Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 mars 2015 3 18 /03 /mars /2015 16:35
photo Dassault Aviation

photo Dassault Aviation

 

Mar 18, 2015 defense-aerospace.com

(Source: Bernama news agency; published Mar 18, 2015)

 

LANGKAWI, Malaysia --- French aircraft manufacturer Dassault Aviation says Malaysia is being offered a financial package similar to that given to Egypt for procurement of its Rafale jet fighter.

 

Dassault Chief Executive Officer Eric Trappier said the package entails a ten-year repayment loan from a French commercial bank and guaranteed by the government of France.

 

Cairo recently acquired 24 Rafale combat aircraft and a multi-mission frigate and associated equipment from Dassault Aviation worth 5.3 billion euros.

 

"We are committed and looking forward to having a long term business deal here in Malaysia as we have the best fighter aircraft which can cover multirole missions," he said during a breakfast session with the media here Wednesday.

 

He said Dassault had already tied-up with a few local companies, namely, Zetro Aerospace, CTRM and Airod as part of a long-term plan to expand its business in the aerospace industry in Malaysia.

 

He said the company is also eyeing other local companies that have potential for collaboration, with the transfer of know-how and technology to Malaysia, in some aspects of the process to build aircraft.

 

"We are also looking at different types of industrial packages to offer to Malaysia, like the final assembly line of aircraft, production of some parts, development, maintenance and support which we see local industries as having the capability, if they collaborate with us," he added.

 

On the Malaysian Aerospace Industry Blueprint 2015-2030 launched yesterday, he said it was apt for fuelling the industry's development.

 

The blueprint was launched by Prime Minister Datuk Seri Najib Tun Razak in conjunction with the ongoing Langkawi International Maritime and Aerospace Exhibition (Lima 2015).

 

Trappier said Dassault sees the present as a good opportunity to collaborate with more Malaysian companies as it is not merely focused on selling aircraft. The Rafale is making its third appearance at the LIMA since 2011 and is the only company participating in an aerial demonstration this time.

 

"We believe we can succeed in Malaysia. We have a good aircraft to offer. and as far as I am concerned, good government-to-government relations as well," he added.

Partager cet article
Repost0
18 mars 2015 3 18 /03 /mars /2015 12:35
Deux Rafales de l'armée de l'air ont fait le déplacement au salon LIMA 2015 photo G Belan

Deux Rafales de l'armée de l'air ont fait le déplacement au salon LIMA 2015 photo G Belan

 

17/03/2015 à 07h29, par Guillaume Belan – Air & Cosmos

 

La 13ème édition du Langkawi International Maritime And Aerospace (LIMA) Exhibition ouvre ses portes aujourd'hui mardi 17 mars jusqu'à vendredi. Le salon aérien régional a malheureusement commencé sur un drame : deux avions KT-1B (de fabrication coréenne) appartenant au Jupiter Aerobatic Team indonésien se sont percutés en plein vol d'entrainement avant l'ouverture du salon. Les pilotes, qui ont eu le temps de s’éjecter, ont été hospitalisés et seraient hors de danger.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
17 mars 2015 2 17 /03 /mars /2015 13:55
photo Dassault Aviation

photo Dassault Aviation

 

17/03/2015 Christian Vignes - ladepeche.fr

 

Le contrat de vente de 24 Rafale à l'Égypte n'a pas fait plaisir qu'au gouvernement. Des industriels locaux sont directement concernés, comme Ségneré et Daher-Socata.

 

Il y a quelques semaines - cocorico ! - le gouvernement français annonçait la vente de 24 Rafale à l'Égypte. Enfin, le «meilleur avion de combat du monde» trouvait un débouché commercial en dehors de l'Hexagone, ce à quoi on ne s'attendait plus. Mieux, d'autres contrats, avec l'Inde et certains pays du Golfe, seraient en bonne voie, comme si le deal égyptien avait eu le don de débloquer le carnet de commandes. Bref, un succès pour l'avionneur Dassault, qui pourra avoir des retombées locales. Oui, parce qu'en matière aéronautique, les constructeurs s'appuient sur un réseau de sous-traitants, et justement, il y a en Bigorre des industriels capables de fournir des pièces pour ce fleuron, n'ayons pas peur des mots, de l'aviation française. Comme Ségneré SA, à Adé, où le boss, Jean-Michel Ségneré, se réjouit. «Ce contrat est une excellente nouvelle. Bien sûr que nous travaillons pour Dassault, et plus précisément sur des pièces du Rafale. Mais les 24 qui seront livrés à l'Égypte vont être assemblés, dans l'usine Dassault de Mérignac, avec le stock de pièces existant. Donc, pour le moment, ça n'augmente pas notre charge. Mais si les autres contrats aboutissent, alors là, oui, on aura de la charge. C'est vraiment une excellente nouvelle.»

 

Du côté de Daher-Socata, à Louey, c'est la même satisfaction qui s'affiche. «Bien sûr que nous sommes contents», assure Vincent Chanron, directeur de la communication du groupe, «d'abord parce que c'est un succès qui rejaillit sur toute l'industrie aéronautique française, et parce que nous sommes sous-traitants de Dassault, c'est même l'un de nos partenaires forts. Mais pas pour le Rafale, nous produisons des éléments uniquement pour ses appareils d'aviation d'affaires, comme les Falcon 5, 7 et 8X. Cela dit, nous avons dans le groupe Daher un vrai savoir-faire en matière de logistique et de mise en place de chaînes d'assemblage, ce dont Dassault aura besoin pour produire ces Rafale. C'est un peu indirect, mais quand même, nous serons partie prenante. Et bien sûr, nous espérons tous que d'autres contrats suivront…»

 

Autre entreprise bigourdane qui travaille sur le programme Rafale, la SFIB, à Bénac, dont la directrice, Carine Fauré, se félicite de ce contrat. Et de ceux à venir. «Oui, nous produisons des pièces pour le Rafale, et ce contrat va conforter notre plan de charge. Et bien sûr, on espère que les contrats qui sont en négociation vont aboutir.»

 

Bref, que du bon, en matière économique d'une part, mais aussi en termes d'image, nos entreprises spécialisées dans l'aéronautique sont performantes, puisqu'elles participent à la construction du «meilleur avion de combat du monde»…

Partager cet article
Repost0
16 mars 2015 1 16 /03 /mars /2015 11:30
Photo F. Robineau, Dassault Aviation

Photo F. Robineau, Dassault Aviation

 

March 14, 2015 By Pierre Tran – Defense News

 

PARIS — The Rafale fighter jets sold to Egypt will be modified to remove nuclear missile capability and NATO standard communications, a source close to the deal said.

 

"There will be a few modifications," the source said.

 

Once adapted, the fighters will be delivered, with the first three in time for Egyptian pilots to fly the twin-engine fighter in Egyptian colors over the opening of a new waterway on the Suez Canal in August.

 

One of the Rafale upgrades to F3 standard in 2008 was the air-sol moyenne portée améliorée (ASMPA) missile tipped with the TN-200 nuclear warhead. That capability will be taken off the fighters for Egypt.

 

As Egypt is not part of NATO, the communication system will be adapted.

 

The Rafale was part of a French arms deal worth €5.2 billion (US $5.5 billion) and signed Feb. 16 in Cairo, comprising also a DCNS FREMM multimission frigate and missiles reported to be from MBDA and Sagem.

 

On the frigate, the systems will be translated into English and Arabic and the combat systems adapted to take out the naval cruise missile capability, a second source said. The warship had been built for the French Navy and due for handover as the Normandie.

 

Egypt has started paying for its order for 24 Rafales, the first export win for the fighter jet for which France has long struggled to find a foreign buyer, Dassault Aviation Chairman Eric Trappier said.

 

"The contract with Egypt is now in effect. The first check landed at the start of the week," he said at the March 11 press conference on the 2014 financial results.

 

Egypt paid a price similar to that paid by France for the fighters, he said.

 

Dassault will deliver five Rafales to France this year, and the first batch of three to Egypt, with a second three-strong batch in December or January, he said.

 

Modifying the fighters is a key factor in the timing of delivery to Egypt, the first source said.

 

The French authorities are discussing the schedule for Egypt, as there is a "substitution" effect on deliveries that had been due for the French Air Force and Navy, Trappier said.

 

Annual production will remain at 11 units, or one per month, and output could rise to a little more than 2.5 units per month, he said.

 

The company hopes for a second export deal this year, Trappier said on March 4, when President François Hollande visited the Merignac assembly line near Bordeaux, southwest France. This was the first visit by a French head of state to the aircraft factory, and Hollande welcomed the sale of the fighter to Egypt.

 

Hollande sat in a Rafale cockpit on his tour, a contrast with the widely reported political chill directed at Dassault when the Socialist party won the 2012 general election.

 

Trappier has said he expects a snowball effect, with other countries placing orders.

 

"I am sure there will be others," Defense Minister Jean-Yves Le Drian said at a March 11 press conference on his agenda for 2015, when asked about the potential sale to Qatar and Malaysia.

 

Government and industry worked together on the Egyptian order and it is the same approach with other countries, he said.

 

Then-French President Nicolas Sarkozy had set up a "war room" in the Elysées presidential office for selling the Rafale following Morocco's pick of the F-16 over the Rafale. Morocco is a former French protectorate.

 

On negotiations with India, Dassault has agreed for the first time that India's state-owned Hindustan Aeronautics Ltd. (HAL) will be the co-contractor, not a subcontractor, on the Rafale, Trappier said. HAL would guarantee assembly of the Rafale in India, while Dassault would be guarantor for the French work.

 

Indian authorities had previously asked Dassault to assume overall guarantee for work in India.

 

India wants a maximum of work under the "Make In India" drive.

 

The speed at which the technology is transferred to allow full Indian domestic assembly is part of the negotiations, Trappier said. The first 18 units will be built in France, with the 19th to be assembled in India.

 

French industry will continue to build the subsystems, which will be shipped for assembly in Bangalore, he said. Over time the manufacture, including the active electronically scanned array (AESA) radar, will be "phased" over to Indian partners. The timetable is part of the negotiations.

 

Trappier said he was not worried about the Russian push to sell the Suhkoi Su-30 to India. "The Russians are worried about the Rafale," he said.

 

On the Indian agreement to study with Sukhoi a fifth-generation Su-35S, it is unclear what that entails as fifth-generation is a US classification, he said.

 

Dassault is patient and tenacious in its pursuit of the Indian deal for 126 fighters, Trappier said. India took some 22 years to pick the BAE Systems Hawk trainer over the Dassault Alpha jet, and that is a much simpler aircraft than the multimission fighter.

 

The first two Mirage 2000 fighters upgraded by Dassault and Thales are due to be delivered to India soon, he said. The Indian Navy expressed interest in a carrier-borne version of the Rafale.

 

Trappier declined to comment on Qatar and said talks are continuing with Malaysia. Discussions are being held with the United Arab Emirates, but these are not contract negotiations, he said.

 

Dassault has delivered 137 Rafales to France, with 43 remaining in the present fourth tranche. The company expects delivery in 2018 of the upgraded F3R version, adapted to fire the Meteor beyond-visual-range missile. Egypt will also receive that advanced version.

 

The French Navy has received two fighters upgraded to the F3 version from F1 with the remaining eight due to be modernized over two years.

 

Dassault reported net profit of €398 million, down from €487 million a year ago, on sales of €3.7 billion, down from €4.6 billion. The lower profit and sales stemmed from a weak market for the Falcon business jet. A bounce-back of Falcon orders to 90 last year from 64 signals a financial recovery for 2016.

 

New orders were worth €4.6 billion, up from €4.2 billion, with exports accounting for 89 percent. Net profit was 10.8 percent of sales.

 

Defense orders totaled €693 million, down from €1.26 billion. The 2013 figure included the F3R contract for the Rafale and upgrade for the Atlantique 2 maritime patrol aircraft.

 

The total order book is €8.2 billion. Cash fell to €2.4 billion from €3.7 billion, as the company bought Dassault shares sold by Airbus.

 

Expected large defense export orders will likely absorb the market impact of Airbus further selling down its stake in Dassault, brokerage CM-CIC said in a research note.

Partager cet article
Repost0
12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 08:55
photo EMA

photo EMA

 

11/03/2015 Par Véronique Guillermard – LeFigaro.fr

 

Dassault Aviation a reçu le premier acompte de son client égyptien en début de semaine.

 

«Le contrat signé avec l'Égypte est entré en vigueur. Nous avons reçu le premier chèque en début de semaine.» Éric Trappier, PDG de Dassault Aviation, a rendu publique cette bonne nouvelle, en préalable à la présentation, mercredi 11 mars, des résultats 2014 du groupe.

Comme ils s'y étaient engagés, les Égyptiens ont rapidement versé le premier acompte. Le Caire est devenu le premier client du Rafale à l'exportation, en signant à la mi-février une commande portant sur 24 chasseurs français. Sur ce total, 3 doivent être livrés dès cet été, afin de participer à la cérémonie d'inauguration de l'élargissement du canal de Suez le 5 août.

Ces Rafale sont prélevés sur le quota 2015 de l'armée de l'air française qui, elle, n'en recevra que 5. Quant aux autres appareils prévus pour la France, leur livraison est simplement décalée dans le cadre de la loi de programmation militaire 2014-2019. Mais, globalement, rien ne change pour la commande française. À la fin de 2014, «nous avons livré 137 Rafale aux armées françaises dont 11 en 2014. Il nous en reste encore 43 à livrer, a précisé Éric Trappier. Le contrat avec l'Égypte permet d'assurer la cadence à hauteur d'un Rafale par mois. Mais nous avons la possibilité de monter à 2,5 Rafale par mois si nécessaire».

Le fleuron de l'aviation de combat ne fait que débuter sa carrière à l'international et vise d'autres contrats. Un scénario envisagé pour les prochains mois. «Nous avons beaucoup travaillé en Inde et au Qatar. Ce sont deux dossiers qui peuvent sortir, a estimé Éric Trappier. Signer avec l'Inde cette année, c'est toujours possible.»

 

«Le poumon de la reprise»

«En Inde, a précisé le PDG, nous avons gagné une grande compétition (en janvier 2012 pour 126 Rafale, NDLR). Depuis, nous franchissons les étapes les unes après les autres. Nous sommes patients et tenaces. Nous avons une grande expérience de l'Inde où nos avions, depuis l'Ouragan en passant par le Mirage 2000, ont toujours laissé une grande impression à l'armée de l'air indienne. Nous sommes assez confiants sur la matérialisation d'un contrat. Quand? C'est plus dur à dire.»

Ce contrat comporte un accord industriel complexe et inédit puisqu'à partir du 19e Rafale, l'industrie indienne, avec à sa tête HAL, prendra progressivement en charge l'intégralité de la fabrication de l'appareil.

Pour l'heure, le groupe français va prochainement livrer les deux premiers Mirage 2000 (sur 51) dont la modernisation (ou retrofit) a été achevée. Le groupe a en outre été «interrogé par la marine indienne, sur la capacité du Rafale à aller sur un porte-avions».

 

Renouvellement de l'offre

Si 2015 a débuté sous les meilleurs auspices pour la branche défense du groupe, il en est de même pour l'activité civile. «Le marché de l'aviation d'affaires repart», s'est félicité Éric Trappier. Les prises de commandes de Falcon se sont redressées, à 90 jets contre 64 en 2013. En revanche, le niveau des livraisons (66 contre 77 en 2013) reflète la petite forme passée du marché. Au total, Falcon a représenté 85 % des prises de commandes consolidées (4,64 milliards d'euros) et 73 % du chiffre d'affaires (3,68 milliards d'euros) en 2014.

Le marché repart sous l'impulsion des États-Unis, le «poumon de la reprise», selon Éric Trappier, mais aussi du regain d'activité en Europe. Le renouvellement de l'offre anime également le marché. Dassault Aviation a engagé un élargissement de sa gamme en lançant deux nouveaux modèles - le 5X en octobre 2013 et le 8X en mai 2014 - qui doivent entrer en service respectivement en 2016 et en 2017.

Partager cet article
Repost0
12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 08:30
Photo F. Robineau, Dassault Aviation

Photo F. Robineau, Dassault Aviation

 

10/03  Alain Ruello / Chef de service adjoint – LesEchos.fr

 

Le Caire a versé lundi les acomptes prévus par les contrats de vente des 24 Rafale, de la frégate Fremm et des missiles associés. Le Rafale est officiellement exporté  !

 

La démarche a pris quelques jours de plus qu’attendu , mais elle vient d’avoir lieu : Le Caire a versé lundi les acomptes prévus par les contrats de vente des 24 Rafale, de la frégate multimissions Fremm, des torpilles et des missiles associés, qui sont donc entrés en vigueur, a-t-on appris de sources concordantes.

 

Trois semaines après la cérémonie de signatures en grande pompe , le lundi 16 février en présence du président Al Sissi et du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, l’avion de combat tricolore tient donc officiellement sa première référence à l’exportation !

 

Interrogé mercredi dernier en marge de la visite de François Hollande dans l’usine de Dassault à Mérignac, Eric Trappier, le PDG de l’avionneur s’était montré très confiant sur l’imminence du paiement de l’acompte. L’Egypte devait payer de sa poche la moitié des sommes en question, l’autre passant via un crédit bancaire.

 

Un demi milliard

 

L’ensemble des emplettes du maréchal Al Sissi coûte 5,2 milliards d’euros, une somme très élevée étant donné l’état des finances du pays. En matière d’armement, il est usuel que le client doive verser de 15 % à 30 % du montant du contrat lors de l’acompte, en fonction de l’état d’avancement des matériels achetés.

 

La Fremm étant en grande partie construite puisqu’elle est prélevée sur le quota de la Marine nationale, DCNS doit toucher de l’ordre d’un demi-milliard d’euros tout de suite et le solde cet été, à la livraison du navire. Le contrat inclut les modifications nécessaires pour le « localiser ».

 

Pour Dassault, c’est plus compliqué. Le contrat prévoit un acompte de 30 %, toujours selon nos informations, mais payable en plusieurs fois. Si l’on retient un ordre de grandeur de 3 milliards d’euros (sur les 5,2 milliards) pour les 24 Rafale – pièces détachées et support compris –, on peut estimer que l’avionneur attend un premier paiement de quelques centaines de millions, sans doute autour des 500 millions.

 

Contactés, ni Dassault, ni DCNS, ni MBDA n’ont souhaité commenter.

Partager cet article
Repost0
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 17:55
photo Dassault Aviation

photo Dassault Aviation

 

11/03/2015 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Après des années d'incertitudes, l'horizon semble se dégager pour Dassault Aviation. Le groupe se prépare un avenir prometteur.

 

Chez Dassault Aviation, dirigeants et salariés ont "la banane" actuellement. Il faut dire aussi que tous les clignotants de l'avionneur sont au vert : le Rafale a obtenu son premier contrat export en février, le renouvellement de la gamme Falcon dans l'aviation d'affaire (5X et 8X) se poursuit sans anicroche majeure, avec notamment le premier vol 8X le 6 février dernier et, enfin, les commandes de Falcon (90 appareils) sont supérieures aux livraisons (66) pour la première fois depuis 2008. Bref, la maison Dassault voit la vie en rose... d'autant plus qu'elle a même réussi à gagner la confiance du  Chef de l'Etat François Hollande. Ce qui était loin d'être acquis en 2012.

Dassault Aviation a annoncé mercredi viser environ 65 livraisons d'avions d'affaires Falcon en 2015 mais anticiper une hausse de son chiffre d'affaires cette année. Il compte en outre livrer cette année huit avions de combat Rafale (5 à la France, 3 à l'Égypte), contre 11 habituellement. "La chaine de fabrication Rafale sera maintenue à la cadence de 1 avion par mois, mais en raison de l'adaptat ion des livraisons Rafale Égypte, nous devrions livrer 8 Rafale en 2015", a expliqué Dassault Aviation dans un communiqué publié ce mercredi.

 

Des commandes en hausse en 2014

Cerise sur le gâteau, Dassault Aviation, après une année de transition en 2014 avec des résultats financiers plus que mitigés, se prépare à de nouvelles belles années. Ainsi, les prises de commandes, dont 89% ont été gagnées à l'export, se sont élevées à 4,6 milliards d'euros (contre 4,1 milliards en 2013). Les commandes de Falcon ont beaucoup progressé à 90 appareils l'an dernier (contre 64 en 2013). "Le marché d'avions civils repart", a d'ailleurs confirmé le PDG de Dassault, Eric Trappier.

En revanche, celles dans la défense ont diminué de près de moitié, à 693 millions d'euros (contre 1,25 milliard en 2013). Une baisse qui s'explique par d'importantes prises de commandes de la part du client France en 2013 : nouveau standard du Rafale F3-R, qui sera livré en 2018 avec le missile air-air longue portée Meteor, le Pod de désignation laser nouvelle génération et la version à guidage terminal laser de l'AASM et, d'autre part, rénovation des avions de patrouille maritime Atlantique 2. En 2014, les commandes ont plutôt porté sur de l'après-vente et du développement.

Du coup, le carnet de commandes est en hausse et s'est élevé au 31 décembre 2014 à 8,2 milliards d'euros (contre 7,37 milliards au 31 décembre 2013). Le fameux "book t o bill" (ratio prise de commandes et chiffre d'affaires) est positif et ressort à 1,26 en 2014. Il profite, en particulier, des commandes des Falcon 5X et 8X, les nouveaux programmes hauts de gamme de Dassault Aviation. En outre, le contrat Rafale en Egypte est entré en vigueur et sera dans les prises de commandes 2015. "Nous avons reçu le premier acompte lundi. Le contrat est effectif depuis lundi", a indiqué le PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier.

 

Des résultats économiques et financiers en baisse

Dassault Aviation a finalement été rattrapé par la morosité du marché de l'aviation d'affaires ces dernières années. Ainsi le chiffre d'affaires 2014 est en forte baisse, à 3,6 milliards (contre 4,6 milliards en 2013). Les livraisons de Falcon ont diminué en 2014 (66 avions livrés contre 77 en 2013). Soit un chiffre d'affaires de 2,6 milliards (contre 3,1 milliards en 2013). En outre, celui dans la défense est également en baisse (995 millions contre 1,4 milliard en 2013) même si Dassault Aviation a livré comme prévu 11 Rafale aux armées au cours de l'exercice 2014 à l'image de l'année précédente. L'avionneur avait enregistré en 2013 la facturation du programme du démonstrateur du drone de combat, Neuron.

Le bénéfice opérationnel a atteint 353 millions d'euros (contre 498 millions d'euros en 2013). Du coup, la marge opérationnelle s'est aussi érodée en s'établissant à 9,6% du chiffre d'affaires (contre 10,9% en 2013). Pourquoi? Le niveau de Recherche et Développement autofinancés de 488 millions d'euros (contre 482 millions en 2013) a représenté 13,3% du chiffre d'affaires (contre 10,5% en 2013). "Cela explique, pour l'essentiel, la diminution de la marge opérationnelle, a expliqué Dassault Aviation dans son communiqué. L'amélioration de la parité dollar/euro à la clôture (1,21 dollar/euro contre 1,38 dollar/euro) et du taux de couverture (1,25 dollar/euro, contre 1,26 dollar/euro) vient atténuer cette diminution".

 

Une trésorerie fortement mise à contribution

La trésorerie disponible consolidée s'est élevée à 2,4 milliards d'euros fin décembre (contre 3,7 milliards au 31 décembre 2013). "Cette diminution s'explique principalement par l'achat d'actions propres pour un montant de 934 millions d'euros, l'augmentation de 608 millions d'euros du besoin en fonds de roulement liée à la croissance des stocks et en-cours, le versement de 90 millions d'euros de dividendes, partiellement compensés par la capacité d'auto-financement générée par l'activité au cours de l'exercice (+ 331 millions d'euros)", a expliqué l'avionneur.

Le conseil d'administration de Dassault Aviation, réuni le 28 janvier 2015, a décidé de mettre en œuvre un nouveau programme de rachat d'actions. La part maximale du capital dont le rachat a été autorisé par l'assemblée générale des actionnaires du 28 janvier 2015 est de 10 % du nombre total des actions composant le capital de la Société. Ce qui devrait affecter une nouvelle fois la trésorerie de l'avionneur, qui voit toutefois à long terme. Notamment il compte annuler ces actions rachetées afin d'accroître la rentabilité des fonds propres et le résultat par actions. En outre, il souhaite augmenter la part du flottant pour mieux refléter les fondamentaux de la société.

Partager cet article
Repost0
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 17:30
Rafale Leaves Carl Vinson

 

3/10/2015 Strategy Page

 

ARABIAN GULF (March 3, 2015) A French navy Rafale Marine aircraft from Squadron 11F embarked aboard the French navy nuclear-powered aircraft carrier Charles de Gaulle (R91) launches from the U.S. Navy aircraft carrier USS Carl Vinson (CVN 70) during carrier qualifications. Carl Vinson is deployed as part of the Carl Vinson Carrier Strike Group supporting maritime security operations, strike operations in Iraq and Syria as directed, and theater security cooperation efforts in the U.S. 5th Fleet area of responsibility. (U.S. Navy photo by Mass Communication Specialist 2nd Class John Philip Wagner, Jr.)

Partager cet article
Repost0
9 mars 2015 1 09 /03 /mars /2015 18:35
Rafale at Aero India 2015 photo Shruti Pushkarna

Rafale at Aero India 2015 photo Shruti Pushkarna

 

March 9, 2015 Defense News

 

Now that Paris has shelved plans to deliver two helicopter assault ships to Russia, Moscow is working overtime to convince India to dump plans to buy French fighters and instead buy a new Sukhoi jet.

 

In 2012, New Delhi tapped Dassault's Rafale as its next fighter, with plans to acquire 126 of the twin-engine jets for $12 billion. At the time, Indian officials said the French jet would help them reduce their reliance on Russian equipment (India also flies French Mirage 2000 jets as part of a longstanding policy to avoid exclusive dependence on Moscow for military hardware).

 

By choosing Rafale, India also gains access to cutting-edge technology to advance its aerospace and defense industries.

 

But talks have stalled over price and who would bear responsibility for Rafales license-produced in India by Hindustan Aeronautics Ltd.

 

Russia is irked that its once-close ally has invested tens of billions of dollars on American transports, helicopters and maritime patrol planes and now is about to buy French jets.

 

At the recent IDEX trade show in Abu Dhabi, Rostec CEO Sergey Chemezov announced that Russia and India had inked a deal to co-develop a new version of Sukhoi's Su-35. Indian officials, however, say Russia has pitched the jet, but have not yet agreed to move forward on the project.

 

The Su-35 is a formidable aircraft and an improvement over India's Su-30s, but the Rafale is superior as a system, with greater mission capability and reliability. And its technology is more likely to serve as a foundation for a more competitive Indian defense and aerospace industry.

 

The entire rationale behind the Rafale deal wasn't to get the least expensive fighter to meet India's needs, but the aircraft that would best satisfy the nation's long-range military needs as well as its industrial interests.

Partager cet article
Repost0
9 mars 2015 1 09 /03 /mars /2015 12:30
photo F. Robineau Dassault Aviation

photo F. Robineau Dassault Aviation

 

March 9, 2015: Strategy Page

 

Egypt, looking to strengthen its military muscle, has placed an order for 24 Dassault Rafale Fighter Jets. Egypt has a long history of buying from the French and currently have some 100, Mirage V’s and Mirage 2000’s, in service. These two predecessors to the Rafale have served the Egyptian air force well, seeing action most recently in the 2014 bombing of Libya. But these Mirages are getting old and will have to be retired within the next ten years. Egypt has a large force of American F-16s, but the U.S. has lots of rules that prevent some countries from buying more and the rules change all the time. France is less judgmental when it comes to selling warplanes.

 

The Rafale costs between $100 and $130 million. Its design was based heavily off the Mirage 2000 and like most other Dassault fighters it has the Delta Wing configuration. The Rafale has a maximum speed of 2,130 kilometers an hour and a range of over 3,700 kilometers. It is equipped with a 30mm cannon and can carry nine tons worth of weapons. It is a battle tested aircraft that has already seen service with French Forces in Afghanistan, Mali, Libya and Iraq.

 

Over the past few years’ export buyers for the Rafale have been scarce. The Rafale is up against stiff competition for sales from aircraft such as the Eurofighter Typhoon, Gripen NG, F-18 and Su-30. Thus in 2013 Brazil passed on buying the Rafale and instead went with the cheaper Swedish Gripen NG. The UAE (United Arab Emirates) is still considering a purchase as is India. This latest sale to Egypt is a much needed to boost for Dassault and an aircraft that has not been selling well. What helped make this sale happen was Saudi Arabia, Kuwait and UAE providing half the financing and the French government guaranteeing most of the other half. Egypt is not a good credit risk and has been kept afloat since 2011 by massive charity from Gulf Arab oil states (like Saudi Arabia, Kuwait and UAE).

 

France has had nothing but hard times trying to find export customers for its Rafale. In 2009 the production rate was reduced from 14 a year to 11 aircraft a year and that was further reduced later. This was to slow down the delivery of Rafales, mainly because the Defense Ministry has decided that other things were more important. The new emphasis (and spending) is on peacekeeping and anti-missile defenses. Another reason for slowing down Rafale production was the lack of export orders.

 

India is currently taking a closer look at the Rafale. The country has been seeking to modernize its military and has most recently turned to the United States for assistance. France wants to build up its relationship with India, as well, and would like it to purchase the Rafale. The Indian air force is already using the Mirage 2000 and has historically liked Dassualt aircraft. The two main sticking points, standing in the way of a deal, are the Rafale’s rising price tag and whether India will be able to produce the fighter domestically. India insists on coproduction (some Rafale manufacturing done in India) and the French believe India overestimates its capabilities in handling some of the advanced technologies that go into Rafale. Of course India wants local manufacturers to handle that advanced tech and this is how you learn. But India also wants the French held responsible for the quality of items produced in India and this is still being negotiated. The French are confident and hope to close out a $20 billion deal for the Indian Rafale by the end of 2015

Partager cet article
Repost0
8 mars 2015 7 08 /03 /mars /2015 16:20
A French Rafale Marine aircraft of Flotille 11F during carrier qualifications aboard the USS Carl Vinson

 

ARABIAN GULF (Mar. 3, 2015) U.S. Navy photo by Mass Communication Specialist 2nd Class John Philip Wagner, Jr.

 

A French Rafale Marine aircraft of Flotille 11F deployed aboard the French nuclear powered aircraft carrier Charles de Gaulle (CDG) launches from the flight deck during carrier qualifications aboard the U.S. nuclear powered aircraft carrier USS Carl Vinson (CVN 70). Carl Vinson is deployed as part of the Carl Vinson Strike Group supporting maritime security operations, strike operations in Iraq and Syria as directed, and theater security cooperation efforts in the U.S. 5th Fleet area of responsibility.

 

See more pictures

 

 

 

 

A French Rafale Marine aircraft of Flotille 11F during carrier qualifications aboard the USS Carl VinsonA French Rafale Marine aircraft of Flotille 11F during carrier qualifications aboard the USS Carl Vinson
A French Rafale Marine aircraft of Flotille 11F during carrier qualifications aboard the USS Carl Vinson
Partager cet article
Repost0
8 mars 2015 7 08 /03 /mars /2015 13:45
Deux Rafale C en vol au-dessus de la BSS. Photo : JL. Brunet - Armée de l'air

Deux Rafale C en vol au-dessus de la BSS. Photo : JL. Brunet - Armée de l'air

 

6 Mars 2015 defens-aero.com

 

Lors du renforcement des moyens aériens français dans le cadre de l'opération Chammal le 1er Octobre 2014, le Président de la république François Hollande avait pris la décision de déployer trois Rafale supplémentaires, issus de l'Escadron de Chasse 1/7 "Provence" et du Régiment de Chasse 2/30 "Normandie Niémen".

A ce moment-là, ces avions de chasse rejoignaient donc les six Rafale de l'Escadron de Chasse 3/30 "Lorraine", le ravitailleur C-135FR, ainsi qu'un avion de patrouille maritime Atlantique II de la Marine Nationale. Mais depuis, le dispositif aérien (et même terrestre...) de l'opération Chammal s'est consolidé et a été renforcé par le déploiement de six Mirage 2000D en Jordanie (base aérienne Prince Hassan), ainsi que l'engagement du groupe aéronaval, constitué de douze Rafale M et de neuf Super-Etendard Modernisés de la Marine Nationale.

C'est pourquoi, l'Etat-Major a pris la décision de retirer les trois Rafale qui n'appartiennent pas à l'EC 3/30 "Lorraine", et qui ne sont donc pas habituellement pré-positionnés sur la base aérienne 104 d'Al Dhafra, aux Emirats Arabes Unis. Ces trois appareils sont rentrés en France accompagnés par un ravitailleur C-135FR, ce qui fait qu'actuellement, la France n'engage pas de ravitailleur dans la coalition internationale. Mais c'est une situation qui n'est que passagère.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 08:55
photo S. Randé - Dassault Aviation

photo S. Randé - Dassault Aviation

 

05 mars 2015 Par Hassan Meddah - Usinenouvelle.com

 

Pour Eric Trappier, PDG de Dassault Aviation, la vente de 24 appareils à l'Egypte permet de stabiliser les emplois sur la chaîne de fabrication du Rafale. En cas de nouveau contrat, l'avionneur pourrait doubler ses cadences de production.

 

En marge de la visite du président de la République le 4 mars dernier à l'usine d'assemblage des Rafale de Mérignac (Gironde), Eric Trappier, PDG de Dassault Aviation, a confié un certain optimisme pour la signature d'un nouveau contrat dans le courant de cette année. S'il ne veut pas parler d'une signature imminente, il évoque "des chances certaines d'en faire un deuxième en 2015"

Le récent contrat de vente de 24 appareils à l'Egypte a changé la donne et pourrait accélérer les négociations avec l'Inde, le Qatar, les Emirats Arabes Unis, la Malaisie. "Un certain nombre de pays qui sont très intéressés. Ils étaient déjà très intéressés par le seul fait que le Rafale est opérationnel sur un certain nombre de théâtres d'opération. A cette réussite opérationnelle s'ajoute maintenant une réussite commerciale", se réjouit Eric Trappier.

 

Finaliser le contrat

Le dirigeant est revenu sur le contrat indien. Les négociations pour la vente de 126 Rafale durent depuis plus de trois ans.

"L'armée de l'air indienne est extrêmement satisfaite avec les définitions techniques. Nous avons finalisé nos accords industriels avec le grand partenaire industriel HAL qui doit fabriquer une grande partie des avions localement, assure le dirigeant. Nous avons un partage contractuel des tâches sur lequel nous nous sommes mis d'accord. Maintenant il nous faut finaliser le contrat avec le ministère indien de la défense."

 

Doubler le rythme de production ? 

Le PDG a également fait le point sur la charge industrielle du site de Mérignac où 1200 personnes travaillent à la production des jets d'affaires Falcon et des Rafale. Environ 80 ingénieurs, techniciens et compagnons sont mobilisés directement sur la ligne d'assemblage de l'avion de combat. L'usine doit encore produire une cinquantaine d'avions pour l'armée française, auxquels s'ajoutent les 24 appareils égyptiens. 

"Ce type de contrat à l'exportation a une incidence immédiate sur la stabilisation de l'emploi. Du fait d'une certaine substitution des livraisons entre les deux pays, cela donne un plan de charge en flux qui reste le même mais qui dure plus longtemps", explique le dirigeant. En cas de signature d'un second contrat à l'exportation, l'avionneur pourrait doubler son rythme de production en sortant deux appareils par mois.

Partager cet article
Repost0
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 16:55
photo S. Randé - Dassault Aviation

photo S. Randé - Dassault Aviation

 

05 mars 2015 Par Hassan Meddah - Usinenouvelle.com

 

Venu à l'usine de Dassault Aviation à Mérignac pour saluer la première vente à l'exportation de l'avion de combat français, le président de la République a aussi tiré les leçons des succès de la filière aéronautique.

 

Un président de la République dans une usine Dassault Aviation, ça ne s'était jamais vu. En visitant le 4 mars, l'usine d'assemblage des Rafale de Mérignac (Gironde), François Hollande réalise ainsi une première. Arrivé vers 14 heures avec son Falcon présidentiel (un jet d'affaires fabriqué par Dassault Aviation), le chef de l'Etat a été accueilli par les principaux dirigeants du groupe, des centaines de salariés ainsi que par un passage à basse altitude d'un Rafale dans un bruit assourdissant. L'avion de combat était au cœur de la visite de la chaîne d'assemblage et des discours.

Malgré les baisses de commandes de Rafale de l'Etat du fait des contraintes budgétaires, François Hollande savait qu'il serait bien accueilli. Cette visite surprise intervient quelques semaines après le premier succès de l'avion de combat à l'exportation avec la vente à l'Egypte de 24 appareils. Un succès qui selon lui en appelle d'autres.

"Aussitôt cette réussite connue, le ministre de la Défense Jean Yves Le Drian est reparti. Il a été appelé par de nombreux pays et lui-même est allé voir tout ceux qui s'étaient un moment intéressés au Rafale. Je pense que c'est vraiment un très bon signe qui est venu grâce à la conclusion de ce contrat", a-t-il précisé. Alors que la France négocie avec l'Inde la vente de 126 appareils, d'autres pays ont manifesté un intérêt pour le Rafale comme le Qatar, les Emirats Arabes Unis, la Malaisie... Un deuxième contrat à l'exportation redonnerait des couleurs à la ligne d'assemblage des Rafale qui tourne avec une cadence minimale d'un avion par mois, soit environ la moitié environ de ses capacités.

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 07:55
photo S. Randé - Dassault Aviation

photo S. Randé - Dassault Aviation

 

04/03/2015 Pascal Rabiller – LaTribune.fr

 

François Hollande est venu à Mérignac visiter l’atelier d’assemblage du Rafale dont il est le premier président de la République à avoir accompagné une signature de contrat à l’export. Au pied des Rafale en cours d’assemblage, le président a prononcé un discours pendant lequel il a fait part de son espoir de voir l’industrie et l’économie française décoller.

 

C'était une première.

Pour la première fois depuis sa création, le site Dassault de Mérignac a reçu un président de la République française. C'était à 14h pile, une arrivée en Falcon présidentiel, saluée par un passage au ralenti d'un Rafale suivi d'une remise des gaz aussi spectaculaire que tonitruante, quelques centaines de mètre au-dessus des têtes de la délégation. Pas un de ceux qui prendront prochainement la direction de l'Égypte dans le cadre du tout premier contrat export signé il y a quelques semaines. Non, les trois premiers exemplaires qui seront livrés à l'Égypte, sans vraiment le savoir, c'est dans l'atelier d'assemblage des Rafale, le Hall A, que le président de la République les a croisés.

En effet, les trois premiers exemplaires de la commande signée pour 24 exemplaires seront livrés dès cet été. Il s'agit de trois Rafale qui sont actuellement en cours d'assemblage, qui étaient initialement prévus pour l'armée française, mais qui prendront la direction du Caire.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 17:55
 photo  Dassault Aviation - S. Randé

photo Dassault Aviation - S. Randé

 

04.03.2015 Dassault Aviation
 

Wednesday, March 4th, the French President visited the Mérignac Dassault Aviation site where he was welcomed by Eric Trappier, Serge Dassault, Charles Edelstenne and Olivier Dassault.

Accompanied by Jean-Yves Le Drian, French Defence Minister, François Hollande was notably shown the Rafale production line as well as the latest technological innovations in terms of support.

The head of state, also Chief of the French Armed Forces, gave a speech to the staff, local dignitaries, military authorities and the press.

François Hollande then met with engineers, foremen and workers.

Speaking just a few days after signing the first Rafale export contract, this unprecedented event for the company represents an exceptional new moment in the history of Dassault Aviation.

 

 

Partager cet article
Repost0
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 17:55
photo  Dassault Aviation - S. Randé

photo Dassault Aviation - S. Randé


04.03.2015 Dassault Aviation
 

Mercredi 4 mars, le président de la République s’est rendu dans l’établissement Dassault Aviation de Mérignac où il a été accueilli par Eric Trappier, Serge Dassault, Charles Edelstenne et Olivier Dassault.

Accompagné par Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, François Hollande s’est notamment fait présenter la chaîne Rafale ainsi que les dernières innovations technologiques en matière de soutien.

Le chef de l’Etat, également chef des armées, a prononcé un discours devant le personnel, les élus locaux, les autorités militaires et la presse.

François Hollande s’est ensuite entretenu avec quelques ingénieurs, agents de maîtrise et compagnons.

Intervenant quelques jours après la signature du premier contrat Rafale export, cet événement, sans précédent pour la société, constitue un nouveau moment exceptionnel dans l’histoire de Dassault Aviation.

 

Galerie photo : Visite du Président de la République à Mérignac

Partager cet article
Repost0
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 12:30
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

1 mars 2015 45eNord.ca (AFP)

 

Lorsqu’une embarcation suspecte s’approche d’un peu trop près, un destroyer américain vient s’interposer entre elle et le porte-avions français, au beau milieu du Golfe. Rapidement, la menace s’éloigne.

 

Au même titre que la frégate française Chevalier Paul, le USS Mitscher participe au « bouclier » déployé autour du Charles de Gaulle qui, depuis le 23 février, envoie ses Rafale et Super Etendard frapper le groupe Etat islamique (EI) en Irak.

Le USS Mitscher relève certes du porte-avions américain USS Carl Vinson, stationné juste à côté. Mais quand il vient prêter main forte au Charles de Gaulle, il reçoit ses ordres de l’amiral Eric Chaperon, à la tête du groupe aéronaval français.

« La coopération (entre porte-avions français et américain) a atteint un niveau inégalé », relève le capitaine de vaisseau Christophe, qui dirige l’état-major embarqué sur le Charles de Gaulle.

Après plusieurs semaines d’entraînement l’an dernier dans les mêmes eaux (opération Bois Belleau), les deux marines travaillent en « intégré », sous commandement opérationnel américain, et non plus « l’une à côté de l’autre », explique l’officier, qui n’en dira pas plus sur son identité, en raison des strictes consignes d’anonymat en opérations.

« On peut mutualiser les escortes, le soutien logistique. Notre pétrolier va ainsi ravitailler les bâtiments américains. Et nous on reçoit (de l’approvisionnement) grâce au Cod », précise-t-il.

Deux fois par semaine, un avion Cod (ou Greyhound) de l’US Navy fait le lien entre le porte-avions français et Bahreïn, ramenant courrier, fret et passagers, là où le pétrolier La Meuse ne va à quai que toutes les deux semaines environ pour le ravitaillement en vivres et carburant.

Pour la Marine française, qui ne peut que pâlir d’envie devant les moyens de son homologue américaine, cette mutualisation est tout bénéfice. En contrepartie, elle met à disposition douze Rafale et neuf Super Etendard pour les opérations de la coalition internationale en Irak.

 

La cuisine française, une arme

Concrètement, la campagne de frappes contre le groupe EI est planifiée au Centre des opérations aériennes (CAOC – Combined Air Operations Center) de l’armée américaine au Qatar, où sont présents des officiers de liaison français.

Sur mer, les porte-avions français et américain communiquent en direct par visioconférence. Un officier américain est aussi détaché auprès de l’amiral Eric Chaperon sur le Charles de Gaulle.

« J’ai été amené ici pour aider à comprendre comment ce porte-avions peut travailler mains dans la mains avec un porte-avions américain », explique Patrick, lui-même pilote de Growler, un avion de guerre électronique, dans l’US Navy.

Avec des porte-avions de même nature, à propulsion nucléaire, et des missions identiques de frappes en Irak, la coordination est, selon lui, « très facile ». La principale différence qu’il ait pu observer tient plutôt à la taille des porte-avions américains, deux fois plus grands et dix fois plus nombreux à la surface des mers.

Une autre différence notable se situerait plutôt du côté des… cuisines. « Ah la nourriture est bien meilleure ici! », lâche sans hésiter l’officier. « J’ai entendu un amiral américain dire, après avoir mangé à bord : +La cuisine française est une arme !+. Il a raison ».

Et la baguette française cuite à bord du Charles de Gaulle fait toujours son petit effet sur les équipages de Greyhound qui la ramènent tel un trophée à terre.

Bénéficiaire d’un échange d’officiers, Tiphany, 29 ans, a été intégrée à un équipage français de Hawkeye (Oeil de faucon), l’avion de surveillance stationné sur le Charles de Gaulle.

« La plus grande surprise pour moi, c’était de découvrir que les toilettes sont mixtes. Sur un porte-avions américain, elles ne le sont jamais », raconte-t-elle. « Et même si c’est très réglementé, ici vous pouvez boire deux bières par jour là où chez nous ce serait plutôt une fois tous les deux mois! », s’amuse-t-elle.

Partager cet article
Repost0
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 11:35
Rafale photo Dassault Aviation

Rafale photo Dassault Aviation

 

February 25, 2015 by Shiv Aroor - Livefist


The Indian government is understood to have made it clear that it is no longer a question of whether Dassault Aviation will underwrite the 108 Rafales that HAL proposes to license-build in Bengaluru (a top MoD official indicated to Livefist that the RFP was explicit about this), but a question of how it will do so. Yesterday's hour-long deliberations at the MoD involved discussions on possible options. In very limited conversations with all sides, the following threads become apparent:

  • Dassault and HAL will need to hammer down licensee/licensor modalities that will pave the way for a possibly complex matrix of agreements on the central issue of liability. It's clear now. It is this set of agreements that will provide a solution to the guarantee issue. The question is how long it would take to do this.
  • Second, the extent of inspection and post-manufacture testing of equipment at HAL that would be the minimum required for Dassault to underwrite HAL-built jets.
  • Whether there are any financial implications to additional understandings between HAL and Dassault for the process of underwriting jets produced on the former's production line in Bengaluru. Also, financial implications of the transfer of liability as a result of any additional agreements between HAL and Dassault.
  • Both sides appear committed to finding a solution before Prime Minister Modi's visit to Paris in April, but is that a realistic time-frame? Sources suggest HAL and Dassault have already held extensive discussions on the liability issue and should be in a position to move quickly.
Partager cet article
Repost0
28 février 2015 6 28 /02 /février /2015 16:30
French planes on Gulf-based carrier make first strikes (25 Feb.)

 

Feb 25, 2015 Spacewar.com (AFP)

 

Aboard The Charles De Gaulle - French warplanes from an aircraft carrier in the Gulf carried out their first strikes Wednesday since the warship joined the fight against jihadists in Iraq this week.

 

"We hit a training base for Daesh in the west of Iraq," said Marc Gander, communications advisor to Vice-Admiral Eric Chaperon, commander of the warship's battle group.

 

He used an Arabic acronym to refer to the Islamic State jihadist group.

 

The target was "close to the borders with Syria, at Abu Qaim," said Gander.

 

One of the four Rafale fighter jets that took off on Wednesday morning returned having released all four of its guided missiles while another dropped two, an AFP photographer said.

 

The two pilots shook hands after stepping down from their planes.

 

French warplanes have formed part of the US-led coalition carrying out raids against IS jihadists in Iraq for several months.

 

But the Charles de Gaulle only began operations against the Islamic State group in Iraq on Monday, stepping up France's campaign seven weeks after deadly jihadist attacks in Paris.

 

The carrier's 12 Rafale jets and nine Super Etendard add to France's nine Rafales based in the United Arab Emirates and six Mirage 2000Ds flying out of Jordan.

 

The carrier will be operational in the Gulf for eight weeks.

Partager cet article
Repost0
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 21:55
Chammal : Point de situation du 26 février

 

26/02/2015 Sources EMA

 

Cette semaine, la force Chammal a réalisé vingt-sept missions aériennes au-dessus de l’Irak, incluant plusieurs missions de reconnaissance armée et un raid ayant abouti à la destruction d’un camp d’entraînement de Daech.

 

Dans la matinée du 25 février 2015, deux avions Rafale Marine ont décollé depuis le porte-avions Charles de Gaulle, pour leur première mission de frappe au-dessus de l’Irak. Le groupe aéronaval, engagé depuis le 23 février dans l’opération Chammal, est déployé à partir du golfe arabo-persique où il vient renforcer les composantes françaises déjà engagées dans la coalition depuis plus de cinq mois.

 

Parallèlement, dans le cadre du volet conseil et formation de l’opération Chammal, plusieurs éléments sont arrivés en Irak cette semaine : la quasi-totalité du détachement d’instruction opérationnelle (DIO) génie de Bagdad le 21 février, et le DIO infanterie de Bagdad le 24 février. Ces DIO, respectivement orientés sur les domaines du génie et de l’infanterie, seront tous deux réalisés au profit de militaires irakiens de l’Iraqi Counter Terrorism Service. Au total, avec le DIO génie d’Erbil, déjà en place, et les mentors de la mission de conseil d’état-major Advise & Assit, qui seront mis en place prochainement, ce sont une centaine de militaires français qui participeront au volet conseil et formation de l’opération Chammal.

 

Lancée depuis le 19 septembre 214, l’opération Chammal mobilise 3 200 militaires. Elle vise, à la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliées de la France présents dans la région, à assurer un soutien aérien aux forces irakiennes dans la lutte contre le groupe terroriste autoproclamé Daech. Le dispositif complet est actuellement structuré autour de douze avions de chasse de l’armée de l’Air (six Rafale et six Mirage 2000D), d’un avion ravitailleur C-135 FR, d’un avion de patrouille maritime Atlantique 2, et du groupe aéronaval.

Chammal : Point de situation du 26 février
Chammal : Point de situation du 26 février
Partager cet article
Repost0
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 17:55
Rafale : l’écosystème d’une réussite

 

25.02.2015 Par Frédéric Paya – Valeurs Actuelles

 

Équipementiers. Dassault réunit autour du Rafale quelque 500 sous-traitants employant 7 000 salariés. Tous vont profiter des retombées du contrat égyptien.

 

La commande par l’Égypte de 24 Rafale est aussi une très bonne nouvelle pour la multitude de sous-traitants, petits et grands, qui travaillent pour la fabrication de l’avion : Dassault collabore en effet avec quelque 500 fournisseurs en France, ce qui représente près de 7 000 emplois.

 

Parmi les grands équipementiers historiques de Dassault Aviation, la Snecma. C’est ce motoriste, filiale de Safran, qui équipe chaque Rafale de deux réacteurs de nouvelle génération M88-2. La dernière version, le M88-4, équipe les appareils sortant de chaînes depuis 2012 ; la durée de vie du moteur a été allongée et les opérations de maintenance simplifiées.

 

Thales est aussi très présent à bord du Rafale : l’électronicien lui fournit l’essentiel de ses équipements et systèmes électroniques (près du tiers du prix de vente de l’avion) qui lui permettent de remplir de très nombreuses missions (défense aérienne, reconnaissance, appui-feu, frappe air-sol, lutte antinavire, dissuasion nucléaire, ravitaillement en vol), ce qui confère au Rafale son caractère d’avion “omnirôle”

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 13:55
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

26 Février 2015 Source : Marine nationale

 

Tanguy, 13 ans, malade, rêvait de rencontrer des pilotes de chasse. La base d'aéronautique navale (BAN) de Landivisiau n'a pas hésité un seul instant. Accompagné par sa famille et un bénévole de l'association des Petits Princes, Tanguy a ainsi vécu sa journée tambour battant à la base d’aéronautique navale de Landivisiau.

 

Tanguy a ainsi rencontré et suivi une présentation effectuée par le commandant de la base, avant d’assister  à deux décollages de Rafale depuis le bout de la piste. La visite d'une flottille lui a permis de discuter avec des pilotes de chasse et de monter à bord d’un Rafale !

 

Après un déjeuner à la table du commandant,  il s'est ensuite « envolé » dans le simulateur où s'entraînent les pilotes. Il a assisté à une démonstration des pompiers et a lui-même éteint un feu. Enfin, il a rencontré les techniciens qui assurent la maintenance des Rafale et Super Etendard Modernisé (SEM) lors de sa visite du hangar de maintenance.

 

Des images pleins la tête et heureux, Tanguy est reparti, avec sa famille et l’accompagnateur de l'association, en fin de journée.

 

L'association des Petits Princes a pour but de réaliser les rêves des enfants de 3 à 18 ans, atteints de cancer, leucémie et certaines maladies génétiques. Les bénévoles organisent les rêves des enfants pour leur apporter un peu de joie et les sortir de la maladie. Ainsi dynamisés, ils trouvent un regain d'énergie pour continuer le combat.

 

Encore une fois, pari gagné ! Cette expérience aura autant touché l'enfant que les pilotes et intervenants de cette journée.

Partager cet article
Repost0
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 08:35
Rafale : les discussions avec l'Inde « avancent », pas encore de contrat

Rafale MMRCA powered by M88 engine from Snecma, flies past the runway during the AeroIndia air display - photo Snecma

 

25.02.2015 Le Monde.fr (Reuters)

 

Après le succès de la vente d'avions Rafale à l'Egypte, l'Etat français espère bien doubler la mise en Inde. Le gouvernement a assuré, mercredi 25 février, que les discussions sur la vente de 126 Rafale à l'Inde avancent, mais que rien n'a encore été signé.

« Nous ne communiquons que lorsque les contrats sont conclus, pas avant », a répété le ministère de la défense, au lendemain d'un entretien entre le ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian, et son homologue indien à New Delhi. Les négociations « se poursuivent », a ensuite confirmé le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll.

Dassault Aviation mène des discussions exclusives depuis trois ans avec l'Inde, mais le contrat n'est toujours pas signé, notamment en raison de divergences sur les garanties demandées par l'avionneur. L'un comme l'autre ont démenti les informations du Times of India (dont l'article n'était plus accessible en début d'après-midi) faisant état de la signature d'un premier accord portant sur 24 Rafale.

Lire aussi (édition abonnés) : Rafale : Paris espère un déclic à l’export

Le ministre de la défense indien avait laissé entendre que l'Inde ne prendrait une décision sur le sort du contrat qu'après le mois de mars, qui correspond à la fin de l'exercice budgétaire indien.

  • Un programme français prestigieux

Le Rafale, sixième avion de chasse conçu par Dassault Aviation, a été très rapidement relégué au rang des grands programmes français prestigieux dotés des technologies de pointe mais sans débouché, à l'image du Concorde, du TGV, ou de l'EPR nucléaire.

L'objectif était de remplacer, à l'horizon 2010, les sept types d'avions utilisés par l'armée par un seul avion de combat polyvalent, capable d'assurer des missions air-air, air-sol et air-mer et d'être embarqué sur un porte-avions.

Lire le décryptage : Le Rafale, vingt-sept ans d’attente

Le programme Rafale a été officiellement lancé le 21 avril 1988, avec pour objectif une entrée en service en 1996. Cependant, le contexte international (fin de la guerre froide) et la contraction des budgets de la défense aboutissent à la suspension du programme Rafale en 1995. Les premiers avions, attendus en 1996, n'ont été réellement livrés qu'en 2006.

  • Des polémiques sur son coût

Pour certains, le programme Rafale est trop cher pour le contribuable français. Depuis trente ans, il aurait coûté à chaque Français 500 euros, soit 16 euros par an. Cependant, en 2010, la Cour des comptes a reconnu que ce programme, estimé à 40 milliards d'euros sur quarante ans, pour fabriquer 286 avions, n'a dérivé que de 4,7 % par rapport au devis initial, arrêté vingt-cinq ans auparavant.

A titre de comparaison, le développement du JSF de l'américain Lockheed reviendrait à 5 000 euros par Américain, et son coût avoisine les 1 000 milliards de dollars. Le coût de l'Eurofighter a quant à lui dévié de 75 %, selon le National Audit Office — l'équivalent britannique de la Cour des comptes.

  • Une série d'échecs à l'export

Le Rafale a la réputation d'être le meilleur techniquement. Il a démontré ses compétences sur les terrains de conflit, que ce soit en Libye, au Mali, en Irak ou en Afghanistan. Pourtant, avant la signature de la première vente à l'export en Egypte, il s'est systématiquement fait battre par ses concurrents sur les marchés. Ce sera le cas aux Pays-Bas, à Singapour et en Corée du Sud. Malgré l'implication de Nicolas Sarkozy, les négociations vont aussi échouer avec le Maroc, les Emirats arabes unis, le Brésil ou encore la Libye — M. Sarkozy ayant proposé 14 avions au dictateur Mouammar Kadhafi de passage à Paris.

Lire aussi : Comment la vente de Rafale à l’Egypte a-t-elle été organisée ?

  • Des perspectives positives

La mégacommande indienne est de nature à changer la donne pour le Rafale, qui vient de faire l'objet d'un tout premier contrat à l'export avec l'Egypte pour 24 avions, le 12 février. Les discussions sur la vente de 36 Rafale au Qatar sont par ailleurs parvenues à un « stade final ». La France discute avec la Malaisie pour la vente de 16 avions, et les négociations ont repris avec les Emirats arabes unis pour un total pouvant aller jusqu'à 60 avions.

Partager cet article
Repost0
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 23:30
Premier contact avec l'Irak pour "Charpy", pilote de Rafale


25 févr. 2015 par AFP

 

 

Pilote de Rafale, "Charpy" découvre pour la première fois le théâtre d'opération irakien. Comme ses équipiers, il est aussi galvanisé par la "barbarie" de l'adversaire qui, plus que jamais, le conforte dans sa mission

 

 
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories