Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mars 2014 3 12 /03 /mars /2014 12:50
US to deploy additional F-16 fighters and airmen to Poland amid Ukraine crisis

A USAF F-16 Fighting Falcon takes off from Lask Air Base in Poland. Photo: courtesy of USAF Staff Sgt. Daryl Knee/Released

 

12 March 2014 airforce-technology.com

 

The US will deploy additional F-16 Fighting Falcon fighter aircraft to Poland in the coming days, in response to the increasing tensions in Ukraine.

 

Pentagon spokesman Army colonel Steve Warren said the US European Command would provide the aircraft once the decision is finalised and the number of aircraft is confirmed.

 

In addition to this, a decision has been made to increase the size of the US aviation detachment in Poland, following a request from the country.

 

Warren said ten US Air Force (USAF) personnel are currently stationed at Lask Air Base in Poland, but the country does not maintain a permanent jet presence at the base.

 

"What we are doing is reassuring our allies that we are there for them," Warren said.

 

"This is an important time for us to make it crystal clear to all our allies and partners in the region that the United States of America stands by them."

 

Polish defence ministry spokesman Jacek Sonta was quoted by Agence France Presse as saying that the aircraft and personnel are being sent as part of an exercise, which was initially planned to be conducted at a smaller scale but was increased due to the "tense political situation" in Ukraine.

 

"The unit will be composed of 12 F-16 planes and will transport 300 soldiers," Sonta said.

"What we are doing is reassuring our allies that we are there for them."

 

A part of Spangdahlem, the Germany-based 52nd Fighter Wing, the US airmen support quarterly rotations of F-16s and C-130 aircraft for joint training with the Polish Air Force.

 

Normally, the US has four annual aircraft rotations to the air base, with at least two weeks of flying per rotation.

 

The deployment represents one of the visible actions the US has taken since the Russian incursion into Ukraine, and follows the departure of additional six F-15C Eagle aircraft to augment the air policing mission in the Baltics.

 

In addition to this, the US Navy Arleigh Burke-class destroyer, USS Truxton has been deployed to the Black Sea.

Partager cet article
Repost0
12 mars 2014 3 12 /03 /mars /2014 12:50
Airbus DS présente le PZL 130 Orlik MPT

Roll out de l’avion d’entrainement militaire PZL 130 Orlik MPT dans l’usine PZL (Airbus Defense & Space) de Varsovie

 

11 mars Aerobuzz.fr

 

Airbus Defense and Space (ex Airbus Military) a présenté, le 11 mars 2014, dans l’usine PZL de Varsovie, l’avion d’entraînement militaire PZL 130 Orlik MPT (Multi Purpose Trainer). Il s’agit d’une nouvelle version « Glass cockpit » du biplace développé par le constructeur polonais PZL passé depuis sous le contrôle d’Airbus. Ce nouveau modèle est une évolution de l’Orlik TC II Garmin actuellement en service dans l’armée de l’air polonaise. Le cout de développement de l’Orlik MPT est de 9,5 M€. Airbus Defense and Space estime à 16.000 unités sur les 10 ans à venir, le marché pour ce type d’avion d’entrainement polyvalent.

Partager cet article
Repost0
13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 22:45
Sangaris : visite de l’ambassadeur de Pologne à Orléans

 

10/02/2014 Sources : EMA

 

Le 5 février 2014, l’ambassadeur de la République de Pologne en France, Monsieur Tomasz Orlowski, s’est rendu sur la base aérienne 123 d’Orléans-Bricy auprès du contingent militaire polonais déployé en soutien de la force Sangaris depuis le 30 janvier.

 

Accueilli par le colonel Gilles Besançon, commandant de la BA 123, l’ambassadeur de Pologne a reçu les honneurs du détachement polonais. Il a ensuite visité l’escadron de transport Franche-comté(ET 2.61) et rencontré les membres de l’équipe multinationale de mise en service (Multinational Entry into Service Team - MEST) déployé à Orléans dans le cadre de l’entrée en service de l’avion de transport A400M.

 

Depuis le 30 janvier 2014, les autorités polonaises ont mis un avion de transport tactique C130 à disposition de la force Sangaris pour appuyer les manœuvres logistiques entre la France et la RCA. D’une durée de trois mois, ce soutien est réalisé depuis la base aérienne 123 d’Orléans Bricy.

 

Le contingent polonais compte deux équipages, un avion C-130 Hercules et du personnel de service au sol. Un deuxième appareil est en disponibilité opérationnelle sur la base aérienne de Powidz en cas de défaillance du premier.

 

La coopération de défense entre la France et la Pologne s’inscrit dans le cadre du partenariat stratégique signé en 2008. Cette coopération opérationnelle s’exerce principalement dans le domaine de la formation, des entraînements et des exercices. Elle a dernièrement été mise en évidence dans le cadre de l’exercice de certification de la force de réaction rapide de l’OTAN, Steadfast Jazz. Organisé en Pologne du 2 au 9 novembre 2013, cet exercice avait notamment permis de renforcer notre interopérabilité au sein de l’Alliance.

Sangaris : visite de l’ambassadeur de Pologne à OrléansSangaris : visite de l’ambassadeur de Pologne à Orléans
Sangaris : visite de l’ambassadeur de Pologne à Orléans
Partager cet article
Repost0
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 17:55
Armement : 2014, l’année du pactole pour la France en matière d’exportations ?

"2014 peut être une année exceptionnelle en matière d'exportations d'armements si un deal Rafale se concrétise", indique le ministère de la Défense.

 

03/02/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

La France attend beaucoup des exportations d’armements en 2014. Le cru pourrait être "exceptionnel" si un contrat Rafale se concrétise.

 

La semaine dernière, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a présenté les chiffres provisoires des prises de commandes des industriels de la défense à l'exportation pour 2013. Soit au moins 6,3 milliards d'euros. 2014 sera-t-elle l'année du pactole pour la France en matière d'exportations ? Les chiffres des exportations des industriels de l'armement tricolore seront au moins aussi bons sinon meilleurs qu'en 2013 en dépit de la concurrence, notamment des Etats-Unis, espère-t-on au ministère de la Défense. Tout dépendra de la capacité des industriels français à concrétiser certains des grands contrats actuellement en cours de négociations avec plusieurs pays clés, dont un contrat Rafale au Qatar. "L'année 2014 peut être une année exceptionnelle si un deal Rafale se concrétise", confirme le ministère de la Défense.

Au-delà de ces grands contrats, Paris devra également verrouiller ce qui fait le socle habituel des exportations d'armements, les contrats de moins de 200 millions d'euros, qui ont été en croissance de 7 % en 2013. "Ces excellents chiffres viennent illustrer les nombreux succès que notre pays rencontre sur les marchés internationaux", a souligné le 30 janvier à Brest le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian lors de la remise de la frégate multimissions Fremm au Maroc.

 

Quelques contrats déjà bouclés

Quelques contrats sont déjà pratiquement dans le carnet de commandes des industriels. C'est le cas des deux satellites espions vendus aux Emirats Arabes Unis (EAU) par Airbus Space Systems et Thales Alenia Space pour un peu plus de 700 millions d'euros mais le contrat n'était pas encore entré en vigueur fin 2013. Contrairement à certaines rumeurs, il n'y a pas de problèmes spécifiques dans les négociations qui se poursuivent entre la France et les Emirats Arabes Unis, explique à La Tribune une source proche du dossier.

Le ministère de la Défense, tout comme MBDA, compte enfin signer en 2014 le contrat SRSAM d'une valeur de 6 milliards de dollars (4,5 milliards d'euros), dont 1,8 milliard d'euros ira au missilier européen. En tant que sous-traitant, Thales gonflera quant à lui son carnet de commandes d'environ 400 millions d'euros. Les négociations sont terminées depuis deux ans, depuis décembre 2011 exactement. Enfin, les groupes français attendent encore la "shopping list" des Libanais (VBCI de Nexter, chars Leclerc d'occasion, hélicoptères Fennec et Cougar d'Airbus Helicopters, corvettes de DCNS…) financée par l'Arabie Saoudite (3 milliards de dollars). Des contrats pourraient être signés dès cette année.

 

Le Qatar, nouvel eldorado ou mirage ?

Quels autres contrats pourraient être signés par les industriels français en 2014 ? Tous les regards se tournent forcement vers le Qatar où plusieurs campagnes sont en cours. D'autant que les groupes tricolores sont plutôt bien placés dans les compétitions. Les industriels français retiennent leur souffle. Ils peuvent. Car sur les 22 milliards d'euros de campagnes commerciales actuellement engagées, certaines sont aujourd'hui mûres, et même en attente de décision. Ce qui pourrait le cas au moment du salon de Doha International Maritime Defence Exhibition (Dimdex), qui se tient du 25 au 27 mars. Sinon, il est également prévu une visite de François Hollande en avril.

Quatre contrats pourraient être officialisées cette année. Des compétitions où concourent le Rafale de Dassault Aviation (36 appareils), le NH90 d'Eurocopter, le système SAMP/T et les missiles Aster 30 proposés par Eurosam, GIE détenu à 66,66 % par MBDA et à 33,33 % par Thales, et, enfin, le Véhicule blindé de combat d'infanterie (VBCI) de Nexter. Soit un total d'environ 14 milliards d'euros. S'agissant des VBCI, qui a également des chances de succès aux Emirats Arabes Unis (700 véhicules), ils pourraient être équipés du futur missile moyenne portée (MMP) grâce à la tourelle de Nexter T40. Doha souhaite acquérir 480 véhicules pour les forces terrestres ainsi que 200 exemplaires pour la garde spéciale de l'émir. Par ailleurs, Airbus Helicopters a bon espoir de vendre le NH90 (12 TTH (version terrestre), 10 NFH (version navale).

 

De bonnes chances en Inde et en Pologne

Si en 2013, le volume de contrats signés en Inde est en "net recul", selon le ministère de la Défense, la tendance est "très positive". En Inde les négociations pour la vente de 126 Rafale se poursuivent. Sans anicroche. Objectif, terminer toutes les négociations entre les industriels français et indiens avant les élections législatives. L'accord intergouvernemental (AIG) est prêt, il attend d'être signé. Il le sera une fois le contrat bouclé entre New Delhi et le GIE Rafale dont la négociation est "quasi-finie", indique-t-on au ministère. Si le ministère compte sur une signature en 2014, des industriels du team Rafale attendent quant à eux une signature et une mise en vigueur du contrat en 2015.

Eurocopter, qui a répondu à un nouvel appel d'offre en 2008, attend quant à lui depuis 2010 l'ouverture des enveloppes commerciales par New Delhi pour savoir s'il est à nouveau sélectionné par l'armée indienne. Elle souhaite renouveler sa flotte d'hélicoptères Cheetah et Chetak dans le cadre du  programme Light Utility Helicopters (LUH). Le contrat, qui porte sur 197 hélicoptères de reconnaissance pour les armées de l'air et de terre destinés notamment aux troupes stationnées en altitude près de la frontière avec la Chine, est estimé à 400 millions d'euros. Il peut s'élever jusqu'à 1,5 milliard d'euros avec l'achat au total de 600 appareils. Eurocopter propose le Fennec (AS350 C3), le seul hélicoptère à s'être posé sur le mont Everest, face au KA-226 du russe Kamov.

En Pologne, les industriels français sont en course dans plusieurs compétitions cruciales : 70 hélicoptères de transport avec l'EC725 pour 3 milliards d'euros (Airbus Helicopters), trois sous-marins pour plus de 1,5 milliard d'euros (DCNS) et un système de missiles de courte et moyenne portée (MBDA, Thales).

Partager cet article
Repost0
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 17:45
Sangaris : un C130 polonais en appui des opérations logistiques

 

 

03/02/2014 Sources : EMA

 

Le 30 janvier 2014, les autorités polonaises ont mis un avion de transport tactique C130 à disposition de la force Sangaris pour appuyer les manœuvres logistiques entre la France et la RCA.

 

C’est le Président Bronisław Komorowski qui a signé le 29 janvier dernier la décision d’envoyer un contingent militaire polonais en soutien des troupes françaises en RCA. Une cinquantaine de militaires et civils polonais sont désormais déployés en soutien de la force Sangaris. D’une durée de trois mois, ce soutien est réalisé depuis la base aérienne 123 d’Orléans Bricy.

 

Le contingent polonais compte deux équipages, un avion C-130 Hercules et du personnel de service au sol. Un deuxième appareil est en disponibilité opérationnelle sur la base aérienne de Powidz en cas de défaillance du premier.

 

Le 30 janvier 2014,  le général de corps d’armée Lech Majewski, Commandant général des composantes des Forces armées polonaise s’est rendu sur la base aérienne de Powidz dans le cadre de la cérémonie précédant le départ du détachement polonais vers la BA 123. A cette occasion, il a indiqué que la participation polonaise s’inscrivait dans le cadre du renforcement de la coopération franco-polonaise .

 

La coopération de défense entre la France et la Pologne s’inscrit dans le cadre du partenariat stratégique signé en 2008. Cette coopération opérationnelle s’exerce principalement dans le domaine de la formation, des entraînements et des exercices. Elle a dernièrement été mise en évidence dans le cadre de l’exercice de certification de la force de réaction rapide de l’OTAN, Steadfast Jazz. Organisé en Pologne du 2 au 9 novembre 2013, cet exercice avait notamment permis de renforcer notre interopérabilité au sein de l’Alliance.

Sangaris : un C130 polonais en appui des opérations logistiques
Sangaris : un C130 polonais en appui des opérations logistiques
Partager cet article
Repost0
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 17:20
Photo : Cplc Simon Duchesne

Photo : Cplc Simon Duchesne

 

29 January 2014 by Abdul Naeem Siddiqui - army-technology.com

 

The Canadian and Polish armies are conducting Exercise Rafale Blanche 2014, to train for winter weather combat operations in the Chaudiere-Appalaches region of Quebec, Canada.

 

Carried out in the Regional County Municipalities of Beauce-Sartigan, La Nouvelle-Beauce RCM, Les Appalaches, Les Etchemins, Lotbinière and Robert-Cliche, the exercise involves participation from approximately 2,500 soldiers and 700 vehicles from Valcartier, the Quebec-based 5th Canadian Mechanized Brigade Group (5 CMBG).

 

Additional participants include personnel from the th5 Military Police Regiment, 430 Tactical Helicopter Squadron, 5th Field Ambulance, as well as a platoon of 20 paratroopers from the Polish Army's 6th Airborne Brigade, based in Krakow, Poland.

 

During the exercise, the soldiers will practice winter survival skills, conduct long-range patrolling, navigate in rural and urban settings, secure helicopter landing pads, in addition to completing a parachute drop in cold weather conditions.

 

Canadian Army commander lieutenant-general Marquis Hainse said the Polish soldiers will have the opportunity to operate in traditional Canadian winter conditions during the exercise and provide feedback as to how it relates to that of their own home conditions.

 

''We partner with allied countries such as Poland to improve interoperability and build relationships that contribute to international peace,'' Hainse said.

"One of our priorities has always been to maintain a state of readiness to protect Canadians and Canadian national interests at home."

 

The commander colonel of the 5th Canadian Mechanized Brigade Group, Dany Fortin, said the Canadian military mission to Afghanistan has taken centre stage over the last ten years.

 

''It is important to remember, however, that one of our priorities has always been to maintain a state of readiness to protect Canadians and Canadian national interests at home,'' Fortin said.

 

''Such readiness, of course, depends upon rigorous training, and that is what is currently being provided through Rafale Blanche.''

 

The exercise began on 28 January, and is scheduled to conclude on 5 February 2014.

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 21:50
8 Foreign, Polish Bidders Apply For Submarine Contest

The Polish submarine Kondor is one of four Kobben-class boats.

 

Jan. 20, 2014 - By JAROSLAW ADAMOWSKI – Defense News

 

WARSAW — Eight offers have been submitted for the technical dialogue to supply three submarines to the Polish Navy. The defense companies include foreign and Polish entities, according to a statement obtained from the Ministry of Defense by local news site Defence24.pl.

 

The bidders include France’s DCNS and Thales, Spanish shipbuilder Navantia, Germany’s ThyssenKrupp Marine Systems, a consortium of Sweden’s state-run defense procurement agency Försvarets Materielverk and Kockums shipyard, Poland’s defense company Kenbit, Sweden’s Saab, and Norway’s Kongsberg Defence & Aerospace.

 

In addition, the ministry’s Armament Inspectorate reserves “the right to invite other entities which did not reply to the call to participate in the [dialogue],” the statement said.

 

Local media have reported that the submarine procurement is estimated to be worth at least 7.5 billion zloty (US $2.44 billion).

 

The ministry is aiming to acquire two new submarines by 2022, and a further one by 2030 as part of its Navy modernization program. The Polish Navy has one Kilo-class submarine and four Kobben-class submarines in its fleet. The latter four were acquired from Norway and are expected to be withdrawn from service by 2015

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2014 4 16 /01 /janvier /2014 17:50
Missiles: MBDA très, très tenté par un contrat en Pologne

Thales propose dans le cadre du GIE Eurosam (MBDA 66 %, Thales 33 %) le système SAMP/T armé de missiles Aster 30 (

 

15/01/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

La Pologne veut moderniser sa défense aérienne. Elle a sélectionné cinq candidats, dont le missilier européen MBDA présent dans trois offres différentes.

 

 

La Pologne a choisi cinq candidats pour négocier avec eux l'achat de systèmes de défense aérienne dont elle veut équiper son armée, a indiqué mercredi le ministre polonais de la Défense, Tomasz Siemoniak. Le groupe d'électronique Thales, le consortium germano-italo-américain MEADS, l'américain Raytheon, le gouvernement d'Israël et le missilier européen MBDA associé à la holding polonaise d'armements PHO (Polish Defense Holding (PHO), ex-Buma), "ont été choisis parmi les fournisseurs potentiels pour poursuivre les négociations", a précisé le ministre à la presse.

Thales propose dans le cadre du GIE Eurosam (MBDA 66 %, Thales 33 %) le système SAMP/T armé de missiles Aster 30 (radar Arabel de Thales). Une offre soutenue par la France et l'Italie. MBDA (via MBDA Allemagne et MBDA Italie) est également dans le consortium international MEADS (Medium Extended Air Defense System), emmené par le groupe américain Lockheed Martin et soutenu par les États-Unis, l'Allemagne et l'Italie.

Enfin, le missilier propose des missiles Aster 30 dans le cadre de sa coopération avec PHO, qui fournira le radar. Trois chances sur cinq de gagner pour MBDA... En face de ces trois offres : Raytheon, associé au groupe norvégien Kongsberg (système NASAMS et missiles AMRAAM), et le  groupe israélien Rafael (Spyder-MR ADS), soutenu par le gouvernement israélien.

 

L'un des trois grands contrats visés par la France

C'est l'une des trois grandes campagnes actuelles en Pologne que lorgnent les groupes d'armement français avec les hélicoptères (Airbus Helicopters) et les sous-marins (DCNS). Selon nos informations, la Pologne prévoirait de consacrer un budget de plus de 6 milliards jusqu'à 2022 à l'acquisition de systèmes de missiles de courte et moyenne portée (défense aérienne). "Nous souhaitons obtenir à travers cet investissement un renforcement de notre potentiel défensif mais aussi créer des emplois et apporter un gain à la recherche" en Pologne, a expliqué le ministre.

La Pologne est engagée dans un vaste programme de modernisation de ses forces armées. Elle entend dépenser à cette fin 140 milliards de zlotys (33,3 milliards d'euros) au cours des prochaines années. Contrairement aux autres pays européens, la Pologne, membre de l'Otan depuis 1999, n'a rien sacrifié de son budget Défense à la crise. En vertu d'une loi de 2001, ce budget reste fixé à 1,95 % du PIB. Cette année, il s'élève à 32 milliards de zlotys (7,7 milliards d'euros), dont plus du quart est consacré à la modernisation.

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 08:50
Poland orders mobile ground approach radar

 

VAN NUYS, Calif., Jan. 7 (UPI)

 

U.S. electronics company Excelis says it is supplying Poland's armed forces with mobile ground control approach radar under a contract worth $76 million.

 

The GCA-2020 system is a solid state, electronically scanning radar system in a single unit that provides primary surveillance, secondary surveillance and precision approach air navigation services. Exelis said it meets International Civil Aviation Organization and NATO flight safety standards.

 

"The Exelis GCA combines advanced features with mobility to offer our Polish customers an agile, rapidly deployable air traffic management capability," said Dave Prater, Exelis vice president and general manager of the radar, reconnaissance and undersea systems business. "The integration of cutting-edge technology, compatibility and value that we offer our customers has reinforced our leadership and expanded our footprint in the critical network of global air transportation."

 

Sweden and Estonia recently ordered GCA-2020 systems. Systems for those countries and Poland -- 11 in all -- will be delivered this year.

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 17:45
La Pologne est prête à soutenir la France en République centrafricaine

 

2013-12-18 xinhua

 

Le Premier ministre polonais Donald Tusk a annoncé mardi que la Pologne était prête à offrir à la France une aide en matière de logistique, d'action humanitaire et de formation en Centrafrique.

 

Pourtant, il a également insisté sur le fait que les forces militaires polonaises ne seraient pas envoyées en mission à l'étranger avant d'avoir quitté l'Afghanistan.

 

En réponse à la demande d'aide du président français François Hollande, Tusk a expliqué : "Conformément aux principes que nous avons adoptés, nous n'enverrons pas de soldats polonais sur quelque front que ce soit tant que nos forces sont stationnées en Afghanistan. Cependant, nous sommes prêts à aider dans les actions humanitaires, en matière de logistique et de formation."

 

Cela fait suite aux propos du chef de la diplomatie polonaise Radoslaw Sikorski après une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'UE lundi soir. La Pologne approuve l'action de la France et compte étendre son soutien, "il ne s'agit pas que d'une affaire de morale, nous, l'Union européenne, faisons face à la menace d'un Etat défaillant de plus dans le Sud. C'est pourquoi la mission française mérite d'être soutenue," a confirmé Sikorski.

 

Il y a une semaine, la France a renforcé sa présence militaire en République centrafricaine, avec 1600 soldats.

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 08:50
La Pologne veut monter dans le futur drone européen

 

06 décembre 2013 Par Hassan Meddah - Usinenouvelle.com

 

Les industriels polonais s’organisent en consortium pour décrocher des coopérations avec leurs partenaires européens et sont soutenus par leur Etat qui souhaiterait même entrer au capital d’EADS.

 

Jeudi 5 décembre dernier, une délégation d’entreprises polonaises du secteur de la défense débarquait en force à Paris. Elle était renforcée par des gradés de l’armée polonaise, des membres du ministère de la Défense et d’instituts de recherche. L’objectif : une rencontre à l’ambassade avec leurs homologues français aussi bien industriels qu’étatiques, en vue d’engager des coopérations. "Ces partenariats doivent avoir une double dimension, à la fois industrielle et politique", précisait Adam Bartosiewicz, vice-président de WB Electronics SA, spécialiste en électronique militaire et leader du consortium qui réunit depuis deux ans les principaux industriels du pays agissant dans le secteur des drones. Parmi les grands industriels français, Cassidian, Sagem et Thales avaient répondu présents ainsi que la direction général de l’armement (DGA).

 

Savoir-faire dans les mini-drones

Les Polonais ont mis en avant leur savoir-faire dans les drones tactiques. "Ils ont un réel savoir-faire dans les mini-drones qui se lancent à la main", indiquait l’un des industriels français au sortir de cette réunion. Côté équipement, WB Electronics a affiché également son expertise dans le domaine des matériaux composites. Et surtout, il ne cache pas son ambition de vouloir décrocher un contrat relatif à la construction du futur drone MALE européen et donc de s’associer aux principaux leaders européens du domaine. Lors du dernier salon du Bourget, Dassault, Finmeccanica et Cassidian avait en effet fait pression sur les grands états européens pour qu’ils lancent un programme de drone MALE.

Cette initiative marque les nouvelles ambitions de la Pologne dans le domaine de la défense. En novembre dernier, ce pays avait rejoint le club des utilisateurs de drones qui réunit au total 7 pays européens dont la France et l’Allemagne. A l’heure où la plupart des budgets de défense européens sont revus à la baisse, la Pologne a annoncé un important budget de modernisation de son armée estimé à environ 140 milliards de zlotys (33,3 milliards d'euros) au cours des prochaines années. "Cela doit être l’opportunité d’établir au-delà des relations commerciales, de véritables partenariats industriels et de développement", explique Adam Bartosiewicz, de WB Electronics. Les Polonais ont également fait part de leur besoin et ils pourraient s’équiper dans l’avenir de drone de surveillance MALE (Moyenne Altitude Longue Endurance). Toutefois les Français et les Européens n’auront pas la partie facile. "En matière de drone MALE, nous cherchons des équipements éprouvés sur le terrain pas des projets de recherche", précisait en amont de cette rencontre  le colonel Grzegorz Putyra, du commandement des forces spéciales polonaises. De quoi favoriser les constructeurs américains et israéliens déjà fournisseur de l’armée polonaise.

 

Prendre pied sur le marché européen

Pour aider ses industriels, l’Etat polonais a confirmé qu’il envisageait de prendre une participation de 1% à 2% dans le capital d’EADS, rejoignant ainsi les pays fondateurs, la France (12%), l’Allemagne (12%) et l’Espagne (4%). "Nous étudions les possibilités, les pour et les contre, que pourrait apporter à l'industrie polonaise d'armement une telle participation dans EADS (…) Il s'agit de donner une chance aux sociétés d'armement polonaises d'être présentes sur le marché européen", a précisé un porte-parole du ministère polonais de la Défense. L’offensive polonaise sur la défense europénne ne fait que demarrer.

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 08:50
Poland Mulls Small Stake in EADS

 

Dec. 4, 2013 – Defense News (AFP)

 

WARSAW — Poland is considering taking a stake in the European aerospace giant EADS, Polish defense ministry spokesman Jacek Sonta said Wednesday.

 

"We're examining the possibilities, the pros and cons, that a stake in EADS could offer the Polish arms industry," Sonta told AFP.

 

"It's a matter of giving Polish arms companies a chance to be present on the European market."

 

According to the Polish daily Dziennik Gazeta Prawna, Poland would take on stake of up to 2 percent in EADS.

 

When contacted by AFP, a spokesman for EADS said: "Our shares are on the market, anyone can buy some."

 

France owns a 12-percent stake in EADS, Germany 10.7 percent and Spain 4 percent.

 

Poland could pay for its eventual portion by offering stakes in its state-owned defense group PHO, according to Dziennik Gazeta Prawna.

 

EADS is holding a business and investment event this week in Warsaw and the central city of Lodz. More than 200 Polish firms have been invited to meet with EADS officials.

 

The central European NATO member plans to spend 140 billion zloty (33.3 billion euros, $45 billion) in the coming years to upgrade its military.

 

Unlike other European countries, Poland has kept its defense budget stable throughout the global financial crisis.

 

According to law, it is fixed at 1.95 percent of gross domestic product, which this year equals more than 31 billion zloty.

 

EADS is to change its name in mid-2014 to Airbus Group after its passenger aircraft business.

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 12:50
La Pologne négocierait son entrée au capital d’EADS

 

 

04/12 Par Jean Michel Gradt – LesEchos.fr

 

Le gouvernement polonais négocierait son entrée dans EADS, rapporte mercredi le journal « Dziennik Gazeta Prawna ». Il viserait une participation comprise entre 1% et 2% du capital du géant européen de l’aéronautique, de la défense et de l’espace.

 

Le géant européen de l’aéronautique, EADS, pourrait inviter la Pologne à son tour de table. Le gouvernement polonais est en discussions avec les actionnaires d’EADS en vue pour l’Etat de prendre une participation comprise entre 1% et 2% dans le géant européen de l’aéronautique, de la défense et de l’espace, rapporte mercredi le journal « Dziennik Gazeta Prawna ».

 

Cet été, la Russie qui avait acquis 5 % du capital D’EADS en 2007, a entamé son désengagement . Actuellement le consortium européen est en partie détenue par les Etats allemand, français et espagnol, les deux premiers ayant 12% chacun et le troisième 4%.

 

Le quotidien ajoute qu’avec ces négociations, Varsovie vise un renforcement de la coopération militaire au sein de l’Union européenne. « Difficile à dire si une telle solution serait bénéfique pour nous, mais nous y pensons », déclare un porte-parole du ministère de la Défense nationale, cité par le journal.

 

L’hypothèse de discussions avec la Pologne se fait jour alors que le consortium européen organise du 2 au 5 décembre à Varsovie et à Lodz, l’EADS Aerospace Meetings Poland, un événement commercial et d’investissement durant lequel plus de 200 entreprises polonaises ont été conviées à rencontrer des dirigeants et experts d’EADS qui opèrent dans des domaines, allant des achats à la recherche & le développement (R&D) en passant par la gestion de la chaîne logistique.

 

EADS veut être plus présent en Pologne

 

Une chose est sûre : EADS et ses divisions – Airbus, Astrium, Cassidian et Eurocopter – entendent élargir sensiblement leur présence industrielle en Pologne. Jean-Pierre Talamoni, corporate vice president pour le développement international au sein d’EADS, estimait, dans un communiqué publié le 27 novembre, que « l’heure est venue pour l’industrie de la défense polonaise et l’industrie européenne de procéder à un rapprochement stratégique en renforçant les liens avec EADS ». Et d’ajouter : « Nous pensons que la Pologne a un rôle encore plus important à jouer au sein d’une industrie de la défense européenne élargie. »

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2013 2 03 /12 /décembre /2013 08:50
EADS to expand in Poland

 

PARIS, Dec. 2 (UPI)

 

EADS, the European aerospace and defense conglomerate, says it plans to significantly grow its presence in Poland through links with local companies.

 

Two major business and investment events, called EADS Aerospace Meetings Poland, are being held in Warsaw and Lodz this month at which EADS executives will meet with some 200 Polish industry representatives over opportunities in the areas of procurement, industrial cooperation, research and development and supply chain management.

 

"We believe the time has come for a strategic move to be made between the Polish defense industry and European industry through stronger links with EADS, a true symbol of global success in Europe's aerospace and defense sector," said Jean-Pierre Talamoni, corporate vice president for International (business) at EADS.

 

"We think there is room today for Poland to play a much bigger role in Europe's wider defense industry. Our aim is to open all EADS divisions to Polish companies in a structured and lasting industrial relationship."

 

EADS major subsidiaries include Airbus, Astrium, Cassidian and Eurocopter.

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2013 7 01 /12 /décembre /2013 20:50
Rapprochement franco-polonais sur le travail et la défense

 

30 novembre 2013 Par RFI

 

François Hollande a profité de son voyage à Varsovie, ce vendredi 29 novembre, pour trouver un terrain d’entente avec son homologue polonais Donald Tusk sur la question des travailleurs détachés. Les deux pays devraient également coopérer de façon plus étroite à l’avenir sur les questions de défense.

 

C’est une véritable campagne de charme que François Hollande mène actuellement auprès des pays d’Europe centrale, orientale et baltique. Après son passage à Vilnius hier au sommet du partenariat oriental, instance où précédemment c’est au niveau du Premier ministre seulement qu’était représentée la France, le président de la République a quasi improvisé un mini sommet franco-polonais ici à Varsovie.

 

Partenaire de choix

 

Plus vaste et davantage peuplée que les autres Etats de l’est de l’Union européenne, la Pologne est un partenaire de choix pour Paris qui s’emploie à ressouder les liens distendus au fil d’une accumulation de maladresses et de malentendus de part et d’autre. Pourtant alliée historique de la Pologne, la France y exporte ainsi quatre fois moins que l’Allemagne.

 

Et la polémique, il y a huit ans sur l’invasion supposée, mais jamais vérifiée, de plombiers polonais dans les pays de l’ouest européen aura empoisonné tout le débat sur la révision de la directive européenne sur les travailleurs détachés hors de leur pays d’origine alors que, pour la première fois de son histoire depuis son adhésion à l’UE, la Pologne est devenue terre d’immigration, et non pas terre d’émigration.

 

Des débouchés pour l’armement

 

C’est un accord sur une interprétation commune de ce texte qu’ont trouvé hier les Français et les Polonais. De façon plus large, la France espère que l’Union européenne va renforcer son arsenal législatif lors de la réunion des ministres du Travail des Vingt-Huit qui doit se tenir le 9 décembre à Bruxelles

 

Autre sujet d’intérêt commun, la défense offre l’occasion d’une approche identique de Paris et de Varsovie. La Pologne se montre moins systématiquement atlantiste qu’auparavant et ses forces armées, vaillantes de tradition mais vieillissantes en matériel, pourraient constituer un marché d’exportation prometteur pour les entreprises françaises du secteur.

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2013 4 28 /11 /novembre /2013 08:50
Building the Shield

Is there a project manaEuropean Protection: The Medium Extended Air Defense System is one candidate for Poland's proposed new air defense system. (MEADS International)

 

Nov. 26, 2013 - By JAROSLAW ADAMOWSKI and TOM KINGTON – Defense News

 

European Nations Cooperate With US, NATO Allies On Missile Defense

 

WARSAW AND ROME — As NATO intensifies its efforts to shield Europe from airborne threats, numerous countries are aiming to bolster their missile defense capabilities at the national level and as part of collective allied efforts. Those plans are centered on NATO’s missile defense shield and the Medium Extended Air Defense System (MEADS).

 

Poland plans to modernize its anti-aircraft and anti-missile system by 2022 by adding short- and middle-range missiles. The program is estimated to be worth as much as 26.4 billion zloty (US $8.4 billion), according to figures obtained by local daily Gazeta Wyborcza, which makes it the country’s largest armament program.

 

With multibillion-dollar procurements in the pipeline, Defense Min­ister Tomasz Siemoniak announced that US Secretary of State John Kerry’s Nov. 4-6 visit to Poland was related to Poland’s military modernization prog­ram and potential arms acquisitions.

 

The two countries’ missile defense cooperation was also high on the agenda, with SM-3 Block IIA interceptor missiles planned to be deployed at Poland’s air base in Redzikowo.

 

Kerry and Siemoniak visited the Polish military’s 32nd Tactical Air Base in Lask, in central Poland. During his visit, Kerry said the US did not intend to abandon its missile defense plans in Europe, and that in 2018, the Poland-based component of the missile shield would be operational.

 

“Poland and Europe need the United States to be strong and present, leading an [alliance] which is based on collective reliability of its members and the development of real military capacities,” Siemoniak said. “This is why we support the missile defense program by hosting on our soil a base which is to be set up in 2018 in Redzikowo.”

 

For its national missile defense efforts, the Polish Army wants local manufacturers to cooperate on the program with foreign defense players.

 

One of the first of a series of procurements for the Polish missile program will be a midrange anti-aircraft and anti-missile system, dubbed Wisla.

 

With the planned purchase in mind, in June the Defense Ministry invited companies to participate in a dialogue on technical and strategic requirements for the procurement.

 

Fourteen foreign and domestic manufacturers expressed interest in participating in the Wisla project, including Northrop Grumman, Raytheon and Boeing of the US; France’s Thales; Italy’s Selex; Turkey’s Aselsan; Spain’s Indra and Sener; Israel’s SIBAT; and a consortium led by the Polish Defense Holding.

 

Poland Could Join MEADS

 

MBDA submitted two bids, one based on the Aster-30 medium-range air-defense missile and one developed around the MEADS, a partnership of the US, Italy and Germany. With the US Army withdrawing from the project, Poland could become the third European partner should it hand the missile defense contract to MBDA.

 

Acquisition of the MEADS anti-missile system was canceled by the US, but officials with the industrial team behind it, comprising Lockheed Martin and MBDA, said Poland could yet sign up to join Rome and Berlin.

 

Polish officials attended a test firing against two simultaneous targets in the US in November, which marked a climax of the program’s development phase before the US ends its funding.

 

A MEADS team also gave officials in Poland a briefing at the end of August, one of a number of briefings given by competitors that wrapped up on Sept. 30 and could lead to a selection by Poland in January of anti-missile systems, said Marty Coyne, business development director for MEADS International.

 

Although it is unclear whether Italy and Germany will push on with acquisition after the departure of the US from the program, Coyne said the two countries were planning to “transition to European development” work by the end of 2014.

 

“We have offered Polish industry the chance to be a partner in that development, which involves software work and qualification,” he said.

 

The cost of that development work would run 10 to 15 percent of the $4 billion cost of the program., Coyne added.

 

According to the scenario in which Poland, Italy and Germany wrap up development together, Lockheed would remain an “active participant,” and the US government would remain a “signatory” to the program, Coyne said.

 

Aegis Ashore in Romania

 

Romania is another key country in NATO’s missile defense plans. In late October, construction of a facility to host the Aegis Ashore missile defense system was launched in Deveselu, in the country’s south.

 

Aegis Ashore is the land-based component of the Aegis ballistic missile defense (BMD) system. The Romania-based facility will be part of NATO’s missile shield over Europe, with the Aegis BMD and SM-3 Block IB set to provide ballistic missile coverage of southern Europe, according to the Pentagon’s Missile Defense Agency.

 

Under the plan, the missile interceptors in Deveselu are expected to be operational in 2015. The project is worth about $134 million

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 20:45
photo EUTM Mali

photo EUTM Mali

 

 

Nov. 18, 2013 - By JAROSLAW ADAMOWSKI – Defense News

 

WARSAW — Poland’s Ministry of Defense has supplied arms to the Malian Army, the ministry said in a statement. The Polish Army operates in Mali as part of the European Union Training Mission (EUTM).

 

“Poland provided close to 170 tons of military equipment to the Malian armed forces,” the statement said. The arms and equipment were donated on the request of the Malian government.

 

Polska Zbrojna, the Polish Army’s official publication, reported that the supplied arms include unguided rocket launchers, AKM assault rifles, RPG rounds, as well as 7.62mm and 12.7mm ammunition. The procurement is worth more than 11 million zloty (US $3.6 million).

 

The Polish military is currently providing training and advisory assistance to the Malian armed forces to support the government’s fight with Islamist rebels, who are concentrated in northern Mali.

 

Polish President Bronislaw Komorowski authorized Poland’s participation in the EUTM in February. Polish troops are currently deployed to military bases in Mali’s capital city, Bamako, and in Koulikoro. Poland’s military mission is scheduled to conclude by the end of this year.

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2013 6 16 /11 /novembre /2013 12:50
Steadfast Jazz culminates in a massive live fire demonstration

7 nov. 2013 SHAPE ACO

 

The long, cold days of training in Exercise Steadfast Jazz culminates today in a massive live fire demonstration at the Drawsko Pomorskie training area in Poland.
NATO and partner nations conduct Exercise Steadfast Jazz 2013 in Latvia and in Poland from 2 - 9 November 2013. The event mark the culmination of a series of dynamic and demanding exercises designed to train and test troops and commanders from the NATO Response Force (NRF).


The Steadfast series of exercises are part of NATO's efforts to maintain connected and interoperable forces at a high-level of readiness. The goal is to make sure that NRF troops are ready to deal with any situation in any environment.


The event involves about 6,000 personnel from many Allied and partner nations. Around 3,000 headquarters personnel from Joint Force Command Brunssum and other headquarters is involved in a command & control exercise on the Adazi Base near Riga, Latvia and at several other headquarters locations across the Alliance. In addition, multinational troops participate in a live-fire exercise at Poland's Drawsko Pomorskie Training Area. Air, land, maritime, and special forces also participate from several locations.

To know more about Steadfast Jazz 2013:
http://sj13.nato.int/steadfast-jazz.aspx

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 17:50
Poland is Interested in Ukraine Anti-Tank Missiles

Corsar, a man portable guided missile weapon system weighing 28 kg can engage moving or stationary targets at ranges of 2,500 meters.

 

November 8, 2013 defense-update.com

 

The Defense Ministry of Poland is considering purchasing anti-tank missiles from the Ukraine as part of the implementation of a weapons modernization program. According to Ukraine news agency Interfax-Ukraine, a Polish executives mission headed by Deputy Defense Minister for Weapons and Arms Modernization Waldemar Skrzypczak, has met last week with representatives of Ukroboronprom State Concern and Ukrspecexport State Enterprise, to discuss bilateral military and technical cooperation. The meeting was held in Bangkok, where the missions attended the Thai defense exhibition Defense & Security 2013. This proposal of the Polish defense ministry will be discussed at a meeting of the Ukrainian-Polish sub-commission for cooperation in the defense industry, which will take place in Kyiv in November.

 

“We are ready to consider the acquisition of Ukrainian-produced advanced 105mm anti-tank guided missiles which were developed by the Promin State Design Bureau. We are also interested in the joint production of high-precision weapons.” Interfax quoted Skrzypczak saying.

 

Since 2003 Poland has fielded over 2,600 Israeli Spike LR missiles, which are likely to remain and even increase the number in service, particularly with the planned fielding of missile-equipped turrets with the new Rosomak wheeled infantry carriers in is planning to buy over the next four years. The Polish interest in these Ukraine missiles could be in in the laser-guided man-portable and tank-gun launched missiles the Ukraine offers. Laser guided missiles are often less costly, compared to EO guided weapons. They are likely to have high immunity to thermal and EO countermeasures.

 

The weapon Skrzypczak has mentioned is likely to be the Corsar, built by the kiev based LUCH Design Bureau. The Corsar weapon system is designed as a semi-active laser guided man-portable weapon (18 kg total system weight), capable of engaging stationary and moving targets at a range of 2,500 m’, its tandem warhead is designed to penetrate 550mm of armor (RHA) behind reactive tiles. The Corsar homes in on laser light reflected from the target. It was designed as an affordable, lightweight anti-tank weapon offering superior range, compared to light ATGW, while maintaining relatively low cost (a system is offered at a cost of $130,000).

 

The Polish Army also operates laser guided missiles with 30 Mi-24 HIND and is interested in arming the W-3/W-3W Sokol light helicopters used for recce, scout and utility missions. For that mission, the Polish military is likely to consider EO and laser guided weapons, to modernize or augment existing systems.

 

Corsar guided missile and container. Photo: LUCH

Corsar guided missile and container. Photo: LUCH

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 13:50
Comment la Pologne favorise l'achat de sous-marins allemands U212

 

 

04/11/2013 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le ministère de la Défense polonais est en train de modifier les exigences opérationnelles obligatoires de sa marine afin de faire concourir les sous-marins allemands U212 de ThyssenKrupp Marine. Sytems. Une fois ce travail achevé, les U212 seront les favoris du futur appel d'offre de Varsovie.

 

En dépit de tous ses efforts, DCNS a toujours un train de retard en Pologne pour la vente de trois sous-marins à Varsovie évaluée à plus de 1,5 milliard d'euros. Non pas que la proposition du groupe naval tricolore soit mauvaise, mais elle est plutôt largement ignorée par le ministère de la Défense et les marins polonais, qui lui préfèrent les U212A, des sous-marins allemands construits par ThyssenKrupp Marine Systems AG (TKMS).

 

Selon nos informations, la Pologne pourrait relancer le processus d'acquisition dans le cadre d'une demande d'information (RFI ou Request for information) avant la fin de l'année. Un appel d'offre pourrait suivre en 2014. Varsovie a donc abandonné l'idée d'obtenir des sous-marins allemands dans le cadre d'un contrat de leasing. C'est ce qu'a annoncé fin octobre le ministère de la Défense polonais au Parlement.

 

Pourtant, en septembre, la Pologne pour faire face à des difficultés budgétaires avait été contraint de tailler dans le budget de la défense en réduisant les dépenses à hauteur de 3,5 milliards de zlotys (840 millions d'euros). Un effort qui avait contraint le ministère à prioriser trois grands programmes d'acquisition (hélicoptères, défense aérienne...), d'où étaient absents les sous-marins.

 

Pourquoi DCNS reste-t-il hors-jeu

 

En dépit de son obstination à concourir, DCNS, qui dans son offre propose le sauvetage des chantiers navals polonais contrairement à TKMS, devrait pourtant rester hors-jeu. Pourquoi ? Pour plusieurs raisons. Notamment, le ministère de la Défense polonais est en train de préparer un appel d'offre favorable à TKMS. Car après une étude, le ministère s'est rendu compte que les U212A ne satisfont pas à toutes les exigences obligatoires de la marine polonaise, dont le système de propulsion du sous-marin et le système de sauvetage.

 

C'est ce qu'a expliqué très clairement le ministère de la Défense polonais au Parlement sans aucun complexe. Du coup, le ministère a demandé à une équipe d'experts de modifier les exigences de la marine polonaise pour l'acquisition des sous-marins allemands. En clair, des "petits" arrangements entre amis. La marine polonaise estime que ces travaux seront achevés "au plus tard le 8 novembre". Une fois validée, cette étude permettra de lancer un appel d'offre en bonne et due forme faisant la part belle aux U212A. Bref, rien de bon pour DCNS.

 

Un accord en préparation entre Berlin et Varsovie

 

DCNS doit également affronter des vents contraires sur le plan diplomatique. L'Allemagne et la Pologne, qui ont déjà signé en mai dernier une lettre d'intention (LoI) consolidant leur partenariat stratégique dans le domaine naval, pourrait au début de l'année signer cette fois-ci un accord d'Etat à Etat. Dans les annexes de la Lol, les deux pays souhaitent établir une autorité opérationnelle commune pour les sous-marins allemands et polonais. Si un nouvel accord était signé en février, l'Allemagne pourrait mettre à disposition de la marine polonaise un ou deux sous-marins U212 pour l'entrainement et des exercices conjoints entre les deux marines.

 

Enfin, la Norvège, qui prévoit également d'acquérir de quatre à six sous-marins, est intéressée par une commande commune avec d'autres pays. Oslo aurait ainsi approché Varsovie ainsi que d'autres pays pour une acquisition commune. Une initiative encouragée par TKMS, qui consoliderait ainsi ses positions commerciales en Pologne et en Norvège, dont la marine est déjà équipée de sous-marins allemands de la classe Ula (type 210 allemand).

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2013 1 04 /11 /novembre /2013 12:50
Polish Defense Holding Sacks CEO, Deputy

 

Oct. 31, 2013 - By JAROSLAW ADAMOWSKI – Defense News

 

WARSAW — The supervisory board of Polish Defence Holding (PHO), the country’s biggest defense manufacturer, has decided to oust its chief executive, Krzysztof Krystowski and one of his deputies, Agnieszka Rajczuk-Szczepanska, responsible for human resources.

 

“Marcin Idzik, deputy chief executive for sales and marketing, was appointed acting chief executive of Polish Defence Holding,” the group said in a statement Oct. 31.

 

The two remaining deputies, Mariusz Andrzejczak, deputy CEO for technology and development, and Patrycja Zielinska, deputy CEO for finance and auditing, are to remain on the group’s board, the statement said. The reasons for Krystowski’s dismissal were not disclosed.

 

The state-owned group was rebranded as PHO in May in a bid to facilitate the consolidation of Poland’s major defense industry players into one entity under its brand. However, in September, Polish Prime Minister Donald Tusk announced plans to create a new entity, the Polish Armaments Group, to integrate PHO along with other local defense players. The move has been widely seen as going against PHO’s plans of leading the industry consolidation efforts.

 

Krystowski was appointed the company’s chief executive in April 2012. PHO consists of about 40 entities and has a workforce of close to 10,000, according to data from the group.

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2013 1 04 /11 /novembre /2013 06:50
Des soldats français et alliés de la Force de réaction rapide de l’OTAN, dont le QG est à Lille, en France, lors d’un entraînement au camp de Harskamp, aux Pays-Bas, le 29 octobre 2013 (Sylvain Petrmand/Armée de terre française)

Des soldats français et alliés de la Force de réaction rapide de l’OTAN, dont le QG est à Lille, en France, lors d’un entraînement au camp de Harskamp, aux Pays-Bas, le 29 octobre 2013 (Sylvain Petrmand/Armée de terre française)

 

03/11/2013 45eNord.ca (AFP)

 

Un grand exercice militaire air-terre-mer de l’Otan, le plus important depuis 2006, a été lancé samedi en Pologne et dans les pays baltes, a annoncé dans un communiqué le ministère polonais de la Défense.

 

 

Dénommé «Steadfast Jazz», l’exercice réunit jusqu’au 9 novembre quelque 6.000 soldats de plus 20 pays membres ou partenaires de l’Otan, dont l’Ukraine et la Finlande.

L’exercice de cette année vise principalement à entraîner la Force de réaction rapide de l’Otan (NRF), forte de 13.000 hommes, une force qui doit lui permettre de réagir à une crise émergente, n’importe où dans le monde.

«Le but de cet exercice est de s’assurer que notre Force de réaction rapide, la Force de réaction de l’Otan, est prête à défendre tous les alliés, à se déployer partout et à affronter tous les danger», a déclaré samedi le secrétaire général de l’Alliance, Anders Fogh Rasmussen, selon un communiqué de l’Otan.

«Cet exercice sera un défi pour le personnel de l’Otan avec des situations complexes, tels que des cyber-menaces, des crimes de guerre, des perturbations logistiques, les menaces pour les populations civiles, et d’autres difficultés que nous pourrions rencontrer lors d’opérations futures», a déclaré le général Hans-Lothar Domröse, commandant de l’état-major interallié de Brunssum, cité par le communiqué.

3.000 soldats polonais participent à cet exercice qui vise à renforcer la coopération des armées des pays membres conformément à l’article 5 du Traité de Washington sur la solidarité de l’Alliance en cas d’agression extérieure.

La Pologne, ancien pays communiste et membre du Pacte de Varsovie, a rejoint l’Otan en 1999.

La Pologne tient énormément à cet exercice non seulement parce qu’il se déroule sur son territoire, mais parce que la Pologne espère que ces exercices de l’Otan se tiendront le plus souvent possible, avait déclaré jeudi le ministre polonais de la Défense Tomasz Siemoniak.

Steadfast se déroule pour la 18e fois. Selon le ministre polonais de la Défense, l’édition de cette année ouvre une série d’importants exercices qui se dérouleront dans différents pays de l’Otan tous les deux ans.

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2013 4 26 /09 /septembre /2013 07:50
Finale de l’exercice international Maple Arch en Ukraine

Un convoi s’arrête à la suite de la découverte d’un dispositif explosif de circonstance (IED) lors d’un scénario durant l’ex Maple Arch, à Yavoriv, en Ukraine, le 16 septembre (caporal-chef David McCord/Affaires publiques/Armée de terre/5e Division canadienne)

 

25/09/2013 par Jacques N. Godbout - 45eNord.ca

 

La phase finale de l’exercice multinational Maple Arch 2013 (Ex MA 13) qui s’est déroulé dans le secteur d’entraînement du Centre international de formation au maintien de la paix, près de Yavoriv, en Ukraine, s’est terminée il y a quelques jours.

 

Les forces terrestres ukrainiennes et les Forces armées canadiennes étaient conjointement chargées de mener l’exercice de cette année, auquel participaient également des troupes lituaniennes et polonaises.

 

Plus de 500 soldats provenant de ces quatre pays ont participé à l’exercice qui s’est terminé le 20 septembre: 360 Ukrainiens, 27 Lituaniens, 87 Polonais ainsi que 33 instructeurs et membres de d’état-major canadiens, dont la majorité provenaient de la 5e Division du Canada , l’Armée du Canada atlantique.

 

L’Ex MA 13 porte surtout sur les opérations de soutien de la paix pour entraîner les titulaires des postes de commandement des bataillons et des compagnies. Il vise également à améliorer les compétences militaires de base des membres de la brigade multinationale lituanienne, polonaise et ukrainienne commandée par les Ukrainiens.

 

«Cet exercice est une fantastique entreprise qui favorise la création de liens entre le Canada et l’Ukraine, a déclare l’ambassadeur du Canada en Ukraine, monsieur Troy Lulashnyk, rapporte le ministère de la Défense dans le communiqué qui annonce la fin de l’exercice.

 

Le scénario était le suivant: la force de réaction rapide suit un transport de troupes blindé BTR-70 approchant un village où l’on soupçonne la présence d’insurgés. Pas très loin de là, une colonne de véhicules a été immobilisé par l’explosion d’un engin explosif de circonstance sur la route. Les soldats tirent sur les insurgés et le combat s’engage. Les soldats est européens prennent leur objectif, mettant en pratique toutes les connaissances qui leur ont été communiquées par leurs mentors canadiens durant leurs deux semaines d’instruction.

 

«Nous constatons que l’instruction de cette année a amélioré l’interopérabilité de nos forces en campagne et les militaires des quatre pays ont travaillé fort pour s’améliorer depuis le début de l’exercice», a déclaré pour sa part le colonel Joseph Shipley, chef d’état-major de la 5e Division du Canada.

Finale de l’exercice international Maple Arch en Ukraine
Finale de l’exercice international Maple Arch en Ukraine
Partager cet article
Repost0
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 17:50
Polish Army Eyes New Biological Reconnaissance Vehicles

Sep. 25, 2013 - By JAROSLAW ADAMOWSKI – Defense News

 

WARSAW — The Polish Defense Ministry has launched a technical dialogue to select defense manufacturers willing to supply seven new biological reconnaissance vehicles to the Polish Army, the ministry’s Armament Inspectorate said in a statement.

 

According to the released technical specification, the designed high-mobility vehicle will have a medium loading capacity. The vehicle must carry a crew of seven and weigh a maximum of 16 tons. The seven vehicles are also to be enabled for air transport by the Lockheed C-130E Hercules aircraft. Polish Air Force has six such transport aircraft in its fleet.

 

Under the plan, the vehicle contract will also cover servicing and maintenance.

 

Applications are to be submitted by Sept. 30, according to the Armament Inspectorate. After the applications are reviewed, the ministry aims to meet with the manufacturers to discuss the technical and financial aspects of their initial offers by Oct. 18. The Polish ministry has already established a task team to handle the application and evaluation process.

 

Delivery of the vehicles to the Polish Army is scheduled for 2014.

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2013 5 13 /09 /septembre /2013 07:50
Building defence capabilities in Europe

Foreign Secretary William Hague and Secretary of State for Defence Philip Hammond with Polish Foreign Minister Radek Sikorski and Polish Defence Minister Tomasz Siemoniak

 

12 September 2013 Foreign & Commonwealth Office and Ministry of Defence

 

Foreign Secretary & Defence Secretary host joint meeting with Poland’s Foreign & Defence Ministers to discuss EU common security interests.

 

Europe is facing a number of complex and inter-connected challenges. Threats are diverse and emanate from many sources, making international security unpredictable. Despite signs of economic growth, many national defence budgets will remain under severe strain in the near future. At the same time, the US has signalled that it is looking to work more in partnership with European Allies.

 

Poland and the United Kingdom agree that European nations must assume greater responsibility for their own security interests. European nations continue to lack many capabilities necessary for the full spectrum of NATO and EU missions. So if we are to shoulder fully our common security responsibilities, we must commit to building our defence capabilities and make them available to NATO and the EU’s Common Security and Defence Policy (CSDP).

 

In December, EU Heads of State and Government will meet to discuss defence issues, taking decisions that will set the course of CSDP in the years to come. The December European Council therefore provides a timely opportunity to address the EU’s defence capability. Poland and the UK believe that agreement on three concrete actions would help deliver progress on this. All are in line with existing collective commitments.

 

First, Member States should use the Council as a platform to articulate clearly to European audiences, the need to continue to invest in defence. Threats to European Security are diverse and in many cases unpredictable. Both CSDP and NATO remain central to Europe being both willing and able to confront these challenges wherever they arise.

 

Second, the Council should reiterate the importance of NATO and the EU playing a complementary and mutually reinforcing role in supporting international security. As active NATO and EU members, Poland and the UK believe both organisations should improve coordination and practical cooperation. It is also essential that European nations work together to tackle prioritised capability shortfalls to meet common EU and NATO requirements. Member States should therefore pledge to work more in partnership to deliver Europe’s capability needs, coordinating capability development and avoiding duplication. For example, by ensuring the EU’s Pooling and Sharing and NATO’s Smart Defence initiatives do not overlap or duplicate each other.

 

Third, Member States should commit to reinvigorate the EU Battlegroup concept – the EU’s rapid response force, agreeing specific measures enabling it to be deployed more flexibly as part of the EU’s comprehensive approach, tackling conflict through using a combination of civilian-military tools.

 

Poland and the UK are already making significant contributions to the development of defence capability in Europe. We remain two of Europe’s leading investors in defence. In addition, we continue to make our defence capabilities available to protect our common security interests. Our Armed Forces are deployed in Afghanistan and have recently deployed to Mali and we will continue to look for areas for cooperation and issues where we can assist each other to develop our defence and security capabilities, whether through mechanisms such as joint military Exercises, learning lessons from our experiences in Afghanistan or through collaboration on issues such as cyber security.

 

Poland and the UK are fully committed to using December’s European Council on defence and the planned NATO Summit in 2014 to ensure that European nations are collectively ready to assume more responsibility for protecting our common security interests.

 
Further information

Follow the Foreign Secretary on twitter @WilliamJHague

Follow the Foreign Office on twitter @foreignoffice

Follow the Foreign Office on facebook and Google+

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories