Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 juin 2014 2 10 /06 /juin /2014 07:50
Pologne : Relève des Rafale par les Mirage 2000

 

06/06/2014 Sources : EMA Ministère de la Défense

 

Le 3 juin 2014, sur la base aérienne tactique de Malbork, en Pologne, les Rafale, déployés depuis le 28 avril, ont été relevés par des Mirage 2000.

 

Après l’arrivée de l’échelon précurseur le 28 mai et des équipes de mécaniciens le lendemain, les quatre chasseurs se sont posés tour à tour sur la base aérienne de Malbork, le 2 juin en fin de matinée. Le lieutenant-colonel Gauthier Dewas a pris la succession du lieutenant-colonel Yann Malard à la tête du détachement air en Pologne.

 

La relève se constitue de deux Mirage 2000-5 (de la base aérienne de Luxeuil) et de deux Mirage 2000 C (de la base aérienne d’Orange). Ces avions monoplace de défense aérienne armés de missiles air-air et dotés d’une grande autonomie sont capables, comme le Rafale, d’assurer la mission de permanence opérationnelle (PO).

 

Le détachement air présent en Pologne se compose ainsi d’une centaine de militaires et de quatre Mirage 2000 prêts à décoller 24/24h et 7/7j.

 

Le 16 avril 2014, l’OTAN sollicitait la France pour engager des capacités aériennes. Quatre Rafale ont ainsi été stationnés en Pologne depuis le 28 avril, sur la base de Malbork. La relève, nombre pour nombre, permet au détachement de continuer sa double mission :

•    réaliser des missions d’entraînement à la NATO AIR POLICING aux côtés des équipages polonais ;

•    participer, sur demande de l’OTAN, à la mission de surveillance de l’espace aérien de la Lituanie, de la Lettonie et de l’Estonie, afin de garantir l’intégrité de leur espace aérien.

Pologne : Relève des Rafale par les Mirage 2000
Partager cet article
Repost0
25 mai 2014 7 25 /05 /mai /2014 17:50
SAMP/T - photo DGA

SAMP/T - photo DGA

 

 

24.05.2014 journal-aviation.com ( Reuters)

 

Les industriels occidentaux de l'aéronautique ne ressentent pas encore d'effet dramatique de la crise ukrainienne sur leurs contrats en Russie, tandis que les groupes de défense sont en ordre de bataille pour répondre aux besoins en équipements manifestés par la Pologne.

 

Mais dans ces secteurs soumis à la diplomatie, les relations commerciales des Occidentaux avec la Russie ses ex-pays satellites en ébullition sont aussi volatiles que l'évolution de la situation à la frontière russo-ukrainienne où Moscou a déployé 40.000 soldats après avoir annexé la Crimée.

 

Dans l'aviation d'affaires, indicateur avancé du secteur aéronautique, de premiers accrocs ont été constatés avec des clients russes, tandis que les industriels français de la défense engagés dans des négociations en Pologne pâtissent de la relative discrétion de Paris depuis le début de la crise.

 

"Cela se tend, la Pologne reproche à la France son insuffisante réaction pour défendre l'Ukraine", dit-on chez l'un d'entre eux, qui a souhaité rester anonyme.

 

Concentrée sur d'autres conflits et alignée sur les Etats-Unis, la diplomatie française a manqué d'initiative dans la crise ukrainienne, commettant des erreurs d'appréciation dans l'attitude à adopter face à Moscou, ont dit des analystes à Reuters.

 

Plusieurs groupes français ont le doigt sur la gâchette pour aider la Pologne à améliorer ses équipements, parfois encore issus de l'ère soviétique.

 

Thales s'est ainsi allié à MBDA (consortium Airbus Group, BAE Systems et Finmeccanica) et à un groupe de défense public polonais pour décrocher un contrat de missiles évalué à plusieurs milliards d'euros que Varsovie pourrait attribuer dès juin.

 

Le constructeur naval militaire DCNS discute de son côté de la livraison à la Pologne de deux à quatre sous-marins pour un montant total de deux à trois milliards d'euros depuis 2012, ainsi que sur une modernisation des chantiers navals polonais.

 

Quant à Airbus Helicopters, il est en lice dans un appel d'offres polonais pour un contrat de 70 hélicoptères lourds d'environ trois milliards d'euros, dont le résultat est attendu avant la fin 2014.

 

Mais contrairement à DCNS, qui a signé avec la Russie un contrat d'un peu moins de 1,1 milliard d'euros pour deux navires de type Mistral livrables en octobre 2014 et octobre 2015, Airbus Helicopters n'a pas accès au marché militaire russe.

 

Dans le secteur civil, dont il est le numéro un mondial, l'ex-Eurocopter n'a en revanche pas constaté d'impact notable sur son activité en Russie où il revendique environ 40% d'un marché de 50 à 60 appareils par an, a dit son président exécutif Guillaume Faury lors du salon d'aérospatiale ILA à Berlin.

 

COUP D'ARRÊT EN RUSSIE POUR BOEING BUSINESS JETS

 

Pour Boeing Business Jets, branche d'avions d'affaires du constructeur américain, l'impact, en revanche, est déjà bel et bien palpable.

 

"Le marché russe était devenu très actif il y a environ un an, mais la situation actuelle a porté un coup d'arrêt à la plupart de nos discussions" avec des clients potentiels, a déclaré son président Steve Taylor à Reuters lors du salon Ebace qui s'est déroulé cette semaine à Genève.

 

L'attentisme de la Russie s'est propagé à l'Europe, a-t-il également constaté.

 

"Avec tous les défis en Europe de l'Est et Russie, les clients ne vont pas conclure d'achat tant qu'ils n'auront pas une idée plus claire de la situation", a ajouté Steve Taylor, un constat partagé par Marco Tulio Pellegrini, président de la branche de jets du brésilien Embraer.

 

Les industriels redoutent l'impact des tensions entre Moscou et Kiev, tant sur l'état de leurs contrats et négociations que sur leurs approvisionnements en matières premières, comme le titane, métal léger utilisé dans les avions ou les fusées.

 

"La crise russo-ukrainienne fait peser très clairement un risque sur nos activités", a déclaré François Auque, président exécutif du pôle spatial d'Airbus Defense & Space, lors d'une conférence de presse. "Ce serait un impact potentiellement significatif si la situation devait durer".

 

Airbus Defense & Space, Thales Alenia Space et leurs concurrents américains, comme Boeing ou Lockheed Martin, pourraient pâtir de la décision des Etats-Unis de ne plus accorder de licences d'exportations vers la Russie à tout satellite comportant des composants américains.

 

L'avionneur Airbus, qui achète au russe VSMPO plus de la moitié de son titane, a, lui, d'ores et déjà mis en place un groupe de travail afin de garantir ses approvisionnements destinés à son long-courrier A350, qui doit être mis en service fin 2014. (Avec Victoria Bryan, édité par Jean-Michel Bélot)

Partager cet article
Repost0
23 mai 2014 5 23 /05 /mai /2014 15:50
Dynamic Monarch, l’interopérabilité dans le sauvetage des sous-marins

 

 

16/05/2014 Actu Marine

 

C’est un entraînement un peu particulier qui a lieu depuis le 12 mai dans la mer Baltique : 18 pays (1), dont la France, sont rassemblés à Gdynia en Pologne pour confirmer leur interopérabilité et améliorer leur efficacité au sauvetage de sous-marins.

 

Dynamic Monarch est le plus important entraînement dans ce domaine au monde. Organisé tous les trois ans, il permet d’exercer la procédure et d’éprouver l’ensemble des moyens déployés (bâtiments de surface, moyens de patrouille maritime, plongeurs, équipes médicales…) depuis la réception du signal de détresse, la recherche du sous-marin jusqu'à l’évacuation du personnel depuis le navire échoué sur le fond de la mer.

 

La France occupe une place d’importance dans ce dispositif. En plus de bénéficier d’un savoir-faire reconnu (détenu notamment à la Cellule de Plongée humaine et intervention sous la mer, CEPHISMER), elle est copropriétaire (avec le Royaume-Uni et la Norvège) du NATO Submarine Rescue System (NSRS). Cet engin submersible est capable de se fixer sur le sous-marin, d’apporter les premiers secours et d’évacuer l’équipage. Il peut intervenir jusqu’à 600 mètres, donc très largement au-delà des moyens de plongée humaine. Avec la pression régnant au fond de l’eau et donc l’impératif d’étanchéité, on comprend l’importance de la compatibilité et de l’interopérabilité avec les sous-marins du monde entier.

 

L’ensemble de l’exercice organisé et dirigé par le commandement maritime de l’OTAN (MARCOM) qui est le centre de gravité maritime de l’Alliance Atlantique. Situé dans les alentours de Londres, il est placé sous le commandement d’un amiral Britannique dont le second Deputy Commanderest le vice-amiral d’escadre Christian Canova. Plus de 30 Français y sont affectés formant ainsi le premier contingent.

 

1 : Plusieurs marines de l’OTAN, la Suède qui fournit un sous-marin et le bâtiment base du NSRS ainsi que des observateurs de nombreux pays.

Partager cet article
Repost0
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 19:50
Détachement air en Pologne : début de la permanence opérationnelle

 

06/05/2014 Sources : EMA

 

Depuis le 6 mai 2014, à 8 h 00, sur demande de l’OTAN, le détachement de l’armée de l’Air déployé en Pologne a débuté une mission de permanence opérationnelle (PO). Il se tient prêt à décoller pour garantir l’intégrité territoriale de l’espace aérien des Etats Baltes.

 

Cette permanence opérationnelle est assurée par près de 70 militaires français et les avions Rafale, qui sont stationnés depuis le 28 avril 2014 sur la base de Malbork, avec l’accord des autorités polonaises. Son objectif est de contribuer à faire respecter la souveraineté nationale des pays Baltes, qui n’ont pas de moyens propres de défense aérienne, et d’assurer la défense de ces territoires contre toute menace aérienne. En cas de doute sur un aéronef qui survolerait ces territoires, les avions Rafale sont en mesure de décoller en quelques minutes, 24 heures/24 et 7 jours/7.

 

Dans le cadre de son déploiement, le détachement de l’armée de l’Air alterne ses missions de permanence opérationnelle avec des missions d’entraînement à la NATO Air Policing, conjointement avec les Polonais. Une mission d’entraînement de deux heures a justement été réalisée ce mardi aux côtés de d’autres avions de combat de l’OTAN.

 

Détachement air en Pologne : début de la permanence opérationnelle

Le déploiement de ces avions de chasse intervient dans le cadre des mesures de réassurance décidées par la France pour marquer sa solidarité à l’égard de ses alliés en Europe de l’Est. Décidé le 16 avril 2014 sur demande de l’OTAN, il vient compléter l’engagement des Awacs qui, depuis le 1er avril, participent à des missions de surveillance de l’espace aérien polonais et roumain à partir de la base aérienne d’Avord. C’est la première fois que les Rafale sont ainsi déployés pour être en mesure d’assurer une mission de permanence opérationnelle dans un pays étranger. Leur déploiement a été facilité par l’engagement d’un échelon précurseur à compter du 24 avril 2014. Composé d’une soixantaine de militaires, cet échelon a procédé à la mise en œuvre de plusieurs tonnes de matériel en vue de l’arrivée des chasseurs.

 

Ce détachement conduit une double mission :

- réaliser des missions d’entraînement à la NATO Air Policing aux côtés des équipages polonais ;

- participer, sur demande de l’OTAN, à la mission de surveillance de l’espace aérien de la Lituanie, de la Lettonie et de l’Estonie, afin de garantir l’intégrité de leur espace aérien.

Détachement air en Pologne : début de la permanence opérationnelle
Détachement air en Pologne : début de la permanence opérationnelle
Détachement air en Pologne : début de la permanence opérationnelle
Détachement air en Pologne : début de la permanence opérationnelle
Partager cet article
Repost0
30 avril 2014 3 30 /04 /avril /2014 11:50
Quatre Rafale à Malbork

 

29/04/2014 Sources : EMA

 

Quatre Rafale sont arrivés lundi 28 avril 2014 sur la base aérienne de Malbork en Pologne. Partis de la base aérienne 113 de Saint-Dizier, ils se sont posés sur le tarmac polonais à 11h30.

 

Le déploiement de ces avions de chasse intervient dans le cadre des mesures de réassurance en Europe de l’Est. Décidé le 16 avril 2014 sur demande de l’OTAN, il vient compléter l’engagement des Awacs qui, depuis le 1er avril, participent à des missions de surveillance de l’espace aérien à partir de la base aérienne d’Avord. C’est la première fois que les Rafale sont ainsi déployés pour être en mesure d’assurer une mission de permanence opérationnelle dans un pays étranger.

 

Leur déploiement a été facilité par l’engagement d’un échelon précurseur à compter du 24 avril 2014. Composé d’une soixantaine de militaires, cet échelon a procédé à la mise en œuvre de plusieurs tonnes de matériel en vue de l’arrivée des chasseurs. Son travail a été très largement facilité par le soutien de tous les instants apporté par les autorités polonaises dès le début de la mission. Leur accueil chaleureux et le sérieux apporté à ce déploiement ont grandement facilité le travail de chacun.

 

Les quatre Rafale désormais présents à Malbork sont issus de différentes unités. Majoritairement, les matériels de ce détachement proviennent de la base aérienne de Saint-Dizier et de la base aérienne de Mont de Marsan. A compter du 29 avril, ce détachement réalisera des entraînements à la Nato Air Policing aux côtés de l’armée polonaise et, sur demande de l’OTAN, conduira des missions de police du ciel dans les Etats baltes.

 

Ces missions de police du ciel sont conduites dans le cadre de la mission Baltic. Assurée à tour de rôle par les pays membres de l’OTAN, elle vise à garantir l’intégrité de l’espace aérien de la Lituanie, de la Lettonie et de l’Estonie, qui n’ont pas de moyen propre de défense aérienne. Les pays membres de l’Alliance assurent ainsi à tour de rôle une mission d’assistance et de police du ciel pour garantir l’intégrité de leur espace aérien. Les nations membres de l’OTAN se relaient pour assurer cette mission de surveillance de l’espace aérien et de police du ciel des pays Baltes et une alerte opérationnelle permanente. Durant cette période, les chasseurs doivent être en mesure de décoller dans des délais réduits 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. La France a déjà contribué à cette mission en 2007, 2010, 2011 et 2013.

Quatre Rafale à MalborkQuatre Rafale à Malbork
Quatre Rafale à Malbork
Quatre Rafale à MalborkQuatre Rafale à Malbork
Partager cet article
Repost0
30 avril 2014 3 30 /04 /avril /2014 08:50
Le ministre de la Défense rencontre le détachement air français de Malbork

 

 

30/04/2014 Sources : EMA

 

Mardi 29 avril 2014, accompagné du chef d’état-major de l’armée de l’air (CEMAA) et du général commandant les opérations aériennes et la défense aérienne (CDAOA), le Ministre de la Défense, M. Jean-Yves Le Drian, a rendu visite au détachement de l’armée de l’air déployé à Malbork en Pologne.

 

En présence du président de la République et du ministre de la défense polonais, il a participé à une cérémonie organisée à l’occasion du départ de deux chasseurs polonais de type MIG 29, qui seront chargés d’assurer la mission de surveillance de l’espace aérien et de police du ciel des pays Baltes (Baltic), à partir de la base de Sïauliaï en Lituanie.

 

A l’issue de cette cérémonie, à laquelle était associé le détachement air français, le ministre de la défense s’est adressé aux quelques soixante-dix militaires déployés à Malbork.

 

Leur rappelant que leur présence s’inscrit dans le cadre des mesures de réassurance visant à marquer le soutien et la solidarité apportés à la Pologne dans la crise que traverse actuellement l’Europe, il est revenu en détail sur les missions qui seront confiées au détachement commandé par le lieutenant-colonel Yann Malard.

 

M. Jean-Yves Le Drian a souligné que ces missions s’inscrivent dans un esprit de fermeté et de responsabilité. Fermeté au travers des sanctions internationales pouvant être prises à l’encontre de la Russie ; responsabilité au travers de la présence militaire française et le souhait de la France de contribuer à la désescalade des tensions dans l’Est de l’Europe.

Le ministre de la défense rencontre le détachement air français de Malbork

 

A ce titre, le détachement air français de Malbork conduira une double mission :

    réaliser des missions d’entraînement à la NATO AIR POLICING aux côtés des équipages polonais ;

    participer, sur demande de l’OTAN, à la mission de surveillance de l’espace aérien de la Lituanie, de la Lettonie et de l’Estonie, afin de garantir l’intégrité de leur espace aérien.

 

Depuis le 1er avril 2014, les armées françaises renforcent la surveillance des espaces aériens d’Europe orientale et baltique dans le cadre de l’OTAN, pour marquer la solidarité de la France à l’égard de ses alliés. Depuis cette date, des Awacs français réalisent ainsi des missions dans l’espace polonais et roumain, avec un vol tous les trois jours à partir de la base aérienne d’Avord. Le 16 avril, l’OTAN a de nouveau sollicité la France pour engager les capacités aériennes complémentaires qu’elle avait proposées. Avec l’accord du gouvernement polonais, 4 Rafale sont ainsi déployés sur la base de Malbork au nord de la Pologne.

Le ministre de la Défense rencontre le détachement air français de MalborkLe ministre de la Défense rencontre le détachement air français de Malbork
Le ministre de la Défense rencontre le détachement air français de Malbork
Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 16:50
Mise en place d'un détachement air en Pologne

 

28/04/2014 Sources : EMA

 

Depuis le 25 avril 2014, un détachement français est déployé sur la base de Malbork pour préparer l’arrivée des avions de chasse français.

 

Fin mars 2014, la France a annoncé à l’OTAN sa disponibilité pour assurer des missions de police de l’air et de surveillance des espaces aériens d’Europe orientale et baltique. Cette démarche s’inscrit dans le cadre des mesures dites de « réassurance » qui visent à contribuer, au sein de l’OTAN, à la paix et à la sécurité du continent européen.

 

Dès le 1er avril, des Awacs français ont été engagés, au départ de la base d’Avord, dans la mission de surveillance des espaces aériens.

 

Le 16 avril, l’OTAN a de nouveau sollicité la France pour qu’elle engage des capacités aériennes supplémentaires. Avec l’accord du gouvernement polonais, quatre Rafale de l’armée de l’air seront ainsi déployés à compter du 28 avril 2014. Ils se poseront sur la base de Malbork, situé dans le nord de la Pologne (Voïvodie de Poméranie).

 

L’arrivée de ces chasseurs nécessite naturellement le déploiement d’un échelon précurseur qui est arrivé à Malbork le 24 avril.

 

Cet échelon se compose de 61 militaires, mécaniciens, fusiliers commandos et cyno-techniciens avec leur animal, gendarme, etc. Huit tonnes de fret technique et deux tonnes de fret « civil » ont également été acheminées à bord d’un Airbus A 310 de l’escadron Esterel.

 

Ces militaires sont désormais en mesure d’assurer la manœuvre logistique préparatoire à l’arrivée des chasseurs. Le 25 avril 2014, un Hercule C-130 de la base aérienne 123 d’Orléans a déjà convoyé 6,5 tonnes de matériel. Un second acheminera le 26 avril des lots de matériels techniques d’emport sous aéronefs.

Mise en place d'un détachement air en Pologne
Mise en place d'un détachement air en Pologne
Mise en place d'un détachement air en Pologne
Mise en place d'un détachement air en Pologne
Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 11:50
A Royal Air Force Typhoon taking off from RAF Coningsby - Photo Corporal Phil Major RAF

A Royal Air Force Typhoon taking off from RAF Coningsby - Photo Corporal Phil Major RAF

 

28 April 2014 Ministry of Defence

 

Four Royal Air Force Typhoons have deployed today to take part in the Nato Baltic air policing mission over Estonia, Latvia and Lithuania.

 

The UK fast jets will reinforce the Polish contribution to the air policing mission; a standing defensive mission undertaken by rotations of aircraft from contributing nations on a 4-month cycle.

The Defence Secretary Philip Hammond announced this to the House of Commons in March. The deployment forms part of a series of measures taken by Nato to support and reassure its eastern member states.

Mr Hammond said:

In the wake of recent events in Ukraine, it is right that Nato takes steps to reaffirm very publicly its commitment to the collective security of its members.

As a leading member of Nato, the UK is playing a central role, underlined by today’s deployment of RAF Typhoon aircraft to Lithuania.

This, alongside the other action we are taking, will provide reassurance to our Nato allies in eastern Europe and the Baltic states.

A Royal Air Force Typhoon taking off from RAF Coningsby - Photo Corporal Phil Major RAF

A Royal Air Force Typhoon taking off from RAF Coningsby - Photo Corporal Phil Major RAF

 

As part of standing arrangements within Nato, members of the alliance without their own air policing assets are assisted by others.

The RAF’s Typhoon FGR4, based at RAF Coningsby in Lincolnshire and RAF Leuchars in Fife, is also used to provide air policing within UK airspace as part of the ‘Quick Reaction Alert’ and in the Falkland Islands.

A multi-role combat aircraft, it is capable of being deployed in the full spectrum of air operations, from air policing through to high intensity conflict.

This Typhoon deployment comes 6 weeks after the UK Sentry E-3D aircraft, which is part of the Nato Airborne Warning and Control System Force, was deployed to Polish and Romanian airspace to provide additional reassurance to our allies.

Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 10:50
Arrivée de 4 chasseurs Rafale sur la base de Malbork en Pologne [le 28 avril]

 

28/04/2014 Sources : EMA

 

Le 28 avril 2014, quatre avions Rafale de l’armée de l’air se sont posés à Malbork dans le nord de la Pologne. Ils avaient décollé le jour même de la base aérienne de Saint Dizier.

 

L’arrivée de ces chasseurs a été précédé par le déploiement d’échelons précurseur et logistique les 24 et 26 avril dernier.

 

Fin mars 2014, la France a annoncé à l’OTAN sa disponibilité pour assurer des missions de police de l’air et de surveillance des espaces aériens d’Europe orientale et baltique. Cette démarche s’inscrit dans le cadre des mesures dites de « réassurance » qui visent à contribuer, au sein de l’OTAN, à la paix et à la sécurité du continent européen. Le 16 avril, l’OTAN a de nouveau sollicité la France pour qu’elle engage des capacités aériennes supplémentaires. Avec accord des autorités polonaises, les 4 chasseurs français sont désormais stationnés sur le base de Malbork (Voïvodie de Poméranie).

Arrivée de 4 chasseurs Rafale sur la base de Malbork en Pologne [le 28 avril]
Arrivée de 4 chasseurs Rafale sur la base de Malbork en Pologne [le 28 avril]
Arrivée de 4 chasseurs Rafale sur la base de Malbork en Pologne [le 28 avril]
Partager cet article
Repost0
11 avril 2014 5 11 /04 /avril /2014 16:50
L'Otan doit prendre de nouvelles mesures pour défendre ses membres de l'Est

 

 

11 avril 2014 Romandie.com (AFP)

 

SOFIA - L'Otan doit prendre des mesures supplémentaires, dont des déploiements de troupes et des exercices, pour défendre ses Etats membres, a déclaré vendredi le secrétaire général de l'organisation, Anders Fogh Rasmussen, alors que les tensions persistent en Ukraine.

 

Pour rassurer les membres de l'Otan en Europe de l'Est, qui craignent une contagion de la crise avec la Russie, l'alliance a renforcé la police aérienne au-dessus des Etats baltes, déployé des avions-radars Awacs en Pologne et en Roumanie, et supervisé le renforcement de la présence navale en Mer Noire, a déclaré M. Rasmussen à des journalistes à Sofia.

 

Mais je pense que nous devons prendre des mesures supplémentaires et nous allons en discuter sur la base des recommandations de nos autorités militaires, dans les prochains jours et prochaines semaines, a-t-il poursuivi.

 

Ces réflexions pourraient inclure une mise à jour et une évolution de nos plans de défense, des exercices renforcés, ainsi que des déploiements appropriés, a ajouté M. Rasmussen.

 

Nous ne discutons pas d'option militaire mais l'Otan se consacre à la défense et à la protection de nos alliés, et nous prendrons toutes les mesures nécessaires pour nous assurer que cette défense collective soit effective, a ajouté le secrétaire général.

 

L'Otan prend des mesures légitimes pour faire face à l'instabilité créée par les actions illégitimes de la Russie, a encore dit M. Rasmussen.

 

Ne nous méprenons pas, ces mesures sont complètement en ligne avec nos engagements internationaux et nos accords avec la Russie, que la Russie elle-même continue de violer de manière flagrante, a-t-il poursuivi.

 

Alors que l'alliance a révélé la veille que la Russie avait aligné jusqu'à 40.000 hommes à la frontière avec l'Ukraine, le secrétaire général de l'Otan a de nouveau demandé à Moscou de se retirer.

 

Personne ne veut isoler la Russie mais la Russie elle-même s'isole intentionnellement un peu plus chaque jour, a insisté M. Rasmussen.

 

Après le rattachement de la Crimée à la Russie le mois dernier, les tensions ont gagné l'Est de l'Ukraine, où des militants pro-russes occupent des bâtiments d'Etat stratégiques et demandent à Moscou de leur envoyer des troupes en renfort.

Partager cet article
Repost0
10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 19:50
OTAN : des AWACS en mission pour l’Alliance

 

10/04/2014 Sources : EMA

 

Depuis le 1er avril, dans le cadre de la contribution aux missions de surveillance de l’OTAN, des avions radars français de type AWACS sont engagés dans le ciel roumain et polonais, aux côtés des autres aéronefs de l’OTAN.

 

Réalisées sous contrôle tactique de l’OTAN, les missions de ces avions français sont conduites selon des séquences de vols bien précises au-dessus de la Roumanie et de la Pologne, depuis la base aérienne d’Avord. L’Alliance assure le ravitaillement en vol de ces avions avec ses propres ravitailleurs.

 

Ces vols s’intègrent dans le cadre des missions de surveillance de l’OTAN et font l’objet d’une coopération entière avec les organismes et unités de l’OTAN.

Partager cet article
Repost0
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 07:50
photo Luc Colin

photo Luc Colin

 

7 April 2014 by Bartosz Glowacki - FG

 

Warsaw - Poland will modify 12 of its Sukhoi Su-22M4 strike aircraft and six UM3K-model trainers, with their airframe and engine lives to be extended to allow another 10 years of use.

 

The nation's defence ministry confirms that the air force will retain those aircraft which are in the best technical condition, with the remainder to be used for spare parts. The service currently operates 32 of the type.

 

Airframe modification work will be performed by the WZL-2 depot in Bydgoszcz, while engine activities will be conducted by the WZL-4 depot in Warsaw. Each aircraft should take around eight months to complete, with unofficial sources suggesting a unit cost of about Zl6 million ($1.9 million). Details of the upgrade have not been revealed, but are expected to include the addition of a second radio, cockpit instruments with imperial units labelled and a cockpit video recorder.

 

By retaining the Su-22, the Polish air force will be able to prepare new pilots in tasks such as assisting with training joint terminal attack controllers from the nation's special forces units and also supporting exercises involving air-defence units.

Partager cet article
Repost0
6 avril 2014 7 06 /04 /avril /2014 20:50
Navy's European Missile Sites Move Forward

 

Apr. 6, 2014 By DAVID LARTER – Defense News

 

The military could speed up deployment of a land-based missile defense shield in Europe to hem in a resurgent Russia, the Navy 3-star in charge of the U.S. Missile Defense Agency said in early April.

 

Vice Adm. James Syring said it was possible to speed up the deployment of the second Aegis Ashore installation, planned for Poland in 2018, but such a move would require some help from Congress.

 

“We’d need some additional funds in the [fiscal year 2015] budget, and we’d need to move up the development of the [Standard Missile-3 Block ]IIA,” Syring said, referring to the faster, larger interceptor missile being developed for the Aegis Ashore system being built in Poland. The first site is being stood up in Romania and is slated to go live in 2015.

 

Raytheon is developing the SM3-IIA. It’s development is on track for a 2018 deployment, company spokesperson Heather Uberuaga said, but she declined to speculate on whether speeding up the development was possible.

 

Elaine Bunn, deputy assistant secretary of defense for nuclear and missile defense policy, said the missile shields in the Mediterranean and the planned deployment to Romania and Poland were designed to counter threats from Iran, not Russia.

 

Russia is banned from owning or developing medium- and intermediate-range missiles by a Reagan-era treaty. But U.S. intelligence has indicated that Russia may be violating the treaty and testing a new ground-launched cruise missile, according to a January report in the New York Times.

 

Russian President Vladimir Putin declared the treaty obsolete in 2007, though it has never been formally scrapped. Russia has vehemently objected to the deployment of missile shields in central Europe, even threatening to use “destructive force” if the shields are put in place.

 

The plan to deploy sea- and shore-based missile shields in Europe is part of the Obama administration’s plan to protect Europe from ballistic-missile attack.

 

The first Aegis Ashore site will be up and running by 2015 in Romania, followed by another installation in Poland in 2018.

 

They will complement the missile defense work provided by BMD-capable ships. As part of this, the Navy has begun moving four destroyers to Rota, Spain, to serve as in-theater BMD patrol assets. The Donald Cook arrived in February and will be joined by destroyers Ross, Porter and Carney over the next two years.

 

The Navy is now seeking sailors to man the Romania site, set to come online next year. The duty, especially the operational time, is sure to be demanding.

 

The Aegis Ashore sites will be run round-the-clock by three crews. Each shift has an 11-person watch team, including rates that typically work in a ship’s combat information center: fire control technicians, operations specialists, and cryptologic technicians (technical). One watch officer will oversee them.

 

Officials plan to deploy three of these specially trained watch teams for six months at a time. This will be an operational tour, similar to a ship’s cruise, and won’t come with permanent change-of-station orders or the possibility of bringing dependents to Romania.

 

All of the watch teams will be assigned to a stateside command and will deploy from there. Their workups are four months of indoctrination and team trainers, culminating in a BMD certification. The first watch teams will go through the trainers starting in early 2015 and are set to deploy in the early summer, Navy officials said.

 

The battery’s commanding officer, executive officer and command master chief will stay in Romania and oversee the rotating teams on yearlong orders

Partager cet article
Repost0
4 avril 2014 5 04 /04 /avril /2014 07:50
Sukhoi Su-22M4 photo Chris Lofting

Sukhoi Su-22M4 photo Chris Lofting

 

03.04.2014 Helen Chachaty journal-aviation.com

 

L’agence de presse Itar-Tass rapporte que le ministère polonais de la Défense a confirmé le 2 avril que 18 Su-22 allaient rester en service jusqu’en 2024. Des opérations de maintenance devront toutefois être effectuées afin de prolonger la durée de vie des bombardiers de Sukhoï. Le plan annoncé concernerait 12 monoplaces Su-22M4 et six biplaces Su-22UM3K.

 

Selon les données Flightglobal, l’armée de l’air polonaise possède actuellement une flotte de 36 Su-22.

Partager cet article
Repost0
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 07:50
La Pologne développe un tank furtif

 

02/04/2014 Par Julien Bergounhoux - industrie-techno.com

 

Les équipements militaires évoluent en permanence, et si l'aéronautique est souvent sur le devant de la scène, les moyens terrestres ne sont pas en reste. En témoigne le projet PL-01 sur lequel travaille la Pologne avec BAE Systems, qui s'attelle au développement d'un char de combat furtif.

Le Centre polonais de recherche et développement pour les appareils mécaniques, l'OBRUM, développe en partenariat avec BAE Systems un tank nouvelle génération. Baptisé PL-01, ce "véhicule de soutien direct" est conçu comme le blindé du futur : furtif, modulaire, et bardé d'électronique.

Le PL-01 est basé sur le chassis du Combat Vehicle 90, un design suédois fabriqué par BAE Systems AB. Il embarque trois hommes, le conducteur situé à l'avant et le commandant et le tireur au coeur du véhicule. Il peut de plus transporter jusqu'à quatre soldats à l'arrière. Modulaire, il sera décliné en trois versions distinctes : un centre de commandement, un véhicule blindé de réparation et un véhicule démineur. Cela permettra à une colonne de chars utilisant les mêmes pièces et équipements d'accomplir des missions variées.

 

UNE FURTIVITÉ À TOUTE ÉPREUVE

Mais son principal attrait se trouve dans ses technologies avancées de camouflage. En effet, ce "concept-char" s'inspire des technologies de furtivité utilisées en aéronautique pour éliminer au maximum sa signature radar. Pour ce faire, il combine un design angulaire qui réduit les échos radar et une peinture absorbante qui accentue cet effet, une combinaison qui n'est pas sans rappeler le F-117 Nighthawk, chasseur furtif mythique de l'armée de l'air américaine.

 

La vraie star est cependant son système de camouflage thermique. Basé sur la technologie ADAPTIV de BAE Systems, il lui permet de se rendre invisible aux yeux des capteurs infrarouge de détection et de ciblage majoritairement utilisés sur le champ de bataille. Il y parvient grâce à l'utilisation de plaques hexagonales dont la température est contrôlée et qui recouvrent son extérieur. Combinées à des dissipateurs de châleur pour son moteur diesel de 940 ch, elles le rendent indétectable en évaluant son environnement à l'aide de petits capteurs infrarouge et en reproduisant dynamiquement un motif similaire pour qu'il s'y confonde.

 

Mais ce n'est pas tout. Grâce à la structure alvéolée des plaques du système ADAPTIV, comparable à des pixels sur un écran, il est possible au PL-01 de se déguiser en un autre typique d'appareil comme une voiture ou un autre objet anodin. Il peut également afficher des messages visibles uniquement par infrarouge, indiquant par exemple à des alliés distants qu'il est de leur côté. Pour parfaire le tout et faire face à des dangers dans le spectre visuel, il est équipé de lanceurs de grenades fumigènes intégrés tout autour de sa tourelle.

 

MODERNE ET MODULAIRE

Son armure est composée d'une coque en céramique-aramide compatible avec l'accord de normalisation 4569 de l'Otan. Côté armement, il est équipé d'un canon principal soit de 105 mm soit de 120 mm suivant la version, commandé depuis le coeur du char, la tourelle étant automatisée. Il pourra tirer des projectiles conventionnels ou des roquettes antichar guidées à un rythme de 6 tirs par minute grâce à une baie de chargement automatisée. Le PL-01 transportera 40 obus, dont 16 à l'intérieur de la tourelle, prêts à être tirés. En arme secondaire il possède une mitrilleuse coaxiale UKM-2000C (fabrication polonaise) de 7,62 mm qui dispose de 1000 cartouches.

 

Il pourra également être équipé en supplément d'une mitrailleuse indépendante de calibre 7,62 mm ou 12,7 mm alimentée par 750 cartouches, plus 400 grenades de 40 mm. Enfin, il aura à sa disposition un système de défense antimissile utilisant une antenne réseau à commande de phase qui sera capable d'intercepter un missile en vol avant qu'il ne percute le char. Tous les équipements seront stabilisés électroniquement et guidés par laser. L'équipage bénéficiera de plus de systèmes d'imagerie et de ciblage dernier cri, notamment infrarouge pour la vision de nuit, ainsi que d'une navigation par satellite, d'un système anti-incendie et même de sièges conçus pour minimiser l'impact d'explosions.

 

D'un poids allant de 30 à 35 tonnes suivant son degré de protection, le PL-01 mesure 7 m de long par 3,8 m de large et 2,8 m de haut. Il possède une autonomie de 500 km et atteint des vitesses variant de 70 km/h sur route à 50 km/h sur terrain abîmé, avec une capacité de dépassement d'obstacle jusqu'à 2,6 m de large pour des fossés, 1,5 m de profondeur pour des plans d'eau, et 30° d'inclinaison pour des pentes.

 

Le prototype devrait être prêt courant 2016, et si le projet est approuvé la production pourrait commencer dès 2018.

 

La vidéo de présentation officielle du PL-01

PL01 CONCEPT ENG

Unlike traditional camouflage systems which rely on paint or nets to hide vehicles, ADAPTIV can instantly blend a vehicle into its background. The system can also be used on ships and fixed installations, allowing them to stay undetected by enemy surveillance units

Partager cet article
Repost0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 16:50
USAF F-16 Fighting Falcon Lask Air Base Poland

USAF F-16 Fighting Falcon Lask Air Base Poland

 

April 1, 2014 defense-aerospace.com

(Source: US Air Force; issued March 31, 2014)

 

Av-Det Keeps U.S.-Polish Training Running Smoothly

 

LASK AIR BASE, Poland --- "All the expectations you have for a normal assignment -- throw those out the window. We have to analyze who we have, what our guys bring to the table and what we can do to overcome any challenges thrown our way," said Maj. Micah Chollar, 52nd Operations Group, Detachment 1 director of operations.

 

The Aviation Detachment here was activated in November 2012, and consists of a small group of Airmen marking the first enduring presence of U.S. military members on Polish soil. The detachment's presence in Poland makes it possible to host multiple allied air force elements and serve as a regional hub for air training and multi-national exercises. They also facilitate and enable combined U.S. and Polish training and exercises to increase air support to NATO.

 

Ten Airmen are assigned and work at the Av-Det, each serving a vital role in the mission here. The various jobs consist of Airmen from several mission-essential career fields to include: A C-130 Hercules and an F-16 Fighting Falcon instructor pilot, an aerospace ground equipment troop, a crew chief, a maintenance officer, a contracting officer, a logistics airman, two communications airmen and a supply airman.

 

"It's interesting because we're used to operating with people within our own career fields," said Chollar. "Now, all of us are one deep in the shop together. You learn a lot about each other's career fields, what each person brings to the fight and how to communicate more efficiently."

 

With the limited on-base resources available to those assigned here, the contracting officer, whose job is to procure anything needed off the economy, takes on a large responsibility within the detachment.

 

"My assumption coming here is that we are going to a U.S. Air Force base, but I came to quickly realize that we are a very small tenant unit inside a Polish air force base," said Tech. Sgt. Rommel Delmundo, 52nd OG, Det 1 contracting officer. "That changes a lot of things. We don't have a base exchange or a commissary or a gas station so we depend and rely a lot on the economy as far as accomplishing our mission to not only maintain our unit but the rotations that come through here as well."

 

While working and living with only 10 Airmen on a day-to-day basis may seem like a daunting task, the Airmen stationed here for the year realize it comes down to cooperation and understanding.

 

"Since there are only 10 of us, we've come to rely on each other whenever someone gets overloaded and needs help," said Tech. Sgt. Gloria Casanova, 52nd OG, Det 1 client systems. "We have come to be very close and been able to be that helping hand for individuals in any career field."

 

The Av-Det hosts approximately four rotations each fiscal year for off-site training for an average of two weeks at a time. While eight weeks out of the year may not seem that long, the Av-Det Airmen contribute their workload to the preparation before a unit arrives.

 

"What's not commonly known is how little downtime we have here," said Maj. Matthew Spears, 52nd OG, Det 1 commander. "We may have months in between each rotation, but it's not well known how hard we work in those months. It's that behind the scenes work that makes rotations successful here. The preparation we do allows units to come in and begin operations on day one."

 

Delmundo expresses the same views and explains that with extensive preparations, the outcome results in an easier workload while rotations are present at the Av-Det.

 

"There's a lot of preparation going on before a rotation arrives," said Delmundo. "There's hotel coordination, vehicle coordination, getting tents and making sure we have water. That's the majority of what we do here is preparation and when execution time comes, if everything is done right, then it's pretty much cruise control."

 

While preparations for several rotations of F-16 and C-130 squadrons can exhaust a lot of man-hours, Av-Det personnel understand the importance of their mission and enjoy the satisfaction that comes with a successful completion of a rotation.

 

"We know that the work we accomplished was for a valid purpose and we took a little bit of coordination and administration off the plates off an operational unit with a high operations tempo to make their lives a little easier," said Spears.

 

"The team out here works hard, whether we're preparing for a rotation or building relationships with the Polish air force," Spears said. "Either way, I couldn't be prouder of the work that they do."

 

To date, the Secretary of State, the Secretary of Defense, the Chairman of the Joint Chiefs of Staff and numerous other distinguished visitors have visited the Av-Det here to solidify the importance of a U.S. presence in Poland.

Partager cet article
Repost0
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 11:50
Dutch Air Force Media/EATC MSCN

Dutch Air Force Media/EATC MSCN

 

 

01.04.2014 Ballinger/Thomas - EATC

 

Under the operational control of the EATC, two Dutch KDC-10 are used to refuel the NATO E3-A executing surveillance at the Eastern NATO borders. Operating solely from its main operating base at Geilenkirchen (Germany), the NATO E-3A Component will fly a line of tasking every day to Romania as well as a second one every other day above Poland. These surveillance missions will be shared with the E-3D Component, who will fly out of Waddington, United Kingdom.
The employment will enhance situational awareness and reassure NATO Allies in the region. All AWACS surveillance flights will take place solely over Alliance territory and no flights will take place over Ukraine. It was the North Atlantic Council (NAC) to decide on March 10, 2014 to employ NATO AWACS (Airborne Early Warning and Control Aircraft) surveillance aircraft over Poland and Romania.


The EATC concept of Pooling & Sharing constitutes an excellent means to support that kind of operations, moreover for the fact that the KDC-10 Tanker Transport aircraft can also execute a further mission to enhance efficiency. As an example the Dutch aircraft returned last week after its tanker mission also with personnel coming back from Adana, Turkey, where the Dutch missile contingent is stationed to protect Turkey from potential Syrian air threads – not to forget the ten tons of freight on board which also belonged to the Dutch contingent.

 

Partager cet article
Repost0
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 07:50
Ciel ouvert: vol d'inspection polonais en Russie et en Biélorussie

Antonov An-30B

 

MOSCOU, 31 mars - RIA Novosti

 

Des inspecteurs polonais survoleront les territoires russe et biélorusse dans le cadre du traité international Ciel ouvert du 31 mars au 5 avril, a annoncé lundi le directeur du Centre national pour la diminution de la menace nucléaire Sergueï Ryjkov.

 

"Une mission de la Pologne a l'intention d'effectuer un vol d'inspection en Biélorussie et en Russie à bord d'un avion ukrainien Antonov An-30B du 31 mars au 5 avril dans le cadre du Traité international Ciel ouvert", a indiqué M.Ryjkov.

 

Selon lui, l'avion An-30B n'est pas destiné pour être équipé d'armements, cet avion a été certifié au niveau international, ce qui garantit l'absence de moyens techniques interdits à son bord. Des spécialistes russes participeront au vol d'inspection pour contrôler le respect des paramètres du vol.

 

Signé le 24 mars 1992 à Helsinki, le Traité Ciel ouvert est appliqué depuis le 1er janvier 2002. Le document vise à accroître la transparence et la confiance entre les Etats signataires dans le domaine des activités militaires et du contrôle des armements. Il instaure un régime de libre survol des territoires des différents Etats parties au Traité.

 

Le traité a été signé par 34 Etats d'Europe et d'Amérique du Nord, membres de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). La Russie y a adhéré le 26 mai 2001.

Partager cet article
Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 07:50
PL-01 photo Polish Ministry of National Defence

PL-01 photo Polish Ministry of National Defence

 

27/03/2014 by Paul Fiddian - Armed Forces International's Lead Reporter

 

A new stealth tank design is in development for the Polish Land Forces via a partnership between BAE Systems and Poland's OBRUM (Ośrodek Badawczo - Rozwojowy Urządzeń Mechanicznych) defence group.

 

The PL-01 currently exists as a low-observability battlefield concept demonstrator, which had its public debut in September 2013. Now, work is progressing on the PL-01 stealth tank prototype, with completion scheduled for 2016, followed by full-rate production and entry-into-service two years later.

 

The PL-01 battlefield tank's key features include an angular structure, aimed at deflecting radar. Reactive panelling is also present, able to adjust the PL-01's surface temperature so it matches local environmental conditions. This capability will help the PL-01 avoid thermal imaging scans while hi-tech camouflage will also serve to lower its visual profile.

 

Polish Stealth Tank

 

The Polish stealth tank might be designed to operate under a cloak of concealment, rendering it virtually invisible, but it also boasts considerable firepower. Its armament includes an unmanned turret, smoke grenade launchers and a 7.62mm coaxial machine gun.

 

For the operator, an array of integrated cameras supply an almost 360 degree field of view and the design can accommodate three Polish Land Forces personnel in total. Top speed will be 70 kilometres per hour on flat surfaces, dropping to 50 kilometres per hour on rough terrain, while the PL-01 will have a maximum range of 500 kilometres.

 

PL-01: Poland

 

First and foremost, Poland's PL-01 will serve as a battlefield tank but modular features will also allow it to serve in the command, mine clearance or armoured vehicle repair roles.

 

The modern-day Polish Land Forces has been active since 1918. Its equipment includes some 900 tanks, 1,500 infantry fighting vehicles and 900 helicopters. Upgraded Soviet-era technology leads the way but a modernisation programme is in motion, of which the PL-01 forms part.

 

The Polish Land Forces' recent operational engagements have included deployments in Iraq and Afghanistan.

Partager cet article
Repost0
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 12:50
L'Otan renforce sa présence en Pologne et dans les pays baltes

 

 

MOSCOU, 28 mars - RIA Novosti

 

Selon certaines informations, l'administration américaine ne compte pas annoncer de nouvelles sanctions contre la Russie et ne soulèvera pas la question du retour de la Crimée en Ukraine, en dépit des déclarations publiques de ses représentants. Par ailleurs, les Etats-Unis et les pays de l'Otan sont prêts à accroître leur présence militaire en Europe de l'est, écrit vendredi le quotidien Kommersant.

Une source proche de l'administration présidentielle américaine reconnaît que "l'intégration de la Crimée à la Russie est un fait accompli et que Moscou n'y renoncera pas", avant d’ajouter qu’il est donc question aujourd'hui "d'empêcher l'escalade de la crise". D'après cette source, le congrès pourrait voter prochainement de nouvelles sanctions ponctuelles contre certains hauts fonctionnaires russes mais la Maison blanche considère ces mesures comme irréalistes.

"Ces listes peuvent être élargies à l'infini mais dès à présent il est évident que seule une pression économique sévère préoccupe réellement Moscou", affirme la source.

Cette thèse a été indirectement confirmée par le président américain. Dans son discours d'hier à Bruxelles Barack Obama a fait comprendre que son administration n'avait pas l'intention d'entrer en confrontation directe avec Moscou. "Les Etats-Unis et l'Otan ne cherchent pas le conflit avec la Russie et l'heure, aujourd'hui, n'est pas aux menaces en l'air. La situation actuelle n'a pas de solution simple et ne peut pas être réglée par la force militaire", a-t-il déclaré.

Selon Obama, les premières décisions dans le cadre d’une "révision fondamentale" des relations avec Moscou pourraient être prises dans les jours à venir. Lors des pourparlers à Bruxelles, le président américain a affirmé aux représentants de l'Otan et de l'UE que la Maison blanche était prête à accorder des "garanties supplémentaires de sécurité" aux pays d'Europe de l'est. Le plan d'action final n'a pas encore été approuvé mais, selon le conseiller adjoint du président à la sécurité nationale Ben Rhodes, il s'agirait d’une expansion de la présence militaire américaine permanente en Pologne, en Estonie, en Lettonie et en Lituanie.

Le président américain a également appelé ses alliés de l'Otan à revoir les plans de défense actuels "compte tenu des nouvelles menaces". "Je suis préoccupé de voir certains partenaires de l'Otan réduire leur budget de la défense, a souligné Obama. La situation en Ukraine doit rappeler que la liberté n'est jamais gratuite."

De plus, les Etats-Unis sont prêts à accélérer la création de la plus grande zone de libre-échange du monde en augmentant les échanges commerciaux avec les pays de l'UE de 160 milliards de dollars par an. Le pacte commercial transatlantique pourrait être signé début 2015.

Barack Obama a également promis de lever les restrictions sur les exportations du gaz américain en Europe. Il a reconnu que l'adoption de toute sanction contre le secteur énergétique russe aurait un impact négatif sur l'économie des pays européens, et que les livraisons gazières américaines ne régleraient le problème que partiellement. Selon les spécialistes, les Etats-Unis ne pourront pas démarrer les exportations d'hydrocarbures avant 2015. Le locataire de la Maison blanche a promis d'accélérer la délivrance de licences aux compagnies d'exportation américaines, tout en appelant les dirigeants européens à "prendre des risques politiques" et commencer la production de gaz de schiste.

Partager cet article
Repost0
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 17:50
photo Lockheed Martin

photo Lockheed Martin

 

WARSAW, Poland, 20 March 2014 Lockheed Martin

 

Lockheed Martin [NYSE: LMT] and Politechnika Warszawska (Warsaw Polytechnic) will jointly conduct an advanced applied research program in the field of integration between manned and unmanned airborne platform systems.

 

The program adds to Lockheed Martin’s already strong industrial and academic partnerships in Poland to motivate young Polish engineers to address tomorrow’s defense and industrial needs.

 

The program, principally staffed by university research students, focuses upon advancing development, optimization of multiple systems within aircraft and ground station networks, and enhancing capabilities. This joint effort cultivates recent advancements in aircraft technologies that automate flight planning and coordinate search, locate, and track missions across a variety of manned and unmanned aerial platforms. Lockheed Martin will assist in the enhanced development of Warsaw Polytechnic’s unmanned airborne platform assets and simulation systems to support university software development.

 

“The project of enhancing technical capabilities in the field of modeling a force structure and optimization of a network of systems, implemented by a team of students from Warsaw Polytechnic, is an excellent example of a research collaboration and technology transfer between Lockheed Martin and a higher education institution in Poland,” said Professor Janusz Narkiewicz, the leader and scientific manager of the project from Warsaw Polytechnic. “Our mission is to develop practical solutions that will apply in the management of Polish defense capabilities and significantly affect the development and future of science in Poland.”

 

Lockheed Martin is committed to investing in Poland’s engineers of tomorrow, who will soon make great impacts upon the country’s rising technical industrial base to meet emerging commercial and military requirements. Lockheed Martin is a world leader in aerospace technology and produces aircraft that form the foundations for nations around the world, such as the F-16 Fighting Falcon, C-130 Hercules and the F-35 Lightning II.

 

Headquartered in Bethesda, Md., Lockheed Martin is a global security and aerospace company that employs approximately 115,000 people worldwide and is principally engaged in the research, design, development, manufacture, integration and sustainment of advanced technology systems, products and services. The Corporation’s net sales for 2013 were $45.4 billion

Partager cet article
Repost0
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 19:50
Thales to supply mission suite for Polish Patrol Vessel ORP SLAZAK

 

Mar 18, 2014 ASDNews Source : Thales Group

 

The Polish Ministry of National Defence and Thales have signed a contract for the delivery of the integrated combat system and related acceptance activities on board the ORP ASLA"ZAK Patrol Vessel. The system will be fully operational in 2016. The vessel is the successor of the GAWRON multipurpose corvette programme.

 

In the scope of this contract, Thales will deliver main combat system components such as the TACTICOS Combat Management System, SMART-S Mk2 surveillance radar, STING-EO Mk2 (currently named the STIR 1.2 EO Mk2) fire control radar, MIRADOR electro-optical observation and fire control system and LINK 11/16 tactical data link system. Thales is also responsible for the combat system integration related to other systems to be installed on board the vessel, such as weapons, communication and navigation systems, as well as several third party-supplied sensors.

 

Gerben Edelijn, CEO of Thales Nederland: “We won this contract because of our state of the art technical solution which perfectly matched the customer’s requirements. Taking the fierce international competition into account, this contract proves our position as no. 1 worldwide in naval mission systems.”

 

Read more

Partager cet article
Repost0
15 mars 2014 6 15 /03 /mars /2014 09:50
Un conflit militaire n’est plus impensable en Europe déclare la Pologne

En 2013, le Canada avait participé pour une première fois à un exercice de la série BAGRAM, en Pologne, qui réunit quelque 550 participants de trois pays, la Pologne, les États-Unis et le Canada (Armée polonaise)

 

15 mars 2014 par Jacques N. Godbout – 45eNord.ca

 

« La situation actuelle en Europe illustre qu’un conflit militaire, impensable il y a peu, pourrait avoir lieu », a déclaré le ministre de la Défense polonais Tomasz Siemoniak, alors que la Pologne, la Hongrie, la République tchèque et la Slovaquie ont signé un pacte militaire commun.

 

Et, alors que l’impensable, hélas, est devenu pensable, les quatre pays d’Europe centrale ont signé vendredi 14 mars un pacte visant à coordonner leur stratégie de défense et créer une unité de combat commune au sein de l’OTAN et de l’Union européenne.

 

La crise en Ukraine a démontré l’importance « d’une coopération plus dynamique » entre les quatre pays de Visegrad (Pologne, Hongrie, République tchèque et Slovaquie, ou V4) au sein de l’OTAN et de l’Union européenne, a ajouté le ministre polonais..

 

L’unité de combat « V4-UE », d’un effectif total de 3000 hommes, sera opérationnelle à partir de 2016. « Elle devrait fonctionner comme une unité régionale au sein des opérations de l’UE ou de l’OTAN », a précisé pour sa part le ministre hongrois de la Défense Csaba Hende.

 

Par cet accord, les quatre pays s’engagent aussi à se joindre à des exercices militaires communs et à coordonner leur budget défense.

 

Le V4 avait été créé en 1991 dans la ville hongroise de Visegrad afin d’assurer une coopération institutionnelle de ces pays dans leur procédure d’adhésion à l’Union européenne (UE), effective depuis 2004.

 

La Pologne, la Slovaquie et la Hongrie possèdent des frontières avec l’Ukraine, où habitent des minorités ethniques de ces pays, essentiellement dans la partie occidentale.

 

En outre, jeudi, le chef de la diplomatie hongroise Janos Martonyi avait déclaré que les pays de Visegrad étaient particulièrement vulnérables face à la situation ukrainienne et attendaient de l’UE une « solidarité » s’ils étaient affectés par de possibles sanctions économiques contre la Russie en raison de la crise en Crimée.

Partager cet article
Repost0
13 mars 2014 4 13 /03 /mars /2014 08:50
Des avions de l'Otan patrouillent en Pologne et en Roumanie

 

 

MOSCOU, 12 mars - RIA Novosti

 

Deux avions radars AWACS de l'Otan se sont mis mercredi à patrouiller dans l'espace aérien de la Pologne et de la Roumanie, rapportent les médias internationaux, se référant au lieutenant-colonel Jay Janzen, porte-parole de l'Alliance.

 

Selon M.Janzen, les avions qui ont quitté mercredi matin leurs bases aériennes de Geilenkirchen, en Allemagne, et de Waddington, en Grande-Bretagne, ne sortiront pas de l'espace aérien des pays membres de l'Alliance et ne franchiront pas les frontières de l'Ukraine et de la Russie.

 

Mardi, un avion de l'Otan a déjà effectué un vol de reconnaissance, en survolant la Roumanie.

 

Lundi, le Conseil de l'Otan a donné son feu vert pour des vols de reconnaissance au-dessus de la Pologne et de la Roumanie. Le système de détection et de commandement aéroporté AWACS est un système de stations radar montées sur des avions de guet permettant de surveiller un vaste espace aérien.

 

Un changement de pouvoir s'est opéré le 22 février à Kiev. La Rada suprême (parlement ukrainien) a démis le président Viktor Ianoukovitch de ses fonctions et réformé la Constitution. Ianoukovitch a qualifié ces événements de "coup d'Etat". Moscou conteste également la légitimité des décisions de la Rada.

 

La Crimée a décidé de tenir le 16 mars un référendum sur son futur statut politique. Le parlement de la république autonome s'est prononcé pour le rattachement à la Russie.

Partager cet article
Repost0
12 mars 2014 3 12 /03 /mars /2014 21:50
Spokesman: F-16 Augmentation Continues U.S.-Poland Partnership

 

March 12, 2014 Army Sgt. 1st Class Tyrone C. Marshall Jr., American Forces Press Service

 

WASHINGTON - A dozen more F-16s and 300 personnel based at Aviano Air Base, Italy, will augment the U.S. aviation detachment at Łask Air Base, Poland, a Pentagon spokesman announced today.

 

Defense Secretary Chuck Hagel announced last week that the United States would augment the aviation detachment in light of the situation in Ukraine, and Army Col. Steven Warren provided details today in a meeting with reporters.

 

Warren said 12 F-16 Fighting Falcons and associated personnel from the 555th Fighter Squadron at Aviano are expected to arrive in Poland by the end of the week. "This enhancement marks another milestone in the rotational deployment of U.S. military aircraft that we began in late 2012," he added.

 

Hagel met with Polish Defense Minister Tomasz Siemoniak on March 9 to consider options for locations, with U.S. European Command deciding on the number of aircraft, Warren told reporters earlier this week. Previously planned rotations will continue, he said today, with this augmentation serving as an addition to those already scheduled.

 

"It's consistent with the enduring partnership between the U.S. and Poland," Warren said. "Augmenting this aviation detachment was a deliberate choice to demonstrate to our allies that U.S. commitments to our collective defense responsibilities are credible and remain in force. The work we're doing with Poland does just that."

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories