Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 12:50
Optronic Mast System for Submarines with Optimized Stealth Characteristics Presented at DSEI

Sep 10, 2013 ASDNews Source : Cassidian

 

    Unique sensor combination enhances reconnaissance capabilities

    Compact and modular design enables easy installation and integration into all types of submarines

 

At this year’s DSEI exhibition in London, Cassidian Optronics GmbH, previously known as Carl Zeiss Optronics, presents its new OMS 200 low-profile optronic mast. Using newly developed passive sensors the system improves reconnaissance capabilities, especially when visibility is bad. At the same time, the optronic mast features optimized stealth characteristics resulting from its highly integrated, compact design. Thus the OMS 200 is able, as a single system, to carry out the attack and reconnaissance tasks previously assigned to separate systems. The OMS 200 can be installed into all types of submarines, not just in newly built units, but also into existing submarines, as part of upgrade programmes.

 

The optronic mast system comprises the latest generation of high-resolution sensors, which can be combined in a modular way. All of the sensors are bundled behind a single viewing window. A camera operating in the short-wave infrared range (SWIR), a high-resolution daylight camera and an eye-safe laser rangefinder are combined here in an extremely small space. The resulting compactness offers the smallest possible radar signature, making detection more difficult, especially in offensive roles.

 

Moreover, the combination with a mid-wave infrared system (MWIR) allows additional data to be gathered, which adds to the high image quality and resolution achieved by the integrated SWIR camera. This optional solution allows the optronic mast system to be used for intelligence and reconnaissance missions, evenunder difficult visual conditions. Particularly in mist and haze which frequently occurs during twilight at sea, the system can still meet the high requirements for submarines.

 

The universal aerial interface enables the sensor equipment to interact with a variety of aerials, such as ESM-EW/GPS aerials (ESM = electronic support measures; EW = electronic warfare; GPS = global positioning system). The digital data supplied can be exchanged directly with naval and ground forces. The role of submarines is thus strengthened in an all-encompassing defence strategy.

 

The compact design of the OMS 200 also means that it can be installed and integrated into all types of submarines, whether for new builds or for a modernization programme. In addition, its modular design permits new sensors to be quickly installed over the entire life cycle of the product, without having to change the configuration of the mast. This results in a sustained reduction of maintenance and logistics costs.

 

Since 1903, both as Carl Zeiss and as Cassidian, the company has manufactured and delivered more than 3,000 periscopes. The current systems are in use by 19 leading naval forces around the world.

Partager cet article

Repost0
5 septembre 2013 4 05 /09 /septembre /2013 16:55
Optsys to Exhibit at DESi 2013

 September 05, 2013 by OPTSYS

 

Optsys will be exhibiting at the DSEi 2013 event from 10-13 September at the ExCeL centre in London, UK.

 

At the event, Optsys will be showcasing their latest innovations and product developments, and staff will be on hand to answer any questions.

 

Optsys is the French specialist and one of the European leaders in the field of optical and protected vision equipment for armoured vehicles. For more than 40 years, Optsys has been designing, manufacturing and marketing onboard opto-mechanical and optronic systems for use by the land defence industries.

Partager cet article

Repost0
5 septembre 2013 4 05 /09 /septembre /2013 11:55
Oiseau de nuit

 

05/09/2013 Flora Cantin - Actualités

 

Formateur à l’école de l’Alat depuis dix-huit ans, le lieutenant Marc Le Bris est le champion incontesté du vol opérationnel sous jumelles de vision nocturne. À son palmarès : plus de 3 300 heures dans cette spécialité.

 

Marco est au vol de nuit sous jumelles de vision nocturne (JVN) ce que Clint Eastwood est au cinéma américain : une star incontournable. Marco, comme l’appellent ses collègues, c’est le lieutenant Marc Le Bris, moniteur à l’École de l’aviation légère de l’armée de Terre (Ealat). À 48 ans, dont trente ans de service, il forme les pilotes au vol de nuit opérationnel (combat et sauvetage) sous JVN, savoir-faire propre à l’Alat. Marc découvre le plaisir du pilotage à 8 ans : « Mon oncle, qui m'installait à la place du pilote dans son petit avion, me faisait rêver en me parlant de l’Alat et j’ai passé les tests dès que j’ai pu. » Il intègre donc l’école nationale des sous-officiers de Saint-Maixent en 1983 et se spécialise dans le pilotage de l’hélicoptère Puma avant de rejoindre le 1er régiment d’hélicoptères de combat, à Phalsbourg.  « Avec ce régiment, j’ai participé à ma première opération extérieure, au Tchad, en 1986. Nous devions récupérer des soldats tchadiens blessés au combat. Cette expérience m’a marqué. Je me suis senti utile », se souvient Le Bris. Le pilote enchaîne sur des missions en Centrafrique, dans le golfe Persique – il participe notamment à la guerre du Golfe –, en Nouvelle-Calédonie et sur les porte-avions Foch et Clémenceau. En 1992, il vit sa première expérience d’instructeur JVN à l’Ealat, au Luc-en-Provence. Sept ans plus tard, il s’envole pour le détachement de l’Alat de Djibouti comme chef de bord Puma. En 2001, devenu moniteur, il retrouve la brigade JVN. Qualifié au pilotage des hélicoptères Gazelle, Fennec et Puma, le lieutenant Le Bris affiche  6 800 heures de vol à son actif quand la plupart des pilotes terminent leur carrière avec une moyenne de 4 000 heures.

 

Sa particularité ? Avec 3 500 heures de nuit dont 3 300 sous JVN, il détient le record mondial du vol opérationnel sous JVN depuis des années. « Ce vol est particulier : il est plus technique, plus précis. L’attention doit être plus soutenue. L’atmosphère est aussi plus calme que le jour. À travers les JVN, nous voyons le monde en vert, c’est magique  ! » explique-t-il. Pour se détendre, il délaisse parfois les airs pour la mer : « En plongée, je retrouve la technicité, l’attention, l’adrénaline. C’est un monde aussi calme et magique que celui de la nuit. Pour moi, la terre est un trait d’union entre ces deux univers. »

 

Dans une salle de cours de l’Ealat, qui fête ses 50 ans cette année, il décrit à trois pilotes stagiaires les particularités du vol sous JVN : « Avec 2,5 kilos sur la tête, le poids du casque et des jumelles, vous avez mal au dos. Le champ de vision est limité à 40 degrés. L’image n’a aucun relief, l’appréciation des distances est faussée, vos yeux n’arrêtent pas de balayer le paysage. Comme vous ne pouvez pas voir net à moins de 7 mètres, votre camarade à côté de vous est flou. C’est déstabilisant ! Il faut une grande concentration, cela demande beaucoup d’énergie. Pourtant, il faut maintenir une synergie dans l’équipage. C’est une question de sécurité. » Pour le lieutenant Toutain, chef de la brigade JVN, Marco est « très pédagogue et connaît toutes les subtilités des différents vols ». « Malgré sa stature, il reste accessible », commentent les lieutenants Megard et Rastouil, pilotes stagiaires.

 

Le soleil se couche. Il est 21 heures. Sur la piste, face au massif des Maures, trois Gazelle se mettent en route. Le bruit des rotors s’intensifie : des stagiaires vont décoller pour un exercice de vol de nuit en patrouille. Marc Le Bris est à leurs côtés. Alors que l’aéronef quitte le tarmac, le colonel Doutaud, chef de corps de la base école Général Lejay, témoigne : « Il a fallu plusieurs décennies pour que nos équipages sachent manœuvrer et combattre, en formation, de jour comme de nuit. Grâce à des hommes comme le lieutenant Le Bris, qui a formé des générations de pilotes, l’Alat maîtrise les savoir-faire particuliers du combat de nuit. Ce genre de vol est particulièrement éprouvant. En moyenne, les formateurs restent quatre ans dans la brigade JVN. Lui est là depuis dix-huit ans  ! » La majorité des pilotes engagés en Afghanistan, en Libye et au Mali est assurément passée entre les mains du lieutenant Le Bris.  

Oiseau de nuit

Partager cet article

Repost0
30 août 2013 5 30 /08 /août /2013 11:20
Palomar Display Products Awarded a $2.2M Contract From US Army

Aug 30, 2013 ASDNews Source : Palomar Display Products, Inc.

 

Palomar Display Products, Inc. announced today that it has been awarded a $2.2M firm fixed price contract by the US Army Contracting Command to deliver military display systems for the M1A2 Abrams tank fire control system.

 

These high resolution, optically coupled displays have been designed and qualified for the M1A2 Abrams tank and will be supplied to the US Army for an International customer. All display systems under this contract will be delivered through 2014.

 

"This repeat award contributes to our 2014 backlog," stated Palomar Display Products President Dennis Crothers. "Our position as the primary supplier of thermal sight displays for the US and International armored vehicle market has been reaffirmed again."

Partager cet article

Repost0
29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 11:55
NPO Vysokotochnie Komplexy et Safran signent un accord dans le domaine des caméras thermiques

Salon MAKS, Aéroport de Joukovsky (région de Moscou), le 28 août 2013. Safran

 

A l’occasion du salon MAKS, Vysokotochnie Komplexy (High Precision Systems), société de la corporation d’Etat Rostechnologies et Safran viennent de signer ce jour un accord de coopération.

 

Cet accord a été signé par Mr. Jean-Paul Herteman, président directeur général de Safran et par Mr. Alexander Denisov, président directeur général de Vysokotochnye Kompleksy.

 

Confirmant la confiance de NPO Vysokotochnie Komplexy dans les capteurs thermiques à hautes performances de Sagem, cet accord prévoit la commande de caméras thermiques pour cet automne.

 

Ce partenariat entre Safran et NPO Vysokotochnie Komplexy est le fruit d’une coopération de plus de dix ans fondée sur la complémentarité des savoir-faire et de l’excellence des technologies de leurs deux sociétés : Sagem et Instrument Design Bureau (KBP). Le haut degré de compétitivité des solutions proposées par KBP et Sagem a permis de remporter en Russie, comme à l’international, de nombreux succès commerciaux, et de créer plusieurs opportunités attestant du potentiel de leur coopération.

* * * *

 

Sagem (Safran), société de haute technologie, est un leader mondial de solutions et de services en optronique, avionique, électronique et logiciels critiques, pour les marchés civils et de défense. N°1 européen et n°3 mondial des systèmes de navigation inertielle pour les applications aéronautiques, marines et terrestres, Sagem est également n°1 mondial des commandes de vol pour hélicoptères et n°1 européen des systèmes optroniques et des systèmes de drones tactiques. Présents sur tous les continents via le réseau international de Safran, Sagem et ses filiales emploient 7 500 personnes en Europe, en Asie-Pacifique, en Amérique du Nord et en Amérique du Sud. Sagem est le nom commercial de la société Sagem Défense Sécurité.

 

Pour plus d’informations : www.sagem-ds.com

Partager cet article

Repost0
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 16:40
Kamov Ka-52

Kamov Ka-52

Salon MAKS, aéroport de Joukovsky (Région de Moscou), le 28 août 2013. Safran

 

Kamov, société de la holding Hélicoptères de Russie et Sagem (Safran) vont mettre en synergie leurs complémentarités technologiques et industrielles en proposant une version améliorée du Ka-52 Alligator destinée à répondre aux besoins de plusieurs pays.

 

Lancée en 2011, cette coopération entre les deux sociétés porte sur la proposition et l’intégration sur les hélicoptères développés et produits par Kamov d’équipements optroniques de Sagem et de systèmes de navigation inertielle LINS 100 (*). Elles envisagent les travaux d’intégration d’un nouvel ensemble optronique début 2014 sur le Ka-52.

 

Cette coopération dans le domaine des hélicoptères contribue à la stratégie de Sagem consistant à établir des partenariats industriels durables avec les sociétés russes leaders sur leur secteur. Dans cette coopération, Sagem apportera son expérience acquise avec le viseur le Strix en production pour l’hélicoptère de combat Franco-allemand Tigre. Ce viseur a contribué, de jour comme de nuit, au succès des opérations militaires conduites par les armées françaises sur plusieurs théâtres, dont l’opération Serval au Mali en 2013.

 

(*) Système de navigation inertielle à gyrolaser, la centrale LINS-100 est produite en Russie dans le cadre de la joint venture RS Alliance créée à Ramenskoie par la société russe ZAO-ITT et Sagem.

* * * *

 

Sagem (Safran), société de haute technologie, est un leader mondial de solutions et de services en optronique, avionique, électronique et logiciels critiques, pour les marchés civils et de défense. N°1 européen et n°3 mondial des systèmes de navigation inertielle pour les applications aéronautiques, marines et terrestres, Sagem est également n°1 mondial des commandes de vol pour hélicoptères et n°1 européen des systèmes optroniques et des systèmes de drones tactiques. Présents sur tous les continents via le réseau international de Safran, Sagem et ses filiales emploient 7 500 personnes en Europe, en Asie-Pacifique, en Amérique du Nord et en Amérique du Sud. Sagem est le nom commercial de la société Sagem Défense Sécurité.

Pour plus d’informations : www.sagem-ds.com

Partager cet article

Repost0
27 août 2013 2 27 /08 /août /2013 12:55
Lancement du programme de R&D Nano2017 d'un coût global de 3,5 milliards d'euros

27/8/2013 Jacques Marouani, - ElectroniqueS

 

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, Geneviève Fioraso, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, et Fleur Pellerin, ministre chargée des PME, de l'Innovation et de l'Economie numérique, ainsi que plusieurs représentants des autorités nationales, régionales et locales, et des dirigeants de STMicroelectronics, se sont retrouvés le 22 juillet dernier sur le site ST de Crolles, près de Grenoble (Isère), pour le lancement du programme de R&D Nano2017.

 

Le Premier ministre a annoncé la participation de l'Etat à hauteur de 600 millions d'euros au programme Nano2017 pour un coût total de 3,5 milliards d'euros. Il doit se traduire par la réalisation d'importants investissements industriels de haute technologie en France par STMicroelectronics, notamment dans son usine de Crolles. STMicroelectronics investira lui-même 1,3 milliard d'euros qui devrait lui permettre de doubler la capacité de production de cette usine. Celle-ci va passer de 3 500 tranches de silicium par semaine à 7 000 à terme, avec une étape intermédiaire de 5 700 tranches par semaine.

 

Le projet bénéficie du soutien de l'Union européenne par le biais de l'initiative technologique commune (JTI) de l'Eniac, le Conseil consultatif pour l'initiative européenne des nanotechnologies.

 

Le programme Nano2017 doit renforcer le leadership de ST dans les technologies-clés : FD-SOI (traitement de hautes performances et basse consommation), imagerie de nouvelle génération (capteurs et processeurs de signal d'images) et mémoires non-volatiles embarquées de nouvelle génération. Ces technologies sont au coeur des solutions de traitement embarquées de ST, telles que les microcontrôleurs, les solutions d'imagerie, les produits numériques grand public, les processeurs d'application et les Asic numériques.

 

Nano2017 s’inscrit dans une vision européenne, avec le programme "Airbus of Chips" de 10 milliards d'euros sur 7 ans lancé par la Commission européenne, qui vise à doubler la production en Europe de puces "moins coûteuses et plus intelligentes" pour atteindre 20% de la production mondiale. Le site de Grenoble-Crolles sera l’un des 3 piliers, avec les pôles d’innovation de Dresde en Allemagne, et Eindhoven-Leuven aux Pays-Bas et en Belgique, de cette stratégie microélectronique européenne ambitieuse.

Partager cet article

Repost0
5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 11:40
Su-30SM Fighter source Ria Novisti

Su-30SM Fighter source Ria Novisti

MOSCOU, 4 juillet - RIA Novosti

 

L'usine d'optique et de mécanique de l'Oural a conçu un nouveau capteur de précision pour les avions, muni d'une caméra thermique, d'un télémètre laser et d'une optique de haute définition qui assure la détection des cibles le jour et la nuit même dans des conditions météorologiques défavorables. Cet équipement est suspendu sous le fuselage ou une aile de l'avion et transmet l'image directement dans le cockpit. Selon les experts ce capteur pourrait non seulement devenir une sorte de lunette de précision pour les pilotes mais aussi rétablir la position de la Russie sur le marché international des armements, écrit jeudi le quotidien Izvestia.

 

"L'usine d'optique et de mécanique de l'Oural en est aujourd’hui au stade des essais. Les travaux devraient s'achever d'ici la fin de l'année, après quoi cet équipement sera transmis aux forces aériennes qui lanceront leur propres tests", rapporte une source bien informée du complexe militaro-industriel.

 

Selon lui, ce dispositif sera fourni non seulement aux forces aériennes russes mais aussi aux pays dont les armées sont équipées d'avions russes. Auparavant, l'absence de cette technologie obligeait les producteurs à fournir aux clients étrangers des avions munis de systèmes français.

 

Une source des forces aériennes russes indique que cet équipement permettra au pilote de frapper des cibles terrestres avec une précision au centimètre.

 

"Il s'agit de fait d'une lunette de précision capable de fonctionner dans n'importe quelles conditions météorologique. En plus de l’optique et de la caméra thermique, le capteur est muni d'un laser qui projette un point de lumière sur la cible choisie par le pilote. Les systèmes de guidage des bombes et des missiles utilisent ensuite ce point pour corriger leur trajectoire de vol", explique cet officier des forces aériennes russes.

 

Selon lui ce capteur pourrait équiper le Su-30 car ce dernier est le seul chasseur russe muni d’écrans liés au système électronique conjoint du capteur et de l'avion. Cet appareil biplace permet aux pilotes d'utiliser ce capteur tout en pilotant l'avion de manière efficace.

 

"C’est la deuxième tentative de créer des lunettes de tir suspendues pour les forces aériennes. L'usine d'optique et de mécanique de l'Oural a déjà conçu il y a quelques années le Sapsan pour les Su-27 et les Su-25. Des problèmes techniques ont cependant empêché sa production en série", souligne-t-il.

 

Les représentants de l'usine d'optique et de mécanique de l'Oural se sont abstenus de tout commentaire, mettant en avant le caractère secret des travaux.

 

Anton Lavrov, expert militaire indépendant et coauteur du livre La Nouvelle armée russe, a indiqué à Izvestia que les avions modernes d’attaque, sont en grande majorité, équipés de tels systèmes.

 

"C'est le moyen le plus économique de transformer un chasseur possédant des capacités limitées de frappe sur terre en chasseur-bombardier polyvalent dans toutes les conditions météorologiques. Un bon exemple est l'américain F-15E Strike Eagle. La guerre du Golfe a démontré que sans son capteur Lantirn il s'agissait simplement d'un chasseur biplace tout à fait ordinaire et même, pas très performant. Toutefois, cet outil de précision a fait de lui l'appareil le plus demandé des forces aériennes américaines en matière de frappe sur des cibles terrestres", raconte-t-il.

 

Selon lui, la Russie cède actuellement du terrain sur le marché de la modernisation du matériel militaire.

 

"Partout dans le monde il y a beaucoup d'avions soviétiques obsolètes tels que Su-25, Su-22, MiG-21, MiG-23 etc. Les pays qui possèdent ces appareils n'ont pas de fonds pour acquérir de nouveaux avions et ils donc s'adressent à d'autres Etats pour les moderniser. Par exemple, Israël a modernisé les Su-25 géorgiens. Les Français le font également. Le nouveau capteur permettra à l'industrie russe de concurrencer Israël et la France car elle sera en mesure de moderniser efficacement des avions obsolètes pour une somme relativement peu importante", conclut Anton Lavrov.

Partager cet article

Repost0
5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 11:40
Su-30SM Fighter source Ria Novisti

Su-30SM Fighter source Ria Novisti

MOSCOU, 4 juillet - RIA Novosti

 

L'usine d'optique et de mécanique de l'Oural a conçu un nouveau capteur de précision pour les avions, muni d'une caméra thermique, d'un télémètre laser et d'une optique de haute définition qui assure la détection des cibles le jour et la nuit même dans des conditions météorologiques défavorables. Cet équipement est suspendu sous le fuselage ou une aile de l'avion et transmet l'image directement dans le cockpit. Selon les experts ce capteur pourrait non seulement devenir une sorte de lunette de précision pour les pilotes mais aussi rétablir la position de la Russie sur le marché international des armements, écrit jeudi le quotidien Izvestia.

 

"L'usine d'optique et de mécanique de l'Oural en est aujourd’hui au stade des essais. Les travaux devraient s'achever d'ici la fin de l'année, après quoi cet équipement sera transmis aux forces aériennes qui lanceront leur propres tests", rapporte une source bien informée du complexe militaro-industriel.

 

Selon lui, ce dispositif sera fourni non seulement aux forces aériennes russes mais aussi aux pays dont les armées sont équipées d'avions russes. Auparavant, l'absence de cette technologie obligeait les producteurs à fournir aux clients étrangers des avions munis de systèmes français.

 

Une source des forces aériennes russes indique que cet équipement permettra au pilote de frapper des cibles terrestres avec une précision au centimètre.

 

"Il s'agit de fait d'une lunette de précision capable de fonctionner dans n'importe quelles conditions météorologique. En plus de l’optique et de la caméra thermique, le capteur est muni d'un laser qui projette un point de lumière sur la cible choisie par le pilote. Les systèmes de guidage des bombes et des missiles utilisent ensuite ce point pour corriger leur trajectoire de vol", explique cet officier des forces aériennes russes.

 

Selon lui ce capteur pourrait équiper le Su-30 car ce dernier est le seul chasseur russe muni d’écrans liés au système électronique conjoint du capteur et de l'avion. Cet appareil biplace permet aux pilotes d'utiliser ce capteur tout en pilotant l'avion de manière efficace.

 

"C’est la deuxième tentative de créer des lunettes de tir suspendues pour les forces aériennes. L'usine d'optique et de mécanique de l'Oural a déjà conçu il y a quelques années le Sapsan pour les Su-27 et les Su-25. Des problèmes techniques ont cependant empêché sa production en série", souligne-t-il.

 

Les représentants de l'usine d'optique et de mécanique de l'Oural se sont abstenus de tout commentaire, mettant en avant le caractère secret des travaux.

 

Anton Lavrov, expert militaire indépendant et coauteur du livre La Nouvelle armée russe, a indiqué à Izvestia que les avions modernes d’attaque, sont en grande majorité, équipés de tels systèmes.

 

"C'est le moyen le plus économique de transformer un chasseur possédant des capacités limitées de frappe sur terre en chasseur-bombardier polyvalent dans toutes les conditions météorologiques. Un bon exemple est l'américain F-15E Strike Eagle. La guerre du Golfe a démontré que sans son capteur Lantirn il s'agissait simplement d'un chasseur biplace tout à fait ordinaire et même, pas très performant. Toutefois, cet outil de précision a fait de lui l'appareil le plus demandé des forces aériennes américaines en matière de frappe sur des cibles terrestres", raconte-t-il.

 

Selon lui, la Russie cède actuellement du terrain sur le marché de la modernisation du matériel militaire.

 

"Partout dans le monde il y a beaucoup d'avions soviétiques obsolètes tels que Su-25, Su-22, MiG-21, MiG-23 etc. Les pays qui possèdent ces appareils n'ont pas de fonds pour acquérir de nouveaux avions et ils donc s'adressent à d'autres Etats pour les moderniser. Par exemple, Israël a modernisé les Su-25 géorgiens. Les Français le font également. Le nouveau capteur permettra à l'industrie russe de concurrencer Israël et la France car elle sera en mesure de moderniser efficacement des avions obsolètes pour une somme relativement peu importante", conclut Anton Lavrov.

Partager cet article

Repost0
14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 11:20
NightVista

NightVista

13 June 2013 army-technology.com

 

Intevac Photonics has been awarded a contract for production and delivery of night-vision cameras for installation onboard the US Army's AH-64 Apache attack helicopter.

 

Awarded by the US Army's PM Apache Office, the $27m contract involves supply of more than 500 NightVista M611 cameras as part of the Apache helicopter's pilot night-vision sensor (PNVS) programme.

 

Intevac Photonics executive vice-president and general manager Drew Brugal said the contract represented a direct result of the successful development work carried out by the company with the army over the past year.

 

"This demonstrates the ongoing success in the fielding of our core EBAPS sensor technology for key US military platforms and applications, and our ability to deliver system-level night-vision products," Brugal said.

 

Based on Intevac's patented Electron Bombarded Active Pixel Sensor (EBAPS) design for extreme low-light level detection, NightVista M611 is a small footprint digital image intensified (DI2) cameras and sensor module designed for daylight, low light or night imaging missions.

 

Fitted with 60 Hz frame rate and ISIE 11 sensor, the camera builds on the features of the E3010C camera by offering higher frame rate, higher resolution and additional capabilities, including snapshot shutter and enhanced image processing capabilities.

 

Powered by two GE T700-701D engines, AH-64 Apache is primarily used for distributed operations, deep precision strikes against relocatable targets, and also for providing armed reconnaissance when required in day, night, obscured battlefield and adverse weather conditions.

 

The Boeing-built helicopters are also in service with several nations worldwide, including the UK, Israel, Japan, Netherlands, Saudi Arabia, Singapore, Greece, Kuwait, Egypt and UAE.

 

The performance period and delivery schedule have not been disclosed by the company.

Partager cet article

Repost0
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 17:20
LM Delivers Modernized Laser Range Finder for US ArmyaEUR(tm)s Apache Helicopter

Jun 7, 2013 ASDNews Source : Lockheed Martin

 

Lockheed Martin [NYSE:LMT] recently delivered the first Modernized Day Sensor Assembly (M-DSA) Laser Range Finder Designator (LRFD) to the U.S. Army for the AH-64D/E Apache helicopter.

 

“The new laser is the first component to be fielded in the Modernized Day Sensor Assembly,” said Lt. Col. Steve Van Riper, U.S. Army product manager of Apache Sensors. “The U.S. Army looks forward to a lasting relationship with the Lockheed Martin and Selex team; we anticipate continued success as we quickly ramp-up to our planned production rate and begin fielding."

 

The modernized LRFD is the first phase of upgrades for the M-DSA program. The modernized LRFD mitigates obsolescence and provides enhanced performance to the Modernized Target Acquisition Designation Sight/Pilot Night Vision Sensor (M-TADS/PNVS) system. The modernized LRFD is also the chief targeting aid for the Apache, establishing the range to target for accurate weapon aiming.

 

The M-DSA second phase upgrades bring color to the Apache cockpit display, improving situational awareness and communication with ground troops.

 

“This milestone represents a highly successful team effort that provides significant benefit to the Apache pilot through system reliability, maintainability and performance,” said Matt Hoffman, director of M-TADS/PNVS programs at Lockheed Martin Missiles and Fire Control. “With more than 685 modernized LRFD kits on contract, this milestone signifies Lockheed Martin’s ability to deliver on its commitment to supporting the soldier.”

 

Lockheed Martin Missiles and Fire Control is a 2012 recipient of the U.S. Department of Commerce’s Malcolm Baldrige National Quality Award for performance excellence. The Malcolm Baldrige Award represents the highest honor that can be awarded to American companies for achievement in leadership, strategic planning, customer relations, measurement, analysis, workforce excellence, operations and business results.

Partager cet article

Repost0
19 mai 2013 7 19 /05 /mai /2013 11:55
photo FOB

photo FOB

16.05.2013 par Frédéric Lert (FOB)

 

Sagem a présenté hier sur la base aérienne 120 de Cazaux l’utilisation combinée de la JIM LR et du télémètre illuminateur laser DHY 307 dans sa version légère (LW, pour Low Weight). C’est la rencontre sur un même support de deux stars de l’industrie française, la JIM LR (Jumelle Infrarouge Multifonctions « Long Range ») de Sagem et le DHY 307 LW de Cilas. La première est assemblée à Poitiers et le second à Orléans.

 

L’ensemble permet à un opérateur de combiner la télémétrie et l’illumination laser pour le guidage des armements air-sol avec toutes les capacités de la JIM LR (télémétrie, chercheur de nord, GPS, vision infrarouge, voir jour et fusion des voies jour et IR pour le décamouflage). Dans sa version LW, le DHY 307 pèse environ 4kg, soit deux fois moins que dans sa version précédente, pour un même niveau de performance.

Partager cet article

Repost0
18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 12:39

Partager cet article

Repost0
17 avril 2013 3 17 /04 /avril /2013 23:35

Partager cet article

Repost0
26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 16:50

Sophie-XF.jpg

 

Feb 26, 2013 ASDNews Source : Thales Group

 

The Federal Office of Bundeswehr Equipment, Information Technology and In-Service Support (BAAINBw) has awarded Thales the contract for the manufacture and supply of ten sets of Sophie XF Type long-range cooled thermal imagers. The order also extends to logistical support, documentation and training. The agreed delivery date is for the autumn of 2013. Sophie XF is designed to complement around 100 previous systems used by the German Armed Forces.

 

Sophie XF is a hand-held, multi-functional thermal imaging device with laser range finder, daylight camera and position sensor (GPS receiver and digital compass). The continuous optical zoom makes the high optical performance capability very easy to utilise. The German Armed Forces will use this long-range imager for surveillance, target acquisition and identification and determining the coordinates of these targets at night and in adverse visibility conditions. What makes Sophie XF distinctive is its multitude of measurement and recording options, low-weight, longer-life batteries and reduced noise generation. "We are delighted with this follow-up procurement order, which will provide the user with an innovative, user-friendly device with a wide range of applications", said Holger Brandt, Vice President Defence & Security Systems Thales Deutschland, commenting on the contract.

Partager cet article

Repost0
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 17:55

http://www.ixarm.com/IMG/vignette/arton1669.jpg

 

07.02.2013 ONERA

 

Après la plus petite caméra infrarouge cryogénique du monde fin 2011, les ingénieurs de recherche de l’Onera dévoilent une nouvelle première mondiale : le tri de photons selon leur longueur d’onde, à une échelle micrométrique.

Ce système révolutionne les compromis habituels entre sensibilité et polychromie inhérents au filtrage standard, puisque cette technique de tri permet de récupérer et d’utiliser tous les photons incidents, alors que le filtrage « perd » des photons. En pratique, le tri est assuré par des nano-antennes situées sur une même surface, ce qui permet d’envisager la miniaturisation des pixels à l’échelle de la longueur d’onde. Les performances en matière de sensibilité et de résolution sont inégalables.

 

Principe du filtrage spectral : les filtres ne laissent passer qu’une seule couleur (ou longueur d’onde. Avec 2 couleurs, 50% du rayonnement est perdu.
 

 

Principe du filtrage spectral : les filtres ne laissent passer qu’une seule couleur (ou longueur d’onde. Avec 2 couleurs, 50% du rayonnement est perdu.

 

Principe du tri spectral : les nano-antennes ont un effet d’entonnoir (funneling) sur les flux de photons et captent 100% du rayonnement correspondant à leur longueur d’onde, qu’elles transmettent au pixel correspondant : sensibilité deux fois plus importante qu’avec le tri (pour deux couleurs).


Principe du tri spectral : les nano-antennes ont un effet d’entonnoir (funneling) sur les flux de photons et captent 100% du rayonnement correspondant à leur longueur d’onde, qu’elles transmettent au pixel correspondant : sensibilité deux fois plus importante qu’avec le tri (pour deux couleurs).

 

Les premiers démonstrateurs de ce principe sont nés dans le laboratoire Onda de l’Onera (opto-électronique des nanomatériaux et dispositifs associés), de travaux communs au Dota (département Optique théorique et appliquée de l’ONERA) et au CNRS / LPN (Laboratoire de Photonique et de Nanostructures). Les recherches se sont appuyées sur des financements de l’ANR et de ONERA : le Carnot Antares et le projet Intrepid. Les thèses de Charlie Koechlin et de Patrick Bouchon ont grandement contribué à ces résultats.

 

Il est prévu de poursuivre ces travaux par la réalisation d’un démonstrateur technologique, une caméra à vision discriminante informant sur la « couleur infrarouge », donc sur la nature des matériaux ou des gaz observés. Une telle caméra pourra intéresser la défense ou la surveillance de l’environnement (détection de polluants par exemple).

Rendez-vous avec un prototype d'ici 2014 !

 

vue de pixels carrés formés chacun de quatre nano-antennes carrées               

 

A gauche, vue de pixels carrés formés chacun de quatre nano-antennes carrées,
A droite, vues de côté, les nano-antennes dimensionnées pour sélectionner les longueurs d'onde infrarouge de 7.58, 8.17, 8.9 et 9.47 µm.
 

Pour recevoir notre actualité, abonnez vous  à notre newsletter ONERA FLASH ( www.onera.fr/onera-flash)
Suivez-nous sur twitter : twitter.com/#!/onera_fr

Partager cet article

Repost0
6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 08:55

sofradir-soldat source ForcesOperations.com

 

05/12/2012 Frédéric Rémond, ElectroniqueS

 

Les deux fabricants cèdent leurs technologies infrarouge développées en interne à leur filiale commune.

 

Le fabricant français de capteurs infrarouge Sofradir vient de faire l'acquisition des activités de développements et de fabrication de détecteurs infrarouge développés en interne par Sagem et Thales - rappelons que Sofradir est une filiale commune à Sagem et Thales. L'accord prévoit le transfert à Sofradir de la technologie InSb de Sagem et des technologies QWIP (Quantum Well Infrared Photodetector) et InGaAs du III-V Lab, un GIE dont les membres sont Alcatel Lucent, le CEA et Thales. Déjà spécialisé dans les capteurs infrarouge refroidis HgCdTe et, via sa filiale Ulis, dans les imageurs non refroidis, Sofradir maîtrise ainsi toutes les technologies infrarouge de l'industrie.

Partager cet article

Repost0
20 octobre 2012 6 20 /10 /octobre /2012 12:52
Nouveau succès pour la JIM LR de Sagem

 

20 octobre, 2012 FOB

 

L’optronique portable permet d’assurer la veille, l’observation, la détection et le ciblage de jour comme de nuit, dans une logique de numérisation croissante des théâtres d’opérations. Dans le contexte actuel des conflits asymétriques, face également aux contraintes posées par des règles d’engagement de plus en plus strictes, le mariage de l’optique et de l’électronique apporte une aide essentielle aux troupes occidentales placées face à un adversaire évoluant bien souvent sous le couvert de la population civile.

 

C’est dans ce contexte que Sagem annonce avoir vendu 126 Jumelles Infrarouges Multifonctions – Long Range  JIM LR (pour « longue portée ») au profit du Ministère de la défense danois. Les JIM LR intègrent dans un même boitier les fonctions vision jour et infrarouge, télémétrie, compas magnétique, GPS, pointeur laser et transmissions de données. « Les JIM LR destinées au Danemark intégreront en outre une fonction fusion d’images infrarouge et visibles, permettant le décamouflage » précise le communiqué de presse de Safran. Elles disposeront également d’une capacité d’enregistrement images et vidéo, la maîtrise de la numérisation des images obtenues par les capteurs optroniques faisant également partie des savoir-faire de pointe de Sagem. La présence de sorties numériques permet aux JIM LR d’être intégrées à des réseaux pour y transmettre des images fixes ou des vidéo. Il peut s’agir tout à la fois d’informer le chef de section ou de garder les images d’une action pour répondre aux impératifs de la médiatisation.

 

L’annonce de cette commande vient de facto confirmer la bonne expérience déjà accumulée par le Danemark déjà possesseur d’un premier lot de JIM LR et de jumelles MATIS également réalisées par Sagem. Environ 5000 JIM LR sont aujourd’hui en service et en commande dans une douzaine de pays dans le monde, dont 2000 pour les seules forces françaises.

Partager cet article

Repost0
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 07:35
Optique – La plus petite caméra infrarouge cryogénique du monde

 

18.10.2012 ONERA

 

Sans attendre la fin de sa thèse à l'Onera, Florence de la Barrière – docteur et prix de thèse ONERA 2012 - a achevé la réalisation d'une caméra extrêmement compacte adaptée à une fabrication industrielle.  

 

La caméra sur puce infrarouge développée dans le cadre d’une thèse à l’ONERA par Florence de la Barrière  est en rupture technologique avec les systèmes infrarouge existants : le système optique complet est intégré sur le détecteur infrarouge cryogénique lui-même. La caméra, extrêmement compacte (longueur totale 4 mm), dotée d’un très grand champ d’observation (égal à 120°), est adaptée à une éventuelle fabrication industrielle à l’échelle du wafer.

 

L’objectif est la réalisation d’une caméra infrarouge haute performance ultra-compacte pour des applications de surveillance ou d’aide au pilotage. La compacité permettra de diffuser une capacité d’observation infrarouge vers des systèmes à faible capacité d’emport comme les drones ou les véhicules légers.

 

Florence de la Barrière a reçu le prix des doctorants Onera pour ces travaux, menés avec le Cea Leti et financés dans le cadre d’un programme d’étude amont de la DGA. La revue internationale Applied Optics a également retenu la caméra pour faire sa couverture du numéro du 10 mars 2012, à l’occasion de la publication des travaux

 

Pour recevoir notre actualité, abonnez vous  à notre newsletter ONERA FLASH ( www.onera.fr/onera-flash)
Suivez-nous sur twitter : twitter.com/#!/onera_fr

Partager cet article

Repost0
11 juillet 2012 3 11 /07 /juillet /2012 09:45

Sophie-MF_Thales.jpg

 

11 July 2012 Thales

 

Thales Australia has signed a contract with prime contractor Rockwell Collins Australia to deliver its market-leading optronics systems as part of a Department of Defence indirect fire support upgrade program.

 

A significant number of Sophie MF long range multi-function binoculars / thermal imagers and TYR laser target designators will be provided as part of the LAND 17 1B program for a Digital Terminal Control System to improve coordination and terminal control of air, naval and land fire support.

 

The Thales optronics sensors will be seamlessly integrated into Rockwell Collins’ Firestorm joint fires targeting system to provide a complete turnkey solution.

 

Thales Australia CEO Chris Jenkins said: "We have worked very closely with Rockwell Collins Australia to provide an advanced solution that will help the Australian Defence Force enhance its offensive support systems to provide greater tactical flexibility and precision targeting capability. The Sophie family of thermal imagers is used around the world, and we have recently upgraded our optronics facilities in Australia to offer an extensive and responsive local support capability for both thermal and laser equipment.”

 

A world leader in the design and manufacture of thermal imagers, Thales’s Sophie family of both cooled and uncooled products meets the full spectrum of observation, surveillance, orientation and fire-control requirements of today’s defence and security forces. Nondetectable due to their passive infrared operation, Sophie systems can be used day and night and under all weather conditions. Since their introduction, over 10,000 Sophie units have been sold to more than 45 countries. There are currently around 300 Sophie units

already in service with the Australian Defence Force, as well as a quantity of TYRs.

 

The Sophie MF is a complete acquisition, identification and location system that weighs less than 3kg. It can be used day or night, with a high resolution stabilised image, plus an eyesafe laser rangefinder, GPS and direction finder.

 

The TYR is a state of the art compact laser target designator that can operate in standalone applications, with forward observation sensor equipment, dismounted soldiers or vehicle mounted platforms. The TYR designates targets and provides both accurate range data and images of the laser spot on the target to allow laser-guided munitions to be accurately deployed.

Partager cet article

Repost0
13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 18:49
Sagem acquiert la société brésilienne Optovac

Paris, Eurosatory 2012, Ie 13 juin 2012 Sagem

 

Sagem (groupe Safran) vient de signer à Eurosatory un accord en vue de l’acquisition d’Optovac Mecânica e Optoeletrônica Ltda, société brésilienne spécialisée dans le domaine de l’optronique et de la vision nocturne. Elle fait partie du tissu de PME innovantes reconnues par le Ministère de la défense brésilienne, disposant de tous les atouts pour devenir une Entreprise Stratégique de la Défense (EED).

 

Cette acquisition s’inscrit dans le cadre de la stratégie de partenariat local que Sagem entend développer avec l’industrie de défense au Brésil.

 

Sagem a pour objectif d’accompagner la croissance de cette société, avec l’ambition d’en faire un acteur de référence dans le domaine des technologies, équipements et systèmes optroniques.

 

Optovac aura vocation à produire et à assurer le soutien au profit de ses clients d’une large gamme d’équipements sur la base des savoir-faire de Sagem. Son activité comprendra également le développement local de solutions adaptées aux besoins des forces armées brésiliennes.

Partager cet article

Repost0
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 08:55
L’ONERA, fer de lance de la nanophotonique

 

06.06.2012 - ONERA - Nanotechnologies

 

L'ONERA, acteur majeur de l'innovation en matière de d'optoélectronique à l'échelle nanométrique, impulse la création d'un club Nanophotonique au niveau national.
 

L’ONERA a impulsé la création du club Nanophotonique* de la Société Française d’Optique, consacrée à l’occasion du colloque OTAN « Plasmonique pour la détection et l’émission de lumière » qui s’est tenu à l’école Polytechnique le 18 mai 2012. Ce club vise à être, pour cette techno-science à la fois jeune et d'une grande maturité scientifique, un lieu d’échanges entre acteurs académiques, industriels et agences. L'objectif est de mutualiser les outils et les méthodes, de proposer des concepts innovants, de développer conjointement connaissance et savoir-faire pour des systèmes de très faible dimensionnalité.


Quelques applications de la nanophotonique en développement à l'ONERA avec le CNRS/LPN, partenaire clé sur cette thématique :
- "vitrail infrarouge", mosaïque de filtres nanostructurés
- "or noir", réseau de nano-antennes en or permettant d'absorber totalement la lumière dans une gamme de couleurs
- "entonnoir à photons", mécanisme permettant de focaliser la lumière dans des nano-résonateurs

 

*La nanophotonique, ou nano-optique, est l'étude de la lumière et de ses interactions avec la matière à des échelles nanométriques. Elle désigne aussi l’ensemble des nanotechnologies optroniques tirant parti des phénomènes propres à cette échelle. La nanophotonique présente un potentiel fort de rupture pour un certain nombre d’applications dont, par exemple, l'émission et la détection de photons et la connectique opto-électronique.

Partager cet article

Repost0
29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 17:51

thales-cytoon-squire-2010mar26.jpg

 

29 May 2012 by Leon Engelbrecht - defenceWeb

 

The South African Army will this afternoon officially receive its new tactical intelligence system acquired over the last several years under Project Cytoon.

 

The SA Army Tactical Intelligence Corps last year began operational testing and evaluation of the system that was project managed by Thales South Africa. A company spokesman last July said testing had begun in August 2010 and was by September “going fairly well.”

 

Project Cytoon will see the gain 14 Thales Squire ground surveillance radars, 65 Thales Sophie thermal imagers, processors and communications equipment as part of a battlefield surveillance and mobile intelligence processing system. “Thales has teamed up with various local and international partners whose products have also been integrated,” the company said at the Africa Aerospace & Defence exhibition in Cape Town in September. “The system has been designed to address the exclusive intelligence requirements of the SANDF, and in doing so established a unique state of the art intelligence gathering system. Project Cytoon has been completed and is ready for commissioning into the SANDF. Operational field tests are being conducted at this moment where-after the SANDF will receive the system. The system will be complemented soon with the delivery of a training system to support the specific training needs of the South African Army Intelligence Formation.”

 

The cost of the programme is not in the public domain but was at least R137 246 961.00 by July last year.

 

Battlefield surveillance radars are used to detect and classify moving ground targets, typically up to 20km to 30km. Additionally, they assist artillery and mortar units by giving feedback on shell impact. Besides battlefield use, these radars can also be deployed in peacetime to safeguard high-value area assets such as oilfields, power stations and grids, as well as other important potential targets for terrorist or criminal acts.

 

Battlefield surveillance radars also assist in counter-drug operations and monitoring illegal border crossings. As an example, the Thales Squire man-portable system, which was ordered for Cytoon, can plot a pedestrian at 10km, a vehicle at 21km, a tank at 28km, a helicopter at 21km, a boat at 12km and a ship at 48km, Thales avers. Because it uses a frequency modulated continuous wave Doppler radar, the Squire is also virtually undetectable to hostile electronic warfare experts, it adds.

 

Thermal imagers detect radiation in the infrared range of the electromagnetic spectrum. Since most objects emit such radiation, thermal imagers allow their users to "see" their surroundings with or without visible light. The warmer the object, the brighter the object appears in the imager. Humans, with an internal body temperature of 37 degrees Celsius tend to stand out against their surroundings, which are mostly cooler. This also allows thermal imagers to spot camouflaged targets. Many modern thermal imagers include an eye-safe laser rangefinder and pointer, a compass, GPS and digital camera. The Thales Sophie can spot humans at over 4km, tanks at 10km, helicopters at 12km and jet fighters at 16km, Thales says.

Partager cet article

Repost0
7 décembre 2011 3 07 /12 /décembre /2011 17:50

http://www.defenceweb.co.za/images/stories/AIR/Air_new/CZO-Archer_HMDS.jpg

The Archer Z-150 Helmet-Mounted Display System as

launched by Carl Zeiss Optronics at the LIMA2011 show

in Malaysia today.

 

07 December 2011 by defenceWeb

 

Carl Zeiss Optronics (CZ0) has launched a new version of its Helmet Mounted Display and Sighting System that can be utilised by aircrew flying fixed-wing aircraft or helicopters. The Archer Z-150 was unveiled at the Langkawi International Maritime and Aerospace Exhibition (LIMA 2011) in Malaysia today.

 

“The Archer Z-150 is based on our combat-proven system that is already used by a number of air forces around the world,” says Ben Ash, CZO's South African-based Executive Business Development Manager of CZO. “It is a cost-effective solution because it can be configured to fit onto most standard helmets worn by pilots and aircrew.”

 

South Africa pioneered the research and development of Helmet Mounted Display Systems (HMDS) in the 1970s and the SA Air Force was the first to fly helmet- mounted sights operationally. With a HMDS systems, all flight and mission data can be projected on a helmet-mounted display. The system follows the head movements of the pilot providing him with the ability to react and make mission-critical decisions within a fraction of a second.

 

In addition, information on the aircraft’s performance – such as airspeed and altitude – is also displayed, enabling the pilot to keep his head up and eliminating the need to look around in the cockpit. CZO says it has been leading the world in new product development and innovations in this field over the past three decades. CZO is part of Carl Zeiss Optronics, the Security and Defence division of the Carl Zeiss Group, global leaders in the manufacturing of optronics, optical and precision engineering products for military and civilian applications.

 

Ash says the LIMA 2011 exhibition is an important platform for CZO to demonstrate the quality of its products to existing and potential clients in the Asia-Pacific region. “Over the past 22 years LIMA has grown into one of the world’s premier aerospace exhibitions, bringing together key decision-makers in both the defence and civilian sectors,” he says.

 

HMDS are increasingly being used in non-military environments, says Frans Vermaak, responsible for the marketing and sales of airborne systems at CZO. This includes search-and-rescue operations, coastal patrols, fire fighting and the monitoring of high voltage electricity networks.

 

Archer Z-150 consists of two subsystems - a helmet-mounted display (HMD) and optical head tracking system (OHTS) configured to fit onto standard aircrew helmets. The entire system only adds approximately 600 grammes to the weight of the helmet.

 

The OHTS used in Archer Z-150 have been designed and manufactured at CZO’s facilities in South Africa.

 

CZO in a statement says Archer Z-150 provides high accuracy, low latency in-flight tracking of helmet orientation and position. “This is essential for slaving weapon systems and sensors while displaying stabilised symbols and images on the HMD. Information is relayed to the display within a few milliseconds and inflight accuracies of a few milliradians are achieved.”

 

The Archer Z-150 uses holographic optical waveguide display technology offering exceptional display performance and seamless night vision compatibility. Vermaak says that cockpit mapping and harmonisation of the HMDS is a one-off exercise and no calibration is required. Depending on the requirements of the client, between one and four miniature sensors are installed in the cockpit together with a processor unit that is integrated with the aircraft’s computer.

Installation and calibration of the HMDS can be completed within two hours. The unique data is stored on the HMDS and units can be replaced on the flight-line without the requirement to re-harmonise the HMDS.

Partager cet article

Repost0
12 septembre 2011 1 12 /09 /septembre /2011 12:55
DSEi 2011: Thales shows optronics products

 

September 12, 2011 Beth Stevenson,SHEPARD GROUP

 

London - Thales has demonstrated advancements in its ISR capabilities through a series of new products and platform upgrades.

 

At a pre-DSEi briefing on 13 July, Thales introduced the new Orion stabilised panoramic sight, and Video Eyesafe Laser Transceiver (VELT), as well as upgrades to its Catherine and Sophie systems.

 

The Orion is a new armoured vehicle sighting system, fitted with Thales’ Catherine MP IR camera, David Low, head of the vehicles optronics group at Thales said at the briefing.

 

In response to soldier demand for multiple functions to be delivered from one fighting vehicle, it has a gigabit ethernet data and video interface that is ‘easily upgradable and easily integrated’, and the company believes this is a market first in terms of being an all-digital sighting system.

 

‘It is an enhanced capability in terms of its panoramic capability. It is a fully stabilised sighting system, so you have got stabilised line of sight. It provides a full 360o continuous azimuth rotation capability, and is qualified for both tracked and wheeled vehicles,’ Low explained.

 

‘We have developed a number of fairly sophisticated algorithms and processing units that allow us to do automatic target tracking, automatic target detection, and wide area surveillance.’ The system was selected on 8 July as the primary sight for the Scout SV programme.

 

‘It provides what we believe to be one of the longest range surveillance and target acquisition capabilities within the vehicle market,’ Low added.

 

Fitted on the Orion is the new VELT eyesafe laser rangefinder (LRF), which comes in two variants, direct (VELT-D) and indirect (VELT-I).

 

‘We’ve introduced two variants, one for the other sights, the direct view, which has a direct view optical channel, and also a second colour TV,’ Richard French, head of the sensors product group at Thales, explained.

 

‘We have two cameras, both wide and narrow, for wide area surveillance and high performance identification.’

 

Features that distinguish it include: the expansion port for adding other capabilities; the reticle and symbology that is now software generated; the ‘industry leading’ athermal boresight stability; and the high-resolution digital colour video.

 

French said the system has received ‘significant interest from the US marketplace’.

 

The Catherine mega pixel (MP) medium wave (MW) IR camera is a ‘fully configurable’ medium wave and lighter addition to the Catherine MP family.

 

The original Catherine MP long wave camera was launched at DSEi in 2005, and ‘since then we’ve taken the fields of view of that camera from 5o down to 3.5 o in the long wave, and have two long wave cameras on the marketplace’, French commented.

 

‘We’ve introduced three fields of view to give 10o for wide area surveillance, dropping down to 2.3 degrees, to give us class-leading identification.

 

‘This medium wave megapixel camera adds to the already established 5o and 15o and 3.5o and 10o degree variants that we have on the marketplace.’

 

The camera has an extended range, is carried under armour, and has periscopic sight applications.

 

The Sophie UF2 is a long wave, dismounted soldier, handheld, thermal imaging target locator based on the Sophie UF released some three years ago, with Thales having sold some 10,000 of this type of system worldwide.

 

The ‘highly successful’ Sophie UF uncooled target locator has been bought by the British Army and is ‘highly successful’, French said, although soldiers still come back to the issue of how to make it lighter and smaller.

 

‘The message that comes back from the user every time we launch a target locator is “when can I have a smaller and lighter one?”’ French explained.

 

The new platform has the same functionality as the original system, but has dropped from 3.4kg to 2.4kg through better integration.

 

It is used for accurate infantry indirect fire control, ISR, enhanced force protection, and day/night operation.

 

All the Thales systems are at production standard and are available to order.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories