Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 12:20
(Dec. 19, 2004) – The amphibious assault ship USS Bonhomme Richard (LHD 6) underway in the waters of Western Pacific Ocean. U.S. Navy photo by Photographer 3rd Class Matthew J. Kuhlman

(Dec. 19, 2004) – The amphibious assault ship USS Bonhomme Richard (LHD 6) underway in the waters of Western Pacific Ocean. U.S. Navy photo by Photographer 3rd Class Matthew J. Kuhlman

 

 

As the world mourns the tragic loss of life in the terrorist attacks in Paris on Nov. 13, we wanted to share a few small examples of the enduring friendship between America’s Navy and America’s first Ally, France.  As SECDEF Carter stated, “for more than 200 years the United States and France have stood together in friendship. We have stood for the common good and security of all nations. We have never stood closer than we do now. Vive la France.”

In addition to five ships that bear or have borne French names, take a moment to check out the four links to blogs posted here during the visit to the U.S. of the replica of the Revolutionary War era French naval ship L’Hermione.

Read more

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 08:55
photo Ministère de la Défense

photo Ministère de la Défense

 

14/11/2015 16:59 Sources : État-major des armées

 

Dans la soirée du vendredi 13 novembre 2015, une série d'attaques terroristes de très grande ampleur a frappé Paris et son agglomération. Toutes les forces de l’État ont été mobilisées pour neutraliser ces terroristes et mettre en sécurité les différents quartiers de la capitale. Dans ce contexte, le chef de l’État a ordonné que les militaires présents en Île-de-France (IDF) dans le cadre de l’opération Sentinelle contribuent à cet effort.

 

L’opération Sentinelle est constituée de 7 000 hommes - dont 4 000 déployés en IDF. Adaptable et dynamique, ce dispositif permet de répondre aux besoins des autorités civiles. Il évolue en fonction de la situation sécuritaire. Dans la nuit du 13 au 14 novembre, dès l’annonce des attentats, les soldats de l’opération Sentinelle ont immédiatement été redéployés pour renforcer les forces de sécurité intérieure (FSI), en se portant au plus près des points frappés par les terroristes.

Face à cette crise sans précédent, l’engagement de l’armée française vise à sécuriser les espaces aériens et maritimes et à appuyer l’action des forces de sécurité intérieure grâce au déploiement d’un dispositif terrestre.

Les hôpitaux des armées sont également mobilisés. Ils accueillent et prennent en charge des victimes des attentats.

Aux côtés des autres services de l’État, l’armée française est déterminée à lutter contre la menace terroriste.

A ce stade, près de 10 000 militaires sont engagés dans la protection des Français sur le territoire national : 7 000 dans le cadre de l’opération Sentinelle, près de 3 000 dans le cadre de la sauvegarde des approches maritimes et de la sûreté aérienne.

photo Ministère de la Défensephoto Ministère de la Défense

photo Ministère de la Défense

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 08:55
photo EMA / DCSSA (archives)

photo EMA / DCSSA (archives)

 

15/11/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Face au drame humain qui a frappé Paris, la mobilisation de l’armée est maximum tant sur le plan sécuritaire que sanitaire. Le service de santé des armées (SSA) a renforcé le plan Blanc pour répondre à la prise en charge de l’afflux important des victimes. Le plan Blanc organise la réponse du système de santé en situations sanitaires exceptionnelles.

 

Des gestes de médecine de guerre

 

Les hôpitaux militaires (HIA) de la plateforme hospitalière d’île de France, Begin à St Mandé et Percy à Clamart ont soigné de nombreux blessés des attentats de Paris, dont certains dans un état très grave. Au total, 52 blessés ont été pris en charge par les HIA.

Les équipes ont œuvré sans discontinuer. Elles disposent de compétences spécifiques acquises en opérations. A Paris, elles ont effectué sur les victimes des attentats, les mêmes gestes et prodigué les mêmes soins que sur les blessés de guerre.  Forte plus-value au bénéfice des partenaires civils.

Le ministère de la Santé a également sollicité le SSA pour la prise en charge psychologique à l’école militaire des familles et des victimes des attentats. Une équipe de spécialistes psychiatres et psychologues a renforcé la cellule d’urgence médico-psychologique de l’assistance publique des hôpitaux de Paris (APHP).

La gestion de crises sanitaires est une expertise du SSA. Les HIA parisiens ont participé à l’accueil de vicitmes des attentats de janvier 2015. La contribution du SSA à la résilience nationale est inscrite dans le livre blanc de la défense et de la sécurité nationale 2013.http://www.defense.gouv.fr/actualites/communaute-defense/attentats-de-paris-contribution-des-armees-au-plan-blanc3

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2015 6 14 /11 /novembre /2015 12:55
Les attaques de la nuit du 13 novembre, heure par heure - cedits Liberation-fr

Les attaques de la nuit du 13 novembre, heure par heure - cedits Liberation-fr

 

Par LIBERATION

 

21h17 Une première explosion retentit aux abords du Stade de France, pendant le match amical France-Allemagne, ne tuant que le kamikaze qui a fait sauter sa ceinture explosive. Deux minutes plus tard, une deuxième explosion retentit dans la même rue. Il n’y aurait pas de morts à part les deux kamikazes.

21h20 Au moins un tireur ouvre le feu à l’arme automatique sur les clients du bar Le Carillon, dans le XIe arrondissement, à l’angle des rues Bichat et Alibert, puis sur le restaurant d’en face, le Petit Cambodge. La fusillade fait 14 morts.

21h30 Fusillade rue de la Fontaine au Roi, les balles atteignent les clients de la pizzeria Casa Nostra. Cinq morts.

21h40 19 personnes meurent mitraillées sur la terrasse du café La Belle Equipe, au carrefour de la rue de Charonne et la rue de Faidherbe.

21h45 Une explosion est entendue devant la brasserie Comptoir Voltaire, aux abords de la place de la Nation. Il n’y aurait pas de blessé, mais un terroriste serait mort. Cette attaque n’avait initialement pas été bien identifiée vendredi soir.

21h50 Après environ 45 minutes de concert, plusieurs hommes armés à visage découvert ouvrent le feu dans la salle du Bataclan aux cris de «Allah Akbar», durant le show du groupe Eagles of Death Metal. Jusqu’à 22h20, de nombreux tirs retentissent, d’abord des rafales puis des tirs plus saccadés, isolés. 

21h55 Explosion devant le Mac Donald’s de la Plaine Saint-Denis, à proximité du Stade de France. Une personne est tuée, en plus du kamikaze.

22h30 François Hollande est évacué du Stade de France alors qu’il assistait au match amical France-Allemagne.

23h50 François Hollande apparaît sur les chaînes de télévision. Il déclare l’état d’urgence. Les hôpitaux déclenchent le plan Blanc d’urgence et de crise. Une douzaine de véhicules de premiers secours de la Croix-Rouge ainsi que des véhicules d’assaut blindés du Raid arrivent aux abords du Bataclan.

00h00 Un conseil des ministres se tient à l’Elysée.

00h20 à 00h50 Assaut du Raid au Bataclan et évacuation des rescapés. Les quatre assaillants sont tués, dont trois en actionnant leur ceinture d’explosifs. Selon le dernier bilan établi samedi matin, l’attaque a fait 82 morts.

02h55 L’équipe de France de football est évacuée du Stade France.

04h30 Selon les enquêteurs, huit «terroristes» sont morts dans les attentats, dont sept en se faisant exploser.

08h30 Les secours continuent d’évacuer des corps du Bataclan.

09h00 Conseil de défense autour du président de la République.

10h50 François Hollande s’exprime à nouveau à la télévision. Il désigne comme responsable «l’armée terroriste» de «Daech». 

12:00 L’Etat Islamique revendique l’ensemble des attentats.

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2015 6 14 /11 /novembre /2015 09:55
photo ECPAD

photo ECPAD

 

14 Novembre 2015 à 08h44 l’Opinion

 

«La France est en guerre», répètent en boucle les experts. A minuit, le président de la République a annoncé l’état d’urgence

 

C’est une «terrible épreuve», a dans la nuit assuré le Président de la République. Experts et politique parlent de «guerre». «Nous sommes entrés en guerre», clame par exemple le député Bernard Debré.

Avant un Conseil des ministres convoqué à minuit, sur le rapport du Premier ministre, du ministre de l’Intérieur et de la Garde des sceaux, un décret déclarant l’état d’urgence a été adopté ; il a aussitôt pris effet sur tout le territoire métropolitain et en Corse. Très ému, François Hollande l’avait annoncé à la télévision, parlant d’un «renfort militaire sur l’agglomération parisienne», l’état d’urgence et la fermeture des frontières. 

 

Suite de l'article

 

Note RP Defense: voir Loi n° 55-385 du 3 avril 1955 relative à l'état d'urgence.

 

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 07:55
D’Azincourt à Marignan. 1415-1515. Chevaliers et bombardes - musée de l’Armée à Paris


05/10/2015 Ministère de la Défense

 

Jean-Yves Le Drian inaugure l’exposition « D’Azincourt à Marignan. 1415-1515. Chevaliers et bombardes » à Paris.

 

Le mardi 6 octobre, Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, inaugurera l’exposition « D’Azincourt à Marignan. 1415-1515. Chevaliers et bombardes » au musée de l’Armée à Paris.

Ouverte au public du mercredi 7 octobre 2015 au dimanche 24 janvier 2016, cette exposition plonge le visiteur au cœur des grandes batailles qui ont marqué l’histoire, du Moyen Âge à la Renaissance, traversant les règnes, de Charles VI à François Ier, à la rencontre de figures comme Jeanne d’Arc ou le chevalier Bayard.

 

Note RP Defense : Voir le site dédié de l'exposition "Chevaliers et bombardes. D'Azincourt à Marignan, 1415-1515"

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2015 7 20 /09 /septembre /2015 11:55
204 ans. Joyeux anniversaire la BSPP !

 

19/09/2015 Ministère de la Défense

 

La brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) est née à la suite d’un bal tragique à l’ambassade d’Autriche. En juillet 1810, un incendie s’y déclare et l'empereur Napoléon 1er y échappe de peu. L’insuffisance du système de sécurité de l’époque persuade le monarque de réorganiser et de professionnaliser la lutte contre le feu à Paris. Par décret impérial du 18 septembre 1811, il confie cette mission à un corps militaire, le bataillon de sapeurs-pompiers de Paris.

 

L’introduction des pompes à incendie à Paris en 1699 pose la première pierre de ce qui va devenir par la suite le corps des gardes-pompes de la capitale. Cette organisation connaît des hauts et des bas mais sa taille ne cesse pourtant d’augmenter. À cette époque, la tactique d’attaque des feux est rudimentaire. Seules la connaissance et  l’intrépidité des ouvriers du bâtiment, parmi lesquels sont recrutés les gardes-pompes, guident les actions de sauvetage et d’extinction.

 

Après la Révolution, les gardes-pompes prêtent spontanément serment au nouveau régime. Le Directoire, le Consulat et l’Empire n’apportent que peu de modifications à l’organisation. Napoléon, alors Premier consul, sent bien la nécessité de réformer ce corps, mais une première réorganisation en 1801 ne porte pas ses fruits. L’incendie meurtrier à l’ambassade d’Autriche  en juillet 1810, lors des festivités de son mariage avec

 

Marie-Louise, rappelle à l’empereur  toute l’importance du bon fonctionnement du service d’incendie dans la capitale. Malgré le courage et le dévouement des gardes-pompes que l’on accuse, parfois à tort, de multiples défaillances, le service de lutte contre les incendies laisse apparaître ses faiblesses : retards, matériel insuffisant et peu fiable, personnel mal entraîné et responsables incompétents.

 

Les chefs de l’ancienne organisation sont licenciés et le corps des gardes-pompes est supprimé. Après cette catastrophe, l’empereur  réorganise ce service public en créant le premier corps militaire de sapeurs-pompiers, composé des sapeurs du génie de la garde impériale dédiés à la défense contre l’incendie des châteaux impériaux.

 

Voulue par l'empereur Napoléon 1er, la création par un décret impérial le 18 septembre 1811  du bataillon de sapeurs-pompiers de Paris présente un caractère original et innovant, consacrant le passage d'une organisation civile et communale à un corps militaire. Ce choix d'un statut aussi atypique pour ce service public fait écho à la création, onze ans plus tôt, de la préfecture de Police de Paris, instance juridico-administrative tout aussi singulière.

 

Ainsi, et dès sa création, ce corps militaire est placé sous l'autorité du préfet de Police de Paris, responsable de la sécurité de la capitale. Ce statut militaire et cette subordination à un préfet se sont ensuite imposés, après un long cheminement, comme la conséquence logique de l'esprit du décret de 1811. Aujourd'hui, la spécificité militaire assure toujours aux habitants de la capitale et des trois départements de la petite couronne un niveau sans égal de disponibilité et de performance des protecteurs de la cité.

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2015 7 20 /09 /septembre /2015 07:55
Le programme pour les journées européennes du patrimoine de la BSPP

 

source BSPP
 

Les 19 et 20 septembre, les sapeurs-pompiers de Paris vous attendent nombreux pour vous faire découvrir quelques-unes de leurs plus anciennes casernes : Chaligny, Port-Royal et Sévigné ! Ces centres de secours vous proposeront une visite guidée avec présentation des engins de secours, découverte de l’univers des sapeurs-pompiers de Paris, leur quotidien et quelques anecdotes historiques !

 

Centre de secours Chaligny : 26, rue de Chaligny, 75012 Paris

Métro : Reuilly Diderot

De 9h30 à 19h   

 

Centre de secours Port-Royal : 55, boulevard de Port Royal, 75013 Paris

Métro : Port-Royal

De 10h à 18h   

 

Centre de secours Sévigné : 7, rue de Sévigné, 75004 Paris

Métro : Saint-Paul

De 10h à 18h

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2015 6 19 /09 /septembre /2015 07:56
Les experts de la cyberdéfense se donnent rendez-vous à Paris

 

03/09/2015 Ministère de la Défense

 

Le premier colloque international #CyberDef 2015 organisé par le ministère de la Défense se tiendra le 24 septembre à Paris. Il réunira des hauts responsables de la cyberdéfense, des experts internationaux et des universitaires.

 

Le 24 septembre sur le site de l’École militaire (Paris) se tiendra le premier colloque international #CyberDef 2015 organisé par le ministère de la Défense avec le soutien d’industriels français. La thématique abordée pour cette première édition,  « la cyberdéfense au cœur des opérations », illustre l’investissement du ministère de la Défense dans ce domaine de lutte. Elle permettra de mieux cerner les implications et les enjeux de la présence du cyber dans les opérations militaires.

#CyberDef 2015 rassemblera les hauts responsables de la cyberdéfense, les experts internationaux issus d’une vingtaine de pays alliés, les responsables de la Défense, les experts universitaires, les représentants d’organisations internationales (Otan, Union européenne) et les entreprises du monde entier, afin de croiser les expériences et les connaissances de chacun.

 

Des challenges pour évaluer le niveau de connaissance des futurs ingénieurs

Le colloque s’articulera autour de conférences plénières portant sur l’évolution des menaces et sur la place du combat numérique dans le cadre d’opérations militaires, ainsi que d’ateliers sur l’interopérabilité entre partenaires, la formation et l’entraînement à la gestion de crise cyber. Des experts de plusieurs pays animeront l’ensemble de ces travaux.

À cette occasion, la Direction générale de l'armement (DGA) et l’État-major des armées (EMA Cyber) lancent, pour la première fois en 2015, deux challenges destinés aux étudiants d’écoles d’ingénieurs civils et militaires. Il s’agit d’évaluer le niveau de connaissance des futurs ingénieurs civils et militaires, tester leurs aptitudes à lutter contre les attaques informatiques et commencer à fédérer un réseau international de futurs experts en cyberdéfense.

 

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2015 3 16 /09 /septembre /2015 16:55
Hexagone Balard - photo MinDef Fr

Hexagone Balard - photo MinDef Fr

 

16/09/2015 Par Jean Guisnel - Le Point.fr

 

Les 9 000 civils et militaires terminent leur installation à Balard. Mais sans Jean-Yves Le Drian qui ne s'y installera pas. Le ministre a ses raisons !

 

Les occupants du nouveau ministère de la Défense à Balard ne sont pas encore vraiment installés dans leurs bureaux, mais l'inauguration officielle par François Hollande approche. La date n'en est pas fixée, mais devrait intervenir après le 20 octobre. En décembre, l'ensemble des états-majors et des services de la Défense seront rassemblés sur l'énorme site ultramoderne de Balard, non loin de la porte de Versailles, juste en face des futurs nouveaux locaux du Point ! En décembre, 9 000 et quelques postes de travail de cette nouvelle structure signée en partenariat public-privé sous le quinquennat précédent seront occupés. Mais plusieurs dizaines resteront vacants, pour lesquels trois étages ont été construits : ceux du ministre de la Défense et de ses deux cabinets, le civil et le militaire. Tous demeureront dans le magnifique hôtel de Brienne, au cœur de Paris et du quartier des ministères, à deux pas de Matignon, de l'Assemblée nationale et à trois minutes de l'Élysée.

 
Situation curieuse

Cette situation n'est pas ingérable, loin de là, mais elle est curieuse : le ministre Jean-Yves Le Drian et ses plus proches collaborateurs ont en permanence besoin de tenir des réunions avec des centaines de personnes qui se trouvaient naguère dans tous les quartiers de la capitale et dans sa proche banlieue. Tous sont aujourd'hui rassemblés à Balard. Pour que les chefs d'état-major - pour ne citer qu'eux - voient le ministre et ses plus proches collaborateurs, ils n'ont que deux solutions : soit ils prennent leurs voitures, les transports en commun ou leurs vélos pour se rendre en quelques dizaines de minutes (aller) à l'hôtel de Brienne, soit - comme on l'entend dans l'entourage du ministre - ce sont les occupants de Brienne qui se rendent à Balard.

 
Commentaires acides

En direct, personne ne dit un mot, bien sûr. Mais dans les coursives de ce gigantesque bâtiment, les commentaires sont acides sur l'attitude de Le Drian. Alors que, paradoxalement, ce ministre combatif, vendeur d'armes et gagneur de budgets est mieux considéré dans les armées qu'aucun de ses prédécesseurs ! À l'université d'été de la Défense, qui s'est tenue les 14 et 15 septembre à Strasbourg, Jean-Yves Le Drian a évoqué les bienfaits de Balard : « Rapprocher les états-majors et les services entre eux ; offrir un lieu de travail et d'échanges, qui soit moderne et fonctionnel, à tous ceux qui œuvrent plus largement au sein de la communauté de défense dans son échelon central : c'est là un changement majeur dans la vie du ministère et des armées. »

 
Bilocalisation

Jean-Yves Le Drian a dit aux participants de l'université d'été que « l'inauguration prévue cet automne sera aussi un moment important et j'aurai le plaisir de vous y retrouver, j'y ai aussi un bureau..., contrairement à ce que j'ai pu lire, et j'ai l'intention d'y siéger ». Faut-il déduire de cette formule que le ministre de la Défense a l'intention de rejoindre ses troupes ? Tel n'est pas le cas... Son activité ne sera que très partiellement « bilocalisée », ce qui ne va pas simplifier son emploi du temps explosif. Si le dernier étage du bâtiment qui lui est réservé demeure vide, il est néanmoins utilisé comme bureaux de passage et comme salle de réunion. Quant aux deux étages du dessous, ils ont déjà été redistribués !

 
« Vente à n'importe qui »

Pourtant, ce refus de s'installer au milieu de ses troupes ne relève pas d'un caprice ministériel. Conformément à son habitude, le Breton taiseux ne s'exprime pas sur le sujet, mais on peut entendre ses arguments dans son entourage. Le premier a un petit côté gardien du temple : « Si le ministre le quittait, l'hôtel de Brienne serait immédiatement vendu à n'importe qui ! Le ministère de la Défense s'y trouve installé depuis 1817. Ce lieu vit : de Gaulle y a rétabli la République, et le bureau de Clemenceau, qui vient d'être restauré, ne peut pas partir à l'encan ! » Mais le problème majeur, entend-on, viendrait d'une hérésie portée au débit d'Hervé Morin et de Nicolas Sarkozy, qui ont lancé ce projet : « Ils ont oublié l'importance régalienne de ce ministère ! Il est impossible d'y recevoir quelque dignitaire étranger que ce soit avec un minimum d'égards. Ils ont construit un campus, sans aucune majesté ! » On l'aura compris : Le Drian est entré en résistance. Il tiendra le temps qu'il faudra, mais les paris sont ouverts : où s'installera son successeur ?

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 12:54
Edition 2015 des Journées européennes du Patrimoine : retrouvez l’ECPAD en plein cœur de Paris.

 

septembre 15, 2015 - ECPAD

 

Cette année, l’ECPAD participera aux journées du patrimoine aux côté du musée de l’Armée aux Invalides.

 

Tout le weekend, entre 10 et 18h, retrouvez en Salle Turenne (aile Orient – à droite dans le hall d’entrée du musée) les ateliers de restauration de films et de photographies de l’ECPAD.

 

Découvrez avec nos professionnels comment chaque jour, des images et des films du patrimoine Français sont sauvés de la dégradation grâce aux techniques de sauvegarde (plaques de verre et bobines en cours de dégradation).

 

Nous vous attendons nombreux !

 

Retrouvez le programme complet en cliquant ici

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2015 6 12 /09 /septembre /2015 11:56
photo Ministère de la Défense

photo Ministère de la Défense


11 sept. 2015 Ministère de la Défense

 

Retour sur les 10 ans de protocole Défense-Culture au profit de la restauration du Patrimoine (2005-2015).

Monument emblématique de la formation militaire, l’Ecole Militaire qui est également un centre de réflexion stratégique et d’étude prospective fait aujourd’hui l’objet de travaux de restauration mettant en valeur les savoir-faire insoupçonné des architectes et compagnons qui lui ont donné vie.
 

Partager cet article
Repost0
31 août 2015 1 31 /08 /août /2015 10:55
La 2e DB dans la libération de Paris

 

26/08/2015 Armée de Terre

 

« Paris ! Paris outragée ! Paris brisée ! Paris martyrisée ! Mais Paris libérée ! ». Il est un peu plus de 20 heures, le 25 août 1944, lorsque le général de Gaulle improvise cette allocution qui entrera dans l’Histoire. Rassemblée sur le parvis de l’Hôtel de ville, une foule immense l’acclame. Cette même foule qui, quelques heures plus tôt, accueillait la 2e division blindée (2e DB) du général Leclerc, première unité alliée à entrer dans Paris. A l’occasion du 71e anniversaire de la libération de la ville, retour sur le parcours qui mena cette glorieuse unité des plages normandes aux pavés parisiens.

 

Lire l’article

Partager cet article
Repost0
28 août 2015 5 28 /08 /août /2015 16:55
source SHD

source SHD


25.08.2015 source SHD
 

25 août 1810 : bataille navale de Grand Port (actuelle Ile Maurice). Une force navale combinée anglaise tente de prendre l’île de France mais est défaite par la division navale du capitaine de vaisseau Hamelin. C’est le seul combat naval à figurer sur l’Arc de triomphe. Malgré cette victoire, l’île de France capitule 4 mois plus tard (3 décembre 1810) et prend le nom d’’île Maurice (1814).

 

25 aout 1940 : premier bombardement britannique de Berlin. 95 bombardiers du Bomber command effectuent un premier raid sur la capitale du Reich. Le tout premier bombardement de Berlin est cependant français puisque le Farman Jules Vernes (appartenant à l’aéronautique navale) parvient à lancer quelques bombes sur Berlin dans la nuit du 7 au 8 juin 1940 en représailles d’un bombardement allemand sur Paris.

 

25 août 1944 : massacre de Maillé (Indre-et-Loire). Dans la matinée, un groupe de SS pénètre dans le bourg de Maillé . À la grande surprise des habitants du village habitués à côtoyer les troupes d'occupation, les soldats entrent dans les maisons et  tirent sur toutes les personnes qu'ils croisent. Les maisons du bourg sont systématiquement incendiées. 124 personnes sont massacrées dont 48 enfants et 42 femmes. Vers 12h30, les Allemands se retirent, laissant une pièce d'artillerie positionnée sur une colline voisine détruire le reste de Maillé. Oublié pendant plus de 60 ans, ce drame sort peu à peu de l'ombre depuis l'ouverture d'une Maison du Souvenir dans la commune.

 

25 aout 1944 : la 2ème DB libère Paris.

Chronique culturelle du 25 Août 2015 - SHD

Voir  Champs de bataille : la Libération de Paris, documentaire diffusé vendredi 28 août à 21h30 sur RMC découverte.

Partager cet article
Repost0
26 août 2015 3 26 /08 /août /2015 16:55
Crédits http://www.charleslindbergh.com

Crédits http://www.charleslindbergh.com


26.08.2015 source SHD

 

26 aout 1346 : bataille de Crécy (Somme). Cruelle défaite française face aux troupes anglaises d’Edouard III. Les Français lancent des charges de cavalerie désordonnées et inefficaces face à des Anglais retranchés derrière leurs archers.  Environ 4000 hommes du camp français périssent dont 1542 chevaliers, alors que les Anglais ne déplorent que 300 morts. L’armée française étant décapitée, Edouard poursuit vers Calais qu’il va assiéger pendant toute une année. La reddition de la ville donnera lieu au fameux épisode des bourgeois de Calais, popularisé par la sculpture célèbre de Rodin.

 

26 aout 1880 : naissance d’Apollinaire (Rome). Wilhelm Apolinaris de Kostrowitzky, de son vrai nom, est d’origine polonaise. Il s’engage dans l’armée française en décembre 1914. Naturalisé français le 9 mars 1916 il est blessé le 17, quelque jours plus tard et décède le 9 novembre 1918.

 

26 aout 1905 :  début de production de masse de sous-marins. Le ministre de la Marine ordonne la construction de 21 sous-marins (18 à vapeurs, 3 diesel). L’année 1905 est une année charnière pour le sous-marin puisqu’elle voit le départ de Camille Pelletan et l’arrivée de Gaston Thomson à la barre du Ministère mais aussi le choix du moteur diesel pour la propulsion future de ces nouveaux engins. A noter que l’autonomie en plongée de la classe Aigrette (Diesel) n’est à cette époque que de 4 minutes.  Pour les passionnés de sous-marins et plus particulièrement de leur propulsion, voir l’ouvrage extrêmement riche et intéressant  la propulsion du sous-marin français des origines à 1940 de Dominique Brisou (SHD – 2007) et d’une manière plus large l’encyclopédie des sous-marins de l’amiral Thierry d’Arbonneau.

 

26 aout 1914 : reddition du Togo allemand. Première victoire alliée alors que sur le front franco-allemand, Français et Britanniques sont en pleine retraite

 

26 aout 1914 : Gallieni est nommé Gouverneur de Paris.

 

26 aout 1974 : mort de Charles Lindbergh (Hawaï). Il est le premier à avoir traversé en solitaire l’Atlantique à bord du Spirit of Saint Louis (entre le 20 et le 21 mai 1927).

Deux semaines avant cette traversée, les Français Nungesser et Coli ont disparu dans l’Atlantique Nord en tentant de rééditer l’exploit des britanniques Alcox et Brown (en 1919 !). De ces 3 aventures, la postérité n’a réellement retenu que celle de Lindbergh. Joli geste de ce dernier : juste après sa traversée réussie, sa première visite est pour la mère du lieutenant Nungesser. Lire l’excellent dossier que le Figaro Histoire (N°21) consacre aux Merveilleux fous volants – naissance de l’aviation.

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2015 2 07 /07 /juillet /2015 12:55
Inauguration du jardin Caroline Aigle à Paris

 

06/07/2015 Alexandra Milhat - Armée de l'air

 

L’inauguration du jardin Caroline Aigle, première femme pilote de chasse de l’armée de l’air, s’est déroulée le 3 juillet 2015 dans le 15e arrondissement de Paris. L’occasion de revenir sur le parcours de cette femme exceptionnelle.

 

En présence d’autorités civiles et militaires, ainsi que de membres de la famille de Caroline Aigle, l’inauguration a débuté avec l’émouvante interprétation d’ « Amazing Grace » par le chœur de l’armée française. M. Philippe Goujon, maire du 15e arrondissement, a ensuite prononcé le discours d’ouverture : « C’est un honneur de pouvoir rendre hommage à une militaire de renom. Quand Caroline nous quittait il y a 8 ans maintenant, la France entière a été bouleversée par son destin flamboyant et tragique, par son courage à toute épreuve, et son dernier combat pour donner la vie, avant de rendre la sienne ».

Après la lecture d’un extrait du journal de bord de l’aviatrice, Mme Catherine Vieu Charier, adjointe au maire de Paris, chargée de la mémoire et du monde combattant, a pris la parole : « Caroline Aigle est un modèle pour nous tous, en tant que pilote, en tant que femme et en tant que mère. Elle est l’incarnation de la passion, de l’obstination et de la perfection ».

Enfin, c’est avec fierté et émotion que la plaque où figure l’inscription « Jardin Caroline Aigle » a été dévoilée par M. Philippe Goujon et l’adjointe au maire de Paris, ainsi que par des membres de la famille Aigle.

 

Inauguration du jardin Caroline Aigle à ParisInauguration du jardin Caroline Aigle à ParisInauguration du jardin Caroline Aigle à Paris
Inauguration du jardin Caroline Aigle à Paris

Caroline Aigle, un destin hors du commun.

 

photo Polytechnique

photo Polytechnique

Caroline Aigle intègre Polytechnique, promotion X1994. Pendant ses études à l’X, elle décide de servir dans l’armée de l’air, qu’elle intègre en 1997.

Première femme pilote de chasse sur Alphajet à avoir été affectée dans un escadron de combat de l’armée de l’air française, le commandant Aigle reçoit son macaron de pilote en 1999 à l’âge de 24 ans. Après sept ans aux commandes du Mirage 2000-5 et forte de quelque 1 600 heures de vol, elle intègre la division « Sécurité des vols » du commandement des forces aériennes en 2006.



Sportive émérite, elle est aussi championne de France militaire de triathlon en 1997, championne du monde militaire de triathlon par équipe en 1997 et vice-championne du monde militaire de triathlon par équipe en 1999. Elle pratiquait également le parachutisme, le cross et la plongée.


Sur le point d’être sélectionnée comme astronaute par l’agence spatiale européenne, Caroline Aigle décède à 32 ans des suites d’un cancer fulgurant.

Partager cet article
Repost0
7 juin 2015 7 07 /06 /juin /2015 11:55
photo GMP

photo GMP

 

05/06/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 3 juin, le général d’armée aérienne Gratien Maire, major général des armées (MGA), s’est rendu à Paris sur deux sites de l’opération Sentinelle : un groupe scolaire dans le 13e arrondissement, ainsi que le fort du Kremlin-Bicêtre lieu de stationnement d’un état-major et d’unités élémentaires.

 

Ce déplacement avait pour but d’aller à la rencontre des unités engagées, des hommes et des femmes sur le terrain, de constater les conditions d’exécution de  leur mission et de s’assurer plus particulièrement des progrès réalisés dans l’ensemble des domaines du soutien.

 

Dès l’annonce du déploiement dans la durée des 7 000 hommes de l’opération SENTINELLE, un effort de long terme sur soutien a été engagé, avec une priorité marquée sur les conditions de vie des militaires déployés. Il s’agit concrètement de consolider ce qui, dans les premiers mois de l’opération, a reposé sur une logique d’urgence.

 

Au cours de ses échanges avec les soldats et les cadres du 152e régiment d’infanterie (Colmar) et du 68e régiment d’artillerie d’Afrique (La Valbonne), le MGA a pu mesurer le professionnalisme et la détermination avec laquelle ces unités remplissent leur mission. Il a pu également mesurer, sur le terrain, les effets des premières réalisations et apprécier les mesures restant à mettre en œuvre, qui s’inscrivent dans une action générale de long terme mobilisant l’ensemble des acteurs du soutien.

photo GMPphoto GMP
photo GMP

photo GMP

Partager cet article
Repost0
3 avril 2015 5 03 /04 /avril /2015 12:56
Intervention du RAID et la BRI à Paris - Porte de Vincennes photo MI SG Dicom A.Lejeune

Intervention du RAID et la BRI à Paris - Porte de Vincennes photo MI SG Dicom A.Lejeune

 

03 avril 2015 Romandie.com (AFP)

 

Paris - Six personnes qui s'étaient cachées dans le supermarché Hyper Cacher à Paris où un jihadiste a tué quatre personnes le 9 janvier ont déposé une plainte pour mise en danger de la vie d'autrui, visant les médias, notamment la chaîne BFMTV, a annoncé leur avocat.

 

Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire, a indiqué vendredi une source judiciaire.

 

Amédy Coulibaly, l'un des trois jihadistes ayant mené les attentats de Paris, avait tué trois clients et un employé juifs dans un supermarché casher, ainsi qu'une policière municipale la veille.

 

Dans cette plainte contre X dont l'AFP a eu connaissance et déposée le 27 mars selon Me Patrick Klugman, les plaignants reprochent en particulier à la chaîne privée d'information continue d'avoir révélé pendant la prise d'otages que des clients étaient dissimulés dans la chambre froide de l'Hyper Cacher.

 

De nombreux autres médias manquaient aux règles les plus élémentaires de prudence, d'une part en retransmettant en direct l'évolution des opérations des forces de l'ordre et d'autre part en annonçant que l'assaut était donné en Seine-et-Marne (région parsienne) contre les autres auteurs des attentats, les frères Kouachi, alors que Coulibaly retenait des otages à Paris, selon les plaignants.

 

Les méthodes de travail des médias en temps réel dans ce genre de situation sont des pousse-au-crime, a dénoncé auprès de l'AFP Me Klugman. Ses clients relèvent dans leur plainte que Coulibaly suivait l'évolution des informations sur différentes chaînes, dont BFMTV, et qu'il avait été en contact avec des journalistes de la chaîne.

 

La vie de ses clients aurait été exposée si Coulibaly avait eu connaissance en temps réel de l'information diffusée par BFMTV sur le fait qu'ils étaient dissimulés dans la chambre froide, a notamment dénoncé Me Klugman.

 

La question est de savoir qui est responsable de ce délit' La personne morale? La direction de l'information' Le journaliste?, a-t-il demandé. Il n'y a que devant un tribunal que le délit pourra être réparé.

 

La mise en danger de la vie d'autrui est passible d'un an de prison et 15.000 euros d'amende.

 

Les plaignants s'appuient notamment sur des communiqués du gendarme de l'audiovisuel, le CSA, qui, le 11 février, avait adressé à 16 médias audiovisuels 21 mises en demeure relatives à leur couverture des attentats de Paris.

 

Le 7 janvier, les frères Kouachi ont assassiné 12 personnes au siège de l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo et dans leur fuite. Le 8, Amédy Coulibaly a tué une policière municipale près de Paris, avant d'assassiner le lendemain quatre personnes dans l'Hyper Cacher.

 

Les trois hommes, qui agissaient au nom de l'islam le plus radical, ont été tués dans les assauts donnés par les forces de l'ordre.

Partager cet article
Repost0
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 15:55
Création d'un incubateur de l'aéronautique à Paris avec 25 start-up

 

20 mars 2015 par  Jacques Marouani - electroniques.biz

 

Tous les domaines de pointe sont représentés parmi les grandes problématiques des secteurs de l’industrie aéronautique et du transport aérien : drones, nouveaux aéronefs, dirigeable, tourisme spatial, réalité augmentée, optoélectronique, divertissement à bord, logiciels, sécurité, interfaces homme-machine, mais aussi matériaux, procédés, etc...

 

L'incubateur dédié aux start-up de l'aéronautique, Starburst Accelerator, créé en 2014 par le cabinet Impulse Partners, et soutenu par Airbus Group, Thales, Hutchinson et Zodiac Aerospace, va inaugurer son site parisien dans le 15e arrondissement le 23 mars 2015. De prochaines ouvertures sont aussi prévues à Toulouse, Los Angeles et Montréal.

Starburst Accelerator fournit aux start-up un ensemble de services leur permettant d’atteindre au plus vite la phase de croissance : constitution du dossier de financement, interface avec les investisseurs et grands groupes industriels aérospatiaux, hébergement au cœur d’un quartier d’affaires parisien, organisation d’ateliers thématiques réguliers.

 « Les start-up sont essentielles à la chaîne de valeurs de l'innovation : elles offrent au marché de nouvelles idées nées en laboratoire. Dans le contexte concurrentiel et de défi permanent que constitue l’aéronautique, Starburst Accelerator leur apporte le meilleur soutien, augmentant considérablement leurs chances de succès », promet François Chopard, fondateur de Starburst.

 

25 start-up incubées

Tous les domaines de pointe sont représentés parmi les grandes problématiques des secteurs de l’industrie aéronautique et du transport aérien : drones, nouveaux aéronefs, dirigeable, tourisme spatial, réalité augmentée, optoélectronique, divertissement à bord, logiciels, sécurité, interfaces homme-machine, mais aussi matériaux, procédés, etc...

25 startups sont incubées chez Starburst Accelerator dont Akoustic Arts, Amplisens, AriadNext, Blue Industry & Science, Cosmica Spacelines, Defacto, Diota Soft, Display Interactive, Eazy Group, Elwing, Erneo, Luna Technology, Mach 7, Nethis, Redbird, RepairManager.Aero, Safety Line, Suricog, Trust In Soft, Vaylon, Voox, WiNMS, Workfly.

Partager cet article
Repost0
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 11:55
Sun Tzu et les conflits modernes - Fait-on toujours la même guerre qu’il y a 2500 ans ?

 

source U235

 

Café-débat stratégique #4  : mardi 3 mars 19h-21h

 

Reprise des cafés-débats stratégiques avec notre invité de mars :
Yann Couderc
Officier d’active, animateur du blog Sun Tzu France

 

________  café le Concorde ________
239, bd Saint-Germain, 75007 Paris • métro ligne 12 :  Assemblée nationale

Partager cet article
Repost0
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 12:55
Balardgone, un nouveau siège pour le ministère français de la Défense

 

26.02.2015 fr.sputniknews.com

 

Le 28 février, les militaires français prendront possession des premiers bâtiments de leur nouveau ministère.

 

La France dépensera 4,3 milliards d'euros sur les nouveaux bâtiments de son ministère de la Défense, rapportent jeudi les médias français.

Le 28 février, les militaires prendront possession des premiers bâtiments du nouveau ministère de la Défense situé porte Balard dans le XVe arrondissement de Paris et déjà surnommé "Balardgone", ou "Pentagone à la française".

Selon la chaîne de télévision BFMTV, les premiers fonctionnaires du ministère devraient y arriver en mai prochain et les derniers au début de l'année 2017. L'opération coûtera 4,3 milliards d'euros au budget français, ce qui comprend un loyer annuel de 154 millions d'euros qui devra être payé jusqu’en 2041.

Le ministère de la Défense compte financer une partie de ce loyer grâce à la vente de 17 bâtiments et sites parisiens qui seront progressivement libérés par les militaires. La Défense espère obtenir au moins 600 millions d'euros de ces ventes, dont 230 millions déjà en 2015.

Le "Pentagone version française" est destiné à regrouper l'ensemble de la chaîne de commandement des armées ainsi que les services centraux de la Défense, explique la chaîne.

Le nouveau site devra accueillir au total 9.300 militaires et civils actuellement dispersés dans les 17 implantations parisiennes. Pourtant, le ministre de la Défense et son cabinet resteront dans l'Hôtel de Brienne, dans le VIIe arrondissement de la capitale.

Les frais de déménagement sont quant à eux estimés à 10 millions d'euros.

Partager cet article
Repost0
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 14:55
photo RP Defense

photo RP Defense

 

Le Monde.fr (AFP, Reuters)

 

Au moins cinq drones ont été aperçus survolant des lieux stratégiques de Paris dans la nuit du lundi 23 au mardi 24 février, selon plusieurs sources policières citées par l'AFP et Reuters. Le premier de ces engins, un drone à hélices de petite taille, a été aperçu entre 100 et 300 mètres au-dessus de l'ambassade américaine, près de la Concorde, vers 1 heure du matin.

« La tour Eiffel, les Invalides ou encore la Concorde ont également été survolés, a précisé cette source proche de l'enquête citée par l'AFP. Il pourrait s'agir d'une action coordonnée mais nous n'en savons pas plus pour l'instant. »

Personne n'avait été interpellé en début de matinée, malgré des recherches qui auront duré six heures. Si ce n'est pas la première fois que des drones sont aperçus dans la capitale - « cela nous arrive de temps en temps d'en repérer », a confié une source policière à l'AFP - jamais autant n'avaient été repérés « en une seule nuit ».

Concernant le survol de l'ambassade des Etats-Unis, l'enquête a été confiée à la section de recherche de la gendarmerie des transports aériens (GTA). La police judiciaire est chargée des autres survols. Le 20 janvier, le parquet avait ouvert une enquête pour « conduite d'un aéronef non conforme avec les règles de sécurité » lorsqu'un drone avait survolé l'Elysée. Depuis le début d'octobre, dix-sept sites nucléaires ont également été survolés par des drones, certains à plusieurs reprises.

 

JUSQU'À UN AN DE PRISON ENCOURU

A Paris comme dans toutes les agglomérations françaises, l'accès à l'espace aérien est interdit aux drones. Comme le précise la Direction générale de l'aviation civile, « le survol des agglomérations ou des rassemblements de personnes n'est possible que dans le cadre d'une autorisation préfectorale délivrée après avis du service de la défense et de la direction régionale de l'aviation civile »

De plus, il est interdit de faire voler un drone de nuit, même en dehors des agglomérations. Et toute personne contrevenant à ces règles d'usage (développées en accord avec la CNIL) risque jusqu'à un an de prison et 75 000 euros d'amende.

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 20:55
Parlez-vous (sapeur)-pompier ?

 

26/01/2015 Armée de Terre

 

Ludique et éducatif, Le jargon du sapeur-pompier apporte des réponses à toutes celles et ceux qui s’interrogent sur les origines et le sens des expressions propres aux soldats du feu.

 

Fruit de deux années de recherches, cet ouvrage inédit retrace près de deux cents ans d’histoire sur la base de faits authentiques. Écrit par un sous-officier de la brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSPP), il est généreusement illustré de dessins humoristiques. Une partie des droits d’auteur sera reversée à des associations d’aide aux orphelins des pompiers. Un livre à mettre entre toutes les mains.

 

Le jargon du sapeur-pompier, SCH Alain Bailloux - Dessins : David Arnette

Edilivre, 96 pages.

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2015 6 17 /01 /janvier /2015 08:57
Les équipes de l’ECPAD mobilisées pour couvrir le plan Vigipirate « Alerte attentat »

 

janvier 16, 2015 - ECPAD

 

Après les attentats contre le journal Charlie Hebdo, les agents des forces de l’ordre, l’épicerie Hyper Casher et les prises d’otages qui les ont précédés, le plan Vigipirate a été porté à son plus haut niveau de vigilance : Alerte Attentat.

Les reporters ont été mobilisés pour couvrir la mise en œuvre de ce dispositif. Les équipes sont aujourd’hui toujours mises en alerte.

 

Reportage photos

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 18:55
Le CEMAT en visite Vigipirate

 

14/01/2015 Camille Pégol - Armée de Terre

 

Lundi 12 janvier, le chef d’état-major de l’armée de Terre, le général d’armée Jean-Pierre Bosser, s’est déplacé sur différents sites parisiens pour rencontrer les soldats de l’armée de Terre venus renforcer le plan Vigipirate. Il était accompagné du général de division Didier Brousse, sous-chef d’état-major « opérations aéroterrestres » de l’état-major de l’armée de Terre.

 

A la suite des récents attentats perpétrés à Paris, le plan Vigipirate a en effet été renforcé. En moins de 24h, différentes unités de l’armée de Terre ont rejoint la capitale pour participer immédiatement à la protection de la population.

 

Cette mission de renforcement engagera, au terme de sa montée en puissance, environ 10 000 soldats.

 

L’armée de Terre maintiendra ce dispositif aussi longtemps que nécessaire.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories