Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 17:50
Polish Special Forces MRAP Vehicles Photo ppłk Artur Goławski

Polish Special Forces MRAP Vehicles Photo ppłk Artur Goławski

 

26 February by Jakub Palowski - defence24.pl

 

45 mine-resistant MRAP M-ATV vehicles, supplied by the US, were handed-off for the Polish Special Forces in Cracow.

 

The Polish Special Forces received 45 M-ATV vehicles. The hand-off ceremony took place in Cracow and the US Ambassador in Poland Stephen D. Mull participated in that event. Delivery of the MRAP vehicles is being carried out within the framework of the Excess Defense Articles programme, the standard way that the U.S. military gives leftover equipment to allies. Earlier Poland had received Oliver Hazard Perry vessels or C-130 Hercules transport planes in that way.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 17:50
Photo : Jürgen Braekevelt – MIL.be

Photo : Jürgen Braekevelt – MIL.be

 

16/02/2015 Karen Bral – MIL.be

 

Depuis le 7 janvier 2015, un détachement belge a relevé les Néerlandais dans leur mission de surveillance aérienne en Pologne. Les Belges travaillent avec quatre F-16 pour une période de huit mois à Malbork. Cette opération porte le nom d’Enhanced Air Policing Mission.

 

Après l’annexion de la Crimée par la Russie en mars 2014, l’Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN) a demandé une protection renforcée de son espace aérien, en particulier au-dessus de la mer Baltique. Depuis le printemps 2014, le nombre d’avions de combat est passé de quatre à seize pour la circonstance. 

 

L’OTAN répartit les avions de combat sur trois bases aériennes, y compris celle de Malbork. Cette dernière n’est pas choisie au hasard explique le commandant du détachement : « Malbork se situe près de l’enclave russe de Kaliningrad, à seulement soixante kilomètres de la mer Baltique. » La plupart des incidents qui mettent en péril la sécurité des vols ont lieu, en effet, au-dessus des eaux internationales.

 

Le détachement compte un peu plus de cinquante personnes provenant du 2e Wing Tactique de Florennes et du 10e Wing Tactique de Kleine-Brogel. Cinq d’entre eux sont pilotes, dont le commandant du détachement : « Notre opération comporte deux aspects » explique-t-il. « Toutes les deux semaines, nous sommes de permanence Quick Reaction Alert (QRA). Cela signifie que pendant sept jours, deux pilotes et une équipe technique se tiennent prêts 24 heures sur 24. S’il y a alerte, ils doivent décoller le plus vite possible pour identifier les avions inconnus qui auraient envahi l’espace aérien de l’OTAN. »

 

Photos : Jürgen Braekevelt – MIL.bePhotos : Jürgen Braekevelt – MIL.bePhotos : Jürgen Braekevelt – MIL.be
Photos : Jürgen Braekevelt – MIL.bePhotos : Jürgen Braekevelt – MIL.be

Photos : Jürgen Braekevelt – MIL.be

Les autres semaines, les Belges ont l’opportunité de s’entraîner avec les avions de chasse MiG-29 de l’armée polonaise à des combats aériens. « Pour les jeunes pilotes, c’est une excellente occasion de se battre avec un autre type d’avion que les F-16 » souligne le commandant. Bien que MiG-29 et F-16 soient de la même génération, ils comportent de sérieuses différences. « Le MiG a deux moteurs et le F-16 n’en a qu’un », clarifie un pilote polonais. « Mais sur longue distance, le F-16 est plus performant grâce à ses systèmes et missiles plus modernes. » Cela provient du fait que, contrairement au MiG-29, le F-16 a bénéficié de modernisations au fil du temps.

 

Les pilotes sont relevés chaque mois tandis que le reste du détachement demeure deux mois sur place. Le détachement actuel restera donc jusqu’à début mars à Malbork. Ces six dernières semaines, les Polonais ont effectué deux interceptions afin d’identifier des appareils et les Belges une.

Vidéo : Wim Cochet

Partager cet article
Repost0
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 07:50
F-16CD Jastrząb fighter Foto Michał Wyszkowski

F-16CD Jastrząb fighter Foto Michał Wyszkowski

 

7 février Aerobuzz.fr

 

Varsovie lance un appel d’offres pour l’achat de missiles air-air moyenne portée AIM-120 Amraam de Raytheon, des missiles d’entrainement et des bombes air-sol pour ses avions de combat F-16. Cette tendance qui s’ajoute à la volonté de rééquiper les forces terrestres et navales du pays démontre la volonté polonaise de se protéger contre toute velléité militaire Russe.

Partager cet article
Repost0
8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 08:50
Polish defence ministry seeks bids for UAV projects

 

28 Jan 2015 By: Bartosz Glowacki - FG

 

The Polish defence ministry’s armament inspectorate has published a notice looking for new unmanned air vehicles in two classes. The classes under consideration are tactical short-range and mini-UAVs, together with training and logistical support. Poland wants to acquire 12 tactical UAVs via the “Orlik” (Eaglet) programme acquisition and the aircraft are to be delivered by 2022. An additional batch of the selected type is expected to be purchased between 2022 and 2026.

 

Read full article

Partager cet article
Repost0
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 08:50
Armor: Poland Produces Their Own APFSDS

 

January 11, 2015: Strategy Page

 

Poland has ordered 13,000 120mm APFSDS (Armor Piercing Fin Stabilized Discarding Sabot, for smooth bore guns) tank gun shells from a local manufacturer for delivery by 2017. These are for Poland’s recently acquired forces of 237 second hand German Leopard 2 tanks. Poland bought some German APFSDS shells initially, but since the Cold War ended Poland has been producing APFSDS for the 125mm guns used by its T-72s, which the Leopards are replacing. Polish ammo plants will buy new manufacturing equipment to produce the 120mm APFSDS but will be able to build the shells at lower cost, and comparable quality to other nations and thus be able to grab some export business. Poland still has some locally upgraded T-72s (the PT-91) and continues to manufacturer 125mm APFSDS for these.

 

APFSDS weigh about 23 kg (50 pounds) and tend to be about  is 900mm (35 inches) long and use 8.1 kg (18 pounds) of slow burning explosives to propel the shell out the 120mm smooth barrel to a top speed of 1,555 meters (5,100 feet) a second. The sabots fall away after the shell leaves the barrel, leaving the 10 kg (22 pound), 25mm diameter (and 800mm long) depleted uranium or tungsten penetrator to continue on to the target (up to 5,000 meters away).

 

Most modern 120mm tank guns fire a shell that uses a smaller 25mm “penetrator.” The 25mm rod of tungsten (or depleted uranium) is surrounded by a “sabot” that falls away once the shell clears the barrel. This gives the penetrator higher velocity and penetrating power. This is the most expensive type of 120mm shell and already comes in several variants. There is APDS (Armor Piercing Discarding Sabot) and APFSDS (Armor Piercing Fin Stabilized Discarding Sabot, for smooth bore guns). The armor piercing element of discarding sabot rounds is less than half the diameter of the shell and made of very expensive, high density metal. Its smaller size enables it to hit the target at very high speeds, up to 1,900 meters (5,900 feet) a second. This is the most common type of anti-tank shell and is constantly being improved. Thus in the 1970s depleted (nonradioactive) uranium was introduced by the U.S. to replace the slightly lighter tungsten penetrators. The depleted uranium penetrators were more effective.

 

About twenty armies now have 120 mm and 125mm smoothbore guns which can obtain slightly more penetrating power using depleted uranium instead of tungsten. While composite armor was developed to defeat APDS but it was not always successful. HEAT (High Explosive Anti Tank) rounds have fallen from favor because their success depends on hitting a flat surface on the tank. Modern tanks have few flat surfaces. On the plus side, HEAT shells must be fired at lower speeds, are good at any range, and many are now built with a fragmentation capability to make them useful for anti-personnel work. The AP type shells are less effective at longer ranges. Similar to HEAT, more expensive and still in use, is the HESH (High Explosive Squash Head) shell. This item hits the tank, the explosive warhead squashes, and then explodes. The force of the explosion goes through the armor and causes things to come lose and fly about the inside of the tank (the spall effect). The vehicle may appear unharmed, but the crew and much of its equipment are not. Works at any range but is somewhat defeated by spaced and composite armor.

 

Then there is the controversy over the health issues associated with depleted uranium, which is a metal that is one of the heaviest known. It is very effective at punching holes through enemy tanks. It is so named because all the harmful radiation has been "depleted" from it as a by-product of manufacturing nuclear fuel.  But because it's still considered a "nuclear" material it is controlled by the U.S. Nuclear Regulatory Commission. In effect, these anti-tank shells are technically "nuclear weapons." U.S. export laws had to be changed to allow the export of depleted uranium ammo.

 

Early on there were rumors that depleted uranium created dangerous levels of radiation when handled or used. In reality, depleted uranium is no more toxic than tungsten and other heavy metals. It is true that when depleted uranium penetrators go through armor, and come under enormous stress, they do produce brief, but high, bursts of radiation. This seems to be because a chunk of depleted uranium will absorb most of the radiation it produces through normal decay, which it cannot do once shattered. However, it is unlikely that the resulting "pulse" of radiation will cause injury or illness, particularly given the damage produced by the explosive effect and shell fragments inside a vehicle hit. The Poles don’t have any depleted Uranium, so they will be using tungsten.

Partager cet article
Repost0
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 07:50
photo Armée de Terre

photo Armée de Terre

31.01.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense

Dans une déclaration (mollement musclée) à l'issue des consultations intergouvernementales franco-polonaises, l'Elysée a annoncé un déploiement blindé français en Pologne:

"Après avoir déployé des avions de chasse en Pologne durant une période de quatre mois et avoir pris part à de multiples exercices de l’OTAN dans la région en 2014, la France est prête à prolonger sa contribution aux mesures d’assurance de l’OTAN. Les efforts de la France couvriront un large éventail de forces : terrestres, maritimes, aériennes et spéciales. En particulier, la France déploiera des chars Leclerc avec des véhicules blindés VBCI pendant deux mois et participera à un certain nombre d’exercices de l’OTAN en Pologne."

(lire l'intégralité du communiqué ici).

Déjà annoncé! L'annonce ne doit pas surprendre puisque Jean-Yves Le Drian avait promis un tel déploiement en novembre dernier. Le ministre de la Défense avait alors parlé d'une "unité de blindés qui effectuera des exercices sur le territoire polonais".

Quel calendrier? Ni l'un ni l'autre n'ont, toutefois, donné de calendrier. JYLD avait suggéré que les blindés pourraient arriver dans "quelques semaines"; le Président n'a rien dit, sauf la durée du déploiement: "deux mois".

Combien de divisions? Le nombre de blindés doit être significatif pour que la mesure soit efficace et rassure les pays voisins de la Russie. Alors: 4? 8? chars Leclerc? Les Leclerc pourraient venir du 12e Cuir d'Ollivet; quant aux VBCI, rien sur leur nombre et leur provenance.

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2015 3 21 /01 /janvier /2015 12:20
Des soldats français et polonais se joignent aux Canadiens pour s'entraîner au combat d'hiver
 

20 janvier 2015 nouvelles.gc.ca

 

OTTAWA – Environ 2 800 soldats de l’Armée canadienne, la majorité provenant du 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada (5 GBMC), participeront à un entraînement portant sur les opérations de combat dans des conditions hivernales sur la Base de soutien de la 2e Division du Canada, Valcartier, ainsi que dans la ville de Québec et aux environs, du 19 au 27 janvier 2015.

Un peloton du 4e régiment de chasseurs de France ainsi que 20 militaires de la 6e brigade aéroportée de l’armée polonaise prendront aussi part à cet exercice annuel.

Cet entraînement constitue un jalon important de la préparation opérationnelle des militaires de Valcartier.

 

En bref

  • Les 8 unités du 5 GBMC participeront à l’Exercice RAFALE BLANCHE 2015, ainsi que ses unités affiliées, soit le 5e Régiment de police militaire, le 430e Escadron tactique d’hélicoptères et la 5e Ambulance de campagne.
  • Parmi les unités qui participent à l’exercice, citons, entre autres, le 436e Escadron de transport (Trenton) avec 1 aéronefs CC-130J Hercules, le 450e Escadron tactique d’hélicoptères (Petawawa) avec 2 hélicoptères CH-147F Chinook, et le 425e Escadron d’appui tactique (Bagotville) avec 2 avions CF-18.
  • Au cours de l’exercice RAFALE BLANCHE, les soldats renoueront avec lesdifférents concepts d’opérations hivernales. Ils mettront notamment en pratique leurs aptitudes de survie en hiver, conduiront des opérations offensives et défensives, et patrouilleront dans des zones rurales et urbaines.
  • L’exercice se déroulera dans les municipalités régionales de comté de La Jacques-Cartier et de Portneuf ainsi que dans les secteurs d’entraînement de la Base de soutien de la 2e Division du Canada, Valcartier.
  • Dès juillet 2015, le 5 GBMC a été désigné pour constituer deux forces opérationnelles (FO) à niveau de préparation élevé, prêtes à intervenir dans n'importe quel type d'urgence, au pays et à l'étranger, selon les besoins du gouvernement du Canada, soit la FO 1-15 et la FO 2-15.

 

Citations

« Le Canada reste fermement déterminé à veiller à ce que les Forces armées canadiennes soient formées efficacement et bien équipées afin d’assurer la sécurité et la sûreté lorsqu’on leur demande de le faire, aussi bien au pays qu’à l’étranger. La présence des forces armées française et polonaise renforce la relation et l'interopérabilité entre nos nations et permet aux troupes participantes de perfectionner leurs habiletés dans des conditions réalistes et exigeantes. »

L’honorable Rob Nicholson, P.C., c.r. député de Niagara Falls et ministre de la Défense nationale

« L’exercice RAFALE BLANCHE offre à nos soldats de la 2e Division du Canada une préparation rigoureuse aux demandes de combat hivernal, tout en nous permettant de collaborer avec nos alliés français et polonais, et nourrir nos relations avec ces derniers. Je suis fier que nos soldats soient prêts à répondre à l’appel du devoir dans un monde de plus en plus dynamique et interconnecté. »

Lieutenant-général Marquis Hainse, Commandant de l’Armée canadienne

« Les militaires du 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada s’entraînent pour maintenir ou améliorer leurs capacités militaires dans des conditions hivernales et en terrain complexe. Permettre aux militaires de Valcartier de s’exercer dans des secteurs civils augmente considérablement la valeur de leur entraînement et contribue au maintien d’une force polyvalente et compétente. C’est pourquoi je suis reconnaissant de l’accueil réservé par les citoyens et les autorités municipales de La Jacques-Cartier et de Portneuf. »

Colonel Dany Fortin, commandant du 5e Groupe brigade mécanisé du Canada
Partager cet article
Repost0
17 décembre 2014 3 17 /12 /décembre /2014 22:50
La Pologne prête à vendre des armes à l'Ukraine

 

17/12/2014 Par Lefigaro.fr (Reuters)

 

Le président polonais Bronislaw Komorowski s'est dit aujourd'hui tout à fait disposé à discuter avec les autorités ukrainiennes de possibles ventes d'armes.

 

"Je n'ai pas entendu parler d'embargo sur les ventes d'armes à l'Ukraine", a déclaré le chef de l'Etat polonais pendant une conférence de presse conjointe avec son homologue ukrainien Petro Porochenko. "Si l'Ukraine est intéressée alors, bien sûr, la Pologne est tout à fait disposée à en discuter", a-t-il ajouté.

 

La Russie, qui a annexé en mars la région ukrainienne de Crimée et que Kiev et les pays occidentaux accusent de soutenir les rebelles séparatistes de l'est de l'Ukraine, a mis en garde à plusieurs reprises les Etats-Unis et leurs alliés contre des livraisons d'armes à son voisin.

 

Washington et l'Otan fournissent déjà de l'équipement non létal à l'armée ukrainienne et plusieurs autres pays, dont la Lituanie, n'ont pas exclu de franchir le pas.

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2014 1 15 /12 /décembre /2014 12:20
CAE remporte des contrats militaires d'une valeur de plus de 115 millions $ CA

 

15 déc. 2014 CAE -Marketwired

 

CAE a annoncé aujourd'hui qu'elle a remporté une série de contrats, d'une valeur de plus de 115 millions $ CA, au cours du troisième trimestre de l'exercice financier 2015, où elle fournira une gamme de produits de simulation et de mises à niveau, ainsi que des services professionnels et de soutien à long terme. Ces contrats incluent la fourniture d'un simulateur de vol C295 aux forces aériennes polonaises, la prolongation des services de maintenance et de soutien fournis à l'école d'aviation de l'armée allemande, une analyse des besoins de formation pour l'école technique franco-allemande pour l'hélicoptère Tigre, ainsi que des contrats de soutien pour les dispositifs d'entraînement virtuels SH-2G(I) Super Seasprite de la New Zealand Defence Force.

« Les forces de défense et les fabricants d'équipement d'origine de partout dans le monde continuent de se tourner vers CAE pour leurs besoins de formation et nous sommes heureux d'ajouter de nouvelles plateformes à notre gamme, comme les hélicoptères SH-2G et Tigre », a déclaré Gene Colabatistto, président de groupe, Défense et sécurité, à CAE. « Ces commandes montrent l'utilisation accrue de la formation fondée sur la simulation par les forces de défense et de sécurité. »

 

Airbus Defence and Space / forces aériennes polonaises

CAE a obtenu un contrat du maître d'œuvre Airbus Defence and Space pour concevoir et fabriquer un simulateur de vol (FFS) C295 pour les forces aériennes polonaises. Le FFS C295 sera le quatrième simulateur développé par CAE dans le cadre d'une entente de coopération stratégique avec Airbus Defence and Space, en vertu de laquelle CAE est le fournisseur privilégié de systèmes de simulation et de formation pour les programmes de l'avion C295 à travers le monde.

Le simulateur C295 construit par CAE répondra aux besoins de formation des forces aériennes polonaises et sera livré en 2017 à la base aérienne de Balice Krakow. La flotte des forces aériennes polonaises compte 16 avions C295 utilisés pour les opérations de transport intérieures et internationales.

Le FFS C295 des forces aériennes polonaises sera conçu selon les normes de certification de niveau D, la plus élevée dans la classification des simulateurs de vol. Le FFS C295 comportera le système de mouvement électrique CAE True, le générateur d'images CAE Medallion-6000 et l'architecture de la base de données commune (CBD), qui favorise l'entraînement aux missions en temps réel.

« Le choix de CAE pour la fourniture d'un simulateur de vol C295 pour la Pologne renforce la relation durable établie entre les deux entreprises », déclara Colabatistto. « CAE s'est engagée à appuyer Airbus Defence & Space relativement aux exigences en matière de retombées au Canada et nous nous réjouissons à l'idée de continuer notre partenariat afin de fournir des produits de simulation et des services de formation à l'échelle mondiale pour l'avion C295. »

 

École d'aviation de l'armée allemande

L'Organisme fédéral des équipements, des technologies de l'information et du soutien en service de la Bundeswehr (BAAINBw) en Allemagne a exercé une option sur un contrat pour que CAE GmbH continue à fournir une gamme de services de maintenance et de soutien en service jusqu'en 2021 au centre de simulation Hans E. Drebing de l'école d'aviation de l'armée allemande à Bückeburg. Le contrat porte sur la maintenance sur place et les services de soutien des 12 simulateurs d'hélicoptères construits par CAE et exploités à l'école d'aviation de l'armée allemande. Ce centre d'entraînement ultramoderne abrite deux simulateurs d'hélicoptères Bell UH-1D, huit simulateurs Airbus Helicopter EC135 et deux simulateurs Sikorsky CH-53, tous utilisés pour la formation au pilotage initiale et avancée des forces armées allemandes, de même que celle d'autres forces de défense et de sécurité. De plus, CAE livrera deux postes de pilotage CH-53GA supplémentaires, dans le cadre d'un contrat distinct, qui seront utilisés avec les simulateurs à postes de pilotage interchangeables, ce qui portera à 14 le nombre de postes de pilotage de simulateurs que l'armée allemande détient à cet établissement.

 

Programme OCCAR-EA/Hélicoptère Tigre

L'Organisation conjointe de coopération en matière d'armement (OCCAR-EA), une organisation européenne responsable de la gestion du soutien pendant la durée de vie utile des programmes de défense coopératifs européens, a octroyé à CAE un contrat pour l'analyse des besoins de formation de l'école technique franco-allemande pour l'hélicoptère Tigre, située à Fassberg, en Allemagne. L'école technique a la responsabilité de la formation théorique et pratique des techniciens de maintenance de l'hélicoptère Tigre. Dans le cadre de l'analyse des besoins de formation, CAE évaluera le programme de formation technique actuel et recommandera des solutions de formation théorique et synthétique potentielles afin d'améliorer la formation technique présentement dispensée pour toutes les variantes de l'hélicoptère d'attaque Tigre.

 

SH-2G(I) Super Seasprite de la New Zealand Defence Force

La New Zealand Defence Force (NZDF) a octroyé à CAE des contrats de soutien pour ses dispositifs d'entraînement virtuels de l'hélicoptère SH-2G(I) Super Seasprite. Selon les modalités des contrats, annoncés par CAE le 20 octobre 2014, l'entreprise exécutera les mises à niveau d'un simulateur d'entraînement au vol et aux missions (FMFS) SH-2G(I) existant et d'un système d'entraînement de tâche partielle (PTT) SH-2G(I) que la NZDF acquiert dans le cadre d'un achat global de dix hélicoptères SH-2G(I) de Kaman Corporation. Après la livraison des dispositifs d'entraînement virtuels SH-2G(I) à la base de la Royal New Zealand Air Force (RNZAF) d'Auckland à Whenuapai, CAE fournira les services de soutien pendant la durée de vie utile et les services de maintenance pendant 15 ans.

CAE est un chef de file mondial dans la fourniture de solutions de formation complètes, basées sur des technologies de simulation et des services intégrés de formation de classe mondiale. L'entreprise compte 8 000 employés dans plus de 160 sites et centres de formation répartis dans 35 pays. Notre vision est d'être le Partenaire de choix de nos clients et nous bâtissons des relations à long terme avec eux. Nous offrons à nos clients de l'aviation civile, de la défense et de la sécurité une gamme complète de solutions innovatrices composée de produits, de services et de centres de formation qui répondent aux besoins essentiels de leurs missions en matière de sécurité, d'efficacité et de préparation. Nous offrons des solutions similaires à nos clients des secteurs de la santé et des mines. CAE dispose du plus important parc de simulateurs de vol civils et militaires, soutenu par une large gamme de services après-vente, et répond aux besoins de ses clients depuis près de 70 ans. Nous disposons du plus grand réseau de services de formation au monde et offrons des services de formation civile, militaire et sur hélicoptère dans plus de 67 emplacements partout dans le monde et formons plus de 120 000 membres d'équipage civils et militaires chaque année. www.cae.com Suivez-nous sur Twitter @CAE_Defence

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2014 4 11 /12 /décembre /2014 17:50
source Defensie-NL

source Defensie-NL

 

Varsovie, 11 déc 2014 Marine et Océans (AFP)

 

Le ministre polonais de la Défense Tomasz Siemoniak s'est déclaré jeudi "inquiet" à cause d'une activité militaire "sans précédent" de la Russie au-dessus de la mer Baltique ces derniers jours.

 

"Depuis un certain temps, depuis quelques jours, on voit une activité sans précédent des Russes, aussi bien de la flotte de la Baltique que de l'aviation, sur la mer Baltique et dans la région de Kaliningrad. Cela nous inquiète. L'Otan s'emploie à préparer une réaction à cela", a déclaré le ministre à la station de télévision privée TVN24.

 

Dans sa déclaration, le ministre polonais faisait notamment allusion à l'interception lundi par des F-16 hollandais de bombardiers russes dans l'espace aérien international. Les chasseurs hollandais, stationnés en Pologne, surveillent, dans le cadre d'une mission de l'Otan, l'espace aérien des Pays baltes.

 

Selon un porte-parole de l'Otan, lundi il s'est agi au total de plus de trente appareils russes de types différents, bombardiers, chasseurs et avions de transport, interceptés "au-dessus de la mer Baltique et au large des côtes de la Norvège".

 

Les interceptions d'appareils russes à proximité des pays de l'Otan ont atteint 400 cas cette année, soit 50% de plus que l'année précédente avait déclaré le 20 novembre en Estonie le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg.

 

Le 8 décembre, la Lituanie a augmenté le niveau d'alerte de ses troupes, après avoir vu passer un groupe de 22 navires de guerre russes dans la Baltique, dont une corvette lourdement armée à 5 km de ses eaux territoriales.

Royal Netherlands Air Force F-16 Intercepts Russian Planes Over Baltic Sea. The Royal Netherlands Air Force released footage showing RNAF F-16´s intercepting Russian Planes over the baltic sea. This is not the first incident of Russian planes violating the airspace of baltic sea contries and the NATO this year and it is coming with the ongoing war in the ukraine and the tensions between Russia and the NATO. The F-16's from the RNAF (Royal Netherlands Air Force) operated from Malbork airbase in Poland.

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2014 2 18 /11 /novembre /2014 08:40
La Moldavie, prochaine source de tensions avec les Russes

Le président ukrainien Petro Porochenko en visite en Slovaquie les 15 et 16 novembre 2014 (Archives/ service de presse de la présidence ukrainienne)

 

17 novembre 2014 par Jacques N. Godbout – 45eNord.ca

 

Le président ukrainien Petro Porochenko, qui compte bien soutenir les aspirations à l’intégration européenne moldaves, annonce aujourd’hui qu’il se rendra dans ce pays le 20 novembre en compagnie de son homologue polonais.

 

Après avoir déclaré que son pays était «préparé à un scénario de guerre totale», bien qu’il préférait une solution pacifique, Porochenko s’apprête à soutenir les aspirations de la Moldavie dont les problèmes, à bien des égards, ont de nombreux points communs avec ceux de l’Ukraine.

Le Président Porochenko a eu une réunion avec son homologue polonais Bronislaw Komorowski à Bratislava où les deux chefs d’État ont annoncé une visite commune en Moldavie, aux prises comme l’Ukraine avec des sécessionnistes pro-russes et où se tiendront des législatives le 30 novembre..

Les deux présidents ont aussi coordonné lors de cette rencontre leur position à la veille de la réunion du Conseil de l’Europe au niveau des ministres des Affaires étrangères qui se tiendra à Bruxelles le 17 novembre.

L’Ukraine a demandé lundi à l’Union européenne d’envoyer un message clair de fermeté à la Russie, assorti d’une menace de nouvelles sanctions si nécessaire.

À Bratislava, l’Ukraine et la Pologne ont convenu de plusieurs mesures communes coordonnées jusqu’à la fin de l’année, explique la présidence ukrainienne, en particulier une visite conjointe de Petro Porochenko et Bronislaw Komorowski en Moldavie le 20 novembre

«Nous prévoyons de soutenir les aspirations de l’intégration européenne de la Moldavie», a déclaré le président ukrainien.

«Le sort de Moldavie est important pour nous», a-t-il noté, ajoutant que ce pays devrait devenir un exemple positif en matière de réformes et de processus d’intégration européenne.

Comme l’Ukraine avec le Donbass, ou la Georgie où deux républiques séparatistes ont reçu l’appui militaire de Moscou en 2008, la Moldavie, située en Europe orientale entre la Roumanie et l’Ukraine, est aux prises avec les problèmes que lui pose une région sécessionniste soutenue par Moscou, la Transniestrie.

La Transniestrie, la partie orientale de la Moldavie, pays à majorité roumanophone, est dominée par des minorités russe et ukrainienne.

Cette région de l’est de la Moldavie a fait fait sécession avec le soutien de Moscou à l’issue d’une guerre en 1992, un an après la chute de l’URSS, bien que son indépendance n’a été reconnue par aucun pays.

La Russie maintient depuis des soldats dans la région contre la volonté du gouvernement moldave et malgré l’engagement pris en 1999 de les retirer.

Le commandant suprême des forces alliées en Europe (Saceur), le général Philip Breedlove, s’était d’ailleurs inquiété en mars dernier de la présence massive de troupes russes à la frontière de l’Ukraine, qui pourrait déboucher selon lui sur une intervention de Moscou en Transnistrie, la région séparatiste de Moldavie à majorité russophone.

Pour sa part, le Canada, ‘spécialiste’ des élections problématiques au nez et à la barbe des Russes, après avoir fourni le plus fort contingent d’observateurs lors des élections législatives en Ukraine en octobre, appuiera aussi la tenue des élections en Moldavie en envoyant jusqu’à 20 observateurs électoraux pour suivre le déroulement du scrutin dans ce pays le 30 novembre et en faire état.

 

Le bal des expulsions

Au même moment, la Russie a annoncé ce lundi 17 novembre l’expulsion pour espionnage de diplomates polonais et d’une collaboratrice de l’ambassade d’Allemagne en représailles à celles de diplomates russes de Varsovie et de Bonn.

Pologne, Allemagne, mais aussi Lettonie: les annonces d’expulsions symétriques de diplomates ou d’employés d’ambassades à Moscou, Varsovie, Riga ou Bonn, se multiplient en pleine crise diplomatique entre la Russie et les Occidentaux engagés dans un bras de fer concernant la crise ukrainienne.

Ces annonces rappellent les pratiques de la Guerre froide lors de la confrontation entre l’Ouest et le bloc socialiste mené par l’URSS.

La Russie et l’Occident traversent leur pire crise depuis la fin de la Guerre froide en raison du conflit en Ukraine.

La montée des tensions avec la Russie inquiète particulièrement les pays de l’ex-bloc socialiste entrés ces dix dernières années dans l’Union européenne et l’OTAN.

 

Kiev réclame en vain un durcissement des sanctions

Pendant ce temps à Bruxelles, l’Ukraine réclamait à Bruxelles un durcissement des sanctions qu’elle n’a pas obtenu.

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Pavlo Klimkine, a rencontré la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, avant de s’adresser au Parlement européen.

«Il est temps de formuler un message clair envers Moscou disant que toute nouvelle déstabilisation en Ukraine déclenchera des mesures supplémentaires de l’UE», a déclaré à la presse le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Pavlo Klimkine, alors que ses homologues européens devaient décider de nouvelles sanctions en relation avec le conflit dans l’est de l’Ukraine.

M. Klimkine a ajouté que son pays espérait participer à une rencontre de haut niveau avec la Russie cette semaine pour faire revivre le cessez-le-feu conclu à Minsk en septembre.

«Nous avons besoin de ce message très clair qui identifiera les prochaines étapes (…) il faudrait que cela soit un paquet de sanctions robuste qui exercera de la pression sur tous ceux qui veulent déstabiliser la situation sur le terrain», a plaidé M. Klimkine, reprochant à l’UE de n’avoir jamais eu de politique cohérente sur la Russie.

«Il est maintenant temps d’en trouver une», a lancé le chef de la diplomatie ukrainienne, ajoutant que l’UE devrait aussi soutenir les réformes en Ukraine pour que cela soit un vrai succès».

 

L’U.E. se contentera d’élargir sa liste de personnes sanctionnées

L’Europe a décidé quant à elle  d’élargir la liste des personnes sanctionnées pour leur implication dans le conflit en Ukraine, mais ne durcira toutefois pas ses sanctions économiques.

Les ministres européens des Affaires étrangères, réunis à Bruxelles, ont demandé au service diplomatique de l’UE de «proposer de nouvelles inscriptions sur la liste, en visant des séparatistes».

Une décision doit être prise «d’ici la fin du mois», a indiqué une source européenne. La nouvelle liste ne devrait donc pas comprendre des responsables russes.

Jusqu’ici,  119 personnes, des séparatistes mais aussi des Russes -politiques, oligarques et proches de Vladimir Poutine-, sont visées par un gel de leurs avoirs et une interdiction de visa pour l’UE.

En outre, l’Europe s’en tient  aux sanctions individuelles et n’envisage pas à ce stade de durcir ses sanctions économiques.

«Les sanctions ne sont pas un objectif en soi. Elles peuvent être un instrument si elles viennent avec d’autres» solutions, a expliqué la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini. «Il faut maintenir la pression, mais aussi parler» avec M. Poutine, «aussi difficile que cela soit», a quant à lui fait valoir  le ministre néerlandais des Affaires étrangères, Bert Koenders.

Après le «Je te serre la main, mais c’est bien parce que j’y suis obligé» peu protocolaire de Stephen Harper à Brisbane, il semble que les Européens, eux, ne soient pas tous prêts à s’enfermer dans une logique de guerre.

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 14:50
Airbus Helicopters a-t-il été victime d'un piratage informatique américain ?

Airbus Helicopters a-t-il subi une attaque informatique des Etats-Unis dans le cadre de l'appel international lancé par la Pologne qui veut acquérir 70 hélicoptères de transport

 

13/11/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Selon des sources concordantes, Airbus Helicopters a été victime d'une attaque informatique. Le constructeur a de "fortes suspicions" d'une attaque venant des États-Unis.

 

C'est peut-être une affaire d'État. Certes ce qui s'est passé chez Airbus Helicopters n'est pas réellement surprenant mais si l'enquête des autorités françaises en cours confirme les "fortes suspicions" du constructeur de Marignane, selon des sources concordantes, elle mettrait une nouvelle fois en lumière les pratiques détestables d'espionnage des États-Unis à l'égard de leurs alliés malgré toutes les conséquences néfastes sur le plan diplomatique de l'affaire Snowden. Ce qui est sûr, selon ces mêmes sources, c'est que Airbus Helicopters a bien été victime d'une attaque informatique, dont l'ampleur reste encore à déterminer.

Le constructeur de Marignane s'est récemment aperçu d'une intrusion ou d'une tentative d'intrusion dans ses réseaux de communications. Alerté par Airbus Helicopters, l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (ANSSI), l'autorité nationale en matière de sécurité et de défense des systèmes d'information, a lancé une enquête pour savoir si les intrusions ont réussi et, si c'est le cas, pour déterminer l'ampleur des dommages. Contacté par La Tribune, Airbus Helicopters affirme qu'"aucune information classifiée" n'a été dérobée. Mais, selon des sources concordantes interrogées par La Tribune, le constructeur nourrit de "fortes suspicions" vis-à-vis des États-Unis. "Mais nous n'avons pas encore d'éléments pour le démontrer", explique-t-on chez le constructeur à La Tribune.

 

En jeu, un important appel d 'offre en Pologne

Pourquoi les États-Unis ? Selon ces mêmes sources, le constructeur suspecte s'être fait "piraté" dans le cadre de l'appel d'offres international lancé par la Pologne, qui veut acheter 70 hélicoptères de transport pour un montant estimé à 2,5 milliards d'euros environ. Les trois compétiteurs - l'italien AgustaWestland (AW149), Airbus Helicopters (Caracal ou EC725) et l'américain Sikorsky (S-70) attendent une décision de Varsovie fin 2014, voire début 2015. Les candidats ont jusqu'au 28 novembre pour déposer leurs offres. Jusqu'ici la compétition entre Airbus Helicopters et Sikorsky était très, très chaude.

Depuis plusieurs jours, Sikorsky joue d'ailleurs un drôle de jeu en Pologne. Les Américains veulent vendre des hélicoptères dont les performances ne correspondent pas au cahier de charge établi par Varsovie. Ce sont des appareils d'ancienne génération qu'ils ont en stock. Le ministère polonais de la Défense a répliqué fin octobre sur un ton extrêmement ferme à  un courrier du président du consortium Sikorsky Aircraft Corporation (SAC) Mick Maurer, en affirmant que c'est à lui qu'appartient de "définir les besoins des forces armées et non au soumissionnaire de lui indiquer ce qu'il a à vendre".

 

Que va faire Sikorsky ?

"Les exigences concernant l'hélicoptère multitâche étaient connues depuis mai dernier et la société SAC dispose d'appareils qui y répondent", a relevé le ministère polonais, avant de noter que "les autres candidats ont annoncé qu'ils présenteraient des offres correspondant aux exigences de l'Inspection de l'Armement". Le ministère "ne prévoit pas d'annuler l'appel d'offres ou d'en modifier les termes au détriment de la Pologne", a assuré Varsovie, laissant entendre que tel était le sens de la lettre de Sikorsky. Il "reste ouvert à un dialogue équitable avec tous les candidats, mais ne cède pas aux pressions de contractants potentiels concernant les termes de la commande".

Du coup, le 30 octobre, Sikorsky Aircraft a annoncé qu'elle ne participerait pas à l'appel d'offres pour la fourniture de 70 hélicoptères à la Pologne si les termes n'en sont pas modifiés. Le constructeur a précisé qu'il ne présenterait pas de proposition avec son partenaire polonais PZL Mielec car il lui semble impossible de livrer ses hélicoptères Black Hawk dans les conditions définies par l'appel d'offres. Dans un communiqué, le ministère polonais de la Défense a qualifié cette attitude de tactique de négociation, ce qu'a démenti Sikorsky. Le ministère a confirmé qu'il n'envisageait pas de modifier les termes de l'appel d'offres.

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 08:50
photo Wojciech Olkusnikphoto Wojciech Olkusnik

photo Wojciech Olkusnik

 

10.11.2014 Fondation Robert Schuman

 

La Pologne a adopté le 5 novembre une nouvelle stratégie de sécurité nationale pour répondre aux "menaces" apparues à ses frontières orientales, selon les dirigeants polonais. Selon le document adopté, publié sur le site de la présidence, la Pologne fait face dans son voisinage à "un risque de conflits à caractère régional ou local, susceptibles de l'impliquer indirectement ou directement". "Ces menaces pour la Pologne (...) peuvent être aussi bien d'ordre militaire que non militaire", selon ce document...

 

Lire la suite

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 17:50
photo msz.gov.pl

photo msz.gov.pl

 

10.11.2014 source Fondation Robert Schuman

 

Le 6 novembre, la Haute représentante de la diplomatie européenne Federica Mogherini a fait sa première visite officielle en Pologne. Lors de sa visite, elle a rencontré le Ministre des affaires étrangères de Pologne, Grzegorz Schetyna, le président Bronisław Komorowski, le vice-Premier ministre ainsi que le ministre de la Défense Tomasz SiemoniakTomasz Siemoniak. Selon le ministre des affaires étrangères, cette visite a réaffirmé le rôle essentiel de la Pologne dans l'élaboration de la politique étrangère de l'UE. A Varsovie, Federica Mogherini a déclaré que les pays européens devaient rediscuter leur stratégie vis-à-vis de la Russie, compte-tenu du signal "très négatif" que constituent les élections organisées par les séparatistes dans les provinces orientales de l'Ukraine...

 

Lire la suite

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2014 4 06 /11 /novembre /2014 19:50
EDA Chief Executive Claude-France Arnould visits Poland

 

Warsaw - 03 November, 2014 European Defence Agency

 

Upon the invitation of State Secretary Czesław Mroczek, EDA Chief Executive Claude-France Arnould visited Poland on 20-21 October ahead of the meeting of the Ministers on 18 November.

 

Claude-France Arnould and Czesław Mroczek exchanged views on multi-role transport tanker (MRTT) aircraft, the next generation of Medium Altitude Long Endurance Remotely piloted air systems (Male RPAS) and the European defence industry. Mr Mroczek underlined the willingness of Poland to step up its engagement in major European programmes in order to improve the capabilities of the Polish armed forces. He also welcomed the role of the European Defence Agency in support of a more competitive and balanced European defence technological and industrial base (EDTIB).

 

Over the course of her visit, Claude-France Arnould also had meetings with representatives from the Visegrad group in order to discuss specificities of the defence industry of those countries, as well as security of supply and defence cooperation in the current European legal framework. The Chief Executive underlined the support that EDA can bring to the Visegrad countries and encouraged discussions to continue in the coming semester, including in view of the IDET defence exhibition that will take place in May 2015 in Czech Republic.

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2014 4 06 /11 /novembre /2014 17:50
La Pologne commande un simulateur FFS de C295

 

3 novembre Aerobuzz.fr

 

Airbus Defence and Space a signé avec le ministère de la Défense polonais la commande d’un simulateur de vol « Full Flight » de C295. Ce nouvel équipement qui sera livré en 2017 sera installé sur la base aérienne Balice à Cracovie, là où sont basés les 16 C295 des forces aériennes polonaises. La Pologne est le plus important opérateur de ce type d’avion dans le monde. Le futur simulateur sera utilisé pour la formation d’une quarantaine d’équipages par an.

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2014 3 05 /11 /novembre /2014 17:50
Polish Ministry of Defence Presents the Procurement Plans. UCAV’s and Reconnaissance UAV’s to Be Purchased Soon

 

Nov 05, 2014  defense-aerospace.com

(Source: Defence24.com Poland; published Nov 05, 2014)

(Edited for style)

Agreements regarding procurement of the JASSM missiles and the NSM rocket system for the 2nd Coastal Missile Squadron will be signed in December next year, the Polish MoD Secretary of State, Czesław Mroczek, said during a Nov 4 conference updating the Armed Forces’ 2013-2022 modernisation program.

The price of the JASSM missile package, comprising the missiles and the related F-16 modernisation, will cost at most half as much as the 500 million US dollars indicated in the FMS notification, Mroczek said.

The meeting was also attended by the Chief of Polish Army’s General Staff, General Mieczysław Gocuł, the head of the Armament Inspectorate, Brig. General Sławomir Szczepaniak, the director of the Arms Policy Department, Brig. Gen. Włodzimierz Nowak, and the chief of the P8 Planning Board, Brig. Gen. Sławomir Pączek.

Deputy Minister Czesław Mroczek reported on this year’s equipment deliveries, including inter alia new Rosomak wheeled APCs, Leopard 2 tanks and new trucks. He also addressed the implementation of modernisation scheduled for 2014 – PLN 8 billion have been allocated to that purpose, and PLN 6.5 billion had been spent by the end of October.

MoD plans assume that negotiations regarding Konsberg NSM missiles will be completed in the coming months. The system will be supplied to the 2nd Coastal Missile Squadron. The JASSM missiles contract is to be signed in December, and the missiles will be used by F-16 fighters. Along with Homar land-based missiles and submarine-launched cruise missiles, these weapons will create Poland’s conventional deterrent.

When it comes to the controversial multi-purpose helicopter deal, the Deputy Minister of Defence clearly stated that neither the deadline nor the conditions will be changed. Offers will be accepted until 28th November and MoD hopes to receive three compliant bids to choose from, according to the requirements specified in the tender.

Among the programmes to be finalised in the near future, the officials listed:

- Procurement of the multi-purpose helicopters and realisation of the technical dialogue regarding the “Kruk” assault helicopter programme;

- Delivery of mini-UAVs called “Wizjer” and short range “Orlik” tactical UAVs;

- Acquisition of new type of submarines within the “Orka” programme, along with “Czapla” patrol minehunters and “Miecznik” coastal defence vessels;

- Procurement of Wisła medium range anti-aircraft missiles and technical dialogue regarding the “Narew” short range system.

Deputy Minister Mroczek said that when it comes to anti-aircraft systems, due to production capabilities, delivery of the planned quantity of the “Wisła” batteries may be difficult. It is one of the issues which is part of negotiation process.

Mroczek also denied that the Mistral deal that France concluded with Russia might have an impact on the chances of the French offers in the air-defence and multi-purpose helicopter competitions.

“Mistrals are an element of the NATO and EU stance related to the sanctions against Russia. This should not be treated as a problematic issue in our bilateral relationship with France. Poland of course is not in favor of selling Mistrals to the Russian due to the situation in our region of Europe. Nevertheless, Mistrals are not the key issue in Poland’s relationship with France,” Deputy Minister Czesław Mroczek said.


(EDITOR’S NOTE: Four companies have so far expressed interest in the “Kruk” competition to supply 30 attack helicopters, Reuters reported Nov 4 from Warsaw. They are Airbus Helicopters (teamed with Heli Invest Services), Turkish Aerospace Industries, Bell Helicopter and Polish company BIT SA. As the list of potential bidders is still open, other bidders such as Boeing could still join the competition.)

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2014 5 24 /10 /octobre /2014 16:40
Salon ADEX 2014 - Bakou Expo Center



 26/09/2014 by SITTA

 

ADEX 2014 est la première édition de ce salon azerbaïdjanais qui s’est déroulé du 11 au 13 septembre 2014 au Bakou Expo Center. Le but était de mettre en lumière la production azerbaidjanaise qui représente aujourd’hui plus de 900 armes ou systèmes. Le salon ADEX 2014 a regroupé 200 compagnies de 34 pays et 22 délégations officielles. Sur le salon on trouve huit pavillons nationaux (Azerbaïdjan, Russie, Turquie, Israël, Biélorussie, Corée du sud, Pologne, Ukraine).

 
BMPT 2 (Uralvagonzavod – Russie)

La firme russe, spécialisée dans la production d’engins blindés, présentait le BMPT 2. ce blindé peut être livré neuf ou, dans le cadre d’une modernisation peut être reconstruit sur la base d’un châssis de char T-72.

BMPT 2 (Russie)

Ce concept unique est particulièrement intéressant, notamment pour les phases de  combat en zone urbaines.

-         puissance de feu

La tourelle, équipée d’une conduite de tir, est armée de deux canons 2A42 de 30 mm pouvant engager des engins blindés jusqu' à 2500 mètres et des obus explosifs jusqu'à 4 000 mètres. Elle intègre également une mitrailleuse PKTM en 7,62 x 54 mm et quatre missiles ATAKA-T (charge creuse ou anti-structure), d’une portée de 6 000 m, sont montés de chaque coté de la tourelle.

-          protection

Par rapport à la version initiale, de nombreux modules ont été ajoutés, parmi lesquels, un ensemble de briquettes réactives placées devant le poste du pilote et à la liaison de la tourelle et du châssis. Les missiles ATAKA-T sont protégés par des coffres blindés. Le train de roulement est protégé par des panneaux réactifs sur les 2/3 avant tandis quand la partie arrière et la nuque de tourelle reçoivent des grilles anti-RPG.

BMPT 2 (Russie)

Le char dispose également de 12 lance-pots fumigènes qui, couplés à des systèmes de détection laser (DAL) peut être déclenchés automatiquement pour émettre un nuage de fumée conséquent.

L’engin est équipé d’un générateur électrique permettant à la tourelle de fonctionner en mode autonome.sans l’aide du moteur.

-          mobilité

Le char est propulsé par un moteur B 84 MC ou BB 92 C2 de 12 cylindres. Le BMPT 2 peut rouler à une vitesse de 60 km/h pour une autonomie de 500 kilomètres.

.

GURZA 2 – Tourelle SARP (MODIAR – AZERBADJAN)

Le véhicule GURZA 2 est basé sur un châssis 4x4 de TOYOTA HILUX 12 équipé d’un moteur diesel D4D 114 PS. L’équipage du GURZA 2 est de quatre soldats. Il est pourvu d’une tourelle télé-opérée SARP (Stabilised Advanced Remote Weapon Platform), armée d’une mitrailleuse NSVT de calibre 12,7 x 108 mm.

Gurza 2 (Azerbaïdjan)

Point très intéressant: l’arme peut tirer en roulant grâce à un système de stabilisation intégré. La SARP permet de tirer et d’observer de jour comme de nuit. Le système dispose d’un mode « alerte » lorsque la dernière cartouche est tirée. La NSVT dispose d’une réserve de munitions de 400 cartouches.

La SARP pivote sur 360° et son débattement en site est compris entre -30° et +60°. La tourelleest montée sur une structure tubulaire. En armement secondaire, le véhicule est pourvu de deux mitrailleuses PKM montées sur des supports latéraux.

Gurza 2 (Azerbaïdjan)

MLRSMC  (MODIAR – Azerbaïdjan)

Le MODIAR présentait pour la première fois le MLRSMC (Multiple Launch Rocket System Mobile Complex). Cette pièce d’artillerie basée sur un châssis de Ford F 450 XLT  pourvu d’un moteur de 6,7 litres.

Le MLRSMC reçoit deux paniers de 12 roquettes de 107 mm  sur la plateforme arrière. Ce lance-roquettes est commandé de la place du chef d’engin grâce à un système informatisé. Le lance roquettes multiple et ses composants pèsent 770 kilogrammes à vide et de 1300 kg avec munitions.

MLRSMC (Azerbaïdjan)

Le système permet de tirer deux roquettes par seconde. La portée maximale est comprise entre de 8 000 et 11 000 mètres en fonction de la munition. Le lanceur pivote de 60° vers la droite et de 110° vers la gauche. Le débattement en site va de 0° à +60° à l’exception de la partie avant du véhicule qui empêche le module de descendre à moins de 27°.

MLRSMC (Azerbaïdjan)

.

ROKETSAN T 122/300 (ROKETSAN –Turquie)

La firme turque ROKETSAN présentait le MLRS T 122/300. Ce lanceur était pour l’occasion monté sur un châssis russe KAMAZ 63502. le système est conçu pour recevoir quatre tubes de 300 mm ou 40 tubes de 122 mm. Le lanceur déploie des vérins qui permettent de stabiliser la plateforme lors des phases de tir. Le véhicule dispose d’une conduite de tir automatisée. Une fois le véhicule arrêté, le lanceur est en mesure de tirer en moins de 5 minutes.

Rocketsan T 122/300 (Turquie)

Le lanceur appartient à un système composé de plusieurs éléments dont :

-        Le C 122/300, véhicule de commandement et de contrôle ;

-        Le L 122/300, véhicule de ravitaillement en munitions ;

-        Le M 122/300, véhicule météorologique ;

-        Le R 122/300, véhicule de dépannage.

L’équipage du lance-roquettes multiple n’est que de deux hommes.

Rocketsan T 122/300 (Turquie)

.

BTR 70 M (MODIAR-AZERBAIDJAN)

Le véhicule blindé BTR-70M, de production azerbaïdjanaise, est basé sur un châssis de BTR 70 remotorisé avec un moteur diesel KAMAZ 740.11.240développant 260 chevaux. Le blindé est équipé d’une tourelle téléopéré SIMSEK. L’engin permet de rouler à 80 km/h avec une autonomie de 550 kilomètres. Le véhicule transporte jusqu’à dix soldats. Le BTR 70M mesure 7,5 mètres de long pour 2,8 mètres de large et 2,32 m de haut.

BTR 70 M (Azerbaïdjan)

La tourelle télé-opérée SIMSEK peut être armée :

-        d’un canon 2A14 de calibre 23 x 152 mm et d’une mitrailleuse coaxiale en 7,62 x 54 mm PKT ;

-         d’une mitrailleuse KPVT de calibre 14,5 x 114 mm (avec un frein de bouche modifié) et d’une mitrailleuse coaxiale en 7,62 x 54 mm PKT.

La tourelle, extra-plate, a un débattement en azimut de 360° et -4° à + 60° en site. Elle a été développée en coopération avec l’Afrique du Sud.

.

Pointeur laser TV/DLP 1 (Transvaro – Turquie)

Le pointeur laser TV/DLP 1 est peut être monté sur des armes légères et de petit calibre (fusil d’assaut, fusil mitrailleur, mitrailleuse, etc.,).cet appareil est pourvu de deux lasers :

-        Un pointeur laser Infrarouge avec une longueur d’onde de 820 à 880 nm.

-        Un pointeur visible rouge avec une longueur d’onde de 620 à 680 nm.

Les lasers sont réglables indépendamment l’un de l’autre. L’utilisation de l’infrarouge nécessite l’emploi d’un système de vision nocturne. Le module est alimenté par une pile de type AA. (La portée des lasers est d’environ 1 000 mètres).

Transvaro TV/DLP 1 (Turquie)

Le module pèse seulement 205 grammes pour un encombrement de 100 mm de long, 70 mm de large et 40 mm de haut.

La température d’emploi est de -40°C à 60°C et le module peut rester sous l’eau à une profondeur de huit mètres pendant une période de 30 minutes.

Monté sur des armes longues, il peut être équipé d’un commutateur pour l’utiliser à distance.

Transvaro TV/DLP 1 (Turquie)

.

THETIS (EOST- Corée du Sud)

La camera thermique jour/nuit THETIS produite par la firme sud coréenne EOST, est destinée aux équipes d’observation, aux forces spéciales, aux commandants de compagnies, aux unités de surveillance de zone sensible, etc...

Thetis (Corée du Sud)

La THETIS intègre :

-        une camera jour CMOS avec un champ de 8°x 6° et un zoom électronique X2 ;

-        une camera thermique non refroidie avec un capteur bolométrique de 640 x 480 pixels.

Ce système dispose d’un détecteur de présence permettant la mise en sommeil pour économiser la batterie. Ce module permet d’enregistrer une heure de vidéo ou de faire 10 000 photographies. Les images récupérées peuvent être stockées sur la carte SD ou envoyées directement via le système de transmission de l’utilisateur vers les échelons de commandement. La camera thermique dispose de plusieurs champ de vision.

La THETIS pèse 1,8 kilogramme pour un encombrement de 220 mm de long, de 262 mm de large et 103 mm de haut.

.

THUNDERSTORM (ISPRA-Israël)

La firme proposait le lanceur-grenades multiple de 38 mm à létalité réduite THUNDERSTORM.

Thunderstorm (Israël)

Système facile à monter sur un véhicule terrestre, un bâtiment de surface ou sur une structures de défense fixe, le THUNDERSTORM possède 12 lanceurs à percussion mécanique et une mise de feu par solénoïde. Le bloc de commande permet de tirer par groupe de trois grenades de même type ou variées : lacrymogène, flash bang, fumigène, à impact, etc. Il est également possible de tirer les 12 grenades en même temps.

Ce système permet de traiter des cibles allant de 50 à 180 mètres en fonction des munitions, en limitant les risques collatéraux. A noter que la firme ISPRA produit de nombreux équipements pour les forces de l’ordre : munitions, lanceur, équipement de protection, etc.

La phase de rechargement s’effectue en faisant basculer les canons par groupe de 6 (à gauche et à droite).

Thunderstorm (Israël)

.

ZVEROBOY (FAVORIT-Russie)

La firme russe proposait le système de surveillance du champ de bataille ZVEROBOY monté sur véhicule 4x4.

ZVEROBOY (Russie)

Le ZVEROBOY dispose d’un radar ROSA, couplé à un module optronique FOCUS-D. il reçoit également un système de détection de moyens de communications. Le système est pourvu de moyens de transmissions qui lui permettent de donner en temps réel les informations recueillies par ses différents capteurs. Le véhicule dispose d’un système de conduite de nuit et d’un générateur d’énergie. Il se déploie en moins de dix minutes et le générateur permet de rester sur une même zone pendant 24 heures. L’équipage est composé de trois hommes.

La camera diurne permet de détecter un homme à six kilomètres et un véhicule à neuf kilomètres.

La camera thermique détecte un homme à dix kilomètres et un véhicule à 13 kilomètres.

Quant au radar, il détecte un homme à une distance de huit kilomètres et un véhicule à 12 kilomètres.

.

La tourelle téléopérée BLIK 2 (UKRSPECEXPORT – Ukraine)

La tourelle télé-opérée BLIK 2 était présentée pour la première fois. Sa masse raisonnable lui permet d’être montée sur des engins blindés de petite taille.

BLIK 2 (Ukraine)

Cette tourelle est fortement armée. Elle possède :

-        une mitrailleuse NSVT en 12,7 x 108 mm avec 150 cartouches (+150 cartouches en réserve) ;

-        un lance-grenades AGS 17 de 30 mm avec 29 grenades (+29 grenades en réserve) ;

-        une mitrailleuse PKT en 7,62 x 54 mm avec 250 cartouches (+ 1 000 cartouches en réserve) ;

-        huit lance-pots fumigènes 902 B de 81 mm.

Avec ce panel d’armement, la tourelle peut traiter de manière adaptée les cibles qu’elle rencontrera : du véhicule légèrement blindé aux groupes d’infanterie en passant par les phases de combat à portée réduite.

La BLIK 2 a une masse totale de 350 kilogrammes (armes et munitions comprises. la RCWS (Remote Control Weapon System) à une hauteur de 700 mm (au dessus du toit) et un diamètre d’environ 1400 mm sans armes.

BLIK 2 (Ukraine)

.

Fusil d’assaut KHAZRI (MODIAR-Azerbaïdjan)

Le fusil d’assaut KHAZRI produit par le MODIAR est chambré pour la munition 5,45 x 39 mm. L’arme fonctionne par emprunt des gaz. L’alimentation s’effectue par boitier chargeur translucide de 30 cartouches, permettant de contrôler le nombre de munitions restant. L’arme est pourvue d’une crosse pleine repliable (dans la crosse est placé le kit d’entretien) sur le coté pour en réduire l’encombrement.

Khazri (Azerbaïdjan)

Le système de visée est constitué d’une hausse à curseur et d’un guidon pourvu d’oreilles de protection. Un rail de fixation est prévu pour le montage de systèmes de visée optique diurne ou nocturne. L’arme dispose d’un sélecteur de tir de type kalashnikovà trois positions : sureté, semi automatique et automatique. Enfin elle dispose d’une baïonnette multi-usages très pratique sur le terrain.

Khazri (Azerbaïdjan)

 
SARSILMAZ  B6 Compact (SARSILMAZ – Turquie)

La firme turque présentait le pistolet SARSILMAZ B6 Compact, arme compacte qui dispose d’une carcasse en polymère afin d’en réduire son poids et de mieux résister aux agressions extérieures. Le pistolet est chambré pour la munition 9 x 19 mm et dispose d’un chargeur de 13 cartouches. Le système de visée est constitué d’une hausse en U et d’un guidon. Le dessus de la glissière est strié longitudinalement pour éviter le risque de réverbération lors de la visée.

Sarsilmaz B 6 Compact (Turquie)

Ce pistolet mesure 189,5 mm dont 98,75 mm pour le canon. Sa masse à vide est de 700 grammes. La durée de vie du canon est de 25 000 cartouches. Le pistolet est pourvu d’un levier de sureté mécanique et d’un levier arrêtoir de glissière du coté gauche de l’arme. Le SARSILMAZ B 6 Compact dispose d’un verrou de chargeur placé à l’intersection de l’arcade de pontet et de la poignée pistolet. La carcasse dispose d’un busc permettant de protéger la main lorsque le marteau est armé.

Sarsilmaz B 6 Compact (Turquie)

.

BELOMA PD 09 (BELOMA-Biélorussie)

La firme biélorusse présentait une conduite de tir BELOMA PD 09 pour armes légères et lance-roquettes d’infanterie.

Cette conduite de tir dispose d’une voie jour, une voie nuit, d’un télémètre laser, d’un ordinateur balistique, etc. La BELOMA PD 09 peut être montée sur les armes pourvues de système de fixation latérale ou Picatinny en fonction de la demande du client.

Beloma PD 09 (Bielorussie)

La BELOMA PD 09 intègre une banque de données spécifique à un grand nombre d’armes (fusils d’assaut, fusil de tireur d’élite ou lance-roquettes antichar), ce qui lui permet d’être montée sur ces dernières sans correction particulière. La conduite de tir présentée lors du salon était programmée pour le lance-roquettes RPG 7. Il faut cependant intégrer des paramètres comme la température et la vitesse du vent, puis choisir le type de munition, prendre la visée et effectuer la télémétrie. Une fois ces données intégrées, la solution balistique s’affiche. Il suffit alors de remettre la croix de visée sur la cible. Ce système permet d’augmenter la probabilité d’atteinte et ainsi de réduire la consommation de munitions.

La BELOMA PD 09 peut être montée sur une large gamme d’armes pourvues de système de fixation latérale ou Picatinny en fonction de la demande du client.

Beloma PD 09 (Biélorussie)

.

MTLB AM (MODIAR – Azerbaïdjan)

Le MODIAR présentait le MTLB AM, engin d’appui chenillé basé sur châssis MTLB. Le véhicule pèse près de 7,3 tonnes et trois hommes composent son équipage. Cette version est équipée d’une tourelle armée de plusieurs systèmes d’arme :

-        un lance-grenades automatique AGS 17 de 30 mm avec une réserve de 300 grenades. Il peut tirer jusqu’à 1 7000 m ;

-        un lance-roquettes multiple de 24 tubes de 57 mm avec une réserve de 75 roquettes.  Il peut traiter des cibles jusqu’à six kilomètres;

-        une mitrailleuse PKT de calibre 7,62 x 54 mm avec une réserve de 2 000 cartouches prend en compte des cibles jusqu’à 1 000 m.

La tourelle possède un débattement en site de -5à +30° et de 360° en azimut. Le système de visée optique dénommé 1 PZ 3 permet de voir des cibles de jour jusqu’à 600 mètres et jusqu’à 1 000 mètres de nuit.

MTLB AM (Azerbaïdjan)

.

Alov Thermal Sight (Alov Plant - Azerbaïdjan)

La lunette de visée thermique non refroidie Alov Thermal sight est destinée aux armes légères d’infanterie (fusils d’assaut, mitrailleuses, fusils de tireur d’élite…). Elle se monte facilement sur les armes équipées de rails Picatinny mais il est possible d’utiliser d’autres systèmes de fixation.

L'Alov Thermal Sight fonctionne dans la bande spectrale 8-12 µm et offre un grossissement X6 et d’un champ de vision de 4,5° x 3,38°. Un zoom électronique x 2 et x 4 équipe par ailleurs la lunette.

La masse de l'Alov Thermal Sight est de 2,1 Kg. Elle est alimentée par piles AA ou par batterie. Son autonomie est de 12 heures à une température de 12°C.

La lunette dispose d’une sortie vidéo pouvant être reliée à divers accessoires de recopie. Elle peut également être couplée à un monoculaire (HUD) relié par un câble, permettant ainsi au tireur de voir et de pouvoir tirer à défilement en exposant uniquement l’arme et les mains du tireur.

Alov Thermal Sight (Azerbaïdjan)

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 16:50
Airbus Helicopters met le cap à l'est

Airbus Helicopters a signé début septembre un protocole d'accord (MoU) avec la Roumanie pour créer une chaîne d'assemblage AS332 C1e (Crédits : Airbus Helicopters)

 

07/10/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le constructeur franco-allemand a signé un protocole d'accord avec Bucarest pour installer une chaîne d'assemblage de Super Puma en Roumanie. Il a également en projet d'en créer une autre en Pologne s'il gagne un contrat de 70 appareils.

 

Cap vers les pays low cost pour Airbus Helicopters. Après les États-Unis et le Mexique afin de produire en zone dollar, le constructeur d'hélicoptères tourne résolument le manche vers les pays de l'est. Airbus HC a d'ailleurs signé début septembre un protocole d'accord (MoU) avec la Roumanie pour créer une chaîne d'assemblage AS332 C1e, la toute nouvelle version de l'hélicoptère Super Puma lancée en 2012. Une cérémonie a été organisée à Bucarest à cette occasion en présence notamment du Premier ministre roumain, Victor Viorel Ponta, et de son ministre de la Défense, Mircea Dusa ainsi que du PDG d'Airbus HC, Guillaume Faury. Les négociations devraient durer jusqu'en 2015.

Airbus HC est également prêt à produire des Caracal en Pologne avec le polonais WZL 1. Cette entreprise basée à Lodz et spécialisée dans la maintenance aéronautique assemblera le Caracal si le constructeur franco-allemand gagne une compétition portant sur l'acquisition par Varsovie de 70 hélicoptères de transport pour un montant estimé entre 2,5 et 3 milliards d'euros. De son côté, le motoriste et partenaire d'Airbus Helicopters dans cet appel d'offre, Turbomeca (groupe Safran), installera une chaîne d'assemblage pour les turbines de l'EC725.

 

Pénétrer le marché militaire low cost

Cet accord permettrait à Airbus Helicopters de pénétrer le marché low dans le domaine militaire et des missions gouvernementales de type ONU, évalué à 2,7 milliards d'euros par an, sur lequel Airbus HC veut être désormais plus présent. Si le constructeur de Marignane a gagné récemment en Bolivie un joli contrat fin 2013 (six Super Puma AS332 C1e), il a toutefois perdu au Pérou une commande de 24 appareils en décembre 2013. Ce sont les Russes beaucoup moins chers (MI-17) qui avaient raflé ce contrat.

Ce partenariat avec IAR Brasov s'il était conclu devrait entraîner une baisse du prix de vente de cet appareil grâce à une baisse des coûts de production. Et donc de s'aligner sur les capacités financières des clients, qui cherchent des appareils à la fois rustiques et sûrs. Il permettrait en outre de prolonger la vie du Super Puma MK1, qui se vend à cinq exemplaires environ par an. Pas assez pour rentabiliser les équipements industriels.

 

Un partenariat de longue date

Industria Aeronautica Romana, fondée en 1925 et devenue IAR Brasov, a produit plus de 300 Puma et Alouette sous licence en Roumanie depuis le début des années 1970 pour des besoins nationaux et à l'exportation. En 2002, Airbus helicopters a créé une société commune (JV) avec IAR Brasov (170 salariés) pour réparer et entretenir des Puma et des SuperPuma. cette JV propose des contrats de maintenance à l'export. En 2012, la Grande-Bretagne a ainsi pris possession du premier Puma MK1 modernisé en Puma MK2 par l'usine roumaine.

Ce partenariat devrait également permettre de maintenir des emplois en France dans le domaine de l'avionique, des fabrications de composites et des transmissions.

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2014 7 05 /10 /octobre /2014 07:50
La Pologne ne livrera pas d'armes à l'Ukraine (ministre)

 

VARSOVIE, 4 octobre - RIA Novosti

 

La Pologne n'a pas l'intention de fournir des armes à l'Ukraine, a déclaré le ministre polonais des Affaires étrangères Grzegorz Schetyna sur les ondes de la télévision nationale.

 

"L'Ukraine possède ses propres armes; elle est mesure de fabriquer de bonnes armes elle-même. Quant à l'aide humanitaire, nous l'apporterons certainement", a indiqué le chef de la diplomatie polonaise dans une interview accordée à la chaîne TVP INFO.

 

Toujours d'après M.Schetyna, Varsovie doit s'impliquer activement dans le processus de règlement du conflit ukrainien. Le ministre a également indiqué qu'il envisageait de se rendre à Kiev après les élections législatives ukrainiennes programmées pour le 26 octobre prochain.

 

Nommé au poste de ministre polonais des Affaires étrangères fin septembre, Grzegorz Schetyna a auparavant cité parmi ses priorités la normalisation des rapports entre Varsovie, Moscou et Kiev.

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 19:50
Mistral: la Pologne fait pression sur la France

 

MOSCOU, 30 septembre - RIA Novosti

 

La Pologne pourrait renoncer aux services des constructeurs français pour son système de défense aérienne si Paris livre les BPC Mistral à la Russie, a annoncé le ministre polonais de la Défense Tomasz Siemoniak dans une interview au journal Rzeczpospolita.

"Je ne peux vous cacher que le contexte des Mistral n'aide pas à prendre des décisions positives concernant les fournisseurs français du bouclier antimissile", a indiqué le ministre polonais.

"Je ne veux pas jouer le rôle de quelqu'un qui pose des conditions à la France, mais j'ai confiance dans le fait que Paris prendra une décision sage et responsable, sachant qu'elle est membre de l'Otan et compte tenu de l'opinion des autres alliés", a déclaré M.Siemoniak.

En juin dernier, le consortium français Eurosam, formé du missilier MBDA et de l'électronicien Thales, et l'américain Raytheon ont été retenus par Varsovie comme les deux candidats en lice dans l'appel d'offres pour son nouveau système de défense aérienne. Le contrat en question, dont la réalisation est étalée sur dix ans, est estimé au total à 5,8 milliards d'euros.

Le 3 septembre, l'administration du président français François Hollande a annoncé que les conditions pour la livraison du premier BPC de classe Mistral à la Russie n'étaient pas réunies compte tenu de la situation en Ukraine. Plus tard, un porte-parole de l'Elysée a expliqué que la livraison du navire n'était pas suspendue.

Le président Hollande a plus tard déclaré qu'il prendrait une décision concernant la remise du navire à Moscou fin octobre.

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 18:50
Mistral : comment la Pologne met la pression sur la France pour empêcher leur livraison à la Russie

"Je ne peux vous cacher que le contexte des Mistral n'aide pas à prendre des décisions positives" en faveur d'un fournisseur français pour le système de défense aérienne (photo DGA)

 

30/09/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

La livraison des deux Mistral à la Russie "n'aide pas" la Pologne à choisir un fournisseur français - MBDA et Thales - pour son système de défense aérienne.

 

Comment Varsovie met la pression sur Paris sur la livraison des deux porte-hélicoptères Mistral à la Russie (1,2 milliard d'euros) ? En jouant avec les nerfs des groupes tricolores sur les contrats en cours de négociations. La livraison des Mistral à la marine russe "n'aide pas" la Pologne à choisir un fournisseur français pour son système de défense anti-aérienne, a expliqué le ministre polonais de la Défense, Tomasz Siemoniak, dans une interview publiée lundi par le quotidien "Rzeczpospolita".

Fin juin, le GIE Eurosam, composé du missilier MBDA et de l'électronicien Thales, et l'américain Raytheon ont été retenus par le gouvernement polonais comme les deux seuls candidats en lice dans l'appel d'offres pour ce système, un contrat estimé au total à 24 milliards de zlotys (5,8 milliards d'euros), étalé sur dix ans. Contrairement aux autres pays européens, la Pologne, membre de l'OTAN depuis 1999 et de l'Union européenne depuis 2004, n'a rien sacrifié de son budget de la défense à la crise. Engagée dans un vaste programme de modernisation de ses forces armées, elle entend dépenser à cette fin 140 milliards de zlotys (33,3 milliards d'euros) au cours des dix prochaines années.

 

Varsovie critique la livraison des Mistral

"Je ne peux vous cacher que le contexte des Mistral n'aide pas à prendre des décisions positives", a précisé le ministre de la Défense. "Nous sommes critiques à l'égard de cette transaction. Personne ne l'a jamais caché, y compris devant nos partenaires français", a expliqué le ministre de la Défense. Il a toutefois souligné que la Pologne ne faisait pas de "lien" entre ce contrat, actuellement suspendu jusqu'à la fin octobre, et le choix du fournisseur de son système de défense anti-aérien.

"Je ne veux pas jouer le rôle de quelqu'un qui pose des conditions à la France. Je suis confiant que la France prendra une décision sage et responsable, sachant qu'elle est membre de l'OTAN et connaissant l'opinion des autres alliés", a encore affirmé Tomasz Siemoniak. Sévèrement critiquée en pleine crise ukrainienne par Washington et les autres membres de l'OTAN, dont les pays baltes et la Pologne, la décision de livrer le premier bâtiment à la Russie a été repoussée par le président français François Hollande à la fin octobre, conditionnée par le respect du cessez-le-feu entre Kiev et les rebelles ukrainiens soutenus par Moscou.

 

Raytheon trouve un partenariat polonais

MBDA et Thales, qui proposent le système SAMP/T armé de missiles Aster 30, se sont associés au groupe d'armement polonais Polska Grupa Zbrojeniowa PGZ (PHO). Ils ont offert un partenariat de haut niveau à la Pologne via un transfert de technologies (ToT) très élevé qui concerne aussi bien le missile que les fonctions Commande et Controle, les radars, les lanceurs et les communications (développement, production, intégration, tests, maintenance, formation...). Ce qui induira des milliers d'emplois à la clé pour Varsovie selon le degré du ToT négocié in fine. Ils proposent aussi un partenariat sur le long terme avec l'industrie polonaise, notamment la possibilité de rejoindre la feuille de route Aster grâce à la modernisation du système (Aster B1NT).

De son côté, Raytheon, qui propose ses Patriots déjà déployés dans le nord de la Pologne, se serait associé à l'électronicien de défense polonais WB Electronics pour remporter le contrat de fabrication d'un système antimissile en Pologne, a rapporté ce week-end une radio polonaise.

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 11:50
Présentation du système de défense antiaérien SAMP-T

Présentation du système de défense antiaérien SAMP-T

 

10/09/2014 DGA

 

Les plus grands industriels internationaux de l’armement se sont donnés rendez-vous en Pologne lors de la 22e édition du salon MSPO qui se déroulait à Kielce du 1er au 4 septembre 2014. Un évènement auquel la direction générale de l'armement (DGA) participait sur le stand du ministère de la Défense placé sous la bannière : « partenaires à long terme ».

 

MSPO 2014 enregistre une participation en forte hausse : 54 délégations officielles venues de 38 pays ont visité les 25 000 m2 sur lesquels se sont installés près de 500 exposants issus de 27 pays. Soit une forte hausse, comparé à l’édition 2013. Pour la deuxième fois invitée d’honneur, la France a présenté lors de cette édition de nombreux matériels au sein de son pavillon où 15 PME soutenues par la DGA étaient présentes.

 

Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense a visité le salon le 1er septembre. Sur fond de modernisation des forces armées polonaises en cours, la visite du ministre a été l’occasion de promouvoir auprès de son homologue polonais M. Siemoniak les projets soutenus par la France, comme :

- Les hélicoptères multirôles (Caracal) et de combat (Tigre)

- La défense antiaérienne (système SAMP-T)

- Les sous-marins à propulsion classique (Scorpene).

 

En présence des autorités polonaises, M. Le Drian a mis en avant la volonté française de faire de la Pologne un véritable partenaire industriel dans le cadre de la consolidation de la base industrielle et technologique de défense européenne (BITDE).

 

Enfin le salon a été l’occasion pour la DGA d’organiser trois conférences et trois dialogues étatiques sur les sujets capitaux du moment.

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2014 4 04 /09 /septembre /2014 21:50
Malbork : rétrospective en images


04/09/2014 Sources : EMA

 

Du 24 avril au 1er septembre 2014, un détachement d’avions de chasse français était déployé en Pologne à Malbork, sous mandat OTAN, dans le cadre des mesures dites de « réassurance ». Les équipages ont ainsi effectué une mission de permanence opérationnelle (PO) dans l’espace aérien des pays Baltes ainsi que de nombreux vols d’entrainements.

 

Retour sur ces quatre mois de mission pendant lesquels les avions de chasse français ont effectué 424 sorties opérationnelles ou pour entraînement, totalisant ainsi quelques 500 heures de vol.

 

http://www.defense.gouv.fr/web-documentaire/malbork2014/=

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2014 4 04 /09 /septembre /2014 12:35
Coopération Chine-Pologne: un fort potentiel dans le domaine de la défense (officiels)

 

2014-09-03 xinhua

 

Le président du Sénat polonais Bogdan Borusewicz et le ministre chinois de la Défense, Chang Wanquan, ont indiqué mardi lors d'une rencontre à Varsovie qu'il y a un potentiel pour élargir la coopération de défense bilatérale.

 

Soulignant que les relations sino-polonaises ont maintenu un élan de développement positif ces dernières années, M. Borusewicz a indiqué que le renforcement des liens amicaux avec la Chine demeure l'un des piliers des relations étrangères de la Pologne.

 

Les deux parties sont complémentaires dans le domaine de la coopération militaire, a-t-il indiqué, soulignant le potentiel pour la coopération sur les technologies de défense.

 

M. Chang, qui est également un conseiller d'Etat chinois, a indiqué que ces dernières années ont reflété l'approfondissement continu de la confiance politique mutuelle, des échanges fructueux et une coopération fructueuse dans divers domaines et davantage d'échanges entre les armées des deux pays.

 

Il y a encore un grand potentiel pour élargir la coopération entre la Chine et la Pologne dans le domaine militaire et la défense, a ajouté M. Chang.

 

Lors de la rencontre, les deux parties ont exprimé la volonté de travailler avec l'autre pour continuer de promouvoir le partenariat stratégique sino-polonais.

 

M. Chang a également rencontré mardi son homologue polonais Tomasz Siemoniak. Les deux parties ont appelé à promouvoir les échanges entre les autorités de défense et les armées des deux pays.

 

Le président chinois Xi Jinping et les leaders de l'Union européenne ont convenu de construire des partenariats pour la paix, la croissance, la réforme et la civilisation lors de la visite de M. Xi en mars dernier, ce qui indique qu'il y a de nouvelles opportunités de développement pour les relations entre la Chine et l'Europe et entre la Chine et la Pologne, a indiqué M. Chang.

 

Il a proposé que les autorités de défense et les armées des deux pays maintiennent le rythme de leurs visites de haut niveau, initient des consultations stratégiques de défense et étendent la portée des échanges bilatéraux dans les domaines militaire et de la défense .

 

Selon M. Siemoniak, la Pologne et la Chine sont très complémentaires et le ministère de la Défense et l'armée de la Pologne accordent une grande importance à leurs relations avec la Chine.

 

Le ministre polonais a appelé à un approfondissement des échanges entre les ministères de la défense et les armées des deux pays ainsi qu'à davantage de coopération dans divers domaines, dont la formation de personnel, la logistique et les services de santé.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories