenté par le gouvernement syrien.

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 07:30
Nucléaire: l'Iran prêt à évoquer ses surplus d'uranium avec les Six

MOSCOU, 9 octobre - RIA Novosti

 

Les stocks d'uranium iranien enrichi à 20% dépassent les besoins du pays et peuvent donc faire l'objet de négociations avec les six médiateurs internationaux sur le dossier nucléaire de Téhéran, a annoncé mercredi l'agence Associated Press, citant le président du parlement iranien Ali Larijani. 

"Il existe un surplus d'uranium, une certaine quantité dont nous n'avons pas besoin, et cela pourrait faire l'objet d'une discussion", a déclaré M. Larijani dans les couloirs d'une réunion de l'Union parlementaire qui se déroule à Genève.

Selon le rapport de l'AIEA publié fin août dernier, l'Iran possède aujourd'hui 372,5 kg d'uranium enrichi à 20% contre 324 kg signalés en mai dernier. Le rapport souligne notamment que malgré l'augmentation de ses capacités d'enrichissement, Téhéran n'a pas encore franchi la "ligne rouge" établie par Israël.

Le nouveau round de négociations entre l'Iran et les Six (Russie, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Chine et Allemagne) aura lieu les 15 et 16 octobre à Genève.

Depuis 2003, les médiateurs internationaux œuvrent conjointement avec l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) pour amener Téhéran à suspendre ses travaux d'enrichissement d'uranium susceptibles de mettre en danger le régime de non-prolifération nucléaire.

L'Iran reconnaît enrichir de l'uranium à 20%, mais affirme que ses activités nucléaires ont pour seul objectif de satisfaire les besoins du pays en électricité et radionucléides.
Partager cet article
Repost0
10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 07:30
Proche-Orient sans ADM: Moscou veut accélérer l'organisation d'une conférence

 

MOSCOU, 9 octobre - RIA Novosti

 

Le représentant de la Russie à l'Assemblée générale de l'ONU, Mikhaïl Oulianov, a appelé mercredi à lancer le plus vite possible des consultations à Genève réunissant tous les pays du Proche-Orient en vue de préparer une Conférence sur la création d'une zone libre d'armes de destruction massive (ADM).

"La convocation immédiate à Genève de consultations préparatoires rassemblant tous les pays du Proche-Orient contribuerait réunir au plus vite une Conférence sur la mise en place d'une zone libre d'ADM dans cette région", a déclaré le diplomate.

Lors de la discussion politique tenue le 8 octobre à la 68e Assemblée générale de l'ONU, M. Oulianov a regretté que la Conférence sur la création d'une telle zone au Proche-Orient n'ait pas eu lieu en 2012.

Selon le représentant russe, il est indispensable "d'utiliser l'impulsion engendrée par la décision de la Syrie de renoncer aux armes chimiques et par l'entente russo-américaine concernant la destruction de ces armes".

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2013 7 06 /10 /octobre /2013 18:55
Café Stratégique AGS du 9 octobre - Olivier Lepick // Syrie : Requiem pour l'arme chimique

L'Alliance Géostratégique vous convie à son 28ème Café Stratégique, ce mercredi 9 octobre à 19h.

 

Nous accueillerons Olivier Lepick, chercheur associé à la FRS, spécialiste des armes chimiques et biologiques, autour du thème :

 

 

"Syrie : Requiem pour l'arme chimique".

Venez écouter, échanger, débattre…

Mercredi 9 octobre 2013 de 19h à 21h • entrée libre
Café Le Concorde, métro Assemblée Nationale
239 boulevard Saint-Germain 75007 Paris

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2013 7 06 /10 /octobre /2013 12:14
Début de destruction des armes chimiques syriennes

06/10/2013 à 12:47 Par Le Figaro.fr avec I.L.,(AFP)

 

Une équipe internationale en désarmement chimique a entamé aujourd'hui la destruction des armes chimiques syriennes et des installations de production, a affirmé à l'AFP une source au sein de la mission.

 

L'agence américaine Associated Press a obtenu la même information de la part d'un officiel de l'Onu, indique The Washington Post.

 

Selon ces sources, des membres de la mission conjointe de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) et de l'ONU "se sont rendus sur un site où ils entament la vérification et la destruction" des armes.

 

On ne sait pas pour l'heure quel stock a été inspecté et détruit.

 

Damas a remis le 21 septembre dernier l'inventaire de son arsenal à l'OIAC. Mais ses experts devront travailler d'arrache-pied pour tenir des délais jugés impossibles. La résolution de l'ONU fait en effet obligation à Bachar el-Assad de détruire la totalité de ses stocks avant la mi-2014. Selon certains spécialistes, ce délai suffira à peine pour inventorier les armes chimiques et les sortir de Syrie.

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 20:30
Syrie: détruire les armes chimiques en un an frôle l'impossible (expert)

MOSCOU, 1er octobre - RIA Novosti

 

L'expert canadien Scott Cairns, membre de l'équipe avancée de l'OIAC en Syrie, estime qu'il est pratiquement impossible de démanteler l'ensemble des arsenaux chimiques syriens en quelques mois, voire en un an, a annoncé mardi la compagnie de radio et de télévision canadienne CBC.

 

"Le faire dans une atmosphère favorable, dans un pays en paix, relève d'une tâche extrêmement ambitieuse. Mais le faire en quelques mois, voire en un an dans un pays en guerre, cela frôle l'impossible", a dit M. Cairns.

 

Selon la CBC, les autorités officielles estiment qu'il faut commencer par suspendre la production d'armes chimiques et détruire les équipements ad hoc.

 

Le 27 septembre, l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques a approuvé le plan de démantèlement des arsenaux chimiques en Syrie. Aux termes de ce plan, les inspections doivent débuter le 1er octobre au plus tard. Dans les 30 jours à compter du 27 septembre, les experts doivent achever l'inspection de tous les lieux indiqués par les autorités syriennes et visiter dans les plus brefs délais les autres sites qui pourraient être signalés par les pays membres de l'OIAC. Il est prévu de détruire avant fin novembre 2013 les équipements destinés à la production d'armes chimiques et de démanteler les stocks de ces armes au cours du premier semestre de 2014.

 

L'équipe d'experts avancée comprenant une trentaine de personnes est arrivée mardi en Syrie.

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 11:30
Syrie : les inspecteurs arrivent pour détruire les armes chimiques

01/10/2013 Le Point.fr

 

L'équipe chargée de faire appliquer la résolution de l'ONU sur le désarmement va débuter une opération historique en plein conflit dans le pays.

 

Les inspecteurs chargés de détruire l'arsenal chimique de la Syrie arrivent mardi à Damas pour débuter une opération historique, consistant à se débarrasser en plein conflit d'un stock estimé à un millier de tonnes de ces armes interdites. L'équipe de 20 inspecteurs de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), débarquée au Liban lundi, est chargée de faire appliquer la résolution de l'ONU encadrant la destruction de l'arsenal chimique syrien. Il s'agit de l'une des opérations de désarmement les plus ambitieuses et les plus dangereuses jamais tentées. De telles opérations ont déjà été entreprises en Irak et en Libye mais jamais en pleine guerre - or la Syrie s'enfonce chaque jour dans un conflit qui a fait plus de 110 000 morts en trente mois.

 

Selon des experts, le pays possèderait plus de 1 000 tonnes d'armes chimiques, dont 300 tonnes de gaz moutarde et du sarin, répartis dans 45 sites environ. Le président syrien Bachar el-Assad a affirmé à une chaîne italienne qu'il se conformerait à la résolution de l'ONU, adoptée vendredi de haute lutte et qui constitue une percée diplomatique majeure depuis le début du conflit en mars 2011. Mais de nouvelles tensions risquent d'apparaître entre Russes et Occidentaux avec le début d'examen lundi à l'ONU d'un projet de déclaration demandant à Damas de faciliter l'accès à la population pour les agences humanitaires onusiennes.

 

Un délai extrêmement court

 

Les inspecteurs de l'OIAC arrivent au lendemain du départ des experts de l'ONU enquêtant sur les sites de possibles attaques chimiques. L'équipe de l'ONU, dirigée par Aake Sellström, a terminé son enquête sur sept sites près de Damas et dans le nord de la Syrie, où le régime comme l'opposition ont dénoncé des attaques chimiques. Ils doivent remettre leur rapport fin octobre. Ces six experts ont déjà établi que du gaz sarin avait été utilisé à une grande échelle lors de l'attaque du 21 août près de Damas qui a provoqué l'indignation à travers le monde et poussé plusieurs pays, États-Unis en tête, à envisager une action militaire punitive.

 

L'équipe de l'OIAC a, quant à elle, passé la nuit à Beyrouth et devait ensuite prendre la route pour Damas. "Pour le moment, nous n'avons aucune raison de douter des informations fournies par le régime syrien", a déclaré un responsable de l'OIAC. Les autorités syriennes ont fourni le 19 septembre une liste des sites de production et de stockage des armes chimiques devant être inspectés dans les 30 jours, dans le cadre d'un accord russo-américain prévoyant le désarmement chimique du pays d'ici mi-2014. Le délai semble extrêmement court - à titre d'exemple, 10 ans après l'annonce par Tripoli de sa volonté de se débarrasser de son arsenal chimique, la Libye n'a toujours pas fini le processus.

 

Assad promet de respecter la résolution de l'ONU

 

Interrogé par la chaîne italienne Rai News 24 sur la résolution de l'ONU, Assad a pourtant assuré : "Bien sûr, nous allons la respecter." Cette résolution appelle aussi à la tenue "le plus tôt possible" d'une conférence internationale à Genève pour amorcer une solution politique, mais son format reste encore à définir. Assad a dénié tout rôle à l'Europe : "La plupart des pays européens n'ont pas la capacité de jouer un rôle dans Genève 2, car ils ne possèdent pas les atouts pour réussir dans ce rôle." Offusqué, le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a assuré avoir obtenu que la Chine, la France et le Royaume-Uni soient associés à l'initiative russo-américaine. La liste des participants syriens pose aussi question. Le chef de l'opposition Ahmad Jarba a dit samedi que la Coalition nationale syrienne était disposée à envoyer une délégation. Mais pour Assad, "on ne peut pas parler avec des organisations liées à al-Qaida (ni) négocier avec des gens qui demandent une intervention militaire en Syrie", en allusion à la Coalition.

 

Le Conseil de sécurité devait débattre lundi d'un projet de "déclaration de la présidence" proposé par le Luxembourg et l'Australie. Il prévoit d'autoriser les convois d'aide en provenance de pays voisins à franchir la frontière. Selon des diplomates, la Russie risque de s'y opposer car l'aide parviendrait alors directement à des zones tenues par l'opposition. Évoquant à Genève la catastrophe humanitaire en Syrie, le Haut Commissariat de l'ONU pour les réfugiés s'est alarmé lundi de la déstabilisation à long terme des pays voisins de la Syrie, submergés par plus de deux millions de réfugiés, le "plus grand déplacement de population dans le monde" depuis 30 ans.

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 17:40
Proche-Orient sans ADM: Moscou veut une conférence internationale

MOSCOU, 30 septembre - RIA Novosti

 

La Russie compte convoquer une conférence internationale sur la création d'une zone exempte d'armes de destruction massive (ADM) au Proche-Orient, a annoncé le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov dans une interview au quotidien Kommersant.

 

"Nous chercherons à obtenir la tenue de cette conférence. Dans le contexte actuel, il est important de rendre universel le régime de non-possession d'armes de destruction massive dans cette région explosive", a expliqué le chef de la diplomatie russe. 

 

M.Lavrov a rappelé que lors de sa récente rencontre à Genève avec le secrétaire d'Etat américain John Kerry, il avait proposé de préciser dans le projet de résolution du Conseil de sécurité des Nations unies sur la Syrie que "le règlement du problème des armes chimiques syriennes devrait constituer un pas important vers la mise en place au Proche-Orient d'une zone exempte de toute arme de destruction massive et de ses vecteurs". 

 

Le ministre a souligné que la décision de tenir la conférence en question avait été prise en 2010. "Le forum était prévu pour l'année passée, mais rien n'a bougé depuis", a-t-il indiqué.

 

Le 14 septembre, les chefs de la diplomatie russe et américaine se sont mis d'accord à Genève sur les modalités de mise sous contrôle international des armes chimiques syriennes et de leur destruction à la mi-2014.    

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 11:30
Syrie/armes chimiques: l'OIAC adopte un plan de désarmement

MOSCOU, 28 septembre - RIA Novosti

 

L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) a adopté un plan de désarmement chimique de la Syrie dans la nuit de vendredi à samedi à La Haye, aux Pays-Bas.

 

"Le Conseil exécutif de l'OIAC a pris une décision historique de détruire les armes chimiques syriennes", a annoncé OIAC dans un communiqué.

 

"La décision est adoptée et entre en vigueur immédiatement", a déclaré le porte-parole de l'OIAC, Michael Luhan, devant les journalistes.

 

Le Conseil a adopté un programme de démantèlement de toutes les armes chimiques syriennes d'ici la mi-2014. Des inspecteurs de l'OIAC arriveront en Syrie le 1er octobre 2013. Ils disposeront de 30 jours pour visiter toutes les installations déclarées la semaine dernière par la Syrie, qui devra leur fournir un accès "immédiat et sans entrave" à tous ces sites. Un non-respect de ces obligations entraînerait une réunion de l'OIAC dans les 24 heures.

 

Cette décision de l'OIAC a permis au Conseil de sécurité de l'ONU d'adopter vendredi soir une résolution sur la destruction de l'arsenal chimique syrien.

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 11:30
L'arsenal chimique détenu par Damas 15309.2013 Service Infographie du Figaro

L'arsenal chimique détenu par Damas 15309.2013 Service Infographie du Figaro

30/09/2013 Par Arielle Thedrel - LeFigaro.fr

 

Les premiers experts internationaux en armes chimiques sont attendus mardi à Damas. La guerre civile qui fait rage et les délais impartis par la résolution de l'Onu rendent leur mission aussi difficile que périlleuse.

 

 

Un premier contingent d'une vingtaine d'experts de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) est attendu mardi matin à Damas pour commencer à démanteler l'arsenal chimique de la Syrie. Leur mission s'annonce aussi compliquée que périlleuse. Dimanche, Bachar el-Assad a déclaré qu'il se conformerait à la résolution des Nations unies adoptée vendredi dernier à l'unanimité après d'âpres négociations russo-américaines. Le président syrien a assuré que «bien évidemment», son pays assurera l'aide et la protection des experts de l'OIAC. Leur sécurité dans un pays en guerre constitue en effet un défi de taille. Pour Dina Esfandiary, chercheur à l'Institut international pour les études stratégiques de Londres, «les inspecteurs feront des cibles parfaites. Quiconque voudra saboter l'opération, et je suis sûre que beaucoup voudront le faire, pourra les prendre en joue».

 

Damas a remis le 21 septembre dernier l'inventaire de son arsenal à l'OIAC. Mais ses experts devront travailler d'arrache-pied pour tenir des délais jugés impossibles. La résolution de l'ONU fait en effet obligation à Bachar el-Assad de détruire la totalité de ses stocks avant la mi-2014. Selon certains spécialistes, ce délai suffira à peine pour inventorier les armes chimiques et les sortir de Syrie. De telles opérations ont déjà été entreprises en Irak et en Libye, mais jamais en pleine guerre. Pour éliminer les produits toxiques stockés dans tout le pays, il faudra près de deux cents inspecteurs. Or, l'OIAC n'en a pas assez. Moscou et Pékin ont proposé leurs services. Les Etats-Unis, l'Allemagne et d'autres pays ont aussi offert leur aide technique ou financière -l'addition devrait s'élever à un milliard de dollars-. L'Italie a mis à disposition des appareils militaires C-130 pour transporter depuis les Pays-Bas, siège de l'OIAC, jusqu'en Syrie les experts et leur matériel.

 

Les spécialistes sceptiques

 

La priorité des inspecteurs de l'OIAC sera de rendre les sites de production inutilisables. Dans un premier temps, les experts devraient recourir à des «méthodes expéditives» pour s'assurer que les sites ne sont plus opérationnels. Des méthodes plus propres et durables seront ensuite mises en place. Selon le porte-parole de l'OIAC, ces méthodes expéditives consisteraient à «détruire quelque chose avec une masse», à «rouler dessus avec un tank» ou à «utiliser des explosifs». Bon nombre de spécialistes se disent cependant sceptiques. Selon eux, les obus ou roquettes chimiques déjà prêtes à l'emploi devront être détruites sur place dans un incinérateur spécial et il semble impossible d'organiser de telles installations en Syrie. En Irak, les experts creusaient parfois des trous dans le sol en plein désert, versaient de l'essence et actionnaient un détonateur pour brûler les produits chimiques. Mais il est hors de question de procéder ainsi en Syrie. Pour Hamish de Bretton-Gordon, un ancien officier des forces de l'Onu nucléaires britannique, «l'idéal serait que les Syriens livrent les armes chimiques à la frontière où l'Onu et les grandes puissances en prendraient livraison».

 

L'arsenal chimique syrien, qui aurait été créé pour contrebalancer le programme nucléaire d'Israël, est considéré comme l'un des plus importants au Moyen-Orient. Le programme chimique syrien a débuté dans les années 1970 avec l'aide de l'Egypte, puis de l'ex-URSS. Selon l'organisation Nuclear Threat Initiative, la Russie dans les années 1990, puis l'Iran depuis 2005 lui ont également fourni un soutien.

 

La Syrie possèderait plus de 1000 tonnes d'armes chimiques, dont 300 tonnes de gaz moutarde. Le reste de l'arsenal serait composé d'éléments chimiques liquides, stockés sous forme binaire, c'est à dire sous la forme de deux produits chimiques appelés précurseurs, qui sont mélangés juste avant l'emploi. Les services de renseignement français indiquent qu' outre les stocks d'ypérite (gaz moutarde) et de gaz sarin, les Syriens ont travaillé sur l'ypérite à l'azote, un agent vésicant (qui attaque la peau) de première génération, ainsi qu'un neurotoxique organophosphoré dont la toxicité est supérieure à celle du sarin.

 

Le 26 septembre dernier, un rapport américano-russe confidentiel présenté à la Maison-Blanche et cité par le Washington Post, a cependant affirmé que l'arsenal syrien est en grande partie «inutilisable» en l'état et pourrait par conséquent être détruit plus rapidement que prévu.

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2013 7 29 /09 /septembre /2013 19:30
Armes chimiques en Syrie: nouvelles inspections de l'ONU

29.09.2013JDD

Les experts de l'ONU enquêtant en Syrie dans des sites où des attaques chimiques auraient été perpétrées, ont quitté dimanche leur hôtel pour une nouvelle mission. Les experts, arrivés mercredi dans la capitale syrienne pour leur deuxième visite en deux mois afin de déterminer si des armes chimiques ont été utilisées, sont partis à bord de quatre véhicules de l'ONU vers une destination non précisée.

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 16:30
Disarming Syria

24 September 2013 Jean Pascal Zanders Briefs - No33

 

Since the chemical weapons (CW) attacks on the Ghouta district just outside Damascus on 21 August, political developments have taken several unexpected twists leading Syria to become the 190th party to the Chemical Weapons Convention (CWC). Russia and the United States reached agreement on a framework for the dismantlement of Syria’s chemical warfare capacity, in which the Organisation for the Prohibition of Chemical Weapons (OPCW) as well as the United Nations will play central roles.

 

Western threats of military force although they undeniably contributed to Syria’s acceptance of the deal – have receded for the time being. And while the deferral of international justice regarding the Ghouta strikes will frustrate many parties, the emphasis on disarmament may actually open up the prospect of a negotiated end to the conflict.

 

Download document

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 11:30
Syrie / Onu: le projet de résolution prévoit un possible recours à la force

MOSCOU, 27 septembre - RIA Novosti

 

Le projet de résolution du Conseil de sécurité de l'Onu sur la Syrie admet la possibilité d'appliquer des mesures sous chapitre VII de la Charte des Nations unies en cas de recours à des armes chimiques ou de leur transfert non autorisé par une des parties en conflit. 

 

"En cas de non-respect de la présente résolution, notamment le transfert non autorisé d'armes chimiques ou toute utilisation d'armes chimiques par quiconque en Syrie, le Conseil décide d'imposer des mesures sous chapitre VII de la Charte des Nations unies", dit le document, dont le texte a été rendu public par l'agence Reuters. 

 

Le projet de résolution en question n'autorise donc pas l'application automatique des mesures sous chapitre VII, qui prévoit la possibilité d'un recours à la force en cas de menaces contre la paix. 

 

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov avait antérieurement annoncé qu'en vertu de ce projet de résolution, tous les cas de violations commises par une des parties en conflit seraient portés devant le Conseil de sécurité. Ce dernier "agira sous chapitre VII  proportionnellement à la gravité des transgressions à condition qu'elles soient prouvées à 100%".

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 11:30
US, Russia Finalize Syria Resolution – Lavrov

UNITED NATIONS, September 26 (RIA Novosti)

 

Russia and the United States have agreed on a UN Security Council resolution that will not allow military action to enforce Syria’s compliance with a US-Russian plan to eliminate Syria’s chemical weapons, Russian Foreign Minister Sergei Lavrov said Thursday.

 

The draft resolution to be submitted to other Security Council members “does not envision any actions based on Chapter 7 of the UN Charter,” which allows for military action to restore peace and security, Lavrov said following a meeting with US Secretary of State John Kerry.

 

Washington has insisted that the threat of military force is crucial to ensuring that the government of Syrian President Bashar Assad abides by the terms of the US-Russia plan to secure and destroy Syria’s chemical stockpiles, while Russia has said military intervention is unacceptable.

 

Lavrov added that the resolution finalized by Russia and the United States is in “strict” compliance with the US-Russian plan, which was hammered out between the two sides in Geneva earlier this month.

 

Kerry confirmed later on Thursday that an agreement with Russia has been reached, saying the international community “can now move forward and give life hopefully to the removal and destruction of chemical weapons from Syria."

 

A full meeting of the 15-member council was called for 08.00 pm in New York Thursday (04:00 Moscow time on Friday) to discuss the draft resolution, according to the UN press service.

 

Washington and Moscow have also finalized a draft resolution on placing Syria’s chemical weapons stockpile under international control for eventual destruction, Lavrov said. That resolution is being submitted to the Organization for the Prohibition of Chemical Weapons (OPCW) in the Hague for consideration, he said.

 

The administration of US President Barack Obama has accused Assad’s government of responsibility for an Aug. 21 chemical weapons attack outside Damascus that Washington claims left more than 1,400 dead.

 

Russian officials, including President Vladimir Putin, have repeatedly suggested in recent weeks that they have evidence showing the attack was likely carried out by Syrian rebels seeking to frame Assad in order to secure outside military intervention against government forces.

 

Updates with US confirmation and time of the UNSC meeting to discuss the draft resolution.

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 11:30
Syrie/résolution: le Conseil de sécurité pourrait voter le 27 septembre

NEW YORK (Nations unies), 27 septembre - RIA Novosti

 

Le Conseil de sécurité de l'Onu pourrait se prononcer sur le projet de résolution prévoyant la destruction d'armes chimiques syriennes vendredi 27 septembre, a fait savoir aux journalistes le délégué permanent russe auprès de l'Onu Vitali Tchourkine.

"Nous espérons que le Conseil exécutif de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques prendra sa décision dans un délai de 24 heures. En ce cas (…), nous pourrons voter vendredi à 20h00 heure de New York", a expliqué le diplomate.

Le 14 septembre, les chefs de la diplomatie russe et américaine, Sergueï Lavrov et John Kerry, se sont mis d'accord à Genève sur les modalités de mise sous contrôle international des armes chimiques syriennes et de leur destruction d'ici le milieu de 2014.

L'initiative de placer sous contrôle international les arsenaux non conventionnels appartenant au régime d'Assad a été avancée le 9 septembre par Moscou dans le but de prévenir une intervention militaire étrangère en Syrie. Damas a immédiatement donné son feu vert.

Le 14 septembre, le secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, a reçu l'engagement du gouvernement syrien de rejoindre la Convention internationale sur l'interdiction des armes chimiques. Le 14 octobre prochain, la Syrie deviendra le 190e membre de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques.

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 11:30
Nucléaire: Téhéran entend conclure un accord d'ici un an

NEW YORK, 27 septembre - RIA Novosti

 

L'Iran espère conclure d'ici un an un accord avec les six négociateurs internationaux sur son dossier nucléaire, a annoncé jeudi soir le ministre iranien des Affaires étrangères Djavad Zarif.

"Je pensais que c'était beaucoup trop ambitieux, presque naïf, mais j'ai vu que certains de mes collègues étaient encore plus ambitieux et souhaitaient avancer encore plus vite (vers un accord)", a déclaré le chef de la diplomatie iranienne à l'issue de la rencontre avec les ministres des Affaires étrangères des Six médiateurs sur le programme nucléaire iranien (USA, Chine, Russie, Royaume-Uni, France et Allemagne).

Les Six mènent des négociations avec Téhéran afin de dissiper la préoccupation de la communauté internationale quant à la nature du programme nucléaire iranien. Les Etats-Unis, Israël et d'autres pays reprochent à l'Iran de vouloir se doter de l'arme atomique sous couvert d'un programme nucléaire civil. Téhéran reconnaît enrichir de l'uranium à 20%, mais affirme que ses activités nucléaires ont pour seul objectif de satisfaire les besoins du pays en électricité.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories