Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 décembre 2015 3 23 /12 /décembre /2015 08:55
Tigre HAD, équipé de 2 missiles Hellfire– photo André BOUR HelicoPassion

Tigre HAD, équipé de 2 missiles Hellfire– photo André BOUR HelicoPassion

 

22/12/2015 DIRECTION GÉNÉRALE DE L’ARMEMENT

 

La Direction générale de l’armement (DGA) a commandé via l’OCCAR (Organisation conjointe de coopération en matière d’armement), le 17 décembre 2015, sept hélicoptères de combat Tigre supplémentaires à Airbus Helicopters. Cette acquisition permettra de disposer d’un parc de 67 Tigre. Elle est conforme aux dispositions de la Loi de programmation militaire 2014-2019 actualisée l’été dernier. L’objectif est de renforcer la capacité des forces françaises à mener des opérations aéroterrestres, dans la bande sahélo-saharienne notamment.

 

Le programme Tigre est une coopération conduite dans le cadre de l’OCCAR (Organisation conjointe de coopération en matière d’armement) entre la France, l’Allemagne et l’Espagne. L’hélicoptère TIGRE est capable d’appuyer les troupes au sol, de détruire des objectifs terrestres (blindés et infrastructures), et d’intercepter des menaces aériennes (avions lents, hélicoptères, drones). Il peut accomplir ses missions, de jour et de nuit, en évoluant en vol tactique entre les obstacles.

 

Le Tigre français est décliné en une version appui-protection (HAP), équipée de missiles air-air, d’un canon de 30 mm et de roquettes de 68 mm, et en une version appui-destruction (HAD) qui, en plus de l’équipement du HAP, dispose de missiles air-sol et d’une motorisation accrue. Les sept appareils commandés sont du type HAD.

 

À ce jour, 55 Tigre ont été livrés à l’armée de Terre, dont 40 en version HAP, dont la plupart seront progressivement transformés en TIGRE HAD. Les sept HAD supplémentaires seront livrés en 2017-2018. Depuis 2008, le TIGRE a été engagé sur de nombreux théâtres d’opérations extérieures, avec d’excellents résultats opérationnels.

Repost 0
19 décembre 2015 6 19 /12 /décembre /2015 12:50
EDA and OCCAr strengthen cooperation

 

Brussels - 17 December, 2015 European Defence Agency
 

On 16 December 2015, Chief Executive of the European Defence Agency (EDA) Jorge Domecq and Director of the Organisation for Joint Armament Cooperation (OCCAR) Tim Rowntree signed a revised guidance document defining the terms of cooperation between the EDA and the Executive Administration (EA) of OCCAR as well as between the EDA and OCCAR Member States.

 

Compared to the Interface Document on EDA-OCCAR relations formulated in 2013, the new publication develops concepts of cooperation in a more detailed and pragmatic manner. Referring to the Policy Framework for Systematic and Long-Term Defence Cooperation, the two organisations will introduce greater synergies in terms of project or programme management. New areas described in the document include different models of how EDA cooperative projects can be taken forward by relying on the OCCAR-EA cooperative programme management expertise as well as how OCCAR programme activities could be entrusted to the EDA. In addition, the Interface Document describes how, within the frame of an existing OCCAR managed programme, OCCAR may benefit from EDA tools, services and expertise.

 

More information: 

Repost 0
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 17:50
Increasing awareness of European Armament Cooperation

 

Brussels - 27 October, 2015 European Defense Agency

 

From 27 to 29 October 2015, an Awareness Level Module of the European Armament Cooperation Course (EAC) is taking place at the European Defence Agency’s premises. Organised by the European Defence Agency (EDA), the European Security and Defence College (ESDC) and the Austrian Ministry of Defence (MOD) and Sports, the course has attracted the highest number of attendees in its four-year history. Forty-six enrolled students represent thirteen EDA Member States, the European Commission, European External Action Service (EEAS) and Organisation for Joint Armament Cooperation (OCCAR). 

 

The aim of the EAC course is to enhance mutual understanding of the armaments cooperation issues and to serve as a useful networking platform to foster and harmonise armaments cooperation among the Member States. Most of all, it addresses junior personnel who need to gain knowledge and experience in international acquisition and project management. The course also complements the curriculums of available national courses. “We believe that the practitioners who work in national and international armament cooperation can highly profit from the course. We are able to provide them with practical knowledge and understanding of the armament sector along with its frameworks, the stakeholders’ tools and processes as well as challenges and benefits available at the EU level,” says Massimo Guasoni, the EDA Head of Unit Education, Training & Exercise.

 

Towards Europe’s strategic autonomy 

Rini Goos, the EDA Deputy Chief Executive, welcomed the course participants and, in his speech, he pointed out the key elements for European strategic autonomy and freedom of action: “Apart from working on capabilities, first of all, we must strive to enhance investment in traditional defence research, particularly in collaborative Research & Technology. Secondly, we need a sound European industrial policy. Thirdly, I would like to mention standardisation: a pan-European standardisation approach is the key to increase European competiveness on a global scale and to strengthen the European Defence Technological and Industrial Base Strategy; it is also the main driver for interoperability. And last but not least, civil-military ‘dual-use’ synergies need to be better exploited. It is only if we move ahead along these four strands of work that Europe will be able to attain strategic autonomy and become a security provider rather than a security consumer”.  

 

Dr Wolfgang Sagmeister from the Austrian MOD being the Course Director will make sure that all the course objectives will have been met. The topics on the agenda are much varied and include the presentations of the EDA and the ESDC; military dimension of the Common Security and Defence Policy; EU military capability development along with the EDA Capability Development Plan, current trends in military defence capability development; intercultural aspects in international cooperation; EU Defence policies in a wider context, and other.  

The EAC course traditionally comprises two parts: an Awareness Level Module taking place in Brussels, and an Expert Level Course, which will be held from 23 to 27 November 2015 in Warsaw, Poland. However, in order to attend the course, it is mandatory to complete an Internet-based Distant Learning (IDL) module offered by the ESDC. 

 

Shaping an educational platform

Since 2006, the EDA had been working towards establishing a proper training frame in response to the growing needs for harmonised education in the armament acquisition field. In 2009, the Czech Republic’s EU Presidency supported the creation of a new European armaments cooperation course, providing an EU-wide training platform where a common understanding of a European approach to armaments cooperation could be promoted. The EDA Member States welcomed the initiative and later that year the EDA Steering Board, in the National Armaments Directors configuration, approved the top-level European Armaments Cooperation (EAC) Framework, under which the current course was established.

In 2013, thanks to the initiative of Austria and other like-minded countries, including the Czech Republic, Germany, Sweden, and the United Kingdom, the course took its current form. It followed the success of the pilot European Armaments Cooperation Course organised in Brussels and Stadtschlaining in 2012.

 

More information:

Repost 0
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 11:50
New Council decision adopted  on the statute, seat and operational rules of the European Defence Agency.
 

Brussels - 16 October, 2015 Euroepan Defence Agency

 

The Foreign Affairs Council in Luxembourg has adopted the revised decision on the statute, seat and operational rules of the European Defence Agency.

 

The text is available here in all EU languages.

Repost 0
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 12:50
"Il faut absolument avancer dans la coopération entre Européens" (Jorge Domecq, Agence européenne de défense)

"Toutes les possibilités d'établir des programmes en coopération sont le seul moyen d'intégrer l'industrie de la défense en Europe", estime le directeur exécutif de l'Agence européenne de défense, Jorge Domecq

 

14/09/2015 par Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Lors de l'Université d'été de la défense, qui se tient le 14 et 15 septembre à Strasbourg, le directeur exécutif de l'Agence européenne de défense, Jorge Domecq, appellera à une consolidation de l'industrie de la défense en Europe. Sinon, explique-t-il, "elle perdra des capacités industrielles et technologiques dans les cinq à dix ans".

 

Quelle est votre ambition pour l'Agence de défense européenne (AED)?
Depuis que je suis arrivé à la tête de l'AED, j'ai établi des priorités dans des domaines où je pense que l'Agence peut aider à bâtir une Europe de la défense, qui est inscrite dans le Traité de Lisbonne. Nous devons disposer d'instruments au sein de l'Agence pour atteindre cet objectif. J'ai donc soumis aux ministres de la Défense des pays membres un plan de travail en trois volets pour ne pas disperser les efforts de l'AED : soutenir les efforts des Etats membres dans le développement de capacités structurantes, par exemple dans la mise en place d'un programme de drone de surveillance européen ; contribuer au renforcement de la base industrielle de défense en Europe notamment à travers la Recherche et technologie, être le relais des intérêts de la communauté défense dans les enceintes européennes. Nous ne sommes qu'une petite agence de 125 personnes. Mon action, et donc mon ambition, dépend uniquement de la volonté des Etats membres. Ce sont souvent des questions de souveraineté nationale que nous traitons. Nous ne pouvons avancer qu'avec l'accord des Etats.

 

Quel bilan tirez-vous du sommet européen du 25 et 26 juin?
Il était important que l'Europe se rende compte qu'elle n'a plus de temps à perdre sur les questions de défense. Chaque année qui passe, se pose effectivement la question du poids de l'industrie de la défense européenne. Pourquoi ? Pour être un contributeur à un monde plus stable et un monde en paix, l'Europe doit disposer de capacités opérationnelles et donc d'une base industrielle et technologique robuste . Je voudrais insister sur un élément très important de ce sommet: l'action préparatoire en matière de recherche. La Commission Européenne, en étroite concertation avec l'Agence européenne de la défense, planifie son prochain cycle de financement de projets en recherche et développement incluant - pour la première fois - des possibilités de financement pour la recherche et technologie dans le domaine de la défense. Il s'agit d'une avancée majeure, tant pour les ministères de la défense que pour la Commission européenne. Nous commencerons des 2016 avec des projets-pilotes.

 

Quelles sont vos trois priorités?
Premièrement l'Agence doit se concentrer sur le développement de capacités pour la défense européenne. Et nous voulons développer des programmes en coopération structurants d'un point de vue opérationnel et industriel à la fois pour les grands et les petits pays. Par exemple, dans la lutte contre la menace initiée par les mini-drones. Sur le plan opérationnel, nous devons aider les armées européennes à disposer de capacités leur permettant d'agir ensemble si les pays le souhaitent. Sur le plan industriel, nous devons pousser à une intégration progressive des industries de défense. L'offre capacitaire est aujourd'hui trop fragmentée en Europe. Il faut harmoniser dès le départ les décisions portant sur les besoins militaires des ministères de la Défense. Cela donnerait d'abord de la visibilité aux industriels et pourrait contribuer à une intégration au moment du lancement de la production.

 

Sinon?
Si l'Europe perd ces capacités industrielles et technologiques dans les cinq à dix 10 ans à venir, alors son poids, comme partenaire pour d'autres pays, y compris pour nos alliés, va faiblir. L'Europe deviendra alors un contributeur secondaire. Nous avons donc besoin d'avancer dans les domaines capacitaires et d'avancer vers une plus grande intégration de l'industrie pour qu'elle soit plus compétitive et qu'elle dispose d'un poids technologique à la hauteur des futurs besoins de la défense européenne.

 

Peut-être pouvez-vous influer sur les priorités concernant la recherche?
C'est effectivement notre deuxième priorité. Comme l'Agence n'a ni la taille, ni les instruments régulatoires ni financiers adaptés pour mettre en route une politique industrielle commune à l'Europe, nous avons la possibilité de créer un réseau d'experts pour stimuler la recherche et de consolider les besoins de nos forces armées. C'est précisément dans les activités de recherches et d'innovations que nous pouvons arriver à une harmonisation. La politique de soutien aux PME dans le domaine de la recherche et l'innovation est aussi très importante pour essayer d'intégrer l'industrie européenne de la défense. En général, l'AED doit servir d'outil pour soutenir l'industrie européenne de la défense qui pourrait être confrontée d'ici à quelques années à de graves problèmes.

 

Quels sont les thèmes de recherche que l'AED souhaite développer?
Pour l'AED, il est fondamental que les efforts dans le domaine de la recherche répondent bien sûr à des améliorations technologiques. Mais ce qui est plus important, nous devons concentrer l'élan de notre industrie sur des priorités capacitaires au niveau européen. Un plan de travail, le Plan de développement des capacités (Capability Development Plan), a été adopté par les ministres de la Défense en novembre 2014. Ce sera notre guide pour les efforts dans le domaine de la recherche et des futurs programmes menés en coopération, que ce soit sur une base multilatérale, ou dans le cadre de l'AED.

 

Et votre troisième priorité?
Nous devons nous assurer que les politiques générales mises en place par l'Union européenne dans différents domaines n'ont pas d'impact sur les politiques de défense. Par exemple, le programme européen « Ciel ouvert » avec son pilier technologique SESAR a un impact important sur les capacités des forces aériennes européennes, qui disposent in fine de la plus grande flotte européenne. En Europe, il y a 150.000 vols militaires par an effectués par plus de 9.500 avions. L'AED a été désignée par les ministères de la défense pour représenter les intérêts militaires auprès de la Commission européenne. Nous jouons un peu le rôle de sentinelle de la défense dans les politiques européennes en général. En même temps, l'Agence travaille sur des projets qui vont permettre aux forces aériennes d'accéder à des financements de l'Union européenne pour intégrer des adaptations technologiques sur tous les appareils de contrôle de l'espace aérien dans les années à venir.

 

L'Europe ne devrait-elle pas avoir une défense commune, les menaces étant en grande partie communes à tous les pays européens?
Absolument. Les menaces actuelles au sud et à l'est de l'Europe impliquent une mise en commun des moyens européens. Mais pas seulement. Avec la crise économique actuelle, le mot d'ordre doit être la coopération dans le secteur de la défense. Cela devrait être un must. Au contraire, aujourd'hui seulement 8% des dépenses R&T de défense en Europe sont consacrés à des programmes en coopération. Il faut absolument avancer dans la coopération entre Européens. Mais peut-être pas à 28 sur tous les dossiers. Nous n'avons plus le choix même si nous retardons encore les décisions. Les pays européens doivent dépenser plus efficacement qu'aujourd'hui leurs ressources dédiées à la défense. Par exemple, l'Europe ne peut pas dépenser la moitié de l'argent que les États-Unis mettent chaque année dans la défense et n'obtenir que 15% de leurs résultats en terme de restitution opérationnelle.

 

Quelles économies pourraient faire les ministères de la Défense?
On peut se demander si effectivement il est raisonnable que les ministères de la Défense consacrent 50% des dépenses de défense en Europe aux salaires des personnels au moment où les Etats réinvestissent dans leurs capacités de défense. Déjà 16 pays de l'OTAN, dont douze pays de l'Union européenne, ont décidé d'augmenter leurs dépenses de défense C'est très important que des pays arrêtent de couper leurs dépenses de défense. Il faut que cet argent soit dépensé de façon plus efficace. Notamment qu'il bénéficie à des efforts de recherche menés en commun, ou à des programmes en coopération dans le domaine de l'armement.

 

Mais les programmes en coopération coûtent en général plus cher que les programmes nationaux...
... Pas dans tous les cas. Il est clair que nous avons eu des mauvaises expériences dans le domaine de la coopération dans le passé. Tout le monde a en tête des programmes qui ont coûté beaucoup plus cher qu'initialement prévu, y compris parce que la l'architecture mise en place pour mener à bien ces programmes n'était pas appropriée ; et aussi parce que les Etats ne sont pas parvenus à harmoniser leurs spécifications. C'est le cas sur l'hélicoptère de transport, le NH90. Mais il faut se demander si c'est raisonnable et soutenable de maintenir encore 14 types de chars de combat et 19 véhicules blindés en Europe. La coopération est vraiment nécessaire.

 

Comment pouvez-vous réduire les surcoûts des programmes en coopération?
Le travail de l'Agence est d'identifier les besoins capacitaires très tôt et de tenter rallier le plus grand nombre de pays sur un programme avant même que la chaine de décision au niveau national commence à bouger. Dès qu'il y a des intérêts nationaux et industriels, il est beaucoup plus difficile de faire travailler ensemble des pays sur un programme. C'est pour cela que qu'il est très important de commencer à faire bouger les lignes avec la recherche. Nous devons absolument faire ce travail sur les lacunes capacitaires européennes déjà identifiées.

 

Et concrètement? 
Sur les futurs programmes en coopération, nous devons agir différemment. Premièrement, nous devons harmoniser les besoins militaires très tôt et, ensuite, laisser l'industrie exécuter le programme sans aucune intervention des Etats. Deuxièmement, il faut absolument réduire les temps de prise de décision dans les pays membres. Cela prend trop longtemps et, parfois, les capacités arrivent en retard. Ce sont deux axes de travail sur lesquels l'Agence va se concentrer. Nous devons nous inspirer des industries les plus novatrices dans le domaine civil.

 

L'AED pourrait-elle lancer le futur système aérien de combat piloté ou pas?
Cela pourrait être un programme structurant. En tout cas, l'Agence est là si les pays membres souhaitent profiter de ce cadre. D'autant que l'Agence agit à la carte. Il n'y a aucun problème de lancer un programme avec deux pays ou plusieurs. Nous travaillons à la mise en place d'incitations fiscales pour favoriser les coopérations. C'est également un axe de travail très important.

 

Quel est le niveau d'adhésion des pays européens à une Europe de la Défense ? Existe-t-il vraiment une adhésion collective, notamment des pays appartenant à l'OTAN?
J'aimerais que les Etats membres utilisent plus l'Agence qu'ils ne l'utilisent aujourd'hui. Il faut avancer à la carte. L'AED a le potentiel pour faire plus en matière d'Europe de la défense mais il faut que les Etats viennent à l'Agence avec des programmes qu'ils veulent mener en coopération. Et cela ne concerne pas seulement les pays appartenant à l'OTAN. Car des pays qui ont foi en l'Europe de la défense n'utilisent pas l'Agence au maximum. J'aimerais que cela change.

 

Même le concept de "pooling and sharing" n'a pas véritablement explosé...
... L'idée de "pooling sharing" est encore là. Mais ce concept est arrivé au moment où les budgets de défense étaient réduits. En réaction, les pays ont renationalisé leur approche de la défense pour sauver des emplois. Mais nous avons eu des réalisations intéressantes dans le domaine de l'entrainement par exemple. Même les pays les plus eurosceptiques participent à des programmes dans le domaine des hélicoptères, des avions de transport. Des programmes qui représentent une vraie possibilité pour mieux utiliser les moyens réduits dont l'Europe dispose.

 

En clair, vous défendez une politique des petits pas.
Peut-être mais cette initiative va déboucher dans deux ou trois ans sur la création de groupes d'utilisateurs (« users groups »). Des pays, qui ont une même capacité, pourraient décider de se regrouper en matière d'appui logistique, d'entretien, de pièces détachées. Ce qui leurs ferait faire des économies. C'est le futur pour beaucoup de pays. Et je crois, même si c'est une question très sensible, à une spécialisation du travail dans le domaine de la défense. De facto, cela est déjà en train de se produire. Il y a beaucoup de taches que des pays ne peuvent plus se permettre de continuer à faire. Par exemple, des pays n'ont plus de capacités dans la lutte contre les mines. Ils confient cette mission à un autre partenaire ou à un allié. Cette division du travail existe déjà dans les pays du Benelux.

 

Et que pensez-vous des pays qui achètent du matériel américain?
J'ai un message pour ces Etats. Dans les pays qui sont en train d'augmenter leurs dépenses de défense, je souligne la responsabilité des gouvernements dans le processus d'intégration de leur industrie dans l'industrie européenne de défense. Ils ont la possibilité avec les systèmes de défense du futur d'établir une base technologique dans leur pays. J'attends qu'ils prennent une décision dans ce sens. C'est à eux de décider quel est le meilleur chemin pour disposer à l'avenir d'une base industrielle dans leur pays.

 

Prenons l'exemple de la Pologne qui a le choix d'acheter du matériel américain ou de profiter d'offres de transferts de technologies importants de la part de l'industrie européenne.
Au-delà de ces achats de court terme, je pense que le point le plus important, dans le cas de la Pologne ou d'autres pays, est d'identifier des programmes de coopération pour produire les prochains systèmes dont nous aurons besoin. Il faut commencer maintenant car les systèmes dont les militaires vont avoir besoin devront livrer dans cinq à dix ans. La Pologne doit prendre ces décisions maintenant. Par exemple, nous devons penser à produire la troisième génération de chars de combat en Europe. Faisons-le ensemble et pas chacun dans son coin.

 

Justement le rapprochement entre Nexter et Krauss-Maffei Wegmann n'est-elle pas une bonne base de travail?
Toutes les possibilités d'établir des programmes en coopération sont le seul moyen d'intégrer l'industrie de la défense en Europe.

 

Vous avez beaucoup évoqué une intégration industrielle européenne. Pourquoi ne pas consolider l'AED, l'OCCAR et la NSPA (Nato Support and Procurement Agency)?
La défense est un domaine très complexe... Et chaque pays a ses arrière-pensées et ses difficultés théologiques qu'il faut respecter. Il faut jouer avec les équipes que l'on a.

 

Mais mettre la préparation de l'avenir, l'exécution des programmes et leur entretien ne serait-il pas logique?
Bien sûr mais la logique politique n'a pas toujours l'obligation de suivre la logique matérielle.

 

Aujourd'hui comment l'AED et l'OCCAR coopèrent?
La relation est très bonne. Nous avons les idées très claires sur ce que nous devons faire à l'AED et à l'OCCAR. Et je peux vous citer un exemple - l'acquisition d'une flotte d'avions ravitailleurs pour la Pologne, les Pays-Bas et la Norvège - où notre coopération a été efficace. L'AED a déterminé les besoins militaires et le business case. Puis l'OCCAR va s'occuper de la procédure d'achat des avions. Et enfin, l'entretien des appareils sera confié à une agence de l'OTAN, la Nato Support and procurement agency (NSPA). Dans ce cas, il y a eu une division du travail. Par ailleurs, l'AED travaille à convaincre d'autres pays à se joindre à ce programme. D'ici à la fin de l'année, au moins deux autres pays devraient rejoindre le programme.

Repost 0
30 mai 2015 6 30 /05 /mai /2015 11:50
Et si l'Europe de la Défense passait par des décisions très pragmatiques

Le Tigre est le résultat d'une coopération européenne entre l'Allemagne, la France et l'Espagne - (Tiger HAD - EC665 photo Airbus HC)

 

28/05/2015 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Pour construire l’Europe de la Défense, pourquoi ne pas être simplement pragmatique en réalisant une harmonisation des besoins capacitaires des principales armées européennes et des calendriers?

 

Une simple harmonisation des besoins capacitaires et des calendriers de mise en service des équipements militaires des armées européennes serait déjà un petit pas vers le grand objectif d'une Europe de la défense, dont il faut le rappeler aucun pays européen ne veut, à l'exception notoire de la France. A défaut d'une mobilisation au niveau politique, l'Europe de la défense pourrait paradoxalement prendre un peu de consistance grâce aux contraintes budgétaires qui pèsent sur la plupart des budgets militaires des pays de l'Union européenne, qui avaient pourtant pris l'engagement au sommet de l'Otan à Newport de consacrer 2% du PIB aux dépenses de défense.

"Si les difficultés budgétaires des États font peser des contraintes lourdes sur leurs budgets militaires, elles ont toutefois pour effet de les inciter plus que jamais à mutualiser leurs efforts au niveau européen, expliquait la députée PS de Gironde Marie Récalde dans un rapport consacré à la relance de l'Europe de la défense. La crise pourrait ainsi être le catalyseur de la construction d'une véritable Europe de la défense". Mais jusqu'ici, cette vision très pragmatique de l'Europe de la défense ne s'est pas vraiment réalisée. Ou à la marge. Les budgets de l'Agence européenne de la défense (AED) et de l'Occar, un organisme intergouvernemental qui gère certains programmes européens (A400M, Tigre, frégates FREMM...), n'ont pas été augmentés de façon significative.

 

Comment faire ?

L'Europe dispose déjà de deux "outils institutionnels solides", comme le souligne le directeur de la Fondation pour la recherche stratégique (FRS), Camille Grand, pour renforcer les coopérations capacitaires, et donc à même de mieux utiliser l'argent public qui fait aujourd'hui défaut aux armées. Pour Marie Récalde, l'AED est la mieux placée pour "coordonner et établir les priorités des besoins futurs en matière de capacités civiles et militaires". Un exercice de priorisation, qui permettrait de garantir "la cohérence capacitaire des États de l'Union tout en étant légitime et pragmatique", selon la députée de Gironde. En outre, l'AED devrait être capable de développer des équipements avec une communalité très poussée pour les armées membres, ce qui limiterait les spécifications coûteuses exigées par chacune d'elles.

Cette démarche pourrait être également un facteur de la consolidation des industries de défense. Il existe par exemple en Europe six grands chantiers européens capables de fabriquer des sous-marins et/ou de très grands bâtiments de surface : le britannique BAE Systems, le néerlandais Damen, le français DCNS, l'italien Fincantieri, l'espagnol Navantia et l'allemand TKMS. Voire le suédois Kockums, qui a repris sa liberté après avoir été contrôlé par TKMS. Trop, beaucoup trop. Pour autant, a contrario MBDA réunit déjà quasiment toute l'industrie missilière européenne.

 

Vers un char franco-allemand

Enfin, dans l'armement terrestre, le processus de rapprochement entre Nexter et Krauss-Maffei Wegmann (KMW), qui devrait aller sans aucun doute à son terme, est également un nouveau pas vers la consolidation du secteur... et de l'harmonisation des besoins capacitaires. Comme l'a expliqué en début d'année à la commission de la défense de l'Assemblée nationale, le PDG de KMW, Frank Haun, "dans cinq ans, nous aurons avancé dans le processus de développement d'un nouveau char lourd - qu'il s'appelle Léopard 3 ou Léoclerc, peu importe : il sera développé en commun, et pourra commencer à équiper nos forces à l'horizon 2025-2030 pour remplacer les chars Leclerc et Léopard 2".

S'il se concrétisait, ce programme aurait une forte valeur symbolique dans l'harmonisation des besoins capacitaires entre l'Allemagne et la France. Ce qui serait déjà un pas de géant pour une Europe de la défense, dont le moteur a été longtemps la coopération entre Berlin et Paris. Une relation qui s'est étiolée avec le temps alors même que les deux capitales ont créé un géant de l'aéronautique et de la défense, Airbus Group (ex-EADS). Enfin, la volonté récemment exprimée de fabriquer à trois pays (Allemagne, France et Italie) un drone MALE de troisième génération "Made in Europe", si elle se confirme, sera également un bon test pour aller vers cette Europe de la défense pragmatique.

Repost 0
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 11:50
L'hélicoptère Tigre: une exemple de coopération internationale plutôt réussie - photo S.Vincent Armée de Terre

L'hélicoptère Tigre: une exemple de coopération internationale plutôt réussie - photo S.Vincent Armée de Terre

 

20/05/2015 Par le Capitaine de corvette Julien Droit, 22ème promotion de l'école de guerre

 

En matière d'armements, la coopération internationale est toujours synonyme de coût beaucoup plus élevés. Mais, à condition d'une véritable ambition politique, le jeu de la coopération peut être gagnant.

 

Dans le contexte budgétaire actuel fortement contraint, l'exécution de la loi de programmation militaire est incertaine. Le bon déroulement des programmes militaires pourrait être remis en cause car les coûts d'acquisition deviennent de plus en plus élevés. La coopération internationale pourrait être une solution efficace pour réduire significativement ces coûts mais elle se révèle souvent décevante. La performance d'un programme d'armement ne dépend pas tant du nombre de pays participants que de la volonté politique de ces pays.

 

Des coûts toujours plus élevés rendent la coopération indispensable...

Lorsque l'on s'intéresse au coût d'acquisition unitaire des systèmes d'armes modernes, on constate qu'il est en constante augmentation. Pour obtenir un outil de défense toujours plus performant, la recherche et le développement de technologies nouvelles deviennent de plus en plus coûteux. Ces dépenses deviennent si élevées qu'il sera bientôt impossible pour un seul pays d'acquérir et de maintenir en condition de tels équipements. Le programme américain Joint Strike Fighter (JSF) F-35 de Lockheed Martin, avion de combat le plus sophistiqué et le plus cher au monde, en est un parfait exemple. Ici, la coopération internationale permet de réduire les coûts d'acquisition en bénéficiant d'effets de série et de gains relatifs à certains développements communs. Les coûts fixes de recherche et de développement pour maîtriser une technologie sont alors répartis entre les partenaires.

 

... mais elle n'est pas optimale

Keith Hartley et Derek Braddon apportent, dans leur étude publiée en février 2014 dans la revue Defence and Peace Economics, un éclairage sur l'impact du nombre de nations participantes dans les projets collaboratifs. Ils concluent qu'aucune règle générale ne se dégage car les paramètres influençant la performance d'un projet sont difficilement isolables les uns des autres.
L'analyse du retour d'expérience montre pourtant qu'un programme en coopération est plus coûteux qu'un programme national d'un facteur égal à la racine carrée du nombre de nations partenaires. Les temps de développement d'un projet en coopération sont, quant à eux, souvent multipliés par la racine cubique du nombre de nations partenaires. Un programme regroupant 4 pays partenaires est généralement deux fois plus cher qu'un programme national et sa phase de développement dure 1,6 fois plus longtemps. Il faut tout de même garder à l'esprit que les frais étant divisés par le nombre de participants, chaque pays investit moins que ce qu'il aurait dû investir s'il avait été seul.

 

Partenariats: complexité et enjeux politiques...

Deux explications peuvent être apportées. D'une part, lorsque le nombre de pays participants augmente, les relations entre partenaires se complexifient, d'autant plus lorsqu'il s'agit de programmes importants d'armement. Les coûts de fonctionnement de la structure décisionnelle s'accroissent et les prises de décision sont ralenties par la lourdeur des systèmes de gouvernance. D'autre part, les enjeux des programmes d'armement ne sont pas seulement économiques mais aussi politiques. Chaque pays cherche à préserver ses intérêts nationaux en favorisant son industrie de défense pour maintenir ses capacités de production et protéger ses emplois. L'objectif est alors de positionner au travers des programmes de coopération l'industrie nationale pour qu'elle puisse bénéficier de retombées export sous une forme ou une autre. La coopération n'aboutit alors qu'à un compromis rarement optimal avec un montage industriel compliqué et donc risqué. Le retard et les surcoûts des programmes A400M, Tigre ou NH90 témoignent des difficultés de coopération entre les pays clients. Les armées sont alors confrontées à des suivis de configuration extrêmement complexes et à de multiples problèmes de compatibilité de matériel.

 

...malgré de réels succès

En réalité, rien ne prouve formellement que la performance d'un projet en termes de coût et de temps de développement soit affectée par le nombre de nations partenaires. Il suffit de comparer les performances du consortium européen Airbus Industrie regroupant la France, l'Allemagne, l'Espagne et le Royaume-Uni, face au géant américain Boeing pour en être convaincu. Citons également le Nato Submarine Rescue System (NSRS), copropriété à parts égales du Royaume-Uni, de la Norvège et de la France qui est aujourd'hui le système de sauvetage de sous-marins le plus performant au monde. Le NSRS n'aurait certainement jamais vu le jour sans la coopération des trois nations car aucune des nations n'aurait pu financer et mettre en œuvre seule ce système.

 

Une véritable ambition politique commune

La performance d'un programme en coopération n'est-elle pas simplement conditionnée par le politique ?
Il semblerait qu'une véritable ambition politique avec un but commun soit la clé pour une coopération réussie. Cependant, elle n'est souvent trouvée que dans le cadre de relations bilatérales. Durant la guerre froide, la coopération franco-britannique s'est illustrée dans des programmes militaires comme les hélicoptères Puma et Gazelle. Aujourd'hui, les frégates Horizon et FREMM témoignent des échanges fructueux entre la France et l'Italie.
Mais l'absence de signaux politiques forts pour relancer l'Europe de la défense est très inquiétante. Depuis 2006, l'organisme conjoint de coopération en matière d'armement (OCCAr) ne développe pas de nouveaux projets structurants même si les ministres européens de la défense ont déclaré en novembre 2008 que l'OCCAr avait vocation à devenir un partenaire privilégié de l'Agence européenne de Défense (AED).

 En 1950, Robert Schuman a su lancer le processus de construction d'une Europe communautaire mais les activités d'armement y avaient été exclues. Aujourd'hui, la nouvelle donne géostratégique et le contexte économique rendent la coopération internationale dans ce domaine incontournable. Les initiatives visant à promouvoir la mise en place de capacités militaires au profit de l'Europe méritent d'être poursuivies. Une réelle politique industrielle commune en matière de défense permettrait aux états européens d'optimiser leurs dépenses militaires.

Repost 0
19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 15:50
Drone MALE : Berlin, Paris et Rome prêts à voler européen

Les trois ministres de la Défense allemand, français et italien ont annoncé dans une déclaration d'intention commune leur volonté de "conduire une étude de définition afin de préparer la phase de développement d'un drone MALE européen" (Crédits : Dassault Aviation)

 

19/05/2015 Michel Cabirol  - laTribune.fr

 

L'Allemagne, la France et l'Italie ont décidé de lancer une étude de définition pour développer et fabriquer un drone MALE de troisième génération "Made in Europe".  

C'est un pas de plus pour la réalisation d'un programme commun entre l'Allemagne, l'Italie et la France dans le domaine des drones MALE (Moyenne altitude, Longue endurance). Un pas de plus également pour le lancement d'un nouveau programme en coopération entre plusieurs pays européens. Ce qui est plutôt rare ces dernières années en Europe. C'est enfin un nouveau succès personnel pour le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, qui a beaucoup oeuvré pour le lancement d'un tel programme.

Les trois ministres de la Défense allemand, français et italien ont annoncé ce lundi dans une déclaration d'intention commune leur volonté de "conduire une étude de définition afin de préparer la phase de développement d'un drone MALE européen", selon le communiqué publié par le ministère de la Défense. Un système dont le premier pourrait être livré d'ici à 2025, remplira des missions de renseignement à longue distance, de surveillance et de reconnaissance avec différentes capacités de charge utile.

 

Une étude de définition sur deux ans

Airbus Group, Dassault Aviation et Finmeccanica, qui se sont félicités cette annonce dans un communiqué commun, vont mener au cours des deux prochaines années l'étude de définition d'un drone MALE. Elle permettra notamment de réduire au maximum les risques, tant financiers qu'en terme de développement, grâce à un processus d'échanges et de compromis avec les clients, avant le lancement du développement à échelle réelle. Cette étude pourrait être suivie par une phase de développement. Cette solution pourrait permettre une livraison des premières propositions au début des années 2020. Ce système tiendra compte des contraintes budgétaires par une mise en communs des financements de R&D

L'objectif de cette étude est "de déterminer un ensemble de prérequis opérationnels et d'élaborer un prototype répondant à une expression de besoin commun en termes de performance, de calendrier et de coût", a précisé la déclaration commune des ministres. Les principaux paramètres pris en compte dans le cadre de cette étude de définition seront les critères de navigabilité et de certification afin de permettre l'insertion du futur drone dans l'espace aérien européen ainsi que "la recherche de compétitivité du produit". Cette étude permettra enfin de traiter toutes les questions relatives à la souveraineté, aux capacités d'évolutions du système et la compatibilité avec les besoins communs en matière de certification.

 

L'OCCAR gérera l'étude de définition

Le contrat pour l'étude de définition sera attribué dans le courant de l'année. C'est l'OCCAR (Organisation conjointe de coopération en matière d'armement) qui exercera la conduite du programme tandis que l'Agence européenne de défense (AED) apportera son soutien dans les domaines de l'insertion dans le trafic aérien, de la navigabilité et de la certification. En outre, d'autres pays européens pourront intégrer ce programme de drone lors des phases de développement et d'approvisionnement, en s'appuyant sur le soutien de l'AED pour cette future phase d'élargissement du projet.

Depuis décembre 2013, la France, l'Allemagne et l'Italie ont confirmé leur plein soutien à la mise en œuvre des conclusions du Conseil européen en vue de développer un drone MALE européen à l'horizon 2025. "Nos engagements récents sur les théâtres d'opérations, ainsi que les crises politiques et humanitaires dans notre voisinage, ont démontré le caractère critique de cette capacité et le besoin d'autonomie en matière d'usage et de soutien", ont fait valoir les trois ministres. Une volonté politique bien appuyée par les trois industriels européens (Airbus Group, Dassault Aviation et Finmeccanica), qui avaient adressé en mai 2014 aux trois Etats européens une proposition non sollicitée.

 

Une solution souveraine

"Les nations européennes se doivent de développer une solution souveraine et de dernière génération de drone MALE, pour des missions à la fois militaires et de sécurité", a fait valoir le PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier. "La nouvelle génération de drone MALE représente une remarquable étape d'évolution dans le cadre des projets de la défense et de la sécurité européenne. Cette initiative est une opportunité unique de poursuivre dans la voie de l'union du savoir-faire technologique regroupant les industriels de pointe réunis autour d'un objectif commun", a pour sa part déclaré le président exécutif de Finmeccanica, Mauro Moretti.

Cette initiative est également une petite victoire pour les trois industriels à la lumière de la dépendance croissante des états européens pour des équipements et des technologies de défense achetés à l'étranger, en particulier les drones. C'est d'ailleurs pour cela qu'ils avaient lancé en juin 2013 un appel commun "afin de préserver les capacités spécifiques permettant d'assurer la souveraineté de notre continent dans l'élaboration de futurs aéronefs militaires", ont expliqué les trois industriels. Le futur drone MALE "permettra le développement de technologies avancées et contribuera à maintenir des compétences clefs et des emplois en Europe", ont-ils assuré.

L'Allemagne, la France et l'Italie "s'engagent dans une démarche de renforcement de la défense européenne et de soutien à une industrie de défense plus compétitive développant et maintenant en Europe des compétences industrielles clés", a rappelé le ministère de la Défense.

Repost 0
1 avril 2015 3 01 /04 /avril /2015 11:50
Credits : Marine Nationale

Credits : Marine Nationale

 

27 March 2015 Ministry of Defence

 

The MOD and its French counterpart have committed more than £17m to design a new system to improve how the Royal Navy tackles underwater mines

 

A contract has been signed today by the international organisation OCCAR on behalf of the MOD and France’s Direction Générale de l’Armement (DGA), with a Thales–led consortium that includes BAE Systems.

The project will involve the design of a Maritime Mine Counter Measures (MMCM) demonstrator, which includes an unmanned surface vehicle with sonar and an unmanned underwater vehicle. It will provide a demonstration of systems and equipment to defeat sea-mines using remotely-operated, unmanned marine vehicles and sensors.

Using unmanned systems would allow a new approach to sea-mine clearance, meaning Royal Navy vessels could operate further from the minefield. This would allow the Navy to respond more safely and efficiently to the threat of sea-mines in the long-term and operate more effectively around the world.

Defence Minister Philip Dunne MP said:

The development of unmanned maritime systems is a new and exciting area for both the UK and France. By working together and drawing on a common vision for unmanned underwater systems, we will be able to explore the military, technological, financial and skills benefits that developing this maritime capability could bring.

This work also feeds into the Government’s Defence Growth Partnership, aimed at ensuring the UK’s Defence Sector grows in the future by strengthening our global centre of excellence and inspiring the next generation.

The MOD’s Chief of Materiel, Bernard Gray, said:

Both the UK and France recognise the potential for unmanned vehicles to counter the threat of sea-mines. Both nations are committed to developing a prototype for the Maritime Mine Counter Measures demonstrator to test the feasibility of using remotely operated, unmanned marine vehicles and sensors to detect and dispose of this threat to our maritime capability.

Over an 18 month period related studies, design and definition of the system will be carried out, which will provide key inputs into the UK Mine Countermeasures and Hydrographic Capability programme.

The Délégué général pour l’armement Laurent Collet-Billon added:

The maritime mine warfare MMCM project occupies a significant place within the preparation of future defence systems for British and French armed forces. It demonstrates the strong aspiration of our two countries to innovate in order to keep ahead in underwater warfare from a technological, industrial and operational perspective.

This programme is complementary to the Defence Growth Partnership which aims to foster greater collaboration and innovation across the defence sector with the goal of bringing new products and services to the market. This work specifically fits in with the broader maritime mission systems context and the development of UK Industry’s Maritime Intelligent Systems export offerings.

Repost 0
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 12:50
Thales renforce les capacités d’entraînement du Tigre

Full Mission Simulator Tigre à l’Ecole Franco Allemande. - Base EA.ALAT du Luc photo Quantin Reytinas - Thales

 

18 février 2015 par Aerobuzz.fr

 

L’Organisation Conjointe de Coopération en matière d’Armement (OCCAr) a attribué à Thales, en partenariat avec Rheinmetall Defence Electronics (RDE), un contrat pour la fourniture et la mise à niveau de 20 simulateurs d’hélicoptères de combat Tigre, au bénéfice des forces armées françaises et allemandes.

 

Dans le cadre du contrat, signé avec l’Organisation Conjointe de Coopération en matière d’Armement (OCCAR), fin décembre 2014, Thales et son partenaire Rheinmetall Defence Electronics (RDE), mettront à niveau 18 simulateurs, selon les derniers standards des hélicoptères Tigre. Cette mise à niveau concernera huit simulateurs de mission sur mouvement (FMS, Full Mission Simulator) et dix entraîneurs de procédures cockpit (CPT, Cockpit Procedure trainer) sur trois centres de formation et d’entraînement des forces françaises et allemandes : l’Ecole Franco-Allemande (EFA) pour la formation des équipages Tigre située au Luc et le 5e régiment d’hélicoptères de combat de Pau, en France, ainsi que le 36e régiment d’hélicoptères de combat de Fritzlar, en Allemagne.

 

Thales fournira d’autre part deux nouveaux entraîneurs CPT pour l’entraînement des équipages Tigre français du 1er régiment d’hélicoptères de combat de Phalsbourg.

 

La mise à jour et l’ajout de fonctionnalités pour la simulation des systèmes d’armes, des communications, des liaisons de données, des capteurs (dont le visuel du viseur de casque TopOwl) et pour la modélisation du vol permettront aux forces de disposer de moyens d’entraînement conformes aux dernières versions du Tigre, appui-destruction (HAD, Hélicoptère Appui-Destruction) pour les Tigre français et appui-antichar (UHT,Unterstützungshubschrauber Tiger) pour les Tigre allemands.

 

Thales intègrera sur les nouveaux simulateurs la dernière version de son générateur de forces virtuelles (CGF, Computer Generated Forces) ainsi que de son système de génération d’images et de bases de données, ThalesView. Grâce à ces nouvelles fonctionnalités, l’environnement tactique sera encore plus réaliste et les forces auront la capacité de faire évoluer leurs bases de données pour adapter leur entraînement aux théâtres d’opération sur lesquels elles sont engagées.

 

Le contrat prévoit également le soutien de ces simulateurs pour une durée de dix ans.

 

Repost 0
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 11:50
Pour une politique industrielle de défense européenne

 

10/02/2015 Par Noël Farnault, stagiaire de la promotion Maréchal Leclerc, Ecole de guerre – LaTribune.fr

 

Construire une Europe de l'industrie de la Défense est plus que jamais essentiel. Si les gouvernements ne le font pas, les industriels s'y résoudront, au risque de voir passer au second plan les enjeux stratégiques.

 

La croissance économique est proche de zéro en France mais également dans de nombreux pays européens. La plupart des économistes s'accordent à dire que les taux de croissance de 6 à 7 % connus avant les chocs pétroliers risquent de rester de simples souvenirs. Sans aller aussi loin, la France peine à atteindre une croissance à peine positive et les prévisions ne sont pas optimistes. Dans ce contexte économique morose, il convient d'analyser les impacts sur notre industrie de défense. Acteur essentiel de notre autonomie stratégique, notre industrie de défense, a permis la modernisation de nos armées. Dans des domaines aussi variés que la dissuasion, l'aviation de chasse jusqu'aux SNLE(1), nos industriels sont à la pointe de la technologie. Cependant, cet aboutissement est le fruit d'une vision stratégique qui a abouti grâce à des efforts économiques conséquents et réguliers, efforts peu compatibles de la situation économique prévisible à moyen terme.


Pourquoi concrétiser la défense européenne ?

Que l'on soit pro-européen ou non, il semble admis que l'Europe, en tant que puissance économique est une réussite. Au vue de sa relative jeunesse, les initiatives lancées à six ont permis d'établir à 28, en un temps record, une zone de libre échange suivant des normes et des règlements communs. Néanmoins, en terme de défense, force est de constater que l'Europe ne pèse pas sur la scène internationale. Certes elle s'est dotée d'une politique de gestion de crise aussi bien militaire que civile, cependant, elle n'a pas de moyens dédiés et fait appel aux états membres pour constituer les forces d'intervention. Cette absence de moyens prive l'UE d'une autonomie stratégique primordiale.

La crise ukrainienne en est la preuve indéniable, aux portes de l'Europe, la stratégie de l'UE ne repose que sur les sanctions économiques. Le manque de leadership de l'UE est prégnant, tout comme il l'était lors des opérations en Lybie ou au Mali.

 

Trois raisons principales

Trois raisons principales imposent de concrétiser la défense européenne. Dans un premier temps, le recentrage de la politique américaine vers le pacifique, avec une nette volonté de voir l'Europe assurer sa défense et sa sécurité. Les États-Unis ne souhaitent plus être l'unique gendarme du monde, à l'UE maintenant de prendre en compte les crises européennes et de reprendre sa place de « gendarme de l'Afrique ».
Dans ce contexte, la dégradation du contexte sécuritaire du bassin sud méditerranéen, s'impose aux pays de l'UE. Elle met clairement en évidence les lacunes capacitaires et institutionnelles de l'UE, et souligne la nécessité de se doter d'une stratégie et de moyens dédiés.
Enfin, dans un contexte de crise économique, la baisse des budgets de défense de l'ensemble des pays de l'UE est notable et impose aux industriels de la défense, de se tourner vers l'exportation.


Les enjeux du développement d'une industrie de défense européenne

Les conflits en Libye mais également au Mali ou en Irak mettent en évidence les lacunes capacitaires de l'UE. Elles sont nombreuses, nombre insuffisant d'avions ravitailleurs, absence de moyens SEAD(2), manque de drone, capacités ISR3insuffisantes, faible protection anti-missile...L'UE est incapable d'intervenir seule sans l'aide de l'OTAN ou des Etats Unis.
Il est illusoire pour un état d'acquérir et maintenir seul l'ensemble de ces capacités.

L'unique solution repose sur un effort financier concerté, une politique de recherche et de développement commune, et la volonté politique de développer des programmes industriels communs. Excepté les Etats-Unis, aucun pays ne dispose de l'ensemble des capacités nécessaires pour mener un conflit d'envergure. L'établissement d'un outil de défense européen est le gage d'une autonomie stratégique militaire qui permettrait à l'UE d'assumer ses responsabilités sur la scène internationale.

 

La survie d'un secteur industriel essentiel

Au delà des enjeux capacitaires et géopolitiques, il en va de la survie d'un secteur industriel essentiel. Comment croire que la France pourra seule construire le successeur du Rafale tout en améliorant son arsenal nucléaire et construire un successeur au « Charles De Gaulle »... Les programmes modernes, à l'image du programme F-35, atteignent fréquemment des coûts prohibitifs et respectent rarement les délais. Les risques sont nombreux, aussi bien financiers que technologiques. Dans un contexte économique morose, il semble compliqué pour un État seul d'assumer ces risques. Face à la domination de l'industrie américaine, combinée à la concurrence des pays émergents, ce sont des secteurs entiers de l'industrie de défense qui pourraient disparaître.

 

Conduire des programmes internationaux

Cependant, ceci n'est pas une fatalité. L'établissement d'une politique industrielle de défense n'est certes pas une tâche aisée mais doit être réalisable. Conduire des programmes internationaux est bien plus compliqué, mais la réussite de l'A400 M ou du NH90 démontre que nous pouvons les mener à terme avec succès. L'UE s'est dotée d'organismes pour mener les programmes européens (OCCAr (4)) et d'agences afin de faciliter les échanges et le partage de données, l'Agence Européenne de Défense(5) est devenue une réelle plateforme d'échange, de réflexion et de génération de projets.

 

Un marché européen gigantesque

 Les processus et les structures se mettent en place mais il manque une réelle volonté politique se traduisant par des actes fondateurs. A quand un porte avion européen, un avion de chasse européen, un char européen, un drone européen, une dissuasion européenne... Le marché est gigantesque, 28 pays, 3000 avions de chasse, 1500 avions de transport, 6500 chars et plus de 1,5 million de combattants à équiper. De plus, même dans cette période économique de crise, il reste de l'argent. Les pays européens ont investi 8 milliards d'euros dans le développement du programme F-35, soit 75% du coût total du développement du Rafale.

Les initiatives se développent, la signature par les ministres de la défense anglais et français d'un contrat sur le système aérien de combat du futur est encourageant, mais ne faut-il pas aller au-delà des alliances bilatérales ?

Avons-nous seulement le choix? Si les états de l'UE n'établissent pas une politique industrielle commune de défense, les industriels le feront. Le risque est alors de voir les enjeux stratégiques des États passer après les seuls enjeux économiques et de voir se creuser les lacunes capacitaires européennes. La crise ukrainienne doit faire évoluer notre approche des conflits sur le continent européen. Au vue de cette crise, la construction d'une Europe de la défense s'impose comme une évidence, mais sans politique industrielle européenne de défense, aucune autonomie stratégique ne sera vraiment acquise.

 

1 Sous-marin Nucléaire Lanceur d'Engins
2 Suppression of Enemy Air Defenses
3 Intelligence, Surveillance, and Reconnaissance
4 Organisation Conjointe de Coopération en matière d'Armement
5 Agence Européenne de Défense

Repost 0
6 janvier 2015 2 06 /01 /janvier /2015 17:55
Porte-avions Charles de Gaulle - photo RomainVEYRIÉ Marine nationale

Porte-avions Charles de Gaulle - photo RomainVEYRIÉ Marine nationale

 

January 6, 2015 Thales group

 

On behalf of the French Defence Procurement Agency (DGA), the Joint Armaments Cooperation Organisation (OCCAr)[1] has awarded Thales a contract to upgrade the fire control system for the anti-air missiles deployed by the French Navy's Charles de Gaulle aircraft carrier. The new equipment will be installed as part of the refit planned in 2018. Work will be completed when the Charles de Gaulle returns to active service.

 

Thales will upgrade the SAAM France surface-to-air anti-missile system, which protects the Charles de Gaulle carrier from all types of air threats and was developed and installed in the 1990s. The upgrade will include a state-of-the-art open IT architecture and will facilitate subsequent maintenance work on the system and extend its service life.

The Thales solution is an opportunity to apply the latest software architecture concepts developed for the CONTROLView command and control system.

CONTROLView performs threat evaluation, weapon assignment and coordination of very short, short and medium-range engagements, enabling commanders to make complex, critical decisions more quickly and with greater precision and security.

This contract award is an endorsement of Thales's research efforts in system and software engineering and its continuing investment in air defence. Based on the technology developed for the CONTROLView programme, Thales can offer a mature, derisked missile fire control solution for naval operations.

This contract consolidates Thales's leadership in naval fire control systems and secures future developments on the FSAF[2] programme for the French Navy's Horizon frigates as well as the Charles de Gaulle aircraft carrier. These developments could also benefit the future programme to upgrade the SAMP/T land-based medium-range air and missile defence system.

 

About CONTROLView

CONTROLView is an air defence fire coordination solution offering high levels of automation and intuitive human-system interfaces to improve the operational capability and lethality of air defence weapons.

CONTROLView controls various types of weapon systems, from VSHORADS to gun systems and ground-based air defence missile systems, maximising lethal effect against multiple, simultaneous threats including fighter aircraft, helicopters, cruise missiles, ballistic missiles and UAVs according to the rules of engagement even in dense electromagnetic environments.

CONTROLView uses standard protocols for real-time and non real-time transmissions to ensure interoperability with higher levels of command and air defence networks.

About Thales

Thales is a global technology leader in the Aerospace, Transportation, Defence and Security markets. In 2013, the company generated revenues of €14.2 billion with 65,000 employees in 56 countries. With its 25,000 engineers and researchers, Thales has a unique capability to design, develop and deploy equipment, systems and services that meet the most complex security requirements. Thales has an exceptional international footprint, with operations around the world working with customers and local partners.

Repost 0
19 décembre 2014 5 19 /12 /décembre /2014 16:50
European multirole tanker transport fleet takes shape

 

Brussels - 19 December, 2014 European Defence Agency

 

The Netherlands, Poland and Norway have decided to prepare negotiations with Airbus Defence & Space for the acquisition of a fleet of A330 MRTT multirole transport and air-to-air refuelling aircraft. The participating nations would welcome other nations to join the initiative either before an actual procurement or subsequently.

 

This initiative, facilitated by the European Defence Agency, consists of the pooled acquisition and operation of a common fleet of aircraft by the three nations. Other nations will also be able to contribute to the overall programme through joining the acquisition phase and/or in-service phase. An initial operating capability is expected for 2019. 

After market research supported by a targeted request for information, the three nations have identified that only one military off-the-shelf solution met their key requirements in terms of capabilities and timeframe. The nations therefore agreed to create a NATO Support Agency (NSPA) partnership which tasked the Organisation Conjointe de Coopération en matière d’ARmement (OCCAR) to prepare negotiations with Airbus Defence and Space for a possible acquisition of a fleet of A330 MRTT. This engagement in further negotiations does not constitute a commitment by EDA, NSPA, OCCAR or the Participating nations to place an order either as a result of this dialogue or at a subsequent stage.

A single configuration has been selected for this common fleet of multirole tanker transport aircraft, which should all be equipped with a rigid boom as well as underwing pods, thus allowing to refuel a large variety of receivers. They will also meet the users’ requirements in terms of passenger transport, strategic airlift, and medical evacuation. By developing synergies with similar fleets, the nations will further contribute to a reduced fragmentation and increased interoperability of air-to-air refuelling aircraft in Europe.

 

Background

This decision is in accordance with the 22 March 2012 declaration of Defence Ministers to further develop European air-to-air refuelling capabilities, as well as with the letter of intent signed in November 2012 by ten nations. The December 2013 European Council also endorsed air-to-air refuelling as one of four key capability programmes to be developed by European Member States.

 

More Information

Repost 0
16 décembre 2014 2 16 /12 /décembre /2014 18:51
EDA marks 10th anniversary with special academic session

 

Brussels - 16 December, 2014 European Defence Agency

 

The European Defence Agency (EDA) and the European Security and Defence College (ESDC) will hold a special joint academic session tomorrow at EDA premises to mark the Agency’s 10-year anniversary.

 

The event itself will be divided into two main sessions. The first one will focus on the geopolitical and economic context of European defence cooperation and will gather policy experts from NATO, the European External Action Service as well as academics. A second panel will be decdicated to European capabilities and will bring together EDA Chief Executive Claude-France Arnould with OCCAR Director Tim Rowntree.

 

A unique book

At the end of this event, Claude-France Arnould will officially roll-out the special book published by the Agency to commemorate its 10th birthday. It offers an exclusive insight into EDA’s history, puts forward the Agency’s achievements and gathers a wide selection of independent views from key government, industry and academic experts. An online version of this publication is available here.

 

To follow the conference in real-time, tune in on Twitter tomorrow at 5.30PM (Brussels time) using the hashtag #10yearsEDA.

 

More information

Repost 0
15 décembre 2014 1 15 /12 /décembre /2014 12:20
CAE remporte des contrats militaires d'une valeur de plus de 115 millions $ CA

 

15 déc. 2014 CAE -Marketwired

 

CAE a annoncé aujourd'hui qu'elle a remporté une série de contrats, d'une valeur de plus de 115 millions $ CA, au cours du troisième trimestre de l'exercice financier 2015, où elle fournira une gamme de produits de simulation et de mises à niveau, ainsi que des services professionnels et de soutien à long terme. Ces contrats incluent la fourniture d'un simulateur de vol C295 aux forces aériennes polonaises, la prolongation des services de maintenance et de soutien fournis à l'école d'aviation de l'armée allemande, une analyse des besoins de formation pour l'école technique franco-allemande pour l'hélicoptère Tigre, ainsi que des contrats de soutien pour les dispositifs d'entraînement virtuels SH-2G(I) Super Seasprite de la New Zealand Defence Force.

« Les forces de défense et les fabricants d'équipement d'origine de partout dans le monde continuent de se tourner vers CAE pour leurs besoins de formation et nous sommes heureux d'ajouter de nouvelles plateformes à notre gamme, comme les hélicoptères SH-2G et Tigre », a déclaré Gene Colabatistto, président de groupe, Défense et sécurité, à CAE. « Ces commandes montrent l'utilisation accrue de la formation fondée sur la simulation par les forces de défense et de sécurité. »

 

Airbus Defence and Space / forces aériennes polonaises

CAE a obtenu un contrat du maître d'œuvre Airbus Defence and Space pour concevoir et fabriquer un simulateur de vol (FFS) C295 pour les forces aériennes polonaises. Le FFS C295 sera le quatrième simulateur développé par CAE dans le cadre d'une entente de coopération stratégique avec Airbus Defence and Space, en vertu de laquelle CAE est le fournisseur privilégié de systèmes de simulation et de formation pour les programmes de l'avion C295 à travers le monde.

Le simulateur C295 construit par CAE répondra aux besoins de formation des forces aériennes polonaises et sera livré en 2017 à la base aérienne de Balice Krakow. La flotte des forces aériennes polonaises compte 16 avions C295 utilisés pour les opérations de transport intérieures et internationales.

Le FFS C295 des forces aériennes polonaises sera conçu selon les normes de certification de niveau D, la plus élevée dans la classification des simulateurs de vol. Le FFS C295 comportera le système de mouvement électrique CAE True, le générateur d'images CAE Medallion-6000 et l'architecture de la base de données commune (CBD), qui favorise l'entraînement aux missions en temps réel.

« Le choix de CAE pour la fourniture d'un simulateur de vol C295 pour la Pologne renforce la relation durable établie entre les deux entreprises », déclara Colabatistto. « CAE s'est engagée à appuyer Airbus Defence & Space relativement aux exigences en matière de retombées au Canada et nous nous réjouissons à l'idée de continuer notre partenariat afin de fournir des produits de simulation et des services de formation à l'échelle mondiale pour l'avion C295. »

 

École d'aviation de l'armée allemande

L'Organisme fédéral des équipements, des technologies de l'information et du soutien en service de la Bundeswehr (BAAINBw) en Allemagne a exercé une option sur un contrat pour que CAE GmbH continue à fournir une gamme de services de maintenance et de soutien en service jusqu'en 2021 au centre de simulation Hans E. Drebing de l'école d'aviation de l'armée allemande à Bückeburg. Le contrat porte sur la maintenance sur place et les services de soutien des 12 simulateurs d'hélicoptères construits par CAE et exploités à l'école d'aviation de l'armée allemande. Ce centre d'entraînement ultramoderne abrite deux simulateurs d'hélicoptères Bell UH-1D, huit simulateurs Airbus Helicopter EC135 et deux simulateurs Sikorsky CH-53, tous utilisés pour la formation au pilotage initiale et avancée des forces armées allemandes, de même que celle d'autres forces de défense et de sécurité. De plus, CAE livrera deux postes de pilotage CH-53GA supplémentaires, dans le cadre d'un contrat distinct, qui seront utilisés avec les simulateurs à postes de pilotage interchangeables, ce qui portera à 14 le nombre de postes de pilotage de simulateurs que l'armée allemande détient à cet établissement.

 

Programme OCCAR-EA/Hélicoptère Tigre

L'Organisation conjointe de coopération en matière d'armement (OCCAR-EA), une organisation européenne responsable de la gestion du soutien pendant la durée de vie utile des programmes de défense coopératifs européens, a octroyé à CAE un contrat pour l'analyse des besoins de formation de l'école technique franco-allemande pour l'hélicoptère Tigre, située à Fassberg, en Allemagne. L'école technique a la responsabilité de la formation théorique et pratique des techniciens de maintenance de l'hélicoptère Tigre. Dans le cadre de l'analyse des besoins de formation, CAE évaluera le programme de formation technique actuel et recommandera des solutions de formation théorique et synthétique potentielles afin d'améliorer la formation technique présentement dispensée pour toutes les variantes de l'hélicoptère d'attaque Tigre.

 

SH-2G(I) Super Seasprite de la New Zealand Defence Force

La New Zealand Defence Force (NZDF) a octroyé à CAE des contrats de soutien pour ses dispositifs d'entraînement virtuels de l'hélicoptère SH-2G(I) Super Seasprite. Selon les modalités des contrats, annoncés par CAE le 20 octobre 2014, l'entreprise exécutera les mises à niveau d'un simulateur d'entraînement au vol et aux missions (FMFS) SH-2G(I) existant et d'un système d'entraînement de tâche partielle (PTT) SH-2G(I) que la NZDF acquiert dans le cadre d'un achat global de dix hélicoptères SH-2G(I) de Kaman Corporation. Après la livraison des dispositifs d'entraînement virtuels SH-2G(I) à la base de la Royal New Zealand Air Force (RNZAF) d'Auckland à Whenuapai, CAE fournira les services de soutien pendant la durée de vie utile et les services de maintenance pendant 15 ans.

CAE est un chef de file mondial dans la fourniture de solutions de formation complètes, basées sur des technologies de simulation et des services intégrés de formation de classe mondiale. L'entreprise compte 8 000 employés dans plus de 160 sites et centres de formation répartis dans 35 pays. Notre vision est d'être le Partenaire de choix de nos clients et nous bâtissons des relations à long terme avec eux. Nous offrons à nos clients de l'aviation civile, de la défense et de la sécurité une gamme complète de solutions innovatrices composée de produits, de services et de centres de formation qui répondent aux besoins essentiels de leurs missions en matière de sécurité, d'efficacité et de préparation. Nous offrons des solutions similaires à nos clients des secteurs de la santé et des mines. CAE dispose du plus important parc de simulateurs de vol civils et militaires, soutenu par une large gamme de services après-vente, et répond aux besoins de ses clients depuis près de 70 ans. Nous disposons du plus grand réseau de services de formation au monde et offrons des services de formation civile, militaire et sur hélicoptère dans plus de 67 emplacements partout dans le monde et formons plus de 120 000 membres d'équipage civils et militaires chaque année. www.cae.com Suivez-nous sur Twitter @CAE_Defence

Repost 0
11 décembre 2014 4 11 /12 /décembre /2014 07:50
  EDA signs Security Arrangement with OCCAR

 

Bonn - 09 December, 2014 European Defence Agency

 

European Defence Agency (EDA) Chief Executive Claude-France Arnould and Organisation Conjointe de Coopération en matière d'ARmement (OCCAR) Director Tim Rowntree have signed a Security Arrangement between their respective organisations on 8 December 2014. The event took place at OCCAR headquarters in Bonn, in the margins of the biannual meeting of the chiefs of the two partners organisations.

 

In 2012, EDA and OCCAR signed an administrative arrangement that established the framework of their partnership in the fied of European defence capabilities development and armaments cooperation.

The EDA-OCCAR Security Arrangement complements this Administrative Arrangement as well as the Security Agreement between the European Union and OCCAR. It details the protection and exchange of classified information. The overall aim is to facilitate and further develop cooperation opportunities between the two organizations.

 

More information

EDA and OCCAR build links, seeking efficiencies through cooperation

Repost 1
30 novembre 2014 7 30 /11 /novembre /2014 08:55
Qualification finale du Tigre en version appui-destruction (HAD)

 

27/11/2014 DGA

 

La direction générale de l’armement (DGA) a prononcé, le 21 novembre 2014, la qualification de l’hélicoptère de combat Tigre appui-destruction (HAD) destiné à l’armée de terre française dans sa version définitive (dite block 2).

 

Après la certification prononcée le 17 novembre 2014, cette qualification marque la fin des développements de la nouvelle version du Tigre. Elle ouvre la voie à la réception par la DGA des appareils de série aptes à tous types d’engagements. Cette version apporte au Tigre HAD les capacités suivantes : navalisation et aérotransport, accroissement de la précision du tir des roquettes, accroissement de l’autonomie de l’appareil avec les bidons de combat.

 

 Le programme Tigre est une coopération conduite dans le cadre de l’Occar (Organisation conjointe de coopération en matière d’armement) entre la France, l’Allemagne et l’Espagne. L’hélicoptère Tigre est capable d’appuyer les troupes au sol, de détruire des objectifs terrestres (blindés et infrastructures) et d’intercepter des menaces aériennes (avions lents, hélicoptères, drones). Il peut accomplir ses missions, de jour comme de nuit, en évoluant en vol tactique au milieu des obstacles.

 

Le Tigre français est décliné en une version appui-protection (HAP), équipée de missiles air-air Mistral, d’un canon de 30 mm et de roquettes de 68 mm, et en une version appui-destruction (HAD) qui, en plus de l’équipement du HAP, dispose de missiles air-sol Hellfire.

 

 A ce jour 46 Tigre ont été livrés à l’armée de Terre, dont 40 en version HAP, qui seront progressivement transformés en Tigre HAD. Depuis 2008, le Tigre a été mis en œuvre sur de nombreux théâtres d’opérations extérieures. Le Tigre HAD débutera son engagement opérationnel d’ici la fin de l’année 2014.

Repost 0
6 novembre 2014 4 06 /11 /novembre /2014 19:50
EDA organises joint course with European Security and Defence College

 

Brussels - 28 October, 2014 European Defence Agency

 

A three-day European Armaments Cooperation Course started 28 Oct. at the European Defence Agency (EDA) in Brussels.

 

More than 40 participants from sixteen EDA Member States and Serbia, as well as the European Commission, the European Parliament, the EU Military Staff (EUMS) and the Organisation for Joint Armament Cooperation (OCCAR), started a three-day European Armaments Cooperation Course. This course, the third of its kind, is organised jointly by EDA and the European Security and Defence College (ESDC). It is divided into two parts: the Awareness Level, now ongoing in Brussels, and the Expert Level, which will take place from 24 to 28 November in Prague, Czech Republic.

The course is intended primarily for practitioners working in national and international armament cooperation who need to gain knowledge and experience in European acquisition and project management. It aims to provide them with a better understanding of frameworks, stakeholders, tools, and processes of European armaments cooperation, as well as its many benefits and challenges.

 

Learning from each other

As the EDA Deputy Chief Executive, Rini Goos, said today: “We, in Europe, need to be clear on how we work together, learning from each other and tackling co-operation from a European perspective. This is essential and in the long-term I would like to see a common understanding and approach emerge, supported where required through training and education courses like this one. This is where I see the EDA adding the most value and impact; improving the delivery of future European military capabilities to make the Common Security and Defence Policy more credible in line with the 2013 European Council conclusions.”

EDA's work in this domain started in 2006 when the Agency commissioned a study on cooperative lessons learned. Best practice and education were shortlisted among key enablers for cooperative programmes. The topic received widespread support from Member States and in 2007 the EDA Steering Board, in National Armaments Directors configuration, directed the Agency to focus in particular on education in European armaments acquisitions.

 

Education and training platform

In 2009, the Czech Republic’s EU Presidency supported the creation of a new European armaments cooperation course; providing an EU-wide education and/or training platform where a common understanding of a European approach to armaments cooperation can be promoted and nurtured. EDA Member States welcomed the initiative and later that year the EDA Steering Board, in National Armaments Directors configuration, approved the top-level European Armaments Co-operation (EAC) Framework, under which the current course has been established.

In 2013, thanks to the initiative of Austria and other like-minded countries, including the Czech Republic, Germany, Sweden, and the United Kingdom, the course took its current form. It followed the success of the pilot European Armaments Cooperation Course organised in Brussels and Stadtschlaining in 2012.

 

A real and urgent need

Giampaolo Lillo, EDA Cooperation Planning and Support Director, said: “The technical, legal and administrative complexities of cooperation programmes – and the lack of expertise on how to tackle them – appear to be part of the reason why the potential of European armament cooperation remains largely untapped. This is why I think this course aims at the right target, responding to a real and urgent need. Apart from the obvious interest to practitioners, it is also very useful for anybody involved in the legislative process at EU level.”

EDA, in its effort to offer Member States the most effective and tailored support to enhance their interoperability, upon its restructuring created in the Cooperation Planning and Support Directorate a dedicated Education, Training and Exercises Unit to address education and training activities in an harmonised way. This course is one of its outcomes.

 

More information

European Security and Defence College website

Repost 0
15 mai 2014 4 15 /05 /mai /2014 11:55
DCNS poursuit, en Méditerranée, les essais en mer du système de combat de la FREMM Normandie

 

Lorient, le 14 mai 2014 DCNS Group

 

La frégate multimissions FREMM Normandie, deuxième de la série commandée par l’OCCAR (*) au profit de la Direction générale de l’armement (DGA) et la Marine nationale, a quitté mercredi 14 mai le site DCNS de Lorient pour rejoindre celui de Toulon. Dans les prochaines semaines, DCNS effectuera une nouvelle série d’essais en mer afin de tester les performances du système de combat de cette FREMM avant sa livraison à la Marine nationale fin 2014.

 

Cette série d’essais en mer qui se déroulera en mer Méditerranée va permettre à l’équipage de conduite de la Marine nationale et aux spécialistes de la DGA, de l’OCCAR et de DCNS de vérifier les performances des principaux senseurs du système de combat et leur intégration au Combat Management System de la frégate.

 

« Cette période d’essais à la mer est une phase primordiale du programme : elle se concentre sur le système de combat du navire. Concrètement, les équipes vont éprouver l’ensemble des logiciels et équipements qui permettent aux FREMM de figurer parmi les frégates les plus polyvalentes et les plus abouties au monde », souligne Anne Bianchi, Directrice du programme FREMM.

 

Durant ces essais, les équipes à bord vont simuler différents scenarii opérationnels pour collecter les informations délivrées par les différents senseurs du navire. Parmi les nombreux tests, figurent notamment des essais de guerre électronique et de liaisons de données tactiques. Les équipes effectueront ces exercices grâce à la contribution d’hélicoptères, de chasseurs, de navires fournis par la Marine nationale et avec des moyens humains et de traitement de l’information des centres techniques de la Direction générale de l’armement. La réalisation de ces essais au large de Toulon permettra ainsi une utilisation optimisée de ces concours navals et aériens.

 

A la suite de ces essais, la FREMM Normandie reviendra sur le site DCNS de Lorient pour la réalisation, pendant l’été, de derniers travaux de finition, avant sa livraison à la Marine nationale au cours du dernier trimestre 2014.

 

Le programme FREMM : un programme majeur pour DCNS et ses partenaires

 

Pour DCNS, le programme FREMM représente douze unités, soit onze pour la Marine nationale et une pour la Marine Royale du Maroc.

 

Pour rappel, en novembre 2012, DCNS a livré avec succès la FREMM Aquitaine, première unité de la série des frégates multimissions FREMM. La deuxième unité du programme a été livrée à la Marine Royale du Maroc le 30 janvier 2014 conformément aux accords contractuels. Le navire arbore désormais son nom définitif : FREMM Mohammed VI.

 

DCNS mène actuellement à Lorient la construction de cinq autres frégates multimissions, à différents stades d’avancement :

- la FREMM Normandie, troisième unité de la série, a débuté ses essais en mer en octobre 2013 et sera livrée à la Marine nationale au troisième trimestre 2014 ;

- la FREMM Provence a été mise à flot au mois de septembre 2013 ;

- les cinquième et sixième frégates de la série sont en cours d’assemblage ;

- la découpe de la première tôle de la septième a été effectuée fin 2013.

 

Caractéristiques techniques des FREMM

 

Fortement armés, les frégates FREMM mettent en œuvre, sous maîtrise d’œuvre DCNS, les systèmes d’armes et équipements les plus performants, tels que le radar multifonction Héraclès, le Missile de Croisière Naval, les missiles Aster et Exocet MM 40 ou encore les torpilles MU 90.

  • Longueur hors tout : 142 mètres
  • Largeur : 20 mètres
  • Déplacement : 6 000 tonnes
  • Vitesse maximale : 27 nœuds
  • Mise en œuvre : 108 personnes (détachement hélicoptère inclus)
  • Capacité de logement : 145 hommes et femmes
  • Autonomie : 6 000 nautiques à 15 nœuds

 

DCNS : Sea the Future

habillage_communique-presse_defDCNS est convaincu que la mer est l’avenir de la planète. Le Groupe invente des solutions de haute technologie pour la sécuriser et la valoriser durablement. DCNS est un leader mondial du naval de défense et un innovateur dans l’énergie. Entreprise de haute technologie et d’envergure internationale, DCNS répond aux besoins de ses clients grâce à ses savoir-faire exceptionnels et ses moyens industriels uniques. Le Groupe conçoit, réalise et maintient en service des sous-marins et des navires de surface. Il fournit également des services pour les chantiers et bases navals. Enfin, DCNS propose un large panel de solutions dans l'énergie nucléaire civile et les énergies marines renouvelables. Attentif aux enjeux de responsabilité sociale d’entreprise, le groupe DCNS est l’un des premiers acteurs de son secteur à avoir été certifié ISO 14001. Le Groupe réalise un chiffre d’affaires de 3,4 milliards d’euros et compte 13 600 collaborateurs (données 2013). www.dcnsgroup.com

 

[1] L’OCCAR, Organisation Conjointe de Coopération en matière d’ARmement, est une organisation internationale qui a pour cœur de métier la gestion des programmes d'équipements de défense en coopération qui lui sont confiés par les Etats membres. L’OCCAR assure, entre autres, la maitrise d’ouvrage des frégates multi-missions FREMM destinées à la France et à l’Italie. http://www.occar.int

Repost 0
2 mai 2014 5 02 /05 /mai /2014 11:50
photo EDA - 2013

photo EDA - 2013

 

01/05/2014 VH - midi-pyrenees.france3.fr avec AFP

 

Les programmes internationaux de défense, comme l'avion de transport A400M ou l'hélicoptère NH90, sont une "horreur" à gérer en raison de la confrontation des intérêts politiques nationaux avec les besoins des industriels, a jugé le patron d'Airbus Tom Enders.

 

"Pour la majorité des acteurs dans l'industrie, les programmes multinationaux sont devenus une horreur parce qu'ils sont très, très difficiles à gérer sur le plan industriel et sur le plan politique", a-t-il affirmé lors d'une intervention devant l'Atlantic Council, un cercle de réflexion de Washington consacré aux questions transatlantiques.

 


Les seuls exemples positifs sont lorsqu'il y a un client principal et un industriel en position de pouvoir choisir librement les fournisseurs, a jugé M. Enders, qui a évoqué les programmes A400M et NH90 comme des "catastrophes" de ce point de vue.

Le programme d'hélicoptère moyen NH90 regroupe un consortium comprenant Airbus, Fokker et AgustaWestland. Pour cet hélicoptère, acheté notamment par la France, l'Allemagne, l'Australie ou encore les Pays-Bas, "nous avons plus de versions que de clients nationaux, imaginez comme cela est efficace", a déploré M. Enders.

Quant à l'A400M, il aura fallu dix ans pour que les sept pays partenaires (Allemagne, France, Espagne, Royaume-Uni, Belgique, Luxembourg et Turquie) viennent à bout des retards et des surcoûts. Une partie de ces difficultés est due au choix d'imposer un consortium européen qui n'avait aucune expérience pour développer les moteurs de l'appareil au lieu de décider de s'en remettre à un fournisseur expérimenté, mais extérieur, selon M. Enders.
 

Tom Enders a notamment mis en garde contre la répétition de telles erreurs si l'Europe devait un jour lancer un programme de drones, un vieux serpent de mer.

Après de nombreuses années dans le secteur, je suis déterminé, en tout cas pour ma société, à ne jamais plus me lancer dans un tel programme consciemment


Le patron d'Airbus a par ailleurs dénoncé la gestion "inefficace" des programmes d'achats en Europe, malgré l'existence de l'Organisation conjointe de coopération en matière d'armement (Occar), un organisme intergouvernemental censé faciliter la gestion des grands programmes d'armement. "Mais les pays maintiennent un contrôle étroit sur l'Occar, les directeurs nationaux pour les acquisitions surveillent jalousement l'Occar pour qu'elle ne devienne pas réellement efficace", a-t-il dénoncé, tout en regrettant la fragmentation de la défense européenne.

Repost 0
27 mars 2014 4 27 /03 /mars /2014 17:50
How to move defence cooperation further and faster

 

 

Brussels - 27 March, 2014 EU Defence Agency

 

European defence capabilities: pool it or lose it – the first round-table discussion of the EDA 2014 annual conference – brought together a wide range of "bottom-up" and "top-down" perspectives of the challenges of moving the process forward in Europe.

 

"The alternative to Pooling & Sharing is not that every country still gets to keep their own capabilities," said Ine Eriksen Søreide, Norway’s Minister of Defence. The Nordic defence cooperation (NORDEFCO) system works, she said, because cooperation is based on practicalities and a shared strategic view. "NORDEFCO does not have a telephone number."

 

"My fear is that we risk an uncoordinated approach between countries," she said, "and the foundation to successful cooperation is trust. The difference in planning cycles for countries can be a major obstacle." She added that it takes between 15 and 20 years to plan, specify and take delivery of a submarine, one of the most costly of all military capabilities. The best way to move the process forward is to identify best cases and focus on capability shortfalls.

 

There are a number of drivers behind the process, according to General Patrick de Rousiers, Chairman of the EU Military Committee. The ability to create a capability collectively which would not be possible singly is a primary driver – so a single ship may conduct anti-piracy operations under a national flag but training and maintenance back at base is conducted collectively. Improving efficiency was the driver behind the formation of the European Air Transport Command (EATC)where 150 tactical and strategic air lift aircraft from five nations now work together. And then there are the political and industrial motivations not just to produce a single platform but to ensure it to support it for 20 or 30 years.

 

"Pooling is the way of the future," said General Sverker Göranson, Chief of Defence, Sweden. "I’m not convinced nations will necessarily lose capabilities otherwise but they could be degraded." Experience has shown that a good way to start is with just two nations and then grow from that.

 

Tim Rowntree, Director of OCCAR, spoke of the need to build confidence now that the process can and will work. "We need to learn to look objectively at what we have achieved," he said. Nations risk losing sovereign capabilities if their requirements remain diverse. "We do need to plan further ahead, to align requirements between nations… Platforms such as the A400M have shown that our industry can rise to the occasion and deliver world beating solutions."

 

Numbers can be a powerful persuader – if you can show how much can be saved through cooperation then this can be presented to policy makers and they then can be challenged to say "no", he said. And cooperation is not just an issue of long term, large scale capability developments – around 90% of urgent operational requirements have been delivered through international cooperation because many of these could not be delivered through national budgets.

 

But the changed mind-set required has not yet fully happened, said Alexander Vershbow, NATO Deputy Secretary General. Nations still show a reluctance to lose jobs or compromise on requirements. But there are positive changes, such as the emergence of the framework nation concept, where some full spectrum capability nations team with smaller nations to agree areas of specialisation and prove full capabilities between them, "so both can get more bang for the buck," he said. NATO has developed a successful strategic airlift command where C-17s are operated on a time share basis."

 

To move defence cooperation further you will have to create incentives.

Repost 0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 11:50
NSPA, OCCAR sign A400M service level agreement

 

17 March 2014 airforce-technology.com

 

The Nato Support Agency (NSPA) and the Organisation for Joint Armament Cooperation (OCCAR) have signed a service level agreement (SLA) for the A400M Atlas next-generation military transport aircraft.

 

Signed after several years of preparatory and negotiation work with OCCAR and the participating states, the SLA also represents an additional key milestone in the agency's expanded cooperation with OCCAR.

 

Specifically, the A400M and NH-90/TIGER Programme (LN) will provide electronic materiel support services, namely acquisition of A400M spares in electronic and automated manner over the next four years.

 

The services are expected to be the same as those currently provided to OCCAR for the Tiger and the NH-90 helicopters.

 

Designated as a tactical airlifter with strategic capabilities, the A400M can also be configured to perform long-range cargo and troop transport, medical evacuation (MEDEVAC), and aerial refuelling and electronic surveillance missions.

 

Capable of carrying more than 100 fully equipped troops or a 30t payload, the aircraft features a six-wheel, high-flotation main landing gear, and short soft-field landing and takeoff capability, enabling troop and equipment transportation to Mali or Afghanistan.

 

Currently operational with the French Air Force, the four-EuroProp TP400-D6 turboprop engines powered aircraft has also been ordered by Belgium, France, Luxembourg, Malaysia, Spain, Turkey and the UK.

 

The airlifter has recently completed the first phase of airdrop trials flying over the Fonsorbes drop zone near Toulouse, in south-western France, marking the completion of one of the most significant elements of its continuing military flight-test programme.

Repost 0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 11:50
Visite du directeur de l'OCCAr : DCNS se met à l'heure européenne

 

17/03/2014 DCNS

 

Le directeur de l'Organisation Conjointe de Coopération en matière d'Armement (OCCAr), Tim Rowntree, s'est rendu, mardi 18 février, sur le site DCNS de Lorient où sont construites les frégates multi-missions FREMM.

 

Il a visité les installations industrielles et pu apprécier, à bord, l'avancement de la construction de la frégate multi-missions FREMM Normandie, deuxième de la série commandée par la Direction générale de l'armement (DGA) pour le compte de la Marine nationale, actuellement en phase d'essais. L'OCCAr est l'agence contractante du programme FREMM au nom de la France et de l'Italie.

 

Lors de cette visite, le directeur de l'OCCAr a pu constater que le programme FREMM, constitué de onze frégates pour la Marine nationale, se déroule conformément au calendrier prévu. Une telle réussite résulte non seulement du savoir-faire des équipes de DCNS mais aussi d'une étroite collaboration entre l'OCCAr, la Direction Générale de l'Armement (DGA) et la Marine nationale.

 

A bord de la frégate Normandie, la délégation composée de membres de l'OCCAr et de la DGA a visité le Central Opérations, centre névralgique du navire d'où est piloté le système de combat grâce au logiciel SETIS®, conçu et développé par DCNS. Ce logiciel figure parmi les plus complexes actuellement développés dans le secteur de la défense.

 

Le programme FREMM

Les frégates FREMM ont des capacités exceptionnelles pour faire face à toutes les menaces aériennes, sous-marines et de surface, y compris lorsqu'elles surviennent simultanément. Le niveau d'automatisation des FREMM est sans précédent et sans équivalent pour un navire militaire. Grâce aux logiciels développés par DCNS, le navire requiert un équipage d'une centaine de marins seulement. Cela représente une réduction de 60% par rapport aux frégates de génération précédente actuellement en service dans la marine nationale.

 

Outre les onze frégates construites dans le cadre du programme FREMM et destinées à la Marine nationale, une frégate supplémentaire, réalisée pour le compte de la Marine Royale Marocaine, a été livrée le 30 janvier 2014.

 

Le site DCNS de Lorient

Le site DCNS de Lorient est le plus important employeur industriel du Morbihan. Il réalise pour la Marine nationale les frégates FREMM et assure l'intégration de l'ensemble des systèmes et équipements ainsi que les essais à quai et en mer.

 

DCNS a significativement investi pour faire de son outil industriel l'un des plus modernes d'Europe. Ces investissements bénéficient au Groupe ainsi qu'à l'ensemble de ses sous-traitants. La charge de travail générée par la production des FREMM se répartit en effet pour moitié entre DCNS et ses sous-traitants.

 

Pour rappel

L'OCCAr, Organisation Conjointe de Coopération en matière d'Armement, est une organisation internationale dont la direction est installée à Bonn. Elle a pour coeur de métier la gestion des programmes d'équipements de défense en coopération qui lui sont confiés par les Etats membres. L'OCCAr assure, entre autres, la maitrise d'ouvrage des frégates multi-missions destinées à la France et à l'Italie. Voir http://www.occar.int/.

Repost 0
5 mars 2014 3 05 /03 /mars /2014 16:50
photo Fincantieri

photo Fincantieri

 

4 mars 2014. Portail des Sous-Marins

 

Deux mois après l’acceptation définitive de la frégate Virginio Fasan, la marine italienne a reçu la 3è frégate FREMM, baptisée Carlo MARGOTTINI. La cérémonie s’est déroulée au chantier naval Fincantieri de La Spezia (Italy). La frégate Margottini est en configuration anti-sous-marine.

 

La livraison de 3 bâtiments entièrement opérationnels en seulement 9 mois est le résultat des synergies obtenues entre l’OCCAR [1], la marine italienne et les industriels.

 

Pour l’Italie, le programme prévoit la construction de 10 frégates, dont 8 sont déjà financées. Le calendrier contractuel du programme est respecté. La prochaine échéance est le lancement, le 29 mars, de la frégate CARABINIERE, la 3è en version ASM.

 

Notes : [1] Organisation for Joint Armament Cooperation.

 

Référence : Navy Recognition

Repost 0
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 22:50
OCCAR Director visits EATC Commander

January 2014 OCCAR

 

On 23 January 2014, the OCCAR Director, Tim Rowntree, visited the Commander of the European Air Transport Command (EATC), Major General Pascal Valentin, at his premises in Eindhoven (NL).

The meeting was held in order to address common fields of interest in the air transport domain. EATC presented its current set up and status and potential future developments while OCCAR-EA briefed on the status of the A400M programme. The first A400M aircraft has been delivered in August 2013 to the French user and has recently been on Operation in Mali. The aircraft will be a major European capability in terms of strategic and tactical air transport. In the future, some user states will provide A400M aircraft under operational control of EATC, allowing a coordinated multinational use of this key capability.

Thus discussions mainly concentrated on the preparation of the use of A400M aircraft. OCCAR-EA briefed on its outline global support strategy, which is currently being developed together with the A400M Participating States. This strategy is based on five key enablers: Common configuration control, common maintenance and repair organisation, a shared logistic support service, common enhancement clearances and the maximum use of the civil certification basis. EATC presented their preparations for the future operation of the A400M and the A400M interoperability framework, which were fully in line with the OCCAR-EA support strategy, making it clear that there was a very closely aligned strategic vision for the aircraft between the two organisations.

Both parties agreed to continue their fruitful exchange on a regular basis.

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories