Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 décembre 2015 6 05 /12 /décembre /2015 12:30
source MinDef Russie

source MinDef Russie

 

05.12.2015 RT.com

 

Téhéran possède des preuves, y compris des photos et des vidéos, du commerce illégal de brut entre les Turcs et les terroristes de l’Etat islamique (Daesh), et est prêt à dévoiler ses informations au public, a annoncé un responsable iranien.

«Si le gouvernement de la Turquie n’est pas informé du commerce que Daesh fait avec son pays, nous sommes prêts à lui présenter toutes les données que nous possédons», a déclaré vendredi soir Mohsen Rezaï, secrétaire du Conseil de discernement de l’Iran, cité par l’agence publique ARNA.

Le responsable a ajouté que l’Iran possédait des photos et des vidéos des camions de Daesh qui entraient sur le territoire turc, en notant que les autorités étaient prêtes à les diffuser.

«Des informations importantes seront bientôt présentées au public», a souligné Mohsen Rezaï, en appelant en même temps tous les pays qui luttent contre Daesh à se concentrer sur l’élimination du terrorisme.

Ces déclarations ont été faites alors que le responsable était en visite en Syrie pour rendre visite à des victimes blessées dans les violences.

En savoir plus : La Turquie fournit-elle des soins médicaux gratuits aux djihadistes syriens ?

Plus tôt ce matin, le ministère russe de la Défense a publié des plans et des photos satellite qui prouvent, pour le Kremlin, que la Turquie est la première destination du pétrole produit par Daesh qui sort en contrebande de ses territoires en Syrie et en Irak. Le ministère a également affirmé que le président turc et sa famille étaient personnellement impliqués dans ces activités.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a rejeté les preuves de Moscou, en l’accusant à son tour de faire du commerce de brut avec Daesh.

Entretemps, RT a parlé aux habitants de la Turquie, qui n’ont pas du tout été surpris semble-t-il des preuves présentées par Moscou.

«Je crois que Daesh et Erdogan ont une sorte de lien», a avoué un homme interrogé par notre correspondant Harry Fear dans les rues d'Istanbul. Un autre habitant de la ville a raconté que «ces rumeurs ont circulé depuis longtemps et tout le monde est au courant de ce qui se passe, mais personne n’a jusqu'à maintenant fait quoi que ce soit».

Repost 0
5 décembre 2015 6 05 /12 /décembre /2015 08:30
La contrebande de pétrole de l'EI vers la Turquie est insignifiante

 

04 décembre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Washington - La quantité de pétrole introduite en contrebande vers la Turquie depuis des zones contrôlées par le groupe Etat islamique en Syrie est économiquement insignifiante, a estimé Washington vendredi après des accusations de la Russie affirmant qu'Ankara profite de ce commerce illégal.

 

Des responsables américains ont expliqué que la campagne de bombardements aériens a considérablement endommagé les infrastructure pétrolières des jihadistes qui contrôlent de larges pans de territoires en Syrie et en Irak.

 

Le pétrole extrait et exploité par l'EI, ajoute-t-ils, est de toute façon largement absorbé en Syrie.

 

La Russie accuse depuis plusieurs jours la Turquie de tirer profit de la contrebande d'or noir en provenance des jihadistes, allant même jusqu'à porter des accusations qui visent directement le président Recep Tayyip Erdogan et sa famille. La poussée de fièvre sur ce sujet vient alimenter la tempête diplomatique entre les deux pays après que l'aviation turque eut abattu un bombardier russe à sa frontière syrienne le 24 novembre.

 

La quantité de pétrole introduite en contrebande est extrêmement faible, a décru avec le temps et est insignifiante en terme de volume, à la fois en volume de pétrole et en volume de revenus, a précisé Amos Hochstein, coordinateur sur les questions d'énergie à l'international au sein du département d'Etat américain.

 

La diplomatie américaine avait démenti mercredi les accusations russes visant sans aucune preuve le président turc et sa famille.

 

Certes, ont reconnu des responsables américains vendredi, des petites quantités de pétrole passent la frontière turco-syrienne dans des camions-citernes, mais pas dans des proportions qui peuvent concerner les plus hauts niveaux de l'Etat.

 

Le pétrole est plutôt raffiné avant d'être revendu sur le marché noir dans les zones de guerre en Syrie et en Irak.

 

La contrebande pétrolière représente l'une des principales sources de financement de l'organisation ultra-radicale, qui en tire, selon des estimations, 1,5 millions de dollars de revenus par jour.

Repost 0
7 septembre 2015 1 07 /09 /septembre /2015 16:30
Syrie: l'EI s'empare d'une partie d'un champ pétrolier

 

07 septembre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Beyrouth - Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) s'est emparé d'une vaste partie du champ pétrolier de Jazal, l'un des derniers aux mains du régime, générant un arrêt de la production, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme lundi.

 

L'EI a pris des pans du champ - situé à une vingtaine de km au nord-ouest de Palmyre - mais le régime l'empêche toujours de se saisir du reste, a dit à l'AFP Rami Abdel Rahmane, le directeur de l'OSDH.

 

L'avancée des jihadistes dans ce champ - qu'ils avaient déjà pris et perdu en juin - a entraîné l'arrêt de la production, les employés s'enfuyant à mesure que les combats se rapprochaient, selon lui.

 

L'EI a affirmé dans un communiqué sur Twitter avoir libéré la ville de Jazal, une information confirmée par l'OSDH.

 

Le champ produisait avant la guerre environ 2.500 barils par jour (bpj), et était le dernier grand champ de Syrie encore aux mains du régime, selon M. Abdel Rahmane.

 

La production de pétrole en Syrie a plongé depuis le début de la guerre, en mars 2011. Fin 2014, elle avait chuté à 9.329 bpj contre 380.000 avant le conflit.

 

L'EI a saisi un grand nombre de champs pétroliers, notamment dans la province orientale de Deir Ezzor.

 

Le régime a cependant accès au brut pompé par les forces kurdes qui contrôlent le grand champ de Rmeilan au nord-est et y raffinent du brut.

Repost 0
9 mars 2015 1 09 /03 /mars /2015 13:45
(weo 2005)

(weo 2005)

Depuis plusieurs semaines, la Libye est le théâtre d'une série d'attaques revendiquées ou attribuées au groupe djihadiste EI qui contrôle des pans entiers de territoire en Syrie et en Irak.

 

09.03.2015 Le Monde.fr

 

Neuf personnes – quatre Philippins, deux Bangladeshis, un Ghanéen, un Tchèque et un Autrichien – ont été enlevés lors d'une attaque vendredi 6 mars contre le champ pétrolier Al-Ghani, dans le sud de la Libye, ont annoncé lundi les autorités philippines. L'attaque a été imputée aux djihadistes du groupe Etat islamique (EI), qui a fait huit morts parmi les gardes. Le porte-parole du ministère des affaires étrangères philippin, qui s'appuyait sur un rapport de l'ambassade des Philippines en Libye, a déclaré qu'il n'était pas en mesure de confirmer l'identité des ravisseurs, ajoutant qu'aucune demande n'avait été formulée par les ravisseurs.

 

Suite de l’article

Repost 0
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 08:45
Libya - oil gas fields (weo 2005)

Libya - oil gas fields (weo 2005)

 

04.03.2015 Le Monde.fr

 

La Compagnie nationale de pétrole libyenne (NOC) a déclaré mercredi 4 mars « l'état de force majeure » dans onze champs pétrolifères du centre du pays, après la multiplication des attaques contre les sites pétrolifères de cette région. L'état de « force majeure », invoqué dans des circonstances exceptionnelles, permet une exonération de la responsabilité de la NOC en cas de non-respect des contrats de livraison de pétrole.

La NOC a évoqué dans un communiqué les attaques perpétrées ces derniers jours notamment contre les champs d'Al-Mabrouk et Al-Bahi, situés à 200 kilomètres au sud de Syrte. Après deux jours de combats, des miliciens islamistes ont pris mardi leur contrôle.

 « L'état de force majeure » concernent Al-Mabrouk, Al-Bahi, Al-Dahra, Al-Joufra, Tibesti, Al-Ghani, Al-Samah, Al-Baïda, Al-Waha, Al-Dafa, Al-Naqa. La NOC a menacé par ailleurs de « fermer tous les champs et ports pétroliers » du pays si la sécurité ne s'améliorait pas sur les sites

 

Suite de l'artilcle

Repost 0
29 septembre 2014 1 29 /09 /septembre /2014 05:30
Attaque de la coalition contre le principal complexe gazier de Daesh

Two U.S. Air Force F-15E Strike Eagle aircraft fly over northern Iraq Sept. 23, 2014, after conducting airstrikes in Syria - photo US Air Force

 

29.09.2014 Romandie.com (ats)

 

Les forces de la coalition dirigée par les Etats-Unis ont procédé tard dimanche en Syrie à des frappes contre le principal complexe gazier aux mains de l'Etat islamique. L'attaque "n'a pas fait de morts chez les jihadistes, mais quelques blessés", a annoncé une ONG.

 

"La coalition internationale a attaqué pour la première fois l'entrée et la salle de prières de l'usine Coneco", a précisé l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Cette usine, "sous le contrôle de l'EI, est la plus grande de Syrie", a ajouté l'ONG proche des rebelles syriens.

 

Selon l'OSDH, cette attaque avait pour but de pousser les militants de l'EI à abandonner ces installations. L'usine Coneco se trouve dans l'est de la Syrie, dans la province de Deir Ezzor, riche en pétrole et proche de la frontière irakienne.

 

Les Etats-Unis et un groupe de pays arabes, principalement du golfe Persique, ont commencé mardi à lancer des raids contre des positions jihadistes en Syrie, un mois et demi après le début des attaques contre l'EI dans l'Irak voisin.

 

Jusqu'à ce dimanche, les bombardements ont principalement visé des bases jihadistes et des raffineries artisanales utilisées par leurs militants, dans le dessein de tarir leur principale source de financement.

Repost 0
25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 10:30
Le budget de Daesh s'élève à un million de dollars par jour

 

25.09.2014 Romandie.com (ats)

 

Les Etats-Unis ont intensifié leurs frappes mercredi en Syrie, visant des raffineries contrôlées par le groupe Etat islamique (EI), au moment où le président Barack Obama appelait à l'ONU le monde à "s'unir" face à la menace jihadiste. L'opposition syrienne va elle recevoir 90 millions de dollars supplémentaires.

Mercredi soir, les Etats-Unis, l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis ont frappé 12 raffineries contrôlées par l'EI dans l'est de la Syrie, a annoncé le Pentagone. C'est la première fois que cette coalition réunie contre l'EI s'en prend à des installations pétrolières dans le but d'assécher la source principale de financement des jihadistes, qui vendent le pétrole en contrebande à des intermédiaires des pays voisins.

Le Pentagone a précisé que l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis avaient participé à ces frappes menées par des avions de combats et des drones aux alentours de Mayadine, de Hassaké et d'Abou Kamal, des communes de l'est de la Syrie. La Grande-Bretagne doit aussi participer, a estimé jeudi le Premier ministre David Cameron, et le Parlement va être appelé à se prononcer sur la question.

Un total de 13 frappes ont été menées contre une douzaine de raffineries pétrolières modulaires contrôlées par les combattants de l'EI, a dit le commandement central américain. Une quatorzième frappe a de son côté détruit un véhicule appartenant aux djihadistes.

 

Un million par jour

Rien ne permet pour l'instant d'établir avec certitude la quantité de pétrole vendue par l'EI. Selon Adam Sieminski, directeur de l'Agence d'information sur l'énergie (AIE), l'EI produit moins de 100'000 barils de brut par jour.

Nicholas Rasmussen, directeur adjoint du Centre national du contre-terrorisme, a déclaré en septembre devant le Congrès américain que les revenus de l'EI s'élevaient à environ un million de dollars par jour, alimentés par la vente de pétrole sur le marché noir, la contrebande, les pillages et les rançons versées en contrepartie de la libération d'otages.

 

Aide à l'opposition

Et le groupe des "amis de la Syrie", composé majoritairement de pays occidentaux et arabes, s'est engagé à fournir plus de 90 millions de dollars (84 millions de francs) d'aide à l'opposition syrienne. Elle se composera d'équipements non létaux et d'aide humanitaire.

Repost 0
13 juin 2014 5 13 /06 /juin /2014 12:20
Puma AE photo AeroVironement

Puma AE photo AeroVironement

 

12 juin 2014 Par Ludovic Dupin – Usine Nouvelle

 

Le pétrolier BP va surveiller ses installations pétrolières en Alaska à l’aide d’un drone léger. C’est la première fois qu’une société privée est autorisée à faire voler des véhicules non habités au-dessus du sol.

 

C’est un petit pas pour l’industrie pétrolière, c’est un grand pas pour l’avenir du drone aux Etats-Unis. Pour la première fois aux Etats-Unis, l’Autorité fédérale de l'aviation civile (FAA) a autorisé une société privée à faire voler un véhicule non habité au-dessus des terres américaines. L’heureux élu est le pétrolier BP qui a réalisé son premier vol le dimanche 8 juin.

 

Concrètement, BP va utiliser un drone pour surveiller ses installations et pipelines à Prudhoe Bay en Alaska, l’un des plus grands champs en Amérique du Nord. L’appareil choisi est le Puma AE, construit par la société californienne AeroVironment et originellement conçu pour assurer des vols de reconnaissance à des fins militaires. Il pèse un peu plus de six kilogrammes et mesure 1,3 mètre de long pour une envergure de 2,8 mètres. De conception simple, il se lance à la main à la manière d’un avion en papier.

 

Suite de l’article

Repost 0
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 19:45
Libyan rebels warn of 'war' if navy attacks oil tanker

 

10 March 2014 defenceWeb (Reuters)

 

Armed protesters in eastern Libya traded threats with the government on Sunday in a tense stand-off over the unauthorized sale of oil from a rebel-held port.

 

A North Korean-flagged tanker, the Morning Glory, docked on Saturday at the port of Es Sider and local daily al-Wasat said it had loaded $36 million of crude oil. Prime Minister Ali Zeidan has said the military will bomb the 37,000-tonne vessel if it tries to leave.

 

Officials said on Sunday that the navy and pro-government militias had dispatched boats to stop it from getting out. The rebels said any attack on the tanker would be "a declaration of war."

 

The escalating conflict over the country's oil wealth is a sign of mounting chaos in Libya, where the government has failed to rein in fighters who helped oust veteran ruler Muammar Gaddafi in 2011 and who now defy state authority.

 

The protesters, who also include former soldiers and ex-oil guards led by a former anti-Gaddafi commander, Ibrahim Jathran, have seized three eastern ports in the OPEC member country.

 

The Defence Ministry issued orders to the chief of staff, air force and navy to deal with the tanker. "The order authorizes the use of force and puts the responsibility for any resulting damage on the ship owner," it said in a statement.

 

"Several navy boats have been dispatched. Now the tanker's movements are under complete control and nobody can move it," said Culture Minister Habib al-Amin, who acts as informal government spokesman. "The tanker will stay where it is."

 

"All efforts are being undertaken to stop and seize the tanker, if necessary by a (military) strike, if it does not follow orders," he said, adding that state prosecutors would treat the loading of the crude as smuggling.

 

There was no sign of any immediate military action, but Libyan news websites showed some small boats close to a tanker which they said was the Morning Glory.

 

Libya has been trying to rebuild its army since Gaddafi's overthrow, but analysts say it is not yet a match for battle-hardened militias that fought in the eight-month uprising that toppled him.

 

WAR OF WORDS

 

Abb-Rabbo al-Barassi, self-declared prime minister of the rebel movement, warned against "harming any tanker or sending navy ships into the waters of Cyrenaica," according to a statement.

 

He was referring to the historic name of eastern Libya under King Idris, whom Gaddafi deposed in a 1969 coup. The protesters want a return to the Idris-era system under which oil revenues were shared between Libya's regions.

 

If the tanker was harmed, the statement said, "the response from Cyrenaica's defense forces, oil guards and revolutionaries will be decisive. Such a move would be a declaration of war."

 

In Tripoli, workers at a state oil firm that runs Es Sider port went on strike, urging the government to intervene because their colleagues were under duress from armed protesters.

 

"We are very angry at what is happening at Es Sider," said Salah Madari, an oil worker in the capital. "The port's control officer is being held at gunpoint," he said, adding that gunmen had also forced a pilot to guide the tanker into dock.

 

Jathran once led a brigade paid by the state to protect oil facilities. He turned against the government and seized Es Sider and two other ports with thousands of his men in August.

 

Tripoli has held indirect talks with Jathran, but fears his demand for a greater share of oil revenue for eastern Libya might lead to secession.

 

In January, the Libyan navy fired on a Maltese-flagged tanker that it said had tried to load oil from the protesters in Es Sider, successfully chasing it away.

 

It is very unusual for an oil tanker flagged in secretive North Korea to operate in the Mediterranean, shipping sources said. NOC says the tanker is owned by a Saudi company. It has changed ownership in the past few weeks and had previously been called Gulf Glory, according to a shipping source.

 

Libya's government has tried to end a wave of protests at oil ports and fields that have slashed oil output to 230,000 barrels per day (bpd) from 1.4 million bpd in July.

Repost 0
26 septembre 2013 4 26 /09 /septembre /2013 16:50
Rheinmetall se lance dans le pétrole pour mieux vendre ses armes

26 septembre 2013 Romandie.com (AFP)

 

BERLIN - La groupe allemand de défense Rheinmetall va s'allier à son compatriote Ferrostaal, actif dans l'exploitation pétrolière et gazière, afin de nouer plus facilement des contacts avec les décideurs de pays potentiellement acheteurs d'armes, a annoncé son patron.

 

Rheinmetall, qui fabrique notamment des chars, veut former une co-entreprise avec les activités pétrole et gaz de Ferrostaal, a indiqué au quotidien Handelsblatt de jeudi Armin Papperger, patron de la société depuis le début d'année. Ferrostaal fabrique et vend des infrastructures d'exploitation pétrolière et gazière.

 

Nous devons accélérer l'implantation dans de nouveaux marchés, a justifié M. Papperger. Par le biais de la division pétrole et gaz de Ferrostaal nous aurons accès aux décideurs dans les pays en question, a-t-il poursuivi, puisque les interlocuteurs au niveau politique sont souvent les mêmes dans le domaine énergétique et dans la défense.

 

Rheinmetall a l'Afrique du Nord -notamment l'Algérie où les deux groupes coopèrent déjà-, le Moyen-Orient et l'Amérique du Sud en ligne de mire. la co-entreprise aura au départ un chiffre d'affaires de 200 à 300 millions d'euros, qui va bien sûr grimper dans les années à venir, a dit le patron.

 

Rheinmetall va à cette fin prendre une participation dans Ferrostaal, à une hauteur non précisée. Plus tard nous pouvons nous imaginer prendre la majorité, a précisé M. Papperger.

 

L'opération envisagée sera une activité toute nouvelle pour Rheinmetall, a commenté Adrian Pehl, analyste du courtier Equinet, avec tous les risques que cela comporte. En outre Ferrostaal a mauvaise réputation, et nous ne pouvons que recommander à Rheinmetall de bien examiner Ferrostaal (due diligence) avant de s'allier à eux, a-t-il ajouté.

 

Ferrostaal, anciennement détenu par le fabricant de poids lourds MAN et le fonds souverain d'Abu Dhabi, a été éclaboussé par plusieurs affaires de corruption -au Portugal et en Grèce notamment. La société est passée fin 2011 aux mains d'un fonds allemand, MPC.

Repost 0
29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 23:04
China's Silk Road Strategy and String of Pearls 2011 source Washington Institute

China's Silk Road Strategy and String of Pearls 2011 source Washington Institute

29.08.2013 à 21h01 Par Mathilde Damgé - Le Monde.fr
 

Le début d'un conflit international se précise en Syrie. En dépit d'une réduction drastique des budgets de la défense (édition abonnés), les militaires français se préparent à ce qui serait leur cinquième grosse opération depuis 2001. Outre la volonté de venir en aide aux innocents aux prises avec un conflit meurtrier, quels pourraient être les intérêts économiques de la France ?

Investissement étranger numéro un dans le pays : le pétrole. "Principal récipiendaire des investissements directs étrangers, le secteur des hydrocarbures constitue un enjeu stratégique pour l'économie syrienne", détaille Bercy dans sa dernière publication économique sur le pays, qui date de juillet 2011. Le Trésor rappelle aussi qu'au milieu des années 1990, la production syrienne avait dépassé 600 000 barils par jour (elle est tombée à quelques dizaines de milliers de barils dans les derniers mois).

Implanté via un consortium avec l'entreprise publique Syrian Petroleum Company, Total a fini par se résoudre à cesser toute activité et rapatrier son personnel en décembre 2011, après l'annonce de sanctions européennes à l'encontre du régime de Bachar Al-Assad, qui interdisent d'exporter vers la Syrie des équipements à destination de l'industrie gazière et pétrolière ou des logiciels permettant la surveillance des communications Internet et téléphoniques.

 

POINT NODAL POUR LE GAZ ET LE PÉTROLE

 

La major française, présente dans le pays depuis 1988, avait réussi à obtenir les permis d'exploitation Deir Ez Zor (pétrolier) et Tabiyeh Gas (gazier), cumulant près de 40 000 équivalents barils par jour en 2010. Cette année-là, la seule production pétrolière de Total tournait autour de 14 000 barils de pétrole brut extraits par jour du sol syrien, soit seulement 1 % de l'ensemble de sa production.

Reste qu'une entreprise ne vient pas s'installer dans un pays si elle n'y trouve pas un intérêt. Intérêt lié non seulement aux réserves de barils – évaluées à 2,5 milliards –, mais aussi à la place du pays sur la carte du Moyen-Orient et à l'idée, déjà plusieurs fois caressée, de faire de la Syrie un "hub", un point nodal pour le gaz et le pétrole au Moyen-Orient.

"La Syrie entend jouer la carte d'un pays transitaire (...) pour compenser les pertes dues à la baisse de la production. Offrir un débouché sur la Méditerranée au pétrole irakien, saoudien et autres pays du Golfe, rapprochant ainsi ces zones de production majeures de leurs marchés", permettrait à la Syrie de "devenir un centre de répartition de ces ressources vers les pays de la région (Turquie, Jordanie, Liban, Chypre)", note le Trésor.

A contrario, la simple perspective de voir, par contagion, se boucher une des voies principales d'acheminement de l'or noir, notamment vers l'Europe, a suffi à propulser le baril vers des prix qui n'avaient plus été vus depuis deux ans.

 

suite de l'article

 

 

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories