Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 janvier 2016 4 21 /01 /janvier /2016 16:55
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air


21.01.2016 Jean-Dominique Merchet
 

Lors de ses voeux à la Défense, mercredi soir au Val de Grâce, Jean-Yves Le Drian a esquissé une ouverture vers l’armement des drones de type Reaper, que l’armée de l’air utilise au Sahel. Voici ces propos - c’est nous qui soulignons : « Les drones d’observation décuplent nos capacités de renseignement et d’action – mais nous n’en sommes qu’au début. Les théâtres d’opérations nous confrontent à des situations nouvelles – je pense en particulier à la question du « déni d’accès », qui peut remettre en cause notre liberté d’action aux endroits mêmes où nous sommes engagés. Dans ce cadre-là, certains de nos alliés ont déjà eu recours à des drones de combat, en faisant la preuve de leur efficacité. »

Suite de l'article

MQ-9 Reaper - photo USAF

MQ-9 Reaper - photo USAF

Repost 0
10 décembre 2015 4 10 /12 /décembre /2015 14:20
Commande d’un 3e système de drones Reaper

 

10/12/2015 DIRECTION GÉNÉRALE DE L’ARMEMENT

 

La Direction générale de l’armement (DGA) a commandé le 7 décembre 2015 un troisième système de drones MALE (moyenne altitude, longue endurance) de type Reaper. Le premier système, livré en décembre 2013, est utilisé de manière intensive dans la bande sahélo-saharienne dans le cadre des opérations en cours. La livraison du 2esystème est prévue en 2016 et celle du 3e en 2019.

 

La Loi de programmation militaire 2014-2019 prévoit que l’armée de l’Air disposera en 2019 de 4 systèmes complets, comprenant chacun 3 drones.

 

Les drones MALE (Moyenne Altitude Longue Endurance) sont des outils essentiels dans les zones de conflit moderne, offrant une capacité majeure en termes de connaissance et d’anticipation. Ils sont capables d'assurer des missions de renseignement, de surveillance, de reconnaissance et de désignation d'objectifs en opérant, grâce à leur endurance, sur de larges zones, à grandes distances et sur de longues durées.

 

Les drones Reaper sont fabriqués par l'industriel américain General Atomics. Leur acquisition est réalisée selon la procédure FMS (Foreign Military Sale) auprès de l’US Air Force.

Repost 0
13 novembre 2015 5 13 /11 /novembre /2015 16:30
RAF Reaper strike on ISIL vehicle 12 November 2015


13 nov. 2015 defenceheadquarters

 

Royal Air Force aircraft provided continued close air support to the successful Kurdish offensive around Sinjar city on 12 November, as well as to Iraqi operations in Ramadi.

An RAF Reaper worked closely with other coalition aircraft to ensure that the Kurdish soldiers fighting to retake Sinjar received constant and immediate support from the air. The advanced surveillance sensors on the Reaper allowed it to search ahead of the advancing peshmerga and identify ISIL terrorist activity. In addition to this invaluable intelligence support, the Reaper’s controllers were also able to conduct two successful strikes with Hellfire missiles on groups of terrorists as they attempted to react to the Kurdish advance. Although Sinjar was the focus for much coalition air activity, patrols were maintained over other areas of Iraq where the fight against ISIL continues, and RAF Tornado GR4s provided close air support to the Iraqi units closing in on the terrorist positions in Ramadi. Just north of the city, a terrorist supply truck was identified at the mouth of an underpass, and destroyed by a direct hit from a Brimstone missile.

Repost 0
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 12:50
photo Italian Air Force

photo Italian Air Force

 

05/11/2015 par Guillaume Belan - Air & Cosmos

 

Rome pourrait bien devenir le second pays export à armer ses drones Reaper, après le Royaume-Unis. Ce 3 novembre, la Defense Security Co-operation Agency (DSCA) américaine a accepté d'exporter à l'Italie les kits d'intégration d'armements pour 6 de ses drones MQ-9 Reaper. Cette acceptation fait suite à une demande italienne pour l'achat de 156 missiles AGM-114R2 Hellfire II de Lockheed Martin, 30 bombes guidées laser GBU-12, 30 GBU-38 Joint Direct Attack Munitions (JDAMs), 30 GBU-49 guidées laser, 30 GBU-54 laser JDAM. Le contrat pourrait s'élever à 130 millions de dollars.

Suite de l’article

Repost 0
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 19:30
British forces have continued to conduct air operations to assist the Iraqi government in its fight against ISIL.

 

5 November 2015 Ministry of Defence

 

ISIL terrorists in Iraq have been struck repeatedly by Royal Air Force air strikes conducted over the past week in support of the Iraqi forces fighting on the ground.

 

Tornado GR4s from RAF Akrotiri, supported by a Voyager air-to-air refuelling tanker, provided close air support to Iraqi troops operating near Bayji on Thursday 29 October. A number of ISIL terrorists were observed manoeuvring towards an Iraqi position, and our aircraft successfully attacked three groups with Paveway IV guided bombs. Later that day, another GR4 flight conducted a strike on a fortified terrorist position near Tal Afar in the north-west of the country, hitting three targets with Paveways.

 

On Friday 30 October, a pair of GR4s again provided close air support to the Iraqi army, on this occasion near the occupied city of Ramadi. Two Paveways successfully disrupted an attempted terrorist attack on an Iraqi unit. The ISIL terrorists then opened fire on the Iraqis with two light anti-aircraft cannons. Despite difficult weather conditions, the highly capable GR4s were able to target the gun positions using a second pair of Paveway IVs, and both terrorist guns were knocked out and the threat to them removed.

 

On Sunday 1 November, an RAF Reaper used a Hellfire missile to destroy a group of terrorists in close combat with Iraqi troops, while a second Reaper, operating over Anbar province, worked in close cooperation with coalition fast jets to assist Iraqi operations to isolate the ISIL terrorists in and around Ramadi. The Reaper provided surveillance support to six coalition air strikes on terrorists manoeuvring in the area, and conducted four highly accurate strikes of its own using Hellfire missiles on groups of extremists as they attempted to reposition themselves against the advancing Iraqi forces. In north-west Iraq, Tornado GR4s were meanwhile supporting Kurdish peshmerga near Sinjar: three Paveway attacks destroyed an armed pick-up truck, a weapons cache, and a sniper position.

 

The following day, Monday 2 November, a Reaper conducted three successful strikes with two Hellfire missiles and a GBU-12 guided bomb against ISIL terrorist positions in western Iraq, including an anti-aircraft gun which the Reaper had located.

 

On Tuesday 3 November, a GR4 patrol again provided support to the Kurdish forces near Sinjar. A Brimstone missile destroyed a terrorist weapons cache, and a Paveway destroyed a mortar position on the top of a building.

On the ground, the coalition effort to train and equip the Iraqi security forces continues apace, with British military instructors playing a significant role, in particular leading the training programme on how to counter the threat from improvised terrorist explosive devices and booby-traps. RAF Sentinel surveillance aircraft play an important part in the coalition’s collection of intelligence on ISIL positions and movements, while Hercules transports provide the essential logistic support to the headquarters and training teams deployed in Iraq and neighbouring partner nations.

 

see all updates

Repost 0
30 octobre 2015 5 30 /10 /octobre /2015 19:45
Barkhane : Record d’endurance en vol battu par le drone Reaper

 

30/10/2015 Sources : État-major des armées

 

À la fin du mois d’octobre 2015, le drone Reaper a battu un nouveau record d’endurance en effectuant un vol de 25 heures et 6 minutes. Depuis janvier 2014, dans le cadre des opérations Serval puis Barkhane, ces drones opèrent au sein du détachement air de Niamey pour renforcer les capacités de surveillance et de renseignement de la force.

 

Afin de s’affranchir de la contrainte géographique liée à l’immensité du théâtre sahélo-saharien, la France a mis en place à Niamey des drones Reaper et Harfang. Leurs capacités « intelligence, surveillance et reconnaissance » s’inscrivent au cœur de la mission aérienne et viennent en appui et en complément des autres capteurs.

Le drone Reaper MALE (Moyenne altitude, longue endurance) a la particularité de pouvoir effectuer des vols de très longue durée qui permettent d’offrir une capacité de présence aérienne quasi-permanente. Depuis leur arrivée au Niger en janvier 2014, les missions opérationnelles des Reaper se succèdent à un rythme soutenu et permettent la transmission en temps réel des informations renseignement vers les postes de commandement et des forces terrestres déployées au sol.

« Fin octobre, dans le cadre d’une mission où le drone Reaper assure pour la force Barkhane une permanence de vol long sur une zone d’intérêt désignée, ce dernier a battu son record avec plus de 25 heures et 6 minutes de temps de vol - le précédent record, datant de décembre 2014 était de 24 heures et 30 minutes » annonce le lieutenant-colonel Richard qui a participé en tant que pilote à cette mission au profit de la force.

Les trois équipages issus de l’escadron de drones 01.33 Belfort de l’armée de l’air sont composés de personnel navigant, d'officiers renseignement et d'interprétateurs d'images. Très sollicités, ils se relaient aux commandes des trois Reaper qui assurent à tour de rôle la permanence des missions de surveillance aérienne pouvant s’échelonner sur cinq jours.

Dans le cadre de l’opération Barkhane, les drones Reaper ont effectué plus de 5 200 heures de vol. Leur vitesse de déplacement et la qualité des images prises par les capteurs sont devenues un atout indéniable dans la réalisation des missions d'appui renseignement aux opérations de lutte contre le terrorisme menées par Barkhane.

L’opération Barkhane regroupe 3 500 militaires dont la mission, avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes pouvant agir dans la bande sahélo-saharienne.

Barkhane : Record d’endurance en vol battu par le drone Reaper
Repost 0
30 octobre 2015 5 30 /10 /octobre /2015 17:55
Reaper: l'armée de l'air toujours américano-dépendante


29.10.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

On peut toujours s'extasier sur le vol d'un Reaper tricolore qui a tenu l'air pendant 25 heures mais ça ne change rien à la dure réalité des choses. Sans nos amis/alliés/concurrents US et leur bon vouloir, nos drones ne voleraient pas.

Et ce ne sont pas les participants à l'atelier Reaper qui s'est tenu du 14 au 16 octobre à Cognac (là où est basé l'escadron Belfort, désormais commandé par le lt-cl Tanguy Benzaquen à la place du tonitruant Christophe Fontaine qui a atterri à la DRM) qui diront le contraire.

A l'agenda de cet atelier, au moins trois points notables:
- la certification des Reaper pour les faire voler au-dessus du territoire métropolitain français,
- la charge ROEM à installer sous les drones fabriqués par GA,
- la livraison d'un cockpit à Cognac

Respectivement ajouter les adjectifs suivants à chacun de ces trois points:
- éventuelle
- souhaitée
- probable

Par ailleurs, le constat conclusif a été clair: la dépendance française sur les US est lourde. Comme je le rappelais il y a deux jours (lire ici), des contractors de GA et L3C se chargent de la maintenance et de l'envol des drones. Ces contractors sont même présents dans le cockpit déporté de Niamey lors des opérations françaises.

La formation des pilotes et des spécialistes de la maintenance traîne; quant au pilotage déporté depuis Cognac, ce n'est pas pour tout de suite.

Alors, va pour la 25e heure en attendant des jours meilleurs!

Repost 0
30 octobre 2015 5 30 /10 /octobre /2015 12:20
Naval Air: Reapers Go To Sea

 

October 25, 2015: Strategy Page

 

The American firm that makes the 1.1 ton Predator and 4.7 ton Reaper UAVs is developing a maritime patrol kit for the Reaper. It takes about 12 hours to install the maritime patrol kit which includes maritime search radar, sonobuoys and the ability to transmit data collected by the sonobuoy sonar back to land or airborne analysts for further processing. Also carried are Hellfire missiles that can be used against surfaced submarines or small warships. The maritime reaper would be able to fly to a spot more than 3,000 kilometers off shore, patrol the area for up to ten hours and then return. This new maritime patrol kit was developed in an effort to get a contract with the British Royal Navy to provide maritime patrol UAVs the British are seeking. This would provide a maritime patrol at less than half the cost of the larger U.S. Navy RQ-4B Triton UAV.

 

The Reaper already has some experience with maritime reconnaissance. In 2009 several MQ-9s were sent to the Seychelles (a group of 115 islands 1,500 kilometers from the east African coast) to aid in the anti-piracy patrol. This apparently was successful enough to encourage further work in this area. At the same time Israel was using a Predator size UAVs (the Heron) equipped with a synthetic aperture radar and onboard software to provide automatic detection, classification and tracking of what is down there on the waters off the Israeli coast. Human operators ashore, or on a ship or in an aircraft, are alerted if they want to double check something the software was programmed to consider suspicious. Operators used video cameras on the Heron to determine exactly what was down there. Also carried are sensors that track the sea state (how choppy it is). Israel still uses this version and has sold some to India.

 

Meanwhile the U.S. Navy has five of the 13 ton RQ-4B Triton UAVs in service since 2012. These are modified RQ-4B (Global Hawk) UAVs that began operational testing in 2010. The Triton was assigned to operating with a carrier task force at sea. Circling above the task force at 22,500 meters (70,000 feet), Triton monitored sea traffic off the Iranian coast and the Straits of Hormuz. Anything suspicious was checked out by carrier or land based aircraft, or nearby warships. The Triton aircraft can fly a 24 hour sortie every three days. The first production Triton was delivered in late 2012. In 2009, the first year of Triton testing consisted of 60 flights and over 1,000 hours in the air. The flights were over land and sea areas, even though the UAV sensors are designed mainly to perform maritime reconnaissance.

 

The Navy is buying the Tritons for over $60 million each. This version is larger (wingspan is 5 meters/15 feet larger, at 42.2 meters/131 feet, and it's nine percent longer at 15.5 meters/48 feet) than the A model and can carry more equipment. To support that, there's a new generator that produces 150 percent more electrical power. The RQ-4 has a range of over 22,000 kilometers and a cruising speed of 650 kilometers an hour.

 

The first three RQ-4Bs entered service in 2006. At 13 tons the Global Hawk is the size of a commuter airliner (like the Embraer ERJ 145) but costs nearly twice as much. Global Hawk can be equipped with much more powerful and expensive sensors, which more than double the cost of the aircraft. These "spy satellite quality" sensors (especially AESA radar) are usually worth the expense because they enable the UAV, flying at over 20,000 meters (62,000 feet), to get a sharp picture of all the territory it can see from that altitude. The B version is a lot more reliable. Early A models tended to fail and crash at the rate of once every thousand flight hours.

Repost 0
10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 11:50
Britain to increase UAV fleet, modernize Special Forces gear


Oct 5, 2015 (UPI)

 

Britain is to replace and double its fleet of remotely piloted aircraft and modernize equipment of its Special Forces.

The investment, announced by Prime Minister David Cameron, is part of the 2015 Strategic Defense and Security Review.

"In order to equip UK intelligence agencies and British Armed forces with the capabilities they need to keep the streets of Britain safe, the prime minister has announced that the RAF will replace the existing fleet of 10 Reaper aircraft with more than 20 of the latest generation of RPAS, which will be called Protector and will carry the very latest technology," the Ministry of Defensee said.

"With a greater range and endurance, the new Protector aircraft will dramatically increase the UK's ability to identify, track, deter and ultimately counter potential threats. Combined with the increase in the size of the fleet, this will substantially enhance the UK's global intelligence surveillance and reconnaissance capability.

For its Special Force, the Ministry of Defense said, new specialist weapons and clothing will be procured to ensure that the force "remains at the cutting edge of technology, giving them a clear advantage over enemies."

Additional details of the procurement of RPAs and Special Forces equipment was not elaborated upon.

The Reaper currently used by Britain is made by General Atomics Aeronautical Systems Inc. Cameron, who made the announcement in a newspaper interview, gave no information on the Protector RPA, including its manufacturer.

"The duty of the UK Government is to keep our country safe and we must do more as the threats we face evolve," said Defense Secretary Michael Fallon. "We must adapt and stay ahead of our enemies.

"This investment package will enhance our ability to address these sophisticated dangers both at home and abroad, allowing us to intervene with speed and precision to protect the people of the UK and our international partners."

Repost 0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 07:50
A MQ-9 Reaper unmanned aerial vehicle prepares to land after a mission in support of Operation Enduring Freedom in Afghanistan. The Reaper has the ability to carry both precision-guided bombs and air-to-ground missiles. U.S. Air Force photo by Staff Sgt. Brian Ferguson

A MQ-9 Reaper unmanned aerial vehicle prepares to land after a mission in support of Operation Enduring Freedom in Afghanistan. The Reaper has the ability to carry both precision-guided bombs and air-to-ground missiles. U.S. Air Force photo by Staff Sgt. Brian Ferguson

 

WASHINGTON, Oct. 7 (UPI)

 

The U.S. State Department has approved the sale of MQ-9 Reaper unmanned aerial vehicles to Spain's military, the department announced on Wednesday.

The sale covers four MQ-9 Block 5 Remotely Piloted Aircraft, and an additional 20 Embedded Global Position System/Inertial Guidance Units, two Mobile Ground Control Stations, five Multi-Spectral Targeting Systems, and five Synthetic Aperture Radar units. The total sale has an estimated cost of $243 million. The MQ-9 Reaper was manufactured by General Atomics Aeronautical Systems, and is currently in service with the U.S. Air Force. The unmanned craft is typically armed with a combination of AGM-114 Hellfire missiles, GBU-12 Paveway II and GBU-38 Joint Direct Attack Munition (JDAM).

 

Read more

Repost 0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 07:50
UK Reaper Training

October 03, 2015 by Think Defence

A couple of FOI requests that reveal the UK’s training regime for the Reaper.

US Training

UK Personnel stationed at Creech AFB

Repost 0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 18:30
RAF Reaper strike on ISIL boat 2 September 2015


8 sept. 2015 Defence HQ

 

An RAF Reaper attacks ISIL boat loaded with hundreds of mortar and rocket rounds.

Repost 0
4 juillet 2015 6 04 /07 /juillet /2015 11:55
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

02.07.2015 par Jean Esparbès, étudiant à Sciences Po Lille et qui réalise actuellement un stage à La Voix du Nord et au blog Défense globale
 

Pour prolonger l'interview sur l'éthique du drone (lire ici), tentons d'aller un cran plus loin, au-delà de la doctrine actuelle de la France qui se refuse à armer ses trois drones MALE (moyenne altitude longue endurance). Jusqu'ici, l'usage intensif (5 000 heures de vol en un an et demi pour l'opération Barkhane) se cantonne aux missions de reconnaissance. L'efficacité opérationnelle ne commandera-t-elle pas rapidement d'armer les drones ?

La réflexion avance avec Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, chargé de mission « affaires transversales et sécurité » au Centre d’Analyse, de Prévision et de Stratégie (CAPS) du ministère des Affaires étrangères, notamment sur les drones armés. Il partage la position des nombreux opérationnels souhaitent en tirer pleinement parti, et donc de les armer. Il s’exprime ici en son nom : ses propos n’engagent aucunement le ministère des Affaires étrangères.

 

Un rapport de force en faveur de l’armement des drones

Dans son article « Quand la France armera ses drones », publié dans Les Cahiers de la Revue Défense Nationale, deux arguments prédominent. L'attrait opérationnel de l'armement des drones « serait un gain de ressources ». Aujourd’hui, toutes les frappes de Mirage 2000-D résultent d’une surveillance de drone. Le drone armé permettrait de libérer un avion de chasse pour une autre mission. Il serait un démultiplicateur de forces.

L’autre avantage est l'endurance, donc la permanence. Un Reaper peut assurer une présence pendant vingt-quatre heures au-dessus d’une zone, contrairement au chasseur qui ne fait que passer. Cette permanence offre le choix du moment pour frapper. On accroît ainsi la discrimination et diminue le risque de victimes civiles. Le dilemme s’est déjà présenté. « Quand la cible est mouvante, si elle est dans le désert ça va, si une heure plus tard elle est en ville, qu’est-ce que vous faites lorsque votre avion arrive ? »

 

Armement et souveraineté

Maintenant, avec quoi les armer ? Les missiles Hellfire des hélicoptères Tigre HAD sont une option. Reste que les drones MQ-9 Reaper de General Atomics sont une technologie américaine. Le renseignement américain (la NSA comme d’autres) emploie tous les leviers à sa disposition, ce qui augure des problèmes de souveraineté. Par ailleurs, ils ont été prélevés sur des exemplaires produits pour l’US Air Force. Le concours de General Atomics sera donc nécessaire pour les modifier.

Se pose ensuite la question de l’emploi. Qu’est-ce qui, vu du ciel, différencie un véhicule de djihadistes de celui de trafiquants ou de rebelles se jouant des frontières des Etats du Sahel ? Rien. La réalisation de « Signature Strikes » (frappes basées sur le comportement), comme le fit la CIA au Pakistan ou au Yémen, semble à exclure. La validation des cibles par du renseignement venant d’autres sources (troupes au sol, services de renseignement) est plus sage et conforme à la doctrine française.

Jean-Baptiste Jeangène Vilmer rappelle également qu'« il y a un débat sur l’efficacité : les frappes de drones réduisent-elles ou augmentent-elles la menace ? Un usage industriel des Signatures Strikes, par exemple, peut se retourner en formidable outil de recrutement, pour les proches des victimes qui crient vengeance et dans la propagande qui utilise abondamment ce genre de récits. Cela incite à la plus grande prudence et à un usage parcimonieux de cet outil ».

Il recommande plutôt une doctrine restrictive d’élimination ciblée. Celle-ci se concentrerait sur « des cibles de haute valeur, posant une menace imminente et démontrable à la sécurité nationale, lorsque l’État sur le territoire duquel elles se trouvent n’a pas la volonté ou la capacité de supprimer la menace ».

 

Des militaires divisés entre terriens et aviateurs

Une double résistance à l'armement des drones existe. L'opinion publique, informée par les ONG sur les abus américains, est sensible à une vision négative. Plus surprenant, l'armée française serait, elle aussi, divisée sur la question. Jean-Baptiste Jeangène Vilmer rappelle qu’une fraction des militaires est attachée à la conception selon laquelle le risque physique reste l’étalon de la valeur du soldat. Il ne faut pas sous-estimer « cette différence de culture entre les armées de l’air et de terre, entre ceux qui considèrent que faire la guerre à distance n’est pas un problème éthique, et ceux qui considèrent que c’en est un ». Le débat est ouvert.

Repost 0
2 juillet 2015 4 02 /07 /juillet /2015 16:55
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

June 16, 2015: Strategy Page

 

France recently received its third American RQ-9 Reaper UAV. The first two were ordered in 2013 and in service by early 2014. Pleased with Reaper performance France has ordered a dozen and expects all of them to be in service by 2019.

 

Back in 2013 France decided that its locally developed Harfang UAV was not sufficient and decided to try out the Reaper. As expected the Reaper performed as well as other NATO users had reported and soon the initial order was increased to twelve. In 2013 two Harfang UAVs were in Mali (operating from neighboring Niger) and some American RQ-9s are helping out as well. France wanted the RQ-9s as quickly as possible and apparently this sale was dependent on the U.S. being able to deliver the RQ-9s before the end of 2013. That was accomplished and the two French reapers were in service by January and were soon in Africa.

 

The MQ-9 Reaper is a 4.7 ton, 11.6 meter (36 foot) long aircraft, with a 21.3 meter (66 foot) wingspan that looks like the MQ-1 Predator. It has six hard points and can carry 682 kg (1,500 pounds) of weapons. These include Hellfire missiles (up to eight), two Sidewinder or two AMRAAM air-to-air missiles, two Maverick missiles, or two 227 kg (500 pound) smart bombs (laser or GPS guided). Max speed is 400 kilometers an hour and max endurance is 15 hours. The Reaper is considered a combat aircraft, to replace F-16s or A-10s in many situations.

 

The Harfang was based on the Israeli Heron Shoval UAV, which in turn is very similar to the MQ-1 and is selling well to foreign customers who cannot obtain the MQ-1. In addition to being one of the primary UAVs for many armed forces (Israel, India, Turkey, Russia, France, Brazil, El Salvador), the United States, Canada, and Australia have either bought, leased, or licensed manufacture of the Heron. France bought four Harfang ("Eagle") UAVs and used them in Afghanistan, Libya, and Mali since 2009.

 

The Shoval weighs about the same (1.2 tons) as the Predator and has similar endurance (40 hours). Shoval has a slightly higher ceiling (10 kilometers/30,000 feet, versus 8 kilometers) and software which allows it to automatically take off, carry out a mission, and land automatically. Not all American large UAVs can do this. Both Predator and Shoval cost about the same ($5 million), although the Israelis are willing to be more flexible on price. Shoval does have a larger wingspan (16.5 meters/51 feet) than the Predator (13.2 meters/41 feet) and a payload of about 137 kg (300 pounds). The French version costs about $25 million each (including sensors and development costs).

 

Israel also developed a larger version of the Heron, the 4.6 ton Heron TP. This is similar to the American RQ-9, but with a lot less combat experience and more expensive. Some Heron TP tech was incorporated into Harfang and France was going to buy some Heron TPs, even though MQ-9s were offered for more than 20 percent less. France analyzed the situation and decided to switch to the RQ-9 because they are seen as more reliable and capable as well as possessing lots of combat experience.

 

The Heron TP entered squadron service in the Israeli Air Force four years ago. The UAV's first combat service was three years ago, when it was used off the coast of Gaza, keeping an eye on ships seeking to run the blockade. For that kind of work the aircraft was well suited. But so are smaller and cheaper UAVs. Development of the Heron TP was largely completed in 2006, mainly for the export market, and the Israeli military was in no rush to buy it. There have been some export sales and the Israeli air force eventually realized that this was an ideal UAV for long range operations or for maritime patrol. But it turned out there were few missions like that. Equipped with a powerful (1,200 horsepower) turboprop engine, the Heron TP can operate at 14,500 meters (45,000 feet). That is above commercial air traffic and all the air-traffic-control regulations that discourage, and often forbid, UAVs fly at the same altitude as commercial aircraft. The Heron TP has a one ton payload, enabling it to carry sensors that can give a detailed view of what's on the ground, even from that high up. The endurance of 36 hours makes the Heron TP a competitor for the U.S. MQ-9. The big difference between the two is that the Reaper is designed to be a combat aircraft, operating at a lower altitude, with less endurance, and able to carry a ton of smart bombs or missiles. Heron TP is meant mainly for reconnaissance and surveillance, and Israel wants to keep a closer, and more persistent, eye on Syria and southern Lebanon. But the Heron TP has since been rigged to carry a wide variety of missiles and smart bombs.

Repost 0
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 12:30
RAF strike on ISIL vehicle in Iraq June 26

 

1 juil. 2015 by DefenceHQ

 

On Friday 26 June, a Reaper on patrol over western Iraq located an engineering vehicle, used by ISIL to construct defences in the area. Despite the efforts to conceal the vehicle, the Reaper was able to destroy the target with a Hellfire missile.

Repost 0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 12:45
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

16/06/2015 Par Frédéric Pons- V.A.

 

Guerre moderne. Plus aucune opération n’est menée sans l’appui des drones de reconnaissance. Ils détectent, renseignent, appuient, rassurent, en temps réel. Pour avoir trop tardé, la France a été obligée d’acheter du matériel américain.

Les deux chefs islamistes se croyaient à l’abri dans l’adrar des Ifoghas, à l’extrême nord du Mali. Amada Ag Hama, affilié à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), et Ibrahim Ag Inawalen, chef de la police religieuse du mouvement islamiste Ansar Dine, n’ont rien vu venir. Les forces spéciales françaises les ont éliminés le 18 mai, au terme d’une opération qui marque un nouveau succès des drones de reconnaissance Reaper.

Foudroyant, ce raid mené au “bout du monde” n’aurait pas été possible sans cette “arme fatale” utilisée depuis quinze mois par l’armée française. Ag Hama et Ag Inawalen ont été débusqués et pistés par un drone. L’action a été coordonnée également par un drone : l’approche des hélicoptères, un largage de parachutistes, la protection des chasseurs, l’assaut, le recueil et l’exfiltration des commandos.

Plus aucune opération n’est montée sans drone — c’est aussi un Reaper français qui a retrouvé, en juillet 2014, le site du crash du vol AH5017 d’Air Algérie, dans le nord du Mali. Chaque convoi a droit à son accompagnateur, car, dans l’immensité apparemment vide du Sahel, l’ennemi peut frapper à tout moment. Si la vigilance est totale, les soldats savent aussi qu’ils ne sont plus jamais seuls. Un drone veille sur eux, invisible, inaudible. De jour comme de nuit, il détecte la moindre présence ennemie, dans la plus grande discrétion. Captée à 6 000 ou 7 000 mètres, l’image d’un homme en armes sera aussitôt analysée. Si nécessaire, elle déclenchera une frappe aérienne, guidée par les capteurs du Reaper.

 

En orbite, le drone transmet ses images à la chaîne de commandement, en vidéo instantanée et en “vision partagée” : à Niamey (Niger), base arrière du détachement des drones ; à N’Djamena (Tchad), PC de l’opération Barkhane ; à Paris, dans les sous-sols du centre opérationnel des armées ; au Mont-Verdun (Lyon), chargé de coordonner la manoeuvre aérienne de Barkhane.

« Les drones, plus on en a, plus on en a besoin, dit le général Denis Mercier, le chef d’état-major de l’armée de l’air. C’est la clé des opérations en Afrique. » Le premier “aéronef piloté à distance” de type Reaper a été livré en janvier 2014. Le troisième est arrivé le 7 mai de cette année. Les hangars rougis par les vents de sable du détachement air de l’opération Barkhane à Niamey abritent un système Reaper complet, avec trois engins et deux cabines de conduite comparables aux cockpits de chasseurs. Le cap des 5 000 heures de vol a été franchi

 

Lire la suite...

Repost 0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 08:45
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

16/06/2015 EMA/COM – Armée de l’Air

 

Un an et demi après leur engagement sur le théâtre de l’opération Barkhane, les drones Reaper viennent de franchir les 5 000 heures de vol au-dessus de la bande sahélo-saharienne au cours de plus de 350 missions.

 

L’acquisition le 7 mai 2015 d’un troisième drone MALE (Moyenne Altitude, Longue Endurance) de type Reaper sur le détachement air de Niamey est venue renforcer la mission d’appui renseignement à la disposition des forces françaises. Ces drones démontrent quotidiennement leur plus-value, tout en complétant parfaitement l’action des drones Harfang déjà en place depuis le début de l’opération en août 2014.

 

Au rythme de missions quotidiennes, les hommes et femmes de l’escadron de drones 1/33 «Belfort» se relaient jour et nuit pour assurer une surveillance permanente de la zone d’opération. Le drone a, comme tous les avions, besoin d’un équipage pour voler, mais aussi d’une équipe de mécaniciens pour entretenir le vecteur, son cockpit et ses systèmes de transmission.

 

Alternant leur participation aux opérations planifiées et d’opportunités, les drones tiennent aujourd’hui un rôle central sur un théâtre aussi vaste que l’Europe. Cet avion peut effectuer de très grandes durées de vol et transmettre rapidement des renseignements. Il a ainsi su démontrer sa parfaite complémentarité avec les autres moyens aériens et sa plus-value auprès des forces terrestres durant toutes les phases de l’opération.

Repost 0
16 juin 2015 2 16 /06 /juin /2015 16:20
General Atomics et Cobham s'allient pour assurer le soutien des drones Reaper et Predator

 

16.06.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

Voici une alliance qui risque de peser lourd: le constructeur américain de drones General Atomics et l'équipementier et prestataire de services britannique Cobham viennent de signer un accord dans le domaine du soutien des drones de type Predator et Reaper. Le communiqué de presse précise que le groupement d'entreprises va offrir ses services au Royaume-Uni (lvoir ici le site Drone Wars UK) et en Australie où "de futures opportunités" sont prévisibles.

Ce groupement devrait tout naturellement surveiller ce que les autres utilisateurs européens de drones Reaper, dont la France, vont décider en matière de soutien de leurs matériels.

Le MQ-9 Users Group qui s'était réuni en janvier à l'initiative de Paris avait mis en place quatre groupes de travail portant sur la formation, la simulation, l’insertion dans l’espace aérien et le soutien. Sa prochaine réunion était planifiée pour le mois de juin 2015... L'arrivée du duo anglo-américain risque de changer la donne.

Repost 0
27 mai 2015 3 27 /05 /mai /2015 17:30
RAF Strike on ISIL 19 May

 

26 mai 2015 by Defence HQ

 

A Reaper identified a series of fortified positions; it successfully attacked one bunker with a Hellfire missile, then helped direct three attacks by the Tornado GR4s, which used Paveway IV precision guided bombs to destroy an artillery position and two other bunkers.

Repost 0
19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 10:45
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

18/05/2015 Armée de l'air

 

Dans le fuseau Est de l’opération Barkhane, le 7 mai 215, le détachement air de Niamey a reçu un troisième drone Reaper.

 

Ce troisième drone a été déclaré opérationnel après un vol d’essai de 40 minutes réalisé avec succès le 12 mai 2015.

 

L’armée de l’air dispose donc maintenant de deux Harfang et de trois Reaper pour mener ses opérations dans la bande sahélo-saharienne.

Repost 0
12 mai 2015 2 12 /05 /mai /2015 16:46
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

12/05/2015 Sources : EMA

 

Le 7 mai 2015, l’armée de l’air a reçu un troisième drone de type Reaper. Il a été directement projeté à Niamey, au Niger, auprès de la force Barkhane.

 

Ce Reaper vient compléter le dispositif déjà en place composé de 2 drones Harfang et de 2 drones Reaper, mis en œuvre par l’escadron de drones 1/33 Belfort de Cognac. Depuis leur arrivée sur le théâtre, les drones Reaper ont effectué plus de 4 000 heures de vol.

 

Ce dernier appareil devrait être opérationnel dans les jours à venir.

 

Les drones MQ-9 Reaper MALE - Moyenne altitude, longue endurance - sont arrivés sur le théâtre sahélo-saharien en décembre 2013. Indispensables sur un théâtre aussi vaste que l’Europe, les drones Reaper démontrent leur utilité et leur performance dans la réalisation de toutes les opérations et missions d'appui renseignement aux opérations de la force. Complémentaire aux autres moyens aériens, il permet notamment d’assurer, durant des périodes pouvant aller jusqu’à près de 24h, une présence aérienne permanente.

 

Alternant opérations planifiées et d’opportunité, les drones sont présents à chaque phase des opérations pour appuyer les actions des forces terrestres et aériennes. Les précieux renseignements qu’ils fournissent permettent aux unités d’appréhender l’environnement sur lequel ils vont évoluer ainsi que les menaces auxquelles ils devront faire face.

 

Plus d’informations sur le site de l’état-major des armées.

photo Armée de l'Airphoto Armée de l'Air
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

Repost 0
29 avril 2015 3 29 /04 /avril /2015 16:55
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

28/04/2015 par Emmanuel Huberdeau – Air & Cosmos

 

Le processus d'acquisition des neuf prochains drones Reaper français semble être en bonne voie. Le département de la défense américain a annoncé la commande de neuf tourelles multi spectrales de désignation type B de Raytheon dans le cadre d'un contrat FMS (foreign military sales) pour la France. Le coût annoncé du contrat est de 11,6M$. Ces systèmes seront à priori intégrés sur les neufs prochains drones MQ-9 Reaper que la France doit acquérir.

 

Suite de l’article

Repost 0
17 avril 2015 5 17 /04 /avril /2015 11:45
Les drones Reaper passent le cap des 4 000 heures de vol

 

15/04/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Depuis janvier 2013, dans le cadre de l’opération Barkhane, l’escadron de drones 1/33 "Belfort" de Cognac est déployé avec deux drones Harfang au sein du détachement Air (DETAIR) de Niamey. Au mois de décembre 2013, deux drones MQ-9 Reaper ont rejoint le dispositif afin de renforcer les capacités de surveillance et de renseignement de Barkhane. Ces derniers viennent de franchir le cap des 4 000 heures de vol.

 

Dès son arrivée, le drone MQ-9 Reaper MALE (moyenne altitude, longue endurance) a démontré toute son utilité. Sa vitesse de déplacement et la qualité des images prises par son capteur principal sont devenues un atout indéniable dans la réalisation des missions d'appui renseignement aux opérations menées par Barkhane. Avec 4 000 heures de vol depuis son déploiement sur la bande sahélo-saharienne (BSS), il permet d’assurer un appui quotidien en matière de FMV (Full Motion Vidéo) et complète parfaitement l’action du Harfang. L’escadron de drones 1/33 "Belfort" a ainsi réalisé près de 14 400 heures de vol depuis le mois de janvier 2013.

 

Face à l’immensité du théâtre d’opérations, la capacité ISR (Intelligence, surveillance and reconnaissance) du drone s’inscrit au cœur de la mission aérienne et vient en appui et en complément des autres capteurs, comme ceux du Rafale équipé de la nacelle RECO NG. Le drone peut cibler des zones de danger ou de surveillance et mettre en œuvre dans la durée la précision de ses instruments de recueil d’images.

 

Un rôle déterminant qui s’appuie sur un équipage. Celui-ci est composé d’un pilote, d’un opérateur capteur, d’un opérateur image et d’un coordinateur tactique, également officier de renseignement. C’est en effet l’alliance de toutes ses fonctions qui constitue la force d’appui direct renseignement et de soutien aux forces engagées sur le terrain. Les « anges gardiens » de la BSS sont présents à chaque phase des opérations menées au sein de la force Barkhane.

Repost 0
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 21:45
Drone Reaper. Photo Armée de l'Air

Drone Reaper. Photo Armée de l'Air

 

24/03/2015 par Emmanuel Huberdeau – Air & Cosmos

 

C'est une première pour l'armée de l'Air. Un drone MQ-9 Reaper a été utilisé pour désigner, au laser, une cible au profit d'une bombe GBU larguée depuis un chasseur français. L'opération a eu lieu dans la bande sahélo saharienne dans le cadre de l'opération Barkhane.

 

Un détachement de l'escadron 1/33 « Belfort » comprenant deux drones Reaper et deux drones Harfang est actuellement déployé à Niamey en soutien de l'opération Barkhane. Un troisième drone Reaper a été commandé et devrait venir renforcer l'opération Barkhane au mois d'avril. Jusqu'à présent, ces drones étaient principalement utilisés pour des missions de renseignement. Le groupement « chasse » de Barkhane comprend trois (et bientôt quatre) Rafale et trois Mirage 2000D.

 

Suite de l’article

Repost 0
19 mars 2015 4 19 /03 /mars /2015 08:20
Brimstone offer to USA a test case for Europe, says MBDA

 

17 Mar 2015 By: Craig Hoyle - FG

 

European guided weapons specialist MBDA is waiting on a decision from the US government on whether to acquire its Brimstone air-to-surface missile, with the company’s chief executive warning that a rejection of its offer will call into question the openness of Washington’s defence acquisition policy.

Speaking about the company’s inability so far to meet growth targets for its MBDA Inc unit in the USA, Antoine Bouvier says: “The most significant opportunity we could have short-term is the Brimstone, for some US customers.”

A UK-developed weapon capable of striking moving ground targets in all weather conditions from fixed-wing aircraft and unmanned air vehicles, the dual-mode seeker-equipped Brimstone early last year completed a bilateral firing campaign from a General Atomics Aeronautical Systems MQ-9 Reaper in the USA. A potential order for the missile has also been the subject of discussions between British Prime Minister David Cameron and US President Barack Obama, industry sources confirm.

 

Read more

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • News review for Industry - European Defence Agency
    source European Defence Agency If you want to subscribe to the News Review, or if you want to stop receiving the News review: News4Ind@eda.europa.eu News of the News EDA Study on the Impact of REACH & CLP European Chemical Regulations on the Defence Sector:...
  • Chronique culturelle - 13 Février 2017
    13 février 1960 explosion de la première bombe atomique française 13.02.2017 source JFP 13 février 1692 : massacre du clan Mac Donald dans la Glencoe (Ecosse).Le protestant Guillaume d’Orange ayant mis en fuite le catholique Jacques II, les chefs de clans...
  • Le PGHM et le GAM s’entraînent ensemble au secours en montagne
    Equipement de passage en neige - photo GAM Armée de Terre 07.02.2016 source 27e BIM Le lundi 13 février 2017 se déroulera un entraînement conjoint entre le peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) et le groupement d’aguerrissement montagne (GAM)...
  • ITW SDBR : général Vincent Desportes, Professeur des Universités associé à Sciences Po Paris, Ancien directeur de l’Ecole de Guerre
    23.01.2017 par Alain Establier - SECURITY DEFENSE Business Review N°164 SDBR : Quel regard portez-vous sur la Défense de la France ? Vincent Desportes* : A l'issue de cette mandature, nous voyons un empilement d'actions réactives, à vocations plus politiciennes...
  • Chronique culturelle 9 Janvier
    Hussards du régiment de Bercheny en 1776 09.01.2017 source JFP 9 janvier 1778 : mort du créateur des régiments de Hussards (Luzancy – près de Meaux). Emigré hongrois et excellent capitaine au service de la France, Ladislas Ignace de Bercheny , obtient...
  • Chronique culturelle 04 Jan.
    Insigne général des Troupes de Forteresse de la Ligne Maginot 04.01.2016 source JFP 4 janvier 1894 : signature de l’alliance franco-russe. Préparée par de nombreuses activités bilatérales dans les années précédentes, une convention militaire secrète est...
  • Chronique culturelle 03 Jan.
    Napoléon en Egypte par Jean-Léon Gérome 03.01.2017 source JFP 3 janvier : Sainte Geneviève, patronne de la gendarmerie. Issue de la noblesse gallo-romaine du IVe siècle, elle convainc les habitants de Lutèce de ne pas livrer leur ville à Attila, roi des...
  • Au Levant, contre Daech avec les Forces Spéciales
    photo Thomas Goisque www.thomasgoisque-photo.com Depuis plus de deux ans, les hommes du C.O.S (Commandement des Opérations Spéciales) sont déployés au Levant et mènent, en toute discrétion, des opérations contre l’Etat islamisque.Au nord de l’Irak, ils...
  • Les blessés en Opérations extérieures ne prennent pas de vacances !
    Source CTSA Pendant la période des fêtes de fin d'années, le nombre de donneurs diminue dangereusement. Le site de Clamart du Centre de transfusion sanguine des armées (CTSA) invite fortement les donneurs des communes proches à profiter des vacances de...
  • Interview SDBR de Gaël-Georges Moullec, Historien
    photo SDBR 20.12.2016 par Alain Establier - « SECURITY DEFENSE Business Review » n°162 SDBR: Comment va la Russie aujourd’hui? Gaël-Georges Moullec * : Il n’y a plus d’ascenseur social dans la Russie d’aujourd’hui, ce qui est un problème moins connu,...

Categories