Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 janvier 2016 5 08 /01 /janvier /2016 13:55
Véhicules légers des forces spéciales (VLFS) - photo RTD

Véhicules légers des forces spéciales (VLFS) - photo RTD

 

07/01/2016 DIRECTION GÉNÉRALE DE L’ARMEMENT

 

La Direction générale de l’armement (DGA) a notifié le 30 décembre  2015 à la société Renault Trucks Defense (RTD)  la réalisation de 241 Véhicules Légers des Forces Spéciales et de 202 Véhicules Lourds des Forces Spéciales, ainsi que l’intégration d’équipements de renseignement et de communication sensibles et leurs éléments de soutien. Ces véhicules équiperont l’ensemble des forces spéciales qui emploient actuellement un parc hétéroclite de véhicules particulièrement usés par le rythme de leurs engagements en opérations extérieures. 25 véhicules lourds seront livrés en 2016 dans un premier standard pour répondre aux besoins les plus urgents. Les premiers véhicules légers seront livrés à partir de 2018.

 

Ce programme répond à des besoins opérationnels des plus exigeants pour des missions de renseignement, de neutralisation, d’actions dans la profondeur en zones hostiles avec le plus de discrétion possible, et vise à améliorer l’interopérabilité et le niveau de performance du parc de véhicules des composantes Terre, Air et Marine des forces spéciales.

 

 Aux côtés de la société Renault Trucks Defense, l’organisation industrielle pour la réalisation du marché des véhicules des forces spéciales comprend également les sociétés Panhard, filiale de RTD, (conception et production du véhicule léger) et Essonne Sécurité (conception et production d’équipements communs aux deux véhicules).

Repost 0
13 juin 2014 5 13 /06 /juin /2014 13:55
Eurosatory 2014 - VPS Véhicule de patrouille spéciale

 

13.06.2014 ministeredeladefense

 

 

Repost 0
29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 11:55
photo EMA

photo EMA

 

Mar. 26, 2014 - By PIERRE TRAN – Defense News

 

PARIS — A French order for a fresh batch of light special forces vehicles would cost some €40 million (US $55.3 million), seen as a relatively small amount and vital for equipping the elite units, an industry executive said March 26.

“In budget terms, that is ‘zero,’ ” the executive said. The special operations forces hold a “privileged” position as France increasingly relies on the units for overseas interventions.

The special operations forces allow Paris to project power on the ground, a capability seen as “very political,” the executive said.

A €40 million amount was based on ordering 100 vehicles at a unit price of €400,000. That is seen as an affordable figure despite the government’s commitment to cutting €50 billion from the national budget.

A contract this year is important, as no new defense orders are expected in 2015, the executive said.

Last year at a trade show and conference, named Special Operations Forces Innovation Network Seminar, or SOFINS, Renault Trucks Defense displayed its Sherpa light special forces vehicle fitted with a pintle-mounted Nexter 20mm gun.

RTD, a unit of the Volvo group, pitched the Sherpa for the tender, aiming to replace an aging fleet of P4 SAS vehicles and 51 Panhard VPS (véhicule protégé SAS) for the special forces.

Heavy use has worn out the VPS, the executive said. The vehicles were bought in 2008.

A replacement order could come from the Direction Générale de l’Armement (DGA) procurement office or the Army’s maintenance department.

Know-how of a systems approach will be key as the deal is expected to include armaments, communications and jamming systems for the vehicle.

The government is also expected to launch tenders this year for a troop carrier and a light tank.

Those two vehicles would launch the Army’s long awaited Scorpion program, seen as needed to modernize the land forces.

In the Mali campaign, dubbed Serval, French troops battled guerrilla fighters who were using pickup trucks armed with the Russian 14.5mm gun, which has a range of 1.2 kilometers, greater than that of the 12.7mm, or 0.50-inch, NATO standard weapon.

The lessons learned from Serval fed into the requirements for the light special forces vehicle. Other Army acquisition plans include a light tactical vehicle, véhicule léger tactique polyvalent, replacing the P4 jeep and other vehicles

Repost 0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 00:01
Blindés : changement à la tête de Renault Trucks Defense

 

21/11 Par Alain Ruello - LesEchos.fr

 

Le PDG, Gérard Amiel, a été démis de ses fonctions. Il sera remplacé par Stefano Chmielewski.

 

Renault Trucks Defense (RTD), la filiale armement française de Volvo spécialisée dans les blindés légers, va changer de PDG : Gérard Amiel a en effet été démis de ses fonctions, selon nos informations qui confirment celles de la lettre spécialisée TTU. L’annonce de son remplacement va être faite aux salariés ce vendredi. C’est Stefano Chmielewski, son supérieur hiérarchique, responsable des ventes gouvernementales du fabricant de camions suédois et qui coiffe à ce titre Renault Trucks Defense qui va prendre en direct la direction de l’entreprise.

 

Outre les camions militaires de Renault Trucks, RTD inclut les marques Acmat et Panhard. La société a réalisé en 2012 un chiffre d’affaires de 350 millions d’euros.

 

Un moment important pour l’entreprise

 

Cela fait quelques jours déjà que la rumeur du départ de Gérard Amiel circule dans le milieu de l’armement terrestre. L’intéressé n’était d’ailleurs pas présent sur le stand de RTD à Milipol, le grand Salon de la sécurité, cette semaine à Villepinte, au nord de Paris. En interne, on évoque des « divergences sur le management » avec Stefano Chmielewski, qui n’a pas souhaité commenter.

 

Gérard Amiel ne sera resté que deux ans et demi en poste. Ancien responsable des ressources humaines de Renault Trucks France, il avait été nommé en lieu et place de Serge Perez, lui-même sanctionné pour avoir perdu, après une compétition homérique, un contrat de camions face au tandem Iveco-Lohr.

 

Le changement de PDG de RTD intervient à un moment important. Début 2014, la DGA va, en principe, lancer l’appel d’offres pour le remplacement des blindés VAB, Sagaie et AMX-10 RC de l’armée de terre, dans le cadre du grand programme Scorpion. D’ici là, RTD et Nexter doivent s’entendre pour prolonger leur alliance qui arrive à échéance mi- décembre, s’ils veulent formuler une réponse unique.

Repost 0
30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 11:55
Exercice amphibie de validation pour le VHM

Photos: Le VHM en configuration amphibie, muni d’un dispositif de flottabilité latéral (crédits: Armée de terre)

 

30.09.2013 Par Guillaume Belan (FOB)

 

Le Véhicule Haute Mobilité (VHM) va participer à un exercice amphibie interarmées de niveau intermédiaire, qui se déroulera du 1er au 3 octobre dans la région de Sainte Maxime (Var). Cette manœuvre sera l’occasion pour la STAT (Section Technique de lʼArmée de Terre) de réaliser la dernière étape de validation du VHM (véhicule haute mobilité) BvS10 aux opérations amphibies. Cet exercice est donc l’aboutissement du processus de validation du nouveau VHM, qui vient remplacer les vieillissants BV206 en service dans l’armée de terre. Le VHM aura subi plusieurs tests, dont l’exercice Cerces lʼannée dernière mené par la 27ème  BIM (Brigade d’infanterie de montagne).

 

Au total l’armée de Terre va recevoir 53 BvS10 (commande ferme). Alors qu’initialement le besoin exprimé concernait 129 véhicules, les difficultés budgétaires auront eu eu raison des tranches conditionnelles . Avec une capacité dʼemport dépassant les 5 tonnes (PTAC de 14 tonnes), le VHM peut embarquer jusqu’à 12 fantassins équipés du Félin avec leur armement individuel et collectif (missiles, roquettes et mortiers), les radios et les systèmes dʼinformation. Le VHM est décliné en 3 versions : version «Rang» (transport de troupes), version «Poste de commandement» et version «Logistique», équipée dʼun plateau déposable pour le transport de matériels.

 

Construit par le groupe suédois Hagglunds (groupe BAe), l’adaptation du véhicule aux spécifications françaises (« francisation ») est réalisée par Panhard (groupe RTD). Le VHM dispose de très intéressantes capacités de franchissement et peut facilement évoluer hors des routes, donc des itinéraires tracés qui, en Afghanistan, étaient souvent piégés. Il va apporter à l’armée une réelle capacité en combat embarqué en milieu montagneux et/ou enneigé mais aussi en terrain accidenté et peut se présenter comme un intéressant complément aux VAB et VBCI dans le combat du SGTIA à dominante infanterie. Il sera mis en œuvre par la 27ème BIM et la 9ème Blbima (brigade légère blindé d’infanterie de marine. Équipé d’un toureleau PL80 (12.7) servit manuellement par un soldat exposé, à terme il pourrait recevoir un toureleau télé-opéré (type Wasp ou Prector à l’instar du VAB Top).

Exercice amphibie de validation pour le VHM
Exercice amphibie de validation pour le VHM
Repost 0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 00:06
Pourquoi Renault Trucks Défense s'intéresse à nouveau à Nexter

Lle projet de loi de programmation militaire repousse à 2018 la modernisation du parc des véhicules blindés de l'armée de terre

 

18/09/2013 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le PDG de Renault Trucks Défense plaide pour un rapprochement avec le groupe public Nexter. L'opération est compliquée. Trop compliquée ?

 

Renault Trucks Défense (RTD) en rêvait. Il a désormais l'autorisation de son actionnaire suédois, le groupe suédois Volvo, de discuter d'une opération avec Nexter, le groupe public d'armements terrestres. C'est un nouveau revirement à 180 degrés de la stratégie de la maison mère de RTD après l'échec des discussions en 2010 entre les deux groupes.

 

Alors que la direction du groupe Volvo s'opposait il y a moins d'un an à une opération sur Nexter, ce n'est plus désormais le cas. "Sans un rapprochement entre Nexter et Renault Trucks Défense (RTD), les perspectives de l'armement terrestre français pourraient être assez sombres", a lâché devant la commission de la Défense de l'assemblée nationale le PDG de RTD, Gérard Amiel. Ce dernier n'a pas évoqué publiquement cette opération à la légère sans l'accord expresse de son actionnaire suédois.

 

Volvo ne veut pas fabriquer des munitions, ce que fait Nexter

 

Pourtant, le groupe Volvo avait encore démenti en février dernier les propos de Christian Mons, l'ancien patron de Panhard, racheté en juillet 2012 par RTD et actuellement conseil spécial dans le groupe Volvo, sur un intérêt de la filiale suédoise sur Nexter. Pourquoi ce démenti ? Parce que Volvo ne veut pas fabriquer des munitions, ce que fait Nexter.

 

Un choix qui peut paraître paradoxal quand on est propriétaire des marques Renault Trucks Défense, Panhard et Acmat, et bien d'autres à l'international, qui ont chacune développé des familles de blindés. En novembre dernier, le PDG de RTD, Gérard Amiel avait confirmé que la vocation de son groupe n'était pas de fabriquer de l'armement, un domaine qu'il estimait "extrêmement spécifique" et donc réservé aux spécialistes. Gérard Amiel préférait alors rester sur son cœur de métier, la construction de véhicules.

 

La loi de programmation militaire a fait bouger les lignes

 

Or, depuis longtemps le président du Conseil des Industries de Défense Françaises (Cidef) Christian Mons, qui avait raison semble-t-il trop tôt, préconisait un rapprochement des trois acteurs (Nexter, RTD et Panhard), présents sur le marché français, qui se réduit d'année en année.

 

Mardi devant les députés, le PDG de RTD a donc plaidé pour un rapprochement avec Nexter, pour survivre à la "traversée du désert" que va imposer aux deux entreprises la Loi de programmation militaire (LPM) française, qui visiblement « fait bouger les lignes », selon un bon connaisseur du dossier. Cette LPM pourrait faire « un mort et un blessé grave », estime-t-il. D'où le nouvel intérêt de RTD pour Nexter, mais sans les munitions.

 

Une opération qui reste très complexe

 

Pas sûr que le gouvernement français regarde cette opération d'un bon œil. Pour deux raisons. Il pousse à la création d'un pôle munitions consistanrt autour de Nexter, qui va bientôt consolider la filiale de SNPE, Eurenco (250 millions de chiffre d'affaires en 2012).

 

Et surtout il a donné son feu vert à des négociations approfondies entre Nexter et l'allemand Krauss Maffei Weigmann (KMW) pour créer une joint-venture. Avec comme objectif de conclure d'ici à la fin de l'année, expliquait-on à La Tribune fin juillet au sein du ministère de la Défense. Ce qui semble aujourd'hui ambitieux.

 

Des discussions avaient déjà eu lieu en 2010 ...et échoué

 

Enfin, faut-il rappeler que des discussions entre RTD et Nexter ont déjà échoué en 2010 sur la question des munitions. A l'époque, le gouvernement réfléchissait plus à un regroupement des activités munitions de Thales et de Nexter au sein du groupe public que d'un mariage entre RTD et Nexter. En contrepartie, le groupe d'électronique devait prendre une participation comprise entre 10 % et 20 % du capital de Nexter, détenus à 100 % par l'Etat.

 

Le rapprochement entre Nexter Munitions et TDA Armements devait créer un acteur réalisant un chiffre d'affaires combiné d'environ 250 millions d'euros. Bref, on est loin d'une opération entre Nexter et RTD.

 

Un espoir de rapprochement ?

 

VBCI

VBCI

Le fabricant du char Leclerc construit des blindés plus lourds que les véhicules de RTD et les deux ne sont "absolument pas concurrents", a estimé mardi Gérard Amiel. Les deux groupes coopèrent également sur plusieurs programmes dont le Véhicule blindé de combat d'infanterie (VBCI) et le canon autotracté Caesar. Et pourquoi pas pour le futur véhicule blindé multi-rôles (VBMR), le successeur des mythiques VAB (Véhicules de l'avant-blindé).

 

Canon Caesar - photo Sirpa Terre

Canon Caesar - photo Sirpa Terre

Mais le projet de LPM repousse à 2018 la modernisation du parc des véhicules blindés de l'armée de terre. Pour Gérard Amiel, cette date n'est pas réaliste et les industriels auront du mal à préserver l'emploi jusqu'aux premières livraisons. Si l'appel d'offres pour les transports de troupes et les véhicules de combat est lancé en 2014, "on penche plutôt pour l'après 2020" pour les livraisons, a-t-il expliqué. "Nous avons devant nous cinq années blanches, une vraie traversée du désert", a-t-il dit, ajoutant : "il y a un risque très fort sur la pérennité de nos emplois en France".

 

Le président du Cidef a brandi le spectre de la disparition de 20.000 emplois dans le secteur, principalement dans les PME, lors de l'université de la Défense la semaine dernière.

Repost 0
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 22:50
MTIP2 Turret Warrior

MTIP2 Turret Warrior

May 28, 2013 by Think Defence

 

With FRES Specialist Vehicle news rather thing on the ground a recent visit to the CTA International factory in France from the Chief of the General Staff, General Sir Peter Wall will have to do.

 

As we know, the CTA 40mm cased telescopic cannon is the preferred option for both the FRES and Warrior Capability Sustainment Programme, in addition to a number of French programmes.

 

After awarding the FRES Specialist Vehicle contract to General Dynamics, the MoD entered discussions only with Lockheed Martin for the Warrior Capability Sustainment Programme. The idea of course being to maximise commonality between both vehicles as Lockheed Martin are under contract to General Dynamics for the FRES Scout turret.

 

In the earlier Warrior upgrade programme contest BAE had proposed a new turret with the CTA 40 called MTIP2, Lockheed Martin proposed an ATK Mk 44 Bushmaster 30mm in the same Warrior turret and Finmeccanica with the Hitfist turret, also mounting a 30mm weapon. The Bushmaster is the same as that used by the Royal Navy in its DSM30 ASCG systems.

 

The Capability Sustainment Programme has 4 main components that are planned to see Warrior out to 2040;

 

    WFLIP (Warrior Fightability Lethality Improvement Programme)

    WMPS (Warrior Modular Protection System)

    WEEA (Warrior Enhanced Electronic Architecture)

    ABSV (Armoured Battlefield Support Vehicle)

 

Not much news around on the last one but the WFLIP will involve upgrading the turrets with the 40mm CTA, amongst other improvements. When you consider the £500m price tag for just the development phase of Recce Block 1 (not all of them by a long way) the £1b cost of around 350-400 upgraded Warriors seems like money well spent.

Defense Industry Daily has a concise summary of the Warrior upgrade programmes, click here to read and RUSI also have a good summary, click here

 

Production is scheduled for 2016 with initial operating capability a couple of years later.

The history of the CTA 40mm goes way back to the TRACER programme and started with the creation of CTA International in 1994, a joint venture between BAE Systems and Nexter, although when first created it was Giat and Royal Ordnance. It has been continued to be developed since then, despite TRACER being cancelled, integrated onto a US Bradley (click here for an evaluation report) in 1999 and the various changes in both FRES and the French EBRC and VBCI programmes.

If the 2016 production target is met, it will have taken nearly a quarter of a century to get the CTA 40 into service with the British Army.

The CT40 - by Think Defence

Read more at the CTA website

 

Joining the unproven, expensive and technically risky CTA 40 will be the existing L94A1 7.62mm chain gun, apparently the Army’s most unloved weapon and putting it into an existing turret design will be a company that has never designed a turret, sub contracting to another company that is not the design authority for the vehicle.

 

When in service we will have zero logistics commonality on joint operations with anyone but the French, the other nations will of course be enjoying those commonality advantages and also have the advantage of drawing ammunition natures from a wider and thus less expensive development pool

 

What could possibly go wrong?

 

Meanwhile, the British Army will be using a Recce vehicle that has pretty much the same size, weight and general characteristics as a Warrior and we still haven’t decided what the lighter end of the recce vehicle will be, unless that is an open topped jackal, which it actually seems to be.

 

Our new Best Friends Forever, the French, have taken the spirit of commonality one step further by developing yet another 2 man turret for the CT40 called the Nexter T40

Tourelle 40CTA Nexter (photo Guillaume Belan)

Tourelle 40CTA Nexter (photo Guillaume Belan)

The T40 is shown in the video below fitted to an AMX10RCR and being climbed over and in by General Sir Peter Wall.

There was also some talk of a CT40 equipped Leclerc a few years ago, called the Leclerc T40, proposed for the  Engin Blindé de Reconnaissance à Chenille (EBRC) programme. Nexter are in competition with Panhard and their Sphinx vehicle, fitted with yet another turret for the CT40 that has drawn on expertise from Lockheed Martin UK.

Sphinx de Panhard (photo Guillaume Belan)

Sphinx de Panhard (photo Guillaume Belan)

Will be interesting to see where all this goes

Repost 0
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 18:54

CRAB photo RP Defense

 

11.06.2012 Panhard- army-guide.com

 

Panhard General Defence, leader in the area of light armoured vehicles - under 15 tons, will display the whole range of products, combat vehicles, liaison vehicles and support vehicles, as well as its range of remote-controlled weapon systems.

 

A couple of new items in the area of combat - the Sphinx and the CRAB - will renew the selections of land forces, as much in the area of employment doctrine as in the area of technology.

 

Le CRAB, an applicant to the Scorpion VBAE (Commitment support armoured vehicle) program, includes a couple of technologies mastered by Panhard: the survival cell and the integration of a remote-controlled weapon system; it enables to achieve a low-profile and light-weight CRAB, while providing an outstanding protection level for this weight category. It will be possible to airlift a troop of three vehicles in combat configuration in an A400M; and this vehicle has a significant firepower provided by its weapon system.

 

The SPHINX, an applicant to the Scorpion EBRC (Combat Reconnaissance Armoured Buggy) program, links a concept of highly-mobile armoured platform - thanks to a weight/power ratio higher than 30 hp/t - to a turret fitted with a Lockheed Martin CTA 40 gun. It will dramatically reduce costs thanks to a very attractive LCC (Life Cycle Cost).

 

The HORNET remote-controlled cupola, developed with Sagem according to an industrial scheme that had been used to develop the WASP, can be fit either with a 12.7-mm machine-gun or a 40-mm grenade-launcher. Its design enables to have a reduced overall height, and it is possible to set numerous optional assets onto a frame which is independent from the mount. The choice of Sagem optronics, and VA (Value Analysis) carried out on the main mechanisms have enabled to decrease the price that is much lower than current prices on the market.

 

Moreover, Panhard will also display the families of vehicles - coming from the VBL and PVP - that are already well established in the French Army, and also widely disseminated at export.

 

The two thousand and three hundred VBLs manufactured to date, used in operations under all latitudes have been offered in twenty-five different versions, for a wide array of missions: combat, security, recce, surveillance, and intervention missions, for national defence and homeland security. Panhard keeps selling the VBL in the new Mk2 version, re-engined with a140-hp power train. The VBL Mk2 has already been manufactured for Kuwait.

 

The PVP, the PVP HD or Gavial Plus, and the PVP XL cover the five-to-twelve-ton vehicles to offer an appropriate price and targeted achievements. With its (Stanag 4569) protection level 2 and a one-ton payload weighs 5.5 tons only. The PVP HD and its seven tons, competes with nine-ton armoured vehicles. The PVP XL (STANAG-level 4 for mine and ballistic protection, and a three-ton payload) competes with fourteen-ton vehicles whereas it only weighs twelve tons.

Repost 0
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 09:21
Un millier de petits véhicules protégés en service

12/06/2012 DGA Actualité

 

La direction générale de l’armement (DGA) a livré début juin 2012 son 993e petit véhicule protégé (PVP) à l’armée de Terre. 1 133 PVP avaient été commandés à la société Panhard General Defense.

 

Le PVP est un véhicule 4x4 moderne, équipant les cellules de commandement des unités d’artillerie et de génie, ainsi que certaines unités spécifiques de l’infanterie parachutiste et alpine, de la circulation et du renseignement. Aérotransportable, blindé et très mobile, il peut transporter jusqu’à 4 passagers. Il dispose d’une mitrailleuse de 7,62mm qui, pour certains emplois, est installée sur un tourelleau téléopéré de l’intérieur du véhicule. Le PVP a été déployé en Géorgie, au Liban et en Afghanistan.

 

Les PVP sont produits sur les 2 sites industriels de Marolles-en-Hurepoix (Essonne) et Saint-Germain-Laval (Loire). Le programme PVP représente environ un million d’heures de travail pour Panhard et ses sous-traitants.

Repost 0
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 07:59

ar

http://www.meretmarine.com/objets/500/25748.jpg

Des VBCI à Toulon

crédits : MARINE NATIONALE - EMMANUEL RATHELOT

 

14/06/2012 MER et MARINE

 

Faisant partie des moyens terrestres projetables par les bâtiments amphibies de la Marine nationale, les Véhicule blindé de combat d'infanterie (VBCI) et les Petits véhicules protégés (PVP) continuent de remplacer les anciens matériels de l'armée de Terre. A l'occasion du salon Eurosatory, qui s'est déroulé cette semaine la Direction générale de l'armement a annoncé avoir livré, le 12 juin, le 400ème VBCI. Produit par un groupement d'entreprises constitué de Nexter Systems et Renault Trucks Defens, ce véhicule a été commandé à 630 exemplaires par la DGA. Alors que le premier VBCI est sorti de l'usine Nexter de Roanne (Loire) en 2008, le dernier exemplaire doit être livré en 2015.
Doté de 8 roues motrices, ce blindé de 30 tonnes en charge, capable d'atteindre 100 km/h, remplace les AMX-10. Il existe en version poste de commandement (VPC) et en version de combat d'infanterie (VCI). La version VCI, commandée à 520 exemplaires, est équipée d'une tourelle de 25 mm et peut embarquer 11 soldats. Aérotransportable dans le futur avion A400M, il peut également embarquer sur les bâtiments de projection et de commandement (BPC) de la Marine nationale, avec mise en oeuvre, pour les opérations amphibies, via des engins de débarquement de type EDAR ou CTM, déployés depuis le radier des BPC.


Engins de débarquement et BPC (© : MARINE NATIONALE)


PVP à bord du BPC Mistral (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Il en est de même pour le PVP, destiné à remplacer les P4, avec la particularité, par rapport à ses aînés, d'offrir une protection aux personnels transporté grâce sa cabine fermée et blindée. En tout, 1133 PVP ont été commandés à Panhard General Defense, la réalisation de ces véhicules 4x4 étant répartie sur les sites de Marolles-en-Hurepoix (Essonne) et Saint-Germain-Laval (Loire). Le 993ème exemplaire a été livré début juin à l'armée de Terre. Les PVP équipent les cellules de commandement des unités d'artillerie et de génie, ainsi que certaines unités spécifiques de l'infanterie parachutiste et alpine, de la circulation et du renseignement. Pouvant transporter jusqu'à 4 passagers, ils disposent d'une mitrailleuse de 7,62mm qui peut être installée sur un tourelleau télé-opéré de l'intérieur du véhicule.
Le PVP, comme le VBCI, ont déjà été déployés sur plusieurs théâtres d'opérations, comme le Liban et l'Afghanistan. Dans le domaine des nouveaux équipements terrestres amenés à embarquer sur les BPC de la marine, on notera que l'armée de Terre attend toujours le lancement du programme Scorpion, dont l'un des enjeux est le remplacement des Véhicules de l'avant blindés (VAB) par les futurs Véhicules blindés multi-rôles (VBMR).
___________________________________________

- Voir le webdocumentaire de la DGA sur le VBCI


VAB débarqué par un EDAR (© : ECPAD)

Repost 0
5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 08:00

RTD-Panhard.jpg

 

Jun. 4, 2012 By PIERRE TRAN Defense News

 

PARIS — Talks for Renault Trucks Defense (RTD) to acquire Panhard are at an advanced stage, offering the prospect of a long-awaited consolidation in the French armored vehicle sector, the chief executives of the two companies said.

 

“We’re at the negotiating stage,” said Christian Mons, Panhard General Defense CEO. “We’re advancing, we’re progressing.”

 

Panhard specializes in making light military vehicles, including the Sagaie and AMX10 light tanks.

 

“The negotiations are complicated,” Mons said. “Volvo [owner of Renault Trucks] is an enormous and complicated company. Progress in the negotiations is complex.”

 

Many industry executives have said a merger in the vehicle sector is vital for French competitiveness.

 

News of the negotiations between Panhard and Renault Trucks Defense emerged in December, although at that time RTD declined to identify the merger partner, other than to say it was a European company.

 

“We’re on the last leg,” said Gérard Amiel, chief executive of RTD. “We don’t know if there’s a follow-on or a ravine.”

 

An acquisition of Panhard is a key step in RTD’s plan to reach 700 million euros ($876.8 million) in sales by 2015, compared with 250 million euros in 2011.

 

“It’s a real negotiation. All the conditions are in place for it to happen,” Amiel said. “These are the final negotiations of a seller who wants the best price for his product and a buyer who wants to buy as cheaply as possible. The road was longer than we expected.”

 

For Mons, there is no set timetable and RTD’s parent company, Volvo, will have to approve any agreement. The timing of the Volvo board meetings will decide the timing of any deal announcement.

 

“I can’t say it will be announced at a certain date. It’s not under my control,” Mons said. “Even when we agree a deal at our level, the Volvo board of directors needs to approve it.”

 

A detailed due diligence study of the Panhard business has been done.

 

The negotiations include the price of the company, guarantees, the sites, building leases and continuity of management. The sellers do not want the company to be dismantled.

 

“Panhard is a company with 120 years of history, indisputably a jewel in French industry. There’s no question it should disappear,” Mons said. “There’s no urgency. I see it as part of the restructuring of the sector.”

 

The companies are important actors but not fundamental to the industry, which is worth a total 4 billion euros, he said.

 

“It’s not a determining change, but a step in the right direction,” Mons said. “We’re in the last third of the journey.

 

“In any negotiation, the protagonists can leave the room empty-handed,” he said. “Failure is an option. That’s how fragile it is.”

 

RTD teamed with electronics company Thales to bid when the PSA Peugeot Citroen auto group put Panhard up for sale in 2005. The Auverland company, owned 76 percent by the Cohen family, won the tender and adopted the Panhard name.

 

RTD tried again to acquire Panhard in 2009, but the talks failed. This is the third attempt, Mons said.

 

“If the negotiations fail, it will be bad news for the sector because it means French companies cannot organize themselves, and Panhard will one day fall into the hands of a foreign buyer. It’s logical,” he said.

 

For RTD, the negotiations are taking place at a tricky time, Amiel said.

 

“The purchase is not an easy one, given the difficult defense markets in 2011 and 2012,” he said.

 

Panhard has not won many export contracts in recent years, he said. There are lots of deals under discussion, but nothing large has been signed. The French market, on which all sides depend, is in a state of suspended animation as the new administration decides on the budget, Amiel said.

 

The talks have been complicated by corporate reorganization at Volvo, with a new chairman appointed in September and a reworking of the organization chart.

 

Volvo is a thorough company and conducted a highly detailed due diligence examination of Panhard’s activities.

 

“We certainly went through with a fine-toothed comb,” Amiel said. “We’re sure there aren’t any bad surprises. We looked at everything.”

 

A Merger for Critical Mass

 

A merger of the two companies is needed to create a solid platform maker, an industry executive said.

 

“It’s imperative,” the executive said. “It’ll be catastrophic if it doesn’t go through. It would leave the French military armored vehicle industry very vulnerable.”

 

There is little overlap of activities between the two companies, simplifying a possible merger, the executive said.

 

Panhard specializes in light military vehicles, while RTD makes heavier units. There is a slight overlap in the 8-to-11-ton class with the RTD Sherpa and Panhard PVLP XL.

 

Panhard has two sites, RTD five, with the latter scattered around France.

 

The Panhard factories are manufacturing sites with steel plates being welded, but they do not build drivelines and gearboxes. RTD gets its drivelines, gearboxes and other “mobility” parts from Volvo.

 

Together, the two companies would have bigger purchasing power and larger commercial networks.

 

France needs to consolidate armored vehicle manufacturing to invest in development of new vehicles. For that, critical mass is needed, the executive said.

 

The companies need to size up to negotiate with German and Italian firms in future consolidation moves. Germany has Rheinmetall and KraussMaffei-Wegmann, while Italy has the commercial truck maker Iveco.

 

“The big problem is that there are many companies and too few programs” in Europe, the executive said.

 

Nexter also needs wins, as the domestic books are empty after the last véhicule blindé combat d’infantrie fighting vehicle and Caesar canon is delivered to the French Army.

 

Other consolidation questions include whether Thales will buy the systems business of the Nexter group to merge with its land activities, the executive said.

 

In an announced deal, Thales is swapping its TDA mortar systems subsidiary for a stake in land systems specialist Nexter.

 

Thales Chief Executive Luc Vigneron said March 7 that a “significant stake” in Nexter was needed to ensure confidence between the two companies, Reuters reported. Thales and Nexter are going through due diligence studies, Vigneron said May 4.

 

The companies have not yet reached a stage of setting a value on the respective businesses, he said. A deal was not expected to be concluded before the Eurosatory show.

 

Thales could get between 10 and 20 percent of Nexter in exchange for TDA Armaments and its Belgian FZ subsidiary, former Defense Minister Gérard Longuet said in January.

 

RTD had 250 million euros in sales in 2011, and Panhard 83 million euros. Nexter had 851 million euros in 2011 sales.

Repost 0
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 10:52
Panhard propose son PVP en Inde (FOB)

11.05.2012 par Guillaume Belan (FOB)

 

L’Inde vient d’émettre deux RFI (Request for Information), étape préalable à un appel d’offre formalisé, pour des blindés légers. Avec plus de 20 000 km de frontières (dont 15 000 terrestres), le nombre de véhicules concernés est à la mesure du pays et de ses ambitions régionales. Au total, le besoin de l’armée de terre indienne concerne 2800 blindés légers (2000 + 800), qui doivent se décliner en plusieurs versions (véhicules protégés de liaison, patrouille, transport, observation artillerie, porteurs de systèmes d’armes…). Aujourd’hui l’armée de terre indienne est encore équippée au « format guerre froide », à savoir uniquement de véhicules lourdement blindés (chars de combat et BMP) mais aucun blindé moyen ou léger.

 

Le constructeur français de blindés légers français Panhard s’est associé au producteur indien de camion Ashok Leyland pour offrir son PVP (Petit Véhicule Protégé), en service dans l’armée française. Ashok est l’un des principaux constructeurs de camions civils indiens (2 milliards de chiffre d’affaires) et fournit déjà l’armée indienne des camions de transport. Au terme du partenariat avec le français de Marolles-en-Hurepoix, Ashok Leyland sera en charge de l’adaptation du PVP au besoin indien (volant à droite, intégration d’équipements spécifiques…) ainsi que de la production, qui serait assurée en Inde.

 

Panhard se retrouve face à peu de concurrents internationaux, l’offre de blindés légers dans la gamme des 5 tonnes dont une de charge utiles étant rare, mais à de nombreux locaux (Tata, Mahindra…). A l’instar de nombreux industriels civils indiens, Ashok Leyland tente de percer sur un marché militaire qui offre des perspectives très alléchantes. Outre Panhard sur le segment des véhicules blindés légers, l’indien s’est associé à l’allemand KMW (Krauss-Maffei Wegmann) pour répondre aux besoins de l’armée pour des blindés lourds.

Repost 0
9 septembre 2011 5 09 /09 /septembre /2011 06:40

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/c9/PVP_%28Petit_v%C3%A9hicule_prot%C3%A9g%C3%A9%29_%281%29.JPG/800px-PVP_%28Petit_v%C3%A9hicule_prot%C3%A9g%C3%A9%29_%281%29.JPG

 

8 Sep 2011 By PIERRE TRAN DefenseNews

 

PARIS - The Direction Générale de l'Armement (DGA) has ordered a further 200 small armored vehicles from Panhard, boosting a previous contract for 933 units, the procurement office said in Sept. 8 statement.

 

"The Direction Générale de l'Armement (DGA) ordered from Panhard General Defense Sept. 6, 2011, 200 PVP for the Army," the procurement office said.

 

The PVP is the Petit Véhicule Protegé, an armored four-wheel-drive vehicle that can be fitted with a 7.62mm machine gun on a remote-operated turret.

 

The new batch of vehicles will be delivered in 2012. The last of the 933 units ordered in 2004 will be produced in December of this year, the DGA said.

 

No financial details were available.

 

The PVP has been deployed in Lebanon and Afghanistan.

 

Production of the PVP at two Panhard sites has so far generated 1 million hours of work, the DGA said.

Repost 0
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 16:30

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/dga/1_programmes/le-petit-vehicule-protege-pvp-credit-stat/266082-1-fre-FR/le-petit-vehicule-protege-pvp-credit-stat.jpg

source defense.gouv.fr

 

08/09/2011 Direction générale de l'armement

 

La Direction générale de l’armement (DGA) a commandé à Panhard General Defense, le 6 septembre 2011, 200 PVP destinés à l’armée de terre. Cette commande s’ajoute au marché initial de 933 PVP passé en 2004 et dont le dernier exemplaire sera produit en décembre 2011. Ces 200 PVP supplémentaires seront livrés en 2012.

 

Le PVP est un véhicule 4x4 moderne, équipant les cellules de commandement des unités d’artillerie et de génie, ainsi que certaines unités spécifiques de l’infanterie parachutiste et alpine, de la circulation et du renseignement. Aérotransportable, blindé et très mobile, il peut transporter jusqu’à 4 passagers. Il dispose d’une mitrailleuse de 7,62 mm qui, pour certains emplois, est installée sur un tourelleau téléopéré de l’intérieur du véhicule. Le PVP est déployé au Liban depuis fin 2009 et en Afghanistan depuis début 2010.

 

Les PVP sont produits sur les 2 sites industriels de Marolles-en-Hurepoix (Essonne) et Saint-Germain-Laval (Loire). Le programme PVP a représenté jusqu’à présent un total d’environ un million d’heures de travail pour Panhard et ses sous-traitants.

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories