Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 septembre 2015 5 18 /09 /septembre /2015 22:35
Attack Copters Wipe Out Chinese Tanks in Simulated Battle

 

September 18, 2015 by Robert Beckhusen - War is boring

 

War game underlines armor's weakness

 

Recently, a Chinese tank company with the Nanjing Military Region went on the attack. The mission — punch through an enemy defense, press forward and eliminate any resistance along the way.

This was, of course, an exercise. And the exercise was going well. The armored beasts busted through their objective … when two enemy helicopters armed with anti-tank missiles arrived.

Within moments, the helicopters effectively “destroyed” the whole company, according to a July 25 article in the Chinese military newspaper Jiefangjun Bao Online. The paper noted the helicopter counter-attack “set off an uproar in the brigade.”

The U.S. Army’s Foreign Military Studies Office took note of the exercise in its monthly journal OE Watch. “It was … apparent that commanders were not staying abreast of recent changes in warfare,” the journal stated.

 

Read more

Partager cet article

Repost0
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 12:35
China’s People’s Liberation Army – The politico-military nexus

Chinese President Xi Jinping’s ongoing anti-corruption drive has, so far, targeted 16 high-ranking military officers, as well as thousands of civil servants. The attention paid to the People’s Liberation Army (PLA) by the president ever since he became Chairman of the Central Military Commission in 2012 highlights the PLA’s importance as a political actor in its own right.

However, China also has an effective system of civilian control over the military, which works, unlike in the West, not because the armed forces are deemed to be apolitical, but, on the contrary, because they are thoroughly politicised.

 

Download document

Partager cet article

Repost0
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 20:35
photo USAF

photo USAF

recent report by the Guangzhou-based Southern Weekly on investments to outfit and equip Chinese soldiers in the People’s Liberation Army (PLA) has sparked controversy both within China and abroad—revealing sharp fissures in China’s ballooning defense budget. With a total defense budget estimated at $132 billion in 2014 and 2.28 million active duty soldiers on payroll, the PLA allocates a mere $1,523 (9,460 yuan) in outfitting each soldier, roughly one-thirteenth the value of the average deploying U.S. serviceman’s personal gear. At a time when the combat-readiness of China’s armed forces is already widely debated, costs of the basic infantrymen kit highlight critical shortcomings of the Chinese military.

 

Read more

Partager cet article

Repost0
16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 16:35
Brunei joins China Navy exercise for first time


16.02.2014 Pacific Sentinel
 

MUARA, Monday 14 April 2014 – Royal Brunei Navy (RBN) marks a historical milestone by sending KDB DARULEHSAN which has sailed today to join the first time Multilateral Maritime Exercise (MMEx) held by PLA-Navy and International Fleet Review (IFR) in Qingdao, People's Republic of China from 20th April 2014 until 24th April 2014. It is also a first time for Royal Brunei Navy ship to set sail to China.

 

The deployment is led by Major (L) Willie bin Padan, Commanding Officer of KDB DARULEHSAN with a total crew of 69 personnel including attachments.

 

During the ship send-off ceremony, H.E. Mr Fang Xinwen, Acting Ambassador of People's Republic of China and Colonel (L) Pg Norazmi bin Pg Haji Muhammad, Acting Commander of RBN attended to bid farewell. Also presents were Senior Colonel Cheng Shaoying, Defence Attache of People's Republic of China, Lieutenant Colonel (L) Haji Yusuf bin Masron, Fleet Commander, RBN officers and personnel as well as family members of the deployed personnel.

 

 

To bless the ceremony, a Doa Selamat was recited and followed by Azan on the forecastle of KDB DARULEHSAN by Captain Ariffin bin Amit, Deputy Head of Religious Department, RBAF.

 

KDB DARULEHSAN will join 9 other countries involving 10 warships participating in the exercise for two days at sea (23rd to 24th April 2014). The sea-phase includes a range of exercises; Joint Anti-Hijacking, Search and Rescue (SAR) and small arms firing. In conjunction with the celebration to mark the 65th Anniversary of PLA-Navy, honour is also being given for the participating ships to join the PLA-Navy IFR which will takes place during the sea-phase.

 

The MMEx and IFR will be conducted amidst of the event of Western Pacific Naval Symposium 2014 (WPNS 2014) which will also takes place in Qingdao, China. WPNS is a forum where leaders of Pacific Ocean region navies could meet biennially to discuss cooperative initiatives to address regional and global maritime issues. WPNS 2014 will mainly be attended by the Chief Navies of WPNS members including First Admiral Dato Seri Pahlawan Abdul Aziz bin Haji Mohd Tamit, Commander of Royal Brunei Navy.

 

The participation of Royal Brunei Navy ship in the exercise will promote defence diplomacy with other participating navies especially the host navy. Promoting good defence diplomacy between the participating navies is important to enhance understanding, consensus, mutual trust as well as friendship. On the other hand, it is always a good opportunity for the deployed personnel to gain skills and experience whilst learning and understanding other cultures.

 

On the return journey route, KDB DARULEHSAN is scheduled to make a 4-day Goodwill visit at Haiphong, Vietnam to promote defence diplomacy and friendship before heading back and arrive in Brunei Darussalam on 5th May 2014.

 

Brunei MoD

Partager cet article

Repost0
11 avril 2014 5 11 /04 /avril /2014 19:35
PLAN surface combatant fleet now and future

 

April 11, 2014 by Feng - informationdissemination.net

 

With the recent induction of No. 172 and the appearance of Type 055 full scale land simulation structure, there has been some questions about how many of these ships will join PLAN and the number of sailors that will need to be trained to operate them. This entry will focus on the hardware part, since that is an easier factor to quantify than the software part. Before all of that, I want to take a quick look at Type 055. Based on the dimensions of the land simulation structure, estimate for width of the ship have been 21+ m and length to be 175 m based on photos. That would make this ship larger than the neighboring Atago class and KDX-III class, which are both over 10,000 ton in displacement. It would be comparable in size to Slava class and only smaller than Kirov class and Zumwalt class. Based on work by online PLAN fans, it seems like Type 055 would be able to comfortably hold 128 VLS cells ¬¬¬and still have enough endurance long range missions. To the best of my knowledge, China has only built land based simulation structures for aircraft carrier and nuclear submarine. Therefore, the construction of such a structure shows the high regard that PLAN has for Type 055. Work for Type 055 is said to be starting at JN this year, so it’s quite interesting to me that they are building the training structure so early.

 

Read full article

Partager cet article

Repost0
29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 13:45
Atalante : Exercice Golden Star

 

 

28/03/2014 Sources : EMA

 

Les 19 et 20 mars 2014, dans le Golfe d’Aden, à l’Est de Djibouti, le Transport chalands de débarquement (TCD) Siroco a participé à une série d’exercices avec un groupe de navires de la marine Chinoise.

 

Aux côtés de la frégate allemande Hessen, unité de la force Atalante, le Siroco, navire amiral de la force Atalante, a pris part à un exercice conjoint entre la force de l’Union européenne Atalante et deux bateaux de la marine chinoise, la frégate Yancheng et le pétrolier-ravitailleur Taihu.

 

Une délégation de chaque navire a préalablement rallié le TCD Siroco pour définir le tempo des différentes interactions. Les 4 navires ont commencé leur entraînement par une série de manœuvres tactiques et des présentations pour un ravitaillement à la mer avec passage d’une ligne de distance le long du pétrolier Taihu. Les transferts de personnes se sont enchaînés au rythme des vols des trois hélicoptères ou des mouvements d’embarcations rapides entre bâtiments.

 

De leur côté, les équipes de visite françaises, allemandes et chinoises, après avoir réalisé des tirs à l’arme légère depuis le pont d’envol du Hessen, ont effectué en équipes mixtes  sino-européennes,  des simulations de visite de bord sur le Taihu.

 

Cette interaction tripartite a largement contribué au renforcement des liens de confiance mutuelle et de coopération entre les unités de la force navale européenne et la marine chinoise, au bénéfice de la sécurité des voies internationales maritimes de communication dans cette zone clé de la corne d’Afrique.

 

L’opération Atalante a pour mission d’escorter les navires du Programme alimentaire mondial (PAM), de participer à la sécurité du trafic maritime et de contribuer à la dissuasion, à la prévention et à la répression des actes de piraterie au large des côtes somaliennes.

 

La France est un acteur majeur et historique participant à l’opération Atalante depuis ses débuts avec le déploiement régulier de bâtiments de la marine nationale. Le dispositif peut être renforcé ponctuellement d’un avion de patrouille maritime.

Atalante : Exercice Golden Star
Atalante : Exercice Golden Star
Atalante : Exercice Golden Star
Atalante : Exercice Golden Star
Atalante : Exercice Golden Star

Partager cet article

Repost0
27 mars 2014 4 27 /03 /mars /2014 18:35
Coopération franco-chinoise à la mer

 

27/03/2014  Marine nationale

 

La visite d’État du président chinois en France Xi Jinping manifeste, à travers la signature de plusieurs accords, la bonne entente qui règne entre Pékin et Paris. 

 

A la mer, la coopération franco-chinoise est régulière. Dans le cadre de l’opération européenne de lutte contre la piraterie Atalante, le transport de chalands de débarquement (TCD) Siroco, navire amiral de la force, a participé à des entraînements bilatéraux fin mars avec la frégate lance-missile Yancheng et le ravitailleur Taihu Lake. Dans une zone où les deux nations conjuguent leurs efforts contre la piraterie, le contre-amiral Hervé Blejean, qui commande la force européenne à la mer, a reçu à bord du Siroco le commandant de la 16èmeflotte de la Chinese People’s Liberation Army, Li Pengcheng, et une quinzaine de ses officiers. Cette rencontre en haute mer a permis de finaliser les entraînements communs et d’échanger sur la situation du théâtre d’opérations. Le TCD Siroco a rejoint l’opération Atalante depuis le 6 décembre 2013. La France assure son troisième commandement de la force européenne de lutte contre la piraterie depuis sa création en décembre 2008.

Partager cet article

Repost0
15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 12:35
USS Cowpens (CG 63) - photo US Navy

USS Cowpens (CG 63) - photo US Navy

 

14.12.2013 à 11h56 Le Monde.fr (AFP, Reuters)

 

L'USS Cowpens, un croiseur lance-missiles, a été forcé de manœuvrer pour éviter d'entrer en collision avec le navire chinois qui lui avait coupé la route avant de s'arrêter.

 

Le croiseur lance-missiles américain USS Cowpens a évité de justesse une collision avec un bâtiment de la marine chinoise le 5 décembre en mer de Chine méridionale, a révélé vendredi 13 décembre la flotte américaine du Pacifique.

 

Le croiseur lance-missiles a été forcé de manœuvrer pour éviter d'entrer en collision avec le navire chinois qui lui avait coupé la route avant de s'arrêter, selon des officiers de marine et des responsables de la défense. Le navire chinois amphibie s'est approché à moins de 500 mètres du bateau américain, a indiqué un responsable du Pentagone. L'USS Cowpens se trouvait « dans les environs » du nouveau porte-avions chinois, le Liaoning, quand l'incident s'est produit, a par ailleurs noté le responsable.

 

Senkaku-Diaoyu : incident naval sino-américain

Cet épisode s'est déroulé sur fond de tensions après l'instauration par Pékin, en mer de Chine orientale, d'une « zone de défense aérienne » qui inclut les îles Senkaku (en japonais) ou Diaoyu (en chinois), sous contrôle japonais mais revendiquées par les Chinois.

 

Les Etats-Unis ont appelé la Chine à renoncer à cette zone controversée. Washington, Tokyo et Séoul y ont tour à tour dépêché des appareils militaires, envoyant ainsi le message qu'ils refusaient de se plier aux nouvelles règles.

Partager cet article

Repost0
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 12:35
ZIDA de la Corée (KADIZ) en vert - ADIZ de la Chine en violet

ZIDA de la Corée (KADIZ) en vert - ADIZ de la Chine en violet

 

2013-12-12 xinhua

 

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hong Lei, a défendu à nouveau l'établissement par la Chine d'une zone d'identification de la défense aérienne en mer de Chine orientale.

 

"Les activités connexes de la Chine sont justes, raisonnables et conformes aux pratiques internationales", a-t-il indiqué lors d'un point de presse.

 

M. Hong s'est ainsi exprimé, invité à commenter la récente décision de la République de Corée d'ordonner à ses compagnies aériennes d'ignorer la zone d'identification de la défense aérienne chinoise, sans toutefois les empêcher de soumettre leurs plans de vols aux autorités chinoises.

 

Plusieurs compagnies aériennes étrangères ont soumis leurs plans de vols aux autorités chinoises conformément au règlement de la zone d'identification de la défense aérienne, ce qui "permet à la Chine de préserver sa sécurité territoriale et aérienne, ainsi que la sécurité et l'ordre des vols", selon le porte-parole.

Partager cet article

Repost0
17 octobre 2013 4 17 /10 /octobre /2013 11:35
China’s PLA Marines: An Emerging Force

October 17, 2013 By Christopher P. Isajiw  - China Power

 

As part of its Pacific pivot, the United States has been making substantial increases in its Asia-based forces, including a bolstering of the U.S. Marine Corps amphibious combat capabilities. One hypothetical scenario that the Navy and Marine Corps train for would be a strike against Taiwan and a possible amphibious combined force invasion carried out by China’s People’s Liberation Army Navy (PLAN). A key spearhead of any such action would be the PLA Marines.

 

The PLA Marines are at present a relatively small amphibious assault force, numbering just two brigades with roughly 6,000 men each. Nevertheless, they are reinforced by naval and air power, amphibious artillery and armor. The PLA Marines are considered an elite special operations force, and theoretically therefore “punch above their weight class.” They are well trained and well equipped, using both the latest Chinese and Russian technology. They are trained for amphibious and airborne assault operations. While they were originally designed to be a much larger mass invasion force, they have quickly evolved into a rapid deployment invasion force specifically tasked for assault operations. Despite this, however, the PLA Marines are still very much a work in progress (as is arguably the PLA Navy in general), and currently lack the full necessary capabilities for a cross-Strait invasion of Taiwan. They are, however, rapidly developing this capability as part of overall Chinese military strategy.

 

Read more

Partager cet article

Repost0
26 septembre 2013 4 26 /09 /septembre /2013 18:35
Type 054A Frigate Liuzhou (573) (NATO codename Jiangkai II)

Type 054A Frigate Liuzhou (573) (NATO codename Jiangkai II)

26/09/2013 Sources EMA

 

Du 20 au 22 septembre 2013, deux bâtiments de la marine chinoise : le destroyer Lanzhou et la frégate de derrière génération Liuzhou ont fait escale à Papeete avant de continuer leur route vers le Chili, l’Argentine puis le Brésil.

 

Cette escale fait suite à celle du navire école chinois Zheng He qui s’était rendu en Polynésie française en août 2012. Ces deux navires et leurs 517 marins constituent la Task Force 170, commandée par le vice-amiral Xiaoyan Li, chef d’état-major adjoint de la flotte chinoise de mer méridionale.

Polynésie Française : escale de deux bâtiments de la marine chinoise

Le vice-amiral Li a été reçu par le contre-amiral Cullerre, commandant supérieur des forces armées en Polynésie française (COMSUP FAPF) et commandant la zone maritime du Pacifique (ALPACI). Cet entretien a permis de rappeler la forte coopération militaire entre la Chine et la France dans le domaine naval, plus particulièrement dans la lutte contre la piraterie en océan Indien.  En avril dernier, une Task Force chinoise de trois navires, déjà commandée par le vice-amiral Li, avait ainsi accosté à Toulon, en marge de son déploiement en océan Indien.

 

Polynésie Française : escale de deux bâtiments de la marine chinoise

La délégation chinoise a également rappelé l’importance de l’année 2014 avec la célébration du cinquantenaire des relations diplomatiques entre la France et la République populaire de Chine. Cet anniversaire devrait se concrétiser à travers des escales et des opportunités d’activités navales franco-chinoises.

 

L’importance stratégique du dispositif des forces prépositionnées a été confirmé par le nouveau Livre blanc qui rappelle l’importance des missions de souveraineté sur l’ensemble du territoire national, des missions au profit de populations civiles notamment en cas de catastrophe naturelle, et des missions de lutte contre la piraterie et les trafics illégaux. Dans ce cadre, les Forces armées en Polynésie française (FAPF) constituent un dispositif aéromaritime de premier plan sur le théâtre « Pacifique », en coordination avec les Forces armées de la Nouvelle-Calédonie (FANC).

Partager cet article

Repost0
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 11:35
Chengdu Aircraft Industry Group to produce 1,200 J-10 fighters

Two J-10 fighters at the Zhuhai Airshow on Nov. 5, 2008. (Photo Xinhua)

 

2013-09-19 wantchinatimes.com

 

Chengdu Aircraft Industry Group will produce a total of 1,200 J-10 fighters for the PLA Force to counter F-16 fighters over the Taiwan Strait and Western Pacific, according to our sister paper Want Daily.

 

The Moscow-based Voice of Russia says the J-10A uses the Lyulka-Saturn AL-31FN turbofan engine imported from Russia due to difficulties in the development of China's WS-10 Taihang engine. The newer J-10B variant will be fitted with the Taihang engine.

 

Geng Ruguang, senior vice president of China Aviation Industry Corporation, said the development of the J-10, Taihang engine and PL-12 air-to-air missile shows China has become the fourth nation in the world to design and produce its own advanced fighter.

 

 

Geng said the J-10B's active phased array airborne radar enables the fighter to track six targets and engage four of them simultaneously. Geng also said the J-10's radar system can also lock on to US F-16 and Japanese F-2 fighters without difficulty. Furthermore, the PL-12 air-to-air missile designed for the J-10 boasts similar specs to the US-built AIM-120 air-to-air missile used by the F-16A/B fighters of Taiwan's air force.

 

Taiwan currently has 388 fighters, of which 145 are F-16A/Bs purchased from the United States. The imbalance in the size of the size of the fighter fleets on opposing sides of the Taiwan Strait is a matter of serious concern for Taiwan's security.

 

Between 2014 and 2015, 36 J-10B fighters will also be supplied to the Pakistan Air Force under the name FC-20,

Partager cet article

Repost0
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 11:35
China forms first carrier-borne aviation force

May 12, 2013 brahmand.com

 

BEIJING (PTI): China on Friday announced the formation of its first aircraft carrier-borne aviation force, signalling its determination to enhance the reach of its fast-expanding navy's might.

 

"A carrier-borne aviation force has been formally established as part of the People's Liberation Army (PLA) Navy," the state-media reported.

 

The forming of the force, approved by the Central Military Commission (CMC), demonstrates that the development of China's aircraft carriers has entered a new phase, Xinhua news agency quoted military sources as saying.

 

Beijing's apparent determination to extend its control over the seas with a "blue-water force" comes at a time of increasingly acrimonious maritime disputes with neighbouring countries such as Japan, the Philippines and Vietnam.

 

China has also expressed public concern over the United States' "pivot" to Asia, which Beijing views as a direct threat to the country's rise.

 

The carrier-borne aviation force comprises carrier-borne fighter jets, jet trainers and ship-borne helicopters that operate anti-submarine, rescue and vigilance tasks, it said.

 

The military sources said the carrier-borne force is vital to the strike force of China's aircraft carrier and a vanguard in transforming its navy. It will also play a key role in developing aircraft carrier groups and building a strong navy.

 

Wu Shengli, a member of the CMC and commander of the PLA Navy, attended the forming event on Friday.

 

The sources said the personnel of the force are more elite than the aviation forces within the PLA. To be able to fly fighter jets, the pilots should have flown at least five types of aircraft and their flight time must exceed 1,000 hours.

 

Rich experience in joint drills and major drills is also a prerequisite. The pilots also received training in courses like warship theory, nautical basics, and maritime meteorology.

 

Currently, China operates one aircraft carrier, the Liaoning, which was refitted based on an unfinished Russian- made carrier and delivered to the Navy on September 25, 2012.

 

The carrier's original design allows it to carry about 30 fixed-wing aircraft.

 

The Liaoning has conducted successful take-off and landing tests of its carrier-borne J-15 fighters, the main strike force of China's carrier group.

Partager cet article

Repost0
25 avril 2013 4 25 /04 /avril /2013 07:55
La marine chinoise en escale à Toulon

23 avril 2013 Var Matin

 

Trois navires de la marine nationale chinoise font escale, ce mardi matin, dans la rade de Toulon.

 

Une grande cérémonie d'accueil a été organisée par l'ambassade, qui a convié quelque 300 ressortissants chinois installés en France.

 

Accueilli au son de la la musique des équipages de la flotte de Toulon et sous les cris de la foule qui agitait des drapeaux dans tous les sens, l'équipage reste à quai pour cinq jours.

 

Toulon est la dernière escale d'une campagne de lutte anti-piraterie débutée il y a quatre mois par les trois navires de l'armée populaire de libération chinoise.

Partager cet article

Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 19:35
La Chine veut se doter d'un deuxième porte-avions plus grand que le premier (Chine nouvelle)

 

PEKIN, 24 avr 2013 marine-oceans.com  (AFP)

 

La Chine va se doter de plusieurs porte-avions et le deuxième devra être plus grand et capable d'accueillir plus de chasseurs que le premier, a indiqué un haut responsable militaire chinois cité mercredi par l'agence Chine nouvelle.

 

"Nous espérons que le prochain porte-avions sera plus grand et qu'il pourra transporter plus d'avions", a expliqué le contre-amiral Song Xue, chef d'état-major adjoint de la Marine chinoise, aux attachés militaires de 64 pays, selon l'agence officielle chinoise.

 

Ceux-ci étaient reçus mardi pour le 64e anniversaire de la fondation de la marine de l'Armée populaire de libération.

 

En septembre dernier, la Chine a mis en service son premier porte-avions, le Liaoning, construit à partir de la coque d'un navire destiné à l'origine à la Marine soviétique, le Varyag, qui n'avait jamais été achevé.

 

Cette mise en service était intervenue en pleine crise des relations entre Pékin et Tokyo autour de la souveraineté d'îles - appelées Diaoyu en chinois et Senkaku en japonais - en mer de Chine orientale.

 

Le contre-amiral a expliqué que la Marine chinoise mettait actuellement en place un groupe aérien composé d'au moins deux escadrilles pour le Liaoning, comprenant à la fois des chasseurs, des avions de reconnaissance, des appareils antisousmarins et de brouillage électronique, ainsi que des aéronefs à décollage vertical.

 

Il a précisé que le Liaoning était placé sous le commandement direct du quartier général de la Marine et ne dépendait d'aucune de ses trois flottes en particulier.

 

Le responsable a d'autre part déclaré que des informations de presse selon lesquelles ce deuxième porte-avions chinois serait construit à Shanghai étaient inexactes.

 

Des essais d'atterrissage et de décollage ont déjà été effectués par des chasseurs J-15 à bord du Liaoning, mais le contre-amiral Song a indiqué que d'autres essais aériens été nécessaires avant que ces chasseurs-bombardiers dérivés du modèle russe Sukhoï Su-33 soient opérationnels.

Partager cet article

Repost0
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 16:42

Partager cet article

Repost0
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 11:19

Partager cet article

Repost0
16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 07:30

asia-pacific source harvard.edu

 

October 15, 2012 China Military News

 

2012-10-15 — On the afternoon of Oct. 4, 2012, seven Chinese naval warships passed through the international waters between Okinawa and Miyako and headed for the Pacific for an ocean-going exercise, which caused vigilance of Japanese side. Hong Kong media outlets speculated that the activity of Chinese submarines on the First Island Chain and even Pacific Ocean is about to open to the public. In this regard, Rear Admiral Yin Zhuo, director with the Chinese Navy Advisory Committee for Informatization, said in an interview with the People’s Daily online that it is very common that Chinese submarines departed from the First Island Chain to carry out exercises and the ocean-going exercise was determined by the depth of water. Meanwhile, Yin warned Japanese side to treat the routine training of Chinese navy rationally.

 

Depth of water determined the training of Chinese navy in ocean-going regions

 

According to news released by Japanese Defense Ministry, seven Chinese warships passed through the water channel between Okinawa and Miyako on Oct. 4, which include guided missile destroyers, frigates, submarine rescue ships and depot ships. The foreign media paid close attention to the participation of submarine rescue ships in the training, speculating that there might be submarines in Chinese naval warships. “The Sun,” a Hong Kong-based newspaper, also said on Oct. 8 that the public debut of Chinese submarine rescue ships might imply Chinese submarines’ coming out into the open on the First Island Chain and even Pacific Ocean.

 

To these speculations, Yin said that the water in the continental shelf of the East China Sea is shallow, which is about 100 meters deep in average, and it is unable to meet the training needs of nuclear submarines and large conventional submarines, therefore the Chinese submarines must head for the First Island Chain for exercises in recent years.

 

The best anti-submarine training place is the sea area in the east of the First Island Chain and behind the Miyako Strait, in which the depth of water reaches 2 to 3 kilometers. It is common that the navy of a country goes to such waters to carry out combat drills and anti-submarine drills on water surface. Yin stressed, “I think any country having naval forces will understand it.”

 

Japan should treat regular blue water training of China rationally

 

For a long time, Japan has been tracking and monitoring China’s military exercises on the Pacific Ocean and more than once dispatched surface ships to close to Chinese naval vessels during regular blue water trainings, which seriously interfered with China’s normal exercises.

 

Japan’s P-3C anti-submarine patrol aircraft almost scouts about Chinese naval vessels’ sailing on the open seas for one to two times every day. In addition, Japan also monitors and supervises the guided missile tests and target practices of guided missiles, recording the emission frequency of guided missiles and other data. All of these acts show unfriendly attitude. Therefore, Chinese side hopes that Japan can take into consideration the overall situation of China-Japan relations and treat China’s blue water trainings rationally and friendly.

Partager cet article

Repost0
25 juin 2012 1 25 /06 /juin /2012 17:20

China-AF-Helmet.jpg

 

June 25, 2012 China Military News

 

As China has increased the training flights for its pilots, it has also abandoned the old Soviet style rigid tactics. Pilots are now expected to show initiative and innovative flying tactics. To take advantage of this, last year the Chinese Air Force instituted a fighter pilot competition that culminates in an annual exercise that determines which ten fighter pilots would be able to wear a “Golden Helmet” for the next year. This is a regular flight helmet decorated with a special blue, red and gold pattern that marks the wearer as one of the elite combat pilots in the Chinese Air Force.

 

More cynical members of the Chinese Air Force are wondering how long it will take before paying a bribe will help you “earn” one of the Golden Helmets. While the program is seen as a smart move to encourage competition and improve skills, many air force officers have seen too many programs corrupted by greed and a military culture that is more tolerant of corruption than it is in achieving combat skills.

Partager cet article

Repost0
25 juin 2012 1 25 /06 /juin /2012 12:05
The Chinese Golden Helmet

 

June 24, 2012: Strategy Page

 

As China has increased the training flights for its pilots, it has also abandoned the old Soviet style rigid tactics. Pilots are now expected to show initiative and innovative flying tactics. To take advantage of this, last year the Chinese Air Force instituted a fighter pilot competition that culminates in an annual exercise that determines which ten fighter pilots would be able to wear a "Golden Helmet" for the next year. This is a regular flight helmet decorated with a special blue, red and gold pattern that marks the wearer as one of the elite combat pilots in the Chinese Air Force.

 

More cynical members of the Chinese Air Force are wondering how long it will take before paying a bribe will help you "earn" one of the Golden Helmets. While the program is seen as a smart move to encourage competition and improve skills, many air force officers have seen too many programs corrupted by greed and a military culture that is more tolerant of corruption than it is in achieving combat skills.

Partager cet article

Repost0
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 21:53

National Emblem of the People's Republic of China.svg

 

15/03/2012 Frédéric Pons - valeursactuelles.com

 

Soldats chinois à l'entraînementLa Chine investit massivement dans ses forces armées. Elle s’ouvre aussi à la communication pour rassurer le monde. Reportage à Pékin, Shanghai et Nankin.

 

« Désirez-vous leur donner l’ordre de commencer ? » me demande aimablement le colonel Liu Ba Oqan, commandant adjoint de la 179e brigade motorisée. Surpris, j’accepte, bien sûr. Au garde-à-vous, ainsi que l’exige l’usage militaire, je saisis le micro : « Compagnie de reconnaissance du 2e bataillon, à mon commandement ! Commencez l’exercice! » Les haut-parleurs dirigés vers les 150 soldats d’élite crachent mon ordre, traduit par le commandant Liu Tao. Tirs de précision, gymnastique militaire, maniement de baïonnette, assaut d’un village ennemi : la démonstration doit prouver la qualité opérationnelle de cette brigade motorisée, fierté de la ville de Nankin, à une heure de TGV au nord de Shanghai.

 

Je savoure le thé vert offert par le colonel et cette faveur rare pour un Occidental : pouvoir donner un ordre à l’avant-garde de cette “armée populaire de libération” (APL) de 2,3 millions d’hommes, la plus grande force militaire du monde, dont les capacités, mal connues mais supposées immenses, inquiètent tout le Sud-Est asiatique.

 

Ce geste courtois et ces belles marques d’hospitalité confirment la politique d’ouverture de la défense chinoise. « Nous voulons communiquer pour mieux nous adapter au monde moderne », disent les officiers, dans une belle unanimité, dont les éléments de langage sont verrouillés à chaque niveau par les commissaires politiques. En résumé : « Nous sommes une force pacifique au service du peuple et de la paix. »

 

Le mot clé est modernisation. « Nous avons la double mission de réaliser la mécanisation et l’informatisation de la Défense nationale, de pair avec celles du pays tout entier, explique le colonel Geng Yansheng, porte-parole de l’APL. Nos capacités actuelles ne sont pas à la hauteur des défis de sécurité, dans un environnement international porteur d’incertitudes et d’instabilité. La croissance rationnelle et raisonnable des budgets sera maintenue. »

 

Ce travail de modernisation se vérifie à Nankin, l’ancienne “capitale du Sud”, au sein de la brigade Linfen, du nom d’une bataille de 72 jours et 72 nuits en 1948. Cette “brigade de l’infanterie glorieuse”, unité amphibie de 4 800 hommes, est montrée avec fierté aux étrangers de passage. Richement dotée, elle bénéficie d’équipements neufs et de tenues de combat plus modernes que les sacs informes que portent encore la majorité des soldats chinois.

 

Ce n’est pas la réalité de toute l’armée. Les matériels et les véhicules qu’on nous montre sont trop neufs. Un attaché de défense le confirme : « Cette brigade d’élite est d’abord une vitrine de la nouvelle APL. » Le maniement des kalachnikovs, baïonnette au canon, digne du grand cirque de Pékin, et le spectaculaire exercice de corps à corps, agrémenté de plongeons et de roulades dans un grand bac à sable, confirment cette vocation démonstrative.

 

« Sha ! Sha ! Sha ! » Les commandos amis – la “force rouge” – se ruent en hurlant à l’assaut de l’ennemi – la “force bleue” – , retranché dans le village d’exercice. Les éclaireurs “rouges” grimpent comme des chats sur la façade d’un immeuble, à l’aide d’immenses bambous qui évoquent des films de kung-fu médiéval. Explosions, fumées, hur lements sauvages. « Sha! Sha! » Je demande la traduction. Traduction, après un court conciliabule : « Cela signifie : “Tuez ! Tuez ! » Dans cette “armée au service de la paix”, les fondamentaux de l’entraînement commando sont les mêmes qu’ailleurs…

 

À 200 mètres, les cibles dégringolent les unes après les autres, éliminées par des tireurs d’élite. Les emplacements du pas de tir doivent être connus au centimètre près. Le show est parfait. Je me montre dubitatif. Vexé, le colonel me demande de désigner n’importe quelle cible à n’importe quel tireur. Le soldat de 1re classe Wan Hwe, 21ans, deux ans d’armée, fait mouche aussitôt. Il est gris d’émotion quand je le félicite. « Ils s’entraînent beaucoup, près de 132 jours de terrain, dont 20 % de nuit et un mois d’exercice amphibie », sourit fièrement son colonel de 38 ans, sanglé dans une tenue impeccable – treillis moucheté et casque ergonomique – , d’une ressemblance frappante avec les treillis américains. « Nous assurons aussi 400 heures de pédagogie politique par an », ajoute le colonel Zhang Zhi Zeng, le camarade commissaire politique.

 

Comme toute l’armée chinoise, ces militaires passent beaucoup de temps à travailler la terre. Chaque installation de l’APL possède ses propres cultures vivrières. C’est une tradition révolutionnaire autant qu’une nécessité. « Ce la sert à améliorer nos conditions de vie, sans peser sur le budget de l’État », explique le commissaire politique. L’APL est une grande entreprise aux productions variées. Même si elle a abandonné depuis 1998 les investissements dans le civil, elle pèse encore 10 % de l’économie chinoise, notamment dans la “reconstruction économique intérieure”.

 

« La mission essentielle de l’armée de l’air chinoise est de protéger le pays et de soutenir son développement économique, en participant à sa construction », confirme le colonel Yan Feng, de la 24e division aérienne de Tianjin. Ses aviateurs ne font pas que planter des choux, ramasser des pommes de terre ou porter secours aux populations sinistrées, comme lors du tremblement de terre du Sichuan. Ils s’entraînent aussi au combat : « 120 heures de vol par mois ». Lui-même pilote chevronné (3 700 heures de vol), le colonel refuse d’en dire plus : « La transparence militaire ne doit pas être absolue pour ne pas porter atteinte à la sécurité de l’État… » Attentif et impénétrable, le commissaire politique boit son thé à petites gorgées bruyantes.

 

Deux chasseurs J-10 en livrée bleu ciel sont présentés sur le tarmac immense et vide de cette base vouée à la défense aérienne de Pékin et du nord de la Chine, dans un rayon de 1000 kilomètres. Entré en service en mars 2003, le J-10 est le fleuron de l’aviation chinoise. On ne verra pas de pilote mais deux jeunes mécaniciens sont au garde-à-vous au pied de l’avion, tétanisés devant ces étrangers qui osent ausculter le J-10 sous toutes ses soudures. Il y a encore trois ans, photographier le J-10 était puni de prison. Le colonel Feng sourit. Il dit son admiration pour le Rafale français qu’il préfère à l’Eurofighter européen : « Mais il nous faut un avion fabriqué par la Chine. En cas de conflit, nous sommes ainsi sûrs de ne pas manquer de pièces détachées. »

 

C’est du côté de la marine que l’effort de modernisation est le plus grand, le plus évident, avec l’entrée en service du premier porte-avions chinois l’été dernier. La Chine était alors le seul membre permanent du Conseil de sécurité de l’Onu à ne pas avoir de flotte stratégique. Le rattrapage est en cours. Commencée à la fin des années 1980, cette montée en puissance rompt avec une tradition qui donnait la priorité aux forces terrestres. La marine chinoise a réussi son premier “tour du monde” en 2002, changeant la donne régionale. « La Chine passe d’une marine de cabotage à une marine de haute mer, pour le contrôle de zone et l’intervention », souligne un attaché de défense à Pékin.

 

La base navale Wusong assure le soutien de la flotte affectée en “mer de l’Est”. Le nombre de bâtiments de guerre en service dans cette zone est “secret défense” mais la frégate lance-missiles n° 539 Anqing en fait partie. Ce bâtiment lourd de 2 400 tonnes est à quai. Son équipage (150 marins), en tenue impeccable, nous attend, aux ordres du pacha, le capitaine de vaisseau Zhao Bi Fei, 35ans.

 

« Nous faisons entre 180 et 200 jours de mer par an. » Faut-il le croire ? L’officier aligne les chiffres et semble réciter le Livre blanc sur la défense chinoise de mars 2011. Sa frégate paraît trop neuve. « Elle a été repeinte l’an dernier ! » À regarder de près, on ne voit aucune trace d’usure mécanique, ni sur les tubes de roquette ni sur les saisines d’hélicoptère. La salle d’opérations ressemble à un décor d’exposition navale et les sièges sortent à peine de leur housse de livraison. « Ce bateau n’a pas navigué depuis longtemps », me confie plus tard un attaché naval, amusé.

 

Le porte-avions “Shi-Lang” va “projeter” la puissance chinoise

 

Avec sa technologie de la fin des années1980 et une activité opérationnelle probablement très réduite, la frégate Anqing illustre l’état actuel de la flotte chinoise : matériels rustiques, capacités limitées. Fierté de tous, le porte-avions Shi-Lang est le symbole du grand bond en avant de l’armée chinoise. Mis sur cale en 1985 en Ukraine, entré en service dans la marine russe en 1991, l’ancien Admiral-Kouznetsov fut racheté par la Chine en 2000. Ce bâtiment de 60000 tonnes à pleine charge (304 mètres de long), capable d’accueillir 22 avions, sert pour l’instant de plate-forme d’essais. Aucun étranger ne peut encore le voir. Le Shi-Lang annonce pourtant la nouvelle ambition océanique des Chinois, leur volonté de “projection de puissance”. Deux autres porte-avions devraient être commandés.

 

La Chine donne la priorité à la sécurité de son immense zone maritime (3 millions de kilomètres carrés), avec une attention toute particulière pour la mer de l’Est, 950000 kilomètres carrés, qui borde Shanghai, capitale de la région la plus peuplée (280 millions d’habitants) et la plus riche (un tiers de la richesse du pays). Dans cette zone traditionnelle de trafics et de contrebande, au débouché de l’immense fleuve Yang-tseu-kiang, les moyens semblent dérisoires. Les officiers chinois le reconnaissent, à demi-mot : « Nous devons veiller sur 6800 kilomètres de lignes côtières et sur 4600 îles. »

 

La zone la plus sensible est plus au sud, vers le petit archipel des Spratly (Nansha pour les Chinois), en mer de Chine méridionale. Ces “cailloux” riches en hydrocarbures sont contestés à la Chine par le Viêtnam, les Philippines, Taiwan. Le Global Times de Pékin, propriété du Quotidien du peuple, le journal du Parti communiste chinois, a prévenu tout le monde : « Si ces pays ne changent pas de comportement vis-à-vis de la Chine, ils vont devoir se préparer au son du canon. Cela pourrait être le seul moyen de résoudre nos disputes maritimes. »

 

Au-delà de leurs frontières, les Chinois veillent à la sécurité de leurs voies maritimes. Les marins racontent avec fierté leur lutte contre la piraterie au large d’Aden, engagée depuis 2008. Leur présence au débouché pétrolier du golfe Persique sécurise leurs approvisionnements énergétiques, malgré des capacités qui restent limitées. « Ils sont passés de la pataugeoire au grand bain sans enlever leurs bouées », sourit un expert.

 

À l’état-major, le colonel Geng Yansheng insiste sur cette présence nouvelle de militaires chinois dans les zones de crise. La première intervention extérieure remonte à avril 1990, au Moyen-Orient, avec cinq observateurs. Depuis, 18 000 soldats chinois ont servi dans une vingtaine d’opérations de paix, en Irak et au Koweït, au Liban et au Cambodge, en Afrique, dans les Balkans, en Afghanistan. « Nous ne cherchons aucun intérêt de puissance, rassure le colonel. Notre politique est axée sur le développement pacifique, et notre stratégie de défense et de contre-attaque en légitime défense refuse l’hégémonisme et l’expansion militaire. »

 

Cette “armée du besoin” doit d’abord protéger les 22 000 kilomètres de frontières terrestres et les 18 000 kilomètres de frontières maritimes du pays. La sécurité intérieure reste la priorité absolue. « Le rôle de l’armée est de maintenir l’ordre social et de protéger le peuple, rappelle le colonel Yansheng. Il existe des menaces très sérieuses… comme les forces sécessionnistes. » Où ? Au Tibet, au Xinjiang et aussi à Taiwan.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories