Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 08:50
Thales et les forces armées du Qatar vont développer un aéronef à pilotage optionnel

 

DIMDEX, Doha (Qatar), 27 mars 2014 – Thales Group

 

Thales vient de signer un protocole d’accord avec les forces armées du Qatar pour développer conjointement un aéronef à pilotage optionnel (OPV-A). Outre ce système ISTAR (renseignement, surveillance, acquisition d’objectif et reconnaissance) à haute performance, le protocole d’accord couvre la fourniture d’une solution de formation complète de bout en bout.

Le système OPV-A (Optionally Piloted Vehicle-Aircraft) choisi par les forces armées qataries bénéficiera de capacités de mission permettant la mise en œuvre de l’option de pilotage optionnelle.

Le système OPV-A qui sera développé est un système hybride entre aéronef conventionnel et drone, pouvant voler avec ou sans pilote à bord. Pouvant s’affranchir des limites physiologiques d’un équipage, l’OPV est à même d’opérer dans des conditions particulièrement critiques et/ou dans le cadre de missions nécessitant une grande autonomie. Conservant à bord les systèmes de commande nécessaires, il peut être utilisé comme un aéronef classique pour les missions où un contrôle humain direct est l’option immédiatement privilégiée.

 

C’est un projet passionnant que Thales est fier de pouvoir mettre en œuvre avec les forces armées qataries. Notre expérience dans les systèmes de mission et les drones permettra au Qatar de disposer d’une solution innovante au plan mondial. »

Victor Chavez, Directeur général de Thales au Royaume-Uni

 

A propos de Thales

Thales est un leader mondial des hautes technologies pour les marchés de l’Aérospatial, du Transport de la Défense et dela Sécurité. Fort de 65 000 collaborateurs dans 56 pays, Thales a réalisé en 2013 un chiffre d’affaires de 14,2 milliards d’euros. Avec 25 000 ingénieurs et chercheurs, Thales offre une capacité unique pour créer et déployer des équipements, des systèmes et des services pour répondre aux besoins de sécurité les plus complexes. Son implantation internationale exceptionnelle lui permet d’agir au plus près de ses clients partout dans le monde.

Thales UK emploie 7 500 personnes basées sur 35 sites. En 2013, Thales UK a enregistré un chiffre d’affaires de 1,3 Md£.

Partager cet article
Repost0
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 08:30
Qatar air force selects Airbus to supply A330 MRTTs

 

 

27 Mar 2014 by Stephen Trimble – FG

 

Washington DC - The Qatar Emiri Air Force has selected Airbus Defence & Space to supply two A330 multi-role tanker transports (MRTT), potentially adding a seventh customer for the type.

 

Airbus announced the selection on 27 March, with virtually no prior warning of a potential sale.

 

Qatar's air force has no in-flight refueling capability today, but it has been steadily building up its transport capacity.

 

Lockheed Martin has delivered four C-130J-30s and Boeing has delivered four C-17s to Doha in the last four years, joining a fleet of Airbus and Boeing commercial aircraft serving as VIP transports.

 

The tanker selection also comes amidst an extended selection process for Qatar to buy up to 72 fighters to replace an ageing fleet of 12 Dassault Mirage 2000-5s.

 

The bidding process has drawn interest from all of the western fighter makers except Saab, with the Boeing F-15E and F/A-18E/F Super Hornet, Dassault Rafale, Eurofighter Typhoon and the Lockheed Martin F-16 all in contention.

 

Airbus has so far delivered 17 A330 MRTTs among five signed customers with a total of 34 orders. Singapore has also ordered six of the aircraft, while India also is in the final stages of negotiating an order for six more, the company says.

 

The converted A330-200 is capable of carrying 111t (245,000lb) of fuel.

Partager cet article
Repost0
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 07:30
Thales, Qatar to develop hybrid aircraft

 

 

March 27 By Richard Tomkins (UPI)

 

Qatar is seeking to develop an optionally piloted aircraft and has teamed with Thales to do so.

 

Qatar’s military has set out to develop a high-performance optionally piloted aircraft with the help of Thales, the France-headquartered defense conglomerate.

 

Thales said in an announcement that a company representative and a Qatari official signed a memorandum of understanding on the project Thursday.

 

“This is an exciting prospect that Thales is looking forward to developing with the Qatar Armed Forces,” said Victor Chavez, CEO of Thales UK. “Our experience in mission systems and unmanned air vehicles will provide Qatar with a world leading solution.”

 

The Optionally Piloted Vehicle – Aircraft, or OPV-A, will be an intelligence, surveillance, target acquisition and reconnaissance system. Thales said it will be integrated with a mission systems capability to enable the optionally piloted capability, thus a hybrid between a conventional aircraft and an unmanned aircraft system.

 

Thales provided no details on a development timeline or the potential monetary value of the development effort.

Partager cet article
Repost0
27 mars 2014 4 27 /03 /mars /2014 21:30
NH90 NFH step B naval helicopter - nhi photo

NH90 NFH step B naval helicopter - nhi photo

 

 

27.03.2014 Le Monde.fr (AFP)

 

Le Qatar a signé une lettre d'intention pour l'achat de 22 hélicoptères européens NH90, pour près de 2 milliards d'euros, a annoncé, jeudi 27 mars à Paris, le ministère de la défense.

 

Il s'agit de 12 appareils en version TTH (transport tactique) et de 10 NFH (lutte anti-surface et anti-sous-marine). Le NH90 est produit par un consortium européen qui rassemble Airbus Helicopters, AgustaWestland (Finmeccanica) et Stork Fokker. Les Qataris ont également annoncé leur intention d'acquérir deux avions ravitailleurs MRTT.

 

PRESTATIONS DE SOUTIEN ET DE FORMATION

 

La décision a été annoncée au ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian, par les autorités qataries. La semaine dernière, M. Le Drian avait accompagné à Brest le ministre de la défense du Qatar, le général Khaled Al-Attiyah, pour lui présenter le NH90.

 

La lettre d'intention d'achat doit comprendre des prestations d'accompagnement, de type soutien et formation, selon le ministère. M. Le Drian était jeudi à Doha, où il a assisté au 4e Salon Dimdex (Doha International Maritime Defense Exhibition).

NH90 TTH helicopter during its flight. Photo NH Industries.

NH90 TTH helicopter during its flight. Photo NH Industries.

Partager cet article
Repost0
27 mars 2014 4 27 /03 /mars /2014 20:56
Qatar selects Airbus A330 MRTT Multi Role Tanker Transport

 

27/3/2014 Airbus DS

 

Gulf nation will acquire two new generation tankers.

 

Airbus Defence and Space has been selected by Qatar to supply two A330 MRTT new generation air-to-air refuelling aircraft for the Qatar Emiri Air Force.

 

Qatar´s choice of the A330 MRTT makes it the seventh nation to select the type following Australia, Saudi Arabia, Singapore, the United Arab Emirates, and the United Kingdom which have ordered a total of 34 aircraft, and India which is in the final stages of contractual negotiations for six aircraft. A total of 17 aircraft are currently in service.

 

The A330 MRTT is derived from the highly successful A330 commercial airliner and proven in-service as a tanker/transport with multi-role capability.

 

About A330 MRTT

 

The Airbus Defence and Space A330 MRTT is the only new generation strategic tanker/transport aircraft flying and available today. The large 111 tonnes/ 245,000 lb basic fuel capacity of the successful A330-200 airliner, from which it is derived, enables the A330 MRTT to excel in air-to-air refuelling missions without the need for any additional fuel tank. The A330 MRTT is offered with a choice of proven air-to-air refuelling systems including an advanced Airbus Defence and Space Aerial Refuelling Boom System, and/or a pair of under-wing hose and drogue pods, and/or a Fuselage Refuelling Unit.

 

Thanks to its true wide-body fuselage, the A330 MRTT can also be used as a pure transport aircraft able to carry up to 300 troops, or a payload of up to 45 tonnes/99,000 lb. It can also easily be converted to accommodate up to 130 stretchers for Medical Evacuation (MEDEVAC). To-date, a total of 34 A330 MRTTs have been ordered by five customers (Australia, Saudi Arabia, Singapore, the United Arab Emirates, and the United Kingdom), with one (Saudi Arabia) having already placed a repeat order.

Partager cet article
Repost0
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 17:30
Border Security System in Qatar now in operation photo Airbus DS

Border Security System in Qatar now in operation photo Airbus DS

 

25 March 2014 Airbus Group

 

Full coverage of 600 km borders achieved

 

Airbus Defence and Space has finalised the deployment of the National Security Shield (NSS) to the Qatar Ministry of Interior and Armed Forces, covering the entire Qatar territorial waters and land border. It is operated by the Qatar Border Guards and Coast Guards. This unique fully integrated system for all forces is the most evolved solution world wide.

The system includes surveillance towers and surveillance vehicles equipped with different sensors such as radars, cameras and direction finders, distributed throughout the territory. Consisting of land sectors, coastal border sectors and offshore site, full coverage of Qatari 600 km borders is now achieved. The main threats it needs to address are illegal immigrant trafficking networks, terrorist groups, piracy, smuggling and illegal fishing.

NSS can be used by all Qatar Defence and Security entities such as Coast Guard, Border Guard, Navy, Air Force and Land Force, as well as by governmental agencies. All the sensor data and images can be accessed from any of the country’s operational sites. Coast Guard, Border Guard Operational Centre (Force headquarters) and the Joint Operational Centre (Joint headquarter) are operational, Navy Operational Centre is ready for operations.

Over the next two years, additional functionalities such as a training simulation system, documentation management, a web portal for external agencies and an enhanced user management will be delivered to further enhance the system. The construction of the Alternative Joint Operational Centre is under finalization; it will be integrated and able to take over all operations at any time. The Air force, the Land Force Headquarters and the National Crisis Centre will be connected to the system in the coming months.

Furthermore, offshore towers and platforms will be installed and equipped with the National Security Shield, covering the Qatar Exclusive Economical Zone, protecting key assets (oil and gas production) of Qatar.

 

About Airbus Defence and Space

Airbus Defence and Space is a division of Airbus Group formed by combining the business activities of Cassidian, Astrium and Airbus Military. The new division is Europe’s number one defence and space enterprise, the second largest space business worldwide and among the top ten global defence enterprises. It employs some 40,000 employees generating revenues of approximately €14 billion per year

Partager cet article
Repost0
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 17:30
Northrop Grumman Highlights Global Defence and Security Capabilities at DIMDEX 2014

 

DOHA, QATAR – March 25, 2014 Northrop Grumman Corporation

 

Northrop Grumman Corporation (NYSE:NOC) will highlight a range of its global defence and security solutions, including airborne early warning and control systems, aerial surveillance and mine countermeasures at DIMDEX 2014.

 

The Doha International Maritime Defence Exhibition & Conference (DIMDEX) takes place at the Qatar National Convention Centre, from March 25-27, 2014.

 

Northrop Grumman has had a presence in the Middle East for more than a decade. The recent appointments of Walid Abukhaled and Doug Raaberg as chief executives in the Kingdom of Saudi Arabia and United Arab Emirates respectively, enhances the company's presence and further positions Northrop Grumman for success in the Middle East region as the company continues to broaden its global market focus.

 

"Northrop Grumman's strong relationship with the Gulf Cooperation Council countries goes back many decades and is built on a legacy of trust and performance," said Abukhaled. "Our objective is to continue to work closely with our customers to build on this partnership and to provide the most advanced long-term capabilities to help meet the needs for enhanced defence and national security across the region."

 

The world-leading airborne early warning capabilities of its E-2D Advanced Hawkeye will be highlighted in Northrop Grumman's exhibit demonstrating the E-2D's capabilities for military and civil applications.

 

The E-2D Advanced Hawkeye couples a newly designed electronically scanned radar with a matching suite of sensors, avionics, processors, software and displays to provide the most technologically advanced command and control capability available worldwide. The new AN/APY-9 radar is the backbone of the E-2D Advanced Hawkeye and provides greater flexibility and significantly improved detection and tracking over all terrains. Northrop Grumman has delivered 12 E-2D Advanced Hawkeye aircraft to the U.S. Navy and initial operational capability with the Navy fleet is on track for 2015. The programme entered full-rate production in early 2013 after being declared operationally suitable and effective following a robust 10 month initial operational test and evaluation by the Navy.

 

Northrop Grumman's capability in mine detection will also be highlighted at the show. The AQS-24A high-speed mine-hunting system can be towed from the MH-53E and MCH-101 helicopters, and unmanned surface vessels. The AQS-24A and its predecessor systems, AQS-24 and the AQS-14, are the operational airborne mine-hunting search systems used by the U.S. Navy for the past 29 years. The helicopter-carried Airborne Laser Mine Detection System is a laser-based, light detection and ranging sensor system that detects, classifies and localizes surface and near-surface mine-like objects from above the waterline and is complementary to the AQS-24A.

 

Additionally on display will be a model of the Bat™ UAS, Northrop Grumman's family of multimission, persistent and affordable unmanned air vehicles that can be configured for tactical missions such as counter IED, communications relay, signals intelligence, electronic warfare (EW), and maritime surveillance. Combat-proven, Bat has been deployed to multiple forward operating bases in support of Operation Enduring Freedom. Bat has flown a large variety of payloads such as EO/IR, SAR, SIGINT, EW and Comms Relay.

 

Northrop Grumman is a leading global security company providing innovative systems, products and solutions in unmanned systems, cyber, C4ISR, and logistics and modernization to government and commercial customers worldwide. Please visit www.northropgrumman.com for more information.

Partager cet article
Repost0
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 17:30
ECA Robotics to Participate at DIMDEX 2014

 

March 21, 2014 by ECA Robotics - naval-technology.com

 

ECA Robotics will participate in the DIMDEX 2014 event from March 25 to 27 located in Doha, Qatar. The company designs and manufactures robotic systems such as unmanned maritime systems and mine countermeasure for homeland security, hydrography and oceanology industries.

 

DIMDEX (Doha International Maritime Defense Exhibition & Conference) is an event located in Doha, the capital of Qatar, where the region's military decision makers and budget holders will be looking to source new technologies and discover solutions for the challenges they are currently facing.

 

This exhibition showcases the latest technological advancements and current affairs in a wide spectrum of industries in the naval sector, including: anti-piracy technologies, diving and underwater, operations and vehicles, navigation systems, offshore patrol vessels, port security technologies, research and development, search-and-rescue, shipbuilders (surface combatants, submarines, service and auxiliary vessels), sonar and radar systems, unmanned systems, weapons and combat systems, and more.

 

ECA Robotics will be in the French pavilion - GICAN at booth H4-60b at the Qatar National Convention Center.

Partager cet article
Repost0
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 17:30
MBDA Presents New Coastal Defence System in Doha, Qatar

 

Mar 21st, 2014 navaltoday.com

 

At the DIMDEX exhibition in Doha, Qatar (25-27 March 2014), MBDA is presenting for the first time ever a new coastal defence system based on the Marte missile family.

 

The Marte Coastal Defence System (MCDS) guarantees maritime coastal traffic surveillance and interdiction to hostile ships in territorial waters.

The system is capable of:

  • monitoring and picturing sea communication lines;
  • detecting and identifying hostile vessels through the use of active surveillance equipment;
  • receiving target data via data-link;
  • neutralising hostile vessels by using a new generation of anti-ship missiles.

The MCDS is available with different and flexible configurations depending on customer requirements. This system can operate in either a stand-alone mode or integrated within an existing surveillance radar network.

In addition, MBDA can offer two different missile options for MCDS; the Marte MK2/N for the control of brown waters and Marte ER, for the control of a more expansive sea area.

The system configuration consists of:

  • a Command and Control (C2) module, comprising an ISO standard 12 foot shelter that can be connected via data-link with the upper level surveillance system. This module includes consoles to manage the local picture provided by its own radar (stand-alone mode) or to track targets provided by the upper level surveillance system (integrated mode).
  • a launcher module, comprising up to four firing units that can be mounted on ISO standard trucks. Each launcher can deploy up to four missiles.
  • a logistics module, comprising a logistic and support vehicle, plus a variable number of reloading vehicles.

 

The Marte missile family

The all-weather Marte MK2 is a fire-and-forget, medium-range, sea-skimming anti-ship weapon system. It is equipped with mid-course inertial and radar-based terminal guidance and is capable of destroying small craft and seriously damaging larger vessels. The missile weighs 310 kg and is 3.85 metres long. Marte was first developed in the 1980s with the 30km range MK/2 version being deployed on helicopters. Subsequent models followed for integration on different platforms and thus a family of missiles came into being.

The Marte MK-2/S, where “S” stands for “Short” and indicates shorter munitions in order to enable simpler on board integration, has already been integrated on AW101 and NH-90 NFH helicopters (Naval/Nato Frigate Helicopter) in service with the Italian Navy. The Marte MK-2/A was then developed for launch from fixed-wing aircraft (fighter or patrol aircraft). Finally, in response to the growing interest for a lightweight, rapid-response surface-to-surface naval missile system for littoral operations, Marte MK2/N was developed.

The new version of the missile, called Marte ER (Extended Range), keeps the basic characteristics of the Marte family, but extends its range. The new product is different from previous versions thanks to two main features: turbojet propulsion (leading to a four-fold increase in range compared to the rocket motor version), and the new ISO-calibre cylinder cell. The missile, equipped with these new important components, still preserves a series of elements that were already present in previous versions of the Marte missile, providing a number of significant commonalities that are widely appreciated by the market.

Thanks to these improvements, the new missile has a range that now exceeds 100 km and a much increased speed, both in the cruise and final attack phases. However, it is shorter than the previous model. Logistic systems, such as the transport and stocking canister in the helicopter version and the trolley for moving and hooking the missile to aircraft, are the same as those used in the Mk2/S model, offering clear user advantages.

Partager cet article
Repost0
12 mars 2014 3 12 /03 /mars /2014 18:45
Réunion sécuritaire arabe au Maroc: contrer les périls de l'extrémisme

 

 

12 mars 2014 Romandie.com (AFP)

 

RABAT - Le roi du Maroc Mohammed VI a exhorté mercredi les ministres arabes de l'Intérieur à oeuvrer de concert pour prémunir la région des périls de l'extrémisme, du terrorisme et de toutes les formes du crime organisé, à l'ouverture d'une réunion à Marrakech (sud).

 

La tenue de cette réunion, sur deux jours, est une opportunité qui ne manquera pas de contribuer efficacement à prémunir la nation arabe (...) des périls de l'extrémisme, du terrorisme et de toutes les formes du crime organisé, a affirmé le souverain dans un discours lu en son nom par le ministre de l'Intérieur, Mohammed Hassad.

 

Dans ce texte, publié par l'agence officielle MAP, il s'est dit persuadé que cette rencontre (...) sera couronnée par l'adoption d'une série de recommandations pratiques, à même d'apporter des solutions conformes aux attentes des peuples à plus de sécurité, de quiétude, de stabilité, de progrès et de prospérité, dans la liberté et la dignité humaine.

 

Mais l'adoption d'une charte sécuritaire arabe ne sera possible que si une vision commune et harmonisée est prônée autour du concept de sécurité, a-t-il poursuivi, appelant à renforcer les moyens et les voies d'étroite coordination.

 

Prenant à son tour la parole, le ministre saoudien de l'Intérieur, le prince Mohammed Ben Nayef Ben Abdelaziz Al Saoud, également président d'honneur de la réunion, a pour sa part estimé que les actes criminels menaçant la sécurité régionale relevaient d'actes prémédités, planifiés et exécutés par des groupes aux objectifs précis.

 

Ces groupes sont soutenus par des parties et des forces diverses qui y voient une exécution de leurs desseins aux niveaux militaire, politique et économique, a-t-il enchainé, sans plus de précision, selon les propos cités par la MAP.

 

L'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et Bahreïn ont rappelé, il y a une semaine, leurs ambassadeurs au Qatar pour protester contre ce qu'ils estiment être des ingérences de ce pays dans leurs affaires et son soutien actif à la mouvance islamiste.

 

Lundi, un responsable saoudien a par ailleurs qualifié d'irresponsables des déclarations du Premier ministre irakien Nouri al-Maliki, qui a accusé Ryad et Doha d'être les premiers responsables des violences entre communautés, du terrorisme et de la crise de sécurité en Irak.

 

Le rendez-vous de Marrakech, auquel assistent également des responsables d'organisations internationales comme Interpol, compte précisément à l'ordre du jour un examen de l'état d'avancement (...) des stratégies arabes en matière de lutte contre le trafic de drogue, des stupéfiants et du terrorisme.

 

L'an dernier, la réunion s'était déroulée à Ryad, en Arabie saoudite.

Partager cet article
Repost0
5 mars 2014 3 05 /03 /mars /2014 17:30
Crise sans précédent au sein du club des monarchies du Golfe

 

 

05 mars 2014 Romandie.com (AFP)

 

RYAD - Une crise sans précédent a éclaté au sein du club des monarchies arabes du Golfe, dont trois membres, conduits par l'Arabie saoudite, ont décidé mercredi d'isoler le Qatar, accusé de soutenir activement la mouvance islamiste.

 

L'Arabie, les Emirats arabes unis et Bahreïn ont rappelé leurs ambassadeurs au Qatar, reprochant à Doha ses ingérences dans les affaires de ses voisins, une première dans l'histoire du Conseil de coopération du Golfe (CCG), qui rassemble depuis 1981 six monarchies du Golfe.

 

Doha a aussitôt regretté cette décision et affirmé qu'il n'allait pas retirer ses ambassadeurs des trois pays.

 

Dans un communiqué, le Qatar a évoqué des divergences sur des questions régionales et affirmé sa détermination à respecter ses engagements au sein du CCG, y compris concernant sa stabilité et la sécurité de ses membres.

 

Le retrait des ambassadeurs a été annoncé au lendemain d'une réunion, houleuse selon la presse, des ministres des Affaires étrangères du CCG à Ryad.

 

Les pays du CCG ont tout fait auprès du Qatar pour s'entendre sur une politique unifiée (...) garantissant la non-ingérence de façon directe ou indirecte dans les affaires internes de chacun des pays membres, affirment dans un communiqué commun les trois pays.

 

Ils ont demandé au Qatar de ne soutenir aucune action de nature à menacer la sécurité et la stabilité des Etats membres, citant notamment les campagnes dans les médias, une allusion à Al-Jazeera.

 

Cette chaîne, outil de la diplomatie du Qatar, a toujours exaspéré les pays de la région, et selon les experts, elle s'emploie à soutenir les islamistes, notamment en Egypte.

 

L'Egypte a exacerbé les différends

 

Le communiqué souligne qu'en dépit de l'engagement à respecter ces principes pris par l'émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, lors d'un mini-sommet avec l'émir du Koweït et le roi d'Arabie à Ryad en novembre, son pays ne les a pas respectés.

 

Ce mini-sommet, à l'initiative de l'émir du Koweït, cheikh Sabah al-Ahmad Al-Sabah, était destiné à surmonter le profond désaccord entre Doha d'une part et Ryad, Abou Dhabi et Manama de l'autre sur la conduite à suivre face au nouveau pouvoir installé par l'armée en Egypte en juillet 2013 après l'éviction du président islamiste Mohamed Morsi.

 

Les trois pays ont perdu tout espoir d'un changement de la politique du Qatar. Ils ont été profondément déçus, a estimé à l'AFP l'analyste émirati Abdelkhaleq Abdallah.

 

L'émir du Qatar n'a pas pu honorer son engagement (...) et il semble que la vieille garde est toujours active et influente au Qatar, a-t-il estimé, évoquant l'entourage de cheikh Hamad Ben Khalifa Al-Thani, qui avait abdiqué en juin en faveur de son fils, Tamim.

 

Pour Ryad, Abou Dhabi et Manama, il est temps d'exercer des pressions sur le Qatar dans l'espoir que l'isolement de ce pays l'amène à changer sa politique, désormais inacceptable aux plans arabe et régional, a indiqué M. Abdallah.

 

Ce richissime pays gazier, dont la diplomatie a pris une dimension démesurée dans la foulée du Printemps arabe, s'est ainsi rangé ouvertement du côté des Frères musulmans écartés du pouvoir en Egypte, tandis que les trois autres pays ont apporté un soutien massif tant politique que financier au nouveau pouvoir égyptien.

 

Outre ce dossier, le Qatar est soupçonné par ses trois voisins de soutenir les islamistes proches des Frères musulmans dans leurs pays, dont des dizaines ont été condamnés à la prison aux Emirats arabes unis.

 

La justice des Emirats vient de condamner un Qatari à sept ans de prison. Il était poursuivi pour collecte de fonds au profit d'islamistes dans ce pays, accusés de vouloir renverser le régime.

 

La crise, qui couvait depuis plusieurs mois, s'était déjà manifestée en février par le rappel par les Emirats de leur ambassadeur à Doha, pour protester contre des propos de l'influent prédicateur islamiste Youssef al-Qaradaoui, accusant Abou Dhabi d'hostilité envers les Frères musulmans.

 

Au Koweït, président en exercice du CCG, le président du Parlement Marzouk al-Ghanem s'est dit très inquiété par le rappel des ambassadeurs, émettant l'espoir que cette mesure n'affectera pas le sommet arabe prévu fin mars à Koweït.

 

Le CCG comprend, outre l'Arabie saoudite, Bahreïn, les Emirats arabes unis, le Koweït et le Qatar, le sultanat d'Oman, connu pour sa politique réservée.

Partager cet article
Repost0
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 17:55
Armement : 2014, l’année du pactole pour la France en matière d’exportations ?

"2014 peut être une année exceptionnelle en matière d'exportations d'armements si un deal Rafale se concrétise", indique le ministère de la Défense.

 

03/02/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

La France attend beaucoup des exportations d’armements en 2014. Le cru pourrait être "exceptionnel" si un contrat Rafale se concrétise.

 

La semaine dernière, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a présenté les chiffres provisoires des prises de commandes des industriels de la défense à l'exportation pour 2013. Soit au moins 6,3 milliards d'euros. 2014 sera-t-elle l'année du pactole pour la France en matière d'exportations ? Les chiffres des exportations des industriels de l'armement tricolore seront au moins aussi bons sinon meilleurs qu'en 2013 en dépit de la concurrence, notamment des Etats-Unis, espère-t-on au ministère de la Défense. Tout dépendra de la capacité des industriels français à concrétiser certains des grands contrats actuellement en cours de négociations avec plusieurs pays clés, dont un contrat Rafale au Qatar. "L'année 2014 peut être une année exceptionnelle si un deal Rafale se concrétise", confirme le ministère de la Défense.

Au-delà de ces grands contrats, Paris devra également verrouiller ce qui fait le socle habituel des exportations d'armements, les contrats de moins de 200 millions d'euros, qui ont été en croissance de 7 % en 2013. "Ces excellents chiffres viennent illustrer les nombreux succès que notre pays rencontre sur les marchés internationaux", a souligné le 30 janvier à Brest le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian lors de la remise de la frégate multimissions Fremm au Maroc.

 

Quelques contrats déjà bouclés

Quelques contrats sont déjà pratiquement dans le carnet de commandes des industriels. C'est le cas des deux satellites espions vendus aux Emirats Arabes Unis (EAU) par Airbus Space Systems et Thales Alenia Space pour un peu plus de 700 millions d'euros mais le contrat n'était pas encore entré en vigueur fin 2013. Contrairement à certaines rumeurs, il n'y a pas de problèmes spécifiques dans les négociations qui se poursuivent entre la France et les Emirats Arabes Unis, explique à La Tribune une source proche du dossier.

Le ministère de la Défense, tout comme MBDA, compte enfin signer en 2014 le contrat SRSAM d'une valeur de 6 milliards de dollars (4,5 milliards d'euros), dont 1,8 milliard d'euros ira au missilier européen. En tant que sous-traitant, Thales gonflera quant à lui son carnet de commandes d'environ 400 millions d'euros. Les négociations sont terminées depuis deux ans, depuis décembre 2011 exactement. Enfin, les groupes français attendent encore la "shopping list" des Libanais (VBCI de Nexter, chars Leclerc d'occasion, hélicoptères Fennec et Cougar d'Airbus Helicopters, corvettes de DCNS…) financée par l'Arabie Saoudite (3 milliards de dollars). Des contrats pourraient être signés dès cette année.

 

Le Qatar, nouvel eldorado ou mirage ?

Quels autres contrats pourraient être signés par les industriels français en 2014 ? Tous les regards se tournent forcement vers le Qatar où plusieurs campagnes sont en cours. D'autant que les groupes tricolores sont plutôt bien placés dans les compétitions. Les industriels français retiennent leur souffle. Ils peuvent. Car sur les 22 milliards d'euros de campagnes commerciales actuellement engagées, certaines sont aujourd'hui mûres, et même en attente de décision. Ce qui pourrait le cas au moment du salon de Doha International Maritime Defence Exhibition (Dimdex), qui se tient du 25 au 27 mars. Sinon, il est également prévu une visite de François Hollande en avril.

Quatre contrats pourraient être officialisées cette année. Des compétitions où concourent le Rafale de Dassault Aviation (36 appareils), le NH90 d'Eurocopter, le système SAMP/T et les missiles Aster 30 proposés par Eurosam, GIE détenu à 66,66 % par MBDA et à 33,33 % par Thales, et, enfin, le Véhicule blindé de combat d'infanterie (VBCI) de Nexter. Soit un total d'environ 14 milliards d'euros. S'agissant des VBCI, qui a également des chances de succès aux Emirats Arabes Unis (700 véhicules), ils pourraient être équipés du futur missile moyenne portée (MMP) grâce à la tourelle de Nexter T40. Doha souhaite acquérir 480 véhicules pour les forces terrestres ainsi que 200 exemplaires pour la garde spéciale de l'émir. Par ailleurs, Airbus Helicopters a bon espoir de vendre le NH90 (12 TTH (version terrestre), 10 NFH (version navale).

 

De bonnes chances en Inde et en Pologne

Si en 2013, le volume de contrats signés en Inde est en "net recul", selon le ministère de la Défense, la tendance est "très positive". En Inde les négociations pour la vente de 126 Rafale se poursuivent. Sans anicroche. Objectif, terminer toutes les négociations entre les industriels français et indiens avant les élections législatives. L'accord intergouvernemental (AIG) est prêt, il attend d'être signé. Il le sera une fois le contrat bouclé entre New Delhi et le GIE Rafale dont la négociation est "quasi-finie", indique-t-on au ministère. Si le ministère compte sur une signature en 2014, des industriels du team Rafale attendent quant à eux une signature et une mise en vigueur du contrat en 2015.

Eurocopter, qui a répondu à un nouvel appel d'offre en 2008, attend quant à lui depuis 2010 l'ouverture des enveloppes commerciales par New Delhi pour savoir s'il est à nouveau sélectionné par l'armée indienne. Elle souhaite renouveler sa flotte d'hélicoptères Cheetah et Chetak dans le cadre du  programme Light Utility Helicopters (LUH). Le contrat, qui porte sur 197 hélicoptères de reconnaissance pour les armées de l'air et de terre destinés notamment aux troupes stationnées en altitude près de la frontière avec la Chine, est estimé à 400 millions d'euros. Il peut s'élever jusqu'à 1,5 milliard d'euros avec l'achat au total de 600 appareils. Eurocopter propose le Fennec (AS350 C3), le seul hélicoptère à s'être posé sur le mont Everest, face au KA-226 du russe Kamov.

En Pologne, les industriels français sont en course dans plusieurs compétitions cruciales : 70 hélicoptères de transport avec l'EC725 pour 3 milliards d'euros (Airbus Helicopters), trois sous-marins pour plus de 1,5 milliard d'euros (DCNS) et un système de missiles de courte et moyenne portée (MBDA, Thales).

Partager cet article
Repost0
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 17:30
Bond des exportations françaises d'armement vers le Golfe en 2013

 

29/01/2014 journal-aviation.com (Reuters)

 

Les exportations françaises d'armement vers les pays du Golfe ont bondi en 2013, une tendance qui s'inscrit dans la stratégie diplomatique de la France qui tente de tirer profit du retrait relatif des Etats-Unis de la région.

 

Les exportations françaises vers le monde entier se sont élevées à 6,3 milliards d'euros de prises de commande en 2013, en hausse de 31% par rapport à 2012 (4,8 milliards), a-t-on appris lundi auprès du ministère de la Défense.

 

La France se maintient ainsi dans le peloton de tête des pays exportateurs, derrière le trio Etats-Unis, Russie et Grande-Bretagne, et devant l'Allemagne et Israël.

 

"Le point assez notable de 2013, c'est le retour de la France au Moyen-Orient", indique-t-on au ministère. "Il y un certain nombre de contrats qui ont été conclus avec des pays avec lesquels la relation commerciale avait significativement diminué ces dernières années, comme l'Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis."

 

Résultat, le Moyen-Orient représente 40% du total des prises de commandes de 2013, devant l'Asie du Sud-Est (16%), l'Afrique du Nord (11%) et l'Amérique du Sud (9%).

 

Avec 1,8 milliard d'euros de commandes, l'Arabie saoudite se hisse au rang de premier client des exportations françaises en 2013, devant Singapour.

 

En 2012, c'était l'Inde qui était devenue le premier partenaire commercial de la France dans le domaine des armements, devant l'Arabie saoudite. En 2011, Ryad n'arrivait qu'en quatrième position devant les Emirats arabes unis.

 

Au ministère, on explique le retour de l'armement français dans la région par l'offensive diplomatique lancée par Jean-Yves Le Drian depuis 2012 : six déplacements aux Emirats, quatre en Arabie saoudite, six au Qatar, sans compter les entretiens.

 

HUIT CONTRATS MAJEURS

 

En visite à Ryad début octobre, le ministre de la Défense obtenait ainsi la confirmation de plusieurs grands contrats d'armement, dont le contrat Lex pour la rénovation de ses frégates et pétroliers ravitailleurs Sawari pour un montant supérieur à 500 millions d'euros.

 

Mais le chemin est encore long. François Hollande a pu s'en rendre compte fin décembre lorsqu'il a quitté l'Arabie saoudite sans être parvenu à conclure le contrat MK3 pour la livraison du système de défense anti-aérien français de l'équipementier Thales, évalué à plusieurs milliards d'euros.

 

Le contrat Lex fait partie des huit contrats majeurs, c'est-à-dire supérieurs à 200 millions d'euros, conclus en 2013, contre seulement trois en 2012. Figurent également des commandes de satellites de communication prises au Brésil pour un montant de 300 millions d'euros, "un certain nombre" d'hélicoptères en Ouzbékistan et de plusieurs contrats à Singapour.

 

Le socle des contrats inférieurs à 200 millions d'euros, qui constituent la partie stable du marché français, est quant à lui en hausse de 7%.

 

Parmi les secteurs les plus porteurs, les missiles continuent de faire la course en tête. Les principaux exportateurs français MBDA et Thales sont dans un mouchoir de poche avec 1,5 milliard chacun de prises de commandes et entrée en vigueur de contrats en 2013.

 

Concernant la part dédiée aux satellites, d'observation comme de télécoms, elle a pratiquement été multipliée par quatre en montant par rapport à 2012 et représente un huitième des 6,3 milliards d'euros, selon le ministère.

 

Les chiffres provisoires, fournis par le ministère lundi, seront consolidés au mois de mai. (Edité par Yves Clarisse)

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2014 6 18 /01 /janvier /2014 22:30
Mission Bois Belleau : exercice franco-qatari « Ocean Falcon »

 

17/01/2014 Sources : EMA

 

Du 5 au 7 janvier 2014, le groupe aéronaval, constitué autour du porte-avions Charles de Gaulle, a conduit un exercice bilatéral avec les forces armées du Qatar, baptisé « Ocean Falcon ».

 

 Partenaire majeur dans la région, le Qatar fait partie des pays avec lesquels la France entretient une coopération militaire suivie et régulière destinée à renforcer la compréhension mutuelle et l’interopérabilité des deux armées. Cette coopération passe notamment par le conseil, l’expertise et le partage d’expérience. C’est dans ce cadre que l’exercice Ocean Falcon a eu lieu.

 

A cette occasion, l’ensemble des moyens déployés dans le cadre de la mission Bois Belleau ont été engagés : le porte-avions Charle de Gaulle, la frégate anti-sous-marine (FASM) Jean de Vienne, la frégate de défense aérienne (FDA) Forbin, le pétrolier ravitailleur (PR) Meuse, les chasseurs Rafale Marine et Super Etendard Modernisés,les avions de guet aérien avancé embarqués Hawkeye,les hélicoptères Dauphin et Caracal et un avion de patrouille maritime Atlantique 2. Le Qatar a mis en œuvre des Mirage 2000-5 et des Alpha Jet pour la composante aérienne et un patrouilleur pour la composante navale.

 

Malgré une météo peu favorable, ce premier exercice entre le groupe aéronaval français et les forces aériennes et navales du Qatar s’est déroulé à la satisfaction des deux parties. Des entraînements au tir, des simulations d’attaque au sol, de combat aérien, d’attaque et de défense de forces navales se sont multipliés au sein d’un large espace aérien et maritime, pour un bilan riche en enseignements,comme le souligne le contre-amiral Chaperon, commandant de la Task Force 473 : « cette période d’interactions, courte mais intense, avait pour but de développer notre capacité à assurer conjointement la sécurité dans la région et la défense de nos intérêts. Au final, il s’agit d’une démonstration claire de l’efficacité de notre coopération, basée sur la confiance mutuelle et la volonté de progresser ensemble. »

 

Un VIP day,marqué par la venue à bord du porte-avions Charles de Gaulle de l’adjoint au chef d’état-major de l’armée de l’air qatarien,est venu clôturer cet exercice qui aura été une incontestable réussite.

Mission Bois Belleau : exercice franco-qatari « Ocean Falcon »
Mission Bois Belleau : exercice franco-qatari « Ocean Falcon »
Mission Bois Belleau : exercice franco-qatari « Ocean Falcon »
Mission Bois Belleau : exercice franco-qatari « Ocean Falcon »
Partager cet article
Repost0
18 janvier 2014 6 18 /01 /janvier /2014 22:30
Mission Bois Belleau : relâche opérationnelle à Abu Dhabi

 

 

16/01/2014 Sources : EMA

 

Du 8 au 12janvier 2014, le groupe aéronaval constitué autour du porte-avions Charles de Gaulle  a effectué une relâche opérationnelle auxEmirats Arabes Unis, à Abou Dabi.

 

Au cours de cette période, le porte-avions a accueilli à son bord le ministre des Affaires étrangères des Emirats Arabes Unis, Cheikh Abdallah Bin Zayed Al Nahyan.

 

Cette escale faisait suite à l’entraînement bilatéral Ocean Falcon avec les forces armées du Qatar mené du 5 au 7 janvier 2014.

 

Dans le cadre de sa mission opérationnelle « Bois Belleau », le groupe aéronaval participe à la sécurité et à la stabilité de la région du Golfe arabo-persique, en permettant d’entretenir la coopération bilatérale avec les pays de la zone. Ainsi, ayant franchi le détroit d’Ormuz début janvier, il opère dans l’ensemble de la zone accompagné de moyens complémentaires tels que les bâtiments de surface, les aéronefs du groupe aérien embarqué et l’Atlantique 2. Grâce à l’action de la frégate Forbin, il contribue également à la coordination de la défense aérienne de toute la région, en lien avec le CAOC (Combined Air Operations Center) de la base aérienne américaine régionale, située au Qatar.

 

A l’issue des derniers mouvements logistiques, les navires du groupe aéronaval ont quitté les quais émiriens le 12 janvier 2014 au matin afin de reprendre les activités opérationnelles dans la zone avec le groupe aéronaval américain du porte-avions Harry S. Truman.

Mission Bois Belleau : relâche opérationnelle à Abu DhabiMission Bois Belleau : relâche opérationnelle à Abu Dhabi
Mission Bois Belleau : relâche opérationnelle à Abu Dhabi
Mission Bois Belleau : relâche opérationnelle à Abu DhabiMission Bois Belleau : relâche opérationnelle à Abu DhabiMission Bois Belleau : relâche opérationnelle à Abu Dhabi
Partager cet article
Repost0
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 17:55
Pourquoi Dassault ne pouvait pas vendre le Rafale aux Brésiliens

Dans ce contrat, le prix était le critère clé. Et Dassault s'était fait une raison misant plutôt sur l'Inde et le Qatar.

 

19/12/2013 Vincent Lamigeon, grand reporter à Challenges

 

Il y a deux façons de voir la victoire du chasseur Gripen du suédois Saab dans la compétition brésilienne pour 36 appareils, confirmée hier par Brasilia. La première, c’est celle de l’autoflagellation à la française: un nouveau flop retentissant pour le Rafale après la Corée du Sud, Singapour ou le Maroc, et cette fois-ci, suprême humiliation, face à un concurrent suédois, a priori plus faible que les mastodontes américains. Les experts autoproclamés se succèdent sur les plateaux: l’avion de Dassault serait "trop cher", "invendable", l’industrie militaire français non compétitive, les commerciaux de Dassault sûrs d’eux, et la loi de programmation militaire en péril.

 

Si tout n’est évidemment pas entièrement à jeter dans ces analyses, on peut aussi défendre une autre position, plus nuancée: un, le choix du Gripen est au moins autant un échec pour le F-18 de Boeing, qui avait endossé le costume de favori depuis trois ans, que pour le Rafale. Avant les révélations de Snowden sur l’espionnage de la présidente Dilma Rousseff par la NSA, un contrat de F-18 était même évoqué avant la fin 2013.

 

>> Lire: Pourquoi l'affaire Snowden relance les chances du Rafale au Brésil

 

Deux, Dassault reconnaissait depuis longtemps que le Brésil n’était clairement pas le dossier le plus chaud pour le Rafale, contrairement à l’Inde, le Qatar et la Malaisie. Trois, et c’est peut-être l’argument le plus fort, selon les critères de choix finalement adoptés par le Brésil, la vente du Rafale était impossible.

 

Le Gripen est aussi moins cher à l'usage

Que voulaient les Brésiliens? Le choix du Gripen donne la réponse. Ils voulaient grosso modo la même chose que la Suisse, qui a aussi fait le choix du Gripen: un appareil léger, rustique, économique à l'achat mais aussi à l'usage, sans être au top de la technologie. Le Gripen "n’appartient pas à la même catégorie que le Rafale", assurait hier le GIE Rafale International, qui porte l’offre française à l’export. "Monomoteur et plus léger, le Gripen n’est pas équivalent en termes de performances et donc de prix." L’avion suédois avait d’ailleurs connu ses succès à l’export dans des pays où le facteur prix est primordial (Hongrie, République tchèque, Thaïlande, Afrique du Sud), et n’a participé à des opérations extérieures qu’en Libye.

Même la Suisse, pas spécialement aux abois côté finances publiques, avait défendu cet argument du prix pour expliquer son choix en février 2012: "Le DDPS [département fédéral de la défense] doit tout mettre en œuvre pour que l'acquisition d'un nouvel avion de combat soit financièrement supportable pour l'armée, à moyen et à long terme, assurait le communiqué du gouvernement fédéral. C'est pour cette raison que le Conseil fédéral s'est prononcé, sur proposition du DDPS, en faveur du Gripen E/F de l'entreprise suédoise Saab."

 

>> Lire La Suisse préfère le Gripen au Rafale et à l'Eurofighter

 

Le Gripen, une "Peugeot" face à la "BMW" Rafale

Le quotidien suisse Le Matin avait levé le voile, début 2010, sur la foi d’un document confidentiel de l’armée suisse sur les performances du Gripen face au Rafale. Pour les missions de "police du ciel ", théoriquement les plus faciles, le score du Gripen était le plus mauvais des trois chasseurs européens engagés dans la compétiton.

"Il n’a atteint que 5,33 points sur 10, soit bien au-dessous de la limite minimale de 6,0 décidée au début du processus d’évaluation. L’Eurofighter atteint 6,48 et le Rafale 6,98", assurait le quotidien. D’aucuns comparent le Gripen à une 2CV, et le Rafale à une Ferrari. Exagéré: une comparaison Peugeot-BMW serait probablement plus proche de la réalité.

 

L'arrêt du Mirage 2000, une erreur de Dassault ?

La première grande leçon de la victoire du Gripen au Brésil, après la Suisse, c’est que même des pays qui auraient les moyens d’acheter le Rafale optent pour un avion moins performant, mais aussi moins cher. Le marché des monoréacteurs type Gripen est ouvert à plus de pays que celui des biréacteurs type Rafale ou Eurofighter Typhoon.

Dassault aurait-il dû garder en catalogue le monomoteur Mirage 2000, réussite commerciale à l’export, pour compléter sa gamme? Le consultant Richard Aboulafia, vice-président du cabinet américain Teal Group, en est persuadé. Le problème, c’est que le Mirage 2000 n’avait plus de commande à honorer après la livraison des derniers appareils à la Grèce en 2007…

 

Le Gripen est aussi (un peu) américain

L’autre grande leçon, c’est qu’avec le Gripen, le Brésil a fait une sorte de choix stratégique intermédiaire vis-à-vis des Etats-Unis. Il a refusé de commander le F-18 américain, en représailles à l’affaire d’espionnage de la NSA. Mais il n’a pas choisi le camp français, choix qui aurait été une gifle monumentale pour Washington.

Avec le Gripen, le Brésil achète suédois en apparence, largement américain dans les faits. Le moteur est un dérivé du réacteur F414 de General Electric. Les groupes américains Rockwell Collins et Honeywell sont aussi partenaires du programme. « Nous regrettons que le choix se porte sur le Gripen, doté de nombreux équipements d’origine tierce, notamment américaine », assurait d’ailleurs le GIE Rafale le 18 décembre.

 

L'optimisme de Le Drian

Il ne faut évidemment pas sous-estimer l’échec du Rafale au Brésil. Mais il convient de l’analyser froidement, au-delà des caricatures de café du commerce. Pourquoi cette méfiance permanente affichée par l’armée de l’air brésilienne à l’endroit de l’offre française ? Est-il possible d’être plus agressif sur les prix? Comment combattre au mieux l’influence diplomatique et militaire américaine?

La mauvaise nouvelle brésilienne est tout de même à relativiser. "Même si je dois décevoir les Brésiliens, le Brésil, ce n’est pas la cible prioritaire du Rafale, nous avons d’autres prospects plus importants, assurait ce jeudi 19 décembre au matin le ministre de la défense Jean-Yves Le Drian. Nous avons de bonne raisons de croire que sur l’Inde et sur le Golfe, il y aura bientôt des résultats."

Dassault peut, de fait, se refaire au Qatar (36 appareils pour une première tranche), et surtout en Inde (126 avions), en attendant peut-être la Malaisie (18 apapreils). C’est sur la signature, ou non, de ces contrats qu’on jugera vraiment de l’avenir du chasseur français à l’export. Vu l’âpreté du marché et l’intensité de la concurrence, sa vente ne sera de toute façon jamais une partie de plaisir.

>> Lire Rafale: le Qatar avant l'Inde?

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 17:30
Le Qatar et les Etats-Unis renouvellent un accord militaire

 

 

10 décembre 2013 Romandie.com (AFP)

 

BASE AERIENNE UDEID (Qatar) - Le Qatar et les Etats-Unis ont renouvelé mardi un accord de coopération militaire lors d'une visite dans ce pays du Golfe du chef du Pentagone, Chuck Hagel, qui a notamment inspecté la base aérienne américaine d'Udeid.

 

M. Hagel a rencontré à Doha l'émir, cheikh Tamim ben Hamad, et son ministre d'Etat à la Défense, le général Hamad ben Ali Al-Attiya.

 

Les deux parties ont renouvelé à cette occasion l'accord qui encadre les liens entre les forces des Etats-Unis et du Qatar, y compris dans les domaines de la formation, d'exercices conjoints et d'autres activités, a indiqué dans un communiqué un porte-parole de M. Hagel, Carl Woog.

 

L'accord est destiné à promouvoir la coopération bilatérale et témoigne du partenariat de longue date entre les Etats-Unis et le Qatar en matière de sécurité, a-t-il ajouté.

 

Il a souligné les liens étroits entre les Etats-Unis et ses partenaires du Conseil de coopération du Golfe, qui comprend aussi l'Arabie saoudite, Bahreïn, les Emirats arabes unis, Oman et le Koweït.

 

Sur la base d'Udeid, mise à la disposition des Etats-Unis par le Qatar, M. Hagel a inspecté le centre de commandement muni d'écrans contrôlant le trafic aérien au-dessus de la Syrie, du Golfe et de l'Afghanistan.

 

Parlant aux journalistes, M. Hagel a admis des différences d'ordre tactique entre les Etats-Unis et leurs alliés du Golfe mais assuré qu'ils s'entendaient sur les objectifs à atteindre.

 

Nous pouvons avoir des approches différentes, a déclaré le responsable américain, en assurant toutefois que les liens avec le Qatar et les autres pays du Golfe restaient solides.

 

En tournée dans la région depuis jeudi soir, M. Hagel s'est employé à Bahreïn et en Arabie saoudite à rassurer les alliés arabes de Washington sur le maintien d'une présence militaire américaine dans le Golfe, selon des responsables du Pentagone.

 

Samedi, il a affirmé que l'accord sur le nucléaire iranien du 24 novembre n'allait pas affecter cette présence, ajoutant que son pays allait maintenir 35.000 soldats dans la région.

 

Il a répété à l'émir du Qatar mardi que son pays restait fidèle à sa ligne qui est d'empêcher l'Iran d'avoir l'arme atomique.

 

Le conflit en Syrie a également été abordé lors des entretiens de M. Hagel à Doha au moment où Washington craint l'influence grandissante des extrémistes parmi les rebelles contre le régime du président Bachar al-Assad.

 

Les réticences américaines d'intervenir dans le conflit syrien, des contraintes budgétaires et un redéploiement de forces américaines en Asie ont alimenté les doutes de pays du Golfe sur le maintien de la présence américaine.

 

Hagel a toutefois rappelé samedi à Bahreïn que son pays n'avait jamais été aussi présent dans la région et indiqué que Washington avait vendu pour 75 milliards de dollars d'armes aux pays arabes du Golfe depuis 2007.

 

Lundi, M. Hagel et le prince héritier et ministre de la Défense saoudien, le prince Salman ben Abdel Aziz, ont souligné à Ryad que l'Arabie saoudite et les Etats-Unis demeuraient fermement attachés à leurs liens forts en matière de défense, selon un communiqué de M. Woog.

 

M. Hagel a souligné, selon ce texte, l'engagement total de Washington à continuer d'assurer la sécurité de son partenaire saoudien et à vouloir approfondir sa coopération avec lui.

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 08:55
Le porte-avions Charles-de-Gaulle bientôt dans l'océan Indien et dans le Golfe

 

 

PARIS, 29 nov 2013 marine-oceans.com (AFP)

 

Le porte-avions Charles-de-Gaulle, accompagné d'un groupe aéronaval, s'apprête à se diriger vers l'océan Indien et le Golfe pour une "mission de présence opérationnelle" de trois mois environ dans la région, a annoncé vendredi à la presse l'amiral Eric Chaperon.

 

"Le groupe aéronaval est en passe de mettre le cap à l'est pour réaliser une mission de présence opérationnelle dans l'océan Indien et dans le Golfe arabo-persique. Ce déploiement, planifié de longue date, durera un peu moins de trois mois", a indiqué l'amiral, lors d'une visio-conférence au ministère de la Défense, donnée depuis le Charles-de-Gaulle.

 

"Ce déploiement vise à affirmer la présence de la France dans une région d'intérêt stratégique, développer notre connaissance de la zone et enfin à renforcer notre coopération avec les pays riverains", a ajouté l'amiral.

 

L'officier supérieur a indiqué notamment que des exercices "Wild Shark" auraient lieu avec "les forces armées saoudiennes", puis d'autres exercices "avec le Qatar dans le Golfe arabo-persique" et enfin des exercices avec les Emirats arabes unis en mer d'Oman.

 

Le groupe aéronaval accompagnant le Charles-de-Gaulle sera composé entre autres de la frégate de défense aérienne Forbin, de la frégate anti-sous-marine Jean-de-Vienne et du pétrolier ravitailleur Meuse, a précisé l'amiral.

 

Mais "ce déploiement permettra également de conduire des inter-actions avec les forces aéronavales américaines présentes sur zone", a expliqué l'amiral Chaperon.

 

Ces exercices avec les forces aéro-navales américaines "s'échelonneront sur plusieurs semaines sous la forme d'activités communes et d'exercices axés sur le renforcement de l'inter-opérabilité commune, c'est-à-dire notre capacité à travailler ensemble", a-t-il précisé.

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2013 6 30 /11 /novembre /2013 17:30
 Prochain RDV : Milipol Qatar 2014

source milipol.com
 

En novembre 2014, Milipol Qatar, le salon mondial de la sécurité intérieure des Etats, ouvrira ses portes pour 3 jours de rencontres, de découvertes et de débats autour de la sécurité publique et industrielle.

 

Milipol Qatar 2014 : La vitrine des innovations en sécurité intérieure

Grâce à un plan de développement ambitieux, le Qatar et l’un des  principaux pays qui s’intéresse à l’offre des produits des exposants de Milipol. Durant l’édition 2012, Le Ministère de l’Intérieur du Qatar a annoncé la signature de plusieurs contrats d’une valeur de 53 millions d’euros. Les différents projets pour le développement du pays ont généré de nouveaux besoins en termes de sécurité dans les domaines du tourisme, de la gestion de foules, du transport ainsi que les équipements de la Police Nationale.

 

La coupe du monde 2022 :

En vue de la préparation de la coupe du monde 2022 qui sera organisée pour la première fois dans un pays arabe, Le Qatar prévoit la construction de 12 stades à la pointe de l’innovation pour accueillir cette compétition mondiale, chacun de ces stades aura une capacité de 43 000 à 86 000 sièges.

 

Le réseau ferroviaire :

Dans le domaine du transport, plusieurs projets verront le jour, parmi lesquels, une voie ferrée de 212 km et 89 stations desservant Doha et les villes limitrophes, ainsi qu’une seconde voie de 490 km qui concernera les voyages de plus grande distance et le transport de marchandises. Ajoutez à cela les 10 km de lignes de métro et ses 19 stations desservant « West bay ». « Lusail City » s’équipera aussi d’un réseau ferroviaire de 28 km et 36 stations.

Tous ces projets se concrétiseront entre 2016 et 2022 et seront opérationnels avec l’avènement de la coupe du monde, une attention toute particulière sera accordée à la sécurité des passagers, aux contrôles d’accès, la vidéo surveillance, la disponibilité des secours, les infrastructures de protection etc.

 

Le transport aérien et maritime :

Autre projet important, le nouvel aéroport de Doha qui sera le plus grand dans le monde avec une capacité de plus de 90 millions de passagers par an.
 Le Qatar compte aussi construire un nouveau port commercial d’ici 2030, avec une capacité annuel de plus de 6 millions de contenaires. Là aussi, se présenteront de nouveaux besoins en termes de sécurité des infrastructures et la surveillance et l’inspection des contenaires.
 Dans le domaine maritime, le Qatar prévoit aussi la construction d’une nouvelle base navale, qui sera située près du nouveau port de Doha. Cette base servira de siège aux Forces Spéciales de la QENF. Avec une surface de 4.5 km², la base navale aura une capacité de 40 navires appartenant à la QENF et à des navires de passage et sera dotée de sa propre piste d’atterrissage pour hélicoptère.

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2013 2 26 /11 /novembre /2013 13:30
Rafale photo K. Tokunage - Dassault Aviation

Rafale photo K. Tokunage - Dassault Aviation

Paris espère toujours que le Rafale atterrisse bientôt au Qatar

 

26/11/2013 Michel Cabirol, à Dubaï – LaTribune.fr

 

Troisième volet de notre série sur la diplomatie de la France au Moyen-Orient, le Qatar. Rafale, hélicoptères de transport NH90, véhicules blindés (VBCI) et défense aérienne... De très belles commandes pourraient prochainement être décrochées par la France à Doha.


 

C'est chaud, très chaud entre le Qatar et la France. Et la visite expresse le 17 novembre à Doha du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a une nouvelle fois confirmé que tous les clignotants y étaient au vert pour Paris. "Le ministre a reçu des messages positifs" lors de son escale de quelques heures au Qatar, où il a rencontré son homologue qatari à son retour du salon aéronautique de Dubaï, le général Hamad ben Ali Al-Attiya, explique-t-on à "La Tribune".

C'était sa quatrième visite depuis son arrivée hôtel de Brienne dans ce petit émirat richissime du Golfe persique, qui prépare activement la Coupe du Monde de football de 2022. Le chef de l'Etat François Hollande pourrait effectuer une visite à Doha au printemps 2014.

 

14 milliards d'euros en jeu

La France retient son souffle. Elle peut. Car sur les 22 milliards de "campagnes commerciales" actuellement engagées par les industriels de l'armement français au Qatar, certaines sont aujourd'hui très mûres. Quatre exactement pourraient être officialisées rapidement : le Rafale de Dassault Aviation, le NH90 d'Eurocopter, le système SAMP/T et les missiles Aster 30 proposés par Eurosam, GIE détenu à 66,66 % par MBDA et à 33,33 % par Thales, et, enfin, le Véhicule blindé de combat d'infanterie (VBCI) de Nexter. Soit un total d'environ 14 milliards d'euros.

"Une annonce peut intervenir à tout moment dans les semaines qui viennent", précise une source proche du dossier.

 

Le Rafale prêt à atterrir au Qatar

Le Rafale ? C'est la priorité de Paris. Pour deux raisons : il sauverait la loi de programmation militaire (LPM) et sa commande permettrait à François Hollande d'être le premier président français à vendre le bijou technologique de Dassault Aviation, dont les experts reconnaissent que l'appareil est arrivé à maturité. Et le contexte est favorable. Contrairement à Dassault Aviation et au consortium Eurofighter (Typhoon), les Américains n'ont pas répondu à la fin de l'été à l'invitation des Qataris, qui ont été vexés par l'attitude des Etats-Unis. "Mais les Etats-Unis peuvent tout se permettre...", sourit jaune un industriel.

L'absence de réponse des Américains a brouillé quelque peu les cartes. Les Qataris, qui veulent 72 avions de combat, probablement en deux tranches (36 + 36), souhaitaient à la fin de l'été aller très vite. "L'embarras ne devrait pas trop durer, souligne de façon pragmatique un industriel du secteur. Soit les Américains répondent avant la fin de l'année, soit ils ne répondent pas. De toute façon, la question sera tranchée dans les deux cas". Doha attend maintenant une proposition de Washington début décembre, précise-t-on à "La Tribune".

Tout dépendra donc de la proposition américaine : F-35 ou F-15 et F-16 ? Des tensions entre les deux industriels américains, Boeing et Lockheed Martin, à l'image de ce qui s'est passé en Corée du Sud, ont peut être retardé la réponse de Washington, tente d'expliquer un autre industriel. "Si les Américains choisissent le F-35, Doha pourrait prendre un peu de temps pour examiner la proposition de Washington, explique-t-on à "La Tribune". Ils souhaitent une flotte mixte, un appareil américain et un appareil européen". Quelle sera in fine le panachage ? A suivre.

 

VBCI et NH90, têtes de gondole de la France

photo EMA

photo EMA

Paris croit beaucoup aux chances du véhicule blindé de combat d'infanterie (VBCI) de Nexter qui est arrivé dans le groupe de tête à l'issue des évaluations face à ses rivaux allemand (Boxer de KMW et Rheinmetall), finlandais (Patria AMV) et turc. Des VBCI équipés du futur missile moyenne portée (MMP) grâce à la tourelle de Nexter T40. Doha souhaite acquérir 480 véhicules pour les forces terrestres ainsi que 200 exemplaires pour la garde spéciale de l'émir.

Par ailleurs, Eurocopter espère vendre le NH90 dans sa version terrestre et navale. cette dernière sera équipé de missiles anti-navires Marte (MBDA). Le constructeur travaillait sur deux propositions, l'une étant de panacher la version terrestre (12 modèles TTH) et navale (10 NFH), l'autre étant de proposer que du NFH (22 exemplaires). Face au NH90, les Américains proposent le Seahawk de Sikorsky. En revanche, les Qataris préfèrent pour renouveler leur flotte d'hélicoptères de combat (une douzaine d'appareils) l'Apache de Boeing au Tigre d'Eurocopter.

 

SAMP/T, un test au Moyen-Orient

 

La France au Moyen-Orient (3/5) : le Qatar premier client du Rafale ?

Le missilier MBDA dispose également de bonnes chances pour équiper les forces armées dans le domaine de la défense aérienne. Le groupe européen propose le système SAMP/T équipé de missiles antimissiles Aster Block 1 pour la défense aérienne dans le cadre du GIE Eurosam. Ce sera un bon test dans la région pour ce produit.

L'objectif de Washington est lui de vendre aux pays du Golfe un système de défense aérienne multi-couches - de la courte à la longue portée - équipés de senseurs américains dans le cadre du Conseil de coopération des Etats arabes du Golfe (GCC) : Arabie saoudite, Oman, Koweït, Bahreïn, Émirats Arabes Unis et Qatar. Une façon de verrouiller complètement ce marché et de le fermer à la concurrence. "Washington a fait une présentation il y a cinq, six ans à tous les chefs d'états-majors de l'armée de l'air du GCC", se rappelle un industriel.

Une telle décision, si elle était acceptée, mettrait les six pays du GCC dans les mains des Américains. Ce que ne veulent absolument pas les Européens qui tentent de convaincre les Etats du GCC de prendre un système flexible avec une architecture ouverte. Un tel système permettrait aux industriels concurrents de glisser des propositions spécifiques adaptables aux systèmes américains. Soit des capacités différentes dans chaque pays.

 

Frégates et corvettes

A plus long terme, à l'horizon 2020, le Qatar souhaite renforcer sa composante navale. MBDA et le groupe naval DCNS proposeront deux frégates de 4.000 à 4.500 tonnes équipées de systèmes anti-missiles Aster 30. Enfin, le Qatar pourrait choisir rapidement à l'issue d'un appel d'offres un constructeur pour équiper la marine qatarie de quatre corvettes destinées à veille sous-marine. DCNS est sur les rangs avec la Gowind et propose son système de combat, le Setis.

Lire ou relire les deux premiers volets :

La France au Moyen-Orient (1/5) : quand la diplomatie va, tout va... mieux

La France au Moyen-Orient (2/5) : Paris chasse en Arabie Saoudite le mégacontrat Sawari 3

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 08:30
Pilatus orders Esterline avionics for Saudi and Qatar air forces’ aircraft

A Pilatus PC-21 trainer demonstrator lands at the Royal International Air Tattoo in Gloucestershire, England. Photo Arpingstone.

 

20 November 2013 airforce-technology.com

 

Esterline CMC Electronics (CMC) has been selected to supply its latest generation CMA-9000 flight management system (FMS) and SparrowHawk head-up display (HUD) sub-systems to Pilatus Aircraft.

 

The high-performance avionics are scheduled to be installed onboard the PC-21 turboprop training aircraft intended for the Royal Saudi Air Force (RSAF) and Qatar Emiri Air Force (QEAF).

 

Pilatus is scheduled to supply a total of 55 and 24 PC-21 trainers, along with integrated ground based training system and a comprehensive logistics support package, to RSAF and QEAF as part of contracts signed in May and July 2012, respectively.

 

Esterline CMC Government and Public Affairs Sales vice-president Jean-Michel Comtois said, ''Esterline CMC is very proud to supply its high-performance avionics for the PC-21 aircraft, given Pilatus's prestigious reputation, product line and the unique profile of the PC-21.''

 

Featuring advanced tactical functions, radio management and night vision goggle (NGV)-capability, the CMA-9000 is a compact FMS designed for installation in modern digital cockpits of both fixed and rotary wing aircraft.

"The CMA-9000 is a compact FMS designed for installation in modern digital cockpits of both fixed and rotary wing aircraft."

 

The SparrowHawk HUD is a complete weapons delivery system offering a powerful, cost-effective solution that can increase pilots' aiming envelope, and allows for pinpoint accuracy and a greater combat safety margin.

 

Powered by a Pratt & Whitney PT6A-68B turboprop engine, the PC-21 is a low-wing swept-monoplane advanced trainer aircraft designed to fulfil the requirements for basic, advanced and fighter lead-in training for pilots and, if required, weapon systems officers (WSO).

 

The aircraft features a fully digital glass cockpit with head-up displays, an up-front control panel (UFPC), hands-on throttle and stick (HOTAS) control and full-sized multi-function displays, to enable the basic and advanced flying training to keep pace with the fourth generation aircraft already in service in the front line squadrons.

 

Apart from Qatar and Saudi Arabia, the aircraft has also been ordered by the air forces of Singapore, Switzerland and the UAE.

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 16:30
Avions de combat : le drôle de jeu américain au Qatar

02/10/2013 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Mi-septembre, le consortium Eurofighter (Typhoon) et Dassault Aviation (Rafale) ont rendu une offre conformément au calendrier fixé par Doha. Mais pas Washington, selon des sources concordantes.

 

Qatar ou l'inconnue américaine... Quelle est la stratégie poursuivie par les Etats-Unis dans le cadre de l'appel d'offre des avions de combat au Qatar ? Mi-septembre, Londres, qui propose Eurofighter Typhoon, et Paris, qui soutient le Rafale (Dassault Aviation), ont rendu leur offre conformément au calendrier fixé par Doha. Mais pas Washington, selon des sources concordantes.

Du coup, les deux enveloppes contenant les offres du consortium Eurofighter (BAE Systems, EADS et l'italien Finmeccanica) et de Dassault Aviation dorment depuis plus de quinze jours au fonds d'un coffre avant d'être décachetées… une fois la réponse des Américains réceptionnée par les Qataris.

 

Mécontentement du Qatar

Cette situation embarrasse Doha, qui a exprimé un besoin d'acquérir 72 avions de combat. Une compétition qui sera vraisemblablement découpée en deux tranches (36 + 36) pour remplacer les douze Mirage 2000-5 de l'armée de l'air qatarie - les seuls appareils dont elle dispose à ce jour. « L'équipe en charge du dossier est réellement indisposée par l'attitude des Américains », explique-t-on à la Tribune.

Car initialement, le Qatar comptait prendre une décision rapide avant la fin de l'année pour la première tranche. Doha veut effectivement renforcer sa flotte d'avions de combat pour jouer un rôle sur la scène internationale comme elle a pu le faire dans le cadre de l'opération Harmattan en Libye aux côtés de la France, et des avions Rafale en particulier.

Les manœuvres (?), ou à défaut les indécisions, américaines pourraient troubler ce calendrier. « Ils sont à la merci du bon vouloir des Américains », confirme-t-on à La Tribune. D'autant que les Qataris pourraient choisir un avion européen dans un premier temps et mettre la pression sur les Américains sur la deuxième tranche. Pour autant, techniquement, le Qatar peut choisir. Ils ont évalué tous les avions, à l'exception du F-35.

 

Quel avion américain ?

Difficile de savoir quel avion de combat vont proposer les Américains ? Surtout face au Rafale, qui semble être le favori des Qataris pour la première tranche après de très bonnes évaluations, notamment par temps chaud (50 degrés) à l'été 2012. Ce qui n'a pas été le cas de l'Eurofighter qui semble-t-il a beaucoup souffert de la chaleur. Mais les Britanniques, associés aux Allemands, ont toutefois mis le paquet sur une offre globale très compétitive. Notamment en proposant des investissements aux Qataris dans l'industrie financière britannique. Les Allemands sont également ouverts à de tels investissements.

Au départ les Américains proposaient deux appareils de Boeing, le F-15 et le F-18, qui lui aussi a énormément souffert de la chaleur au point qu'il aurait été disqualifié. Puis, Washington a réfléchi à faire concourir le F-35. Mais le Pentagone et Lockheed Martin doivent d'abord obtenir l'accord du congrès. Ce qui pourrait prendre du temps.

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 11:55
photo Livefist

photo Livefist

09/09 LesEchos.fr (AFP)

 

Le président socialiste de la commission sénatoriale de la Défense a estimé lundi que si l'avion de combat Rafale tardait à être exporté, il faudrait revoir le projet de loi de programmation militaire qui prévoit de ralentir les commandes nationales d'ici à 2016.

 

Le projet de loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019 prévoit l'achat de 26 Rafale. L'avion étant livré jusqu'à présent à une cadence de onze par an pour maintenir la chaîne de production du constructeur Dassault Aviation, cela pourrait signifier l'arrêt des commandes en 2016.

 

Dassault poursuit des négociations pour vendre 126 exemplaires à l'Inde. L'avionneur considère qu'il faudra trois ans à partir de la signature du contrat pour produire le Rafale biplace qu'attend l'Inde. Le contrat avec New Delhi devrait donc être signé cette année pour que le premier appareil soit livré en 2016.

 

"Si le contrat avec un pays comme l'Inde ou d'autres, était signé, ce serait très bien pour que la loi n'ait pas besoin d'être révisée de ce point de vue", a déclaré Jean-Louis Carrère, président de la commission sénatoriale de la défense et des affaires étrangères. "Il est évident que si ce n'est pas le cas, on aura besoin de revoir" la loi, a-t-il ajouté lors de l'Université d'été de la défense, réunie lundi et mardi à Pau (Pyrénées atlantiques).

 

Outre l'Inde, le Qatar et les Emirats Arabes Unis figurent parmi les pays intéressés par le Rafale.

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2013 4 05 /09 /septembre /2013 11:30
Syrie: les pays arabes prêts à financer l'intervention américaine (Kerry)

WASHINGTON, 5 septembre - RIA Novosti

 

Les pays arabes ont proposé de prendre en charge les frais d'une éventuelle intervention américaine en Syrie, a déclaré mercredi à Washington le secrétaire d'Etat US John Kerry.

"Les pays arabes nous ont effectivement proposé de couvrir les frais de l'opération militaire (...). Nous examinons cette proposition", a indiqué le chef de la diplomatie américaine s'exprimant devant le comité des Affaires étrangères de la Chambre des représentants.

La Ligue arabe a exclu la Syrie de ses rangs, tandis que certains pays arabes à majorité sunnite fournissent des armes à l'opposition syrienne combattant les forces fidèles au président Bachar el-Assad. L'Arabie saoudite et le Qatar sont considérés comme les principaux sponsors des anti-Assad.

Washington accuse le régime de Bachar el-Assad d'avoir employé le 21 août dernier des armes chimiques contre l'opposition armée et la population civile dans une banlieue de Damas. Le président américain Barack Obama a pris la décision de lancer une opération militaire contre les autorités syriennes sans mandat du Conseil de sécurité de l'Onu, mais a demandé l'aval du Congrès.

Partager cet article
Repost0
29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 17:30
New Middle East Clients Lining Up To Buy CH-47 Chinooks

In June, Boeing began delivery of 13 new CH-147F model Chinooks to Canada. Here, the first helicopter off the line demonstrates its capabilities Aug. 28. (Boeing)

 

Aug. 29, 2013 - By PAUL McLEARY – Defense News

 

MIDDLETOWN, DEL. — Libya, Saudi Arabia, and Qatar head the list of countries looking to begin flying variants of the CH-47 Chinook helicopter in coming years, Boeing officials said here Wednesday. .

 

If deals being negotiated between Boeing, the US government, and these three countries eventually come to fruition, projections are that at least 54 Chinooks would be shipped overseas, making up a good portion of the 168 Chinooks that foreign clients around the globe are considering buying in coming years.

 

Pentagon officials and defense industry brahmins have been talking for the better part of two years about how they’re planning to rely on foreign sales to make up for the reductions they’re seeing in the US defense market, but a chart shown to reporters Wednesday really drove that point home.

 

On top of the 830 Chinook H-47 variants that are currently flying around the world, the chart showed, Boeing executives are working with foreign clients and the US government to sell another 168 to new and existing clients if all goes as planned.

 

In addition to the six CH-47D models and 16 CH-47F models that Libyan officials are working on buying, Saudi Arabia has expressed interest in fielding one of the world’s largest CH-47F fleets, with at least 24 helicopters being considered for the oil-rich kingdom.

 

Mark Ballew, director of business development for Boeing’s Chinook program, said the company is preparing to do a flight demonstration in Saudi Arabia, and that Qatar is interested in buying eight of the “F” models similar to what the company produced for Canada, which feature larger external fuel tanks and an upgraded electrical system.

 

Morocco, which has already purchased three “D” models, also is talking about buying three more, and Egypt, which currently flies 18 “D”s, has enquired about buying six more from the US Army as it retires them in the switch to the upgraded “F” aircraft.

 

Boeing is also involved in the competition for India’s heavy lift requirement, which would mean 15 more “F” aircraft if it wins.

 

The deals with these countries are still very early on in the negotiation stage, Ballew and other executives stressed, adding that contracts for the birds aren’t expected soon.

 

Any deals several years down the road would be welcome news for Boeing, however, as the company’s $4 billion, five-year deal with the US Army for 214 more CH-47 “F” models will end in 2019.

 

That agreement would add to the 241 CH-47F helicopters that the Army already has in its fleet, eventually bringing the service close to its goal of 464 “F” models.

 

The foreign deals — especially with countries in the Middle East — aren’t just helicopter contracts, however. Countries in the region have generally neglected establishing their own maintenance and logistics programs, which would mean years of repair work for the contractor.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories