Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 19:50
Britain names Alex Younger as new head of MI6

 

30 Oct., 2014  worldbulletin.net

 

Younger, an economics graduate, has been working for Britain's foreign spy agency MI6 since 1991, the year the Soviet Union collapsed, and has worked in Europe, the Middle East and Afghanistan.

 

Britain has named Alex Younger, a career spy who helped lead London's counter-terrorist defence of the 2012 Olympics, as chief of its MI6 Secret Intelligence Service - Britain's most prestigious intelligence job.

An economics graduate and former soldier, Younger has worked for MI6 in Europe, the Middle East and Afghanistan since 1991, according to a short biography released by the government.

 

Read full article

Repost 0
3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 07:30
Le Mossad en Mode Tarantino: Campagne de Recrutement 2.0

 

 

29.09.2014 Mélanie Mendelewitsch  IsraelValley Desk

 

L’agence Israélienne de renseignement lance un nouveau site Internet et parodie « Homeland » pour attirer les espions de demain.

 

Vous êtes "jeunes et ambitieux ? Laissez tomber les «journées rencontres» déprimantes organisées par Pôle emploi : Le MOSSAD est à la recherche de nouvelles recrues, et se lance dans une vaste opération de com / scouting 2.0 sur les réseaux sociaux, comme le révèle Bloomberg.com. Pour attirer ceux qui seront les espions de demain, la plus célèbre des trois agences de renseignement d’Israël n’a pas lésiné sur les moyens : mise en ligne d’un nouveau site Internet traduit en Hébreu, Anglais, Russe, Français, Arabe et Farsi, et création d’un clip calqué sur la série Homeland, digne d’une superproduction Hollywoodienne. On peut y voir une jeune espionne blonde, ressemblant étrangement à l’agent Carrie Mathison – l’héroïne bipolaire interprétée par Claire Danes – dans ses palpitantes activités secrètes :

 

 

 

A la recherche de nouveaux « talents » dans les secteurs du renseignement,  des opérations et des technologies, le MOSSAD invite tous les volontaires à remplir un très fastidieux questionnaire (18 pages au total, plus un questionnaire additionnel de 8 pages à faire remplir par l’époux ou l’épouse du candidat!) disponible online, à renvoyer écrit à la main obligatoirement.

 

Les qualités requises? Dans la rubrique «morale et valeurs» du site, on peut lire

«Nous adhérons aux valeurs de justice, d’intégrité, de moralité, de fiabilité, de responsabilité personnelle, de discipline et de discrétion. Nous cultivons l’excellence et le dévouement. Nous encourageons l’esprit d’initiative, de créativité, de ressources et sommes ouvert aux opinions diverses, et aux critiques »

 

Des esprits critiques, on en compte en effet parmi la crème des espions Israéliens, comme en témoigne « The Gatekeepers », l’excellent documentaire de Dror Moreh, qui recueille les confessions de 6 anciens chefs du Shin Bet, rediffusé opportunément en Août dernier sur Arte.

 

Dans la rubrique « un mot du directeur », ce dernier, Tamir Pardo, en appelle aux « meilleurs cerveaux » Israéliens :

 

«Les opérations et activités du MOSSAD  sont secrètes, et ses employés se doivent de garder l’anonymat.  Nombreuses sont les activités du MOSSAD qui reposent sur des technologies sophistiquées, mais le cœur du succès du MOSSAD  réside dans sa plus précieuse ressource: ses ressources humaines »

Repost 0
18 septembre 2014 4 18 /09 /septembre /2014 07:20
Les Etats-Unis renforcent leur unité de cyberdéfense

 

16/09/14 C. B. - 01net (AFP)

 

Le patron de la NSA et de l'US Cyber Command a annoncé une grande campagne de recrutement pour l'unité de cyberdéfense américaine.

 

Depuis une année environ, l'armée américaine renforce son unité de cyberdéfense. Celle-ci a pour objectif de protéger les Etats-Unis face aux cyberattaques et peut éventuellement être utilisée dans un but offensif, a expliqué ce 16 septembre 2014 son futur commandant, le directeur de la NSA, Michael Rogers. L’US Cyber Command, qui compte actuellement un petit millier de personnes, en rassemblera 6 200 et devrait être pleinement opérationnel d'ici 2016. Cette unité permettra de renforcer la protection contre les pirates informatiques et les cyberattaques soutenues par des Etats. Michael Rogers a précisé, lors d'une conférence sur la cybersécurité à Washington, qu'elle pourra être utilisée pour aider à répondre à des cyberattaques sur des « infrastructures essentielles », comme les réseaux électriques contrôlés par ordinateur, les réseaux financiers, les transports, etc.

 

Suite de l’article

Repost 0
16 septembre 2014 2 16 /09 /septembre /2014 08:50
Treasure Map: The NSA Breach of Telekom and Other German Firms

According to internal NSA and GCHQ documents, the intelligence agencies managed to break into Deutsche Telekom networks.

 

September 14, 2014 By Andy Müller-Maguhn, Laura Poitras, Marcel Rosenbach, Michael Sontheimer and Christian Grothoff – Spiegel.de

 

According to top-secret documents from the NSA and the British agency GCHQ, the intelligence agencies are seeking to map the entire Internet, including end-user devices. In pursuing that goal, they have broken into networks belonging to Deutsche Telekom.

 

When it comes to choosing code names for their secret operations, American and British agents demonstrate a flare for creativity. Sometimes they borrow from Mother Nature, with monikers such as "Evil Olive" and "Egoistic Giraffe." Other times, they would seem to take their guidance from Hollywood. A program called Treasure Map even has its own logo, a skull superimposed onto a compass, the eye holes glowing in demonic red, reminiscent of a movie poster for the popular "Pirates of the Caribbean" series, starring Johnny Depp.

Treasure Map is anything but harmless entertainment. Rather, it is the mandate for a massive raid on the digital world. It aims to map the Internet, and not just the large traffic channels, such as telecommunications cables. It also seeks to identify the devices across which our data flows, so-called routers.

Furthermore, every single end device that is connected to the Internet somewhere in the world -- every smartphone, tablet and computer -- is to be made visible. Such a map doesn't just reveal one treasure. There are millions of them.

The breathtaking mission is described in a Treasure Map presentation from the documents of the former intelligence service employee Edward Snowden which SPIEGEL has seen. It instructs analysts to "map the entire Internet -- Any device, anywhere, all the time."

Treasure Map allows for the creation of an "interactive map of the global Internet" in "near real-time," the document notes. Employees of the so-called "FiveEyes" intelligence agencies from Great Britain, Canada, Australia and New Zealand, which cooperate closely with the American agency NSA, can install and use the program on their own computers. One can imagine it as a kind of Google Earth for global data traffic, a bird's eye view of the planet's digital arteries.

 

Read full article

Repost 0
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 16:45
Major-General Philip Kameru, director-general of the National Intelligence Service photo PSCU sept 2014

Major-General Philip Kameru, director-general of the National Intelligence Service photo PSCU sept 2014

 

12 September 2014 defenceWeb (Reuters)

 

Kenya on Thursday swore in a new intelligence chief to tackle the rising threat from Somali Islamist militants bent on retaliation after U.S. missiles last week killed their leader Ahmed Godane.

 

Major-General Philip Kameru's appointment as new director general of Kenya's National Intelligence Service comes nearly a year after al Shabaab gunmen killed 67 people in an attack on Nairobi shopping mall.

 

Kenyan security bosses have been lambasted by the public for failing to prevent the four-day Westgate mall siege and Kameru's predecessor, retired Major-General Michael Gichangi, resigned in August, under pressure over a rise in attacks blamed on al Shabaab.

 

Kenya has suffered a string of gun and grenade attacks by the al Qaeda-affiliated group since the Westgate raid a year ago, particularly in Nairobi and on the coast.

 

Godane, who claimed responsibility for the Westgate attack, said the group would take revenge for Kenyan and Western involvement in Somalia. He has been replaced by little-known Ahmad Umar.

 

Kenya's President Uhuru Kenyatta has said he picked Kameru for his success in intelligence-gathering in Somalia. Kenyan troops first launched an offensive against the Somali Islamists in October 2011, accusing them of raids inside Kenya.

 

The soldiers are now part of a U.N.-mandated African peacekeeping force in war-torn Somalia.

 

Analysts say Kenya's security and intelligence agencies, which receive support and training from the United States, Britain, Israel and others, are hampered by poor coordination.

 

Corruption means Somali militants can easily buy travel documents or bribe their way across the border, they say.

 

In a statement from the presidency on Thursday, Kenyatta told the new security chief to work effectively with other government officials.

 

Kameru's appointment coincided with a tightening of security at Kenya's frontiers.

 

"We have beefed up security at all border points and any foreigners visiting or touring the country would be properly screened before being allowed into the country," a police spokeswoman told Reuters.

 

Kenya's tourism industry, a top foreign exchange earner, slumped badly because of the mall attacks. Some Western nations have warned their citizens against travel to parts of Kenya, including coastal resorts, prompting mass cancellations.

Repost 0
13 septembre 2014 6 13 /09 /septembre /2014 17:45
La France a coopéré avec Washington dans l'élimination du chef des chebab somaliens
 

 

 

François Hollande a coopéré avec les États-Unis dans l'élimination lundi du chef des chebab somaliens, annonce l'entrourage du chef de l'État.

Selon une information du Point vendredi, le président français aurait ordonné l'envoi d'informations de la DGSE au Pentagone permettant de tuer ce chef terroriste. L'entourage de Hollande assure que Hollande a appuyé "la coopération en matière de renseignement et de coordination". "Cela n'a pas été une opération française sur le terrain, nous n'étions pas dans l'intervention", a précisé l'entourage de François Hollande.

Ahmed Abdi "Godane" a été tué lundi 1er septembre lors d'une frappe aérienne américaine dans le sud de Mogadiscio. "Godane" était à l'origine de l'enlèvement, le 14 juillet 2009, de deux agents de la DGSE, rappelle Le Point. "Le premier, connu sous le pseudonyme de Marc Aubrière, était parvenu à s'évader, mais le second, Denis Allex, avait été détenu dans des conditions barbares", souligne l'hebdomadaire. Une opération militaire française conduite le 11 janvier 2013 pour tenter de le libérer avait échoué. L'otage et deux membres du commando avaient été tués, ainsi qu'au moins 17 chebab.

Dans un communiqué, la Maison-Blanche avait relevé lundi que cette opération visant à l'élimination de "Godane" constituait "l'aboutissement d'années de labeur des services de renseignement, de l'armée et des forces de maintien de l'ordre". Aucun soldat américain au sol n'a été impliqué dans l'opération.

Repost 0
7 septembre 2014 7 07 /09 /septembre /2014 18:55
La brigade de renseignement ouvre ses portes les 20 et 21 septembre

 

07.09.2014 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense

 

A l'occasion du centenaire de la Grande Guerre, la brigade de renseignement implantée au quartier Estienne sur le camp militaire d'Oberhoffen, ouvrira ses portes au public les 20 et 21 septembre 2014. Ces journées permetront de découvrir le 54e régiment de transmissions, le 28e groupe géographique, le 2e régiment de hussards et les unités de soutien médical et administratif. Durant cette manifestation le 44e régiment de transmissions (67) et le 61e régiment d'artillerie (52) appartenant également à la brigade de renseignements seront présents.

Pour en savoir plus sur ces JPO, cliquer ici.

Pratique: le quartier Estienne, implanté sur le camp d'Oberhoffen, se situe sur la commune de Haguenau dans le Bas Rhin. Depuis Strasbourg située à 35 km, l'itinéraire conseillé emprunte les autoroutes A4 et A35 jusqu'à la sortie Bischwiller. Les JPO démarrent le samedi 20 à 11h et à 10h le dimanche 21.

Repost 0
3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 11:20
ICREACH, le moteur de recherche secret de la NSA

La NSA a secrètement créé un moteur de recherche, basé sur les métadonnées des communications recueillies par l’agence et conservées dans sa base de données. C’est l’information révélée ce lundi par le média The Intercept, s’appuyant sur des documents classifiés leur ayant été fournis par Edward Snowden.

Il était déjà d’intérêt public que la NSA partageait ses informations avec d’autres agences américaines, mais le cadre et la portée de ces échanges restaient jusqu’à présent des secrets bien gardés. Comparable à Google, ICREACH est utilisé pour partager les informations récoltées par la NSA avec les autres agences gouvernementales, notamment le FBI, la CIA, la DEA (Drug Enforcement Administration) et la DIA (Defense Intelligence Agency).

850 milliards de métadonnées de communications privées - échanges téléphoniques, emails, conversations de chats et géolocalisations - sont partagées avec 1 000 analystes de 23 agences américaines, ainsi qu’avec les « 5 eyes shareable » : partenaires anglais (GCHQ), canadiens (CSE), australiens (DSD) et néo-zélandais (GCSB). Ces informations permettraient ainsi de suivre les mouvements d’une cible, de cartographier ses relations, de prédire ses futures actions ainsi que de révéler des éventuelles affiliations politiques ou religieuses.

Selon les documents de la NSA,  la création d'ICREACH représente un moment clé dans l’histoire de la surveillance américaine, le moteur de recherche est en effet le pionnier du partage à grande échelle d’informations classifiées entre agences.

Les informations minées par ICREACH concernent en majorité des citoyens étrangers, ainsi que des citoyens américains ayant un passé judiciaire, et peuvent donc être utilisées par les agences à des fins d’intelligence étrangère (un terme qui, comme le rappelle The Intercept, est bien plus large que le contre-terrorisme). Le moteur de recherche ne semble donc pas être lié à la fameuse base de données 215 de la NSA, collectant des informations sur des milliers de citoyens américains ordinaires selon la section 215 du Patriot Act.

 

Pour aller plus loin, consultez l'article de The Intercept

Repost 0
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 12:55
Prôner la sécurité guidée par le renseignement

 

22 août 2014 Benoît Gagnon - branchez-vous.com

 

Une nouvelle façon de gérer la sécurité dans les entreprises est en train de prendre son envol : la sécurité guidée par le renseignement. Qu’en est-il au juste?

 

Les menaces visant les organisations (gouvernements, entreprises, regroupements, et cetera) sont de plus en plus diversifiées et complexes à comprendre. C’est notamment dû au fait que la majorité de ces activités humaines sont désormais connectées de manière directe ou indirecte à Internet. Cela a pour conséquence de s’ajouter au spectre traditionnel des menaces. Ainsi, il y a surmultiplication des menaces; des menaces en provenance d’un peu partout dans le monde, et qui peuvent déstabiliser la conduite des activités d’une organisation.

 

Actuellement, l’approche de gestion des risques, qui cherche à amenuiser les risques les plus importants à une organisation, n’apparaît plus suffisante prise seule. En effet, pour bien gérer les risques, il faut tout d’abord les connaître.

 

Or, la réalité actuelle est qu’il devient très difficile de comprendre les menaces et les risques, car il faut non seulement avoir une idée des vulnérabilités, mais il faut aussi avoir une vue d’ensemble de l’environnement de sécurité.

 

Comment remédier à cela? Le renseignement.

 

Suite de l’article

Repost 0
13 août 2014 3 13 /08 /août /2014 20:20
Monstermind: le redoutable antivirus de la NSA

 

13/08/2014 Par Lefigaro.fr (AFP)

 

Le lanceur d'alerte Edward Snowden a affirmé que l'Agence de sécurité nationale américaine (NSA) disposait d'un logiciel antivirus capable de contre-attaquer automatiquement, sans aucune intervention humaine, contre des pirates informatiques, même si ces représailles ne sont pas toujours adéquates.

 

Une arme redoutable

 

Selon l'ancien consultant de la NSA, aujourd'hui réfugié en Russie, cet antivirus nommé "MonsterMind" est une arme redoutable: il permet, en cas d'attaque par des pirates informatiques contre des intérêts américains, de mener automatiquement des représailles contre l'ordinateur hébergeant l'adresse à l'origine de l'attaque, a-t-il expliqué dans une longue interview au magazine Wired parue aujourd'hui. Ce sont les premières révélations publiques concernant cet antivirus.

 

Mais selon Edward Snowden ce type de réponse automatique pose problème car des pirates informatiques habiles font transiter leurs attaques par le biais d'adresses internet de façade. Or MonsterMind s'attaquera en représailles à cette adresse tierce, au lieu de remonter vers les vrais coupables. "Vous pouvez avoir quelqu'un en Chine, par exemple, qui lance une attaque en la faisant transiter par une adresse en Russie. Et alors nous nous retrouvons à contre-attaquer et à nous en prendre à un hôpital en Russie" qui n'est pour rien dans l'attaque originale, a regretté Edward Snowden.

 

Le déclic de Snowden

 

Au cours de cette interview, qui s'est étalée sur plusieurs jours à Moscou, durant lesquels le lanceur d'alertes s'est montré gai et détendu, Edward Snowden a également expliqué quel avait été le déclic qui l'avait poussé à faire fuiter des centaines de milliers de documents concernant la sécurité américaine. Selon lui, après des mois durant lesquels il était de plus en plus mal à l'aise au vu des activités de la NSA, des déclarations malhonnêtes devant le Congrès de James Clapper, directeur du renseignement national, l'ont poussé à agir. Au cours de cet entretien devant des élus en mars 2013, James Clapper avait affirmé que la NSA ne collectait pas "sciemment" d'informations sur les Américains.

 

"Je crois que je lisais ça dans le journal le lendemain, on en parlait avec les collègues et je leur disais: Tu peux croire ça ?", raconte Edward Snowden. Celui-ci relate que ses collègues ne semblaient pas choqués, mais que lui craignait de s'enfoncer dans un système de plus en plus "diabolique", ce qui l'avait poussé à agir. Enfin, Edward Snowden pense que dans les milliers de documents qu'il a fait fuiter, et qui n'ont pas encore tous été exploités, dorment encore certainement des documents qui pourraient compromettre encore davantage les services du renseignement américain.

Repost 0
12 août 2014 2 12 /08 /août /2014 11:30
Israël. L'Homme du Jour : Le Patron du Mossad, Samir Pardo.

 

11.08.2014 IsraelValley

 

Il est invisible actuellement mais son action est constante. Lors d’une discussion avec des entrepreneurs israéliens, l’actuel chef du Mossad Samir Pardo aurait déclaré que la première priorité pour Israël devait être le règlement du conflit israélo-palestinien qui constitue une menace existentielle et non le dossier nucléaire iranien. Interrogé sur ses propos par le Haaretz, Samir Pardo a déclaré qu’il fallait tout faire pour empêcher l’Iran d’avoir la bombe atomique.

 

Tamir Pardo a fait son service dans Tsahal comme officier de liaison dans l’unité de reconnaissance de l’Etat-major et fut, durant l’opération “Yonathan”, le lien personnel du commandant de l’unité de reconnaissance, Yoni Netanyahu. Par la suite, il fut officier de liaison de l’unité ‘Shaldag’. En 1980, Tamir Pardo joignit les rangs du Mossad, remplit diverses fonctions technologiques, sous le commandement de Ouzi Arad, après avoir participé avec succès à une mission opérationnelle, il fut promu et placé au service de diverses fonctions opérationnelles.

 

Durant son service au Mossad, il obtint trois prix à titre personnel concernant la sécurité d’Israël. En 1998, il présida la commission de contrôle après l’échec de l’assassinat du partisan du Hamas Khaled Mashal. Après la capture des agents du Mossad, lors d’une opération en Suisse, et le départ du chef de la branche responsable de l’opération, il fut nommé chef de la branche ‘Nevi’ot’, connue sous le surnom de ‘Keshet’, dont le but est de recueillir des renseignements électroniques également par la dissimulation d’appareils d’écoute secrète.

 

En 2002, avec la nomination de Meïr Dagan comme directeur du Mossad, il fut nommé l’un de ses adjoints et fut placé à la tête de la direction opérationnelle de l’organisme, dont dépendent ses branches et ses unités opérationnelles. En 2006, il fut prêté à Tsahal avec le grade de lieutenant-général, d’abord comme instructeur à l’Ecole de Défense nationale, puis comme conseiller de l’Etat-Major dans le domaine des opérations, principalement dans la région Nord. Il occupait ce poste lors de la Seconde guerre du Liban.

 

Fin 2007, Tamir Pardo revint comme adjoint au directeur du Mossad, Meïr Dagan, et remplit cette fonction jusqu’à sa démission en juin 2009, le mandat de Meïr Dagan ayant été prolongé d’une année. Après son départ, il a travaillé dans une société sous le contrôle de No’am Lanir, dont le but est d’accorder des services médicaux.

 

Le 29 novembre 2010, le Premier ministre, Binyamin Netanyahu fit savoir qu’il avait choisi Tamir Pardo comme directeur du Mossad. Il a pris ses fonctions 6 janvier 2011. Tamir Pardo est titulaire d’une licence en sciences politiques et en histoire de l’université de Tel-Aviv. Il est marié et père d’une fille et d’un fils.

Repost 0
12 août 2014 2 12 /08 /août /2014 07:50
Cyber-espionnage : les agences de renseignement prises à leur propre jeu

 

8 août 2014 par Clément Bohic - itespresso.fr

 

Kaspersky et Symantec ont mis le doigt sur une campagne de cyber-espionnage au long cours qui a touché, essentiellement dans des pays de l’ex-URSS, des cibles gouvernementales… et deux agences de renseignement.

 

La température est montée d’un cran dans le cadre de la conférence Black Hat après les révélations de Symantec et Kaspersky.

 

Les deux éditeurs spécialisés dans la sécurité informatique ont mis à profit la session du jeudi 7 août pour exposer les résultats de leurs enquêtes respectives sur une cyber-attaque d’envergure qui a fait, depuis le début de l’année, plusieurs centaines de victimes liées à des gouvernements ou à des organisations militaires.

Bien que menés séparément, les travaux des deux sociétés se recoupent en de nombreux points. Pour Kaspersky comme pour Symantec, il s’agit d’une opération sans précédent par le seul fait qu’elle a atteint avec succès… deux agences de renseignement basées en Europe et au Moyen-Orient.

 

Lire l’article

Repost 0
10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 16:55
Vers une souveraineté numérique ?

 

4 août 2014 Francis DELON, secrétaire général de la défense et de la sécurité nationale

 

À l’heure d’un monde massivement interconnecté, dans lequel les flux d’information ne connaissent pas de frontières, que peut signifier le mot« souveraineté » dans un monde numérique ? Quelle liberté d’appréciation est laissée aux citoyens qui adressent toutes leurs questions à une liste limitée de moteurs de recherche ? Quelle indépendance peut-on garantir alors que les technologies du numérique sont maîtrisées par quelques rares entreprises qui collaborent avec les services de renseignement de l’Etat dont elles dépendent ?

 

La première condition d’une souveraineté numérique est inhérente à la capacité de l’Etat de protéger la vie de sa population. Avec la numérisation des infrastructures d’importance vitale, comme par exemple la distribution d’eau ou la régulation des transports ferroviaires ou aériens, le risque d’une catastrophe écologique et humaine déclenchée par l’informatique n’est plus une divagation mais une menace réelle. Dans ce domaine, le Gouvernement a pris ses responsabilités et s’est doté, avec la loi de programmation militaire votée en décembre dernier, d’outils juridiques pour prévenir les atteintes les plus graves aux systèmes critiques qui assurent le fonctionnement de la Nation.

 

Une deuxième condition de la souveraineté est la confidentialité des informations touchant aux intérêts fondamentaux de la Nation. Seule l’utilisation généralisée de moyens de communication spécifiques et maîtrisés, mis en œuvre au sein de réseaux isolés, permet de limiter le risque de compromission. Depuis plusieurs années, l’agence nationale de la sécurité des systèmes d’information offre un intranet interministériel de niveau Confidentiel-Défense et un réseau téléphonique de niveau Secret-Défense. Le déploiement de ces réseaux est une condition essentielle au bon fonctionnement des institutions dans la discrétion qui s’impose à certains sujets.

 

Une troisième condition est que l’Etat aide les acteurs économiques à protéger leur compétitivité des tentatives d’espionnage. Il est essentiel que ces acteurs traitent leurs informations sensibles au sein de systèmes d’information suffisamment maîtrisés pour empêcher la concurrence de lire à livre ouvert leurs secrets de fabrication ou les montants de leurs offres. On voit trop souvent des grandes entreprises externaliser leur système d’information ou en livrer la supervision à des filiales de concurrents. Par ailleurs, les révélations d’Edward Snowden ont montré avec quel raffinement des agences de renseignement pratiquent l’espionnage technique en piégeant des matériels ou des logiciels informatiques du commerce. Afin de répondre à cette menace majeure sur l’économie et la compétitivité française, le Gouvernement a lancé un plan « cybersécurité » dans le cadre de la nouvelle « France industrielle ». Il vise à développer une offre nationale dans le domaine de la sécurité des systèmes d’information et à soutenir ses exportations. S’il est illusoire de vouloir redévelopper les composants des infrastructures qui portent le cyberespace, il est possible de se fixer pour objectif de maîtriser certaines technologies, comme les moyens de chiffrement, les sondes de détection d’attaque et certains équipements présents au cœur des réseaux de communication numérique.

 

Une quatrième condition est de protéger les citoyens contre les atteintes à leur vie privée et le pillage de leurs données personnelles. C’est le sens des actions engagées par la France avec ses partenaires européens pour limiter les transferts de données personnelles hors de l’Union européenne. Il s’agit de renégocier l’accord dit « safe harbor » entre I’UE et les Etats-Unis qui n’offre pas de garanties suffisantes en matière de protection des données lorsque celles-ci sont envoyées à des sociétés privées américaines.

 

Il s’agit également d’encadrer les transferts de données entre autorités administratives européennes et américaines pour en limiter les finalités. Il s’agit enfin de tirer toutes les conséquences des décisions récentes de la justice américaine en matière d’accès par les autorités administratives aux données des internautes : il ne suffit pas que les données soient hébergées sur le sol européen, il faut également que les sociétés qui les détiennent relèvent du droit européen. Le numérique offre de formidables opportunités. Il expose également à des risques de grande ampleur qui touchent les individus, les entreprises et les États et limitent leur autonomie. L’exercice de la souveraineté dans un monde numérisé nécessite de nouveaux schémas et de nouveaux outils qu’il nous appartient de construire avec des industriels et fournisseurs de services de confiance. La recherche d’une forme de souveraineté nationale dans le cyberespace est une mais ... partagée. Administrations, entreprises, citoyens français et européens en sont les parties prenantes.

Repost 0
9 août 2014 6 09 /08 /août /2014 18:35
Australia’s Controversial New Counterterror Measures

 

August 08, 2014 By Jarni Blakkarly - thediplomat.com

 

Concerns are expressed at the expanded authority, especially the mandatory collection of telecom metadata.

 

The Australian government has announced new counterterrorism measures that will make it easier to detain suspects without a warrant for extended periods and includes mandatory telecommunications metadata collection.

The widespread changes announced earlier this week have raised concerns for human rights, as well as the fears from the Muslim community who feel they are being directly targeted.

Among the changes is a broadening of the definition of a “terrorist organization” to include organizations that promote or encourage terrorism, extended questioning and detention powers without a warrant, and a A$630 million ($585 million) increase in funding for national security agencies over the next four years.

On Thursday, the Lebanese Muslim Association said the new powers seemed to “target the Muslim community” and “give authorities unprecedented and intrusive powers.”

“I urge the government to abandon these divisive measures and restore public confidence in our ostensible rights as citizens in a democratic nation,” the association’s President Samier Dandan said.

While acknowledging the need for safety and security, he added, “Divisive rhetoric and fear-mongering often used by political representatives and the media is only feeding the frenzy of an us-versus-them mentality.”

The Australian National Imams Council have said that “the proposed changes to the anti-terrorism laws will severely impinge on the rights and freedoms of all Australians and especially those of Muslim faith.”

The new counterterrorism measures have come in the context of growing government and public concern about Australians returning from fighting in Iraq and Syria to carry out terrorist attacks in Australia. It is believed around 150 Australians are involved in the fighting in the region.

The new changes also include greater intelligence sharing internationally and increased power to cancel passports of Australian nationals.

However, it is the mandatory collection of the meta-data of all citizens that has raised concerns outside of the Muslim community. Under the changes telecommunications companies would be required to store the data, which the Australian Security Intelligence Organisation (ASIO) would be able to access.

Data on users accessing “suspicious” websites could be accessed by ASIO without a warrant, whereas other access to the data would require a “generic warrant.”

After some confusion about what data would be collected, including a bumbling interview with the Attorney General who failed to explain what constituted “meta-data,” the government has clarified that only the IP addresses of users would be kept. Specific activity on websites such as Facebook will not be collected, although ASIO declined to say if conversations from sites such as WhatsApp and Skype could be accessed.

ASIO have sought to play down the intrusive level of the data storage, however many remain skeptical of meta-data intelligence gathering in the wake of the Edward Snowden revelations last year.

The government has said that the widespread nature of potential home-grown terrorist threats justifies the new data collection. However, last month The Saturday Paper reported that members of a parliamentary committee on intelligence and security said that the new ASIO powers were requested almost a year ago and that the current threat of fighters returning from abroad was being used as excuse.

When announcing the measures Prime Minister Tony Abbott said that the threat hadn’t increased but that it was “as high as it has ever been.” He added that while Australia’s terrorism alert level has remained on “medium” since September 11, there was now “heightened concern.”

Repost 0
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 22:45
Sécurité renforcée au Cameroun

 

8 août, 2014 – BBC Afrique

 

Certaines villes camerounaises sont désormais sous vidéo surveillance, notamment l’extrême nord du Cameroun où la secte islamiste Boko Haram sévit et l’est du pays qui connait un afflux massif de réfugiés.

 

Le délégué général à la Sûreté nationale (Dgsn), Martin Mbarga Nguelé, a expliqué que dans "dans un environnement sécuritaire qui se caractérise par la montée en puissance des nouvelles formes de criminalité, l’afflux des réfugiés à nos frontières, la guerre ouverte contre la secte islamiste Boko Haram, il s’est avéré impérieux pour notre pays, de s’arrimer aux méthodes de prévention".

 

Le projet a été inauguré jeudi par Ferdinand Ngoh Ngoh, le secrétaire général de la présidence de la République du Cameroun, dans quelques points névralgiques du pays, à savoir de grandes villes telles que Yaoundé (Centre), Douala (Littoral), Kye-Ossi (Sud) mais aussi dans des localités jugées sensibles, telles que Kousseri et Waza (extrême nord), inquiètes depuis plusieurs mois par des attaques de la secte islamiste Boko Haram.

 

Mais également à Garoua Boulai (est) qui connaît un afflux de réfugiés en provenance, pour la plupart, de Centrafrique.

 

Ces caméras de type solaire, portatif et sans fils ont pour objectif, selon le chef de la police, de renforcer la protection et la sécurité des Camerounais et non pas de les surveiller.

Repost 0
6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 08:20
USA : vers une deuxième affaire Snowden?

 

05/08/2014 Par Lefigaro.fr ( AFP)

 

Selon CNN, le gouvernement américain serait à la recherche d'une deuxième taupe soupçonnée d'avoir fait fuiter des documents classifiés ayant trait à la sécurité nationale en direction des médias.

Les preuves de l'existence de cet informateur indélicat se trouveraient dans un article publié par The Intercept, le site Internet fondé par le journaliste Glenn Greenwald, qui avait été le premier à révéler des documents secrets d'Edward Snowden.

 

Suite de l’article

Repost 0
21 juillet 2014 1 21 /07 /juillet /2014 11:55
« Le terrorisme pour les Nuls » - ITW d'Alain Bauer par @SDBRNews

 

par Alain Establier - lettre SECURITY DEFENSE Business Review n°110 datée du 22/07/2014

 

Interview d’Alain Bauer, Professeur de criminologie au Conservatoire National des Arts et Métiers, New York et Beijing

 

SDBR : Pourquoi avoir publié, avec Christophe Soullez, « Le terrorisme pour les Nuls » qui vient de paraître ?

 

 

AB : Nous avions publié en 2012 « La criminologie pour les Nuls » et il s’agit là d’une demande de l’éditeur car j’avais aussi publié fin 2013, « Dernières nouvelles du crime », qui se penchait sur cinq sujets maltraités par les medias et les responsables politiques, faisant le désespoir des experts et des journalistes qui en ont une certaine perspective. J’y soulignais qu’on parle rarement de la perspective criminelle pour ne traiter que l’instant présent (le crime vient d’arriver, il n’y a pas de passé, il n’y a pas d’avenir, etc.), or le crime a une histoire relativement cohérente : la criminalité moderne est née à peu près au même moment en France (Paul Carbone et François Spirito à Marseille dans les années 1920) et aux Etats-Unis (Al Capone) ; la criminalité financière est née dans les années 80 aux Etats-Unis et au Japon avant de surfer sur la dérégulation du système financier. De même, on parle rarement de l’évolution des problématiques terroristes (hybridation, « lumpenterrorisme ») pour raconter des histoires de « loup solitaire », heureuse excuse à l’ignorance voire à l’inculture des services, qui sont très efficaces dans la collecte du renseignement mais relativement désemparés pour son analyse ! Cela est particulièrement vrai depuis la chute du mur de Berlin et l’apparition de ce qu’on nomme à tort Al Qaeda. Enfin, il existe une immense confusion sur le « Cyber », terme traitant de la complexité mais pas de l’informatique, tiré d’un ouvrage de science-fiction et utilisé à toutes les sauces : cyber-espionnage (qui veut qu’on ne se fasse pas voir), cyber-terrorisme (qui veut faire beaucoup de dégâts), cyber-criminalité (qui veut voler de l’argent ou des données), cyber-guerre, etc.

 

Ce nouvel opus est-il en fait un recueil de définitions du terrorisme ?

 

Sur la question pure du terrorisme, qui est une activité criminelle comme une autre, il fallait remettre un certain nombre de choses en perspective et expliquer qu’il n’y a pas de définition légale du terrorisme qui fasse consensus, pas même en France : le terme n’a pas de sens en lui-même et il n’y a ni classification cohérente ni listing commun des actes de terrorisme. Par exemple, on oublie un peu vite qu’il n’y a quasiment pas eu depuis deux ans d’attentat djihadiste en Europe, or les Etats et les medias se focalisent sur ce sujet en oubliant les autres. L’intérêt de cet ouvrage était donc de dire qu’il n’y a pas « un » mais « des » terrorismes, qu’il faut en comprendre la pluralité des problématiques sous-jacentes, intégrer la difficulté à la définition et donner des outils pour pouvoir discuter de ces sujets, en comprenant surtout de quoi on parle.

 

Le caractère générique du mot « terrorisme » n’arrange-t-il pas finalement les responsables de l’appareil d’Etat ?

 

C’est certes une facilité d’utilisation, mais je crois surtout que la faute en revient aux medias télévisés qui ont tendance à tout simplifier à l’extrême : tout doit être simple, tout doit s’expliquer en 15 secondes, tout doit être nouveau et tout doit se gérer dans l’instant. La question terroriste date des zélotes ou des haschischins, pourtant déjà on ne savait pas bien qualifier ces courants mercenaires violents. La terreur politique, née sous la Révolution française, tout comme la terreur anarchiste révolutionnaire contre l’Empire russe, ne sont pas identiques, pas plus certains mouvements de libération nationale utilisant le terrorisme. Prenons l’exemple d’ETA, plus récent : avec une bombe, ils font sauter le 20/12/1973 la voiture de l’amiral Carero Blanco (ministre de Franco) et font des morts et des blessés ; cet attentat est considéré comme « légitime », car il y a une dictature en Espagne, ETA est considéré comme un mouvement de libération nationale, etc. Avec une bombe comparable, ETA fait sauter une caserne de la Guardia Civil, à Saragosse fin 1987, après le retour à la Démocratie et des enfants sont tués. Cet attentat est-il du terrorisme ou non ? Du point de vue criminologique, ce qui est important c’est la cible : est-elle ou non légitime ? Les basques sont dans une démarche d’indépendance nationale, la cible représente l’occupant espagnol, nous pouvons dire que cet attentat est honteux et scandaleux, mais que la cible est encore légitime. Enfin, le 19 juin 1987 une voiture piégée par ETA explose dans un centre commercial de Barcelone (21 morts, 45 blessés) : la cible est illégitime, rien ne la justifie et on pourra là parler enfin de terrorisme au sens vrai du terme. Nous pourrions faire la même démonstration avec les actions de l’IRA, en Irlande et en Angleterre. Ce qui fait la différence, ce n’est ni l’origine ni l’outil mais la cible. Donc, attention à ne pas trop utiliser un terme galvaudé, car on arrive toujours à être le terroriste de quelqu’un…

 

Pensez-vous que l’expression « loup solitaire » soit beaucoup trop employée ces temps-ci ?

 

Absolument. Dès qu’un problème se pose (Merah, Kelkal, etc.), le loup devient « solitaire » dans les medias et on frise l’absurde lorsqu’on en trouve qui sont « solitaires » à deux, comme les frères Tsarnaïev à l’origine de l’attentat contre le marathon de Boston, en 2013. Un loup solitaire a été expulsé de la meute et vit seul, ce n’est pas un autonome envoyé par sa centrale, tout comme un « envoyé spécial » a été envoyé en reportage par sa rédaction, avec une feuille de route, et n’a pas été licenciée par celle-ci. Par contre, Breivik était un loup solitaire en Norvège en 2011, comme Ted Kaczynski (surnommé Unabomber) dans les années 90 aux Etats-Unis ou Dekhar, le « tireur » de Libération. Mais l’auteur présumé de la tuerie au Musée juif de Bruxelles, Mehdi Nemmouche, n’est pas un loup solitaire ; il semble faire partie des unités formées à l’extérieur et projetées avec des missions clairement définies. Il y a donc confusion de l’utilisation des mots. En l’espèce ce n’est pas la faute des politiques, mais surtout celle des journalistes de l’information en continu qui sont souvent les principaux propagateurs de tout et n’importe quoi, pour meubler.

 

Quel sens donnez-vous à l’attentat du musée juif de Bruxelles ?

 

Il y a deux catégories de gens qui partent en Syrie (comme avant en Tchétchénie, en Algérie, au Kosovo ou en Bosnie) : ceux qui vont se battre, devenir des soldats, qui reviendront cassés et ne feront en général plus rien une fois revenus de l’enfer ; et il y a ceux qui ne se battent pas sur le terrain, mais qui vont en camp d’entrainement, pour être formés à l’attentat, pour un djihad au retour. Depuis les années 80, des centaines des premiers sont partis et sont revenus, aucun ou presque jusqu’à présent n’a jamais tenté de commettre un attentat. Par contre, ceux qui ont été formés au djihad à l’export sont revenus avec l’idée de faire le djihad. Merah n’avait jamais porté les armes pour faire la guerre, tout comme Kelkhal et Nemmouche. Beaucoup imaginent que les terroristes doivent ressembler à ce qu’on pense, sans prendre en compte la réalité de ce qu’ils sont. Nous avons un problème de classification et d’interprétation. On peut penser que Bruxelles était un objectif symbolique dû à sa nature, sa localisation et son manque de sécurisation.

 

Voulez-vous dire que les services de renseignement et de police ne sont pas à la hauteur de l’enjeu ?

 

Au contraire. Ils sont souvent excellents dans la collecte et le renseignement de terrain. Mais ensuite, souvent l’analyse des éléments recueillis est défaillante et parfois combattue par l’arrogance de certains responsables du siège central. Après une grande catastrophe terroriste, au bout d’un certain nombre de mois, la commission d’enquête dit toujours : premièrement « on savait tout », deuxièmement « on n’y a pas cru », troisièmement « ça ne se reproduira pas »…jusqu’à la commission d’enquête suivante. Pourtant les terroristes ne se cachent pas totalement (ils parlent, ils annoncent, ils proclament) et souvent les bureaucraties publiques font tout ce qu’il faut pour ni les entendre ni les comprendre. Enfin, lorsqu’un fonctionnaire perspicace souligne un indice de menace, il y a toujours un chef pour enterrer le dossier, sous prétexte de ne pas risquer de bousculer l’ordre établi (le savoir descend, il ne remonte pas).

 

Il y a deux ans, vous plaidiez dans nos colonnes pour la revitalisation des RG au sein d’une DGSI. Etes-vous satisfait de ce que vous observez aujourd’hui ?

 

Du point de vue de ce qui a été compris par le ministre de l’Intérieur en 2012 et mis en œuvre depuis, la réponse est plutôt oui. Pour ce qui est de la réalisation, la réponse est plutôt incertaine. Conceptuellement, le ministre de l’Intérieur, le patron de la DGSE (Bernard Bajolet) et le directeur général de la sécurité intérieure / DGSI (Patrick Calvar) sont parfaitement conscients et assez proches de l’analyse du sujet. L’idée était de revaloriser les anciens Renseignements Généraux (RG), devenus un sous-service de la Police Nationale, parce que le Renseignement ne peut s’appuyer seulement sur de la technologie, des satellites et des drones, et n’existerait pas sans le renseignement humain. Le retour à l’humain est donc essentiel. Aujourd’hui, la compréhension par les Services de cette problématique est réelle, mais la logique bureaucratique de transmission interne de l’information, de compartimentage et de gestion des priorités est encore fonctionnellement défaillante. Le meilleur exemple est qu’il n’y a toujours pas de retour d’expérience interne de l’affaire Merah et d’explications crédibles, pour comprendre où et pourquoi ce dossier a planté. Il n’y a eu, à ce jour, ni retex politique, ni retex administratif, au vrai sens du terme.

 

Donc l’ambition de départ, il y a 10 ans, a été ratée si je comprends bien…

 

Je suis un ferme soutien de la création de la DCRI[i], mais elle a été polluée par la culture de l’ancienne maison DCRG (police politique) qui ne sait pas dire non au pouvoir politique, ce qui est regrettable. A coté de cela, la DGSE a su prendre ses distances avec le pouvoir politique. Quant à la DGPN[ii], tout devrait y être revu, à commencer par son existence même, au profit d’un secrétariat général de la sécurité intérieure qui soit la maison mère, coordonnant la gendarmerie nationale et la sécurité publique. Une bonne police c’est un territoire, une ou des missions, un ou des objectifs, enfin seulement des effectifs. Nous faisons tout à l’envers, puisque nous gérons d’abord des effectifs et des tableaux de services. Il nous faudrait dire, à l’exemple de l’ancienne SOCA[iii] britannique, que le renseignement criminel, intégrant la problématique terroriste, est le sujet central d’une mission centrale, devant couvrir l’ensemble du champ opérationnel des services de police et de gendarmerie. Revaloriser et développer SIRASCO[iv].

 

En avril 2012, à propos de l’affaire Merah, vous disiez « certaines motivations du criminel font écho dans une partie des populations des quartiers... ». Diriez-vous que le phénomène a empiré ?

 

Il s’est moins enraciné qu’étalé au sein de la population. Il suffit de voir le nombre de jeunes filles séduites par le djihad aujourd’hui, alors même qu’elles vivent dans des familles pas du tout inféodées à l’islam radical.

 

En 2012, vous disiez aussi : « il faut que les gouvernants fassent des politiques publiques qui correspondent à ce que souhaitent les électeurs qui, après tout, ont le dernier mot dans notre pays». Pensez-vous que les gouvernants actuels mènent une politique de sécurité qui correspond à ce que souhaitent les électeurs ?

 

En matière électorale, 2014 vient de fournir quelques indications…Paradoxalement, à de très rares exceptions près, j’ai toujours rencontré en France des ministres de l’Intérieur plutôt lucides et plutôt compétents, et des organisations syndicales policières plus ou moins prêtes au changement, alors même que le ministère de l’Intérieur est celui qui a du subir le plus grand nombre de réformes et de changements depuis les quarante dernières années. Le vrai débat consiste à comparer le ministère de l’Intérieur / ministère de l’aménagement du territoire et le ministère de l’Intérieur / ministère de la police. On constate alors que ce même ministère vit avec deux territoires complètement différents : l’un avec les agglomérations, l’autre avec les circonscriptions de sécurité publique et les brigades de gendarmerie. Le ministère de l’Intérieur n’a pas encore réussi à vivre de façon coordonnée avec ces deux réalités : les préfets vivent une vie, les directeurs départementaux de la sécurité publique et les généraux de gendarmerie en vivent une autre. Pour une fois, ce ne sont pas chez les politiques que l’on trouve des résistances au changement, mais dans le système bureaucratique de l’administration préfectorale qui refuse souvent le changement de vision territoriale.

Il y a encore beaucoup à faire…

 

                                                                            

[i] DCRI : Direction Centrale du Renseignement Intérieur, née en 2008 de la fusion de la Direction de la Surveillance du Territoire (DST) et de la Direction Centrale des Renseignements Généraux (DCRG), devenue en mai 2014 la DGSI (Direction Générale de la Sécurité Intérieure)

[ii] DGPN : Direction Générale de la Police Nationale

[iii] SOCA : “Serious Organised Crime Agency” (Government of the United Kingdom) a existé d’avril 2006 à octobre 2013

[iv] SIRASCO : Le Service d'Information de Renseignement et d'Analyse Stratégique sur la Criminalité Organisée dépend de la Direction Centrale de la Police Judiciaire

Repost 0
17 juillet 2014 4 17 /07 /juillet /2014 11:54
Bernard Bajolet

Bernard Bajolet

 

14/07/2014 Jean Guisnel Défense ouverte / Le Point.fr

 

Les services secrets français ont expliqué au "Figaro Magazine" à quel point ils sont indispensables. Et s'ils ne défilent pas le 14 juillet, c'est parce qu'ils bossent...

 

Joli coup ! Dans le numéro du Figaro Magazine daté du 11 juillet actuellement en vente, le journaliste Christophe Cornevin raconte "les hommes et les femmes de l'ombre qui ne défileront pas sur les Champs-Élysées". À savoir ces agents de la DGSE dont le rôle est essentiel dans la stratégie de la défense française et dans la prise de décision politique, mais qui ne sont jamais présentés. Notre confrère a eu accès à plusieurs cadres du service, dont le directeur Bernard Bajolet qui se flatte du fait que, dans son service, "les gens ne font pas n'importe quoi". Mais encore ? "Le service est un précieux outil de réduction des incertitudes, car il évite à nos dirigeants d'être exposés à des surprises stratégiques." Le rédacteur et son confrère photographe Jean-Pierre Rey ont aussi pu accompagner un officier traitant du service "quelque part dans le Sahel" et visualiser quelques bureaux de la caserne du boulevard Mortier, dont la "salle de situation" qui reçoit toutes les informations dans agents situés à l'extérieur. D'autres journaux et des télévisions avaient déjà eu la possibilité d'effectuer de tels reportages, mais moins complets. Reste la question que ne se pose pas le Figaro Magazine : pourquoi maintenant ?

 

Des atouts convoités

La réponse est simple : Bernard Bajolet et la DGSE se trouvent actuellement dans une situation très particulière. 5 094 membres des personnels civil et militaire - dont plus du quart de femmes - auxquels s'ajoutent un peu moins de 900 agents du service Action (qui ne sont pas payés par le service mais par les armées) sont pratiquement les seuls dans le périmètre du ministère de la Défense à voir leurs moyens humains et matériels s'accroître. Les effectifs ont augmenté de 20 % en quelques années, le niveau administratif des agents également, de même que les budgets. On assiste donc à une guerre souterraine, extrêmement vive même si elle n'avait pas vocation à être rendue publique, visant à dépouiller la DGSE d'une part notable de ses moyens, au profit de l'état-major des armées.

 

Service Action supprimé ?

Quand il n'y a plus de foin dans l'écurie, les chevaux se battent ! Un rapport sénatorial récent illustre très clairement la stratégie militaire de conquête de la DGSE. Elle vise à intégrer les unités combattantes du service Action au commandement des opérations spéciales (COS), qui verrait ses effectifs augmenter d'autant. Le CPIS (Centre parachutiste d'instruction spécialisée) rejoindrait la brigade des forces spéciales de l'armée de terre, tandis que l'unité aérienne (GAM 56) du service serait réaffectée à l'escadron de transport 3/61 Poitou de l'armée de l'air. Le CPEOM (Centre parachutiste d'entraînement aux opérations maritimes) de Quélern (Finistère) verrait ses nageurs de combat intégrer la marine nationale (commando Hubert). Faut-il voir ailleurs une raison de la révélation par Marc Pimond, directeur adjoint du renseignement à la DGSE, que le service a "neutralisé" une dizaine de "lieutenants djihadistes" entre septembre 2013 et avril 2014 : "Avant, on faisait des fiches d'al-Qaida, maintenant, on traque et on neutralise ?"

 

Guerre informatique offensive

L'autre atout essentiel que les armées veulent prendre à la DGSE concerne ses moyens de guerre informatique offensive. Dans la terminologie de ce petit monde du renseignement français, la DGSE a de longue date été placée en première ligne sur ce terrain par les gouvernements successifs. Les armées n'y ont pas vu d'inconvénients tant que les incidences budgétaires étaient supportables. Aujourd'hui, elles estiment que les temps sont devenus trop durs pour laisser échapper une prérogative devenue stratégique et budgétairement privilégiée en période de disette et espèrent conquérir cette compétence. Directeur technique de la DGSE, Patrick Pailloux insiste sur les contrôles que subit la DGSE : "Rappelons que nos cibles sont par définition à l'étranger et que nos règles déontologiques sont telles que les garde-fous s'imposent d'eux-mêmes." Mais ça, il faudrait le voir pour le croire !

 

Bataille bureaucratique

LA DGSE est sans doute dans une posture offensive pour conduire ses missions. Mais à Paris, c'est l'inverse ! Le directeur général Bernard Bajolet est beaucoup plus proche de François Hollande que ne l'était son prédécesseur Érard Corbin de Mangoux. Avec pour conséquence un conflit de "périmètre" bien réel avec le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian épaulé par son directeur de cabinet Cédric Lewandowski. Le conflit a été arbitré par l'Élysée en faveur de Bajolet et les choses sont rentrées dans l'ordre. La boutique tourne, les chamailleries se gèrent entre grands garçons, mais les blessures demeurent. La DGSE n'a, pas exemple, pas bien supporté que le cabinet du ministre de la Défense laisse dire qu'elle n'aurait joué aucun rôle dans la libération des otages du Sahel, en octobre dernier. Entre autres. Le papier du Figaro Magazine est à replacer dans ce contexte. Affaire à suivre...

Repost 0
16 juillet 2014 3 16 /07 /juillet /2014 17:55
Le Sénat lance une commission d'enquête sur les réseaux djihadistes

 

16/07/2014 Par Ivan Valerio – LeFigaro.fr

 

La commission des Lois de la Chambre haute a validé la proposition de la sénatrice centriste Nathalie Goulet.

 

Après le plan de Bernard Cazeneuve contre les réseaux djihadistes en France, le Sénat s'empare de cette question. Ce mercredi, la commission des Lois de cette institution a voté en faveur de la mise en place d'une commission d'enquête parlementaire sur l'organisation et les moyens de lutte contre les réseaux djihadistes en France et en Europe.

 

Suite de l’article

Repost 0
16 juillet 2014 3 16 /07 /juillet /2014 16:20
Espionnage : l'Allemagne envisage le retour à la machine à écrire

 

16/07/2014 Par Roland Gauron – LeFigaro.fr

 

Les huit députés chargés d'enquêter sur l'étendue des écoutes de la NSA en Allemagne utilisent une machine à écrire et de la musique classique pour contrer l'espionnage américain.

 

Mail encryptés, téléphones sécurisés: les députés allemands chargés d'enquêter sur le scandale des écoutes de la NSA redoublent de vigilance. Le rapporteur de la commission parlementaire, Patrick Sensburg, envisage même très sérieusement de revenir à la bonne vieille machine à écrire. Il a révélé cette semaine sur la chaîne publique ARD qu'il en avait d'ailleurs déjà une à sa disposition. «Et pas un modèle électronique», a-t-il précisé. Devant la stupeur de son interlocuteur, il a dû lui assurer qu'il ne s'agissait pas d'une blague. «Nous devons nous assurer que nos échanges internes sont sécurisés, que nos emails sont cryptés, que nos téléphones le sont aussi ainsi que d'autres procédures que je ne peux pas préciser ici», a justifié Patrick Sensburg.

 

Suite de l'article

Repost 0
14 juillet 2014 1 14 /07 /juillet /2014 11:20
Espionnage: Berlin, réaliste, invite Washington à appuyer sur «reset» au lieu de se vexer!

 

12 juillet 2014 par Jacques N. Godbout – 45eNord.ca

 

La chancelière allemande Angela Merkel a incité ce samedi 12 juillet les USA à changer de comportement en matière d’espionnage, à la veille d’une rencontre entre les chefs de la diplomatie des deux pays pour régler leurs différends en la matière en marge du sommet à Vienne sur le nucléaire iranien où Washington, Londres parie et Berlin discuteront aussi du conflit entre Israël et Gaza.

 

Déjà choquée par le piratage du portable d’Angela Merkel, l’Allemagne était en émoi vendredi dernier après l’arrestation d’un premier agent allemand soupçonné d’avoir espionné, pour le compte des États-Unis, les parlementaires de son pays chargés… d’une enquête sur l’espionnage de la NSA…

Puis, cette semaine, la justice allemande a annoncé mercredi enquêter sur un nouveau cas d’espionnage au profit des États-Unis, un officier de la Bundeswehr cette fois, selon le quotidien Die Welt.

Les observateurs s’accordaient à juger la crise grave, mais, voulant avant tout préserver les liens qui unissent leurs deux pays, les chefs de la diplomatie allemande et américaine vont tenter dimanche à Vienne de régler leurs différends, après que le chef des services secrets américains pour l’Allemagne se soit fait expulsé dans le cadre d’une affaire d’espionnage de responsables allemands au profit de Washington.

«J’espère naturellement que quelque chose va changer«, a déclaré Angela Merkel, interrogée sur le fait de savoir si la réaction allemande aux récents soupçons d’espionnage allait pousser les États-Unis à adopter une attitude différente dans ce domaine.

«Nous avons ici visiblement des points de vue différents et nous devons en parler», a poursuivi Mme Merkel lors d’une interview à la télévision publique ZDF enregistrée samedi et qui devait être diffusée dimanche.

Mais la chancelière allemande a clairement rejeté une nouvelle fois toute idée de remettre en question les négociations sur le traité de libre-échange transatlantique (TTIP) à cause de l’affaire d’espionnage.

Merkel, qui a vécu jusqu’à la chute du Mur de Berlin en RDA –un pays où beaucoup de citoyens étaient espionnés par la Stasi–, a déclaré: «nous ne vivons plus à l’époque de la Guerre froide où chacun s’est probablement méfié de chacun. [...] Je crois que les services secrets du XXIe siècle doivent se concentrer sur les choses importantes et nous travaillons très étroitement avec les Américains. Je souhaite que cela continue».

La chancelière allemande a toutefois déploré un effritement de la confiance entre les deux pays: «l’idée que l’on doive toujours se demander, quand on travaille ensemble, si celui qui me fait face travaille peut-être en même temps pour quelqu’un d’autre, pour moi ce n’est pas une relation de confiance».

 

Appuyez sur le bouton «reset»!

Pour sa part, le chef de la diplomatie allemande, Frank-Walter Steinmeier, qui doit rencontrer dimanche à Vienne en marge de la réunion sur le programme nucléaire iranien, son homologue américain John Kerry, a déclaré dans une entrevue parue dans l’édition dominicale du quotidien allemand Die Welt qu’il veut «redynamiser» l’amitié avec les USA, ce qui contraste avec la déclaration de son collègue ministre des Finances, Wolfgang Schäuble , qui déclarait en commentant cette affaire que «Les États-Unis sont bêtes à pleurer».

Le ministre allemand des Affaires étrangères a donc plutôt appelé à un redémarrage des relations transatlantiques.

«Naturellement, nous attendons pour cela des Américains une contribution énergique», a-t-il toutefois précisé, soulignant qu’il fallait une «confiance» et un «respect mutuel« entre les deux partenaires et soulignant qu’il « [...] est facile de les perdre, on ne peut pas en tout cas les décréter et cela met longtemps à les regagner».

Vendredi, Wahington avait laissé entendre qu’ils n’appréciaient pas la réaction des autorités allemandes sur l’affaire d’espionnage.n«Des alliés dotés de services de renseignement sophistiqués, comme les États-Unis et l’Allemagne, comprennent avec un certain degré de détails ce que ces relations et ces activités de renseignement impliquent exactement», avait déclaré le porte-parole de la Maison Blanche, Josh Earnest, ajoutant que «La façon la plus efficace de régler les différends est de passer par les canaux privés établis, pas par les médias».

Mais, cette fois, il semble bien que la balle soit dans le camp des Américains au moment où, dans un monde en crise, les alliés ont plus que jamais besoin les uns des autres.

Repost 0
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 16:20
Espionnage: la presse allemande s'interroge sur les liens avec les Etats-Unis

 

11.07.2014 Romandie.com (ats)

 

La presse allemande estimait vendredi que la décision d'expulser le chef des services secrets américains en Allemagne constituait une vraie "césure" dans les relations entre les deux alliés. La presse approuvait la décision de la chancelière Angela Merkel, face à "l'arrogance" des Etats-Unis.

 

Le ministre allemand des Affaires étrangères Franck-Walter Steinmeier a justifié vendredi l'expulsion du chef de l'antenne berlinoise de la CIA, évoquant une "étape nécessaire et une réaction adéquate". Il doit s'entretenir ce week-end sur cette question avec son homologue américain John Kerry.

 

L'expulsion annoncée jeudi suite à l'arrestation ces derniers jours de deux agents espionnant en Allemagne pour le compte de Washington faisait la Une des principaux quotidiens du pays.

 

"C'est une césure dans l'histoire des relations germano-américaines", soulignait le quotidien munichois de centre gauche, "Süddeutsche Zeitung" (SZ), y voyant "un acte sans précédent de protestation contre l'arrogance américaine".

 

"Merkel n'est pas le caniche d'Obama"

 

L'ancien chancelier "Gerhard Schröder avait franchi un premier pas vers l'autonomie vis-à-vis du grand allié, il y a douze ans, en disant non à la guerre en Irak. Maintenant, il s'agit d'une deuxième étape", analyse la SZ, la jugeant d'ailleurs bien "tardive".

 

"Jusqu'à présent, les Allemands avaient seulement réagi avec désillusion et indignation face aux agissements des services de renseignements américains. Avec l'expulsion du chef de ses agents, le gouvernement fédéral met pour la première fois les Américains sous pression. Espérons qu'Obama et ses troupes vont maintenant comprendre qu'ils ne peuvent pas tout se permettre en Allemagne", souligne la SZ.

 

Selon le "Frankfurter Allgemeine Zeitung" (FAZ), quotidien des affaires, l'Allemagne et les Etats-Unis "sont au seuil d'une guerre diplomatique". "C'est clairement de l'énergie perdue (alors que) Berlin et Washington sont déjà très occupés avec les conflits existants dans le monde.

Repost 0
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 07:50
Retaliation for Spying: Germany Asks CIA Official to Leave Country

 

July 10, 2014 by Matthias Gebauer – Spiegel.de

 

In what amounts to a diplomatic earthquake, Berlin has asked the country's top CIA official to leave Germany. The measure comes in response to the second allegation in a week of a German government employee spying for the US.

 

Marking its most vocal response yet to the United States for alleged spying and a tough new tone, the government in Berlin asked Washington's top CIA official in Germany to leave the country on Thursday. The news followed a meeting of the Parliamentary Control Panel (PKGR) in the federal parliament responsible for scrutiny of intelligence services.

Panel Chairperson Clemens Binninger said the request had been "a reaction to unsuccessful cooperation in the pursuit of clarification." The panel convened a special session on Thursday to discuss two cases of suspected spying by German government employees on behalf of the United States that have emerged during the past week.

The first case involved an employee with Germany's foreign intelligence service. Last Friday, federal prosecutors in Germany said they had arrested the employee of the Bundesnachrichtendienst (BND) foreign intelligence agency on suspicion he had acted as a spy against Germany by selling secrets to US intelligence agents, including documents pertaining to the special parliamentary committee investigating spying by the NSA in Germany.

And this Wednesday, the Federal Prosecutor's Office in Karlsruhe confirmed it is investigating a second case, based on suspicions that an employee with the Defense Ministry in Berlin may also have passed secrets on to the US.

The revelations of the past week show that, in addition to conducting signals intelligence to gather information on Germany, US intelligence agencies are also using human intelligence. They strongly suggest that US services in Germany continue to collect large amounts of intelligence, and all this despite the outrage over the NSA scandal and news in October 2013 that the Americans had been spying on Chancellor Merkel's mobile phone.

 

Read more

 

 

Repost 0
10 juillet 2014 4 10 /07 /juillet /2014 20:55
ENA hors les murs, juin 2014

ENA hors les murs, juin 2014


10/07/2014 par Bernard Bajolet – Léon Blum 1975 – directeur général de la sécurité extérieure

 

Les bouleversements géopolitiques survenus depuis la fin de la Guerre froide ont conduit les Etats à repenser la place des services de renseignement dans nos sociétés. En France, plus qu’ailleurs peut-être, alors que les services étaient jusqu’alors déconsidérés et marginalisés, à partir de 2001, une série de décisions gouvernementales courageuses et la conduite d’une politique constante et clairvoyante dans le domaine du renseignement, ont amené nos autorités à recentrer progressivement les services de renseignement dans l’appareil d’Etat et à faire d’eux un instrument essentiel du processus décisionnel de politique étrangère et de sécurité nationale. Les services sont aujourd’hui des outils pertinents, efficaces et écoutés, ils contribuent pleinement à assurer la sécurité des Français et à protéger les intérêts de notre pays.

Par ce processus, au sein de l’Etat comme de l’opinion publique, la Direction générale de la sécurité extérieure, qui a la responsabilité du renseignement extérieur, a notamment gagné en confiance, en légitimité et même en image.

Au-delà des clichés véhiculés encore parfois par la littérature ou le cinéma, le renseignement extérieur relève d’une politique publique exigeante, aux objectifs clairement identifiés, recouvrant à la fois une réalité et des défis ambitieux, notamment dans le domaine du management et de la gestion des finances publiques, au regard d’un contexte budgétaire particulièrement contraint.

La DGSE, rattachée au ministre de la Défense, dispose d’un statut spécial qui lui assure une grande autonomie dans sa gestion comme dans ses opérations, dans le but notamment d’en préserver le caractère secret. L’autonomie et le caractère spécial du Service ne peuvent toutefois se concevoir sans le contrôle de nos autorités politiques et l’établissement de priorités clairement établies par elles, inscrites dans le Livre Blanc sur la défense et la sécurité nationale et déclinées pour les services de renseignement dans un Plan national d’orientation du renseignement (PNOR).

Dès 1940, la création ex nihilo par le général de Gaulle d’un service de renseignement de la France Libre (connu sous le nom de Bureau central de renseignements et d’action - BCRA)  a préfiguré, sur des bases originales et pragmatiques, l’organisation des services qui lui ont succédé, le SDECE puis la DGSE. En effet, il demeure aujourd’hui, au sein de la DGSE, une part du BCRA, qui contribue à son identité et à son originalité.

Je pense à deux principes d’organisation essentiels : la DGSE d’aujourd’hui, comme le BCRA d’hier, est un service de renseignement intégré. Il réunit en un seul service les capacités nécessaires au recueil du renseignement (humain, technique et opérationnel), à son analyse, à sa diffusion, et à l’action clandestine (l’entrave). Ensuite, la DGSE est un service « civil », au sens où il est rattaché à l’autorité politique civile et distinct de tout état-major militaire.

Ces principes d’organisation constituent la spécificité de la DGSE, une originalité dont elle tire sa réactivité et des atouts majeurs par rapport à ses homologues dans le monde, parfois mieux dotés en termes d’effectifs ou de budgets.

Cette « fusion » du renseignement issu de toutes origines, couplée de surcroit à une capacité d’entrave, assure en effet le maximum d’efficacité de la DGSE par rapport à ses ressources, comparativement plus faibles ou à peu près équivalentes comparées à ses principaux partenaires européens que sont respectivement les services de renseignement britanniques (SIS et GCHQ) et allemand (BND).

Faire fonctionner un service de renseignement selon le principe de l’intégration et de la fusion du renseignement est un défi permanent pour son directeur général. Car il faut pouvoir faire travailler ensemble des directions et surtout des hommes et des femmes aux cultures, méthodes, procédures et langages différents. Pour d’évidentes raisons sociologiques, il est naturellement toujours plus confortable de travailler au quotidien entre soi et de ne pas se confronter à « l’autre ». Mais cette attitude, qui pousse à un travail en silo, renforcé par nos normes de cloisonnement, doit être combattue car la réactivité nécessaire à un service de renseignement est directement liée à la libération des flux d’information entre les directions composant la DGSE.

Aujourd’hui, c’est à un rapprochement de proximité auquel il est procédé, en adjoignant par exemple à la direction du renseignement des exploitants du renseignement technique. Ces hommes et ces femmes issus de directions différentes et aux compétences très éloignées mais complémentaires, sont réunis dans une même pièce pour assurer une exploitation optimale du renseignement obtenu et interconnecter la recherche humaine et la recherche technique, car l’une ne peut aller sans l’autre.

Le constat de l’interconnexion du renseignement humain et du renseignement technique dans un espace-temps réduit, conduit le Service à se doter de capacités de traitement, d’exploitation et d’analyse consolidées et proche du temps réel. Il ouvre ainsi la voie à un nouveau modèle d’organisation du cycle du renseignement et annihile de facto toute idée de création en France d’un service de renseignement technique indépendant, idée aujourd’hui financièrement insoutenable et contre-productive, d’autant que les capacités techniques sont aujourd’hui en partie mutualisées avec les autres services qui composent la communauté française du renseignement.

La pérennité de ce modèle, encore jeune, mais déjà étudié attentivement par un certain nombre de nos partenaires étrangers, passe immanquablement par l’échange d’expérience et le mixage de cultures, de métiers et de talents différents, fédérés autour de méthodes de travail, règles éthiques et déontologiques, et objectifs communs.

« Il n’est de richesse que d’hommes » disait Jean Bodin au XVIème siècle, et j’ajouterais, à la DGSE peut-être plus qu’ailleurs. Pour souligner toute l’importance que nos autorités accordent à la fonction de renseignement, la DGSE est l’une des rares administrations de l’Etat, en tout cas parmi celles qui relèvent du ministère de la Défense, dont les effectifs continuent d’augmenter.

Cette augmentation des effectifs est certes relative mais riche de signaux. Le budget est à ce jour préservé bien que contraint. Après avoir augmenté de plus de 50% sur la période 2009-2013, le budget du Service suit désormais une courbe qui se rapproche de l’asymptote. Mais ce sont plus de 616 équivalents temps pleins travaillés (ETPT) qui ont été créés au cours des cinq précédentes années,  et encore 284 ETP nets supplémentaires attendus d’ici à 2018.  

La DGSE compte à ce jour 6000 personnels (dont ceux du Service Action), dont il faut souligner la diversité statutaire (27% de militaires, 50% de fonctionnaires civils, 23% de contractuels), et leurs talents multiples mais tellement complémentaires (analystes, officiers de renseignement, linguistes, ingénieurs télécom, crypto-mathématiciens, techniciens du signal, etc).

Il me paraît en outre opportun de souligner dans cette revue les efforts produits par le Service au cours des dernières années pour réformer son encadrement supérieur civil et le doter d’une force de management adaptée. Cette réforme est entrée en vigueur le 1erjanvier 2011.

Elle se caractérise tout d’abord par la création du corps des administrateurs de la DGSE (85 administrateurs à ce jour) doté d'une structure et d'un échelonnement indiciaire calqués sur celui des administrateurs civils. Cet alignement permet au corps d'encadrement supérieur de la DGSE de disposer du même développement de carrière que les autres corps d'encadrement supérieur de l'Etat et a ouvert des perspectives de mobilité réciproque que ne permettait pas le statut antérieur.

Cette réforme a donné lieu à une refonte du mode de recrutement qui d'un recrutement par promotion interne, au choix, se décline désormais sous deux formes : un accès direct au corps à l'issue de la scolarité à l'Ecole Nationale d'Administration  (deux élèves de l’ENA ont été recrutés à ce titre à l’issue de leur scolarité, le premier en 2012 et le second en 2014), et une sélection interne, dont les modalités sont directement inspirées de celles du recrutement des administrateurs civils au tour extérieur, via un comité de sélection présidé par un membre du Conseil d'Etat.

Parallèlement à la création du corps des administrateurs, cette réforme a également permis au Service de réaligner ses emplois fonctionnels sur les standards de la fonction publique de l'Etat, tant dans la filière d’encadrement que dans la filière expertise. Ce réalignement garantit, à la fois, aux membres du corps des administrateurs de la DGSE des perspectives de débouchés de carrière équivalents à ceux des autres corps d'encadrement supérieur et, pour les membres de ces corps, des conditions attractives de mobilité entrante à la DGSE.

C’est aujourd’hui à une autre réforme que le Service doit se consacrer, celle du statut autonome des personnels civils de la DGSE. En effet, c’est une loi de 1953 qui place le personnel civil de la DGSE hors du champ d'application du statut général des fonctionnaires et confère au pouvoir réglementaire la capacité de fixer les normes statutaires applicables à cette catégorie d'agents publics.

Ce statut autonome, défini par un décret de 1967, contient des dispositions n'ayant pratiquement pas évolué depuis son entrée en vigueur. Celles-ci présentent une inadéquation croissante avec les évolutions tant de la fonction publique, que de la société. Le projet de refonte, en cours d'instruction interministérielle, devrait s'articuler autour des axes suivants :

- la redéfinition des droits et obligations des agents pour garantir un équilibre légitime et une meilleure opposabilité juridique, tout en réaffirmant les points fondateurs du statut autonome propre à un service de renseignement (prééminence de la sécurité du Service et de ses activités, interdiction du droit syndical et du droit de grève, organisation de la gestion des carrières compatible avec la conduite des missions opérationnelles du Service, etc) ;

- la mise en œuvre de protections spécifiques répondant aux exigences et aux risques des missions de renseignement extérieur ;

- le développement d'instances de concertation spécifiques avec des représentants élus du personnel permettant l'instauration d'un véritable dialogue social au sein du Service.

Tous ces efforts et investissements seraient vains s’ils n’étaient pas mis à la disposition de l’ensemble de la communauté française du renseignement, pour son plus grand profit. L’ampleur, la rapidité et la complexité des évolutions technologiques majeures ont conduit à renforcer les moyens techniques des services français de renseignement, mais aussi à innover dans leur gouvernance. En effet, plutôt qu’un émiettement des budgets et des compétences, c’est une solution de concentration des investissements techniques affectés au renseignement qui a été décidée, pour que les outils souverains de notre pays atteignent une masse critique.

Les infrastructures techniques les plus gourmandes en budgets et en hommes sont développées et opérées par des personnels de la DGSE au profit de l’ensemble de la communauté française du renseignement, et désormais mutualisées ou en voie de l’être. Cette mutualisation des capacités fait l’objet d’une gouvernance formalisée et arbitrée dans des instances de pilotage associant l’ensemble des services participants afin d’assurer un contrôle rigoureux de l’emploi des moyens humains et financiers consentis. De surcroît, la mutualisation stimule la coopération et la convergence méthodologique entre services français de renseignement.

Ce modèle intégré propre à la DGSE a fortement contribué à un certain nombre de succès récents, sur lesquels il est malheureusement impossible de communiquer, mais ils sont évidemment encourageants pour l’ensemble du personnel de la DGSE.

Un service de renseignement comme la DGSE ne peut toutefois se poser comme outil légitime pour assurer la sécurité des Français que si le lien qui les unit est fondé sur la confiance. Nos concitoyens doivent avoir l’assurance du caractère démocratique de la DGSE, et de son cadre d’action parfaitement conforme aux droits français et européen, et qui ne peut, en aucun cas, être assimilé à un “big brother” comme je peux parfois le lire. Ainsi, les allégations dans la presse selon lesquelles notre Service « espionnerait de façon excessive les Français sans aucun cadre légal » ont profondément choqué les agents de la DGSE qui sont soucieux du respect de la loi française et de l’état de droit. La DGSE, je le rappelle, ne procède à aucune interception des communications échangées sur le sol français, en dehors du cadre de la loi de 1991.

La nécessaire confiance entre les services de renseignement et la Nation passe dorénavant par un contrôle adapté et renforcé par le Parlement. La DGSE se soumet sans réserve au regard vigilant des membres de la Délégation parlementaire au renseignement qui contrôlent ainsi l’action du gouvernement dans le domaine du renseignement, l’utilisation des crédits votés et l’activité générale des services. Ce contrôle contribue à la protection par les services des intérêts fondamentaux de la Nation. En même temps, il marque la reconnaissance du métier du renseignement et de sa place au cœur de notre démocratie.

Repost 0
10 juillet 2014 4 10 /07 /juillet /2014 19:50
Berlin expulse le chef des services secrets américains

 

10/07/2014 - JDD

 

Le ton monte entre Berlin et Washington après les révélations sur des agents doubles. Le gouvernement allemand a annoncé jeudi l'expulsion du chef des services secrets américains pour l'Allemagne. Ce "représentant des services secrets américains à l'ambassade des Etats-Unis d'Amérique" a été prié de quitter le pays.

 

Cette expulsion intervient quelques heures après les déclarations-chocs du ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, réputé pour son franc-parler. "Que les Etats-Unis recrutent chez nous des gens de troisième classe, c'est tellement idiot. Et face à tant de bêtise, on ne peut que pleurer", a-t-il déclaré, ajoutant que la découverte de deux cas possibles d'espionnage d'agents allemands en faveur des agences de renseignement américaines "n'amusait pas franchement la chancelière" Angela Merkel.

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories