Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 décembre 2015 5 11 /12 /décembre /2015 08:30
photo EMA / ECPAD

photo EMA / ECPAD

 

10/12/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le 1er décembre 2015, le général d’armée Pierre de Villiers a reçu le général de corps d’armée Ahmed Al-Nabhani, chef d’état-major du Sultanat d’Oman, pour faire le point sur la coopération militaire entre nos deux pays.

 

Partenaire de nos relations internationales militaires au proche et au moyen Orient, Oman est acteur important de la stabilité régionale. Leur entretien a d’ailleurs porté sur la situation sécuritaire au Yémen, ainsi que sur le positionnement stratégique de l’Iran. Ils ont aussi échangé leur appréciation de la situation dans le contexte de la lutte engagée contre le groupe terroriste Daech. Les deux CEMA ont finalement fait le point sur la sécurité maritime et la lutte contre la piraterie, qui constituent des sujets d’intérêt commun.

 

photo EMA / ECPAD

photo EMA / ECPAD

Repost 0
28 octobre 2015 3 28 /10 /octobre /2015 08:35
Austal has launched a high speed support ship it is building for Oman. Austal photo.

Austal has launched a high speed support ship it is building for Oman. Austal photo.

 

Oct. 26, 2015 By Richard Tomkins (UPI)

 

HENDERSON, Australia-- Austal, the Australian shipbuilder, has launched a high speed support vessel being built and outfitted for the Royal Navy of Oman. The vessel is 236.2 feet in length and was launched Saturday from the company's facility in Henderson, South Australia, after 13 months of construction work. The future RNOV Al Mubshir will complete final fitting before sea trials. It will be delivered next year.

Read more

Repost 0
20 septembre 2015 7 20 /09 /septembre /2015 16:30
Yémen: les rebelles libèrent six étrangers, dont trois Américains

 

20 septembre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Sanaa - Les rebelles chiites Houthis au Yémen ont libéré dimanche trois Américains, deux Saoudiens et un Britannique qui étaient détenus depuis environ six mois, a déclaré un responsable rebelle et une source des services de sécurité.

 

Les six personnes ont embarqué à bord d'un avion militaire d'Oman venu chercher à Sanaa une délégation rebelle qui doit avoir des consultations avec l'émissaire de l'ONU pour le Yémen à Mascate, selon ces sources.

 

Aucune information n'a été donnée par les dirigeants de la rébellion à Sanaa ni sur l'identité de ces personnes, ni sur les raisons pour lesquelles elles étaient retenues au Yémen.

 

Parlant à des journalistes à l'aéroport de Sanaa, un porte-parole de la rébellion, Mohammed Abdessalam, a refusé de confirmer de façon catégorique la libération des étrangers, estimant toutefois possible qu'ils soient remis aujourd'hui aux autorités omanaises.

 

Fin mai, un Américain parmi plusieurs détenus au Yémen avait été libéré et accueilli au sultanat voisin d'Oman où se tenaient alors des discussions entre Washington et les Houthis. Il s'agissait du journaliste indépendant Casey Coombs qui travaillait au Yémen depuis 2012.

 

Oman, qui occupe une place charnière entre les monarchies sunnites du Golfe et l'Iran chiite, allié des Houthis, a déjà joué un rôle de médiateur dans la crise au Yémen et des affaires d'otages.

 

Le sultanat avait notamment contribué à la libération en août de la Française Isabelle Prime, enlevé en février à Sanaa.

 

Washington a fourni un soutien logistique et des renseignements à la coalition arabe sous commandement saoudien qui mène depuis mars des frappes aériennes contre les Houthis, maîtres de Sanaa depuis un an.

 

Cependant, les Américains, invoquant l'aggravation de la crise humanitaire au Yémen, ont multiplié les appels ces derniers mois en faveur d'un règlement politique.

 

Le 4 septembre, le Washington Post a affirmé que trois Américains étaient encore détenus par les rebelles au Yémen et a identifié l'un d'eux comme étant Scott Darden, 45 ans, employé d'une entreprise de logistique basée en Louisianne.

 

Le journal avait également mentionné la détention d'un Américain non identifié de 54 ans, originaire du Michigan, et d'un autre de 35 ans, professeur d'anglais au Yémen converti à l'islam.

Repost 0
16 septembre 2015 3 16 /09 /septembre /2015 11:30
ST Marine delivers second Al-Ofouq-class patrol vessel to Oman Navy

The second Al-Ofouq class of PVs, RNOV Shinas, measures 75m in length and displaces approximately 1,250t. Photo ST Marine

 

14 September 2015 naval-technology.com

 

Singapore Technologies Marine (ST Marine) has delivered the second of the four Al-Ofouq-class patrol vessels, RNOV Shinas, to the Royal Navy of Oman (RNO).

 

The new vessels are aimed to replace the RNO's current four Seeb-class patrol vessels commissioned in the early 1980s.

 

ST Marine president NG Sing Chan said: "ST Marine and the Royal Navy of Oman are again proud that we have achieved this 'Double Milestones, Double Happiness' together.

 

Based on ST Marine's Fearless-class patrol vessels, which are used by the Republic of Singapore Navy, each 246ft-long Al-Ofouq-class vessel will provide a maximum cruise speed of more than 23mph, while offering a 1,000m range at 17mph.

 

In addition, the vessels will be armed with a modern weapon and combat management system and will be suitable for maritime and homeland security missions such as undertaking extended surveillance patrols of the Sultanate Exclusive Economic Zone.

 

The new vessels will also feature Tacticos combat management system (CMS), the Variant surveillance radar and STIR 1.2 EO Mk2 radar E/O tracking system, as well as the ESM system.

 

In addition, ST Marine also christened the third patrol vessel, RNOV Sadh.

"Today is a day for us to celebrate and also a moment for us to reflect and thank our partners and colleagues."

 

The Ministry of Defence of the Sultanate of Oman awarded a $699.4m contract to ST Marine for the construction of these patrol vessels in 2012.

 

Currently, Austal Australia is constructing two 72m-long high-speed support vessels (HSSVs) for the Oman Navy.

 

The HSSV 72 vessel is intended for the transportation of military personnel and cargo, and can support helicopter operations. It can also be deployed in search and rescue, and humanitarian relief operations.

 

Delivery of the vessels is expected to take place in 2016.

Repost 0
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 07:30
Dornier 228NG - photo RUAG Aviation

Dornier 228NG - photo RUAG Aviation

 

March 3, 2015 By Craig Hoyle - FG

 

RUAG has promoted its Dornier 228NG utility aircraft to several potential users in Oman, as part of which it has conducted a series of demonstration flights over a three-day period.

Offering the twin-engined type to Oman’s air force, police service and tourism sector in association with local partner Aflag, the Swiss company says it could be used to fulfil numerous roles.

“No other aircraft can perform surveillance flights more efficiently than the Dornier 228. The borders of the Sultanate and the exclusive economic zone can be supervised in the most cost-efficient ways,” claims Philippe Erni, RUAG Aviation’s regional sales director for the Middle East, India, Africa and Asia-Pacific.

 

Read more

Repost 0
13 janvier 2015 2 13 /01 /janvier /2015 17:30
Oman : future pièce maîtresse de la stratégie américaine dans le Golfe et l’océan Indien

 

13/01/2015 Pierre RAZOUX Notes de Recherche Stratégique de l'IRSEM

 

Si à court terme, l’avenir du sultanat d’Oman est empreint d’incertitudes liées à la crise de succession qu’engendrerait la disparition du sultan Qaboos (malade et sans héritier), la valeur géostratégique d’Oman est indubitablement en forte hausse à moyen et long termes, justifiant une plus grande attention des milieux de la recherche stratégique.

 

Note de recherche stratégique n°15 - 2015 (pdf - 1,3 Mo)

Repost 0
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 08:40
Patrouilleur Iaroslav Moudry photo RIA Novosti. Igor Zarembo

Patrouilleur Iaroslav Moudry photo RIA Novosti. Igor Zarembo

 

MOSCOU, 28 novembre - RIA Novosti

 

Le patrouilleur Iaroslav Moudry de la flotte russe de la Baltique a quitté le port Colombo (Sri Lanka) et mis le cap sur Oman, a annoncé vendredi le service de presse de la région militaire russe de l'Ouest pour la flotte de la Baltique.

 

"Le patrouilleur Iaroslav Moudry (...) a achevé sa visite au port Colombo du Sri Lanka. Le navire de la flotte de la Baltique a déjà pris le large et mis le cap sur Oman", a indiqué le service de presse.

 

Le navire est resté à Colombo du 24 au 28 novembre pour se ravitailler en eau, vivres et combustible et passer une inspection technique.

 

Le Iaroslav Moudry a quitté le 9 août la base navale russe de Baltiïsk, dans la région de Kaliningrad, dans le cadre de sa mission anti-piraterie dans l'océan Indien. Il a parcouru près de 12.000 milles marins et fait des escales à Salalah (Oman), dans la ville autonome espagnole de Ceuta, sur la côte nord du Maroc en Afrique, à La Valette (Malte), à Karachi (Pakistan), à Jakarta (Indonésie) et à Penang (Malaisie).

 

Le patrouilleur Iaroslav Moudry (Iaroslav le Sage) du projet 11540 (une frégate, selon l'Otan) est destiné à détecter et surveiller les sous-marins, à protéger les bâtiments de guerre contre les navires et sous-marins en haute mer, à assurer les opérations de débarquement. Il fait partie de la flotte de la Baltique depuis 2009.

Repost 0
13 août 2014 3 13 /08 /août /2014 16:30
Jaguar OS Royal Air Force d'Oman photo UK MoD

Jaguar OS Royal Air Force d'Oman photo UK MoD

 

12/08/2014 Avia news

 

Le Sultanat d’Oman vient de retirer du service ses derniers avions de combat de type SEPECAT Jaguar. Une cérémonie d’adieu avec un défilé aérien a ponctué le départ à la retraite du vénérable chasseur-bombardier.

Les quatre derniers SEPECAT Jaguar encore en service au sein du 8 Escadron de la Royal Air Force d'Oman ont été retirés. Ces appareils étaient en service sur la base aérienne de Thumrait.

 

Suite de l’article

Repost 0
11 août 2014 1 11 /08 /août /2014 16:35
New Interceptor Boat Ready to Protect Sabah Waters

P-38 high-speed interceptor boat from United Engineering Services with max spped +55 knots (all photos : UES)

 

26 July 2014 Defense Studies

Navy ready to protect Sabah waters

KOTA KINABALU: The Royal Malaysian Navy, which has helped thwart pirates in international waters, is well placed off Sabah’s east coast to protect the country’s security against external threats.

Taking the role as the “mother ship” is naval vessel Bunga Mas 5, which will serve as a forward sea base equipped with high-speed interceptor boats, radar surveillance and helicopters.

The three interceptor combat boats (CB90) will be used together with the rigid hull inflatable boats (RHIBs) that are currently being used by the navy’s elite sea commando unit (Paskal) and two new boats that were recently acquired by the navy – the Silver Brize and P38 craft.

“The Bunga Mas 5 is the right choice to be placed in the area as it has a surveillance radar system and is equipped with helicopters to carry out night operations over long distances,” said navy chief Admiral Tan Sri Abdul Aziz Jaafar.

He said it helped thwart the attacks by Somali pirates against ships crossing the Gulf of Aden.

Admiral Abdul Aziz said the navy would also be sending in warship KD Lekiu, which was equipped with a Super Link aircraft, to the eastern Sabah waters.

“I am confident with the presence of Bunga Mas 5 and the other assets, we will able to act against the intruders,” he said here yesterday.

He said the helicopters, capable of operating at night, were seen as the best option in protecting borders against unwanted elements.

On his earlier order of “shoot on sight” against intruders, Admiral Abdul Aziz said it “can be frustrating for our navy personnel to not shoot at an identified enemy during hot pursuit within the country’s waters”.

“This is due to constraints in operational directives,” he added.

(The Star)

Repost 0
15 mai 2014 4 15 /05 /mai /2014 12:30
Atalante : Exercice « Kanjar Hadd »

 

 

15/05/2014 Sources : EMA

 

Du 5 au 8 mai 2014, la frégate de surveillance (FS) Floréal, engagée dans l’opération de lutte contre la piraterie Atalante, a participé à l’exercice Kanjar Hadd, dans le cadre de la coopération bilatérale franco-omanaise.

 

Mené à l’initiative du Sultanat d’Oman, cet exercice annuel multilatéral a réuni, pour sa 19e édition, les marines française, omanaise, américaine et anglaise autours de nombreuses manœuvres imposant un rythme soutenus aux participants. Treize bâtiments militaires, et une quinzaine d’aéronefs (hélicoptères, patrouille maritime dont un ATL2 français et chasseurs, dont des Rafale français d’Abu Dahbi) ont participé à des manœuvres opérationnelles intenses et complexes relevant, entre autres, de la lutte anti-aérienne, de la guerre des mines, de la lutte au-dessus de la surface, ou encore de la navigation de groupe.

 

La proximité et le grand nombre de bâtiments impliqués ont mis les équipages à l’épreuve de jour comme de nuit. Le Floréal a ainsi pu démontere sa capacité à mener des actions de combat de haute intensité au sein d’une force multinationale.

 

A l’issue de cet exercice,  le Floréal et son équipage ont réintégré la Task Force 465 Atalante.

 

La frégate française est engagée depuis le 18 avril 2014 dans l’opération européenne de lutte contre la piraterie, contribuant ainsi à la dissuasion, à la prévention et à la répression des actes de piraterie dans l’océan Indien et le golfe d’Aden.

Repost 0
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 12:30
OEF : interaction du Jean Bart avec la marine royale omanaise

 

25/04/2014 Sources : EMA

 

Le 23 avril 2014, en mer d’Arabie, la frégate antiaérienne (FAA) Jean Bart a effectué un exercice conjoint avec la marine royale omanaise, au large de Salalah, ville située à environ 1000 km au sud de la capitale Mascate.

 

Le Jean Bart et la frégate légère Al Shamikh ont enchaîné les interactions qui visent à renforcer la coopération dans le cadre de l’opération Enduring Freedom (OEF).

 

Les interactions se sont déroulées dans des domaines aussi variés que la lutte antinavire, les évolutions tactiques ou encore le ravitaillement à la mer. L’équipe de visite du Jean Bart a également procédé à un entraînement d’investigation de bâtiment suspect à bord de la frégate omanaise. Un échange d’officiers de liaison a eu lieu.

 

Cette action de coopération, menée deux jours après une escale du Jean Bart à Mascate, conforte ainsi les liens tissés avec la marine royale omanaise, acteur majeur de la zone maritime de l’océan Indien.

 

La frégate antiaérienne Jean Bart est déployée dans l’océan Indien depuis le 27 février 2014. Elle participe à l’opération Enduring Freedom (OEF) qui lutte contre le terrorisme et les trafics illicites sur une zone maritime qui s’étend de la mer Rouge au golfe d’Oman.

OEF : interaction du Jean Bart avec la marine royale omanaise
Repost 0
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 07:30
Oman Air Force Continues F-16 Legacy

 

 

Apr 6, 2014 ASDNews Source : Lockheed Martin Corporation

 

The Sultanate of Oman accepted the first of its second order of Lockheed Martin [NYSE: LMT] F-16 Fighting Falcons in a ceremony April 3 at Lockheed Martin's Fort Worth facility. The fighter aircraft will ferry to Oman later this year.

 

In 2002, the Sultanate of Oman became the 23rd member of the F-16 family and now joins the 15 other countries which have ordered additional F-16 jets for their air defense. The new F-16s will add to the Oman Air Force's existing fleet of F-16s used to defend Oman's borders.

 

Read more

Repost 0
5 mars 2014 3 05 /03 /mars /2014 17:30
Crise sans précédent au sein du club des monarchies du Golfe

 

 

05 mars 2014 Romandie.com (AFP)

 

RYAD - Une crise sans précédent a éclaté au sein du club des monarchies arabes du Golfe, dont trois membres, conduits par l'Arabie saoudite, ont décidé mercredi d'isoler le Qatar, accusé de soutenir activement la mouvance islamiste.

 

L'Arabie, les Emirats arabes unis et Bahreïn ont rappelé leurs ambassadeurs au Qatar, reprochant à Doha ses ingérences dans les affaires de ses voisins, une première dans l'histoire du Conseil de coopération du Golfe (CCG), qui rassemble depuis 1981 six monarchies du Golfe.

 

Doha a aussitôt regretté cette décision et affirmé qu'il n'allait pas retirer ses ambassadeurs des trois pays.

 

Dans un communiqué, le Qatar a évoqué des divergences sur des questions régionales et affirmé sa détermination à respecter ses engagements au sein du CCG, y compris concernant sa stabilité et la sécurité de ses membres.

 

Le retrait des ambassadeurs a été annoncé au lendemain d'une réunion, houleuse selon la presse, des ministres des Affaires étrangères du CCG à Ryad.

 

Les pays du CCG ont tout fait auprès du Qatar pour s'entendre sur une politique unifiée (...) garantissant la non-ingérence de façon directe ou indirecte dans les affaires internes de chacun des pays membres, affirment dans un communiqué commun les trois pays.

 

Ils ont demandé au Qatar de ne soutenir aucune action de nature à menacer la sécurité et la stabilité des Etats membres, citant notamment les campagnes dans les médias, une allusion à Al-Jazeera.

 

Cette chaîne, outil de la diplomatie du Qatar, a toujours exaspéré les pays de la région, et selon les experts, elle s'emploie à soutenir les islamistes, notamment en Egypte.

 

L'Egypte a exacerbé les différends

 

Le communiqué souligne qu'en dépit de l'engagement à respecter ces principes pris par l'émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, lors d'un mini-sommet avec l'émir du Koweït et le roi d'Arabie à Ryad en novembre, son pays ne les a pas respectés.

 

Ce mini-sommet, à l'initiative de l'émir du Koweït, cheikh Sabah al-Ahmad Al-Sabah, était destiné à surmonter le profond désaccord entre Doha d'une part et Ryad, Abou Dhabi et Manama de l'autre sur la conduite à suivre face au nouveau pouvoir installé par l'armée en Egypte en juillet 2013 après l'éviction du président islamiste Mohamed Morsi.

 

Les trois pays ont perdu tout espoir d'un changement de la politique du Qatar. Ils ont été profondément déçus, a estimé à l'AFP l'analyste émirati Abdelkhaleq Abdallah.

 

L'émir du Qatar n'a pas pu honorer son engagement (...) et il semble que la vieille garde est toujours active et influente au Qatar, a-t-il estimé, évoquant l'entourage de cheikh Hamad Ben Khalifa Al-Thani, qui avait abdiqué en juin en faveur de son fils, Tamim.

 

Pour Ryad, Abou Dhabi et Manama, il est temps d'exercer des pressions sur le Qatar dans l'espoir que l'isolement de ce pays l'amène à changer sa politique, désormais inacceptable aux plans arabe et régional, a indiqué M. Abdallah.

 

Ce richissime pays gazier, dont la diplomatie a pris une dimension démesurée dans la foulée du Printemps arabe, s'est ainsi rangé ouvertement du côté des Frères musulmans écartés du pouvoir en Egypte, tandis que les trois autres pays ont apporté un soutien massif tant politique que financier au nouveau pouvoir égyptien.

 

Outre ce dossier, le Qatar est soupçonné par ses trois voisins de soutenir les islamistes proches des Frères musulmans dans leurs pays, dont des dizaines ont été condamnés à la prison aux Emirats arabes unis.

 

La justice des Emirats vient de condamner un Qatari à sept ans de prison. Il était poursuivi pour collecte de fonds au profit d'islamistes dans ce pays, accusés de vouloir renverser le régime.

 

La crise, qui couvait depuis plusieurs mois, s'était déjà manifestée en février par le rappel par les Emirats de leur ambassadeur à Doha, pour protester contre des propos de l'influent prédicateur islamiste Youssef al-Qaradaoui, accusant Abou Dhabi d'hostilité envers les Frères musulmans.

 

Au Koweït, président en exercice du CCG, le président du Parlement Marzouk al-Ghanem s'est dit très inquiété par le rappel des ambassadeurs, émettant l'espoir que cette mesure n'affectera pas le sommet arabe prévu fin mars à Koweït.

 

Le CCG comprend, outre l'Arabie saoudite, Bahreïn, les Emirats arabes unis, le Koweït et le Qatar, le sultanat d'Oman, connu pour sa politique réservée.

Repost 0
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 17:30
Oman confie sa défense aérienne à l'américain Raytheon

 

21/01/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Raytheon équipera le sultanat d'un système de défense aérienne NASAMS (lanceur fixes) et SLAMRAAM (lanceurs mobiles). Un contrat estimé par les diplomates américains à 2,1 milliards de dollars mais qui était promis au missilier européen MBDA.
 

Les Etats-Unis ont gagné. Par la force. Entre Paris et Washington, le sultan d'Oman, Qabous bin Saïd, a choisi... le plus puissant. Et c'est donc Raytheon qui équipera le sultanat d'un système de défense aérienne NASAMS (National Advanced Surface-to-Air Missile System), un lanceur fixe armé par des missiles AMRAAM, un contrat de 1,28 milliard de dollars, selon Raytheon. Hasard ou pas de calendrier, Oman a signé le contrat avec Raytheon la veille d'un déplacement ce mardi de la ministre du Commerce extérieur, Nicole Bricq à Mascate. Ce qui manque un peu de tact d'autant que c'est la première visite d'un membre du gouvernement français depuis bien longtemps à Mascate.

Le contrat a été paraphé lundi entre le ministre des Affaires de défense, Sayyid Badr bin Saud bin Harib al-Busaidi, et le Dr Thomas A. Kennedy, qui sera PDG de Raytheon à compter du 31 mars 2014. Pourtant, initialement il était promis à MBDA... "Le contrat avec Oman, que nous avons perdu, a expliqué Antoine Bouvier aux députés, s'élevait à un milliard d'euros, soit deux années de notre chiffre d'affaire en France", avait expliqué cet automne à l'Assemblée nationale le PDG de MBDA, Antoine Bouvier.

 

La puissance de feu américaine

En mai dernier lors d'une visite à Mascate, le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, avait fini le travail en forçant la main des Omanais contraints de choisir un système de défense aérienne américain. La puissance américaine avait eu raison de MBDA, qui avait de bonnes références dans ce pays du Golfe mais qui s'est fait souffler le contrat par Raytheon, bien appuyé par la puissance de feu de l'administration américaine. "En janvier 2013, les Omanais ont décidé d'acheter un système de défense sol-air fabriqué par Raytheon... ce pour quoi le secrétaire (d'État) faisait campagne lorsqu'il était au Sénat", a indiqué un haut responsable du département d'État.

Dans un communiqué commun publié au terme de la visite de John Kerry, les deux pays avaient indiqué que "les négociations finales sur l'achat du système sont en cours avec Raytheon et une conclusion définitive du contrat est attendue après un accord sur les aspects techniques du système (...) et d'autres questions annexes".

 

Manurhin à Oman

En revanche, le fabricant de machines de munitions Manurhin basé à Mulhouse (Haut-Rhin) avait annoncé en décembre avoir décroché le plus important contrat de son histoire, de plus de 60 millions d'euros, pour construire une usine dans le sultanat d'Oman. Manurhin participera à hauteur de "60 à 80 millions d'euros" à la création d'une usine de fabrication de cartouches dans le sultanat d'Oman qui sera opérationnelle dans trois ans, a annoncé le président du conseil de surveillance, Rémy Thannberger.

Il porte à près de 200 millions d'euros le carnet de commandes de Manurhin, soit l'équivalent de plus de six ans d'activité, selon 'entreprise alsacienne. Manurhin, qui emploie 130 salariés, réalisera un chiffre d'affaires de 30 à 35 millions d'euros cette année 2013, soit le double de 2012 (17 millions d'euros), a relevé Remy Thannberger.

Repost 0
28 novembre 2013 4 28 /11 /novembre /2013 17:30
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

Paris réfléchit à lancer le Rafale dans la compétition contre le Typhoon à Bahreïn

 

28/11/2013 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Cinquième volet de notre série sur la diplomatie de la France au Moyen-Orient, Bahreïn, Koweït et Oman. Trois pays complexes pour les industriels de l'armement français. Toutefois Paris mène une réflexion pour savoir si le Rafale va défier l'Eurofighter Typhoon à Bahreïn.


 

Et si le Rafale allait défier le Typhoon du consortium Eurofighter (BAE Systems, EADS et Finmeccanica) à Bahreïn. C'est une réflexion menée actuellement par Paris. "Pourquoi ne pas mettre sur la table le Rafale à Bahreïn", s'interroge une source proche du dossier. D'autant que les Britanniques, qui portent les campagnes commerciales de Typhoon au Moyen-Orient, ne se sont pas gênés pour rivaliser avec Dassault Aviation aux Emirats Arabes Unis et au Qatar, des marchés où les avions tricolores sont en service.

"Le Typhoon vaut plus par le dynamisme des Britanniques, qui le présentent, que par la valeur intrinsèque de l'appareil, estime-t-on. Ce serait très bien que l'on enraye le dispositif médiatique britannique autour du Typhoon". Selon nos informations, Bahreïn voudrait 12 nouveaux avions de combat.

 

Bahreïn, une préférence pour le Typhoon ?

Au mois d'août dernier à l'issue d'une rencontre à Londres entre le roi du Bahreïn, Hamad ben Issa Al-Khalifa, et le Premier ministre, David Cameron, le groupe britannique de défense BAE Systems avait annoncé que le royaume avait "exprimé un intérêt pour le Typhoon et le gouvernement britannique mène des discussions très préliminaires".

Une affaire à suivre mais le roi avait estimé en novembre 2009, selon un câble diplomatique diffusé sur le site internet de WikiLeaks, que le Rafale était une "technologie du passé". Peut-être s'était-il trop vite avancé car un mois plus tard le Rafale avait fait jeu égal en 2009 avec le Raptor F-22 lors de l'exercice ATLC (Advanced Tactical Leadership Course) de décembre aux Emirats Arabes Unis.

 

Le Koweït pourra-t-il s'offrir le Rafale ?

Au Koweït, il y a toujours un appel d'offre en cours pour l'achat de 28 avions de combat. Mais ce pays pourra-t-il résister à la pression américaine et s'offrir la technologie française ? Pas sûr. "Les Américains sont très présents au Koweït, explique-t-on à "La Tribune". Possible qu'il nous barre la route". C'est en juin 2009 que l'on commence à parler du Rafale au Koweït à l'occasion d'un passage rapide dans ce pays de Nicolas Sarkozy. L'achat éventuel de ces appareils fait l'objet de "discussions très approfondies" et "assez avancées", avait souligné l'ancien président. "On s'est mis comme échéance la fin de l'année". A ce jour, le Koweït ne s'est toujours pas décidé entre le Rafale, le Typhoon et le F/A-18E/F de Boeing.

Puis, en octobre 2009, le ministre koweïtien de la Défense et vice-Premier ministre avait indiqué lors d'une visite à Paris que son pays serait "fier" d'avoir du Rafale dans ses armées. "Nous espérons voir une offre (française) bientôt à ce sujet", avait-il expliqué, précisant qu'elle "sera étudiée très sérieusement et de façon très claire par l'armée de l'air koweïtienne". Dans l'entourage du ministre de la Défense d'alors Hervé Morin, on évoquait alors 36 appareils.

Pragmatique, la France vise au Koweït des contrats plus modestes. Avec un objectif prioritaire de terminer au plus vite un contrat qualifié de "pénible" à Paris, la rénovation de huit patrouilleurs P37 par le groupe étatique DCI. Enfin, Nexter qui s'est positionné sur un programme d'achat d'une centaine de véhicules blindés, propose le VBCI et DCNS des corvettes Gowind dans deux ou trois ans.

 

La France tente de maintenir quelques positions à Oman

A Oman, forteresse britannique, les Français ont connu quelques succès, notamment le missilier MBDA, qui a placé ses missiles surface-air VL Mica. Malheureusement, le sultanat va acquérir le système de défense aérienne américain de Raytheon SLAMRAAM pour un montant de 2,1 milliard de dollars (1,6 milliard d'euros). Oman était pourtant sur le point de choisir le missilier européen mais a dû changer son fusil d'épaule sous la pression de l'administration américaine. "Le contrat avec Oman, que nous avons perdu, s'élevait à un milliard d'euros, soit deux années de notre chiffre d'affaire en France", avait regretté mi-septembre à l'Assemblée nationale, le PDG de MBDA, Antoine Bouvier.

DCNS est également sur les rangs pour prendre des positions commerciales à Oman mais ce marché est extrêmement compétitif. "Beaucoup de concurrence", rappelle-t-on à Paris. Pour autant, le groupe naval a répondu en mars un appel d'offre portant sur l'acquisition d'un navire océanographique et attend fin 2014 pour proposer dans le cadre d'un RFI (Request for information) ses corvettes Gowind. Enfin, Thales est en train de créer à Oman une société de droit omanais.

Lire ou relire l'ensemble de la série La France au Moyen-Orient :

La France au Moyen-Orient (1/5) : quand la diplomatie va, tout va... mieux

La France au Moyen-Orient (2/5) : Paris chasse en Arabie Saoudite le mégacontrat Sawari 3

La France au Moyen-Orient (3/5) : le Qatar premier client du Rafale ?

La France au Moyen-Orient (4/5) : Jean-Yves Le Drian, l'homme clé du retour de la France aux Emirats Arabes Unis

Repost 0
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 08:20
Javelin Joint Venture Awarded $176 Million for Javelin Weapon System

 

DUBAI, United Arab Emirates, (Nov. 18, 2013) Lockheed Martin

 

The Raytheon Company (NYSE: RTN) and Lockheed Martin (NYSE: LMT) Javelin Joint Venture received a $176 million contract for the production and delivery of 842 Block I Javelin missile rounds and 120 command launch units (CLUs). The contract was awarded to the Javelin Joint Venture in September.

 

The missiles will be provided through the U.S. government to the U.S. Army, U.S. Marine Corps and three international customers: Oman, Jordan and Indonesia. Funded with Special Defense Acquisition Funds, the CLUs will be delivered to the U.S. Army beginning October 2014.

 

“The Javelin Joint Venture is providing U.S. and allied warfighters with an affordable, versatile and lethal one-man-portable, anti-tank, guided missile and surveillance weapon,” said Jeff Miller, Raytheon Javelin program director and Javelin Joint Venture president. “This contract is important to the Javelin program because the CLU retrofit business keeps our production line warm through mid-2015.”

 

Javelin enhances direct-fire capability against armored vehicles, buildings and field fortifications. Using the Javelin missile system, a single infantryman can engage and defeat targets in close combat and at ranges up to two-and-a-half kilometers.

 

“This contract allows us to provide to our customers one of the most reliable and user-friendly systems in the world,” said Barry James, Lockheed Martin Javelin program director and Javelin Joint Venture vice president. “Javelin has proven and continues to prove itself time and time again in combat.”

 

About Javelin

 

Javelin is a compact, lightweight missile designed for one-soldier operations in all environments. It is made by the Javelin Joint Venture, a partnership between Raytheon Company and Lockheed Martin. Javelin has been adopted by international armed forces around the world. It is currently fielded with the U.S. Army and U.S. Marine Corps, and has also been approved for foreign military sales to 13 nations.

 

About Lockheed Martin Corporation

 

Headquartered in Bethesda, Md., Lockheed Martin is a global security and aerospace company that employs about 116,000 people worldwide and is principally engaged in the research, design, development, manufacture, integration and sustainment of advanced technology systems, products and services. The Corporation’s net sales for 2012 were $47.2 billion. For additional information, visit our website: www.lockheedmartin.com.

 

About Raytheon

 

Raytheon Company, with 2012 sales of $24 billion and 68,000 employees worldwide, is a technology and innovation leader specializing in defense, security and civil markets throughout the world. With a history of innovation spanning 91 years, Raytheon provides state-of-the-art electronics, mission systems integration and other capabilities in the areas of sensing; effects; and command, control, communications and intelligence systems; as well as a broad range of mission support services. Raytheon is headquartered in Waltham, Mass. For more about Raytheon, visit us at www.raytheon.com and follow us on Twitter @Raytheon.

Repost 0
1 novembre 2013 5 01 /11 /novembre /2013 12:30
New Warship Handed Over to Royal Navy of Oman

 

Oct 30, 2013 ASDNews Source : BAE Systems PLC

 

A new warship has been handed over to the Royal Navy of Oman amid colourful celebrations on HM Naval Base Portsmouth this morning.

 

AL RAHMANI is the second of three 99 metre corvettes designed, built and delivered for the Royal Navy of Oman as part of Project Khareef. Her Interim Acceptance, in which the ship’s title is transferred before sailing to Oman, marks an important milestone for the project.

 

Read more

Khareef Class corvette Al Shamikh during its sea trials on the summer of 2013. Photo BAE Systems

Khareef Class corvette Al Shamikh during its sea trials on the summer of 2013. Photo BAE Systems

Repost 0
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 07:30
Royal Navy of Oman (RNO) new Khareef Class corvette Al Shamikh seen during its sea trials on the summer of 2013. Photo: BAE Systems

Royal Navy of Oman (RNO) new Khareef Class corvette Al Shamikh seen during its sea trials on the summer of 2013. Photo: BAE Systems

October 15, 2013 by
 

The Royal Navy of Oman (RNO) has recently accepted a new corvette – Al Shamikh – the lead ship of Khareef class. The 99 meter corvette has a displacement of 2,660 ton. It was constructed by BAE Systems at Portsmouth, UK and is designated ‘Ocean Patrol Vessel’ (OPV). Al Shamikh was launched in 2009 and accepted by the Royal Oman Navy in the UK June this year. Work at Portsmouth continues on the other two vessels of the class – Al Rahmani and Al Rasikh.

 

VL MICA missile launched on a test firing. The recent test launch from the RNO Al Shamikh was the first operational test launch for the new corvette. Photo: MBDA by Michel Hans

VL MICA missile launched on a test firing. The recent test launch from the RNO Al Shamikh was the first operational test launch for the new corvette. Photo: MBDA by Michel Hans

As part of the sea trials that followed the vessel conducted an operational naval firing of its VL MICA anti-air missile. Al Shamikh is the first deployment of the MICA VL Marine (MICA VL M) missile system, developed by MBDA. The live firing took place at the French MoD’s test range off the coast of the Ile du Levant in the Mediterranean Sea under the supervision and control of the French DGA – EM (Direction Générale de l’Armement – Essais de Missiles).

According to MBDA the VL MICA missile successfully intercepted and destroyed at very low altitude the target which was simulating a sea skimming anti-ship missile. “The success of this firing is evidence of the operational capability of the RNO with its new vessel and weapon system.” the announcement added.

VL MICA is the latest generation of air defence systems and deploys the MICA missile vertically launched from a canister which serves for both storage and launch purposes.  In its naval version, VL MICA provides both area air defence as well as self-defence of the host vessel. MICA fire-and-forget missiles can be equipped with either IR or radar seekers and are capable of dealing with the full range of airborne threats as well as saturating attacks.

Worldwide to date, 12 armed forces have selected the MICA missile.

 
The new Omani corvette Al Shamikh arrives at Royal Navy of Oman (RNO) Said bin Sultan Naval Base. Photo: BAE Systems

The new Omani corvette Al Shamikh arrives at Royal Navy of Oman (RNO) Said bin Sultan Naval Base. Photo: BAE Systems

Repost 0
10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 11:30
First BAE Khareef Corvette To Omani Navy

BAE Khareef Corvette  - Al Shamikh photo BAE Systems

 

09/10/2013 by Paul Fiddian - Armed Forces International's Lead Reporter

 

The Royal Navy of Oman has received its first Khareef-class corvette from contractor BAE Systems Surface Ships. Named Al Shamikh, it's the lead ship of three such vessels being built within the Project Khareef programme.

 

Al Shamikh was first launched in July 2009 and entered sea trials the following year. The two other Khareef-class corvettes, Al Rahmani and Al Rasikh, were launched in July 2010 and June 2011 respectively.

 

Al Shamikh's inauguration into the Royal Navy of Oman took place during a ceremony, in the presence of the British Ambassador to Oman and various defence officials including Sayyid Badr bin Saud al Busaidi - the nation's Minister Responsible for Defence Affairs.

 

"Today we celebrate the arrival of Al Shamikh into the waters of the sultanate, the first ship of Project Khareef, which would contribute to the strengthening of military capabilities and capacities of the Sultan's Armed Forces (SAF) which enjoys the Royal care and attention of His Majesty Sultan Qaboos bin Said, the Supreme Commander of the Armed Forces", he was quoted as having said in BAE Systems' Omani corvette delivery press release.

 

Khareef-class Corvettes

 

The Khareef-class corvette construction programme has been taking place at BAE Systems Surface Ships' shipyard, located at Portsmouth Naval Base. Each is 325 feet long and displaces 2,660 tonnes of water.

 

Power is supplied by a pair of MTU diesel engines, giving a maximum speed of 28 knots, while their maximum range is 4,500 nautical miles and their endurance, 21 days.

 

The Al Shamikh, Al Rahmani and Al Rasikh can each accommodate a single medium-sized helicopter on their decks and are armed with a single 76mm Oto Melara cannon, a pair of 30mm MSI DS30M 30mm cannons and eight MM-40 Block III Exocet surface-to-surface missiles.

 

Omani Navy Corvettes

 

The new Omani navy corvettes will be tasked with numerous roles including designated sea-zone protection, long-endurance surveillance patrols, search and rescue, humanitarian aid and special operations.

 

The three corvettes all represent part of the Royal Navy of Oman's future procurement policy. Ultimately, they'll be joined in service by a new research vessel and four Al-Ofouq-class patrol vessels.

Repost 0
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 07:30
Oman Airman Dies In Second Training Accident In Weeks

Sep. 23, 2013 – Defense News (AFP)

 

MUSCAT — An Omani airman has been killed in the second training accident to befall the sultanate’s air force in less than a fortnight, the defense ministry announced Monday.

 

“Pilot Officer Abdelmalek Ben Yacoub al-Afifi was killed when the fighter he was flying crashed on Sunday evening,” the ministry said, without giving further details.

 

The accident came hot on the heels of the Sept. 11 death of air force pilot Capt. Alazhar al-Shraiqi in an accident involving two Jaguar fighter jets on a training mission in the Dhofar region in the south.

Repost 0
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 11:30
Iran, Oman sign MoU to boost defense cooperation

Iran's Defense Minister Hossein Dehqan shakes hands with Oman’s Minister Responsible for Defense Sayyid Badr bin Saud Al Busaidiat in Tehran on September 17, 2013.

 

Sep 17, 2013 presstv.com

 

Iranian and Omani defense ministers have inked a memorandum of understanding to strengthen military cooperation between the two countries.

 

The MoU was signed by Iran's Defense Minister Brigadier General Hossein Dehqan and Oman’s Minister Responsible for Defense Sayyid Badr bin Saud Al Busaidiat in Tehran on Tuesday at the end of their official talks.

 

According to the agreement, the Armed Forces of Iran and Oman would boost cooperation in the fields of education, sports, and culture.

 

Under the agreement, Iran and Oman will work together in tackling drug and human trafficking.

 

The Omani defense minister arrived in Iran on Monday at the head of a high-ranking delegation.

 

Al Busaidi held talks with Iran’s President Hassan Rouhani earlier on Tuesday and discussed ways to expand Tehran-Muscat relations.

Repost 0
26 juin 2013 3 26 /06 /juin /2013 15:30
RNO Al Shamikh - Khareef Class corvette

RNO Al Shamikh - Khareef Class corvette

Jun 26, 2013 ASDNews Source : BAE Systems PLC

 

The first warship built by BAE Systems for the Royal Navy of Oman (RNO) as part of Project Khareef for the design, build and delivery of three corvettes, has been formally handed over in a ceremony at HM Naval Base Portsmouth today.

 

Employees and guests, including senior representatives from the Royal Navy of Oman and UK Royal Navy, gathered in front of the ship as the crew marched on board to raise the national flag of Oman on her flight deck for the first time.

 

Mick Ord, Managing Director of BAE Systems Maritime – Naval Ships, said: “Today is an important milestone in the strong and growing relationship between BAE Systems and Oman, as we hand over the first of the Khareef class warships.

 

“It’s an immensely proud moment for everyone at BAE Systems involved in the design, build, trial and delivery of Al Shamikh to see her crew march onboard and take ownership of the vessel. We now look forward to continuing our partnership with the Royal Navy of Oman, supporting the new crew and working towards the completion of the next two ships.”

 

The Khareef Class corvettes are equipped to defend against both surface and air threats with stealth features to operate undetected, an innovative hull design and electric propulsion to provide exceptional manoeuvrability. The ship is capable of undertaking a range of operations including coastal patrols, disaster relief, search and rescue, and deterrence operations.

 

Today’s ceremony marked the Interim Acceptance of Al Shamikh during which the ship is transferred to the Royal Navy of Oman. The Interim Acceptance of Al Rahmani, the second Khareef Class corvette, is scheduled to be handed over later in the year, while the final ship, Al Rasikh, is scheduled for handover in 2014.

 

The 85-strong crew of Al Shamikh, now based in the UK, will undergo the UK Royal Navy's Flag Officer Sea Training programme for five weeks before the ship embarks on her voyage of more than 3,000 miles to Oman.

 

The final acceptance of the ship is scheduled for 2014 after final hot weather trials are completed in Oman where the ship will demonstrate her ability to perform in temperatures in excess of 45 degrees.

Repost 0
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 18:30
Interactions franco-omanaises pour le Tonnerre à Mascate
28/05/2013 Marine Nationale
 

Dans le cadre de la troisième phase de son déploiement en mission Jeanne d’Arc, le bâtiment de projection et de commandement (BPC) Tonnerre a fait une relâche opérationnelle au sultanat d’Oman du 22 au 25 mai 2013.

 

Cette escale à Mascate a été le cadre de nombreuses rencontres entre les autorités politiques et militaires omanaises et les marins du BPC Tonnerre. Le vice-amiral Gillier, commandant de la zone maritime de l’océan Indien, le contre-amiral Hello, commandant l’École navale et le groupe des écoles du Poulmic et le capitaine de vaisseau Quérat, commandant le BPC Tonnerre et le groupe amphibie Jeanne d’Arc ont rencontré Son Excellence Monsieur l’Ambassadeur de France auprès du sultanat d’Oman Yves Oudin, ainsi que son premier conseiller Othman El Kachtoul et l’attaché défense, le colonel Lelièvre.

 

Les cadets embarqués dans le cadre de leur stage d’application à la mer ont visité la base et l’académie navale de Mascate, faisant ainsi la connaissance du capitaine de frégate Nasser al Baloushi, chef de la cellule relations extérieures de la base navale. Ils ont aussi eu l’opportunité de visiter le musée des forces royales à Bait al Falaj.

 

Enfin, l’équipage du BPC Tonnerre a su inscrire son activité diplomatique et culturelle dans le cadre de la journée du marin instaurée cette année par le chef d’état-major de la marine. Une visite du bord pour 150 enfants et adolescents a permis de mettre à l’honneur les valeurs et les activités du marin. Valeurs également véhiculées par l’association Marine Partage, qui a livré 1 palette de 470 kg de fret humanitaire et culturel (livres, manuels etc) à l’école française de Mascate via l’action de l’association AMOPA (Association des membres de l’ordre des Palmes Académiques).

 

Cette escale riche en interactions a œuvré en faveur du rayonnement du BPC Tonnerre qui a débuté le 12 mai la troisième phase de son déploiement. S’éloignant des côtes omanaises, le bâtiment se dirige actuellement vers Goa, en Inde, où il retrouvera son escorte, la FASM Georges Leygues.

Interactions franco-omanaises pour le Tonnerre à Mascate
Repost 0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 16:30
 Raytheon SLAMRAAM

Raytheon SLAMRAAM

24/05/2013 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le sultanat va acquérir le système de défense aérienne américain de Raytheon SLAMRAAM pour un montant de 2,1 milliard de dollars (1,6 milliard d'euros). Oman était pourtant sur le point de choisir le missilier européen MBDA mais a dû changer son fusil d'épaule sous la pression de l'administration américaine

 

MBDA s'était fait une raison depuis la fin 2012... mais en l'absence d'informations sur un éventuel contrat signé entre les Etats-Unis et le sultanat d'Oman, il subsistait un maigre, très maigre espoir, qui s'est définitivement envolé avec la visite du secrétaire d'Etat américain à Mascate. John Kerry a discuté mercredi avec les responsables omanais d'un contrat de vente du système de défense aérien SLAMRAAD de 2,1 milliards de dollars, dont les détails techniques restent à finaliser. La puissance américaine a donc eu raison de MBDA, qui s'est fait souffler le contrat par Raytheon, bien appuyé par la puissance de feu de l'administration américaine. "En janvier les Omanais ont décidé d'acheter un système de défense sol-air fabriqué par Raytheon... ce pour quoi le secrétaire (d'État) faisait campagne lorsqu'il était au Sénat", a indiqué un haut responsable du département d'État. C'est d'ailleurs l'une des grandes inquiétudes des responsables français de la défense, qui craignent l'agressivité des américains à l'exportation, notamment dans la région du Golfe.

 

MBDA, une longue tradition de coopération avec Oman

 

Car à Oman, MBDA a vu filer un contrat presque finalisé. Le missilier européen, qui a déjà fourni la Marine royale et la garde royale de VL-Mica, comptait également équiper l'armée de l'air omanaise de système Air defence de courte portée pour un contat beaucoup moins élevé que celui qui sera signé avec Raytheon. En 2007, Oman avait commandé des systèmes de missiles Exocet et VL Mica à MBDA pour équiper alors ses trois nouveaux OPV (Offshore Patrol Vessels) "Khareef". Un nouveau contrat qui s'inscrivait dans le cadre d'une longue coopération avec les Omanais. A l'époque, le PDG de MBDA, Antoine Bouvier, avait estimé que "ce contrat important confirme bien le rôle que joue MBDA auprès d'Oman , en tant que solide partenaire pour la fourniture de solutions de dernière génération, à des prix modérés. L'Exocet comme le VL Mica vont doter la marine royale d'Oman de la supériorité voulue, tant sur son littoral qu'en haute mer", selon un communiqué du missilier. MBDA précisait travailler depuis longtemps avec le sultanat d'Oman et avait déjà livré à l'armée omanaise des systèmes terrestres de défense anti-aérienne Mistral pour l'armée de terre royale, un système Milan anti-blindage pour la Garde et l'armée de terre, le système de défense anti-aérienne Rapier pour l'armée de l'air et le système de missiles Exocet pour la marine royale. Enfin, plus récemment, MBDA a fourni la Garde royale de VL Mica.

 

Une lettre d'intention bientôt signée

 

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a indiqué, lors d'un entretien avec le ministre omanais chargé de la Défense, Sayyed Badr al-Boussaïdi, que les Etats-Unis étaient "heureux" du contrat et "très reconnaissants pour la confiance placée dans Raytheon", le fabricant américain du système de défense. Les détails du contrat sont toujours en discussion et une lettre d'intention doit être signée "bientôt, mais ils sont en train de finaliser les détails techniques", a déclaré une porte-parole du département d'Etat, qui a requis l'anonymat. Le sultanat d'Oman avait décidé en janvier d'acheter un système de défense sol-air fabriqué par Raytheon, avaient indiqué des responsables américains. John Kerry avait fermement soutenu la candidature de cette société du Massachusetts, l'État dont il était un élu avant de devenir le nouveau chef de la diplomatie le 1er janvier. "L'un des objectifs est de faire avancer les intérêts commerciaux américains, de démontrer à Oman que ceux-ci sont importants pour cette administration", avait indiqué un responsable américain. "Oman a aussi récemment reçu une seconde tranche de F-16 (avion de combat américain) donc c'est une manière de poursuivre notre relation dans le secteur de la défense et cela aura des avantages en termes d'interopérabilité", selon le responsable. Selon les responsables américains, le contrat pour l'achat de 12 F-16 a été conclu en 2011 et la livraison est prévue en 2014.

 

Dans un communiqué commun publié au terme de la visite de John Kerry, les deux pays indiquent cependant que "les négociations finales sur l'achat du système sont en cours avec Raytheon et une conclusion définitive du contrat est attendue après un accord sur les aspects techniques du système (...) et d'autres questions annexes". "Nous avons besoin de ce système de défense, qui s'adapte aussi à la stratégie de défense des autres pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG)", a déclaré M. Boussaïdi lors de l'entretien avec John Kerry en présence d'un haut responsable de Raytheon, Ken Gordon. "Les discussions sont en cours en ce moment, et nous en sommes aux étapes techniques, mais nous espérons passer à la discussion finale et signer un contrat", a ajouté le ministre omanais. Des diplomates ont affirmé que le montant du contrat s'élèverait à quelque 2,1 milliards de dollars.

Repost 0
22 mai 2013 3 22 /05 /mai /2013 12:30
Kerry To Help Ink $2.1B Defense Accord With Oman

May. 20, 2013 – Defense News (AFP)

 

SHANNON, IRELAND — US Secretary of State John Kerry will help ink an estimated $2.1 billion proposed deal for Oman to buy a US-made air defense system during a trip to the Gulf state, American officials said Tuesday.

 

One of the main focuses of Kerry’s trip to Muscat was to applaud the signing of a letter of intent between Oman and US manufacturer Raytheon ahead of talks on the final contract, they told reporters traveling with him to Oman.

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories